Version classiqueVersion mobile

Cognition et information en société

 | 
Bernard Conein
, 
Laurent Thévenot

Présentation

Bernard Conein et Laurent Thévenot

Texte intégral

1Les sciences sociales accordent aujourd’hui une place centrale aux notions d’information et de connaissance, et font référence à une société « informationnelle » ou « cognitive ». Mais les approches et les langages utilisés sont loin d’être unifiés. La tradition dominante évoque à ce sujet des représentations partagées qu’elle conçoit comme des connaissances communes qui construisent une objectivité du monde et façonnent des comportements collectifs. Dans les sciences cognitives, l’information se présente en revanche comme une entité naturelle et objective, disponible dans le monde, et la connaissance est vue comme interne à un individu humain ou produite par un système de traitement de l’information. Entre les partisans de ces deux types d’approche, la confrontation ne peut que prendre un tour critique. Les seconds reprochent aux premiers l’irréalisme de l’idée de connaissance commune, leur constructivisme social implicite et l’ignorance des mécanismes psychologiques élémentaires de la cognition. Les premiers blâment les seconds de leur conception individualiste des connaissances et de leur ignorance du rôle des collectifs dans la construction d’un monde objectif. La tension s’exacerbe et se schématise dans une série d’oppositions classiques : nature/culture, interne/externe, collectif/individuel.

2La situation actuelle de la recherche en sciences humaines ne se réduit cependant pas à de tels affrontements. Dans chacun des deux domaines, des développements récents contribuent à rapprocher les positions ou, du moins, à rendre possibles des confrontations. Le présent volume vise à présenter des travaux qui expriment ces rapprochements et ces convergences. Des sociologies attentives à la mise en commun des connaissances et à leur inscription dans des situations, des activités pratiques et des équipements, rencontrent des recherches sur la cognition qui accordent une place centrale à l’environnement, aux objets comme supports de l’action et à la distribution sociale des connaissances. Les thèmes de recherche présentés rompent ainsi avec la dichotomie entre représentations collectives et cognition individuelle, tels que la variété des « formats » de présentation et de mise en forme de l’information, la différenciation des formes de jugement et d’évaluation présentes dans la découverte, l’apprentissage et l’usage des connaissances, l’insertion de l’information dans des figures variées du collectif, dépendant de coordinations et de coopérations en vigueur, l’engagement de systèmes d’information dans des formes nouvelles de normativité et de gouvernement.

  • 1 L’acclimatation, dans certains courants d’économie, de la psychologie de Herbert Simon et l’introdu (...)

3La théorie économique de l’action individuelle comme décision résultant d’un calcul informationnel, et de la transaction comme contrat établi entre agents bien informés, a contribué à renforcer la conception d’une information prête à être collectée par un sujet qui s’informe pour agir. L’information se présente alors comme une caractéristique du monde objectif et elle s’y inscrit selon des « structures d’information ». Les développements complémentaires de ces dernières décennies ont accordé une place centrale à cette approche de l’information : coûts de prospection et d’acquisition, asymétries ou coûts d’information dans les transactions expliquant les formes de contrat ou de « gouvernance » qui s’éloignent de l’échange marchand concurrentiel1. Dans cette approche est présupposée une stricte démarcation entre l’information disponible et la connaissance que nous en avons.

4Or le modèle d’une information destinée à être codée, formalisée et transmise, fait obstacle à la compréhension des formes variées de l’information où les connaissances « informelles » n’ont qu’une valeur par défaut. Il restreint l’éventail des façons de faire information et d’évaluer. À une notion « mince » et transparente d’information, qui ne prend pas en compte sa mise en forme par des formats stabilisés et des environnements normalisés, des sociologues ont opposé une conception « épaisse » et riche. Refusant de détacher l’information de l’action, ils ont introduit d’autres catégories d’analyse comme celles d’activité, de situation ou de collectif. Néanmoins ils diffèrent dans les façons d’envisager chacune de ces catégories, en particulier celle de collectif. De ces différences découlent des vues très contrastées sur la mise en commun des informations : celle-ci est conçue comme un partage des connaissances par les membres d’un même groupe social, comme une distribution de représentations sans identité de contenu au niveau individuel, comme un accord à la suite de négociations entre des individus en interaction, ou comme une indexicalité des langages et des contenus qui oblige à réexaminer les relations informationnelles à chaque situation.

  • 2 Ce volume fait suite à des séminaires qui, au cours des années 1994-1996, ont été organisé par Bern (...)

5Avant de présenter les recherches réunies ici, nous esquisserons chacun des mouvements parallèles qui, par rapport aux thématiques respectives de la sociologie et des sciences cognitives, conduisent vers les questions abordées dans ce volume2.

