Version classiqueVersion mobile

Institutions et conventions

 | 
Robert Salais
, 
Élisabeth Chatel
, 
Dorothée Rivaud-Danset

Institutions, règles et coordination de l’action

L’institution selon John Searle

John Searle’s Theory of Institutions

John Searles Auffassung der Institution

Jean de Munck

Résumé

L’article s’attache à présenter un exposé critique de la théorie de l’institution proposée par John Searle. Après une présentation de la substance de cette théorie, la discussion tente de dégager deux carrefours théoriques où peuvent s’ouvrir des stratégies conceptuelles alternatives à celle choisie par Searle : la question du mentalisme et la question de la causalité. À chacun de ces carrefours, se joue une définition des règles et de l’intentionnalité, ces notions qui forment, selon Searle, les deux premiers « building blocks » de la notion d’institution. Enfin, une discussion est réservée au troisième élément, l’apport le plus nouveau, le plus énigmatique et le plus prometteur de la théorie de Searle : le Background. Dans la ligne des développements précédents, l’auteur suggère d’établir un lien entre une reformulation du Background en termes de capacitation collective et la théorie du pouvoir.

Texte intégral

1La notion d’institution préoccupe John Searle depuis ses premiers travaux sur les actes de langage. La question se présente d’abord comme une question ontologique. Il s’agit de distinguer deux ordres de faits : les faits bruts et les faits institutionnels (Searle, 1972, p. 91). Les faits institutionnels ont « toute l’apparence de l’objectivité » mais ne partagent pas la caractéristique essentielle des faits bruts. L’existence et les propriétés des faits institutionnels sont en effet dépendantes des croyances des interprètes. Le chat est sur le paillasson, le mont Everest est couvert de neige et Paris est à l’ouest de Bruxelles : ce sont, ou ne sont pas, des faits, que nous le croyions ou non. Cela suffit pour que nous puissions les considérer comme des faits bruts. Par contre, un billet vert ne compte comme un dollar que par un accord conventionnel, cet human agreement qui fonde l’objectivité institutionnelle. Le dollar n’est un dollar que parce que nous croyons qu’il est un dollar. Le problème est donc d’élucider la structure de ces faits étranges qui n’existent qu’en vertu de notre croyance en leur existence.

2Dans sa théorie des actes de langage, Searle suggérait que la clef de l’énigme devait être cherchée du côté du concept de « règle ». Il distinguait à ce propos entre règles normatives et règles constitutives. Les premières régulent des actions, des événements, des comportements existant en-dehors d’elles ; les secondes créent littéralement les actions qui reposent sur elles. Voilà toute la différence entre le Code de la route et le jeu d’échecs : alors que les règles de la circulation ne créent pas le trafic automobile, les règles du jeu d’échecs font exister une activité nouvelle. Réglée ou non, la circulation automobile est un fait brut. Par contre, la partie d’échecs est un fait institutionnel qui ne pourrait exister sans les règles du jeu d’échecs.

3Dans son livre The Construction of Social Reality, John Searle reprend cette typologie et la resitue dans une philosophie de l’intentionnalité dont la théorie des actes de langage n’est plus, finalement, qu’un aspect. La question ontologique se transforme ainsi en une question fondamentalement cognitive ; la structure du fait institutionnel s’éclaire, finalement, par les propriétés de l’intentionnalité qui est à son origine. Dans un style typiquement « searlien », la démarche se présente comme un mixte de méthode analytique et de méthode phénoménologique. D’une part, il s’agit d’analyser, selon une exigence de cohérence, les composantes conceptuelles de la notion d’institution. D’autre part, il s’agit d’éprouver la pertinence du savoir ainsi recomposé analytiquement par une référence permanente au vécu le plus familier, aux « faits naturels de la vie ». Analyse du langage et phénoménologie se croisent sans cesse et conspirent alors pour faire apparaître que les questions cognitives sont au cœur de la problématique de l’institution. Rarement auteur aura montré, avec tant de force et de rigueur, combien la problématique de l’institution dépend d’une philosophie de l’esprit.

  • 1 Nous mettons ici l’accent sur la théorie searlienne du fait institutionnel. Pour une approche d’ens (...)

4C’est bien en quoi le travail de Searle peut fonctionner comme un éperon. Il nous oblige à clarifier les présupposés cognitifs qui sont impliqués dès que nous parlons d’« institution », concept trop familier pour être simple. Pour nous engager dans cette voie, nous allons, dans un premier temps, rappeler les éléments essentiels de la notion d’institution pour Searle1. Mais il n’est nullement évident que la voie choisie par Searle soit la seule praticable. Nous allons au contraire essayer de montrer quelques-unes de ses impasses, et tenter d’esquisser les rudiments d’une autre cartographie. Nous allons, en particulier, tenter de dégager deux carrefours théoriques où s’ouvrent des stratégies conceptuelles alternatives : la question du mentalisme, et la question du causalisme. À chacun de ces carrefours se jouent une définition des règles et une définition de l’intentionnalité, ces notions qui forment, selon Searle, les deux premiers piliers de la notion d’institution. Enfin, nous réserverons un moment de discussion au troisième élément, l’apport le plus nouveau, le plus énigmatique et le plus prometteur de la théorie de Searle : le background.

L’institution : une carte (phénoméno)logique

5Searle n’est donc pas sociologue. La question du fonctionnement empirique des institutions ne le préoccupe guère. C’est que, selon lui, toute description empirique suppose qu’au préalable des questions conceptuelles soient réglées par des moyens conceptuels. Il cherche donc à esquisser une architecture logique, dont il faut patiemment dégager les pierres angulaires. Trois building blocks importent dans ce jeu de construction : la notion de règle constitutive, expression codifiée d’une fonction d’attribution ; la notion d’intention collective ; la notion de background. Prenons brièvement tour à tour chacun de ces éléments.

Les règles constitutives

6Il y a d’abord les règles constitutives. Une règle constitutive a la forme logique typique : « dans un contexte C, X compte comme Y ». La règle est fondamentalement créative : elle institue du nouveau. Searle parle de cette création comme de l’attribution d’une « fonction-statut », car elle donne à des objets, des personnes ou des événements, des propriétés qu’ils ne possèdent pas intrinsèquement. Par exemple, rien, dans la nature d’un mur, ne l’oblige à fonctionner comme une frontière. Mais on peut lui assigner cette fonction, en entourant par exemple un jardin de ce mur, et en lui donnant la fonction de représenter la limite d’une propriété privée. Y désigne alors « quelque chose d’autre que les pures caractéristiques physiques de l’objet nommé par la variable X » (Searle, 1995a, p. 44), puisque le mur n’a pas intrinsèquement la propriété d’être une frontière. Il n’y a pas d’institution en l’absence de cette imposition d’un statut fonctionnel.

7L’attribution d’une fonction peut être répétée de façon récurrente. Il n’est pas rare qu’on attribue une nouvelle fonction à des institutions déjà formées : par exemple, on peut donner à une personne le statut de citoyen américain à un premier niveau, et à un second niveau fixer les règles selon lesquelles dans un contexte (C), un citoyen américain (X) peut être compté comme le président des États-Unis (Y). Le second niveau institutionnel est construit sur le premier niveau. Ajoutons que les actes d’attribution peuvent être codifiés explicitement dans des règles et des systèmes de règles. Puisqu’ils expriment des règles, les énoncés portant sur des institutions ne sont pas de simples descriptions : ils n’enregistrent pas seulement un fait, mais déterminent comment un fait doit être enregistré.

L’intention collective

8L’attribution d’une fonction institutionnelle à une chose ou une personne renvoie à une intention. L’intention est la remarquable « capacité de l’esprit de représenter des objets et des états de choses dans le monde autres que lui-même » (ibid., p. 6). Avoir conscience, c’est donc, selon la classique définition de Brentano, avoir conscience de… La structure interne d’une intention est donnée par ses conditions de satisfaction, qui peuvent varier selon le type d’intention considéré.

9Cependant, l’institution est un phénomène intrinsèquement collectif : une institution n’est créée que par la vertu d’un « accord humain, d’une acceptation, ou d’autres formes d’intention collective » (ibid., p. 51). Si l’on veut rendre compte d’institutions, on ne peut s’en tenir à l’intention individuelle.

