Version classiqueVersion mobile

Cognition et information en société

 | 
Bernard Conein
, 
Laurent Thévenot

Politiques de l’information

Un gouvernement par les normes

Pratiques et politiques des formats d’information

The Power of Standards. Politics and Pragmatics of « Information Standards »

Normenorientierte Regierungsweisen. Die Definition politischer Praktiken unter Zuhilfenahme standardisierter Informationen

Laurent Thévenot

Résumé

Pour rendre compte d’une forme de gouvernement basée sur des standards de qualité et, plus généralement, de la politique de l’information formelle, l’auteur reconsidère les notions de norme et d’information. La façon dont est réglementée la qualité et dont sont fixés les standards excède la distinction habituelle entre normes sociales, standards techniques et normes de vérité. L’auteur différencie des types de normalité en fonction de « formats d’information », qui sont eux-mêmes rapportés à divers modes d’engagement et à diverses formes de coordination. Se dégage ainsi une nouvelle base pour critiquer la standardisation.

Texte intégral

1De quelle politique est porteur l’ample mouvement de normalisation dans lequel nous sommes pris ? Peut-on parler de « politique » à son propos et n’est-ce pas plutôt de technique ou d’économie que relèvent des normes qui gouvernent des choses ? Ces questions retiendront ici notre attention en raison des trois ordres d’enjeux qu’elles comportent.

  • 1 Un programme collectif de recherche sur « normalisation et qualification », mené depuis 1993 à L’In (...)

2C’est l’ampleur du phénomène qui frappe en premier lieu. Débordant largement les domaines techniques et professionnels spécialisés, le mouvement de normalisation s’est accentué avec la construction du marché européen. Son extension est visible au regard de tous, à mesure que s’allonge la liste des êtres de notre entourage qui sont soumis à des normes européennes, des aires de jeux où s’ébattent les enfants aux haies bordant les champs et configurant les paysages. Sa portée politique est au moins indiquée par les réactions aux intrusions d’une nouvelle source d’autorité sise dans la Communauté européenne. Quelle est donc la nature de ce « marché aux normes » (Thévenot, 1995a)1 ? Pour répondre à ces questions, éclaircir la politique des normes et favoriser son évaluation critique, il faut examiner de près le dispositif qui produit des repères normatifs.

  • 2 Pour une présentation récente de diverses approches pluridisciplinaires de la normalisation, voir l (...)

3Cet examen confronte à un deuxième enjeu : la nécessité de reconsidérer les distinctions admises entre normes sociales, normes techniques et normes du vrai, afin de traiter des normalités développées dans des sociétés humaines lourdement équipées et environnées. Les distinctions classiques ne sont guère appropriées pour appréhender un mode de gouvernement qui repose à ce point sur le rapport aux choses et à leur objectivité. L’économie politique de marché, rare construction politique intégrant des choses, rencontre la question de la normalisation. Elle tend cependant à ne connaître qu’un commerce avec des choses à l’état de marchandises ou d’utilités2. L’étude de la normalisation doit s’armer d’outils moins spécifiés dans le sens du marché, et s’ouvrir à la variété des « normalités » qui régissent les engagements dans un entourage d’êtres d’humanité, de nature et d’artifice.

4C’est pour rendre compte de ces normalités variées que nous avons développé un cadre d’analyse distinguant des « régimes d’engagement » selon les convenances ou les conventions qui les gouvernent. Appliqué à la normalisation, ce développement rend particulièrement visible un troisième enjeu : réélaborer la notion d’information pour éclairer ses liens avec celle de norme. Révélateur de ces liens est l’opération de « saisie » des choses et des personnes que nous avons placée au centre de ces régimes d’engagement. Saisir, c’est en effet engager dans une activité mais aussi appréhender par des connaissances et des repères informatifs. La saisie constitue l’information dans divers « formats », de l’indice perceptuel guidant un geste au repère conventionnel, et oblige à situer la notion d’information par rapport à deux autres questions : sa mise en commun dans des coordinations et des figures du collectif ; son insertion dans une activité qui l’éprouve. Les deux relations de l’information, au collectif et à la pratique, sont particulièrement visibles dans la norme, en raison de sa reconnaissance collective et de sa force prescriptive sur les façons de faire. Ainsi envisagée, la question de la normalisation se situe au cœur du chantier de recherche dont cet ouvrage témoigne. Son étude requiert de déplacer les notions d’information ou de cognition pour sortir ces catégories d’une psychologie mentaliste et les relier à des mises en collectif et à des engagement pratiques. C’est par leur ouverture sur ces questions que les sciences sociales peuvent sans doute apporter leurs contributions majeures à l’analyse de l’information et de la connaissance (Thévenot, à par.), et qu’elles peuvent orienter les études sur la cognition dans des voies originales.

5Après une présentation du cadre d’analyse que nous avons développé pour rapporter divers formats d’information à des engagements pragmatiques différents, une première partie de cet article utilise ce cadre pour examiner les différents lieux où réside la normativité des normes : lieux d’édiction qui suscitent critiques et justification sur le choix des repères formels, mais aussi lieux de mise en relation des normes avec le monde réel où s’exerce une police des choses qui les soumet à la question pour en extraire des propriétés. Le cadre proposé rend attentif aux implications morales ou politiques de la saisie des objets, des formes d’objectivité et de réalisme. La deuxième partie porte sur les politiques de l’information formalisée (au moyen de classifications, codes et instruments de mesure) et s’ouvre à une confrontation avec d’autres approches du phénomène qui s’intéressent aux implications politiques d’une cognition en société. Dans la troisième partie, nous envisageons l’extension de la normalisation des biens à celle des personnes, avec la mise en place de nouveaux systèmes de normalisation de compétences élémentaires : se référant à une « société cognitive », ils participent à l’élaboration d’une nouvelle grandeur de l’information. Un salutaire recul, nécessaire à l’analyse de ces constructions politiques sur base cognitive, suppose une ouverture critique à la pluralité des formats d’information.

Des formats d’information convenant à des engagements pragmatiques différents

6Les sciences sociales contribuent à combler le déficit de réflexion sur la nature d’une information formelle ; elles attirent l’attention sur les ancrages divers des connaissances et sur le travail nécessaire pour détacher l’information de la situation. Le programme que nous avons développé trouve son origine dans une enquête sur la fabrication et l’utilisation de l’information formelle. La saisie qui fait l’information fut initialement abordée par la chaîne statistique et informatique qui confère au terme son sens technique, puis envisagée plus largement à partir des investissements de forme qui supportent des coordinations générales. Cette exploration conduit à déplacer le regard porté d’ordinaire sur la transmission et l’acquisition de données déjà constituées, sur les défauts d’information, les erreurs ou les biais d’utilisation, toutes questions qui supposent le préalable d’une information formalisée. On s’intéresse aux façons d’enformer des êtres et des événements afin de constituer des formes de connaissance susceptibles d’être abstraites des choses, des personnes et des situations, de se généraliser et de circuler. Au lieu de prendre pour acquise la solidité des formes collectives d’objectivité sociale ou, à l’inverse, de la mettre en question au profit d’une négociation ou d’une indexicalité locales, nous rapportons la diversité des mises en forme informative à des possibilités différentes de coordination. L’information n’est reliée ni à des collectifs objectivants, ni à des individus connaissants, mais à une coordination problématique. Cette orientation conduit à prendre garde aux concrétions de l’information, à la place des supports matériels contribuant à son réalisme. Cette démarche met l’accent sur la pluralité de formes du probable servant au jugement (Thévenot, 1992). Une fois rapportés des investissements de forme à des modes de coordination, nous avons à nous interroger sur leur inégale validité : la notion d’information rencontre ici celle de légitimité. La mise en forme utilisable pour des évaluations de bien commun est une qualification selon un ordre de grandeur et répond à des exigences de justification en public (Boltanski & Thévenot, 1991).

  • 3 La notion d’« agence » désigne la capacité dont l’être est doté et qui est un préalable aux appréci (...)
  • 4 Voir Thévenot (1990b, 1992, 1993a, 1994b, 1995b, 1997).

7Les différents traitements des connaissances qu’offrent les théories sociologiques dépendent en fait de conceptions diverses de l’agence humaine (acteur collectif, individuel, stratégique, interprète, routinier…), de son environnement (objets sociaux, moyens d’action, contexte signifiant, milieu…), et de l’interdépendance entre l’une et l’autre (action collective, décision individuelle, interaction négociée, compréhension commune, pratique habituée…). Chaque cadre théorique tend à privilégier un type d’information et de connaissance en le dressant contre les autres. C’est pour éviter ce travers que nous devons redessiner un cadre conceptuel qui ne soit pas biaisé dans le sens d’un certain agencement. Pour cela, il y a lieu de rompre avec le vocabulaire de l’action qui met trop l’accent sur un certain type d’agencement et sur le rôle principal de l’agence humaine3. L’analyse de modes de coordination ou d’ajustement, puis de régimes pragmatiques, vise cet objectif4. Précisons que les termes « coordination » ou « ajustement » ne doivent pas laisser penser à des articulations simplement naturelles ou matérielles. Les régimes résultent d’élaborations permettant, dans des sociétés humaines, de s’accorder sur la façon de traiter d’engagements divers avec un environnement, humain ou non.

  • 5 L’attention portée par Bernard Conein à l’arrangement spatial de l’entourage de proximité permet de (...)

8Une fois reconnue l’insertion de l’information dans des jugements publics qui gouvernent des coordinations de large portée, nous avons reconsidéré dans le même esprit les catégories de l’action ou de la pratique, en les envisageant comme des modalités différentes de coordination avec un environnement plus restreint appelant des formes d’appréciation différentes. Une variété de formes d’information, des plus générales et légitimes jusqu’aux repères les plus localisés et personnalisés, est ainsi rapportée à une variété de régimes d’engagement de l’être humain dans son environnement, l’engagement étant caractérisé par un ordre de convenance qui gouverne les appréciations et la dynamique d’ajustement (Thévenot, 1990b). À mesure que l’on s’écarte de régimes se prêtant à la formalisation des connaissances, pour aller vers des engagements de proximité, l’information se défait dans son extériorité formelle et s’ancre davantage dans des repères perceptifs déposés au cours d’une familiarisation avec l’entourage5. Les repères ne peuvent être explicités, mis en commun et communiqués de la même façon.

  • 6 Sur cet engagement intentionnel et instrumenté par des objets saisis par leur capacité fonctionnell (...)

9Les engagements sont appréhendés du point de vue d’êtres humains, même si l’« agence » humaine diffère d’un régime à l’autre (l’être conventionnellement qualifié se distingue de l’individu porteur d’intention ou de la personnalité familière à son entourage). C’est du point de vue de l’être humain que l’on peut identifier une normalité ou une normativité, entendues cependant dans un sens plus large que celui couvert par la notion de norme sociale, et rapportées aux formes d’appréciation des déconvenues dans l’épreuve d’une réalité. À la différence des notions d’action, de pratique ou de routine, l’engagement est caractérisé autant par l’agence humaine que par la façon dont est saisi l’environnement engagé. Ainsi le régime d’« action normale » repose non seulement sur l’individuation d’un agent auquel est attribuée une agence intentionnelle, mais également sur le pendant offert par un environnement d’objets saisis par des fonctionnalités6. Intentionnelle et instrumentale, elle n’engage pas des évaluations, souvent désignées alors comme valeurs, plus larges que celle de son accomplissement.

10À partir de ces notions de modes de coordination et d’engagement, notre construction répond au souci de comprendre dans un même cadre le gouvernement de personnes en collectivité, l’action individuée ou les rapports au proche et au familier. Nous cherchons à rendre compte du jeu ouvert par cette variété de régimes d’engagement. Nous y voyons une extension du questionnement sur le pouvoir et la critique, qui s’inscrit dans un programme de sociologie morale et politique. La notion d’engagement fait ressortir des normativités élémentaires qui gouvernent les rapports au monde. Nous allons l’utiliser pour identifier les différents lieux de normativité du dispositif de normalisation, puis élucider les sentiments d’abus de pouvoir qu’ils suscitent et qui proviennent de tensions critiques entre modes d’engagement.

