Version classiqueVersion mobile

Cognition et information en société

 | 
Bernard Conein
, 
Laurent Thévenot

Formes de représentation de l’information

Les métaphores dans les laboratoires scientifiques1

Metaphors in the Scientific Laboratory

Der Gebrauch von Metaphern in wissenschaftlichen Laboratorien

Karin Knorr Cetina
Traduction de Nicolas Auray et Marc Breviglieri

Résumé

Cet article, qui s’intéresse au traitement des machines par les chercheurs dans les laboratoires de physique des hautes énergies, analyse l’application d’un vocabulaire symbolique et figuratif aux objets et aux phénomènes présents dans un laboratoire. Il montre comment le recours à des métaphores (celle de l’organisme en particulier) crée de nouvelles sortes d’êtres en reconfigurant aussi bien les organismes et les machines que les relations épistémiques entre sujets et objets et la distribution de leurs rôles.

Texte intégral

  • 1 Traduction de « Metaphors in the scientific laboratory. Why are they there and what do they do ? », (...)

1Lorsqu’un ethnographe se lance dans l’étude d’une peuplade inconnue, il se met dans une situation délicate. Par rapport à ses attentes ou à ses habitudes, une grande partie de ce qu’il voit le surprend au plus haut point. En fait, le contraste entre la nouveauté et les images qu’il apporte avec lui peut être suffisamment frappant pour qu’il ressente ces différences comme constitutives du domaine d’étude nouveau. Le travail accompli ensuite risque de développer ces premières impressions sans les remettre en question. Quand cela se produit, l’ethnographe rate une seconde série de surprises, plus intéressantes : celles qui viennent ultérieurement quand il se rend compte qu’il ne peut pas prendre ses premières impressions pour argent comptant.

2Lorsque j’ai commencé à étudier le domaine de la physique des hautes énergies il y a près de cinq ans, ma première surprise fut de constater la présence massive de technologies : des ensembles de détecteurs de trois étages de hauteur et de sept de profondeur, des aimants et des faisceaux d’une cinquantaine de kilomètres de diamètre, des dizaines de milliers de mètres de câbles et de fils électriques, des pièces entières remplies de matériel électronique, et ainsi de suite… On aurait dit que cette perle parmi les disciplines fondamentales, la physique des hautes énergies, relevait davantage de la technologie que de la science. Et effectivement, par la suite, j’eus de nombreuses confirmations de ce sentiment. Les avancées dans le domaine de la physique des hautes énergies sont souvent présentées en termes de régimes d’énergie. Or, les régimes d’énergie sont des régimes de machines : de « collisionneurs » et d’accélérateurs produisant des énergies de plus en plus grandes, de détecteurs opérant dans des luminosités toujours plus fortes, d’ordinateurs assez rapides pour traiter d’immenses quantités d’informations en une fraction de seconde. C’est cette technologie qui engloutit l’énorme quantité d’argent que requiert la physique des hautes énergies et qui nécessite, du fait de son envergure et de sa complexité, la mise en place de larges et durables collaborations internationales. Vue sous cet angle, la physique des hautes énergies est indubitablement marquée au sceau des machines, commandée et dominée par elles. Pourtant, je devais ensuite me retrouver confrontée à une deuxième série de surprises qui, il faut bien l’admettre, ne m’apparurent que beaucoup plus tard. J’eus le sentiment que la technologie n’était peut-être pas la clé qui permettait de tout comprendre. Mieux encore, elle me racontait une histoire qui en enveloppait une autre concernant les choses dont s’occupaient « réellement » les physiciens. Je ne commençais à entendre cette autre histoire qu’après avoir prêté plus d’attention aux distinctions existant au sein du travail des physiciens, à la façon dont étaient regroupées les choses, aux classifications « primitives » qui revenaient toujours dans les discussions techniques. Quelles classifications « primitives » ? C’est là qu’il faut se référer à Durkheim et à Mauss et à un essai qu’ils ont écrit sur le sujet au début du siècle (1903).

Les classifications primitives

3Pour Durkheim et Mauss, les classifications primitives étaient des classifications symboliques d’objets naturels effectuées par des tribus indigènes, comme par exemple la division des choses de la nature selon des appartenances à tel ou tel animal totémique. Durkheim et Mauss souhaitaient montrer l’origine sociale de ces classifications. Ils ne croyaient pas que l’esprit humain ait une quelconque capacité innée, lui permettant de classer les choses qui l’entourent de façon spontanée et par une sorte de nécessité naturelle (Durkheim & Mauss, 1963, p. 7). Au contraire, ils pensaient que l’esprit avait besoin d’un modèle et que ce modèle, c’était la société : si la société était organisée d’une certaine façon, alors le reste de l’univers devait être divisé de façon analogue et lié aux catégories établies par l’organisation sociale. « La classification des choses reflète la classification des hommes » : voilà la grande thèse développée par Durkheim et Mauss, dont l’intérêt particulier, comme l’indiquait Needheim, fut d’attirer l’attention de la sociologie sur le thème de la classification.

