Version classiqueVersion mobile

Institutions et conventions

 | 
Robert Salais
, 
Élisabeth Chatel
, 
Dorothée Rivaud-Danset

Présentation

Robert Salais, Élisabeth Chatel et Dorothée Rivaud-Danset

Texte intégral

1L’origine de cet ouvrage est une volonté commune de réfléchir au concept de possibilité. Non en philosophes, mais en économistes et spécialistes des sciences sociales intéressés ou parties prenantes au développement des questions posées par « l’économie des conventions ». On considère ici l’action économique comme une action qui vise, dans la situation dans laquelle elle est prise, à s’ouvrir des possibilités. À peine énoncée, la relation entre action économique et possibilité soulève cependant diverses difficultés. La possibilité se définit-elle par le résultat probable ou atteint de l’action, autrement dit comme quelque chose qui peut s’atteindre, se pratiquer, se justifier et, finalement, s’énoncer ? Ou est-elle un sens, une direction de l’action qui apparaît dans son cours et n’est saisissable, théoriquement et pratiquement, que dans ce cours ? Est-elle de l’ordre cognitif d’une anticipation, de l’ordre psychologique d’une représentation, ou le résultat d’une enquête pragmatique sur la situation ? Quel principe d’économie la possibilité noue-t-elle dans l’action entre les fins et les moyens ? Exige-t-elle la présence d’une norme qui autorise sa venue ? Celle d’un accord préalable des participants ? Comment peut-elle surgir du cours d’une action collective ? Sous-entend-on qu’il y a nécessairement plusieurs, voire un nombre indéfini de possibilités offertes dans un cours d’action ?

2Plutôt que de tenter, tâche vaine, de répondre à de telles questions, l’ouvrage prend le concept de possibilité comme le fondement d’un questionnement, direct ou indirect, des théories économiques qui s’intéressent à l’action rationnelle, aux problèmes de coordination et aux institutions. Dans nos actions ordinaires, la manière d’atteindre nos fins est plus ou moins satisfaisante et pas toujours conforme à nos attentes, il nous arrive de mesurer nos fins à l’aune de ce que nous croyons réalisable ; de même nos comportements ne sont pas indépendants des normes sociales en vigueur. Il n’empêche que nous tirons des enseignements de ce que nous et les autres avons fait et que nous disposons en règle générale d’une certaine compétence à réussir ce que nous entreprenons. L’acteur rationnel de la théorie économique et sociologique standard, jugé à l’aune des hypothèses d’omniscience et d’omnipotence, est en revanche en difficulté dans les situations de la vie courante. Aussi est-il muni par la théorie d’un arsenal impressionnant d’informations, de prévisions, de dispositifs institutionnels sophistiqués destinés à lui éviter de s’égarer. Cet ouvrage inverse le raisonnement habituel et se demande comment des acteurs ordinaires (personnes ou entreprises, par exemple) arrivent, avec des ressources limitées et des capacités a priori largement diffusées, à se coordonner dans les circonstances de la vie économique courante comme pour la réalisation de projets collectifs complexes. La méthode à retenir repose sur deux principes modestes : la raréfaction des hypothèses théoriques formulées pour l’action rationnelle, de sorte que l’acteur n’est plus supposé tendre vers l’omniscience mais vers le jugement et l’action raisonnables ; une analyse en compréhension faite de « l’intérieur » des actions et coordinations effectives. Ces deux principes sont adoptés dans les travaux développés dans le champ de l’économie des conventions. La réflexivité de l’action n’est supposée ni spéculaire, ni purement calculatoire : l’acteur n’est pas un pur spectateur. Il observe et réfléchit pour mieux agir et, ce dans l’action même. L’action individuelle prend en compte dans sa formulation et sa mise en œuvre la dimension collective du projet dans lequel elle s’insère. Elle prend sens dans une configuration collective grâce à laquelle la situation d’action s’ouvre vers un devenir réalisable, vers des possibles accessibles. De même le théoricien n’est pas qu’un spectateur adoptant, pour mieux cacher (ou oublier) ses finalités normatives, une posture de strict observateur scientifique ; il lie, dans sa méthode, connaissance et action publique sur et dans le monde économique et social. Cet effort pour maîtriser la relation entre connaissance et action publique est la condition même de la scientificité d’une démarche théorique.