La critique des formalités réglées dans les sciences sociales

6On peut dire que les sciences sociales partagent une thématique commune de l’ordre et de la normativité et que cette thématique oriente le traitement sociologique des connaissances : celles-ci sont rapportées à des contraintes d’ordre collectif. Alors que dans la tradition durkheimienne, les catégories formelles de la connaissance générale sont attachées au social et que les notions d’objectivité et de normativité sont fortement inter-reliées, des courants récents mettent l’accent sur d’autres formes de connaissance (voir, par exemple, Fradin, Quéré & Widmer, 1995).

7Refusant d’identifier savoir et connaissance théorique, diverses approches ont contribué à découvrir des normativités ou des ordres situés en deçà de la règle et des connaissances non réductibles à des théories explicites et des formalismes. Si l’information en tant que telle n’est pas une catégorie centrale de telles approches, c’est que la notion leur apparaît comme un obstacle à l’investigation des mécanismes d’inscription collective ou pratique du connaître. Ainsi la notion d’information reste-t-elle peu thématisée, à l’encontre des notions de connaissance, de savoir, de savoir-faire. Le formel est mis en question, qu’il s’agisse d’en démonter le pouvoir, de le dénoncer au nom de ceux qu’il domine, de le relativiser en dévoilant ce qu’il laisse ignorer dans son ombre ou en montrant tout ce à quoi il tient et qui n’est pas fait de la même étoffe. Nombreux sont les travaux sociologiques qui ont porté sur la mise en cause des formalismes et des formalités : formalité de la règle dans les organisations bureaucratiques ; formalité des savoirs experts ; formalité des classifications produisant une information officielle. Dans cette mise en question commune, les diverses critiques formulées ont produit des éclairages intéressants sur les contextes de production des connaissances, sur la relation de la connaissance avec les figures du collectif ou avec les modalités de l’action et de la pratique (sur ce dernier aspect, cf. Pharo & Quéré, 1990).

  • 3 En articulant l’homologie posée par Durkheim et Mauss (1971) à une figure politique marxiste de lut (...)

8Sous l’apparente neutralité objective des connaissances formelles peuvent être dévoilés des intérêts collectifs dont la prise en compte oriente vers une lecture politique de la domination qu’elles entretiennent. Différentes œuvres sont convoquées à l’appui : l’homologie de Durkheim et Mauss entre formes symboliques et groupes sociaux, l’analyse wébérienne de la rationalisation bureaucratique et des ordres de domination, l’analyse marxiste des rapports et des intérêts de classes. Cette orientation a marqué les critiques adressées par la sociologie du travail aux réductions de l’activité à des prescriptions formelles d’ingénieurs, dans le cas du taylorisme notamment. Elle a permis aux sociologues des sciences et des techniques de rompre avec l’évidence formelle des énoncés scientifiques. Elle a aussi donné une impulsion première à une sociologie des classements sociaux comme enjeux de luttes entre groupes sociaux3.

9De Gouldner à Crozier et Friedberg, une sociologie des organisations formalisées s’est développée pour démontrer le pouvoir et les limites de la puissance ordonnatrice des règles dans les organisations. La capacité des acteurs à se jouer et à jouer des règles et autres formalités s’exerce en les retournant à leur profit et en construisant des îlots de pouvoir à partir du laissé pour compte de ces formes générales (Friedberg, 1993). La rétention d’information conduit à un « pouvoir de l’expert » dont dispose l’ouvrier face à celui du créateur de formes (Crozier, 1963). Le pouvoir est associé au contrôle de sources d’incertitudes. Une telle analyse peut se rapprocher du traitement, en économie, des inégalités d’accès à l’information, voire des restrictions apportées par les limites de la rationalité (Simon, 1981).

10L’interactionnisme s’attaque lui aussi aux modèles des comportements sociaux rapportés à des règles formelles et statiques. La notion de négociation est mise au premier plan : négociation entre des acteurs sur des rôles ou des identités dans l’« ordre négocié » (Strauss, 1992), négociation entre des mondes sociaux (Becker, 1988), négociation autour d’« objets frontières » entre différents mondes sociaux (Star & Griesemer, 1989) - c’est le cas notamment des outils de classement de l’information. Chez Goffman (1991), les formalités sont placées dans un décor plus large qui permet d’en examiner le revers et les coulisses et d’en différencier les « cadres ». Une orientation pragmatiste inspire ces travaux, qui est directement exploitée pour une sociologie des connaissances scientifiques reposant sur l’identification de « pratiques épistémiques » en deçà de la production d’énoncés formels (Knorr Cetina, 1993).

