Version classiqueVersion mobile

Cognition et information en société

 | 
Bernard Conein
, 
Laurent Thévenot

Formes de représentation de l’information

L’action avec les objets

Un autre visage de l’action située ?

Acting with Objects. Another Face of Situated Action ?

Die objektbezogene Aktion. Eine anderer Aspekt der in ihrem Kontext situierten Handlung ?

Bernard Conein

Résumé

Cet article relie les différentes approches de l’action située à la façon dont est interprétée la relation avec les objets dans des contextes de manipulation d’objets ou de systèmes technologiques. Il distingue deux modèles d’analyse des relations de l’objet à l’action : un modèle interprétatif, où l’objet est présenté uniquement à partir de la façon dont les personnes s’orientent ou se coordonnent, et un modèle spatial qui conçoit l’objet à partir de la relation d’un agent avec son environnement physique immédiat. Ces deux modèles conçoivent différemment la relation de l’information à l’action. Dans un cas, le problème de la compréhension de l’action est prédominant alors que, dans l’autre, la relation aux objets est d’abord vue à travers la perception.

Texte intégral

  • 1 « Un artefact cognitif est un outil artificiel conçu pour conserver, exposer et traiter l’informati (...)

1Pour caractériser les relations de l’objet à l’action, Norman (1991) distingue deux types d’objets : les objets informationnels, qu’il appelle artefacts cognitifs, et les objets manipulables qui facilitent le mouvement. Les premiers auraient pour particularité de spécialiser une fonction informationnelle (mémoire, planification, attention) au moyen d’un affichage1, la conséquence étant qu’ils séparent information sur l’action et moyens de l’exécuter. Les seconds auraient comme particularité que leur forme sert à la fois d’information sur l’action et d’instrument de contrôle de l’exécution. Ainsi un tableau, un indicateur ou un écran stockent et affichent des informations à des fins essentiellement représentationnelles, alors que la forme d’un marteau livre des informations pour la manipulation (saisie) ou l’exécution (frappe).

  • 2 Gibson (1979) nomme affordance le fait qu’un objet autorise certains mouvements. Cette disponibilit (...)

2Lorsque j’accomplis une tâche avec un objet technique, celui-ci peut faciliter et modifier mon action de plusieurs façons. Un outil ou un récipient peut rendre un mouvement plus aisé, un véhicule, rendre un déplacement plus rapide. Un objet peut exécuter lui-même une partie de la tâche, s’il s’agit d’un système mécanique ou d’un automate. Mais il peut aussi me dire ce que je dois faire, me signaler quand je dois agir, mémoriser ou rendre accessibles des informations. Ce qui est en cause, c’est à la fois le « visage » de l’objet, les représentations affichées et la façon dont l’objet contraint physiquement les mouvements qu’il autorise2.

3L’analyse de Norman se présente ainsi comme une hypothèse sur l’action, à travers une théorie de l’exécution et du contrôle, et sur l’information, à travers une théorie de la distribution de la connaissance.

  • 3 Il s’agit, entre autres, de l’ethnométhodologie, de la sociologie des sciences et de la pragmatique (...)

4Les nouvelles sociologies3 poursuivent un projet parallèle, en réhabilitant le rôle des objets, des équipements et de l’environnement dans l’organisation des activités et des connaissances. Pour réaliser cet objectif, elles se donnent un nouveau modèle de l’interaction, qui ne se limite plus à l’organisation des relations sociales : le lien à l’environnement à travers les objets devient la scène première de l’action.

5Cette extension du champ d’analyse ne conduit pas seulement à remanier la méthode, mais aussi à reconceptualiser l’analyse de l’action et de ses relations avec le contexte. La prise en compte des objets ouvre un champ plus large que l’analyse du travail : il comprend l’étude des tâches quotidiennes avec des ustensiles, les observations éthologiques sur l’usage des outils, ainsi que l’analyse des jeux, des performances sportives et des interfaces avec les technologies informationnelles. À chaque fois, l’accent porte sur le rôle spécifique des artefacts dans la connaissance pratique.

  • 4 Norman (1991) appelle « évaluation » le jugement sur le degré d’adéquation de la relation entre une (...)

6Les objets sont susceptibles d’être des supports pour nos jugements sur l’action, tant au moment de l’exécution qu’à celui de l’évaluation des résultats4.

7Dans cet article, nous présenterons d’abord trois manières pour un objet d’être une source d’information pour l’action. Nous évoquerons trois exemples : chacun pose un problème particulier sur la représentation de l’information de l’action et constitue un cas de figure susceptible de soutenir un argument sur le rôle des objets dans l’action. Ensuite, nous examinerons deux modèles d’analyse de la relation des objets à l’action, correspondant à deux façons de comprendre les relations d’une action à son contexte. Enfin, nous nous demanderons comment l’idée d’une spécificité des artefacts cognitifs est compatible avec la prééminence de l’action dans la relation aux objets.

Trois exemples d’action avec les objets

8L’idée que l’action se présente, au moment de sa réalisation, selon un format informationnel particulier est au cœur de l’hypothèse de l’action située. Saisir cette information à partir de l’objet permet une double économie :

  1. partir de représentations externes ou publiques et non de représentations internes ou mentales ;

  2. donner la prééminence au point de vue de l’agent dans l’action sur celui de l’agent se représentant son action.

9Notre premier exemple concerne une billetterie automatique : il s’agit d’un artefact qui « communique » à l’usager, au moyen d’un écran, des informations sur l’action qu’il doit accomplir.

10Le deuxième exemple porte sur une table de travail où sont assemblés différents objets au cours d’une tâche. Dans ce cas, c’est une disposition spatiale qui joue la fonction de source d’information.

11Le troisième exemple porte sur un indicateur numérique qui affiche des échelles de température dans une salle de commande sur un site nucléaire. L’information affichée porte sur un moment dans un processus.

La billetterie automatique : une machine interactive ?