10Comment une intention collective se constitue-t-elle ? Quel est son rapport avec l’intention individuelle ? Une réponse a été apportée par Tuomela et Miller dans un article classique (1988). Nommons-la : la solution du savoir mutuel. Pour eux, une intention collective est présente dans un groupe, par exemple l’intention de faire p, si chacun a l’intention de faire p, et si chacun sait que les autres membres du groupe ont l’intention de faire p, et si chacun sait que les autres savent que chacun a l’intention de faire p. Ainsi, la connaissance mutuelle de l’intention partagée de faire p suffirait à fonder l’intention collective de faire p. Pour Searle, ces conditions ne sont pas suffisantes. Il oppose des contre-exemples, dont celui du marché (Searle, 1990, p. 402). Supposons un groupe d’individus, imprégnés de l’idéologie du marché et de la théorie du choix rationnel, qui entendent poursuivre des fins strictement égoïstes. Ils ont l’intention de poursuivre sur le marché leurs intérêts personnels ; ils savent que les autres ont la même intention ; et ils savent que ce savoir est partagé par tous. Dans ce cas, les exigences du savoir mutuel sont satisfaites, mais pour autant aucune intention collective n’émerge. À vrai dire, constate Searle (1995a, p. 24), « tous les efforts pour réduire l’intentionnalité collective à l’intention individuelle échouent ». C’est dire que l’intention de coopérer doit faire partie des conditions de satisfaction de l’intention collective. On ne peut déduire l’intention collective de l’intention individuelle plus quelque chose (les croyances mutuelles) (ibid.). Il faut donc, conclut Searle, supposer à titre de réalité primitive une « intention en nous », qui a le même statut qu’une « intention en je ».

11Pour Searle, une chose est donc sûre ; une intention collective doit inclure la coopération sociale comme une de ses conditions internes de satisfaction. C’est pourquoi elle ne se réduit pas non plus à la simple coordination externe des intentions. Dans le cas de la performance d’un orchestre, par exemple, chaque joueur joue sa partition en ayant conscience que sa propre performance est une part de la performance commune. Par contre, deux violonistes qui joueraient seuls dans des pièces séparées, et dont on découvrirait par hasard qu’ils exécutent en même temps le même morceau de musique, ne partagent évidemment pas une intention collective. Il s’agit dans ce cas d’une simple coïncidence des comportements, totalement indépendante des intentions individuelles.

12Refusant donc la définition en termes de savoir mutuel et de coordination externe, Searle propose de voir l’intention collective comme un plan partagé. L’intention collective de faire p est d’emblée donnée comme un contenu intentionnel à chaque conscience. Par exemple, nous sommes deux cuisiniers qui avons l’intention de préparer une sauce. J’ai l’intention de faire p (la sauce) ; et mon compagnon a la même intention de faire p. Le premier remue le mélange, l’autre verse les ingrédients. On pourrait exprimer cela en notant : « nous avons l’intention de faire p, moi en remuant, et toi en versant les ingrédients. » L’intentionnalité collective est donnée dès le départ comme un plan coopératif, et chacun poursuit un plan particulier pour la réaliser. Ce type d’analyse évite les problèmes d’agrégation des intentions individuelles. Elle évite aussi de composer une intention collective avec des intentions individuelles définies isolément. Elle dérive plutôt de l’intention collective, prise comme « phénomène primitif », la spécificité des intentions individuelles, prises comme des moyens en vue de la réaliser. Or cette structure fins/moyens n’a rien de mystérieux. Elle est présente aussi dans l’intention individuelle, lorsque, par exemple, je prends ma voiture en vue de faire une promenade. Dans ce cas, il n’y a pas deux intentions (prendre la voiture et faire une promenade) agglomérées de façon externe. Il n’y a qu’une seule intention, reliant une finalité et un moyen.

Le « background »

13Enfin, la construction de Searle inclut un troisième élément, extrêmement important : les capacités d’arrière-plan (le background). Ce troisième élément est nécessaire dès lors qu’on s’aperçoit qu’une théorie de l’institution rigoureuse doit résoudre deux difficultés majeures, bien connues des sciences cognitives. Elles ont toutes les deux un rapport avec la question de l’application des règles. L’intuition que défend Searle est que ces deux difficultés appellent une même réponse : le background.

Première difficulté : la régression holistique des conditions de compréhension de la règle

14Une règle ne prend sens qu’en conjonction avec d’autres règles. Corrélativement, une intention collective ne prend sens qu’en liaison avec d’autres intentions. Or, cette structure holistique nous renvoie à une régression à l’infini. Si, pour comprendre une règle (exprimant une intention), j’ai besoin d’une autre règle, si pour comprendre une institution, je dois me référer à d’autres institutions, alors je suis renvoyé à une suite infinie de règles et d’institutions, dont la liste ne peut jamais se clôturer. C’est pourquoi Searle parle de la « sous-détermination » (l’incomplétude) radicale de la règle.

15Pour montrer cela, on peut partir du problème de l’explicitation des états intentionnels. Les états intentionnels s’explicitent en effet dans des phrases. Mais le contenu sémantique des phrases est toujours sous-déterminé. Pour comprendre une phrase explicite, j’ai recours à des présupposés familiers, à un savoir d’arrière-plan que je tiens pour acquis. Searle donne l’exemple suivant : je suis dans un restaurant, et j’ordonne : « apportez-moi un hamburger ! ». « Je tiens pour acquis qu’on ne livrera pas le plat chez moi, ou sur mon lieu de travail. Je tiens pour acquis qu’on ne le bourrera pas dans mes poches, pas plus qu’on ne me le répandra sur la tête. » (Searle, 1995c, p. 245). On pourrait bien sûr penser que je pourrais expliciter ces présupposés d’arrière-plan, et ajouter des conditions explicites à mon ordre explicite. Mais la liste de ces présupposés est infinie, et chaque présupposé, une fois explicité, requiert, pour être compris, de nouveaux présupposés. Cette incomplétude de la signification littérale des phrases, et donc des discours (aussi longs soient-ils), est révélatrice de l’incomplétude des états intentionnels eux-mêmes, car « si l’on utilise la notion de contenu intentionnel en partant du principe que la signification littérale est une expression du contenu intentionnel, il s’ensuit alors que les présupposés d’arrière-plan s’appliquent également aux deux » (ibid., p. 249). C’est dire que « le contenu effectif de l’intentionnalité est par lui-même insuffisant pour déterminer les conditions de satisfaction » (ibid., p. 255).

Deuxième difficulté : le trilemme de l’application de la règle

16Comment une règle cause-t-elle une action ? Quand on essaie de répondre à cette question, on se trouve rapidement devant un trilemme.

  1. Le premier type de réponse possible est intellectualiste. Pour rendre compte du lien de causalité entre la règle et l’action, on postule l’existence d’une représentation, consciente ou inconsciente, de la règle dans la tête de l’agent. La représentation de la règle conduit à la représentation d’un plan d’action, qui conduit à l’action. Dans le cas des actions délibérées, l’existence d’une représentation consciente n’est pas douteuse. Mais cela est loin d’être le cas le plus général, ou le plus familier. Beaucoup d’actions de la vie quotidienne sont exécutées sans que l’agent ne se « représente » ce qu’il a à faire. Si l’on me fait une passe au football, et que je renvoie la balle à mon coéquipier, il est douteux que je me représente consciemment l’ensemble des règles du football, et décide de les appliquer. Lorsque j’achète un pain, mon échange monétaire avec le boulanger est réglé, quoique je ne me représente pas consciemment les règles de l’économie monétaire. À cette difficulté, l’explication intellectualiste tente de parer en disant qu’on peut suivre des règles inconsciemment, c’est-à-dire que des « représentations inconscientes » peuvent guider le comportement. C’est, disons, la solution « Chomsky-Fodor » : la compétence se ramène à un ensemble de règles inconscientes. Searle démontre que la notion de règle inconsciente est loin d’être claire. En outre, conscientes ou non, les règles ne s’auto-interprètent pas (cf. la première difficulté) (Searle, 1995c, chap. vii).

    • 2 Wittgenstein (1961, § 211) évoque cette solution, mais elle n’est pas sa position définitive sur la (...)

    On peut alors être tenté par la deuxième branche du trilemme, et dire que, lorsqu’on suit une règle, on la suit aveuglément – et ne posez pas de question2 ! L’application d’une règle est injustifiée, non fondée, elle est ce qu’elle est. Dans ce cas, on interrompt arbitrairement la série des explications. Cette (non-) solution est bien sûr insatisfaisante.

  2. On peut alors être entraîné vers la troisième branche du trilemme, et imaginer qu’un autre mécanisme, purement physique, opère en sous-main dans la (pseudo-) obéissance à une règle. Les béhavioristes, ou les connexionnistes, soutiennent une solution semblable. La règle ne joue plus alors aucun rôle dans l’explication du comportement. Elle est seulement la description commode des effets réguliers d’un mécanisme. Cependant, argumente Searle, les institutions ont une efficace. Les règles ont vraiment un pouvoir causal sur le comportement. Mais la question demeure : comment opèrent-elles ?

