Version classiqueVersion mobile

Cognition et information en société

 | 
Bernard Conein
, 
Laurent Thévenot

Politiques de l’information

Surveillance et saisie

Deux modèles de l’information personnelle1

Surveillance and Capture. Two Models of Privacy

Panorama-Vision und momentanes Erfassen von Zusammenhängen. Zwei Kontrollmechanismen

Philip E. Agre
Traduction de Frédéric Laville

Résumé

Cet article distingue deux conceptions du contrôle. La première repose sur un modèle de la surveillance, la seconde sur un modèle de la saisie. L’une utilise des métaphores visuelles, l’autre des métaphores linguistiques. Tandis que la première provient historiquement d’expériences politiques, la seconde trouve ses racines dans les pratiques d’application de l’informatique (suivi des activités humaines en temps réel par des ordinateurs).

Texte intégral

  • 1 Traduction partielle de « Surveillance and Capture : Two Models of Privacy », The Information Socie (...)

1Le développement des technologies de l’information a suscité une grande inquiétude concernant l’accumulation et la circulation des informations personnelles. Les questions se rapportant au privé peuvent être conceptualisées de différentes manières. Mais une chose est sûre : les conceptions du privé sont des phénomènes culturels, des produits historiques qui conditionnent la perception de nouveaux phénomènes et se reproduisent ou se transforment de manière exactement similaire aux autres composantes culturelles. Ces conceptions du privé sont particulièrement importantes aujourd’hui, compte tenu de la rapidité avec laquelle continuent d’émerger les nouvelles technologies de l’information et les nouveaux enjeux politiques concernant le privé. Dans cet article, je me propose de distinguer deux modèles culturels du privé :

  1. Le modèle de surveillance, qui domine actuellement le discours public dans le monde anglo-saxon, repose sur des métaphores visuelles et provient historiquement d’expériences de surveillance par la police secrète.

  2. Une alternative moins familière, le modèle de saisie, s’est essentiellement manifestée à travers les pratiques des informaticiens. Reposant sur des métaphores linguistiques, ce modèle prend comme prototype la réorganisation délibérée des activités industrielles destinées à permettre aux ordinateurs d’opérer un suivi en temps réel.

2Ces deux modèles ne sont pas mutuellement exclusifs. En soulignant les points sur lesquels ils diffèrent, je souhaite mettre en évidence leur nature contingente. Les problèmes concernant le privé se posent sous des formes différentes en fonction des contextes institutionnels et des périodes historiques. Aucun modèle n’est donc suffisant en lui-même pour caractériser pleinement l’ensemble des formes que ces problèmes peuvent prendre.

3La première section motive ce travail en discutant une série de nouvelles technologies utilisées pour suivre les personnes et les choses. La confrontation de ces technologies avec les conceptions du privé existantes révèle certains éléments passés jusqu’ici inaperçus, comme la réorganisation de l’activité qu’implique nécessairement tout processus de suivi. La deuxième section reprend cette observation, mais de manière plus formelle, en introduisant le modèle de surveillance et le modèle de saisie du privé. La troisième section approfondit le modèle de saisie, le reliant à des caractéristiques essentielles de l’informatique appliquée, entendue comme pratique professionnelle. Elle introduit le concept de « grammaire d’action », l’illustre à l’aide de plusieurs exemples et résume le développement des systèmes de saisie en un cycle de cinq étapes. La conclusion revient sur la comparaison entre le modèle de surveillance et le modèle de saisie.

Le suivi d’une activité

4Ce nouvel examen des questions liées au privé a été à l’origine motivé par l’émergence de nouvelles technologies permettant le suivi de personnes, d’automobiles, de produits, de matériaux, etc. Ainsi, dans le projet de « badge actif », lancé par Olivetti (Want et al., 1992) et Xerox (Weiser, 1993), les employés portent sur eux un petit rectangle de plastique noir, appelé « badge », qui indique, par l’intermédiaire d’infrarouges, leur localisation à des relais disposés sur les murs et les plafonds, et connectés à leur tour à une base de données. Plusieurs expériences ont porté sur les utilisations possibles de ces badges, par exemple pour déterminer où se trouve un employé dans l’immeuble, ou diriger automatiquement les appels destinés à une personne vers le téléphone le plus proche. Cette recherche a été considérée comme un pas vers une « informatique omniprésente », dans laquelle le matériel informatique sera réparti dans tout l’environnement physique (e.g., Gold, 1993). Plusieurs groupes (Elrod et al., 1993 ; Mill et al., 1992) tentent actuellement de créer des « immeubles intelligents », dans lesquels les régulateurs d’ambiance sont intégrés aux réseaux informatiques.

5Les badges actifs constituent probablement la technique de suivi la plus connue, mais ils sont loin d’être uniques. D’autres formes de suivi se fondent sur des balises radioélectriques installées sur les produits lors de leur fabrication et de leur distribution (Fales, 1992 ; Sabetti, 1993). La presse spécialisée a rapporté de nombreuses applications de tels systèmes de suivi :

  • Le ministère des transports canadien utilise un réseau radio accompagné d’une base de données nationale pour suivre les véhicules commerciaux dans Toronto. La police se sert des informations fournies par le système pour vérifier la vitesse des conducteurs et surveiller l’usage de véhicules non autorisés. Le système permet d’obtenir l’historique d’un véhicule en quelques secondes (Loudermilk, 1993).

  • Les réseaux informatiques rendent de plus en plus faciles la collecte et l’analyse de données en temps réel pour les systèmes comptables de grande échelle, et ce développement révolutionne (bien que tardivement) le champ de la comptabilité (Johnson & Kaplan, 1987, p. 5-6).

  • Un système, appelé Voice Frame, est utilisé pour contrôler la localisation des personnes condamnées pour crime. Chacune porte un bracelet informant les autorités aussitôt qu’elle quitte un certain domaine (Leibowitz, 1992).

  • De nombreuses entreprises vendant du matériel informatique ont construit des logiciels permettant le suivi des candidats à un poste, depuis la réception des candidatures jusqu’à l’organisation des entretiens. Le programme permet de suivre chaque dossier, de produire des lettres standards et de maintenir une base de données des postulants interrogeable selon de nombreux critères. Les employés qui participent au recrutement mettent à jour la base de données après chaque étape du processus (Romei, 1991). […]

  • En Thaïlande, le ministère de l’Intérieur développe actuellement une base de données centralisée qui conservera des informations sur chacun des citoyens du pays. Chaque individu possèdera un numéro d’identification enregistré dans une carte magnétique (Hoffman, 1990).

6Ces exemples diffèrent de plusieurs manières. Bien que chaque système enregistre les changements d’état de l’entité suivie, la nature de ces changements varie. Dans certains cas, il s’agit seulement des changements de localisation physique, repérés par rapport à une grille de coordonnées stables, que le système interprète parfois comme le plan d’une ville. Dans d’autres cas, les changements sont définis en termes institutionnels (un paquet a-t-il été reçu ? quelqu’un s’est-il vu proposer le poste ?). Dans le cas de changements physiques, le terme « suivi » prend le sens plus littéral de pistage à travers un espace. Dans le cas de changements institutionnels, il est employé comme métaphore, l’entité en question traçant une trajectoire à travers un espace plus abstrait, pouvant posséder de nombreuses « dimensions ».

