Version classiqueVersion mobile

La logique des situations

 | 
Michel De Fornel
, 
Louis Quéré

Situer la situation

Émergence et contrainte

Situation et expérience chez Dewey et Goffman

Emergence and Constraint. Dewey and Goffman about Situation and Experience

Ursprüngliches In-der-Welt-Sein und Zwang. Zum Verhältnis von Situation und Erfahrung bei Goffman und Dewey

Albert Ogien

Résumé

Pour préciser l’usage qu’une analyse sociologique peut faire de la notion de situation, il convient d’expliciter la relation entre environnement, situation, et expérience, en fixant le contenu de ces différentes notions. Cet article tente une telle explicitation, en comparant la façon dont John Dewey et Erving Goffman lient situation et expérience. Il met en regard l’inflexion « naturaliste » que le premier fait subir à la théorie de l’enquête de Peirce, en la définissant comme une opération individuelle de détermination des situations, dont la dimension sociale est difficilement identifiable, et la thèse sociologique de l’organisation de l’expérience que le second défend. Deux manières opposées de concevoir le rapport entre situation et expérience se dégagent de cette confrontation : la première (Dewey) comme lieu d’émergence pure, la seconde (Goffman) comme réalisation d’une structure de contraintes.

Texte intégral

  • 1 Au sens de possibilité objective qu’un événement se produise que Weber donne à ce terme. Cf. Turner (...)

1Bien qu’elle fasse depuis longtemps partie de l’outillage de la sociologie, la notion de situation suscite toujours la confusion. Reprise du pragmatisme par l’École de Chicago, et particulièrement par William Thomas à qui l’on doit l’idée de « définition de la situation » (Mc Hugh, 1968), elle reste la marque de fabrique de l’interactionnisme ou l’indice de la tonalité phénoménologique que Schütz a donnée à la sociologie (Berger & Luckmann, 1967). C’est en référence à cette double origine que le recours à la notion de situation est généralement jugé. Il qualifie donc une démarche visant à expliquer l’action en l’examinant sous deux aspects : le rapport que les conduites individuelles entretiennent à l’environnement dans lequel elles ont la chance1 de s’actualiser, et les compétences que les « acteurs » mettent en œuvre pour mener les interactions à bien. Il est de plus admis que, lorsque l’action est analysée « en situation », le monde social se présente sous la figure éclatée d’une pluralité d’univers particuliers, sans que l’unité de tous ces univers – le fait qu’ils constitueraient une société – ne soit tenue pour pertinente.

  • 2 Quéré (1997) a proposé une analyse de cette relation, en l’envisageant à partir du rapport percepti (...)

2Ces premiers éléments de définition caractérisent très imparfaitement la notion de situation. Pour la préciser, une clarification s’impose : il faudrait d’abord établir l’extension donnée à l’idée d’environnement ; fixer ensuite le contenu du concept d’expérience, c’est-à-dire spécifier cette capacité attribuée aux individus à nouer et faire durer une relation ; et enfin expliciter la relation entre environnement, situation et expérience2.

  • 3 Je remercie Michel de Fornel et Louis Quéré pour la lecture qu’ils ont bien voulu faire de ce texte (...)

3Une clarification de ce genre peut naître d’une comparaison entre les façons dont John Dewey et Erving Goffman construisent la liaison qu’ils établissent entre situation et expérience. On se livrera donc à un exercice : analyser la proposition formulée par Dewey : « la situation contrôle l’expérience », afin d’apprécier le sens de chacun de ses trois termes et de le rapporter à celui qu’en donne Goffman dans son travail3.

L’indétermination et le principe de l’enquête

4Lorsque Dewey affirme que la situation contrôle l’expérience, il le fait en se référant à un élément repris de la théorie de la connaissance élaborée par Peirce : le principe de l’enquête. Il faut donc remonter à cette source pour saisir le sens de sa proposition.

  • 4 La maxime est énoncée en 1878 : cf. « Comment rendre nos idées claires » (Peirce, 1984). Chauviré ( (...)

5La contribution de Peirce à la philosophie tient, pour beaucoup, à sa théorie du signe (Chauviré, 1995 ; Tiercelin, 1993a). Il n’en sera pas question ici : la notion d’enquête renvoie plutôt au fondement de sa démarche et à sa conception de la réalité. Pour lui, « le réel est ce qui signifie quelque chose de réel » ; et parce qu’il tient que la signification d’un objet est toujours de nature pratique, il énonce la célèbre maxime pragmatiste : « Considérez quels sont les effets pratiques que nous pensons pouvoir être produits par l’objet de notre conception. La conception de tous ces effets est la conception complète de l’objet4. » Ici, la connaissance n’est pas exclusivement envisagée dans la pureté ou l’absolu du connaître, mais est appréhendée à partir de ses formes ordinaires, qui se dévoilent dans l’usage des mots. Ce choix est crucial : prenant le parti du sens commun, Peirce pose que « ce n’est pas le particulier qui est le plus naturel, mais le vague, le général, ces deux formes de l’indétermination réelle et irréductible ». C’est même cette impossibilité dans laquelle on se trouve de parvenir à une connaissance déterminée des objets qui, selon lui, prouve l’existence de ces objets et qui définit le rôle qu’ils jouent dans la signification comme horizon de référence nécessaire à l’élaboration d’une connaissance.

  • 5 Pour Dewey (1941), ce seront celles posées par le problème à élucider dans le cours de l’enquête.

6La marque la plus singulière de l’approche de Peirce est cette place prépondérante qu’elle donne au vague et à l’indétermination. Son idée centrale semble être la suivante : puisque la connaissance que nous avons des choses est irrémédiablement vouée à être vague et incomplète, et que cette connaissance a toujours une visée pratique, ce qui est requis pour agir est moins de se donner une connaissance parfaite que de se former des croyances satisfaisantes. Pour éviter les confusions, il faut préciser que la satisfaction dont il est ici question n’est pas l’utile ou l’agréable des utilitaristes, mais ce qui satisfait aux exigences (indéterminées) de la réalisation de l’action5. C’est pourquoi Peirce conçoit la connaissance comme une enquête, au cours de laquelle la pertinence d’hypothèses initiales (provenant de tout ce que l’on sait déjà) est testée et vérifiée dans le cours même de l’activité engagée. Cette conception récuse le cartésianisme, dans lequel la connaissance procède du doute radical.

Si le doute radical est impossible, c’est parce qu’il est contradictoire avec la nature même du processus cognitif, sans fin par définition – toute connaissance reposant sur une connaissance antérieure – mais aussi parce qu’il repose sur une mécompréhension du mécanisme réel de la connaissance. Le « seul but de la recherche » est de « fixer son opinion », de passer d’un doute, cette fois authentique, à un état de croyance fixé, le but étant de surmonter des doutes légitimes par l’établissement de croyances stables, et par là même vraies. (Tiercelin, 1993b, p. 84)

7Dans l’esprit du pragmatisme peircien, le processus de fixation de la croyance est directement lié à la réalisation des activités humaines.

« Une véritable croyance ou opinion est quelque chose sur la base de quoi un homme est prêt à agir ; c’est par conséquent en un sens général une habitude ». Toute la fonction de la pensée est dès lors « de produire des habitudes d’action » : mais la croyance est moins une disposition naturelle ou mécanique qu’une « règle active en nous. » (Ibid.)

8La notion d’enquête proposée par Peirce est le cœur même de la démarche pragmatiste, lorsqu’elle est définie par les traits que Putnam (1994, p. 152) lui attribue tout au moins : antiscepticisme (le doute est un facteur positif) ; faillibilisme (aucune garantie métaphysique n’assure que n’importe quelle croyance ne devra pas être révisée un jour) ; rejet de la dichotomie du « fait » et de la « valeur » ; primauté de la pratique sur la théorie. Mais il faut se souvenir que si l’enquête sert à fixer la croyance, celle-ci entretient un rapport nécessaire à l’idée de vérité. Un bref détour par Durkheim aidera à clarifier la nature de ce rapport.

La conception pragmatiste de la vérité

9En contemporain de l’essor du pragmatisme, Durkheim (1981) n’a pas manqué d’y porter intérêt et de le soumettre à critique. Il trouve bien sûr l’origine de cette école chez Peirce, qui

[…] se demande pourquoi nous pensons. Et il répond : parce que nous doutons. Si nous étions dans un perpétuel état de certitude, nous n’aurions pas besoin de penser et de faire effort pour sortir de nos doutes. « L’irritation produite par le doute nous pousse à faire des efforts pour atteindre l’état de croyance. » D’autre part, la croyance se traduit par l’action : la croyance qui n’agit pas n’existe pas ; et l’action doit prendre le caractère de la croyance qui l’engendre. Or l’état de croyance est un état d’équilibre, donc de repos, et c’est pourquoi nous le recherchons. La marque essentielle de la croyance sera donc « l’établissement d’une habitude… Notre habitude a le même caractère que nos actions ; notre croyance, que notre habitude ; et notre conception, que notre croyance ». Ainsi le doute engendre l’idée ; celle-ci engendre l’action et, devenue croyance, elle se traduit par des mouvements organisés, par l’habitude. Tout le sens de l’idée réside dans le sens de l’habitude que cette idée a déterminée. (Durkheim, 1981, p. 34)

  • 6 Dont on rappellera que Peirce s’est entièrement désolidarisé au point de donner un autre nom à sa c (...)