Les lieux de la normativité des normes

11Quelle normativité recèlent les normes, et où réside-t-elle ? Posée aussi abruptement, la question paraît contenir sa propre réponse. Les normes ne sont-elles pas précisément construites pour être des instruments de normativité ? Ne fixent-elles pas des objectifs, des procédures de vérification de conformité et des sanctions ? Cette réponse simple, qui suit la définition la plus officielle du dispositif de normalisation, n’épuise pas la question. Le dispositif contient une pluralité de lieux de normativité que nous allons chercher à identifier. Pour ce faire, il faut explorer différentes normativités sans les réduire à un modèle unique de normes sociales cimentant des groupes sociaux. Nous devons rester attentifs, à l’inverse, aux diverses normalités dans les rapports aux choses et aux différentes figures du collectif dans lesquels trouvent place ce commerce avec les choses.

12Dans une présentation classique du processus de normalisation, on fait un clair départ entre des valeurs ou des intérêts subjectifs et, d’autre part, des aspects factuels, techniques et informationnels. Les raisons avancées pour justifier la normalisation seront tenues pour « techniques », au sens de fonctionnel, dans le cas d’une norme de compatibilité qui doit simplifier la production, ou d’une norme de qualité destinée à faciliter les échanges.

13Seules certaines normes seront alors associées à des « valeurs », en l’occurrence des valeurs sociales, parce qu’elles visent à la sécurité, ou à la préservation de l’environnement. Ce partage empêche de voir que les premières, comme les secondes, reposent sur des justifications de bien commun (Thévenot, 1993b). Si nous rapportons les repères informatifs au mode d’engagement qu’ils garantissent, l’information s’inscrit d’emblée dans une idée de normativité qui n’est plus isolée dans une notion de valeur mais inscrite dans le cadre d’appréciation de ce qui convient. Dans certains régimes, le cadre évaluatif s’éloigne considérablement de la notion de valeur pour se rapprocher d’un but plus limité, en se refermant sur la réussite d’une action normale ou d’un accommodement familier. Une fois spécifié un régime de conventions collectives servant à coordonner des conduites par rapport à des ordres de justification, l’étude de la normalisation ne se réduit-elle pas à l’identification du genre de convention qui supporte la norme ? En fait, la décomposition du dispositif montre que la normalisation est loin de se réduire au seul régime de conventions collectives justifiables. L’enquête menée sur des normes de sécurité qui sera exploitée ici montre que la machinerie de normalisation fonctionne dans la conjonction de divers régimes et formats d’information, dont l’analyse éclaire d’un jour nouveau les tensions internes au processus, ses transformations historiques ainsi que leurs implications politiques.

Justification et normalisation

  • 7 La transformation actuelle de la normalisation est favorable, par ses procédures, à cette argumenta (...)
  • 8 Pour l’analyse détaillée de tels moments et des émotions qu’ils suscitent, voir Thévenot (1995c). S (...)

14Commençons par envisager la norme dans ses moments de critique et justification publiques, lorsque la validité du repère normatif est questionnée ainsi que les contrôles qu’il suppose, et qu’il doit être fait référence à des conventions collectives7. Le repère conventionnel est inscrit dans une argumentation, et des justifications légitimes se référant au bien commun sont convoquées à l’occasion de mises en cause critiques8.

Normalisation et qualification industrielle

15La normalisation des choses ou des méthodes est particulièrement propice à une qualification de grandeur industrielle comme nous l’avons reconnu en étudiant cet ordre. Les êtres sont mis en séries selon des critères formels propices à l’abstraction de la mesure et à son transport. Les analyses empiriques ont confirmé que dans les mises à l’épreuve opérées selon cette grandeur, des normes sont immanquablement convoquées, dans des situations aussi différentes que la fabrication d’un produit alimentaire d’appellation d’origine (Thévenot, 1989), l’octroi d’un crédit dans une banque populaire (Wissler, 1989), un conseil de classe (Derouet, 1992), un ameublement pédagogique (Normand, 1997), l’aménagement d’un environnement naturel (Lafaye & Thévenot, 1993 ; Thévenot, 1996a ; Morand, 1997). Dans l’histoire de la normalisation, les justifications d’ordre de grandeur industrielle furent premières lorsqu’il s’est agi de standardiser pour assurer plus d’efficacité, pour éviter des incompatibilités entre équipements et méthodes ou diminuer la variété dispendieuse des produits fabriqués injustifiable au regard des besoins d’utilisateurs eux-mêmes saisis dans leur fonctionnalité normale. La normalisation fut d’abord l’affaire de manufacturiers qui recherchaient des économies de variété et d’interchangeabilité des produits, grâce à l’uniformisation de types. La littérature économique récente consacrée à la normalisation est centrée sur la diffusion et l’adoption de tels standards de compatibilité, même si les modélisations proposées sont parfois étendues à la dynamique des normes sociales (David, 1994).

Quels instruments de mesure pour les différents ordres de qualification ?

  • 9 Certains acteurs, conscients des conséquences de l’utilisation de tels modes de preuve, y résistent (...)

16Les quelques illustrations mentionnées précédemment montrent que des normes techniques sont souvent utilisées dans des jugements qui débordent la justification industrielle pour s’orienter vers un autre ordre de grandeur, domestique (agroalimentaire, banque populaire), civique (établissement scolaire), voire vert (projet d’aménagement d’un site naturel). Certains cas de figure correspondent à des compromis et la compatibilité locale entre plusieurs ordres de justification y est recherchée, comme dans l’appareil scolaire national reposant largement sur un tel compromis civique-industriel (Derouet, 1992). Cependant, dans d’autres situations, des instrumentations propres à l’épreuve de grandeur industrielle sont convoquées à l’appui d’une cause justifiée autrement. Au lieu d’un compromis, il s’agit d’un recours instrumental à une forme de preuve non congruente avec la grandeur visée principalement. Ainsi, les écologistes peuvent instruire leur dossier en empruntant le même type d’appareil de preuve industrielle que les planificateurs industriels soutenant le projet d’aménagement qu’ils combattent. Les épreuves de grandeur non industrielle font bien appel à des normes, mais des normes d’un autre genre, sociales (coutumières dans l’ordre domestique), juridiques (dans l’ordre civique). Elles ne permettent pas l’appareillage de la mesure qui est au cœur du dispositif contemporain de normalisation. Dans tous ces cas, on peut observer que des qualifications diverses recourent, instrumentalement, à une épreuve d’ordre industriel9.

Qualités marchandes

17Parmi les conventions propres à l’ordre marchand, la monnaie vient immédiatement à l’esprit, mesure commune des évaluations par les prix et norme par excellence. Mais on ne doit pas oublier les conventions requises pour consolider les supports de cette évaluation monétaire, les biens eux-mêmes. L’identification commune des biens constituant un pilier de la prétention à la justice dans les rapports marchands, il est normal qu’une longue histoire du traitement de la qualité des marchandises ait accompagné l’expansion des marchés. Loin de la croyance économiste dans la naturalité d’un traitement des choses à l’état de marchandise, les sociétés humaines ont construit cet artifice moral, cette « qualité morale » au sens de Pufendorf, afin de pouvoir arrêter sur elle des jugements. Pour ne pas être trop vague ou trop exclusivement orientée vers des conventions sociales, la « construction sociale des marchés » doit comprendre, au côté de conventions marchandes, la diversité des conventions qui apportent leur soutien à l’identité des biens. En deçà des conventions collectives du régime de justification, on verra, dans la section suivante, la place de conventions ou convenances plus limitées et localisées concourant à la police des marchandises.

  • 10 Dominique Foray observe ainsi : « Certains de ces marchés (automobiles d’occasion) tentent d’éviter (...)

18Historiquement, le mouvement de normalisation des qualités qui nous intéresse ici procède de l’effondrement de soutiens apportés par d’autres régimes. La question de la qualité n’est jamais aussi préoccupante que lorsque fait défaut la confiance apportée par des marchés fidélisés10, ou l’uniformisation stabilisatrice issue d’une standardisation d’ordre industriel (justification de la normalisation par l’économie de la variété coûteuse des produits). L’exacerbation d’une concurrence internationale et la recherche systématique de variété relance en des termes nouveaux le souci de garantir la qualité, c’est-à-dire en fait l’identité, des marchandises.

Des standards commerciaux de marques aux prothèses normalisatrices du marché

19L’extension du marché ne se réalise pas aussi spontanément que dans la théorie économique des marchés concurrentiels ou dans les tableaux sur l’inéluctable mondialisation des échanges. Elle s’accompagne de tout un équipement d’artefacts techniques et conventionnels qui ne sont pas de simples déploiements de dispositifs de qualification marchande. Cet équipement conduit à spécifier la formule polanyienne d’un marché « encastré » et à distinguer des réalisations de marchés historiquement et culturellement situées en pointant sur des tensions critiques que chacune recèle.

20Les entreprises concourent déjà d’elles-mêmes à une internationalisation et à une standardisation de fait, grâce à l’équipement des marques. La signalétique des marques et la matérialisation des signes de reconnaissance (logos, icônes normalisées, marques déposées, labels, appellations contrôlées) ne connaît son plein développement qu’à la condition d’être soutenue, non seulement par les places du marché, mais par un imposant dispositif de visibilité et de diffusion de l’ordre du renom. Le déploiement des marques de firmes portées bien au-delà des limites de l’arène marchande instaure une qualification par la reconnaissance dans l’opinion qui n’est pas d’ordre marchand. Poussée dans sa logique propre, cette qualification n’est pas véritablement ouverte à une épreuve de concurrence et tend même à une uniformisation de fait qui nuit à la variété marchande des produits. C’est une telle uniformisation qui est visée par les procès de la « massification » et aujourd’hui de la « macdonalisation ». Dans les typologies des normes, cette standardisation de facto s’oppose aux standardisations de jure faisant appel à des règlements. La désignation de norme « de fait » est toutefois trompeuse si l’on prend la mesure de l’appareil industriel d’uniformisation et de contrôle mis en place par la firme, qui vient doubler le dispositif de compromis du marketing orienté vers le marché et vers l’opinion. Quant à la normalisation « de droit », elle se rapproche de la gestion contractuelle de marques avec la transformation progressive d’une normalisation réglementée par l’État en une normalisation « volontaire ».

21Ce type de normalisation contractuelle occupe une place centrale dans l’internationalisation des marchés et dans la construction européenne. L’autorité de l’État sur la police des marchandises est en partie reportée sur un dispositif contractuel gouverné par des normes de qualité. En résulte un composé de libéralisme et de normalisation métrologique. La formule même de ce « libéralisme normalisateur » indique qu’il recèle de fortes tensions internes. Opacifié par sa couverture technique, ce mouvement est de grande ampleur. Il modifie la façon d’envisager les objets techniques dans leur mise en valeur économique, recompose les figures classiques du producteur et du consommateur, et même les conceptions politiques du citoyen, de ses modes d’intervention et des bonnes formes de gouvernement.

Des normes pour des droits civiques : du consommateur au citoyen

  • 11 Ceci n’empêche pas que l’avantage comparatif de la normalisation au niveau européen, par rapport au (...)

22Les justifications qui modèlent le dispositif de normalisation ne sont pas seulement industrielles ou marchandes mais également civiques lorsqu’est visée la protection de droits du citoyen. D’une rationalisation d’ingénieur, d’une police de marchand, la normalisation élargit sa vocation pour répondre non seulement aux agencements de producteurs, de vendeurs et d’acheteurs, mais également de consommateurs ou de citoyens qui échappent aux qualifications industrielle et marchande. On le voit en matière de normes de sécurité des produits, ou de normes environnementales et agro-environnementales. Tel le droit du travail élaboré pour remédier aux asymétries de pouvoir qu’ignore la figure contractuelle d’un accord de volontés, un droit du consommateur a été développé pour corriger l’inégalité du contrat marchand avec le producteur (Kessous, 1997, chap. 2). Se détachant peu à peu de la police du marché et de la répression des fraudes, la protection s’est étendue aux risques d’utilisation (loi de 1978), puis à la sécurité et la santé dans le cadre d’une « protection du consommateur » (loi de 1983) (ibid., chap. 1). Cette orientation civique fut initialement prise en charge par des services publics, dans le prolongement d’une métrologie d’État, jusqu’à ce que la normalisation réglementaire soit mise en cause au nom de l’impératif marchand de concurrence. Les directives européennes ont grandement favorisé ce remplacement des règlements d’État par des procédures de régulation qui participent d’une chaîne de conformation dite volontaire, et qui obligent à une formalisation de l’information tout au long de cette chaîne certifiante11.