7On pourrait aussi distinguer les systèmes suivant des êtres humains des systèmes suivant des objets physiques. Cependant une telle distinction serait trompeuse. Certes, il existe bien des systèmes à chaque extrême – les radio transmetteurs attachés à des conteneurs ou aux membres des prisonniers, par exemple. Mais la plupart des systèmes suivent à la fois des personnes et des objets, et certains suivent des objets considérés comme substituts des personnes. Ainsi, un système qui suit les gens au moyen de cartes d’identification suit en fait les cartes ; la correspondance entre les cartes et les personnes doit alors être contrôlée d’une autre manière, par l’intermédiaire d’une personne chargée de vérifier que les visages ressemblent bien aux photos, par exemple. De la même manière, un système qui suit des camions peut généralement compter sur l’existence d’une correspondance entre les camions et leurs conducteurs, au moins sur de courtes périodes.

8Quant aux systèmes qui suivent des objets physiques, ils varient énormément au regard des moyens par lesquels ils détectent les changements d’états. Certains s’appuient sur des schémas complexes pour reconnaître les localisations relatives ou absolues ; ils peuvent alors se satisfaire d’une localisation approximative, et donc recevoir une mise à jour périodique d’un dispositif de localisation. D’autres systèmes s’appuient sur un réseau de capteurs passifs. D’autres encore peuvent comporter des capteurs qui recherchent activement les entités suivies. Mais un grand nombre de systèmes impliquent une intervention humaine : c’est un être humain qui, en exécutant une certaine action physique, boucle la chaîne causale reliant l’entité suivie au système centralisé, signifiant que tels et tels changements d’état ont eu lieu.

  • 2 Tous les produits manufacturés possèdent désormais un code barre, qui est un code informatique. Les (...)

9En général, les systèmes de suivi se distinguent beaucoup par la manière dont ils répartissent leur charge de calcul entre l’entité suivie, un système informatique fixe et différents intermédiaires humains ou mécaniques. Ainsi, un calculateur GPS peut exécuter tous les calculs nécessaires à l’emplacement même de l’objet suivi. À l’autre extrême, un système de suivi peut utiliser un algorithme pour localiser l’entité suivie entre chaque image vidéo que lui transmet une caméra stationnaire. Entre ces deux extrêmes, on trouve de nombreuses manières de répartir la charge de suivi, par exemple en plaçant des codes-barres ou des « LED2 » sur l’entité suivie ou en restreignant ses mouvements de manière à ce qu’elle rentre en contact avec des capteurs relativement simples (Udoka, 1991). (Pour un traitement général de ces arbitrages dans la conception des robots, voir Donald, à par.)

10Malgré toutes ces variations, les différents systèmes de suivi ont beaucoup en commun. À chaque fois, une entité change d’état, un ordinateur représente ces états, et certains moyens techniques et sociaux sont fournis pour (tenter de) maintenir une correspondance entre la représentation et la réalité. L’ordinateur peut conserver une base de données centralisée (c’est le cas habituel), ou celle-ci peut être distribuée. Chaque entité possède une identité définie qui reste stable dans le temps, et si le système suit plusieurs entités à la fois, il dispose d’un moyen pour « attacher » à une entité donnée la représentation qui lui correspond. Cette représentation s’exprime dans un schéma de représentation qui, défini mathématiquement, engendre un espace formel des états possibles. L’ordinateur ne représente que certains aspects de l’entité considérée. En particulier, le schéma de représentation ne reconnaît que certains types de changement d’état, ceux qui correspondent aux changements de la représentation en mémoire. Ainsi, un système permettant le suivi de la localisation d’un objet ne devrait pas être affecté par les changements de couleur de l’objet ; les changements d’état reconnus prendront tous la forme de transitions d’une série de coordonnées à une autre. Au fur et à mesure que les représentations de l’entité se modifient, l’ordinateur peut garder en mémoire les transitions d’état à état, construisant ainsi une « histoire » de la trajectoire de l’entité dans le temps. Cette trajectoire s’interprète de manière littérale ou métaphorique, selon les aspects de l’entité qui sont représentés.

11En plus de maintenir à jour une représentation, chaque système de suivi est capable de fermer la boucle causale qui relie l’entité et l’ordinateur. Le flux d’information ne se dirige pas simplement de l’entité à l’ordinateur. Confrontés à une entité donnée, certains agents (humains ou mécaniques) ont la possibilité de déterminer son identité et d’accéder aux informations que contient son « fichier ». (Bien sûr, les activités de ces agents peuvent à leur tour être suivies.) Une fois encore, les moyens par lesquels cette boucle causale est fermée varient énormément : il peut s’agir de codes-barres, de cartes d’identification, de plaques minéralogiques, de clés, de formulaires, etc. De même, la répartition des charges de calcul entre l’entité, l’agent et l’ordinateur central est variable.

12De tels systèmes de suivi peuvent évidemment être utilisés dans des intentions très diverses. Toutes choses égales par ailleurs, c’est probablement une bonne idée de suivre les produits dangereux ou l’argent de l’État. En revanche, les recherches entreprises sur l’usage des ordinateurs en rapport avec les problèmes concernant le privé ont souligné la peur, souvent justifiée, que l’information accumulée soit utilisée de manière abusive, comme dans la filature d’un agresseur potentiel, la publication de faits embarrassants ou l’instauration d’un contrôle excessif du travail. Ces recherches se sont plus particulièrement concentrées sur l’aspect collecte des données, le problème étant alors de savoir ce que devient l’information collectée. Mais les systèmes de suivi posent un autre problème : celui des modifications rendues nécessaires par la collecte des informations et, plus particulièrement, celles qui permettent le suivi des activités humaines et des processus physiques. Au fur et à mesure que les activités humaines sont intégrées dans le dispositif qui en permet un suivi informatique, la notion d’interaction avec un « ordinateur » – compris comme une entité discrète, physiquement localisée – perd de sa force. Apparaissent alors à sa place des systèmes d’activité insérés dans des dispositifs informatiques distribués. C’est cette conséquence plus profonde du suivi qui fournit la motivation centrale de cet article.

Surveillance et saisie

13Introduisons donc formellement le modèle de surveillance et le modèle de saisie. Dans le cas présent, un « modèle » est une manière de voir les choses, un ensemble de métaphores. Des modèles distincts ne divisent pas le monde des phénomènes sociotechniques en autant de classes disjointes ; ils accentuent plutôt certains traits, jugés importants, du phénomène considéré – traits qui demanderont peut-être ensuite une analyse plus approfondie.

14Le modèle de surveillance possède cinq composantes :

  1. Des métaphores visuelles, tel le « Big Brother is watching you » d’Orwell ou le Panopticon de Bentham.

  2. L’hypothèse que cette « surveillance » n’affecte pas les personnes concernées et se déroule clandestinement (sauf peut-être lorsqu’elle dérape ou bien se fait menaçante).

