Version classiqueVersion mobile

Institutions et conventions

 | 
Robert Salais
, 
Élisabeth Chatel
, 
Dorothée Rivaud-Danset

La rationalité en situation d’incertitude

Keynes, Ramsey et les probabilités

Un débat fondateur pour la théorie de l’action économique

Keynes, Ramsey and Probabilities. A Founding Debate for the Economic Action Theory

Keynes, Ramsey und die Wahrscheinlichkeitstheorie : eine Grundsatzdiskussion bezüglich der Lehre von den ökonomischen Aktionen

Marion Glatron

Résumé

Cet article revient aux discussions qui eurent lieu dans les années vingt sur les probabilités, dont deux protagonistes furent Ramsey et Keynes. S’il semble que l’on puisse opposer action ramséyenne et raison keynésienne – Ramsey ayant apparemment plus que Keynes le souci du jugement pratique et de la mise en œuvre de la logique dans l’action – il s’avère, à y regarder de plus près, que l’« action » sous-tendue par la logique ramséyenne des probabilités se résume à l’élaboration de plans. Comme dans le modèle walrassien, l’agent économique n’est pas réellement inscrit dans le temps et ne sait pas faire face à une incertitude « radicale », c’est-à-dire non prise en compte dans le plan d’action. Ce n’est pas le cas dans la théorie keynésienne qui pose les fondements d’une logique de l’action en situation, où les agents sont dotés d’une rationalité telle qu’ils savent s’adapter au mieux (« rationnellement ») à tout ce qui peut advenir. Le retour à ce débat permet de fonder une conception alternative à la conception calculatoire de la rationalité, restaurant la rationalité dans toute sa complexité et toute sa richesse.

Texte intégral

1La question de l’incertitude est centrale dans les développements récents de la science économique. Comment agissent les agents quand l’information dont ils disposent n’est pas parfaite ? Comment procéder à une optimisation lorsqu’on ne sait pas quelles sont les différentes configurations ou conséquences de notre action et de l’état du monde ? Comment rendre compte de comportements rationnels qui ne sont pas fondés sur des connaissances certaines mais sur des croyances partielles ?

2Les économistes semblent avoir répondu à ce problème en faisant appel au principe de maximisation de l’espérance de l’utilité. En incertitude, ce que les agents maximisent, ce n’est pas leur utilité (ils ne la connaissent pas de façon certaine puisqu’elle dépend de l’alternative qui se réalise effectivement), mais l’espérance de leur utilité, calculée à partir de la prise en compte de toutes les issues possibles, chacune étant affectée par un coefficient représentant la probabilité de sa réalisation.

3Cette solution qui permet d’étendre le principe fondamental d’action des agents économiques – l’optimisation – à des situations plus « réalistes » que ne le permettait l’hypothèse lourde d’information parfaite, n’est pas sans prêter le flanc à la critique. Elle suppose tout d’abord des capacités cognitives très étendues chez les agents économiques ; elle repose ensuite sur le postulat d’un nombre fini d’états du monde, nécessaire au calcul de l’espérance (cf. fig. 1). Les agents sont donc supposés capables de lister les différentes issues possibles et d’y associer une distribution de probabilités. Cette opération d’attribution de probabilités aux différents scénarios envisageables est au cœur de la théorie économique de la prise de décision en incertitude. L’incertitude est de type probabilisable et non radicale (Knight, 1971).

Fig. 1

4En incertain, les agents, procédant à des calculs d’optimisation fondés sur des distributions de probabilités, font reposer leur maximisation rationnelle sur leurs croyances. La pierre d’angle de cette construction théorique implique une certaine conception des probabilités : il faut en effet supposer que l’on peut procéder à des calculs formellement logiques à partir de croyances dont on ne connaît pas nécessairement les fondements. Cette conception est celle que développe Franck Ramsey dans les années vingt, en réponse à la théorie keynésienne des probabilités exposée dans A Treatise on Probability (Keynes, 1973a). Tous deux soucieux de rendre compte des actions fondées sur nos croyances partielles, Ramsey et Keynes développent deux théories concurrentes des probabilités épistémiques. Contrairement aux probabilités aléatoires, qui ont pour objet les lois stochastiques des processus aléatoires, la théorie épistémique des probabilités tente d’attribuer des degrés raisonnables à des croyances dans des propositions (Hacking, 1978). Selon Hacking, ces deux versions de l’approche épistémique des probabilités s’opposent comme deux écoles dominantes. L’école représentée par Keynes et Jeffreys envisage les probabilités comme des relations logiques entre des propositions, l’école représentée par Ramsey et de Finetti considère que la probabilité attribuée à une proposition est fonction du jugement personnel, mais que ce jugement est soumis à des impératifs de cohérence.

5L’opposition de ces deux théories se joue certes au sein même de la théorie des probabilités. Mais du point de vue de l’économiste, la controverse est aussi intéressante, en particulier dans ses conséquences sur la conception de la décision et de l’action des agents économiques. En effet, selon que l’on considère que les probabilités peuvent faire l’objet de calculs ou non, on sera à même de développer une théorie calculatoire de la décision ou au contraire de soutenir que l’action économique relève d’un processus trop complexe pour être entièrement rationalisé, et doit s’appuyer sur des supports tels que les conventions, les règles, les habitudes, les repères dans une situation.

  • 1 Il ne s’agit pas ici de déterrer un débat cambridgien des années vingt pour le seul plaisir des his (...)

6À travers la confrontation entre les positions de Keynes et de Ramsey, et en reprenant le débat entre ces deux auteurs, nous voudrions ici revenir sur le rôle joué par les probabilités dans la théorie de la décision en incertain et montrer comment la théorie keynésienne des probabilités peut servir de levier pour contrer une vision par trop calculatoire de la prise de décision afin de pouvoir rendre compte d’actions économiques qui soient des actions situées1.

7Après avoir rappelé les termes du débat entre Keynes et Ramsey sur la nature des jugements de probabilité et sur la façon de fonder une logique à partir de ces jugements, nous revenons sur la caractérisation de ce débat comme affrontement d’une théorie de la décision (keynésienne) et d’une théorie de l’action (ramseyenne). Pour ce faire, nous examinons en quoi la théorie de Ramsey repose effectivement sur une théorie de l’action, et montrons les limites de cette interprétation en précisant quelle conception de l’action sous-tend cette théorie : une conception de l’action comme exécution de plans. Nous lui opposons le modèle de l’action qui peut être inféré du Traité de probabilité de Keynes, un modèle de l’action en situation reposant sur le jugement pratique des individus. Une telle conception semble mieux à même de rendre compte de ce que font les agents économiques quand ils doivent agir en incertitude.

Le débat Keynes-Ramsey

  • 2 Ramsey parle d’arguments qui ne permettent pas de conclure, l’expression en anglais étant « inconcl (...)

8Dans A Treatise on Probability, paru en 1921, Keynes entend faire œuvre de logicien. Traiter les relations de probabilité comme des relations logiques permet de prendre en compte la croyance rationnelle dans les motivations d’une action. Comme Keynes, Ramsey se place du côté des logiciens par opposition aux statisticiens. Il prend ainsi position dès les premières lignes de la préface de Truth and Probability : « Dans cet essai, la théorie des probabilités est considérée comme une branche de la logique, la logique de la croyance partielle et des arguments qui ne mènent pas à la certitude.2 » (Ramsey, 1931, p. 157). Pour autant, il n’ignore pas, mais laisse délibérément de côté, les probabilités utiles aux statisticiens, les probabilités de type fréquentiste.

