Version classiqueVersion mobile

La logique des situations

 | 
Michel De Fornel
, 
Louis Quéré

Présentation

Michel de Fornel et Louis Quéré

Texte intégral

1« Il y a place pour une analyse plus détaillée de la logique des situations. » Ce constat de Karl Popper (1955, p. 147), formulé il y a presque cinquante ans, pourrait être repris aujourd’hui, mais en lui donnant une tout autre signification. Pour Popper, la « logique des situations » concernait la méthodologie des sciences sociales, plus particulièrement la « compréhension objective » des actions individuelles et l’explication des événements historiques. Elle constituait à ses yeux l’un des deux « problèmes fondamentaux de la sociologie théorique pure » (Popper, 1979), l’autre étant la théorie des institutions et des traditions.

2Ce n’est pas cette entrée méthodologique qui a été retenue pour ce volume. En effet, la logique des situations peut être étudiée de différents points de vue. Elle occupe par exemple une place importante dans la sémantique (conçue comme étude des relations entre les expressions du langage et ce qui se trouve dans le monde), comme le montrent un certain nombre de recherches récentes qui ont développé une théorie des situations et esquissé une « logique située » (Barwise & Perry, 1983 ; Barwise, 1989 ; Récanati, 1997). Déjà, dans l’entre-deux-guerres, le pragmatiste John Dewey avait introduit la situation dans la logique. Mais il en proposait une analyse qui n’était ni méthodologique, ni sémantique : il s’agissait d’élucider les conditions et les modalités de l’organisation de l’expérience, quel qu’en soit le domaine, et de montrer comment l’« enquête » y intervient comme « processus continu » d’établissement et de résolution de situations particulières (Dewey, 1993). C’est ce point de vue, qui concerne plus directement les sciences sociales, que nous avons privilégié dans ce volume.

3Ces dernières années, l’analyse des situations et la modélisation de leur dynamique sont devenues une préoccupation centrale non seulement en sémantique et en logique, mais aussi en anthropologie cognitive, en ergonomie et en intelligence artificielle, dans la psychologie écologique et dans différentes entreprises se réclamant du paradigme de l’« action située » (sur ce dernier, cf. Sociologie du travail, 4, 1994 ; Conein & Thévenot, 1997 ; Quéré, 1997). Cette multiplicité de travaux ne vise pas simplement à réintroduire à la place d’honneur une notion trop longtemps négligée (Goffman, 1988a), mais aussi, et plus fondamentalement, à élaborer une nouvelle conception de l’intelligence humaine et du contrôle réflexif des conduites, en redonnant toute son importance à la dynamique des interactions entre l’agent et l’environnement, qu’il soit physique ou culturel. C’est pourquoi Popper ne reconnaîtrait sans doute pas dans les recherches actuelles la concrétisation du genre d’exploration qu’il appelait de ses vœux, non plus que les sociologues qui s’en sont tenus à la problématique classique de la « définition de la situation ».

4Le but de cet ouvrage est de tracer les contours de cette nouvelle conception. En effet, l’intuition de base, qui sert de point de départ à nombre de travaux actuels, est que parler, agir, penser, raisonner, calculer, s’informer, explorer l’environnement, faire des inférences, délibérer, etc., sont des « activités situées ». Mais qu’entend-on exactement par là ? Comment spécifier ce caractère situé ? Où mettre la situation ? Comment concevoir sa dynamique et son opérativité ? Les réponses varient en fonction des prémisses adoptées et des objectifs poursuivis. Cependant la définition minimale proposée par Jon Barwise (1989, p. xiii-xiv), l’un des promoteurs de la « théorie des situations », introduit les principaux ingrédients d’une conception écologique et pragmatique, que l’on trouve actuellement esquissée dans différents programmes de recherche. Les activités situées sont « des activités réalisées par des agents intelligents, qui, incarnés et limités [ils ne voient donc pas le monde avec l’œil de Dieu], sont situés dans un environnement riche qu’ils peuvent exploiter de multiples façons [en particulier, ils peuvent en extraire des informations par la perception et prendre appui sur ses régularités et ses contraintes, auxquelles ils sont accordés et habitués]. En tant que telles, ces activités sont toujours effectuées à partir d’une perspective ; elles concernent des portions, généralement restreintes, de l’environnement, portions auxquelles l’agent est, d’une manière ou d’une autre, plus ou moins directement connecté ; et elles ont un impact sur cet environnement, elles le transforment » (les phrases entre crochets sont ajoutées par nous). Les situations sont précisément ces portions de l’environnement « dans lesquelles les agents se trouvent », et qu’ils spécifient à l’aide de « schèmes d’individuation », sans pouvoir en faire l’objet d’un savoir objectif, ni les articuler complètement dans le contenu propositionnel de leurs énoncés.

5Une des difficultés soulevées par cette définition concerne le rôle de médiation joué par l’environnement et par la situation dans la réalisation des activités dites « situées ». Dewey soulignait qu’un organisme ne vit pas dans un environnement, mais « par le moyen d’un environnement » avec lequel il est en transaction, et que les activités dans lesquelles l’enquête prend place sont produites autant par celui-ci que par les organismes ou les agents qui les mènent. De même attribuait-il à la situation une capacité de « contrôle de l’expérience » et pas simplement un statut de contenant, sans propriétés ni structures propres. Goffman s’avère proche de Dewey de ce point de vue ; comme lui, il est sensible à la productivité de l’environnement et de la situation :

  • 1 Curieusement, la première partie de cette définition est exclue de la citation qu’en donne Albert O (...)

Jusqu’à présent, l’idée de situation a été traitée à la va-comme-je-te-pousse. […] La situation sociale on ne peut la traiter comme une cousine de province. Il peut être proposé que les situations, du moins dans notre société, constituent une réalité sui generis, comme [Durkheim] avait l’habitude de dire, et qu’elles exigent dès lors une analyse propre, fort semblable à celle qu’on accorde à d’autres formes fondamentales d’organisation sociale. […] Je définirais une situation sociale comme un environnement fait de possibilités mutuelles de contrôle, au sein duquel un individu se trouvera partout accessible aux perceptions directes de tous ceux qui sont « présents » et qui lui sont similairement accessibles. Selon cette définition, une situation sociale se produit dès que deux ou plusieurs individus se trouvent en présence mutuelle immédiate […]. Ceux qui se trouvent dans une situation donnée peuvent être définis agrégativement comme un rassemblement […]. Des règles culturelles régissent la manière dont les individus doivent se conduire en vertu de leur présence dans un rassemblement […]. (Goffman, 1988a, p. 146-147)1

  • 2 La matière de cet ouvrage a pris forme dans un séminaire tenu à l’EHESS en 1997-1998 et 1998-1999. (...)

6C’est cette difficulté qui a servi de fil directeur à la préparation de cet ouvrage, et qui constitue le problème auquel il essaie de répondre2. Si nous avons accordé une telle attention à Dewey (et plus largement au pragmatisme), c’est qu’il a anticipé nombre d’intuitions que l’on trouve actuellement développées dans les disciplines évoquées supra, et que son œuvre nous offre des outils pertinents pour clarifier et approfondir ces intuitions. De plus, sa conception de la spécificité de l’environnement culturel, et des « comportements intellectuels caractérisés par des propriétés logiques » qu’il produit, est du plus grand intérêt pour l’analyse de l’action et de la cognition dans les sciences sociales. En effet, ces dernières ne sont impliquées que de façon marginale dans les recherches récentes sur l’« activité située ». Précisément, un des buts de cet ouvrage est de montrer la pertinence des nouvelles approches de l’environnement et de la situation pour l’enquête sociale. C’est ce que tentent un certain nombre de contributions plus empiriques, consacrées à des objets sociaux tels que l’improvisation dans le domaine du chant, l’organisation des parcours urbains des piétons, la réception de retransmissions télévisées de matches de football, ou l’accueil et l’orientation des passagers dans une gare par des agents spécialisés.

La situation, objet de représentation

7Il est habituel, lorsqu’on présente l’histoire du concept de situation en sociologie, d’évoquer William Thomas et son fameux théorème : « Si les gens définissent les situations comme réelles, alors elles sont réelles dans leurs conséquences. » D’une certaine manière, cette formulation résume la conception qui a prévalu jusqu’à présent dans les sciences sociales, qu’elles se réclament ou non de l’École de Chicago. Les situations sont ce à quoi des sujets s’ajustent via les définitions qu’ils en donnent. Ces définitions sont nécessaires pour qu’une décision soit possible : « La définition de la situation est nécessaire avant tout acte de la volonté, car dans des conditions données et avec un ensemble donné d’attitudes, une pluralité indéfinie d’actions est possible ; pour qu’une action déterminée apparaisse il faut que ces conditions soient sélectionnées, interprétées et combinées d’une certaine façon, et qu’une systématisation des attitudes soit atteinte, de sorte que l’une d’elles devienne prédominante et se subordonne les autres. » (Thomas & Znaniecki, 1927, p. 68). Dans cette perspective, la définition des situations comporte deux éléments, l’un externe – la sélection et l’analyse des conditions objectives de l’action –, l’autre interne – la hiérarchisation des attitudes et des impulsions.

