Version classiqueVersion mobile

La logique des situations

 | 
Michel De Fornel
, 
Louis Quéré

Situer la situation

Situation et objectivité

Activité et émergence des objets dans le pragmatisme de Dewey et Mead

Situation and Objectivity

Das Problem der Objektivität in der Subjekt-Objekt-Relation

Guillaume Garreta

Résumé

Le pragmatisme américain a tenté de produire une analyse non dualiste et non « représentationnaliste » de l’action et de la « perception », en mettant l’accent sur leur caractère contextuel et situé. L’article rappelle et précise les thèses de Mead et Dewey sur l’émergence des objets dans la situation en soulignant le problème commun qui se pose à eux : comment garantir l’objectivité de ces « objets » et des significations qu’ils incorporent au-delà d’une situation locale ? La volonté de désubjectiviser et de dépsychologiser l’analyse conduit à rendre objectifs les traits qui caractérisent une situation (Dewey) ou la perspective qui l’englobe et l’oriente (Mead). Mais des conceptions différentes de ce qui vaut comme « objectif » et de ce qui contrôle l’activité entraînent des solutions très dissemblables, dont il faut jauger les mérites, les limites et la compatibilité.

Texte intégral

  • 1 Sur ce débat, voir Blumer (1980, 1983), Rochberg-Halton (1982, 1983), Johnson & Picou (1985), et de (...)

1La notion de situation, telle qu’elle s’est imposée dans le pragmatisme puis dans l’interactionnisme symbolique, apparaît incompatible avec ce qu’on pourrait nommer avec Putnam le « postulat objectiviste fondamental » selon lequel il y aurait une distinction claire entre les propriétés que les choses possèdent « en soi » et celles que nous projetons sur elles, et selon lequel nos assertions ne peuvent être justifiées qu’en en appelant à cette matrice de choses et de propriétés qui existeraient indépendamment de tout point de vue. Rapporter les comportements, les actions, les jugements à une activité toujours inévitablement située, et étroitement liée aux intérêts et aux valeurs de l’agent, fait immédiatement surgir les spectres du relativisme et du subjectivisme. Et effectivement, la notion de « définition de la situation » telle que la thématisent William I. Thomas ou Alfred Schutz semble laisser totalement à l’acteur le soin de caractériser, consciemment, les circonstances, les objets et les valeurs qui vont présider à son cours d’activité. Cette inflexion « intellectualiste » et « interprétativiste » du concept d’activité située, si elle peut permettre de rendre compte de la perception pluraliste et éclatée des acteurs insérés dans des types d’expérience très différents, empêche de comprendre comment il peut y avoir accord sur un monde d’objets et de significations communs. Ce problème épistémologique massif fut l’un des éléments centraux d’un débat récent sur le rapport entre pragmatisme et sociologie. La question était de savoir si le pragmatiste George H. Mead pouvait à bon droit être considéré comme une source privilégiée de l’interactionnisme symbolique, et comme un inspirateur direct des travaux de l’école de Chicago. Face à la lecture subjectiviste et « herméneutique » faite par Blumer, certains auteurs ont voulu construire l’image d’un Mead « réaliste » et « objectiviste », en désaccord complet avec une tendance dite « nominaliste » du pragmatisme américain, dont James et Dewey auraient été les représentants (McPhail, 1979, et surtout Lewis & Smith, 1980 ou Alexander, 1985)1. Sans rentrer dans le débat historique, on se propose ici, à partir des textes, de réexaminer la caractérisation par Dewey et Mead de l’activité située à la lumière de cette problématique ontologique.

  • 2 Même si on ne peut accorder que la théorie sociale de Mead ait eu pour seule fonction de « fournir (...)

2Le pragmatisme américain soutient que même dans le cadre d’un holisme situé, on ne perd ni le monde, ni l’objectivité : comme le dit Putnam (1996), le pragmatisme revendique à la fois l’anti-scepticisme (le doute – y compris le doute « relativiste » sur l’objectivité de nos descriptions – doit être justifié) et le faillibilisme (nous n’aurons jamais de garantie métaphysique que nos croyances ne devront pas être révisées – ce qui peut être interprété dans un sens réaliste). Le « réalisme interne » défendu par Putnam (toute caractérisation du monde – même s’il n’y a qu’un monde – a lieu sous une description, et des descriptions du monde mutuellement exclusives mais rationnellement acceptables sont possibles), qui se situe dans la filiation du pragmatisme, revendique bien un concept d’objectivité qui préserve le réalisme du sens commun. Aller dans le sens de cette « objectivité-pour-nous », c’est pour Putnam (1981, 1991) refuser que la question « quels sont les objets réels ? » fasse sens indépendamment du choix de nos concepts ou d’une description. Clarifier le statut des objets physiques, et du rapport perceptif et cognitif que nous entretenons avec eux, est fondamental pour savoir si on a préservé un concept d’objectivité satisfaisant. Les approches en termes d’action située refusant apparemment de considérer comme valide la notion de « propriété intrinsèque » d’un objet, et faisant des objets les corrélats, les appuis, voire les instances de contrôle, de l’activité dans la situation, elles incitent à concentrer l’analyse sur les modalités d’émergence des objets physiques, dans les théories de Dewey et Mead2. La nature des objets présents dans la zone d’activité serait à rapporter au premier chef aux capacités et aux actes perceptifs des individus. Mais déterminer la requalification pragmatiste du concept classique d’objectivité par l’attention portée à la perception des objets en situation ne devra pas masquer la tentative de comprendre l’activité humaine comme activité partagée dans un monde d’objets et de significations communs. Sur ce plan, crucial pour le « contextualisme » qui semble être corrélatif de la primauté accordée à la situation, et malgré une grande proximité théorique générale entre Dewey et Mead (qui autorise peu à les placer dans des « camps ontologiques » radicalement opposés), des différences significatives se font jour entre les deux pragmatistes : l’un fait ultimement reposer la garantie de l’objectivité sur l’habitude, l’autre sur l’expérience du contact.

Dewey et la « situation objectivement indéterminée »

  • 3 « L’expérience est autant de la nature que dans la nature […]. Des choses en interaction selon des (...)

3Pour Dewey, l’action est incompréhensible si on la décrit comme le résultat du calcul et de la « maximisation » d’utilités par un agent isolé. Il ne suffit pas d’ajouter qu’une action s’effectue en relation à des objets, présents ou idéels. Une action n’a de sens et ne se produit qu’en relation avec un tout organisé d’objets et d’événements. « Nous vivons et agissons en connexion avec l’environnement existant, non en connexion avec des objets isolés. » (Dewey, 1993, p. 68). Toute « expérience », au sens large que donne Dewey à ce terme3 a lieu en connexion avec un « tout contextuel » qu’on peut nommer situation (ibid., p. 66). Une situation est un champ d’activité défini par l’interaction d’un organisme et de son environnement. Dewey préfère caractériser l’expérience et l’activité comme « transaction » plutôt que comme interaction, ce dernier terme évoquant encore trop une polarité irréductible entre un sujet et un objet ou un contenant indépendant. Une grande partie de l’activité prend la forme d’une « enquête », ce qu’il ne faut pas entendre en un sens intellectualiste ou mentaliste. L’enquête est la mise en œuvre de schèmes d’opérations visant à résoudre des problèmes qui rompent (ou pourraient rompre) la continuité de l’expérience de l’organisme dans son environnement. Franchir un gouffre en sautant, éviter un projectile, verser un verre de vin sans en renverser à côté, lire un journal, jouer aux échecs, rédiger un mémoire sont des enquêtes qui peuvent comporter comme leurs parties de nombreuses micro-enquêtes. L’enquête est fondamentalement un concept naturaliste et non cognitif. Elle est en relation interne avec le concept de situation : une enquête se définit pour Dewey comme le processus transformant une situation indéterminée en une situation déterminée, stabilisée.

4Un problème immédiat se pose : celui de la délimitation de la situation. Si l’expérience se caractérise par sa continuité, et que les événements et objets du monde sont en connexion causale, comment spécifier une situation et la distinguer de ce qui n’est pas elle ? Russell a attaqué Dewey à plusieurs reprises sur ce point :

Quelle est la taille d’une « situation » ? […] Je ne vois pas comment, à partir des principes du Dr Dewey, une « situation » pourrait englober moins que l’univers entier ; ceci est une conséquence inévitable de l’insistance sur la continuité. Il semblerait en découler que toute enquête, à l’interpréter strictement, soit une tentative d’analyser l’univers. (Russell, 1939, p. 140)

  • 4 On pourrait les rapprocher des « unités physico-comportementales » de Barker (1968, 1978).

5Ainsi, considérons la situation où un individu affamé va se mettre en quête d’une boulangerie pour se sustenter : la situation comprend les moyens de déplacement de l’individu, le réseau des boulangeries et les institutions socioéconomiques qui les sous-tendent ; mais il est également crucial pour la détermination de la situation que la lune demeure sur son orbite et ne s’abatte pas sur la ville considérée. La lune doit donc être incluse dans la situation, de même que le soubassement géologique de la ville, ou la considération des relations entre grandes puissances nucléaires. Ce que manque cette critique classique d’une position holiste, c’est la caractérisation dynamique de la situation chez Dewey. Pour Dewey, « la vie peut être considérée comme un rythme continuel de déséquilibres et de restaurations d’équilibre » (Dewey, 1993, p. 27). Une situation se définit justement par un état de déséquilibre, de rupture entre un organisme et son environnement, par une modification des fonctions qui règlent l’interaction harmonieuse de cet organisme avec l’environnement. On peut donc dire que le système organisme/environnement inclut d’une certaine manière tout ce qui lui est causalement relié, mais ce n’est pas le cas pour une situation. Les éléments qui ne sont pas impliqués dans la rupture du cours de l’expérience ou ceux qui ne seront pas utilisés dans l’enquête et le « rééquilibrage » de la situation n’en font pas partie. Les éléments (les trajectoires planétaires, les relations internationales…), qui demeurent inchangés avant, pendant et après l’émergence de la situation, en constituent l’arrière-plan ou l’arrière-fond mais n’y prennent pas place (Burke, 1994). Les frontières d’une situation sont certes floues et changeantes, mais celle-ci n’en a pas moins un certain caractère de clôture, déterminé par la modification d’interactions préexistantes et par la nécessité de réorganiser les conduites des agents concernés4. Mais il faut y insister : ce n’est pas l’agent ou l’organisme qui « définit » purement et simplement une situation, qui constitue subjectivement ce qui compte comme situation indéterminée. Les situations sont objectives, concrètes, et elles sont objectivement contradictoires, douteuses, indéterminées… C’est ce qui permet d’en faire des objets d’étude ou des points de départ de l’enquête. La thèse de l’objectivité de l’indétermination des situations a été fréquemment rejetée comme inintelligible ou panpsychiste ; or, elle est soutenue avec constance par Dewey, en un sens non métaphorique. Elle garantit selon lui une compréhension non subjectiviste et non dualiste du concept de situation et de l’activité humaine en général.

C’est la situation qui possède ces traits. Nous doutons parce que la situation est intrinsèquement douteuse […]. Les situations qui sont troublées et dérangées, confuses ou obscures, ne peuvent être redressées, éclairées et mises en ordre par simple arrangement de nos états psychiques […]. L’habitude de se défaire du douteux comme s’il n’appartenait qu’à nous, et non à la situation existentielle dans laquelle nous sommes pris et impliqués, est un héritage de la psychologie subjectiviste. […] Il est, par conséquent, erroné de supposer qu’une situation est douteuse au seul sens « subjectif » […]. La situation instable ou indéterminée aurait pu être appelée situation problématique. Ce nom aurait été cependant le résultat d’une prolepse et d’une anticipation. La situation indéterminée devient problème dans le cours même du processus qui la soumet à l’enquête. La situation indéterminée est existentiellement produite par des causes existentielles, exactement comme l’instabilité organique de la faim. Il n’y a rien d’intellectuel ou de cognitif dans l’existence de ces situations, bien qu’elles soient la condition nécessaire des opérations cognitives qui ont nom enquête. En elles-mêmes elles sont pré-cognitives. Le premier résultat de la mise en œuvre de l’enquête est que la situation est déclarée problématique. Constater qu’une situation exige une enquête est le premier pas de l’enquête. (Dewey, 1993, p. 105-107)

  • 5 Il reconnaît ainsi qu’il est abusif de parler d’une situation intrinsèquement douteuse : le doute s (...)
  • 6 C’est-à-dire au problème de la catégorisation, et de la portée ontologique des catégories ou « genr (...)

