Versione classicaVersione mobile

La folie dans la place

 | 
Isaac Joseph
, 
Joëlle Proust

Critiques

La schizophrénie comme dérèglement de l’action1

Schizophrenia as a Disorder in Action Monitoring

Die Schizophrenie als Störung des Handlungsverlaufs

Élisabeth Pacherie

Abstract

The author introduces and criticizes C. Frith’s well-known book about schizophrenia, now available in French. In this book. Frith offers a neuropsychological explanation of schizophrenia and argues that it results from a disorder in the processes of action regulation.

Testo integrale

  • 1 À propos de : Christopher D. Frith, Neuropsychologie cognitive de la schizophrénie, trad. de l’angl (...)

1Paru en anglais en 1992, le livre de Christopher Frith dont la traduction française est désormais disponible marque une étape importante dans les recherches sur la schizophrénie. D’une part, il s’agit d’un des premiers ouvrages à présenter une synthèse des recherches effectuées sur les aspects cognitifs, des troubles schizophréniques. D’autre part, le modèle explicatif proposé par Christopher Frith exploite pour la première fois, de manière systématique, l’hypothèse selon laquelle les manifestations schizophréniques ont leur origine dans un dysfonctionnement des mécanismes et des processus impliqués dans l’initiation, le contrôle et la régulation de l’action.

2Les premiers chapitres précisent le cadre théorique dans lequel s’inscrit le projet de l’auteur. Ainsi que celui-ci le souligne lui-même, l’ambition de l’ouvrage est assez précisément indiquée par son titre. Il ne s’agit pas d’un traité sur la schizophrénie qui embrasserait, outre la dimension psychologique, les dimensions médicale, épidémiologique et sociologique du phénomène, mais d’une lecture neuropsychologique se concentrant sur ses aspects cognitifs. Son objectif premier est d’identifier les altérations du traitement de l’information sous-jacentes aux manifestations schizophréniques et de mettre en rapport une description cognitive des troubles observés avec des anomalies du fonctionnement cérébral.

3Reprenant la question de la définition nosologique de la schizophrénie, Christopher Frith évite l’insoluble problème d’une définition clinique en se concentrant sur les signes et les symptômes plutôt que sur la maladie prise globalement. Il part de la distinction proposée par Tim Crow en 1980 entre symptômes positifs et symptômes négatifs de la schizophrénie. Dans la conception de Crow, les symptômes positifs correspondent aux manifestations qui sont anormales par leur présence (hallucinations, idées délirantes, incohérence du discours) tandis que les symptômes négatifs se caractérisent par l’absence anormale de certaines manifestations ou conduites (émoussement des affects, apragmatisme et pauvreté du discours). Frith souligne toutefois que cette définition de deux classes de symptômes fondée sur l’opposition entre présence anormale et absence anormale pose des problèmes. Elle conduit notamment à classer les stéréotypies comportementales parmi les symptômes positifs, alors qu’elles sont normalement associées aux symptômes négatifs. Il propose donc de reformuler la distinction dans les termes suivants : les symptômes positifs seront définis en termes d’expériences subjectives anormales et les symptômes négatifs comme des comportements anormaux. Dans cette conception, les stéréotypies et l’incohérence du discours doivent donc être considérées comme des signes négatifs.

4Frith dresse ensuite un bilan des données confortant l’hypothèse d’anomalies cérébrales dans la schizophrénie. Les arguments en faveur d’une théorie dopaminergique sont examinés et l’auteur discute les différentes hypothèses quant au mode d’action des médicaments antipsychotiques sur le système dopaminergique. Plus récemment, le développement des techniques d’imagerie cérébrale a mis en évidence l’existence d’anomalies cérébrales structurales. On a pu observer chez les schizophrènes un élargissement des cavités ventriculaires, notamment au niveau de la corne temporale. Toutefois cet élargissement ventriculaire ne s’observe que chez une partie des schizophrènes, où il semble corrélé à la présence de signes négatifs. De plus, il n’est pas propre à la schizophrénie. La portée de cette découverte reste donc objet de discussion. En bref, si, au vu des données disponibles, il semble peu discutable que la schizophrénie soit associée à l’existence d’anomalies cérébrales patentes, reflétant une perturbation neuro-développementale, la nature précise des relations entre ces anomalies et les différents signes et symptômes de la maladie est loin d’être élucidée.

