Version classiqueVersion mobile

Institutions et conventions

 | 
Robert Salais
, 
Élisabeth Chatel
, 
Dorothée Rivaud-Danset

Raison pratique, action économique et mondes possibles

De la rationalité à la raison pratique dans les actes économiques

From Rationality to Practical Reason in Economical Acts

Von der Rationalität zur praktischen Vernunft in den ökonomischen Aktionen

Feriel Kandil

Résumé

Au-delà des modèles de comportement rationnel utilisés en théorie de la décision, l’enjeu de l’article consiste à penser l’action économique à partir de son déroulement et de la pluralité des capacités de jugement qui y sont engagées. La mise en valeur de l’intelligibilité pratique de l’action conduit à remettre en cause la conception néo-classique de l’action économique et à privilégier non pas le calcul d’économicité lié à la rationalité seulement théorique de l’action, mais plus fondamentalement le jugement de sens par lequel chacun des grands actes de la vie économique tire sa signification. À travers l’exercice du jugement de sens, c’est la dynamique des actions économiques singulières situées dans une action collective et engagée dans des configurations institutionnelles plus larges qui est rendue intelligible.

Texte intégral

1Tenter de rendre compte des actes économiques dans leur réalisation, c’est-à-dire non plus à partir de modèles de décision, mais à partir de modèles d’action, tel est l’un des axes centraux du programme de recherche de l’économie des conventions. En termes d’action et de coordination d’actions, cette approche engage un double examen critique : une critique du comportement économique saisi à partir du choix rationnel, et une critique de la coordination de ces comportements économiques saisie en termes d’équilibre de décisions. L’enjeu fondamental de telles analyses est d’ordre pragmatiste : il s’agit d’insister sur la pluralité effective des coordinations économiques, à savoir la pluralité effective (dans l’espace et dans le temps vécu) des enchaînements au sein des différents actes économiques. Ces enchaînements ne peuvent être purement mécaniques : ils sont l’effet d’actions et d’interactions situées dans un monde social en devenir, c’est-à-dire porteur d’une histoire. Deux problèmes se posent alors :

  1. Comment concilier l’attention portée à la singularité des actes économiques saisis « en situation », donc dans leur déroulement effectif, avec l’exigence de rendre compte des différents modes de coordination selon les configurations institutionnelles appréhendées ?

  2. Comment repenser les enchaînements d’actes économiques à l’intérieur d’une dynamique sociale et culturelle en évitant autant l’indétermination du récit narratif que la surdétermination des modèles évolutionnistes ?

2Ces deux questions posent le problème général de la possibilité d’une théorie économique conçue comme science des actes économiques, qu’il s’agisse des actes de produire, d’échanger, de répartir, de prêter ou de consommer, ou comme science économique pratique. Dans quelle mesure est-il possible à la fois de saisir la singularité des actes de la vie économique et d’en faire une théorie suffisamment générale pour qu’elle puisse rendre compte non seulement des enchaînements structurels entre les différents types d’acte, mais encore de leurs enchaînements dynamiques à l’intérieur d’un processus historique ouvert ? Le problème à l’origine de cette interrogation est celui de la place et du rôle de la dynamique institutionnelle dans le cadre d’une théorie des actes économiques et de leur coordination. Plus précisément, il est celui des formes d’intégration ou de saisie du collectif dans la dynamique de réalisation de l’action. Ce problème n’est pas de type méthodologique : le point de vue méthodologique ne nous permet pas de sortir de la dualité entre une approche individualiste incapable de rendre compte des contraintes structurelles du cadre de régulation institutionnelle des économies et une approche holiste incapable de rendre compte de la dynamique propre à des actes économiques singuliers situés dans le cadre de la vie ordinaire. Plus fondamentalement, le problème théorique, que l’articulation entre actes économiques et institutions pose à l’économiste, est un problème de philosophie pratique. Il concerne la théorie de l’action et, plus précisément, la nature de l’incertitude liée aux actes conçus comme agir économique, au sens défini supra.

  • 1 La pluralité dynamique des actions se rapporte à l’usage des règles institutionnelles ordonnant la (...)

3L’objectif de cet article est de montrer qu’en économie, la problématique des institutions (définies au sens large de règles d’action) est à insérer dans une réflexion générale sur l’action économique conçue comme effectivité, c’est-à-dire saisie à partir de sa réalisation et non exclusivement à partir de la décision qui la précède. Cette réflexion générale met l’accent sur la pluralité des formes de jugement qui sous-tendent l’action et la réfléchissent dans son déroulement. L’idée principale que nous défendons est la suivante : l’incertitude radicale qui marque l’action économique conçue comme effectivité trouve ses fondements au cœur de cette pluralité de jugements à l’œuvre dans la délibération qui engage l’action. Et, c’est uniquement au creux de cette incertitude radicale rapportée à la pluralité des jugements délibératifs qu’il est possible de déployer une théorie des actes économiques saisis à la fois dans leur singularité et dans leur pluralité dynamique1.

4Pour le montrer, nous partirons du modèle standard des règles conçues comme arguments dans la fonction de comportement maximisateur, et nous poserons la question suivante : « Que manque-t-il à ce modèle pour pouvoir penser les règles non seulement comme des contraintes, mais aussi comme des repères de l’action et des guides d’interprétation ? » La réponse se trouve dans un approfondissement des caractéristiques du jugement déployées dans la délibération qui précède l’action : ce jugement ne peut pas se rapporter seulement à un calcul d’économicité portant sur les moyens de l’action ; il concerne également une réflexion sur les fins poursuivies dans l’action. Nous chercherons à montrer que cette « réflexion » ne se rapporte pas à la détermination d’une structure de préférences propre à chaque agent ; elle renvoie plus profondément à l’exercice du jugement de sens et du jugement moral saisis dans le déroulement de l’action. Nous montrerons que, étant donné cette pluralité de jugements dans la délibération, les formes de saisie du collectif dans l’action singulière sont à poser au cœur du jugement de sens.

L’articulation entre actions et institutions : une question en droit ou en fait ?

La position du problème

5Dans le cadre de la théorie économique néo-classique dont les deux piliers sont, comme nous le rappelle Arrow (1974), l’équilibre général de marché et le comportement rationnel des agents économiques, les institutions sont considérées comme des arrangements efficaces, alternatifs au marché quand celui-ci présente des défaillances. Plus précisément, North (1990, chap. 1, p. 3) propose la définition suivante :

Les institutions sont les contraintes humainement constituées qui structurent les interactions politiques, économiques et sociales. Elles résident autant dans les contraintes informelles (sanctions, tabous, usages, traditions et codes de conduite) que dans les règles formelles (constitutions, lois, droits de propriété).
À travers l’histoire, les institutions ont été constituées par l’humanité pour créer de l’ordre et réduire l’incertitude dans les échanges. Associées aux contraintes économiques standards, elles définissent l’ensemble des choix, et, par voie de conséquence, déterminent les coûts de production et de transaction, et ainsi, la profitabilité et la faisabilité de l’engagement dans une activité économique.

6Les institutions constituent un ensemble de règles formelles et informelles identifiables comme autant de contraintes sociales exercées sur le comportement des agents économiques. Le rôle des institutions saisies comme un ensemble de règles-contraintes peut donc être endogénéisé, intervenant directement dans la fonction d’utilité des agents rationnels. La genèse aussi bien que l’usage de ces règles sont alors conditionnés par le calcul rationnel des agents économiques. Une telle conception possède l’avantage de ne pas réduire les institutions à une extériorité pure et simple, déterminant par leurs règles d’action, imposées de manière impérative et inconditionnelle, le comportement des agents économiques. Au contraire, les règles, comme contraintes, représentent des arguments de l’action économique. Du fait de leur fonctionnalité (elles accroissent l’efficacité des échanges lorsque les coûts de transaction liés à l’incertitude sont trop élevés), les institutions sont pensées dans un rapport d’extériorité relative par rapport au comportement des agents économiques. Cependant, ce rapport d’extériorité est conçu principalement sur le mode du calcul, si bien que la genèse réciproque entre action et institution est oubliée au profit de l’émergence des institutions à partir du calcul économique de l’agent. Or, si des règles émergent des interactions économiques et sont progressivement instituées, inversement, les institutions « instituent » l’action, c’est-à-dire que les règles sociales informent, aux deux sens du terme, l’action économique : elles renferment un ensemble de savoirs collectifs (plus ou moins accessibles à chaque acteur économique) et elles donnent forme à l’action, en ce sens qu’elles dirigent l’action en fonction des champs de faisabilité qu’elles ouvrent. Comment penser cette genèse réciproque ou cette dynamique entre actions économiques et institutions dans le déroulement même des actions singulières ?