4La thèse en elle-même se révéla indéfendable, mais le problème des classifications s’est maintenu et a stimulé une orientation de recherche. D’où viennent les classifications étranges que nous utilisons, celles que nous ne considérons pas comme des catégories techniques ? Mary Douglas (1966) est la plus récente « durkheimienne » à s’être posé la question. Dans la société moderne, ce n’est plus la société dans son ensemble que l’on va s’attacher à étudier, mais des institutions modernes et l’usage qu’elles font de l’analogie et des classifications métaphoriques. Mary Douglas considère que les institutions sont des conventions, et que toute convention nécessite un principe stabilisateur qui détourne l’attention du fait qu’elle n’est qu’un arrangement socialement construit. Ce principe stabilisateur est une naturalisation, qui consiste à rattacher l’institution à des « catégories naturelles » par l’établissement de liens à l’aide de métaphores et d’analogies. Par exemple, la convention de la division du travail entre les sexes peut être justifiée par une analogie avec la complémentarité de la main droite et de la main gauche, tandis que la relation entre la tête et la main peut être utilisée de manière analogique pour justifier des arrangements sociaux divers comme la structure de classes, l’inégalité du système éducatif et l’opposition entre travail manuel et travail intellectuel.

5La physique, elle aussi, donne vie à son univers grâce à des classifications symboliques. En physique expérimentale, comme dans toute autre science, la définition des choses s’accomplit à l’aide d’un vocabulaire technique. Un détecteur, et probablement chacune de ses milliers de parties, peut être classé ou paraphrasé dans un langage technique. De plus, les physiciens semblent partager suffisamment ce vocabulaire pour se faire comprendre et communiquer les uns avec les autres. Il existe pourtant, en plus de ce langage technique, des répertoires à terminologies imaginatives qui re-classifient les distinctions techniques et leurs objets. Ceux-ci constituent un univers symbolique qui se superpose à l’univers technique ; c’est un répertoire de catégories et de distinctions du monde de tous les jours que l’on étend dans la science, où elles sont reformulées, élaborées, et où elles remplacent parfois les catégories techniques. Les classifications symboliques de ce genre ont un double référent. D’un côté, elles renvoient à des catégories, des distinctions et des pratiques que l’on pourrait aussi exprimer, ou du moins paraphraser, en termes techniques. De l’autre, ces classifications renvoient à des catégories et à des concepts sociaux et « naturels ». On peut prendre comme exemple le « vieillissement » d’un détecteur. Pourquoi faire appel à un processus biologique tel que le vieillissement pour décrire un phénomène technique ? Le vocabulaire technique devrait être suffisamment précis pour véhiculer le message d’une détérioration des mesures que dénote le terme « vieillissement » d’un détecteur. Pourquoi des fragments d’expérience sont-ils parfaitement bien décrits par le recodage symbolique de termes techniques ? Est-ce parce que, comme pourrait l’affirmer Mary Douglas, la référence « au vieillissement » justifie la raison d’être de cet instrument ou la dépense qu’il occasionne, en le rattachant à une catégorie naturelle ?

6Je ne le pense pas. Contrairement à Mary Douglas, je considère qu’il est discutable d’accorder à ces analogies un pouvoir de légitimation des objets auxquels elles réfèrent. L’emploi de détecteurs se justifie certes par la moisson de nouvelles particules qu’ils apportent et par leurs effets d’entraînement (spin-off effects) – développement industriel, formation de physiciens, compétitivité internationale, etc. Il y a bien en effet un discours de légitimation, mais celui-ci n’inclut pas d’analogies telles que les précédentes. Ces analogies ne sont pas rendues publiques en sorte qu’elles confèrent une certaine légitimité.

7Pour les classifications systématiques dans le cadre d’institutions modernes telles que la science, une autre interprétation est nécessaire. De quel côté se tourner ? Dans les sciences tout particulièrement on a souvent relevé la présence de métaphores. Il existe une littérature considérable concernant leur emploi par des scientifiques renommés (par exemple Holton, 1973, 1986), expliquant leur utilité éventuelle dans la structuration et la dynamique d’innovation de la pensée scientifique. C’est l’idée que les métaphores et les analogies ménagent la possibilité d’un « développement créatif de la connaissance », qui résume le mieux cette attribution d’utilité (Black, 1962 ; Schon, 1963 ; Hesse, 1970 ; Radman, 1992). Grâce aux métaphores et aux analogies, deux phénomènes qui ne sont pas associés habituellement sont soudainement perçus comme ayant des correspondances. Grâce à ces correspondances, le système de connaissances et de croyances portant sur les propriétés d’un objet conceptuel peut être appliqué à un autre (et vice versa), ce qui étend le savoir existant sur ce dernier. Par exemple, lorsque Léonard de Vinci décrit les oiseaux comme étant essentiellement des machines volantes, c’est-à-dire comme des « instruments fonctionnant selon des lois mathématiques », plutôt que comme des animaux vertébrés à plumes, il ouvre la possibilité de les considérer « du point de vue de la capacité de l’homme à les produire avec tous leurs mouvements » (Radman, 1992, p. 157). Dans un contexte littéraire, lorsque Dante décrit l’Enfer comme un « lac de glace », il développe l’image qu’avait le lecteur de l’enfer au préalable en y ajoutant les associations habituellement réservées au lac de glace.