  3. Des métaphores territoriales, comme celle de l’« intrusion » dans un espace personnel « privé », le foyer familial en particulier, marqué à la fois par des « droits » et par l’opposition entre « contrainte » et « consentement ».

  4. Une organisation centralisée par une bureaucratie et son cortège de « fichiers ».

  5. L’identification à l’État, et en particulier à des desseins malveillants, de nature essentiellement politique.

15Ainsi formulé, le modèle de surveillance constitue à l’évidence un phénomène culturel. Et bien que sa généalogie complète exigerait un surcroît de recherches, son histoire récente est manifestement ancrée dans les expériences historiques de polices secrètes accompagnées de leurs réseaux d’informateurs et de dispositifs d’écoute, avant tout dans les États totalitaires de l’Allemagne nazie et de l’Union soviétique, mais aussi, dans un moindre degré, aux États-Unis. 1984 de George Orwell a donné à ces symboles leur plus brillante expression, mais l’héritage culturel que constitue cette histoire transparaît aussi dans les connotations négatives de certains usages du mot « fichiers ». Par ailleurs, les philosophes ont généralement tenu en faible estime la vision et les métaphores visuelles au cours de la majeure partie de ce siècle, comme l’a montré Jay (1993) dans le cas de la France. Il est en tout cas important de garder à l’esprit que le modèle de surveillance est un système de métaphores. Si on l’applique à une entreprise privée, par exemple, on assimile simplement cette dernière à un organisme étatique malveillant, et il importera donc d’explorer les limites de la comparaison.

16Le modèle de surveillance est de très loin le plus répandu dans la littérature concernant la question du privé. On le trouve par exemple dans les définitions du privé en termes de droit de vivre en paix (right to be left alone), ou dans la peur d’un usage dévoyé de l’information. La grande majorité de la littérature existante sur les ordinateurs et le privé emploie en effet le modèle de surveillance sans le soumettre à la critique ni sans considérer les alternatives possibles, l’interprétant à travers le terme de surveillance ou des références à Big Brother et d’autres thèmes d’Orwell (Burnham, 1983 ; Clarke, 1989 ; The Economist, 1993 ; Flaherty, 1989 ; Flynn, 1993 ; Gandy, 1993 ; Larson, 1992 ; Piller, 1993 ; Rabel, 1993 ; Robins & Webster, 1988 ; Rule, 1974 ; Smith, 1979 ; Ware, 1993). Je ne veux pas dire que ces travaux sont faux, mais plutôt qu’une utilisation de modèles alternatifs mettrait l’accent sur des points différents, bien qu’aussi importants.

17Le modèle de saisie constitue une de ces métaphores alternatives. Pour dénommer ce modèle, j’ai employé un terme familier aux informaticiens, le verbe « to capture » (saisir). Le discours des informaticiens laisse rarement remonter à la surface la connotation de violence de la métaphore de la saisie ; on ne dit pas de l’information saisie qu’elle s’enfuie, s’échappe, ou s’indigne de son emprisonnement. Le terme admet deux usages. Le premier, le plus fréquent, fait référence à l’acquisition de certaines données par un système informatique, qu’elles proviennent d’un opérateur humain ou d’un dispositif électronique. On pourrait ainsi dire de la caisse enregistreuse d’un fast-food qu’elle saisit la commande du client, l’idée étant que l’information n’est pas simplement utilisée sur le moment, mais aussi enregistrée dans une base de données. Le second usage de « saisie », qui est plus commun en intelligence artificielle, renvoie à la capacité que possède une forme de représentation d’exprimer pleinement, précisément ou « nettement », certaines notions ou distinctions sémantiques, sans faire référence à l’enregistrement matériel des données. On dira donc par exemple que les classes d’objets d’un programme « orienté-objet » saisissent la distinction entre des ordres permanents et les moments particuliers auxquels les biens sont livrés. Cette ambiguïté entre une idée épistémologique (acquérir des données) et une idée ontologique (modéliser la réalité qu’elles reflètent) est extrêmement répandue dans le vocabulaire informatique. (Ainsi les chercheurs en intelligence artificielle emploient-ils le terme « épistémologique » dans le second sens de « saisie », non dans le premier.)

18Le modèle de saisie peut être opposé point par point au modèle de surveillance. Il comprend ainsi :

  1. Des métaphores linguistiques, assimilant les activités humaines aux composantes des langages de représentation d’un système informatique.

  2. L’hypothèse que l’analyse linguistique des activités humaines implique d’y intervenir activement et de les réorganiser.

  3. Des métaphores structurelles : l’activité saisie est métaphoriquement assemblée à partir de composants provenant de son contexte institutionnel.

  4. Une organisation hétérogène et décentralisée : le processus se déroule normalement dans des pratiques locales, particulières, qui impliquent les gens dans le fonctionnement de formations sociales plus larges.

  5. Des motivations philosophiques et non politiques : l’activité est reconstruite à travers son assimilation à un ordre transcendant (« virtuel ») du formalisme mathématique.

19Étant donné que le modèle de saisie est moins familier que le modèle de surveillance, nous lui consacrerons le reste de l’article. Comme le modèle de surveillance, le modèle de saisie constitue un système de métaphores, et non une description littérale. Et si mon analyse se concentre sur les lieux de travail, il est important de remarquer que ce modèle s’applique tout autant à des organisations publiques qu’à des organisations privées (ainsi qu’aux nombreux systèmes d’activité franchissant les frontières de plus en plus perméables qui séparent ces deux domaines). Concernant le point 5, il faut aussi souligner que, si le modèle de surveillance est une métaphore politique, le modèle de saisie est, lui, une métaphore philosophique. Certes, les sites institutionnels auxquels le modèle de saisie pourrait s’appliquer ont probablement aussi leurs aspects politiques. Mais le point important est que le modèle de saisie suggère que les concepteurs de systèmes procèdent comme des philosophes, en assimilant les activités à saisir à des idéaux platoniciens.

20Les deux ensembles de métaphores ont des origines bien différentes. Alors que le modèle de surveillance trouve son origine dans la sphère politique de l’action étatique, le modèle de saisie prend ses racines dans les applications pratiques des systèmes informatiques. En tant que tels, les développements techniques, comme les procédures de suivi décrites précédemment, ne donnent donc pas naissance au modèle de saisie ; ils ne font qu’exprimer avec clarté un phénomène longtemps demeuré implicite dans les travaux d’informatique appliquée.

Les grammaires d’action

21On dit souvent des ordinateurs qu’ils stockent et transmettent de l’information. Cependant le terme information recèle une importante ambiguïté. D’un côté, l’information est souvent conçue (c’est la définition de Shannon et Weaver) comme une mesure purement mathématique, pour laquelle seule importe la quantité d’information transportée, abstraction faite de son contenu. D’un autre côté, l’information est aussi une information sur quelque chose. (On pourrait faire la même remarque quant aux usages du terme « données ».) Bien que l’on puisse parler de fausse information (par exemple, dans une base de crédit erronée), l’hypothèse tacite est habituellement que l’information est vraie – qu’elle correspond de manière transparente à certaines personnes, certains lieux ou certaines choses dans le monde. En fait, cette hypothèse ne provient pas d’une propriété inhérente aux ordinateurs. Elle découle plutôt d’une théorie de la représentation ancrée dans la manière dont les ordinateurs ont habituellement été utilisés.