17Pour Searle, ces deux difficultés renvoient, finalement, à un même problème. Aucune ne peut être résolue sans l’hypothèse du background. Le background est un ensemble de capacités non intentionnelles. Il n’est donc pas constitué par des représentations ou des attitudes propositionnelles, mais par des dispositions, formant une structure de capacitation. Cela est valable pour tout type d’intentionnalité (pas seulement, donc, pour l’intentionnalité collective). Nous devons donc opposer sévèrement intentions et capacités, et comprendre leur complémentarité. La description du background doit mobiliser un vocabulaire non sémantique et non intentionnel permettant de le concevoir comme « un ensemble de pratiques, capacités, habitudes et attitudes qui permettent aux contenus intentionnels de se réaliser de diverses manières » (Searle, 1983, p. 158). Le background est de l’ordre du « savoir-comment », et non du « savoir-que ». Il ne détermine pas lui-même le contenu d’une intention, mais il offre les capacités nécessaires à cette détermination. Au rang des éléments essentiels du background, il faut compter certainement le réseau d’évidences et de familiarités élémentaires avec le monde dont Wittgenstein ou Merleau-Ponty ont souligné l’importance. Ma main est évidemment ma main, ne peut pas être celle d’un autre, elle connaît naturellement la structure de l’espace (par exemple, sa structuration en intérieur et extérieur), elle est plus petite que le reste de mon corps, elle est indétachable de mon corps (sauf violence ou chirurgie), etc. Tout cela est toujours présupposé lorsque je comprends une expression comme « Pierre a donné la main à Paul ». Outre cette composante naturelle, qui appartient à l’humanité comme telle, Searle reconnaît au background une composante culturelle, produit de l’acculturation d’un individu dans une société particulière.

18Le background établit donc l’espace de familiarité indispensable à la réalisation de nos intentions. Searle assume ainsi le savoir taken-for-granted, présent dans nos moindres comportements et mis en lumière par les courants d’inspiration phénoménologique ou wittgensteinienne. Il fixe l’interprétation, la stabilise par un système d’attentes naturalisé, permettant ainsi d’échapper au relativisme sceptique que Kripke avait cru pouvoir déduire du paradoxe de la règle construit par Wittgenstein (Kripke, 1996). C’est la réponse à la première difficulté.

19Pour offrir une solution de la seconde difficulté, Searle souligne que les capacités qui peuplent le background « peuvent être causalement sensibles à différentes formes de règles constitutives des institutions sans en fait contenir des croyances, des désirs ou des représentations de ces règles ». On peut donc faire l’hypothèse d’un ajustement des capacités et des règles, permettant l’établissement d’un parallélisme entre le background et la structure symbolique de l’institution. Ce type de réglage ne passerait nullement par une représentation intellectuelle des règles. Un exemple particulièrement clair de ce phénomène est l’usage des règles phonologiques par nos appareils phonatoires. Il est évident que le locuteur français a la capacité de reconnaître des traits phonologiques pertinents du français, et de les articuler selon des règles, sans avoir la moindre représentation du contenu des règles phonologiques. Cette capacité est celle d’un appareil neurologique, auditif, phonatoire, dont les dispositions se sont formées au cours d’un apprentissage de la langue. C’est donc de façon indirecte, par la médiation d’un background ajusté au fil d’un apprentissage, que les règles phonologiques expliquent les performances des locuteurs francophones.

20Avec les règles, l’intention collective et le background, nous disposons donc des trois piliers conceptuels de la notion d’institution. Nous aimerions à présent mettre en lumière l’existence de deux présupposés problématiques dans la démarche de Searle : le mentalisme et le causalisme. Chemin faisant, il devrait apparaître que des alternatives à la conceptualisation de Searle pourraient être explorées. Disons, d’une manière schématique, qu’à l’intentionnalisme de John Searle elles substitueraient l’horizon d’une pragmatique interactionniste.

Les institutions se trouvent-elles « dans la tête » ?

  • 3 Cf. l’évocation de ce malentendu par Apel (1991, p. 34-35).

21Si Searle a pu, le temps d’un livre (Speech Acts), apparaître comme l’un des protagonistes les plus en vue du linguistic turn, il devait bien vite, avec Intentionality, détromper ceux qui rêvaient de l’embrigader dans une « tranformation de la philosophie3 » qui chercherait à donner à la philosophie du langage la place réservée, depuis Descartes, à la philosophie de la conscience, celle de prima philosophia. Searle apparut bien plutôt comme un défenseur acharné du mentalisme, et il est resté fidèle à cette passion de l’intériorité jusqu’à ses derniers livres. Sa théorie de l’institution doit être replacée dans cette perspective pour être bien comprise.

Le mentalisme de Searle

22Qu’est-ce que le mentalisme ? Au plus simple, il s’agit d’une option de base en philosophie de l’esprit qui concentre dans un noyau épistémologique trois présupposés fondamentaux.

  • 4 Cf. à ce sujet Searle (1995b).

23Premier présupposé : les actes de langage, organisés par des règles, sont réductibles à des intentions du locuteur. L’idée centrale consiste à dire que les conditions de satisfaction des actes de langage (donc, d’un comportement institué par des règles) peuvent être exprimées en conditions de satisfaction des états intentionnels des locuteurs (des agents). Dans cette perspective, on conçoit le langage comme le résultat de l’attribution d’une fonction nouvelle à des entités physiques (sons, traces écrites…), à savoir l’expression d’états intentionnels. Les expressions ainsi formées se voient attribuer des conditions de satisfaction qui n’ont rien de mystérieux, car elles redupliquent, dans l’ordre du langage, des traits structuraux de l’intentionnalité, comme la direction d’ajustement4. C’est pourquoi, pour Searle, la représentation mentale de la signification est plus originaire que son articulation linguistique. Dans la mesure où l’acte de langage est le cas paradigmatique du fait institutionnel, cette thèse s’applique, par extension, à toutes les institutions.

24Deuxième présupposé : les intentions du locuteur sont des états mentaux. Un état mental est une occurrence qui se produit « dans la tête ». Or, l’esprit peut faire l’objet de deux descriptions, irréductibles l’une à l’autre. D’abord, l’esprit est une conscience. Dans ce sens, un état mental est composé d’un contenu propositionnel (la représentation d’un état de choses) et d’une attitude propositionnelle (croire, désirer, craindre, promettre, etc.). L’état mental relève donc d’un vocabulaire intentionnel. Mais un état mental est aussi l’état d’un processus neurophysiologique. À ce titre, il se laisse décrire par un vocabulaire physique et chimique. Être « dans la tête » signifie donc simultanément « être dans la conscience » et « être dans le cerveau ». Soutenir cette double description possible des états mentaux, ce n’est pas affirmer que l’une peut être réduite à l’autre. La solution – « ridiculement simple ! » (Searle, 1985, p. 168) – au Mind/Body Problem passe, pour Searle, par la reconnaissance du fait que les propriétés intentionnelles, émergeant des processus neurophysiologiques, ne sont en rien réductibles à des propriétés des composantes neurophysiologiques. Cérébral ou intentionnel, il est clair cependant que l’état mental est défini en termes psychologistes : « dans sa forme la plus générale, cela revient à dire que certaines notions sémantiques fondamentales telles que la signification sont analysables en termes de notions psychologiques encore plus fondamentales telles que croyance, désir et intention. » (Searle, 1983, p. 161).

25Troisième présupposé : pour rendre compte des états mentaux, il est suffisant de postuler l’existence d’une seule conscience. Point n’est donc besoin des autres consciences, ou de l’environnement naturel. Il ne s’agit évidemment pas d’un solipsisme ontologique. Searle ne nie pas l’existence réelle du monde et des autres. Il entend simplement souligner que son hypothèse est méthodologiquement compatible avec l’idée que nous serions « des cerveaux dans des cuves ». C’est pourquoi nous pouvons qualifier le psychologisme de Searle de solipsisme méthodologique, au sens de Hilary Putnam : « aucun état psychologique, au sens propre, ne présuppose l’existence d’un autre individu que celui auquel cet état est attribué » (Putnam, 1975, p. 220).

26Ce noyau mentaliste est au cœur de la théorie de l’institution de Searle. Il est en effet facile de montrer que sa définition des building blocks logiques de la notion d’institution n’outrepasse jamais ce cadre épistémologique.

27La fonction d’attribution, créatrice du fait institutionnel, est le corrélat d’intentions. C’est bien pourquoi on peut dire que bien que le monde des institutions ne soit pas fait de propositions et de théories, il possède néanmoins une structure logique. Searle en conclut que « la réalité sociale et institutionnelle contient des représentations, pas seulement des représentations mentales mais aussi des représentations linguistiques (réductibles, en dernière instance, à des états mentaux, J.D.M.), comme éléments constitutifs » (Searle, 1995a, p. 90). Le primat de la représentation est ainsi maintenu dans la théorie, et puisque la représentation est mentale, la théorie est mentaliste.