12Si les différents types d’objet peuvent être caractérisés en fonction de la nature des informations sur l’action qu’ils fournissent, certaines machines sont conçues pour livrer à l’usager des informations sur ce qu’il doit faire. Non seulement elles présentent à l’utilisateur des indications, plus ou moins spécifiées, sur la nature de l’action à exécuter mais, en réagissant à son exécution, elles instaurent aussi un pseudo-dialogue avec lui. Les instructions pour utiliser les commandes sont visuellement accessibles et suivent l’exécution. Ces machines peuvent être considérées comme interactives, puisqu’elles superposent à l’activité de manipulation, celle de suivre des instructions. Au lieu d’un mode d’emploi séparé sous forme d’un texte, l’objet peut lui-même afficher les instructions en respectant les phases de l’action. Aujourd’hui, nombreuses sont les machines dans les lieux publics qui relèvent de ce type (distributeurs bancaires, cabines téléphoniques, billetteries SNCF) : elles transmettent séquentiellement des informations sur l’action avec plus ou moins de détails, et réagissent à certaines opérations de l’usager.

13Ces dispositifs relèvent du même type que la photocopieuse prise en exemple par Suchman (1987) : l’affichage donne des indications sur le contenu des actions à exécuter à chaque manipulation des commandes (Conein & Jacopin, 1993). Ces objets présentent à l’usager des représentations d’action coordonnées avec un système de régulation.

  • 5 L’observation vidéo de ces billetteries a été effectuée en collaboration avec Marc Breviglieri (cf.(...)

14Dans les billetteries automatiques pour trains de banlieue5 dans les gares parisiennes, l’écran affiche trois séquences d’instructions qui rendent visibles les phases d’un plan d’action. Ces séquences présentent des titres qui regroupent une série de touches permettant de sélectionner un objectif :

15Plus souple que la photocopieuse de Rank Xerox, le système d’aide de la billetterie repose sur le même support que le système des touches puisque les instructions sont affichées sur l’écran où sont placées les touches. L’écran joue donc un double rôle de système d’aide et de régulation. Dans le cas de la photocopieuse, les représentations d’actions sont présentes dans le système d’aide qui transmet des instructions sur une surface différente du système des touches.

16Lorsque l’usager est expert, il utilise le dispositif instructionnel comme une structure de contrôle en mettant entre parenthèses les informations sur l’action. Cette simplification du traitement de l’information s’observe bien lorsque les touches sont frappées sans temps d’arrêt pour la lecture. En effet, comme les régulations sous forme de touches sur écran figurent sur la même surface que l’instruction, l’usager peut utiliser la répartition spatiale des touches en suivant l’ordre séquentiel des opérations. Dans un contexte d’usage routinier, il utilise la disposition spatiale des touches et la séquence temporelle 1/2/3 : son doigt suit, sans lecture, le parcours ordonné des touches dans une région de l’écran (figure 2).

17La localisation des touches sert d’indice et permet de rapprocher l’évaluation de l’exécution en évitant de penser l’exécution sous forme d’une action. L’usager habitué à manipuler des touches sur écran n’a pas besoin d’interpréter l’action en lisant les instructions avant d’exécuter une opération. Il n’a pas besoin non plus de communiquer avec d’autres usagers pour agir. Il n’est donc en « communication » ni avec la machine, puisque seules les touches l’intéressent, ni avec un autre usager puisqu’il n’a pas besoin d’aide.

Les plans de travail : placer les objets et identifier des priorités

18Les plans de travail dans une cuisine ou un bureau sont des environnements où la disposition des objets peut détenir une fonction représentationnelle. Comme l’arrangement des produits dans les rayons du supermarché, étudié par Lave (1988), ce n’est pas un objet isolé mais une configuration de plusieurs objets qui agit comme un succédané d’affichage. Selon Lave, la localisation des objets dans les rayons fonctionne à la façon d’une liste : la liste des courses est projetée dans l’environnement au cours du déplacement du client dans les rayons. De la même façon, dans une cuisine ou un bureau, peuvent se présenter des aménagements spatiaux pourvus des propriétés représentationnelles que Norman attribue aux seuls artefacts cognitifs.

19Comment une constellation d’objets sur un espace de travail peut-elle représenter une information pour l’action, puisque, à la différence du supermarché, l’arrangement spatial n’est pas stable ? Pour qu’un placement ponctuel d’objets sur une table produise un tel effet, il faut qu’il remplisse pour l’usager une fonction informationnelle de mémoire ou de planification. Comme cette fonction ne peut pas être assurée par l’objet lui-même, ce sont les relations spatiales entre l’agent et les objets, ainsi que les relations des objets entre eux, qui produisent cet effet. La notion d’affichage ou d’indicateur, centrale dans la notion d’artefact cognitif, perd ainsi son caractère spécialisé et stabilisé sans pour autant disparaître.

  • 6 Cela ne veut pas dire que la permanence d’une représentation n’ait pas d’effet informationnel. Elle (...)
  • 7 Selon Mead, l’opposition entre espace manipulatoire et espace de stabilisation est liée à l’opposit (...)

20À la différence des artefacts cognitifs, dans ces dispositifs spatiaux, l’information affichée se modifie constamment au cours de l’action : la permanence de l’affichage n’est donc pas le critère essentiel6. C’est par la modification des relations spatiales entre l’agent et les objets qu’un espace de travail devient une source d’information, cet espace se fragmentant selon la distance entre l’agent et les objets (Mead, 1932)7. L’endroit où se trouve un objet peut alors exprimer une relation à l’action en cours : rangé, il est désactivé ; sorti mais à distance, il est en état de repos mais activable ; à portée de main, il est utilisable tout de suite.

21Dans une cuisine, un espace de manipulation se configure par placement des ustensiles et des matériaux en fonction de leur distance relative à leur emploi immédiat. Cette disposition construit une forme particulière d’affichage faite de frontières, de régions et de couloirs où se projette une partie de la structure de l’action (figure 3 : définir des priorités en plaçant des objets).

22Au bord de la région manipulatoire se constitue un espace intermédiaire, une zone de sauvegarde qui sert de passage entre stabilisation et exécution. Chaque placement a un effet sur l’exécution en traçant une frontière qui maintient l’accessibilité pour une manipulation tout en suspendant l’action. Des actions sont en effet suspendues si tous les mouvements exécutables au moyen des trois objets sont inhibés.

23Comment ces placements ont-ils des effets sur la manipulation, si les actions sont inhibées par un rangement provisoire ? L’arrangement spatial résultant de la disposition des objets instancie une séquentialité temporelle : d’abord le beurre, ensuite le paquet de sucre entamé, enfin, en cas de besoin, le paquet de sucre non ouvert. Pour qu’un tel ordre ait un effet sur l’action, il faut supposer, comme dans une liste de courses, que chaque objet sténographie une action de collecte (beurre = prendre le beurre, figure 4).