22Pour s’en convaincre, considérons un manuel de gestion de l’information comme celui de Martin (1989). L’objectif de Martin est d’enseigner à des directeurs de l’informatique la construction de systèmes d’information et, en particulier, la sélection de ce qui doit être représenté. Pour cela, il fournit une ontologie d’entités et de relations, de fonctions et d’activités, ainsi qu’un ensemble de procédures permettant de représenter systématiquement leur organisation en ces termes. Cette représentation préparée, il reste à l’implémenter sur un ordinateur. L’ordinateur aura pour tâche de modéliser l’organisation, c’est-à-dire de maintenir un ensemble de structures de données qui reflètent les activités quotidiennes des membres de l’organisation. En termes philosophiques, l’ordinateur incorporera une théorie de la représentation comme correspondance : les états internes de la machine seront « vrais » (pour autant que cette théorie est concernée), car ils maintiendront un ensemble de correspondances avec les états du monde extérieur.

23Bien sûr, la construction de représentations systématiques d’activités organisationnelles n’est ni nouvelle, ni liée au développement de systèmes informatiques. En effet, Martin souligne qu’elle possède un intérêt en elle-même, même si aucun ordinateur n’est installé, simplement parce qu’elle permet aux dirigeants de prendre conscience de certaines inefficacités dans l’activité, comme les redondances. En tant que telle, elle s’inscrit clairement dans une lignée qui comprend les schémas de représentation introduits par les études chronométriques effectuées dans l’industrie (Gilbreth, 1912 ; Holmes, 1938), ainsi que d’autres formes de rationalisation systématique du travail (Lichtner, 1924). Bien sûr, lorsqu’ils ont été appliqués au suivi des processus organisationnels, ces schémas se sont largement appuyés sur la circulation de documents (Yates, 1989) ou sur les contrôles incorporés aux équipements (Edwards, 1979).

24En plus de la création de systèmes de suivi, des schémas de représentation ont aussi été appliqués à l’automatisation des activités. Couger (1973) passe en revue différents schémas de ce type datant des premiers jours de l’informatique, et impliquant chacun de tracer les flux d’information à l’intérieur d’une entreprise. Le plan de ces flux d’information ainsi que des opérations de traitement de l’information qui les accompagnent pourrait alors être traité comme la trame d’un programme informatique automatisant ces mêmes opérations.

25Une pratique de représentation analogue s’observe dans les recherches portant sur la représentation des connaissances en intelligence artificielle. Plusieurs des diagrammes utilisés par Martin (1989, p. 168 sq.) ressemblent à s’y méprendre aux « réseaux sémantiques » qu’emploie l’intelligence artificielle (Brachman & Levesque, 1985). Plus que leurs homologues des autres branches de l’informatique appliquée, les chercheurs en intelligence artificielle ont pour but avoué de rechercher les systèmes ontologiques qui permettraient à un ordinateur de représenter avec clarté et précision une large gamme des connaissances humaines – comprenant les connaissances sur les activités humaines et les organisations sociales.

26Malgré leurs apparences variées, ces voies de recherche constituent une lignée cohérente : elles forment une tradition de travaux appliqués de représentation, qui a informé les pratiques organisationnelles du monde entier. L’approche qui la sous-tend est organisée et reproduite largement par la pratique, à travers ses méthodes, son langage, ses paradigmes, ses régimes de formation, etc. Bien qu’elle ait été profondément identifiée avec les applications organisationnelles des technologies de l’information, elle n’est (au moins en principe) ni une condition nécessaire, ni une condition suffisante à l’utilisation d’ordinateurs. Mais elle s’est si bien fusionnée avec la pratique informatique, qu’il est difficile de lui imaginer une alternative.

27Parmi les nombreuses caractéristiques que partagent ces schémas de représentation, le plus important pour nous est probablement l’emploi de métaphores linguistiques : ces schémas se servent en effet chacun de « langages » formels pour représenter les activités humaines. L’activité humaine est donc elle-même traitée comme une sorte de langage, pour lequel un bon schéma de représentation fournit une grammaire exacte. Cette grammaire spécifie une série d’actions élémentaires – les « mots » ou les « éléments lexicaux » de l’action – que les chercheurs en intelligence artificielle appellent « primitives » et que Quinn (1992, p. 103-109 sq.) nomme « unités réplicables minimales ». Cette grammaire spécifie aussi certains moyens par lesquels les actions peuvent être composées. Le plus souvent, il s’agit de les arranger en séquence, mais divers langages proposent aussi des modes de combinaison plus sophistiqués (des séquences conditionnelles et itérées, par exemple).

28Ces grammaires d’action occupent une place centrale dans le modèle de saisie. Elles se manifestent de diverses manières :

  • Les systèmes de comptabilité, par exemple, reposent sur des grammaires d’action. Pour tenir un ensemble de livres de comptes, il est nécessaire d’organiser les activités financières de manière à pouvoir catégoriser chaque opération comme l’un des types d’action que le schéma de comptabilité utilisé reconnaît. […]

  • Les autoroutes appliquent à partir de moyens à la fois physiques et légaux une grammaire d’action relativement simple, dont les éléments sont les entrées, les segments d’autoroute parcourus et les sorties. Les systèmes de péage emploient souvent une carte perforée qui contient un tableau associant à chaque voyage « grammatical » un prix à payer.

    • 3 Les commandes shell sont les commandes de base d’un système d’exploitation. De nos jours, les comma (...)

    Les interfaces de la plupart (pour ne pas dire l’ensemble) des ordinateurs peuvent être interprétées comme fournissant à leurs utilisateurs des grammaires d’action. Les actions élémentaires permises correspondent aux caractères ASCI. aux options proposées par les menus, aux commandes shell3, etc. Certains projets ont tenté de formaliser les dynamiques d’interaction mises en évidence par les études empiriques des conversations humaines, puis de construire des programmes informatiques capables de s’engager dans de telles dynamiques (Luff et al., 1990).

  • Les serveurs des restaurants de grande taille emploient souvent un système automatisé pour passer les commandes et suivre les tables (Rule & Attewell, 1989 ; Quinn, 1992, p. 142-145). Un serveur interagit alors avec le système en glissant une carte dans un lecteur situé sur la caisse enregistreuse et en entrant les commandes à partir des touches. [...]

