Version classiqueVersion mobile

La folie dans la place

 | 
Isaac Joseph
, 
Joëlle Proust

Troubles de la conversation

Moralité voilée

Notes sur la discrétion en psychiatrie1

Veiled Morality. Notes on Discretion in Psychiatry

Resevierte Moralität. Betrachtungen zum Begriff der Diskretion in der Psychiatrie

Jörg R. Bergmann
Traduction de Isaac Joseph

Résumé

This paper is about the form of exploration underlying psychiatric examination : the psychiatrist obtains information not by asking, but by telling the candidate patients something about themselves. So psychiatric interviews have a pervasive element of discretion : the act of exploration is regularly done indirectly in the format of information eliciting tellings ; the object of exploration is redescribed in these tellings in an indirect and euphemistic manner. In such a phenomenon the peculiar meaning structure of psychiatry is reproduced : psychiatry is an institution twisted between medicine and morality.

Texte intégral

  • 1 Article paru dans l’ouvrage collectif édité par Paul Drew & John Heritage, Talk at Work. Interactio (...)

1Le phénomène que j’étudie ici a attiré mon attention lors d’un travail sur les données enregistrées au cours d’entretiens d’admission dans des hôpitaux psychiatriques en Allemagne (de l’Ouest). Dans ces entretiens, le travail d’évaluation du psychiatre consiste officiellement à décider de l’hospitalisation – volontaire ou non – d’une personne considérée comme malade mentale sur la base de sa conduite observable au cours de l’entretien. Habituellement la consultation psychiatrique ne comporte aucun examen médical ou formel de la personne qui se présente. Il s’agit plutôt d’une conversation qui semble s’organiser autour de l’enchaînement bien connu de « questions » et de « réponses » pré-attribuées ; de manière assez simple, le psychiatre pose des questions et le futur patient répond.

  • 1 Tous les extraits commentés dans cet article sont des traductions libres à partir de l’allemand.

2En étudiant ces entretiens, il apparaissait clairement pourtant que la formulation en termes de « questions » et de « réponses » était trop restrictive : habituellement, les psychiatres n’interrogeaient pas les futurs patients directement mais choisissaient d’autres formes d’exploration. Autrement dit, ces derniers réagissaient aux paroles du psychiatre en produisant des informations qui ne leur avaient pas été « demandées » explicitement. On peut décrire grossièrement cette forme d’exploration en disant que le psychiatre se met en quête d’informations sans questionner le futur patient mais en déclarant des choses qui le concernent. On trouvera un exemple de cette méthode d’interrogation dans le premier échange (1) : il s’agit d’un entretien d’admission au cours duquel le psychiatre discute avec un couple marié de l’opportunité de placer l’épouse en hôpital psychiatrique. Cette séquence se situe au tout début de la consultation1 :

3Deux événements intéressants se produisent au cours de cette séquence. Je n’en aborderai qu’un, en tenant compte de l’autre tel que l’analyse Gail Jefferson (1981).

4Analysant ce même fragment, Jefferson remarque un phénomène qui lui paraît curieux. À la ligne 4, le psychiatre semble solliciter une réponse (« Est-ce vrai ? – Is that correct ? ») alors qu’en fait le destinataire a déjà commencé à en proposer une (ligne 3 : « Eh bien c’est//l’opinion… – Yea : :h well that is//the opinion… »). Jefferson interprète ce passage comme une demande de réponse formulée alors même que celle-ci est déjà engagée – comme « la recherche d’une réponse postérieure à une réponse » selon ses termes – et analyse ce phénomène et ses conséquences tout au long de son article.

5Pour aborder le problème qui m’occupe, j’aborderai le même matériau de manière différente. Supposons que la ligne 4, « Est-ce bien vrai ? », soit simplement la suite du tour de parole du médecin, indiquant qu’il s’agissait là d’un tour préparatoire et aboutissant à une question. On pourrait alors se demander d’abord pourquoi Mme B. commence à répondre à ce moment-là. Sa réaction est-elle précipitée ? S’agit-il d’une simple bizarrerie de ce locuteur particulier, d’une habitude personnelle et idiosyncrasique, sans aucun intérêt sociologique ? Ou est-il possible d’identifier dans l’énoncé du psychiatre des implications séquentielles qui autorisent et même obligent le destinataire à ne pas attendre une question supplémentaire plus directe, mais à réagir à ce moment et en ce point précis ? Il n’y aurait alors aucune précipitation dans la réponse de Mme B., à la ligne 3 ; cette réponse ne serait pas « déplacée » (« verrückt », dans son double sens en allemand : « désorganisée » et « insensée »), mais tout à fait à sa place dans le temps de la conversation, de sorte que la manière dont le médecin la « reprend » relèverait en effet des commentaires que propose Jefferson. En ce cas, le phénomène observé devrait se produire dans d’autres situations et avec d’autres interlocuteurs, et se manifester avec une certaine régularité.

