Version classiqueVersion mobile

Cognition et information en société

 | 
Bernard Conein
, 
Laurent Thévenot

Socialité des équipements informationnels

Ordinateur universel ou personnel ?

Clarté et ambiguïté dans la définition des techniques

Universal or Personal Computer ? Clearness and Ambiguity in the Definition of Techniques

Universeller oder Personalcomputer ? Die sozialen Funktionen von Luzidität und Ambiguität bei der Definition von Arbeitstechniken

Jean-Pierre Faguer et Michel Gollac

Résumé

« Ordinateur » est un mot qui s’applique à des situations de travail hétérogènes. Grâce à l’examen critique de statistiques, et à des entretiens, on montre que cette ambiguïté permet de valoriser l’usage des ordinateurs, mais crée un risque de surinvestissement. Elle permet à certains utilisateurs de tirer profit de leur compétence informatique ou de personnaliser leur poste. Une telle réussite dépend du « capital » culturel et social, de l’« élasticité » du poste, de la politique d’emploi de l’entreprise et dépend aussi d’une lucidité dont la probabilité est fonction de conditions sociales.

Texte intégral

1« Ordinateur » est un mot univoque, et pourtant ambigu du fait qu’il s’applique à des situations de travail hétérogènes. Cette ambiguïté crée des occasions favorables, et des pièges, pour les utilisateurs. Elle permet de valoriser un potentiel, mais elle engendre aussi un risque de surinvestissement. Réussir par l’informatique, c’est s’appuyer sur cette ambiguïté pour transformer le savoir-faire ainsi accumulé en une compétence reconnue (qualification, définition de poste…), ou au contraire pour personnaliser son poste. Cette réussite dépend de la personne, du poste, et du marché : du capital scolaire, culturel et social ; de l’élasticité ex ante du poste et de la relation informatique-tâche ; de la politique d’emploi de l’entreprise. Elle dépend aussi d’une lucidité pratique quant à l’ambiguïté de l’informatique, lucidité dont les conditions sociales sont inégalement réparties.

Un accord énigmatique

2D’où vient l’accord approximatif sur ce qu’est un ordinateur ? Le terme est étonnamment univoque, compte tenu de l’absence d’institution susceptible d’en garantir la signification. Nous ne pouvons que suggérer ici des éléments de réponse, et la question nécessiterait un examen plus approfondi. Selon nous, cet accord est lié, sans qu’on puisse séparer ces causes, à la fois aux caractéristiques techniques de l’objet, à l’organisation de la production et de la vente des ordinateurs, mais aussi aux usages sociaux de l’informatique qui ont des effets « classants ». Cette univocité approximative du mot « ordinateur » résulte sans doute de l’investissement considérable des vendeurs d’informatique (au sens le plus large, des fabricants de matériels aux philosophes de l’informatique) pour lancer et stabiliser ce mot, pour en étendre, puis en circonscrire l’usage.

  • 1 Cette vision s’inscrit dans un mouvement de pensée plus large. Nous pensons par exemple au titre tr (...)

3Que tant de gens reconnaissent le même objet dans des outils dont ils font un usage d’une grande diversité est, pour peu qu’on y songe, surprenant. Il faut donc expliquer l’extension considérable de ce concept. Le développement de l’informatique a toujours été fondé sur la promesse de services à venir et non sur les services réellement rendus (Breton, 1990). De même que la vaste catégorie des cadres s’est créée comme rassemblement autour d’un noyau restreint d’ingénieurs dirigeants par un mouvement politique des classes moyennes (Boltanski, 1982), les ordinateurs ont été pensés comme des supports d’une informatique qui allait « changer le monde »1, et leurs utilisateurs comme des supporters potentiels de celle-ci, qu’il s’agissait de mobiliser pour en faire une masse d’acheteurs. Fait exceptionnel, et significatif, des auteurs anglo-saxons condescendent à féliciter les francophones pour l’invention du mot « ordinateur », qui promet bien plus que computer (Breton, 1987). Pour se faire une idée du caractère englobant des définitions produites dans ce genre de conjoncture idéologique, il suffit d’observer ce qui se dit aujourd’hui à propos d’Internet, par exemple les statistiques publiées et commentées régulièrement par les médias sur les pourcentages respectifs de Français et d’Américains qui utilisent Internet, ou qui ont un micro chez eux, etc., sans la moindre précision sur les usages qu’ils en font. De ce travail de rassemblement, il résulte une définition large de l’ordinateur et de l’informatique. On conçoit également que les micro-ordinateurs aient été présentés comme des ordinateurs, leur principal argument de vente étant qu’ils pouvaient faire ce que faisaient les gros systèmes. Si les dénominations d’Apple pour ses produits tendaient à les personnaliser, Microsoft et IBM, avec son Personal Computer, ont clairement ramené le micro-ordinateur dans la normalité. De même, dans sa tentative de constituer une nouveauté radicale de la micro-informatique, Lussato (1981) utilisera les expressions de « petit chaudron » et « grand chaudron », pour « petit ordinateur » et « grand ordinateur », tant il est évident que l’investissement de forme collectif consenti pour identifier les ordinateurs est de nature à relativiser la distinction entre petits et grands. Il est encore trop tôt pour savoir si les ordinateurs massivement parallèles, dont le but est de faire ce que ne font pas les autres, se distingueront de ceux-ci dans la terminologie ; ou si les « réseaux » prendront le pas, dans le langage, sur les « ordinateurs » qu’ils relient.

4En revanche lorsqu’on entre dans des détails plus techniques, où l’appui des conventions générales établies pour et par le marché est moins solide, l’accord plus ou moins consolidé sur la catégorie d’ordinateur se défait. Beaucoup d’utilisateurs ignorent s’ils doivent considérer qu’ils utilisent un micro-ordinateur. La structuration du marché en une gamme de produits dont les désignations mettent en avant la marque (« PC », « Mac ») ou les fonctionnalités (« station de travail », « réseau local ») tend à brouiller les frontières. Dans les enquêtes statistiques, selon que la question posée est une question subsidiaire pour ceux qui ont déjà été dénombrés comme utilisateurs d’un ordinateur, ou qu’on ne peut se déclarer utilisateur d’ordinateur qu’en se rattachant explicitement à l’une (au moins) des deux catégories « micro » ou « terminal », les décomptes d’utilisateurs de micro divergent totalement.

  • 2 Ce qui a pour effet d’ouvrir un espace d’initiatives à l’utilisateur (cf. l’article de Nicolas Aura (...)
  • 3 Dans le domaine du logiciel également, l’évolution actuelle du marché semble s’orienter vers un ren (...)
  • 4 Pentium inside.

5Contrairement aux machines à commande numérique et aux robots, qui sont conçus pour des opérations relativement spécifiques, les ordinateurs sont des machines multifonctionnelles2. Ce caractère universel n’est cependant pas d’emblée une donnée purement technique. Il résulte aussi, peut-on penser, de stratégies économiques : par exemple, des machines universelles peuvent être produites en masse pour un vaste marché3 ; elles sont aussi une incitation au suréquipement. Le caractère universel des ordinateurs découle aussi, fort probablement, de l’idéologie qui a présidé au développement de l’informatique théorique et appliquée (Breton, 1987). Alors que le classement commun, sous le vocable de « machine-outil à commande numérique », d’un tour à commande numérique et d’un rabot à commande numérique, et l’exclusion d’une installation de teinturerie, procèdent d’une intention taxinomique extérieure à l’objet, il est clair que le PC Dell Optiplex GXi4 sur lequel est composé ce texte fait, en gros, la même chose qu’un autre PC, ou même qu’un Macintosh, et que ce n’est pas la même chose que fait « l’ordinateur » pilotant un lave-vaisselle ou un lave-linge domestique. Ces impressions de similitude ou de différence sont soutenues par l’existence d’objets ou d’institutions plus ou moins stables : logiciels standards, bancs d’essai comparatifs des revues, etc. Le nombre finalement limité des fabricants (si l’on veut bien admettre que des clones avoués appartiennent par définition à une même classe d’objets) facilite aussi la consolidation de la catégorie des « ordinateurs », et, par le même mouvement, de leur marché. Un accord se forme assez vite pour exclure des objets limites, comme les calculatrices, le Minitel ou les consoles de jeux, dont l’inclusion aurait pour effet de dévaloriser à l’excès le concept d’ordinateur, en raison de leur spécialisation. Il en résulte que l’extension du concept est à la fois large et assez bien bornée.

L’indice d’un consensus : la mesure statistique de l’usage des ordinateurs

  • 5 Les difficultés – et, dans le cas particulier qui nous occupe ici, les facilités – de la mesure sta (...)

6À partir de 1987, les statisticiens du système statistique public ont entrepris de mesurer l’usage des nouvelles technologies, en particulier de l’informatique. Ils ont mené pour cela des enquêtes auprès des personnes et des enquêtes auprès des entreprises. Nous nous intéresserons ici exclusivement aux premières, les seules à nous renseigner sur les rapports que les gens entretiennent avec l’objet « informatique »5.