La police des choses : la norme à l’épreuve

  • 12 Pour l’analyse systématique de diverses formes d’expertise des choses, voir Bessy & Chateauraynaud (...)

23Les différentes justifications du processus de normalisation se donnent à voir dans les lieux propices à l’argumentation publique, tels que des comités de normalisation où sont arrêtés les repères et les méthodes inscrits dans le texte de la norme. Jugements et preuves y sont alors soumis à des exigences de qualification générale (Thévenot, 1995c). Cependant, une large partie de la machinerie de normalisation est consacrée à l’application des normes : des opérations de mesure mettent à l’épreuve pour juger d’une conformité12. Ces opérations nous entraînent vers d’autres lieux et d’autres types de normativité qui ne sont plus gouvernés par un régime de justification. Loin des conventions collectives, l’appréciation de la conformité est supportée par les convenances de l’action normale aussi bien que par les accommodements familiers des expérimentateurs professionnels ou des usagers. L’enquête montre que les mesures de conformité aux normes ne peuvent se cantonner dans le régime auquel le scientifique se tient dans ses publications, et saisir complètement les êtres à partir de propriétés physico-chimiques rapportant leur comportement à des lois (Thévenot, 1993a). La police de la sécurité est une quadrature des choses plus embarrassante : elle doit intégrer des utilisations « raisonnablement prévisibles », mises en action et usages qui ne s’adossent pas à des lois scientifiques. Alors que du tableau de la nature finalement offert par le laboratoire scientifique doit disparaître toute agence humaine engagée dans un format d’action normale, dans la normalisation de biens marchands, ou de biens d’usage, il est impossible de réduire les engagements qui supportent une telle agence humaine intentionnelle.

Les agencements de l’individu et de l’objet : propriété ou utilité ?

24Déjà, l’engagement marchand agence des sujets humains et des objets qui sont nettement différenciés dans leurs modes de saisie, et non pas rapportés aux propriétés communes qu’appréhende la saisie physicaliste. Le régime de justification marchande, façonné pour les disputes publiques, offre une élaboration conventionnelle du régime d’action normale. La figure de l’agence humaine volontaire y est mise en valeur sous un certain rapport à l’objet qui supporte une évaluation générale. L’activité est spécifiée en tant qu’appropriation privative et la volonté fixée sur l’acquisition, son moyen d’exécution n’étant saisi qu’en tant que possession. Le droit équipe ces réductions conventionnelles, le rapport de propriété aussi bien que l’agence volontaire du contractant qui servent de supports à l’imputation de responsabilité. Tout autre est l’élaboration conventionnelle dans une grandeur industrielle qui met en valeur en le généralisant un rapport d’efficacité entre le plan d’action et l’exécution. Cette grandeur industrielle est une qualification conventionnelle qui érige des équivalences entre des fonctionnalités qui ne s’évaluent d’ordinaire que dans le cadre d’une action normale et de ses tolérances. Ce n’est plus l’action en question qui est l’horizon d’appréciation, mais une mesure d’efficacité.

25Les deux rapports d’appropriation et d’utilisation efficace ont donné lieu à des constructions conventionnelles très différentes même si leur composition est au cœur des constructions économiques. Une qualité proprement marchande ne garantit rien d’autre que la possibilité de l’échange et ne comporte pas d’attente de normalité dans un rapport d’utilisation. On le voit bien dans la maxime du « caveat emptor » qui limite la question du vice à sa visibilité lors du moment d’achat-vente.

  • 13 Peter Wagner note la combinaison d’une collectivisation des objets et d’une individualisation des c (...)

26Si Marx a démonté le « fétichisme de la marchandise » en nous enseignant à reconnaître la différence avec la « valeur d’usage », l’enquête doit se prolonger par une investigation sur une autre espèce de « fétichisme », celui de l’utilité, qui engage aussi des « rapports sociaux ». La valeur d’usage reste fâcheusement naturalisée dans l’opposition à la valeur marchande, alors même que le terme de « valeur » devrait indiquer une évaluation commune et inciter à rechercher les conventions collectives qui la soutiennent. C’est en suivant une police de la sécurité des objets qui ne s’en tient pas à la valeur conventionnelle marchande mais qui doit étendre son emprise dans une saisie fonctionnelle et même, au-delà, dans certaines variations idiosyncrasiques d’usage, que l’on peut éclairer cette question. La normalité de la fonction peut être alors située relativement, par rapport à la construction conventionnelle d’une valeur plus générale d’efficacité mais aussi, en deçà, par rapport à un engagement familier qui ne s’aligne pas sur cette normalité fonctionnelle. La garantie de propriétés fonctionnelles des biens est aujourd’hui en cours d’équipement à l’aide du dispositif de normalisation, tout comme la garantie de leur appropriation privative fut équipée de longue date par le droit civil. La compréhension des effets de la normalisation ne doit donc pas se limiter à une uniformisation sociale souvent dénoncée parce que l’individu n’y aurait pas sa place. La normalisation fonctionnelle est, en effet, congruente avec une individuation de l’agence humaine13.

La réduction des engagements fonctionnels et familiers à des propriétés de l’objet

27Le régime de l’action normale connaît l’inquiétude de la tentative et la temporalité de l’effectuation. L’action malheureuse survient par inexpérience de l’utilisateur, par mégarde, par utilisation d’un moyen inapproprié. La réduction de l’action à un échange marchand contracte le temps de l’expérience dans un simple transfert des propriétés de l’objet à son propriétaire, selon un mouvement instantané et immédiat qui se confond avec l’acte même de vente. Garantir le fonctionnement ou l’usage à partir d’une qualité purement marchande de l’objet acquise par l’achat soulève donc des difficultés. Or l’évolution du dispositif de normalisation sécuritaire va dans ce sens, par proximité avec le marché : toute la garantie devrait résider dans la qualification du produit, les agents humains ne s’engageant les uns avec les autres que par rapport à cette qualité vis-à-vis de laquelle ils se lient contractuellement.

28La normalisation orientée vers un impératif de sécurité comporte ainsi des tensions internes que l’on doit élucider pour mener une analyse critique. Elle suppose de saisir l’objet dans des engagements différents de la transaction marchande et d’envisager des agences différentes de l’acheteur ou du vendeur. De même que l’étude du travail réclame, par-delà l’échange contractuel, de prendre en compte une maîtrise intentionnelle ainsi qu’une habileté familière, de même le souci de l’utilisation oblige à appréhender l’usager dans des expériences toutes différentes de l’achat. L’impératif de sécurité demande que l’on mette l’objet à l’épreuve de l’utilisation, et l’horizon de l’accident invite à dépasser le fonctionnement normal pour envisager des usages déviants. Cette prise en compte des usages accommodés, familiers, voire exploratoires doit pourtant se solder par une qualification du produit propice à la saisie marchande. La machinerie du test transforme ainsi des engagements fonctionnels ou familiers en propriétés des objets pouvant passer pour des extensions de propriétés physico-chimiques.

29Un moyen majeur de transformation consiste, pour le technicien de normalisation, à prolonger le travail d’étalonnage inspiré de son collègue métrologue et à construire des étalons d’être humain. Bien entendu, l’étalonnage est impuissant à opérer une réduction parfaite d’un régime d’engagement à l’autre : on ne peut saisir l’agence humaine relevant d’un régime d’action intentionnelle à l’aide de propriétés. Au mieux, des succédanés d’action seront appréhendés à partir de régularités comportementales intégrées dans le test. Dans le test d’un porte-bébé, par exemple, le support est soumis à des agitations régulières de haut en bas qui tiennent lieu de soubresauts occasionnés par la marche de l’être humain portant le bébé.

30La réduction semble d’autant plus accomplie que l’étalon est rapporté lui-même à des propriétés physico-chimiques fondamentales qui ont fait l’objet d’une métrologie scientifique. Ainsi, le bébé occupé à l’action d’avaler est mis en propriété à partir d’une bouche-étalon réduite à un gabarit ayant la forme très pure d’un cylindre creux dont le fond est incliné en biseau à 45°, et sur les dimensions duquel les membres de la commission de normalisation se sont accordés (document CENT/TC 252/WG 3, N104 du 22/12/1993). Avec la réduction à ces propriétés physiques élémentaires, il semble que l’on ait réussi à contenir les actions humaines qui entraînent vers des régimes différents de saisie du monde : actions nécessitées par la réalisation présente du test, ou actions passées ayant déposé une trace dans l’appareillage de test qui s’en trouve taxé d’« arbitraire ». Même réduit à des propriétés élémentaires, l’étalon peut encore porter les stigmates d’une action humaine antérieure. La mise en étalon de la main humaine qui tient l’anse du couffin et qui est intégrée dans le test de « stabilité longitudinale » se concrétise dans un tube de diamètre 10 mm/80 mm (cf. N104). Un technicien dénonce ce choix qui ne tiendrait qu’« au tube qu’ils avaient sous la main », dans le laboratoire ayant initialement mis au point le test, et sur lequel la norme s’est ensuite alignée. Dans un autre cas est dénoncé l’agent humain qui « a pris la cornière qu’il avait sous la main et qui va entrer dans la norme alors qu’on ne peut même plus en trouver » (technicien de laboratoire d’essai).

31Pour éviter ces actions humaines et ces occasions saisies qui gênent la justification (Thévenot, 1996a), le technicien de laboratoire considère que « l’idéal serait de dessiner les machines en fonction des normalisations et de se les faire fabriquer ensemble. Ça s’est fait dans le textile. À un moment donné, les machines ont été définies en commun, on a contacté un fabriquant qui en a produit dix-douze d’un coup et elles ont été réparties dans les différents laboratoires ». Mais on est souvent loin de ce cas de figure : les parcs de machines à extraire des propriétés diffèrent selon les laboratoires et proviennent d’actions antérieures : « En puériculture, c’est différent, chacun a plus ou moins des machines, c’est aussi pourquoi les descriptions ne vont pas trop loin, chacun ne veut pas être bloqué » (technicien de laboratoire). Il se peut aussi que l’agent humain ne puisse être transformé en une pièce de la machine à tester en raison de la diversité des produits à tester par le même laboratoire et du coût d’investissement à supporter. Ainsi, les poussettes diffèrent trop les unes des autres par leur mode de pliage pour que la capacité à l’action de plier soit transformée en propriété d’une machine, sauf dans le laboratoire privé d’un fabricant (interview d’un fabricant). Ailleurs, les mille pliages de rigueur pour la norme sont effectués « à la main » dans un format d’action humaine qui est alors toléré, par défaut.

L’agence humaine dans le transport des propriétés

32Étrangement, les normes ont la prétention d’éviter l’aporie de la règle et incluent des règles sur leur propre application. Sans avoir lu Wittgenstein, Kripke ou Goodman, sans se souvenir de la régression infinie des « instruments judicatoires » relevée déjà par Montaigne, les normalisateurs de terrain savent d’expérience que la règle de la règle n’arrêtera pas le « rouet ». Les techniciens chargés de la mise en œuvre de normes, dans des laboratoires d’État ou dans des entreprises privées, parlent sans cesse d’« élaborer », d’« assurer », de « maintenir » « une interprétation » : « quand on a la norme, on a un texte, on a la loi, mais il y a aussi l’interprétation » (technicien de sécurité d’entreprise). Ce vocabulaire de l’interprétation, tout en pointant vers la mise en œuvre de la règle, risque d’arrêter la réflexion sur un genre de fascination devant le gouffre interprétatif qu’a intensivement exploité le mouvement post-moderne. Il est insuffisant pour préciser le genre d’engagement sur lequel reposent les conventions. Obligé de maintenir les propriétés en payant de sa personne et, si l’on peut dire, de son produit, un technicien d’entreprise chargé des questions de normalisation s’emploie ainsi à entretenir l’« interprétation commune » de la norme par des actions et des accommodements de proximité. Pour préparer un test effectué par un laboratoire britannique sur un produit français, il se transporte avec son produit et veille à l’élaboration d’une interprétation commune de l’application de la norme au nouvel objet. La « négociation » qui s’ensuit a lieu après chaque innovation majeure mais opère sur la base des repères déposés à l’occasion d’« interprétations » antérieures. Dans le cas d’une réorganisation administrative ayant entraîné une importante mobilité des personnels du laboratoire britannique, le dépôt de l’interprétation dans des engagements familiers a été détruit et les repères d’accommodement doivent être à nouveau fixés sur les lieux, en personne et en chose :