6Il n’est pas difficile de trouver d’autres exemples dans lesquels un destinataire répond à une question qui ne lui a pas été posée directement. En fait, un exemple de ce genre se trouve dans l’échange qui suit immédiatement entre le psychiatre et Mme B. Trente secondes après, en effet, le docteur F. qui s’est tourné vers le mari et discute avec lui (peut-être en réponse à une intervention qui précède, à la ligne 10) se retourne vers Mme B. :

7Lorsqu’il s’adresse à Mme B. (lignes 34-36), le psychiatre ne lui demande pas directement de lui fournir une information (autrement dit, il ne s’adresse pas à elle sous une forme interrogative) ; et son intervention n’est pas non plus suivie d’une question. Mais, tout comme dans l’extrait précédent, son initiative est néanmoins suivie d’une réponse immédiate du destinataire. Ce caractère immédiat est manifeste dans la manière dont Mme B. prend sa respiration avant de parler (ligne 37). En tirant profit de cette deuxième séquence on peut donc se dire que les deux énoncés du psychiatre sont conçus pour inviter la patiente à parler de son état. La première tentative est infructueuse puisque son affirmation implicite (« vous n’allez pas si bien que cela ») est rejetée par la destinataire, qui réplique par une contre-proposition (« Je vais très bien – I’m doing very well »). La seconde intervention serait ainsi une tentative renouvelée de susciter ce type de conversation. Dans le deuxième extrait, le psychiatre s’est adapté à la position de la patiente. Alors qu’il suggérait dans sa première tentative que Mme B. n’allait pas très bien, il avance maintenant que « apparemment, l’humeur n’est pas si mauvaise ». Du coup, la patiente ne se contente pas de confirmer cette reformulation opportuniste mais propose une justification élaborée de sa bonne humeur.

Explorer en « allant à la pêche »

8En comparant ces deux ouvertures proposées par le psychiatre : « Je viens d’apprendre, (0.8) que vous n’allez pas si bien » et « Je peux voir sur votre visage que : – (1.0) apparemment l’humeur n’est pas si mauvaise », on peut constater que les deux propositions ont des traits communs. J’aimerais, pour le moment, en examiner deux.

9Chacune de ces ouvertures comporte un constat qui concerne le destinataire et qui lui est adressé, ou, plus précisément, un constat adressé à la future patiente et concernant son état général, soit son état de santé et son humeur. Le destinataire est censé disposer en la matière d’une connaissance de première main.

10Dans les deux cas, le locuteur indique qu’il ne dispose que d’une connaissance indirecte et extérieure des faits auxquels il se réfère, et il l’indique en incluant dans ce qu’il dit une description de ses sources. Dans le premier extrait, il se réfère à un tiers absent dont il « vient d’avoir l’information ». Dans le deuxième extrait, il mentionne l’apparence observable du destinataire (« Je peux voir sur votre visage ») qui lui permet de faire une inférence sur son état interne (son « humeur »).

11À observer et à décrire ces traits communs aux deux ouvertures, on comprend que nous traitons ici d’un format d’énonciation qui n’est pas propre aux seules consultations psychiatriques ou aux contextes interrogatifs. Ce format d’énonciation est également fréquent dans les interactions quotidiennes. Anita Pomerantz (1980) a déjà étudié cette manière de rapporter une expérience et d’obtenir une information. Dans son article « Limited Access as a “Pishing Device” », Pomerantz attire l’attention sur des exemples de ce genre.

12En disant simplement « C’était occupé – Yer line’s been busy », l’appelant semble tenter avec succès d’obtenir de son interlocuteur qu’il lui révèle l’identité de la personne avec qui il était au téléphone et la raison pour laquelle la communication a duré si longtemps. Anita Pomerantz appelle « aller à la pêche » cette manœuvre par laquelle on amène un interactant à livrer volontairement une information et suggère que ces déclarations productrices d’informations fonctionnent en tenant compte de certaines contraintes cognitives. Un locuteur dont l’affirmation se réfère à un événement dont il n’a connaissance que de manière indirecte, indique ainsi qu’il ne dispose que d’un « accès limité » ; mais, en même temps, il signale le fait que le destinataire, « acteur et sujet » de cet événement, dispose d’un accès direct et « autorisé ». En décrivant la manière dont je prends connaissance d’un événement, je me réfère à un « événement objectif » dont ma description ne peut être que celle de quelqu’un d’extérieur. Pour reprendre l’expression de Pomerantz, ce n’est que « ma version des choses » : « Donner “ma version des choses”, lorsque mon interlocuteur est l’objet de l’expérience rapportée, est un moyen d’attribuer au destinataire une position de parole comme sujet acteur de l’événement en question.» (Pomerantz 1980, p. 193.)

13On peut voir du coup que les deux précédentes séquences de la consultation psychiatrique comportent un exemple de cette manière d’« aller à la pêche ». Dans chacun des extraits, le médecin se réfère par une affirmation à un état de choses personnel (état de santé, humeur) auquel, en tant qu’observateur extérieur, il n’a qu’un accès limité. En décrivant la source de sa connaissance restreinte (information fournie par un tiers, apparence du patient), il invite le futur patient à présenter – en quelque sorte « volontairement » – une version autorisée de son état général.

14L’examen d’un corpus d’une centaine d’entretiens révèle nombre d’exemples où les psychiatres ne formulent pas directement les questions mais tentent plutôt d’obtenir ce qu’ils veulent savoir des futurs patients par des déclarations productrices d’informations. Dans ces exemples, on peut trouver toute une série de techniques pour signaler que le locuteur ne dispose que d’un accès limité aux événements et aux circonstances auxquelles il s’intéresse.

15Une de ces techniques consiste à faire apparaître explicitement le caractère dérivé de ce que l’on sait. On y parvient en se référant à un tiers ou à un dossier, comme dans les extraits (1) et (4 :3).

(1)

1. Dr. F.:

[(I just) got the information,]

2.

(0.8) (that you’re)

(4:3)

11. Dr. F.:

[Doctor Hollmann told me] something like

12.

you were running across the street

16Une autre manière d’afficher le caractère explicitement dérivé de ce que l’on sait consiste à le décrire comme un produit de l’observation ou comme une impression. On peut alors faire état du processus de perception lui-même :

(2)

34. Dr. F.:

…u::h 1 mean [I can

35.

see (from) your face] that the:- (1.0) mood

17ou présenter les faits auxquels on se réfère comme une apparence extérieure (par exemple par une phrase du genre : « Vous semblez un peu nerveux » ou « À vous entendre, vous êtes quelque peu déprimé »).