9Cependant les conceptions défendues par les deux auteurs semblent fort différentes. Si l’on suit la présentation générale proposée par Andreas Kamlah (1991), on est tenté de classer l’interprétation de Ramsey du côté de l’interprétation subjectiviste alors que la théorie keynésienne relève sans nul doute de l’interprétation logique des probabilités. Avant de préciser la nature du débat qui opposa Keynes à Ramsey dans les années 1920, il est nécessaire de présenter brièvement chacune de ces deux théories qui tentent de répondre à une même question : comment peut-on rendre compte, en logique, de l’existence et de la pertinence des croyances partielles ?

Deux approches différentes des probabilités logiques

10Pour Keynes, les probabilités sont rattachées à la part de nos connaissances que nous obtenons non pas directement (intuition, mémoire…) mais indirectement, par argument, c’est-à-dire à ces connaissances qui ne relèvent pas de l’induction pure et qui, sans être certaines, ont pourtant quelque poids. La probabilité est attribuée non à un événement, mais à une proposition. Elle mesure le degré de croyance que l’on peut avoir dans cette proposition, compte tenu de nos « prémisses ultimes », c’est-à-dire des connaissances (un ensemble de propositions) dont nous disposons. La probabilité est donc fondamentalement une relation logique entre deux propositions ou ensembles de propositions : la proposition dont on cherche à savoir dans quelle mesure il est raisonnable d’y croire et l’ensemble des propositions qui forment notre corpus de connaissances.

11L’originalité et la portée de la théorie keynésienne des probabilités tiennent surtout à l’affirmation de la pluralité de façons de construire cette relation. Les probabilités varient selon le corpus de connaissances auquel la proposition est rapportée, donc selon l’individu et selon le temps. En ce sens, elles sont relatives, personnelles et datées. Néanmoins elles relèvent de la logique et non du caprice du sujet qui forme un jugement de probabilité : une fois déterminé le corpus de connaissances auquel on rapporte la proposition, les relations entre ces deux ensembles de propositions sont objectivement valides et répondent aux lois de la logique.

12La probabilité, telle que la conçoit Ramsey, mesure notre degré de croyance rationnelle. Cependant, l’optique adoptée consiste à se focaliser non sur la recherche des fondements rationnels de nos croyances, mais sur la logique que l’on élabore à partir de ces croyances prises comme telles. Ramsey propose donc une méthode psychologique de mesure de la croyance. Le principe est le suivant : on s’en remet à son jugement personnel, de l’ordre du constat – « je crois en cette proposition » – ; on mesure la force de cette croyance en recherchant dans quelle mesure on est prêt à agir sur la base de cette proposition. Autrement dit, on parie, et on révèle ainsi le degré de croyance que l’on a. Dans un deuxième temps, on se donne les moyens de mettre en place une logique des probabilités, dotée d’une véritable axiomatique : on attribue une valeur au degré de croyance, grâce à la référence à une proposition éthiquement neutre ; on peut alors élaborer un calcul des probabilités, établir des comparaisons, ce qui ouvre la possibilité d’étendre ces procédures à la recherche d’optimisation.

Les termes du débat

À la recherche d’une incohérence

13La première critique que Ramsey adresse à Keynes est plutôt une précision qu’une critique de fond. Ramsey remarque que la définition du degré d’une probabilité proposée par Keynes n’est pas valable pour les probabilités non mesurables. En effet, Keynes affirme que si une connaissance de h justifie une croyance rationnelle en a de degré α, alors on dit qu’il y a une relation de probabilité de degré a entre a et h. Cette identité entre degré de croyance rationnelle et degré d’une relation de probabilité pose évidemment problème lorsqu’on en vient au chapitre des probabilités non mesurables. Si l’on suppose que ces deux degrés sont identiques ou, comme le propose Ramsey dans un premier temps, qu’ils se correspondent un à un, alors dire qu’il y a des probabilités non mesurables – c’est-à-dire nier que la relation de probabilité ait un degré – entraîne la négation de l’existence d’un degré de croyance rationnelle dans la proposition considérée. Or un degré de croyance rationnelle est de l’ordre des nombres et, avance Ramsey, l’on pourrait même imaginer de le mesurer par un instrument tel qu’un psychogalvanomètre. Il faut donc abandonner l’hypothèse d’une correspondance bi-univoque entre l’ensemble des degrés de croyance rationnelle et l’ensemble des degrés de relations de probabilité, et supposer que les degrés de croyance, qui sont toujours mesurables, ne correspondent pas un à un avec les relations de probabilité qui les justifient.

14Cette critique relève plus d’une précision du travail de Keynes que d’une remise en cause de sa théorie. Certes Keynes ne reprend pas la question de la définition du degré de probabilité quand il aborde le cas des probabilités non mesurables, et, en ce sens, il y a là un manque dans sa théorie. La définition du degré de probabilité d’une relation n’est avancée que dans un premier temps de l’exposé de la théorie des probabilités, lorsque Keynes parle d’une façon générale des probabilités, sans avoir encore évoqué la question plus délicate des probabilités non mesurables. Cette première critique de Ramsey entend combler ce manque, préciser un point qui semble effectivement incohérent. Pourtant, on peut penser que Keynes maintient qu’il est des degrés de probabilité non mesurables, et que ces degrés de probabilité sont des degrés de croyance rationnelle. Dire qu’une relation de probabilité n’est pas mesurable, c’est affirmer qu’il n’y a pas de fondement pour croire rationnellement à tant pour cent, ou plus, ou moins, dans l’ensemble de propositions qui forme la conclusion. On se trouve alors dans une situation d’indécision face à laquelle même un hypothétique psychogalvanomètre risque fort d’être impuissant. Et lorsque, comme le font les assureurs, des valeurs sont attribuées à des possibilités concurrentes, c’est avec le souci, non de déterminer précisément des degrés de croyance, mais de se ménager un profit, quelle que soit la proposition qui se vérifie. La diversité des raisons de croire prévient en effet l’attribution d’une valeur à un degré de croyance. Ainsi en est-il dans l’exemple, développé par Keynes, d’un courtier qui doit assurer des commerçants contre la hausse des taxes relatives à un des trois produits que sont le thé, le sucre et le whisky. Il s’en remet à sa quasi-certitude qu’un seul de ces trois produits sera concerné par une hausse des taxes, à l’opinion répandue qu’il est plus vraisemblable que ce soit le whisky, puis le thé et enfin le sucre, qui vienne en premier. S’il fixe les montants d’assurance respectivement à 30 %, 40 % et 45 %, il s’assure un profit de 15 %, que sa cotation soit arbitraire ou non. L’opération effectuée par ce courtier ne relève pas d’une mesure des probabilités, mais de la fixation d’un prix, auquel les commerçants peuvent décider de s’assurer ou non. Les valeurs respectives de 3/10, 4/10 et 45/100 sont fixées, souligne Keynes, selon une technique de bookmaker, et non en fonction de la croyance attribuée à chacune de ces trois occurrences.

  • 3 Dans son article de 1997, Anna Carabelli rappelle la différence aristotélicienne entre précision et (...)