11Des courants sociologiques d’origines diverses, marqués par le pragmatisme américain, par l’ethnographie des techniques du corps, par des héritages phénoménologiques ou par le second Wittgenstein, ont en commun de mettre en évidence l’importance des pratiques informelles sous les formalités. Ce thème inspire aussi bien la sociologie de la domination symbolique de Pierre Bourdieu que la sociologie cognitive d’Aaron Cicourel ou le programme ethnométhodologique : dans ces différents cas, il suscite une théorie de la « raison pratique ». Il est aussi présent dans les courants de recherche sur les sciences et les techniques qui portent leur attention sur les ancrages pratiques du savoir-faire et sur les habiletés techniques faites de connaissances tacites et incorporées (Lynch, 1993 ; Collins, 1990). Comme en sociologie du travail, où la mise en évidence des pratiques qui s’écartent de l’application des règles est une orientation permanente (Terssac, 1992), la perspective contextualiste et interactionniste alimente une critique de l’illusion des performances attribuées en propre aux règles, codes, objets et repères formels, sociologie des sciences, à la place des idées et pensées des scientifiques, retrouve « des pratiques, des corps, des lieux et des groupes ». Cette sociologie développée en France par Bruno Latour et Michel Callon, s’intéresse en outre à « des instruments, des objets, des nœuds, des réseaux » (Latour, 1995, nouvelle préface). Comme les approches précédentes qu’elle intègre souvent en proposant des extensions originales, elle critique l’idée que les formalismes abstraits seraient adéquats aux pratiques et ne demanderaient qu’à être appliqués. Les notions de « négociation » et d’« intérêt » sont généralisées pour comprendre des réseaux d’intéressement avec des actants non humains. À la différence d’autres mises en question des formalités, la nouvelle sociologie des sciences leur reconnaît une efficace propre pour des totalisations, évitant de les réduire sans reste à des intérêts spécifiques, des pratiques, des contextes.

12Reconnaître la place des formes de généralité, sans en ignorer les limites par rapport à d’autres modalités de connaissance, telle est l’orientation qui a guidé un programme de recherche portant sur la représentation de groupes sociaux et les tensions de généralité dans les affaires (Boltanski, 1982, 1984), les codages sociaux et les instruments de généralisation, les investissements de forme supportant des modes de coordination (Desrosières, 1977 ; Eymard-Duvernay, 1986 ; Thévenot, 1986), les relations entre les mises en équivalence et le sens du juste dans les justifications et les critiques. Cette orientation permet une réflexion sur les politiques des formes de connaissance qui s’intéresse à leur mise en forme, à leur équipement et à leur utilisation par des gouvernements, sans se limiter à des conflits d’intérêts ou à des manipulations stratégiques. En outre, l’attention aux opérations de jugement et à ses supports réalistes conduit à prolonger l’enquête vers des appréciations moins formalisées qui passent par des engagements de proximité avec les choses, par des usages et des repérages en personne et en corps (Conein, Dodier & Thévenot, 1993 ; Bessy & Chateauraynaud, 1995 ; Dodier, 1995).

13Ces différentes mises en question des formalités tendent à relativiser la force des règles et des informations formelles en soulignant que la connaissance ne repose pas uniquement sur le raisonnement et l’argumentation explicite. Elles déplacent l’attention vers l’ouverture de l’interprétation, vers l’ancrage pratique dans des situations ou l’extension en réseaux. Certaines de ces approches n’en ménagent pas moins une place aux formalités et tâchent d’en préciser l’efficace propre.

La critique de l’internalisme et de l’individualisme mental dans les sciences cognitives

14Les recherches en sciences cognitives se distinguent par une problématique différente puisque l’information, sa représentation ainsi que son traitement, y occupent une place centrale. La notion de système de traitement d’information prend appui sur une distinction entre deux types d’information : une information d’entrée et une information de sortie. Elle suppose une représentation de la manière dont l’information est rendue explicite (Marr, 1982). Par suite, la notion d’information se prête à des interprétations différenciées selon qu’elle est prise comme un point de départ ou comme le résultat d’une opération. Comme point de départ, l’information paraît sous forme d’une unité brute entre le naturel et l’interprété. Des orientations récentes en sciences cognitives réhabilitent une notion d’information objective et naturelle, indépendante de l’action et de l’intentionnalité (Drestke, 1988). Comme résultat, elle se présente comme produite ou construite à travers une théorie ou une conceptualisation. La notion de traitement de l’information laisse donc ouverte, à travers l’idée d’un processus d’entrée/sortie, la possibilité de préserver les deux aspects selon le moment et les états qui sont privilégiés dans l’analyse d’un processus.

15Les recherches cognitives vont trouver des relais dans des formes plus appliquées. La théorie formelle de l’information n’est pas indépendante du développement des formalismes computationnels, puis des systèmes informatisés de contrôle. Par ailleurs, la diffusion des technologies informationnelles a entraîné des changements significatifs à plusieurs niveaux : dans les volumes d’informations formelles et dans leur accessibilité, dans l’extension des réseaux de communication et dans les modèles automatisés directement liés au contrôle des tâches. L’évolution de l’ergonomie coïncide avec cette modification rapide de l’environnement quotidien du travail et de ses formes d’organisation. L’impact des technologies informatiques dans le domaine du pilotage, du contrôle et de la fabrication conduit à repenser le rôle des systèmes informationnels dans leurs relations à l’environnement et aux contextes. Aujourd’hui de nombreuses tâches se présentent, soit complètement, soit partiellement, comme des interactions avec des écrans ou des systèmes de commandes complexes. Ces nouveaux phénomènes posent des défis non seulement pour les sciences sociales mais aussi pour les sciences cognitives.