18Un locuteur peut également marquer que son information est limitée en pointant son caractère incertain. Là encore, il peut y parvenir de plusieurs manières. Dans l’extrait (2),

(2)

34. Dr. F.:

…I mean I can

35.

see (from) your face that the:-(1.0) mood (.)

36.

apparently is not ba:d.

19on voit que l’adverbe « apparemment » transforme une affirmation (« Votre humeur n’est pas mauvaise ») en une proposition sur ce qui semble être (par opposition à une proposition qui dirait ce qui est). Dans l’extrait (4 :2),

20le locuteur ne se contente pas de nuancer son affirmation (ligne 7 : « en quelque sorte – somehow »), mais ajoute : « un comportement semble s’être manifesté » (ligne 8) ; de plus, il complète son propos par l’expression : « ou quelque chose comme ça ». À chaque fois, le médecin prend la peine d’indiquer que ses affirmations reposent sur un savoir fragmentaire et incertain et doivent donc être tenues pour des descriptions simplement possibles. En présentant son information comme fragmentaire et douteuse, le locuteur recourt à une méthode visant à inviter le destinataire à fournir une version authentique, du moins s’il en a une.

L’utilité du détour dans le contexte de l’exploration psychiatrique

21Après avoir décrit ce qui pourrait s’appeler la technologie des déclarations productrices d’informations, une question demeure : pourquoi est-elle utilisée si fréquemment dans le contexte de l’exploration psychiatrique ? La fréquence des énoncés du type « ma version des choses » dans les entretiens d’admission, peut à première vue paraître étrange puisque ces consultations et ces examens sont habituellement considérés comme des systèmes d’échange langagier dont la principale caractéristique est de fonctionner, quel qu’en soit l’objet, comme des contextes séquentiels constitués de questions et de réponses. Pourquoi donc un psychiatre s’efforce-t-il de procéder à son examen de manière indirecte et en « allant à la pêche », si ses déclarations doivent, au bout du compte, être interprétées comme des questions ?

22J’aimerais montrer pour commencer qu’il y a plusieurs explications structurelles à la fréquence des déclarations productrices d’informations dans les entretiens psychiatriques d’admission. J’en examinerai deux.

231) En conduisant un entretien exploratoire, le psychiatre est confronté à une tâche et dispose d’une ressource qui, prises ensemble, semblent faciliter ou prédéterminer l’utilisation d’énoncés du type « ma version des choses ». Commençons par la ressource. Le psychiatre dispose habituellement de plusieurs sources d’information concernant le futur patient avant même l’entretien d’admission. Il peut joindre au téléphone le médecin soignant, le travailleur social, ou la police ; il peut avoir discuté avec un membre de la famille du malade ou avoir consulté un dossier comportant une demande écrite d’admission. Disposant de cette gamme d’informations, le psychiatre peut les récupérer avant de commencer son entretien. Au cours de l’entretien d’admission, cette connaissance préalable est pertinente dans la mesure où elle représente les jugements et les décisions qui ont accompagné la trajectoire psychiatrique de la personne ou ont contribué à la construire. À ces éléments d’information préalable s’ajoutent alors ses observations au cours de la consultation.

24Si le savoir ainsi accumulé fournit au psychiatre des versions extérieures du cas dont il s’occupe, le travail qui lui incombe consiste à accéder au point de vue du futur patient au cours de l’entretien exploratoire. Au lieu de partir de zéro et de demander au malade la version originale de l’événement, qu’il pourrait alors comparer à toutes celles que lui ont fournies les autres parties concernées, il peut se servir opportunément de cette connaissance préalable comme d’un moyen économique et efficace pour faire surgir des descriptions autorisées. Considérées ensemble, la mission du psychiatre qui consiste à prendre en compte le point de vue du futur patient, et la ressource dont il dispose par l’information préalable sur son cas semblent converger parfaitement dans une configuration où le format d’énonciation opératoire consiste à réussir ce type de tâche en utilisant ce type de ressource.

252) On peut trouver une deuxième explication structurale à l’affinité entre les déclarations productrices d’informations et le contexte de la conversation exploratoire dans la séquence (5) :

26Répondant à la déclaration : « Hum…Vous êtes déjà venue chez nous – Uh you’ve already been with us », la destinataire ne se contente pas de confirmer ou d’infirmer, ce qui pourrait se comprendre comme une retenue justifiable. Au contraire, elle annonce « volontairement » le nombre précis de ses admissions précédentes : « Une fois » (On :ce :). Dans la suite de la conversation elle doit pourtant admettre une autre version, puisque le médecin s’exclame qu’elle a été admise quatre fois (Fou :r tii :mes !), ce qu’elle confirme à la ligne 6, avouant ainsi implicitement qu’elle s’est fait prendre à mentir.

27Ce genre de mensonge, quelle qu’en ait été la raison, a pour condition structurale une prise de position à la suite d’énoncés du type « ma version des choses ». En attribuant au destinataire la position de celui qui est invité à présenter, ici et maintenant, une version correcte et autorisée, on peut le conduire à « avouer » ; et, de fait, l’empressement à avouer après des déclarations productrices d’informations est surprenant. Mais cette position peut également faire que le destinataire soit tenté de profiter de la bulle d’autorité qu’on lui accorde et mente avec une chance de succès. Cependant, une déclaration productrice d’informations ne révèle rien de ce que sait le locuteur en dehors de ce qu’il énonce. C’est là, bien entendu, une contrainte générale qui s’exerce sur la production d’une réponse mensongère, puisque le danger d’une détection du mensonge devient un impondérable.