7La première enquête à s’intéresser à la question a été l’enquête sur la technique et l’organisation du travail dite « Totto », en mars 1987, pour laquelle près de 20 000 personnes ont été interrogées par les enquêteurs de l’INSEE. Les auteurs de l’enquête avaient le sentiment que les objets étaient plus faciles à repérer que les technologies désignées de façon abstraite. En même temps, ils entendaient dénombrer de façon exhaustive les utilisateurs de l’informatique. C’est pourquoi le questionnaire s’intéressait à plusieurs types d’objets, et s’efforçait d’enregistrer tous les types d’usage, même les plus épisodiques.

  • 6 L’un d’eux est l’un des auteurs de cet article. Mais étant donné la procédure de préparation de l’e (...)

8Par rapport à la plupart des questions posées dans les enquêtes statistiques, et même des autres questions de l’enquête Totto, ces questions se distinguaient par leur complication, par le luxe des détails précisant de quoi on essayait de parler. Autre fait inhabituel, la présentation du questionnaire indiquait, en caractères gras, des mots que l’enquêteur devait prononcer textuellement. Enfin, une instruction portée sur le questionnaire, ce qui était alors peu usité dans les enquêtes de l’INSEE, précisait « que tous les matériels devaient être cités, même lorsque leur utilisation était très peu probable », tout en laissant à l’enquêteur la latitude d’adapter la formulation d’une question qui aurait paru « trop incongrue ». Manifestement, les statisticiens6 jugeaient le questionnement difficile. À quoi estimaient-ils pouvoir se fier ? À des termes désignant des classes d’objets techniques : « ordinateur », « écran », « clavier », ou à des termes désignant des classes d’opérations : « échanger », « communiquer » ou « recevoir des informations » (encadré no1).

9L’interrogation sur les nouvelles technologies suscita a priori quelque angoisse de la part des enquêteurs. Si ceux-ci furent d’accord avec les concepteurs pour estimer que « les gens qui se servent de ces machins-là auront de bonnes chances de s’y reconnaître », ils redoutaient de devoir fournir aux autres, qui se poseraient peut-être des questions, des réponses détaillées. L’instruction de collecte de l’enquête Totto donne ainsi d’assez abondantes précisions techniques, illustrées, sur les matériels faisant l’objet d’une interrogation (non seulement l’informatique, mais aussi les machines à commande numérique, les robots…). En fait, surprise notable, le questionnaire sur l’informatique « passait bien » : apparemment, tous les salariés ou presque comprenaient vite de quoi il s’agissait. En réinterrogeant les salariés de façon plus approfondie, il s’avéra que les ordinateurs auxquels ils se référaient étaient bien, du point de vue de ceux qui les questionnaient, des ordinateurs.

Encadré no1
La mesure des ordinateurs à l’enquête Totto de 1987

La question était ainsi formulée :
« Je vais maintenant vous citer un certain nombre de matériels, et je voudrais que vous me disiez si vous, personnellement, vous les utilisez, MÊME OCCASIONNELLEMENT, DANS VOTRE TRAVAIL […]
UTILISEZ-VOUS UNE MACHINE SPÉCIALISÉE DE TRAITEMENT DE TEXTE (ou une machine de traitement de courrier) (MÊME OCCASIONNELLEMENT) ? (oui/non) […]
UTILISEZ-VOUS UN MICRO-ORDINATEUR avec lequel vous ÉCHANGEZ DES INFORMATIONS : vous lui transmettez des données, par exemple par l’intermédiaire d’un clavier, et il vous en transmet, par exemple grâce à un écran (MÊME OCCASIONNELLEMENT) ? (oui/non)
UTILISEZ-VOUS un TERMINAL émission-réception permettant DE COMMUNIQUER DES INFORMATIONS À UN ORDINATEUR, par exemple grâce à un CLAVIER, et d’en RECEVOIR, par exemple grâce à un ÉCRAN (MÊME OCCASIONNELLEMENT) ? (oui/non)
UTILISEZ-VOUS un appareil permettant DE RECEVOIR DES INFORMATIONS D’UN ORDINATEUR, MAIS SANS POSSIBILITÉ D’EN ENTRER (par exemple un écran de contrôle, à l’exclusion d’un simple écran de télévision) (même occasionnellement) ? (oui/non)
UTILISEZ-VOUS un appareil permettant de COMMUNIQUER DES INFORMATIONS À UN ORDINATEUR, MAIS SANS POSSIBILITÉ D’EN RECEVOIR (par exemple un clavier sans écran, ou une machine enregistreuse) (même occasionnellement) ? (oui/non). »

10En revanche, certaines distinctions opérées par le questionnement (les salariés communiquaient-ils avec ceux-ci dans les deux sens ? ou ne faisaient-ils que leur communiquer des données ? ou que d’en recevoir ?) étaient passablement formelles. C’est pourquoi, lorsque des questions voisines furent introduites à l’enquête de 1991 sur les conditions de travail, on renonça à ces distinctions, et le questionnaire se borna à demander : « Utilisez-vous un terminal relié à un ordinateur, par exemple un écran ou un clavier reliés à un ordinateur (même occasionnellement) ? » Ce changement n’eut pas de conséquences dévastatrices. En particulier, le taux d’équipement des ouvriers, a priori les plus concernés, ne chuta point, il augmenta même sensiblement. À la nouvelle enquête de 1993, évolution technique oblige, les machines de traitement de texte perdirent leur place privilégiée, et le questionnaire ne distingua plus que deux sortes de matériel : « les micro-ordinateurs et machines de traitement de texte » et les « terminaux reliés à un ordinateur (par exemple un écran ou un clavier relié à un ordinateur) ». Cette nouvelle simplification n’entraîna pas un ralentissement de la croissance du taux d’informatisation des salariés : de 26 % en 1987, celui-ci était passé à 34 % en 1991 ; il grimpa à 39 % en 1993.

11Une enquête sur un petit échantillon (N = 1 000), réalisée au printemps 1994, donna lieu à une unification plus radicale encore de la question posée, qui devint : « Utilisez-vous un ordinateur, même occasionnellement, DANS VOTRE TRAVAIL ? NE TENEZ PAS COMPTE DES ORDINATEURS INCLUS DANS LES MACHINES PRÉCÉDEMMENT CITÉES [robots, MOCN, installations entièrement automatiques, Minitel], TENEZ COMPTE (citez in extenso) DES MICROORDINATEURS, DES ORDINATEURS PERSONNELS, DES STATIONS DE TRAVAIL INFORMATIQUES – DES MACHINES DE TRAITEMENT DE TEXTE OU DE TRAITEMENT DE COURRIER – DES TERMINAUX RELIÉS À UN ORDINATEUR (PAR EXEMPLE UN ÉCRAN OU UN CLAVIER RELIÉ A UN ORDINATEUR) – DES AUTRES MACHINES RELIÉES A UN ORDINATEUR (PAR EXEMPLE UNE CAISSE RELIÉE À UN ORDINATEUR), (oui/non). » Apparemment, les enquêteurs citèrent en effet la liste in extenso, puisque le pourcentage de salariés déclarant utiliser un ordinateur fit un bond à 48 %, alors qu’un taux de 41 % à 43 % eût été plus vraisemblable.

  • 7 On sait que les salariés les mieux formés répondent davantage aux enquêtes statistiques. De tels bi (...)

12Un examen plus attentif des enquêtes précédentes fit apparaître que des omissions avaient sans doute eu lieu, notamment en ce qui concerne les caisses des hypermarchés, dont les enquêteurs étaient supposés avoir explicitement fait mention en 1994. Toutefois, tout l’écart entre 43 % et 48 % n’est pas forcément imputable au flou de déclaration. Deux autres causes au moins peuvent avoir joué. L’échantillon de l’enquête de 1994 est petit : 1 000 salariés. La proportion d’utilisateurs de l’informatique mesurée est donc affectée d’une erreur aléatoire. Celle-ci est impossible à connaître, et tout ce qu’on peut dire est que la proportion d’utilisateurs dans l’ensemble des salariés, mesurée selon le protocole appliqué au petit échantillon de 1994, aurait été, selon toute vraisemblance, de 45 % à 51 %. On n’est donc pas forcément si loin des 43 %. Une autre cause secondaire de surestimation, dans cette enquête, de la proportion des utilisateurs tient au fait que répondre à l’enquête de 1994 n’était pas obligatoire, contrairement aux enquêtes précédentes. Or il y a quelques raisons de penser que les utilisateurs d’ordinateurs répondent plus volontiers que les autres à une enquête dont le thème est la technique et l’organisation du travail, même à niveau social ou niveau de formation égal7. En effet, lorsqu’aux personnes qui avaient répondu aux enquêtes (obligatoires) de 1991 ou 1993, on a demandé si elles étaient d’accord pour qu’un chercheur revienne les interroger, celles qui utilisaient l’informatique ont répondu plus souvent que les autres (même en tenant compte de leur niveau de formation, de leur qualification, de leur âge, des autres caractéristiques de leur travail, etc.) qu’elles acceptaient : les utilisateurs d’ordinateur sont donc plus enclins à parler de leur travail avec des chercheurs, comme si utiliser un ordinateur c’était déjà, d’une certaine façon, se situer du côté de la science. Au fond, l’enseignement de l’examen des résultats de 1994 est que les marges de flou introduites par les différentes façons de désigner les matériels dans les différentes enquêtes du type Totto n’induisent pas des différences considérables de réponse.