28L’intention collective, considérée comme un phénomène primitif, semble poser un problème plus difficile au mentalisme. S’il existe une telle intention collective, devons-nous supposer l’existence d’un « sujet collectif », une sorte de Geist hégélien, qui préexisterait aux consciences individuelles et subsisterait en dehors d’elles ? Pour Searle, il n’en est rien. L’intention-en-nous est un contenu mental au même titre que l’intention-en-je. Dire que chaque conscience est porteuse de l’intention, ce n’est pas dire que toute intention est, dans son contenu référentiel, une intention-en-je. On ne doit pas supposer qu’il y a un porteur collectif d’intentionnalité chaque fois que nous faisons référence à un « nous ». Les intentions collectives sont bien « dans la tête » de chacun des participants. Il faut donc distinguer entre le je-référence de « j’ai l’intention de… » (qui a le même statut que le nous-référence de « nous avons l’intention de… ») et le je-porteur de l’intention. Selon Searle, l’existence de l’intention collective ne nous forcerait nullement à renoncer à l’« ontologie de la première personne ». C’est un vrai tour de force : Searle pense ainsi concilier la thèse que l’intention collective est un phénomène primitif avec une philosophie de l’esprit mentaliste.

29Enfin, le background est lui-même décrit sans peine en termes mentalistes. Comme les règles et les intentions collectives, les capacités sont, elles aussi, « dans la tête » des agents. Il est donc « important de comprendre, prévient Searle, que lorsque nous parlons de background, nous parlons d’une certaine catégorie de causalité neurophysiologique » (ibid., p. 129).

Une règle publique est-elle réductible à des intentions privées ?

30La signification publique des mots que nous employons (par exemple, des standards illocutionnaires) peut-elle être réellement ramenée à des états mentaux privés ? N’y a-t-il pas une autonomie du symbolique, telle que ce que signifient nos paroles est (au moins partiellement) irréductible à ce que veulent dire les locuteurs ? Karl-Otto Apel (1991) met en lumière cette difficulté centrale de l’analyse de Searle en soulignant qu’on ne peut, en philosophie du langage, s’en tenir uniquement à l’a priori de la conscience, comme s’il n’y avait pas un a priori linguistique, collectif et public, qui impose aux actes de langage une série supplémentaire de conditions.

31Searle a évidemment raison de souligner qu’un acte de langage, constatif (une description, par exemple) ou directif (un ordre, par exemple), ne réussit que s’il rencontre une série de conditions internes à l’intentionnalité du locuteur. Si, par exemple, je dis que « je vois un oiseau rouge », il faut, pour que la proposition soit vraie, que je perçoive effectivement un oiseau, que cette perception soit causée par un oiseau réel en face de moi (sinon il s’agit d’une hallucination, et la description est fausse), que ma rétine perçoive une impression de rouge, etc. Cependant, la communication de ma certitude perceptive va bien au-delà de l’expérience privée : elle suppose une médiation par une grammaire linguistique, où « je », « voir », « oiseau » et « rouge » ont une signification stéréotypique partagée par les membres de la communauté linguistique. À cause de cette médiation par la communication, la proposition n’est pas, simplement, la traduction d’une expérience privée. Certes, elle est cela, mais en plus elle élève une prétention à l’objectivité et à la validité intersubjective. La mise en forme linguistique des expériences privées modifie le statut du contenu de la signification. Elle suppose qu’il s’agit bien d’un oiseau, et qu’il est rouge, au sens que nous prêtons aux mots « oiseau » et « rouge » dans nos jeux de langage publics. Pour montrer ce fossé entre conditions de satisfaction intentionnelle et conditions d’acceptabilité intersubjective, on peut s’appuyer sur le test de la critique des actes de parole. Du point de vue de l’expérience privée, nous ne pouvons jamais contester une impression de rouge de l’extérieur de cette expérience, et en ce sens, l’expérience privée, et la certitude subjective qui s’y attache, ne sont pas susceptibles d’une critique intersubjective. Par contre, il est tout à fait possible d’interpréter et de critiquer l’usage du concept de rouge dans un langage public. C’est bien pourquoi, si je vous dis que « cet oiseau est rouge », vous pourriez me répondre que « cet oiseau n’est pas rouge, mais bleu », car nous prêtons, par convention linguistique, un sens collectivement déterminé aux concepts de « bleu » et de « rouge ».

32L’expérience du « fait institutionnel » est d’emblée (auto-référentiellement) une expérience partagée. Ce billet vert, par exemple, n’est de la monnaie que si vous aussi, vous le considérez comme de la monnaie. L’intentionnalité du locuteur ne suffit donc pas à déterminer la signification du billet : celle-ci réfère à des conventions intersubjectives qui sont véritablement constituantes de la signification. Elles ne dépendent pas de l’intention du locuteur, mais de l’histoire de la communauté interprétative. Pour que les actes de langage (« je vois un oiseau rouge », « voici un dollar ») soient satisfaits, des conditions externes à l’intentionnalité subjective doivent être rencontrées, dans l’a priori linguistique : il s’agit de la conformité de mes jugements aux jugements d’autrui, conformité qui passe par le médium des interactions sociales.

  • 5 Sur cette notion, cf. Putnam (1990, p. 53).

33On se trouve ainsi renvoyé à une pragmatique non intentionnaliste, du type de celle de Putnam. La théorie de Searle ne résiste en effet pas aux tests imaginés par l’auteur de The Meaning of Meaning. Prenons, par exemple, la situation dite de Terre Jumelle. On sait que sur Terre Jumelle, tout est pareil, sauf la structure moléculaire de l’eau. Dans le cas de la théorie de Searle, les locuteurs français sur Terre 1 et Terre 2 associent le même contenu mental à « eau » : sur Terre 1, « eau » désigne « tout ce qui est identique dans sa structure au type de choses produit par les sources », et sur Terre 2, « eau » désigne « tout ce qui est identique dans sa structure au type de choses produit par les sources ». On devrait en conclure que la signification du mot est la même dans les deux environnements, bien que l’extension du mot soit différente dans les deux cas. Ce que nie Searle, c’est l’existence d’une relation indexicale avec l’environnement. Or, cette relation entre en ligne de compte lorsque, pragmatiquement, nous décidons de la similitude ou de la différence entre des concepts. Il en va de même en ce qui concerne la division du travail sémantique5. Searle pense qu’il n’y a pas de division du travail sémantique, et en conséquence que chaque locuteur a le même savoir que les autres lorsqu’il attribue une signification à un mot. Mais comment ce savoir commun se constitue-t-il ? Comment la convention publique est-elle fixée, comment la référence publique est-elle stabilisée, comment des locuteurs au savoir fini et différencié peuvent-ils faire référence aux mêmes significations intersubjectives ? Sur tous ces points, Searle reste muet. C’est pourquoi il importe de développer une autre conception de la règle et de son rapport à l’intention. Dans cette seconde version, la règle n’est pas seulement un instrument au service de la réalisation d’une intention communicationnelle du locuteur. Elle trouve sa racine dans des interactions pragmatiques. Les membres d’une communauté linguistique interagissent entre eux et avec le monde. Dans cette perspective, le langage n’est pas un instrument « comme un marteau, que chacun et chacune peut utiliser à son propre usage », mais « un instrument comme un grand bateau, qui nécessite la coopération de beaucoup de monde » (Putnam, 1996, p. xvi).

L’institution dépend-elle d’un plan collectif ?

34Il ne suffit pas de poser l’existence de l’« intention collective » pour résoudre la question de la constitution du collectif. Le problème réside dans le fait que cette intention collective est décrite en termes de plan d’action : un projet est donné sous forme d’objectifs à réaliser ensemble, projet à l’intérieur duquel chacun va jouer sa part. Dès lors, un lien univoque est établi entre institution, coopération et planification. L’institution, à suivre Searle, est le corrélat d’un plan. Cela est incontestablement vrai d’un certain nombre de faits institutionnels, mais pas de tous. Reprenons le contre-exemple instructif que Searle oppose à Tuomela et Miller : celui du marché. On peut comme Searle admettre que le marché ne permet pas la constitution d’une action collective ordonnée selon un plan commun. Mais on ne peut en déduire que le marché n’est pas une institution. À n’en pas douter, le marché coordonne selon des conventions (de prix, de qualité, etc.) les différents échanges des agents. Il en va de même pour l’usage de la langue. Les conventions linguistiques permettent la constitution de plans communs, mais ne les présupposent pas.

