Version classiqueVersion mobile

La folie dans la place

 | 
Isaac Joseph
, 
Joëlle Proust

Troubles de la conversation

L’activité de cadrage dans le discours psychotique1

Framing in Psychotic Discourse

Das Problem des Auffindens eines Bezugssystems im psychotischen Diskurs

Branca Telles Ribeiro
Traduction de Isaac Joseph

Résumé

This paper analyses a psychiatric interview with a patient under an acute psychotic crisis. The patient’s statements, for the most part, don’t make sense. She rarely answers the doctor’s questions ; she shifts idiosyncratically from one topic to another ; at times, she starts singing and chanting. However, psychotic talk can be coherent and socially organized. The analysis shows that the patient consistently creates different frames of talk and assesses correctly her situation. Consequently, several consistent discourses emerge.

Texte intégral

  • 1 Cet article est paru pour la première fois dans l’ouvrage collectif, publié sous la direction de De (...)

1Le diagnostic de « désordre de la pensée » désigne ces cas psychiatriques dans lesquels la parole du malade paraît tellement confuse que le clinicien qui l’examine considère ce dernier comme incapable de penser correctement (Rochester & Martin, 1979). Bien entendu, ce diagnostic présuppose un lien entre la pensée et la parole et c’est ce lien dont discutent psychologues, psycholinguistes et linguistes depuis une vingtaine d’années. Les « désordres de la pensée » et les « désordres de la parole » peuvent pourtant avoir leur cohérence propre. L’analyse du discours d’un psychotique fait apparaître clairement que sa parole peut être segmentée en plusieurs cadres. Dans chacun de ces cadres, le locuteur émet un métamessage différent qui indique le type d’interaction dans lequel il croit se trouver au moment où il parle. Et ces cadres interactionnels font surgir des schèmes particuliers (Tannen 1985, 1986 ; Tannen & Wallat, 1993) qui témoignent des expériences antérieures du locuteur, de ses attentes concernant les gens, les objets et les situations. Je voudrais montrer dans cet article comment un malade mental parvient à manifester une certaine cohérence au travers de cadres de parole successifs et en dépit de l’incohérence de ses réponses au psychiatre qui T interroge.

Arrière-plan : la cohérence discursive

2Il y a plusieurs approches de la cohérence discursive. Le terme peut désigner nos présupposés culturels à propos de ce qu’est un texte et de la manière dont on peut considérer qu’il a un sens (Becker, 1979, p. 216) ; il peut désigner aussi les stratégies stylistiques partagées par les participants (Tannen, 1984, p. 152), la connectivité et le registre définissant un texte (Halliday & Hasan, 1976, p. 23), la cohérence locale d’un discours, c’est-à-dire la cohérence entre ses unités adjacentes (Schiffrin, 1985,1987), ou, enfin, la fonction communicative des énoncés et leur rapport à l’action (Labov, 1972 ; Labov & Fanshel, 1977).

3Parlant du langage et de la cohérence, Becker (1982, p. 127) remarque :

Le problème n’est pas seulement qu’il y ait du langage, mais qu’il soit si complexe. Parler, c’est mener plusieurs activités en même temps, chacune d’elles pouvant faire fausse route. Lorsque je parle, je produis des sons (ou je les inscris), je forme des structures, j’interagis avec d’autres personnes, je me souviens d’un texte antérieur ou je l’évoque et je me réfère au monde. Tout ceci en même temps.

4Si chacune de ces activités peut faire fausse route, ajoute Becker, c’est que « leur intégration est au mieux instable » (ibid., p. 128). Les défaillances du langage et l’expérience interactionnelle résultent de ces troubles de l’intégration.

5Cet article porte principalement sur un type de cohérence dont l’analyse est centrale pour l’étude des données que j’étudie et qui sont empruntées à la consultation psychiatrique. Je cherche à comprendre comment les participants se manifestent mutuellement par des « métamessages » – des messages d’un niveau supérieur, « ce que la conversation est en train de faire » (Tannen, 1985, p. 315) –, et comment un psychotique signale et évalue de manière cohérente les différents cadres conversationnels de la consultation.