7Une des réponses possibles est celle que Granovetter (1985) déploie à travers l’idée d’embeddedness. Par ce thème, le sociologue cherche une voie méthodologique médiane entre une théorie individualiste de l’action sociale, fondée exclusivement sur le choix rationnel, et une théorie holiste fondée sur la dominance des régulations institutionnelles. Il prône une théorie de l’action rationnelle insérée dans des réseaux sociaux d’appartenance : certes, le comportement des agents est orienté par le calcul économique d’utilité, mais l’échelle des valeurs – ou des utilités –, sur laquelle porte ce calcul, diffère en fonction des réseaux sociaux dans lesquels l’agent rationnel évolue. Ainsi, le thème de l’embeddedness permet-il d’éclairer la nature sociale des ressources et des contraintes qui marquent le comportement rationnel. Cependant, le problème de la genèse réciproque entre institutions et actions reste éludé.

8La perspective méthodologique, consistant à déterminer la bonne méthode pour rendre compte du comportement social ou de l’action située dans un environnement social contraignant, ne permet donc pas de remettre en cause fondamentalement le modèle défendu par les néo-institutionnalistes tels Douglass North ou Oliver Williamson. Plus précisément, elle ne permet pas de remettre en cause l’idée de règle-contrainte, qu’il s’agisse de contrainte endogène (incluse dans une fonction de comportement) ou exogène (régulant les actes par voie d’autorité). Certes, les institutions sont bien identifiées comme un ensemble de règles d’action. Mais ces règles ne sont appréhendées qu’à partir de leur fonctionnalité, c’est-à-dire comme règles-contraintes. Or, du point de vue des sujets qui agissent, les règles ne constituent pas simplement des contraintes plus ou moins formelles pour l’action. En effet, dans la mesure où les sujets ont une représentation de ce qui les contraint, représentation qui a du sens, les règles deviennent des repères de signification pour l’action à venir et des guides d’interprétation des actions des autres.

9Pour conceptualiser ainsi l’usage interprétatif des règles dans le cours d’actions économiques, il faut poser le problème général de l’articulation entre actions économiques et institutions plus radicalement, c’est-à-dire au cœur même de la théorie orthodoxe de l’action. La question devient alors la suivante : pourquoi la théorie du comportement rationnel, de laquelle dérive la théorie néo-classique des institutions, ne permet-elle pas de penser ce rapport dynamique entre des actions économiques qui, par leur singularité, engagent la situation d’action et des règles institutionnelles qui les guident dans cette advenue ? Plus précisément, quelle intelligibilité faut-il donner aux actes économiques pour pouvoir penser cette dynamique ?

La question de droit

10Si, dans le cadre théorique néo-classique, les institutions peuvent entrer comme argument dans un calcul d’optimisation, c’est parce que l’incertitude à laquelle font face les agents économiques sur le marché est maîtrisable. Elle est maîtrisable dans les termes d’un calcul des coûts de transaction liés à la structure et au contenu de l’information disponible (asymétrie d’information, incomplétude). Un tel calcul permet finalement de rapporter le comportement de maximisation du bien-être des agents économiques au choix du mode de coordination le plus efficace – coordination par les prix ou coordination par les règles – selon les différentes configurations informationnelles des échanges considérées dans l’espace et le temps. Les formes institutionnelles sont donc exclusivement rapportées à des grandeurs mesurables en termes d’efficacité. L’idée principale, qui justifie ce traitement, dit « économique », des institutions, est que l’hypothèse de comportement rationnel et intéressé des individus suffit à rendre compte de l’existence de structures de coordination sociale concurrentes de celles du marché. Contrairement au point de vue d’une socio-économie tel qu’il peut être défendu par Granovetter (1985), la principale difficulté ici ne réside pas dans une question de fait : elle ne réside pas dans l’oubli du mode de fonctionnement de la structure sociale dans laquelle les rapports économiques sont de fait insérés – on a vu que cette structure sociale organisée effectivement en réseaux permet de spécifier les ressources dont disposent les individus, ainsi que le système de valeurs particulier définissant réellement le contenu de leurs préférences.

11La principale difficulté soulevée par la nouvelle économie institutionnelle réside non dans une question de fait (comment affiner le modèle standard de sorte qu’il soit le plus réaliste possible ?), mais dans une question de droit : elle concerne la manière dont l’existence même du phénomène institutionnel est posée en droit, c’est-à-dire dans la définition même des institutions et des règles qui s’y rapportent. Or, cette définition, telle celle de North, pose l’existence des institutions du seul point de vue de leur fonctionnalité. Cette position d’existence dérive directement du comportement rationnel et intéressé rapporté à la figure de l’homo œconomicus. C’est cette figure de l’homo œconomicus qu’il faut donc interroger pour comprendre pourquoi l’existence des institutions, dans ce cadre d’analyse, ne peut pas être saisie en dehors du seul point de vue fonctionnel. En particulier, elle ne peut pas être posée du point de vue du sujet qui agit et qui possède une représentation non exclusivement fonctionnelle de ce qui le contraint. Ce n’est qu’à partir de cette analyse que l’on pourra poser la question concurrente des conditions de possibilité d’un rapport institutionnel plus complexe dans l’ordre économique.

Rationalité instrumentale de l’action et institutions

Le traitement instrumental des institutions

12La nouvelle économie institutionnelle définit les institutions comme des solutions efficaces aux problèmes liés à la levée de la première hypothèse structurant la théorie économique standard, à savoir l’hypothèse de concurrence parfaite des marchés. Les problèmes qui résultent de la prise en compte d’une déficience des marchés trouvent un traitement dans le cadre de la deuxième hypothèse, qui reste seule valide – à savoir l’hypothèse de comportement rationnel des agents économiques. Or, c’est parce que les solutions aux défaillances du marché sont définies dans le cadre général de cette seconde hypothèse que l’émergence des institutions est pensée exclusivement comme dérivant du calcul de maximisation des gains individuels. Penser autrement le rapport entre actions économiques et institutions est donc, d’abord et avant tout, penser autrement cette émergence des institutions : « autrement », c’est-à-dire à partir d’un autre modèle d’action, qui prenne en compte ce qui, dans le modèle du comportement rationnel, est négligé au profit de la seule habileté au calcul. Mais qu’est-ce qui est négligé ? Hirshleifer (1985, p. 59) écrit :

La rationalité est un concept instrumental. À la lumière de ses fins (les préférences), si les moyens choisis (les actions) sont appropriés, l’individu est rationnel ; sinon, il est irrationnel. « Appropriés » ici fait référence à la méthode plutôt qu’au résultat.

  • 2 Cette cohérence est d’ordre logique : elle repose sur trois propriétés logiques du raisonnement, à (...)

13Ainsi, ce qui est thématisé dans l’idée même de comportement rationnel est, dans le moment de la décision, le calcul sur les moyens à fins données. Ce calcul porte sur le choix d’une action parmi plusieurs actions possibles. Plus précisément, dans la théorie de la décision individuelle, il se fait à partir de l’évaluation des conséquences de chaque action, chaque conséquence étant évaluée dans les termes de son utilité et de sa probabilité d’occurrence. Le comportement est dit rationnel quand le choix est lui-même rationnel, qu’il résulte d’un classement cohérent2 des alternatives possibles à partir de la structure de préférences de l’agent et de la distribution de probabilités sur les états du monde. Dans un tel modèle, la fin poursuivie par l’agent est considérée comme donnée : il s’agit du bien-être individuel défini par la satisfaction des préférences, soit, formellement, par le classement des utilités, indépendamment du contenu même de ces utilités (contenu qui peut lui-même se référer à toutes sortes de valeurs dont la bienveillance ou l’altruisme, ainsi que Sen (1987, chap. 1 et 5) le fait remarquer).