3Les dix contributions qui forment cet ouvrage sont librement organisées selon une progression qui va du problème de l’action rationnelle à celui de l’institution. L’attention que nous portons au concept de possibilité exige ce parcours. Car son enjeu ultime est de contribuer aux efforts actuels pour redéfinir le lien entre institution et action individuelle et collective. La vision dominante dans les sciences sociales est de considérer l’action comme un comportement au service exclusif d’intérêts partisans, individuels ou corporatifs, et d’attribuer à l’institution seule la charge des choix collectifs. L’institution est conçue comme un cadre incitatif et contraignant des comportements. La créativité sociale de l’action œuvrant à s’ouvrir des possibilités n’est pas considérée. Les travaux propres à l’économie des conventions, en revanche, en se plaçant dans une optique de coordination, s’intéressent à des acteurs qui savent qu’ils vivent en société et qui savent aussi qu’un cours d’action est générateur d’imprévu. Ils établissent ainsi un lien entre action et institution qui doit passer par un effort conjoint de redéfinition de chacun de ces deux termes.

4Les trois premières contributions (Dorothée Rivaud-Danset, Marion Glatron, Simo Knuuttila) portent sur la rationalité en situation d’incertitude, celle-ci étant entendue comme l’émergence d’un imprévu dans le déroulement, singulier et irréversible, de l’action. Elles font émerger l’importance du concept de possibilité. Les trois suivantes (Élisabeth Chatel, Hélène Vérin, Feriei Kandil) s’intéressent aux fondements pragmatiques et collectifs de l’action. Elles explicitent les conditions d’un passage du comportement rationnel, au sens standard, à l’action déployant une raison pratique. Les quatre dernières contributions (Jean De Munck, Evelyne Serverin, Claude Didry, Robert Salais) abordent le problème de l’institution à partir de sa présence dans la coordination et de son lien avec l’engagement d’actions délibérées. Nous présenterons successivement ces trois groupes de contributions avant de conclure sur l’acception du concept de convention qui s’en dégage.

Action rationnelle dans l’incertain et possibilité

5Indépendamment l’un de l’autre, Knight et Keynes ont à peu près en même temps (dans les années 1910-1920), et dans le même cadre (leur thèse), traité du problème de l’action rationnelle dans l’incertain selon des prémisses assez voisines (contributions de Dorothée Rivaud-Danset et Marion Glatron). L’un comme l’autre ont ouvert des pistes de recherche qui sont restées inexplorées en raison de la domination ultérieure du positivisme logique en économie. Rouvrir ces pistes exige de traiter du concept de possibilité (contribution de Simo Knuuttila).

6L’axiomatique néo-classique, qui découle des travaux de Savage dans les années 1950, comprend l’action comme le simple suivi d’un plan optimal. Celui-ci est décidé avant l’engagement de l’action par un calcul maximisant Futilité espérée sur des ensembles pré-définis d’états futurs du monde et d’actes. L’incertitude, statique, porte uniquement sur la prévision de l’état du monde qui se réalisera parmi les états pré-définis. À chaque état du monde, l’acteur attribue une probabilité subjective, mesurant sa croyance en la réalisation de cet état. L’action se résume en un choix (subjectif) entre alternatives (objectives). La démarche étend la probabilité fréquentiste à des situations qui n’en relèvent pas et la traite de plus à l’égal d’une pure probabilité mathématique, laquelle ne vaut, en toute rigueur, que pour les stricts jeux de chance (comme le lancement d’un dé).

7Knight lie, en revanche, l’incertitude à l’action humaine et, pour cette raison, sépare la probabilité mathématique pure des jugements de probabilité qui mobilisent, dans la perspective de l’action à entreprendre, les connaissances de l’acteur. Ces jugements décrivent un continuum qui va, d’un côté, d’une mesure de la probabilité fondée sur la fréquence des cas similaires, et qui peut être établie objectivement, jusqu’à, de l’autre, une estimation reposant sur les capacités de jugement personnelles (l’expérience, la spécialisation) de l’acteur et sur la confiance qu’il leur accorde. Ainsi l’activité de connaissance (qui va bien au-delà de la formation d’une croyance ou de la recherche d’information, car elle exprime le besoin d’une prise effective sur le monde réel) est-elle intégrée dans l’action. La diversité des modalités de jugement est prise en compte et l’incertitude propre à la nouveauté des situations saisie positivement comme une ouverture.