24Si l’ordre spatial des objets alignés correspond à une mise en séquence de leur usage ultérieur, un agenda minimal abstrait est évoqué : 1. prendre le beurre, 2. puis un premier paquet de sucre presque vide, 3. puis le paquet plein. Cet alignement configure, comme pour la billetterie, un ordre temporel minimal d’exécution, donc des priorités, sans passer par des représentations d’actions. Ainsi, une disposition d’objets sur une table anticipe leur engagement dans l’action.

25L’apparent désordre d’un bureau pour un observateur extérieur reflète souvent de subtiles stratégies d’agencement spatial des items. Dans les bureaux, on trouve des architectures ponctuelles similaires : la manipulation des documents permet aussi d’aménager des espaces intermédiaires, avec des arrangements spatiaux qui sont toutefois plus stables que dans la cuisine. Cet agencement se présente selon deux dispositifs :

  • une organisation à moyen terme en piles, placées selon un ordre occasionné par l’ordre des placements ;

  • une organisation à long terme en dossiers, rangés à distance sur des rayons, selon un classement étiqueté.

  • 8 On peut soutenir que, dans ce cas, la table est l’équivalent d’un affichage d’informations.

26Alors que les piles sont des dispositifs de nature spatiale peu organisés, les dossiers impliquent une organisation des items par type qui permet une stabilisation à long terme des informations. Comme pour la cuisine, la proximité d’un objet peut devenir un indice pour choisir une action plutôt qu’une autre. Ainsi, lorsque le déplacement d’un objet sur une table de travail suspend une séquence d’action, la surface de la table s’interprète comme un tableau8.

Les indicateurs : regarder les aiguilles ou les chiffres

  • 9 Comme on l’a souligné après Gibson, cette forme visuelle concerne des propriétés perceptuelles de l (...)

27L’artefact cognitif le plus commun, que l’on trouve aussi bien dans les systèmes de conduite en navigation aérienne et navale que dans les salles de contrôle, se présente comme un indicateur numérique. Ce type d’objet pose un problème particulier pour la représentation de l’information sur l’action car il établit une distance forte entre information et action. Même si l’ustensile placé sur une table de cuisine ne donne aucune information sur le contenu de l’action à accomplir, en tant que cible pour un geste, il évoque un but9.

28L’indicateur de température d’une salle de contrôle de centrale nucléaire se présente de façon similaire à l’indicateur de vitesse dans un cockpit (Hutchins, 1994) : ce qui est affiché présente des informations temporelles au moyen d’un système d’aiguilles pointant des valeurs.

29L’une des deux aiguilles indique la valeur actuelle, l’autre la valeur-repère. La relation entre les aiguilles peut être interprétée, comme sur une montre, aussi bien en fonction des valeurs affichées que selon la distance relative entre les aiguilles, ou la position de l’une d’elles.

30Au moment précédant une prise de décision, l’aiguille qui indique la valeur actuelle de la température est toujours lue en fonction de son écart par rapport à la valeur de référence. Les doigts de l’opérateur pointent la position des écarts ; il attend le moment d’équilibre et le moment où les positions des aiguilles s’inversent.

31La structure séquentielle du cycle d’action est ainsi simplifiée : le moment d’agir est identifié au moyen d’un repère spatial sur une échelle, sans que le contenu de l’action soit indiqué. Aucune représentation d’action n’est affichée, seule compte l’indication temporelle qui sert dans un agenda non explicite.

32L’indicateur de température, comme la plupart des indicateurs numériques, présente une relation à l’action essentiellement à travers le temps. L’information affichée n’indique pas une action mais une place dans un processus. Ce repérage par rapport au temps, fréquent dans les activités de pilotage, implique que l’opérateur mette en relation une information affichée sur l’état du processus et une décision de manipulation des commandes. Pour ce faire, il traite l’indicateur plus comme une horloge de l’action que comme une évocation de celle-ci.

33Comme nous l’avons vu avec l’exemple de la billetterie, la transformation du quoi-faire en quand-faire est souvent une exigence de l’exécution de l’action. L’engagement de l’objet dans l’action passe donc là aussi par la construction d’un contrôle qui opère sur l’agenda de l’activité. Dans cette mesure, à la façon d’une horloge, l’indicateur exprime un effet de seuil qui indique le moment d’agir (Conein & Jacopin, 1994).

34Les trois analyses esquissées présentent deux points communs. Elles impliquent d’abandonner un modèle interprétatif de l’action avec les objets, qui conçoit celle-ci comme une production de l’interaction sociale ou d’une orientation mutuelle de deux agents. Elles soulignent que, quel que soit le mode d’affichage ou la nature de l’objet, quand l’usager est dans le contexte habituel de son action, l’évaluation de l’information sur l’action est fréquemment de type spatial et prend rarement la forme d’une représentation d’action.

35Pour que l’information sur l’action serve de déclencheur de l’action, afin que le quoi-faire se transforme en quand-faire, l’action ne doit pas être représentée.

L’approche interprétative : les objets dans l’interaction

36L’analyse de l’action située proposée par Suchman (1987) constitue la version la plus explicite de l’approche interprétative des relations des objets à l’action. Elle est illustrée par une étude empirique sur l’utilisation, par deux « novices », d’une photocopieuse « intelligente » (dotée d’un système expert). L’analyse des problèmes que pose cette machine aux deux usagers soutient une démonstration de nature conceptuelle sur les propriétés de l’action située. Suchman oppose deux modèles de l’action : un modèle irréaliste, celui de l’action selon un plan, et un modèle de l’action mutuelle où chaque action est orientée en fonction de l’action d’autrui. L’existence d’un système expert en « dialogue » avec l’usager incarne le modèle d’une action selon un plan. Ce modèle est irréaliste car il s’avère incapable de représenter les informations sur l’action nécessaire à sa mise en œuvre et de guider l’usager dans ses manipulations.

37Suchman est conduite, par le choix de cet exemple, à soutenir une argumentation sur la relation de l’objet à l’action. Si l’on peut caractériser son analyse comme interprétative, c’est parce qu’elle fait reposer l’action avec les objets sur une compréhension mutuelle produite par l’interaction sociale : « l’interaction entre les personnes et les machines implique l’intelligibilité mutuelle et la compréhension partagée ».

38Cette hypothèse est fidèle à la démarche des études ethnométhodologiques portant sur le travail, qui traitent toute activité de travail comme essentiellement régulée par la parole-en-interaction :

  • 10 L’atténuation de l’hypothèse par l’expression « moyen principal » ne doit pas laisser d’illusion su (...)