14Donc, si les institutions peuvent être l’objet d’un calcul rationnel (elles définissent une action possible), c’est parce qu’elles entrent comme « moyen » dans la fonction de comportement. Autrement dit, il s’agit d’un traitement instrumental des institutions : celles-ci constituent un mode d’allocation efficace en termes de minimisation des coûts de transaction (quel que soit le contenu même à donner à ces coûts de transaction). Ne sont aucunement remis en cause ni la fonctionnalité économique des institutions ni le fait que cette fonctionnalité se rapporte au bien-être des individus. Toute réflexion sur la singularité des situations effectives d’action échappant au calcul d’optimisation et s’appuyant sur des repères de sens guidant l’action dans un cours d’action est ainsi rejetée. Plus profondément, est rejetée l’intelligibilité pratique de l’action – le fait que l’action effective ait un sens qui, par sa singularité, échappe à toute détermination générale en termes de calcul de bien-être. Ce sens est réfléchi dans le cours d’interaction à partir des capacités de jugement de l’acteur ; et ces dernières s’appuient sur les différentes formes du collectif présentes dans la situation d’action. C’est seulement sous l’ignorance de ces capacités de jugement que le modèle instrumental d’intégration des institutions dans un cours d’action peut se déployer. Cette ignorance est à chercher plus fondamentalement dans le modèle d’action sur lequel la théorie néo-classique repose et, plus précisément, sur ses fondements logiques et épistémologiques.

L’intelligibilité théorique de l’action

15Le modèle d’action rationnelle sur lequel repose la théorie néo-classique s’appuie sur une conception purement théorique de l’action. Cette conception théorique considère l’intelligibilité de l’action exclusivement en termes de calcul instrumental donnant lieu à un choix entre plusieurs actions possibles. Un tel modèle général, fondé sur le principe de rationalité instrumentale, englobe autant le modèle de rationalité substantielle de la théorie de l’utilité espérée que le modèle de rationalité limitée de Simon. Le « rationnel », indique Simon (1987), se dit d’une loi du comportement lorsque celui-ci « est reconnu approprié à la réalisation d’un but donné, dans le cadre d’un système de contraintes qui en conditionnent l’accomplissement ». Toute l’intelligibilité de l’action réside donc dans la cohérence du calcul instrumental de la décision précédant la réalisation de l’action. Cette cohérence qualifie un choix finalisé, c’est-à-dire un choix décomposable en termes de mise en conformité logique et épistémique entre la fin visée et les moyens d’atteindre cette fin.

16Dans un tel modèle, la fin visée est claire : il s’agit du bien-être. La fin – le bien-être mathématiquement quantifiable – étant donnée, toute l’intelligibilité de l’action réside dans la mise en cohérence des ressources dont l’individu dispose pour accéder à la satisfaction de son bien-être et des contraintes qui pèsent sur les moyens de le satisfaire. Cette mise en cohérence est à la fois épistémique et logique. Elle est épistémique dans la mesure où elle porte sur la formation des croyances : il s’agit alors d’une mise en cohérence entre les informations sur la réalité présente et passée et les croyances sur la réalité future. Elle est logique dans la mesure où elle porte sur le choix de l’action : il s’agit alors d’une mise en adéquation des préférences et des croyances. Dans les deux cas, est rationnel le calcul mental de mise en cohérence : les différentes formes d’axiomatisation traduisent les différentes procédures logiques par lesquelles, selon la nature et les circonstances du choix, la mise en adéquation entre les moyens et les fins est rendue possible. Dans ce cadre, rationalité « instrumentale » ou « procédurale » est le terme générique pour désigner la cohérence logique dans la décision, la cohérence dans la délibération sur les moyens à fins données. La rationalité instrumentale ou procédurale a pour lieu le calcul de la décision et, pour seule limite, non pas des limites conjoncturelles (cognitives et informationnelles) liées aux circonstances du choix, mais une limite structurelle. Celle-ci se rapporte à la fin de l’action, qui doit nécessairement être donnée pour que le problème de décision (le problème de l’adéquation entre fin et moyens) puisse être posé. Et cette fin est le bien-être, c’est-à-dire la satisfaction des préférences, que celles-ci soient données, révélées ou recherchées. Dans le cas de la rationalité substantielle de la théorie de l’utilité espérée, l’adéquation est immédiate et se rapporte à la maximisation de l’espérance d’utilité. Dans le cas de la théorie du satisficing, elle est médiatisée par un processus d’ajustement mutuel du possible et du désirable.

  • 3 Ce principe général est le suivant : est dite rationnelle toute action qui est conforme à une règle (...)

17La rationalité instrumentale, qualifiant le calcul de la décision, se rapporte donc exclusivement à l’exercice de la raison spéculative. Cette dernière vise à l’établissement d’une connaissance – connaissance de l’action la « meilleure » – par subsomption du particulier (les préférences de l’agent et les caractéristiques de l’environnement) sous le principe de rationalité3. L’acteur en tant que décideur est donc, par nature, un savant et l’intelligibilité de son action est purement théorique. Il possède la loi générale d’évaluation d’une action en fonction de ses conséquences sur le bien-être individuel. Toute son action d’agent rationnel consiste alors à exercer un jugement déterminant : pour chaque situation particulière il définit l’action dont les conséquences sont optimales ou du moins satisfaisantes en termes de bien-être. Ces situations sont qualifiées en termes d’informations sur les états présents et passés du monde, de croyances sur les états futurs, de nombre d’options en présence et de faisabilité de ces options. Ce jugement déterminant justifie l’usage du calcul mathématique pour qualifier la rationalité du choix : la loi d’évaluation des actions en termes de quantité de bien-être étant donnée, le calcul mathématique peut se déployer, qu’il prenne la forme d’une optimisation sous contrainte ou d’un sentier de satisfaction. Ce calcul est bien de nature économique : il requiert une disposition d’esprit « économe », laquelle consiste à vouloir le plus par le moins ; réciproquement l’« économicité », comme état mental, trouve son expression la plus générale et la plus accomplie dans ce calcul rationnel de la décision.

18Ainsi, le traitement instrumental ou « économique » des institutions trouve sa condition de possibilité dans une conception purement spéculative de l’action, autrement dit dans une conception où l’intelligibilité de la décision précédant l’action se rapporte exclusivement à sa dimension cognitive et plus précisément à l’exercice d’un jugement déterminant à partir des informations et croyances dont le décideur dispose. Cependant, l’exercice général du jugement déterminant n’est lui-même possible que placé sous l’usage d’un jugement de sens, portant sur les fins ou valeurs à poursuivre dans l'action. Or, pour que l’intelligibilité de la décision se rapporte exclusivement à l’exercice spéculatif de la raison (l’exercice du jugement déterminant), il faut que ce jugement de sens soit non problématique : il l’est si la fin de l’action nous est accessible, si elle est déterminable dans les termes d’une connaissance claire et distincte. Mais, admettons que cette fin ne puisse pas être déterminée clairement et distinctement, qu’elle ne soit pas réductible à une mesure quantitative de bien-être. Cela veut dire que l’acteur n’a pas un accès direct à ses préférences. Alors, le jugement de sens devient problématique : l’acteur est pris dans un processus infini de réflexion et d’interprétation sur les fins et sur les motifs de son action. Les institutions, avec leurs règles et le savoir collectif qu’elles renferment, deviennent nécessaires à l’acteur pour arrêter provisoirement ce processus infini ou, au contraire, le relancer dans le cadre d’un cours d’action collective. Les règles institutionnelles interviennent ainsi non seulement comme guide de l’action, ou comme direction de sens, mais aussi comme repère de signification – et non plus exclusivement comme argument dans une fonction de comportement.

19On s’aperçoit donc que le traitement des institutions comme règles d’action est intimement lié à la nature du jugement au fondement de ces actions. Le jugement déterminant dans l’action rationnelle conditionne le traitement exclusivement instrumental des institutions. Remettre en cause ce traitement purement instrumental des institutions implique de repenser l’intelligibilité de l’action en soulignant l’importance du jugement de sens sous condition duquel l’exercice du jugement déterminant est placé. Plus précisément, que signifie alors, pour une théorie des actes économiques et de leur intégration dans un cours d’action, ce déplacement de l’analyse et du calcul des moyens, effectués au cours de la délibération précédant l’action, vers une réflexion sur les fins de l’action elles-mêmes ?