10Si Durkheim décrit ici, sans y faire allusion, la centralité de l’enquête dans le pragmatisme, il n’en tient pas Peirce pour une figure représentative. Pour lui, l’esprit de cette démarche est incarné par la théorie de la vérité popularisée par William James6. Cette théorie, discutée à l’époque par Bergson, pose que le vrai, c’est l’utile. Et c’est la valeur de cette thèse que Durkheim entend évaluer. Quelle description en fait-il ?

11Durkheim note que le pragmatisme rejette cette version du rationalisme dans laquelle la pensée se logerait à l’intérieur de l’esprit tandis que le monde lui serait extérieur, ouvrant entre les deux une distance que seul le premier est en mesure de combler. Il constate que la solution pragmatiste consiste à considérer qu’il n’existe aucun hiatus entre la pensée et le monde.

Si la pensée est un élément du réel, si la pensée fait partie de l’existence et de la vie, il n’y a plus d’« abîme épistémologique », il n’y a plus de « saut périlleux » [expressions de James]. Il faut seulement voir comment ces deux réalités peuvent participer l’une à l’autre. Lier la pensée à l’existence, lier la pensée à la vie, telle est l’idée fondamentale du Pragmatisme. (Ibid., p. 53)

12Toute la question est de savoir comment. Voilà ce que Durkheim veut élucider en se penchant sur la conception de la vérité défendue par cet « utilitarisme logique » qu’est, pour lui, le pragmatisme. Il reprend donc la question qui lui donne naissance : à quoi sert l’idée de vérité ? Car si l’on admet que cette idée redouble le réel, elle est inutile ; et si elle doit fournir une copie exacte d’éléments appartenant à un monde transcendant qui nous est extérieur, on ne sait pas comment nous pouvons les appréhender et les connaître. Mais peut-on accepter de tenir la vérité uniquement pour ce qui satisfait les besoins de la réalisation de l’action ?

13Les divergences entre Peirce, James et Dewey à propos de ce que pourrait être l’utilité de la croyance ou de l’idée vraie sont considérables. Si James la rapporte à une quête spiritualiste (Lapoujade, 1996, p. 85-119), Peirce et Dewey la cantonnent dans l’ordre du pratique : le premier en privilégiant l’étude du langage, le second en s’attachant à restituer le mouvement propre de l’action. Pour tous deux, la satisfaction que donne la croyance s’éprouve concrètement dans le cours de l’enquête à laquelle l’action est assujettie.

14Durkheim n’ignore pas ces divergences, mais retient ce trait commun aux trois pragmatistes : ils attribuent à la pensée une fonction créatrice, en admettant qu’elle cherche à ordonner le monde réel en le modelant à son idée. La pensée fait émerger de nouveaux contenus, modifie les objets mêmes de la perception.

La fonction de la pensée n’est pas spéculative : elle est avant tout pratique : c’est une première information de l’acte et une première impulsion à l’accomplir ; c’est l’acte qui commence, qui se dessine déjà dans l’esprit et dans l’être tout entier. Elle apparaît non pour copier le réel, mais pour le changer. (Durkheim, 1981, p. 90)

  • 7 Rawls (1996) en donne une excellente description.

15Or, l’empirisme radical de James – que Durkheim tient pour le modèle – pousse le raisonnement émergentiste au-delà du raisonnable. Épuisant son intuition, James en arrive à défendre l’idée d’une « expérience pure », forme qui se suffirait à elle-même et serait totalement déliée d’un ancrage dans un monde extérieur (Lapoujade, 1996, p. 24). Et ce point de vue est particulièrement insoutenable à Durkheim : il récuse le pragmatisme au titre de son incapacité à produire une explication plausible de la variabilité de la vérité, à laquelle il préfère donner des causes sociales directement reprises de sa théorie de la connaissance7.

Le monde est un « chaos » dans lequel l’esprit de l’homme « découpe » des objets qu’il a disposés, rangés, organisés en catégories. Espace, temps, causalité, toutes ces catégories viennent de nous ; c’est nous qui les avons créées pour répondre aux besoins de la vie pratique. Ainsi, le monde tel qu’il est, est tel, en réalité, que nous l’avons construit. La sensation pure n’existe pas, elle ne prend consistance que par la forme que nous lui donnons. (Durkheim, 1981, p. 116)

16De sorte que si la sociologie pose le problème de « la vérité dans le même sens que le Pragmatisme, elle se trouve mieux à même de le résoudre », car elle ne commet pas la double erreur de confondre la connaissance et l’action, et d’omettre la distinction entre forme et substance de la vérité. Et Durkheim en propose donc une définition sociologique associant trois caractéristiques :

1) obligation morale. La vérité n’est pas séparable d’un certain caractère moral. Dans tous les temps, les hommes ont été persuadés qu’ils devaient rechercher la vérité. Il y a dans la vérité quelque chose de respectable, un pouvoir moral devant lequel l’esprit se sent proprement obligé de s’incliner ;
2) pouvoir nécessitant de fait. Il y a une impossibilité en quelque sorte physique, de ne pas reconnaître la vérité. Quand une représentation vraie s’offre à notre esprit, nous sentons que nous ne pouvons pas ne pas la déclarer vraie. L’idée vraie s’impose à nous…
3) impersonnalité. Les pragmatistes eux-mêmes l’ont signalé. Mais comment ce caractère est-il conciliable avec leur définition de la vérité ? On a dit, non sans raison, que l’utilitarisme moral implique le subjectivisme moral. N’en est-il pas de même de l’utilitarisme logique ? N’implique-t-il pas, lui aussi, un subjectivisme logique ? (Ibid., p. 153-155)

17Et, au lieu de lier l’émergence de la vérité à l’accomplissement de l’action (ou à l’enquête que celui-ci suppose), il en fait un facteur déterminant à sa façon :

Ainsi, l’idée est vraie, non en raison de son pouvoir créateur. Mais ces idées ne sont pas d’origine individuelle : ce sont des représentations collectives… Or, toutes les représentations collectives sont, en vertu, de leurs origines mêmes, revêtues d’un prestige grâce auquel elles ont le même pouvoir de s’imposer. Elles possèdent une énergie psychologique plus grande que celles qui émanent avec force dans la conscience. Là réside la force même de la vérité. Nous retrouvons ainsi, mais transposée sur un autre plan, la double thèse pragmatiste : 1) le modèle et la copie ne font qu’un ; 2) nous sommes les coauteurs de la réalité. On aperçoit cependant les différences. Le Pragmatisme disait : c’est nous qui faisons le réel. Mais nous, c’est ici l’individu […] En définitive, c’est la pensée qui crée le réel, et le rôle éminent des représentations collectives, c’est de « faire » cette réalité supérieure qu’est la société elle-même. (Ibid., p. 173-174)

  • 8 On pourrait, certes, contester que la notion de contrôle employée par Dewey soit exactement celle d (...)

18La sociologie apporterait donc une bonne solution à la question de la variabilité de la vérité. Là où la conception rationaliste suppose l’existence d’entités possédant une nature intrinsèque qu’il convient de découvrir, la sociologie met en doute cette « naturalité » en posant que le vrai est affaire de définition sociale, ou, dans le langage de Durkheim, de représentations collectives. Une réalité existe donc, qui est de création humaine ; et elle fournit les éléments dotés d’objectivité, qui s’imposent aux individus et leur permettent de rendre leurs conduites et celles d’autrui intelligibles. Mais Durkheim ne discute pas les modalités sous lesquelles le problème de l’objectivité est pris en compte par le pragmatisme, en particulier avec l’idée peircienne de « contrôle » comme complément nécessaire à l’enquête. C’est du reste cette idée que Dewey utilise pour lier situation et expérience8.

Vérité et assertabilité garantie : la question du contrôle

  • 9 Ernest Nagel (1939) la qualifie de « naturaliste ». La position de Dewey s’apparente en effet à cel (...)
  • 10 Dewey distingue enquête de sens commun et enquête scientifique, et cette distinction tient à la vis (...)