J’ai fait connaissance d’un nouveau personnage. Ce qui est intéressant au niveau des normes, c’est l’approche de la personne : comment elle répond à vos questions, comment elle va interpréter, comment elle se situe au niveau de la connaissance. Pour la nouvelle, c’est du terrain vierge. J’avais noué des contacts, noué certaines interprétations avec la personne précédente. Ce que je veux, moi, c’est que l’acquis que j’ai, je puisse le transposer avec la nouvelle personne, toutes mes annotations, etc. […] Au niveau des essais de stabilité, du positionnement du mannequin dans la poussette, on ne dit pas dans la norme comment l’attacher. Pour des poussettes limite, ça peut faire basculer. Ça posait problème de transférer avec le nouveau. Pour la nouvelle poussette, j’avais déjà négocié des interprétations. Lui faire accepter, c’était pas évident, parce que je n’avais pas toute cette antériorité. (Technicien de sécurité d’entreprise)

Politiques de l’information normalisée

33Après avoir identifié les différents types de normativité que recèle le dispositif de normalisation, nous sommes mieux armés pour traiter les implications politiques de la mise aux normes. Notre cadre d’analyse est propice à cet examen puisqu’il traite des formes élémentaires d’engagement et que les constructions politiques et morales composent des figures d’engagement répondant à certaines exigences d’extension. Nous n’allons pas considérer ici tous les aspects politiques de la normalisation. Nous centrerons notre attention sur les modalités de composition de différents formats d’information et sur les conséquences d’une réduction à certains d’entre eux qu’opère une « montée en politique ». L’investigation sur la normalisation s’ouvre alors à une réflexion plus large sur la politique de l’information formalisée qui prolonge un programme antérieur sur la politique des statistiques (Desrosières, 1993 ; Thévenot, 1990a, 1994a). Lorsqu’elle déborde les univers professionnels, techniques et économiques, pour s’immiscer en tous lieux de notre vie quotidienne, l’information formalisée suscite des tensions avec d’autres modes d’information et de connaissance pertinents dans des rapports au monde non soumis aux mêmes exigences de gouvernement public. L’analyse critique de la normalisation ne saurait donc s’arrêter à l’uniformisation qu’implique la standardisation. Elle devrait s’intéresser aux conséquences des opérations de formalisation sur d’autres formats d’information et les engagements pragmatiques qu’ils supportent. En même temps qu’elle étend le propos à l’information normalisée, cette deuxième partie s’ouvre à une confrontation avec d’autres approches sociologiques des phénomènes de normalisation d’information, qui nous intéressent ici parce qu’elles portent attention à leurs implications politiques.

Les représentants en question : délégués, minorités et engagements multiples dans les conventions

34Une modalité importante de la mise en politique des thèmes étudiés ici tourne autour de la question des représentants et de la représentation. Bruno Latour et Michel Callon ont placé cette notion au centre de leur construction sociologique originale. Leur monde est peuplé de représentants, délégués, lieutenants. En dépit de ces personnages et des intrigues auxquelles ils sont mêlés à l’occasion de controverses, cette sociologie ne s’intéresse pas aux conditions de la discussion, de la critique, ou même de la négociation ouverte entre des porte-parole. Elle s’occupe, dans une conception différente des rapports politiques, de la façon dont les arrangements se font et se défont, de fait. Le questionnement principal porte sur la force du représentant, dans la ligne de la réflexion politique et sémiologique que Hobbes a consacrée à ce qui autorise et ce qui signale l’autorité. Le dévoilement des prétentions du représentant, que l’on trouve dans d’autres sociologies du pouvoir comme celle de Pierre Bourdieu, consiste alors à révéler la chaîne des intéressements dont l’extrémité portant parole ne saurait être détachée comme un lieutenant de ses troupes. L’enchaînement des réseaux déborde la délégation humaine en raison du rôle attribué aux actants non humains qui y participent et font même aussi office de délégué (Callon & Law, 1989).

  • 14 Sur l’analyse du pouvoir par la dépendance, voir Meyers (1989).

35La métrologie illustre parfaitement ces configurations en réseau dans lesquelles les représentants d’unité de mesure scientifique se prolongent en des ramifications multiples. C’est pourquoi Latour s’y est tôt intéressé, préoccupé de déployer au grand jour les chaînes d’êtres humains et d’instruments qui contribuent à l’extension de la science au monde (Latour, 1995, chap. 6, C). Soulignons que ce cas de figure diffère d’autres terrains étudiés par la sociologie des actor-networks, dans lesquels le réseau qui fait tenir le représentant, et ses nœuds de controverse ou de traduction, sont révélés par le travail du sociologue même si ce dernier opère en suivant les acteurs. Dans le cas de la métrologie, le réseau est reconnu et valorisé par les acteurs eux-mêmes. Procédant d’une « traçabilité » qui permet de reconstituer, maillon par maillon, l’identité de l’objet, il offre périodiquement le spectacle de la mise à l’épreuve de chacun de ses maillons. Cette différence entre un réseau de référence pour les acteurs et un réseau révélé par le chercheur au prix de son enquête est significative si l’on prend garde à la façon dont les acteurs traitent leurs engagements et les apprécient : bienfaits de réseaux qui transportent et consolident une valeur de référence dans une réputation, une métrologie ou une traçabilité ; méfaits d’un pouvoir qui déborde la capacité normale et provoque une dépendance dont on voudrait se déprendre14.

Critique d’une sociologie de délégués et politique des minorités

36Cette sociologie des porte-parole oscille entre la peinture d’une base remuante, au plus fort des controverses, et le constat désabusé de son inéluctable condamnation au mutisme, en dehors de ces moments. Des critiques se sont élevées contre cette seconde position et contre la politique sous-jacente qui ne donnerait la parole qu’à de gros porteurs privilégiés. Erhard Friedberg écrit ainsi : « La démarche de Callon et Latour revient donc à suivre exclusivement la pensée du ou des traducteurs (du ou des innovateurs) au détriment de tous les autres acteurs. Elle demande qu’on se mette à la place uniquement du ou des traducteurs, au lieu de se placer successivement à la place de tous les acteurs concernés pour reconstruire le système de relation qui les lie. » (Friedberg, 1993, p. 207). Suzan Leigh Star s’attaque à la même question dans les recherches qu’elle a consacrées aux thèmes qui nous occupent ici : normes d’information inscrites dans les classifications internationales (Bowker & Star, infra) et conventions (Star, 1991). Elle demande que la voix soit redonnée aux actants alignés sous le représentant et aux laissés-pour-compte des conventions. Dans ce débat, nous porterons attention aux transferts entre modèles sociologiques et modèles sociaux et politiques.

37Sa critique rejoint le libéralisme politique dans sa réticence à la délégation collective qui uniformise et aux standards qui ignorent les différences entre individus. Dans les motifs de défiance à l’égard des délégations et des traductions, l’argument s’écarte néanmoins du libéralisme. Le cas incriminé est un standard de marché qui n’est pas une norme édictée de jure mais une norme de facto : issue d’une politique privée de firmes, un produit se généralise à partir d’une implantation multinationale et d’imitations qui assurent au standard sa couverture mondiale. Star n’effectue cependant pas la connexion simple entre libéralisme politique et libéralisme économique, qui présente couramment le laisser-faire du second comme le protecteur de la liberté individuelle prônée dans le premier. Elle dénonce le hamburger standard qui ne lui convient pas, pour cause d’allergie aux oignons. La différence entre individus est vue comme inégalité d’accès et, loin du handicap de nature, l’inégalité est thématisée comme écart d’une minorité à une majorité constituant la base au standard. Faute de pouvoir d’achat d’un groupe d’intérêt particulier (« special needs ») composé de personnes allergiques aux oignons, il ne se crée pas une « niche de marché » aboutissant à un nouveau standard sans oignons. L’illustration montre que l’épreuve du marché n’est pas adéquate pour régler la qualification d’un produit qui est ici en partie civique, dans la mesure où elle doit prévenir un risque de santé ou compenser un handicap. Plutôt que d’envisager cette composante civique commune aux normes de santé ou de sécurité, Star inscrit la question dans une politique de défense des minorités. Cette politique comporte des éléments civiques, dans la dénonciation des inégalités entre majorité et minorité, mais emprunte également aux figures politiques d’inspiration libérale qui mettent en valeur une composition multiculturelle de la chose publique.

38La « politique de l’identité » à laquelle se réfère Star ne se limite pas à un plaidoyer multiculturel à l’appui de nouvelles conventions sur socle d’appartenances minoritaires. Le multiple n’est pas seulement configuré au niveau de la société, dans une pluralité libérale d’individus ou dans un multiculturalisme de groupes identitaires, mais figuré au niveau de la personne à partir du thème de la « personnalité multiple » qui est retourné positivement. Au lieu qu’un espace public ou social soit composé à partir d’une confrontation libérale d’identités, c’est la personnalité elle-même qui est présentée comme le résultat d’une négociation entre des personnalités multiples attachées à des mondes différents. Le passage d’une figure à l’autre est favorisé par le modèle sociologique utilisé : « des objets frontières » négociés en raison de leur appartenance simultanée à plusieurs mondes sociaux (Star & Griesemer, 1989). À la représentation, à l’enrôlement d’actants, est opposée la multiple appartenance à des mondes différents qui donne lieu à la négociation d’identités personnelles.

Le poids des conventions sur les personnes

  • 15 Les hackers étudiés par Nicolas Auray (cf. sa contribution supra) élaborent des politiques sur la b (...)

39L’approche de Star porte donc à analyse critique des normes et des conventions. Elle rejoint la critique de John Law (1994) dans le constat que la coordination assurée par les conventions est relative et ne s’accomplit qu’au prix d’exclusion et de désordre pour les gens et les situations ne se prêtant pas à cette convention : si le « MacDo » standard ordonne, pour quelques instants quotidiens, le monde d’une imposante clientèle, nombreux sont les exclus qui en subissent gêne et chaos (Star, 1991, p. 42)15. Star propose donc que l’on s’intéresse à une « phénoménologie des rencontres avec les conventions et les formes standardisées » afin d’explorer la « distribution du conventionnel » et de mettre en évidence les personnes qui portent la charge de cette distribution et du maintien de la standardisation. Cette orientation suppose une prise en compte de « la nature du personnel » au sein des réseaux, dont l’absence est déplorée dans la théorie de l’actor-network par contraste avec sa place dans les recherches féministes, qui ont dévoilé le travail domestique demeuré longtemps invisible dans les économies. La politique de l’identité dessinée par Star fait de la personne le nœud de multiples liens, le composé d’appartenances diverses à des mondes sociaux différents. Peut-on cependant traiter au mieux du personnel et de la phénoménologie des conventions en recourant à une notion de monde social qui est elle-même appréhendée en termes de convention par Howard Becker (1988) ?

  • 16 Sur les tensions entre jugement et agapè, voir Boltanski (1990), et sur celles que suscite la souff (...)

40Les remarques de Star ont une portée qui dépasse les modèles de porte-parole en révélant l’envers des conventions de coordination. Elles recoupent des critiques adressées à la relation entre investissement de forme et coordination (Friedberg, 1993 ; Paradeise, 1988). Pour approfondir ces questions nous avons précisément pris pour objet, avec Luc Boltanski, les tensions critiques que suscitent les opérations de mise en équivalence et de montée en généralité. Distinguer la pertinence de ce qu’il est légitime de généraliser, en l’opposant à ce qui est renvoyé au particulier ou au contingent, n’est pas seulement une opération cognitive mais participe d’un jugement qui en appelle à des figures du bien commun. L’établissement de catégories, de classements, de normes, qui constituent des informations de portée générale, suscite des réactions critiques et des résistances à la mesure des réductions accomplies. Nous voyons cette dynamique critique opérer à l’intérieur d’un ordre de justification (par exemple entre les demandes qui ont un poids sur le marché et celles qui sont sans « niche »), ou entre des ordres différents (par exemple entre une standardisation justifiée par un marché et une normalisation justifiée par la sécurité de citoyens). Avec les développements ultérieurs ouvrant sur une large gamme de régimes pragmatiques, nous analysons d’autres sources de tension critique, entre régimes d’argumentation publique et régimes d’engagement personnel16. L’analyse de ces tensions critiques entre régimes d’engagement permet de comprendre les sentiments d’abus de pouvoir que suscite la réduction à des conventions collectives.