6Nombreux sont ceux qui, de Russell (1969, p. 351-352) à Lewis et Smith (1980), ont stigmatisé ces formulations, les considérant comme des absurdités, – l’objection étant qu’« une situation ne peut être dans un état de confusion et de doute, seuls des gens le peuvent. Et un problème est toujours le problème de quelqu’un ; il n’existe pas de problème intrinsèquement fixé dans une situation. » (Lewis & Smith, 1980, p. 96). Dewey serait sans doute d’accord pour dire qu’un problème, d’une certaine manière, est toujours le problème de quelqu’un5. La nature n’a pas de problèmes. Assigner un problème, c’est lancer une enquête et cela implique une instance humaine ou sociale : le problème est réflexivement institué dans le cours de la reconstruction, il est le premier pas d’une enquête ; mais il n’est pas « subjectif » au sens où il caractérise la situation. Pour Dewey, cela ne signifie pas qu’on ne puisse pas objectivement attribuer à la situation le caractère d’être indéterminée, confuse, de même que celui d’être intrinsèquement dangereuse ou effrayante. Cela renvoie à la thématique plus générale de « l’objectivité des caractéristiques »6. Contre l’empirisme et le psychologisme, qui présupposent l’intériorité d’une sphère privée, Dewey défend la thèse de l’extériorité des traits mentaux, du moins de ceux qui sont en rapport étroit avec la conduite. « Le monde des choses empiriques inclut l’incertain, l’imprévisible, l’incontrôlable et le périlleux. » (Dewey, 1993, p. 42). Ces « traits » ne sont pas des affections privées, incommunicables et inaccessibles aux autres. Ils caractérisent des états du monde, ou plutôt des systèmes d’interaction entre organisme et environnement. Les situations sont qualitativement uniques (ibid., p. 66-70), en tant que telles ; mais l’objectivité des « traits génériques » et le caractère général des réponses (via la généralité des habitudes) permettent de comprendre comment plusieurs individus peuvent agir dans une même situation, ou comment un individu peut comparer des situations apparentées et agir en fonction des résultats de cette comparaison.

7Comment peut-on dire qu’une situation est intrinsèquement ceci ou cela ? Imaginons une personne éprouvant une peur ou une angoisse profonde dans une situation où, apparemment, il n’y a rien à craindre. Sa peur est réelle, comme le montre sa face décomposée et livide, et sa démarche hésitante comme si elle se trouvait au milieu d’un champ de mines. Mais la considération de la situation (un trottoir où les piétons s’affairent) invite à requalifier cette peur : elle n’est pas justifiée dans l’environnement et doit plutôt être qualifiée de névrose. À l’inverse, il est possible qu’un individu dans un champ de mines manifeste un comportement exactement similaire à celui qu’il adopterait s’il marchait tranquillement dans la rue ; on l’appellera alors inconscient ou intrépide, ce qui veut bien dire que la situation présente un caractère intrinsèque de dangerosité ou d’effroi (elle devrait « normalement » provoquer un sentiment de crainte et un comportement « prudent » chez un individu « normal »). Faire de la peur un simple « état d’esprit » empêche de distinguer entre l’expérience de la personne dont la peur est justifiée dans une situation donnée, et l’expérience d’une personne dont la peur ne l’est pas (Hook, 1977, p. 317).

  • 7 De là les questions de Russell sur ce qu’il en est du « monde indépendant de nos enquêtes », ou du (...)

8Contrairement à ce que semblent croire Lewis et Smith (1980), qui restent pris dans un schéma dualiste, on n’attribue pas ainsi un caractère d’indétermination objective à l’environnement, mais au système organisme/environnement, c’est-à-dire à la situation comme instance de déséquilibre. Il n’y a pas d’environnement « en soi » pour Dewey7. Dire que la situation est objectivement indéterminée, c’est également dire en naturaliste que les ressources cognitives et actives des organismes humains prennent forme réflexivement dans l’« existence » ou la nature, qu’elles n’ont aucun privilège ontologique à cet égard. Corrélativement, cela manifeste que la distinction sujet/objet s’avère être une distinction fonctionnelle dans le cadre d’une situation. On peut tenter de clarifier cette thèse en analysant la perception-en-situation dans le cadre de l’instrumentalisme deweyen.

La perception, fonction dans la situation

9Toute expérience étant pensable dans le cadre d’une situation, et la situation définissant des contraintes sur les conduites (rétablir la continuité de l’expérience, maintenir le « processus vital »), il ne saurait être question de faire de la perception la reproduction passive d’une réalité autonome. Il ne suffit pas de dire que percevoir, c’est sélectionner (comme l’avait déjà vu James dans les Principes de Psychologie) ; il faut parvenir à caractériser la forme que prend cette sélectivité.

  • 8 Il faut insister : Dewey ne nie pas qu’il y ait des formes de « conscience privée » ou des expérien (...)
  • 9 Pour Dewey, la marque du social, qui implique perception de généralité, est la coopération, entendu (...)

10Pour Dewey, il est crucial de distinguer deux types d’expérience : le fait d’avoir un sentiment ou une qualité immédiatement rapportés à une chose ou un événement (ce qui correspond à la catégorie des Premiers de Peirce)8 ; et le fait de percevoir des choses ou des événements. Dans les deux cas, l’expérience est directe. Mais elle n’est pas immédiate dans le cas de la perception. La perception est directe (on ne construit pas un objet à partir de sense-data, ou à partir d’une « image mentale » qu’on rapporte à une « réalité »), mais elle exhibe toujours une structure proleptique et prospective ; comme l’enquête, elle est de nature hypothétique – ce qui ne veut pas dire qu’elle est en permanence en proie au doute, au contraire. La perception relie des événements présents et futurs dans la situation, sur la base des situations précédentes. « Percevoir, c’est reconnaître des possibilités non encore atteintes ; c’est rapporter le présent à des conséquences […] et, par là, se comporter en référence à la connexion des événements. » (Dewey, 1929, p. 151). La perception humaine est ainsi déjà une forme d’« acte social ». Malgré les apparences, Dewey n’en reste pas à une thématisation « individualiste » de la perception-en-situation. Car imputer des conséquences possibles à un événement, c’est le doter de signification. « En tant que signification, les conséquences futures appartiennent déjà à la chose. » (Ibid. ; c’est moi qui souligne). Et la lutte contre le mythe des significations privées est un leitmotiv de Dewey : la signification est objective et sociale. La perception, en tant qu’elle dote un événement ou une « chose » de signification, est forcément prise dans cette dimension sociale (alors que l’expérience d’« avoir » une qualité ne l’est pas). Car « les choses signifiantes sont des choses effectivement impliquées dans des situations d’objectif et de réalisation partagés, ou sociaux » (of shared or social purpose and execution) (ibid., p. 150). Ceci n’est pas de l’animisme ou du panpsychisme, mais un « fait naturel », dit Dewey, au sens où Wittgenstein caractérisait ses remarques anthropologiques générales comme des « faits de nature ». Dans une société où les personnes s’offrent de temps en temps des fleurs, B percevra une fleur indiquée par A dans un champ directement comme arrachable et « transportable » ; certes, la fleur est « en soi » transportable. Mais la perception d’un individu va faire que cette fleur signifie la transportabilité, au lieu d’être purement et simplement transportable : B va percevoir la fleur du point de vue de A, de la façon dont elle peut fonctionner dans l’expérience de A. La fleur n’est pas un simple stimulus, mais un événement doté de signification : car ce que perçoit B, c’est la généralité d’une relation entre l’objet et ses conséquences potentielles, telle qu’elle peut exister pour tous les participants de la situation9.

11Dewey s’élève donc contre la primauté accordée à la perception sensorielle dans les théories de la perception. La perception est toujours située, au regard de l’activité d’un individu dans un environnement ; elle ne peut donc pas être « purement » sensorielle, si l’on entend par là un travail de composition de son expérience du monde à partir d’éléments sensoriels bruts.

12La primauté ontologique et épistémologique accordée aux sensations est pour Dewey un « mythe ». Si on leur accorde une primauté dans certaines situations, elle ne peut être que logique : après coup, il peut s’avérer utile et nécessaire d’analyser et de thématiser des données sensorielles pour être sûr qu’on « a bien vu » ou « bien compris » – on les institue alors comme pierre de touche et réalité première. « [Les significations sensorielles] ne sont primitives qu’en tant que tests et confirmations d’inférences portant sur des faits, et non en tant qu’originaux historiques. » (Ibid., p. 266). Les données sensorielles sont une classe de significations fonctionnellement très importantes, dans la mesure où on les emploie souvent pour « vérifier et corriger d’autres significations » ; mais les théories classiques de la perception réifient ce rôle fonctionnel dans la situation pour en faire une existence antécédente hors de tout contexte. Dewey vise essentiellement l’atomisme psychologique et les théories de Russell qui font de la perception une affaire uniquement sensorielle, instaurant un contact cognitif immédiat avec des objets existant hors de l’esprit. Dewey oppose deux thèses à cette position classique :

  1. les perceptions visuelles et auditives, quand elles sont cognitives, sont de l’ordre du jugement inférentiel (et non de l’immédiateté d’une saisie). Elles « exemplifient une manière de se saisir de significations et de les utiliser » (ibid., p. 270) ;

  2. au sens strict, on ne perçoit pas les stimuli qui déterminent notre comportement dans la situation. « De fait, on ne perçoit jamais les stimuli périphériques auxquels nous répondons à un moment donné. » (Ibid., p. 272). Nous sommes conscients du stimulus uniquement à travers les réponses que nous donnons et les conséquences de ces réponses. Comme le stimulus est en relation interne avec la réponse (c’est le sens de la critique de l’arc-réflexe, in Dewey, 1973), on ne peut jamais percevoir le stimulus en tant que tel ; ou alors il s’agit d’un travail réflexif sur d’autres actes que ceux que nous accomplissons dans l’instant.

La conscience des stimuli marque la conclusion d’une investigation, et non un donné originel ; ce qui est découvert, ce ne sont pas les stimuli pour cet acte, l’enquête, mais pour quelque autre acte, passé ou futur (prospective), et cela marque la conversion du stimulus de facto en moyens potentiels pour un autre acte. (Dewey, 1929, p. 274)

13La perception d’un stimulus révèle toujours un acte vis-à-vis de la source du stimulus, dans une situation.

  • 10 Pour une analyse montrant la différence importante qu’introduit cette thèse entre le fonctionnalism (...)
  • 11 Voir, par exemple, Mead (1963, p. 64-70).

14Ces deux dimensions (la perception comme médiée, et comme acte en situation) se retrouvaient dans la thèse centrale de l’article sur l’arc-réflexe (Dewey, 1973) : la réponse de l’organisme dans l’environnement n’est pas purement une réaction au stimulus : elle est une médiation et une interprétation du stimulus dans la situation10. Mead développera cette thèse, en utilisant de façon plus explicite la sémiotique triadique peircéenne (appliquée à la « triade » geste/réponse/acte social11). L’analyse par Dewey de l’émergence de l’objet en situation repose également sur cette proposition, étroitement liée à la thématique de l’enquête. À l’objectivité de l’indétermination répond bien l’objectivité d’une solution ou d’un résultat de l’enquête : mais cette objectivité est (toujours) située, jamais indépendante d’une situation (ce qui ne veut pas dire qu’elle ne puisse pas « déborder » de cette situation).

Objets et « objectifs »

15Dewey use du terme « objet » dans un sens assez spécifique, mais généralisable aux objets du sens commun. Objet paraît, chez lui, vouloir signifier avant tout « objet de connaissance ». Car l’objet est le produit final (ou « terminal ») d’une enquête : il émerge dans le cadre d’une situation stabilisée. Il faut donc distinguer l’objet des entités et données qui définissent le contexte de la situation problématique, ce que Dewey appelle subject-matter de l’enquête. « On réservera le mot objets pour désigner le subject-matter dans la mesure où l’enquête le produit et l’ordonne sous une forme stable ; disons par anticipation que les objets sont les objectifs de l’enquête. » (Dewey, 1993, p. 119).