La parole-en-interaction est le moyen principal10 par lequel les gens ordinaires réalisent des buts variés, elle constitue le medium principal à travers lequel sont conduites les activités quotidiennes de travail réalisées par des professionnels ou des membres d’une organisation. (Drew & Heritage, 1992)

39Bien que Suchman n’oriente pas son argumentation sur l’action avec un objet, son analyse de l’usage de la photocopieuse la présuppose de deux façons. Conceptuellement, car elle présente la conversation comme le paradigme de L’action située. Mais aussi empiriquement, car elle privilégie, dans la description de l’action avec le système d’aide de la photocopieuse, la communication verbale entre les deux novices.

40Aussi oppose-t-elle deux communications : celle du système d’aide avec l’usager et les conversations des novices entre eux sur leur relation à l’objet. La rigidité du système d’aide, rédigé sous forme d’un plan affichant des instructions, contraste avec la souplesse des interprétations qui se forment dans le cours de l’emploi :

La situation de l’usager inclut ses préconceptions sur la nature de la machine et sur les opérations requises pour son emploi, combinées avec les interprétations pas à pas des indices repérés dans le cours réel de l’usage. La situation de la machine ou du système d’aide, au contraire, est constituée par un plan d’utilisation de la machine rédigé par l’ingénieur et implémenté comme programme qui définit le comportement de la machine. (Suchman, 1987, p. 119)

41En reprenant la partie empirique de l’étude de Suchman, nous nous intéresserons à la façon dont elle conçoit le contexte de l’action. Nous montrerons qu’en interprétant le contexte sur le mode d’une analogie communicationnelle, elle pense la relation à l’action de façon normative et s’interdit de penser une situation à partir de l’ancrage de l’action dans un environnement peuplé d’objets.

Exécution, instruction et représentation de l’action

42Le problème de l’accomplissement de l’action est central dans une théorie de l’action située. Une approche de l’action mettant au premier plan l’exécution de l’action ne peut négliger la transformation d’une action en mouvement. Sinon, elle serait conduite à voir la relation à l’action comme une reconstruction interprétative, ce que Suchman cherche à éviter.

43L’exécution de l’action ne peut être ni programmée, ni guidée par une machine interactive, car, même dotée d’un système expert, elle ne peut que transmettre des instructions. En communiquant par instructions, le système expert suppose donné ce qui doit être appris : la compréhension de l’action et sa mise à exécution. Toute instruction « repose sur les aptitudes du destinataire à accomplir le travail implicite d’ancrer des descriptions dans des objets et des actions concrets ». Suivre une instruction constitue alors une activité additionnelle (transmettre une instruction et l’interpréter), qui se superpose à l’activité impliquant l’objet.

44Ce modèle d’utilisation présuppose une coordination simple : lecture du contenu de l’instruction/exécution de l’action représentée en appuyant sur une touche. C’est cette coordination simple qui permet de considérer l’artefact comme interactif, car le programme simule une communication à deux tours : 1. transmission de l’instruction, 2. réponse par une manipulation. Les deux composants de la séquence (description/action) sont en relation réciproque (on comprend l’instruction en essayant l’action, on comprend l’action en suivant l’instruction) :

Alors que les instructions répondent à des questions concernant les objets et l’action, elles posent également des problèmes d’interprétation qui sont résolus à travers les objets et les actions auxquels les instructions se réfèrent. (Suchman, 1987, p. 142)

  • 11 Suchman ne considère que le cas des novices qui doivent interpréter les actions (lire les instructi (...)

45Suchman souligne cependant que ce modèle ne correspond en fait à aucun usage effectif. Soit l’utilisateur est novice et la séquentialisation ne se fait pas selon le modèle séquentiel (instruction/réponse) sans panne ni sans arrêt, soit l’utilisateur est expert et il opère alors sans le système d’aide11. Loin de se présenter comme une correspondance entre description et action, l’instruction complique la structure de l’action en créant une tâche additionnelle pour l’usager : suivre les instructions. Cette tâche pose deux problèmes aux novices :

461. interpréter l’instruction :

Comme dans la communication humaine, une réponse appropriée implique une interprétation correcte de la signification de l’action antérieure.

47Mais à la différence de la communication verbale, le contenu de l’instruction est transmis de façon fixe ; c’est pourquoi, si ce contenu n’est pas compris, aucune reformulation n’est possible. Si l’interprétation est erronée, la réponse sous forme d’exécution ne peut avoir lieu.

482. transformer l’instruction en un mouvement d’exécution adéquat.

  • 12 Norman (1991) parle du gouffre de l’exécution lorsqu’il y a écart entre la représentation du but et (...)

49Dans l’instruction, la description de l’action est toujours incomplète car elle ne peut représenter le cours réel de l’exécution. Or la description détaillée de l’exécution devrait constituer le contenu informationnel par excellence d’une aide à l’action12.

50Le passage de l’instruction à son exécution en mouvement repose, comme dit Suchman, « sur l’aptitude de l’utilisateur à accomplir le travail d’ancrage des descriptions dans des objets réels et des actions concrètes », une aptitude précisément qui fait défaut à un novice.

51Or l’ancrage de la description de l’action dans les objets suppose un changement de l’évaluation de l’information. Les circonstances de l’évaluation, comme son rapport à la compréhension, diffèrent selon qu’on est novice ou expert. En concevant l’évaluation de l’action selon le modèle de l’interprétation dans la conversation, Suchman fonde l’explication de l’action avec un objet sur une reconstruction interprétative qui, en fait, s’avère peu éloignée du plan-programme. Seule change la façon dont les contenus sont communiqués : les représentations d’action, au lieu d’être des instructions, sont exprimées comme des conseils ou des questions. Les deux problèmes que Suchman a relevés concernant l’instruction subsistent dans le modèle conversationnel :

  1. passer par une interprétation d’action pour agir ;

  2. transformer une représentation d’action en mouvement.

  • 13 On pourrait aussi montrer que ce modèle propose une conception réduite du phénomène de l’indexicali (...)

52Rendre compte d’une action avec un objet par le filtre des actions entre personnes introduit donc des restrictions quant à l’objectif de démonstration de Suchman : proposer une théorie alternative de l’action en situation au modèle du plan13.