L’analyse des cadres et l’interprétation des métamessages

6L’analyse des cadres traite du problème de la contextualisation dans les interactions de face à face. Le terme a été introduit dans les sciences sociales par Gregory Bateson (1972) pour décrire le fonctionnement des messages métacommunicatifs implicites dans des contextes transitoires et ouverts. Bateson montre que les participants engagés dans une interaction procèdent à des cadrages verbaux et non verbaux. Ainsi un cadre véhicule-t-il un ensemble d’instructions concernant « la manière d’interpréter les messages » et « le type d’activité que les participants produisent conjointement ».

7On peut comprendre ce concept à partir de deux analogies : l’analogie physique du cadre d’un tableau et celle, plus abstraite, de l’ensemble mathématique. La première analogie fait référence à la manière dont nous séparons les événements en les incluant dans des limites physiques ; un cadre délimite un tableau et indique simultanément ce qu’est le tableau et ce qui n’est pas lui, y compris le cadre lui-même. Il dirige notre attention sur l’information de premier plan par opposition à ce qui demeure en arrière-plan, ou sur des signaux d’information par opposition aux bruits. La seconde analogie fait référence aux implications logiques de l’appartenance à une catégorie ou à un ensemble donnés. Elle décrit le mécanisme des transformations contextuelles, par des enchâssements – des séquences plus courtes s’inscrivent dans des contextes élargis : par exemple, le récit d’un patient est au premier plan du cadre de la consultation psychiatrique où il prend place –, ou des juxtapositions de contextes indépendants : par exemple la discussion entre deux médecins sur le pronostic concernant un patient atteint du SIDA et, en marge de cette discussion, leur conversation sur leurs projets de week-end.

8Appliquée à l’analyse des entretiens, la logique du double cadrage laisse supposer que plusieurs contextes sont susceptibles d’apparaître au cours d’un même entretien. En dépit de ces multiples réalités, chaque cadrage construit son propre domaine d’existence (Goffman, 1991, p. 3). Ces contextes juxtaposés ou enchâssés peuvent être proposés aussi bien par le médecin que par le malade.

9Les travaux d’analyse de discours de Tannen (1984, 1986, 1993) et de Gumperz (1982, 1992) ont exploré dans le détail le problème fondamental des interactions de face à face : comment savons-nous communiquer et interpréter le sens de ce que nous disons lorsque nous nous parlons dans une interaction ? Si toute conversation, quelles que soient les circonstances, a un sens, que font les participants lorsqu’ils parlent ? Ou, plus précisément, comment les cadres donnent-ils, en cours d’échange, une forme à la conversation et que nous montrent-ils de la manière dont nous communiquons ?

10Dans la consultation psychiatrique avec un psychotique en crise nous verrons que les cadres sont des contextes transitoires – des réalités internes – proposés par le malade, souvent enchâssés dans des contextes extérieurs, également transitoires, proposés par le médecin. De cet échange, résultent de multiples enchâssements de cadres. Dans chacun, le locuteur émet un métamessage différent qui indique le type d’interaction ayant cours, selon lui, au moment où il parle. De sorte que, à l’intérieur d’un cadre, la parole du psychotique a sa cohérence propre.

Présentation des données

  • 1 Cette consultation a été enregistrée lors d’un programme de formation de l’Institut de psychiatrie (...)

11J’analyse vingt minutes d’une consultation psychiatrique. La malade, une brésilienne de la petite bourgeoisie, vivant à Rio de Janeiro, a été conduite à l’hôpital en état de crise psychotique. La consultation se déroule deux jours après son admission et avant le début de son traitement. À ce moment-là, elle est diagnostiquée comme étant en crise maniaque aiguë1.

12Au moment où elle est interrogée, dona Jurema est âgée de 61 ans et divorcée. Son entourage est constitué de sa sœur (Idete), son fils (Francisco) et sa petite-fille (Mariene). Tous les noms ont été modifiés pour préserver la confidentialité de la malade. Le médecin à qui dona Jurema a été confiée-je l’appellerai docteur Edna – est âgée de 25 ans et fait sa première année d’internat à l’institut psychiatrique.