19La théorie de l’enquête, proposée par Peirce et accommodée par Dewey, est, à la différence de l’empirisme radical de James, réaliste. Mais ce réalisme n’est pas celui du sociologue ; et, une de ses versions se découvre dans les étapes du raisonnement que Dewey suit pour construire sa Logique. L’esprit de sa démarche est évolutionniste9 : il tient que la pensée est un fait propre à l’espèce humaine et émerge dans la rencontre d’un environnement pour servir des fins essentiellement pratiques. Pour Dewey, l’environnement recouvre l’entièreté de l’univers dans lequel l’être humain évolue et auquel il s’affronte en recourant aux dispositions – intellectuelles et culturelles – qu’il a la capacité naturelle de développer. Ces dispositions le dotent d’un langage lui permettant de concevoir les contraintes de l’adaptation sous la forme de « problèmes ». Le propre de l’humain serait donc de résoudre ces problèmes – qui ne manquent jamais de se poser – en s’engageant dans une enquête10. C’est dans cette perspective que Dewey définit le « sens fort » qu’il donne au mot « situation » :

Ce que désigne le mot « situation » n’est pas un objet ou événement isolé ni un ensemble isolé d’objets ou d’événements. Car nous n’expériençons jamais ni ne formons jamais de jugements à propos d’objets et d’événements isolés, mais seulement en connexion avec un tout contextuel. Ce dernier est ce qu’on appelle une « situation » ? (Dewey, 1993, p. 128)

20L’intérêt de la notion de situation, en son sens fort, est d’abord théorique : elle permet d’échapper au dualisme qui hante les conceptions traditionnelles que la philosophie, qu’elle soit empiriste ou a prioriste, entretient au sujet de la connaissance. Dewey note en effet que

[…] par définition le sujet de l’analyse psychologique est un objet ou un événement singulier. Dans l’expérience réelle, il n’existe pas de ces objets ou événements singuliers et isolés ; un objet ou événement est toujours une portion, une phase ou un aspect particulier d’un monde environnant expériencé – d’une situation […]. Il y a toujours un champ où se produit l’observation de cet objet-ci ou de cet événement-là. L’observation de ce dernier sert à découvrir ce qu’est ce champ par référence à quelque réponse active d’adaptation à faire pour promouvoir un train de comportement. (Ibid., p. 128)

21En introduisant l’idée de champ (dans sa version pragmatiste bien entendu), Dewey semble affaiblir la notion de situation : elle tend soudain à nommer l’environnement restreint dans lequel un cours d’action ordinaire s’inscrit. Qu’est-ce qui spécifie la notion de situation en ce cas ? Trois propriétés : la situation est qualitative (possède des caractéristiques propres qui lui donnent sa configuration « unique et induplicable »), qualificative (tous les éléments constitutifs de la situation prennent une « coloration » spéciale du fait même de la relation dans laquelle celle-ci les place) et exerce un contrôle sur l’expérience (procure des critères d’identification permettant une détermination acceptable). Ces trois propriétés, dont Dewey prend soin d’affirmer qu’elles appartiennent à la situation et ne sont pas conçues dans l’esprit d’un agent, sont de nature différente. La première relève d’une saisie immédiate : elle s’impose à l’individu qui s’y trouve pris ; la seconde, de la constitution d’une intelligibilité : l’ordonnancement des éléments s’opère en relation à l’idée d’une certaine totalité ; la troisième, d’une procédure assurant la coopération avec autrui : la reconnaissance du fait que les significations sont identiques pour tous les participants à une détermination. C’est sur cette base que Dewey propose cette formule : « une situation qualitative et qualificative est présente comme arrière-plan et contrôle de toutes les expériences. » (Ibid., p. 131).

22Il faut ici rappeler que Dewey établit une distinction entre une expérience et l’expérience : alors que la seconde renvoie au « flux général » de la vie, la première est la conscience de « l’accomplissement du processus » (Dewey, 1934, p. 39) au terme duquel une situation singulière, indéterminée par définition et appelant le doute, se retrouve déterminée par l’enquête. Le caractère réfléchi d’une expérience est ce qui la distingue de deux autres types d’expérience-celles marquées par l’« absence d’orientation » (aimlessness) ou la pure efficacité mécanique (mechanical efficiency) – pour lesquels il n’est pas sûr que Dewey admet qu’elles soient le produit d’une enquête.

23Lorsqu’elle est mise en œuvre, celle-ci comporte trois étapes : 1) la situation indéterminée est « eue » ; 2) un problème est institué, c’est-à-dire que des éléments pertinents sont sélectionnés, dotés d’attributs et ordonnés, le temps de leur usage dans l’action ; 3) une solution est apportée au problème qui satisfait aux exigences du problème qui se dégage de la situation. Cette opération requiert donc la mise en œuvre d’un raisonnement de nature expérimentale qui teste la robustesse de significations attribuées à des faits d’observation dont la validité – toujours provisoire – se prouve dans l’accomplissement (l’utilisation et la jouissance, dit Dewey) de l’action. Au total,

l’enquête est la transformation contrôlée ou dirigée d’une situation indéterminée en une situation qui est si déterminée en ses distinctions et relations constitutives qu’elle convertit les éléments de la situation originelle en un tout unifié. La situation originelle indéterminée n’est pas seulement « ouverte » à l’enquête, elle est ouverte à l’enquête parce que ses éléments constitutifs ne tiennent pas ensemble. La situation déterminée d’autre part en tant que fin de l’enquête est une situation, un « univers de l’expérience » fermé et, pour ainsi dire, fini. (Ibid., p. 169)

24Il convient de noter que, pour Dewey, la détermination de la situation, et de chacun de ses éléments constitutifs, n’équivaut pas à une définition de leur vérité : l’enquête produit uniquement une « assertabilité garantie », c’est-à-dire la pertinence actuelle et toujours révisable d’une détermination (Putnam & Putnam, 1994, p. 201-202). L’aspect provisoire de l’assertabilité garantie fait, cependant, problème : les significations attribuées à la situation et à ses éléments sont-elles vouées à n’avoir aucune permanence ? À ce point, le raisonnement semble frappé de circularité :

  • 11 Sur l’usage de la notion d’objet chez Dewey, cf. l’article de Guillaume Garetta dans ce volume.

Les choses existent en tant qu’objets11 pour nous seulement dans la mesure où elles ont été antérieurement déterminées comme résultats des enquêtes. Quand elles sont utilisées pour mener de nouvelles enquêtes dans de nouvelles situations problématiques, elles sont connues comme objets en vertu des enquêtes antérieures qui garantissent leur assertabilité. Dans la nouvelle situation, elles sont des moyens de parvenir à la connaissance de quelque chose d’autre. (Dewey, 1993, p. 184-185)

  • 12 L’objectivité dont il est question ici est très particulière. Putnam a fait remarquer que la démarc (...)
  • 13 Cf. note 8 supra.

25Le moderne accoutumé au mode de pensée systémique trouverait probablement cette proposition convaincante. Pourtant, elle ne résout pas une question : comment l’objet passe-t-il du statut de chose dont la signification a été stabilisée par l’enquête à celui de moyen de l’enquête elle-même ? Pour expliquer ce passage, Dewey s’en remet, pour sa part, à la thèse évolutionniste : l’adaptation est un processus historique qui, à plus ou moins long terme, fixe les déterminations dans les esprits, et c’est le déploiement de l’action humaine en réaction à son environnement qui régit le phénomène. Il est inutile ici de se prononcer sur la validité d’une telle explication. On peut se contenter de dire que, si elle manifeste l’antidualisme résolu de Dewey, elle le conduit cependant à postuler le caractère totalement endogène du processus de détermination puisque les éléments du « contrôle » (dont on attend qu’il remplisse une certaine fonction d’objectivation12) ne sont jamais conçus comme extérieurs à la situation, ce qui, comme on l’a déjà signalé13, entre en contradiction avec le principe même d’un contrôle :

La qualité particulière de ce qui entre dans les matériaux donnés, faisant d’eux une situation, n’est pas simplement une incertitude au sens large : c’est un doute unique qui fait que cette situation est simplement et seulement la situation qu’elle est. C’est cette qualité unique qui non seulement provoque cette enquête particulière dans laquelle on est engagé, mais qui exerce aussi son contrôle sur ses procédés spéciaux. (Ibid., p. 170)

  • 14 D’autres circonstances sociales existent (habitude, absence d’orientation, effectuation mécanique) (...)

26On peut maintenant essayer de résumer la conception de Dewey. La situation est un « tout existentiel », dont la qualité procède de la réunion toujours unique des éléments matériels (biologie, pensée et culture) qu’elle assemble et qui est « eue » par les individus qui s’y trouvent pris à leur insu. Sa caractéristique est d’être indéterminée14 : on ne sait donc jamais a priori ce qu’elle est puisque c’est l’enquête, que cette indétermination suscite, qui configure les éléments qui, finalement, la constituent. En somme, chez Dewey, la situation est l’occasion de l’émergence et de la réalisation d’une procédure : l’enquête. Et celle-ci obéit aux principes d’une logique (de sens commun ou scientifique) qui organisent son déploiement en assurant son adéquation à l’« univers de l’expérience » dans lequel elle s’inscrit.

L’enquête est la transformation dirigée ou contrôlée d’une situation indéterminée en une situation unifiée d’une manière déterminée. Le passage de l’une à l’autre s’effectue au moyen d’opérations de deux sortes : conceptuelles et d’observation. Ces opérations étant existentielles, elles modifient la situation existentielle et mettent en relief des conditions antérieurement inaperçues et relèguent à l’arrière-plan d’autres aspects au début évidents. Dans ce travail de sélection et d’arrangement, les objets conceptuels et existentiels remplissent leur rôle propre dans le contrôle de l’enquête. (Ibid., p. 183)

  • 15 Peirce récuse le nominalisme et sa théorie des universaux, en développant une logique des relations (...)
  • 16 L’usage de la notion d’« idée régulatrice » peut paraître contredire celle d’enquête. Peirce n’aura (...)
  • 17 Sur l’anti-psychologisme de Peirce et la thèse de l’« intelligence scientifique », cf. Chauviré (19 (...)