La redécouverte de la situation et de l’environnement

16Dans l’histoire toute récente des sciences cognitives, la notion de « traitement de l’information », pensée comme système naturel interne à l’agent, a suscité des réticences, puis des critiques explicites. Il faut noter l’important travail critique opéré par des chercheurs en sciences cognitives depuis les années 1980, qui témoigne d’un renouvellement des modèles d’analyse de la connaissance.

17Selon Agre et Rotenberg (1997), le développement des technologies de l’information a transformé notre paysage public et privé ; il oblige à s’écarter du modèle de traitement de l’information pour porter attention à la façon dont ces technologies modifient la mise en forme des activités humaines quotidiennes. La distinction contrastée entre une information d’entrée et une information de sortie devient en outre problématique lorsqu’elle est vue à travers la notion de base de données ou de base de connaissances. Ces bases informationnelles contiennent à l’état implicite les éléments du problème à résoudre.

  • 4 Sur ce point, voir le numéro spécial de Sociologie du Travail publié sous la direction de Bernard C (...)

18La critique du modèle séquentiel de traitement de l’information, issu principalement du programme classique de l’intelligence artificielle, incarné dans le General Problem Solver de Newell et Simon (1972), s’est traduite soit par un appel au contexte (cognition située), soit par la mise en cause des modèles de représentation symbolique de l’information (connexionnisme, cognition distribuée)4. Selon Norman (1993b), ce changement dans la conception de la cognition s’oppose au modèle du cognitivisme orthodoxe et peut se caractériser par deux traits : la cognition réelle est « opportuniste », car elle est réactive aux situations qui la contiennent (d’où le terme situated cognition) et contient peu de planification et de raisonnement ; elle est ancrée (embodied) dans le monde, l’environnement jouant un rôle important de guidage du comportement dans la mesure où, stabilisé, il fournit des contraintes, des repères ou des aides pour l’action.

19Cette mise en cause de ce qui a été appelé le « cognitivisme orthodoxe » (Andler, 1992) s’est incarnée dans des travaux divers, dont certains concernent directement les sciences sociales. La reconnaissance du caractère situé et pratique de la connaissance se traduit par un genre nouveau de recherche où l’on observe soit l’emploi d’un dispositif technologique complexe (cockpit d’avion, photocopieuse semi-automatisée), soit la manipulation d’objets dans un espace équipé (supermarché, bar, etc.). Les travaux de Jean Lave (1988) sur les activités cognitives ordinaires, comme l’arithmétique dans les supermarchés, ont porté au départ sur la critique de la notion la plus classique du cognitivisme orthodoxe, celle de problem solving. Lave, en mettant l’accent sur des activités cognitives qui ne prennent pas la forme de résolution de problème, montre que la conception de la tâche comme problème à résoudre ne donne aucun rôle à l’interaction avec l’environnement. Elle souligne que l’interaction avec des espaces normalisés (arenas) tient une place centrale dans l’exécution des activités, l’agent disposant de routines pour saisir immédiatement les opportunités dans le contexte immédiat de son action (setting).

20Les travaux de Donald Norman (1993a) sur les artefacts cognitifs ont renouvelé les modèles d’analyse de l’action en introduisant des cycles exécution/évaluation supportés par des objets. Ayant étudié la « psychologie des objets de la vie quotidienne », Norman (1988) a mis en évidence leur place dans l’étude de la cognition. Son analyse éclaire comment le contexte facilite l’action lorsque l’environnement est stabilisé au moyen d’artefacts. Ces artefacts ont des rôles divers car ils peuvent non seulement aider l’exécution mais aussi accomplir des fonctions cognitives de mémoire, de planification et d’orientation de l’attention.