8Cette problématique, qui combine une inspiration néo-kantienne (présupposition d’un sujet tenu pour source du sens et origine de ses actes) et une inspiration pragmatiste (la validité des idées et des propositions est évaluée en fonction de leurs conséquences), nourrira plusieurs programmes de recherche, allant de l’interactionnisme symbolique à la phénoménologie sociale. Ce n’est qu’avec Goffman, d’un côté, l’ethnométhodologie, de l’autre, que ses lacunes et ses limites commenceront à être mises en évidence.

9Le courant interactionniste, du moins dans sa version blumérienne, a accentué la dimension interprétative du phénomène : les situations sont déterminées par la façon dont elles sont définies ; leur définition est une affaire d’interprétation. En d’autres termes, les gens traitent les situations en fonction de ce qu’ils pensent qu’elles sont et du sens subjectif qu’elles ont pour eux, du point de vue qui est le leur. « Les humains, écrit Herbert Blumer (1969, p. 2), se comportent vis-à-vis des choses sur la base des significations que celles-ci ont pour eux. » Le sens n’est donc pas déjà dans le monde ; il doit y être introduit d’ailleurs, par des actes d’interprétation. Les situations ont à être dotées de significations pour devenir une réalité humaine. Néanmoins, pour Blumer (qui se réclame de Mead), ces significations ne sont pas seulement subjectives ; elles ont aussi un caractère social : « le sens qu’une chose revêt pour une personne est fonction de la manière dont les autres agissent vis-à-vis de cette personne en ce qui concerne cette chose. » (Ibid., p. 5). Cette conception, qui est à l’origine de la théorie du labelling, a souvent été considérée comme un argument de type constructiviste : la réalité sociale est construite par les humains à travers leurs interprétations ; il n’y a donc pas une réalité brute, indépendante des valeurs et des significations que les gens donnent aux choses et aux événements, et toute chose doit être définie intellectuellement ou dotée de sens pour devenir une réalité sociale, y compris le self (pour une discussion, cf. McHugh, 1968 ; Collins, 1988).

10La phénoménologie sociale, celle de Schütz en particulier, a rétabli la composante « contraintes objectives » d’une situation, et esquissé une description plus précise du processus de définition des situations (Schütz, 1975 ; et aussi Berger & Luckmann, 1986). Ce processus, qui est une affaire d’actes attentionnels, présente deux aspects essentiels : un découpage de portions de la réalité en fonction d’un thème, et une sélection d’éléments de savoir pertinents. L’agent humain ne se contente donc pas d’analyser la situation dans laquelle il se trouve ; il la constitue véritablement. Ce qu’il fait en découpant dans son environnement une zone de pertinence sur laquelle son attention va se focaliser et en prélevant dans son « stock de connaissances » les éléments nécessaires pour la configurer. Ces opérations sont guidées par un thème, qui émerge en fonction des intérêts et des objectifs présents de l’agent. Quant à la situation, qui ouvre et délimite un champ de vision, elle dispose d’un horizon, qui se déplace avec elle. Ce sont les éléments pertinents, ainsi découpés et sélectionnés pour constituer une situation, qui forment le contexte immédiat de l’action. Dans cette perspective, agir c’est traiter une situation.

11En dépit de différences d’accent, cette problématique de la définition des situations, esquissée par l’interactionnisme et la phénoménologie sociale, partage avec des traditions de recherche mieux établies, dont le courant rationaliste, un même schème de pensée : pour agir avec quelque chance de succès, les individus doivent se comporter d’une manière adaptée à la situation dans laquelle ils se trouvent, et donc se représenter celle-ci de la façon la plus adéquate possible. Cette représentation, qui requiert reconnaissance, analyse, appréciation, attribution de sens, est conçue comme une opération proprement intellectuelle, implicitement médiatisée par les significations du langage. Mais cette opération n’est pas elle-même considérée comme une activité située, réalisée par des agents incarnés explorant leur environnement en fonction d’un point de vue déterminé. En outre, la définition de la situation n’est incorporée à la dynamique d’organisation de l’action que comme composante de la délibération et de la hiérarchisation qui préparent la décision.

12Lorsque Popper s’intéresse à la « logique des situations », c’est aussi ce schème de pensée qui sous-tend sa réflexion. Le programme d’analyse situationnelle qu’il propose vise à appliquer la méthode de la théorie économique (théorie de l’utilité marginale) aux autres sciences sociales, en particulier à l’histoire. L’argument, qui présente une affinité certaine avec celui de Max Weber, est grosso modo le suivant. L’explication des conduites sociales doit se faire avec trois ingrédients : l’attribution d’objectifs à des agents, leur placement dans des situations (qui sont elles-mêmes pour une part le résultat non intentionnel d’actions intentionnelles), la supposition d’une capacité de choisir les moyens les plus efficaces pour atteindre les objectifs visés dans ces situations. Bref, pour rendre compte des conduites, il faut reconstruire la « logique des situations », en faisant usage d’un principe de rationalité :

Il existe dans les sciences sociales une méthode purement objective, qu’on peut appeler méthode de compréhension objective ou logique des situations. Une science sociale pratiquant la compréhension objective peut être développée indépendamment de toute idée subjective ou psychologique. Cette méthode consiste à analyser suffisamment la situation du sujet agissant pour pouvoir expliquer son action à partir de la situation sans faire appel à la psychologie. La compréhension objective consiste à apercevoir que l’action était objectivement appropriée à la situation. (Popper, 1979, p. 88)

13Dans une telle perspective, dire de l’agent qu’il est situé c’est dire qu’en fonction de ses objectifs, qui font naître autant de problèmes pour lui, il se trouve à la fois dans un champ de possibles et dans un système de contraintes, où il doit élaborer une solution. Une situation est relative à un objectif et aux problèmes qu’il engendre. Son analyse nécessite de prendre en compte « tous les environnements pertinents, le climat ou le relief aussi bien que les rapports de force et les traditions (“mentalités”) » (Boyer, 1992, p. 173). Contraignante, la situation réduit la marge de manœuvre des agents, impose certaines conduites ou limite les stratégies possibles. Ceux-ci doivent en respecter les règles ou la structure, sous peine d’échouer. Enfin, utilisant le principe de rationalité, l’analyse situationnelle attribue aux individus un « modèle » de la situation qui, en quelque sorte, fait partie de la situation elle-même (la situation telle qu’envisagée, interprétée ou appréciée par l’individu, et non pas la situation objective) et observe s’ils agissent d’une manière appropriée à leurs buts et à leur analyse de la situation (qui peut être plus ou moins adéquate).

14Cette conception standard de la « logique des situations » a été plus ou moins directement remise en cause par des sociologies dissidentes, en particulier celles de Goffman et de Garfinkel. Trouvant que la situation restait « négligée » en sciences sociales, Goffman s’est efforcé de lui donner la place qu’elle méritait dans la microanalyse de l’interaction sociale et dans l’enquête sur l’organisation de l’expérience. Liant étroitement situation, coprésence corporelle et perceptibilité mutuelle, et insistant sur le rôle médiateur de l’environnement dans la détermination du comportement, Goffman a, sous plusieurs aspects, anticipé le tournant écologique et pragmatique qui caractérise les recherches actuelles en matière de théorie de la situation.

15On peut aussi cependant considérer qu’il ne s’est écarté que partiellement de la problématique interactionniste et phénoménologique de la définition des situations. Par exemple, dans Les cadres de l’expérience (Goffman, 1991), les notions de « cadre » et de « cadres primaires » servent, entre autres, à décrire d’organisation de l’expérience dans sa composante cognitive, qui implique une individuation des situations par des actes attentionnels et des opérations intellectuelles de cadrage et de contextualisation. La situation est « ce dont un individu est conscient à un moment donné ». Cependant Goffman ne conçoit cette conscience ni à la manière de Thomas, ni à celle de Blumer. Il dit considérer le théorème de Thomas comme « littéralement juste », mais « faux dans son interprétation courante » : il se peut en effet qu’une définition inadéquate de la situation ne tire pas à conséquence. Et Goffman de préciser son point de vue : « si toute situation demande à être définie, en règle générale, cette définition n’est pas inventée par ceux qui y sont impliqués […] ; le plus souvent nous nous contentons d’estimer correctement ce que la situation devrait être pour nous et d’agir en conséquence. » (Ibid., p. 9, trad. mod.). Par ailleurs, il admet que cette définition puisse ne pas passer par une réponse explicite à la question « que se passe-t-il ici ? », mais être incarnée « dans la manière dont nous faisons ce que nous avons à faire ». Enfin Goffman, comme le souligne Albert Ogien dans sa contribution, maintient dans sa théorie une composante essentielle de la conception classique des situations, qui n’envisage leur productivité qu’en termes de contraintes, de limitation des possibles et d’imposition de lignes de conduite.