27D’une certaine manière, Dewey applique ainsi à la situation (à un fragment d’un monde social) la méthode d’analyse que Peirce a proposé d’utiliser pour concevoir l’objet. Mais cette application est-elle valide ? Peirce a fait de ce qu’il nomme la tiercéité le principe de son « réalisme des relations »15 : le lent passage de l’objet d’un statut d’indétermination à une détermination toujours faillible se fait en rapport constant avec une certaine idée (de sens commun) de ce à quoi l’objet considéré renvoie. C’est une idée régulatrice16 de ce type qui opère le contrôle de l’enquête sur l’objet et permet l’émergence des propriétés dont il est doté. La notion de contrôle est essentielle au réalisme peircien : elle assure que la détermination de l’objet reste dans des limites d’intelligibilité, qu’elle vaut au-delà des confins de la subjectivité17. Elle n’est pas la définition objective des rationalistes mais simplement le principe qui guide l’établissement de relations pertinentes (Bourdieu, 1998).

  • 18 Dewey ne distingue jamais clairement situation générale (l’expérience, comme substrat de toute exis (...)

28Dans les deux cas, objet ou situation, l’enquête vise à donner un statut déterminé aux événements du monde pour en faire une croyance validée en pratique et qui, éventuellement, se fixe en habitude. Mais l’enquête n’est pas le fait exclusif d’une conscience ou d’une pensée individuelle : il faut que les indices offerts à la perception et qui font l’objet de l’opération de détermination soient publiquement ratifiés. Entre l’objet (ou les éléments d’une situation) et l’enquêteur (ou la communauté d’enquêteurs), un tiers doit donc s’immiscer qui permet d’atteindre à la satisfaction (qui est le but de cette procédure de fixation de la croyance). Or, dans le cas de la situation, le tiers que Dewey propose, le tout contextuel, paraît trop général pour parvenir à cette satisfaction. Un problème se pose en effet : comment la situation (définie comme une configuration unique d’éléments disparates18) peut-elle contrôler l’expérience à la manière d’un objet dont on peut penser (en admettant l’idée de tiercéité) que tout un chacun dispose d’un certain concept ? Or, Dewey ne propose rien qui puisse remplir l’office de concept – de point de référence extérieur qui assure le contrôle de l’attribution des significations – dans le cas de la situation. Il pose, au contraire, que celle-ci étant « individuelle, unique et induplicable », c’est précisément cette unicité qui fournit, en elle-même, les moyens du contrôle.

29Mais, dans cette conception radicalement émergentiste, rien n’indique d’où provient la connaissance première indispensable pour saisir qu’on « a » telle situation plutôt qu’une autre, ni quelle est la nature (sociale, dispositionnelle, langagière, cognitive, etc.) des opérations mises en œuvre pour accomplir la détermination, ni où serait déposé le « stock » de toutes les situations originellement indéterminées et devenues déterminées dans lesquelles il est possible de se trouver subitement plongé, ni comment une même configuration peut valoir pour deux enquêteurs pris dans une situation identique. De plus, Dewey prend rarement en compte le fait que, si l’on suit Peirce, une part importante du contrôle ne procède pas de la situation « expériencée », mais est déjà contenue dans l’habitude :

La notion d’habitude revêt un sens technique précis chez Peirce : would-be ou propension, elle est un troisième gouvernant la factualité seconde, les actes comme les événements existants (ainsi, loin d’être une simple formule inopérante, la loi de la chute des corps fait tomber les corps d’une certaine façon). L’habitude (la loi, la règle) est en quelque sorte la pensée (la tiercéité) opérant dans la nature à la manière d’une cause finale et qui, en agissant de façon quasi intentionnelle, rend cette nature intelligible, l’imprègne de rationalité. (Chauviré, 1995, p. 83-84)

30Et il ne semble pas que Dewey propose une méthode permettant de différencier ce qui relève de l’habitude et ce qui relève de l’enquête dans le processus de détermination.

31On peut incidemment signaler que l’enquête – le passage de l’indétermination de la situation à une situation déterminée – ne peut pas s’apparenter aux procédures dites de « définition de la situation » chères aux interactionnistes symboliques. Elle s’en distingue sur un point essentiel. Chez Dewey, la situation est une circonstance dans laquelle une expérience a l’occasion de s’accomplir et qui provoque l’enquête. Mais celle-ci est un exercice solitaire : elle se réalise dans une interaction entre un être vivant et le monde dans lequel il vit (Dewey, 1934, p. 44) et, même si elle est conçue comme sociale, est déconnectée d’éventuelles relations avec d’autres humains. Cet individualisme tranche : pour les interactionnistes symboliques, la définition de la situation est intimement liée à la coprésence d’individus et ordonne leur activité collective en actualisant la coordination (Rochberg-Halton, 1982 ; Shalin, 1986). Bref, si la dimension sociale est, pour Dewey, un attribut essentiel de l’enquête (Putnam, 1993, p. 172), il faut noter qu’elle rapporte plus au collectif que figure l’espèce en son entier qu’à un ensemble d’individus réunis pour réaliser une action en commun. L’enquête peut tout aussi bien impliquer les membres d’un groupe, d’une famille, d’un clan, d’une nation (Dewey, 1993, p. 126), sans que l’on ne sache jamais sur la base de quelles relations concrètes une telle enquête pourrait se réaliser et quel genre de problème, autre que ceux liés à la préservation et la survie, elle pourrait identifier et chercher à résoudre.

  • 19 Au sens que précise Rorty : « Le pragmatisme est la doctrine pour laquelle l’enquête n’est soumise (...)
  • 20 Il y a tout lieu de penser, à la suite de Putnam (1993, p. 172), que Dewey imagine que cela arrive (...)

32Au total, la notion de situation apparaît être l’indispensable support de ce qui, d’un point de vue théorique, importe vraiment à Dewey : l’enquête en tant que processus ouvert et dynamique de découverte, comme « méthode d’organisation de l’expérience ». Et cette subordination de la situation à l’enquête se constate aisément : les propriétés attribuées à la situation sont uniquement celles qui contribuent à l’opération de détermination en tant que telle, en négligeant celles qui renverraient aux circonstances concrètes dans lesquelles l’enquête se déroule. Le privilège accordé à l’enquête se comprend : il est une défense et une illustration de la thèse « émergentiste » de Dewey19. Si cette thèse a d’estimables vertus politiques, pédagogiques, philosophiques et épistémologiques (Boydston, 1991 ; Putnam & Putnam, 1994 ; Putnam, 1996) et permet de postuler l’endogénéité de l’organisation de l’action, elle conduit cependant Dewey à enfermer l’analyse dans une certaine circularité. En effet, tout ce dont on aurait besoin pour déterminer une situation problématique devrait nécessairement se trouver dans la situation elle-même, qu’il s’agisse des éléments matériels – prélevés dans l’ordre naturel du monde – ou des ressources conceptuelles – dont on a du mal à ne pas penser qu’elles proviendraient d’une sorte de mémoire propre à l’espèce. Et dans la mesure où Dewey ne spécifie pas comment des enquêtes menées par des individus différents pourraient produire une détermination identique20, il est difficile de concevoir l’expérience autrement que comme un exercice personnel.

33À cette conception, finalement moins sociale qu’individuelle du rapport entre situation et expérience, s’oppose, d’une certaine manière, celle que propose Goffman, qui donne à la situation un caractère public, en l’envisageant comme une configuration imposant un même ensemble de règles et d’obligations aux individus qui s’y trouvent pris. Quelles sont ces règles et ces obligations ?

L’expérience comme phénomène social

34Dans un court article souvent donné pour sa profession de foi en la matière, Goffman propose la définition suivante de la situation :

Une situation sociale se produit dès que deux ou plusieurs individus se trouvent en présence mutuelle immédiate, et se poursuit jusqu’à ce que l’avant-dernière personne s’en aille. Ceux qui se trouvent dans une situation donnée peuvent être définis agrégativement comme un rassemblement même s’ils semblent isolés, silencieux et distants, ou encore seulement présents de manière temporaire. Des règles culturelles régissent la manière dont les individus doivent se conduire en vertu de leur présence dans un rassemblement. Quand elles sont respectées, ces règles de brassage organisent socialement le comportement de ceux engagés dans la situation. (Goffman, 1988, p. 146-147)

35Cette première définition reste très proche de celle en vigueur en anthropologie sociale, où elle est utilisée pour rendre compte, en mettant en œuvre la méthode de l’étude de cas (Van Velsen, 1967), des aspects de la morphologie sociale (rapports de pouvoir, distribution de statuts, principes de classification et de hiérarchisation, etc.) sous leur aspect dynamique (Kapferer, 1976 ; Barth, 1981). Goffman cherche cependant à la préciser, en considérant chacun des éléments de la situation qui contraignent l’interaction. Le premier de ces éléments est, comme le signale Anne W. Rawls, lié à l’engagement des identités dans la coprésence :

Le fait que, pour exister, un self doive être représenté impose des contraintes à l’ordre de l’interaction, à sa forme, et aux conduites de ses participants. Indépendamment de la classe sociale, des rôles organisationnels, ou des structures institutionnelles formelles, les individus en interaction sont tenus de respecter des obligations liées aux besoins du self tel qu’il est publiquement représenté dans l’interaction. Le self n’est donc pas le point de départ ontologique d’une théorie de l’ordre social. Pour Goffman, il est un produit qui dépend d’un ordre de représentation qui constitue la première contrainte des situations de coprésence. (Rawls, 1987, p. 139)