13Au cours de l’entretien, dona Jurema a des comportements verbaux et non verbaux inattendus, et les ruptures de cohérence surviennent à plusieurs niveaux de la conversation. Rupture dans la dimension systémique de l’échange : la malade ne respecte pas les règles du tour de parole et l’alternance des rôles de locuteur et d’auditeur. Rupture dans la structure séquentielle de l’action : elle ne répond pas aux attentes caractéristiques des entretiens entre un médecin et son patient. Rupture du point de vue du contenu propositionnel : elle ne sait pas se référer à ce dont parle le médecin. De plus, au fur et à mesure que l’entretien progresse, dona Jurema s’adresse à plusieurs destinataires imaginaires qu’elle introduit sans qu’ils aient été légitimés et ratifiés par le psychiatre. De sorte que l’on ne peut guère parler, dans l’échange entre le médecin et son patient, d’interaction accomplie conjointement.

14Pourtant, en dépit de ces ruptures de cohérence à des niveaux structurels, on peut constater que le discours de dona Jurema respecte des cadres différents, qui manifestent plusieurs textes ayant chacun sa cohérence propre. Nous verrons que son discours obéit à des contraintes linguistiques et sociales sous-jacentes aux contextes qu’elle construit.

Introduction à l’analyse

15Lorsque dona Jurema parle, on peut entendre différents locuteurs s’adressant à des auditeurs distincts qui, de fait, sont absents. Elle joue plusieurs rôles, parlant tour à tour comme une patiente s’adressant à son médecin et comme une enfant à sa mère. C’est là un comportement banal dans la psychose. Lorsqu’elle fait l’enfant, elle parle également à d’autres membres de sa famille : à sa sœur, Idete, et à sa grand-mère, Lena. De plus, avec chacun de ces personnages, elle peut changer de rôle. Ainsi, elle peut parler comme sa sœur, Idete, comme sa grand-mère, Lena, et comme sa mère s’adressant à Jurema enfant.

16Les transformations intervenant au cours de l’entretien suivent le modèle des recadrages décrit par Goffman (1991, p. 50) : il s’agit de transformations systématiques avec des indices qui établissent le moment où elles doivent intervenir. Nous verrons que dona Jurema utilise plusieurs « fragments » ou « restes » de langage selon les rôles qu’elle s’attribue ou qu’elle attribue à son auditoire. Ces fragments langagiers, ainsi que d’autres traits linguistiques, mettent en évidence les cadres discursifs et l’interaction en cours. J’aimerais montrer qu’il y a deux cadres en jeu dans le discours de la patiente : le cadre de la consultation, placé au premier plan par le médecin, et qui ne fonctionne qu’à l’arrière-plan pour la patiente (dona Jurema ne met guère en avant son rôle de patiente) ; le cadre de la crise psychotique, au premier plan pour dona Jurema. Dans ces deux cadres, il y a des glissements dans la structure de participation : dans la situation d’entretien, le locuteur et l’auditeur prennent tour à tour la parole ; dans la crise psychotique, le locuteur (dona Jurema) s’adresse à un destinataire (la mère ou un membre de la famille), et le psychiatre occupe la place du participant non ratifié (Goffman, 1974), tenu à distance par la patiente, comme quelqu’un à qui on ne demande pas de participer à ce qui se passe.

17Des schèmes cognitifs (Tannen & Wallat, 1993) – les attentes respectives de la patiente et du médecin, qui peuvent les concerner l’un et l’autre, ou porter sur leur famille, leurs relations, leurs manières d’interagir ou la situation d’entretien – modifient et soutiennent les différents cadres. Le terme de schème renvoie aux structures cognitives utilisées dans l’interprétation de « ce qui se passe ici ».

18Les pages qui suivent décrivent la manière dont dona Jurema peut se montrer cohérente dans un de ces cadres et la manière dont cadres et schèmes interagissent dans cette consultation. J’ai présenté la transcription des données sur deux colonnes parallèles. Ce format rend compte précisément du type d’interaction qui se déroule et du fait qu’il n’y a pas d’attente d’information séquentielle. Dans ce format, deux énoncés qui se chevauchent occupent la même ligne (ou les mêmes lignes) horizontalement. La double barre (//) indique le début du chevauchement. Les informations non verbales ou paralinguistiques sont indiquées entre parenthèses. La plupart des extraits ne seront présentés qu’en français et décriront, aussi précisément que possible, le sens de la conversation qui a cours. Je n’ai ajouté le texte en portugais que pour les cas où le discours original est important. On trouvera le texte en portugais dans Ribeiro, 1988.