29Ce qui importe à chaque fois, ce n’est pas la suite d’entrées ou de sorties d’une machine donnée, mais bien la manière dont les activités humaines ont été structurées. Le modèle de saisie décrit la situation qui apparaît lorsque des grammaires d’action sont imposées à des activités humaines, et que les activités nouvellement réorganisées sont représentées par des ordinateurs en temps réel. Il est intéressant de décomposer ce processus en un cycle de cinq étapes. Cette division entraîne évidemment une simplification excessive : les phases se déroulent souvent simultanément, le passage à une nouvelle phase peut obliger à réviser le travail effectué dans une phase précédente, et le travail demandé par chaque étape s’appuie sur une large gamme de développements sociotechniques qui ne dépendent pas forcément des autres étapes. Les cinq principales étapes sont les suivantes :

  • Analyse. On étudie une forme d’activité existante et on identifie ses composants élémentaires à partir d’une certaine ontologie (entités, relations, fonctions, actions primitives, etc.). Cette ontologie peut s’appuyer sur le vocabulaire des participants, mais ce n’est pas obligatoire. Les langages de programmation et les méthodologies permettant l’analyse des systèmes fournissent souvent les ontologies de départ (objets, variables, relations), à partir desquelles des ontologies spécifiques au domaine étudié peuvent être construites. Les ontologies obtenues sont parfois standardisées à travers des institutions, des industries ou des marchés entiers.

  • Articulation. On établit ensuite une grammaire décrivant la manière dont les composants précédemment déterminés peuvent être enchaînés afin de former des séquences d’activité significatives. Ce processus peut être compliqué, et requiert souvent une révision de l’analyse ontologique opérée à l’étape précédente. Il est habituellement guidé par un critère presque esthétique, qui valorise l’obtention d’une image de l’activité à la fois complète, fidèle et formellement spécifiée.

  • Imposition. La grammaire obtenue se voit alors attribuer une force normative. Les personnes qui participent à l’activité ainsi organisée sont incitées d’une manière ou d’une autre à ordonner leurs actions de façon à ce qu’elles puissent être facilement « décrites » dans les termes de cette grammaire. Le « d’une manière ou d’une autre » désigne des mécanismes à caractère aussi bien social (procédures explicites appuyées par des relations d’autorité) que technique (à travers une technologie différente ou simplement des barrières physiques). Les personnes engagées dans l’activité concernée peuvent participer à ce processus, ou bien en être exclues ; de la même manière, elles peuvent y résister, comme elles peuvent l’accepter. Remarquons que des institutions imposent souvent des grammaires à certaines activités pour des raisons autres que la saisie en temps réel – par exemple, pour des raisons de sécurité, d’efficacité, de responsabilité, voire de simple contrôle.

  • Instrumentation. Pour assurer une analyse continue de l’activité saisie, des moyens sociaux et techniques sont fournis, que ce soit sous forme papier ou sous forme électronique, ces moyens pourront impliquer une division du travail élaborée. Parfois cette phase coïncide avec la phase d’imposition, parfois elle ne la suit que des années, voire des dizaines d’années plus tard. Après coup, les participants commencent forcément à infléchir leurs activités en fonction du mécanisme de saisie, ainsi que de ses conséquences institutionnelles.

  • Élaboration. Les enregistrements de l’activité capturée, qui, en termes économiques, participent des produits de l’activité réorganisée, peuvent maintenant être stockés, inspectés, vérifiés, fusionnés avec d’autres, soumis à une analyse statistique, employés dans une optimisation, etc. De même, les enregistrements saisis peuvent être utilisés pour « écouter » les activités en cours, que ce soit dans un but de détection d’erreur, d’émission de conseil, de mesure des performances, de contrôle de la qualité, etc. Ces utilisations additionnelles des informations saisies peuvent paraître en même temps que la phase d’instrumentation, mais elles peuvent aussi émerger longtemps après.

30Ce cycle s’accompagne habituellement d’une sorte de mythologie, selon laquelle la grammaire d’action qui vient d’être construite n’a pas été « inventée », mais « découverte ». L’activité en question, en d’autres mots, est dite avoir déjà été organisée selon la grammaire. Bien sûr, ce n’est pas totalement faux ; imposer une grammaire qui déformerait radicalement et arbitrairement l’activité aboutirait probablement à un désastre. Mais, même lorsqu’une grammaire d’action est relativement « bonne » dans ce sens, son imposition demandera généralement beaucoup de travail, non seulement de la part des personnes qui l’imposent mais aussi de la part de ceux à qui elle est imposée. Le travail de ces derniers consiste en particulier à trouver des manières d’organiser leurs activités de telle façon qu’elles puissent être analysées dans les termes discrets du vocabulaire correspondant et ce, même dans les cas difficiles ou exceptionnels.

31Il est donc crucial d’apprécier les différentes manières dont les phases d’imposition et d’instrumentation, loin d’entraîner une simple représentation de l’activité existante, en constituent une véritable réorganisation. On peut distinguer huit de ces manières, classées par importance croissante :

  1. L’introduction de nouvelles technologies – que ces technologies nécessitent ou non la saisie de certaines activités – donne souvent lieu à de nombreux autres changements dans l’organisation de l’activité, pour des motifs économiques par exemple (e.g., Iacono & Kling, 1987). En effet, le changement technologique s’insère généralement dans des changements sociaux plus larges.

  2. Les représentations construites lors de la phase d’articulation (fondée parfois sur une étude empirique de l’activité, mais reposant la plupart du temps sur une spéculation informelle, ainsi que sur la construction de scénarios) et de la phase d’élaboration (fondée sur la nouvelle base de données de l’activité analysée) suggèrent fréquemment des modifications de l’activité (Quinn, 1992 ; Taylor, 1923). Certaines de ces modifications peuvent avoir pour but de faciliter la saisie, comme dans le cas de la formule de Hammer (1990, p. 112) : « Saisissez l’information en une fois, à la source. »

  3. Les grammaires d’action simplifient souvent trop les activités qu’elles sont supposées représenter, ne serait-ce que parce que les personnes qui élaborent ces grammaires ne connaissent que superficiellement leurs particularités et les forces sociales qui déterminent leur forme (Suchman & Jordan, 1989). Une ontologie peut ne pas opérer assez de distinctions ; des pans entiers de l’activité peuvent aussi rester « invisibles » et donc ne pas être représentés. La grammaire peut imposer des contraintes d’ordre trop restrictives aux actions de base, elle peut négliger l’interdépendance de différentes formes d’activité, comme elle peut prendre des procédures normatives pour une description fidèle (ou du moins praticable) de l’activité (Suchman, 1983). En conséquence, les participants à l’activité nouvellement instrumentée éprouveront le besoin d’improviser pour continuer d’accomplir leur tâche (Gasser, 1986).

  4. Les grammaires d’action peuvent être « erronées » de plusieurs autres manières. Elles peuvent ainsi inclure une conception systématiquement déformée de l’activité. Kling (1991) soutient par exemple que les systèmes de travail coopératif assisté par ordinateur (Computer-Supported Cooperative Work) reposent sur des ontologies qui reconnaissent la coopération mais pas le conflit, la collaboration mais pas la concurrence (cf. Orlikowski, 1993). L’imposition d’une grammaire déformée à une activité peut avoir de nombreuses conséquences.

  5. Lorsqu’une activité est instrumentée, les dispositifs de contrôle correspondants opèrent rarement sans une intervention de la part des agents. Cette intervention pourra prendre des formes variées : coopération, catégorisation, entrée de données, rédaction d’un rapport, identification, passage de cartes dans un lecteur, lecture d’un code-barres, etc. L’acquisition en temps réel d’informations sur une activité introduit donc de nouveaux éléments dans l’activité elle-même. Si ces éléments n’ont pas été anticipés dès la conception, les chances de désorganisation sont importantes. Ainsi, les milieux médicaux rapportent souvent l’existence de quantités d’informations non saisies (Hawker, 1991 ; Walton, 1989, p. 20).