  • 14 Goffman fait équivaloir activité située et interaction centrée : « J’appelle l’unité naturelle d’or (...)

53Mais en ne prenant pas en compte le rôle des objets dans la contextualisation de l’action, cette théorie se réduit à ce qu’elle était originellement, une théorie du face à face et de l’attention mutuelle (Goffman, 1961)14. L’interaction en face à face est présentée comme « le système le plus fondamental et le plus sophistiqué pour accomplir l’intelligibilité mutuelle, en exploitant les ressources linguistiques, ostensives et inférentielles » (Suchman, 1987). L’ambition de Suchman de substituer une analyse de l’accomplissement de l’action à une théorie délibérative de l’intention échoue.

L’approche spatiale : l’appauvrissement des représentations

54Penser l’action avec les objets à partir des relations spatiales implique de mettre l’accent sur l’interaction avec l’environnement physique sans passer par la communication ou la coopération. Cette approche de l’action située est une version alternative au modèle interprétatif. Si elle s’oppose au modèle interprétatif, c’est que la compréhension de l’action n’apparaît plus comme une question centrale. Plus exactement, elle remplace la question de l’interprétation de l’action par une autre : quelles sont les informations sur l’action requises pour agir en temps réel ? Comme l’attention n’est plus focalisée sur l’interaction en face à face et la compréhension mutuelle, on peut prendre en compte d’autres formes de transmission de l’information, comme la perception des relations spatiales.

55En abandonnant une explication interprétative de la relation de l’objet à l’action, l’approche spatiale met au premier plan une forme différente de jugement sur l’action. Si le jugement sur l’action se modifie au moment de son exécution, c’est parce que l’ancrage de l’information sur l’action dans l’objet change la nature de l’évaluation. Les buts de l’action sont identifiables par la perception sans que le langage intervienne.

56Les études mettant l’accent sur la spatialisation ont généralement pris pour exemples des objets simples : les verres manipulés par un barman (Beach, 1978), les bouteilles de lait distribuées par un laitier (Scribner, 1984) ou les produits collectés dans un magasin (Lave, 1988). Aucun de ces artefacts n’a de fonction informationnelle spécialisée, aucun n’est un artefact cognitif. Un des objectifs de l’approche spatiale, dans ce retour aux technologies quotidiennes, est de montrer dans quel contexte des objets manipulables peuvent constituer un « affichage » et revêtir une fonction indicative pour l’agent. Des objets simples comme des matériaux, des outils ou des récipients peuvent devenir, à travers certains arrangements spatiaux, des supports d’information pour la coordination de l’action. Cette modification intervient si l’on considère l’objet non plus isolément, mais situé dans un espace équipé.

57Cette approche spatiale, développée en anthropologie cognitive par Lave (1988) et en intelligence artificielle par Kirsh (1995) et Hammond, Converse et Grass (1995), correspond assez bien à l’interactionnisme écologique de Mead, le premier à avoir souligné le lien entre aménagement d’un espace et manipulation d’objets.

58Insister sur l’aspect spatial de la représentation des informations sur l’action permet de voir l’indexicalité sous une forme simplifiée, comme intermédiaire entre perception et concept. Comme le note Evans (1982), l’information indexicale est égocentrée non parce qu’elle porterait sur un espace particulier, mais parce qu’elle est une information particulière sur l’espace :

Lorsque je parle d’une information spécifiant une position dans un espace égocentré, je ne pense pas à une information sur un type particulier d’espace mais à un type particulier d’information sur l’espace : une information dont le contenu est spécifiable dans un langage spatial egocentré.

59Pour comprendre comment les représentations spatiales constituent le niveau privilégié de la mise en contexte de l’action, il faut relier la question de l’indexicalité à celle de l’exécution. Il faut pour cela admettre que l’exécution est un problème de l’action située : comment le contexte et la présence d’un objet contribuent-ils à l’accomplissement d’une action ?

60Si cette approche peut se caractériser comme spatiale ou écologique, c’est que l’espace est vu comme un opérateur de contrôle de l’exécution. Celle-ci ne passe ni par une interprétation de l’action, ni par une coopération entre les usagers.

  • 15 Suchman (1987) montre que le caractère situé d’une action se révèle dans le caractère indexical de (...)
  • 16 Les expressions indexicales sont-elles ou non des descriptions ? C’est un problème central de la di (...)

61On peut résumer cette approche en disant qu’elle aboutit à un nouvel appauvrissement de la représentation de l’action. Appauvrir la représentation de l’action est l’objectif de la théorie de l’action située15. Une façon classique de l’obtenir est de dire que l’information est exprimée de façon indexicale puisque l’agent opère à partir d’éléments provenant du contexte au moyen de la perception. Mais plus on insiste sur le rôle de la perception, plus le rôle du langage s’atténue. Car l’information s’appauvrit dans la mesure où son expression sémantique, ou son contenu descriptif16, se réduit, puisque la perception intervient massivement.

La liste de courses et le supermarché comme liste des produits

62Un exemple de stabilisation de l’environnement par la modification de l’espace est l’étude de Lave, qui peut, à cause de sa fonction dans l’argumentation sur les relations entre information et action, être considérée comme le pendant de l’étude de la photocopieuse par Suchman. Selon Lave, un supermarché constitue une architecture spatiale, avec les allées et les rayons comme arène de l’action du client. Cet arrangement spatial se présente comme une distribution des produits dans des rayons, et des rayons le long d’allées. Le problème du client est le suivant : en partant d’une liste de courses, écrite ou non, aboutir aux rayons sans consulter sa liste entre chaque item collecté.

63Comme Suchman, Lave part du format de l’action selon le plan, représenté dans cet exemple par la liste des courses, qui anticipe le cours d’action. La liste est évidemment un plan très partiel, puisqu’elle n’affiche aucune représentation d’action, seulement des noms d’objet. Mais on peut considérer un nom comme une méta-instruction qui fait correspondre à un terme une représentation d’action : « thé » = « chercher le thé ». Cette structure correspond à l’appauvrissement de la représentation requis pour accomplir l’action.

64Comment se présente la relation de l’action du client à la liste ? L’action du client est analysée comme une mise en correspondance de deux formats d’information : celui de la liste de courses (liste 1) et celui représenté dans l’espace par la distribution des produits dans les rayons (liste 2). Le second est l’équivalent spatial du premier par l’ordre de placement des produits dans les rayons :

L’arène peut être conçue comme l’icône de la liste ultime constituée par l’ordonnancement des objets atteignables, placés de façon à ce que sa progression physique dans le magasin conduise le client à passer devant tous les items. (Lave, Murtaugh & de la Rocha, 1984)

  • 17 En particulier, le fait qu’il y ait projection du plan dans l’espace n’implique pas que l’arrangeme (...)