  • 8 Des constatations allant dans le même sens ont été faites lors de la passation des questionnaires p (...)

13Les entretiens plus approfondis menés avec des utilisateurs d’ordinateurs, ou des non utilisateurs, n’ont pas mis en évidence de faits saillants quant à l’identification de ces machines (Combessie et al., 1989 ; Léchevin, Lanoë & Le Jollif, 1993 ; Combessie, Faguer & Gollac, 1993)8. Ceci contraste vivement avec les observations faites à propos des robots ou des machines à commande numérique. On sait que le dénombrement des robots peut varier dans un rapport de un à quarante selon qu’ils sont définis « à la française » ou « à la japonaise » (Lasfargues, 1981), les robots « français » étant beaucoup plus complexes que les robots « japonais ». De plus, on a le plus grand mal à distinguer ce qui est robot, machine à commande numérique ou « autre chose » (faut-il considérer certains appareils médicaux ou instruments de mesure comme des robots quand ils réalisent des manipulations programmées ?). De même, un examen plus approfondi amène à rejeter la moitié des déclarations d’utilisation de machines à commande numérique faites par les salariés parce qu’elles s’écartent trop de ce que la littérature savante désigne sous ce nom (installation de teinturerie par exemple). Le terme d’« ordinateur » apparaît par contraste relativement fédérateur.

14Cette idée est confirmée par le résultat, pour la France, de l’enquête européenne sur les conditions de travail de fin 1995. La question posée était : « Votre principal travail implique-t-il de travailler avec des ordinateurs : PC, ordinateurs en réseau, mainframe ? » La proportion des réponses autres que « jamais » (c’est-à-dire « presque jamais », « un quart du temps », etc.) a été de 42 %, là où les résultats des enquêtes Totto laissaient attendre 44 % à 46 %, en prolongeant les tendances passées. L’écart est donc minime, en dépit d’une formulation plus restrictive. En revanche, à l’enquête européenne de fin 1991, où la question était : « L’exécution de votre travail vous impose-t-elle d’utiliser du matériel informatique ? », le pourcentage des réponses positives avait été de 46 %, bien plus que les 36 % qui auraient été compatibles avec les données françaises (Paoli, 1997 ; Moatty, 1993).

15La notion de matériel « informatique » est donc, pour les personnes interrogées, bien plus extensive que celle d’« ordinateur ». Elle inclut, semble-t-il, la plus grande partie des machines comprenant des dispositifs qu’on peut, si on veut, appeler informatiques : machines à commande numérique, instruments de mesure, Minitel…, l’objet technique « ordinateur » est solide, la technologie « informatique » est plus élastique. Pourquoi ? Remarquons d’abord que l’observation est isolée, faite à l’occasion d’une seule enquête. On ne saurait donc écarter totalement un aléa de sondage (cependant très hautement improbable), ni un biais (toujours possible, mais non repéré à ce jour). Cependant, on a quelques raisons de penser que la notion d’« informatique » est plus floue que celle d’« ordinateur », plus susceptible de recueillir des cas limites incertains. Lors des enquêtes statistiques, la tentation de se déclarer utilisateur des nouvelles technologies est forte. À l’enquête de 1987, époque où, il est vrai, la valeur de distinction de l’informatique était encore plus grande qu’aujourd’hui, un conseiller d’État avoue qu’il n’utilise pas d’ordinateur (ni bien sûr de MOCN, de robot…), mais à la question de savoir s’il n’utilise pas « un autre équipement moderne dont nous n’aurions pas parlé », répond : « oui, une calculatrice électronique haut de gamme ». Aujourd’hui encore, il y a lieu de se sentir « en faute » de ne pas utiliser d’ordinateur, mais n’importe qui ne peut se déclarer comme tel. À l’enquête Travail et modes de vie, menée par l’INSEE en janvier 1997, un professeur d’histoire répond : « Je devrais pouvoir dire oui. » Et il n’est que de parcourir la presse, écouter la radio ou regarder la télévision pour savoir que les Français devraient se sentir collectivement coupables de ne point se connecter sur Internet. Culpabilité contre prestige, toute occasion donnée par le flou de la question pour se placer du bon côté est susceptible d’être mise à profit. Le dénombrement des utilisateurs de l’informatique tend donc à inclure tous les cas limites. En revanche, comme on l’a vu, l’action de différents agents vise non seulement à étendre mais aussi à limiter (en excluant les calculettes, les consoles de jeu, etc.) l’extension du terme d’« ordinateur ».

Une pratique « classante »

16L’utilisation de l’ordinateur est une pratique classante, et en raison du caractère universel de la signification attachée à l’« ordinateur », elle produit un classement qui a une validité universelle. Cette pratique est très inégalement probable selon le capital culturel détenu, et selon la place dans la division du travail (Gollac, 1989). L’utilisation de l’informatique sépare principalement les ouvriers (peu utilisateurs) des autres groupes sociaux. La nature de cette séparation doit être discutée. En effet, les ouvriers utilisent souvent d’autres techniques modernes. Mais les machines à commande numérique, les robots, les installations automatiques sur lesquelles ils travaillent sont des outils étroitement spécialisés, à la différence des ordinateurs. Leur mode d’attribution parmi les ouvriers est aussi très différent de ce qu’on observe pour les ordinateurs. L’ordinateur matérialise la division verticale du travail entre les salariés : son utilisation est d’autant plus répandue que la qualification reconnue, l’initiative, les responsabilités, notamment hiérarchiques, sont plus grandes. Cette hiérarchisation n’a pas que des causes techniques : par exemple, il n’y a aucune raison technique pour que les infirmières qui ont des fonctions d’organisation, d’administration ou de gestion soient beaucoup moins équipées que les médecins salariés, ou les PEGC moins utilisateurs que les professeurs agrégés ou certifiés (Gollac, 1993). L’ordinateur matérialise aussi les divisions entre filières professionnelles et entre secteurs. D’une manière générale, à qualification égale, les professions les mieux rémunérées, celles dont la main-d’œuvre est la plus stable et qui recrutent les salariés les plus diplômés, sont les plus informatisées. L’accès à l’informatique est plus probable pour les salariés les plus anciens dans leur entreprise. Ceci traduit la segmentation du marché du travail entre emplois stables et emplois instables, mais aussi plus généralement le lien entre informatisation et confiance : celle-ci est nécessaire pour se voir confier un outil coûteux et puissant. L’ancienneté, et plus généralement l’intégration dans son milieu de travail, est aussi nécessaire pour accumuler le capital social permettant la mise en œuvre efficace de l’informatique (Gollac, 1996). L’utilisation de l’informatique dépend aussi étroitement du capital culturel, repérable par le niveau de diplôme : en dessous d’un « niveau barrière », l’équipement est improbable.

  • 9 En considérant, ce qui est classique dans l’étude de la mobilité sociale, que les personnes ignoran (...)
  • 10 C’est encore plus vrai lorsque ces cadres sont des femmes et, de surcroît, originaires des classes (...)

17Un ensemble de variables liées à la personne et à l’entreprise ont pu faciliter l’apprentissage de l’informatique dans le milieu de travail. Les ouvriers et les employés qui ont une expérience de l’informatique sont plus diplômés et ont une origine sociale plus haute que les autres salariés appartenant aux mêmes catégories. Ainsi, en 1994, 39 % des employés utilisateurs avaient un diplôme au moins équivalent au baccalauréat contre 11 % des autres employés ; 28 % des ouvriers utilisateurs ont le BEPC, contre 13 % des non utilisateurs. De même, 65 % des ouvriers et 47 % des employés utilisateurs de l’informatique étaient issus de familles d’ouvriers ou d’agriculteurs contre respectivement 78 % et 71 % des ouvriers et employés non utilisateurs9. Mais le facteur essentiel tient aux enjeux sociaux liés à une pratique donnant accès à une technologie qui permet de communiquer avec l’ensemble de l’univers technique et qui « sépare » du monde ouvrier. L’intérêt à faire de l’informatique est en effet socialement diversifié. On peut la subir comme c’est le cas pour une partie du personnel d’exécution, qui n’a guère le choix, ou en faire, « sans plus », comme une partie des cadres, qui « s’en défont » quand ils n’en ressentent plus le besoin : pour eux, semble-t-il, il s’agit d’un savoir-faire qui ne bouleverse ni leur rapport au savoir ni leur position dans l’entreprise10. Il faut des motifs majeurs pour « y croire ». L’informatique paraît comme un savoir de second rang : de même que les salariés les plus diplômés, les cadres dirigeants ne sont pas les plus équipés.

  • 11 Cette assertion, et celles qui précèdent, peuvent être établies plus précisément à l’aide de mesure (...)