5Or, les modalités de la mise en rapport des processus mentaux et des processus cérébraux sont extrêmement délicates. Frith met en garde contre le raccourci dangereux consistant à assigner directement des causes physiologiques aux symptômes schizophréniques en faisant l’économie d’un niveau d’explication psychologique intermédiaire. D’une part, cette manière de procéder est méthodologiquement critiquable, dans la mesure où, étant donné le grand nombre de facteurs non contrôlés dans l’expérimentation, la probabilité est grande de trouver des corrélations sans pertinence ni signification. D’autre part, à supposer même qu’une corrélation entre une anomalie physiologique et certains symptômes schizophréniques soit pertinente, son existence ne nous fournit qu’une explication incomplète. Pour disposer d’une explication épistémologiquement satisfaisante, il faut encore pouvoir expliquer comment une anomalie cérébrale peut donner lieu à une expérience subjective anormale. Frith défend une approche d’obédience fonctionnaliste, consistant à distinguer deux niveaux d’explication : un niveau psychologique, où l’expérience subjective est analysée en termes de processus mentaux, et un niveau physiologique, les deux niveaux devant idéalement pouvoir être mis en correspondance étroite. Dans cette conception, une approche neuropsychologique de la schizophrénie comportera deux étapes distinctes : une description des troubles schizophréniques au niveau psychologique, puis une spécification de la correspondance entre cette description et les anomalies physiologiques.

6Ayant ainsi dessiné le cadre théorique et méthodologique dans lequel s’inscrit son projet, Frith propose dans la suite du livre une analyse des anomalies comportementales, des troubles de l’expérience subjective et des troubles de la communication. Il développe l’hypothèse générale selon laquelle ces différents symptômes schizophréniques sont liés à une perturbation des mécanismes d’initiation et de régulation de l’action. Plus précisément, il défend l’idée qu’une altération des processus impliqués dans l’initiation de l’action serait responsable de la symptomatologie négative, tandis qu’une atteinte des processus assurant le contrôle de l’action serait responsable de la symptomatologie positive.

7Frith considère que les anomalies comportementales, généralement associées aux formes chroniques de la schizophrénie même si elles peuvent parfois être présentes à des stades précoces, sont secondaires par rapport au processus pathologique spécifique, les symptômes positifs devant plutôt être considérés comme nucléaires. Il écarte toutefois la suggestion selon laquelle ces signes négatifs refléteraient une stratégie adoptée pour pallier aux anomalies cognitives sous-tendant la symptomatologie positive et ainsi atténuer son expression. La présence de signes négatifs étant plus fortement corrélée à la désinsertion sociale et à la détérioration cognitive que celle de symptômes positifs, il lui paraît en effet peu adéquat d’y voir une stratégie d’adaptation.

8Le modèle explicatif de la symptomatologie négative proposé se fonde sur la distinction entre deux types d’action : les actions stimulus-induites, effectuées en réponse directe à des stimuli environnementaux, et les actions spontanées ou auto-initiées, résultant de la mise en œuvre de plans d’action en vue de la réalisation d’un but. Partant de l’observation que la perte des comportements normaux chez les schizophrènes présentant des signes négatifs semble tenir spécifiquement aux situations dans lesquelles l’action doit être amorcée par le patient lui-même, Frith avance l’hypothèse que ces patients souffriraient d’une perturbation spécifique de la voie des actions spontanées, d’où résulterait une difficulté à générer des actions volontaires à partir des buts fixés. Cette perturbation pourrait entraîner trois types d’anomalies : 1) un appauvrissement de la production des actions (s’étendant aux domaines du discours et de la pensée) ; 2) des actions « persévératrices » et stéréotypées, l’absence de lien entre but et action ne permettant pas la définition d’un terme de l’action ; 3) des actions inappropriées, stimulus-induites, le mécanisme gouvernant l’action volontaire ne pouvant plus jouer son rôle inhibiteur.