21Les recherches de David Kirsh sur l’arrangement de l’espace précisent encore ce rôle actif de l’environnement en soulignant que toute normalisation de celui-ci suppose des opérations spécialisées de préparation. Le caractère routinier de l’activité n’est que le résultat de telles opérations de configuration, de stabilisation et de réarrangement de l’espace quotidien. Le rôle de ces configurations spatiales a été souligné dans les analyses de Conein et Jacopin (1994, 1996) portant sur les espaces de travail quotidien (cuisine, supermarché, bureau) où ces configurations sont traitées comme des projections de plan. Les recherches d’Edwin Hutchins (1995) sur la navigation et le pilotage d’avion introduisent un élément supplémentaire absent dans les critiques antérieures : le rôle du social. En soulignant le rôle de la distribution sociale de la cognition, il critique le caractère individualiste des modèles classiques de la cognition. Il suggère un changement d’unité d’analyse dans les études cognitives. Le problème du contexte lui apparaît alors secondaire par rapport à la nécessité d’introduire un tournant social dans les sciences cognitives : la cognition ne réside pas dans la tête des individus mais dans des systèmes dynamiques composés d’objets, de personnes en interaction et de processus d’étalement temporel. En effet, les modèles de la cognition située restent des modèles de l’action individuelle qui laissent de côté les aspects sociaux de la cognition. Hutchins considère que cette distribution cognitive doit s’analyser selon trois dimensions : sociale (distribution entre les membres du groupe réalisant l’activité), représentationnelle (coordination entre des structures internes et des structures externes), temporelle (distribution dans le temps de l’action).

Cognition distribuée et sociologie

22Il existe des similarités apparentes entre la notion de cognition distribuée et les enchaînements d’inscriptions mis en évidence en sociologie des sciences par Bruno Latour, qui préconise une sortie de la situation locale. Alors que l’inscription est un index pour Michael Lynch (1993), Latour privilégie l’objectivité du marquage. On pourrait cependant se demander si la notion d’inscription utilisée en sociologie pour traiter de l’information ne risque pas de conduire à une simple inversion de la notion de représentation interne qui a prédominé en psychologie cognitive. Alors que celle-ci privilégie les représentations mentales, le sociologue ne prendrait en compte que des représentations publiques, externes. Les opérations de représentation, ni internes ni externes, ne consistent-elles pas en une relation dynamique où l’information n’est pas toujours détachable ou localisable ? Ainsi, les représentations « inscrites » ne sont pas seulement physiques mais aussi des traces d’actions, de fonctions et d’intentions qui assurent des coordinations. Comme l’a souligné Kirsh (1995), ces représentations externes ne sont inscrites, et donc observables, que dans le cadre d’une préparation et d’une normalisation de l’environnement. Pour concevoir un cadre d’analyse plus large et opérer le changement préconisé par Hutchins, il faut donc non seulement envisager des formats différents mais aussi tenir des jugements et des engagements divers, inégalement publics.

23Cette variété des clôtures possibles de l’engagement et de la distribution de la cognition rejoint le problème des manières différentes de construire le collectif selon des garanties mutuelles. Pour Hutchins, il s’agit d’abord d’une question d’unité d’analyse : si le cockpit de l’avion paraît comme une unité pertinente, c’est qu’elle permet de sortir de l’idée de la cognition individuelle du pilote. Mais pourquoi ne pas prendre aussi l’aéroport comme une unité à partir du moment où l’on raisonne en termes de cognition distribuée ?

24Une autre manière de comprendre cette ouverture du cognitif vers le social est d’envisager les différences dans les jugements ou l’engagement dans l’action qui peuvent se manifester dans les réactions à un accident. L’ajustement immédiat du pilote à son entourage local procède par routines visuelles à partir de repères égocentrés, non publics. S’il conduit à des « réparations », celles-ci ne permettent pas d’imputer clairement des responsabilités et ne restent observables que dans le cadre local du cockpit. La caractérisation en termes d’accident ou d’erreur conduit en revanche à attribuer des responsabilités individuelles qui supposent un agent intentionnel et des attributions fonctionnelles. La disqualification publique est l’une de ces réactions, qui sous-entend des qualifications conventionnelles conduisant à une modification de l’échelle d’analyse.

Présentation des articles

25Les différentes sensibilités qui traduisent ces nouvelles convergences s’expriment dans ce numéro. Un premier ensemble de textes traite des représentations de l’information, de leur inscription dans des objets et des environnements, de leur façonnement dans des pratiques, de leur mise en forme dans des organisations.

26Bernard Conein souligne l’implication des objets comme supports d’information. Il montre qu’il existe deux versions de l’action située, chacune exprimant une conception particulière de la relation entre les objets et l’action, ainsi qu’entre l’information et l’action. Il distingue deux modèles d’analyse : un modèle interprétatif où les propriétés de l’objet se caractérisent par la façon dont les personnes s’orientent ou se coordonnent, et un modèle spatial qui conçoit l’objet à partir d’une interaction entre l’agent et son environnement physique immédiat. Dans le premier cas, le problème de la compréhension de l’action prédomine, l’interaction sociale étant fondée sur des interprétations liées à la communication verbale accompagnant l’action. Dans le second, l’interaction est écologique et contrôlée par des couplages perception/action liés à la mise en œuvre de routines.