18La sélection des salariés utilisant un ordinateur est sévère. Malgré la diffusion très rapide de l’informatique, la force des critères de sélection ne décroît pas. Par exemple, si les salariés anciens et les salariés précaires ont vu croître leur taux d’équipement, l’écart entre les deux catégories s’est maintenu11. Cette sélection crée un écart considérable entre salariés informatisés et non informatisés du point de vue du salaire et des perspectives de maintien dans l’emploi. Cependant l’effet propre de l’informatique, sans être négligeable, est plus modeste. Un salarié ayant des caractéristiques déterminées (sexe, âge, diplôme, qualification, ancienneté, etc.) voit par exemple son salaire s’élever au moment où il se met à utiliser un ordinateur, puis avec l’expérience dans cette utilisation ; mais le supplément de salaire correspondant est peu important : 4 % selon l’estimation la plus optimiste (Gollac, 1990 ; Entorf & Kramarz, 1994 ; Gollac & Kramarz, 1997). Il est clair qu’il n’y a pas un bloc des salariés informatisés d’une part, un bloc des salariés non informatisés d’autre part. L’ordinateur permet de remettre en cause les différenciations sociales préexistantes, mais dans des proportions limitées. Le fait que les utilisateurs d’ordinateurs se reconnaissent sans difficulté comme utilisateurs d’ordinateurs, et que certaines personnes s’investissent fortement dans cette pratique, contraste fortement avec le fait qu’ils font de ces machines des utilisations extrêmement diverses.

19En fait l’ambiguïté propre à un terme comme « ordinateur » n’a pas à être levée. Bien au contraire, ce terme polysémique présente l’avantage d’unir des salariés, aussi différents soient-ils par leur travail et par leur qualification, autour d’un projet commun d’amélioration de la compétence. C’est pour les utilisateurs appartenant aux catégories intermédiaires que cette croyance dans l’ordinateur et ses vertus est maximale. Ils cumulent en effet plusieurs propriétés qui les portent à adhérer à une idéologie du progrès personnel par le progrès technique. Leur scolarité, souvent à la fois partiellement réussie et inachevée, les porte au respect de la science, donc à une attitude a priori favorable à la technologie. La liberté relative dont ils jouissent fréquemment en tant qu’utilisateurs de l’informatique leur ouvre un espace d’usages diversifiés, susceptible de donner une portée pratique à leurs croyances. La détermination imparfaite, ou la faible cristallisation de leur statut social et professionnel, les porte à penser que les verdicts scolaires et professionnels peuvent être remis en cause par la participation au progrès technique. Les investissements dans l’informatique ne sont jamais si grands que de la part des utilisateurs dont la qualification reconnue est inférieure au capital scolaire, ou dont le capital scolaire certifié par le diplôme est inférieur au capital culturel. L’informatique est ici chargée de combler le fossé séparant l’utilisateur des savoirs scientifiques les plus légitimes, ou des fonctions les plus valorisées. Ces utilisateurs sont particulièrement portés à croire à l’unité de l’informatique, qui permet au débutant autodidacte d’espérer accéder à l’expertise.

L’hétérogénéité des usages

20On peut se faire une idée des effets de classement produits par la diversité des usages à partir de quelques cas contrastés d’utilisateurs : nous faisons voir ci-après quatre cas correspondant à des pôles de l’espace des usages, tels que peut les mettre en évidence une analyse des correspondances, menée à partir des données recueillies dans l’enquête Totto-Europe. Prenons tout d’abord l’exemple d’un maître de conférences en physique, spécialiste de génie mécanique. Depuis 1969, il utilise un ordinateur dans son travail. Au moment de l’enquête, en 1994, il travaille sur micro-ordinateur, mais peut se connecter, quand il le souhaite, à un réseau informatique, et il échange par ce moyen des données tant à l’intérieur de son université qu’avec des laboratoires extérieurs. Il utilise une large gamme de logiciels : outre la trilogie traitement de texte-tableur-grapheur, un logiciel de gestion de base de données, un langage de reconnaissance de caractères, un logiciel de CAO, et de nombreux langages de programmation – il programme lui-même : Pascal, Basic, Fortran. Cobol, C. C’est qu’il utilise l’ordinateur pour une gamme non moins étendue de tâches : calcul scientifique, CAO, enseignement, traitement de texte et PAO, documentation et accès à des bases de données, gestion de personnel, comptabilité et gestion financière. Il choisit lui-même les langages ou logiciels qu’il met en œuvre, et utilise la documentation écrite. Pour autant, il lui arrive « souvent » de faire autrement que les indications qu’on lui a données. D’ailleurs il réalise sur ordinateur des travaux à sa propre initiative, et il lui arrive de faire des choses « juste pour voir comment ça marche ». Quand il se passe quelque chose d’anormal, c’est lui qui, en général, règle l’incident. Dans l’utilisation de l’ordinateur, il reçoit de l’aide, ou des informations, de ses collègues de travail, du service informatique de son université, mais aussi directement d’entreprises informatiques extérieures, voire de personnes avec qui il est en relation amicale et non professionnelle.

21Deuxième exemple, celui d’une femme travaillant comme « équipière » dans un hôtel dépendant d’une chaîne d’établissements à bon marché ; cette femme, qui effectue en fait un travail à mi-chemin entre celui d’une employée et celui d’une femme de service, se sert aussi d’un ordinateur, mais seulement depuis 1989. Elle travaille en 1994 sur un terminal, et elle ignore si l’ordinateur avec lequel elle communique est relié lui-même à d’autres ordinateurs. De toute façon, elle l’utilise uniquement pour effectuer des opérations de caisse. Elle ne programme pas et considère qu’elle n’utilise aucun logiciel. Elle ne se sert pas de documentation écrite parce que, pour ce qu’elle a à faire, elle n’en a pas besoin. De fait, quand elle utilise l’ordinateur, on lui a indiqué en détail à l’avance toutes les opérations à faire, et elle déclare suivre exactement les indications qu’on lui a données. Elle ne réalise jamais de travaux sur ordinateur de sa propre initiative. Quand il se passe quelque chose d’anormal, elle fait appel à une autre personne.

Graphique 1. Analyse factorielle des modalités d’usage de l’ordinateur : variables actives (toutes les variables n’ont pas été représentées).

Graphique 1. Analyse factorielle des modalités d’usage de l’ordinateur : variables actives (toutes les variables n’ont pas été représentées).

Graphique 2. Analyse factorielle des modalités d’usage de l’ordinateur (variables supplémentaires, en italique, et individus cités). Les échelles utilisées pour les individus et les variables ne sont pas comparables.

Graphique 2. Analyse factorielle des modalités d’usage de l’ordinateur (variables supplémentaires, en italique, et individus cités). Les échelles utilisées pour les individus et les variables ne sont pas comparables.

22L’opposition entre ces deux cas a une portée générale. L’analyse factorielle des correspondances multiples, réalisée à partir des réponses recueillies dans l’enquête Totto-Europe de 1994 sur les conditions d’utilisation de l’ordinateur au travail, montre que la diversité des pratiques peut se décrire à partir d’un certain nombre de dimensions de ces pratiques (graphiques 1 et 2). La dimension principale correspond à ce qu’on peut appeler le niveau de « maîtrise » dans l’usage de l’ordinateur. Il est maximal pour les professionnels de l’informatique de niveau cadre, mais, comme ceux-ci sont peu nombreux, la plupart des utilisateurs atteignant un niveau élevé de maîtrise ne sont que des « amateurs ». Cette maîtrise a plusieurs visages. Elle peut consister en un usage très officiel et légitime, très professionnel, de l’informatique : programmer par exemple. Mais elle peut aussi consister en un art du bricolage, voire en un usage ludique. En réalité, loin de s’opposer, ces deux formes de maîtrise sont statistiquement liées. Qui dit maîtrise de l’outil dit autonomie dans son usage. Cette autonomie est liée à celle dont les utilisateurs disposent dans l’ensemble de leur travail. Elle est aussi inscrite dans le matériel, l’opposition entre micro-informatique et informatique lourde se révélant à cet égard tout à fait pertinente. Sans doute d’ailleurs, cette opposition est-elle exagérée par le fait que certains utilisateurs de micro-ordinateurs, qui les utilisent sans bénéficier de l’autonomie attachée, en principe, à ce type de matériel, ne se déclarent pas dans l’enquête comme utilisateurs de micro-ordinateur (et dans un sens ils ont raison, puisque pour un utilisateur, ce qui importe ce sont les conditions concrètes, donc sociales, d’utilisation de la machine, et non les caractéristiques techniques de celle-ci).