Intelligibilité pratique de l’action et jugement de sens

Effectivité et temps vécu

20Privilégier l’intelligibilité théorique de l’action à travers la promotion du calcul de la décision, et du jugement déterminant qui le sous-tend, implique de traiter l’action exclusivement en termes de comportement. Ce comportement consiste dans l’application d’une décision, qui se rapporte à un choix finalisé – un choix décomposable dans les termes d’une mise en conformité entre la fin visée et les moyens d’atteindre cette fin, étant donné les circonstances de la situation. Les obstacles, auxquels le décideur-acteur est confronté, sont de nature purement épistémique : ils concernent les possibilités d’erreur de calcul. L’erreur peut être liée à une faute dans la saisie des prémisses du jugement déterminant (défaut d’information sur les circonstances du choix) ou à une faute dans le raisonnement, c’est-à-dire une faute dans la subsomption de ces prémisses sous le principe de rationalité (intransitivité des choix, par exemple).

21Or, dans le déroulement effectif de son action, l’acteur doit faire face à bien d’autres obstacles que ceux de nature épistémique. Il est confronté au jugement des autres pris à la fois comme acteurs et spectateurs dans la situation d’interaction. Ce jugement concerne le sens de son action, ou sa direction et sa signification, dans le cadre plus général d’un cours d’interaction impliquant les autres comme acteurs ; il concerne également les caractéristiques morales de son action et sa responsabilité en tant qu’auteur de l’acte, responsabilité que lui assigne le regard d’autrui. Mais l’acteur a également à faire face réflexivement à son propre jugement, jugement de sens concernant la direction du cours d’action dans lequel son action s’inscrit, et jugement moral concernant ses motifs.

22Saisir l’intelligibilité de l’action dans l’effectivité de son déroulement implique donc de prêter attention à la multiplicité des jugements qui la sous-tendent. Cela signifie que la délibération qui précède formellement l’action met en jeu autant le calcul sur les moyens que le jugement sur les fins ou la réflexion sur les motifs.

23Jugement de sens et jugement moral concernent deux formes de réflexivité du jugement dans la délibération. Le jugement de sens porte sur la signification générale d’une action : il réfléchit la règle générale sous laquelle une action singulière peut être saisie. Le jugement moral, quant à lui, porte plus précisément sur l’évaluation de cette règle générale au regard d’une norme du bien. Si l’on suit l’analyse phénoménologique de l’action faite par Ricœur (1986b), on peut distinguer le noème de l’action que constitue sa signification et la noèse de l’action, laquelle renvoie aux motifs. Dans le jugement moral, la réflexivité porte principalement sur la noèse de l’action, autrement dit sur les motifs, tandis que, dans le jugement de sens, elle porte autant sur la noèse que sur le noème, autrement dit sur le contenu de sens lié à la fin visée.

  • 4 Ces références critiques sont évoquées par Heargreaves Heap (1992) à propos des développements réce (...)

24Porter attention à la délibération précédant l’action, c’est donc mettre en valeur ces différentes formes de jugement qui animent l’agir et qui ne se limitent pas au seul jugement déterminant. Une telle attention est de plus en plus présente dans la littérature critique en théorie économique, qu’il s’agisse, par exemple, en économie du bien-être, des travaux de Sen (1987) sur les caractéristiques du jugement moral saisi dans la situation effective d’action, ou encore, en théorie générale, de ceux de Shackle (1955) ou de Earl (1986) développant des modèles de choix créatifs, lesquels mobilisent fortement la capacité d’intuition au fondement du jugement de sens4.

25Pour notre part, nous nous en tiendrons à une analyse générale du jugement de sens très proche de celle de Ricœur (1986a). Cette analyse est décisive pour traiter du problème des formes de saisie du collectif dans l’action. En effet, le jugement de sens porte sur la fin de l’action et son contenu de sens, à savoir sa signification et la direction qu’elle imprime au cours d’action. Il s’exerce réflexivement autant sur la matière de l’action – le faire lui-même – que sur la qualité de l’agir – ce que nous faisons en agissant. Or c’est à travers cet exercice réflexif du jugement de sens que l’action devient autonome : sa signification s’objective, elle se détache des intentions de l’agent. L’action acquiert ainsi sa dimension sociale : elle s’inscrit dans le temps social, elle acquiert une finalité inscrite dans le temps social, donc identifiée et interprétée collectivement. Ce temps social est précisément le temps vécu collectivement et marqué par l’ensemble des configurations persistantes que constituent les institutions. À titre d’exemple, on peut citer l’analyse de Palmer (1990) concernant le processus de formation des prix sur un marché. Ce processus marchand ne résulte pas d’un ajustement mécanique entre des offres et des demandes ; il est ancré dans la rhétorique et l’imitation des désirs. Cela signifie que les prix ne transmettent pas simplement de l’information sur les contraintes d’ajustement ; ils transmettent également une signification des actes mêmes de vendre et d’acheter tel bien, dans telles circonstances de temps et de lieu, par tels personnes ou groupes de personnes engagés dans l’échange. Cette signification est intrinsèquement dépendante des caractéristiques du bien échangé, caractéristiques quantitatives et qualitatives mais aussi symboliques, attachées au marquage culturel et social de ce bien. Ce jugement de sens, qui intervient au cœur même de l’échange marchand, consiste à tirer de la situation singulière d’échange une règle d’action qui engage chacune des parties dans l’échange même. Ce processus inductif, fondé sur l’usage d’exemples passés, sur les analogies et sur toutes les figures propres à la rhétorique, est au fondement de la dynamique de normalisation des biens échangés en fonction du type d’acteurs qui échangent.

26Un autre exemple est celui des mouvements de taux d’intérêt sur les marchés spéculatifs. Le comportement d’anticipation des agents ne peut être réduit à ses seuls éléments cognitifs et informationnels. À la base du calcul d’anticipation se trouve un jugement de sens sur la singularité du niveau de l’intérêt dans l’état des affaires donné. Le cas limite de la bulle spéculative étudié par Orléan (1981) prouve bien que la seule rationalité du comportement ne suffit pas à rendre intelligibles les décisions des spéculateurs sur le marché financier. En effet, dans ce cas limite, selon Orléan, le seul comportement rationnel est de n’être pas rationnel. Plus précisément, nous dirions que l’intelligibilité de la décision d’imiter les autres se rapporte plus spécifiquement à l’exercice du jugement de sens, consistant à induire de la situation en cours une règle de comportement valant pour chacun des individus placé dans cette même situation.

27Et généralement, le jugement de sens permet de penser que l’inscription de l’action, dans un cours d’action, n’est pas seulement une suite d’événements apparaissant et disparaissant, mais aussi une histoire. Pour le dire autrement, le jugement de sens permet de penser l’intelligibilité de l’action effective non seulement comme action située, mais aussi comme action inscrite dans un temps historique, avec un passé porté par des précédents, un présent notamment identifiable à partir d’objets pertinents pour l’action, et un devenir marqué par le surgissement de l’imprévu.

L’intelligibilité de l’action en situation

28L’action en train de se faire est prise dans le flux temporel d’événements apparaissant et disparaissant, qui constituent une situation. Le temps de l’action n’a d’origine et de terme que dans la suite d’actions dans laquelle elle s’insère et qui s’enchevêtre dans les actions d’autrui. Pour le dire plus brièvement, l’action prend forme dans la durée. Cette durée, marquée par l’enchevêtrement à la fois synchronique et diachronique des actions, c’est le temps vécu. Comme le montre Bergson (1997, chap. III), le temps vécu de l’action ne peut pas se réduire au temps homogène et continu de la décision représentable spatialement, c’est-à-dire à partir d’un arbre de décision. La durée de l’action est du temps vécu, du temps hétérogène et discontinu se rapportant à une conscience. Et l’action saisie dans son déroulement est la mesure même du temps concret vécu par la conscience. En même temps l’action, comme événement, échappe à cette conscience autant par les causes du faire qui s’enracinent dans la situation d’interaction que par ses effets inattendus.

  • 5 Pour une analyse plus précise de la réflexion dans le jugement de l’acteur-spectateur on pourra se (...)

29En finalisant l’action en cours d’accomplissement, le jugement de sens constitue le mouvement même de la conscience pour s’approprier ou se réapproprier son action en tant qu’action sociale. Ce jugement soumet également l’acteur à l’exigence de maintenir son action dans un cours d’interaction dont le sens – ou la finalité – est lui-même réfléchi à travers le jugement des acteurs-spectateurs, les uns par rapport aux autres5. Ainsi, réfléchir sur un acte, c’est s’interroger sur la signification de cet acte en tant qu’engagement pourvu d’une finalité singulière – par exemple, pour le chef de famille, le fait de contracter un emprunt pour acheter une maison et d’être débiteur pendant de longues années d’un créancier ; mais c’est aussi réfléchir sur la signification générale de cet acte pour les autres et sur le jugement des autres sur soi – par exemple, le fait que cet emprunt soit jugé solvable par le créancier lui-même.