19L’information concernant la communication non verbale n’est présente dans la transcription que lorsqu’elle est pertinente pour l’analyse. Au cours de la consultation, les chaises ont été disposées de telle sorte que les participants puissent s’asseoir en diagonale l’un par rapport à l’autre. Dona Jurema est assise dans un fauteuil, à droite du médecin. Les participants sont très proches l’un de l’autre. Le médecin tend un micro à la patiente. En visionnant l’enregistrement, docteur Edna nous déclara que les mouvements imprévisibles de dona Jurema ne permettaient pas d’accrocher un micro à sa robe.

Le cadre de la consultation psychiatrique : « dona Jurema, si nous parlions un moment »

20Dans un contexte institutionnel, c’est au médecin de définir l’événement comme consultation psychiatrique. Dans ce cadre, docteur Edna se livre à trois sortes d’activité. Elle s’enquiert des faits auprès de dona Jurema et évalue ses réponses aux questions qu’elle a prévu de poser sur des thèmes prédéfinis. Elle se préoccupe également des besoins physiques de la patiente et lui demande : « Voulez-vous faire quelques pas ? » ; « Pouvez-vous vous lever toute seule ? » ; « Êtes-vous fatiguée ? ». La plupart du temps, cependant, les questions de la psychiatre montrent qu’elle s’inquiète de la conduite de l’entretien. Tout au long de la consultation, ses requêtes visent à orienter la conversation : « Parlons un peu » ; « Nous allons continuer à bavarder un moment » ; « Dites-moi quelque chose ». Elle demande à savoir pourquoi la patiente est incapable de communiquer : « Vous ne pouvez pas me parler ? » ; « Que dites-vous ? » ; « Que veut dire “totó” ? » ; et elle contrôle le canal communicationnel : « Vous ne m’entendez pas ? ».

21Les demandes répétées que le médecin adresse à dona Jurema pour qu’elle lui parle, constituent une invitation insistante à « s’engager dans un état de parole » et dans une « ratification réciproque » (Goffman, 1974). Il arrive que dona Jurema s’engage dans une conversation, à laquelle elle participe comme patiente répondant à son médecin, ou comme enfant s’adressant à sa mère.

22Lorsque la patiente ne s’engage pas dans la conversation, docteur Edna la somme de revenir au cadre de la consultation. Elle s’adresse à elle en répétant son nom, comme c’est le cas dans le passage qui suit :

23Le médecin tente sans succès d’interrompre le flot de paroles de la patiente. Elle insiste pour qu’elle revienne à l’entretien, alors que dona Jurema est prise dans son propre jeu verbal et continue de psalmodier et de chanter sans offrir la moindre réponse.

  • 2 En visionnant les bandes enregistrées avec elle, le médecin me dit que dona Jurema était consciente (...)

24Il y a pourtant quelques moments au cours de l’entretien où dona Jurema s’engage effectivement dans une conversation en tant que patiente et personne interrogée. Je discuterai quelques extraits montrant que la patiente est bien capable de s’engager brièvement dans le cadre de la consultation2.

Recadrages : de la crise psychotique au cadre de la consultation

25Nous venons de voir que dans le cadre institutionnel, le médecin invite constamment la patiente à parler. Elle répète sa requête – « Nous allons bavarder un petit moment » –, requête souvent transformée en un énoncé plus directif : « Nous allons continuer à parler un moment. » Dona Jurema répond à cette requête par une série de répliques négatives et indirectes qui montrent cependant qu’elle est bien attentive au cours de l’entretien. Son refus de coopérer peut prendre trois formes : 1) exprimer une plainte en se tournant vers le médecin ; 2) passer à une forme non verbale de communication ; 3) demander la permission de s’en aller et d’arrêter l’entretien. Nous allons illustrer chacune de ces situations.