15La critique de Ramsey semble donc reposer sur une certaine interprétation de la théorie keynésienne. Il est un point sur lequel ceci apparaît évident. Lorsque Ramsey avance l’hypothèse d’une relation d’isomorphisme entre l’ensemble des relations de probabilité et l’ensemble des degrés de croyance rationnelle, il semble qu’il y ait à la fois méprise quant à la théorie keynésienne et projection sur cette théorie de la conception de Ramsey. Méprise parce que Keynes ne peut pas vouloir dire qu’il y a une correspondance entre un ensemble d’éléments que l’on peut soumettre à la mesure et un ensemble d’éléments plus flous en tant qu’ils relèvent d’une opération de jugement en situation. Keynes ne peut pas être plus précis, comme le lui demande Ramsey, mais seulement plus exact3. Projection, parce que mettre en avant la mesure des degrés de croyance en les détachants des relations de probabilité constitue un premier pas vers la thèse de Ramsey. Selon lui, il n’est pas besoin de connaître les relations de probabilité ; qu’elles relèvent ou non de la logique, on peut fonder un calcul des probabilités, élément essentiel de la théorie de la décision. En définitive, la critique de Ramsey à Keynes montre combien Ramsey tient à la mesure des degrés de croyance rationnelle et combien peu à la logique des relations de probabilité elles-mêmes. Peu importe que les relations de probabilité soient ou non mesurables, puisque les degrés de croyance rationnelle, eux, le sont. En ce sens, cette première critique ne semble pas si secondaire que Ramsey veut bien le dire. Elle est la première déconstruction, la faille dans laquelle Ramsey n’a plus qu’à enfoncer le coin de la deuxième critique, dévastatrice pour la théorie keynésienne.

Les relations de probabilité n’existent pas

16La critique principale adressée à Keynes est une critique que Ramsey juge fondamentale : « Il n’existe rien de tel que les relations de probabilité décrites par Keynes. » Et la preuve en est que l’on ne perçoit pas ces relations : « Je ne les perçois pas, et si on doit me persuader qu’elles existent, c’est par argument. » (Ramsey, 1931, p. 161). À cette critique positiviste, l’on peut objecter que les relations de probabilité peuvent être entendues comme une abstraction théorique à laquelle on ne demande pas d’être effectivement perceptible pour nous aider à penser la rationalité de certaines de nos croyances. Mais Ramsey (comme Keynes d’ailleurs) suppose implicitement l’existence d’une réalité objective, perceptible, indépendante des cadres interprétatifs, extérieure à toute opération de saisie de cette réalité. Son argument consiste à souligner la difficulté de prendre des décisions à partir de relations qu’on ne perçoit pas. Ce que remet en cause cette critique est ni plus ni moins l’idée fondamentale de Keynes selon laquelle les relations de probabilité existent en dehors des personnes et sont objectivement valides. Alors toute la construction keynésienne, et notamment la défense d’une logique des probabilités, s’effondre. C’est, dit Ramsey, comme si tout le monde connaissait les lois de la géométrie, mais que personne n’était capable de dire ce qu’est un rond ou un carré. La critique est destructrice, simple, efficace.

17On peut lire cette critique comme une remise en cause de l’existence de propositions secondaires. Cherchant à établir que les croyances partielles, pour être incertaines, n’en procèdent pas moins de la connaissance, Keynes introduit dans son développement la notion de proposition secondaire. Une proposition secondaire est une proposition que l’on connaît avec certitude et qui énonce que la proposition a porté le degré de probabilité a en relation avec l’ensemble de propositions h. Alors, un degré probable de croyance rationnelle dans une proposition vient de la connaissance d’une proposition secondaire ; les probabilités procèdent de la connaissance, et relèvent de ce que Keynes appelle la connaissance indirecte. Ce que Ramsey semble donc mettre en doute dans cette deuxième critique, ce sont l’existence et la connaissance de ces propositions secondaires, c’est-à-dire le fondement logique des relations de probabilité en ce qu’elles relèveraient du même type de connaissance que les propositions certaines. Ceci non pour contester le caractère logique des probabilités, mais, en quelque sorte, pour le fonder plus fermement. Il faut alors placer la logique sur la base de ce que nous percevons avec certitude, à savoir la croyance elle-même, plutôt que sur la base de propositions que nous ne percevons pas, et qui sont donc fragiles.

18Selon Ramsey, il y aurait deux types de logique : la logique formelle qui ne concerne rien d’autre que les règles de la pensée cohérente, et la logique humaine qui concerne l’analyse de nos habitudes mentales, sur la base desquelles nous traitons le matériau que nous fournissent nos perceptions et notre mémoire, de façon à parvenir à la vérité, ou du moins à nous en approcher. Les probabilités ne concernent pas les relations objectives entre des propositions, mais les degrés de croyance. Ramsey réussit à montrer, par une technique de révélation des croyances et de mesure de leur intensité, que le calcul des probabilités revient à un ensemble de règles qui assurent que le système de croyances dont nous disposons est un système cohérent. Donc le calcul des probabilités appartient à la logique formelle. L’enjeu est le même que celui qui sous-tend la théorie keynésienne des probabilités ; il s’agit de montrer comment la théorie des probabilités se rattache à la logique.

19Les deux auteurs, malgré une divergence fondamentale de vue sur la façon de construire les probabilités, se retrouvent sur l’idée que celles-ci relèvent de la logique, et que les croyances partielles font partie de l’exercice de notre rationalité. Pour l’un comme pour l’autre, le terme de croyance n’est pas incompatible avec l’étude des comportements rationnels. Mais leurs conceptions du lien entre probabilité et logique diffèrent : si Ramsey fait porter ses efforts sur le rattachement des probabilités à la logique formelle, Keynes insiste au contraire pour les ramener à la logique humaine.

Keynes vaincu ?

20« So far I yield to Ramsey – I think he is right. » (Keynes, 1956, p. 118). Keynes semble donc céder à Ramsey, accepter la critique et reconnaître les limites de sa propre théorie. Le débat entre Keynes et Ramsey ne fit pas beaucoup de bruit dans le cercle cambridgien, et encore moins à l’extérieur de ce cercle. Le retrait de Keynes et la mort prématurée de Ramsey ont donc clos le débat. En réalité il semble que Keynes accepte une théorie des probabilités plus fréquentiste que la sienne, mais qu’il ne se range pas totalement à la critique de Ramsey, notamment parce que celui-ci ne distingue pas croyance en général et croyance rationnelle, et parce qu’il aplatit, ce faisant, la distinction, essentielle pour Keynes, entre rationalité et raison (Gerrard, 1992, p. 88). Par ailleurs, une lecture de Keynes met en lumière la continuité de la pensée keynésienne et la fidélité aux principes exposés dans son Traité de probabilité. C’est la lecture proposée par O’Donnell ou Carabelli. Dans son ouvrage de 1988, Carabelli défend l’idée que le Traité de probabilité constitue en quelque sorte le traité de la méthode de Keynes, et que l’on retrouve dans la suite de son œuvre des témoignages de sa fidélité aux principes qu’il y expose. Selon cette interprétation, son allégeance à Ramsey ne serait donc que bien superficielle.

21Rappelant cette controverse entre Keynes et Ramsey, Skidelsky oppose les deux auteurs sur la théorie des probabilités comme deux représentants de générations différentes, Keynes ayant davantage subi l’influence de Moore, et Ramsey celle de Wittgenstein. Mais sa formule pour distinguer les deux théoriciens est plus ramassée encore. Selon lui, Keynes doterait ses agents de ce qui est nécessaire à la décision : la raison, et Ramsey les doterait de ce qui est nécessaire à l’action : le calcul (Skidelsky, 1992, p. 71). Skidelsky abonde donc dans le sens de Ramsey en rejetant Keynes du côté de l’introspection antérieure à l’action et Ramsey du côté de l’action. Outre que cette opposition est contestable, Skidelsky dessine ici une frontière nette entre décision et action, ce qui mérite d’être questionné. Il paraît également nécessaire de préciser les liens éventuels entre calcul et action. Il faut alors revenir sur la théorie de l’action sous-jacente au modèle calculatoire de Ramsey et opposée à la théorie de la décision de Keynes, pour établir l’inverse : c’est sur les bases ramseyennes que se développe la théorie calculatoire de la décision, alors qu’on peut rechercher chez Keynes les fondements d’une théorie de l’action qui échappe à cette emprise du calcul.

Une théorie de l’action contre une théorie de la décision ?