8Pour Keynes, la probabilité est, en premier lieu, une relation logique entre un corps de connaissances posant les prémisses et une proposition que formule une personne sur la situation. Elle fonde un degré de croyance en raison (a rational belief), lequel est personnel, situé et daté, en ladite proposition. Elle relève donc, comme chez Knight, de l’ordre du jugement. Ramsey qui critiqua la conception de Keynes au profit d’une conception psychologique en termes de croyance subjective, ainsi que Savage, s’en tiennent à la logique formelle d’un choix rationnel précédant l’action. Keynes plaide au contraire pour une logique de l’action humaine prise dans son cours. L’ancrage pratique de la rationalité implique que tout n’est pas réductible au calcul ; diverses façons de juger en raison cohabitent dans une situation. Si elles mettent en œuvre des fondements différents, on ne peut pas dire qu’une généralisation est plus probable qu’une autre. La raison est dans l’acteur et ne peut être dissociée de la connaissance de son environnement qu’il mobilise dans le moment de l’action. Tirer Knight et Keynes, comme cela a été fait dans nombre de travaux contemporains, vers l’irrationalité et la pure subjectivité face à l’incertain est un contresens. Il faut, plutôt, bâtir sur les fondations rationalistes qu’ils ont laissées. Dans cette perspective, il est fécond de rapprocher Knight et son intérêt pour le traitement de l’incertitude en situation singulière ainsi que Keynes et sa conception des probabilités comme une relation logique et non fréquentiste, d’une ligne de pensée, ancienne, préoccupée par le concept de possibilité.

9La contribution de Simo Knuuttila discute du concept de possibilité dans l’histoire de la logique et montre ce que la logique moderne doit aux penseurs du Moyen Âge, qui se dégagent peu à peu de la philosophie antique. Les événements singuliers ont posé à Aristote des difficultés qu’il n’a pu surmonter, les bases de sa pensée modale le conduisant à considérer que le critère de validation d’un possible est l’actualisation, au sens de l’effectivité. Pour échapper à l’implication déterministe de cette vision, qu’Aristote lui-même dénonçait, il eût fallu qu’il conçoive la possibilité comme une potentialité se rapportant à des éventualités synchroniques dont le critère de validation est épistémique, au sens où l’énoncé est correct du point de vue de la théorie de la connaissance. Cette conception moderne apparaît en Occident au Moyen Âge, sous l’influence de la pensée théologique, avec la conception de Dieu faisant un choix entre des histoires alternatives, et, in fine, l’idée que l’ensemble des possibles a primauté sur le pouvoir divin.

10Le passage s’effectue des possibilités saisies comme probabilités statistiques, ou des futurs alternatifs diachroniques dont l’actualisation est jugée plus ou moins nécessaire, vers les possibilités saisies comme des potentialités qui peuvent rester non réalisées. Ce passage fait émerger l’idée moderne de « mondes possibles », au sens de sous-ensembles cohérents (l’ensemble de ce qui peut être pensé sans contradiction ou compossible) alternatifs, accessibles à un moment donné. Ce nouveau paradigme suppose une interprétation des événements singuliers où le jugement et la montée en généralité se réfèrent à des « mondes possibles » ; cette interprétation relève de la lecture de re (in sensu diviso), alors que la lecture de dicto (in sensu composito), qui n’admet qu’un seul état du monde, conduit à des contradictions logiques.

11L’incertitude se trouve ainsi redéfinie. Dans la conception moderne de la théorie économique, l’incertitude est liée à nos actes – ce qui pourrait ouvrir sur la notion de possibilité – alors que l’incertitude provenant de la « nature » ne peut admettre qu’un traitement probabiliste. L’analyse standard maintient cependant l’opposition classique entre le sujet et l’objet, l’interne et l’externe, l’acteur et son environnement ; elle persiste à concevoir l’incertitude comme une nuisance, la certitude étant le cadre optimal pour un acteur décideur. Or, l’environnement dont fait partie l’acteur se modifie à mesure que ce dernier agit, en partie du fait même de cette action et du fait que cette action s’insère dans une coordination. Prendre en compte ce facteur aboutirait à ce que ce soit la formation des possibles qui prime sur le repli sur la certitude.