La patiente exprime une plainte

26Dans cette première situation, dona Jurema quitte le cadre psychotique pour celui de l’entretien ; elle déclare au médecin qu’elle ne peut pas parler et se plaint de la requête initiale du médecin lui demandant de « bavarder un moment ».

27L’exemple qui suit vient en clôture d’une séquence d’ouverture de l’entretien. Le médecin vient de formuler une invitation : « Dona Jurema, nous allons bavarder un moment. » Cette requête ouvre l’entretien. En guise de réponse, la patiente se met à chantonner. Elle occupe le terrain, tandis que le médecin tente sans succès de prendre la parole. Dona Jurema clôt cette séquence en haussant le ton, tend les deux mains en direction du médecin et lui adresse un geste de supplication.

28Avant cette séquence, dona Jurema chantait et psalmodiait (s’adressant à sa mère et se référant à un secret, à son mari et à la Vierge Marie) sans croiser le regard du médecin. À la fin de l’hymne à la Vierge Marie (lignes 1-2), dona Jurema se tourne vers la gauche, en direction du médecin, lève lentement les mains et les bras et, au moment où elle lève la tête, regarde docteur Edna pour la première fois au cours de la consultation. C’est aussi la première fois qu’elle parle effectivement plutôt que de psalmodier et de chantonner. Au moment où elle prend la parole (lignes 3-4 et 6-7), elle répond négativement (« Que voulez-vous de plus ? ») à la requête du médecin. Elle semble sous-entendre : « J’ai déjà dit tout ce qu’il y a à savoir » et « Vous devriez être au courant plutôt que de me poser des questions. » Elle regarde le médecin et dit en se défendant : « Vous savez bien que je ne peux pas : :. » En ce point, elle est revenue au contexte de la consultation et cède la parole au médecin.

29La séquence qui suit est construite sur le même modèle. De nouveau, dona Jurema se tourne vers le médecin, s’adresse à elle et du coup lui cède la parole. La séquence prend place après un long monologue dans lequel la patiente s’adresse à sa sœur, chantonne un air parlant d’un secret et joue avec les pieds du médecin alors qu’elle évoque sa petite-fille, Mariene. Puis elle chante un hymne religieux (passant de sa petite-fille à la Vierge Marie). En fin de séquence, elle lève la tête, regarde le médecin et pose une nouvelle question.

30Comme dans l’exemple précédent, dona Jurema termine un long monologue en rétablissant le contact avec son médecin. En l’occurrence, elle tourne les yeux vers lui et lui pose une question (ligne 56). La question accomplit deux mouvements étroitement liés : elle reproche au médecin de ne pas savoir diriger le cours de la communication et le met au défi d’agir. En même temps elle lui cède la parole. Docteur Edna répond à la requête de la patiente en affirmant qu’elle va agir (ligne 7). Au tour suivant, dona Jurema défie à nouveau le médecin et lui demande de quoi elle voudra qu’elle parle. En guise de réponse (ligne 9), le médecin lui pose une question sur son « lieu de résidence », question qui fait partie de son agenda thématique et lui permet donc de reprendre son rôle d’interrogatrice mis en cause par la patiente.

31Ces deux séquences (2 et 3) montrent comment dona Jurema peut passer du cadre discursif de la psychose à celui de la consultation. Dans chacune de ces séquences, la patiente tourne les yeux vers le médecin et passe du chant à la parole. Elle parle pour formuler une requête qui a la force d’une complainte et cède la parole au médecin qui retrouve ainsi la maîtrise des tours de parole et de la structure de l’action : elle occupe le terrain et prend son tour en faisant une demande d’information référentielle sur un thème donné.

La patiente passe à la communication non verbale

32Le second type de réponse de la patiente aux demandes du médecin passe par un changement de canal communicationnel. L’exemple (4) montre comment dona Jurema répond à la question du médecin en ayant recours à un comportement non verbal. Elle se lance d’abord dans un discours dénué de sens, puis, en fin de séquence, fait des gestes expliquant son incapacité à parler.