16L’ethnométhodologie, quoique dérivée de la phénoménologie sociale de Schütz, s’est davantage écartée de cette problématique. Elle a esquissé une autre conception du caractère situé des activités, à partir, entre autres, de la mise en cause de l’intellectualisme des différents modèles de l’action rationnelle. Elle a d’abord émis quelques doutes sur la pertinence de la problématique interactionniste de la définition des situations : il n’est pas du tout évident que les agents considèrent leurs situations de la manière supposée par les sociologues ; ils ne semblent pas beaucoup se préoccuper de définir précisément les conditions de leurs actions, du moins tant qu’il n’y a pas d’anicroche, et ils se satisfont souvent de conjectures plutôt vagues, qu’ils modifient au vu et au gré des circonstances. Les situations demeurent donc en grande partie indéterminées, mais cette indétermination n’est pas un handicap d’un point de vue pratique. Pour l’ethnométhodologie, une situation est quelque chose qui se révèle et se découvre progressivement en fonction d’un engagement dans un cours d’action, et à la lumière à la fois du développement des circonstances et de l’émergence des conséquences entraînées par les décisions prises, par les actions réalisées ou par les événements contingents qui se produisent. Si conscience de la situation il y a, elle paraît plutôt être le résultat concret d’une enquête-en-contexte dans le cadre d’une activité en cours, que le produit du type d’opération intellectuelle présupposé par les théories évoquées supra. Elle est donc un terme, produit par une exploration, plutôt qu’une condition initiale de l’action, et elle n’a rien d’une représentation désengagée ni d’une signification étayée sur un acte d’interprétation. Être situé, ce n’est pas être dans un système de possibilités, de limites et de contraintes qu’on peut objectiver en adoptant un point de vue de « nulle part », ni faire face à un ensemble de données sensibles auxquelles il faut conférer un sens. C’est plutôt disposer d’un mode particulier d’ouverture sur les choses et sur l’environnement, un mode caractérisé par sa temporalité et par son indexicalité (dépendance du contexte), par une observabilité directe des phénomènes, qui ont d’emblée une physionomie et se présentent toujours sous un aspect singulier et limité (« eccéité »), et par la disponibilité immédiate du point de vue fourni par l’« attitude naturelle » ainsi que des ressources de description contenues dans le langage ordinaire. Enfin, reprenant une intuition de la psychologie de la Gestalt, reformulée par la phénoménologie, les ethnométhodologues allègent considérablement la charge cognitive et volitive du raisonnement pratique : les circonstances, les situations, les événements et les objets manifestent une relative transparence, en raison de la connexion immédiate de la sensibilité et de la signification, ainsi que de la perception et du mouvement ; leur sens provient de la coexistence avec eux, qui est source d’une compréhension tacite, et ne doit pas être apporté d’ailleurs par une analyse ou articulé selon les connexions du langage ; ils indiquent immédiatement aux agents, en vertu de la familiarité du monde social et de la maîtrise du langage naturel constitutives de leur compétence de « membres », ce qu’ils peuvent et doivent faire en eux, face à eux ou avec eux.

  • 3 Dans ses développements récents, la « théorie des situations » s’est orientée vers l’élaboration d’ (...)

17Ces innovations théoriques ont été pour une part à l’origine d’un des programmes multidisciplinaires de recherche qui, depuis une douzaine d’années, ont remis en chantier la problématique de la situation, autour de la notion d’« action située ». Cependant, d’un point de vue chronologique, ces recherches qui, aujourd’hui, se font surtout en anthropologie, en ergonomie, en intelligence artificielle et en psychologie, ont été précédées par celles des sémanticiens et des logiciens qui ont posé les bases d’une « sémantique des situations », étayée sur une « théorie des situations »3. Ce sont celles-ci que nous évoquerons d’abord, essayant de mettre en évidence les transformations qu’elles ont fait subir à l’analyse de la logique des situations.

Où situer la situation ?

18La sémantique des situations est une théorie formelle de la signification, conçue comme une alternative à la tradition frégéenne d’analyse de la référence ainsi qu’à la sémantique des mondes possibles (comme on l’a rappelé, dans la tradition analytique, la sémantique est l’étude des relations entre les expressions du langage et ce qui se trouve dans le monde). Elle aborde la question du sens des énoncés en langage naturel en termes d’informations fondées sur des relations entre des situations, plutôt qu’en termes de conditions ou de valeurs de vérité. Au lieu de placer les significations dans un troisième monde, celui du sens, les fondateurs de la sémantique des situations sont partis des idées développées par Gibson d’un côté, Putnam de l’autre : les organismes vivants trouvent dans leur environnement beaucoup d’informations directement perceptibles, phénomène jusque-là peu pris en considération par les théories traditionnelles de la perception ; et il y a dans le monde lui-même beaucoup plus de significations que ne l’ont supposé les conceptions classiques du sens. C’est la sémantique que permet de développer un tel « réalisme écologique », que Jon Barwise et John Perry ont tenté d’expliciter dans leur ouvrage de 1983, Situations and Attitudes.

19Leur thèse centrale est que le monde regorge de significations parce qu’il est plein d’informations pour des organismes qui explorent leur environnement pour organiser leur conduite. Le sens est situé dans les interactions entre ces organismes et les portions limitées de l’environnement avec lesquelles ils sont en rapport, et une manière d’en rendre compte est de le considérer comme émergeant de relations récurrentes entre des situations. Le sens, écrivent-ils, est « une relation entre situations », en particulier, s’agissant de sens linguistique, entre la situation de l’énonciation et la situation décrite par l’énoncé. Plus précisément, ce qui fait surgir le sens ce sont les contraintes qui relient régulièrement des « types de situation » (qui sont plus abstraits que les situations réelles) car de telles contraintes permettent qu’une situation véhicule de l’information sur une autre. C’est parce que les situations sont structurées et comportent des invariants perceptibles qu’elles peuvent véhiculer de l’information sur d’autres situations. L’information est donc « relative à des contraintes existant entre types de situation […], et celles-ci ne sont sources d’information pour un organisme que s’il est accordé et habitué (attuned) à ces contraintes » (Barwise & Perry, 1983, p. 120).

20Avec cette thématisation du sens en termes d’informations, de contraintes et d’attunement, la sémantique des situations introduit une théorie relationnelle de la signification, dont le principe est formulé comme suit : une situation signifie (means) une seconde si elle lui est reliée par une régularité ou une contrainte quelconque, qui fait qu’elle véhicule une information sur elle (« la fumée signifie le feu » ou « la cloche signifie la fin du cours »). Plus précisément, et en termes plus formels, « une situation s ne contient une information au sujet d’une autre situation s’ que s’il y a une relation systématique M entre des situations partageant quelque uniformité avec s et des situations partageant quelque autre uniformité avec s’ » (ibid., p. 14). Une telle information est bien de nature relationnelle ; son contenu a quelque chose à voir avec des relations entre différents types de situation : « le contenu informationnel Cs d’une situation s est une information au sujet de quelque chose d’autre que s » (Barwise, 1989, p. 139), en particulier d’un autre type de situation impliqué par le premier. Mais une information n’existe qu’en fonction d’une contrainte liant les deux types de situation, et elle dépend de ce que les agents savent, ou plus exactement de leur ajustement (attunement) à ces contraintes. Celles-ci peuvent être aussi bien des nécessités que des lois naturelles, des conventions ou des conditions (Barwise & Perry, 1983, p. 96-100).

21Cependant, l’information véhiculée par une situation est relative non seulement à des contraintes mais aussi à des circonstances, dont il est nécessaire de tenir compte pour déterminer son contenu (Barwise, 1989, p. 143). C’est en ce sens que le langage et la logique sont dits « situés » : les informations véhiculées et les inférences valides dépendent des circonstances de l’usage ou de l’activité d’inférence. « Situé » s’oppose alors à « formel » : dans un langage formel la validité des inférences peut être déterminée sans tenir compte des circonstances de son usage, ce qui n’est pas le cas dans le langage ordinaire.