35Searle pourrait répondre à cela que même des cas de coordination entre différents plans peuvent être analysés comme des cas de coopération planifiée. Il s’agirait alors de cas de coopération de second ordre, pour ainsi dire. Ainsi, le marché correspondrait au projet coopératif d’échanger des plans d’action (sous forme de biens et de services). L’institution de la monnaie assignerait des rôles (celui d’acheteur et de vendeur) dans le cadre d’un projet collectif d’échange. Mais cette réponse poserait un nouveau problème : celui du caractère donné de l’intention collective. La formation et la détermination d’une intention collective sont des problèmes qu’on ne peut résoudre par la seule affirmation qu’elle est logiquement présupposée. Searle se comporte ici un peu comme un auteur de philosophie politique qui supposerait que la « volonté générale » est un « phénomène primitif » de toute Cité, et qu’il n’y a qu’à construire sur elle. Cependant, comme chacun le sait, la formation d’une telle volonté générale est justement la difficulté centrale de la philosophie politique. Une analyse des institutions ne peut ignorer ce problème. Historiquement, le marché est, ainsi que l’a expliqué Hayek, un ordre émergent qui ne correspond pas à un plan. Dire, comme Searle, que l’intention coopérative d’« établir un marché » est logiquement présupposée dans l’ordre du marché, c’est tomber dans le logicisme, et prendre le présupposé logique, reconstruit a posteriori, pour une condition réelle a priori. La prétendue « intention collective », dont Searle postule l’existence, est un mythe quasi théologique. Où a-t-on jamais vu une telle intention, sinon sous la forme d’une boîte noire cachant une myriade de transactions et de négociations entre des acteurs qui ne parviennent jamais à la Communion des âmes ?

36L’institution est publique ; elle est irréductible à un plan d’action. Ces deux objections mettent en question l’axiomatique mentaliste. Si nous suivons jusqu’au bout l’idée d’une publicité du langage, sur les traces du second Wittgenstein (et de son argument contre le langage privé), nous sommes amenés à une autre théorie des règles : les règles se forment pragmatiquement entre des acteurs qui, certes, les utilisent pour la réalisation de leurs intentions, mais qui ont une consistance propre irréductible à ces intentions. C’est pourquoi il faut plutôt penser à un ajustement interactif entre intention privée et règle publique. Or, l’instance de contrôle de cet ajustement n’est pas seulement la conscience individuelle ; elle réside aussi dans la communauté des agents en interaction. Apel présente ainsi le processus :

1. Selon moi, en ce qui concerne l’établissement d’une certitude de satisfaction (de l’intentionnalité) dégagée de toute interprétation, la signification propositionnelle de mon assertion est en fait méthodologiquement dépendante du contenu intentionnel de la conscience de ma conviction (et cette conditionnalité correspond en fait à la priorité empirique et génétique de l’intentionnalité de la conscience sur l’a priori linguistique, puisque je dois d’abord avoir une conviction avant de pouvoir – légitimement – affirmer quoi que ce soit).
2. Mais, réciproquement, en ce qui concerne la possibilité de la signification inter-subjectivement valide du contenu intentionnel de cette conviction, et donc en ce qui concerne l’interprétabilité de la certitude de satisfaction qu’elle établit, il existe une dépendance de l’intentionnalité de la conscience vis-à-vis de l’a priori linguistique. (Apel, 1991, p. 41)

37La signification n’est donc pas « dans la tête ». Elle surgit entre les personnes et le monde, dans un processus d’interaction qui est à lui-même son propre « lieu ». John McDowell (1996) nous invite à cet égard à mettre en question une présupposition inaperçue de la majorité des philosophies de l’esprit : l’idée que l’esprit est un organe. Il ne s’agit alors pas de critiquer seulement ceux qui réduisent l’esprit à des états ou occurrences neuro-chimiques. Il s’agit de critiquer aussi ceux qui, comme Searle, ont tendance à imaginer l’esprit comme une sorte d’organe immatériel en contact avec le monde, une sorte d’entité spirituelle dont le fonctionnement serait logique, ou intentionnel, plutôt (ou autant) que physique. Dans l’un et l’autre cas, on maintient que « des états et des occurrences “dans” l’esprit ont une nature intrinsèque qui est indépendante de la façon dont le possesseur de l’esprit en question est situé dans son environnement ». Bien sûr, personne ne niera l’existence des cerveaux, ni la nécessité de mécanismes neurologiques pour la vie mentale, mais

cela ne veut pas dire que le fonctionnement adéquat de cet organe est ce que la vie mentale est en elle-même. Et si nous refusons cela, nous ne sommes pas forcés de suggérer que la vie mentale est, en elle-même, le fonctionnement mystérieux et immatériel d’un para-organe (d’un organe « pour ainsi dire »). La vie mentale est une dimension de nos vies, et l’idée qu’elle prend place dans l’esprit peut et doit être détachée de l’idée qu’il y a une part de nous, matérielle ou (à supposer que ce soit intelligible) immatérielle, dans laquelle elle prend place. Pour désigner l’endroit où la vie mentale a lieu, nous n’avons pas besoin d’une indication plus précise que celle-ci : elle a lieu là où nos vies ont lieu. Et alors, ses états et ses occurrences ne peuvent pas être liés moins intrinsèquement à notre environnement que ne le sont nos vies. (McDowell, 1996, p. 309)

38Quant à l’intention collective, elle ne préexiste pas à l’institution, car l’institution lui préexiste. Il faut qu’il y ait déjà du langage pour qu’une intention collective se forme. Nous héritons donc, pour la formation de nos plans d’action coopératifs, de l’histoire d’une communauté qui a construit des règles et des systèmes de règles qui vont servir de supports collectifs à l’articulation de nouveaux plans, desquels peuvent surgir de nouvelles institutions. On peut, dans cette perspective, présenter les règles comme le fait Olivier Favereau (1989) : des « points de cristallisation » d’apprentissages collectifs. Les règles héritent d’apprentissages antérieurs, et ouvrent à des apprentissages postérieurs. Elles ont une autonomie par rapport aux intentions, individuelles et collectives, et forment donc l’armature de ce que Popper aurait appelé le « Troisième Monde », par opposition au « Deuxième Monde » (le monde des états mentaux, qui sont toujours subjectifs, fussent-ils partagés).

La causalité est-elle une catégorie de la théorie de l’action ?

  • 6 Comme le rappelle Louis Quéré (1995, p. 228).

39La construction de Searle répond, tout au long de son élaboration, à un dessein précis : il s’agit de sauver la « sémantique naturelle de l’action ». Or, celle-ci est causaliste. Elle situe la question de la règle dans ce que Wittgenstein appelle le « milieu du parce que »6. C’est que, naturellement, dans l’usage courant du terme de « règle », nous avons tendance à aborder sa signification en termes de causes de l’action : une règle explique un comportement. C’est bien cette sémantique naturelle qu’entend sauver Searle, en s’engageant dans un programme on ne peut plus clair : « nous voulons pouvoir dire que des institutions comme la monnaie, la propriété, la syntaxe et les actes de langage sont des systèmes de règles constitutives, et nous voulons connaître le rôle de ces structures de règles dans l’explication causale du comportement humain. » (Searle, 1995a, p. 140). La question est de savoir s’il est légitime de sauvegarder, dans une théorie de l’action, cette sémantique causaliste naturelle.

Le causalisme de Searle

40Le schéma de causalité que construit Searle pour rendre compte de l’action est passablement compliqué. Il ne se réduit nullement à une causalité objectiviste. En aucun cas, il ne s’agit pour lui de défendre un concept de causalité qui serait, en sciences sociales, exactement similaire à celui qui est mis en œuvre par les sciences de la nature. Celles-ci construisent la relation de causalité comme une relation régie par des lois générales (universelles). L’idéal de cette démarche consiste dans un système déductif, permettant explication et prédiction (pensons, par exemple, à l’épistémologie de Hempel). Or, pour Searle, il est clair que jamais il ne pourra y avoir de lois des guerres et des révolutions, comme il y a des lois des gaz ou de la nutrition (Searle, 1985, p. 109). Sur ce point, Searle reste conséquent avec sa thèse centrale de l’autoréférentialité du fait institutionnel. Si la description de ce fait participe à la constitution du fait lui-même, il serait vain de le réduire à un état-de-choses indépendant de l’intention de l’observateur et de l’acteur.

41Si elle existe, la relation de causalité dans l’ordre de l’intentionnalité suppose donc un mécanisme plus compliqué. Appelons-le, pour le distinguer du schéma objectiviste, le « schéma de causalité pratique ». Conceptuellement, ce schéma se présente comme un système unissant trois éléments.