  • 2 En allemand, contrairement à la particule oh, le « uh » peut, dans certaines situations, être l’équ (...)

28Dans l’entretien d’admission d’où est extraite la séquence (5), la malade a peut-être pensé que le docteur D. n’avait pas d’autre information sur son cas que celle qu’elle pouvait elle-même lui fournir. Le psychiatre commence en effet son tour de parole par un « Hum » qui est utilisé pour indiquer que le locuteur se surprend à découvrir enfin quelque chose qu’il était en train de chercher2. Autrement dit, le « Hum » manifeste que la connaissance dont fait preuve l’affirmation du médecin est localement émergente, qu’elle ne s’appuie pas sur une information préalable, et donc qu’il s’agit d’une information incertaine qui a besoin d’être confirmée. Dans ces conditions, Mme P. avait des raisons de s’avancer avec prudence et de proposer « volontairement » de préciser le nombre de ses précédentes admissions. Mais au lieu de dire qu’il s’agissait de son cinquième contact avec l’institution psychiatrique, elle affirme qu’elle est là pour la deuxième fois. Et elle tombe dans le piège.

29J’aimerais insister sur ce point : par leur structure opérationnelle, les déclarations productrices d’informations peuvent être utilisées efficacement comme des dispositifs de détection des mensonges et donc convenir parfaitement aux entretiens exploratoires, aux examens et aux interrogatoires (et, par exemple, aux interrogatoires policiers). On s’adresse au destinataire comme à quelqu’un qui a autorité sur l’information et celui-ci, crédité de cette identité locale, peut en profiter pour mentir. Reste que le locuteur, qui se présente comme n’ayant qu’un accès limité à cette même information, peut s’être procuré des informations supplémentaires de maintes autres sources, et ces informations lui permettent de mettre en doute, ou de contester, la version dite autorisée du destinataire ou de la rejeter comme un mensonge.

Interlude méthodologique

30La description des affinités structurales entre les énoncés du type « ma version des choses » et les entretiens psychiatriques d’admission ne constitue qu’une première étape de l’analyse. À s’en tenir là, ces considérations analytiques présenteraient les mêmes limites que celles de l’analyse conversationnelle lorsqu’elle s’emploie à étudier les interactions institutionnelles. À mon sens, ces études sont exposées à deux objections méthodologiques sérieuses.

  • 3 La logique de la subsomption qui prévaut dans la recherche sociale et dans sa fonction affirmative, (...)

31En identifiant un énoncé simplement comme « ma version des choses », on procède selon la logique typique de l’action légale, « logique de la subsomption » pour reprendre la formule de Ulrich Oevermann3. Il s’agit là d’une manière de procéder dans laquelle les événements du monde social sont a priori sélectionnés et agencés sous les aspects de concepts généraux et préconstruits. Autrement dit, on ne se soucie pas de comprendre comment la structure d’un phénomène social concret est reproduite dans et par un cours d’action.

32Cette logique de la subsomption est habituellement associée à une seconde difficulté, à savoir la tendance à ce qu’on pourrait appeler la « balezianisation » de l’analyse conversationnelle. Ce terme horrible décrit le processus par lequel les concepts introduits et développés par l’analyse conversationnelle perdent leur caractère de processus « produits localement » (Garfinkel) pour être assimilés à des catégories du système de Robert Bales. Autrement dit, ces concepts deviennent des formes canoniques visant à déterminer la distribution de phénomènes conversationnels spécifiés dans les contextes sociaux les plus divers.

33J’estime que l’on devrait autant que possible éviter ces difficultés si l’on tient à que l’analyse des interactions dans les organisations formelles et orientées sur une tâche puissent être satisfaisantes et fructueuses. Mais ce n’est pas une tâche aisée et aucune recette n’en garantit le succès. Pour éviter ces difficultés, il faudrait commencer par ne pas se contenter trop vite de prétendues « découvertes » qui laissent entiers les problèmes les plus intéressants. Par exemple, en parlant de l’affinité entre les déclarations productrices d’informations et les entretiens exploratoires, j’ai pu laisser penser que je traitais les deux objets comme des entités indépendantes l’une de l’autre et que j’en examinais simplement la covariation. Pourtant, il est clair que la question demeure de savoir quel sens concret donner à cette « affinité ». Autre exemple : le fait de commencer par identifier un phénomène conversationnel précis, les énoncés du type « ma version des choses » par exemple, peut avoir pour conséquence de minimiser l’intérêt pour l’entretien psychiatrique d’admission comme contexte interactionnel, puisque celui-ci se réduit à n’être qu’un cas marginal de l’application de normes conversationnelles. Ce type d’analyse répond à la question de savoir en quoi les entretiens d’admission sont des exemples de conversation psychiatrique, mais il ne nous dit pas en quoi ces entretiens sont des conversations psychiatriques.

  • 4 On trouvera une première formulation du problème qui m’occupe chez Schegloff (1972, p. 115) : « Nou (...)

34Il nous faut donc revenir sur les données. La question centrale pour cette deuxième tentative sera la suivante : est-il possible d’identifier et de décrire des caractéristiques de l’interaction localement produites, au sens où elles découleraient d’une analyse du contexte et d’une orientation vers le contexte, qui seraient propres aux interactants et qui seraient simultanément reproduites dans et par leurs actions4 ?