22Comment spécifier ces circonstances ? Celles-ci étant ce qui permet de déterminer le contenu d’information d’une situation, elles sont de natures diverses. Différentes typologies en ont été proposées. Ainsi, Barwise (1989, p. 149-150) propose de distinguer : le contexte, constitué de ce qui permet de faire sens des « constituants articulés » de l’information véhiculée par une situation, par exemple d’interpréter les termes indexicaux présents dans un énoncé ; le background, formé des éléments servant à déterminer les « constituants non articulés » de cette information, par exemple à savoir quel lieu est impliqué lorsque quelqu’un déclare : « il pleut » ; la part des circonstances permettant de déterminer les « non-constituants articulés » de l’information, par exemple d’interpréter un énoncé comportant le pronom « elle » comme référant à une personne de sexe féminin ; enfin les suppositions et les conditions d’arrière-plan qui servent à déterminer les « non-contituants non articulés » d’une information, par exemple à décider si l’énoncé « ces œufs ne sont pas salés » constate un fait, attire l’attention ou formule implicitement une demande – telle que passer la salière (pour une typologie un peu différente, cf. Perry, 1997, 1998).

23Quant aux situations, qui, en tant que réelles ou effectives (actual), sont changeantes, fugaces et uniques, elles sont considérées comme des « objets de première classe », c’est-à-dire comme des objets de plein droit auxquels on peut se référer, et que l’on peut individuer. Elles peuvent avoir des propriétés, être des termes de relations, entrer dans des interactions avec d’autres parties de la réalité, être des causes ou des effets. Elles sont des objets de plein droit parce qu’elles sont des « totalités complètes » dotées d’une structure. Nous pouvons les percevoir, les provoquer et adopter des attitudes à leur égard. Mais nous pouvons surtout saisir leurs similarités et leurs « uniformités », de même que les relations et les contraintes qu’il peut y avoir entre elles, et cela parce que nous sommes accordés et habitués à ces similarités, uniformités, relations et contraintes, en fonction de nos besoins ainsi que de nos capacités cognitives et de nos capacités de perception et d’action. C’est un tel ajustement aux contraintes (attunement to constraints) qui permet à un agent de saisir dans une situation une information au sujet d’une autre situation. Cette notion, empruntée à Gibson, est préférée à celle de connaissance ou à celle de croyance, de façon à éviter une conception par trop mentaliste de l’activité cognitive (Barwise & Perry, 1983, p. 268-269 ; Barwise, 1989, p. 141-142). Enfin, étant des totalités complètes, les situations sont susceptibles d’être modélisées en tant qu’ensembles de faits (entre autres, à l’aide des outils de la théorie des ensembles).

24Maintenant, comment sont individuées les situations ? Et lorsqu’on les dit réelles ou effectives, cela signifie-t-il qu’elles existent indépendamment de tout agent et de toute perspective d’agent ? La première question concerne, entre autres, les relations à établir entre situations, faits et propositions. En effet, on peut individuer une situation soit en la traitant comme un objet, ce que ne font pas les agents, qui « ont seulement besoin d’être dans des situations », soit en spécifiant quels en sont les faits constitutifs et quels objets y entrent en relation les uns avec les autres. Mais les situations peuvent-elles être dites constituées de faits ? Tout dépend de ce qu’on entend par fait. En théorie des situations, on dit par exemple que les situations « supportent » ou « déterminent » des faits, en fonction d’un schème donné d’individuation (qui permet de décomposer une situation en objets, propriétés et relations), ces faits étant « intrinsèques » à la situation. S’inspirant de la distinction de Vendler entre événements, faits et propositions, Barwise considère par exemple que les situations réelles ne sont pas des ensembles de faits – car elles comportent d’autres choses que des faits : des objets et des artefacts, par exemple –, mais des « portions du monde » réel, des micro-mondes, en changement continuel, qui entrent dans le champ d’attention de l’agent ou dans le domaine de ce qui lui est accessible (focus situation), en fonction de ses capacités cognitives et de ses interactions avec l’environnement. Comme les événements chez Vendler, les situations viennent avant les faits : les seconds servent à classer les premières, qui seules existent dans la réalité. Les faits ne font pas partie de la réalité : ils procèdent d’une enquête sur l’environnement. Une seule et même situation peut, par conséquent, être classée par des faits différents. Quant aux propositions, elles viennent elles-mêmes après les faits et servent à les classer à leur tour ; elles peuvent être « individuées en fonction de deux éléments : les situations qu’elles concernent et les états de choses qu’elles utilisent pour caractériser la situation » (Barwise, 1989, p. 231).

25D’après François Récanati (1997), qui reprend à la théorie des situations l’idée qu’une situation « supporte » des faits, la distinction fait/situation est à la base de ce que Barwise et Etchemendy ont appelé la « sémantique austinienne ». Une proposition représente un état de choses, mais son contenu excède l’état de choses représenté. Elle fait aussi référence à une situation. Si je dis « il pleut », il y a dans mon énoncé un constituant qui n’est pas articulé, qui est la référence à l’endroit concerné ou à la situation où je me trouve. De ce point de vue, toute proposition a une composante situationnelle non articulée linguistiquement. À vrai dire cette composante n’est pas seulement non articulée : elle est aussi purement indexicale ou pragmatique, c’est-à-dire que son contenu est totalement d’ordre contextuel. Et elle ne peut pas être éliminée : dès que l’on essaie d’articuler verbalement le constituant situationnel d’une proposition, le contexte change et une nouvelle situation est inévitablement introduite, qui sert de support au nouveau fait représenté. C’est ce que Récanati appelle la « dynamique des situations ».

26Quant à la seconde question, sur la perspective, Barwise (1989) y répond en soutenant qu’une situation est relative à la perspective d’un agent qui explore son environnement. Mais il prend bien soin d’écarter une interprétation subjectiviste et relativiste de sa thèse. Bref, comme il y a une objectivité des significations, il y a une objectivité des perspectives que l’on peut avoir sur une situation. Mais comment analyser cette « réalité objective des perspectives », pour reprendre l’expression de Mead ? De même comment analyser la dépendance des situations par rapport à des perspectives ? Celles-ci sont-elles un autre constituant non articulé des faits énoncés par une proposition ? Ou bien sont-elles ce à partir de quoi sont individuées les situations concernées par ces faits ? Barwise opte pour la seconde réponse, de manière à pouvoir rendre compte de la similarité des attitudes que des agents différents peuvent adopter vis-à-vis d’une même situation. Mais cette option peut être contestée.

27Une des sources de cette théorie a été, outre le réalisme écologique et les « nouvelles théories de la référence », le développement des recherches sur les démonstratifs et sur les indexicaux, développement auquel John Perry, co-fondateur de la sémantique des situations, a apporté une contribution importante (cf. Corazza & Dokic, 1993 ; Perry, 1997, 1998). Comme le rappelle Michel de Fornel, l’analyse des problèmes posés par l’indexicalité du langage ordinaire permet de clarifier une distinction importante pour l’analyse de la logique des situations, celle entre environnement, situation et contexte.

28Les propositions de la sémantique des situations ont fait l’objet de nombreuses discussions et contestations. Les points les plus problématiques concernent la forme de réalisme écologique qu’elle adopte, la théorie de l’information qu’elle développe et l’ontologie relativement statique qui sous-tend sa thématisation de la situation. Pour ce qui est du premier aspect, la difficulté est de tenir ensemble deux propositions en apparence contradictoires : les significations sont dans le monde et font partie de l’environnement objectif, où elles sont directement perceptibles ; elles ne sont donc pas posées par les pensées ou les interprétations de sujets épistémiques ou d’agents produisant du sens. Mais en même temps elles sont relatives à la conformation déterminée d’organismes d’un certain type, ainsi qu’à leurs habitudes et à leurs capacités de perception et d’action. Pour résoudre cette difficulté, les défenseurs du réalisme écologique ont parfois été tentés de régresser vers des positions métaphysiques traditionnelles (c’est une critique souvent adressée à Gibson). C’est un problème avec lequel s’étaient déjà colletés les pragmatismes américains, en particulier John Dewey et George H. Mead. Il nous a semblé intéressant de confronter la solution à laquelle ils étaient parvenus aux approches actuelles se réclamant du réalisme écologique. C’est ce que tente la contribution de Guillaume Garreta.