421. Un élément analytique. Une action suppose que les raisons de l’action soient la cause de l’action. Pour expliquer ce point, on peut partir d’un contre-exemple : le « mouvement Penfield ». Celui-ci se produit lorsqu’un mouvement du corps est provoqué par une électrode placée sur une partie du cortex moteur. Dans ce cas, estime Searle, il n’y a pas d’action. Seule la causalité objectiviste est à l’œuvre, unissant un input et un output. On peut rendre compte de cette situation en disant, comme Davidson, que les états psychologiques ne sont pas, dans le mouvement Penfield, la cause de l’action. Sur le plan analytique, décrit du point de vue de la « troisième personne », une des conditions de l’action est le lien causal unissant la raison d’agir et l’action. De ce point de vue, la causalité non objectiviste suppose 1’ascription d’une action à sa raison (c’est-à-dire à une représentation mentale), plutôt qu’à un stimulus externe.

432. Un élément phénoménologique. Cependant, la clarification analytique ne suffit pas, car elle se fait, justement, à la troisième personne. Or, Searle tient à rendre compte du fait que le sujet qui agit sait d’emblée qu’il agit, et qu’il sait ce qu’il fait directement, et non pas par l’établissement d’un lien externe entre des raisons et une action. Dans cette perspective, il faut donc introduire dans le schéma de causalité un deuxième élément : l’expérience en première personne du lien causal entre la raison et l’action. En ce qui concerne l’action humaine, la relation de causalité est pour Searle une relation éprouvée dans l’expérience. On ne peut rendre compte de cette expérience qu’en supposant une intentionnalité dans l’action, qui ne précède pas seulement l’action, mais l’accompagne tout au long de son déroulement. C’est ce que Searle désigne par le terme intentionality-in-acting. Si donc j’éprouve mon action (par exemple, des mouvements corporels) comme causée par mes raisons, c’est parce que l’intentionnalité accompagne mon action sans discontinuité, et à ce titre est elle-même une composante de l’action. L’intentionnalité n’est donc pas un commentaire de l’action, ni sa cause externe : elle est constitutive de l’action elle-même. Nous pouvons dans ce cas parler d’un monitoring permanent de l’action par l’intentionnalité.

443. Un élément dispositionnel. Enfin, l’élément analytique et l’élément phénoménologique ne suffisent pas, car, comme nous l’avons vu plus haut, l’intention (ou la règle dans laquelle elle s’exprime) est toujours incomplète, et ne peut s’appliquer sans la médiation d’un background. Celui-ci apporte donc l’élément non-intentionnel au concept de causalité searlien. Dès lors, la relation causale, au lieu d’être à deux termes, est en réalité à trois termes. S’il est vrai que la règle cause l’action, ce n’est pas sans la médiation d’un background ajusté par apprentissage.

45Parce qu’elle « représente et en même temps provoque l’action » (Searle, 1985, p. 85), la causalité searlienne se distingue donc d’une causalité objectiviste par trois traits liés systématiquement :

  • ce qu’elle unit : un contenu propositionnel à une action, et non un stimulus à une réponse ;

  • le lien lui-même : il doit non seulement être établi en troisième personne, mais perçu en première personne. Cela suppose le monitoring de l’intentionnalité ;

  • la condition d’effectuation pratique : un background ajusté doit être mobilisé pour rendre compte de l’application de la règle. Le background est donc le support nécessaire de l’action.

46Ce schéma permettrait, selon Searle, de « sauver » la « sémantique naturelle de l’action ». Lorsque nous disons qu’« une règle cause (explique) une action », c’est en ce sens complexe, et en ce sens seulement, qu’il nous faudrait l’entendre.

L’action comme débordement des intentions

47Il me semble que Searle sous-estime la densité et la consistance de l’ordre de la performance. Agir, ce n’est pas seulement réaliser une intention. C’est aussi ouvrir l’intentionnalité aux contraintes d’un environnement, et l’engager dynamiquement dans un ajustement. L’action en ce sens n’est pas un effet de l’intention, mais de l’interaction entre l’intention et l’environnement. Or, cet échange ne se laisse pas décrire par un contenu propositionnel ; il est irréductible à une règle d’interaction.

  • 7 Paul Ricœur (1984) développe, dans le cadre d’une théorie du texte, un argument semblable, lorsqu’i (...)

48Charles Taylor met bien ce point en évidence lorsqu’il souligne que l’ordre de l’action est irréductible à la règle pour une raison simple : l’action se déroule dans le temps, en situation, et peut renverser l’ordre de sa dépendance à la règle. Menée dans le temps, l’action est toujours incertaine. L’ethnologue peut bien décrire l’institution du potlatch comme une règle d’échange réciproque, et supposer, s’il est searlien, que cette règle est présente « dans la tête » de chacun des membres de la tribu à titre de contenu mental, sous la forme double d’intentions et de capacités. Cependant, dans l’action, l’application de la règle est risquée : il faut connaître le bon moment pour rendre un bienfait, ni trop tôt, ni trop tard, et on n’est jamais sûr d’être payé en retour. L’action a sa dynamique propre, que ne permet pas de saisir la formulation de règles hors du temps et des contraintes de l’effectuation7. Bref, la détermination de l’action-en-situation n’est pas l’effet d’une intention, mais d’une interaction entre plusieurs composantes dont certaines sont internes à l’acteur, et certaines externes (si du moins cette distinction a encore du sens). C’est pourquoi une dimension d’incertitude enveloppe la performance, exigeant cette dimension de phronèsis qu’Aristote avait placée au cœur de la raison pratique. En situation, l’application de la règle doit tenir compte de contingences, de particularités, d’exigences qui empêchent son interprétation littérale. « Déterminer à quoi renvoie une norme dans une situation déterminée peut exiger un haut niveau de compréhension intuitive. » (Taylor, 1995, p. 177). C’est bien pourquoi la pratique influe en retour sur la règle, l’interprète et la modifie.

49L’argument anti-causaliste de Taylor (et, en général, des théories dites de « l’action située ») est donc que la détermination du contenu de l’action est irréductible à la détermination du contenu de la règle. Certes, Searle ne semble pas nier la capacité du background d’être modifié par la pratique réelle dans le monde, puisqu’il en fait justement le médiateur opaque entre les performances et la règle. Mais alors pourquoi en rester à un vocabulaire causaliste ? Pourquoi dénier la dimension d’interprétation, ce que fait Searle de façon particulièrement sophistiquée en soutenant que « le background permet à l’interprétation linguistique d’avoir lieu » (Searle, 1995a, p. 132) et, simultanément, que « normalement, nous voyons un objet ou comprenons une phrase sans aucun acte d’interprétation. C’est une performance intellectuelle très spéciale de produire un acte d’interprétation. » (Ibid., p. 134) ? Nier qu’il y a un « acte » d’interprétation dans toutes les situations particulières d’application, c’est « manquer le jeu complet entre l’action sous incertitude et les degrés variables d’intuition phronétique, d’une part, et les normes et règles qui animent cette action d’autre part » (Taylor, 1995, p. 179). En un mot, c’est nier la consistance de l’ordre de l’action, due notamment à la participation de l’environnement (la nature et les autres) à la détermination du contenu de l’action.

L’intention comme procédure d’interprétation

50Dans cette perspective, on pourrait faire un pas de plus dans la reformulation du statut de l’intention. Searle a une conception « substantielle » de l’intention que, depuis Anscombe (1957), on distingue de la conception « téléologique » et de la conception « adverbiale ». La conception substantielle de l’intention ramène celle-ci à la possession d’un état psychique (avoir l’intention de…). Par contre, la conception « adverbiale » fait de l’attribution de l’intention une procédure interprétative. Dans ce cas, l’intention n’est pas un donné, mais un principe de découverte de la signification. Enfin, la conception téléologique souligne la composante finalisée de l’intention. Mais cette conception est elle-même une conception substantielle de l’intention : celle-ci n’est pas alors définie à partir de l’état mental intentionnel, mais de son corrélat noématique, l’objet intentionnel. Bref, la conception dite substantielle comme la conception téléologique présupposent la structure sujet/objet propre au mentalisme. C’est pourquoi il serait plus adéquat de nommer la conception « substantielle » d’Anscombe une « conception substantielle noétique de l’intentionnalité », et la conception dite « téléologique » une « conception substantielle noématique de l’intentionnalité ». Elles se renvoient l’une à l’autre. Par contre, la conception adverbiale (procédurale) ouvre une autre voie. Dans ce cas, l’intention n’est plus un donné (sous forme d’état psychique ou de finalité) mais une hypothèse interprétative. Pour interpréter une action (en première et en troisième personne), on fait l’hypothèse que l’agent (soi-même ou autrui) est rationnel, et à ce titre, poursuit des fins intentionnelles. Mais le présupposé logique impliqué par l’interprétation de l’intentionnalité ne conduit pas à substantialiser un donné préalable qui accompagnerait l’action comme sa cause : il conduit plutôt à dégager une méthode interprétative produisant des hypothèses révisables. Cela suppose sans doute le passage à une théorie de l’intentionnalité formulée du « point de vue de la troisième personne », comme le souligne Denis Fisette (1997).