8Cette interprétation du rôle des métaphores et des analogies se révèle importante pour comprendre les innovations conceptuelles en science et dans d’autres domaines. Cependant, tous les emplois de la métaphore et de l’analogie ne renvoient pas uniquement au développement de théories ou d’interprétations théoriques. Il est certain que les métaphores et les analogies auxquelles se réfèrent Durkheim et Mauss, ainsi que Mary Douglas, impliquent aussi une extension de signification. Mais la raison de la présence de ces éléments figuratifs semble résider ailleurs. Une tribu australienne, semble-t-il, ne regroupe pas les hommes et les femmes en clans selon leurs animaux totémiques dans le seul but de développer ses connaissances sur ces hommes et ces femmes. De même, une institution moderne ne relie pas l’organisation sociale hiérarchique à des analogies du corps uniquement pour en apprendre plus sur cette organisation. Avec certaines analogies et métaphores, tout particulièrement celles qui rattachent la classification d’objets sociaux à celle d’objets naturels, la question de la dérivation de ces catégories demeure.

Métaphores et contextes

  • 2 Voir par exemple : Knorr (1977), Latour & Woolgar (1979), Knorr Cetina (1981, 1993a), Lynch (1985), (...)

9Pour éclairer cette question, je suggère que nous nous tournions pour l’instant non pas vers les déplacements majeurs de sens qu’opèrent les métaphores et les analogies d’un domaine à l’autre, mais vers les contextes (settings) locaux d’où émergent ces éléments figuratifs. Dans les sciences naturelles expérimentales, c’est le laboratoire scientifique qui constitue un tel contexte : il est le lieu de la « science en action », l’endroit d’où nous pouvons observer la pratique scientifique à l’œuvre. Qu’est-ce qu’un laboratoire scientifique ? Dans un autre article, j’ai suggéré que les laboratoires de science naturelle sont marqués par le fait qu’ils impliquent, pour utiliser un terme de Merleau-Ponty (1945, p. 69), une reconfiguration du système Moi-Autrui-les choses ou du champ phénoménal dans lequel l’expérience devient science (Knorr Cetina, 1992). Le système Moi-Autrui-les choses n’est pas pour Merleau-Ponty le monde objectif indépendant des acteurs humains, ni le monde intérieur des impressions subjectives, mais le monde tel qu’il est vécu ou tel qu’il est relié aux agents. Les Laboratory studies, dont l’émergence dans la nouvelle sociologie des sciences a constitué une première tentative pour étudier par observation directe l’élaboration de la connaissance dans la pratique scientifique2, suggèrent que le laboratoire est un moyen de transformer le monde relié aux agents selon des modalités permettant aux scientifiques de tirer profit des contraintes liées à leurs relations humaines ainsi que des restrictions et des possibilités socio-culturelles. Comment ? Par exemple, par l’exploitation de la malléabilité d’objets naturels. Les laboratoires travaillent rarement avec des objets tels qu’on les trouve dans la nature. Ils travaillent plutôt avec des images d’objets, avec leurs traces électriques, sonores ou visuelles, avec leurs composants, leurs extractions ou leurs simulations. Cette « enculturation » et cette « reconfiguration » d’objets naturels fournissent un profit épistémique à la science. Par exemple, en passant des plantes croissant à l’air libre aux cultures de cellules effectuées dans des laboratoires de bio-technologie, l’intérêt scientifique devient indépendant des échelles temporelles et des conditions de l’ordre naturel, par le biais de la miniaturisation et de l’accélération. Le laboratoire soumet les conditions naturelles à un remaniement social et retire des effets épistémiques de cette situation nouvelle.

10Mais les laboratoires ne se contentent pas d’améliorer l’ordre naturel, ils accroissent aussi l’ordre social en leur sein, dans un sens qui a été négligé par la littérature. Si l’on conçoit les procédés de laboratoire comme alignant l’ordre naturel et l’ordre social par la création d’objets reconfigurés, manipulables par des agents dans un temps et un espace donnés, on doit aussi considérer la façon dont ces contextes instaurent des agents scientifiques « reconfigurés » sous une forme manipulable en relation à ces objets. Ce ne sont pas seulement les objets mais aussi les scientifiques qui sont malléables à l’intérieur d’un large spectre de possibilités comportementales. Dans le laboratoire, les scientifiques représentent d’un côté des « méthodes » pour effectuer des enquêtes ; ce sont des dispositifs techniques dans la production de connaissances. Mais ils sont aussi, d’un autre côté, des matériaux humains structurés dans un cours d’activité en conjonction avec d’autres matériaux avec lesquels ils forment de nouvelles sortes d’entités et d’agents.

11L’alternative que je propose à l’argumentation durkheimienne est donc la suivante : les re-classifications symboliques expriment la reconfiguration d’objets et de sujets dans le cadre de ces contextes locaux. Grâce à des répertoires symboliques, on fait apparaître comment la structure des choses est replacée dans la pratique épistémique. Les classifications symboliques décrivent qui, indépendamment de définitions externes, est vivant ou non vivant, qui relève des organismes et qui relève des machines, qui sont les agents ayant le pouvoir et les dispositions pour agir et qui sont les outils et les supports passifs dans une interaction. Les re-classifications symboliques témoignent de relations anciennes dans ces contextes, incluant des participants non humains (comme par exemple des machines) et définissant la participation humaine dans des limites spécifiques. Elles manifestent que la conceptualisation traditionnelle d’une personne, d’un acteur ou d’un rôle, n’est pas suffisante pour saisir la structuration de la réalité dans ces arènes expérimentales. Par exemple, ce n’est pas le rôle d’un physicien ni le rôle d’une machine qui sont en jeu, mais leur détermination comme composants actifs de la situation en relation avec d’autres composants.