29Pour ce qui est du deuxième aspect, il est le point clé des principales tentatives contemporaines de naturalisation de l’intentionnalité. L’enjeu est en effet de réinscrire l’empire du sens dans le domaine de la nature, voire du physique et du biologique. La principale stratégie adoptée actuellement pour ce faire consiste à développer une théorie causale du sens dans le cadre d’une « sémantique informationnelle » : la signification y est appréhendée comme une relation d’information entre des états, des événements ou des situations, une relation elle-même fondée sur des connexions causales ou sur des contraintes de différentes natures (nécessaires, nomiques, conventionnelles, conditionnelles, selon la typologie de Barwise & Perry, 1983). Outre que la théorie de l’information développée dans ce cadre pose de nombreux problèmes, aujourd’hui abondamment discutés en philosophie de l’esprit et dans les sciences cognitives (cf. par exemple Jacob, 1997 ; Proust, 1997), on peut s’interroger sur la pertinence et les limites d’un traitement de la signification en termes d’information, et d’une réduction de la téléologie inhérente à l’intentionnalité à des fonctions, des relations causales ou des connexions nomiques. Ainsi le sens d’une situation est-il véritablement une « signification naturelle », c’est-à-dire une information qu’elle contiendrait sur une autre situation en vertu des contraintes qui lient leur type ? D’autres stratégies, faisant l’économie d’une naturalisation du sens, sont envisageables pour développer une forme de réalisme écologique valant aussi pour les environnements socioculturels. Nous pensons en particulier à celles qui s’inspirent de la théorie de l’intentionnalité et de la théorie de la signification de Charles S. Peirce ou du « naturalisme culturel » de Dewey. C’est, entre autres, ce qu’a récemment proposé Vincent Descombes (1996) sous l’appellation « holisme anthropologique ». Ce qu’il nomme « holisme » correspond, pour une part, à ce que d’autres mettent sous l’expression « approche écologique » (avec le naturalisme en moins).

30Mais qu’est-ce au juste qu’une « approche écologique » ? Nous avons vu qu’il s’agit d’une démarche d’analyse consistant essentiellement à appréhender les organismes vivants dans leurs interactions avec leur environnement, avec lesquels ils forment système, à placer dans cet environnement les informations et les significations sur lesquelles ils s’appuient pour organiser leurs conduites, à faire de ces informations et significations les objets premiers et directs de la perception, et à limiter les opérations cognitives (raisonnement, inférence, remémoration, etc.) intervenant dans le couplage de la perception et de l’action. On peut cependant se demander si les prémisses d’une telle stratégie peuvent être maintenues telles quelles dès lors qu’on a affaire à un environnement socioculturel : le caractère sensible et directement perceptible d’un tel environnement, composé de règles, d’institutions, d’us et coutumes, de représentations collectives, de pensées, de croyances et de significations établies, qui sont « générales et objectives » (Dewey), n’est pas de prime abord évident. Quelle forme de réalisme écologique conviendrait à ce genre de choses ? C’est la question que Louis Quéré aborde dans sa contribution.

31Enfin, troisième point, il ne suffit pas de poser que parler, penser, raisonner, inférer, délibérer sont des activités situées. Il reste encore à faire la théorie de ce caractère situé, et donc à proposer une analyse satisfaisante d’un côté de ce qu’est une situation, de l’autre de ce en quoi consiste l’« action située ». De ce point de vue, si l’on peut considérer que la sémantique des situations retrouve, par bien des côtés, certaines intuitions essentielles du pragmatisme ou de la phénoménologie, il demeure que sa théorie de la situation repose sur une ontologie quelque peu statique, comportant des individus, des propriétés, des relations et des places, et se réfère davantage à des situations qui n’évoluent pas, c’est-à-dire à des états, qu’à des situations dynamiques. Comme nous l’avons vu, « situation » est « le nom que nous donnons à ces portions de réalité dans lesquelles les agents se trouvent eux-mêmes », auxquelles ils ont accès en fonction de leurs capacités cognitives, sur lesquelles ils focalisent leur attention et au sujet desquelles ils échangent de l’information (Barwise, 1989, p. xiv). Concevoir les situations comme états ou micro-mondes ne permet pas de comprendre leur opérativité ou productivité dans l’organisation de l’expérience. Pour cela, il convient d’expliciter leur nature événementielle et, plus largement, leur structure et leur dynamique temporelles, ainsi que d’élucider le lien entre situation et embodiment (Dreyfus, 1996).

32Lorsqu’il introduisait la problématique de la situation pour expliciter la logique de l’enquête et rendre compte de l’expérience esthétique, John Dewey (1934, 1993) insistait à la fois sur le caractère de totalité, structurée et orientée, de la situation, sur sa nature événementielle, sur son individualité, sur sa teneur qualitative, sur son pouvoir de qualification et d’imprégnation de ses éléments constitutifs, mais aussi sur sa structure dramatique (qui n’est pas d’emblée narrative). En un sens, une situation dynamique émerge lorsqu’une intrigue se noue à la faveur d’un événement, d’une initiative ou d’un concours de circonstances, et elle se résout lorsqu’un dénouement se produit. Ce lien entre événement, situation et intrigue transparaît aussi chez Merleau-Ponty (1945, p. 466), lorsqu’il caractérise l’événement (celui de la naissance en particulier) comme « engageant un avenir, non pas comme la cause détermine son effet, mais comme une situation, une fois nouée, aboutit inévitablement à quelque dénouement ». Comprendre le mode de développement et la forme de totalisation inhérents à une situation dynamique est un aspect essentiel de l’analyse de la logique des situations. Ce qui implique, entre autres, de mieux saisir la spécificité du temps de l’action, et sa différence avec le temps du récit. C’est ce que tente François Rastier dans sa contribution.

Comment situer l’activité ?

33L’analyse du caractère situé de l’activité a bénéficié, ces dernières années, du développement de ce que l’on peut appeler le paradigme de l’« action située ». Celui-ci s’est formé dans un autre domaine que celui de la logique et de la sémantique, mais il a adopté des prémisses très proches de celles de la sémantique des situations. L’accent y a été mis à la fois sur le caractère non instantané de l’action (celle-ci est plutôt envisagée comme un « cours d’action » qu’il faut organiser), et sur la dépendance de l’agir effectif par rapport à ses circonstances concrètes immédiates et à ses contingences :

J’introduis l’expression « action située » pour souligner que tout cours d’action dépend de façon essentielle de ses circonstances sociales et matérielles. Plutôt que d’essayer d’abstraire l’action de ses circonstances et de la représenter comme un plan rationnel, mieux vaut étudier comment les gens utilisent leurs circonstances pour effectuer une action intelligente. (Suchman, 1987, p. 50)

34L’auteur, dont l’ouvrage Plans and Situated Action, a joué un rôle important dans l’émergence de ce paradigme, parle ici non pas de situation mais de circonstances (concrètes, particulières), un terme somme toute assez vague, dont nous avons vu qu’il demande à être théorisé, et les idées de dépendance et d’usage qu’elle introduit ne tranchent pas sur la manière de concevoir le rapport entre situation et action. D’une certaine façon, cette définition est compatible aussi bien avec un modèle traditionnel de l’agent – un sujet rationnel qui s’ajuste aux circonstances telles qu’il les perçoit, les analyse ou se les représente, et qui assure le contrôle réflexif de l’organisation de sa conduite (schème du pilote) – qu’avec un modèle dans lequel le contrôle de l’action se fait par son couplage avec un environnement et une situation, la modalité de ce couplage n’étant ni celle de la réaction aux stimuli, ni celle de la délibération discursive, mais celle d’un réglage direct via une perception physionomique. C’est ce second modèle qui était sans doute visé par Dewey (1993, p. 131) lorsqu’il écrivait que, pour que l’expérience s’organise, il faut « avoir une situation », car « une situation qualitative et qualificative est présente comme arrière-plan et contrôle de toutes les expériences ». Il correspond aussi à ce que Merleau-Ponty (1945, p. 154) appelait le « pouvoir général de se mettre en situation » : alors que le malade atteint de déficiences concernant « la jonction de la sensibilité et de la signification » et la perception physionomique du monde, traduit le perçu en mouvements en passant « par les significations expresses du langage » et par des actes d’interprétation méthodique des données sensibles, « le sujet normal pénètre dans l’objet [on pourrait tout à fait remplacer objet par situation], s’en assimile la structure, et à travers son corps l’objet [la situation] règle directement ses mouvements. Ce dialogue du sujet avec l’objet, cette reprise par le sujet du sens épars dans l’objet et par l’objet des intentions du sujet qui est la perception physionomique, dispose autour du sujet un monde qui lui parle de lui-même et installe dans le monde ses propres pensées » (les termes entre crochets sont ajoutés par nous).