51On est alors renvoyé non à une phénoménologie en première personne qui crédite l’acteur d’une compréhension immédiate de son action, mais à une herméneutique de l’action, où la règle apparaît comme la résultante instable d’un processus dynamique d’interprétation interactive. En bonne conséquence méthodologique, l’unité d’analyse de base devient donc le système d’interactions lui-même (Hutchins, 1995, p. 287-291). Les interactions prennent alors la place des intentions dans le monitoring de l’action. Du coup, nous quittons la philosophie de la conscience. Ce qu’on appelle un « sujet » est plus la modalité d’un processus d’insertion individuelle dans des interactions qu’un substrat primitif. Ainsi Goffman (1974) distinguait entre différentes positions que peut occuper un « sujet » dans une seule séquence de parole : (a) l’auteur des mots prononcés ; (b) le responsable de ce qui est dit (le « principal ») ; (c) le locuteur, soit celui qui énonce effectivement une parole ; (d) un personnage animé par le locuteur, par exemple un personnage de roman, qui peut être le locuteur lui-même (auquel cas il utiliserait le pronom « je »). Cette dispersion de l’intention du sujet dans des places énonciatives multiples témoigne de la structure interactive de la parole, et, par extension, de toute institution. Le processus d’apprentissage des sujets est lui-même redéfini dans un sens proche de celui proposé par Vygotski (1962) : les processus « intrapsychiques » se produisent, d’abord, comme des processus « extrapsychiques », externes à la conscience, et sont en fait « rejoués » dans un processus d’appropriation. Cela brise évidemment la croyance dans les « privilèges de la première personne », c’est-à-dire la croyance d’un accès immédiat du sujet au sens de ses actions. Cette conséquence peut heurter le néo-cartésianisme de Searle, mais pour nous, contemporains d’une culture post-freudienne, elle n’a rien d’exotique : elle ne fait qu’enregistrer et prolonger le décentrement du Moi introduit par la philosophie du xxe siècle.

L’énigme du background

52La perspective alternative esquissée ci-dessus suggère un déplacement dans notre appréhension du phénomène institutionnel : au-delà du mentalisme et du causalisme, il s’agirait de repenser l’institution dans le cadre d’une pragmatique interactionniste. À n’en pas douter, cela suppose une philosophie du langage non intentionnaliste. À cet égard, la démarche de Putnam nous semble une voie prometteuse, puisqu’elle se fonde sur la thèse que la signification n’est pas un état mental, mais une interaction entre le locuteur, l’environnement naturel et les autres membres de la communauté. Et cela suppose une philosophie de l’action qui renoncerait définitivement à l’idée de causalité, fût-elle « pratique » et non objectiviste, pour mettre en lumière les capacités d’interprétation des acteurs en situation. Alors les faits institutionnels n’apparaîtraient plus comme des performances causées par des règles (par la médiation de l’intentionnalité et du background), mais comme des résultantes de processus d’interprétation en interaction.

53Dans le cadre d’un tel programme, la notion de background, mise en lumière par Searle, ne perdrait pas automatiquement toute pertinence, mais demanderait, elle aussi, à être reformulée. Sans doute y a-t-il dans cette notion une avancée capitale. Ce n’est pas le moindre mérite de Searle que de mettre en lumière la nécessité, pour une philosophie intentionnaliste, de recourir à une notion non intentionnelle. Même transposée dans le cadre d’une pragmatique interactionniste, cette nécessité demeure : les interactions ne se peuvent concevoir qu’en liaison avec un background de capacités. Mais un déplacement s’avérerait nécessaire.

54La capacité n’est plus, dans cette perspective, une propriété des esprits individuels. Elle émerge de schémas interactifs créateurs de capacités irréductibles à la somme des capacités des membres du groupe. Le background, dans ce cas, ne renverrait plus à des capacités individuelles, ultimement localisées dans les structures neurologiques, mais à des capacités collectives distribuées. Un background collectif ne suppose pas que les individus ont les mêmes compétences, mais seulement qu’ils disposent de compétences interactionnelles, comme dit Cicourel (1974, p. 164), qui engendrent une capacitation collective inanalysable en termes de sommation des compétences individuelles. Rappelons que la compétence n’est pas la capacité de produire des performances dont le répertoire est fixé par la socialisation, mais la capacité d’interpréter des situations en agissant interactivement en leur sein. Son espace n’est donc pas celui du factuel, mais du potentiel. La catégorie de possibilité se substitue donc à celle de causalité. Interpréter dans l’action, ce n’est donc pas mettre en œuvre une réponse comportementale déjà déterminée, mais projeter des possibilités, et configurer une action effective sur ce fond indéterminé.

55La notion de background continue donc de poser des questions difficiles. J’aimerais ici, pour conclure, en évoquer un aspect : sa proximité avec la notion de pouvoir. En effet, si nous acceptons de définir le background comme une capacité collective et distribuée de projeter des possibilités, il semble bien que nous soyons proches d’une notion politique, si du moins nous tenons compte de la thèse centrale de Hannah Arendt (1972, p. 144) : à l’encontre de la tradition politique occidentale qui pense majoritairement le pouvoir en termes de violence et de domination, il convient de restituer le lien fondamental unissant pouvoir et capacité d’action collective. Selon elle, le pouvoir correspond « à l’aptitude de l’homme à agir, et à agir de façon concertée. Le pouvoir n’est jamais une propriété individuelle ; il appartient à un groupe, et continue à lui appartenir aussi longtemps que ce groupe n’est pas divisé ». Parce qu’il reste mentaliste, Searle ne peut pas compter le rapport (interactif) de pouvoir comme une des composantes du background conditionnant l’interprétation des règles. Dans une perspective interactionniste, le rapport de pouvoir devient par contre un élément fondamental permettant la stabilisation d’un monde. Dans la coopération sociale, les interprétations acceptables (ou non) des règles et des intentions sont rendues possibles, sélectionnées, voire, comme disait Foucault, « raréfiées » par des mécanismes opaques de contrôle.

56On le voit notamment dès qu’on aborde une situation concrète d’apprentissage. Pour Searle, nous l’avons dit, l’ajustement du background aux règles passe par un apprentissage. Voici l’exemple fictif qu’il donne :

Supposez qu’il y ait une tribu où les enfants grandissent en jouant au base-ball. Ils n’apprennent jamais les règles comme des règles codifiées, mais sont récompensés ou critiqués pour les bonnes ou les mauvaises choses qu’ils font. Par exemple, si l’enfant a trois fautes, et demande « puis-je avoir une autre chance ? », on lui dit « non, vous devez vous asseoir et laisser quelqu’un d’autre prendre la batte ». On peut supposer que les enfants deviendraient très doués au base-ball. Maintenant, supposez également qu’un anthropologue étranger essaie de décrire la culture de la tribu. Un bon anthropologue pourrait dégager les règles du base-ball simplement en décrivant le comportement de ces gens et ce qu’ils perçoivent comme normatif dans des situations de base-ball. Mais il ne suit pas de l’adéquation de la description de l’anthropologue que les membres de cette société suivent, consciemment ou inconsciemment, ces règles. Néanmoins, ces règles jouent un rôle crucial dans l’explication du comportement, car ils n’ont acquis les dispositions qui sont les leurs que parce que ces règles sont celles du base-ball. (Searle, 1995a, p. 144)

57L’ajustement fonctionnel du background est ainsi établi. Cependant, dans cet exemple, la capacité interprétative des situations est liée à une structure de pouvoir, manifestée par des récompenses et des sanctions. Insistons : il s’agit bien d’un aspect du background, puisque la relation de pouvoir entre les joueurs et l’arbitre conditionne leurs capacités d’interprétation. Or, cet aspect interactif disparaît dans les conclusions de Searle, qui réduit le background à un mécanisme neurophysiologique.