Un exemple tiré de la physique des hautes énergies

12Considérons maintenant quelques exemples de reconfigurations tirées de la physique des hautes énergies, en envisageant tout d’abord l’usage des équipements techniques puis celui des physiciens eux-mêmes. La physique des hautes énergies apparaît, aux yeux de quiconque s’y intéresse, comme une science à grosses machines. Le détecteur est un dispositif technique exemplaire qui réduit les sujets humains à l’état de nains. Constitué de milliers d’éléments mécaniques et électroniques, il nécessite vingt ou trente terminaux et ordinateurs pour son contrôle. Cependant, du point de vue des classifications symboliques dans lesquelles ce dispositif est enchâssé, un détecteur est moins une machine qu’un être physiologique caractérisé par un répertoire comportemental, par des états comportementaux et par des idiosyncrasies comportementales.

Le détecteur comme agent et sa physiologie

13Considérons par exemple le répertoire comportemental. Un détecteur est décrit comme une sorte de dispositif de vision. Les pions et les photons, lorsqu’ils frappent les matériaux de détection, provoquent des mouvements de particules qui peuvent être enregistrés comme des signaux et finissent après une cascade de transformations et d’amplifications sous la forme de réponses digitales. Ici, le détecteur a un fonctionnement proche de celui de la rétine. Les physiciens disent que le détecteur voit ou ne voit pas certains événements, qu’il ne regarde pas, n’observe pas, ou qu’il a détourné le regard, a été aveugle, sensible ou insensible. Ils conçoivent en permanence le détecteur par analogie avec la perception. Cette analogie est accentuée par l’utilisation du vocabulaire de la résolution, un terme d’optique qui fait référence au degré avec lequel un instrument peut former des images distinctes d’objets même fort peu espacés.

14Le second registre comportemental majeur comprend des catégories telles que la réponse, la réaction et le consentement d’un détecteur. Ces termes sont des concepts très larges qui résument l’ensemble des mesures compliquées renvoyé par l’instrument lorsqu’il reçoit un signal. Le détecteur, dans ce cas, est envisagé comme une entité qui interagit avec des particules et leur répond de différentes façons. Un troisième ensemble de catégories, plus orienté vers l’accomplissement, conçoit en quelque sorte le détecteur comme un athlète en compétition, accomplissant ou non une performance, et s’accommodant, dans sa performance, de différents environnements. Les physiciens parlent de la performance d’un détecteur et des mesures qui la rehaussent. Par exemple, des détecteurs fonctionnant avec des gaz peuvent être dopés, ce qui signifie que leur performance peut être augmentée par l’addition de certains éléments à ce gaz. Quatrièmement, certaines catégories applicables au détecteur font référence à celui-ci comme étant un être capable de produire des expressions sonores. À l’instar des appareils électroniques en général, les détecteurs et ses éléments produisent du bruit (par exemple un « bruit normal », « un bruit excessif », une « interférence »).

15S’ajoutent à ces capacités d’action des détecteurs, c’est-à-dire à leur aptitude à voir, répondre, interagir et s’exprimer, des descriptions de conditions et d’états comportementaux qui font du détecteur un être physiologique. L’agent semble se prolonger par une espèce de corps ayant sa propre vie intérieure et ses propres problèmes. La physiologie entre en ligne de compte dans la mesure où le détecteur est conçu comme continuellement changeant. Ainsi les détecteurs, comme chacun d’entre nous, prennent-ils de l’âge, lentement mais sûrement. En fait, ils vieillissent si inéluctablement que, lorsqu’il leur arrive parfois de « rajeunir », il en résulte un sérieux trouble dans l’expérience et des investigations approfondies sur ce « problème ». Non seulement les détecteurs vieillissent, mais ils sont aussi (comme la plupart d’entre nous) instables. Ils sont sujets à des « écarts » impromptus dans leurs réponses comportementales, qui peuvent être déclenchés par un simple changement de température et d’où peut résulter une mauvaise conduite de leur part. À cause de leur vieillissement et de leur instabilité, les détecteurs doivent être contrôlés. Ce suivi s’applique aussi aux états physiologiques du détecteur ou de ses éléments. Ils sont alors en général décrits dans le vocabulaire de la maladie, de l’affection ou de la mort. Les détecteurs et leurs éléments peuvent être vivants, morts, tués ou cannibalisés, ils ont une espérance de vie et leur vie peut être prolongée. En outre, ils peuvent avoir des maladies, des malaises, être souffrants, congestionnés, ou être victimes d’un empoisonnement causé par les ions. En réponse à ces infortunes, ils peuvent se plaindre, être l’objet d’un diagnostic, bénéficier d’antibiotiques et de premiers secours. Par la suite, le patient peut malgré tout mourir et demeurer bel et bien mort ou récupérer, pour finir soigné et guéri. La figure 2 offre un aperçu des capacités d’action et des conditions physiologiques d’un détecteur.

Le détecteur comme individu moral et social

  • 3 Cette citation ainsi que les suivantes proviennent de physiciens du CERN que j’ai interrogés en div (...)