27La contribution de Karin Knorr Cetina porte sur la création de connaissances au sein de laboratoires scientifiques. Étudiant la manière dont des physiciens des hautes énergies traitent leurs dispositifs de saisie de l’information (détecteurs), l’auteur montre que les chercheurs reconfigurent ces instruments techniques en leur attribuant des propriétés d’agents cognitifs, sociaux et même moraux, d’ordinaire réservées à des êtres vivants. C’est dans le contexte quotidien du laboratoire que de telles représentations émergent : elles ne se réduisent donc pas à des métaphores employées dans des rhétoriques de communication sociale entre scientifiques et profanes. Ces figures rendent compte du type d’information, d’attente et d’incertitude qui marque la relation des chercheurs avec ces instruments de connaissance.

28Françoise Acker souligne que la compétence propre au travail infirmier est invisible parce que dissimulée par la prédominance accordée au médecin. À partir d’outils de formalisation du travail quotidien dus à l’introduction de l’informatique, les infirmières modifient la représentation de leur activité, avec des effets en retour sur celle-ci. Au centre de la mise en forme de leur travail, le dossier de soins est un enjeu important de mobilisation du savoir puisqu’il donne accès aux informations détaillées sur le malade et participe d’un diagnostic infirmier. Le format d’information utilisé assure la publicité du contrôle de l’application des soins. L’outil de représentation est cependant composite parce qu’il enregistre des repères personnels et corporels aussi bien que des généralisations de diagnostic, offrant la possibilité de traductions entre le patient et le médecin.

29Un autre ensemble de communications porte sur les relations sociales qui se nouent autour de l’utilisation d’équipements informatiques : leur identification sociale et leur mise en valeur professionnelle, leur socialisation dans des lieux publics, le genre de coopération qu’ils permettent d’instaurer, les figures originales de collectifs qui se construisent à partir de rapports d’exploration, de familiarisation ou de détournement des fonctionnalités.

30À partir d’enquêtes statistiques et d’entretiens approfondis sur les utilisations de l’informatique au travail, Jean-Pierre Faguer et Michel Gollac dessinent différents scénarios de mise en valeur de compétences informatiques dans des itinéraires professionnels. Le flou dans la définition d’un objet à prétention universelle (l’« ordinateur ») et l’infiltration de l’informatique dans des équipements divers favorisent des usages sociaux « classants » et peuvent offrir la possibilité d’une redéfinition du poste, accompagnée ou non d’une reconnaissance statutaire. Les différences ne tiennent pas seulement à des niveaux de maîtrise technique mais à la socialisation des utilisateurs dans des réseaux d’entraide qui leur confèrent une compétence collective. Secrétaire pour un cadre, patron pour une secrétaire, outil manuel pour un ouvrier, l’ordinateur est très diversement traité dans son rapport avec l’usager.

31Les équipements informatiques ne s’insèrent pas seulement dans des organisations de travail ; ils se déploient aussi dans des lieux publics, tels les automates remplaçant les guichetiers vendeurs de titres de transport. Quelles conséquences en résultent sur la façon dont s’effectuent des apprentissages, des coopérations, et dont se gèrent des démêlés ? En s’appuyant sur des enregistrements vidéo, Marc Breviglieri examine les coopérations, les entraides techniques et les manipulations conjointes qui naissent au sein des files d’attente. Dans de tels sites, les rapports personnels de manipulation et de communication avec l’objet technique sont plongés dans des rapports publics obligeant les agents à composer avec des engagements multiples : exploration et familiarisation personnelle, discipline fonctionnelle, civilité publique.

32Christian Heath et Jon Hindmarsh montrent comment les objets sont socialement construits par des interactions et reconfigurés selon chaque contexte d’emploi. Ils soulignent que les propriétés et les aspects des objets sont dépendants de la façon dont les usagers rendent manifestes les propriétés appropriées. C’est la manière dont des agents coordonnent mutuellement leur attention envers des artefacts en leur attribuant des propriétés particulières selon les moments d’une activité qui fait que les objets ont un rôle dans l’action. Des traits de l’environnement sont rendus manifestes par cette forme locale de coordination.

33Parmi les utilisations des équipements informatiques, certains s’écartent particulièrement des fonctionnalités et des repères conventionnels inscrits dans la machine pour impliquer à la fois une personnalisation extrême de l’usage et une mise en commun à partir de démonstrations publiques (« démos ») des prouesses singulières. Nicolas Auray étudie les pratiques des hackers qui cherchent, par des usages déviants, à dépasser les capacités de l’équipement tout en se dépassant eux-mêmes. Documentant une sociologie de l’usage, sa contribution nous renseigne sur les processus concrets d’exploration inventive et les possibilités de retour de l’innovation d’usage sur la conception. Mais elle nous donne à voir aussi un collectif d’usagers stabilisé, rassemblé autour d’aspirations communes et d’idéaux opposés à la normalisation informatique, entretenu par la confrontation d’œuvres expertes suscitant des effets émotionnels.