Réseaux composites et engagements multiples

41L’analyse de Star trouve place dans des figures de politiques décentralisées qui sont congruentes avec différentes sociologies mettant l’accent sur des connaissances distribuées. Des convergences apparaissent ainsi, aux États-Unis, entre les approches « actor-network » (Latour, 1995), les recherches sur l’intelligence « distribuée » dressées contre les modèles du programme et du plan (Gasser, 1991), les travaux sur les artefacts informationnels (Norman, 1993), les modèles de connaissances distribuées (Hutchins, 1994) et les recherches antérieures sur la cognition sociale distribuée (Cicourel, 1974, 1990). Contre des hiérarchies, des plans et des capacités individuelles, sont mis en valeur des liens locaux, des relations aux équipements, des coopérations, des dynamiques émergentes.

42Les figures du réseau ou de la distribution risquent, par la mise à plat qu’opère le graphe, de suggérer une homogénéité des liaisons assurant la circulation d’un medium et d’effacer, par sa connectique, les tensions critiques qui nous préoccupent. Lorsqu’est reconnue l’hétérogénéité d’un segment à l’autre, l’analyse des nœuds devient cruciale pour comprendre les conditions de composition de segments disparates. Les notions de « traducteur » ou « médiateur » pointent vers, plus qu’ils n’explicitent, les contraintes et les possibilités d’un travail de composition requis pour que transite quelque capacité en dépit de liaisons dissemblables. Ainsi, la transitivité de contacts personnels aboutissant au transport de confiance dans des jugements sur la compétence des salariés (Eymard-Duvemay & Marchai, 1997) requiert sans doute des régimes différents de ceux impliqués dans les liens personnels : la construction de tiers-juge, aidée par des dispositifs consolidant ces réseaux, et la qualification de personnes-de-confiance ou de choses-gages selon des formes de réputation qui contribuent à généraliser la confiance sise dans le proche. Ce ne sont pas seulement les liaisons entre personnes mais aussi les rapports aux choses qui doivent être envisagés dans leur diversité. L’idée d’une délégation aux choses d’un dessein, extrêmement fructueuse par la façon dont elle révèle leur place dans les coordinations humaines, porte le risque de ne les saisir que dans un format fonctionnel en négligeant leur accommodement dans l’usage. En ouvrant l’enquête sur les modalités variées du commerce avec les choses (Thévenot, 1994b), on situe la place d’un engagement fonctionnel et d’un traitement disciplinant par rapport à des usages qui n’apparaissent, au regard de ce régime de l’action normale, qu’en tant que détournement ou déviance par rapport à une normalité instrumentale.

La saisie des choses : politiques de la mesure

43Lorsque les objets saisis sont d’usage quotidien, leur normalisation suscite des tensions particulièrement vives entre différents modes de saisie. Diffèrent-ils en cela des objets impliqués dans la normalisation métrologique, qui seraient réduits sans reste à des propriétés scientifiques, et ainsi abstraits de toute autre saisie humaine ? La métrologie rencontre en fait des problèmes similaires, mieux visibles à la lumière des travaux sur la normalisation d’objets quotidiens qui font ressortir la variété des régimes d’engagement impliqués. Mallard relève la notion officielle, dans la démarche métrologique, de « valeur conventionnellement vraie » (Mallard, 1996, p. 384). Les métrologues explicitent donc eux-mêmes l’accord conventionnel sur ce qui a valeur de vérité, sans qu’il y ait besoin de sociologues des sciences prompts à dénicher la part d’interventions humaines dans le secret des laboratoires produisant les lois universelles. La convention collective publique s’édifie sur le régime de l’action normale : la convention, précise le texte de normalisation, tient sa tolérance d’une « différence non significative pour le but donné » au sein d’une organisation. On retrouve ici une référence explicite à la téléologie de l’action normale qui soutient la saisie fonctionnelle des objets utilitaires.

Parallèle avec la saisie métrologique des propriétés

44Pour normaliser les mesures et maintenir les « propriétés physiques essentielles » qui ont la faveur du technicien d’essai, le métrologue est lui-même amené à extraire les propriétés physiques de situations et d’objets matériels dont la manipulation relève de régimes d’engagement bien différents. Ces objets hybrides sont à la fois engagés dans des actions normales à partir de leur fonctionnalité et, en tant qu’étalons, porteurs de propriétés physiques fondamentales. Les techniciens qui mètrent le volt doivent ainsi, comme leurs homologues qui arrachent les yeux des ours en peluche, se déplacer en personne, entretenir des liens de proximité avec leurs collègues en s’entendant sur les façons de faire, établir des familiarités de proche en proche avec les équipements en usage. La pluralité des formats de connaissance et des engagements impliqués disparaît toutefois des comptes rendus. Joseph O’Connell s’accorde avec d’autres sociologues des sciences (Latour, Collins, Schaffer) pour dévoiler dans la métrologie l’invisible travail des techniciens qui maintiennent en pratique l’universalité de la science, mais que l’exposé scientifique finira par effacer du tableau. Ce dévoilement contribue à la mise en cause des représentants en offrant de bonnes raisons pour dénoncer l’abus de pouvoir d’un groupe social de savants et la division du travail qui l’entretient. Le déplacement que nous proposons poursuit l’enquête en amont, et met en évidence la réduction d’une pluralité de régimes d’engagement qui se solde par la domination de l’un d’entre eux.

45Les efforts répétés pour se dégager de régimes incompatibles avec un traitement en propriétés physico-chimiques scandent toute l’histoire de la métrologie. Discutant l’étalon de résistance électrique au milieu du xixe siècle, les Britanniques contestent l’unité proposée par l’industriel allemand Siemens pour le motif qu’elle dépend de matériaux (mercure) et de constructions (une colonne de 1 mm de section et de 1 m de haut à 0° C) jugés arbitraires. L’idéal est de se référer à des « unités primaires » (masse, longueur, temps) « frappées du sceau de l’autorité, non du législateur ou de l’homme de science, mais de la nature » (rapport de 1873 cité par O’Connell, 1993). Un épisode plus récent des années soixante nous montre à nouveau le souci de dégager une unité physique d’agents et d’engagements relevant du format de l’action normale : un étalon de volt muni d’une poignée et transporté à la main par un agent habile s’efforçant d’éviter des inclinaisons excessives (ibid.). Le « standard intrinsèque » est conçu pour s’affranchir des actions humaines de liaison et de transport. Plus de ces cérémonies périodiques au cours desquelles des agents du bureau des standards reconstituent pratiquement une chaîne d’accouplements entre étalons secondaires et étalons primaires. Le standard intrinsèque est une espèce de kit d’expérience de physique à monter chez soi : le lien au représentant le plus autorisé ne tient plus qu’aux instructions fixant le protocole de l’expérience et à la chaîne de qualification des modalités et des procédures.

  • 17 Il s’inspire d’un referee qui lui avait fait remarquer : auparavant, « il fallait pointer sur la ci (...)
  • 18 Voir aussi Latour (1993) et les recherches en cours de Elisabeth Claverie (à par.).

46La dernière étape de cette évolution historique de la métrologie ressemble à la transformation actuelle de la normalisation, par l’accent mis sur les aspects contractuels et procéduraux. Sous l’impulsion du ministère américain de la Défense qui se trouve à la tête d’un vaste réseau de sous-traitants, est mise en place depuis la fin des années 1980 une procéduralisation de la chaîne des standards et des instruments de mesure. Dans un contexte de restrictions budgétaires, on substitue au travail d’agents visitant les laboratoires de sous-traitants pour vérifier la justesse des instruments de mesure, une chaîne de traçabilité. Des épreuves impliquant des déplacements d’acteurs en personnes et jouant donc sur plusieurs régimes de preuve sont remplacées par un appareillage de conventions collectives qui stipule les procédures à suivre et les comptes rendus à établir. Ce changement fait débat au sein des métrologues, certains d’entre eux dénonçant une traçabilité qui ignore les lois de la nature pour lui préférer les lois du droit. Ils voudraient renverser ce nouveau « veau d’or », « objet tangible mais spécieux détournant l’attention d’une entité intangible mais efficace qu’il est destiné à représenter » (cité dans O’Connell). O’Connell esquisse un parallèle avec les rapports aux Écritures, dans le catholicisme et dans la Réforme17, métrologie et théologie ayant en commun de « rendre réels, maintenir et disséminer les représentants tangibles d’une transcendance » en construisant « un système social d’autorité et de dissémination pour créer des intermédiaires avec cette transcendance à défaut d’une permanente mise en présence ». La réforme métrologique serait « calviniste » en ce qu’elle ouvrirait l’accès direct de chacun au Volt, sans les « rédemptions périodiques » comparées aux médiations « catholiques ». Le parallèle avec la théologie18 rompt avec la mise en cause des représentants pour inciter à un examen plus compréhensif de différents rapports de présentation et représentation, différemment soutenus par des intermédiaires. Cette dernière transformation historique du dispositif métrologique et le débat qu’elle suscite nous font progresser dans la direction qui nous intéresse. Le précédent gouvernement métrologique établissait une grande chaîne des êtres reliant à l’étalon et, au-delà, à la variable de la loi physique, la scène d’une utilisation particulière. Les liaisons étaient assurées par l’intermédiaire d’instruments calibrés mais aussi d’une série d’engagements personnels et familiers. Le second système, en revanche, ne reconnaît que des agences autonomes (institutions plutôt qu’êtres humains) qui s’engagent volontairement sur des repères formels servant de termes de référence au contrat. La réforme ne transforme pas seulement l’état dans lequel sont saisis le Volt ou l’un de ses avatars : étalon auquel se relier périodiquement, ou bien expérience à refaire chez soi. Elle change la forme de l’agence pertinente pour le type d’engagement qu’équipe le dispositif.

La saisie informatique des activités humaines : la « capture » dans le fonctionnement

47Notre analyse des opérations de « saisie » est partie d’une réflexion initiale sur le codage statistique, et plus particulièrement le codage des activités professionnelles. Elle rencontre aujourd’hui la recherche de Philip Agre qui porte sur les opérations de collecte de données informatisées et sur la mise en forme concomitante des activités humaines (voir sa contribution infra). À notre souci de rapprocher les mises en équivalence cognitives et les constructions politiques répond l’attention portée par Agre aux implications politiques de nouvelles formes de « capture » décentralisée. Si les démarches sont apparentées, les modes de collecte et les types d’organisation qu’elles sont destinées à informer diffèrent. Les données que nous avons étudiées s’intègrent dans des totalisations statistiques, telles que celles produites par l’INSEE pour guider l’action de l’État, ou par des organismes internationaux fournissant des expertises à partir de classifications standardisées (cf. la contribution de Bowker et Star à ce volume). Agre s’intéresse, quant à lui, à la collecte décentralisée d’informations locales sur des activités individuelles au sein d’organisations privées, informations qui sont utilisées pour le management, en temps réel ou dans des délais rapprochés. Son investigation fait ainsi la transition entre la saisie normalisée des objets et celle des êtres humains au travail que nous aborderons dans la dernière partie.

48Alors que les classifications de métiers saisissent des états professionnels, les modes de « capture » décentralisée visent une unité d’activité plus élémentaire, de l’ordre de la tâche. Fort de son expérience en intelligence artificielle, Agre expose la représentation des activités incluse dans les systèmes d’information utilisés. Cette « grammaire de l’action » repose sur des unités élémentaires réplicables : actions-types reconnues par un système comptable, scripts de télémarketing, mouvements standards d’entrée-sortie d’un réseau autoroutier, fonctions d’interface avec un ordinateur ou protocole de communication avec un réseau, tâches décomposant l’activité de grandes entreprises de services aux fins d’un « micro management » (McDonald’s, Federal Express, Pizza Hut, etc.). La relation entre saisie et normalité est également importante pour Agre, qui note que la capture est moins une « découverte » qu’une normalisation de fait. Les agents saisis réarrangent leur activité pour ne pas se trouver gênés par la collecte d’information, ou pour contrôler la représentation de leur action qui en résulte. Faute d’un engagement familier des concepteurs dans les activités saisies, la « grammaire d’action » tend en outre à s’aligner sur des définitions prescriptives de l’activité. Le choix des formes de capture peut aussi constituer un enjeu tel que celui des classifications statistiques (Desrosières & Thévenot, 1988).