Raison pratique et action économique

12L’optimalité de la relation entre les moyens et les fins selon un principe d’économie définit le domaine de l’économie en tant que science sociale. La vision purement instrumentale de ce principe commence aujourd’hui à être battue en brèche. Les contributions d’Élisabeth Chatel et d’Hélène Vérin analysent en compréhension des situations où les acteurs visent à mettre en œuvre ce principe d’économie dans des contextes marqués de singularité et d’irréversibilité (apprentissage ; réalisation d’un ouvrage artificiel). L’acteur s’y révèle pris entre la singularité de l’action qu’il mène et l’exigence de montée en généralité : son action, pour être réalisable, doit être intelligible et acceptable par autrui. La contribution de Feriel Kandil explicite le programme théorique qu’implique le besoin de passer du comportement rationnel instrumental à l’action économique fondée sur une raison pratique.

13Élisabeth Chatel montre qu’une approche pragmatique de l’économie de l’éducation en termes d’action éducative permet de comprendre en quoi l’école produit des apprentissages. L’école ne se limite pas à doter des capacités innées d’un signalement pour les futurs employeurs, ni à reproduire des inégalités sociales d’origine. Elle munit les personnes de potentialités. Certes, à la différence de ce que postule la théorie du capital humain, la réalisation future de ces potentialités dans la vie réelle demeure incertaine. Néanmoins, le « moment éducatif » – autrement dit l’action collective qui se déroule dans une classe en un temps défini et organisé – s’appuie sur l’usage de dispositifs institués (tels que curricula, diplômes préparés, emplois du temps, etc.) et se déploie autour d’une relation réciproque entre enseignement et évaluation. Pour le maître comme pour les élèves, l’épreuve d’évaluation est au quotidien à l’horizon des attentes du travail d’apprentissage. Bien qu’elle soit largement enclose dans l’école, la relation des fins aux moyens est sans cesse présente et redéfinie dans la singularité des actions. Elle est le problème pratique autour duquel se structure et s’ajuste dans son déroulement concret l’action éducative. Le jugement sur les potentialités acquises en est le centre.

14Les matériaux recueillis montrent que s’expriment des conceptions différentes de ce problème pratique, l’apprentissage. Elles s’organisent à partir de figures opposées comme, par exemple, les deux acceptions du savoir qu’on y observe. Le savoir-verbe suggère un processus actif du type de l’enquête et de l’appropriation, le savoir-substantif évoque à l’opposé un effort pour absorber une quantité donnée de connaissances établies. Ainsi plusieurs mondes de l’éducation (qui sont autant des registres d’action que des formes de jugement) sont accessibles aux enseignants. Une telle pluralité pourrait être mise à profit pour mieux ajuster l’efficience de l’enseignement à la diversité des situations éducatives selon la matière enseignée, les élèves et le contexte.

15La science pratique que tentent d’élaborer les ingénieurs des xvie et xviie siècles, étudiée par Hélène Vérin dans sa contribution, vise à combler, par et dans l’action, le fossé entre la conception logique du possible et sa réalisation pratique. La conception d’un artifice réalisable (comme, pour un architecte, le bâtiment dont il est maître d’ouvrage) oblige à réfléchir à la maîtrise des actions relativement aux parties d’un tout et à la dynamique qui règle la coordination des opérations sur le chantier. Pour ce faire, la science pratique inclut les contraintes d’une économie (un maximum d’effets pour le minimum de moyens), d’une coordination entre savoirs hétérogènes et d’un résultat conforme aux besoins du commanditaire. Elle vise la réduction du hasard inhérent au singulier des situations et à la multiplicité hétérogène des intervenants (autrement dit l’incertain), en procédures enseignables et, donc, disponibles dans des livres.

16Le développement de la science pratique est soumis à une tension entre ce qui peut être formalisé et ce qui doit être laissé à l’« esprit » (au sens de l’époque), c’est-à-dire à la capacité personnelle de discriminer, dans le cours d’action, ce qui convient à ce que l’on se propose de faire ; autrement dit, il est soumis à une tension irréductible – et variable selon ses objets – entre la nécessité (pouvoir répondre à tous les cas possibles) et la perfection (être adéquat à chaque cas selon son particulier). Cette tension est aussi celle qui meut la raison pratique dans l’action. Le projet, contemporain, d’Herbert Simon de fonder une action rationnelle procédurale prend son sens et son importance à la lumière du débat propre aux ingénieurs de la Renaissance, car il est, comme pour eux, celui d’une théorie de la résolution des problèmes par une approche heuristique. Mais il dévoile aussi sa limite : éliminer tout champ d’action réel à la raison pratique au profit d’un modèle d’action qui reproduit par simulation des procédures de résolution de problèmes et considère celles-ci comme des routines.