33La patiente vient de dire qu’elle ne peut pas parler. Docteur Edna lui demande alors si c’est à elle qu’elle ne peut pas parler :

34À la ligne 1 le médecin demande à la patiente de confirmer qu’elle ne peut pas parler. En guise de réponse, dona Jurema se lance dans un propos dénué de sens (ligne 2). Elle produit une forme « tototo » qu’elle reprend plusieurs fois (lignes 3, 5, 7) et qui se transforme en charabia (lignes 9-10). Au moment où le propos devient inintelligible, ses gestes en direction du médecin semblent signifier, par convention, qu’« elle sait », autrement dit, que docteur Edna « sait bien de quoi elle parle » (lignes 9-10). Celle-ci se saisit de cet indice et répond au langage gestuel de la patiente en formulant verbalement ce qu’elle a exprimé de manière non verbale (ligne 11 « vous ne savez pas, n’est-ce pas »).

35Cet exemple, comme les précédents, montre que dona Jurema laisse entendre qu’elle ne veut pas engager la conversation avec le médecin. Sa réponse incohérente à la question initiale – « Vous ne pouvez pas me parler ? » – équivaut à une réponse au niveau métacommunicatif : « Non, je ne peux pas (ou ne veux pas) parler avec vous » (ligne 2). Ce qui suit est une illustration de la réponse : la patiente ne peut pas (ou ne veut pas) parler parce que sa parole n’est que charabia et elle passe sur le canal de communication non verbal pour indiquer qu’elle se rend bien compte que sa parole n’est que charabia.

La patiente clôt l’entretien

36Le troisième et dernier type de réponse représente le dernier mouvement de la patiente dans la consultation : elle demande la permission de s’en aller et, par là même, met un terme à l’entretien.

(5)

La patiente : est-ce que je peux me lelelelelever ?

Le médecin : oui, vous pouvez,
pouvez-vous vous lever [toute seule ?

37Dona Jurema demande la permission de se lever. Depuis le début de la consultation, elle a signalé qu’elle souhaitait partir, se balançant d’avant en arrière dans son fauteuil, se levant à moitié ou s’asseyant sur l’accoudoir ; elle a demandé de partir en utilisant le terme familier azular (disparaître). En d’autres termes, elle dit : « il est temps de partir », comme dans le passage suivant :

(6)

La patiente : il est temps.

Le médecin : il est temps pour quoi faire ?

La patiente : il est temps de partir

38Cette dernière requête complète un ensemble cohérent de réponses par lesquelles dona Jurema indique qu’elle ne veut pas engager la conversation. Elle commence par s’adresser au médecin par une plainte (exemples 2 et 3), puis s’engage dans une communication non verbale (exemple 4) et, enfin, demande à partir (exemples 5 et 6). Telles sont les différentes réponses de la patiente à la demande d’interaction dans le cadre de la consultation psychiatrique.

Indices de temps, de personne et de lieu

39Tout au long de cet entretien, dona Jurema introduit des indices qui montrent qu’elle n’ignore pas les références contextuelles de lieu, de temps et de personne propres au cadre institutionnel. Je voudrais maintenant faire quelques remarques sur chacun de ces indices.

40Pour ce qui concerne la localisation, dona Jurema fait référence, dès le début de l’entretien, à son « pavillon » :

(7)

Quand j’arrive dans mon pavillon.

41Au milieu de l’entretien, elle dit (en insistant) qu’elle est « ici, à l’hôpital » :

42Tout en donnant l’information référentielle adéquate (elle est à l’hôpital), Dona Jurema ne répond pas précisément à la question du médecin (« Quel hôpital ? ») et introduit une évaluation : « J’ai atterri dans un très bel hôpital. » Pourtant, à la fin de l’entretien, elle mentionne « l’hôpital » et, plus précisément, « l’hôpital Pinel » où elle a été conduite :

(9)

Voilà pourquoi Chico, chier soir->... est venu chez moi...
pour me pren::dre,... m’em::mener.... à l’hô:pital
à l’hôpital Pinel.

43Les séquences (7), (8) et (9) sont des exemples d’indices de localisation avancés par la patiente, indiquant qu’elle sait où elle se trouve (le pavillon, l’hôpital, l’hôpital Pinel).