65Il existe donc une projection spatiale de la liste à travers le placement des items. On peut soutenir que, pour Lave, l’arrangement spatial des produits fonctionne comme un plan projeté dans l’environnement (Conein & Jacopin, 1996), puisque cet arrangement spatial joue le rôle d’une structure de contrôle quasi physique de la collecte des produits : c’est lui que suit le client, et non la liste 1. Les deux listes, comme formes de représentation du plan, n’impliquent pas que chacune remplisse les mêmes fonctions17 : la liste 1 est un plan ressource, la liste 2 contrôle l’action. Contrairement à Suchman, Lave propose, au problème de l’exécution, une solution compatible avec une problématique de l’action située.

L’action située comme routine

66Lave ne présente pas seulement l’analyse d’un cas d’action avec un objet dans son environnement, elle défend aussi une conception de l’action. L’action du client est une adaptation automatique à travers la mise en correspondance de représentations produites par la perception et d’un mouvement. Cette mise en correspondance peut se faire parce que les buts sont représentés par une relation spatiale entre les objets, qui sont traités comme les cibles de l’action ; le déplacement du client se fait en fonction de la position de la cible. Aucun plan n’intervient puisque c’est l’arrangement spatial des produits qui assure le contrôle de l’action. La trouvaille de Lave est de suggérer que c’est cet agencement qui constitue une instanciation du plan.

67Ce modèle identifie les actions accomplies dans le cours d’action à des routines. Contrairement au modèle de Suchman, le chemin qui mène à l’exécution et aux buts de l’action est ici direct, aucune interprétation n’intervient entre les phases de l’action. Lave présuppose un agent familiarisé avec les objets de son environnement immédiat. La routine paraît alors comme le modèle de la réalisation de l’action située lorsque l’agent utilise son environnement comme support de son action (Agre & Horswill, 1992). En un mot, l’agent dépendant de son contexte réalise son action à travers des routines d’exécution. Ce modèle s’oppose à celui de l’interactionnisme social où l’agent, pour inter-agir avec son environnement, passe par le relais d’un autre agent à travers une communication verbale ou ostensive.

  • 18 Thévenot souligne que les régimes d’activité par familiarité n’opèrent pas selon le modèle de l’act (...)

68Le modèle de la routine change le niveau d’analyse de l’action (Thévenot, 1994)18, puisqu’il porte sur le rapport de l’action au mouvement et au mécanisme de l’exécution. Pourtant les actions que nous réalisons avec les objets se présentent rarement selon un modèle aussi simple. La routine n’est jamais un point de départ si elle est le produit d’activités d’arrangement de l’espace en arènes ou d’activités de configuration et de stabilisation de l’environnement (cf. Conein & Jacopin, 1993 ; Kirsh, 1995 ; Hammond, Converse & Grass, 1995). L’approche spatiale de Lave risque de manifester un défaut équivalent à celui de l’approche de Suchman : être trop liée à la nature de l’exemple présenté.

Les objets comme source d’information

69La comparaison entre l’interactionnisme social de Suchman et l’interactionnisme écologique de Lave permet de contraster deux modèles de l’évaluation de l’action, un modèle interprétatif et un modèle spatial-perceptuel. Les deux théories du contexte proposées semblent cependant trop simplifier les mécanismes sous-tendant les relations des objets à l’action. Ces deux approches produisent des effets identiques : l’interaction sociale est extérieure à l’action avec les objets. Si l’approche spatiale prend en compte l’objet à travers sa position dans un espace, elle n’explique pas à travers quelles actions les relations spatiales jouent un tel rôle.

La représentation de la vitesse comme exemple d’action avec les objets

70Je vais introduire un autre argument à partir d’un dernier exemple : celui proposé par Hutchins (1994), dans son analyse du comportement du pilote vis-à-vis des indicateurs de vitesse. On retrouve dans cet exemple le cas des indicateurs affichant des valeurs numériques : les informations véhiculées par un artefact cognitif peuvent être exprimées sous forme spatiale.

71Dans le cockpit, la vitesse est représentée à travers divers artefacts et, dans un même artefact, selon des modalités informationnelles diverses. Ce que font les indicateurs de vitesse est complexe : ils supportent des fonctions cognitives de mémorisation de la vitesse. Cependant, ce qui intéresse Hutchins dans cet exemple, ce ne sont pas tant les propriétés informationnelles des indicateurs que leur relation à l’activité de pilotage. Ce qui fait de l’indicateur de vitesse un artefact cognitif, c’est qu’il affiche un ensemble de valeurs numériques de natures différentes, et que cet affichage remplit une fonction représentationnelle – il représente la vitesse. Ce qui intéresse Hutchins, c’est la relation de cette « activité » de l’objet avec une des actions les plus importantes du pilote, atterrir. Il veut montrer que les représentations spatiales jouent un rôle dans les dispositifs technologiques complexes, en intervenant activement sur les propriétés informationnelles des objets.

72Il considère un contexte spécifique, l’usage de l’indicateur de vitesse dans l’avion au moment de l’atterrissage. La relation de l’artefact à l’action du pilote implique une modification de la fonction de l’objet. Pour le pilote en effet, à ce moment-là, l’indicateur de vitesse n’indique pas la vitesse, mais le moment propice pour atterrir. Plus exactement, il y a une relation complexe entre ce que fait l’objet et ce que fait le pilote ; l’indicateur de vitesse en tant qu’artefact cognitif représente la vitesse, mais le pilote l’utilise pour repérer un indice visuel pour savoir quand atterrir.

  • 19 Le « repère-saumon » sert d’indice pour calculer la vitesse-cible. La distance spatiale entre l’aig (...)

73Le pilote réduit donc la lecture à une analyse de la distance entre l’aiguille et le « repère-saumon »19 :

Lorsque le repère de vitesse est réglé, le pilote n’a plus besoin de lire la vitesse affichée à l’anémomètre. Un simple coup d’œil suffit pour vérifier que l’aiguille et le repère saumon sont alignés.