17Le programme de recherches dont on peut voir, en creux, les prémisses dans les travaux de Knight, Keynes, Simon et d’autres, est ainsi de passer du comportement économique (economic behaviour) fondé sur la rationalité instrumentale, substantielle ou procédurale, à la conception plus large d’une action économique déployant une raison pratique. Feriel Kandil travaille, dans sa contribution, à préciser les fondements de ce passage. Le problème n’est plus d’appliquer une décision préétablie selon un jugement déterminant spéculatif : chercher les moyens les plus économes pour arriver à des fins données et connues (les préférences et le bien-être). L’action est prise dans les contingences de sa réalisation, le principe d’économie qu’elle met en œuvre en est d’autant plus complexe. L’intelligibilité de ce principe n’est pas que théorique et logique. Elle ne peut plus être séparée de sa mise en œuvre ; celle-ci consiste en un processus permanent d’ajustement réciproque des moyens et des fins. Pragmatique dans son cours, l’action nécessite la présence d’une pluralité de jugements dans laquelle le jugement instrumental est subordonné à un jugement moral et à un jugement de sens.

18Ces deux derniers jugements sont nécessaires à l’effectivité des actions entreprises. Car l’acteur est confronté aux jugements des autres (jugement moral et jugement de sens) en tant qu’acteurs et spectateurs de la situation d’interaction. Il est donc aussi confronté à ses propres jugements. L’acteur est pris dans un cercle herméneutique d’interprétations dont il ne peut s’abstraire et qui le guide. Le jugement de sens, sur lequel insiste Feriel Kandil, évalue l’action selon sa signification et sa direction (les fins poursuivies). Il est réflexif et inscrit dans la situation et le temps de l’action. Il ouvre l’action à des fins qui sont non pas données, mais à réfléchir indéfiniment dans l’action et, ce faisant, il la rend possible. L’action se déroule dans une structure téléologique, un télos, mais d’un genre particulier. C’est une structure d’attentes (une intentionnalité au sens de Husserl) tendue vers des fins possibles réalisables ; tout en constituant le sens de l’action, elle est aussi dynamiquement constituée par celle-ci. Le jugement déterminant de la rationalité standard est déplacé de l’évaluation probabiliste du degré de certitude d’un état du monde vers l’usage d’une logique des mondes possibles, chaque fin possible ouvrant un monde qu’elle porte en elle.

Institutions et coordination d’actions délibérées

19L’action économique déployant une raison pratique ne peut plus se satisfaire d’une définition extérieure et holiste de l’institution. Car la réflexion pratique qu’elle poursuit dans l’ajustement à son cours, et qui porte sur la relation entre les fins et les moyens mis en œuvre, implique concrètement les institutions dans la coordination. Préciser cette implication est le levier pour formuler différemment, et si possible plus adéquatement, le problème de l’institution.

20La contribution de Jean De Munck permet de saisir ce que l’approche interactionniste et pragmatique de l’institution bouleverse dans la problématique classique de la causalité. Les contributions d’Évelyne Serverin et de Claude Didry portent sur la présence de la règle de droit dans l’action. La contribution de Robert Salais tente d’élucider la nature des accords conventionnels sur lesquels repose l’institution dans sa mise en œuvre, son interprétation et sa fabrication.

21Jean De Munck s’emploie à clarifier les présupposés cognitifs impliqués quand nous parlons d’institution. L’ouvrage de John Searle, The Construction of Social Reality, lui sert de carte logique dans ce travail. Au-delà de la règle, l’institution comporte, pour Searle, deux autres éléments, l’intention collective et le background ou capacités d’arrière-plan. Jean De Munck interroge deux présupposés de cette démarche, le mentalisme et le causalisme. Il ébauche ainsi les contours d’un concept d’institution inscrit dans une philosophie pragmatique interactionniste et non plus intentionnaliste. Au mentalisme de Searle, défenseur de l’intériorité, il oppose le caractère public et l’antériorité de l’institution à l’égard de l’intention collective. Le fait institutionnel est d’emblée un fait partagé, qui trouve racine dans des interactions pragmatiques. Au causalisme pratique il oppose la consistance de l’action qui, dans son déroulement par l’ajustement de l’intention à l’environnement, déborde la règle. Il propose, en conséquence, d’abandonner le vocabulaire de la causalité pour celui de l’interprétation.