30On peut alors comprendre l’exercice du jugement de sens dans le déroulement de l’action située comme une épreuve continue de réalité, permettant à l’action de s’ajuster et lui conférant, in situ, sa cohérence. En exerçant son jugement de sens, l’acteur cherche à objectiver la signification de son action comme signification sociale, s’appuyant sur les repères de sens que constituent les objets de la situation (qu’il s’agisse d’objets matériels ou d’institutions, comme l’ont montré Livet et Thévenot, 1994), mais aussi les expériences passées et le jugement des autres. L’acteur, à travers l’exercice de son jugement de sens, apporte ainsi les preuves de la réalité sociale de son action. De plus l’action est éprouvée, dans son contexte d’interaction, à travers le jugement de sens des autres : elle est mesurée, jugée, évaluée par rapport aux actions qui la précédent et qui l’entourent. C’est pourquoi la réflexion sur les actions passées et en cours n’est jamais achevée. L’acteur n’en finit pas de chercher à signifier la singularité de son action à travers l’invention d’une règle générale d’action. Et parce que cette généralisation se fonde sur des exemples et des analogies, elle reste toujours provisoire et est perpétuellement remise en cause par le jeu des jugements des acteurs-spectateurs.

31En conséquence, à travers l’exercice du jugement de sens, ce qui est en jeu est autant la signification générale apportée à l’action singulière que le maintien du cours d’action dans un sens, une direction qui soit saisissable par chacun des acteurs : dans cette logique, les institutions interviennent comme guides et comme repères de sens. Mais, du fait de l’enchevêtrement des actions situées, la direction de sens du cours d’action ne peut être déterminée abstraitement à partir de la simple saisie de fins objectivables sous le terme générique de bien-être. Cette direction se déploie concrètement à partir d’un processus interprétatif, concernant soi-même et autrui comme acteurs de la situation, à l’intérieur duquel le jugement de sens réfléchit des fins qui ne sont pas données d’avance ; elles sont indéfiniment à déployer dans le cours même de l’action prise dans le flux continu du temps.

L’intelligibilité de l’action dans l’histoire

  • 6 Pour une réflexion plus précise sur la présence de principes universels à l’œuvre dans les actes or (...)

32Cependant, en tant que signification, l’action dépasse les seules conditions d’intelligibilité de son déroulement situé, ces conditions étant des conditions d’ajustement et de cohérence : « une action sensée est une action dont l’importance dépasse la pertinence quant à sa situation initiale », nous dit Ricœur (1986a). L’action, comme agir, développe des références non ostensives dont la signification dépasse les seules conditions sociales de sa production. Celles-ci se résument dans l’existence d’objets sociaux – dont les institutions – qui sont autant de configurations persistantes dirigeant le cours d’action. Certes les institutions constituent des appuis permettant au jugement de sens de s’exercer, donc de conférer au cours d’action son unité. Mais l’exercice du jugement de sens dépasse ce simple usage fonctionnel des configurations de sens objectivées dans les règles institutionnelles en tant que guide d’action. Il se rapporte à la singularité de l’agir et aux mondes de significations nouvelles qu’il contient. Comme le dit Ricœur, l’action est une œuvre ouverte en quête d’interprétations toujours nouvelles. À travers ces interprétations, le jugement de sens réfléchit, dans la singularité de l’agir, l’universalité de la signification. Par exemple, les interrogations sur les exigences de justice à l’œuvre sur tel marché, ou dans la répartition de la richesse au sein d’une nation donnée, manifestent bien cette recherche d’universalité6, qui fait de l’action un avènement puis une marque dans l’histoire. Pour les actions ordinaires de la vie, si l’avènement n’est pas marquant, il entre cependant dans ce processus continu d’accumulation de nouvelles significations. À travers ce processus se déploie la dynamique institutionnelle : cette accumulation donne lieu, dans le temps social, à des actions dont le sens est peu à peu sédimenté puis institué. C’est ainsi que l’histoire se fait, comme sédimentation des marques laissées par l’action dans son déroulement. Rapporter cette théorie de l’action sensée, telle que Ricœur la développe, à l’exercice du jugement réfléchissant confère ainsi un éclairage nouveau à la notion de règle ou d’institution. Comme le dit Ricœur (1986b, p. 195), « l’objet des sciences sociales est “une conduite régie par des règles”. Mais cette règle n’est pas surimposée ; elle est la signification en tant qu’articulée au sein de ces œuvres sédimentées et instituées. » Cela veut dire que, dans le cours d’action, l’exercice du jugement réfléchissant s’appuie sur une détermination de ce cours à partir des règles existantes et de leurs significations objectivées, mais en même temps, à partir de ces règles convoquées dans la situation d’action singulière, de nouvelles significations sont réfléchies, qui seront peu à peu objectivées dans de nouvelles règles et de nouvelles institutions. La sorte d’objectivité, dont relèvent les règles et les institutions, est donc une objectivité relative qui se rapporte à la constitution de sens dont l’ensemble des actions individuelles et collectives procède et à laquelle il mène. On peut affirmer, en prolongeant la citation de Ricœur, que l’objet spécifique de la science économique est un ensemble de conduites ou d’actes régis par la circulation des richesses depuis leur production jusqu’à leur consommation. Mais cette circulation des richesses est elle-même articulée au sein de ces actes sédimentés et institués au cours de l’histoire.

33Cependant, quelle définition générale de l’action économique est ici prise en compte ? Comment, plus précisément, les capacités de jugement s’exerçant dans la délibération permettent-elles de délimiter la spécificité des actes économiques ?

Actions économiques et délibération

34Le traitement des institutions comme significations articulées est lié à la prise en compte des capacités de jugement dans la délibération et plus particulièrement du jugement de sens. Ce dernier est ce par quoi l’action, dans son déroulement, acquiert une unité de sens. En effet, à l’intérieur de la délibération, le jugement déterminant – celui qui établit ou détermine une connaissance des moyens à fins données – consiste en une évaluation théorique de l’action portant sur sa cohérence logique. Le jugement de sens, quant à lui, consiste en une évaluation pratique de l’action, portant sur sa finalité, c’est-à-dire à la fois sur sa signification pour soi et pour autrui (le contenu de sens lié aux motifs de l’acteur) et sur sa direction (les fins poursuivies par l’acteur) : cette finalité est réfléchie dans le cours d’interaction, ce qui lui confère son unité. À travers le jugement de sens, l’accent mis sur l’intelligibilité pratique de la décision implique, ainsi, pour une théorie des actes économiques, de considérer ces derniers en eux-mêmes et d’en faire une phénoménologie.

  • 7 Ainsi qu’il a été dit précédemment, prendre en compte les actes économiques en eux-mêmes implique d (...)

35L’intelligibilité de tels actes ne peut pas se rapporter à la seule disposition générale à l’« économicité ». Certes, cette disposition générale est une propriété de l’intelligence humaine, saisie comme faculté d’établir des rapports (de mesurer et de mettre en cohérence des données, donc de calculer). Mais ce calcul renvoie à un temps virtuel et abstrait par rapport au temps de l’action. Comme nous l’avons vu, le temps réel de l’action est celui de sa réalisation, et de sa confrontation avec d’autres actions : c’est pourquoi le déroulement effectif de l’action se comprend comme une épreuve de réalité. L’action ainsi saisie dans la singularité de son déroulement échappe au seul moment théorique de la décision7 et appelle une évaluation pratique portant sur ses motifs et sur ses fins. Dans cette théorie de l’action saisie comme effectivité, ce qui est économique ne se rapporte plus seulement au calcul économe du plus par le moins, mais également au contenu de sens des actes permettant la circulation des richesses, depuis leur production jusqu’à leur consommation. Ce contenu de sens économique comporte trois dimensions qui le remplissent, à savoir :

  1. le rapport à des quantités physiques et monétaires en circulation ;

  2. l’évaluation de ces quantités en termes de prix ;

  3. les fins réfléchies par les acteurs dans leurs interactions, à travers les processus de production, de consommation, d’échange, de prêt ou de répartition.