16Les êtres humains véritables ne sont pas seulement dotés de modalités opératoires et d’une physiologie. Pour être de vrais individus, il leur faut aussi une composante morale et sociale. Les détecteurs, qui sont parfois comparés à des êtres humains, sont appréhendés de la même façon. Tout d’abord, ils ont une individualité prononcée, ce qui signifie que chaque détecteur est, d’une façon idiosyncrasique, différent de tous les autres. Des physiciens diront3 :

Il y a une époque dans les années 1970 où il existait plus ou moins des systèmes standardisés pour l’analyse, parce que les détecteurs, à la base, étaient tous du même type […]. Quand on faisait de la physique de type chambre à bulles, des systèmes standards d’analyse existaient vraiment. En revanche, dans une expérience de collision comme celle-ci vous devez développer vous-mêmes, à l’occasion de chacune des analyses que vous faites, tous les outils, c’est-à-dire que vous savez que tout dépend de ce à quoi le détecteur ressemble, de son comportement. (Souligné par l’auteur)

17Ainsi, les expériences de collision sont-elles extrêmement dépendantes des idiosyncrasies du détecteur : de l’environnement rencontré, du mode de résolution adopté, des événements pris en compte, des réponses globales fournies par le détecteur, et par conséquent des mesures effectuées. Il est difficile de simuler le comportement du détecteur en raison de ces idiosyncrasies. Les implications de ces phénomènes sur l’analyse en physique ont été étudiées ailleurs (Knorr Cetina, 1993a, chapitre III). L’extrême idiosyncrasie d’un détecteur relève d’analogies biologiques plus que technologiques. Les organismes biologiques d’une catégorie particulière sont eux aussi des individus, au sens où ils présentent une grande diversité physiologique et de fortes variations dans leurs capacités à réagir. Chez les êtres humains, ces variations sont, de plus, imputables à la culture, mais le phénomène de base demeure.

18Cependant, les idiosyncrasies et l’individualisme n’empêchent pas les détecteurs d’être des êtres sociaux dans leurs relations les uns aux autres. Dans toutes les grandes expériences de collision de faisceaux, un détecteur consiste, comme il est indiqué par ailleurs, en plusieurs détecteurs secondaires concentriques qui sont assemblés de façon à entourer le tube à faisceaux de particules. Ces détecteurs sont sociaux dans le sens où ils coopèrent. Par exemple, ils fournissent divers segments de la trace des particules qui sont ensuite assemblés en une trace globale à l’aide d’un programme de reconnaissance de formes. Les détecteurs coopèrent aussi dans la correction des insuffisances susceptibles d’affecter chacun d’entre eux. Par exemple, il est possible de tuer tous les « fantômes » dans le détecteur à fibres scintillantes grâce au détecteur au silicium. Dans leur coopération, les détecteurs se consultent, par exemple pour découvrir les traces de particules. Cependant, si un détecteur en « consulte » un autre et qu’une partie de ses traces sont perdues, celui-ci ne peut pas fonctionner. Les détecteurs agissent d’abord individuellement, la consultation mutuelle n’ayant lieu que dans un second temps. Lorsqu’ils sont consultés par un autre, les détecteurs expriment un accord ou un désaccord. La consultation et la coopération impliquent une forme de communication entre les détecteurs ; ainsi dit-on que les détecteurs communiquent entre eux et avec d’autres composants du système qui sont pris dans un dialogue. Par exemple, une chaîne de lecture commence par un ordinateur indiquant à un détecteur qu’il est prêt à accepter une opération de sa part. Dans le langage des physiciens,

On a tout d’abord un ordinateur qui parle à notre électronique, puis l’électronique envoie des signaux que le détecteur reconnaît et renvoie, et enfin l’ordinateur est à nouveau informé. Ainsi, on boucle la boucle du dialogue entre l’ordinateur, l’électronique, le détecteur, et à nouveau l’ordinateur. (Souligné par l’auteur)

19Finalement, les détecteurs peuvent aussi participer à des relations plus antagonistes et concurrentielles, notamment en se contrôlant mutuellement. Si l’on veut connaître la fréquence avec laquelle un détecteur découvre une trace, il faut suivre cette trace sans prendre en compte le détecteur :

(On) vérifie chaque détecteur l’un par rapport aux autres en considérant que tous les autres détecteurs ont vu quelque chose qui ressemble à une trace et que ce type a répondu comme on pouvait l’attendre de lui.

20Les détecteurs coopèrent, communiquent et peuvent être opposés les uns aux autres, mais on peut aussi les considérer comme des êtres moraux et moralement responsables. Certains des termes mentionnés ci-dessus ont des connotations évaluatives, mais les détecteurs et les éléments sont aussi explicitement évalués comme se conduisant mal ou se conduisant bien, comme étant bons ou mauvais. Avec « un bon détecteur » on peut réduire le bruit de fond tandis qu’avec un « mauvais détecteur » on ne le peut pas. Les détecteurs ont tendance à ne pas être constamment « bons » ou bien élevés. Un détecteur peut jouer des tours comme un vilain garnement et il peut « s’embrouiller » ou manifester des troubles de comportement. Un détecteur, quand il se comporte bien, est « notre ami », comme disait un physicien. Mais dans le cas contraire il est tourné en dérision et on ne lui fait plus confiance. En ce sens, les détecteurs ont la « responsabilité » d’agir d’une certaine manière. Par exemple, chaque détecteur a la responsabilité de produire un segment de trace de particules : « il dit » qu’il a trouvé un certain segment dans un certain angle phi, et que ce segment avait certaines qualités et certaines incertitudes. Le vocabulaire utilisé pour concevoir les détecteurs en tant qu’individus sociaux et moraux est résumé dans la figure 3.