9Ces manifestations négatives se rencontrent également chez certains patients neurologiques, notamment les parkinsoniens et les patients porteurs de lésions frontales. Le modèle proposé par Frith présente d’ailleurs de fortes similitudes avec le modèle de contrôle de Faction développé par Tim Shallice (1988) pour rendre compte des anomalies comportementales observées chez les patients frontaux. Toutefois, Frith souligne que ces manifestations communes pourraient résulter d’altérations à des niveaux différents du contrôle de Faction volontaire. Alors qu’une lésion du cortex préfrontal conduirait à l’impossibilité de former des plans d’action appropriés et qu’une lésion des ganglions de la base n’altérerait ni la capacité à former des plans d’action, ni la capacité à traduire ceux-ci en intentions d’action, mais toucherait la capacité d’exécution de Faction, les altérations associées aux anomalies comportementales de la schizophrénie se situeraient à un niveau intermédiaire. Au plan cognitif, cela signifierait que le patient schizophrène peut élaborer un plan d’action, mais ne peut pas effectuer Faction correspondante. Au plan physiologique, cela signifierait qu’il existe une dysconnexion entre le cortex préfrontal et les régions sous-corticales impliquées dans le contrôle de Faction.

10Malgré son insistance sur la nécessité de développer une description des troubles schizophréniques au niveau psychologique, on peut reprocher à Frith le caractère trop peu précis de son modèle. On peut en particulier s’interroger sur la nature exacte de la distinction entre intention d’action stimulus-induite et intention volontaire. Les théories centralistes de Faction en neurophysiologie (Jeannerod, 1993, 1994) soutiennent que la plupart des actions humaines dérivent de processus autonomes internes au sujet et sont fondées sur des représentations motrices centrales, normalement inconscientes, qui anticipent les interactions entre le sujet et son environnement. Selon cette conception, la plupart des actions stimulus-induites, à l’exception des simples réflexes, font intervenir des représentations motrices au même titre que les intentions volontaires. Il n’y a alors pas lieu de considérer qu’intention volontaire et intention stimulus-induite se distinguent par leurs propriétés intrinsèques. Si distinction il y a, cette distinction concerne leurs propriétés relationnelles, les intentions volontaires se caractérisant par leur relation particulière aux plans et buts du sujet. L’idée que le schizophrène présentant des signes négatifs puisse former des plans d’action, à défaut de les réaliser, paraît également sujette à caution. Elle semble reposer sur le présupposé que l’intégrité du cortex frontal est non seulement nécessaire, mais encore suffisante pour que des plans d’action puissent être élaborés. L’explication que Frith donne lui-même, dans la suite de l’ouvrage, des idées délirantes et d’autres expériences xénopathiques repose sur l’idée que la pensée est une forme d’action mentale. Si l’on accepte cette idée, on devrait considérer la possibilité que les patients présentant des symptômes négatifs rencontrent également des difficultés dans la construction délibérée de plans d’action.

11Dans son cinquième chapitre, Christopher Frith propose un modèle explicatif des troubles de l’expérience subjective constitutifs de la symptomatologie positive de la schizophrénie. Traditionnellement, ces troubles sont différenciés en hallucinations, qui correspondraient à des perceptions fausses, et en idées délirantes, qui correspondraient à des croyances fausses. Frith estime que cette distinction n’est pas justifiée. Il examine tout d’abord la question des hallucinations schizophréniques qui sont, dans la plupart des cas, de type acoustico-verbal. Il retient la théorie de l’hallucination fondée sur l’output qui, très schématiquement, soutient que le patient se parle à lui-même mais perçoit la voix comme provenant de l’extérieur. On a effectivement pu mettre en évidence la présence d’une activité de la musculature périphérique de l’élocution chez des patients hallucinés au moment où se produisaient leurs hallucinations. Toutefois, le discours intérieur peut également opérer au niveau plus profond des codages centraux du contrôle du discours, donc en l’absence de production sonore ou d’activité musculaire détectables. Si les hallucinations sont effectivement produites par un discours intérieur, il faut expliquer pourquoi les patients sont incapables de reconnaître qu’ils ont eux-mêmes eu l’initiative de cette activité et l’attribuent à tort à un agent externe.

  • 1 Les traducteurs ont pris le parti de conserver les termes anglais monitoring et self-monitoring. Il (...)