36Appréhender ainsi les actes économiques, à partir de la signification qu’ils revêtent dans le monde de la vie économique, implique d’abandonner le modèle d’intelligibilité théorique de l’action économique, fondé sur l’exercice de la seule rationalité spéculative. En clair, cela implique d’abandonner les modèles de décision pour lesquels l’action, dans sa réalisation, n’est que l’application d’un plan. Le modèle d’action alors privilégié sera un modèle d’intelligibilité pratique, fondé sur l’exercice de la raison pratique. On entend « raison pratique » au sens de Ricœur (1986a) : l’intelligibilité de l’action renvoie à une compréhension des intentions de l’auteur. Ces intentions se rapportent autant au contenu de sens des motifs qu’à la direction imprimée par la poursuite des fins dans l’action. Une telle intelligibilité est saisie à travers l’exercice conjoint du jugement de sens et du jugement moral.

37Mais c’est surtout avec le jugement de sens que l’action se comprend à la fois dans la singularité de son déroulement, et dans l’universalité d’une règle d’action : c’est par lui que l’action, comme unité de sens, s’inscrit non seulement dans la durée du vécu mais aussi dans le temps historique – dans le temps lié à l’émergence des règles institutionnelles.

38Toutefois, cet accent mis sur l’exercice du jugement de sens dans la délibération ne remet pas en cause l’intelligibilité théorique de l’action. Au contraire, l’exercice du jugement de sens, ou la réflexion sur la finalité de l’acte, appelle immédiatement une détermination : une connaissance des moyens d’agir. Cependant, la forme aussi bien que le contenu de cette connaissance sont placés sous condition d’exercice du jugement de sens.

39Par ailleurs, la réflexion sur les fins appelle de manière médiate un jugement moral sur le contenu de ces fins, contenu évalué à partir d’une norme ou d’une conception du bien. La saisie des actes économiques en termes de « raison pratique » implique donc une prise en compte non plus exclusivement de l’exercice du jugement déterminant, mais plus largement de l’articulation entre celui-ci et le jugement de sens dans la délibération (nous mettons entre parenthèses l’articulation avec le jugement moral, qui pose le problème spécifique du contenu moral des fins réfléchies dans l’action). Cette articulation entre le jugement de sens et le jugement déterminant est marquée par la primauté du premier sur le second : cette primauté est d’abord logique et plus fondamentalement ontologique.

Primauté logique du jugement de sens

40Le jugement déterminant portant sur le choix des moyens à fins données, son exercice est placé logiquement sous la dépendance du jugement sur les fins. Mais cette condition logique ne se résume pas seulement dans l’antériorité d’un jugement sur l’autre. Plus profondément, la nature réflexive du jugement de sens conditionne la logique dans laquelle les procédures de choix se déploient. En effet, le jugement de sens inscrit l’action dans une structure téléologique ; et c’est à l’intérieur de cette structure que le jugement déterminant peut s’exercer.

41Mais, qu’est cette structure téléologique de l’action ? C’est une ouverture de l’action vers des fins – un télos – qui ne sont pas données mais indéfiniment à réfléchir dans le cours d’action. Cela signifie que la finalité de l’action n’est pas fermeture sur des fins dont les motifs sont connaissables de manière claire et distincte, comme dans le cas des préférences en théorie de la décision ; elle est au contraire ouverture sur des fins qui sont sans cesse à réfléchir, du fait même que les motifs qui sous-tendent l’action échappent à une connaissance claire. Ces motifs expriment des caractères de désirabilité présentant une certaine généralité. Dans la mesure où l’action se déploie dans la contingence du réel (Aristote, 1984, Livre V, 14), ils ne peuvent pas être saisis eux-mêmes comme des règles d’action mais seulement comme des dispositions à agir. Comme tels, ils ne sont pas réductibles à un ensemble de préférences, c’est-à-dire à des grandeurs mathématiques, saisissables de manière claire et distincte par la raison spéculative et dont le classement permet de produire immédiatement la fin visée qu’est le bien-être. Dans ce cas, la fin de l’action est non problématique : elle est la conséquence déduite quantitativement des motifs réduits à des préférences.

  • 8 Pour une analyse plus précise de la nature de ces désirs, voir Berthoud (1994).

42Au contraire, les motifs saisis comme dispositions à agir renvoient, comme le dit Descartes (1996, art. 27), à la complexité « des perceptions, ou des sentiments ou des émotions de l’âme ». Cette complexité réside non pas dans la cause première des perceptions (les objets extérieurs qui affectent les sens) mais dans leur cause prochaine, dans l’effet particulier des objets des sens sur l’âme désirante. Cet effet particulier consiste en la mise en mouvement de pensées diverses (ibid., art. 52). Ces pensées, en raison de leur diversité, sont des connaissances obscures et confuses de leur objet : c’est pourquoi elles ne permettent pas un calcul en termes de préférences, autrement dit en termes de connaissances claires et distinctes de nos désirs8. Mais, dans la mesure où elles restent une forme de connaissance de leurs objets, elles permettent de guider l’action vers les objets qui les affectent. Ainsi, l’objet du désir reste, comme tel, en dehors du vécu affectif lui-même ; cependant, il est à l’horizon de ce vécu. Il est le pôle d’identité – le télos – vers lequel le vécu affectif se dirige.

43C’est donc l’opacité relative liée aux motifs de l’action qui inscrit cette dernière dans une structure téléologique – dans une structure d’attente, ou dans une tension vers une fin qui n’est pas donnée (comme dans le cas des préférences) mais qui est à réfléchir : on peut alors parler, avec Husserl (1994), d’« intentionnalité », et mieux saisir le rôle logique du jugement de sens dans le déroulement de l’action ainsi que son articulation avec le jugement déterminant.

44C’est parce que l’exercice du jugement de sens trouve sa condition de possibilité dans le débordement des désirs au fondement de l’action (débordement par rapport à toute connaissance claire et distincte en termes de préférences) que le mouvement de la réflexion reste ouvert et imprime cette structure d’attente à l’action. Cela signifie que non seulement l’acteur n’en a jamais fini de réfléchir sur les fins de son action ; mais encore, que la connaissance des fins est irréductible à toute forme de subsomption sous la généralité des concepts de l’entendement.

  • 9 Il est ici fait allusion au jugement réfléchissant, tel que Kant (1989) le met en œuvre.

45Au cours de sa délibération, l’acteur-spectateur réfléchit le sens de son action et de celle des autres : il tire, par induction, à partir des expériences d’action passées et de repères de sens saisis dans la situation, une règle d’universalisation de son action singulière9. Cette règle d’universalisation fait apparaître la fin visée à travers les motifs comme une fin généralisable. Cependant, cette fin n’est jamais une fin achevée, identifiable dans une connaissance du nécessaire ; elle est une fin seulement possible, saisissable dans une connaissance du contingent. L’unité de sens constituée dans l’action reste une unité de sens contingente, laquelle peut recevoir une multiplicité de déterminations possibles. À l’intérieur de cette unité de sens ouverte, le jugement déterminant ne peut se déployer que dans une logique des choix possibles.

  • 10 On rejoint ici l’usage que Robert Salais et Michael Storper font de la logique de mondes possibles (...)
  • 11 Ce principe d’unité peut être uniquement formel et/ou matériel. En tant que formel, il est exclusiv (...)

46Le possible dont il s’agit est un possible réel (au sens de Bloch, 1976) qui confère à la décision sa cohérence à la fois logique et pragmatique. Les fins saisies dans la réflexion sont à la fois des fins contingentes relatives au mouvement infini de la réflexion et des fins réalisables, praticables, dans la situation singulière d’action. Étant donné les fins saisies comme possibles réalisables dans le jugement de sens, le jugement déterminant ne peut dès lors s’inscrire, de manière cohérente, que dans une logique des mondes possibles, chacune de ces fins possibles ouvrant un monde qu’elle porte en elle10. Chaque monde peut être saisi comme un ensemble de significations s’articulant autour d’une fin possible de l’action valant comme principe d’unité11.

  • 12 Concernant les limites du calcul des probabilités et de son usage en économie, voir les articles de (...)

47La cohérence du jugement déterminant relève donc davantage d’une logique générale des mondes possibles que d’une logique plus restrictive, fondée sur le calcul des probabilités12, et pour laquelle les fins sont saisies selon les différents degrés de certitude de la connaissance (selon les différents degrés d’approximation de la connaissance d’entendement). Ainsi, l’action étant fondamentalement ouverte (sa finalité ne s’épuise pas dans la détermination des mobiles de l’action mais, au contraire, elle se réfléchit indéfiniment à travers les motifs de l’action), son intelligibilité théorique est à saisir en termes de cohérence logique spécifiant les modalités de l’action à l’intérieur du champ des possibles réalisables.