22Le jugement porté par Skidelsky est un jugement essentiellement comparatif, et de ce fait un peu caricatural. Ce n’est qu’en comparaison de la théorie ramseyenne que la théorie keynésienne des probabilités est rejetée du côté de la décision. Pour autant ce jugement n’est pas totalement dépourvu de fondement, car on peut trouver chez Keynes des éléments pour le soutenir. Il est indéniable que les probabilités ont chez Keynes partie liée avec la théorie de la connaissance. Ce sont les probabilités qui permettent un traitement philosophique de la connaissance que nous obtenons indirectement, par argument. Elles se rapportent aux croyances, certes partielles mais néanmoins rationnelles, sur lesquelles nous fondons nos actions. Étant par nature une relation logique entre deux ensembles de propositions, la connaissance de la probabilité implique le recours à l’analyse, et de ce fait relève plutôt d’une opération d’introspection.

23Au contraire, la théorie ramseyenne des probabilités apparaît plus proche d’une problématique de l’action. D’une certaine façon, on peut dire que c’est une théorie plus méfiante par rapport aux questions de logique pure. D’ailleurs Ramsey parle de partial belief, alors que Keynes, davantage soucieux de marquer le lien entre probabilités et rationalité, parle de rational belief. La théorie de Ramsey se veut plus psychologique que logique ou rationnelle : « Personne, estimant un degré de probabilité, ne se contente de contempler les deux propositions supposées être reliées par la relation de probabilité. Tout le monde examine son propre degré de croyance, réel ou hypothétique. » (Ramsey, 1931, p. 163). La croyance est tirée du côté du phénomène psychologique plutôt que du côté rationnel. Elle est prise comme telle, nul n’est besoin d’en rechercher les fondements rationnels. La théorie des probabilités est ici une théorie subjective, ou mieux, personnaliste, des probabilités, où l’on s’en remet à son jugement personnel.

La logique de l’action au cœur de la théorie ramseyenne des probabilités

24Chez Ramsey, la construction des probabilités repose entièrement sur le lien entre croyance et action. En effet, la probabilité que j’attribue à une proposition, c’est-à-dire le degré de ma croyance dans cette proposition, se mesure à ma disposition à agir sur la base de cette croyance. En ce sens, Ramsey est fidèle à son projet pragmatiste, qu’il exprime ainsi : « L’essence du pragmatisme, je considère que c’est ça, que le sens d’une phrase doit être défini en référence aux actions auxquelles l’affirmation de cette phrase conduirait, ou, pour le dire de façon encore plus vague, par ses causes et effets possibles. De ça, je suis certain, mais de rien de plus défini. » (Cité par Keynes, 1956, p. 117). Et c’est par l’intermédiaire de cette mesure que la théorie des probabilités sort du domaine de l’arbitraire pour accéder au statut de logique formelle. Le problème central devient alors un problème de mesure. La théorie des probabilités repose sur la mesure des croyances.

25Quelles sont les croyances susceptibles de mesure ? Seules sont mesurables, et donc concernées par les probabilités, les croyances qui constituent une base pour l’action. Après avoir rejeté une première méthode de mesure, introspective, qui consisterait à attribuer un degré à sa croyance selon l’intensité du sentiment de croyance ressenti, Ramsey opte pour une seconde méthode, plus rigoureuse, consistant à évaluer le degré de croyance dans une proposition par notre disposition à agir comme si cette proposition était vraie. Les probabilités ne mesurent pas un sentiment, ni une croyance générale, mais des croyances sur la base desquelles on est prêt à agir (« belief qua basis of action »). Seul ce type de croyance est intéressant pour une théorie des probabilités, et seul il permet d’élaborer une mesure des croyances, et donc une axiomatique ramenant la logique des probabilités du côté de la logique formelle et des sciences exactes : « Les lois de la probabilité sont des lois de cohérence, une extension aux croyances partielles de la logique formelle, la logique de la cohérence. » (Ramsey, 1931, p. 182).

26L’exemple du carrefour, que prend Ramsey pour illustrer sa méthode de mesure des croyances, est éclairant.

Je suis à un carrefour où se trouvent deux chemins différents. Un des deux me semble être le bon, mais je n’en suis pas sûr. Je l’emprunte, mais reste en alerte, prêt à demander mon chemin si je vois quelqu’un. Supposons que je voie quelqu’un dans un champ, à un demi-mile de distance. Vais-je ou non l’interroger ? La réponse à cette interrogation dépend de l’inconvénient relatif qu’il y a à sortir du chemin, de celui qui découle du fait de continuer sur la mauvaise route, et de la mesure dans laquelle je crois que j’ai raison.

27On peut alors, affirme Ramsey,

utiliser la distance comme une mesure de la confiance dans mon opinion.
Soit
f(x) le désavantage de parcourir x yards,
r l’avantage d’arriver à la bonne destination,
w l’avantage d’arriver à la mauvaise destination.
Mon degré de croyance en la proposition « je suis sur la bonne route » est donné par

  • 4 Le calcul se fait de la façon suivante : le bien résultant du fait de ne pas demander à chaque fois (...)

d est la distance maximum que je suis prêt à parcourir, mesurée, si j’agissais de la même façon n fois, dont np fois où « je suis sur la bonne route » et n(1-p) où je suis sur la mauvaise.4

28On voit dans cet exemple l’importance du lien entre croyance et action : l’action de me détourner de mon chemin pour demander un renseignement dépend directement de l’intensité de ma croyance. Ainsi pour Ramsey, la croyance est ce qui fonde l’action, ce qui l’explique. L’action procède causalement de la croyance. Selon Emmanuel Picavet, l’apport spécifique de Ramsey se situe à ce point précis, là où l’auteur « opère une transformation dans le statut même de la croyance, envisagée comme entité explicative dans le contexte d’une philosophie de l’action » (Picavet, 1994, p. 318). Que l’action soit centrale dans la théorie ramseyenne des probabilités ne doit pas faire perdre de vue quel type d’action est concerné par cette construction intellectuelle. Il faut donc clarifier davantage la conception de l’action qui sous-tend l’élaboration théorique de Ramsey.

29La théorie des probabilités développée par Ramsey s’inscrit dans son projet pragmatiste. De là à rejeter la théorie keynésienne du côté de l’introspection et de la raison il n’y a qu’un pas, que nous ne franchirons pourtant pas, du moins pas avant d’avoir interrogé la notion d’action sous-jacente à la théorie ramseyenne, également à l’œuvre dans l’axiomatique de Savage, qui prolonge la thématique présentée dans Truth and Probability.

Théorie économique de l’action

30Les lecteurs contemporains ont tendance à lire Ramsey à la lumière de l’axiomatisation de Savage. S’il semble important, pour le débat qui nous préoccupe ici, de faire la part des responsabilités et de rendre à Ramsey ce qui lui appartient en propre, il n’en reste pas moins que c’est le travail de formalisation de Savage qui a été utilisé comme fondement de la théorie de la décision en incertitude. Comment choisit-on rationnellement son action en incertain ? Quels liens existe-t-il entre préférences, croyances et action ?

Croyances, action et préférences

  • 5 Il faut entendre par « bien » non un bien physique, élément de (...)

31Pour parvenir à une mesure de nos degrés de croyance, cœur de la construction ramseyenne des probabilités, il faut recourir à une méthode de pari améliorée. Ramsey commence donc par postuler une « théorie psychologique générale », selon laquelle nous agissons de la façon que nous pensons la mieux à même de réaliser les objets de nos désirs. L’individu choisira alors le cours d’action qui lui permettra d’obtenir la plus grande somme de « biens »5. Mais en présence d’incertitude, il faut introduire ce que Ramsey dénomme la « loi psychologique » de l’espérance mathématique. Selon cette loi, si p est une proposition dont le sujet ne sait pas si elle est vraie ou fausse, tout bien ou mal pour la réalisation duquel p est une condition nécessaire et suffisante entre dans son calcul, multiplié par un même coefficient, appelé « degré de croyance en p ». Cela implique évidemment que le sujet soit doté de capacités cognitives importantes, ce que Ramsey explicite clairement comme une de ses hypothèses : « Supposons que notre sujet n’ait de doute sur rien, mais ait des opinions sur toutes les propositions ».