16Le sens premier dans lequel Dewey emploie ce terme est celui qu’il a dans la question : quel est l’objet de votre investigation ? L’objet n’est donc pas donné immédiatement dans la situation problématique, il est ce qui est recherché, ce qui doit stabiliser la situation. Boisvert (1988, p. 72) insiste sur cet aspect cognitif et épistémique de l’objet en rappelant un exemple utilisé par Dewey : celui du patient qui va voir un médecin. Les énoncés du patient, les symptômes observés et la compétence du médecin sont les moyens qui permettent de dégager un objet encore inconnu, encore « absent » de la situation. Les « universaux de la situation » et les « données signifiantes » sont les « instrumentalités qui vont transformer [le cas présent], par les actions qu’elles requièrent, en un objet – un objet de connaissance, une vérité à énoncer dans des propositions » (Dewey, 1916a, p. 34). L’« objet » dans la situation s’exprime donc par exemple par : « Cet individu a un ulcère. » Dire que l’objet « ulcère » est le produit ou le résultat de l’enquête dans la situation ne veut pas dire qu’il est créé ex nihilo par un sujet percevant. L’ulcère était bien là, suggéré par le subject-matter, mais l’objet « ulcère » ne faisait pas partie du donné de la situation. L’objet émerge dans la situation comme résultat d’une activité. Faut-il pour autant affirmer, comme le fait Boisvert (1988, p. 72 ; p. 86-87), qu’un objet doit être entendu exclusivement comme un « objet de connaissance » qui se thématiserait dans une proposition, et doit soigneusement être distingué des « objets » au sens courant, des « existants » ou « choses-dans-le-monde », hors de nous, et généralement matériels ? Il faudrait alors instaurer une procédure spécifique de perception et de détermination de ces objets-choses au sens courant. Le monisme de Dewey, sa conviction qu’il y a une profonde continuité entre toutes nos enquêtes, et en particulier entre les enquêtes « communes » et les enquêtes « scientifiques », empêchent de suivre cette voie trop intellectualiste. Dewey paraît au contraire, nous semble-t-il, faire de ces objets courants des produits de la perception et de l’enquête en situation, au même titre que les « objets de connaissance ». La difficulté étant de soutenir cela tout en maintenant la thèse de la perception directe, Dewey parvient à la résoudre en distinguant perception directe et perception immédiate.

17L’objet émergeant dans la situation désigne bien pour Dewey autant les objets « idéels » que les objets matériels ou « existentiels », les choses, comme le montre le passage suivant :

  • 12 Voir également Dewey (1942), qui réaffirme cette thèse avec force.

Un objet, logiquement parlant, est cet ensemble de distinctions ou caractéristiques en connexion, qui émerge comme élément constitutif défini d’une situation résolue et qui est confirmé dans la continuité de l’enquête. Cette définition s’applique aux objets en tant qu’existentiels. (Dewey, 1993, p. 520)12

18Dewey dit lui-même que l’ambiguïté dans son usage du terme « objet » n’est qu’apparente.

Car les choses existent en tant qu’objets pour nous seulement dans la mesure où elles ont été antérieurement déterminées comme résultats des enquêtes. Quand elles sont utilisées pour mener de nouvelles enquêtes dans de nouvelles situations problématiques, elles sont connues comme objets en vertu des enquêtes antérieures qui garantissent leur assertibilité. (Ibid., p. 119)

19Les choses usuelles sont bien des objets, au sens deweyen, mais ce sont des objets stabilisés dans des enquêtes antérieures, épistémiquement, historiquement et socialement garantis – dans une nouvelle situation, ils peuvent être utilisés comme moyens pour produire un nouvel objet.

  • 13 L’immanence de l’enquête à la situation, la circularité de l’institution d’objets-comme-connus perm (...)

20La continuité de l’enquête dépend en fait fondamentalement de cette réutilisation des objets dans des enquêtes ultérieures. Plus précisément, cette continuité repose sur le fait que les objets institués dans les enquêtes antérieures sont « acceptés “comme étant ainsi” » (ibid., p. 521). La reconstruction de la situation doit, autant qu’il est possible, s’appuyer sur ces objets-déjà-institués, pour se concentrer sur l’objectif de la situation problématique13.

  • 14 Dewey y insiste : un objet, c’est la stabilisation d’un événement dans une situation. Le nom « obje (...)
  • 15 Pour une comparaison éclairante avec les théories de Gibson, cf. Burke (1994, chap. 3, 3).
  • 16 Voir, par exemple, Dewey (1916b, p. 33) ; Dewey (1993, p. 46) : les conventions sémantiques résulte (...)
  • 17 Dans la perspective limitée de cet article, il ne nous est pas possible de développer un point comp (...)

21Comment concevoir l’« institution » d’un objet individuel ? Pour cela, il faut faire intervenir le concept deweyen d’habitude (habit). Contre les tenants de l’associationnisme, Dewey soutient qu’un seul épisode stimulus/réponse est apte à provoquer une modification des structures du système organisme/environnement, modification qui va contraindre le comportement ultérieur (Dewey, 1993, p. 31). Cette modification est une habitude ; elle est d’une certaine manière « intérieure » à un agent, mais elle incorpore en elle les conditions objectives qui ont présidé à sa formation : elle est donc la donnée primitive de l’interaction organisme/environnement, et n’est en fait pas réductible à un des pôles de la dichotomie agent/milieu. L’habitude une fois formée organise et teste des modes de conduite possible dans des situations concrètes, et instaure des divisions et des catégorisations entre des types d’objets. Ce sont les capacités opérationnelles d’interaction avec l’environnement qui déterminent ce qui peut compter pour un type d’agent (un homme, une vache) comme des types d’objets différents, ou comme un objet de ce type. Comme le résume bien Burke (1994, p. 81), « un objet individuel concret dans une situation donnée est un lieu d’activité cohérente correspondant à des spécifications d’une habitude (qu’elle soit anciennement ou nouvellement formée) », et ces « lieux » doivent se caractériser par une stabilité relative14. La perception des objets est donc directe (elle ne repose pas sur des sensations atomiques, ou sur un travail computationnel effectué sur des représentations intérieures ; et elle est une phase de la conduite dans une situation), mais elle n’est pas immédiate. Pour Dewey, toute perception d’objet ou d’événement est médiée par les habitudes antérieures, habitudes « physico-organiques » autant que culturelles et sociales qui se sont accumulées au cours de l’expérience15 (et bien sûr pour le pragmatiste qu’est Dewey, les concepts et les significations sont des habitudes). Dewey va même jusqu’à dire que dans la situation problématique, les objets correspondant aux buts, souvenirs et perceptions à partir desquels il va s’agir de « rétablir » la situation sont des concrétions extériorisées ou des condensations d’habitudes des agents impliqués : « these objects represent habits turned inside out. » (Dewey, 1930, p. 182). Et un objet étant un « événement doté d’une signification », selon la célèbre formule de Dewey, il ne saurait être immédiatement perçu ou connu ; la signification renvoie toujours à un usage social16 et à des manières générales d’agir. Mais, produit de proto-enquêtes antérieures, il est directement utilisé ou institué comme connu (comme « étant ainsi ») dans la nouvelle situation (s’il n’est pas un des « objectifs » de la situation considérée)17.

  • 18 Voir Mead (1935, p. 76 et p. 78-79).

22La circularité de ce processus qui voit émerger dans l’enquête les objets qui vont contrôler la conduite apparaît à Mead comme une difficulté, dans la mesure où Dewey semble par ailleurs indiquer que la pensée peut porter un jugement extérieur sur cette conduite. Pour Mead, Dewey n’a pas été assez sensible aux bouleversements introduits par la relativité einsteinienne et au perspectivisme qu’elle induit, qui permet de comprendre comment la pensée peut « transcender » les situations locales tout en rendant compte du pluralisme inhérent à nos expériences18. Et il ne fait pas suffisamment intervenir l’émergence réflexive du soi dans l’analyse de l’émergence des objets physiques et sociaux. Mead va tenter de garantir plus fortement l’objectivité des objets de perception et l’expérience d’un monde commun.

Mead : situation et phases de l’acte

  • 19 Mead utilise à de nombreuses reprises « situation » et « acte » de manière interchangeable, ou même (...)
  • 20 Il faut aussi qu’à cet acte corresponde un « objet social », c’est-à-dire un objet correspondant à (...)
  • 21 « L’unité d’existence est l’acte, et non l’instant. » (Mead, 1938, p. 65).

23La caractérisation d’une situation par Mead est plus formelle encore que celle de Dewey, et ne fait pas intervenir au premier chef les concepts de « problème » et d’« enquête ». On peut définir une situation, dit Mead, comme « des choses dans une relation mutuelle telle que ces choses tendent à maintenir cette relation » (Mead, 1938, p. 77). Il faut donner à cette définition une interprétation dynamique et processuelle, quand on sait que Mead tend à identifier le concept de situation avec celui d’« acte » ou d’« acte social »19. L’acte, pour Mead, ne renvoie pas à l’action isolée (geste, mouvement, parole) d’un individu considéré isolément. L’acte est construit comme l’unité minimale de contexte transactionnel dans le cadre duquel des individus accomplissent une tâche, résolvent un problème, mènent une activité visant à maintenir ou rétablir une relation les liant. Même quand on considère un individu dans un environnement, on ne peut réduire l’acte au mécanisme stimulus-réponse : « un acte est une impulsion qui maintient le cours de la vie en sélectionnant les stimuli nécessaires. L’organisme crée ainsi son milieu. » (Mead, 1963, n. 5 ; nous soulignons). L’acte auquel se réfère généralement Mead est l’acte accompli par des individus vivant en groupe, c’est-à-dire l’acte social, marqué par l’interaction et la coopération. Un acte social est un acte « dans lequel l’occasion (ou stimulus) qui libère une impulsion se trouve dans le caractère (ou la conduite) d’un être vivant qui appartient au milieu même de l’individu d’où part cette impulsion » (ibid., n. 7)20. L’acte social est donc un tout dynamique. L’acte, de façon générale, est l’unité minimale d’analyse du comportement humain ; il est également l’unité minimale d’« existence »21. Une conduite, un geste, un objet n’ont de sens et d’existence qu’au sein d’un acte, d’une situation étendue dans le temps et qui redéfinit en permanence un passé et un futur.

  • 22 Sur cet exemple, voir Lewis & Smith (1980).

24Les objets, en particulier, émergent dans le cadre d’une situation. « Quand une nouvelle situation survient, de nouveaux objets surviennent. » (Mead, 1938, p. 77). Une nouvelle capacité perceptive dans l’animal entraîne l’apparition de nouveaux objets, et la modification des conditions environnantes (disparition de certains objets) peut amener l’adaptation de son appareil sensoriel à la nouvelle situation. C’est pour cela qu’il est extrêmement difficile de vouloir distinguer un « organisme » d’un « environnement » au sein d’une situation. Certains objets de l’environnement n’existent qu’au regard de certaines caractéristiques propres à l’organisme considéré : quand les vaches paraissent, l’herbe devient de la nourriture, pour elles comme pour nous (qui nous soucions des vaches). « Cet objet, l’herbe en tant que nourriture, n’existait pas jusqu’alors. » (Mead, 1934, p. 109). Et il n’est pas assimilable à l’herbe-des-citadins. Pour un citadin, l’herbe est quelque chose qu’il faut arroser et tondre de temps en temps, et qui intervient de façon épisodique dans son expérience, alors que c’est un objet essentiel à la survie de la vache. Pour un citadin, le gazon est un objet social, propre à susciter l’envie du voisin ou à identifier une catégorie sociale. Si les attitudes du groupe vis-à-vis du gazon venaient à changer, on aurait affaire à un nouvel objet22. On comprend ainsi pourquoi il faut prendre au sérieux la thèse selon laquelle ce sont les objets qui sont colorés, odoriférants et plaisants. Ces caractéristiques « n’appartiennent pas aux organismes en tant que tels, mais uniquement à la relation que cet organisme entretient avec son environnement » (Mead 1963, p. 278, trad. mod.).

  • 23 Voir « Stages in the Act », in Mead (1938) ; et Cook (1993, chap. 10).

25Mead s’attache de façon beaucoup plus précise que Dewey à déterminer les diverses manières dont un événement devient un objet dans l’acte, en particulier dans les phases perceptives et manipulatoires pour ce qui concerne les objets physiques. Mead distingue en effet quatre phases dans un acte, phases qui s’interpénètrent23 :

26a) Tout acte est ancré dans une tendance ou impulsion, qui cherche à s’exprimer dans la conduite de l’organisme considéré. Ces tendances (qui peuvent être de nature sociale) sensibilisent l’organisme à la sélection de certains caractères dans l’environnement. Comme l’expliquait Dewey (1896), les stimuli sélectionnés ne sont pas des « données externes », mais sont fonctionnellement institués dans l’activité située.