23Le classement des utilisateurs en fonction de leur niveau de maîtrise n’est pas la seule façon pertinente de différencier les usages de l’informatique. Une autre dimension mise en évidence par l’analyse des correspondances oppose les usages reposant sur la compétence individuelle des utilisateurs à ceux mettant en œuvre une compétence collective, s’appuyant sur un réseau d’entraide interne. La compétence collective va de pair avec un usage inséré dans l’organisation : l’ordinateur est utilisé de façon intensive, pour des tâches qui n’ont de sens que dans le cadre de l’entreprise. La compétence individuelle, elle, permet de réaliser des tâches génériques, liées à l’activité de la personne et non à celle de l’organisation. Nous pouvons l’illustrer par le cas d’une femme, elle aussi maître de conférences, mais cette fois, en espagnol, qui paraît comme un bon exemple d’utilisatrice individuelle. Elle ne fait de l’ordinateur qu’un usage marginal : guère plus de deux heures par semaine. Il n’y a d’ailleurs pas de poste de travail informatique dans le lieu où elle travaille ordinairement. Dans sa vie professionnelle, elle se sert surtout de l’ordinateur pour des usages qu’on rencontre aussi sans grand changement dans d’autres métiers, et même dans des utilisations extra-professionnelles, par exemple le traitement de texte. Les logiciels qu’elle utilise sont des logiciels généraux ; traitement de texte, tableur. Elle travaille sur un micro non connecté, et n’échange pas de données à l’intérieur de l’université. Dans l’utilisation de l’informatique, elle ne reçoit aucune aide de ses collègues, ni du service informatique de son université. En fait, la seule personne qui l’aide est son mari : si le lecteur pense que c’est « la moindre des choses », attirons son attention sur le fait que, premièrement, tout le monde n’a pas un conjoint capable de l’aider dans l’usage de l’informatique, et que, deuxièmement, les gens capables d’insérer l’informatique dans les conversations familiales sont encore plus rares, qu’il s’agit là, en quelque sorte, d’« une compétence spécifique de la personne ». Dernier exemple, typique cette fois d’un usage collectif, celui d’un secrétaire-comptable dans un grand établissement financier semi-public. Le travail sur ordinateur représente une bonne moitié de son temps de travail total. Il y a bien sûr un ordinateur dans la pièce où il travaille, et il a bénéficié d’une formation informatique très longue relativement à la moyenne des utilisateurs : trois semaines. Il utilise un logiciel spécifique à sa profession comptable, et un logiciel qu’il pense, sans en être sûr (indice du caractère spécifique de cet outil), pouvoir être classé parmi les logiciels de gestion de bases de données. Les usages de l’ordinateur qu’il signale sont étroitement liés à sa fonction : opérations bancaires, comptabilité et gestion financière. Il ne sait pas si l’ordinateur qu’il utilise est un micro-ordinateur, mais ce dont il est sûr, c’est d’être connecté à d’autres utilisateurs, avec qui il échange des données, tant par liaison télématique que sur disquettes. Enfin, en cas de difficulté, il peut compter sur l’aide de ses collègues, qu’il aide lui-même en retour, et sur celle du service informatique de l’entreprise.

24En première approximation, le mode d’utilisation de l’ordinateur reflète la place dans la division du travail. Entre groupes socioprofessionnels, la hiérarchie des niveaux de maîtrise est celle des niveaux de qualification (graphique 2). L’opposition entre usages individuels et usages collectifs recoupe celle entre le travail sur ou avec les personnes d’une part, le travail où la relation au client ou à l’usager est médiatisée d’autre part. Le rapport concret de l’utilisateur à la machine dépendra donc de sa place dans l’espace social. Toutefois, l’idée d’une reproduction mécanique des positions professionnelles dans l’espace des compétences en informatique serait grossièrement simplificatrice. Toutes les particularités de la trajectoire sociale de chaque utilisateur sont susceptibles d’influer sur le rapport qu’il entretient avec l’informatique. Concrètement, l’ordinateur est susceptible d’être envisagé comme une secrétaire (c’est souvent le point de vue des cadres), comme un patron (c’est souvent le point de vue des secrétaires), ou comme un outil manuel (comme par les ouvriers ou les techniciens d’origine populaire qui élaborent à leur propre usage une véritable traduction de l’informatique en discipline corporelle).

25Les modalités d’usage de l’ordinateur sont donc susceptibles d’être interprétées comme des classements sociaux. Se servir d’un micro portable, communiquer à travers des réseaux, aider des personnes autres que ses collègues habituels, explorer par jeu les possibilités de la machine, ou même des pratiques largement vulgarisées, et en apparence anodines, comme l’usage d’un traitement de texte, sont l’indice d’un degré élevé de maîtrise. Elles sont donc en général, statistiquement, mais non dans chaque cas particulier, le signe d’une qualification ou d’un niveau culturel élevé. La tentation est grande de passer du général au particulier, de penser que le niveau de maîtrise signale la situation sociale de chacun. En fait, il est exact qu’à formation, qualification, etc., données, un usage sophistiqué de l’informatique est « un plus » qui aura, semble-t-il, un certain impact sur le salaire. Mais, ici encore, les études statistiques montrent que ce « plus » est limité. Il ne suffit pas de pratiquer l’informatique comme un cadre pour être un cadre. Non seulement la pratique de l’ordinateur n’est pas un gage de promotion sociale, mais l’expertise n’en est pas un non plus. Certains utilisateurs se laissent prendre à l’un ou l’autre piège (ou aux deux à la fois). Éviter ces pièges suppose de reconnaître la diversité de l’informatique au-delà de l’apparente unité de l’objet « ordinateur » : diversité des pratiques et diversité des situations sociales d’utilisation. Pourtant se promouvoir par l’informatique est possible, et peut s’appuyer sur l’apparence d’unité de celle-ci.

L’ordinateur, l’utilisateur et les autres

  • 12 L’enquête met en relation les propriétés scolaires et sociales des utilisateurs avec les usages le (...)

26Comme tout savoir appris sur le tas, la maîtrise de l’informatique implique une reconversion vers la profession d’un ensemble de dispositions qui n’étaient jusqu’alors reconnues que dans le cadre de la vie privée. Les caractéristiques sociales nécessaires pour accomplir l’investissement exigé par le milieu de travail impliquent en effet une disponibilité qui est affaire à la fois, de capital scolaire, d’âge (pour y croire, il faut penser qu’on a encore un avenir professionnel devant soi) et surtout de temps. Il s’agit donc d’un ensemble de facteurs liant étroitement les propriétés de la vie privée des salariés avec la relation qu’ils entretiennent à leur travail. Ce sont du moins les observations principales que nous avons pu rassembler à partir d’une centaine d’entretiens biographiques réalisés en 1993 et 1994 auprès d’utilisateurs ayant répondu à l’enquête de 1991 sur les conditions de travail, et de responsables en informatique de la formation permanente12.

27Premièrement les entretiens ont mis l’accent sur l’importance, tout au moins pour les utilisateurs les plus anciens, d’une relative surqualification par rapport à leur poste, qui leur a donné l’aisance suffisante pour tirer tout le parti des enjeux professionnels liés à l’apprentissage de l’informatique et donc de transformation du poste « de l’intérieur ». Lorsqu’elle est apprise sur le tas, celle-ci, loin d’être une activité totalement gratuite, décontextualisée du monde du travail et susceptible d’apporter à ceux qui s’y adonnent, avant tout, une « satisfaction personnelle », comme c’est le cas, très souvent, pour les activités auxquelles se livrent les autodidactes (Boltanski & Maldidier, 1977), reste un apprentissage sérieux, c’est-à-dire dont la maîtrise reste soumise aux contraintes du poste et, dans le meilleur des cas, à un projet professionnel. Il est facile, ici, de multiplier les exemples d’utilisateurs, surtout parmi les cadres, les techniciens et les enseignants, pour lesquels cet apprentissage a été l’occasion de mettre en valeur leur expérience professionnelle, autrement dit, d’accroître l’efficacité de leur travail. L’informatisation des tâches facilite et permet de mieux organiser le travail que l’on sait déjà faire.

28Deuxièmement l’apprentissage réussi est relativement indépendant de l’école et de ses contraintes. Il se fait ordinairement dans le milieu de travail et, souvent, de manière collective. Il implique des conditions d’exercice de la profession qui offrent un certain « jeu » permettant de transformer son poste : une politique de l’entreprise ouverte à l’informatique, une organisation de la formation et de la « maintenance » suffisante pour que chacun puisse faire appel à l’aide d’un collègue « en temps réel », c’est-à-dire au moment même où l’utilisateur est en difficulté pour accomplir les tâches qui lui sont demandées, des rapports de travail suffisamment stables entre collègues pour que les plus avancés puissent apporter aux débutants la connaissance nécessaire, les « trucs » pour éviter les blocages.

29Autrement dit la réussite de l’apprentissage de l’informatique dans le milieu de travail peut être perçue comme un indice particulièrement pertinent de ce qui fait la différence entre le titre et le poste, entre la position hiérarchique occupée dans un groupe de travail et la compétence effective dans ce groupe. Évoquer la notion de disponibilité, c’est vouloir tenir compte de l’écart entre la qualification reconnue par un titre scolaire ou professionnel et celle dont le salarié peut faire la preuve au jour le jour. L’intérêt à investir dans l’informatique est lié au fait d’occuper un poste suffisamment « élastique » pour qu’il puisse offrir l’occasion d’une redéfinition (et d’une extension) de la compétence de celui qui l’occupe : par le travail d’apprentissage d’une nouvelle technique, ce sont les rapports entre les collègues et la définition même du travail (sa valeur, la hiérarchie des difficultés et donc des compétences) qui sont remis en jeu.