74La valeur numérique n’est plus pertinente, non plus que la fonction standard de l’artefact cognitif (mémoriser la vitesse). Comme dans le cas de la billetterie automatique, afin de maximiser son ajustement au système technique, l’agent laisse de côté des informations symboliques structurées et s’appuie sur des informations spatiales. La perception des indices pertinents suffit à assurer l’interaction avec l’affichage. Plus importantes sont cependant les conséquences sur la relation entre l’évaluation et la manipulation des commandes de pilotage. Ce qui importe pour le pilote, c’est de réduire une lecture d’informations chiffrées à un « jugement de contiguïté spatiale ». La prise d’information est simplifiée au moment de l’approche d’une décision d’exécution : l’évaluation se rapproche de l’exécution. L’évaluation de l’information change de nature puisqu’une lecture de valeurs numériques se transforme en un jugement perceptuel de distance à partir de la position spatiale de l’aiguille-repère : « c’est le repère de vitesse qui transforme une tâche de lecture de données chiffrées en simple jugement de proximité spatiale ». Hutchins parle alors de « transformer une tâche conceptuelle en une tâche perceptuelle ».

Approche distribuée et action située

75Cet argument se distingue-t-il du précédent ? Il présente des similarités avec l’approche spatiale de l’action située, puisqu’il insiste également sur l’importance des représentations spatiales. Hutchins considère en effet moins le fonctionnement de l’objet, sa fonctionnalité et son mécanisme, que sa relation à l’action en cours. C’est cette « participation » de l’objet à l’action qui conduit à modifier les inférences sur les informations affichées.

76Cette modification du jugement suppose un appauvrissement de la représentation, puisque le pilote peut effectivement réduire la prise d’information au simple coup d’œil. Cette simplification s’accomplit aussi sous forme d’une routine qui permet le rapprochement entre évaluation et exécution.

  • 20 Hutchins défend une hypothèse de « cognition distribuée » et plaide pour un changement dans l’unité (...)

77La meilleure façon de comprendre l’argument d’Hutchins est de le voir comme sous-tendu par une approche distribuée de la relation de l’objet à l’agent20. Toute action avec un objet suppose un mécanisme de distribution de la tâche entre l’agent et l’environnement. Plus l’agent s’appuie sur l’objet pour agir, plus il distribue sa tâche cognitive. Lorsque la connaissance est distribuée, la prise d’information (les inférences sur les informations affichées) se couple avec l’exécution (la manipulation des commandes) sans délibération et donc sans interprétation de l’action. Il y a déplacement du contrôle de l’action de l’agent vers l’environnement.

78Mais plus importante est la relation que l’artefact cognitif entretient avec l’action. Le changement de fonction de l’objet implique qu’une action située, si elle se réalise fréquemment sous forme d’un couplage perception/action au moyen d’une routine, implique en même temps une intervention constante sur l’objet et ses propriétés. L’objet est support de l’action de façon complexe si sa fonction informationnelle n’est pas autonome, et peut se modifier selon les buts de l’action. Il devient alors un opérateur effectif de la modification de l’environnement et de l’action. On retrouve la critique principale que Heath & Hindmarsh (cf. infra) font à certaines analyses du rôle de l’objet en sciences sociales : considérer que les propriétés informationnelles des objets sont autonomes et indépendantes de l’action.

Conclusion

79Pour rendre compte de l’action avec les objets, en particulier de l’interaction homme/ordinateur, cohabitent dans les sciences sociales deux modèles de l’interaction :

  • un modèle social, où l’interaction est pensée comme ajustement mutuel entre les personnes ;

  • un modèle écologique, où l’interaction est conçue comme ajustement à un environnement physique.

80Le premier modèle participe de l’interactionnisme social, bien représenté par la réduction goffmanienne, puis par l’ethnométhodologie. Il affirme l’irréductibilité de l’interaction entre sujets, l’asymétrie entre l’interaction objet/humain et l’interaction humain/humain. L’action avec les objets est alors pensée à travers un mode de coordination des comportements des personnes vis-à-vis des artefacts.

  • 21 Mead (1932) voit l’interaction avec l’environnement comme un ajustement de l’organisme et une recon (...)

81Le deuxième est l’interactionnisme écologique dont on trouve les premières traces chez Mead21, et qui est prédominant dans les travaux ethnographiques sur la cognition située (Lave, 1988). L’action avec les objets est pensée à travers l’organisation spatiale des objets et des équipements.

82Il semble que nous ne disposions pas actuellement d’une problématique qui permette d’intégrer à la fois les éléments de coordination sociale et les relations spatiales dans la construction du contexte. L’ambition de l’hypothèse de cognition distribuée est pourtant d’éviter de séparer l’aspect social de l’aspect écologique, puisque les supports de la distribution sont à la fois des artefacts et des personnes. Mais elle ne réussit qu’en partie cette intégration et apparaît trop souvent comme une variante de l’approche spatiale.

  • 22 Norman (1991) pourtant prend soin, à propos des objets, de distinguer le point de vue du système du (...)

83L’idée de cognition distribuée amène à concevoir toute action avec un objet comme une intervention active sur ses propriétés informationnelles, au-delà des intentions initiales du concepteur. La notion d’artefact cognitif saisit les propriétés de l’objet du point de vue du concepteur22. La spécificité de l’artefact cognitif s’efface lorsqu’un indicateur numérique est traité comme l’indice d’un choix d’action. Comme les objets quotidiens sont une source continue d’information pour l’action, ils servent souvent d’artefacts cognitifs de façon contingente. Ainsi, la construction d’artefacts cognitifs se réduirait à une spécialisation de mécanismes simples liés à notre usage des objets.

Bibliographie

Agre Philip E. (1997), Computation and Human Experience, Cambridge, Cambridge University Press.

Agre Philip E. & Ian Horswill (1992), « Cultural Support for Improvisation », The Fourteenth Annual Meeting of the Cognitive Science Society, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum, p. 363-368.

Ballard Dana H. (1991), « Animate Vision », Artificial Intelligence, 48 (1), p. 57-86.

Beach King D. (1978), « The Role of External Mnemonic Symbols in Acquiring an Occupation », in M. M. Gruneberg et al. (eds), Practical Aspects of Memory, Londres, Academic Press.

Conein Bernard & Éric Jacopin (1993), « Les objets dans l’espace : la planification de l’action », in B. Conein, N. Dodier & L. Thévenot (eds), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 4), p. 59-84.