58Ce n’est pas que le pouvoir soit une dimension ignorée par notre auteur. Au contraire, il lui accorde une place importante, car il en fait le corollaire de la fonction attributive : « parce que la création de faits institutionnels est une question d’imposition de statut, et en même temps, d’imposition d’une fonction sur une entité quelconque qui ne possède pas déjà cette fonction-statut, on peut dire qu’en général la création d’une fonction-statut est une manière de donner un nouveau pouvoir. » (Ibid., p. 95). C’est bien pourquoi le processus d’institutionnalisation lui-même est un processus de création de pouvoir. Certes, l’institution ne modifie rien au pouvoir physique des individus. Mais elle crée « toutes les formes de pouvoir, et seulement celles pour lesquelles la reconnaissance collective ou le consentement au pouvoir sont constitutifs de ce pouvoir » (ibid., p. 96). Ainsi, le pouvoir symbolique est le résultat d’un processus créatif, potentiellement ouvert, qui décuple les capacités du groupe.

59Il faut cependant noter que cette modalité d’existence du pouvoir dans un groupe n’est pas la seule. Il est banal de constater, avec Cicourel (1987, p. 652) que « les conditions normatives des dispositifs institutionnels contrastent fortement avec les pratiques effectives, et avec le pouvoir souvent abusif qui s’y déploie, et toutes les conséquences qui s’ensuivent ». Il semble donc impossible de rendre compte du fait institutionnel sans tenir compte de la double existence du pouvoir dans les institutions : le rapport de pouvoir conventionnel (normatif) qui est créé intentionnellement et qui fonctionne selon des règles, et le rapport de pouvoir capacitatoire qui le sous-tend. Rien ne garantit a priori que la carte du pouvoir organisé par des règles corresponde point par point à la carte des capacités effectives. Entre ces deux modalités du pouvoir, entre ce que les acteurs sont censés pouvoir faire selon les règles constitutives de l’institution, et ce qu’ils peuvent faire effectivement selon la structure de capacitation collective, il y a à la fois décalage et dépendance réciproque.

60Ceci nous obligerait à faire un pas de plus dans l’analyse du fait institutionnel. Ce qui est en question, c’est le devenir effectif de la règle en liaison avec le background collectif de pouvoir. Mais cette question nous obligerait à dépasser une méthodologie subjectiviste pour rendre compte de l’institution. Il faudrait lui adjoindre une enquête qui porterait sur la création, et les effets, de capacités collectives échappant partiellement à une description en termes de savoir-faire individuel. Nous sortons là, de toute évidence, du programme de John Searle.

61Dans la philosophie contemporaine, le tournant pragmatique a un double destin. Il peut conduire à une philosophie de l’esprit de type intentionnaliste. C’est le choix de Searle ou de Grice. Il peut aussi conduire à une philosophie de l’esprit de type interactionniste. C’est le choix d’Apel, de Habermas, de Putnam. Nous avons vu que ces choix se répercutent sur tous les concepts fondateurs d’une théorie de l’institution (règle, intention, action, langage, etc.). Il y aurait évidemment à clarifier les différentes sous-options à l’intérieur de ce partage fondamental, distinguer Searle de Grice, Putnam de Habermas, Apel de Habermas, etc., pour en tirer des conclusions pour une théorie des institutions. C’est là, sans conteste, un programme de recherches qu’il faudrait poursuivre pour donner des assises épistémologiques fermes aux approches institutionnalistes, dont fait notamment partie l’économie des conventions.

Bibliographie

Anscombe Elizabeth (1957), Intention, Oxford, Blackwell.

Apel Karl Otto (1991), « Is Intentionality more Basic than Linguistic Meaning ? », in E. Lepore & R. Van Gulick (eds), John Searle and His Critics, Oxford, Blackwell, p. 31-55.

Arendt Hannah (1972), « Sur la violence », in Id., Du mensonge à la violence, trad. fr. G. Durand, Paris, Calmann-Lévy, p. 105-187 [1969].

Cicourel Aaron V. (1974), Cognitive Sociology. Language and Meaning in Social Interaction, New York, the Free Press (trad. fr., Paris, Presses universitaires de France, 1979).

Cicourel Aaron V. (1987), « On John R. Searle’s Intentionality », Journal of Pragmatics, 11, p. 641-660.

Clément Fabrice & Laurence Kaufmann (1996), « Esquisse d’une ontologie des faits sociaux. La posologie proposée par John Searle », Réseaux, 79, p. 125-161.

Favereau Olivier (1989), « Marchés internes, marchés externes », Revue économique, 2, p. 273-328.

Fisette Denis (1997), « Intentionnalité collective, rationalité et action », in J.-P. Dupuy & P. Livet (eds), Les limites de la rationalité. 1. Rationalité, éthique et cognition, Paris, La Découverte, p. 348-364.

Goffman Erving (1974), « The Frame Analysis of Talk », in Id., Frame Analysis : An Essay on the Organization of Experience, New York, Harper and Row, p. 516-523 (trad. fr., Paris, Minuit, 1991).

Hutchins Edwin (1995), Cognition in the Wild, Cambridge, MA, MIT Press.

Kripke Saul (1996), Règles et langage privé. Introduction au paradoxe de Wittgenstein, trad. fr. Th. Marchaise, Paris, Seuil [1982],

McDowell John (1996), « Putnam on Mind and Meaning », in A. Pessin & S. Goldberg (eds), The Twin Earth Chronicles. Twenty Years of Reflection on Hilary Putnam’s « The Meaning of Meaning », Armonk/Londres, Μ. E. Sharpe, p. 305-318 [1992].

Putnam Hilary (1975), « The Meaning of Meaning », in Id., Philosophical Papers. 2. Mind, Language and Reality, Cambridge, Cambridge University Press.

Putnam Hilary (1990), Représentation et réalité, trad. fr. C. Engel-Tiercelin, Paris, Gallimard (« NRF-essais »).

Putnam Hilary (1996), « Introduction », in A. Pessin & S. Goldberg (eds), The Twin Earth Chronicles : Twenty Years of Reflection on Hilary Putnam’s « The Meaning of Meaning », Armonk/Londres, Μ. E. Sharpe, p. xv-xxii.

Quéré Louis (1995), « Le schématisme de la norme d’un point de vue sociologique », Cahiers de philosophie politique et juridique, 27, p. 227-251.

Ricœur Paul (1984), Temps et récit. 2. La configuration du temps dans le récit de fiction, Paris, Seuil.

Searle John R. (1972), Les actes de langage. Essai de philosophie du langage, trad. fr. H. Pauchard, Paris, Hermann [1969].

Searle John R. (1983), Intentionality : an Essay in the Philosophy of Mind, Cambridge, Cambridge University Press.

Searle John R. (1985), Du cerveau au savoir, trad. fr. C. Chaleyssin, Paris, Hermann [1984].

Searle John R. (1990), « Collective Intentions and Actions », in P. Cohen, J. Morgan & Μ. E. Pollack (eds), Intentions in Communication, Cambridge, MA, Cambridge University Press, p. 401-415.

Searle John R. (1995a), The Construction of Social Reality, New York, The Free Press (trad. fr., Paris, Gallimard, 1998).

Searle John R. (1995b), « Intentionality », in S. Guttenplan (ed.), A Companion to the Philosophy of Mind, Oxford, Blackwell, p. 379-386.

Searle John R. (1995c), La redécouverte de l’esprit, trad. fr. C. Tiercelin, Paris, Gallimard [1992].

Taylor Charles (1995), « To Follow a Rule », in Id., Philosophical Arguments, Cambridge, MA, Harvard University Press, p. 165-180 (trad. fr., Critique, 579-80, p. 554-572).

Tuomela Raimo & Kaarlo Miller (1988), « We-Intention », Philosophical Studies, 53, p. 317-389.

Vygotski Lev S. (1962), Thought and Language, transl. E. Hanfmann & G. Vaker, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Wittgenstein Ludwig (1961), Investigations philosophiques, trad. fr. P. Klossowski, Paris, Gallimard [1954],

Notes

1 Nous mettons ici l’accent sur la théorie searlienne du fait institutionnel. Pour une approche d’ensemble de la démarche de Searle en français, cf. l’excellente présentation de Clément & Kaufmann (1996).

2 Wittgenstein (1961, § 211) évoque cette solution, mais elle n’est pas sa position définitive sur la question.

3 Cf. l’évocation de ce malentendu par Apel (1991, p. 34-35).

4 Cf. à ce sujet Searle (1995b).

5 Sur cette notion, cf. Putnam (1990, p. 53).

6 Comme le rappelle Louis Quéré (1995, p. 228).

7 Paul Ricœur (1984) développe, dans le cadre d’une théorie du texte, un argument semblable, lorsqu’il oppose le temps narratif, qui est celui de la resaisie de l’action, à la formulation de règles structurales du récit, qui ne peuvent que dresser des cartes de relations réversibles, laissant ainsi de côté l’irréversibilité de la narration, et donc de l’action.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search