Pratiques descriptives (I) : les « litotes »

35Pour répondre à cette question, revenons aux exemples de déclarations productrices d’informations des deux premières séquences, mais cette fois-ci pour savoir si ces deux énoncés exploratoires :

« (I just) got the information, (0.8)
(that you’re) not
doing so well. »

« I mean I can see (from) your face
that the :– (1.0) mood (.) apparently is not ba :d. »

36ont un quelconque trait commun permettant de les analyser comme des exemples d’interactions spécifiquement psychiatriques. Dans ce qui précède, nous n’avons pas mentionné le fait, pourtant remarquable, que ces deux énoncés se présentent sous la forme, classique en rhétorique, de litotes. Les litotes décrivent l’objet auquel elles se réfèrent non pas directement, mais par la négation de son contraire. Ainsi, dans l’extrait (1), le docteur F. se sert de l’expression « pas si bien » à la place du possible verbum proprium qui serait : mal ; et, dans l’extrait (2), il dit de l’humeur de la malade qu’elle est apparemment « pas si mauvaise », alors qu’il aurait pu dire qu’elle est bonne ou excellente.

37L’utilisation de la litote par les psychiatres est suffisamment fréquente dans les entretiens d’admission pour qu’on se pose la question de savoir ce que vient faire cette figure de rhétorique dans un tel contexte. Par exemple :

(4:1)

1. Dr. F.:

Okay, d’hh there are obviously-(1.0) your

2.

husband is [not (.) of the same opinion] as

3.

you:and u:h

(4:3)

12.

Dr. F.: you were running across the street [not so

13.

completely dressed] or something like that,

38Les manuels de rhétorique présentent la litote avec des explications qui – c’est le cas de le dire – « ne sont pas très claires ». Les considérations qui suivent voudraient contribuer à une conception générique de cet outil rhétorique (particulièrement populaire dans le discours académique).

39Ce qui est accompli d’emblée par l’élément de négation que comporte la litote est double : d’un côté, la négation garantit qu’une description indéfinie, non spécifique, indirecte ou non explicite, prend place en un nœud fonctionnel où l’on attendrait une description plus directe ou plus explicite ; de l’autre, cet élément de négation ouvre la possibilité de poursuivre l’interaction sans produire une telle description, alors qu’en son absence une description est requise pour poursuivre l’interaction. Autrement dit, la litote permet de continuer de parler sans préciser de quoi on parle.

40Deuxièmement, en renonçant à une description directe ou explicite, le locuteur fait une ouverture en direction de son interlocuteur qui pourra être le premier à introduire une telle description et fait ainsi preuve de largesse d’esprit et d’honnêteté. Considérons, par exemple, l’extrait (4) :

41Dans cette séquence, le docteur F. utilise dans sa déclaration productrice d’informations (lignes 11-13) la litote « pas tout à fait vêtue » (not so completely dressed). Dans sa réponse, Mme B. utilise le terme « nue » (naked) (ligne 25) pour décrire exactement le même événement. Et, si on examine la suite de la conversation,

  • 5 On a peut-être là un exemple de ces séries consécutives de références (X-Y-Y), décrites par Gail Je (...)

42il apparaît que quelques secondes plus tard, le psychiatre en vient lui aussi à utiliser ce verbum proprium. Il semble donc qu’en ayant recours à la litote, un locuteur non seulement s’abstient de décrire un objet par une formulation directe, mais se met au service de son destinataire, puisqu’il lui offre l’opportunité de prendre l’initiative et de donner de cet objet une dénomination correcte. Une fois que l’objet est nommé par le destinataire, le locuteur peut le reprendre à son compte5.

43Troisièmement, un locuteur qui se réfère à un objet sous la forme indéfinie d’une litote fait preuve d’une certaine prudence et demeure sur la défensive. La litote présente une description, mais une description prudente et abandonne au destinataire le soin de nommer précisément l’objet. Le fait d’éviter la forme référentielle correcte implique sans doute qu’il y a de bonnes raisons de le faire : autrement dit, ne pas nommer un objet peut donner lieu à justification. En se contentant d’une litote, le locuteur indique qu’il y a quelque chose de « spécial » et de « particulier » dans l’objet auquel il se réfère, même si ce trait particulier demeure peu clair dans la description et demande à être éclairci par le destinataire.

44Ce qui est évident à partir des caractéristiques que nous venons de décrire, c’est que la litote est un outil rhétorique dont le but est l’allusion ou l’insinuation. Se référer à un objet par la négation de son contraire, c’est supposer que l’on aborde une affaire délicate, sensible ou embarrassante, et ce qui est embarrassant dans l’affaire c’est précisément le fait d’en parler de manière allusive.

45Le traitement par allusion d’une affaire délicate ne peut convenir que si le destinataire dispose du savoir nécessaire pour décoder ce mode indirect de référence. C’est dire que la litote ne fonctionne que sur la base d’un savoir partagé. Plus précisément, elle indique que celui qui l’utilise sait quelque chose d’embarrassant et qu’il présuppose que le destinataire le sait aussi. Les litotes prétendent donc à l’intimité et peuvent ainsi être considérées comme des « Dispositifs Invoquant l’Intersubjectivité ».

46En rassemblant les remarques qui précèdent, on peut soutenir que la litote comme figure de rhétorique appartient à cette catégorie de méthodes utilisées pour parler de quelque chose de manière discrète. Elle localise clairement un objet pour le destinataire, mais évite de le nommer directement. Je reviendrai bientôt sur ce problème de la discrétion.

47Mais je voudrais d’abord conclure cette série de remarques en soulignant que tous les exemples de litote que j’ai étudiés sont empruntés aux déclarations productrices d’informations du psychiatre. Le rassemblement de ces exemples est pertinent puisqu’on peut constater une ressemblance tout à fait étonnante : la litote reproduit exactement la structure typique du tour de parole dans lequel elle est utilisée. De même qu’une déclaration productrice d’informations peut solliciter une réponse tout en évitant de poser ouvertement une question, de même la litote se réfère à quelque chose tout en évitant de le décrire de manière explicite et directe. Ainsi, le locuteur, en l’occurrence le psychiatre, évite non seulement de poser une question à propos de quelque chose, mais évite également de nommer explicitement ce « quelque chose ».