  • 21 Je résume ici une analyse plus largement développée dans Ogien (1995, p. 104-108, 118-122, 187-191)

36Si Goffman met la question de l’identité au centre de son analyse, ce n’est pas à la manière des interactionnistes symboliques21. Il rejette, en effet, la thèse de l’unicité de l’identité (à laquelle il substitue celle de la simultanéité des multiples identités) et le fait qu’on puisse rendre compte de la coordination de l’action en décrivant l’activité déployée par les individus pour « définir la situation » de manière conjointe et mutuellement agréée. Ce double rejet, que résume l’affirmation selon laquelle « la conduite en face à face n’est jamais simplement et pas toujours une forme de communication » (Goffman, 1970, p. ix), conduit Goffman à poser que les contenus d’information véhiculés dans les échanges verbaux ne sont

rien d’autre qu’un des aspects de la situation qui doit être attentivement examiné et contrôlé puisqu’il peut donner lieu à des conflits d’évaluation entre le sujet et l’observateur […] Les diverses procédures de contrôle n’illustrent pas la capacité de l’observateur à recevoir des messages, mais un phénomène plus général : son habileté à saisir les expressions. Aussi, quand le sujet emploie des moyens verbaux pour donner des informations concernant ce qu’il a l’intention de faire, l’observateur – s’il veut juger de façon adéquate la signification de ces communications – devra les rapporter aux aspects expressifs de la transmission, comme une forme de contrôle sur le contenu sémantique. (Ibid., p. 13)

  • 22 La notion de coup (« move ») nomme, chez Goffman, un élément d’action qui appelle une interprétatio (...)

37Écartant la primauté des « messages verbaux » dans le déroulement et l’aboutissement des échanges sociaux, Goffman soutient que, pour que l’interaction se déroule de façon satisfaisante (c’est-à-dire dans la fluidité coutumière de sa séquentialité), elle doit respecter une première contrainte : que tous ceux qui y participent admettent a priori la sincérité d’autrui. Or, cette contrainte n’est pas inconditionnelle : un ensemble d’indices observables doit permettre d’attester de la « plausibilité » des actes accomplis dans l’activité en cours. Et tel est le rôle que joue la situation : pour Goffman, ce sont sa structure et sa permanence qui garantissent la validité des « coups »22 dont la succession constitue l’action. Autrement dit, la situation opérerait le type de « contrôle » dont Peirce affirmait, sur un autre mode et à propos des objets du monde, la nécessité.

38Ce qui, dans cette première définition, qualifie la situation est donc le fait qu’elle contient des « contraintes d’acceptabilité » (Ogien, 1991) qui incitent ceux qui agissent à se plier à une série partiellement définie de normes, de conduite et de langage. Ces contraintes sont de deux sortes. Les premières relèvent de l’ordre de l’interaction en face à face : ce sont les obligations liées au respect des règles d’étiquette et de réciprocité tenues pour assurer la continuité des échanges. Les secondes sont propres à l’organisation de l’action : elles sont fichées dans les propriétés matérielles et conceptuelles de chacune des formes d’activité pratique qui, ensemble, composent l’expérience ordinaire du monde et dont il y a tout lieu de penser que les individus ont probablement une connaissance partagée, même si ce n’est que de façon très approximative. Ce sont ces contraintes d’acceptabilité, par nature indépendantes de l’activité de l’esprit, qui orientent les jugements qui rendent l’action individuelle et collective possible.

  • 23 Les bornes d’une situation sont éminemment fluctuantes : elles sont fixées par l’opération qui cons (...)

39Envisagée de la sorte, la situation circonscrit un univers d’intelligibilité relativement défini23 et reproductible ; et c’est parce que cet univers et les règles qui le gouvernent leur sont directement disponibles que les individus peuvent ajuster leur conduite à la présence d’autrui. Une caractéristique de ces univers est leur contiguïté : pour Goffman, lorsqu’un individu quitte une situation, c’est pour pénétrer dans une autre. Ainsi, et pour autant que la présence des individus au monde se résume aux « réunions » et « rencontres », la « ronde journalière » (Goffman, 1975, p. 90) qui constitue la vie quotidienne serait une suite ininterrompue de situations, les unes s’enchâssant dans les autres de façon imprévisible au gré des événements.

40Bref, chez Goffman, la notion de situation nomme une forme typique et stabilisée d’environnement organisant a priori l’action qui doit, à un moment ou un autre, venir s’y dérouler. Puisqu’elle préexiste à l’engagement des individus dans une activité sociale et survit à sa cessation, elle a la nature d’une institution ; et, en tant que telle, opère comme une pierre de touche extérieure aux individus et dont ceux-ci font usage, dans le cours même de l’activité qui les réunit, pour évaluer l’acceptabilité de leurs actes et de ceux d’autrui. En ce sens, la situation se présente comme un élément premier de l’organisation de l’expérience. Et c’est la valeur de cette conception que les derniers travaux de Goffman permettent d’examiner.

  • 24 C’est également cette conception de la généralisation que défend Harvey Sacks (1984).

41En anthropologie sociale, la notion de situation qualifie un type de circonstance qui reflète nécessairement la structure du monde social, ce qui justifie son analyse et la validité des généralisations qu’on peut en extraire (Gluckman, 1958 ; Mitchell, 1983)24. Goffman réduit la force de ce postulat, dont il est familier : pour lui, la situation ne manifeste pas l’entièreté de la structure sociale, mais en découpe une partie seulement. Elle opère donc à la manière d’un filtre – une « membrane », dit-il – qui sélectionne, parmi toutes les obligations qui pèsent sur les individus, celles qui possèdent une pertinence dans l’ici et le maintenant de l’action. Pour Goffman, il convient donc de distinguer le « situé » – le simple donné contextuel – et le « situationnel » – les règles de transformation utilisées dans l’interminable processus de détermination de « ce qui se passe » (Goffman, 1983, p. 8-9). Cette distinction est élaborée dans Les cadres de l’expérience où, pour décrire « la structure de l’expérience individuelle de la vie sociale », Goffman substitue deux notions à celle de situation : celles de cadre primaire et de cadre secondaire.

42On sait que la question traitée dans ce livre est celle de la nature de la réalité sociale. D’emblée, Goffman rejette les thèses de James et de Schutz à propos de la pluralité des mondes, en contestant la validité de l’opposition que ces deux auteurs établissent entre monde réel et mondes imaginaires. Pour lui, le monde réel est aussi vulnérable que les autres ; et c’est de cette vulnérabilité qu’il faut partir pour rendre compte de notre sens de la réalité. Aucune des propositions formulées pour résoudre les problèmes liés à la question du pluralisme ne lui paraît satisfaisante : ni la notion de définition de situation par ratification mutuelle, ni celle de construction sociale de la réalité par négociation dans l’interaction, ni celle de règles constitutives au moyen desquelles l’action parvient à s’ordonner en pratique. Il note d’ailleurs que ceux qui adoptent cette dernière position

négligent souvent de préciser qu’ils n’entendent pas tant prendre en considération ce qu’un individu perçoit comme réel que ce qui peut le posséder, l’absorber, l’emporter. Et ils oublient de dire que ce même individu peut très bien prétendre que ce qui se passe là se passe réellement même si ce n’est pas réel. On se retrouve ainsi avec une similitude structurelle entre la vie quotidienne – en espérant savoir ce dont il s’agit – et les multiples « mondes » de simulacres sans pour autant saisir en quoi ce rapport modifierait ce que nous entendons par vie quotidienne. (Goffman, 1991, p. 15)

43L’expérience, pour Goffman, a deux dimensions : il nomme la première « affective » – ce qui tient à l’« absorption » dans le flux de l’activité quotidienne –, et la seconde « cognitive » – ce qui relève du sens attribué à ce qui se passe. D’une certaine manière, chacune de ces dimensions correspond à l’un des deux types de cadres qui structurent l’action : primaires et secondaires. Si les premiers sont directement associés à ce « sens de la réalité sociale » qui guide la perception immédiate des choses et des événements du monde, les seconds organisent la description en acte (c’est-à-dire le mouvement de l’action et les énoncés qui peuvent l’accompagner) de ces choses et de ces événements. Cadres primaires et secondaires sont liés de façon dynamique. Les premiers (qui se divisent en naturels et sociaux) détachent une portion de sens dans le chaos du réel : de façon simultanée, des objets et des séquences d’action sont prélevés dans le mouvement perpétuel du monde et instantanément arrangés en une suite ordonnée. Une fois cette suite établie (c’est-à-dire lorsqu’une réponse – dont la validité peut être sujette à caution – est apportée à la question : qu’est-ce qui se passe ici ?), les cadres secondaires sont mobilisés : des règles de transformation entrent en opération afin de déterminer, de façon toujours amendable, les éléments qui concourent à la constitution du cours d’action. Mais ces règles, qui gouvernent l’ajustement permanent des significations attribuées aux éléments de l’environnement, ne doivent pas être conçues comme purement formelles, d’application mécanique et entraînant des effets invariables.