  6. Les personnes dont les activités sont saisies ajusteront probablement leurs conduites en fonction de ce qu’elles pensent être la destination des informations et l’influence qu’elles peuvent avoir sur leurs propres vies. Elles pourront par exemple travailler plus rapidement, choisir des tâches plus faciles (ou plus avantageuses), soustraire certains aspects de leurs activités au contrôle de l’instrumentation, modifier leur comportement en fonction des régularités apparues dans les informations déjà saisies, etc. De manière générale, comme le suggère Suchman (1992), elles s’orienteront par rapport à « l’image » qu’elles projettent à la personne utilisant l’information saisie, qu’il s’agisse d’un patron, d’un collègue, d’un auditeur, d’une agence de contrôle ou d’une compagnie d’assurances. D’après Suchman, la conformité des informations saisies aux événements correspondants est plus interprétée ou négociée que littérale. Le rapport des informations saisies aux événements dépend en effet des appréciations des membres de l’organisation quant à ce qui constitue une correspondance suffisante « sur un plan pratique ». Donc, pour autant qu’à travers leur représentation par un ordinateur les actions saisies s’adressent à un « public », elles possèdent un pouvoir performatif (cf. Dourish, 1993), qui contredit le caractère supposé objectif du processus de représentation (cf. Garfinkel, 1984).

  7. En raison de cette intervention humaine, le processus de saisie devient souvent le lieu de conflits plus ouvertement politiques. Ainsi, les participants peuvent modifier à leur avantage le rythme et le contenu des différents moments de saisie. Ils peuvent aussi interpréter et catégoriser les événements dans le sens qui leur convient, biaiser dans un sens ou dans l’autre les moments de jugement, ou choisir des séquences d’action qui incluent (ou excluent) certains éléments. Ils peuvent encore essayer de minimiser l’usage de l’ordinateur, ou se servir des informations saisies pour contraindre ou influencer d’autres membres de l’organisation. Ils peuvent enfin falsifier des informations, en retarder la saisie, voire l’éliminer.

  8. Le système nouvellement introduit peut impliquer de nouvelles dynamiques institutionnelles, d’autant plus que les ontologies et les grammaires de ses concepteurs négligeront normalement la dimension politique de l’activité (Kling, 1980). Ces nouvelles dynamiques pourront aller de la manipulation des procédures institutionnelles à travers l’utilisation du système, jusqu’à l’exercice de pressions en faveur de changements techniques et la mise en place de campagnes politiques exigeant une régulation des usages de la technologie.

32L’image qui émerge tranche avec le mythe des représentations transparentes. Certes, les phénomènes énumérés en (1) et (2) ne rentrent en conflit avec ce mythe que dans la mesure où l’imposition d’une grammaire ne peut être distinguée des autres modes de changement de l’activité. On pourrait d’autre part soutenir qu’une analyse et une articulation plus sophistiquées permettraient d’atténuer les phénomènes énumérés en (3) et (4). De la même manière, il est souvent possible d’atténuer les phénomènes listés de (5) à (7) par l’emploi de moyens d’instrumentation sociotechniques de plus en plus rigides (un exemple de (8)). Mais, quelle que soit la rigueur avec laquelle le processus de saisie est contrôlé, il est impossible, à moins peut-être de mécaniser entièrement une forme d’activité donnée, de supprimer les éléments d’interprétation, de stratégie et de dynamique institutionnelle. Cela ne signifie pas que la saisie soit impossible ; au contraire, de nombreux exemples impressionnants en existent déjà. Le problème est plutôt que la saisie n’est jamais purement technique, mais toujours de nature sociotechnique. Si un système de saisie « fonctionne », alors c’est une structure sociopolitique plus générale qui fonctionne, et non un simple système technique (Bowers, 1992). Et si le dispositif de saisie est présenté comme le résultat de la « découverte » d’une grammaire préexistante, alors cette « découverte » doit être interprétée en termes politiques, comme une idéologie.

33Les recherches de Flores et al. (1988) sur les systèmes de travail coopératif assisté par ordinateur constituent un bon exemple du cycle de saisie. Dans leurs premières recherches sur le Coordinateur, Winograd et Flores (1986) ont explicité le principe méthodologique suivant lequel la conception du système doit se fonder sur une ontologie qui clarifie la structure des pratiques existantes. Bien que ce principe soit loin d’être nouveau, leur contribution a consisté à le radicaliser à travers l’application de concepts philosophiques. L’idée est qu’une ontologie plus approfondie que la moyenne peut fonder de manière plus solide et plus précise la conception d’un système. Winograd et Flores prennent leur inspiration dans l’herméneutique existentialiste proposée par Martin Heidegger dans Être et temps (1961). Le projet de Heidegger consistait à mettre en œuvre des cycles successifs de description phénoménologique pour découvrir des couches de plus en plus profondes de la structure ontologique de l’expérience humaine, aboutissant éventuellement à un certain type d’engagement authentique avec la catégorie ontologique ultime de l’Être lui-même.

34Pour Winograd et Flores, cette méthode promet d’offrir une sorte d’autorité ultime à leur projet de clarification a priori (Suchman, 1993). Selon eux, les activités humaines s’égarent lorsqu’elles s’écartent des structures essentielles que révèle une analyse phénoménologique rigoureuse ; les outils qu’offrent les ordinateurs peuvent alors prévenir de telles erreurs en imposant à leurs utilisateurs des grammaires d’action adéquates. Bien que cette idée soit naturelle à l’intérieur des traditions de l’informatique, et bien que la philosophie de Winograd et Flores tienne compte de certaines des simplifications excessives implicites dans les pratiques informatiques conventionnelles, Heidegger aurait été consterné par l’idée de formaliser des catégories ontologiques en termes informatiques (ou mathématiques), et plus encore par l’idée d’employer la technologie pour leur assurer une obédience.

35De plus, l’ontologie de Winograd et Flores a peu de choses à voir avec celle de Heidegger, puisqu’elle provient en grande partie de la théorie des actes de langage (Searle, 1969), qui est tout sauf heideggérienne. Dans leur conception du Coordinateur, ils formulent une grammaire de l’action linguistique à partir d’un graphe d’états classique. Les utilisateurs échangent des messages électroniques pendant leur travail et sont supposés libeller chaque message par un acte de langage particulier. Pendant ce temps, le système peut saisir la structure de chaque séquence d’interactions en termes d’actes de parole. Bien que certains groupes de recherche aient présenté des évaluations équivoques du succès dont fait montre le Coordinateur en pratique (e.g., Bullen & Bennett, 1991), je ne prétends pas soutenir que de tels systèmes ne peuvent pas fonctionner. Au contraire, je souhaite montrer que le Coordinateur et ses successeurs plus sophistiqués (Marshak, 1993 ; MedinaMora et al., 1992) sont profondément ancrés dans une tradition sociale et technique particulière. Bien que les systèmes de travail coopératif assisté par ordinateur comme le Coordinateur obligent leurs concepteurs à exécuter un travail ontologique particulièrement rigoureux lors des phases d’analyse et d’articulation (cf. Clawson & Bostrom, 1993), ce travail appartient à la même classe que les générations d’analyses de systèmes qui l’ont précédé.