Pratiques descriptives (II) : modérateurs et descripteurs euphémistiques

48La litote n’est pas la seule pratique descriptive régulièrement repérable dans les énoncés exploratoires du psychiatre. Deux autres pratiques au moins peuvent ici nous intéresser, même si nous ne pouvons pas les étudier dans le détail comme les litotes. Nous nous contenterons donc de quelques observations et de quelques remarques.

49Outre les litotes, les descriptions psychiatriques d’un événement dans lequel le futur patient est un acteur-sujet, présentent ici ou là des éléments que l’on peut regrouper sous le terme de modérateurs (mitigators). Les modérateurs sont des éléments descriptifs qui habituellement atténuent une prétention ou adoucissent le caractère direct ou brutal d’une affirmation. On peut en trouver des exemples dans les séquences suivantes :

50Le psychiatre ne dit pas aux futurs patients qu’ils se sont conduits de manière curieuse, ni qu’ils ont été vus en train de courir tout nus ou qu’ils étaient hors d’eux ; il dit plutôt qu’ils ont agi de manière « assez » (a little bit) curieuse, qu’ils « n’étaient pas tout à fait habillés » (not so completely dressed) et « semblaient légèrement irrités » (kind of irritated a little bit). Comme les litotes, les modérateurs fonctionnent de manière défensive, tentant ainsi de prévenir le désaccord de l’interlocuteur.

51La troisième pratique descriptive repérable dans les déclarations productrices d’informations apparaît très clairement dans l’extrait (8) :

52Ce qui est intéressant dans cette séquence, c’est que le docteur B. livre, l’une après l’autre, deux descriptions tout à fait différentes de l’événement dont il s’occupe. Les deux descriptions s’accompagnent de deux attentes d’information différentes. La première est introduite par l’adverbe « manifestement » (obviously) (ligne 1), qui implique que la description se fonde sur un savoir partagé n’exigeant aucune preuve particulière. En revanche, la deuxième description est précédée de la remarque « On dit ici » (lignes 11-13), qui fait référence au dossier du malade et suppose que cette version a une validité officiellement confirmée. Ce glissement semble dire que le docteur B. revalorise le caractère autorisé de son information.

53Parallèlement à ce changement, l’événement lui-même est reformulé dans la seconde version du psychiatre. Alors que, dans la première version, l’événement considéré était décrit comme étrange mais néanmoins possible, normal et compréhensible (ligne 1 : « Vous vous êtes vraiment retiré – You withdrew very much »), la deuxième version (ligne 13 : « Vous vous êtes barricadée – You had yourself barricaded ») relate le même événement comme une conduite manifestement bizarre et insensée. Ce glissement montre que lors de sa première version, le psychiatre s’est interdit de donner une description beaucoup plus offensante et embarrassante que celle qu’il a proposée. On peut donc, rétrospectivement, considérer sa première déclaration comme fondée sur ce que j’appellerai un « descripteur euphémistique ». Dans tous les cas où le descripteur n’est pas reformulé dans le cours ultérieur de la conversation par une description moins sympathique, il est sans doute difficile de montrer son caractère euphémistique. Néanmoins, je voudrais montrer que nombre de descripteurs repérables dans les déclarations psychiatriques productrices d’informations peuvent être considérées comme euphémistiques jusqu’à un certain point. Par exemple, dans la séquence (5) :

la phrase « avec nous » (with us) pourrait aisément être remplacée par des descripteurs beaucoup plus directs du genre « à l’hôpital » ou « à l’hôpital psychiatrique ».

54Résumons cette dernière partie de mon argumentation. J’ai identifié et mis au jour un ensemble de pratiques descriptives repérables de manière régulière dans les déclarations productrices d’informations de la psychiatrie : des « litotes », une série de « modérateurs » et des « descripteurs euphémistiques ». Ces trois pratiques interviennent dans la description d’événements et de circonstances dans lesquels le futur patient était un acteur sujet et qui ont été pris en considération dans la décision de diriger le malade sur l’institution psychiatrique. Toutes ces pratiques ont pour conséquence de faire que l’objet auquel elles se réfèrent est décrit avec discrétion. Ainsi l’usage que je fais de ce terme de « discrétion » entend suggérer deux choses en même temps. D’une part, il implique que dans les entretiens psychiatriques l’acte d’exploration est régulièrement indirect et a pour format une déclaration productrice d’informations. D’autre part, il implique que, dans ces déclarations, l’objet de l’exploration est régulièrement décrit de manière indirecte, prudente et euphémistique.

  • 6 Une des premières formulations de cette approche dans la tradition sociologique se trouve dans l’œu (...)

55Cette dimension diffuse de la discrétion suppose que nous nous interrogions plus avant sur ce qu’elle produit et sur la manière dont elle est liée à son occurrence locale en psychiatrie. Répondre à ces questions ce n’est pas s’intéresser aux motivations du locuteur. Je voudrais plutôt examiner ces éléments de discrétion de manière réflexive comme fournissant une justification implicite de leur utilisation. En décrivant quelque chose avec prudence et discrétion, ce « quelque chose » se transforme et demande à être formulé prudemment et discrètement. D’un point de vue sociologique, il n’y a pas d’abord un événement embarrassant, délicat ou moralement douteux dont on parle avec prudence et discrétion. Il faut plutôt dire que le caractère délicat et notoire d’un événement est constitué par l’acte même qui consiste à en parler avec prudence et discrétion6.