32Pour tester le degré de croyance du sujet dans différentes propositions, on lui fait comparer des mondes qui diffèrent entre eux par les propositions qui y sont vraies ou fausses. On suppose que le sujet a des préférences sur les mondes possibles, et qu’il est capable de les classer dans un certain ordre, de sorte qu’il existe des classes de mondes regroupant tous les mondes de même valeur (ce sont donc des classes d’indifférence), et un ordre de préférence sur l’ensemble des mondes possibles. On lui propose alors de choisir entre différents mondes, sous condition de la proposition dont on cherche à tester le degré de croyance chez le sujet considéré. Par exemple on lui demande de choisir entre le monde A dans tous les cas et l’alternative : le monde B si p est vraie, le monde G si p est fausse. S’il est certain que p est vraie, alors il compare entre les mondes A et B. S’il n’en est pas certain, le choix est plus compliqué. Toute l’axiomatique de Ramsey est construite sur ce postulat de base : le sujet peut classer différentes réalisations du monde, ou, autrement dit, différents mondes possibles, par ordre de préférence. Dans cette opération de révélation, la donnée dont dispose le sujet est constituée de ses préférences, le résultat de ses comparaisons de mondes étant de révéler ses degrés de croyance dans diverses propositions, c’est-à-dire d’exprimer ses probabilités subjectives comme un ensemble cohérent et répondant aux lois de la logique formelle.

33Cette méthode repose sur l’hypothèse que le sujet, au moment du choix, est conscient de toutes les conséquences de la vérité/fausseté des propositions de monde qu’il préfère, son choix étant guidé par la recherche de la meilleure issue possible (ce qui ressemble fort à une procédure d’optimisation). En vertu d’une hypothèse de rationalité minimale (qui ressemble, quoique Ramsey l’en distingue, à la rationalité utilitariste), le sujet choisira toujours le cours d’action dont il pense qu’il le mènera à la somme de biens la plus importante. On voit dès lors des ponts se dessiner entre théorie walrassienne de la décision économique et théorie ramseyenne des probabilités. Ces liens entre les deux théories sont étayés par certains caractères de parenté que la théorie des probabilités de Ramsey entretient avec les fondements théoriques de l’équilibre général walrassien. La rationalité des agents, qu’elle soit fondée sur des principes strictement utilitaristes ou sur ce que Ramsey désigne comme une loi psychologique générale et approximative, procède de la recherche de la somme de biens maximale. En outre, on retrouve dans les deux ensembles théoriques une figure transcendante, le Tout-puissant auquel Ramsey fait appel pour proposer au sujet tous les mondes possibles (« all possible courses of the world »), faisant écho à la figure surplombante du secrétaire de marché walrassien. Mais la parenté est certainement la plus forte sur un point essentiel : la conception de l’action et l’importance prise par le calcul.

L’action est un plan

  • 6 « It is proposed that the choice of a policy or plan be regarded as a single decision. » (Savage, 1 (...)
  • 7 Nous traduisons par « ne pas se lancer à l’aveuglette » l’expression anglaise utilisée par Savage : (...)

34Tout comme dans la théorie walrassienne, l’action telle qu’elle apparaît dans la formalisation ramseyenne, et surtout dans l’axiomatisation de Savage qui s’en inspire, se ramène à l’élaboration d’un plan, d’une décision rationnelle. Ainsi les agents de l’équilibre général walrassien élaborent dans l’isolement des ordres de vente et d’achat des différents biens de l’économie pour chacun des vecteurs de prix criés par le secrétaire de marché. Une fois les plans individuels compatibles, c’est-à-dire lorsque le secrétaire a trouvé par tâtonnement le vecteur qui permet d’égaliser simultanément l’offre agrégée et la demande agrégée sur tous les marchés, les agents procèdent à des échanges, selon une procédure qui reste mal déterminée. Ils ne font plus qu’exécuter, de façon mystérieuse, les plans qu’ils ont formés pour le vecteur de prix qui se révèle être le prix d’équilibre. Dans cette phase d’exécution, aucune fantaisie, aucun jeu stratégique, aucune variation par rapport à ce qui a été annoncé n’est envisageable. D’une certaine façon, on retrouve le même type de schéma dans l’axiomatisation de Savage. Chez Savage en effet, décider de l’acte que l’on va entreprendre, c’est envisager toutes les conséquences possibles de cet acte, à savoir ses conséquences dans chaque état du monde qui peut se réaliser. Un acte est donc « une fonction associant une conséquence à chaque état possible du monde » (Savage, 1947, p. 14). Et l’on choisit ses actes en fonction de leurs conséquences possibles. Pour avancer dans la théorie de la décision, Savage propose de considérer une ligne de conduite ou un plan comme une décision singulière6, ce qui revient à concentrer la décision au moment présent, une fois pour toutes. Cette façon d’envisager la décision est restreinte aux situations réalistes, c’est-à-dire non pour l’ensemble des conséquences de nos actes pour le reste de notre vie, mais seulement pour des situations où l’on peut décrire l’ensemble des conséquences. Ces situations de la vie courante amènent des questions éminemment pratiques : faut-il ou non casser directement le sixième œuf de l’omelette dans le bol qui contient les cinq premiers ? Vaut-il mieux s’acheter une raquette ou un maillot de bain lorsqu’on ne sait pas où aura lieu le déjeuner sur l’herbe samedi prochain ? Il reste que, dans ces situations délimitées par la nécessité de l’action, c’est bien le principe de ne pas se lancer à l’aveuglette7 qui doit prévaloir, un principe dans la perspective duquel les actes, les décisions et les événements ne s’inscrivent pas dans le temps : « La personne choisit “maintenant” une fois pour toutes ; elle n’a rien à attendre, parce que sa décision prend en compte toutes les contingences. »

35Dans ces deux théories, l’action est un choix dans une liste de possibilités que l’agent connaît. Il choisit l’action qui maximise l’espérance de sa fonction d’utilité, calculée à partir d’une distribution de probabilités qui correspond aux croyances qu’il a formées sur les différentes réalisations possibles du monde. Une fois ce choix rationnel effectué, il l’applique. La décision est donc prise ex ante (c’est toute la logique et la problématique de l’incertitude), et l’agent ne prend pas en considération le fait qu’il puisse arriver quelque chose de nouveau que son calcul aurait oublié. On suppose donc la même omniscience que dans la construction walrassienne, et, dans une théorie comme dans l’autre, on trouve le même vide sur l’émergence de nouveau et sur la prise en compte de la temporalité. Chez Savage pas plus que chez Walras on ne trouve donc un moment de l’action distinct du moment de la décision.

36Avec cette modélisation qui repose sur la prédéfinition des états du monde possibles, la seule incertitude réside dans l’état du monde qui se réalise effectivement, non dans la liste de ces états possibles. Il n’y a pas de production de nouveau en cours d’action, et en particulier pas de considération pour l’interaction, la rencontre, les personnes en présence. Le calcul apparaît alors comme un substitut à l’action. La décision vaut action. Et tout ce qui peut advenir en cours d’action, telle que la rencontre d’un homme susceptible d’indiquer le bon chemin, est pris en compte dans les enchaînements d’actes, dans le plan de l’action. D’une certaine façon, on élimine donc, ce faisant, toute source réelle d’incertitude, au sens où ce terme désigne l’émergence d’un imprévu dans le déroulement de l’action.