22Il convient alors de formuler, dans une direction un peu différente de celle de Searle, la notion de background et d’y voir, non des attentes naturalisées en quelque sorte figées dans le déjà appris, mais des capacités d’interprétation en situation susceptibles de projeter des possibilités et de créer des « pouvoirs d’agir ». De sorte que l’essentiel de la différence avec la démarche de Searle se cristallise dans la catégorie de possibilité, portée par l’institution, au lieu de celle de causalité.

23Les contributions d’Évelyne Serverin et de Claude Didry, s’interrogeant, chacun à sa façon, sur la « juridicisation du monde vécu », réfléchissent à la nature de la présence de la règle de droit dans l’action humaine. Évelyne Serverin examine comment la question est posée dans les divers compartiments de la science juridique. Elle passe d’abord en revue les différentes façons de rendre compte de la production de la règle. C’est, dans les constructions juridiques du monde, un premier mode d’ancrage du droit dans la réalité sociale. L’approche continentale, marquée par la prédominance du droit codifié, ne laisse guère de place aux faits ou aux comportements vis-à-vis de la règle dans la définition du droit, à l’inverse de la tradition juridique du common law dans laquelle la distance du droit aux faits est réduite. Ces démarches, toutes deux exprimées en termes de sources du droit, s’opposent. La première considère le droit en autonomie à l’égard du système social, la seconde plutôt comme un produit social. Mais la réflexion sur les sources du droit cantonne l’action à la sphère juridique et juridictionnelle.

24La sociologie du droit, parce qu’elle se préoccupe de l’application de la règle, interroge les rapports du droit et de l’action selon un second mode d’ancrage. La sociologie des juristes, celle de Carbonnier par exemple, se sépare de celle des sociologues, comme Durkheim ou Weber. Weber, spécialement, fournit les moyens d’étudier la manière dont les sujets s’emparent du droit. Il offre un cadre théorique qui permet d’interpréter la présence qualitativement variable du droit dans les actions, ce qui offre une voie pour dépasser les querelles entre la sociologie et la science juridique. Tout en menant des actions spécifiques, le juriste devient un acteur de la vie sociale parmi les autres et contribue à sa dynamique collective.

25L’analyse de la loi de 1919 sur les conventions collectives, que propose Claude Didry, approfondit cette perspective. Claude Didry montre comment, dans le débat des juristes au tournant du siècle, s’élabore la catégorie juridique de la convention collective par une sorte de récupération de la jurisprudence sur les litiges auxquels donne lieu le contrat collectif de travail sans que, pour autant, la loi puisse être analysée comme le simple reflet des réalités professionnelles hétérogènes qui émergent dans ces litiges. Dans les débats autour de la loi de 1919 s’expriment en effet diverses « sensibilités légales ». L’expression est empruntée à Geertz et désigne les divers « sens de la justice » qui se donnent à voir en situation. Dans une conception inspirée du modèle anglo-saxon, le syndicat est signataire du contrat collectif au nom des intérêts des travailleurs qu’il défend. Mais cette « sensibilité légale » n’est pas compatible avec l’esprit du Code civil dont la vocation universaliste interdit de « stipuler pour autrui ». Le compromis trouvé par le législateur républicain, attentif aux attentes diverses de ses concitoyens, voit dans la convention collective non seulement une réglementation des conditions à venir du travail, mais tout autant le règlement d’un différend en cours. Il peut donc être négocié avec le « groupement » de travailleurs qui se forme dans l’action de grève, « groupement » qui fait l’objet d’une reconnaissance juridique dans la loi.

26Vue comme objet d’analyse, l’institution apparaît, dans l’exemple de la règle de droit, sujette à une double tension. La première tension, qui explique la dynamique législative, se produit entre le questionnement catégoriel propre au monde du droit et la spécificité des « faits » tels qu’ils sont élaborés par la jurisprudence. La seconde, qui explique la dynamique interne de la règle dans ses rapports avec son usage par les acteurs sociaux, oppose deux interprétations de la règle, l’une comme réglementation a priori de la coordination à venir, l’autre comme procédure visant à régler les conflits qui pourraient surgir de son déroulement.