44On trouve également des indices temporels. La seule référence au temps intervient à la fin de l’entretien (séquence 9). Dans la mesure où la consultation se déroule deux jours après son admission à l’hôpital, dona Jurema a bien une notion du temps même si elle se trompe d’un jour.

45Enfin, la patiente perçoit son incapacité et y fait référence au milieu de l’entretien. La séquence qui suit est précédée d’une question du médecin visant à établir un terrain commun de référence avec la patiente. Elle demande à dona Jurema de dire ce qu’elle a vu sur le chemin entre son pavillon et le bureau de consultation.

46Je donne le texte de cette séquence en portugais avant de le commenter :

47Lorsque la psychiatre parle à dona Jurema de « l’autre animal » (lignes 10-11), elle tente de savoir si elle se souvient d’avoir traversé le jardin de l’hôpital et d’y avoir remarqué des poulets et des canards. Dans sa réponse, pourtant, la patiente lui dit avoir vu des gente grande, c’est-à-dire des adultes – littéralement, des « grandes personnes » –, et elle ajoute qu’on ne peut pas parler de « grandes personnes ». On ne peut parler que de « petites gens », gente pequena. À la ligne 20, elle dira qu’elle-même n’est qu’une puce, une adulte qui n’a pas grandi. Elle utilise alors la forme diminutive anãozinho, qui peut être interprétée doublement : c’est une « petite puce » ou une « pucette », avec un suffixe qui ajoute une dimension affective.

48Ici l’asymétrie est exagérée. À l’asymétrie sociale de la consultation médicale, dans laquelle docteur Edna représente l’autorité questionnant et évaluant sa patiente, vient s’ajouter celle de la « petite puce », dona Jurema, parlant à une « adulte ». Dans le cadre de la consultation psychiatrique, la patiente se présente non pas comme une adulte accomplie, ni comme une enfant, mais plutôt comme un être intermédiaire, qui a quitté l’enfance mais qui ne se sent pas suffisamment adulte pour revendiquer l’identité des gente grande. Ce que dona Jurema souligne ainsi, c’est la perception qu’elle a de son inaptitude mentale.

49En résumé, la psychiatre et sa patiente parlent toutes deux dans un même cadre, celui de l’entretien psychiatrique. Docteur Edna tente d’interagir avec dona Jurema en lui rappelant de manière répétée le cadre de la consultation, mais sa patiente ne répond guère à ces rappels. À plusieurs reprises cependant, dona Jurema passe du cadre de la crise psychotique à celui de l’entretien, cède la parole au médecin et lui demande de l’aider. Ses demandes ont alors la force d’une plainte ou d’un défi à l’autorité du psychiatre. Elle donne des indications sur le lieu où elle se trouve, sur le moment où elle est arrivée à l’hôpital et dit qui elle est maintenant. Dans le cadre de la consultation, docteur Edna demande à la patiente de parler. La réponse qu’elle obtient se résume à ceci : « Je vous ai tout montré » et « Vous savez que je ne peux pas parler. »

50Il nous faut maintenant discuter des recadrages qui ont cours dans le contexte de la crise psychotique.

Le cadre de la crise psychotique : « Maman tu sais tout »

51Enchâssé dans le cadre de la consultation, on trouve le cadre de la psychose. Ces deux cadres peuvent être représentés comme dans le tableau ci-contre. Le trait principal du cadre psychotique tient au fait que la patiente y parle comme si elle était une enfant s’adressant à sa mère. Elle s’adresse parfois au psychiatre comme si celle-ci était sa mère, parfois à sa mère absente en faisant du psychiatre une tierce personne. Ce cadre psychotique est une fabrication au sens où l’entend Goffman (Goffman, 1991, p. 93-131), c’est-à-dire la transformation d’une conduite ordinaire, par laquelle dona Jurema traite littéralement (et non métaphoriquement) le médecin comme sa mère. Pour la patiente il y a donc une transformation de « la psychiatre qui est comme ma mère » (ce qui serait une métaphore et, en termes psychanalytiques, un transfert) en « la psychiatre qui est ma mère ». Comme le remarque Goffman, « un des travers agaçants des psychotiques est de donner un sens littéral à ce qui d’ordinaire n’a de sens que métaphorique, ou, à tout le moins, d’en donner l’impression » (ibid., p. 124).