37La question du réalisme que Ramsey avait opposée à Keynes peut donc être reprise à présent. Il n’est peut-être pas réaliste effectivement de s’en remettre, dans une procédure de choix, à une relation entre propositions que l’on ne perçoit pas. Mais on peut légitimement se demander si l’appareil nécessaire à la construction théorique de Ramsey est plus réaliste, et surtout plus économe en moyens attribués aux agents. Ramsey alourdit considérablement les capacités cognitives de son sujet, ou plus exactement les capacités cognitives mobilisées dans le processus de décision, à tel point qu’il doit faire appel à un artifice théorique, représenté par le Tout-puissant, seul capable de connaître et de proposer au sujet les différents cours du monde afin que ce dernier les classe par ordre de préférence.

38Une autre question peut être adressée à la conception de l’action sous-jacente aux développements de Ramsey et de Savage : la question de la possibilité logique de choisir entre plusieurs options dans un moment de délibération distinct du temps de l’action. L’idée centrale chez Ramsey, comme chez Savage, selon laquelle les préférences se révèlent dans le choix des actions, semble entrer en contradiction avec la méthode de mesure qu’ils proposent. Si la disposition à agir se mesure effectivement par la réalisation de l’action, alors la théorie des probabilités et celle de l’action en incertitude qu’elle soutient deviennent sans intérêt, parce que vides d’objets. On ne connaît la préférence du sujet que lorsque l’on sait ce qu’il a effectivement préféré. Le calcul intervient a posteriori, ce qui revient à supposer le problème résolu ; il ne nous est d’aucune aide pour penser et traiter les situations d’incertitude. Si, au contraire, l’on suppose que la disposition à agir peut se mesurer a priori, en détaillant les conséquences de l’engagement sur un mauvais chemin ou celles de casser un œuf pourri dans une omelette, on se situe dans un temps antérieur à l’engagement dans l’action. Il faut alors poser une continuité dans la nature des situations de jeu et des situations d’action. Le moment de la décision doit suffire à révéler les préférences, par simple abstraction. Il doit donc y avoir une représentation de la situation assez fine pour que l’on puisse, hors du moment de l’action, exprimer ses préférences. L’hypothèse qu’il est possible de lister les différents états du monde réalisables est ici essentielle. Cette méthode conduit à considérer que l’action est identique, qu’elle soit conçue de façon abstraite ou qu’elle soit mise en œuvre dans un contexte particulier.

39Qu’une philosophie de l’action se trouve au cœur de la théorie ramseyenne des probabilités et, à sa suite, de l’axiomatisation de Savage, cela ne fait guère de doute. Mais il s’agit d’une théorie de l’action qui ne distingue pas vraiment entre le moment de la décision et le moment de l’action, et qui ne laisse à l’action que la portion congrue, celle de la simple exécution de plans élaborés selon une procédure rationnelle. À cette conception de l’action comme simple exécution d’une décision, on peut opposer une conception qui redonne une dimension spécifique à la réalisation d’une action, dans un contexte où peut émerger du nouveau. C’est dans les développements probabilistes de Keynes que nous essayons de trouver les linéaments pour un tel renouvellement de la théorie de l’action.

La théorie keynésienne des probabilités, base d’un renouvellement de la théorie de l’action économique

40Le Traité de probabilité de Keynes semble ouvrir sur une nouvelle conception de l’économie en général (notions d’incertitude, d’appréhension du futur, importance accordée à l’action plutôt qu’à la décision…) et de l’action économique en particulier. En innovant dans le champ de la logique, Keynes ouvre pour la théorie économique des perspectives que lui-même explora en partie, mais qui restent pour une large part à défricher. Chez Keynes, non seulement l’action en incertitude est possible, mais elle est nécessaire (par suite de la limitation de nos capacités de connaître), et elle n’échappe pas pour autant à l’exercice de la rationalité. Ce qui intéresse Keynes, dans l’étude des probabilités, est la question de savoir comment nous pouvons agir rationnellement, ou plus exactement comment certaines de nos actions qui ne sont pas guidées par une connaissance certaine sont néanmoins rationnelles. Le Traité de probabilité établit en quoi nos croyances, et les actions qui reposent sur ces dernières, sont rationnelles. Cette conception de la rationalité des actions en incertitude présente l’avantage de tenir compte de la complexité de la réalité dans laquelle sont plongés les acteurs et de mettre l’accent sur la dimension pratique de la rationalité exercée.

La complexité du réel

41L’ancrage pratique de la rationalité suppose que l’on tient compte de la diversité des informations disponibles au moment d’agir. La force de la théorie keynésienne des probabilités repose sur le refus de la simplification et de la réduction du réel à des données susceptibles d’être la base de calculs. La complexité du réel est donc intégrée dans la conception de l’action. Si tout n’est pas réductible au calcul, il faut prendre en compte les ressources effectivement mobilisées par Facteur pour juger et agir, et les prendre en compte précisément dans leur diversité.

La diversité des façons de juger

42À la source de la diversité des façons de juger se trouve la diversité des raisons de croire en des conclusions différentes. Et ces raisons cohabitent dans une situation. L’exemple du concours de beauté fait apparaître cette complexité irréductible. Selon les éléments que l’on retient pour juger le cas, les conclusions du jugement seront différentes, et les actions engagées en conséquence varieront.

43Une participante à un concours de beauté estime avoir été privée de la chance de concourir, alors qu’elle avait déjà été sélectionnée lors d’une première épreuve. Quel est alors le montant des réparations qui lui est dû pour compenser la perte du prix qu’elle aurait pu gagner, eût-elle concouru ? La probabilité de la proposition « la plaignante gagne le concours » est diversement évaluée, selon que l’on considère que la participante était à égalité avec les cinquante autres femmes sélectionnées à la première étape, et qu’elle avait en cette qualité douze chances sur cinquante d’être retenue parmi les douze gagnantes du prix, ou que l’on prend en compte le fait qu’elle avait plus de chances que d’autres de figurer parmi les gagnantes parce que, parmi les cinquante premières, certaines étaient en réalité premières de leur district, d’autres deuxièmes ou troisièmes, ou encore que l’on met l’accent sur le fait que la deuxième épreuve était d’une telle nature (entrevue avec le jury) que l’on ne peut raisonnablement pas évaluer la chance de la plaignante d’être finalement retenue, le goût de l’arbitre étant déterminant.

  • 8 Le terme employé par Keynes est « rough ».

44Mais cette diversité évaluée ne mènerait qu’au désarroi, et donc à l’inaction, si ne se manifestait la nécessité d’agir, et d’agir de la manière la plus rationnelle qui soit. Le juge qui a pris note de la diversité des façons de juger de la probabilité que la plaignante figure parmi les douze gagnantes, simplifie le cas et laisse la justice brute8 suivre son cours en ignorant une partie des faits pour trancher. En la dédommageant d’une somme égale aux douze cinquantièmes du prix du concours, il ignore le fait que la plaignante avait plus de douze chances sur cinquante d’être retenue, dans la mesure où elle était première de son district. Cette nécessité pour les hommes de pratique de trancher dans l’indécidable et d’agir en accord avec leur raison les place directement dans le déroulement de l’action. Ainsi le comportement rationnel, ou pour mieux dire raisonnable, consiste à ne pas se perdre en tergiversations infinies et à agir. Il ne s’agit pas seulement de procéder à une sorte de minimisation des coûts de calcul, ou de prendre acte de la limitation de nos capacités cognitives, mais véritablement de tenir compte de la difficulté tenant à l’indécidabilité de certaines alternatives. La rationalité sort alors de l’espace du calcul pour se projeter dans l’espace de l’action.