27b) La phase perceptive de l’acte consiste en des ajustements effectués entre l’organisme et des caractères de l’environnement qui se trouvent hors de son aire manipulatoire. Ces « caractéristiques à distance » (couleurs, sons, odeurs…) sont sélectionnées et organisées par les tendances de l’organisme de manière à contrôler l’activité subséquente (provoquer un mouvement, une défense, une préhension…). Sur la base de ces perceptions, des conflits apparaissent entre les tendances ou impulsions dont certaines vont être inhibées ou simplement différées :

Le contrôle que nous exerçons sur nos impulsions vient d’un changement d’attention qui fait entrer d’autres objets dans le champ de stimulation libérant ainsi d’autres impulsions, ou qui réordonne ces objets de sorte que les impulsions s’expriment selon un schéma temporel différent ou avec certaines modifications. (Mead, 1963, p. 311, trad. mod.)

28La maîtrise de cette capacité de temporisation et d’inhibition est corrélative de l’émergence du soi pour l’organisme humain. Et un objet physique, ce sera justement « ce à quoi nous réagissons sans rien réaliser » (what you do not respond to in a consummatory fashion) (ibid., p. 236).

29c) Cette phase se prolonge souvent par une phase manipulatoire. L’organisme touche, tient, manipule les choses avant la phase ultime de l’acte qui est l’expression et la satisfaction des tendances. Cette phase est de la première importance pour l’activité humaine, du fait de la plasticité de cet instrument qu’est la main ; elle permet le choix des moyens. Pour l’homme,

les contacts manuels, intermédiaires entre les commencements et les fins de ses actes, fournissent une multitude de stimuli différents à une multitude de manières différentes de faire quelque chose, et ainsi suscitent l’expression d’impulsions alternatives pour l’accomplissement de ses actes, quand surviennent obstacles et difficultés. (Mead, 1963, p. 308, trad. mod.)

30Cette phase manipulatoire est en fait déjà présente dans la perception et la constitution de l’objet ; elle est cruciale car c’est d’elle que dérivent ultimement les jugements de réalité :

Nous voyons les choses comme dures ou molles, douces ou rugueuses, petites ou grandes par rapport à nous, chaudes ou froides, mouillées ou sèches. C’est ce contact imaginé qui fait de la chose vue une chose réelle ; il est donc d’une grande importance pour le contrôle de la conduite. (Ibid.)

31d) La phase manipulatoire peut déboucher sur une phase de « consommation », de réalisation ou d’accomplissement. La tendance trouve ici une issue heureuse ou négative, et la chose précédemment manipulée prend une valeur immédiate et objective (elle est bonne, mauvaise, indifférente, belle ou laide, etc.).

L’objet « hypothétique » et la manipulation

32Les phases perceptive, manipulatoire et terminale doivent être conçues comme des réponses successives qui interprètent les stimuli que sont les réponses fournies à l’occasion de la phase antérieure (cf. Dewey, 1973). Mais les phases postérieures de l’acte sont déjà actives dans les phases antérieures : la phase manipulatoire en particulier, on l’a vu, guide la phase perceptive. C’est pour cela que l’objet constitué dans la phase perceptive est un objet « hypothétique », un objet en attente, une somme de dispositions présentes dans la situation, mais non encore actualisées. L’objet physique perçu est un acte interrompu (collapsed act) parce qu’il est l’anticipation d’une expérience de contact, mais surtout parce qu’il porte en lui les phases ultérieures de l’activité en cours dans la situation.

Nous approchons le stimulus distant avec les processus manipulatoires déjà en éveil […]. Différents stimuli s’affrontent pour libérer l’acte. S’il faut planter un clou en l’absence d’un marteau, l’œil se pose sur une pierre, sur le talon d’une chaussure, sur une barre de fer. Finalement, l’un d’entre eux assume le contrôle de l’acte, qui est ainsi dirigé par ce stimulus distant-ci plutôt que par celui-là. L’animal humain voit donc les objets physiques, c’est-à-dire la réponse manipulatoire amorcée, dans le stimulus distant qui libère l’activité de l’organisme. (Mead, 1938, p. 24-25)

33La perception n’est qu’une phase dans l’acte. L’organisme percevant est sans cesse en train de former des attentes quant à la nature et la validité de ses expériences perceptives, qui ne se vérifieront que dans les phases ultérieures. La situation met donc à la disposition de l’organisme un ensemble d’hypothèses à actualiser dans le cadre de sa conduite (et à « transformer » en objet, en instrument, en agresseur, en amant, en représentant de la loi…). Dans la phase perceptive,

l’acte futur amorcé a toujours un caractère hypothétique. Tant que la réponse amorcée n’est pas menée à bien, sa réalité n’est pas assurée. La méthode expérimentale est incorporée dans le processus le plus simple, celui de la perception d’une chose physique. En ce sens, le futur est déjà dans l’acte. Et le passé est également dans l’acte, car la facilité et la familiarité sont le produit de réactions passées. La chose physique, en tant qu’on la distingue d’un stimulus, est donc l’accomplissement hypothétique, et par là futur, d’un processus amorcé et à tester par l’expérience du contact. Si elle libère le processus amorcé, par exemple le fait de planter un clou, c’est un marteau. L’environnement d’un individu est un ensemble d’hypothèses de ce type, dans la mesure où il se compose d’objets physiques. Facilité et familiarité entraînent une certitude qui les constitue en tant qu’objets ici existants, mais ce n’est après tout qu’une certitude provisoire qui peut être ébranlée à n’importe quel moment. (Ibid., p. 25-26 ; nous soulignons)

  • 24 On peut légitimement rapprocher cette conception de la théorie gibsonienne des affordances (voir Gi (...)
  • 25 Voir Mead (1932, p. 190-191) : « l’objet de perception est le futur existant de l’acte », « l’objet (...)

34Un objet est une somme de propriétés dispositionnelles24, mais dont l’être est toujours provisoire (on voit ici la marque du faillibilisme de Peirce). Il faut bien voir que l’objet est une fonction dans l’activité globale, dans la situation ; il existe comme objet en tant qu’il a un rôle réflexivement défini à jouer, dans l’acte : produit de l’acte, il est également ce qui contrôle le déploiement de l’acte25. Les objets sont donc relatifs à l’acte total qui définit une situation, et l’acte est antérieur, au moins d’un point de vue logique, à l’émergence des objets. Les objets et valeurs sont acceptés ou confirmés par la fonction qu’ils remplissent dans les phases de la situation actuelle. « L’objet est clairement une fonction de la situation globale, dont la perspective est déterminée par l’individu. » (Ibid., p. 224). Avant d’en venir au statut de ces « perspectives », il faut préciser davantage le rôle crucial de la phase manipulatoire dans la constitution des objets.

35Un objet, c’est, du point de vue de sa réalité, « ce dont nous avons ou aurions une expérience de contact si nous déployions les réactions que les stimuli éloignés tendent à susciter, c’est-à-dire si nous l’approchions effectivement et le manipulions » (ibid., p. 404) : c’est donc, on l’a dit, un acte interrompu. Les objets de la perception ont pour caractéristique d’être « là », et d’exister simultanément les uns avec les autres. Pourtant, nous vivons dans un monde de transitions perpétuelles, de « passage » ; et depuis la relativité einsteinienne, nous savons que temps et espace ne sont pas indépendants. La structure qui correspond à ce monde est une structure espace-temps, un « monde de Minkowski » : au sens strict, des caractères éloignés de l’organisme le sont tout autant temporellement que spatialement. L’organisme institue des îlots de stabilité dans ce monde en substituant à ces caractères des objets qui sont spatialement mais non temporellement distants. C’est dans la phase manipulatoire que la transition temporelle qui a lieu entre la perception à distance et le contact corporel est réduite à son minimum : dans cette phase, la dimension du « passage » peut donc être ignorée par l’organisme. Par la suite, l’individu construit réflexivement un monde d’objets de la perception simultanés en dépouillant les « stimuli-à-distance » de leur caractère de distance temporelle, par référence à la phase manipulatoire toujours possible. Ces objets de perception sont institués comme non soumis à la perpétuelle transition, au « passage ». Ce faisant, l’organisme construit le cadre temporel de ses actes : c’est justement au regard de ce perpétuel « maintenant » réflexivement institué que la conscience des événements et des transitions va pouvoir prendre place. « La conduite sociale humaine » permet « l’arrêt du passage et l’établissement d’un “maintenant” », qui désigne un monde

dans lequel le passage peut avoir lieu, et donc un monde dont la structure est sans rapport avec ce passage ; et en second lieu un monde dans lequel le caractère temporel du présent manipulatoire est indéfiniment étendu, c’est-à-dire dans lequel on donne à ce qui est spatio-temporellement distant le caractère de ce qui est à la fois vu et saisi. (Ibid., p. 161)

36La perception des objets est « sociale » au sens de Mead, car elle est de nature coopérative. Leur détermination n’est pas à sens unique, elle est forcément réflexive et implique que l’organisme soit lui-même institué comme objet.

Rien ne peut être un objet dans l’expérience si l’action n’est pas dirigée vers lui, et rien n’est un objet si le soi ou l’organisme n’est pas également un objet : la présence d’un objet implique non seulement l’action en référence à cet objet, mais également l’action dirigée vers le soi ou l’organisme. L’action de l’organisme se rapportant à lui-même est donc une précondition de l’apparition d’un objet dans son expérience. (Ibid., p. 160)

  • 26 Cette thématique du touchant/touché, du corps comme lieu de la réflexivité, est abondamment dévelop (...)
  • 27 Comme le précise explicitement Mead dans le cadre de son analyse de l’émergence du self par adoptio (...)

37Le processus à l’œuvre est le même que celui qui constitue l’organisme en un self quand il peut éveiller en lui les réponses ou réactions qu’il suscite dans les autres par sa conduite, c’est-à-dire quand il adopte le rôle de l’autre et en vient à instituer en lui le pôle structurant de son « soi » qu’est l’autre généralisé ; on étend ici ce modèle à l’interaction avec les objets. C’est la résistance opposée par les objets dans la phase manipulatoire qui permet ce processus : car l’organisme résiste aux objets autant que les objets lui résistent (l’objet manipule l’organisme autant qu’il est manipulé), et par cette coopération entre l’organisme et les objets, le premier devient une chose perceptible au même titre que les autres. « Cela est bien sûr la base de l’activité réflexive, dans laquelle l’organisme devient un objet pour lui-même. » (Ibid., p. 145)26. La perception d’un objet à distance implique alors dans l’organisme l’éveil des tendances à réagir qu’il mettrait en œuvre s’il était touché-manipulé par l’objet. L’acte perceptif est social dans la mesure où il instaure une activité dans les objets qui est de même nature que celle qu’il éveille dans l’organisme27. Et c’est cette activité réflexive qui explique la simultanéité nécessaire à la constitution d’un espace d’objets stables non soumis au « passage » : car en éveillant dans l’organisme la résistance anticipée des objets qui se trouvent à distance, les individus humains étendent le « maintenant » de la phase manipulatoire, de façon hypothétique, à tout le champ perceptif. C’est à cette condition que l’individu peut envisager des conduites différentes dans le cadre d’une situation (certains aspects de l’environnement sont constitués comme non soumis au « passage »).

La simultanéité des choses caractérise seulement ces situations où des réponses concurrentes s’inhibent l’une l’autre et mettent en relief les traits pour lesquels le passage n’est pas pertinent, et qui demeurent ainsi les conditions permanentes de réactions alternatives possibles. (Ibid., p. 143)

38C’est dans la mesure où ces objets sont la condition de la poursuite « normale » de la conduite future qu’ils sont institués comme structurant un environnement durable. Cet environnement durable, insiste Mead, « a pour centre la phase manipulatoire » ; les événements et les objets qui s’y trouvent ont des dates identiques, qui sont celles de cette phase. La dimension temporelle de l’espace-temps est annihilée eu égard à cet environnement, et réinscrite dans un temps abstrait qui existe comme mouvement relatif sur fond d’objets persistants.