12C’est ici que Frith introduit le concept clef de self-monitoring1. Les patients hallucineraient parce qu’ils souffriraient d’un déficit du monitoring de leurs propres actions. La notion de self-monitoring est à mettre en relation avec les phénomènes que les physiologistes appellent « décharges corollaires » ou « copies d’efférences ». Lorsque nous bougeons les yeux, le monde nous paraît rester immobile alors même que l’image visuelle se déplace sur la rétine. Pour expliquer ce phénomène, on a fait l’hypothèse que lorsqu’une commande motrice est envoyée aux muscles oculaires, une « décharge corollaire » est envoyée au système visuel et lui permet de compenser le déplacement de l’image dû à ce mouvement. Ce mécanisme permet donc d’opérer une distinction entre les modifications de l’image rétinienne qui résultent de nos propres mouvements et ceux qui sont dus au déplacement des objets vus. Ce mécanisme de décharge corollaire ne vaut pas seulement pour les mouvements oculaires, mais également pour les mouvements des membres et aussi vraisemblablement pour la production verbale. Frith se range donc à l’avis d’un certain nombre d’auteurs qui pensent qu’un dysfonctionnement de ce type de processus de self-monitoring pourrait être à la base des expériences hallucinatoires.

13Toutefois, l’originalité de son modèle consiste à généraliser cette hypothèse et à considérer que certaines formes de délire pourraient également avoir leur source dans un déficit du self-monitoring. On rencontre traditionnellement deux explications concurrentes du délire. Selon la première, les idées délirantes naissent de l’application de processus inférentiels, fonctionnant normalement, à une expérience ou à une perception aberrante. Selon la seconde, le délire provient de l’application de processus de raisonnement aberrants à des informations perceptives normales. Frith soutient qu’il existe assez peu d’éléments en faveur de la thèse d’une altération des processus inférentiels généraux dans le délire. S’il admet que certaines formes de délire, comme les délires de persécution ou les délires de référence, pourraient véritablement refléter des inférences erronées, celles-ci devraient être rapportées selon lui non à un dysfonctionnement des processus généraux de raisonnement, mais à un dysfonctionnement de processus cognitifs spécifiques qui interviennent dans le raisonnement social. Il suggère en revanche que certaines expériences délirantes telles que le syndrome d’influence ou l’intrusion de pensées pourraient être non pas des fausses croyances mais des jugements réflexifs portant sur des expériences anormales. L’explication qu’il avance repose sur l’hypothèse que les mécanismes de monitoring – la décharge corollaire, par exemple – interviennent non seulement pour les mouvements manifestes des membres et des yeux, mais également pour les actions masquées telles que « penser ». Une défaillance de notre système de monitoring interne pourrait nous amener à ressentir certaines de nos pensées comme étrangères et donc comme insérées dans notre esprit ; de la même manière, nos actions nous apparaîtraient déterminées par des forces extérieures si nous n’avions aucune conscience de notre intention d’agir. Certaines données expérimentales exposées par l’auteur semblent effectivement confirmer qu’il y a un dysfonctionnement du monitoring interne chez les patients schizophrènes présentant des symptômes positifs.

14Toutefois ce modèle me semble présenter certaines difficultés. Frith distingue deux niveaux de monitoring. À un premier niveau, le monitoring de l’action, conçu comme un monitoring de la relation entre les actions et les événements extérieurs, nous permettrait de distinguer les causes endogènes ou exogènes des événements perçus. À un second niveau, le monitoring des intentions d’action permettrait de distinguer entre les actions générées à partir de nos propres buts et plans et les actions effectuées en réponse à des stimuli extérieurs ; il nous donnerait ainsi accès aux causes de nos actions. Tel qu’il est décrit, ce modèle à deux niveaux pose plusieurs problèmes. En premier lieu, il ne permet pas de rendre compte de toutes les formes d’action. Le monitoring de l’action, tel qu’il est défini, ne vaut que pour les actions susceptibles d’avoir un impact sur le monde extérieur. Les actions dites masquées ne semblent pouvoir relever que d’un monitoring de second niveau, visant à en distinguer les causes. Mais il est douteux que toutes nos actions masquées, en particulier nos pensées, se laissent ranger dans l’une ou l’autre des deux catégories des actions volontaires et des actions stimulus-induites. Une grande part de notre activité mentale peut avoir une origine endogène sans pour cela résulter de la mise en œuvre de plans conscients. Il arrive à chacun d’entre nous que certaines pensées lui viennent à l’esprit sans qu’il puisse en attribuer l’origine à un effort de réflexion volontaire ou à un stimulus extérieur. Ceci ne nous conduit pas normalement à attribuer à ces pensées une source étrangère. Pour rendre compte de ces phénomènes, il serait donc utile d’élargir la définition du monitoring de premier niveau de manière à ce qu’elle couvre tant les actions manifestes que les actions masquées, tout en admettant que ce monitoring peut opérer différemment selon le type d’action considéré. Mais cet élargissement permettrait aussi de rendre compte de certaines idées délirantes des schizophrènes en termes de défaillance du monitoring de premier niveau, sans que doive intervenir directement le monitoring de second niveau.