Sortir de l’espace du calcul

45Alors que la théorie des probabilités se résume la plupart du temps au calcul des probabilités et se limite en conséquence aux cas où la représentation algébrique est possible, Keynes met l’accent non sur le calcul, mais sur la logique des probabilités. Il se fonde sur la pratique des jugements pour mettre en évidence des cas où aucune valeur ne peut être attribuée à un argument. En ce qui concerne la mesure, la probabilité est analogue à la similarité : on ne peut pas dire qu’une chose est deux ou trois fois plus similaire qu’une autre à une troisième. Et si elles mettent en œuvre des fondements différents, on ne peut pas dire qu’une généralisation est plus probable qu’une autre. La limitation dans la possibilité d’attribuer des valeurs aux probabilités et de les comparer conduit à mettre en doute la possibilité de prendre des décisions par le recours au calcul. Ce que rend alors impossible cette conception des probabilités, c’est la maximisation de l’utilité espérée. Keynes, de même que Knight à la même époque, distingue entre ce que l’on a pris l’habitude, à la suite de ce dernier, de désigner comme le risque et l’incertitude. Dans le troisième chapitre, alors qu’il est en train de multiplier les exemples de cas où les assureurs fixent des taux sans connaître la valeur réelle des risques, Keynes (1973a, p. 25) fait remarquer que

Les souscripteurs eux-mêmes distinguent les risques qui sont effectivement assurables, soit parce que leur probabilité peut être estimée relativement précisément, soit parce qu’il est possible de faire un registre consignant toutes les possibilités, et les autres risques que l’on ne peut pas traiter de cette façon et qui ne peuvent pas faire l’objet d’une assurance normale, même si un pari peut parfois en tenir lieu.

46En reprenant cette distinction, il est aisé de constater que sont ici opposés les risques auxquels on peut attribuer une valeur et ceux pour lesquels il est impossible de le faire.

47Si l’on ne peut pas toujours prendre ses décisions en se reposant sur un calcul, la question se pose de savoir comment nous décidons lorsque « nous ne savons pas, tout simplement ». La réponse avancée par Keynes en 1937 est compatible avec ce qu’il développe dans le Traité de probabilité. Il est des questions pour lesquelles nous sommes dépourvus de base scientifique sur laquelle fonder un calcul de probabilité quel qu’il soit.

Néanmoins la nécessité de l’action et de la décision nous oblige, en hommes de pratique, à faire de notre mieux pour fermer les yeux sur cette question délicate et nous comporter exactement comme nous le ferions si nous pouvions nous appuyer sur un bon calcul à la Bentham avec une série d’avantages et de désavantages projetés, chacun multiplié par la probabilité qui convient, et attendant d’être additionné. (Keynes, 1973b)

48L’importance du jugement pratique chez Keynes apparaît dans l’effort qu’il fait pour rendre compte des fondements valides de l’action, y compris lorsque ceux-ci ne peuvent pas se traduire par un calcul, faute de valeurs à attribuer aux différentes éventualités, ou même de pouvoir concevoir ces éventualités.

Une raison pratique

49Devant la complexité du réel que Keynes se refuse à escamoter, la rationalité ne disparaît pas. Les ressources mobilisées sont propres à l’acteur qui mène l’action, et c’est lui qui construit les éléments pertinents qui lui permettent de juger en raison, et par là d’agir. La rationalité en incertitude s’exerce donc réellement, mais de façon à la fois personnelle et contingente.

Une connaissance personnelle

50Comme les probabilités sont des relations logiques entre des prémisses et des conclusions, le degré de croyance que l’on peut avoir rationnellement dans une conclusion dépend de la composition de ces prémisses. Une même proposition sera connue avec des degrés variables de probabilité selon le corpus de connaissances auquel elle est ramenée. Parce que la probabilité ne porte pas sur la proposition elle-même mais sur la relation entre prémisses et conclusion, un changement des prémisses entraîne une modification de la probabilité attachée à la conclusion. Mais cette modification n’invalide pas la relation entre les prémisses précédentes et la conclusion. Susceptible de varier dans le temps, par exemple par acquisition d’informations nouvelles précisant celles dont Facteur disposait déjà, le degré de croyance dans une proposition varie évidemment aussi d’un individu à l’autre. Les prémisses sont donc dans une large mesure individuelles. Elles dépendent des connaissances propres à l’individu, qu’il mobilise dans la compréhension d’une situation, c’est-à-dire à la fois des connaissances qu’il possède et de la sélection qu’il opère. Ces connaissances sont « directes » quand elles sont acquises par la contemplation des objets de ses sensations, de ses idées et de ses perceptions. Elles sont « indirectes » quand elles sont obtenues par raisonnement. Dans un cas comme dans l’autre, elles lui sont personnelles.

51Les axiomes logiques à l’œuvre dans le Traité de probabilité sont objectivement valides. Les relations que l’on établit entre les propositions sont en effet de nature logique, et d’une logique qui n’a rien de personnel. Il s’agit de la logique universelle. Mais la connaissance de ces axiomes, quant à elle, est relative à la constitution de l’esprit humain, lequel varie de quelques degrés d’un homme à l’autre. C’est-à-dire que deux individus ne perçoivent pas nécessairement les mêmes liens logiques entre des propositions. Il en résulte une manière personnelle de construire les relations (logiques par essence) de probabilité. À la singularité de la sélection de l’information vient donc s’ajouter la singularité de la façon dont elle est traitée. La connaissance est donc personnelle, relative à un individu.

52L’action qui procède de cette connaissance de la situation, et de cette façon personnelle de la mettre en forme, est donc à la fois rationnelle et propre à l’individu qui l’entreprend. En ce sens, une action ne peut être comprise qu’en relation avec l’individu singulier qui la mène, et ne peut être qualifiée de logique ou de rationnelle que rapportée à la raison particulière exercée par l’acteur. La raison est dans l’acteur et l’action ne peut être dissociée de la perception qu’il a de son environnement et de la mise en forme qu’il en infère. Un choix raisonnable est par conséquent éminemment personnel et logique à la fois. La logique est conçue du point de vue de facteur, mais reste toutefois valide objectivement. Le foyer de la raison n’est pas décentré ; il est dans l’acteur au cœur de la situation.

Une délibération dam le cours d’action

53Reprocher à Keynes de placer ses acteurs dans l’espace de la raison et non dans celui de l’action apparaît donc à présent relever d’une incompréhension de sa théorie. Il y a certes chez cet auteur un temps de la délibération, où facteur construit des relations logiques entre ses prémisses et sa conclusion, mais, à la différence de la conception de Ramsey ou de Savage, ce temps n’est pas soustrait au temps de l’action. Il en fait au contraire pleinement partie. La délibération est prise dans le contexte, informée par la perception de facteur qui mène l’action, indissociable de cet acteur et de sa saisie de la situation. Le temps de la délibération n’est pas un temps suspendu, un temps pour une décision qui serait ensuite appliquée, mais un temps coextensif au temps de l’action, qui en fait partie. La délibération n’est donc pas un moment d’abstraction et d’analyse, mais au contraire une immersion.