34La troisième partie porte sur les relations entre information et politique. Au-delà du thème classique du pouvoir que confère le contrôle de l’information, les contributions explorent différents lieux où se nouent des liens étroits entre la mise en forme d’informations et la mise en ordre de rapports sociaux : opérations de l’État ou de macro-acteurs, normalisation et métrologie régissant l’objectivité.

35La normalisation est l’un de ces lieux, comme on le voit à la place qu’occupe, dans la construction européenne, un gouvernement par les normes de qualité s’étendant progressivement de la qualité des biens aux compétences élémentaires des personnes. L’analyse de ce gouvernement amène Laurent Thévenot à reconsidérer les deux notions de norme et d’information. La police des qualités sur laquelle repose le dispositif de normalisation oblige à dépasser les distinctions admises entre normes sociales, normes techniques et normes du vrai. Elle incite aussi à rapporter des formats d’information à des types d’engagement pour lesquels ces informations offrent des garanties de normalité. Le recul critique à l’égard des constructions politiques dans une « société cognitive » suppose une ouverture critique à la pluralité des formats d’information.

36Une relation classique entre information et pouvoir est figurée par l’image du Big Brother qui accumule une information centralisée et secrète sur des personnes surveillées afin d’en contrôler les agissements. Philip Agre montre qu’un autre modèle se met aujourd’hui en place à partir des technologies informatiques utilisées pour la gestion des entreprises. Décentralisés et opérant en temps réel, des dispositifs multiples d’identification et de suivi des activités sont connectés par des réseaux de télécommunications et participent d’un « modèle de capture » différent du précédent. Loin de collecter simplement des informations, ces opérations informatiques de représentation imposent une « grammaire de l’action » dont on doit mesurer les effets en retour sur le cours des activités pour en comprendre les implications politiques.

37Alain Desrosières souligne que les controverses sur la valeur statistique se déroulent à la fois sur le terrain scientifique et civique. Dans le premier contexte, la controverse reste principalement « cognitive » alors que dans le second contexte, elle prend un visage à la fois institutionnel, normatif et communicationnel. Cette dualité de l’information statistique a une origine historique dans la manière dont l’État administratif s’est constitué : l’accroissement de l’État évoluant parallèlement au développement des procédures statistiques. Cette dualité de forme explique l’hétérogénéité des justifications à l’œuvre dans les statistiques.

38S’inspirant de la formule de Marx selon laquelle la technologie est du « travail solidifié », Geoffey Bowker et Susan Leigh Star montrent, à partir de la Classification internationale des maladies, comment de telles classifications solidifient des valeurs, des rhétoriques, des décisions et des organisations, dans des formes transportables, utilisables pour des décisions de responsables de politiques. Les auteurs montrent que l’établissement de ces listes, destinées à coordonner des activités distribuées dans des organismes de collectes divers, est nécessairement conflictuel. Envisagées comme des « objets frontières » qui habitent simultanément plusieurs mondes sociaux sans pouvoir les unifier complètement, ces constructions pragmatiques ne résultent pas simplement de l’imposition de schèmes universels de normalisation.

Bibliographie

Agre Philip E. & Marc Rotenberg (eds) (1997), Technology and Privacy. A New Landscape, Cambridge, MA, MIT Press.

Andler Daniel (1992), « Calcul et représentation : les sources », in Id. (ed.), Introduction aux sciences cognitives, Paris, Gallimard.

Becker Howard (1988), Les mondes de l’art, Paris, Flammarion [1982].

Bessy Christian & Francis Chateauraynaud (1995), Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Métailié.

Boltanski Luc (1982), Les cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Minuit.

Boltanski Luc (avec Darré Yann & Marie-Ange Schütz) (1984), « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, 51, p. 3-40.

Bourdieu Pierre & Luc Boltanski (1974), « Le titre et le poste. Rapports entre le système de production et le système de reproduction », Actes de la recherche en sciences sociales, 2, p. 95-107.

Collins Harry (1990), Artificial Experts. Social Knowledge and Intelligent Machine, Cambridge, MA, MIT Press.

Conein Bernard (1994), La représentation des catégories sociales. Taxinomie et classification, Paris, École des hautes études en sciences sociales, mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, 203 p.

Conein Bernard & Éric Jacopin (1994), « Action située et cognition : le savoir en place », Sociologie du travail, XXXVI (4), p. 475-500.

Conein Bernard & Éric Jacopin (1996), « Projected Plans and Situated Activity. Inventory of Objects and Workspace », Proceedings of AAAI, Embodied Cognition and Action, AAAI Press.

Conein Bernard, Dodier Nicolas & Laurent Thévenot (eds) (1993), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons pratiques », 4).

Crozier Michel (1963), Le phénomène bureaucratique, Paris, Seuil.

Desrosières Alain (1977), « Éléments pour l’histoire des nomenclatures socioprofessionnelles », in J. Affichard (ed.), Pour une histoire de la statistique, t. 1, Paris, INSEE, p. 155-231.