Le détecteur : organisme vivant ou machine ?

21Considérons une fois de plus la structure des analogies dans lesquelles est enserré le détecteur. Opposer les détecteurs les uns aux autres, envisager qu’ils « communiquent » avec d’autres éléments du système, les concevoir comme se consultant mutuellement et coopérant les uns avec les autres, constituent autant de façons de faire des détecteurs individuels des composants qui ont la capacité, et même le besoin, d’interagir. En ce sens, les détecteurs individuels sont des êtres sociaux rassemblés en groupes dans lesquels ils se soumettent à un ordre spécifique et s’en remettent les uns aux autres. En deuxième lieu, le détecteur peut être assimilé à un être quasi biologique avec des états physiologiques, un équipement perceptif, une tendance à tomber malade et à requérir une attention médicale, et diverses capacités comportementales, comme celles d’agir et de s’améliorer. Enfin, il présente les idiosyncrasies et les limites inhérentes aux individus biologiques. Ce qui est remarquable dans ces analogies est qu’elles forment des systèmes relativement cohérents. Les vocabulaires assemblés pour classer un détecteur s’accordent les uns aux autres, sans qu’aucune catégorisation ne vienne rompre la cohérence du modèle.

22Mais quel est ce modèle ? Quel sorte d’objet le détecteur peut-il bien être dans les termes du répertoire symbolique à travers lequel il est appréhendé ? Deux aspects se détachent dans la façon dont le laboratoire configure un détecteur. Tout d’abord, celui-ci semble avoir une vie interne propre, une dynamique interne qui n’est pas sujette à un contrôle externe total. En ce sens, le détecteur est comme un organisme complexe : sa physiologie est régulée par des lois propres ; il a ses pouvoirs, ses capacités et ses réactions propres. Souvenons-nous que les réponses de cet organisme ne vont pas de soi. Elles doivent être observées et mesurées, et ce n’est qu’à partir d’une observation attentive, d’un difficile labeur et d’une familiarité avec la chose (acquise par une proximité biographique avec le détecteur) qu’on peut les « comprendre ». En outre, l’organisme ne peut être livré à lui-même. Tout un ensemble de dispositifs et de structures de surveillance sont construits autour de lui et l’accompagnent dans chacun de ses mouvements. En cela l’organisme demeure un être plutôt qu’une chose : il est doté de composants essentiels fonctionnant comme des organes destinés à stabiliser les réactions de l’ensemble dans un environnement interne complexe.

23Il faut souligner que les caractéristiques d’être vivant possédées par un détecteur, telle sa capacité d’action et de réaction décrite plus haut, ne sont pas de vains ornements poétiques appliqués à des processus technologiques. C’est une expérience récurrente, dans le laboratoire, que d’appréhender la vie intérieure du détecteur avec sa dynamique propre. Par exemple, les détecteurs ne peuvent pas être ouverts et démontés n’importe quand. Une fois qu’ils ont été assemblés et « mis en marche », leur vie intérieure n’est accessible qu’indirectement, ou par fragments, au prix d’une perte de temps et au détriment de la luminosité durant ces « périodes d’accès ». Même quand ils ne fonctionnent pas, seuls certains de leurs éléments peuvent être retirés et inspectés. La vie intérieure d’un détecteur ne peut pas être décrite avec précision, comme le prouvent les difficultés qu’on a à simuler son fonctionnement. Ainsi que le dit un physicien :

On ne sait pas exactement quels matériaux il y a là-dedans, ni comment ils sont agencés. Par exemple, il y a un mur de fibre de carbone dans le silicium, il y a un blindage en aluminium résistant aux électrons, une pièce de silicium, un circuit imprime et divers éléments électroniques éparpillés au milieu. Il y a aussi un écran en aluminium, encore quelques fibres de carbone et ainsi de suite. Il est impossible de tout connaître dans le détail. On finit donc toujours par simplifier à l’extrême son MC, au point que l’on voit deux fois plus d’impacts que le nombre attendu (d’après la simulation).

24La seconde qualité remarquable du détecteur est son autonomie en tant qu’agent interagissant avec les particules. En ce sens, le détecteur s’intercale entre le scientifique et son objet en accomplissant le travail d’observation et d’interaction avec cet objet, d’une façon qui rappelle non seulement les êtres biologiques mais aussi les humains. Sa manière est idiosyncrasique, jamais idéale, faisant, à certains moments, obstacle à un réel progrès. En ce sens, le détecteur véhicule toutes les ambiguïtés émotionnelles d’une relation avec un ami qui serait dans le même temps un partenaire commercial, quelqu’un avec qui on entretient une relation à la fois expressive et instrumentale. Ces ambiguïtés sont exprimées par les physiciens lorsqu’ils parlent de leur relation avec le détecteur :

Un détecteur est un outil, un jouet, un ami ou tout ce que l’on veut, qui est utilisé pour mesurer quelque chose et le résultat de notre travail. Ainsi, en un sens, on ne devrait pas du tout se préoccuper du détecteur. Mais en réalité, c’est vrai, on passe tellement de temps avec cet objet, c’est comme un être humain, un détecteur […].