49Contrairement au taylorisme qui légifère sur des séquences d’action (Dodier, 1995), les dispositifs de « capture » laissent parfois ouverte (à l’exclusion de services de masse) une certaine liberté individuelle en renvoyant la charge du contrôle à la « discipline du marché ». Cette nouvelle métrologie de l’activité humaine diffère donc de celle élaborée par Taylor et de la panoplie d’investissements de forme qui l’accompagnait (Thévenot, 1986). Alors que la métrologie de l’ingénieur Taylor correspondait à un format comportemental et à une dynamique d’inculcation par habituation, le management de la flexibilité est aujourd’hui intéressé, dans la relance du libéralisme de marché, à reconnaître une certaine initiative de l’agent humain relevant d’un régime d’action intentionnelle et à imputer une responsabilité qui passe par ce régime d’engagement. Nous avons souligné que, dans ce régime, la saisie fonctionnelle des objets fait pendant à l’agence intentionnelle humaine. On peut reprocher au modèle d’Agre de ne pas prendre en compte cette saisie des objets et ses conséquences sur la capture des activités humaines. Il observe qu’il n’y a pas lieu de distinguer le « pistage » (tracking) des êtres humains de celui des choses, tant les deux captures se trouvent liées, les objets servant de capteurs d’activités humaines. Mais il méconnaît la façon dont l’instrumentation fonctionnelle d’objets techniques non spécifiquement « informationnels » constitue un préalable pour permettre cette saisie informatique. Une fonctionnalité normale des objets est requise pour remonter du capteur à l’action d’agents humains.

50Une nouvelle espèce de statistique d’entreprise, privée et décentralisée, peut être ainsi opposée à une statistique d’État qui, réalisée par un service public et portant principalement sur des collectifs, vise à découvrir des lois de comportement sur le modèle des lois de nature et à fournir une expertise pour des mesures de politique sociale et économique (Affichard, 1987). Cependant, comme pour la statistique d’État, il y a nécessité de codes préalables pour constituer ce qui vaut comme information, même si le codage impliqué par la capture décentralisée reste enfoui dans les fonctionnalités d’objets qui se substituent, en tant que capteurs, aux agents humains de saisie et de chiffrement. Dans cette transformation historique, le système de collecte d’information est épaulé par le mouvement conjoint de normalisation de qualités. À la qualité d’objets normés dans leur fonctionnalité correspond celle d’êtres humains : des compétences de base à accomplir des tâches élémentaires dont l’exécution peut être contrôlée continuellement à partir de ce mode de « capture ».

De la normalisation des biens à celle des personnes : la formation d’une cité informationnelle

Une approche informationnelle de l’activité humaine

  • 19 Faisant suite au Livre blanc sur l’éducation et la formation produit par la Commission européenne ( (...)
  • 20 Une recherche sur ce thème, comportant une comparaison des systèmes qui s’inspirent de cette orient (...)

51Les implications politiques du mouvement de normalisation des biens sont plus lisibles lorsque le mouvement s’étend à la qualité des êtres humains, mesurée à l’aune de « compétences professionnelles de base ». Ainsi depuis une dizaine d’années, une nouvelle forme de saisie des compétences selon des « National Vocational Qualifications »19 a été élaborée au Royaume Uni pour servir autant à la gestion des emplois qu’à celle des formations. Ayant inspiré des systèmes analogues dans d’autres pays du Commonwealth (Australie, Afrique du Sud), de l’ALENA (Mexique), ou de l’ancien bloc de l’Est libéralisé, ce mouvement a trouvé récemment certains échos en France par le canal de recommandations européennes reprises au niveau national20. On ne comprend bien la logique du système de normalisation des compétences, et notamment ses écarts par rapport à d’autres formes plus anciennes de classification et de qualification professionnelles, qu’à partir du détour par la normalisation des produits qui lui a servi de modèle. Le transfert aux capacités de travail de toute la machinerie développée pour gérer les biens et services à partir de la certification de leur qualité est d’ailleurs facilité par la qualification intermédiaire de services qui ne saurait être complètement détachée de l’activité d’êtres humains (De Bandt & Gadrey, 1994).

52Ces nouveaux standards de compétence d’inspiration libérale visent à aligner autant que possible les marchés du travail sur les marchés des produits, et à lutter contre les « rigidités » qui proviennent d’articulation à des métiers, des apprentissages ou des diplômes. Les nouvelles formes de qualité établies en termes de compétence n’intègrent plus, dans l’appréciation des personnes et dans leur mise à l’épreuve, des attaches durables à des formes instituées de collectif telles des corps de métier ou même des entreprises. Alors que les figures du collectif de grandeur domestique ou civique dotent l’agent d’une appartenance selon différentes constitutions de communauté, leur mise en cause est présentée comme libération de ces appartenances dénoncées, dans une évaluation purement marchande, comme autant d’obstacles à un marché de qualités. Dans le nouveau système, la « liberté » correspond principalement à la figure d’un sujet individuel contractant, en l’occurrence sur un marché du travail et avec une entreprise. L’objectif est de saisir des capacités à la fois élémentaires et générales, dont les combinaisons multiples permettraient de reconstituer aussi bien des qualifications d’emploi que des contours de formation ou des aptitudes de personnes. Ce souci de réduction à des qualités élémentaires s’apparente à celui de l’économiste de marché décomposant chaque bien en un faisceau de caractéristiques qui sont supposées en épuiser la qualité globale. Cependant, comme nous l’avons vu pour le produit, la décomposition défait le régime de l’échange marchand pour aller à des propriétés qui doivent être saisies autrement.

Les travaux précurseurs de la grille de l’UIMM

  • 21 M. Champion, qui appartenait au groupe de travail de l’UΙΜΜ chargé des nouvelles classifications, e (...)

53La décomposition d’une qualification au travail s’inscrit dans une longue histoire d’analyse « scientifique » des tâches et des capacités qu’elles requièrent. Le dernier épisode doit être considéré à la lumière d’efforts antérieurs pour analyser les emplois à partir de la théorie de l’information. Marquée par des modèles américains et importée par les missions de productivité de 1947-48, une telle analyse a été mise en place dans certaines entreprises françaises dès les années cinquante, à la Télémécanique (1948-1952), Renault (1953) et Berliet (1957) (Hunout, 1987). Cette analyse informationnelle des compétences a marqué la nouvelle grille UIMM de 1975 qui se substituait aux classifications Parodi et rompait l’ancrage aux métiers. Les qualifications par métier dépendaient d’institutions et d’organisations professionnelles dont un patronat moderniste souhaitait s’affranchir pour pouvoir créer d’autres liaisons, entre des qualifications d’emploi et des modes d’organisation d’entreprise. L’élaboration de la nouvelle grille a été préparée par des expériences de classifications d’emploi inspirées des méthodes américaines de job évaluation21. Ainsi, la méthode Berliet (dite « Milox et Boquillon ») analyse les emplois à partir d’exigences requises dans la perception et le traitement de l’information et distingue parmi une palette de critères la « prise d’information extéroceptive » (I), la « prise d’information proprioceptive » (II), la « décision » (III), l’« organisation des moyens de réponse » (IV), les « ajustements qualitatifs » (V), ou « quantitatifs » (VI), pour atteindre un résultat, ou encore les « liaisons » pour « réduire les incertitudes qui s’opposent à la réalisation des objectifs » (Hunout, 1987). On en retrouve la marque dans la façon dont les « niveaux de qualification » du projet UIMM distinguent les capacités requises selon la nature des plans d’action (consignes, instructions, objectifs ou programme) et l’importance des ajustements à la situation (Pezet, 1997, p. 68-69). Les enjeux de ces transformations dans la saisie des compétences sont soulignés par l’hostilité manifestée par la CGT qui résistait au détachement de la capacité à l’égard d’une forme métier et d’une certaine organisation collective susceptible de faire contrepoids au patronat. En revanche la CFDT, notamment dans la personne du négociateur Jacques Chérèque, était favorable à certains critères de classification sanctionnant la responsabilité par rapport au produit fabriqué et au matériel. Nous retrouvons ici la place d’un régime d’action normale qui soutient une attribution de responsabilité individuelle à partir de la fonctionnalité d’objets, matériels et produits. Des réserves étaient cependant exprimées quant à une trop grande dépendance à l’égard d’un poste de travail, dépendance nuisible à l’appropriation de la capacité par le salarié, et à son transport d’une situation d’emploi à l’autre. Le souci de la délégation CFDT était de juger des compétences de la personne et de « sortir l’individu du carcan de l’organisation pour prendre en compte le potentiel que lui donne sa formation de base » (ibid., p. 52, 79).

La normalisation des qualités dans une « société cognitive »

54Des « autoroutes de l’information » à la « société de l’information », la notion d’information connaît aujourd’hui un usage si étendu, manifestant de telles capacités de mise en rapport et de mise en valeur des activités humaines et de leurs équipements, que l’on peut y voir à l’œuvre la gestation d’une nouvelle grandeur et d’une nouvelle cité de l’« information », de même que l’on a pu identifier une « grandeur verte » en cours d’élaboration. La notion d’information s’insinue dans l’appréciation de situations quotidiennes les plus diverses et dans l’évaluation de la compétence des gens. Des argumentations de large portée prenant appui sur des équipements propres aux techniques de l’information, de l’informatique aux médias, se réfèrent à un bien commun susceptible de bénéficier à tous. Ainsi s’élabore une nouvelle forme de justification reposant sur une commune dignité à s’informer et sur une épreuve de communication. À la différence de la grandeur de l’opinion qui est éprouvée par des signes de reconnaissance, la grandeur de l’information repose sur une formalisation de ce qui informe. C’est pourquoi la normalisation occupe une place centrale dans l’équipement de cette grandeur.

55Le Livre blanc sur l’éducation et la formation produit par la Commission européenne comporte en sous-titre « vers la société cognitive ». Il affirme que, avec la mise en place de « cartes personnelles de compétences » participant d’un « système d’accréditation des compétences » au niveau européen, « un grand pas en avant aura été fait vers la société cognitive ». Les recommandations proposées mettent en valeur un nouveau rapport au monde, « rapport cognitif [qui] structurera de plus en plus fortement nos sociétés » car « l’avenir de l’Union européenne, son rayonnement, résulteront en grande partie de sa capacité à accompagner le mouvement vers la société cognitive » (p. 5). Les recommandations du Livre blanc dessinent les contours d’un dispositif qui assortit la saisie des compétences individuelles d’un double équipement métrologique et juridique : « il faudra aussi faire du niveau de compétence atteint par chacun un instrument de mesure de la performance individuelle, dont la définition et l’usage garantissent le plus possible l’égalité des droits des travailleurs ».

Les instruments d’une ouverture critique sur les formats d’information

56S’affirmant de plus en plus comme cadre général du commerce des êtres humains, entre eux et avec leur environnement, la certification de qualités normalisées tend à se substituer à d’autres rapports plus ouvertement politiques. Une régulation édifiée sur des propriétés objectives instaure un mode de gouvernement qui repousse la question des principes d’évaluation dans la concrétisation des objets et dans la procéduralisation des lieux de débat et de jugement sur leur qualité. L’ampleur de cette police des qualités lui confère une portée politique, en tant que mode de régulation très général accompagnant le mouvement libéral de la construction européenne. Les implications d’un tel gouvernement dépassent le choix de caractéristiques techniques des produits : elles concernent la façon dont sont saisis les personnes, les choses et leurs rapports, dont sont attribués des droits et des responsabilités, dont sont ménagées des aides, des mutualités ou des solidarités. Il ne s’agit plus seulement de standardiser des objets ou des actes afin de les mettre en compatibilité pour un fonctionnement industriel efficace. L’enjeu est de garantir une information formelle encadrant des liens contractuels entre des sujets individuels et contribuant aussi à la défense de droits.

L’information engagée dans une garantie

57La dimension politique de la normalisation ne saurait se réduire à des contraintes réglementaires parmi d’autres. Cette mise en politique des normes manque de larges pans de l’activité normalisatrice dans ses rapports à l’information. L’enquête que nous avons menée sur la variété de lieux de normativité des normes, et la confrontation à d’autres approches de la normalisation et de la métrologie, nous conduisent en fin de parcours à reconnaître des implications politiques moins immédiatement visibles mais sans doute plus importantes. Elles tiennent au mode d’engagement que soutient le dispositif de normalisation et aux garanties qu’il instaure.