La discrétion en psychiatrie : version médicale et version morale

56Je voudrais montrer – et justifier ainsi le titre de cet article – que l’utilisation diffuse de la discrétion dans les consultations psychiatriques doit être analysée comme un phénomène dans lequel se reproduit la structure de sens à la fois singulière et paradoxale de la psychiatrie contemporaine.

57Pour soutenir cette idée je m’appuie sur le fait que l’énoncé discrètement exploratoire dans les entretiens psychiatriques est interprété habituellement par son destinataire, à savoir le futur patient, de deux manières différentes. Première option : cet énoncé est tenu pour une prévenance et un geste d’affiliation invitant le destinataire à formuler ouvertement des problèmes privés, à ne rien cacher de ses sentiments personnels et à parler de ce qui ne va pas. Les destinataires ne sont pas interrogés directement et ne sont pas obligés de répondre aux questions ; on leur demande plutôt de fournir des descriptions authentiques, de verbaliser leurs émotions et de dire ce qu’ils ont sur le cœur. On leur offre l’opportunité de parler de problèmes qu’ils n’auraient pas osé aborder par eux-mêmes et cette manière de les guider implicitement leur garantit que leurs révélations, quelles qu’elles soient, trouveront un interlocuteur compréhensif et affirmatif. Ils ont le droit de parler de leurs problèmes dans les termes qui leur conviennent et de découvrir partie de leur vie intérieure qui habituellement demeure cachée. En ce sens, la « version des choses » du psychiatre implique une part d’empathie ou d’affiliation. Il n’est donc pas surprenant que ce format d’énonciation soit fréquemment utilisé par différentes écoles de psychiatrie (notamment les psychothérapies non directives) et dans les groupes où l’on aime bien « psychologiser » toutes choses. J’appellerai cette première option la version médicale de l’énoncé discrètement exploratoire.

58Mais, le même type d’énoncé peut par ailleurs être interprété tout à fait autrement par son destinataire. En parlant à un futur patient de son état et en le pressant de livrer de manière plus ou moins volontaire une information ou une opinion sur un problème dans lequel il est impliqué, le psychiatre fait intrusion dans la sphère personnelle et privée de son interlocuteur. Il attire l’attention sur quelque chose qui n’est pas son affaire mais celle du malade. Le psychiatre prive ainsi son destinataire du droit de décider par lui-même de la part de sa vie personnelle qu’il entend faire connaître ou faire partager à un étranger ; il transgresse des limites en matière de responsabilité et ses manœuvres pour aller à la pêche peuvent passer pour une stratégie insidieuse visant à faire que le futur patient fasse état de son expérience, de ses sentiments, et d’informations qu’il préférerait garder pour lui.

59Outre ce caractère d’intrusion, les énoncés discrètement exploratoires du psychiatre ont une signification bien plus offensante encore : en rapportant un événement, un locuteur en fait un événement susceptible d’être rapporté. Faire état de quelque chose c’est en faire quelque chose dont on peut faire état, c’est-à-dire qui mérite de l’être. Ainsi, un énoncé discrètement exploratoire manifeste que l’événement qu’il thématise doit en quelque sorte valoir la peine d’être abordé ; mais par sa construction même, l’énoncé évite visiblement de donner la raison pour laquelle le locuteur fait de cet événement précis un thème de conversation. Dans ces conditions, la discrétion devient une ressource interprétative pour le futur patient puisqu’elle le conduit à soupçonner que l’énoncé exploratoire thématise un comportement qui demande à être formulé discrètement, autrement dit qu’il s’agit d’un comportement déviant, inconvenant ou moralement discutable. En même temps, cette inconvenance supposée peut être interprétée comme la raison, non formulée par le psychiatre, d’attirer l’attention précisément sur ce comportement. Ainsi, cette même discrétion qui faisait que le caractère inconvenant du comportement évoqué était déguisé et masqué peut à son tour être utilisée par le futur patient pour détecter et démasquer la manœuvre du psychiatre introduisant ce thème en termes moraux. J’appellerai cette deuxième option la version morale des énoncés discrètement exploratoires.

60Le caractère indirect et le format – celui d’une déclaration suggestive – d’un énoncé discrètement exploratoire nous autorisent à le considérer comme une entreprise typique d’insinuation. Ce qui est insinué, c’est un problème dans la version officielle de la médecine et une conduite inconvenante dans la version morale et officieuse. Les énoncés apparemment innocents, d’assistance et d’affiliation, par lesquels un psychiatre tente de pousser un futur patient à mettre au jour ses sentiments et ses opinions ont, dans leur structure profonde, une moralité cachée ou voilée.

61Les malades peuvent sans doute répondre à la seule version médicale des énoncés exploratoires du psychiatre. Mais si les destinataires donnent volontairement l’information que réclament ces énoncés, ils n’acceptent pas seulement ce qu’ils insinuent mais ce que cette insinuation leur transmet. En répondant sur un mode « neutre » et amical aux tentatives du psychiatre, un patient évite tout rejet et accepte implicitement la moralité voilée et la suggestion selon laquelle il est responsable d’une inconvenance. À partir de là, nombre de patients ne participent pas au jeu de l’insinuation et choisissent plutôt d’affronter le psychiatre, protestant souvent de manière inarticulée contre l’entreprise dans laquelle ils sont embarqués, comme le montrent les lignes 11 à 14 de l’exemple suivant :

62Dès lors qu’ils sont perçus par leurs destinataire en termes moraux, les énoncés discrètement exploratoires sont particulièrement vulnérables et peuvent conduire à des situations sociales incontrôlables et interactionnellement désastreuses. Autrement dit, un énoncé qui semble non seulement inoffensif mais sympathique pour son destinataire peut provoquer une réaction explosive. Dans les entretiens d’admission, ces réactions conduisent inévitablement le psychiatre à juger que le patient se comporte de manière étrange, voire agressive, et dans tous les cas qu’il a besoin d’un traitement. Voilà pourquoi la discrétion psychiatrique, qui a provoqué cette réaction, peut être qualifiée de fatale.