15Il peut être utile ici d’introduire une distinction fréquemment opérée par les philosophes entre plusieurs notions ou formes complémentaires d’intentionnalité (Livet, 1994). En un premier sens, parfois appelée conception adverbiale de l’intention (agir intentionnellement), une action est intentionnelle dans la mesure où elle a une cause mentale interne, est déclenchée par une intention motrice, d’ordinaire inconsciente, qui en guide et en contrôle le déroulement. En ce sens, tant nos actions volontaires que nos actions stimulus-induites sont intentionnelles et leur monitoring est le monitoring d’une intention d’action entendue comme intention motrice. Selon une deuxième conception, qu’on pourrait dire « téléologique », une action est intentionnelle en ce qu’elle vise un but, au sens d’un état final. Enfin, dans la conception substantive de l’intentionnalité (avoir l’intention d’agir), une action est dite intentionnelle si nous pouvons rapporter le but de l’action, au sens de l’état final visé, à nos buts et plans conscients. Ce que Frith appelle intention volontaire semble correspondre à une action intentionnelle en ce dernier sens. Toutefois, la nature de la relation entre l’intention motrice et l’intention substantielle, ou l’intention revendiquée, demeure extrêmement problématique, tant sur le plan philosophique que sur le plan physiologique. La question de savoir si l’intention substantielle peut constituer non seulement une raison mais une cause de l’action, et quelle serait le cas échéant la forme de son intervention causale, demeure l’objet de débats extrêmement vifs en philosophie de l’action. En conséquence, alors que la notion de monitoring de l’action peut être mise en correspondance de manière assez convaincante avec les phénomènes de décharge corollaire, il paraît en l’état actuel de la recherche extrêmement difficile de préciser ce à quoi pourrait renvoyer concrètement la notion de monitoring des intentions d’actions.

16Une hypothèse récemment avancée par Jeannerod (1994) fournit cependant une piste intéressante. Selon lui, l’image motrice serait la contrepartie consciente de l’intention motrice, l’une et l’autre faisant intervenir le même substrat représentationnel. La transition de l’inconscient au conscient serait une question de temps. Lorsque l’action est effectivement exécutée, le contenu de la représentation motrice correspondante n’accéderait pas à la conscience parce qu’elle serait annulée sitôt le mouvement exécuté. Si, en revanche, le temps de préparation motrice se trouvait accru par un blocage, un retard ou un échec de l’exécution, l’intention d’agir devrait pouvoir se transformer en image motrice consciente. On pourrait alors faire l’hypothèse que c’est l’inhibition de l’action qui, en rendant accessible le contenu de l’intention motrice, en permettrait la comparaison avec les buts et les intentions conscientes, et que c’est en fonction du résultat de cette comparaison que le feu vert serait ou non donné à l’exécution. On peut également faire l’hypothèse que la construction de plans d’action ferait intervenir un va-et-vient entre croyances et désirs et simulations motrices d’actions. Si un dysfonctionnement des mécanismes d’inhibition empêchait la formation d’images motrices conscientes, ce mode de contrôle et de planification de l’action pourrait être perturbé ou rendu impossible. Cette hypothèse reste toutefois spéculative et demande à être précisée. Il faudrait notamment clarifier la relation entre les différents niveaux d’inhibition de l’action, l’imagerie motrice et la conscience de nos intentions.