27La contribution de Robert Salais vise à expliciter le problème de l’institution tel qu’il est posé au stade actuel des travaux au sein de l’économie des conventions. Par son théorème dit d’impossibilité, Arrow a défini ce problème comme la maximisation du bien-être social sous condition de préserver la diversité des préférences individuelles à son égard et le caractère démocratique des processus de choix collectif. Ce faisant, il a intégré le problème de l’institution dans ceux de l’action publique et des normes collectives. Toute solution doit combiner justice (distributive) et efficience (productive), se fonder sur un principe d’égalité en liberté entre les individus et résulter d’un choix démocratique. Cette démarche peut être reprise, mais en tentant de tenir compte des multiples critiques et propositions qui ont été formulées en réponse à Arrow. La contribution s’intéresse principalement aux travaux de Rawls et Sen. S’éloignant de l’opposition entre l’État et le marché, traditionnelle en économie, tous deux privilégient les relations entre la personne et l’institution. Rawls conçoit dans ses premiers travaux l’institution comme une practice prenant sens au sein d’une coordination. Sen la relie de manière centrale à l’établissement de ce qu’il appelle « une base informationnelle de jugement en justice ». L’évaluation offerte, pour être juste, doit se faire, selon Sen, hic et nunc de manière à engager des actions correctrices du degré de liberté effective (et non seulement en droit) entre les personnes. Elle est donc située et processuelle.

28La voie suggérée pour développer ces prémisses est de lier l’institution aux problèmes pratiques de coordination que les participants à une action collective visant au bien commun s’attendent à rencontrer lors de sa réalisation. L’institution prend sa réalité et son sens d’une double dynamique : celle du débat sur les normes adéquates pour définir et évaluer le bien commun ; celle issue de la chronique des interprétations en situation de son usage. Elle est à la fois une référence attendue, interne à l’action de chacun, et un cadre mis en œuvre dans le règlement des conflits. Elle rend possible l’engagement d’actions efficientes en garantissant la présence d’un principe de justice si un problème de coordination surgit. L’action publique ne consiste pas à définir et gérer de l’extérieur la bonne institution, puisque celle-ci ne saurait être séparée de sa mise en œuvre, donc des attentes à son égard. Il lui faut plutôt être « bien fondée », c’est-à-dire fondée sur un accord conventionnel portant sur un bien commun et un principe de justice. Cet accord est délibéré en situation et éprouvé ensuite dans les choses que permet ou non de réaliser l’institution. Cet accord relève de ce que Robert Salais nomme « convention de l’État ». La dynamique historique d’une institution résulte de la tension irréductible qui demeure entre délibération et épreuve de réalité. L’optimalité visée par Arrow demeure à son horizon, à la fois recherchée et hors d’atteinte.

29Dire que les institutions ont un fondement conventionnel, c’est les relier doublement à l’action économique : par le biais des attentes de justice et d’effectivité, et par celui des produits qui se réalisent dans l’action. La posture normative ainsi dessinée n’est pas celle d’une optimalité externe, scientifiquement préétablie. Le chercheur trouve, au contraire, sa place en collaborant spécifiquement à l’élaboration collective des normes et des règles par les éclairages qu’il apporte sur la diversité des potentialités offertes, l’explicitation des principes de justice et des théories sociales qui s’affrontent, y compris dans les épreuves de réalité. L’objectivité se trouve ainsi conventionnellement redéfinie. Le principe d’économie qui demeure au centre de l’action en sort renforcé par l’intégration, dans sa mise en œuvre, d’une contrainte dynamique de développement des « capacités des personnes ». Cette contrainte, portée dans la situation par les institutions, est aussi ce qui les emporte dans leur trajectoire. Ainsi peut-on apprécier comment les institutions contribuent à la fabrication conjointe de leur texte et de leur contexte.

Conventions et attentes de l’action

30Le lecteur qui estimerait qu’il faut faire une économie des « conventions » comme il s’en fait du « travail » ou des « services » par exemple, sera déçu. Tel n’est pas notre propos, ni notre projet. On parle peu en cet ouvrage des conventions entendues en ce sens ; néanmoins les conventions y sont omniprésentes. On conclura sur cet apparent paradoxe.