Primauté ontologique du jugement de sens

48Dans ses analyses phénoménologiques, Husserl (1994) fait apparaître que la réalité visée dans l’intentionnalité de la conscience n’est pas une simple donnée empirique ; elle est une réalité constituée, par le mouvement même de la conscience, comme horizon ouvert de significations. C’est à l’intérieur de cette réalité constituée comme signification que le jugement déterminant se déploie. La primauté ontologique du jugement de sens réside donc dans le fait que la réflexion sur les fins réalisables se résout fondamentalement dans une constitution de sens permettant l’exercice ultérieur de la rationalité instrumentale.

49Qu’est cette réalité saisie comme horizon de significations ? Cette réalité est celle de « l’expérience originelle de l’intersubjectivité », ainsi que nous le dit Philonenko (1989, p. 11) à propos du jugement réfléchissant chez Kant. Autrui intervient directement au cœur du jugement de sens pour conférer à l’action sa réalité pratique. À travers autrui, on entend les autres comme sujets intentionnels, à la fois acteurs et spectateurs de nos actes, mais aussi comme porteurs d’une communauté humaine avec ses traditions, ses règles et ses institutions. L’unité de sens d’un cours d’action trouve donc sa condition de possibilité dans l’expérience de l’intersubjectivité au cœur du jugement de sens : cela veut dire que si les règles et les institutions peuvent servir de guides, indiquant ce qu’il convient de faire, et de repères de significations dans l’action, c’est parce qu’au fondement du jugement de sens se trouve l’expérience transcendantale de l’intersubjectivité.

50Mais, les analyses de Husserl (1994, Cinquième Méditation) nous permettent de comprendre, au-delà de la Critique de la faculté de juger de Kant (1989), que cette expérience transcendantale de l’intersubjectivité est au cœur même de la dynamique constitutive de l’action. Cette expérience de l’intersubjectivité est toujours déjà présupposée dans notre engagement ordinaire dans le monde-de-la-vie. Ce dernier est porteur de significations constituées et objectivées, au cours de l’histoire, dans les objets culturels que sont les institutions. L’expérience de l’intersubjectivité est toujours déjà donnée à travers ces objets qui servent d’horizon de sens et de guide pour l’action. Mais en même temps, si le monde-de-la-vie est toujours déjà là avec ses objets culturels comme horizon de sens pour l’action, c’est que la conscience le constitue comme tel. C’est à travers l’exercice du jugement de sens que les règles sont signifiées et interprétées : elles acquièrent une signification pour l’action. C’est aussi à travers lui, donc à partir de l’expérience transcendantale de l’intersubjectivité, que se constitue un monde en commun. Une histoire des institutions peut alors être envisagée en termes de sédimentation, d’objectivation des couches de sens constituées indéfiniment à travers le mouvement de la conscience. Finalement, en suivant Ricœur (1986c), on peut caractériser la dynamique propre à la constitution du sens comme une dynamique d’« explicitation » du monde-de-la-vie, le résultat de cette constitution réglant téléologiquement son mouvement. Ce mouvement permet de saisir l’action dans son effectivité : comme cours d’action et comme initiative, ou commencement.

51En tant qu’événement, l’action est imbriquée dans un cours d’interaction qui la contraint et l’insère dans un enchaînement général d’événements ; mais l’action est également singulière par le nouveau qu’elle fait advenir. Cette dynamique propre à l’action est fondée ontologiquement sur les propriétés constitutives de la conscience telles qu’elles se déploient au cœur du jugement réfléchissant.

52Transposées dans le cadre d’une théorie des actes économiques, de telles propriétés permettent de saisir, dans le mouvement même de la constitution, l’articulation dynamique entre des institutions qui orientent les conditions du déroulement de l’action et une singularité en acte, source de mutations et d’innovations à la fois techniques et institutionnelles.

53Grâce à leurs règles, les institutions permettent de cerner l’ensemble des configurations de sens qui structurent un cours d’action ; mais, en même temps, ces configurations ne prennent sens et ne sont signifiées qu’à travers les actions elles-mêmes. L’intelligibilité d’une telle dynamique entre actions économiques et règles institutionnelles réside à la fois dans la saisie réflexive des motifs de l’action (dans la compréhension des actes) et dans la saisie analytique des structures institutionnelles à l’intérieur desquelles l’action se déroule (dans l’explication structurelle des relations entre ces actes, qu’il s’agisse des enchaînements entre différents types d’acte ou de la coordination entre actes d’un même type). On est ainsi conduit à l’idée que seule peut rendre compte d’une telle dynamique une herméneutique de la raison pratique portant sur les actes de la vie économique, définis non seulement par le calcul d’« économicité » mais aussi, substantiellement, par la fonction qu’ils occupent dans cette vie économique et le contenu de sens qu’ils revêtent. Ce contenu de sens lié à la place et au rôle que chacun de ces actes joue dans la circulation des richesses a pour condition ontologique la dynamique constitutive propre à l’exercice du jugement de sens ; il a pour condition logique l’analyse modale propre à l’exercice du jugement déterminant. Finalement, une telle herméneutique permet de délivrer, dans la sphère régionale de l’économique, une connaissance de l’action humaine dont l’intelligibilité, comme le dit Ricœur (1986c, p. 171), se situe dans un perpétuel va-et-vient entre des déterminations causales ou structurelles, qui demandent à être expliquées, et des motivations intentionnelles, qui demandent à être comprises. La clé de ce mouvement incessant se trouve dans l’explicitation du sens toujours à constituer.

Conclusion

54Ainsi, dans les modèles de décision utilisés en théorie économique, seule l’intelligibilité théorique de l’action est appréhendée. Cela transparaît clairement dans le privilège accordé au principe de rationalité instrumentale : l’évaluation de l’action consiste exclusivement dans celle de la consistance des désirs qui la sous-tendent, indépendamment même de leur contenu. Au fondement de cette évaluation se trouve le jugement déterminant, le jugement par lequel la cohérence logique de l’action est analysée. Dans les actes économiques, cette cohérence logique porte sur le calcul d’« économicité », ainsi que la définition proposée par Lionel Robbins (1962, p. 16) le rappelle : « l’économie est la science qui étudie le comportement humain en tant que mise en relation entre des fins et des moyens rares à usages alternatifs. » Cependant, si l’on considère les actes économiques non plus seulement comme l’application d’une décision mais plus largement comme la réalisation d’actions spécifiques, telles que produire, échanger, répartir, prêter ou consommer, alors cette définition formelle apparaît insuffisante.

55Dès lors que l’on saisit l’action économique dans son déroulement, il faut rendre compte non plus seulement de sa cohérence logique mais aussi de sa cohérence pratique. Celle-ci comporte une double évaluation : une évaluation morale portant sur les motifs de l’acte et, plus généralement, sur leur mesure rapportée à l’idée de bonheur ; une évaluation en termes de contenu de sens portant sur le maintien de l’action dans l’unité de son déroulement. La première évaluation se fonde sur l’exercice du jugement moral, la seconde sur l’exercice du jugement de sens. Tenir compte de cette dimension pratique inhérente à l’effectivité des actes économiques implique de les considérer à la fois dans la singularité de leurs motifs et dans l’universalité de leur contenu de sens. Cette singularité est appréciée dans le jugement moral et cette universalité est réfléchie au cœur du jugement de sens. Finalement, rendre compte des actes économiques en termes de raison pratique plutôt que de rationalité instrumentale implique de porter son attention sur la multiplicité des capacités de jugement en exercice dans la délibération, elle-même prise dans le temps de réalisation de l’action.