  • 22 Voir à ce sujet, dans ce volume (supra), la relecture critique que fait Conein de l’« approche inte (...)
  • 23 L’inscription du sens dans l’action marque l’héritage du pragmatisme de Dewey et de Mead en sociolo (...)

58Par les capacités attribuées aux êtres agencés, chaque régime d’engagement contient une inquiétude propre qui le caractérise : en établissant ce sur quoi on peut compter, il offre un premier bâti d’assurance. L’interrogation sur la pertinence des connaissances qui reste d’ordinaire trop centrée sur le sens22, le raisonnement ou les inférences, doit se prolonger dans une perspective pragmatique sur la garantie. Le pragmatisme de Dewey a grandement contribué à inscrire les connaissances dans l’action23. Notons cependant que sa figure de référence, l’enquête (inquiry), s’apparente à une résolution de problème qui, formalisée, guidera le programme de l’intelligence artificielle et du cognitivisme. Un programme contemporain de pragmatique politique et morale requiert une approche de l’expérience moins limitée au format du « problème », et plus ouverte à des engagements divers dont les convenances ne sont pas réductibles à ce format. Dewey met justement en avant la tension qui pèse sur l’expérience ordinaire, entre la recherche d’« assurance » et l’incertitude (Dewey, 1967). Chacun des termes d’assurance et d’incertitude demande cependant à être approfondi et spécifié selon les régimes. Leur rapport ne paraît plus si antagonique lorsque l’on s’avise que l’incertitude n’est pas une catégorie première mais dépend d’un cadre de maîtrise qui gouverne une inquiétude. La notion d’« anticipation » utilisée pour l’action rationnelle de l’acteur économique, ou celle d’« attente » qui soutient souvent la définition des conventions, demandent à être replacées dans ce cadre : l’incertitude dépend de l’attention sélective aux retours de réalité qui caractérisent un régime d’engagement.

59Ainsi, le système d’information des statistiques sociales que nous avons évoqué précédemment participe à des modes de garantie solidaire et de responsabilisation collective relevant d’un compromis entre régimes civique et industriel de justification. La saisie des êtres humains selon des qualifications collectives d’états ou de besoins convient pour cibler des populations et notamment des « populations à risques », sur lesquelles doivent porter les mesures de l’État. La « révolution cognitive » promeut des saisies toutes différentes des êtres humains à partir des caractérisations d’une individualité équipée de diverses « cartes » enregistrant ses propriétés (des cartes de compétences à celles de la médecine prédictive). Elle conjoint un régime de l’action normale qui se prête à l’attribution de volonté libre et à l’imputation de responsabilité, et des régimes qui saisissent l’être humain dans des propriétés fonctionnelles ou physiques. Ces saisies supportent des figures morales et politiques de responsabilisation individuelle et de garantie assurancielle toutes différentes des précédentes.

Le pluralisme critique sur lequel ouvre la diversité des formats d’information

  • 24 L’activité de commercialisation pourrait elle-même faire l’objet d’une semblable analyse. La normal (...)

60Le détour par la normalisation et la métrologie des choses nous a fait voir les limites des tentatives successives de réduction à des propriétés physico-chimiques, puis à des fonctionnalités compatibles avec un format de faction. Échappe largement à cette réduction le mode d’engagement familier qui régit des accommodements de proximité et des innovations d’usage bien éloignés de la figure du « consommateur » (y compris lorsque la théorie économique nous fait voir un consommateur découvrant les propriétés d’un bien en l’utilisant), tout comme il gouverne les habiletés d’expérience au travail qui ne trouvent pas place dans le modèle du plan à exécuter (Thévenot, 1995b). Dans ce régime d’engagement familier, il n’y a pas d’imputation possible à tel être humain ou à telle pièce d’équipement d’une responsabilité qui est distribuée au sens fort dans l’ensemble des agents impliqués (Thévenot, 1997)24. La garantie ne peut reposer sur cette imputation individuée mais passe par la dynamique d’accommodement mutuel qui caractérise ce régime du proche et le genre d’assurance qu’il suscite. Le paradoxe du gouvernement par les normes que l’on voit aujourd’hui en plein essor tient à ce qu’il se développe dans une économie qui repose largement sur ce régime familier, pour les innovations d’usages donnant lieu à la création de nouveaux produits marchands comme pour les innovations de travail et d’organisation. Le management de la flexibilité fait largement appel à des dynamiques s’inscrivant dans ce régime, alors même que les systèmes d’information qui servent à la certification des qualités des personnes et des choses relèvent clairement d’autres formats d’information et d’autres régimes de garantie (Thévenot, 1997). On voit donc le risque d’une absorption des divers régimes dans une notion unitaire de « qualité » qui ferait perdre de vue les exigences d’un pluralisme critique au profit d’une information uniforme dominée par un standard de cognition.

Bibliographie

Affichard Joëlle (ed.) (1987), Pour une histoire de la statistique, t. 2, Paris, INSEE - Economica.

Becker Howard (1988), Les mondes de l’art, Paris, Flammarion [1982].

Bessy Christian & Francis Chateauraynaud (1995), Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Métailié.

Boltanski Luc (1990), L’amour et la justice comme compétences, Paris, Métailié.

Boltanski Luc (1993), La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailié.

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Callon Michel & John Law (1989), « La proto-histoire d’un laboratoire ou le difficile mariage de la science et de l’économie », Cahiers du Centre d’études de l’emploi (« Innovation et ressources locales »), 32, p. 1-34.

Casablanca François & Egizio Valceschini (eds) (1996), La qualité dans l’agro-alimentaire : émergence d’un champ de recherches, Paris, INRA - SESAME, rapport de recherche.

Cicourel Aaron V. (1974), Cognitive Sociology. Language and Meaning in Social Interaction, New York, Free Press.

Cicourel Aaron V. (1990), « The Integration of Distributed Knowledge in Collaborative Medical Diagnosis », in J. Galegher, R. E. Kraut & C. Egido (eds), Intellectual Teamwork. Social and Technological Foundations of Cooperative Work, Hillsdale, NJ, Hove et Londres, Lawrence Erlbaum Associates, p. 221-242.

Claverie Élisabeth (à par.), « La description des formes sensibles de la religion en sciences sociales », Archives des sciences sociales des religions.

Collins Harry M. & Steven Yearley (1992), « Epistemological Chicken », in A. Pickering (ed.), Science as Practice and Culture, Chicago, University of Chicago Press, p. 301-326.

Commission Européenne (1995), Livre blanc sur l’éducation et la formation : enseigner et apprendre. Vers la société cognitive, Bruxelles.

Conein Bernard & Éric Jacopin (1993), « Les objets dans l’espace. La planification dans l’action », in B. Conein, N. Dodier & L. Thévenot (eds), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 4), p. 59-84.

Conein Bernard & Éric Jacopin (1994), « Action située et cognition. Le savoir en place », Sociologie du travail, XXXVI (4), p. 475-500.

David Paul A. (1994), « Les standards des technologies de l’information, les normes de communication et l’État : un problème de biens publics », in A. Orléan (ed.), Analyse économique des conventions, Paris, Presses universitaires de France, p. 249-278.

De Bandt Jacques & Jean Gadrey (eds) (1994), Relations de service, marchés de service, Paris, CNRS Éditions.

Derouet Jean-Louis (1992), École et justice. De l’égalité des chances aux compromis locaux, Paris, Métailié.

Desrosières Alain (1993), La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Desrosières Alain & Laurent Thévenot (1988), Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte.

Dewey John (1967), Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France [1938].

Dodier Nicolas (1993), L’expertise médicale. Essai de sociologie sur l’exercice du jugement, Paris, Métailié.

Dodier Nicolas (1995), Les hommes et les machines. La conscience collective dans les sociétés contemporaines, Paris, Métailié.

Eymard-Duvernay François & Emmanuelle Marchal (1997), Façons de recruter. Le jugement des compétences sur le marché du travail, Paris, Centre d’études de l’emploi & Métailié.

Foray Dominique (1993), « Standardisation et concurrence : des relations ambivalentes », Revue d’Économie industrielle, 63, 1er trimestre.

Friedberg Erhard (1993), Le pouvoir et la règle. Dynamique de l’action organisée, Paris, Seuil.

Gasser Les (1991), « Social Conceptions of Knowledge and Action. DAI Foundations and Open Systems Semantics », Artificial Intelligence, 47 (1-3), p. 107-138.

Hunout Patrick (1987), L’évaluation et la classification des emplois, CEREQ, Documents de travail, 29.

Hutchins Edwin (1994), « Comment le “cockpit” se souvient de ses vitesses », Sociologie du Travail, XXXVI (4), p. 451-473.

Kessous Emmanuel (1997), Le marché et la sécurité. La prévention des risques et ¡a normalisation des qualités dans le marché unique européen, Paris, École des hautes études en sciences sociales, thèse de doctorat, 556 p., multigr.

Lafaye Claudette & Laurent Thévenot (1993), « Une justification écologique ? Conflits dans l’aménagement de la nature », Revue française de Sociologie, 34 (4), p. 495-524.

Latour Bruno (1993), « Les anges ne font pas de bons instruments scientifiques », in Id., La clé de Berlin et autres leçons d’un amateur de sciences, Paris, La Découverte.

Latour Bruno (1995), La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, Gallimard (« Folio »).

Law John (1994), Organizing Modernity, Oxford, Blackwell.

Mallard Alexandre (1996), Les instruments dans la coordination de l’action. Pratique technique, métrologie, instrument scientifique, École nationale des mines, Paris, thèse de doctorat, 658 p., multigr.

Meyers Peter Alexander (1989), A Theory of Power. Political, not Metaphysical, Ann Arbor, UMI.

Morand F. (1996), « Quelles conventions pour protéger le patrimoine rural en le modernisant ? », Journées INRA d’Économie des institutions, Innovations institutionnelles et innovations techniques, Dourdan, 4-7 décembre.

Morand F. (1997), Regards croisés sur la Buèges. Prendre en compte les représentations d’acteurs dans l’accompagnement de la transition vers l’agro-tourisme, Montpellier, INRA (SAD-LECSA), 93 p., multigr.

Mouliérac F. (1993), Désaccords sur la défaillance d’objets techniques. Interactions au service après-vente entre utilisateurs et réparateurs, Paris, École des hautes études en sciences sociales, mémoire de DEA, 127 p., multigr.

Norman Donald A. (1993), « Les artefacts cognitifs », in B. Conein, N. Dodier & L. Thévenot (eds), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 4), p. 15-34.

Normand Romuald (1996), « De la norme aux territoires. L’enjeu d’une définition de la qualité autour du mobilier scolaire », Journées INRA d’Économie des institutions, Innovation institutionnelle et innovations techniques, Dourdan, 4-7 décembre.

Normand Romuald (1997), « La délégation aux objets dans le mobilier scolaire », in J.-L. Derouet (ed.), L’école dans plusieurs mondes, Paris, INRP.

O’Connel Joseph (1993), « Metrology. The Creation of Universality by the Circulation of Particulars », Social Studies of Science, 23, p. 123-173.

Paradeise Catherine (1988), « Acteurs et institutions. La dynamique des marchés du travail », Sociologie du Travail, XXX (I), p. 79-105.

Pezet Éric (1997), La négociation des classifications dans la métallurgie 1968-1975 : contexte, acteurs et méthode d’une innovation sociale, Paris, École des hautes études en sciences sociales, mémoire de DEA, 151 p., multigr.

Pickering Andrew (1995), The Mangle of Practice, Chicago, University of Chicago Press.

Revue d’Économie Industrielle (1996), Normalisation et organisation de l’industrie. Approches pluridisciplinaires, 75.

Sainte Marie Christine de & François Casabianca (1996), « Le travail d’expertise scientifique comme médiation entre acteurs locaux et puissance publique », Journées INRA d’Économie des institutions, Innovations institutionnelles et innovations techniques, Dourdan, 4-7 décembre.

Star Susan Leigh (1991), « Power, Technology and the Phenomenology of Conventions. On Being Allergic to Onions », in J. Law (ed.), A Sociology of Monsters ? Power, Technology and the Modern World, Oxford, Basil Blackwell, p. 27-57.

Star Susan Leigh & James R. Griesemer (1989), « Institutional Ecology, “Translations”, and Boundary Objects. Amateurs and Professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-1939 », Social Studies of Science, 19, p. 387-420.

Strauss Anselm L. (1992), La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan.