Conein Bernard & Éric Jacopin (1994), « Action située et cognition : le savoir en place », Sociologie du travail, XXXVI (4), p. 475-500.

Corazza Eros & Jérôme Dokic (1993), Penser en contexte : le phénomène de l’indexicalité, Combas, Éditions de L’Éclat.

Drew Paul & John Heritage (1992), Talk at Work, Cambridge, Cambridge University Press.

Evans Gareth (1982), The Varieties of Reference, Oxford, Clarendon Press.

Gibson James J. (1979), The Ecological Approach to Visual Perception, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum.

Goffman Erving (1961), Encounters, New York-Londres, Macmillan.

Hammond Kristian J., Converse Timothy M. & Joshua W. Grass (1995), « The Stabilization of Environments », Artificial Intelligence, 72 (1-2), p. 305-328.

Hutchins Edwin (1994), « Comment le cockpit se souvient de ses vitesses », Sociologie du travail, XXXVI (4), p. 451-473.

Hutchins Edwin (1995), Cognition in the Wild, Cambridge, MA, MIT Press.

Kirsh David (1995), « The Intelligent Use of Space », Artificial Intelligence, 72 (1-2), p. 31-68.

Lave Jean (1988), Cognition in Practice, Cambridge, Cambridge University Press.

Lave Jean, Murtaugh Michael & Olivia de la Rocha (1984), « The Dialectic of Arithmetic in Grocery Shopping », in B. Rogoff & J. Lave (eds), Everyday Cognition, Cambridge, MA, Harvard University Press, p. 67-94.

Mead George Herbert (1932), « The Physical Thing », in Id., The Philosophy of the Present, Chicago, University of Chicago Press, p. 119-139 (trad. fr. Réseaux, 85).

Norman Don (1991), « Cognitive Artefacts », in J. Caroll (ed.), Designing Interaction Psychology at the Human-Computer Interface, Cambridge, Cambridge University Press (trad. fr., Paris, 1994).

Scribner Sylvia (1984), « Studying Working Intelligence », in B. Rogoff & J. Lave (eds), Everyday Cognition, Cambridge, MA, Harvard University Press, p. 9-40.

Suchman Lucy (1987), Plans and Situated Actions, Cambridge, Cambridge University Press.

Thévenot Laurent (1994), « Le régime de familiarité », Genèses, 17, p. 72-101.

Notes

1 « Un artefact cognitif est un outil artificiel conçu pour conserver, exposer et traiter l’information dans le but de satisfaire une fonction représentationnelle. » (Norman, 1991).

2 Gibson (1979) nomme affordance le fait qu’un objet autorise certains mouvements. Cette disponibilité de l’objet pour l’action est mise en œuvre par la perception.

3 Il s’agit, entre autres, de l’ethnométhodologie, de la sociologie des sciences et de la pragmatique sociologique défendue par Boltanski et Thévenot.

4 Norman (1991) appelle « évaluation » le jugement sur le degré d’adéquation de la relation entre une action et son but. Il existe cependant d’autres figures de l’évaluation. Certaines sont intégrées au mouvement de l’exécution, d’autres en sont au contraire détachées.

5 L’observation vidéo de ces billetteries a été effectuée en collaboration avec Marc Breviglieri (cf. Breviglieri, infra).

6 Cela ne veut pas dire que la permanence d’une représentation n’ait pas d’effet informationnel. Elle permet de rendre une information accessible sur le long terme.

7 Selon Mead, l’opposition entre espace manipulatoire et espace de stabilisation est liée à l’opposition entre objet-à-portée-de-main et objet-à-distance.

8 On peut soutenir que, dans ce cas, la table est l’équivalent d’un affichage d’informations.

9 Comme on l’a souligné après Gibson, cette forme visuelle concerne des propriétés perceptuelles de l’objet utiles pour un type de mouvement. L’accès de l’objet par ses propriétés se distingue de l’accès par la catégorie (Ballard, 1991).

10 L’atténuation de l’hypothèse par l’expression « moyen principal » ne doit pas laisser d’illusion sur le rôle mineur ici attribué aux artefacts et aux équipements dans la régulation d’une activité.

11 Suchman ne considère que le cas des novices qui doivent interpréter les actions (lire les instructions pour agir) ; elle ne prend pas en compte l’expert qui modifie la structure de contrôle en rapprochant l’évaluation de l’exécution sans suivre les instructions.

12 Norman (1991) parle du gouffre de l’exécution lorsqu’il y a écart entre la représentation du but et la façon dont l’environnement pourrait être transformé.

13 On pourrait aussi montrer que ce modèle propose une conception réduite du phénomène de l’indexicalité, incapable qu’il est d’intégrer la relation à l’objet dans l’analyse de l’action.

14 Goffman fait équivaloir activité située et interaction centrée : « J’appelle l’unité naturelle d’organisation sociale, dans laquelle une interaction centrée a lieu, rassemblement centré, ou rencontre, ou encore système d’action située. » (Goffman, 1961).

15 Suchman (1987) montre que le caractère situé d’une action se révèle dans le caractère indexical de son expression. Agre (1997) a développé un modèle computationnel où les routines d’exécution s’expriment au moyen de représentations indexicales.

16 Les expressions indexicales sont-elles ou non des descriptions ? C’est un problème central de la discussion sur l’indexicalité (Corazza & Dokic, 1993).

17 En particulier, le fait qu’il y ait projection du plan dans l’espace n’implique pas que l’arrangement spatial assume une fonction de représentation de l’activité.

18 Thévenot souligne que les régimes d’activité par familiarité n’opèrent pas selon le modèle de l’action intentionnelle. Ils constituent pour lui un niveau différent d’instanciation de la relation à l’environnement et aux représentations.

19 Le « repère-saumon » sert d’indice pour calculer la vitesse-cible. La distance spatiale entre l’aiguille de l’indicateur et l’aiguille du repère-saumon donne une idée de la vitesse de l’appareil par rapport à la vitesse-cible.

20 Hutchins défend une hypothèse de « cognition distribuée » et plaide pour un changement dans l’unité d’analyse et une approche à la fois non individualiste et non internaliste de la cognition.

21 Mead (1932) voit l’interaction avec l’environnement comme un ajustement de l’organisme et une reconstitution de l’environnement : « les processus vivants impliquent une relation active avec des objets dans l’environnement ».

22 Norman (1991) pourtant prend soin, à propos des objets, de distinguer le point de vue du système du point de vue de l’agent.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search