[…] ce qui se passe peut requérir une multitude de cadres comme ne recourir à aucun. Afin d’avancer dans notre entreprise, on devra s’accorder, à titre provisoire, une fiction opérationnelle consistant à penser que les actes de la vie quotidienne sont compréhensibles à partir d’un ou plusieurs cadres qui les informent ; et dont la mise en lumière ne sera ni une tâche triviale ni, je l’espère, une mission impossible. (Ibid., p. 35)

  • 25 Et de différencier le réel de l’incroyable (astounding complex), du merveilleux (stunts), du magiqu (...)

44Les cadres primaires ne sont pas normatifs et déterministes ; pas non plus des schèmes conceptuels. Goffman est plus sceptique : dans la mesure où aucun fondement n’existe au nom duquel on pourrait expliquer comment se construit la réalité du monde social, on doit se contenter de constater que les êtres humains le font et postuler qu’ils disposent de manières de faire collectivement partagées leur permettant de diviser immédiatement le chaos du réel en éléments discernables25 et chargés d’une signification qu’ils tiennent pour nécessairement provisoire. Adopter un cadre primaire pour qualifier une action n’est alors rien moins qu’un pari : une signification initiale est donnée à toutes fins utiles, tout en sachant qu’elle vaudra le temps que l’interaction s’engage et que le travail de transformation et de modalisation – les opérations que règlent les cadres secondaires – commence son œuvre, construisant l’intelligibilité, toujours éphémère, de l’action en cours. En somme, l’élaboration de Goffman ne contrevient jamais à un principe essentiel : la primauté de la pratique, c’est-à-dire qu’il tient pour premier le fait que les activités quotidiennes se déroulent, pour l’essentiel, sans ruptures notables.

La vie sociale est organisée de telle sorte que nous pouvons généralement comprendre ce qui nous arrive et y prendre part. On supposera donc une correspondance ou un isomorphisme entre la perception et l’organisation de ce qui est perçu, en dépit du fait qu’on pourrait sans doute envisager d’autres principes d’organisation susceptibles d’orienter la perception dans des directions différentes tout aussi valides. (Ibid., p. 35)

45Comment penser qu’il en aille ainsi sans supposer que les individus ont une connaissance directe des objets et des événements du monde, et que tout un chacun sait en faire un usage adéquat ? En faisant dire à Goffman un peu plus qu’il ne le fait lui-même, on pourrait prétendre que la notion de cadre primaire décrit la manière dont opère cette connaissance directe : un indice nous apparaît immédiatement accompagné d’une série plus ou moins étendue de significations qu’il est possible de lui attribuer. Et on ne cesse de jouer sur ces significations, de les modifier, d’en inventer de nouvelles, de les confirmer ou de les corriger dans le temps de l’interaction. Mais ce jeu est borné : on ne peut pas dire et faire tout et n’importe quoi, signifier une chose et son contraire à la fois. Et lorsque Goffman pose que l’expérience est organisée, c’est pour rappeler les limites dans lesquelles le rapport dynamique qui lie situation et expérience s’inscrit.

On peut définir un contexte par l’ensemble des événements accessibles compatibles avec l’interprétation d’un cadre et incompatibles avec d’autres interprétations. Lorsque le contexte ne suffit pas, les participants prennent soin d’expliciter le sens requis par la situation, comme s’ils devaient aider la nature à se trouver elle-même. Même lorsque quelque chose se passe dont la définition est foncièrement ambiguë ou erronée et destinée à le demeurer, nous persistons à penser qu’il suffit que nous nous en donnions la peine pour découvrir les « faits » et remettre les choses en place. L’inexpliqué n’est pas l’inexplicable. (Ibid., p. 432)

46Un dernier enseignement peut se tirer de l’analyse de Goffman : si les ressources utilisées pour s’engager dans l’action et y tenir sa place de façon satisfaisante ne sont pas l’attribut exclusif d’un individu, mais celui de tout un chacun, il n’y a plus guère de sens à appréhender l’expérience comme une disposition de l’intériorité. Il siérait, tout au contraire, de la tenir pour le support de la contrainte sociale, ou, pour reprendre les termes de Goffman, comme « le jeu dont nous disposons, qui résulte de la donne que la situation nous met entre les mains et de notre propre mise » (ibid., p. 370). Bref, la notion d’expérience renverrait ici aux procédures qu’un individu doit mettre en œuvre pour maintenir, par-delà les altérations que la temporalité de l’action lui fait subir, un sens (incessamment remanié) de la réalité sociale. Et la situation serait l’élément premier au moyen duquel ces procédures s’accomplissent.

La situation entre émergence et contrainte

  • 26 Pour reprendre la notion utilisée par François Jullien (1992) ou Karl Popper (1992).
  • 27 Cette identification est, chez Dewey, le fait de l’intuition des individus qui sauraient, pour tell (...)
  • 28 Position qui rappelle celle de Wittgenstein à propos de l’impossibilité du langage privé.

47Alors que Dewey envisage la situation comme un « tout » indéterminé qui présente un « matériel » permettant d’en considérer l’unicité (en la déterminant), Goffman la tient pour une structure de contraintes qui 1) impose des critères de description des objets et des événements observables dans un cours d’activité pratique ; 2) définit des principes d’accomplissement des rôles propres à cette activité ; et 3) fournit des indications au sujet des propensions26 de l’action qu’il est possible d’y mener. Chacune de ces conceptions suppose une certaine idée de l’expérience. Pour Dewey, elle renvoie à une procédure – l’enquête – qui s’organise à partir de la situation (d’une totalité directement « eue ») et à l’intérieur d’elle-même et dont la dimension sociale, bien que postulée, semble trop englobante pour pouvoir être clairement identifiée27 ; pour Goffman, elle a un caractère directement public, puisque les jugements d’acceptabilité qui l’expriment obéissent à des règles de reconnaissance (des choses et des événements) et de transformation (la modification des significations d’usage attribuées à ces choses et événements) s’imposant à l’ensemble des participants à une action collective. Pour le premier, l’expérience est un processus ayant une qualité « esthétique » dont on voit mal comment il pourrait être autre chose qu’une œuvre purement individuelle ; pour le second, elle se conçoit en relation à l’engagement dans l’action et possède une certaine transparence (chacun peut avoir accès à l’expérience d’autrui, à condition de s’en faire expliquer le contenu28) puisque ses conditions d’intelligibilité sont irrémédiablement données à tous les participants à une même situation.

48La différence essentielle entre les conceptions de la situation de Dewey et de Goffman tient à ce que le premier la tient pour unique, indivisible et induplicable, tandis que le second l’envisage sous l’angle de la typicité de l’action qui est censée s’y dérouler. Que recouvre cette typicité ? Dans la définition qu’il donne en 1964, Goffman note que la situation est une « réunion » (la coprésence d’individus) qui peut donner lieu à une « rencontre » :

Les jeux de cartes, les couples sur une piste de danse, les équipes chirurgicales en action, et les combats de boxe sont autant d’exemples de rencontre : tous illustrent l’organisation sociale d’une orientation momentanément conjuguée ; tous impliquent un entrelacs organisé d’actes d’une certaine nature. (Goffman, 1988, p. 147-148)

  • 29 On pourrait, suivant un usage inauguré par Donald Davidson, dire que ces verbes nomment un événemen (...)
  • 30 Pour boucler la boucle, on peut signaler la similitude de ce point de vue avec celui de Peirce, pou (...)

49La typicité d’une situation – le fait que ce qu’elle devrait être soit conçu de façon relativement identique par tout un chacun – tient, en partie, à ce qu’une situation se présente, dans la langue, sous la forme d’un verbe d’action (en admettant que le mode infinitif renvoie à une liste d’instructions pour engager et conduire l’action)29. Et qu’à ce verbe vient s’accoler, dans la temporalité des échanges, un nombre potentiellement infini de compléments circonstanciels qui, dès lors qu’ils sont introduits, modifient ou ajoutent des instructions à la liste initiale, en spécifiant de nouveaux critères de jugement de l’action que le verbe est censé décrire. Pour donner des exemples de situation : « jouer aux échecs » ou « donner un récital ». Admettons que chacun de ces verbes composés soit suivi, dans un cas, par ces compléments : sur un bateau/par vent de tempête/avec trois mafiosi russes/avec pour enjeu la vie ou la mort ; et dans l’autre, par ceux-ci : dans un hôpital/devant un public de cancéreux/de façon bénévole/en présence d’un producteur connu. Dans ces deux exemples, le verbe indique le type d’action qu’une situation appelle et chaque adjonction d’un complément redistribue, au moment où l’observation lui donne pertinence, les significations déjà attribuées et ouvre de nouvelles voies d’interprétation. Rien n’interdit de penser que tout membre d’une société connaît une large gamme de verbes d’action et de leurs usages, tout comme il sait, à chaque complément circonstanciel qui s’y ajoute soudain, ce que cet ajout implique en termes d’anticipations de ce qui devrait alors se passer30.

  • 31 Au sens de l’idée approximative que se font les individus de ce qui devrait se passer en telle ou t (...)

50Lorsqu’on retient cette conception de la notion de situation, le « contrôle » que celle-ci exerce sur l’expérience est à la fois 1) fixé dans une grammaire collectivement partagée et 2) contenu dans cette normalité idéale31 – et dont on peut à bon droit postuler qu’elle est largement admise – qui définit les formes a priori de l’activité pratique et les attentes qu’elle risque de susciter.