31La solution que nous proposons à ce paradoxe est qu’à la différence des biens ou des institutions (qui sont des objets intentionnels), les conventions ne sont pas des choses. A été maintenue tout au long de l’ouvrage l’idée selon laquelle les conventions participent de la formation des attentes mutuelles entre personnes dans une coordination. Elles sont le langage de l’action – précisément, dans notre ouvrage, le langage de l’action économique. Comme langage, il n’est donc, à strictement parler, ni psychologique, ni cognitif, ni pragmatique ; ni externe, ni interne ; ni de l’ordre du « vécu », ni de celui de la théorie ou de la norme. Il est tout cela à la fois, mais selon des combinaisons à chaque fois spécifiques aux situations d’usage. Ce langage de l’action économique est conventionnel pour les raisons qu’avance David Lewis dans Convention pour le langage en général. Non pas parce que le signe qui désigne la chose est arbitraire, mais parce que son usage est attendu de chacun par chacun dans des situations récurrentes qui sont postulées de connaissance commune dans la communauté d’action en question. Ce langage n’a donc pas de totalité définitive à quelque moment que ce soit, ni d’évolution prévisible. Il n’est tout au plus, à supposer que le recensement en soit possible, que la somme des usages qui en sont faits en un lieu et un moment. Il est, ajouterons-nous, soumis à une interprétation, à une invention possible dans ces usages.

32Le langage de l’action économique est cependant hautement spécifique et c’est ce qui fait qu’il relève de l’économie comme science sociale. Nous l’avons traité ici comme étant le langage d’une raison pratique. On ne peut, arrivé à ce stade du travail collectif, qu’énoncer quelques hypothèses pour des recherches futures. En tant qu’éléments d’un tel langage, les conventions apparaissent structurées autour d’un principe de réalisation de l’action qu’elles énoncent. Une convention est performative : l’acteur qui la suit réalise en effet ce qu’elle énonce. En formant les attentes correspondantes, il accède à un des mondes possibles parmi tous ceux, équivalents, où la convention est, non pas vraie au sens purement logique, mais plus largement effective au sens où la relation réciproque entre fins et moyens qu’elle pose (son intentionnalité) permet à l’action entreprise de réussir. Cette contrainte prospective de réalisation se déplie dans deux directions. D’une part, elle fait entrer autrui dans la situation d’une manière adaptée aux fins poursuivies (on trouve là une propriété classique du langage qui est de supposer pour son emploi une attente – qui est en même temps une contrainte de compréhension réciproque). D’autre part, elle noue ensemble dans le processus d’effectuation de l’action engagée les deux flèches du temps : celle qui, via les attentes de l’action, remonte le temps du futur vers le passé et celle qui, via les équipements mobilisés (règles, objets, etc.) descend le temps du passé vers le futur.

33C’est cette tension temporelle, dans laquelle se meut l’action économique, qui est, nous semble-t-il, la dimension proprement pratique des conventions, dans la mesure où, de plus, elle se combine avec la tension née de la présence d’autrui. Ces tensions font surgir la singularité de la situation et sa diversité inépuisable dans le cours de toute coordination qui vise un certain produit défini. D’elles surgissent à l’inverse les possibilités pratiquement accessibles, lesquelles donnent à l’action sa valeur. Ces tensions posent des problèmes de méthode à l’économie, ceux-là mêmes dont nous avons vu au fil des contributions qu’ils étaient posés par la tradition de l’économie. Y a-t-il, du point de vue d’une économie théorique, une voie intermédiaire – qui serait celle d’une logique du jugement dans l’action, autrement dit d’une logique des possibilités réalisables – entre une axiomatique formelle d’application générale et le récit descriptif singulier à renouveler indéfiniment ? Tel est le premier problème, implicitement soulevé par Knight, Keynes et Simon. Si la délibération individuelle et collective, si nécessaire à l’ajustement des actions au résultat visé par la coordination, ne relève en totalité ni d’une théorie de la décision, ni d’un modèle procédural de la négociation, comment, du point de vue d’une économie politique, en traiter de manière adéquate sinon en élaborant une théorie des institutions ? Tel est le second problème apparu dans les travaux des théoriciens du choix social. En pointant le doigt vers la racine commune de ces problèmes, l’omniprésence du langage des conventions dans la vie économique et sociale au quotidien, le programme de recherches dit « de l’économie des conventions » vise à se donner les moyens d’y répondre de manière adéquate. Les contributions de cet ouvrage tentent d’en faire la démonstration sur quelques exemples.

Auteurs

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search