  • 13 La plus grande part des personnes interrogées ne possédaient pas de matériel informatique à domicil (...)
  • 14 Dans la grande majorité des cas que nous avons pu observer, l’investissement dans l’informatique et (...)

30Les espoirs mis dans l’informatique par les nouveaux utilisateurs des années 1980 correspondent en tout cas à ce modèle : en donnant l’occasion aux salariés des générations de l’expansion scolaire, mieux scolarisées mais aussi plus menacées dans leur emploi que les générations précédentes, d’accéder à la maîtrise des technologies nouvelles, l’apprentissage de l’informatique, dans le milieu de travail, a pu faciliter des promotions professionnelles susceptibles de permettre à des salariés, de fait « surqualifiés », de revaloriser des diplômes ou des formations dévalués. On sait que la vie professionnelle peut offrir aux autodidactes l’occasion de rentabiliser dans leur profession un savoir qui n’a été, jusqu’alors, reconnu ni par un diplôme ni par une compétence professionnelle spécifiques. C’est un mode d’accès au savoir qui se différencie à la fois de l’apprentissage scolaire, de l’apprentissage dans le cadre familial, facteur principal de l’accès socialement différentiel à la culture savante, mais aussi des apprentissages techniques qui impliquent des achats coûteux, inaccessibles à la très grande majorité des consommateurs13. Toutefois le rapport que les autodidactes entretiennent avec leur travail, en particulier dans la recherche de l’amélioration de leur qualification, est tributaire du rapport à l’institution scolaire qu’ils ont hérité de leur expérience de l’école14.

  • 15 Ce que dit Max Weber (1996, p. 279) de la religion qui unit par l’acceptation d’une même croyance à (...)
  • 16 Il faudrait transcrire ici de grands extraits des entretiens de manière à rendre sensible cette lan (...)

31C’est dans les classes moyennes en ascension sociale que la motivation à investir dans l’informatique est la plus forte. Il s’agit principalement de techniciens et de cadres « maison » qui ont trouvé dans un apprentissage sur le lieu de travail l’occasion de transformer leur poste, de s’inventer de nouvelles tâches, de nouvelles responsabilités, bref, soit de donner une légitimité à un poste qui en manquait, soit parce que recrutés dans un univers trop rigide, d’exercer leur profession avec une liberté plus grande. C’est ce qui donne, semble-t-il, au terme polysémique d’ordinateur15, qui regroupe dans une même activité des emplois aussi différents que celui de caissière dans un grand magasin et celui d’ingénieur programmeur, la vertu de mobiliser des salariés, pourtant différents par leur travail, leur statut professionnel et leur qualification, autour d’un projet commun d’amélioration de la qualification et de la compétence. De ce point de vue, la croyance dans l’efficacité technique des objets informatiques exerce un effet mobilisateur plus important que la diversification des usages, facteurs, au contraire, de distinction sociale. Ce qui unit les utilisateurs de traitements de texte, de tableurs, de bases de données ou de CAO, tient à une croyance collective dans le progrès technique qui peut transformer le travail et la communication entre des salariés de statut et de responsabilité différents16. Toutefois, si la disponibilité des utilisateurs de l’informatique est la condition sine qua non d’une reconversion professionnelle réussie, c’est précisément cette variable initiale qui – peut-être à terme – menace les acquis de la formation obtenue dans la - mesure où la bonne volonté n’est pas avec le temps reconvertie en capital professionnel reconnu par des titres : le progrès technique, dans ce domaine, multiplie les occasions d’acquérir des formations sur le tas susceptibles de mettre en valeur le capital scolaire des salariés, mais en même temps il peut annuler brutalement les acquis « maison » apparemment les plus stables (encadré no2). À la différence du concours qui apporte à la séparation conventionnelle entre « élus » et « exclus » la garantie durable de l’État (Bourdieu, 1979), les pratiques informatiques ne sont classantes qu’à travers le regard que les autres (par exemple les représentants de la hiérarchie) portent sur l’activité de l’utilisateur : les profits de distinction qu’elles engendrent sont donc toujours susceptibles d’être remis en cause, et doivent être constamment justifiés.

32L’utilisateur est confronté à la diversité des usages de l’ordinateur, et l’obsolescence rapide de ses connaissances, liée à la fois à la diffusion des techniques informatiques et au développement de nouveaux logiciels, rend épuisante la poursuite d’un niveau élevé de maîtrise. « S’en sortir » grâce à l’ordinateur passe donc presque toujours par « sortir » de l’informatique, autrement dit, s’efforcer d’échapper à l’évaluation de ses compétences à l’aune d’une compétence générale. La compétence dans l’usage de l’ordinateur peut en effet être mesurée dans le cadre de l’univers global des utilisateurs, univers dans lequel elle est confrontée à celle des professionnels, ou évaluée au contraire dans l’environnement concret de travail. Pour bénéficier d’une évaluation dans cet univers restreint, évidemment plus favorable, les utilisateurs doivent soumettre leur mode d’usage aux lois de celui-ci, c’est-à-dire ne pas envisager l’informatique comme une discipline scientifique, mais comme une technique au service de l’entreprise. Cette attitude en apparence plus humble (mais qui n’est en fait accessible qu’à ceux qui maîtrisent pratiquement les enjeux de leur univers de travail) n’empêche pas de tirer bénéfice du prestige global de l’informatique, donc de la confusion que d’autres font entre différentes formes d’usage de l’ordinateur (encadré no3). Si la croyance en une informatique universelle est peu ou prou nécessaire à l’investissement dans la maîtrise de l’ordinateur, en revanche une rupture, implicite ou explicite, avec cette croyance est nécessaire pour la valorisation de cet investissement. La compétence des utilisateurs ne peut être pleinement reconnue qu’à travers une définition locale de l’informatique et de ses usages (encadré no4). Cette construction d’une informatique personnelle est un moyen d’échapper à la discipline (au sens scolaire et moral) de la technique au prix d’une soumission à la logique de l’entreprise.

  • 17 On voit ici toute la différence avec une attitude « soumise » qui s’appuie sur l’exécution de procé (...)

Encadré no2
« Il
y a tout un pan de notre métier qui se meurt »
Ce technicien, responsable de la mise en page des publications d’un service ministériel, a fait l’expérience, malgré son jeune âge – il n’a que trente-deux ans –, du passage de l’imprimerie à la photocomposition puis à l’informatique. Originaire d’une famille ouvrière du sud-ouest de la France, orienté vers l’enseignement technique court avant de suivre une formation d’imprimeur chez un petit patron, il a, malgré une bonne insertion initiale, échappé à un avenir professionnel incertain en entrant dans l’administration sur un poste de claviste en photocomposition. Il a acquis sa formation en informatique uniquement sur le tas, sans jamais faire appel à la formation permanente : il a été initié directement à Page maker et Excel par les installateurs de ces deux logiciels (« en trois jours ils nous ont un peu dégrossis ») et a pu progresser grâce à l’aide du responsable informatique. Depuis il s’est aussi familiarisé avec Designer, Arts et lettres, Word et a appris à utiliser un scanner. Pour progresser, il ne compte pas son temps, c’est, il en est conscient, ce qui le différencie de ses collègues plus âgés. Il voit l’informatisation de la composition comme une occasion et une obligation de progresser : « j’étais jeune, j’étais obligé de bouger ».
Son apprentissage de l’informatique est essentiellement pratique. Son savoir est inscrit dans le corps, dans ce que l’enquêté appelle « la mémoire gestuelle » : « la répétitivité des gestes, des opérations, c’est devenu pour moi, mes collègues étaient en face de moi, donc ils avaient des problèmes que moi j’avais réussi à résoudre avant eux, ils posent la question et des fois j’ai du mal à pouvoir donner la réponse ; alors aussitôt je fais un mouvement du corps, je me lève, je m’assois derrière la machine, je vois, je regarde le problème et bon je le résous là, très facilement. C’est plus dur pour moi de réfléchir, de me dire il faut appuyer sur cette touche, faire ça. Je vais derrière la machine, je vois le problème, je la trouve de suite, la touche, ça me revient, c’est une attitude, pour moi, c’est une mémoire gestuelle, ça, je m’en suis rendu compte. »
Il s’agit là d’un savoir plus libre et plus inventif qu’un savoir qui s’appuierait uniquement sur des « recettes » écrites, autrement dit c’est un savoir qui implique une attitude relativement généralisable à l’ensemble des objets techniques. Il faut avoir « l’esprit logique », dominer son appréhension par rapport à ce qu’on ne sait pas, bref, faire confiance à la machine. Le corps multiplie les solutions par rapport à la soumission pure et simple à des procédures auxquelles il faut se soumettre à la lettre : « Vous avez un problème, il y a plusieurs solutions, je sais que j’arriverai toujours à m’en sortir parce qu’il y a toujours une solution »17.
La disponibilité dont il a dû faire preuve pour se former et réussir dans sa nouvelle fonction risque toutefois, avec le temps, de se retourner contre lui : s’il s’est trouvé dans le poste au bon moment avec les connaissances nécessaires, du goût, la volonté de ne pas compter son temps, un « esprit logique » pour reprendre sa formulation, d’autres, des plus jeunes, à leur tour, pourront le faire. De plus, que vaut cette « bonne disposition » s’il n’a pas su ou pu reconvertir ce capital en statut quand l’informatique tend à se généraliser et donc à ne plus être une compétence rare sur le marché du travail ? Pour se différencier de ses collègues de travail plus âgés, il a cru pouvoir s’appuyer sur sa maîtrise de l’ordinateur et des logiciels. Mais cet appui sur une compétence définie de façon très générale, sans référence à son univers de travail spécifique, l’expose à son tour à une concurrence élargie.
« Le problème avec la micro-informatique, c’est que ça ouvre des portes, ça permet aux non-professionnels, avec un minimum d’intelligence, de culture et de savoir-faire, de pouvoir accéder à la profession. On est beaucoup en concurrence avec les secrétaires qui s’aperçoivent […] qu’elles aussi, non pas avec nos logiciels à nous, mais déjà avec leurs petits logiciels à elles, peuvent faire quelque chose de bien et donc elles essaient d’entrer en concurrence avec nous […]. Maintenant n’importe quelle secrétaire qui travaille sur un micro ou un auteur, avec un minimum d’esprit créatif ou de goût, peut faire aussi bien. Moi, je serais à sa place, j’en ferais autant ; ce qui m’ennuie, c’est que pour eux, c’est un amusement, c’est un jouet, mais pour nous, ce n’est pas un jouet […], c’est notre métier. Si on ne peut plus faire ça, il faut qu’on fasse autre chose. Quand on voit des auteurs qui sont à des grades super élevés faire ça, nous, on trouve qu’ils se dévalorisent par rapport à ce que, eux, ils ont à faire ; par contre, on trouve aussi qu’ils nous ôtent le pain de la bouche. Il y a tout un pan de notre métier qui se meurt. »