63Certes, je ne voudrais pas laisser entendre que les psychiatres jouent des tours pendables aux futurs patients. La discrétion est un phénomène remarquable dans lequel se cristallise la contradiction de la structure sémantique de la psychiatrie contemporaine. Les énoncés discrètement exploratoires reproduisent dans leurs deux versions, médicale et morale, le caractère institutionnel de la psychiatrie avec ses deux cadres contradictoires : d’un côté, comme discipline médicale, la psychiatrie doit traiter sur un mode neutre et désengagé de ce que les psychiatres eux-mêmes ont appelé la « maladie mentale » ; de l’autre, elle traite des personnes dont la conduite inconvenante a été, est et, à mon sens, sera traitée dans notre culture en termes moraux. La psychiatrie est une institution prise entre médecine et morale ; et l’analyse détaillée montre que cette structure contradictoire se matérialise dans les tours de parole d’une interaction et dans les différentes manifestations de la discrétion psychiatrique.

Bibliographie

Heritage John (1984), « A Change-of-State Token and Aspects of its Sequential Placement », in J. M. Atkinson & J. Heritage (eds), Structures of Social Action, Cambridge, Cambridge University Press, p. 299-345.

Jefferson Gail (1981), The Abominable « Ne ? » : A Working Paper Exploring the Phenomenon of Post-Response Pursuit of Response, Manchester, University of Manchester, Department of Sociology (« Occasional Paper », 6).

Jefferson Gail (1987), « On Exposed and Embedded Correction in Conversation », in G. Button & J. R. Lee (eds), Talk and Social Organisation, Clevedon, Multilingual Matters, p. 86-100.

Oevermann Ulrich (1983), « Zur Sache. Die Bedeutung von Adornos methodologischen Selbsverständnis für die Begründung einer materialen soziologischen Strukturanalyse », in L. V. Friedeburg & J. Habermas (eds), Adorno-Konferenz 1983, Francfort, Suhrkamp, p. 234-289.

Pomerantz Anita M. (1980), « Telling my Side : “Limited Access” as a “Fishing” Device », Sociological Inquiry, 50, p.186-198.

Schegloff Emanuel A. (1972), « Notes on a Conversational Practice: Formulating Place », in D. Sudnow (ed.), Studies in Social Interaction, New York, Free Press, p. 75-119.

Simmel Georg (1908), « Der Arme », in Id., Soziologie. Untersuchungen über die Formen der Vergesellschaftung, Berlin, Duncker& Humblot, p. 345-374.

Notes

1 Tous les extraits commentés dans cet article sont des traductions libres à partir de l’allemand.

Pour les conventions de transcription, voir Heritage (1984).

2 En allemand, contrairement à la particule oh, le « uh » peut, dans certaines situations, être l’équivalent du oh en anglais, dont Heritage (1984) a montré qu’il introduisait un changement dans l’état du savoir du locuteur.

3 La logique de la subsomption qui prévaut dans la recherche sociale et dans sa fonction affirmative, par exemple dans les formes classiques de la recherche sur les mass-media, est la cible principale de la critique de Oevermann (1983, p. 267) et de sa conception d’une « herméneutique objective ».

4 On trouvera une première formulation du problème qui m’occupe chez Schegloff (1972, p. 115) : « Nous proposons de dire que la trop fameuse “dépendance à l’égard du contexte” devrait être soumise à un examen montrant comment les participants analysent un contexte et utilisent le résultat de leur analyse pour produire leur interaction. Dire que l’interaction est sensible au contexte, c’est dire que les interactants le sont et montrer empiriquement, et dans le détail, pourquoi et comment ils le sont. »

5 On a peut-être là un exemple de ces séries consécutives de références (X-Y-Y), décrites par Gail Jefferson (1987) comme des « corrections enchâssées ». Il y a, semble-t-il, une relation particulière entre cette forme de correction faite entre parenthèses et le format de la litote, dans la mesure où, par son caractère « défensif » ou hyper défensif, la litote peut être interprétée par le destinataire comme une invitation à lui substituer une description plus « offensive » ou directe.

6 Une des premières formulations de cette approche dans la tradition sociologique se trouve dans l’œuvre de Georg Simmel, par exemple dans son essai sur le pauvre : « Dans une perspective sociologique, on ne peut pas dire que la pauvreté est donnée d’abord et qu’ensuite le secours est accordé. Ceci n’est rien d’autre que le destin sous sa forme personnelle. Plutôt, celui qui obtient un secours ou devrait l’obtenir du fait de sa constellation sociologique, même si par hasard il ne l’obtient pas, celui-ci est un pauvre. » (Simmel 1908).

Notes de fin

1 Article paru dans l’ouvrage collectif édité par Paul Drew & John Heritage, Talk at Work. Interaction in Institutional Settings, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 137-162. Des versions antérieures de cet article ont été présentées lors de la Conférence internationale et multidisciplinaire sur l’interaction et l’usage du langage à Plymouth en Grande-Bretagne, en juillet 1984, et à la Conférence sur la culture de la vie quotidienne et la culture professionnelle à Linköping en Suède, en mai 1988. L’auteur tient à remercier Gail Jefferson pour ses conseils et la précision de ses commentaires, Emanuel Schegloff pour ses suggestions perspicaces, Paul Drew, Christian Heath et John Heritage pour leurs recommandations et leurs encouragements, sans compter qu’il s’agit là de reconnaître aujourd’hui une dette qui a une longue histoire.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search