39De façon générale, les objets physiques de la perception quotidienne sont pour Mead des abstractions. Le processus dynamique de l’interaction suppose une attitude originelle beaucoup plus « sociale » vis-à-vis de l’environnement, les « objets » répondant alors directement à l’activité de l’individu ou du groupe, et étant mis sur le même plan que les « personnes » dans l’expérience : du fait du rôle fonctionnel de l’objet dans le cadre de la situation, on a tendance à lui imputer toutes sortes de réponses possibles (c’est le cas de l’enfant ou de l’homme « pré-scientifique », selon Mead). À cet égard, l’objet perceptif stable subsistant indépendamment des tendances et des buts propres à mon activité est une élaboration ultérieure, corrélative de la constitution réflexive du soi dans la phase manipulatoire. « Tous les objets sont originellement des objets sociaux, mais dans le cas des choses inanimées, nous en avons abstrait tout contenu, sauf la résistance, qui est le matériau des choses perceptibles (nous-mêmes ou les autres choses). » (Mead, 1938, p. 151). Les objets physiques sont des abstractions réalisées à partir de choses apparues dans une expérience sociale.

  • 28 On peut rapprocher cela des remarques de James sur la « vérification indirecte » : « La vérité vit (...)
  • 29 Sur les universaux, voir par exemple Mead (1934, p. 9-10 et p. 70-77). Le statut de l’universel dan (...)

40On l’a vu, l’objet physique distant, « acte interrompu », est de nature hypothétique. Néanmoins, l’individu attend rarement l’expérience du contact pour confirmer la « réalité » imputée à l’objet physique (sauf dans des situations très particulières). Mead indique que, la plupart du temps, l’individu se repose sur le sens de ce qu’il perçoit, le sens des objets et des événements institués dans l’acte. Le sens auquel il est ici fait référence n’est pas en tant que tel un contenu mental : il se ramène fondamentalement aux « réponses sociales universalisées » du groupe vis-à-vis de l’objet ou de l’événement en question, telles qu’elles ont été incorporées par l’individu. Un objet physique est certes avant tout une expérience ayant une relation récurrente avec l’expérience passée et les attentes futures d’un individu, mais cette expérience est difficilement séparable de la réutilisation par l’individu des attentes du groupe quant au comportement de cet objet – ce qui permet à l’individu de vivre (perceptivement) à crédit (des expériences passées sont impliquées mais non requises à chaque instant). Et tant que personne n’a découvert le vol de sa réserve en or, comme le dit Mead (1938, p. 151), une banque demeure solvable28. En fait, l’individu fait ici appel à des « universaux » (ou formes de réponses à des ensembles de stimuli particuliers) acquis lors de sa participation à des actes sociaux antérieurs, qui lui permettent de ne pas se lancer dans une vérification exhaustive de ses « hypothèses » perceptives29.

41Un universel suppose un groupe ayant une expérience commune et des individus qui indiquent aux autres individus, et à eux-mêmes en prenant le rôle des autres individus, des types de réactions à des objets, c’est-à-dire des significations. En mobilisant ces significations, les individus anticipent les conséquences possibles de conduites alternatives : les individus peuvent peut-être réagir différemment selon le contexte, mais l’éventail des réponses « normales » possibles est sensiblement identique pour chaque membre du groupe. Un universel est ce qui se trouve à l’intersection de plusieurs « perspectives » individuelles : il exprime la perspective du groupe. Pour Mead, ce sont ces perspectives qui garantissent l’objectivité des objets physiques et/ou des significations. Il faut pouvoir rendre compte de l’action et de la communication dans un monde commun. La notion de perspective permet à Mead de sortir du contexte local des situations sans retomber dans une métaphysique réaliste traditionnelle. Il s’agit donc de préciser la façon dont Mead entend le rapport entre objectivité et perspective.

L’objectivité des perspectives

42Une perspective est un ensemble organisé d’objets, au sens défini plus haut.

La perspective, c’est le monde dans sa relation à l’individu, et l’individu dans sa relation au monde. L’exemple le plus évident de perspective est fourni par la forme biologique et son environnement ou habitat. (Mead, 1938, p. 115)

43Aucune situation n’est indépendante d’une perspective. La perspective a pour point de référence le « ici et maintenant » de l’organisme agissant. Mead est convaincu que la théorie de la relativité a définitivement rendu obsolète l’idée d’objets ou d’événements définis de façon univoque, indépendamment de tout point de vue. Un objet est toujours défini/perçu par rapport à d’autres objets, dans le cadre d’une perspective. Deux individus peuvent être confrontés aux « mêmes » stimuli sensoriels et ne pas « voir » du tout le même objet : face à un appareillage de physique des particules, un physicien « verra » qu’un électron a été émis là où un non-scientifique ne verra que la déviation d’une aiguille ; cela est dû au fait qu’ils sont pris dans des perspectives différentes. Pour Mead, chaque individu définit indexicalement une perspective différente de toutes les autres, ne serait-ce qu’une perspective-de-perception. Mais cela n’entraîne pas un subjectivisme irréductible : car deux individus peuvent partager une même perspective, et de façon générale une perspective commune, la perspective du groupe, est impliquée dans la plupart des perspectives individuelles.

44Il est clair que deux individus ne peuvent partager totalement les mêmes données sensorielles. Mais ils peuvent se trouver dans des situations similaires et donc partager la même perspective eu égard à ces situations. Mead utilise ici un vocabulaire emprunté à la métaphysique de Whitehead, tout en se démarquant de ce dernier qui tombe dans le travers de laisser chaque individu enfermé dans sa perspective (Cook, 1993, p. 144-147). Le problème de Mead est bien de déterminer comment nous agissons ou percevons dans un monde commun : il lui faut donc dégager un concept d’objectivité qui s’avère compatible avec la relativité irréductible des perspectives – alors même que la métaphysique traditionnelle présente cette tâche comme irréalisable, objectivité et relativisme étant jugés incompatibles. Mead fait remarquer que plusieurs individus peuvent présenter des traits qui les rendent membres du même « système de coperception » (consentient set), qui ouvre une même perspective sur diverses situations :

Les mêmes objets seront au repos et en mouvement pour tous ceux qui font partie de cet ensemble. Le même objet est de la nourriture pour tous les animaux dotés d’un certain appareil digestif. En d’autres termes, cette relativité n’est aucunement solipsiste. Elle représente une relation déterminée entre le champ et les individus. (Mead, 1938, p. 258)

  • 30 Mead, qui veut rendre compte de l’émergence corrélative du soi et du social, ne se donne bien sûr p (...)

45Ainsi, l’objet est relatif à une perspective, mais son objectivité est garantie par l’identité de cette relation. Il faut alors expliquer comment un groupe d’individus peut partager la même perspective30. La communauté d’action ne suffit pas : il est nécessaire que l’individu, dans le processus de constitution de son « soi », ait pu prendre le rôle des autres. L’incorporation d’une perspective commune dans une perspective individuelle implique

premièrement, que la réalisation du processus d’une perspective dépende d’une communauté d’action dans le champ commun, et, deuxièmement, que l’individu ou organisme impliqué dans une activité tende à exercer les autres activités faisant partie de l’action commune et ainsi entre dans leurs perspectives. (Ibid., p. 608)

46Une perspective individuelle (ne serait-ce qu’une perspective visuelle) n’est donc jamais indépendante de la communauté dans laquelle l’organisme ou l’individu s’est constitué en « soi ».

L’individu social est déjà dans une perspective qui appartient à la communauté au sein de laquelle son soi a émergé […]. La perspective de l’individu est par conséquent celle de l’acte social – un acte qui inclut l’acte individuel mais s’étend au-delà de ce dernier. (Ibid., p. 152)

47Mais qu’en est-il alors d’une perspective individuelle qui va à contre-courant de l’« acte social » ? Le problème vient du fait que Mead fait fonctionner un concept d’objectivité à deux niveaux différents : il affirme, d’une part, que l’objectivité de la perspective individuelle dépend de sa coïncidence avec la structure de l’« acte global » dans laquelle elle est engagée (Mead, 1932, p. 175) ; mais d’autre part, Mead soutient que toutes les perspectives sont objectives, en ce qu’elles existent réellement dans la nature (et non dans les consciences). L’objectivité socialement validée de certaines perspectives est redoublée par une « objectivité » existentielle de tous les « ensembles concordants » quels qu’ils soient, « objectifs » parce que naturels.

  • 31 C’est une thèse qu’on retrouve également dans la métaphysique de Whitehead (voir, en particulier, W (...)
  • 32 Il paraît tentant de rapprocher cette position du « réalisme interne » défendu par Putnam (1984, en (...)

48L’ambiguïté provient du fait que la thèse de l’objectivité des perspectives31 a pour fonction première de dissuader de placer ces perspectives dans l’organisme, la conscience ou l’esprit des individus. Une perspective existe bien relativement à un point de référence spatio-temporel qui est celui de l’organisme, mais en tant qu’ensemble organisé d’objets et d’événements, elle existe dans la nature, dans le monde, elle est objective. C’est l’organisme percevant-agissant qui est dans la perspective, et non l’inverse. On peut ainsi définir métaphysiquement le monde ou « la nature » (au sens large) comme une organisation de perspectives. Il faut alors reconstruire la distinction et le partage entre subjectif et objectif en ne faisant plus du subjectif ce qui est « relatif à un point de vue », l’objectif étant ce qui serait indépendant de tout point de vue. Une thèse centrale de Mead est que la distinction entre ce qui relève du subjectif et ce qui relève de l’objectif est toujours interne à une perspective32 – ne serait-ce « que » celle d’un monde-perceptif (qui est lui-même une perspective). Mead veut fournir une caractérisation de la subjectivité qui ne repose pas sur le critère de l’accessibilité exclusive, en première personne, à des contenus de pensée internes. Le subjectif émerge dans l’activité de l’individu en situation, dans une perspective. Mead le définit comme l’expérience individuelle « qui prend la place de l’objet quand l’objet, au moins à certains égards, se trouve dans un futur indéterminé » (Mead, 1938, p. 114). Par exemple, quand un individu pense pouvoir franchir un gouffre en sautant, et se fonde sur l’expérience de sa capacité postulée à bien atterrir de l’autre côté pour évaluer approximativement la largeur du gouffre au lieu d’utiliser un mètre, on pourra considérer cette attitude comme subjective. Non pas parce qu’elle appartient « intrinsèquement » à l’individu, mais parce qu’elle est substituée dans le cadre de la conduite à un caractère objectivement déterminable. « Objectivement », ici, renvoie à une valeur numérique à laquelle parviendrait tout individu utilisant un instrument de mesure suffisamment précis. Mais en elles-mêmes, les « expériences » du premier individu ne sont pas moins objectives que les traits de son environnement. La subjectivité est ce qui oriente une conduite au vu d’une réalité qui fait défaut. Plus fondamentalement, la « subjectivité » exprime un conflit entre deux perspectives dont l’une s’avère socialement dominante. Une perspective objective est celle qui s’accorde avec la structure de l’acte social global. Une perspective subjective est une perspective qui est « devenue non objective » au sens de non partagée par le groupe (comme, à un certain moment, l’astronomie ptolémaïque) ; mais en elle-même, elle est objective. « La subjectivité, ce n’est pas pour une expérience d’être de même nature métaphysique que la conscience, mais d’échouer à s’accorder avec une perspective dominante commune. » (Mead, 1938, p. 610). Dans un train, les passagers partagent une même perspective sur le paysage qui défile ; et cette perspective est aussi réelle que celle du chef de gare. Mais c’est cette dernière qui triomphe des premières, car elle structure de manière plus satisfaisante les pratiques de ceux qui vivent dans un monde où il existe entre autres des trains et des gares. La perspective du paysage défilant à grande allure et celle du train filant sur un fond au repos sont aussi objectives l’une que l’autre, elles sont aussi bien l’une que l’autre des réalités naturelles. Les deux hypothèses aspectuelles existent objectivement dans la nature. Ce qui tranche, ce sont les conséquences qu’entraîne le fait d’agir de façon continue dans le cadre de l’une ou l’autre perspective ; et là, seule une perspective va être dite objective au regard des conduites globales de la communauté.

49Au sens strict, seule une perspective peut donc être qualifiée d’« objective » ; un objet fonctionne toujours au sein d’une perspective, il est relatif à cette perspective qui garantit (ou maintient dans l’incertitude) sa réalité.