25L’amitié, semble-t-il, est liée à l’existence d’une biographie commune avec le détecteur ; elle est rendue plus sensible par des attitudes émotionnelles. Contrairement aux particules, objet du travail du détecteur autant que du scientifique, et but que l’on cherche à atteindre, les détecteurs sont « aimés » :

Je pense que nous n’aimons pas les W, mais nous aimons notre calorimètre, si l’on peut dire, psychologiquement.

26Par ailleurs, le chercheur reconnaît avec une certaine tristesse que l’ami aimé a des « défauts » et des « tares » qui font obstacle à l’usage utilitaire attendu dans une situation idéale. Il n’est pas rare que les physiciens mentionnent ou regrettent le fait que le détecteur ne soit « pas idéal », que « même le meilleur détecteur » ne puisse pas faire la distinction entre tous les types de bruits de fond, ou encore que la conception de leur détecteur ne soit pas des plus « astucieuses ». Cette reconnaissance des limites d’un détecteur est liée à l’idée de « laisser le détecteur de côté » quand on en vient aux particules et à l’analyse physique.

Conclusion

27Je résumerai cet article en attirant l’attention sur deux aspects de ce que j’ai dit sur la manière dont un instrument technique se transforme en cette sorte d’entité que je viens de décrire. J’ai soutenu que les classifications primitives, c’est-à-dire les classifications correspondant à des métaphores et à des analogies avec la façon humaine d’être un agent, avec le corps et avec d’autres domaines, accentuent et rendent manifestes les reconfigurations du système Moi-Autrui-les choses qui caractérisent des espaces de production tels que les laboratoires de physique des hautes énergies. Elles accentuent et rendent manifestes ces reconfigurations en superposant au vocabulaire technique un langage qui permet d’exprimer de nouvelles ontologies du laboratoire, des relations épistémiques entre objets et sujets, une redistribution des rôles et des caractéristiques des entités lorsque celles-ci passent par le laboratoire. Bien que je n’aie pas illustré ce point dans le présent article, il faut souligner que de tels vocabulaires symboliques s’appliquent à de nombreux objets et phénomènes en laboratoire, comme par exemple « l’arrière-plan » auquel les physiciens ont constamment affaire, aux programmes informatiques qu’ils écrivent (le « code »), voire aux scientifiques eux-mêmes (voir Knorr Cetina, 1993a, ch. 5). Il est important de noter que les analogies qui s’appliquent au détecteur, au code et à l’arrière-plan, diffèrent systématiquement les unes des autres. Par exemple, le vocabulaire figuratif qui s’applique pour l’arrière-plan est fondé sur les métaphores principales de l’antagonisme et de la tromperie et comprend diverses sous-catégories faisant référence aux façons de « battre » ou de « tuer » les phénomènes trompeurs. De tels vocabulaires ne contiennent pas les mêmes termes que les analogies qui s’appliquent au détecteur, pas plus qu’ils n’impliquent la même structure de relations entre objets et sujets.

28Le second point que je tenais à reprendre est le suivant : les classifications métaphoriques ne sont pas de « vaines rhétoriques » ni de « simples ornements » appliqués à de mornes routines techniques. Le modèle de la reconfiguration suggère que des objets qui tiennent une place importante dans les laboratoires tendent à devenir des entités différentes de ce qu’elles sont dans d’autres contextes. Les déplacements de frontières qui interviennent alors, ainsi que les attributions de métaphores étranges, signalent une redistribution des rôles et des propriétés, correspondant à la façon dont les entités sont expérimentées, doivent être traitées et fonctionnent dans le laboratoire. Si une machine telle qu’un détecteur acquiert des propriétés qui sont celles de la vie, une physiologie, des qualités comportementales, et quelques caractéristiques énigmatiques propres au fait d’être un agent, cela implique qu’en laboratoire un détecteur ne fonctionne en fait pas comme une machine (ou pour l’exprimer plus modérément ne fonctionne pas seulement ainsi). Ceci a des implications importantes sur l’orientation des physiciens à l’égard de cet instrument, sur ce que signifie notamment, dans cette science, un travail empirique. Par exemple, le détecteur, en tant qu’être physiologique quelque peu énigmatique ayant une dynamique interne propre, est contrebalancé par une structure de surveillance que les physiciens instaurent afin de s’assurer que des transformations internes et des événements cruciaux soient remarqués et traités par des réponses appropriées. De plus, les physiciens développent envers le détecteur une attitude épistémique visant avant toute chose à le comprendre – un projet qui débute dès l’arrivée des premiers éléments du détecteur au laboratoire et qui ne prend fin que lors du démontage du détecteur, lorsque l’expérience touche à sa fin. Dans les expériences que nous avons étudiées, les physiciens ont passé plus de temps à comprendre, à observer, et à décrire le détecteur qu’ils avaient eux-mêmes construit qu’à n’importe quelle autre tâche effectuée dans le laboratoire – bien plus de temps qu’à relever et à traiter des données « réelles », dont l’analyse suppose toujours, de toute façon, une compréhension intermédiaire du détecteur. On peut rapprocher cette attitude des observations effectuées en biologie moléculaire, où des organismes vivants sont souvent reconfigurés d’une façon qu’on ne peut mieux décrire que dans les termes du vocabulaire industriel : ils sont reconfigurés en machines, unités de production, petites usines de matériaux vivants (Knorr Cetina, 1993a, ch. 6). Les chercheurs en biologie moléculaire étudiés ne magnifiaient pas l’importance de la « compréhension » et du vocabulaire qui s’y rapporte. Ceci n’a rien de surprenant. Pour eux, il semblait plus important d’arrêter et de relancer un processus de production qui ne marchait pas, que de comprendre les causes de ces problèmes.