  • 32 Une conséquence paradoxale (pour certains goffmaniens) découle de cette analyse (si l’on en admet l (...)

51Dans ce modèle « externaliste », ce qu’un individu est en mesure de concevoir ne peut excéder les limites d’un possible inscrit dans une situation. Et puisque la présence au monde (lorsqu’elle se confond avec l’engagement dans l’action) est une suite ininterrompue de situations, l’expérience ne peut être pensée comme le repère de l’intériorité : elle se déploie toujours en extériorité, et les critères de jugement qui la qualifient sont nécessairement publics. En substituant les notions de cadres primaires et secondaires à celle de définition de situation, Goffman fait porter l’intérêt analytique sur les procédures de transformation qui réalisent les innombrables enchaînements entre situations qu’appelle la continuité de l’action32. Et c’est à ce niveau élémentaire qu’il découvre la structure de l’« expérience individuelle de la vie sociale ».

52Goffman n’exclut donc pas l’émergence mais, à la différence de Dewey, refuse de la concevoir comme un pur engendrement. Et s’il l’encadre et l’organise, c’est que, dans une veine toute durkheimienne, il admet que la contrainte est la condition première de l’intelligibilité de l’action… et celle de l’émergence elle-même. Laissons-lui donc une fois encore le dernier mot :

Bref, chaque fois que nous entrons en contact avec autrui, que ce soit par la poste, au téléphone, en lui parlant face à face, voire en vertu d’une simple coprésence, nous nous trouvons avec une obligation sociale : rendre notre comportement compréhensible et pertinent compte tenu des événements tels que l’autre va sûrement les percevoir. Quoi qu’il en soit par ailleurs, nos actes doivent prendre en compte l’esprit d’autrui, c’est-à-dire sa capacité à lire dans nos mots et nos gestes les signes de nos sentiments, de nos pensées et de nos intentions. Voilà qui limite ce que nous pouvons dire et faire ; mais voilà aussi qui nous permet de faire autant d’allusions au monde qu’autrui peut en saisir. (Goffman, 1987, p. 270-271)

Bibliographie

Barth Fredrik (1981), Process and Form in Social Life, Londres, Routledge & Kegan Paul, vol. 1.

Berger Peter L. & Thomas Luckmann (1967), The Social Construction of Reality, Harmondsworth, Penguin.

Bourdieu Emmanuel (1998), « Une conjecture pour trouver le mot de l’énigme : la conception peircienne des catégories », Philosophie, 58, p. 14-37.

Boydston Jo Ann (ed.) (1991), John Dewey. The Later Works, Carbondale & Edwardsville, Southern Illinois University Press, vol. 13 : 1938-1939.

Chauviré Christiane (1995), Peirce et la signification. Introduction à une logique du vague, Paris, Presses universitaires de France.

Cometti Jean-Pierre (1994), « Le pragmatisme : de Peirce à Rorty », in M. Meyer (ed.), La philosophie anglosaxonne, Paris, Presses universitaires de France, p. 387-492.

Deledalle Gérard (1985), « Le pragmatisme », Encyclopoedia Universalis, Paris, p. 860-862.

Descombes Vincent (1996), Les institutions du sens, Paris, Minuit.

Dewey John (1934), « Having an Experience », in Id., Art as Experience, Minton, Blach & Co.

Dewey John (1941), « Propositions, Warranted Assertability, and Truth », The Journal of Philosophy, XXXVIII (7) (in Morgenbesser, 1997, p. 265-282).

Dewey John (1993), Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France [1938].

Durkheim Émile (1981), Pragmatisme et sociologie, Paris, Vrin [1955].

Garfinkel Harold (1963), « A Conception of, and Experiments with, “Trust” as a Condition of Stable Concerted Actions », in O. J. Harvey (ed.), Motivation and Social Interaction, New York, The Ronald Press, p. 187-238.

Gluckman Max (1958), Analysis of a Social Situation in Modem Zululand, Rhodes-Livingston Papers no28, Manchester, Manchester University Press [1940].

Goffman Erving (1970), Strategic Interaction, Oxford, Basil Blackwell.

Goffman Erving (1975), Stigmate, Paris, Minuit [1963].

Goffman Erving (1983), « The Interaction Order », American Sociological Review, 48 (l), p. 1-17.

Goffman Erving (1987), Façons de parler, Paris, Minuit [1981].

Goffman Erving (1988), « La situation négligée », in Id., Les moments et leurs hommes, Paris, Seuil, p. 143-149 [1964].

Goffman Erving (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit [1974].

Hayek Friedrich A. (1993), La présomption fatale, Paris, Presses universitaires de France.

Houser Nathan & Christian J. W. Kloesel (eds) (1992), The Essential Peirce. Selected Philosophical Writings, Bloomington, Indiana University Press, vol. 1 : 1867-1893.

Jullien François (1992), La propension des choses, Paris, Seuil.

Kapferer Bruce (ed.) (1976), Transaction and Meaning, Philadelphie, ASA Essays in Social Anthropology.

Lapoujade David (1996), William James. Empirisme et pragmatisme, Paris, Presses universitaires de France.

Lewis J. David (1976), « The Classic American Pragmatists as Forerunners to Symbolic Interactionism », The Sociological Quarterly, 17 (3), p. 347-359.

Mc Hugh Peter (1968), Defining the Situation, New York, Bobbs-Merill.

Mitchell J. Clyde (1983), « Case and Situation Analysis », The Sociological Review, 31 (2), p. 187-211.

Morgenbesser Sidney (ed.) (1997), Dewey and his Critics, New York, The Journal of Philosophy.

Nagel Ernest (1939), « Some Leading Principles of Professor Dewey’s Logical Theory », The Journal of Philosophy, XXXVI (21), (in Morgenbesser, 1997, p. 560-565).

Ogien Albert (1991), « L’acceptable et le pertinent », Critique, 524-525, p. 57-70.

Ogien Albert (1995), Sociologie de la déviance, Paris, A. Colin.

Ogien Ruwen (1991), « Plaidoyer pour l’événement quelconque », in J.-L. Petit (ed.), L’événement en perspective, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 2), p. 203-228.

Peirce Charles Sanders (1984), Textes anti-cartésiens, Paris, Aubier.

Peirce Charles Sanders (1995), Le raisonnement et la logique des choses, Paris, Le Cerf.

Popper Karl (1992), Un univers de propensions, Combas, Éditions de l’Éclat.

Putnam Hilary (1993), « Objectivity and the Science-Ethics Distinction », in M. Nussbaum & A. Sen (eds), The Quality of Life, Oxford, Clarendon Press, p. 143-157.

Putnam Hilary (1994), « Pragmatism and Moral Objectivity », in Id., Words and Life, Cambridge, MA, Harvard University Press, p. 151-181.

Putnam Hilary & Ruth Anna Putnam (1994), « Dewey’s Logic, Epistemology as Hypothesis », in J. Conant (ed.), Hilary Putnam. Words and Life, Cambridge, MA, Harvard University Press, p. 198-220.

Putnam Ruth Anna (1996), « Pragmatisme », in M. Canto-Sperber (ed.), Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Paris, Presses universitaires de France, p. 1180-1187.

Quéré Louis (1997), « La situation toujours négligée ? », Réseaux, 85, p. 163-192.

Rawls Anne Warfield (1987), « The Interaction Order sui generis : Goffman’s Contribution to Social Theory », Sociological Theory, 5 (3), p. 136-149.

Rawls Anne Warfield (1996), « Durkheim’s Epistemology : The Neglected Argument », American Journal of Sociology, 102 (2), p. 430-482.

Rochberg-Halton Eugene (1982), « Situation, Structure, and the Context of Meaning », The Sociological Quarterly, 23 (4), p. 455-476.

Rorty Richard (1993), Conséquences du pragmatisme, Paris, Seuil.

Sacks Harvey (1984), « Notes on Methodology », in J. Atkinson & J. Heritage (eds), Structures of Social Action : Studies in Conversation Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, p. 21-27.

Shalin Dimitri N. (1986), « Pragmatism and Social Interactionism », American Sociological Review, 51 (1), p. 9-29.

Tiercelin Claudine (1993a), La Pensée-signe, Nîmes, J. Chambon.

Tiercelin Claudine (1993b), C. S. Peirce et le pragmatisme, Paris, Presses universitaires de France.

Turner Stephen P. (1983), « Weber on Action », American Sociological Review, 48 (4), p. 506-519.

Van Velsen Jaap (1967), « The Extended-Case Method and Situational Analysis », in A. Epstein (ed.), The Craft of Social Anthropology, Londres, Tavistock, p. 129-149.

Notes

1 Au sens de possibilité objective qu’un événement se produise que Weber donne à ce terme. Cf. Turner (1983).

2 Quéré (1997) a proposé une analyse de cette relation, en l’envisageant à partir du rapport perception/action.

3 Je remercie Michel de Fornel et Louis Quéré pour la lecture qu’ils ont bien voulu faire de ce texte et pour les judicieuses critiques qu’ils ont formulées.