Contact et signification

50On peut considérer que Mead, grâce à son concept de « perspective », est mieux à même que Dewey de rendre compte de l’activité dans un monde (d’objets) commun(s). Comme le disent Lewis et Smith (1980, p. 123), pour Dewey, le sens d’un objet est relatif à une situation, alors que pour Mead et Whitehead, il est relatif à une perspective. « Et une perspective est beaucoup plus large qu’une situation dans la mesure où une situation est toujours définie au sein d’une perspective. » Mais on ne peut affirmer comme ils le font que Dewey reste cantonné, dans son analyse de l’action située, à un modèle individualiste et subjectiviste faisant de toute situation une relation entre un organisme isolé et un environnement comprenant entre autres la culture et la société – alors que Mead aurait montré comment l’activité la plus individuelle était ancrée dans la conduite sociale (ibid., p. 127).

  • 33 Ainsi, c’est au contact que Mead (1938, p. 611 ; nous soulignons) assigne le rôle de « trancher » e (...)
  • 34 Pour des précisions sur ce thème, voir Mead (1938, chap. xvi : « Ontological Assumptions »).
  • 35 Pour un exposé très clair des positions ontologiques possibles quant aux capacités et aux dispositi (...)
  • 36 Lewis & Smith (1980) l’évoque rapidement (n. 4, p. 300), sans en tirer les implications.
  • 37 Lewis & Smith (1980, p. 130) justifie ce modèle du contact en faisant référence à la théorie peircé (...)

51Car pour Mead, fondamentalement, toute signification, objet « universel » ou perspective doit pouvoir s’attester dans l’expérience singulière du contact, de la coprésence immédiate dans la zone manipulatoire. Le caractère proleptique et hypothétique de ces entités ne peut laisser place à une certitude sur leur réalité ou leur « objectivité » que lorsqu’un individu (et chaque individu) en vient à éprouver une résistance physique qui confirme ou infirme la pertinence des médiations guidant la conduite33. L’objectivité comme coïncidence d’une perspective individuelle avec une perspective commune dans un acte social n’est que provisionnelle. La perception est « sociale » pour Mead d’abord en ce qu’elle repose sur une coopération manipulatoire avec les choses (alors que pour Dewey, elle est sociale parce qu’elle est signifiante). Cette thématique éclipse nettement celle de la possible « vie à crédit » des jugements de perception. « L’expérience ultime du contact est […] ce en quoi on peut traduire toute perspective. » (Mead, 1938, p. 281)34. On peut douter de la pertinence de ce modèle du contact en ce qui concerne les significations et certaines classes d’objets physiques. Et si la réalité est pour Mead corrélative du contact ponctuel et actuel, une disposition (dans l’objet ou l’organisme) n’existe alors pas en dehors de ses actualisations. Cette position « réductionniste » ou « matérialiste »35 paraît difficilement compatible avec les thèses qu’il soutient par ailleurs, accréditant la réalité des dispositions (et montre qu’on ne peut pas unilatéralement imputer à Mead la reprise pure et simple des thèses de Peirce sur cette question, comme le font Lewis et Smith). Un problème beaucoup plus redoutable36 demeure : avec cette théorie de la réalité-comme-contact, il semble que Mead soit incapable de rendre compte de la réalité des relations. Ce problème est crucial : si les relations ne sont pas réelles, Mead ne peut pas reprendre à son compte la catégorie des Troisièmes peircéens, les relations signe-objet-interprétant, et en faire un usage aussi étendu qu’il le prétend37 pour garantir l’objectivité des significations dans la mise en œuvre d’un « acte social ». L’usage des « universaux » dans la situation et leur transplantation dans des situations différentes devient également problématique. Le décalage ontologique entre réalité et existence ne peut être ramené à l’expérience du contact.

  • 38 Pour des précisions, voir Dewey (1929) : « La place de l’habitude dans la conduite ». Il faudrait e (...)

52Par ailleurs, la critique selon laquelle la théorie deweyenne de la situation ne reviendrait qu’à poser un individu isolé devant résoudre un problème technique dans un environnement paraît beaucoup trop rapide. La « situation problématique » recouvre tout à fait les situations d’interaction où il s’agit de rétablir un rapport normal ou « harmonieux » entre des individus que des situations de crise ont pu perturber. De plus, les formes de contrainte sociale sont présentes dans la situation (et non uniquement dans l’environnement) : elles se retrouvent dans les « habitudes » (habits) qui guident la conduite de l’individu. En effet, toute habitude est formée dans le cadre de conditions mises en place par les coutumes sociales38. L’histoire de l’individu définit un répertoire d’attitudes possibles, et l’habitude est davantage à penser comme l’exercice d’une capacité que comme l’opération d’un « automate mental ». Se pose le problème du statut ontologique des capacités ; Dewey tente d’y répondre dans La nature et la conduite humaines. Il refuse la machinerie métaphysique de Peirce (la réalité des would-be) et recule devant une distinction trop nette entre l’« existentiel » et le « réel ». Il est donc conduit à soutenir que les habitudes sont toujours en activité : c’est leur système intégré qui définit un individu social ; mais certaines passent au premier plan pendant que les autres demeurent à l’arrière-plan. La réponse de Dewey est animée par le souci de réduire l’inflation ontologique en ne faisant pas disparaître la spécificité des dispositions. Cette « inactivité » des habitudes, dit-il, ne s’applique qu’aux actes qui pourraient être manifestes, comme marcher. Mais en fait (in actuality), « chaque habitude est en activité durant tout le temps de la vie consciente, bien que comme un membre d’équipage prenant son tour de barre, son opération ne devienne la caractéristique dominante d’un acte qu’occasionnellement ou rarement » (Dewey, 1930, p. 29).

53Toutes les habitudes sont effectives en permanence. Ce sont le contexte, l’environnement (auxquelles elles sont directement reliées), et les rapports de force et de coopération qu’elles entretiennent qui déterminent lesquelles d’entre elles seront patentes. Un acte n’est donc pas à rapporter à une habitude seulement, mais à la composition des habitudes de l’agent dans la situation. L’habitude de marcher est active même quand l’individu est au repos : elle s’exprime dans ce qu’il voit, ce qui est manifeste dans sa reconnaissance kinesthésique des distances et des directions ; elle est active même si elle est reléguée au second plan par l’habitude de la vision qui prédomine actuellement. Il n’y a ici pas d’autre plan ontologique que celui de l’effectivité. L’habitude d’agir n’est pas une possibilité réelle au sens de la realitas médiévale, c’est une activité, non épisodique mais continue. La seule différence dans les habitudes est une différence de degrés actuels de force qui permet a posteriori de rattacher tel acte à telle habitude dominante. Il peut paraître psychologiquement peu crédible de dire que dans une certaine mesure nous sommes en permanence jaloux ou en train de parler anglais ; ce que veut dire Dewey, c’est que l’individu se définit par un ensemble unifié de maîtrise technique et de capacités d’agir, ensemble actuellement déterminé par l’histoire passée de l’individu et par son environnement immédiat, qui différencie fonctionnellement l’attribution des actes aux capacités. Cette caractérisation vise sans doute également à contrer le scepticisme de Hume à propos de l’identité personnelle. Dewey dit en effet que

s’il n’y avait pas l’opération continuée de toutes les habitudes dans chaque acte, il ne pourrait exister quelque chose comme le caractère (character). Il n’y aurait qu’un amoncellement, un paquet d’actes non reliés entre eux, isolés. Le caractère est l’interpénétration effective des habitudes. (Ibid., p. 29)

54Les habitudes sont en permanence en train de se contrecarrer, de se modifier les unes les autres, et de se renforcer, ce qui est à rapporter au fait que les situations et les environnements se recouvrent toujours partiellement, et que certains aspects des « nouvelles » situations sont toujours construits en référence à des situations connues.

55C’est la situation qui, fonctionnellement, sélectionne les habitudes susceptibles d’entreren jeu pour sa re-détermination. Le caractère peut-être peu satisfaisant de cette « solution » manifeste bien que c’est toujours le rapport entre l’actuel et le réel qui fait problème. Dewey ne fait cependant pas appel au modèle du contact pour garantir la réalité d’un objet ou l’objectivité du sens : son modèle est plutôt celui de la signification. Un objet, c’est un événement avec une signification, et ce qui fait l’objectivité d’une signification, c’est qu’elle est avant tout de la nature d’une institution, reposant sur d’autres institutions. Cette ligne argumentative de Dewey est souvent passée sous silence par ceux qui le créditent d’une théorie behavioriste de la signification assez simpliste (voir par exemple Quine, 1977, p. 39-41). Quand on sait les réticences de Dewey à l’égard du behaviorisme psychologique développé par Watson dans les années 1920, on ne peut lui imputer sans nuance une conception purement observationnelle et physicaliste de la signification. Outre qu’elle réduirait totalement celle-ci à une somme de comportements manifestes en situation, une telle conception entraînerait une atomisation « subjectiviste » des situations, et ne parviendrait pas à rendre compte de l’action commune ni de la stabilité des significations dans des situations différentes.

56Pour Dewey, la signification s’atteste dans l’usage, mais elle ne se réduit pas totalement au comportement local de deux ou trois individus en interaction. Car l’usage d’un signe implique une règle d’usage de ce signe, insiste Dewey, et la signification elle-même est de l’ordre de la règle ; elle dépasse donc les circonstances « locales » de son usage. C’est pour Dewey cette extériorité et cette normativité qui sont pour une grande part responsables de l’objectivité de la signification – et non le rapport à un universel, à une essence fixe, à une entité mentale « stockée » dans la structure neuronale, ou à des gestes et contacts « en dernière instance ».

Les significations sont objectives [d’abord] parce qu’elles sont des modes d’interaction naturelle ; cette interaction, bien qu’ayant lieu au premier chef entre des êtres vivants, inclut des objets et des forces extérieurs à ces êtres vivants. La force régulatrice des significations légales nous fournit un modèle pertinent. Un agent de la circulation tend le bras ou siffle dans son sifflet. Son acte opère comme un signal entraînant directement des mouvements. Mais il s’agit beaucoup plus que d’un stimulus épisodique. Il incarne en effet une règle d’action sociale. (Dewey, 1929, p. 157)

57Dewey distingue ensuite deux degrés de signification : un « sens proche », behavioriste si l’on veut, donné par les conséquences immédiates du signe de l’agent sur la coordination des mouvements des conducteurs. Mais ce sens ne prend son sens qu’en rapport avec le sens « large » ou « ultime » (ulterior) du signe, qui renvoie à l’organisation sociale du transport et de la « sécurité » dans les transports, aux conséquences possibles des actes des conducteurs eu égard à cette organisation sociale de la « sécurité au volant », et donc aux institutions comme la police, la justice, etc. Ne pas respecter le signal est bien sûr possible, mais « soumet la personne au risque de se voir arrêtée, jugée, emprisonnée ». À ceux qui s’interrogeraient alors sur l’essence de la signification, Dewey répond :

L’essence incarnée dans le sifflet de l’agent n’est pas une réalité occulte surimposée à un flux sensoriel ou physique qui en serait le contenant et le moyen de transmission, une entité mystérieuse logée de quelque manière dans un événement psychique. Son essence est la règle, globale et persistante, l’habitude standardisée d’interaction sociale […]. Cette signification est indépendante du paysage psychique, des sensations et des représentations du policier et des autres personnes concernées. Mais cela ne signifie pas qu’elle soit un fantôme spirituel éternel ou une entité logique blafarde, séparée des événements […]. La signification ultime du son émis par l’agent est le système conséquent total du comportement social, dans lequel les individus sont soumis au moyen de sons à une coordination sociale. (Ibid., p. 157-158)

58Ce modèle est censé valoir pour la perception de tous les objets en situation, même s’il est apparemment moins patent pour les objets physiques. Il ne fait que prendre au sérieux le fait que « nous apportons dans l’observation la plus simple un appareillage complexe d’habitudes, de techniques et de significations acceptées » (ibid., p. 180). La conduite en situation institue donc les objets comme des significations, et leur objectivité dérive de leur usage commun et institutionnel, qui « déborde » la situation locale. L’objectivité maximale est corrélative de l’être-médié maximal. Le réel ou l’objectif n’est pas rapporté à du contact pur avec des faits bruts, qui ne peut jamais se produire (puisqu’il relèverait d’une activité non située, non médiée). Pour Mead en revanche, on l’a vu, « l’ultime pierre de touche du réel est un morceau d’expérience que l’on trouve dans un monde non analysé » (Mead, 1938, p. 32), au premier chef via l’expérience du contact. Même si Dewey est parfois vague sur ce point, il semble que ce soit ce rapport « habituel » aux significations sociales qui permette dans la situation la perception directe de l’information (et donc des « faits existentiels »), ainsi que les jugements-de-réalité sur les objets que l’individu indique à lui-même et aux autres comme pertinents pour contrôler l’activité.