36Pour résumer, le phénomène de saisie est profondément enraciné dans la pratique de conception des systèmes informatiques et ce, à travers une métaphore qui décrit l’activité humaine comme une sorte de langage. Dans cette pratique, un système informatique est conçu pour saisir une activité au moyen de l’imposition d’une grammaire d’action, préalablement articulée lors d’une enquête ontologique et empirique. Les avancées de l’informatique sont donc allées de conserve avec les avancées ontologiques. De plus, le phénomène de la saisie sous-tend aussi les systèmes de suivi discutés précédemment. Tout suivi est impossible dès lors qu’on ne possède pas une grammaire des états et de leurs changements, ainsi que les moyens techniques de détecter l’apparition et le changement des états. À l’exception des cas les plus simples, cela exigera qu’une grammaire soit imposée d’une manière ou d’une autre : dispositifs de localisation, formulaires, cartes d’identité, etc. La technologie de suivi qui en découle n’est pas une simple question de technologie ; elle implique aussi un projet empirique d’analyse, un projet ontologique d’articulation et un projet social d’imposition. [...]

Conclusion

37Revenons une dernière fois sur les rapports qu’entretiennent les deux modèles du privé que nous avons distingués, le modèle de surveillance et le modèle de saisie. Au moment d’en récapituler les différentes composantes, il importe de garder à l’esprit qu’ils ne sont que des systèmes de métaphores, et non des catégories mutuellement exclusives :

  1. Le modèle de surveillance emploie des métaphores visuelles, tel le célèbre « Big Brother is watching you » d’Orwell ; le modèle de saisie utilise des métaphores linguistiques, à travers diverses grammaires d’action.

  2. Le modèle de surveillance permet d’acquérir des informations de manière clandestine, sans affecter les personnes concernées ; le modèle de saisie décrit une instrumentation bien visible, impliquant la réorganisation des activités existantes.

  3. Le modèle de surveillance délimite un domaine « privé » par le biais de métaphores territoriales comme celle de l’« invasion » ; le modèle de saisie dépeint les activités saisies comme le résultat d’une construction en temps réel à partir d’un ensemble d’éléments normalisés que spécifie l’ontologie saisie.

  4. Le modèle de surveillance présente le contrôle de l’activité comme l’effet d’une organisation centralisée et suppose un stockage lui aussi centralisé des informations obtenues ; le modèle de saisie met en avant l’organisation locale des luttes autour du processus de saisie et leur appartenance à des contextes institutionnels particuliers.

  5. Le modèle de surveillance prend comme prototype les activités politiques malveillantes des organismes d’État ; le modèle de saisie admet comme prototype le projet quasi philosophique d’une reconstruction ontologique qu’entreprennent les responsables de l’informatique dans les organisations privées.

38Plusieurs questions demandent à être approfondies. Il serait ainsi intéressant de cataloguer les différentes sortes de transformations organisationnelles qui peuvent accompagner l’imposition de grammaires d’action. La saisie et, plus spécifiquement, le partage et la standardisation des ontologies pourraient fournir un vocabulaire permettant d’explorer certains des liens qu’entretiennent les diverses formes de travail assisté par ordinateur que l’on voit se développer dans l’économie globale (Rosenberg, 1982). Les processus d’articulation et d’imposition gagneraient à être étudiés empiriquement dans différents contextes, en rapport surtout avec les formes de « participation » qu’ils manifestent. Enfin, la généalogie du modèle de saisie devrait être retracée, tant dans l’histoire des idées que dans le développement historique de la profession des informaticiens.

Bibliographie

Bowers John (1992), « The Politics of Formalism », in M. Lea (ed.), Contexts of Computer Mediated Communication, New York, Harvester Wheatsheaf.

Brachman Ronald J. & Hector J. Levesque (1985), Readings in Knowledge Representation, Los Altos, CA, Morgan Kaufmann.

Bullen Christine V. & John L. Bennett (1991), « Groupware in Practice. An Interpretation of Work Experiences », in C. Dunlop & R. Kings (eds), Computerization and Controversy. Value Conflicts and Social Choices, Boston, Academic Press.

Burnham David (1983), The Rise of the Computer State, New York, Random House.

Clarke Roger (1989), « Information Technology and Dataveillance », Communications of the ACM, 31 (5), p. 498-512.

Clawson Victoria K. & Robert P. Bostrom (1993), « Facilitation. The Human Side of Groupware », Paper presented at the Groupware 93 Conference, San Jose, California.

Couger J. Daniel (1973), « Evolution of Business System Development Techniques », Computing Surveys, 5 (3), p. 167-198.

Donald Bruce Randall (à par.), On Information Invariants in Robots.

Dourish Paul (1993), « Culture and Control in a Media Space », in G. de Michelis, C. Simone & K. Schmidt (eds), Proceedings of the Third European Conference on Computer-Supported Cooperative Work. ECSCW’93, Dordrecht, Kluwer.

The Economist (1993), « Big Brother is Clocking You. The Technology that Promised Fewer Traffic Jams May Damage Your Civil Liberties », The Economist, 7 August, p. 71-72.

Edwards Richard (1979), Contested Terrain. The Transformation of the Workplace in the Twentieth Century, New York, Basic Books.

Elrod Scott, Hall Gene, Constanza Rick, Dixon Michael & Jim des Rivieres (1993), « Responsive Office Environments », Communications of the ACM, 36 (7), p. 84-85.

Fales James F. (1992), « Exciting Times for New Developments in Tracking Systems », Industrial Engineering, 24 (5), p. 14.

Flaherty David (1989), Protecting Privacy in Surveillance Societies. The Federal Republic of Germany, Sweden, France, Canada and the United States, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Flores Fernando, Graves Michael, Hartfield Brad & Terry Winograd (1988), « Computer Systems and the Design of Organizational Interaction », ACM Transactions on Office Information Systems, 6 (2), p. 153-172.

Flynn Laurie (1993), « They’re Watching You. Electronic Surveillance of Workers Raises Privacy Concerns », San Jose Mercury News, 13 June, p. 1F.

Gandy Oscar H. Jr. (1993), The Panoptic Sort. A Political Economy of Personal Information, Boulder, Westview Press.

Garfinkel Harold (1984), « “Good” Organizational Reasons for “bad” Clinic Records », in Id., Studies in Ethnomethodology, Cambridge, Polity Press [1967].

Gasser Less (1986), « The Integration of Computing and Routine Work », ACM Transactions on Office Information Systems, 4 (3), p. 205-225.

Gilbreth Franck Bunker (1912), Primer of Scientific Management, New York, Van Nostrand.

Gold Rich (1993), « This is not a Pipe », Communications of the ACM, 36 (7), p. 72.

Hammer Michael (1990), « Reengineering Work. Don’t Automate, Obliterate », Harvard Business Review, 68 (4), p. 104-112.