54Cette conception de la délibération est compatible avec une conception riche du temps où il advient du nouveau. On peut trouver chez Keynes des éléments qui militent en faveur d’un traitement de l’action qui laisse une place à l’avènement de nouveau dans le cours d’action. En particulier cette idée que le temps apporte du neuf apparaît dans un autre exemple de règlement d’une affaire judiciaire. Un éleveur de chevaux avait passé contrat pour l’année 1909 avec le propriétaire d’un étalon de race nommé Cyllene, pour faire inséminer une de ses juments. Or le propriétaire de l’étalon a vendu celui-ci sans en informer l’éleveur, et l’a envoyé en Amérique du Sud. Comment faut-il dédommager le plaignant ? L’estimation que le plaignant fait de sa perte de profit se fonde sur le profit moyen qu’il a réalisé au cours des quatre dernières années en vendant des poulains engendrés par Cyllene. Cependant Keynes fait remarquer, et cela nous intéresse ici, qu’une telle estimation se fonde sur une succession de contingences : notamment que Cyllene serait vivant et bien portant au moment du service, que la jument serait également vivante et en bonne santé, mais aussi qu’elle ne serait pas stérile, ne perdrait pas le poulain en cours de gestation, et que celui-ci naîtrait vivant et en bonne santé (Keynes, 1973, p. 25-26). La proposition « le poulain rapporte 700 guinées » dépend donc d’un emboîtement de probabilités. Et il semble qu’il y ait une infinité de contingences qui puisse être prise en compte, et seulement a posteriori. Ce que souligne cette façon de concevoir les probabilités, c’est l’importance accordée à la succession des étapes entre des prémisses et une conclusion, chacune de ces étapes ouvrant le champ à plusieurs alternatives. Rien n’est joué d’avance, et à chaque étape est redéfini un ensemble de possibles, qu’on ne peut lister a priori. L’action se déploie dans une temporalité où peut émerger du nouveau. La théorie de l’action s’appuie sur une conception forte du temps.

55L’apport de Keynes à une théorie de l’action, que lui-même ne développa pas comme telle, semble donc se situer dans l’importance qu’il accorde au jugement en situation, à l’exercice d’une raison pratique. Dans son Traité de probabilité, Keynes nous fournit des éléments pour fonder une théorie de l’action en incertain qui ne suppose pas des capacités cognitives lourdes, et surtout qui ne repose pas nécessairement sur un calcul effectué dans un moment de délibération antérieur à l’action. Bref, une théorie de l’action fondée sur le sens pratique des individus placés en situation, dans le déroulement de l’action.

Conclusion

56Dans les années vingt, Keynes et Ramsey développent deux théories concurrentes des probabilités, deux logiques différentes. La voie dans laquelle s’est engagé Ramsey semble avoir triomphé sur celle suivie par Keynes, pour des raisons à la fois contingentes (renouvellement des générations intellectuelles à Cambridge) et plus théoriques (possibilités offertes par les fondements de la théorie ramséyenne des probabilités pour la théorie des choix en économie). Certes Ramsey place l’action au cœur de sa théorie, et sa conception de l’action a surtout le mérite d’être compatible avec celle des néoclassiques. Mais elle ne prend pas en compte le déroulement de l’action dans le temps, ni la survenance d’imprévus. On peut aujourd’hui se tourner vers la voie délaissée par les économistes et chercher chez Keynes les éléments nécessaires pour étayer une nouvelle théorie de l’action économique, qui fasse confiance au jugement pratique des agents en situation. Keynes n’a-t-il pas, mieux que Ramsey, su faire une économie de moyens pour les sujets plongés dans l’action ? En ce sens il avance les fondements pour une théorie de l’action économique non comme simple opération de calcul, mais comme action située. C’est cette voie, ouverte par un économiste illustre, qu’il nous appartient aujourd’hui de creuser.

Bibliographie

Carabelli Anna M. (1988), On Keynes’s Method, St. Martin’s Press, New York.

Carabelli Anna M. (1997), « Keynes on Probability, Uncertainty and Tragic Choices », Colloque de l’European Society for the History of Economic Thought, Marseille, 28 février-2 mars.

Gerrard Bill (1992), « From A Treatise on Probability to the General Theory : Continuity or Change in Keynes’s Thought ? », in B. Gerrard & J. Hillard (eds), The Philosophy and Economics of J. M. Keynes, Aldershot, Hants, Elgar Pub. Co., p. 80-95.

Hacking Ian (1978), The Emergence of Probability, Cambridge, Cambridge University Press.

Kamlah Andreas (1991), « The Decline of the Laplacian Theory of Probability : A Study of Stumpf, von Kries and Meinong », in L. Krüger, L. Daston & M. Heidelberg (eds), The Probabilistic Revolution, Cambridge, MA, MIT Press, p. 91-116.

Keynes John Maynard (1956), Essays and Sketches in Biography, New York, Meridian Books.

Keynes John Maynard (1973a), « A Treatise on Probability », in Id., The Collected Writings of John M. Keynes, Londres, Macmillan, vol. 8 [1921].

Keynes John Maynard (1973b), « The General Theory of Employment », in Id., The Collected Writings of John M. Keynes, Londres, Macmillan, vol. 14, p. 109-123 [1937].

Knight Franck Hyneman (1971), Risk, Uncertainty, and Profit, Chicago, University of Chicago Press [1921].

Picavet Emmanuel (1994), Choix rationnel et vie publique. Essai sur le principe de rationalité dans les mathématiques de la décision, Paris, Université Paris IV, thèse de doctorat.

Ramsey Franck P. (1931), « Truth and Probability », in R. Braithwaite (ed.), The Foundation of Mathematics and Other Logical Essays, Londres, Macmillan, p. 157-198.

Savage Leonard J. (1947), The Foundations of Statistics, New York, John Wiley & Sons.

Skidelsky Robert (1992), John Maynard Keynes. The Economist as Saviour 1920-1937, Londres, Macmillan, vol. 2.

Notes

1 Il ne s’agit pas ici de déterrer un débat cambridgien des années vingt pour le seul plaisir des historiographes, mais plutôt de remonter à la racine d’une controverse dont l’une des branches a été abandonnée, lorsque Keynes a cédé à Ramsey.

2 Ramsey parle d’arguments qui ne permettent pas de conclure, l’expression en anglais étant « inconclusive arguments ».

3 Dans son article de 1997, Anna Carabelli rappelle la différence aristotélicienne entre précision et exactitude. La précision est adéquate pour les objets mathématiques, et l’exactitude pour les choses indéfinies, non fixées. C’est donc l’exactitude et non la précision qui est appropriée pour l’action humaine (Carabelli, 1997, p. 6).

4 Le calcul se fait de la façon suivante : le bien résultant du fait de ne pas demander à chaque fois est donné par npr+n(I-p)w, soit encore nw+np(r-w). Le bien résultant du fait de demander à chaque fois est donné par nr-nf(x), puisque dans ce cas de figure, je ne me trompe plus de chemin, mais il me faut parcourir x yards pour m’assurer de mon itinéraire.
Je préfère demander confirmation de mon chemin tant que le bien résultant du fait de demander mon chemin à chacune des n itérations est supérieur au bien résultant du fait de ne pas le faire.
nr-nf(x)>nw+np(r-w) –f(x)>w–r+p(r–w) flx)<(r–w)–p(r-w) f(x)<(r–w)(l–p)
d
, la distance maximale que je suis prêt à parcourir, est liée à p par la relation f(d)=(r–w)(l–p). Pour cette distance critique, il m’est indifférent de continuer mon chemin ou de m’en détourner pour vérifier ma route.
On trouve alors pour p la valeur indiquée.

5 Il faut entendre par « bien » non un bien physique, élément de Image 100000000000001C0000001B21175C3AF96CB7B3.png, mais ce que Ramsey appelle un « bien ultime », « quelque chose que la personne désire », et qu’il suppose numériquement mesurable et additif. Ces biens sont ainsi dénommés par rapport au désir des personnes, et non en référence à des notions d’éthique.

6 « It is proposed that the choice of a policy or plan be regarded as a single decision. » (Savage, 1947, p. 16).

7 Nous traduisons par « ne pas se lancer à l’aveuglette » l’expression anglaise utilisée par Savage : « Look before you leap. »

8 Le terme employé par Keynes est « rough ».

Auteur

Économiste, doctorante à l’Université de Paris X Nanterre.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search