35Au départ, la théorie de l’« action située » a été opposée aux modèles rationnels du plan (cf. Fornel, 1993 ; pour un aperçu sur les débats actuels sur le plan, cf. Dupuy & Livet, 1997). Elle s’est en effet présentée comme une critique du plan, et, via le plan, des conceptions désincarnées de la rationalité de l’action. L’idée développée par Lucy Suchman est que si l’action est un procès, c’est-à-dire quelque chose qui procède graduellement vers un état final à travers un travail interne d’organisation, et se déroule dans le temps, elle n’est pas représentable à l’avance, car elle doit traiter une infinité de contingences liées au développement même des circonstances sous l’effet de ce qui est effectué et de ce qui se produit. L’agent aura beau tout planifier, envisager les alternatives entre lesquelles choisir à chaque étape, l’accomplissement de l’action ne pourra pas être la simple exécution d’un plan ; il faudra s’ajuster aux circonstances et les utiliser pour réduire l’incertitude et traiter les contingences, ainsi qu’agir au bon moment en saisissant les occasions favorables. Ce qui requiert une improvisation, étayée sur des embodied skills. D’ailleurs c’est l’engagement dans cet accomplissement qui fait apparaître, au fur et à mesure, les possibilités ou les alternatives effectives. Ce caractère incertain et imprévisible de l’action fait qu’une analyse-en-contexte est nécessaire.

36Cette analyse n’est cependant pas de même nature que celle que peut faire l’agent au repos, avant de s’engager dans son action. Suchman souligne bien que lorsque l’agent se représente son action sous la forme soit de plans, soit de « comptes rendus rétrospectifs », il en fait un objet relativement déterminé, qu’il peut examiner selon des procédures bien définies. Or, lorsqu’il est en train d’agir, il ne dispose pas de son action comme d’un objet à inspecter réflexivement, dans une posture d’observateur désengagé. Suchman (1987, p. 53) évoque à ce sujet la problématique de la transparence de l’outil développée tant par Martin Heidegger que par Maurice Merleau-Ponty et Michael Polanyi (dont la théorie, sur ce point, est présentée dans ce volume par Bahram Djenab) : « Alors que nous pouvons construire des comptes rendus rationnels de l’action située avant et après les faits, quand l’action se développe sans accrocs elle nous est essentiellement transparente. »

37On peut relever une autre dimension de la perception de l’action en cours d’effectuation, soulignée tant par les pragmatistes que par les phénoménologues : lorsque l’agent agit, il ne s’intéresse qu’à certains aspects de la situation dans laquelle sont impliquées ses activités, et cela en fonction de

l’étape du développement à laquelle il est parvenu dans la situation globale qui détermine ce qui viendra ensuite […]. Les objets, qui sont ceci ou cela, vers lesquels son enquête et son activité sont immédiatement dirigées, sont en perpétuel changement ; alors qu’une phase du problème présentée par son travail est résolue, une autre phase présentée par un nouvel objet ou un nouveau phénomène prend sa place. (Dewey, 1993, p. 191)

38Dire que les objets (et les événements) constitutifs de la situation sont « ceci ou cela » n’est pas innocent : c’est dire, d’abord, qu’ils sont différenciés, distingués, choisis pour identifier la situation, en référence à une exploration en cours ; c’est dire aussi qu’ils sont appréhendés dans leur singularité (« le singulier est ce sur quoi pivote l’enquête portant sur une situation individuelle », mais il n’a de valeur que comme « terme de différenciation »), dans leur indexicalité (un objet singulier est toujours « une phase ou un aspect particulier » d’une situation individuelle ou d’un « tout contextuel »), et sous un aspect particulier relatif à une perspective – dans leur « eccéité » dira plus tard Garfinkel (just-thisness) –, et non pas dans leur généricité ou leur objectivité.

39L’inspiration chez Suchman reste encore très phénoménologique (l’influence de Dreyfus, 1984, est patente) : il s’agit de retrouver les propriétés de l’action dans le champ phénoménal, avant qu’elle n’ait été convertie en objet par et pour le discours rationnel. Cependant ce genre d’approche, qui met l’accent sur le traitement des contingences, sur l’ajustement aux circonstances ainsi que sur leur utilisation, et sur la nécessité d’improviser en s’appuyant sur des skills corporelles disponibles (et éventuellement sur des plans), ne va pas sans soulever de nouvelles difficultés. Est-ce par exemple, la « bonne » manière de situer l’action intentionnelle et de localiser les contingences ? Suffit-il de considérer les plans comme des ressources ? De quelle forme est la réflexivité non discursive impliquée dans l’analyse-en-contexte ? Et quelle théorie propose-t-on de l’improvisation et des skills qui l’étayent ? Ces différentes questions sont examinées par Jérôme Dokic, qui distingue plusieurs manières de situer l’action et souligne l’importance des représentations perceptives qui, ayant un caractère contextuel, n’ont pas à être fixées une fois pour toutes au commencement de l’action et ne peuvent pas être assimilées aux prémisses d’un raisonnement pratique. Elles le sont aussi par Denis Laborde, qui adopte une perspective écologique pour rendre compte du phénomène de l’improvisation (dans le cas du bertsulari basque), et par Stéphane Calbo, qui montre comment, dans la réception collective de matches de la Coupe du monde de Football, un style de réception s’impose à travers une coordination des conduites s’appuyant sur des transactions avec l’environnement.

40La théorie actuelle de l’action située s’oriente dans une direction plus écologique que phénoménologique. La critique des modèles rationalistes porte désormais sur un autre point que celui du plan : celui de la surcharge cognitive qu’implique leur conception du contrôle réflexif de l’action. Elle partage cependant avec l’approche précédente un même souci de saisir les modalités effectives des opérations intellectuelles effectuées, in vivo et in situ, par les agents pour organiser leurs cours d’action (cf. par exemple, à ce sujet, Lave, 1988). Pourquoi caractériser cette orientation d’écologique ? Parce qu’elle cherche à alléger la cognition des agents en transférant une partie des tâches cognitives sur l’environnement et en redonnant une place importante à la perception directe : les opérations de traitement de l’information sont infiniment simplifiées parce que celle-ci est fournie par l’environnement, en particulier par les objets qui s’y trouvent et par les situations dans lesquelles on est impliqué, et qu’il suffit de la saisir, et aussi parce que les significations sont présentes dans le monde, où elles sont directement perceptibles. De plus, en aménageant et en structurant leur environnement, les agents pré-organisent leur champ pratique ; ils disposent autour d’eux tout un ensemble d’indices qui soit suscitent directement des actions de leur part, ou des gestes déterminés (i.e. sans calcul, inférence, remémoration, etc.), soit dissuadent d’agir ou rendent certaines actions impossibles. C’est ce que montre bien l’article de David Kirsh traduit dans ce volume. La contribution d’Isaac Joseph élargit cette problématique aux agents humains, en examinant la composante perceptuelle de leur disponibilité pour des interactions.

41Dans cette perspective, l’action est située parce qu’elle a lieu dans un environnement et qu’elle s’organise « par le moyen » de cet environnement, celui-ci fournissant directement les informations, les indications et les significations nécessaires. La perception directe prend alors une part de la place habituellement attribuée au calcul, à l’inférence, au raisonnement, à la mémorisation, etc. Cependant savoir si la perception est directe ou pas ne représente qu’une partie du problème. Cette perception doit aussi être correcte pour que la réussite de l’action soit garantie ; il faut donc que l’agent soit en mesure d’évaluer sa propre perception et soit équipé pour le faire. Ce qui, comme en témoigne l’article de Jérôme Dokic, relance le questionnement sur la nature du comportement orienté et sur la place des croyances dans son contrôle et dans la garantie de son efficacité. En outre, il convient de se demander si une approche en termes d’information suffit à rendre compte de la productivité de l’environnement dans l’organisation de l’expérience. On peut en douter. De ce point de vue, les recherches sur la cognition distribuée sont à ce jour celles qui permettent le mieux de comprendre comment une partie des opérations requises par cette organisation est prise en charge par l’environnement lui-même.

Pourquoi situer la cognition ?