Hawker A. (1991), « Not Standard Practice », Health Service Journal, 101, 28 March, p. 31-33.

Heidegger Martin (1961), Being and Time, transl. by J. Macquarrie & E. Robinson, New York, Harper & Row [1927].

Hoffman Thomas (1990), « Database control », Information Week, 277, p. 26.

Holmes Walter G. (1938), Applied Time and Motion Study, New York, Ronald Press.

Iacono Suzanne & Rob Kling (1987), « Changing Office Technologies and Transformations of Clerical », in R. Kraut (ed.), Technology and the Transformation of White-Collar Work, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum.

Jay Martin (1993), Downcast Eyes. The Denigration of Vision in Twentieth-Century French Thought, Berkeley, University of California Press.

Johnson Thomas H. & Robert S. Kaplan (1987), Relevance Lost. The Rise and Fall of Management Accounting, Boston, Harvard Business School Press.

Kling Rob (1980), « Social Analysis of Computing. Theoretical Perspectives in Recent Empirical Research », Computing Surveys, 12 (1), p. 61-110.

Kling Rob (1991), « Cooperation, Coordination and Control in Computer-Supported Work », Communications of the ACM, 34 (12), p. 83-88.

Larson Erik (1992), The Naked Consumer. How Our Private Lives Become Public Commodities, New York, Henry Holt.

Leibowitz Ed (1992), « Halt. Open Architecture Detains Prisoners under House Arrest and Keeps Tabs on Parolees », Teleconnect, 10 (11), p. 36-38.

Lichtner William Otto (1924), Planned Control in Manufacturing, New York, Ronald Press.

Loudermilk S. (1993), « Toronto Tracks Vehicles over Wireless Net », PC Week, 10 (6), p. 47-48.

Luff Paul, Gilbert Nigel & David Frohlich (eds) (1990), Computers and Conversation, Londres, Academic Press.

Marshak Robert J. (1993), « Action Technologies’ Workflow Products », Workflow Computing Report, 16 (5), p. 1-20.

Martin James (1989), Strategic Information Planning Methodologies, Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall.

Medina-Mora Raúl, Winograd Terry, Flores Roberto & Fernando Flores (1992), « The Action Workflow Approach to Workflow Management Technology », Proceedings of CSCW-92, Toronto, Ontario, p. 281-288.

Mill Peter A. D., Hartkopf Volker, Loftness Vivian & Pleasantine Drake (1992), « The Challenge to Smart Buildings. User-Controlled Ecological Environments for Productivity », in D. Gibson, D. Kozmetsky & R. Smilor (eds), The Technopolis Phenomenon. Smart Cities, Fast Systems, Global Networks, Lanham, MD, Rowman & Littlefield.

Orlikowski Wanda J. (1993), « Learning from Notes. Organizational Issues in Groupware Implementation », The Information Society, 9 (3), p. 237-250.

Piller Charles (1993), « Privacy in Peril. How Computers Are Making Private Life a Thing of the Past », Macworld, 10 (7), p. 124-130.

Quinn James Brian (1992), Intelligent Enterprise. A Knowledge and Service Based Paradigm for Industry, New York, Free Press.

Rabel Timothy R. (1993), « Software and Privacy. Revising Orwell », IEEE Software, 10 (3), p. 92-93.

Robins Kevin & Franck Webster (1988), « Cybernetic Capitalism. Information, Technology, Everyday Life », in V. Mosco & J. Wasko (eds), The Political Economy of Information, Madison, University of Wisconsin Press.

Romei Lura K. (1991), « Software Helps Find the Applicants you Need », Modern Office Technology, 36 (8), p. 52-53.

Rosenberg Nathan (1982), Technological Interdependence in the Economy, Inside the Black Box. Technology and Economics, Cambridge, Cambridge University Press.

Rule James (1974), Private Lives and Public Surveillance. Social Control in the Computer Age, New York, Schocken Books.

Rule James & Paul Attewell (1989), « What Do Computers Do ? », Social Problems, 36 (3), p. 225-241.

Sabetti Tony (1993), « RF/ID Creates Dynamic Links Between People, Objects, and Processes », I & CS (Instrumentation & Control Systems), 66 (10), p. 41-44.

Searle John (1969), Speech Acts. An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Cambridge University Press.

Smith Robert Ellis (1979), Privacy. How to Protect What’s Left of It, New York, Anchor Press.

Suchman Lucy (1983), « Office Procedure as Practical Action. Models of Work and System Design », ACM Transactions on Office Information Systems, 1 (4), p. 320-328.

Suchman Lucy (1992), « Technologies of Accountability. On Lizards and Airplanes », in G. Button (ed.), Technology in Working Order. Studies of Work, Interaction, and Technology, Londres, Routledge, p. 113-126.

Suchman Lucy (1993), « Do Categories Have Politics ? The Language/Action Perspective Reconsidered », in G. de Michelis, C. Simone & K. Schmidt (eds), Proceedings of the Third European Conference on Computer-Supported Cooperative Work, ECSCW’93, Dordrecht, Kluwer.

Suchman Lucy & Brigitte Jordan (1989), « Computerization and Women’s Knowledge », in K. Tijdens, M. Jennings, I. Wagner & M. Weggelaar (eds), Women, Work and Computerization. Forming New Alliances, Amsterdam, North-Holland.

Taylor Frederick Winslow (1923), The Principles of Scientific Management, New York, Harper.

Udoka Silvanus J. (1991), « Automated Data Capture Techniques : A Prerequisit for Effective Integrated Manufacturing Systems », Computers and Industrial Engineering, 21, p. 217-222.

Walton Richard A. (1989), Up and Running. Integrating Information Technology and the Organization, Boston. Harvard Business School Press.

Want Roy, Hopper Andy, Falcão Veronica & Jonathan Gibbons (1992), « The Active Badge Location System », ACM Transactions on Information Systems, 10 (1), p. 91-102.

Ware Willis H. (1993), « The New Faces of Privacy », The Information Society, 9(3), p. 195-212.

Weiser Mark (1993), « Ubiquitous Computing », Computer, 26 (10), p. 71-72.

Winograd Terry & Fernando Flores (1986), Understanding Computers and Cognition. A New Foundation for Design, Norwood, NJ, Ablex.

Yates JoAnne (1989), Control Through Communication. The Rise of System in American Management, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Notes

1 Traduction partielle de « Surveillance and Capture : Two Models of Privacy », The Information Society, 10, 1994, p. 101-127. Trois sections, portant sur l’économie politique de la saisie, ont été supprimés. Pour ce qui concerne la traduction des principaux concepts, nous avons choisi de traduire privacy par privé, capture par saisie, surveillance par surveillance et tracking par suivi.

2 Tous les produits manufacturés possèdent désormais un code barre, qui est un code informatique. Les LED sont des diodes électro-luminescentes.

3 Les commandes shell sont les commandes de base d’un système d’exploitation. De nos jours, les commandes shell sont surtout présentes dans le système UNIX.

Auteur

Université de Californie à San Diego (USA).

Frédéric Laville (Traducteur)

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1997

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search