56L’exercice du jugement de sens ne peut pas se concevoir indépendamment de son articulation avec les autres formes de jugement : il est la condition de possibilité, à la fois logique et ontologique, du jugement déterminant, et il est rattaché au jugement moral comme le noème de l’action l’est à sa noèse. À travers la signification, le contenu singulier des fins visées dans l’action est réfléchi et porté à la généralité d’une règle d’action. Cette réflexion n’est pas fermeture sur une finalité déterminée mais, au contraire, ouverture sur un horizon infini de significations. L’action se trouve ainsi marquée d’une incertitude radicale, le mouvement de la réflexion s’abîmant dans cet horizon ouvert de sens. Cet horizon est à la fois constitué à partir des repères de sens objectifs que sont les institutions, et constitutif du sens de ces repères saisis dans le déroulement de l’action. La dynamique entre actions économiques singulières et règles institutionnelles est rendue intelligible par l’explicitation intentionnelle des actes saisis dans l’histoire en train de se faire. Cette explicitation se fait en termes de capacités de jugement. Ces dernières portent autant sur les configurations institutionnelles à l’intérieur desquelles l’action se déroule, que sur l’évaluation singulière de chaque acte pris en lui-même. Celle-ci reçoit immédiatement une détermination en termes logiques, à travers le jugement déterminant, et une spécification en termes normatifs, à travers le jugement moral. Il apparaît donc que la méthode propre à une telle explicitation des actes économiques à partir de leur raison pratique est celle d’une herméneutique de la vie économique.

Bibliographie

Aristote (1984), Éthique à Nicomaque, Paris, Garnier-Flammarion.

Arrow Kenneth J. (1974), The Limits of Organization, (The Fels Lectures on Public Policy Analysis), New York, Norton.

Bergson Henri (1997), Essais sur les données immédiates de la conscience, Paris, Presses universitaires de France (« Quadrige »).

Berthoud Arnaud (1994), « Remarques sur la rationalité instrumentale », Cahiers d’économie politique, 24-25, p. 105-124.

Bloch Ernst (1976), « Les différentes couches de la catégorie de possibilité », in Id., Le Principe espérance, Paris, Gallimard, vol. 1, p. 285-291.

Descartes René (1996), Traité des Passions, Paris, Garnier-Flammarion.

Earl Peter E. (1986), Life Style Economics, Wheatsheaf, Brighton.

Fernandes Andréa & Feriel Kandil (1997), « Actes économiques et normativité. De Harsanyi à Adam Smith », Colloque du CAESAR, Qu’y-a-t-il de nouveau dans la science économique ?, Nanterre, septembre 1997.

Granovetter Mark (1985), « Economic Action and Social Structure : The Problem of embeddedness », American Journal of Sociology, 91 (3), p. 481-510.

Hargraves Heap Shaun (1992), « Rationality », in Hargreaves Heap S., Lyons B., Hollis M., Sugden R. & A. Weale (eds), The Theory of Choice. A Critical Guide, Oxford, Basil Blackwell, p. 3-25.

Hirshleifer Jack (1985), « The Expanding Domain of Economics », American Economic Review, 75 (6), p. 53-68.

Husserl Edmund (1994), Méditations Cartésiennes, trad. fr. M. de Launay, Paris, Presses universitaires de France (« Épiméthée »).

Kandil Feriel (1997), « Raison pratique, normes et conventions dans les actes de la vie économique », Troisième Colloque de l’ADSE, Les Figures de l’institution et de la norme, entre États et sociétés civiles, Lille, 5-6 décembre.

Kant Emmanuel (1989), Critique de la Faculté de Juger, trad. fr. A. Philonenko, Paris, Vrin.

Livet Pierre & Laurent Thévenot (1994), « Les catégories de l’action collective », in A. Orléan (ed.), Analyse économique des conventions, Paris, Presses universitaires de France, p. 139-167.

North Douglass C. (1990), Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press.

Orléan André (1981), « Contagion mimétique et bulles spéculatives », in J. Cartelier (ed.), La Formation des grandeurs économiques, Paris, Presses universitaires de France, p. 285-321.

Palmer Tom G. (1990), « The Hermeneutical View of Freedom : Implications of Gadamerian Understanding for Economic Policy », in Don Lavoie (ed.), Economics and Hermeneutics, Londres, Routledge, p. 299-318.

Philonenko Alexis (1989), « Introduction », in E. Kant, Critique de la Faculté de Juger, Paris, Vrin, p. 7-16.

Ricœur Paul (1986a), Du Texte à l’action. Essais d’herméneutique, II, Paris, Seuil.

Ricœur Paul (1986b), « Le modèle du texte : l’action sensée considérée comme un texte », in Id., Du Texte à l’action. Essais d’herméneutique, II, Paris, Seuil, p. 183-211.

Ricœur Paul (1986c), « Expliquer et Comprendre », in Id., Du Texte à l’action. Essais d’herméneutique, II, Paris, Seuil, p. 161-182.

Robbins Lionel (1962), The Nature and Significance of Economic Science, Londres, Macmillan.

Salais Robert & Michael Storper (1993), Les mondes de production. Enquête sur l’identité économique de la France, Paris, Éditions de l’EHESS.

Shackle George Lennox Sharman (1955), Uncertainty in Economics, Cambridge, Cambridge University Press.

Sen Amartya (1987), On Ethics and Economics, Oxford, Basil Blackwell.

Simon Herbert A. (1987), « Bounded Rationality », in J. Eatwell, M. Milgate & P. Newman (eds), The New Palgrave : A Dictionary of Economics, Londres, Macmillan.

Notes

1 La pluralité dynamique des actions se rapporte à l’usage des règles institutionnelles ordonnant la coordination et les enchaînements d’actes. Dans cet article nous ne considérons les règles institutionnelles que sous l’aspect de cet usage : nous nous posons la question des conditions permettant de penser, du point de vue des acteurs, le déroulement de l’action singulière non seulement comme situé dans une action collective plus large mais encore, comme inséré dans des configurations institutionnelles générales. Pour une analyse plus précise des règles institutionnelles considérées à partir de leur genèse et de leur fonctionnalité, cf. Kandil (1997).

2 Cette cohérence est d’ordre logique : elle repose sur trois propriétés logiques du raisonnement, à savoir les propriétés de réflexivité, d’antisymétrie et de transitivité.

3 Ce principe général est le suivant : est dite rationnelle toute action qui est conforme à une règle. Dans les théories de la rationalité instrumentale, cette règle reçoit un contenu exclusivement logique prenant la forme d’axiomes portant sur les propriétés logiques de classement des préférences, ces propriétés étant plus ou moins restrictives. L’action rationnelle se rapporte alors à une méthode, c’est-à-dire à un ensemble logiquement ordonné de règles permettant de produire un résultat.

4 Ces références critiques sont évoquées par Heargreaves Heap (1992) à propos des développements récents en théorie économique autour de la rationalité expressive.

5 Pour une analyse plus précise de la réflexion dans le jugement de l’acteur-spectateur on pourra se référer à Fernandes & Kandil (1997).

6 Pour une réflexion plus précise sur la présence de principes universels à l’œuvre dans les actes ordinaires de la vie économique, voir l’article de Robert Salais dans le présent volume.

7 Ainsi qu’il a été dit précédemment, prendre en compte les actes économiques en eux-mêmes implique de remettre en cause la structure formelle de l’action sous-jacente aux modèles de décision. Pour ces derniers, la réalisation de l’action n’est qu’une mise en application du moment décisif du choix. Cependant, on pourrait objecter que, dans une perspective dynamique de type théorie des jeux, le moment d’effectivité est pris en compte à travers l’influence qu’il exerce sur la modification des données du choix : il permet d’accumuler des informations sur l’environnement dans le cadre d’un processus d’apprentissage par essais et erreurs ; il peut générer également un processus de révision des croyances. Pourtant, en aucun cas, cette prise en compte de la réalisation passée de l’action n’influe sur les préférences elles-mêmes ; et le problème de rationalité reste toujours un problème lié au moment théorique de la décision, autrement dit un problème de consistance des désirs indépendamment même de leur contenu.

8 Pour une analyse plus précise de la nature de ces désirs, voir Berthoud (1994).

9 Il est ici fait allusion au jugement réfléchissant, tel que Kant (1989) le met en œuvre.

10 On rejoint ici l’usage que Robert Salais et Michael Storper font de la logique de mondes possibles dans l’analyse de l’action productive (Salais & Storper, 1993).

11 Ce principe d’unité peut être uniquement formel et/ou matériel. En tant que formel, il est exclusivement logique et se rapporte au contenu de sens de la fin visée ; en tant que matériel, il renferme des évaluations de type moral.

12 Concernant les limites du calcul des probabilités et de son usage en économie, voir les articles de Marion Glatron et Dorothée Rivaud-Danset dans ce volume.

Auteur

Économiste, doctorante à l’IDHE-Cachan et attachée temporaire d’éducation et de recherche (ATER) à l’École Normale Supérieure de Fontenay.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search