17Enfin, si Frith admet que certaines idées délirantes soient considérées comme des jugements réflexifs portant sur des expériences anormales, il soutient que les délires de référence et les délires de persécution reflètent un dysfonctionnement de processus inférentiels liés à l’attribution d’états mentaux et d’intentions à autrui. Or, il semble que la prise en considération de certains aspects de l’expérience psychotique pourrait nous permettre de rester plus près d’une hypothèse motrice, y compris dans ces cas. Henri Grivois (1995) a remarquablement décrit les phénomènes de dérèglement mimétique qui surviennent dans la psychose naissante et le bouleversement du vécu subjectif, notamment relationnel, qui découle de l’emballement du mimétisme moteur. Joëlle Proust (1995) a montré comment on pouvait rendre compte de la genèse cognitive du délire à partir de ces expériences sensorimotrices anormales au moyen de la théorie de la dissonance cognitive de Nisbett et Wilson (1977), sans devoir recourir à l’hypothèse d’une altération des processus de raisonnement.

  • 2 Voir notamment l’ouvrage de Baron-Cohen, Tager-Flusberg & Cohen (1993) pour une présentation de cet (...)

18On peut regretter que Frith s’éloigne dans son dernier chapitre des hypothèses motrices qui sous-tendent le reste de son ouvrage en les réinterprétant dans le sens d’une théorie métareprésentationnelle de la schizophrénie. Cette théorie constitue à mon sens l’aspect le moins satisfaisant de son modèle. Frith développe l’idée que les mécanismes cognitifs sous-jacents aux trois classes de manifestations schizophréniques – les troubles de l’action volontaire, les troubles du self-monitoring et les troubles du monitoring des intentions d’autrui (impliqués selon lui dans les délires de persécution et de référence) – constituent des cas particuliers d’un mécanisme plus général de métareprésentation sous-jacent à la conscience de soi. Cette proposition semble motivée par le désir de rendre compte des affinités entre symptômes schizophréniques et symptômes autistiques. Acceptant la théorie selon laquelle les troubles autistiques ont leur origine dans un déficit métareprésentationnel2, Frith défend l’idée que la capacité de self-monitoring dépend elle-même d’une capacité de métareprésentation. Les troubles de l’action volontaire découleraient alors d’une incapacité à se représenter ses propres buts, les troubles de l’expérience subjective d’une incapacité à se représenter ses propres intentions et les idées délirantes de persécution et de référence de l’altération de la capacité à représenter les intentions d’autrui.

19En faisant dépendre le self-monitoring de capacités métareprésentationnelles, Frith me semble inverser l’ordre explicatif. Premièrement, le monitoring de l’action tel que lui-même le décrit dans les chapitres précédents, en termes de « décharges corollaires » consistant à envoyer une copie d’une commande motrice vers certaines régions cérébrales, est un mécanisme subpersonnel qui n’exige certainement pas que l’organisme dispose d’une métareprésentation de ses buts. Deuxièmement, la notion de trouble métareprésentationnel peut s’entendre en deux sens au moins. Il peut s’agir de la perte de la capacité de former des représentations de second ordre, c’est-à-dire des représentations dont le contenu consiste en une relation d’un certain type entre un sujet et une représentation. Ou bien il peut s’agir d’une altération du contenu de ces représentations de second ordre. Manifestement, les schizophrènes restent capables de métareprésentation au premier sens : certaines de leurs idées délirantes sont de type métareprésentationnel. Les troubles métareprésentationnels des schizophrènes intéressent plutôt le contenu des métareprésentations et, notamment dans la symptomatologie positive, la partie du contenu qui spécifie l’auteur ou le possesseur de la représentation. On peut donc penser que la raison pour laquelle les schizophrènes présentent des troubles métareprésentationnels est que le matériau informationnel nécessaire à la formation de métareprésentations véridiques n’est pas accessible. Si, comme Frith lui-même l’admet, le rôle du monitoring des actions est de nous permettre de distinguer, parmi les modifications qui surviennent, celles qui résultent de nos propres actions et celles qui ont une origine externe, un dysfonctionnement de ce mécanisme rendrait cette information indisponible. De la même manière, en ce qui concerne la symptomatologie négative, pour pouvoir nous représenter nos buts, encore faut-il que nous en ayons. La perte de la capacité de générer des buts d’action pourrait donc être à la source de l’incapacité de se métareprésenter ces buts. Il semblerait donc plus pertinent de considérer que les difficultés métareprésentationnelles des schizophrènes sont la conséquence plutôt que la cause des troubles du monitoring et de l’initiation de Faction. On notera que ceci appelle une explication parallèle des troubles de l’autisme. Ainsi que le suggèrent les théories exécutives de l’autisme (Harris, 1993 ; Russell, 1996), les difficultés des autistes dans les tâches de mentalisation pourraient, elles aussi, être la conséquence d’un dysfonctionnement des processus impliqués dans le contrôle et l’initiation de l’action. L’autisme étant un trouble développemental précoce, les autistes, à la différence des schizophrènes, n’auraient quant à eux jamais disposé de la base informationnelle nécessaire à la construction de métareprésentations.