  • 39 Même s’il convient sans doute d’exclure Peirce de ces remarques, Thayer (1981, App. 7) note très ju (...)
  • 40 Rochberg-Halton (1983), qui minimise par ailleurs le rôle du contact dans la fondation de la réalit (...)

59Les théories de Mead et Dewey sur l’émergence des objets dans la situation permettent de tracer le programme d’une compréhension non dualiste et non utilitariste de la perception et de l’activité. Le représentationnalisme, le réalisme et le relativisme métaphysiques peuvent être évités si l’on arrive à rendre compte de la façon dont, pour reprendre une formule de Putnam (1981, p. 7), « l’esprit et le monde construisent conjointement l’esprit et le monde ». Pour Mead et Dewey, les individus, en tant qu’ils ont des expériences, sont pris dans des « perspectivités opérationnelles » liées aux capacités qu’ils peuvent déployer dans une situation et, comme le rappelle Burke (1994), maximiser l’objectivité dans ce cadre ne signifie pas supprimer cette irréductible « perspectivité », dans la mesure où la distinction entre l’objectif et le subjectif lui est interne. L’objectivité n’a cependant pas le même sens pour les deux pragmatistes. Pour Mead, l’objectivité du soi et des objets physiques, qui se constituent mutuellement, intervient comme médiation dans l’organisation de l’activité ; Mead précise bien que ce sont les objets qui contrôlent l’activité – leur objectivité étant rapportée à celle de la perspective qui les structure. Le problème, on l’a vu, vient de la garantie de cette objectivité, que Mead assigne ultimement à l’expérience du contact. Pour Dewey, c’est la situation qui contrôle l’activité, les objets sont institués comme moyens ou termes de l’enquête, ou comme arrière-plan sur lequel elle se déploie. L’objectivité est celle des traits de la situation, de sa structure temporelle, et elle est conférée par les habitudes et les significations – qui caractérisent les comportements et les activités (et non les « agents » ou les objets en tant que tels). Sans que cela remette profondément en cause les acquis de la percée conceptuelle et historique que représentent le « holisme situé » de Dewey et la théorie de l’acte social de Mead, dans les deux cas, il nous semble que c’est une insuffisante thématisation du possible, du potentiel, du statut logique et ontologique des capacités qui entraîne des difficultés ou des complexifications39 : Mead en ne tenant pas jusqu’au bout sa théorie de la réalité objective des perspectives (recours au modèle du contact40), et Dewey en rabattant le plan du possible sur celui de l’actuel (les habitudes comme « perpétuellement actives »). De ce point de vue, il semble que le « naturalisme culturel » de Dewey manifeste une cohérence plus grande que le « behaviorisme social » de Mead, marqué par une tension non résolue entre perspectivisme et réductionnisme ; il se prêterait sans doute mieux à des apports issus des travaux contemporains sur les capacités (Putnam, par exemple) du fait de la liaison très wittgensteinienne qu’il établit entre signification, habitude et institution.

Bibliographie

Alexander Jeffrey C. (1985), « The “Individualist Dilemma” in Phenomenology and Interactionism », in H. J. Helle & S. N. Eisenstadt (eds), Macrosociological Theory. Perspectives on Social Theory, Sage (« Studies in International Sociology », 34), p. 25-57.

Barker Roger G. (1968), Ecological Psychology : Concepts and Methods for Studying the Environment of Human Behavior, Stanford, Stanford University Press.

Barker Roger G. (1978), Habitats, Environments, and Human Behavior, San Francisco, Jossey-Bass.

Blumer Herbert (1980), « Mead and Blumer : The Convergent Methodological Perspectives of Social Behaviorism and Symbolic Interactionism », American Sociological Review, 45, p. 409-419.

Blumer Herbert (1983), « Going Astray with a Logical Scheme », Symbolic Interaction, 6 (1), p. 127-137.

Boisvert Raymond D. (1988), Dewey’s Metaphysics, New York, Fordham University Press.

Burke Tom (1994), Dewey’s New Logic. A Reply to Russell, Chicago, University of Chicago Press.

Chauviré Christiane (1984), « De Cambridge à Vienne. La maxime pragmatiste et sa lecture vérificationniste », Fundamenta Scientiœ, 5 (3-4), p. 255-269.

Chauviré Christiane (1989), « Quand savoir, c’est (savoir) faire. Peirce, Wittgenstein et le problème des capacités », Critique, 503, p. 282-299.

Collins Randall (1989), « Toward a Neo-Meadian Sociology of Mind », Symbolic Interaction, 12 (1), p. 1-32.

Cook Gary A. (1977), « G. H. Mead’s Alleged Behaviorism », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 13, p. 307-316.

Cook Gary A. (1993), G. H. Mead. The Making of a Social Pragmatist, Urbana et Chicago, University of Illinois Press.

Dewey John (1973), « The Reflex-Arc Concept in Psychology », in J. McDermott (ed.), The Philosophy of John Dewey, New York, Putnams [1896].

Dewey John (1910), « Beliefs and Existences », in Id., The Influence of Darwin in Philosophy, New York, H. Holt, p. 169-197.

Dewey John (1916a), Essays in Experimental Logic, New York, Dover (reéd. 1953).

Dewey John (1916b), Démocratie et éducation, Lausanne, L’Âge d’Homme (trad. fr. 1983).

Dewey John (1929), Experience and Nature, La Salle, Open Court (2e éd.).

Dewey John (1930), Human Nature and Conduct, New York, The Modern Library (2e éd.).

Dewey John (1939), « Experience, Knowledge and Value : A Rejoinder », in P. A. Schilpp (ed.), The Philosophy of John Dewey, New Heaven, Yale University Press, p. 515-608.

Dewey John (1941), « Propositions, Warranted Assertability, and Truth », in S. Morgenbesser (ed.), Dewey and his Critics. Essays from the Journal of Philosophy, New York, The Journal of Philosophy, p. 265-282.

Dewey John (1942), « Inquiry and the Indeterminateness of Situations », Journal of Philosophy, 39, p. 290-296.

Dewey John (1945), « A Terminology for Knowing and Knowns », in S. Morgenbesser (ed.), Dewey and his Critics. Essays from the Journal of Philosophy, New York, The Journal of Philosophy, p. 285-307.

Dewey John (1993), Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France [1938].

Fine Gary A. & Sherryl Kleiman (1986), « Interpreting the Sociological Classics : Can There Be a “True” Meaning of Mead ? », Symbolic Interaction, 9 (1), p. 129-146.

Gallant Mary J. & Sherryl Kleinman (1983), « Symbolic Interactionism vs Ethnomethodology », Symbolic Interaction, 6 (1), p. 1-18.

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Gibson James J. (1977), « The Theory of Affordances », in R. Shaw & J. Bransford (eds), Perceiving, Acting and Knowing, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates, p. 67-82.

Gibson James J. (1979), The Ecological Approach to Visual Perception, Boston, Houghton Mifflin.

Halas Elżbieta (1985), « The Contextual Character of Meaning and the Definition of Situation », Studies in Symbolic Interaction, 6 (1), p. 149-165.

Hook Sidney (1977), « Reflections on the Metaphysics of John Dewey : Experience and Nature », Revue internationale de philosophie, 121-122, p. 313-328.

James William (1890), The Principles of Psychology, New York, Henry Holt.

James William (1968), Le pragmatisme, Paris, Flammarion [1907].

Johnson G. David. & J. Steven Picou (1985), « The Foundations of Symbolic Interactionism Reconsidered », in H. J. Helle & S. N. Eisenstadt (eds), Microsociological Theory. Perspectives on Social Theory, Sage (« Studies in International Sociology », 34), p. 54-70.

Kenny Anthony (1989), The Metaphysics of Mind, Oxford, Oxford University Press.

Lewis J. David & Richard L. Smith (1980), American Sociology and Pragmatism : Mead, Chicago Sociology and Symbolic Interaction, Chicago, University of Chicago Press.

McPhail Clark & Cynthia Rexroat (1979), « Mead vs Blumer : The Divergent Methodological Perspectives of Social Behaviorism and Symbolic Interactionnism », American Sociological Review, 44, p. 449-467.

Mead George Herbert (1932), The Philosophy of the Present, La Salle, Open Court.

Mead George Herbert (1935), « The Philosophy of John Dewey », International Journal of Ehics, 46, p. 64-81.

Mead George Herbert (1938), The Philosophy of the Act, Chicago, University of Chicago Press.

Mead George Herbert (1963), L’esprit, le soi et la société, Paris, Presses universitaires de France [1934].

Mead George Herbert (1964), G. H. Mead : Selected Writings, Indianapolis, Bobbs-Merrill.

Mead George Herbert (1997), « La chose physique », Réseaux, 85, p. 195-211 [trad. d’un article de Mead, 1932, présentation de Louis Quéré].

Merleau-Ponty Maurice (1964), Le visible et l’invisible, Paris, Gallimard.

Morgenbesser Sidney (ed.) (1977), Dewey and his Critics. Essays from the Journal of Philosophy, New York, The Journal of Philosophy.

Putnam Hilary (1984), Raison, vérité et histoire, Paris, Minuit [1981].

Putnam Hilary (1991), « Peut-on encore parler de vérité et de réalité ? », in J. Poulain (ed.), Critique de la raison phénoménologique. La transformation pragmatique, Paris, Éditions du Cerf, p. 83-98.

Putnam Hilary (1996), Pragmatism. An Open Question, Oxford, Blackwell.

Quine Willard Van Orman (1977), Relativité de l’ontologie et autres essais, Paris, Aubier [1969].

Rochberg-Halton Eugene (1982), « Situation, Structure, and the Context of Meaning », Sociological Quarterly, 23 (1), p. 455-476.

Rochberg-Halton Eugene (1983), « The Real Nature of Pragmatism and Chicago Sociology », Symbolic Interaction, 6 (1), p. 139-153.

Russell Bertrand (1939), « Dewey’s New Logic », in P. A. Schilpp (ed.), The Philosophy of John Dewey, La Salle, Open Court, p. 135-156.

Russell Bertrand (1969), Signification et vérité, Paris, Flammarion [1940].

Schilpp Paul A. (ed.) (1939), The Philosophy of John Dewey, La Salle, Open Court.

Sleeper Ralph W. (1986), The Necessity of Pragmatism. John Dewey’s Conception of Philosophy, New Heaven, Yale, University Press.

Thayer Horace Standish (1981), Meaning and Action. A Critical History of Pragmatism, Indianapolis, Hackett.

Whitehead Alfred North (1922), The Principle of Relativity, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 Sur ce débat, voir Blumer (1980, 1983), Rochberg-Halton (1982, 1983), Johnson & Picou (1985), et de façon plus générale le numéro 6 de Symbolic Interaction (1983).

2 Même si on ne peut accorder que la théorie sociale de Mead ait eu pour seule fonction de « fournir un fondement à la connaissance du monde physique », comme l’affirme Collins (1989, p. 12), cet auteur souligne à juste titre la place centrale des problèmes ontologiques et épistémologiques dans la pensée de Mead, trop souvent passés sous silence au profit de la constitution réflexive du soi.

3 « L’expérience est autant de la nature que dans la nature […]. Des choses en interaction selon des modalités déterminées sont l’expérience ; elles sont ce qui est “expériencé”. Reliées selon d’autres modalités à un autre objet naturel – l’organisme humain – elles sont également comment les choses sont “expériencées”. » (Dewey, 1930, p. 4).

4 On pourrait les rapprocher des « unités physico-comportementales » de Barker (1968, 1978).

5 Il reconnaît ainsi qu’il est abusif de parler d’une situation intrinsèquement douteuse : le doute suppose toujours une enquête, et l’indétermination objective caractérise la situation « avant » le lancement de l’enquête (Dewey, 1942).