4 La maxime est énoncée en 1878 : cf. « Comment rendre nos idées claires » (Peirce, 1984). Chauviré (1995, p. 150) rappelle que « lorsque, vers 1900, Peirce reformule sa maxime pragmatiste, il y introduit les idées de responsabilité du locuteur et de portée pratique des énonciations sur la conduite future de l’interprète : une proposition est douée de signification si, et seulement si, elle a des effets pratiques concevables et, parmi ces effets, une portée concevable sur la conduite de celui qui l’adopte. Cette reformulation affecte le contenu de la maxime qui subit ainsi un déplacement pragmatique ; elle ne concerne plus les seules propositions mais les énonciations d’un locuteur pourvu d’intentions à l’égard de l’auditeur et responsable de ce qu’il dit devant une communauté d’interprétation. »

5 Pour Dewey (1941), ce seront celles posées par le problème à élucider dans le cours de l’enquête.

6 Dont on rappellera que Peirce s’est entièrement désolidarisé au point de donner un autre nom à sa création.

7 Rawls (1996) en donne une excellente description.

8 On pourrait, certes, contester que la notion de contrôle employée par Dewey soit exactement celle de Peirce. Pourtant, on ne voit pas à quoi renverrait l’expression « la situation contrôle l’expérience », si ce « contrôle » n’évoquait pas une mise à l’épreuve de la réalité (quelle qu’en soit la nature), c’est-à-dire une expérimentation de la validité de la réponse apportée à un problème, sauf à admettre que n’importe quelle réponse soit bonne. Or, cela semble difficilement concevable. Autrement dit, le contrôle demeure une pierre de touche extérieure à la situation et permettant de juger de l’adéquation de la détermination proposée. Donc quelque chose qui ressemble, quoi qu’on veuille, à ce que Peirce propose avec sa notion de tiercéité.

9 Ernest Nagel (1939) la qualifie de « naturaliste ». La position de Dewey s’apparente en effet à celle de Hayek défendant la thèse darwinienne de la compétition comme processus de découverte pour s’adapter à des circonstances inconnues et assurer la survie. Cf. Hayek (1993, p. 30 et p. 118-123).

10 Dewey distingue enquête de sens commun et enquête scientifique, et cette distinction tient à la visée pratique que chacun de ces types d’enquête a vocation de poursuivre.

11 Sur l’usage de la notion d’objet chez Dewey, cf. l’article de Guillaume Garetta dans ce volume.

12 L’objectivité dont il est question ici est très particulière. Putnam a fait remarquer que la démarche pragmatiste conduisait à « abandonner une certaine version métaphysique de l’objectivité, mais pas l’idée selon laquelle existeraient ce que Dewey appelait des “solutions objectives données à des situations problématiques” – des solutions objectives à des problèmes qui sont situés, c’est-à-dire qui se posent en un lieu, en un temps, et qu’il s’agit d’opposer à une solution “absolue” donnée à des questions possédant une “indépendance de perspective”. Et ceci est une forme d’objectivité bien suffisante. » (Putnam, 1993, p. 156.)

13 Cf. note 8 supra.

14 D’autres circonstances sociales existent (habitude, absence d’orientation, effectuation mécanique) qui n’impliquent pas la mise en œuvre d’une enquête. Elles ne reçoivent pas l’appellation de situation.

15 Peirce récuse le nominalisme et sa théorie des universaux, en développant une logique des relations de tout autre ordre : « Chez Peirce, les universaux ne sont plus seulement des universaux de ressemblance qualitative (comme la blancheur des choses blanches) ou formelle (comme les exemplaires, ou tokens, d’un même type), ce sont aussi et surtout les universaux de relation. La réalité de l’universel n’est pas tant la réalité de la blancheur que la réalité de l’ordre, par exemple cet ordre diachronique qu’on appelle loi naturelle. La proposition pose une relation réelle liant entre elles deux choses si elle exprime un fait unique. Les relations de l’une à l’autre reposent sur ce fait unique : si l’un des deux objets est détruit, le fait de relation s’évanouit, et il n’y a donc plus, du côté de l’objet qui subsiste, de caractère relatif (cet objet perd donc quelque chose). » (Descombes, 1996, p. 212-214).

16 L’usage de la notion d’« idée régulatrice » peut paraître contredire celle d’enquête. Peirce n’aurait peut-être pas vu là de contradiction. C’est probablement pourquoi Richard Rorty (1993, p. 300) affirme que « Peirce demeura le plus kantien des penseurs, le plus convaincu qu’il appartient à la philosophie de nous fournir un contexte anhistorique s’étendant à toute chose, et dans lequel toutes les espèces de discours peuvent se voir assigner une place et un rang propres. Or c’est précisément contre la supposition kantienne d’un tel contexte, et contre la possibilité de le découvrir grâce à la théorie de la connaissance ou de la sémantique, que James et Dewey ont réagi. »

17 Sur l’anti-psychologisme de Peirce et la thèse de l’« intelligence scientifique », cf. Chauviré (1995, p. 51-66).

18 Dewey ne distingue jamais clairement situation générale (l’expérience, comme substrat de toute existence humaine) et situations particulières (une expérience, à l’occasion de laquelle une interaction concrète s’instaure entre l’environnement et un ou des individus). D’ailleurs, l’usage qu’il fait de la notion de situation est fluctuant : elle peut nommer un état indéterminé d’origine ou état final construit, opérer le contrôle ou être contrôlée, et même apparaître parfois comme synonyme d’expérience.

19 Au sens que précise Rorty : « Le pragmatisme est la doctrine pour laquelle l’enquête n’est soumise à aucune contrainte, sinon celles de la conversation - aucune contrainte globale, issue de la nature des objets, de l’esprit ou du langage, mais uniquement ces contraintes de détail qui émanent des remarques de nos interlocuteurs dans l’enquête. » (Rorty, 1993, p. 307).

20 Il y a tout lieu de penser, à la suite de Putnam (1993, p. 172), que Dewey imagine que cela arrive au terme d’une « discussion structurée autour des mêmes normes ».

21 Je résume ici une analyse plus largement développée dans Ogien (1995, p. 104-108, 118-122, 187-191).

22 La notion de coup (« move ») nomme, chez Goffman, un élément d’action qui appelle une interprétation de la part d’autrui, quelle qu’en soit la nature : geste, regard, parole.

23 Les bornes d’une situation sont éminemment fluctuantes : elles sont fixées par l’opération qui consiste à individualiser une séquence d’action en lui donnant, à l’occasion d’une description, une unité et une cohérence. Une situation peut tout aussi bien être constituée par le fait de traverser un carrefour, d’assister à une cérémonie ou de participer à une manifestation de rue : seuls le nombre et la complexité des contraintes qu’un type de situation fait peser sur les acteurs les distinguent.

24 C’est également cette conception de la généralisation que défend Harvey Sacks (1984).

25 Et de différencier le réel de l’incroyable (astounding complex), du merveilleux (stunts), du magique (muffings), de l’impondérable (fortuitness), ou des blagues (« tension » and joking) ajoute Goffman.

26 Pour reprendre la notion utilisée par François Jullien (1992) ou Karl Popper (1992).

27 Cette identification est, chez Dewey, le fait de l’intuition des individus qui sauraient, pour telle ou telle situation, quels sont les éléments ayant une pertinence pour le problème en cours de résolution.

28 Position qui rappelle celle de Wittgenstein à propos de l’impossibilité du langage privé.

29 On pourrait, suivant un usage inauguré par Donald Davidson, dire que ces verbes nomment un événement (Ruwen Ogien, 1991). Mais le recours à la grammaire est, ici, une simple illustration : il ne prétend pas valoir pour une analyse grammaticale en bonne et due forme. Il faut ajouter que le verbe « être » (au sens d’être soi) est un verbe d’action pour Goffman.

30 Pour boucler la boucle, on peut signaler la similitude de ce point de vue avec celui de Peirce, pour qui « La “réflexion” philosophique ne saurait franchir le barrage imposé en amont du savoir par les croyances “indubitables” dictées par le sens commun pour remonter en deçà : “La Grammaire spéculative, ou analyse de la nature de l’assertion […] repose sur des observations certes, mais des observations les plus rudimentaires qui soient, accessibles à l’œil de toute personne attentive, familiarisée avec l’“usage du langage” et sur lesquelles, nous pouvons en être sûrs, aucun être rationnel, capable de converser avec ses semblables, et ainsi d’exprimer un doute sur quelque chose, n’aura jamais aucun doute”. » (Chauviré, 1995. p. 48).

31 Au sens de l’idée approximative que se font les individus de ce qui devrait se passer en telle ou telle occasion, cf. Garfinkel (1963, p. 188).

32 Une conséquence paradoxale (pour certains goffmaniens) découle de cette analyse (si l’on en admet la validité) : la temporalité est une caractéristique subalterne de la situation. On constate, en effet, que si elle découpe une unité de durée (une sorte d’isolat) durant laquelle les instructions propres à une situation offrent un cadre de référence utile, elle n’est pas conçue comme un élément de l’action : ni comme réflexivité de l’activité pratique, ni comme séquentialité des échanges, ni comme dynamique de l’interaction. La temporalité figure, ici, le cadre d’émergence des procédures de transformation et de modalisation qui affectent les données de la situation.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search