Desrosières Alain & Laurent Thévenot (1988), Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte.

Dodier Nicolas (1995), Les hommes et les machines, Paris, Métailié.

Drestke Fred (1988), Explaining Behavior, Cambridge, MA, MIT Press.

Durkheim Émile & Marcel Mauss (1971), « De quelques formes primitives de classification. Contribution à l’étude des représentations collectives », in M. Mauss, Essais de sociologie, Paris, Minuit [1903].

Eymard-Duvernay François (1986), « La qualification des produits », in R. Salais & L. Thévenot (eds), Le travail. Marché, règles, conventions, Paris, INSEE-Economica, p. 239-247.

Favereau Olivier (1997), Notes sur la théorie de l’information à laquelle pourrait conduire l’économie des conventions, Nanterre, Université Paris X, FORUM, ms.

Fradin Bernard, Quéré Louis & Jean Widmer (eds) (1994), L’enquête sur les catégories. De Durkheim à Sacks, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons pratiques », 5).

Friedberg Erhard (1993) Le Pouvoir et la règle. Dynamique de l’action organisée, Paris, Seuil.

Goffman Erwin (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit [1974].

Hutchins Edwin (1995), Cognition in the Wild, Cambridge, MA, MIT Press.

Kirsh David (1995), « Intelligent Use of Space », Artificial intelligence, 73, p. 31-68.

Knorr Cetina Karin (1993), Epistemic Cultures. How Scientists Make Sense, Chicago, Chicago University Press.

Latour Bruno (1993), La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, Gallimard (« Folio »).

Lave Jean (1988), Cognition in practice, Cambridge, Cambridge University Press.

Lynch Michael (1993), Scientific Practice and Ordinary Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Marr David (1982), Vision, Cambridge, MA, MIT Press.

Newell Allen & Herbert A. Simon (1972), Human Problem Solving, Englewood Cliffs, N.J., Prentice-Hall.

Norman Donald A. (1988), The Design of Everyday Things, New York, Doubleday.

Norman Donald A. (1993a), « Les artefacts cognitifs », in B. Conein, N. Dodier & L. Thévenot (eds), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons pratiques », 4), p. 15-34.

Norman Donald A. (1993b), « Cognition and Connexionism », Royaumont, Compositionality in Cognition and Neural Networks, June 29-30.

Pharo Patrick & Louis Quéré (eds) (1990), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons pratiques », 1).

Simon Herbert A. (1981), The Sciences of the Artificial, Cambridge, MA, MIT Press.

Star Susan Leigh & James R. Griesemer (1989), « Institutional Ecology, “Translations”, and Boundary Objects. Amateurs and Professionals in Berkeley’s Musemum of Vertebrate Zoology, 1907-1939 », Social Studies of Science, 19, p. 387-420.

Strauss Anselm (1992), La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan.

Terssac Gilbert de (1992), Autonomie dans le travail, Paris, Presses universitaires de France.

Thévenot Laurent (1979), « Une jeunesse difficile. Les fonctions sociales du flou et de la rigueur dans les classements », Actes de la recherche en sciences sociales, 26-27, p. 3-18.

Thévenot Laurent (1986), « Les investissements de forme », in L. Thévenot (ed.), Conventions économiques, Paris, Presses universitaires de France (« Cahiers du Centre d’étude de l’emploi »), p. 21-71.

Notes

1 L’acclimatation, dans certains courants d’économie, de la psychologie de Herbert Simon et l’introduction plus récente d’approches sociales de la cognition favorisent des traitements des connaissances plus proches des deux mouvements critiques présentés ici. Voir Favereau (1997).

2 Ce volume fait suite à des séminaires qui, au cours des années 1994-1996, ont été organisé par Bernard Conein, Alain Desrosières et Laurent Thévenot à l’Institut international de Paris-La Défense, dans le cadre du programme de recherche « Conventions et coordination de l’action ». Développé en rapport avec le Centre d’études de l’emploi, ce programme a bénéficié d’une aide du ministère de la Recherche ayant permis d’inviter des intervenants étrangers.

3 En articulant l’homologie posée par Durkheim et Mauss (1971) à une figure politique marxiste de lutte des classes, Bourdieu et Boltanski (1974) ont accentué la portée critique en développant une approche des « luttes de classement » comme luttes de classe. Les affrontements autour des frontières et des critères de classement masquent ou euphémisent des oppositions d’intérêts impliqués notamment dans la construction de nouveaux classements et catégories (Thévenot, 1979 ; Desrosières & Thévenot, 1988). Pour des éclairages sur de tels phénomènes, voir certains éléments des contributions de Jean-Pierre Faguer et Michel Gollac, et de Françoise Acker.

4 Sur ce point, voir le numéro spécial de Sociologie du Travail publié sous la direction de Bernard Conein (1994).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search