 

Encadré no3
« Là, je suis compétente »
Sa maîtrise de l’informatique a permis à cette jeune femme, professeur d’économie familiale et sociale dans un établissement d’enseignement technique, une reconversion professionnelle partielle. Elle bénéficie en effet d’une décharge de cours à mi-temps pour diriger la publication d’une revue de formation professionnelle destinée aux enseignants confrontés aux problèmes des élèves en échec scolaire. Au sein de l’équipe de rédaction, elle s’occupe personnellement de la publication assistée par ordinateur.
Ce qui a caractérisé son apprentissage de l’informatique, c’est qu’immédiatement il a été orienté non vers « la maîtrise » de la machine pour la machine, mais, au contraire, vers la maîtrise de tâches concrètes. L’informatique ne prend pour cette utilisatrice sa valeur que par rapport à une utilité externe. La professionnalité qu’elle vise n’est pas celle de l’informaticien : elle se situe dans la pédagogie et surtout dans le monde de l’édition. Pourtant ses compétences informatiques ont beaucoup fait pour sa réputation. Elle affirme elle-même sa compétence, mais définit celle-ci comme une pure compétence d’utilisatrice. Elle ne se pose pas en rivale des informaticiens de profession. Il lui suffit d’être (nettement) plus compétente que ses collègues pour asseoir sa nouvelle position professionnelle. La conscience et l’affirmation de sa compétence ont pour elle une portée pratique. Elles lui permettent en effet de revendiquer et d’obtenir, au sein d’un groupe de travail, l’attribution de tâches où cette compétence pourra s’exprimer. En se posant comme compétente dans son univers professionnel restreint et en se reconnaissant comme incompétente dans le monde des professionnels de l’informatique, elle évite de se laisser définir par sa position dans l’espace global des utilisateurs, position qui serait, relativement à celle des experts, dominée. Elle assoit sa compétence, non sur son seul savoir informatique, mais sur la conjonction, plus rare, de ce savoir et du « goût » pour la mise en forme, le « design » graphique. Ce bon sens pratique, ce sens du jeu de la technique, acquis en partie par le biais de l’apprentissage en famille, assure le rendement professionnel de ses investissements dans la technique. Ayant obtenu sa position actuelle par sa maîtrise de l’ordinateur, elle a su l’en détacher, ce qui la met relativement à l’abri d’une obsolescence de ses compétences spécifiquement informatiques.
Alors vous dites que vous êtes la seule compétente pour faire ce genre de choses [la mise en page de la revue].
Enfin dans mon équipe, je ne me sens pas… oui, oui. Oh oui, au niveau de l’équipe, Georges recule à grands pas devant un ordinateur, Philippe s’y est jamais mis et Laurent sait utiliser l’informatique mais n’a pas du tout, du tout de sens esthétique… […]
Oui, c’est d’autres personnes de l’équipe de formation qui ont fait parvenir jusqu’au proviseur que j’étais bien en informatique…
De l’équipe de formation entre autres…
Voilà et puis d’autres collègues que j’avais rencontrés à d’autres endroits qui connaissaient ma revue… des gens qui connaissaient ma revue… parce que les gens ont tendance un peu à confondre être bon en informatique et savoir utiliser les logiciels. […]
Je ne suis pas compétente en informatique… Mon mari peut-être, moi, on m’appelle pour un problème, je ne sais pas, un bug, il se plante… je peux pas y répondre, et j’ai beau le redire, j’ai beau dire aux gens que je suis compétente pour utiliser un logiciel, là appelez-moi, un problème d’informatique pur, moi je ne peux pas répondre.
Et pour choisir un matériel ou un logiciel ?
Là je suis compétente…

 

Encadré no4
« J’avais envie de faire d’une autre façon que ce qui se faisait jusque-là »
Dans une entreprise de parachimie installée dans la banlieue parisienne, le responsable des ressources humaines a choisi comme coordinatrice de la formation au traitement de texte une secrétaire sortie de l’enseignement technique court et qui exerce cette nouvelle fonction à temps plein. Elle reçoit les stagiaires, salariés travaillant dans les différents services de l’entreprise, par petits groupes, dans un local moderne et convivial qui tranche avec l’austérité des autres bâtiments. Pendant l’interview, acceptée en fin de journée, après les cours, elle est interrompue à plusieurs reprises par le téléphone : il s’agit de demandes de dépannage en urgence. Ses questions, brèves et précises, ont pour fonction d’établir un diagnostic de manière à régler sur-le-champ les problèmes de routine et de proposer éventuellement un rendez-vous dans la semaine pour les problèmes de fond. Mais plus qu’une compétence technique, la force de son savoir-faire s’appuie avant tout sur sa connaissance pratique des besoins des utilisateurs, ses anciennes collègues : sa proximité morale et la familiarité non seulement avec leurs problèmes de travail mais aussi avec les enjeux professionnels qu’ils voilent, constituent les principales ressources qui sont au principe de sa pédagogie. Alors que son frère et son père, ancien mécanicien, ont eu une expérience de formateur dans l’enseignement professionnel, elle explique dans l’extrait d’entretien présenté ici comment l’informatique lui a permis de réaliser son projet d’enseigner qu’une orientation précoce vers le technique court avait rendu impossible. Cette réussite a exigé la construction d’une conception personnelle de l’informatique (l’informatique des secrétaires opposée à l’informatique des experts) et sa reconnaissance par les responsables de l’entreprise. Tout à l’heure vous avez dit, moi j’étais secrétaire avant, comment vous avez eu envie de faire ce que vous faites maintenant ? Comment ça s’est passé si je peux vous demander ?
Eh bien je crois que je n’aimais pas trop ce que je faisais ; quand j’ai commencé à travailler avec un micro-ordinateur, je me suis tout de suite beaucoup intéressée à ça, ça me plaisait beaucoup de travailler de cette façon, et puis j’ai utilisé des fonctions assez avancées. Je ne sais pas comment ça s’est produit, mais, si vous voulez, des collègues ont commencé à me demander comment on faisait pour certaines fonctions, comment on arrivait…, ils m’ont demandé conseil, et puis, également, quand j’allais en stage, je n’étais pas très satisfaite du stage, parce que je trouvais qu’on ne s’occupait pas justement du besoin des stagiaires : on nous faisait utiliser certaines choses qui sont très spectaculaires mais qui ne servent pas à grand-chose, et on n’entrait pas dans le détail de ce qui est difficile à utiliser ; et puis, également, je trouvais que quand j’avais besoin d’être dépannée – il y a ici une cellule micro-informatique qui dépanne –, je trouvais qu’ils étaient très compétents mais, quand ils venaient m’aider, ils faisaient ce que j’avais besoin de faire, et quand ils repartaient je n’étais pas capable de le refaire, ils l’avaient fait très rapidement et je n’avais pas compris. Et donc tout ça a fait que je me suis dit que j’aimerais bien moi faire ça, qu’il me semblait que je saurais montrer aux secrétaires, puisque je pensais aux secrétaires au départ, ce qu’il était important de voir, et que le dépannage aussi m’intéressait et que j’avais envie de le faire d’une autre façon que ce qui se faisait jusque-là. Et donc je suis allée voir Monsieur B. (le responsable de la formation), je lui ai expliqué ça et je suis bien tombée parce que c’était dans ses idées, lui aussi pensait qu’il y avait un besoin de ce côté-là.