29Le peu que j’ai dit jusqu’ici laisse à penser que les vocabulaires figuratifs et symboliques employés dans les institutions modernes, quand ces vocabulaires sont systématiquement étendus à certains domaines objectifs et subjectifs, nous font parvenir un message très spécifique. Ce message concerne le brouillage des frontières entre des catégories anciennes telles que : organismes et machines, objets et sujets. Les classifications évoquées montrent la flexibilité essentielle de ces entités, le caractère incertain de leurs frontières, leurs qualités et leurs caractéristiques importantes. Les caractéristiques techniques dont font preuve des machines telles que les détecteurs dépendent entièrement des reconfigurations accomplies dans des contextes locaux stables. Le fait qu’ils prennent la forme d’organismes ou de machines dépend aussi de ces reconfigurations. Les entités d’origine servent de matériaux de base qui, semble-t-il, peuvent apparaître dans n’importe quel rôle et combinaison, et être mis en œuvre de n’importe quelle façon. Les classifications symboliques et figuratives mettent au jour le travail accompli pour remodeler des entités originales en de nouveaux ordres du système Moi-Autrui-les choses, et par là même en de nouveaux types d’êtres.

Bibliographie

Black Max (1962), Models and Metaphors, Ithaca, Cornell University Press.

Douglas Mary (1966), Purity and Danger. An Analysis of Concepts of Pollution and Taboo, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Durkheim Émile & Μarcel Mauss (1963), Primitive Classifications, Chicago, The University of Chicago Press [1903].

Hesse Marie B. (1970), Models and Analogies in Sciences, Notre Dame, University of Notre Dame Press.

Holton Gerald (1973), Thematic Origins of Scientific Thought. Kepler to Einstein, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Holton Gerald (1986), The Advancement of Science and Its Hardens, Cambridge, Cambridge University Press.

Knorr Karin D. (1977), « Producing and Reproducing Knowledge. Descriptive or Constructive ? Toward a Model of Research Production », Social Science Information, 16, p. 669-696.

Knorr Cetina Karin (1981), The Manufacture of Knowledge. An Essay on the Constructivist and Contextual Nature of Science, Oxford, Pergamon Press.

Knorr Cetina Karin (1992), « The Couch, the Cathedral, and the Laboratory. On the Relationship between Experiment and Laboratory in Science », in A. Pickering (ed.), Science as Practice and Culture, Chicago, The University of Chicago Press, p. 113-138.

Knorr Cetina Karin (1993a), Epistemic Cultures. How Scientists Make Sense, Chicago, Chicago University Press.

Knorr Cetina Karin (1993b), « Laboratory Studies. The Cultural Approach to the Study of Science », in J. C. Peterson, G. E. Markle, S. Jasanoff & T. J. Pinch (eds), Technology and Society Handbook, Beverly Hills, CA, Sage.

Latour Bruno & Steve Woolgar (1979), Laboratory Life. The Social Construction of Scientific Facts, Beverly Hills, CA, Sage.

Lynch Michael (1985), Art and Artifact in Laboratory Science. A Study of Shop Work and Shop Talk in a Laboratory, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Merleau-Ponty Μaurice (1945), Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

Radman Zdravko (1992), « Metaphoric Measure of Meaning. The Problem of Non-Literal Use of Language in Science Reconsidered », Philosophical Studies, XXXIII, p. 153-170.

Shon Donald A. (1963), Displacement of Concepts, Londres, Tavistock.

Traweek Sharon (1988), Beamtimes and Lifetimes. The World of High Energy Physics, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Zenzen Michael & Sal Restivo (1982), « The Mysterious Morphology of Immiscible Liquids. A Study of Scientific Practice », Social Science Information, 21 (3), p. 447-473.

Notes

1 Traduction de « Metaphors in the scientific laboratory. Why are they there and what do they do ? », in Z. Radman (ed.), From a Metaphorical Point of View. A Multidisciplinary Approach to the Cognitive Content of Metaphor, Berlin-New York, Walter de Gruyter, p. 329-349. L’analyse est issue d’une recherche ethnographique réalisée au laboratoire européen des hautes énergies physiques (CERN, Genève) et au Laboratoire Max Planck de biologie moléculaire. L’approche culturelle développée sur ces deux terrains et les divers résultats de la recherche sont résumés dans Epistemic Cultures (Knorr Cetina, 1993a). Pour la traduction des termes techniques, nous avons bénéficié de l’aimable collaboration de Jean-Paul Cazals (service de traduction du Centre d’études et de recherches nucléaires de Genève).

2 Voir par exemple : Knorr (1977), Latour & Woolgar (1979), Knorr Cetina (1981, 1993a), Lynch (1985), Traweek (1988), Zenzen & Restivo (1982). Pour un aperçu synthétique récent, voir Knorr Cetina (1993b).

3 Cette citation ainsi que les suivantes proviennent de physiciens du CERN que j’ai interrogés en diverses occasions et dont j’ai enregistré les conversations entre eux.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search