Sylvander Bertil (1993), « Le rôle de la certification dans l’évolution des modes de coordination : l’agriculture biologique, du réseau à l’industrie », École d’été Changement des organisations, conventions, régulations, INRA, Hyères, 27-30 Septembre.

Thévenot Laurent (1986), « Les investissements de forme », in Id. (ed.), Conventions économiques, Paris, Presses universitaires de France (« Cahiers du Centre d’études de l’emploi »), p. 21-71

Thévenot Laurent (1989), « Économie et politique de l’entreprise : économies de l’efficacité et de la confiance », in L. Boltanski & L. Thévenot (eds), Justesse et justice dans le travail, Paris, Presses universitaires de France (« Cahiers du Centre d’études de l’emploi »), p. 135-207.

Thévenot Laurent (1990a), « La politique des statistiques : les origines sociales des enquêtes de mobilité sociale », Annales ESC, 6, p. 1275-1300.

Thévenot Laurent (1990b), « L’action qui convient », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 1), p. 39-69.

Thévenot Laurent (1992), « Jugements ordinaires et jugements de droit », Annales ESC, 6, p. 1279-1299.

Thévenot Laurent (1993a), « Essai sur les objets usuels : propriétés, fonctions, usages », in B. Conein, N. Dodier & L. Thévenot (eds), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 4), p. 85-111.

Thévenot Laurent (1993b), « Standard-setting processes and modes of coordination », Colloque international Standards, Innovations, Competitiveness and Policy, SPRU-OECD, 10-12 novembre, Université de Sussex.

Thévenot Laurent (1994a), « Statistique et politique : la normalité du collectif », Politix, 25, p. 5-20.

Thévenot Laurent (1994b), « Le régime de familiarité ; des choses en personnes », Genèses, 17, p. 72-101.

Thévenot Laurent (1994c), « Objets en société. Suivre les choses dans tous leurs états », Alliage, 21, p. 74-87.

Thévenot Laurent (1995a), « Des marchés aux normes », in G. Allaire & R. Boyer (eds), La grande transformation de l’agriculture. Lectures conventionnalistes et régulationnistes, Paris, INRA-Economica, p. 33-51.

Thévenot Laurent (1995b), « L’action en plan », Sociologie du travail, XXXVII (3), p. 411-434.

Thévenot Laurent (1995c), « Émotions et évaluations dans les coordinations publiques », in P. Paperman & R. Ogien (eds), La couleur des pensées. Émotions, sentiments, intentions, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 6), p. 145-174.

Thévenot Laurent (1996a), « Mettre en valeur la nature ; disputes autour d’aménagements de la nature en France et aux États-Unis », Autres Temps. Cahiers d’éthique sociale et politique, 49, p. 27-50.

Thévenot Laurent (1996b), « Pragmatic Regimes and the Commerce with Things : from Personal Familiarization to Public Qualifications », Colloque Practice and Social Order, Université de Bielefeld, 3-6 janvier (à paraître dans K. Knorr Cetina & T. Schatzki (eds), Social Practices).

Thévenot Laurent (1996c), « La normalisation dans les relations économiques », in F. Casablanca & E. Valceschini (eds), La qualité dans l’agro-alimentaire : émergence d’un champ de recherches, Paris, INRA-SESAMES, rapport de recherche.

Thévenot Laurent (1997), « Le savoir au travail. Attribution et distribution des compétences selon les régimes pragmatiques », in B. Reynaud (ed.), Les limites de la rationalité. 2. Les figures du collectif, Paris, La Découverte, p. 299-321.

Thévenot Laurent (à par.), « Pragmatiques de la connaissance », in A. Borzeix, A. Bouvier & P. Pharo (eds), Sociologie et connaissance. Nouvelles approches cognitives, Paris, CNRS Éditions.

Thévenot Laurent, Kessous Emmanuel & Romuald Normand (1996), Coordinations économiques par des normes de qualité ; approches économiques et juridiques de la normalisation, vol. 3, Paris, Institut international de Paris-La Défense, rapport d’activité pour le ministère de la Recherche, 291 p., multigr.

Virville Michel de (sous la présidence de) (1996), Donner un nouvel élan à la formation professionnelle, Paris, Rapport de la mission confiée par le ministre du Travail, du dialogue social et de la participation.

Wagner Peter (1996), Liberté et discipline. Les deux crises de la modernité, trad. fr. J.-B. Grasset, Paris, Métailié.

Wissler André (1989), « Les jugements dans l’octroi de crédit », in L. Boltanski & L. Thévenot (eds), Justesse et justice dans le travail, Paris, Presses universitaires de France, (« Cahiers du Centre d’études de l’emploi » 33), p. 67-119.

Notes

1 Un programme collectif de recherche sur « normalisation et qualification », mené depuis 1993 à L’Institut international de Paris - La Défense dans le cadre du programme « Conventions et coordination de l’action » animé par l’auteur, a été développé en relation avec le Centre d’études de l’emploi où ont été réalisées des recherches sur la qualité et sa certification (François Eymard-Duvernay, Marie-Françoise Letablier, Armelle Gorgeu et René Matthieu), avec l’INRA pour les travaux sur la qualification des produits (Gilles Allaire, François Casabianca, Christine de Sainte Marie, Bertil Sylvander) et avec le Groupe de sociologie politique et morale où a été élaborée l’analyse de différents ordres de qualification (EHESS-CNRS). Pour les enquêtes lancées à l’IIPLD, voir : Kessous (1997), Morand (1996), Normand (1996, 1997), Mouliérac (1993), Thévenot (1993b, 1994b, 1994c, 1995a, 1996c). Ce programme a bénéficié d’une aide du ministère de la Recherche (no 92D0546 du 12 novembre 1992) ; cf. le rapport : Thévenot, Kessous & Normand, 1996.

2 Pour une présentation récente de diverses approches pluridisciplinaires de la normalisation, voir le numéro spécial de la Revue d’Économie industrielle (1996).

3 La notion d’« agence » désigne la capacité dont l’être est doté et qui est un préalable aux appréciations portées à son égard, la façon dont il est supposé s’agencer avec les autres selon un certain régime d’engagement : en tant qu’il est qualifié conventionnellement, ou bien doté d’une capacité d’intention ou encore de moyen d’action, etc. Cette notion d’agence, applicable aux êtres humains ou non, est plus large que l’usage courant du terme agency qui est plutôt centré sur un mode d’engagement intentionnel et individuel de l’être humain (Thévenot, 1996b). Pour des propositions stimulantes de material agency et une discussion prolongeant le débat suscité par Collins et Yearly sur ce sujet (1992), voir Pickering (1995).

4 Voir Thévenot (1990b, 1992, 1993a, 1994b, 1995b, 1997).

5 L’attention portée par Bernard Conein à l’arrangement spatial de l’entourage de proximité permet de faire ressortir des repères situés, très différents d’une information formalisée par un code telle que celle véhiculée fonctionnellement par des artefacts cognitifs (Conein & Jacopin, 1993, 1994).

6 Sur cet engagement intentionnel et instrumenté par des objets saisis par leur capacité fonctionnelle à exécuter un plan, engagement limité dans sa téléologie à l’accomplissement d’une action normale, sans exigence de mise en valeur générale, voir Thévenot (1990b, 1995b, à par.).

7 La transformation actuelle de la normalisation est favorable, par ses procédures, à cette argumentation publique tout en portant le risque de limiter la pluralité des justifications et des preuves admissibles. Sur ces procédures étudiées à partir de la tension suscitée par une normalisation européenne de produits agro-alimentaires ayant des ancrages locaux, voir Sainte Marie & Casabianca (1996).

8 Pour l’analyse détaillée de tels moments et des émotions qu’ils suscitent, voir Thévenot (1995c). Sur les différentes justifications de la normalisation, sur l’évolution historique dans la prise en compte d’un impératif de sécurité, et sur les relations au droit et la procéduralisation du dispositif de normalisation, voir Kessous (1997).

9 Certains acteurs, conscients des conséquences de l’utilisation de tels modes de preuve, y résistent. On observe de telles réticences à l’égard de la normalisation des certifications dans l’agriculture biologique, qui dévaluent d’autres modes de qualification domestique ou « verte » (Sylvander, 1993).

10 Dominique Foray observe ainsi : « Certains de ces marchés (automobiles d’occasion) tentent d’éviter le recours aux mécanismes traditionnels (inspection, confiance) en équipant l’échange de certains dispositifs habituellement associés aux biens standardisés (la garantie). » (Foray, 1993).

11 Ceci n’empêche pas que l’avantage comparatif de la normalisation au niveau européen, par rapport aux mécanismes mondiaux type ISO, se trouve du côté des standards de qualité et, plus spécifiquement, des standards orientés vers la notion de sécurité ou d’hygiène (Thévenot, 1996c).

12 Pour l’analyse systématique de diverses formes d’expertise des choses, voir Bessy & Chateauraynaud (1995) ; sur l’expertise dans le jugement médical, voir Dodier (1993) ; sur l’expertise impliquée dans les procédures de normalisation, voir Sainte Marie & Casabianca (1996).

13 Peter Wagner note la combinaison d’une collectivisation des objets et d’une individualisation des conduites (Wagner, 1996, chap. 8).

14 Sur l’analyse du pouvoir par la dépendance, voir Meyers (1989).

15 Les hackers étudiés par Nicolas Auray (cf. sa contribution supra) élaborent des politiques sur la base d’une telle critique de la partialité de l’ordre du standard. Sur les usages professionnels de l’informatique et la domination entretenue par ses équipements, voir la contribution de Jean-Pierre Faguer et Michel Gollac, supra.

16 Sur les tensions entre jugement et agapè, voir Boltanski (1990), et sur celles que suscite la souffrance en public, voir Boltanski (1993).

17 Il s’inspire d’un referee qui lui avait fait remarquer : auparavant, « il fallait pointer sur la citation de la Bible et indiquer la façon dont on passe des mots à l’interprétation incriminée ; maintenant, des documents et des sceaux garantissent le fonctionnement de la machine […] Au commencement était le verbe ; à la fin la signature ».

18 Voir aussi Latour (1993) et les recherches en cours de Elisabeth Claverie (à par.).

19 Faisant suite au Livre blanc sur l’éducation et la formation produit par la Commission européenne (1995), le rapport de la mission sur la formation professionnelle confiée par le ministre du Travail à Michel de Virville met en avant, comme l’une des propositions émanant de la mission, un « référentiel national des qualifications construit par domaines professionnels et par niveaux, constitué d’éléments simples mais capitalisables correspondant aux compétences professionnelles de base » (Virville, 1996).

20 Une recherche sur ce thème, comportant une comparaison des systèmes qui s’inspirent de cette orientation, est présentement engagée à l’Institut international de Paris-La Défense, animée par Jean-François Germe et Laurent Thévenot. Elle s’appuie, en France, sur une coopération entre des chercheurs du Centre d’études de l’emploi, du CNAM, du GSPM (EHESS-CNRS).

21 M. Champion, qui appartenait au groupe de travail de l’UΙΜΜ chargé des nouvelles classifications, effectua des stages de formation chez Berliet et Renault, en 1972 et 1973 (Pezet, 1997, p. 58). Je m’appuie dans ce paragraphe sur la recherche qu’Éric Pezet a consacrée à la négociation de l’UIMM de 1968 à 1975, en interrogeant notamment des personnes ayant participé à cette négociation.

22 Voir à ce sujet, dans ce volume (supra), la relecture critique que fait Conein de l’« approche interprétative » et du traitement sensé du rapport à l’environnement et à ses objets.

23 L’inscription du sens dans l’action marque l’héritage du pragmatisme de Dewey et de Mead en sociologie, particulièrement dans l’interactionnisme. Cf. l’entretien de Anselm Strauss avec Isabelle Baszanger (Strauss, 1992, p. 40).

24 L’activité de commercialisation pourrait elle-même faire l’objet d’une semblable analyse. La normalisation et le rapport au cahier des charges tendent à opérer une réduction de formes d’engagements fidélisés entre acheteur et vendeur, via des circuits de distribution mettant en avant le « conseil ». Pour une analyse de la variété des formes de jugement et des risques de réduction dans un marché de service, le marché du travail, voir Eymard-Duvernay & Marchal (1997). Pour une élaboration de ces différences dans une opposition entre une « organisation planifié » du travail et « organisation distribuée », voir Dodier (1995).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search