42Deux courants ont joué un rôle important dans cette accentuation actuelle de l’orientation écologique du paradigme de l’action située. Le premier est la psychologie écologique de Gibson, qui s’est opposé aux théories classiques (causales, inférentielles) de la perception. Une des idées clés de la théorie gibsonienne est que nous percevons directement dans l’environnement la valeur fonctionnelle des objets, des situations, des événements, donc leur signification pratique : ceux-ci nous offrent des opportunités d’action ou des prises, sollicitent nos gestes et nos opérations, nous indiquent ce qu’il est possible ou ce qu’il convient de faire, ou nous présentent des risques, des obstacles ou des menaces. C’est la fameuse notion d’affordance dont le contenu est emprunté à Kurt Lewin et à la psychologie de la Gestalt : « il me semble prometteur de partir de l’hypothèse que la perception active est contrôlée par la recherche d’affordances dans l’environnement et que la conduite active est contrôlée par la perception de ces affordances. » (Gibson, 1982). Ces affordances sont considérées à la fois comme objectives, existant indépendamment des organismes, et comme relatives à ces derniers, à leur configuration, à leur structure ou à leurs capacités de perception et d’action. Plus ces capacités sont raffinées, plus sont différenciées les valeurs fonctionnelles de l’environnement, donc plus sont démultipliées les sollicitations et les opportunités d’action. Les affordances sont les objets premiers de la perception (plutôt que les données sensibles ou même les objets et les événements en eux-mêmes) ; elles sont directement perçues en tant que valeurs d’usage (leur saisie fait donc l’économie de la sensation, phase que les théories traditionnelles mettent au départ de la perception). C’est pourquoi le couplage perception/action ne requiert pas, aux yeux de Gibson, les processus complexes de traitement de l’information postulés par nombre de recherches en sciences cognitives (qui continuent de faire de la sensation la base de la perception et refusent de joindre directement sensibilité et signification). Les organismes sont d’emblée accordés et habitués (attuned) aux affordances de leur environnement.

43L’autre courant important est cette partie de la psychologie cognitive qui s’est intéressée aux objets de la vie quotidienne et aux artefacts (cf. Norman, 1993, par exemple), en se demandant comment ils véhiculaient, stockaient, traitaient de l’information pour leurs usagers. Ainsi les équipements d’un espace de travail déclenchent-ils des schèmes moteurs ou des structures d’activité, dans lesquels « des affordances locales rendent manifeste ce qui peut et doit être fait ». C’est de ce type d’approche qu’est en partie issue la problématique actuelle de la « cognition distribuée ».

44On peut distinguer deux versions de cette problématique, l’une plus sociologique, l’autre plus anthropologique. La première, consacrée à la cognition sociale, a été élaborée par Aaron Cicourel, qui s’est en partie inspiré de Schütz :

L’idée de cognition sociale distribuée met en lumière le fait que des individus travaillant en coopération sont susceptibles d’avoir des connaissances différentes […]. La notion de cognition socialement distribuée […] est analogue à celle d’intelligence distribuée […]. Dans les systèmes automatisés, la résolution distribuée des problèmes implique une résolution coopérative par assemblage décentralisé et flexible de la provenance de connaissances situées dans des processeurs différents. (Cicourel, 1994, p. 429)

45Dans cette acception du terme, il est essentiellement question de distribution inégale, mais plus ou moins complémentaire, des connaissances entre des individus dans un groupe structuré et hiérarchisé.

46Dans la version anthropologique, essentiellement due à Edwin Hutchins, cette limitation sociologique est levée : il ne s’agit plus simplement de différences de connaissances entre des personnes dans un groupe, mais de processus de représentation et de traitement de l’information par des systèmes incluant des artefacts et des objets en plus des individus. Par exemple, Hutchins (1994, p. 471) propose ainsi de traiter comme un « système cognitif » doté d’une structure propre, et disposant de représentations internes, la cabine de pilotage d’un avion, dans laquelle les pilotes sont en interaction entre eux, mais aussi avec un environnement technologique comportant divers instruments de navigation et, entre autres, des artefacts intelligents. Dans ce genre d’approche, la cognition est le fait d’un système fonctionnel, et non pas d’un esprit individuel. Les composantes d’un tel système se définissent par leur capacité à véhiculer des « états représentationnels » et à livrer des informations. La tâche cognitive d’ensemble requise par l’organisation d’une activité (piloter un avion par exemple) consiste alors à coordonner les opérations de tels systèmes fonctionnels et à se coordonner avec eux :

Le pouvoir réel de la cognition humaine réside dans notre capacité de construire, de manière flexible, des systèmes fonctionnels qui accomplissent nos buts en assurant la coordination de quelques structures. Que ces cadres d’activité, culturellement constitués, soient riches en types de ressources sociales et artefactuelles pouvant être appropriées par de tels systèmes fonctionnels est une vérité centrale sur la cognition humaine. (Hutchins, 1995, p. 316)

47Dans l’ouvrage où il a développé cette théorie, Cognition in the Wild, Hutchins souligne le caractère situé de cette cognition (socialement) distribuée : elle est située à la fois parce qu’elle prend place dans un environnement comportant de multiples ressources, qu’elle prend forme dans un système d’interactions multiples entre des composants de natures différentes, et qu’elle se développe dans un site ou un habitat naturel, l’organisation des activités humaines dans leur contexte ordinaire (par opposition au laboratoire). Hutchins caractérise son projet comme une « écologie de la pensée ». L’idée essentielle est que « l’environnement de la pensée humaine n’est pas un environnement “naturel”, mais un environnement de part en part artificiel. Les humains créent leurs pouvoirs cognitifs en créant les environnements dans lesquels ils exercent ces pouvoirs. » (Ibid., p. xvi). Du coup l’intelligence des humains réside bien plus dans le monde que dans leur tête, l’environnement artéfactuel se chargeant d’une grande part des opérations qui sont habituellement attribuées à l’esprit. Hutchins souligne l’interdépendance de ces artefacts, qui sont organisés en réseaux. Il y a donc aussi une « écologie des outils » : chacun crée un environnement pour les autres et y joue un rôle.

48Bien que la notion de système fonctionnel ne soit pas toujours des plus limpides, une telle problématique de la distribution de la cognition met bien le doigt sur ce qu’implique le caractère situé de celle-ci. On peut expliciter l’idée en deux points. Le premier est que les capacités cognitives humaines ne sont pas celles d’un esprit individuel séparé du monde, mais celles d’un être incarné, impliqué dans des systèmes culturels d’activité délimitant leur propre domaine cognitif et normatif, et comportant d’autres êtres, en particulier des objets et des artefacts avec lesquels une coordination est nécessaire. En d’autres termes, c’est en tant que membres de « systèmes cognitifs » liés à des activités, des systèmes qu’ils ont créés, que les humains manifestent les capacités de raisonnement, de calcul, de mémoire, d’inférence, de cohérence ou de représentation qui les spécifient. Bref leur rationalité dépend d’une infrastructure matérielle et spirituelle qui excède largement l’esprit individuel qu’on leur attribue. Ce qui rejoint d’une certaine manière une proposition soutenue par le « holisme anthropologique » (qui, malheureusement, fait peu de cas des objets et des artefacts) : ce qui rend possible la pensée individuelle c’est l’existence d’un environnement stable de pensées, de conceptions, de représentations et de significations qui ne sont celles de personne, bref d’un « esprit objectif » dont les supports sont les pratiques, les us et coutumes, et les institutions d’une société ; sans un tel contexte socio-historique de manières instituées de faire, de dire et de penser, les intentions et les pensées personnelles n’auraient aucun contenu signifiant.

49Le second point est une précision importante apportée à l’idée que le contrôle de l’action située est le fait d’une instance extérieure, qui prend la place du pilote mental des modèles rationalistes. Dans la théorie de la cognition distribuée, cette instance de contrôle n’est pas tant la situation (comme chez Dewey) qu’un système d’activité : c’est un tel système, culturellement et socialement organisé (la navigation en mer, par exemple), qui détermine les opérations requises pour son actualisation et sélectionne la perspective sur le monde pertinente pour recueillir les informations nécessaires. Comme l’écrit Hutchins (1995, p. 200),

Quand on voit que le problème concerne la coordination entre des personnes et des dispositifs, une grande partie de l’organisation de la conduite est soustraite à l’agent et prise en charge par la structure de l’objet ou du système avec lequel il se coordonne. Tel est le sens du terme « coordonner » : se positionner soi-même de telle façon que les contraintes sur sa propre conduite soient données par un autre système. (Souligné par nous.)

50On voit apparaître ici une signification très forte du caractère situé de l’action, liée à la notion de distribution sur un système : nos actions prennent forme à l’intérieur de systèmes culturels d’activité qui définissent leur propre domaine cognitif et normatif, c’est-à-dire d’un côté spécifient les opérations qui sont requises, les interactions pertinentes avec l’environnement, les perspectives à adopter ainsi que les procédures, capacités et habitudes appropriées à mobiliser, de l’autre imposent les règles à suivre, les contraintes à honorer et les standards à respecter pour que les performances soient recevables comme contributions effectives à l’activité en question ou comme réponses adaptées à la situation. Ce n’est pas alors seulement la cognition qui est distribuée, mais aussi le contrôle de l’action. C’est en s’impliquant dans des systèmes d’activité institués et en se coordonnant avec eux, que les agents s’ouvrent leur champ d’action. C’est, d’une certaine manière, ce que Marc Relieu met en évidence dans sa contribution, sur le cas de la circulation piétonnière, dans un contexte de désorganisation des routines par une modification de l’écologie d’un espace urbain à l’occasion de travaux sur la chaussée.