6 C’est-à-dire au problème de la catégorisation, et de la portée ontologique des catégories ou « genres » (développé dans Dewey, 1993). La terminologie des « caractères » ou aspects permettant de dégager dans l’expérience des groupements d’objets ou « genres », qui fondent les inférences valides, est empruntée à James (1890, chap. xxi et xxviii). Dès le début du siècle, Dewey soutenait que la notion peircéenne de croyance se substituant au doute dans le processus de l’enquête empêchait d’imputer aux « caractères » une pure existence idéale dans l’esprit d’un sujet-spectateur : « Beliefs look both ways, toward persons and toward things […]. To believe is to ascribe value, impute meaning, assign import. The collection and interaction of these appraisals and assessments is the world of the common man […]. Thus, things are characters, not mere entities ; they behave and respond and provoke. » Dewey ajoutait que ces caractères, produits de l’enquête, contrôlent l’activité ultérieure : « Characters, being condensations of beliefs [… ] concrete and regulate the terms of effective apprehension and appropriation of things. » (Dewey, 1910, p. 169-170). L’objectivité de la qualité unique « colorant » une situation donnée, ou d’une qualité « générale » (dangerosité, stabilité…) caractérisant une situation, est à rapporter à cette thématique générale.

7 De là les questions de Russell sur ce qu’il en est du « monde indépendant de nos enquêtes », ou du monde avant l’apparition des êtres humains. Sur ce débat, voir Dewey (1939, 1941) et Russell (1939, 1940) ; pour un commentaire, voir Burke (1994). Mead (1938, p. 642) critiquait Dewey sur ce dernier point, trouvant qu’il ne proposait pas de solution adéquate à ce problème.

8 Il faut insister : Dewey ne nie pas qu’il y ait des formes de « conscience privée » ou des expériences que l’on aurait tendance à rapporter à une subjectivité pure. Mais la nature de cette « expérience » fait qu’on n’en peut rien dire. Voir Dewey (1929, p. 250) : « il est impossible de dire ce qu’est la conscience immédiate […] [car] c’est quelque chose qui est eu, et non communiqué ou connu. »

9 Pour Dewey, la marque du social, qui implique perception de généralité, est la coopération, entendue comme régulation mutuelle des participants à l’activité (par l’adoption par chacun du point de vue des autres dans la situation) – et non au premier chef comme une entente préalable explicite qui orienterait unilatéralement l’activité subséquente. Voir par exemple Dewey (1929, p. 148-149) ; ou Dewey (1916b, p. 52-53) : « un homme dans le lointain agite vivement le bras […] Nous établissons un rapport entre son action et quelque chose que nous faisons nous-mêmes ou que nous devrions faire […] Appelle-t-il à l’aide ? Nous avertit-il qu’une explosion va se produire pour que nous nous mettions à l’abri ? […] Notre action est socialement contrôlée parce que nous tentons de rattacher ce que nous avons à faire à la situation dans laquelle cet homme est en train d’agir. » Même si Dewey n’ignore pas la structuration de l’acte social en différents rôles, qu’analysera Mead beaucoup plus précisément, il rapporte davantage aux « institutions » (en un sens large) l’impersonnalité caractérisant le rapport à une activité sociale, comme on le verra plus loin.

10 Pour une analyse montrant la différence importante qu’introduit cette thèse entre le fonctionnalisme de Dewey (ou le « behaviorisme social » de Mead) et le behaviorisme classique (Watson, Skinner), voir Cook (1977).

11 Voir, par exemple, Mead (1963, p. 64-70).

12 Voir également Dewey (1942), qui réaffirme cette thèse avec force.

13 L’immanence de l’enquête à la situation, la circularité de l’institution d’objets-comme-connus permettant de traiter un « nouvel » objet comme signe et développement « naturel » d’une connaissance antérieure : autant de thématiques deweyennes qui autoriseraient un rapprochement pertinent avec les analyses de Garfinkel (1967) sur l’indexicalité de l’action ; ce qui empêcherait de considérer trop unilatéralement que l’ethnométhodologie se situe dans la lignée de Mead et l’interactionnisme symbolique dans celle de Dewey (comme le fait Gallant & Kleinman, 1983).

14 Dewey y insiste : un objet, c’est la stabilisation d’un événement dans une situation. Le nom « objet » s’applique à « des situations stabilisées et durables, à des occurrences [i.e. “événements transitoires”] qui requièrent un laps de temps si long ou un changement spatial si infime que ces changements spatiaux et temporels ne tombent pas eux-mêmes dans le champ de l’attention perceptuelle ordinaire et quotidienne » (Dewey, 1945, p. 304).

15 Pour une comparaison éclairante avec les théories de Gibson, cf. Burke (1994, chap. 3, 3).

16 Voir, par exemple, Dewey (1916b, p. 33) ; Dewey (1993, p. 46) : les conventions sémantiques résultent « de l’accord dans l’action, de l’identité des manières de réagir et d’en assumer les conséquences. Le son ou la marque physique acquiert sa signification dans et par son usage fonctionnel commun et non parce qu’on en est convenu explicitement […]. »

17 Dans la perspective limitée de cet article, il ne nous est pas possible de développer un point complexe : le statut spécial conféré aux « espèces naturelles ». Le recours aux natural kinds exprimées dans des propositions génériques « situées », qui ont pour corrélat des propositions universelles censées valoir pour toutes les situations ou univers de discours (Dewey, 1993) est crucial pour Dewey dans la mesure où il permet de lutter contre les accusations de relativisme et d’« atomisation » des enquêtes. On ne peut que souligner la grande proximité de la solution de Dewey avec la façon dont Quine (1977, chap. 5) réhabilitera le concept d’espèce naturelle. Sur l’institution des natural kinds dans l’expérience, qui, même si elles sont contingentes, n’en sont pas moins réelles et existantes pour autant, voir Sleeper (1986, en particulier chap. 6).

18 Voir Mead (1935, p. 76 et p. 78-79).

19 Mead utilise à de nombreuses reprises « situation » et « acte » de manière interchangeable, ou même l’expression « situation ou acte » : cf. par exemple Mead (1934, p. 72 de l’éd. am. ; la trad. fr. ne traduit que « situation ». Et p. 133 de la trad. fr., 1963).

20 Il faut aussi qu’à cet acte corresponde un « objet social », c’est-à-dire un objet correspondant à toutes les parties de l’acte (et donc à différentes conduites individuelles). La propriété est un tel objet social dans les transactions commerciales, par exemple. Voir Mead (1932, p. 180-184).

21 « L’unité d’existence est l’acte, et non l’instant. » (Mead, 1938, p. 65).

22 Sur cet exemple, voir Lewis & Smith (1980).

23 Voir « Stages in the Act », in Mead (1938) ; et Cook (1993, chap. 10).

24 On peut légitimement rapprocher cette conception de la théorie gibsonienne des affordances (voir Gibson, 1977 et 1979).

25 Voir Mead (1932, p. 190-191) : « l’objet de perception est le futur existant de l’acte », « l’objet est la forme de l’acte » et par là « il contrôle l’expression de l’acte ».

26 Cette thématique du touchant/touché, du corps comme lieu de la réflexivité, est abondamment développée par Merleau-Ponty (« toucher, c’est se toucher », etc.). Voir Merleau-Ponty (1964), en particulier les « Notes de travail ».

27 Comme le précise explicitement Mead dans le cadre de son analyse de l’émergence du self par adoption de l’attitude de l’autre, « il est possible pour des objets inanimés, non moins que pour les organismes humains, de constituer des parties de l’autre généralisé et organisé – l’autre complètement socialisé – pour tout individu humain donné, dans la mesure où il réagit à de tels objets d’une façon sociale […]. En prenant les attitudes de ces objets envers lui-même, il devient conscient de lui comme objet ou individu ; c’est de cette façon qu’il développe un soi, une personnalité. » (Mead, 1963, p. 131, trad. mod. ; nous soulignons). Voir aussi Mead (1997), ainsi que la très utile présentation de Louis Quéré.

28 On peut rapprocher cela des remarques de James sur la « vérification indirecte » : « La vérité vit à crédit, la plupart du temps. Nos pensées et nos croyances “passent” comme monnaie ayant cours, tant que rien ne les fait refuser, exactement comme les billets de banque tant que personne ne les refuse. Mais tout ceci sous-entend des vérifications expressément faites quelque part, des confrontations directes avec les faits – sans quoi tout notre édifice de vérité s’écroule, comme s’écroulerait un système financier à la base duquel manquerait toute réserve métallique. » (James, 1907, p. 148 ; nous soulignons). Pour Mead, cette confrontation directe est l’expérience du contact.

29 Sur les universaux, voir par exemple Mead (1934, p. 9-10 et p. 70-77). Le statut de l’universel dans la théorie de Mead est assez problématique ; comme le rappelle Fine & Kleiman (1986, p. 134-135), il est facile d’assigner à Mead des positions opposées sur ce thème.

30 Mead, qui veut rendre compte de l’émergence corrélative du soi et du social, ne se donne bien sûr pas a priori des représentations sociales ou collectives qui préexisteraient à l’individu et le détermineraient. « Chaque individu stratifie la vie commune d’une manière différente, et la vie de la communauté est la somme de toutes ces stratifications, et toutes ces stratifications existent dans la nature. » (Mead, 1964, p. 276).

31 C’est une thèse qu’on retrouve également dans la métaphysique de Whitehead (voir, en particulier, Whitehead, 1922). Sur les infléchissements que Mead fait subir aux concepts de Whitehead, voir Mead (1932, p. 165 sq. ; 1938, p. 613) ; et « Whitehead’s Influence on Mead’s Thought », in Cook (1993).

32 Il paraît tentant de rapprocher cette position du « réalisme interne » défendu par Putnam (1984, en part. chap. iii et vii) ; mais la thèse de la réalité objective des perspectives va beaucoup plus loin que le « relativisme objectiviste » de Dewey que reprend à son compte Putnam en réutilisant la notion deweyenne d’« assertabilité garantie » (l’objectivité ne dérive pas d’une « correspondance » mais est celle d’un jugement justifié dans son contexte d’existence).

33 Ainsi, c’est au contact que Mead (1938, p. 611 ; nous soulignons) assigne le rôle de « trancher » entre les perspectives dans l’exemple des passagers du train et du chef de gare : « dans les deux ensembles sont présentes les positions relatives des points occupés par le paysage et par le train, i.e. les stimuli distants se trouvent là, indépendamment de toute interprétation, de toute perspective ; ce que seront les expériences de contact réussies dans l’usage des choses physiques reste à voir. »

34 Pour des précisions sur ce thème, voir Mead (1938, chap. xvi : « Ontological Assumptions »).

35 Pour un exposé très clair des positions ontologiques possibles quant aux capacités et aux dispositions, voir par exemple Kenny (1989, chap. 5). L’évolution de Peirce sur le statut à accorder aux dispositions est bien présentée dans Chauviré (1984), et la thèse de la réalité des would-be est rapprochée de la thématique wittgensteinienne des capacités dans Chauviré (1989).

36 Lewis & Smith (1980) l’évoque rapidement (n. 4, p. 300), sans en tirer les implications.

37 Lewis & Smith (1980, p. 130) justifie ce modèle du contact en faisant référence à la théorie peircéenne des signes, et affirme que « les significations ultimes des concepts doivent être placées dans une réalité non linguistique et non mentale si on veut échapper à la régression à l’infini de définitions verbales de définitions de définitions ». Ceci se veut un argument en faveur du réalisme de Mead, qui serait semblable à celui de Peirce. C’est ne pas voir que Peirce admet ce renvoi à l’infini d’interprétant en interprétant : c’est justement ce qui fait le vague intrinsèque de toute signification. Et on ne pourra jamais ramener un « troisième » à un « deuxième ». On ne peut réduire une icône, par exemple, à une « ultime expérience de contact » : une icône est une propriété relationnelle qui « tient » entre des êtres humains.

38 Pour des précisions, voir Dewey (1929) : « La place de l’habitude dans la conduite ». Il faudrait entreprendre un parallèle systématique entre le concept d’habitude chez Dewey et celui de « coutume » (voire de « règle ») chez Wittgenstein.

39 Même s’il convient sans doute d’exclure Peirce de ces remarques, Thayer (1981, App. 7) note très justement que la catégorie de possibilité joue un rôle crucial dans les écrits pragmatistes, mais qu’elle fait peu souvent l’objet d’explicitation ou de clarification (d’où une confusion fréquente entre possibilité physique et potentialité).

40 Rochberg-Halton (1983), qui minimise par ailleurs le rôle du contact dans la fondation de la réalité chez Mead, admet que la thèse de la réalité objective des perspectives échoue ultimement, en ce que, faisant de la réalité un tout actuellement déterminé, elle ne ménagerait pas d’espace pour la possibilité.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search