Bibliographie

Boltanski Luc (1982), Les cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Minuit.

Boltanski Luc & Pascale Maldidier (1977), La vulgarisation scientifique et son public, Paris, École des hautes études en sciences sociales, CSE.

Bonvin François, Combessie Jean-Claude, Faguer Jean-Pierre & Michel Gollac (avec la collaboration de Monsigny Odile) (1994), « Une machine qui change la vie ? », Document de travail, 94/24, Noisy-le-Grand, Centre d’études de l’emploi.

Bourdieu Pierre (1979), « Les trois états du capital culturel », Actes de la recherche en sciences sociales, 30, p. 3-6.

Breton Philippe (1987), Une histoire de l’informatique, Paris, La Découverte.

Breton Philippe (1990), « L’informatique : quarante-cinq ans de succès paradoxaux », Culture technique, 21, p. 6-12.

Charre R. (1994), Bilan de collecte de l’enquête Totto-Europe de février 1994, INSEE, Direction régionale de Rhône-Alpes, Service statistique, Division enquêtes-ménages, document interne.

Combessie Jean-Claude, Balazs Gabrielle, Faguer Jean-Pierre, Monsigny Odile & Pierre Verdier (1989), Enquête sur la signification des réponses recueillies à certaines questions de l’enquête sur la technique et l’organisation du travail. Paris, Maison des sciences de l’homme, CSEC, rapport pour le ministère du Travail.

Combessie Jean-Claude, Faguer Jean-Pierre & Michel Gollac (1993), Les usages professionnels de l’informatique, Noisy-le-Grand, Centre d’études de l’emploi, note intermédiaire faisant le bilan de la collecte.

Entorf Horst & Francis Kramarz (1994), The Impact of New Technologies on Wages and Skills. Lessons from Matching Data on Employees and on their Firms, Paris, INSEE, document de travail.

Gollac Michel (1989), « L’ordinateur dans l’entreprise reste un outil de luxe », Économie et Statistique, 224, p. 45-53.

Gollac Michel (1990), « La modernisation à deux vitesses », Données Sociales, INSEE, p. 116-119.

Gollac Michel (1993), « La diffusion de l’informatique au travail », Données Sociales, INSEE, p. 486-494.

Gollac Michel (1996), « Le capital est dans le réseau : la coopération dans l’usage de l’informatique », Travail et emploi, 68, p. 39-60.

Gollac Michel & Francis Kramarz (1997), L’ordinateur : un outil de sélection, Noisy-le-grand, CEE-CREST, miméo.

Lasfargues Yves (1981), L’utilisation de la robotique dans la production et ses perspectives d’avenir, Rapport pour le Conseil économique et social.

Léchevin Jean-Pierre, Lanoë Dominique & Gérard Le Joliff (1993), « Vivre les nouvelles technologies », Travail et emploi, 56, p. 4-18.

Lussato Bruno (1981), Le défi informatique, Paris, Fayard.

Merllié Dominique (1983), « Une nomenclature et sa mise en œuvre. Les statistiques sur l’origine sociale des étudiants », Actes de la recherche en sciences sociales, 50, p. 3-47.

Moatty Frédéric (1993), Qui utilise l’informatique au travail ?, Noisy-le-Grand, Centre d’études de l’emploi, dossier de recherche 51.

Paoli Pascal (1997), Second European Survey on Working Conditions, Dublin, European Foundation for the Improvement of Working and Living Conditions.

Simondon Georges (1989), Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier.

Thévenot Laurent (1979), « Une jeunesse difficile : les fonctions sociales du flou et de la rigueur dans les classements », Actes de la recherche en sciences sociales, 26-27, p. 3-18.

Weber Max (1996), « L’État et la hiérocratie », in Id., Sociologie des religions, Paris, Gallimard.

Notes

1 Cette vision s’inscrit dans un mouvement de pensée plus large. Nous pensons par exemple au titre très significatif de l’autobiographie du fondateur de la FNAC, ancien militant politique devenu patron d’un groupe dont l’expansion est liée à l’accroissement du nombre des consommateurs de « biens culturels » : André Essel. Je voulais changer le monde, Paris. Stock, 1985.

2 Ce qui a pour effet d’ouvrir un espace d’initiatives à l’utilisateur (cf. l’article de Nicolas Auray dans ce numéro).

3 Dans le domaine du logiciel également, l’évolution actuelle du marché semble s’orienter vers un renforcement des (gros) producteurs de logiciels destinés au marché mondial.

4 Pentium inside.

5 Les difficultés – et, dans le cas particulier qui nous occupe ici, les facilités – de la mesure statistique sont l’indice du degré de solidité des constructions sociales sur lesquelles peuvent s’appuyer ces mesures, et du jeu social que permet l’ambiguïté des concepts (Thévenot, 1979 ; Merllié, 1983).

6 L’un d’eux est l’un des auteurs de cet article. Mais étant donné la procédure de préparation de l’enquête Totto (existence d’un groupe de pilotage, approbation préalable du questionnaire par la hiérarchie de l’INSEE), le questionnement reflète plus qu’un point de vue personnel.

7 On sait que les salariés les mieux formés répondent davantage aux enquêtes statistiques. De tels biais peuvent cependant être en grande partie corrigés en recourant à une stratification a posteriori, c’est-à-dire en modifiant le nombre de personnes représentées par chaque variable de l’échantillon jusqu’à ce que la structure par diplôme (ou sexe, âge, catégorie sociale, etc.) soit semblable à celle d’une source statistique plus fiable, par exemple l’enquête sur l’emploi de l’INSEE.

8 Des constatations allant dans le même sens ont été faites lors de la passation des questionnaires par l’INSEE (Chaire, 1994).

9 En considérant, ce qui est classique dans l’étude de la mobilité sociale, que les personnes ignorant leur origine sociale sont le plus souvent originaires des couches populaires.

10 C’est encore plus vrai lorsque ces cadres sont des femmes et, de surcroît, originaires des classes supérieures ; par exemple : « la première fois que j’ai touché un clavier, ça devait être en fac […], je n’ai jamais été une passionnée, mais ça ne m’a jamais posé de problème, je crois que ça m’est assez facile, l’informatique » (femme, 30 ans environ, ingénieur de recherche dans une entreprise d’informatique, père ingénieur, mère professeur de mathématiques).

11 Cette assertion, et celles qui précèdent, peuvent être établies plus précisément à l’aide de mesures économétriques (régressions logistiques).

12 L’enquête met en relation les propriétés scolaires et sociales des utilisateurs avec les usages le plus courants de l’informatique (traitement de texte, tableur, base de données, CAO et programmation) et leurs modes d’apprentissage. Cette étude sur les usages professionnels de l’informatique a été l’occasion de constituer des biographies d’utilisateurs en ajoutant aux variables de l’environnement du travail celles de la trajectoire sociale et scolaire (Bonvin et al., 1994).

13 La plus grande part des personnes interrogées ne possédaient pas de matériel informatique à domicile.

14 Dans la grande majorité des cas que nous avons pu observer, l’investissement dans l’informatique et la maîtrise du bricolage informatique sont conditionnés par un niveau scolaire suffisant, même si l’investissement n’est pas maximal pour ceux qui ont le niveau scolaire le plus élevé. Il est toutefois possible que pour les plus jeunes générations (guère observées dans une étude qui ne porte que sur des personnes au travail), un niveau très élevé de maîtrise et d’investissement puisse correspondre à une humeur anti-scolaire, comme le montre l’étude des « hackers » (cf. Auray, infra).

15 Ce que dit Max Weber (1996, p. 279) de la religion qui unit par l’acceptation d’une même croyance à travers les différences sociales est vrai en partie des nouvelles technologies comme outil de mobilité sociale.

16 Il faudrait transcrire ici de grands extraits des entretiens de manière à rendre sensible cette langue commune qu’offre aujourd’hui l’informatique à ses utilisateurs, « mots de passe » interclassistes qui peuvent donner l’illusion d’appartenance à la fraction « moderne » du salariat, bien intégrée au monde du travail, la seule qui, dans une période marquée par le chômage et la précarité, peut prétendre avoir de l’avenir.

17 On voit ici toute la différence avec une attitude « soumise » qui s’appuie sur l’exécution de procédures suivies à la lettre que toute innovation dans le service (nouveau matériel ou nouvelle division du travail) ne peut que bouleverser. L’entretien nous conduit ici directement à chercher dans les habitus, et donc dans les corps, les principes d’un savoir-faire qui puisse être relativement transposable pour l’apprentissage d’autres objets techniques.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Analyse factorielle des modalités d’usage de l’ordinateur : variables actives (toutes les variables n’ont pas été représentées).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10411/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique 2. Analyse factorielle des modalités d’usage de l’ordinateur (variables supplémentaires, en italique, et individus cités). Les échelles utilisées pour les individus et les variables ne sont pas comparables.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10411/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search