Conclusion

51Plusieurs stratégies s’offrent ainsi pour conceptualiser la situation, et situer l’activité et la cognition, ainsi que pour rendre compte du couplage entre environnement et comportement, situation et conduite. On peut donc remédier au caractère négligé de la situation de multiples façons, qui ne sont d’ailleurs pas nécessairement opposées :

  • en attribuant aux agents l’occupation d’un « point de vue de quelque part » et en tenant compte des modalités effectives de leur accès au monde (à eux-mêmes et à ce qu’ils font) lorsqu’ils agissent, pensent, raisonnent, etc. ;

  • en remettant dans l’environnement ce qui en avait été indûment enlevé pour l’attribuer à l’esprit ou au sujet, à commencer par les significations et les valeurs ;

  • en redonnant à la perception directe du milieu sa place centrale dans la jonction de la sensibilité et de la signification, et donc en réhabilitant, face à la réflexion, au raisonnement et à l’interprétation, sa contribution au réglage du comportement ;

  • en radicalisant la dépendance de la pensée et du langage, de la perception et de la compréhension, par rapport au contexte, et en généralisant le phénomène de l’indexicalité ;

  • en restituant à la cognition son véritable environnement, constitué à la fois de systèmes culturels d’activité et de réseaux d’objets, d’outils et d’artefacts qui prennent en charge une part des opérations cognitives et du contrôle requis par l’organisation des activités ;

  • en substituant à l’action planifiée rationnelle des pratiques articulées sur les contingences et les circonstances, et reposant sur l’improvisation et la phronèsis, sur l’habileté corporelle et le sens de l’opportunité ;

  • en rapportant la dynamique des situations, qui sont les champs où s’organise nécessairement l’expérience, d’une part à leur structure temporelle et dramatique, d’autre part à leur appartenance à la totalité supérieure formée par un organisme et son milieu, totalité soumise à des tensions, des incompatibilités, des déséquilibres, des transactions.

52Sans doute ces stratégies ne sont-elles pas d’égale valeur. Chacune a son intérêt et ses limites. À l’évidence, certaines se passent d’une analyse de la logique des situations, car on peut « situer » les activités sans introduire une véritable problématique de la situation, par exemple en les insérant dans un environnement, un contexte ou un micro-monde conçu comme un état. Mais alors elles n’honorent pas complètement les attentes que l’on place dans une telle analyse. Pour que de telles attentes soient remplies, il faut que celle-ci lève un peu plus le voile sur la dynamique et la productivité de cette chose étrange qui constitue son objet. Ce n’est qu’à cette condition qu’elle contribuera à réduire l’emprise de la métaphysique de la subjectivité sur l’enquête sociale.

Bibliographie

Barwise Jon (1989), The Situation in Logic, Stanford, CSLI Publications.

Barwise Jon & John Perry (1983), Situations and Attitudes, Cambridge, MA, The MIT Press.

Berger Peter L. & Thomas Luckmann (1986), La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck [1967].

Boyer Alain (1992), L’explication en histoire, Lille, Presses universitaires de Lille.

Blumer Herbert (1969), Symbolic Interactionism, Berkeley, University of California Press.

Cicourel Aaron V. (1994), « La connaissance distribuée dans le diagnostic médical », Sociologie du travail, 4, p. 427-449.

Collins Randall (1988), Theoretical Sociology, San Diego, HBJ.

Conein Bernard & Laurent Thévenot (eds) (1997), Cognition et information en société, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 8).

Corazza Eros & Jérôme Dokic (1993), Penser en contexte. Le phénomène de l’indexicalité, Combas, Éditions de l’Éclat.

Descombes Vincent (1996), Les institutions du sens, Paris, Minuit.

Devlin Keith & Duska Rosenberg (1993), « Situation Theory and Cooperative Action », in P. Aczel, D. Israel, Y. Katagiri & S. Peters (eds), Situation Theory and its Applications, Stanford, CSLI Publications, p. 213-264.

Dewey John (1934), Art as Experience, New York, Capricorn Books.

Dewey John (1993), Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France [1938].

Dreyfus Hubert L. (1984), Intelligence artificielle. Mythes et limites, Paris, Flammarion [1972].

Dreyfus Hubert L. (1996), « The Challenge of Merleau-Ponty’s Phenomenology of Embodiment for Cognitive Science », in G. Weiss & H. F. Haber (eds), Perspectives on Embodiment, Londres, Routledge, p. 103-120.

Dupuy Jean-Pierre & Pierre Livet (1997), Les limites de la rationalité. 1. Rationalité, éthique et cognition, Paris, La Découverte.

Fornel Michel de (1993), « Intentions, plans et action située », in P. Ladrière, P. Pharo & L Quéré (eds), La théorie de l’action, Paris, Éditions du CNRS, p. 85-99.

Gibson James J. (1982), « Notes on Action », in E. Reed & R. Jones (eds), Reasons for Realism. Selected Essays of J. J. Gibson, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum, p. 385-392 [1974].

Goffman Erving (1988a), « La situation négligée », in Id., Les moments et leurs hommes, Paris, Seuil/Minuit, p. 143-149 [1964].

Goffman Erving (1988b), « L’ordre de l’interaction », in Id., Les moments et leurs hommes, Paris, Seuil/Minuit, p. 186-230 [1982].

Goffman Erving (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit [1974].

Hutchins Edwin (1994), « Comment le “cockpit” se souvient de ses vitesses », Sociologie du travail, 4, p. 475-500.

Hutchins Edwin (1995), Cognition in the Wild, Cambridge, MA, The MIT Press.

Jacob Pierre (1997), Pourquoi les choses ont-elles un sens ?, Paris, Éditions Odile Jacob.

Lave Jean (1988), Cognition in Practice, Cambridge, Cambridge University Press.

Merleau-Ponty Maurice (1945), Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

McHugh Peter (1968), Defining the Situation, New York, The Bobbs-Merrill Company, Inc.

Norman Donald A. (1993), « Les artefacts cognitifs », in B. Conein, N. Dodier & L. Thévenot (eds), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 4), p. 15-34.

Perry John (1997), « Indexicals and Demonstratives », in B. Hale & C. Wright (eds), A Companion to the Philosophy of Language, Oxford, Blackwell, p. 586-612.

Perry John (1998) « Indexicals, Contexts and Unarticulated Constituents », in Proceedings of the 1995 CSLI-Amsterdam Logic, Language and Computation Conference, Stanford, CLSI Publications.

Popper Karl (1955), Misère de l’historicisme, trad. fr. H. Rousseau, Paris, Plon.

Popper Karl (1979), « La logique des sciences sociales », in T. Adorno & K. Popper (eds), De Vienne à Francfort. La querelle allemande des sciences sociales, Bruxelles, Éditions Complexe, p. 75-90.

Proust Joëlle (1997), Comment l’esprit vient aux bêtes, Paris, Gallimard.

Quéré Louis (1997), « La situation toujours négligée ? », Réseaux, 85, p. 163-192.

Récanati François (1997), « The Dynamics of Situations », European Review of Philosophy, 2, p. 41-75.

Suchman Lucy A. (1987), Plans and Situated Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Schütz Alfred (1975), « Some Structures of the Life-World », in Id., Collected Papers. III. Studies in Phenomenological Philosophy, La Hague, Martinus Nijhoff, p. 116-132.

Thomas William I. & Florian Znaniecki (1927), The Polish Peasant in Europe and America, Chicago, University of Chicago Press, vol. 1 (trad. fr., 1998, Paris, Nathan).

Notes

1 Curieusement, la première partie de cette définition est exclue de la citation qu’en donne Albert Ogien dans son article. C’est pourtant une définition que Goffman n’a jamais reniée, car on la trouve quasiment telle quelle dans son adresse présidentielle à l’ASA en 1982 (cf. Goffman, 1988b, p. 193-194).

2 La matière de cet ouvrage a pris forme dans un séminaire tenu à l’EHESS en 1997-1998 et 1998-1999. Tous ceux qui ont suivi ce séminaire sont, d’une certaine façon, les coauteurs du travail que nous publions. Nous leur adressons nos plus vifs remerciements. Merci aussi à Albert Ogien pour ses observations sur cette présentation.

3 Dans ses développements récents, la « théorie des situations » s’est orientée vers l’élaboration d’un cadre formel, en partie mathématique, pour l’étude de la cognition et de la communication situées, considérées comme flux d'informations, ceux-ci étant eux-mêmes traités en termes de contraintes entre types de situation. Sur ces développements voir, par exemple, Devlin & Rosenberg (1993).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search