20Même si l’interprétation métareprésentationnelle avancée dans le dernier chapitre de l’ouvrage apparaît contestable et en porte-à-faux avec les hypothèses explicatives développées dans les chapitres précédents, on doit reconnaître à Frith l’immense mérite d’avoir le premier développé de manière systématique un modèle explicatif des symptômes schizophréniques privilégiant le versant de la motricité. Ce type d’approche mettant l’accent sur l’action et sur les mécanismes qui en assurent le contrôle et la régulation connaît aujourd’hui de nombreux développements tant dans la recherche sur la schizophrénie et sur l’autisme que plus généralement dans l’étude de la contribution de l’action à la structuration du moi cognitif. L’ouvrage de Frith aujourd’hui accessible au public francophone constitue donc un important jalon dans l’histoire de ces recherches.

Bibliografia

Baron-Cohen Simon, Tager-Flusberg Helen & Donald J. Cohen (eds) (1993), Understanding Other Minds, Oxford, Oxford University Press.

Grivois Henri (1995), Le fou et le mouvement du monde, Paris, Grasset.

Harris Paul (1993), «Pretending and Planning», in S. Baron-Cohen, H. Tager-Flusberg & D. J. Cohen (eds), Understanding Other Minds, p. 228-246.

Jeannerod Μarc (1993), « Intention, représentation, action », Revue internationale de Psychopathologie, 10, p. 167-191.

Jeannerod Μarc (1994), « The Representing Brain : Neural Correlates of Motor Intention and Imagery », Behavioral and Brain Sciences, 17, p. 187-246.

Livet Pierre (1994), La communauté virtuelle, Combas, Éditions de l’Éclat.

Nisbett Richard E. & Timothy D. Wilson (1977), « Telling More than We Can Know : Verbal Reports on Mental Processes », Psychological Review, 84, 3, p. 231-259.

Proust Joëlle (1995), « Vers une genèse cognitive de la centralité », in H. Grivois & J.-P. Dupuy (eds), Mécanismes mentaux, mécanismes sociaux, Paris, La Découverte, p. 67-95.

Russell James (1996), Agency. Its Role in Mental Development, Hove-Hillsdale, Lawrence Erlbaum.

Shallice Tim (1988), From Neuropsychology to Mental Structure, Cambridge, Cambridge University Press (trad. fr., Paris, Presses universitaires de France, 1995).

Note

1 Les traducteurs ont pris le parti de conserver les termes anglais monitoring et self-monitoring. Ils s’en expliquent dans une note liminaire, où ils soulignent que le sens dans lequel le terme est utilisé évolue au fur et à mesure du développement de la théorie et que sa traduction en français aurait nécessité l’emploi d’expressions différentes, rompant ainsi la continuité du développement théorique. On peut toutefois estimer que le mot « contrôle » n’a pas en français un sens si précisément défini qu’il ne puisse couvrir l’ensemble des emplois qui sont faits de monitoring dans le livre de Frith.

2 Voir notamment l’ouvrage de Baron-Cohen, Tager-Flusberg & Cohen (1993) pour une présentation de cette approche théorique de l’autisme.

Note di fine

1 À propos de : Christopher D. Frith, Neuropsychologie cognitive de la schizophrénie, trad. de l’anglais par B. Pachoud et C. Bourdet, Paris, Presses universitaires de France, 1996, 208 p. (« Psychiatrie ouverte »).

Autore

Philosophe, chargée de recherche au Centre national de la recherche scientifique, Paris.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1996

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search