52Dona Jurema s’adresse à son interlocutrice (la psychiatre dans le rôle de sa mère) ou à sa destinataire (sa mère absente) en utilisant le terme de senhora qui équivaut au « vous » formel en portugais du Brésil, ou ses variantes infantiles senhola et sinola. Elle utilise également la forme mãe, « maman », en accentuant la dernière syllabe, comme le font les jeunes enfants qui veulent solliciter l’attention de leur mère. L’extrait suivant prend place au début de la consultation et fait apparaître deux cadres conversationnels différents.

53À l’ouverture de la consultation, deux cadres s’opposent. Alors que docteur Edna invite la patiente à s’entretenir avec elle, dona Jurema produit un autre contexte conversationnel, dans lequel, à deux reprises, elle appelle sa mère (lignes 1 et 3 – « man :man : : »), et répond à la place de sa mère à l’enfant (ligne 4 « quoi, mon enfant »). Puis (lignes 5-6), le médecin demande au patient de participer à la conversation. Quand vient son tour (lignes 7-12), dona Jurema répond à la requête du médecin comme si elle avait été formulée par sa propre mère : « Que voulez-vous savoir, madame ma mère. » Ainsi, elle passe du contexte conversationnel qu’elle a elle-même construit à une conversation avec sa psychiatre/mère.

54Sous-jacent au cadre psychotique, on peut trouver le schéma d’une mère toute-puissante. Dona Jurema s’adresse à sa mère comme à madame minha mãe, « madame ma mère », celle qui sait tout (lignes 8-10). En portugais, la forme « madame » est utilisée dans les relations asymétriques et, dans le discours de l’enfant s’adressant à sa mère, l’action principale consiste à établir et à marquer la déférence. Comme le montre l’extrait précédent, l’entretien commence avec la question de l’enfant à sa mère : « Que voulez-vous savoir, madame ma mère ? » et « Ne savez-vous pas tout, déjà ? » La proposition centrale, « maman sait », est répétée tout au long de la consultation et est souvent transformée :

ma mère sait
vous (la mère/le médecin) savez
grand-mère Lena sait
mon fils sait
ma sœur sait
seul Dieu sait

55ou étendue :

maman est celle qui sait
elle est celle qui sait
il est celui qui sait
vous savez très bien
vous savez mieux que moi
vous savez mieux que n’importe qui

56Dans certains passages de la consultation, cela fait partie d’un jeu verbal présenté comme la rengaine d’une berceuse.

(12)

vous savez que vous saviez
tout tout ce que je voulais
vous êtes celle qui sait
c’est la mère,
c’est la mère,
c’est la mère,
c’est la mère,
c’est la mère,
c’est la mère,
c’est la mère,
c’est la mère,
          huh::::::!
c’est la mère de son:::fils !/

57Savoir et pouvoir vont de pair lorsque dona Jurema dit :

vous savez mieux que moi
vous savez mieux que n’importe qui

58Et cette position contraste avec celle de l’enfant qui ne sait rien, comme elle le répète à plusieurs reprises :

je ne sais rien, rien, rien.
je ne savais pas.

59ou lorsqu’elle se perçoit comme une enfant :

(13)

et c’est avec vous....

et c’est depuis ce temps-là, ma:man::?...

et c’est seulement maintenant que je sais, ma:ma::.....

j’étais une petite idiote, je ne savais rien...

je savais seulement sucer mon pouce.

(6.1)

(lève la main droite et met son pouce dans la bouche, ferme les yeux, se tourne vers le docteur, ouvre les yeux, retire son pouce de la bouche)

60Dans ce cadre conversationnel, la mère occupe une position d’autorité que dona Jurema traduit par une phrase qu’elle répète : « La mère est celle qui sait » ou, s’adressant à sa psychiatre/mère : « Vous êtes celle qui sait. » Ainsi le schéma de la relation asymétrique mère/fille exerce certaines contraintes sur le rôle de l’enfant s’adressant à sa mère. Ce schéma est signalé par les mouvements de l’enfant, par son activité verbale et par son langage enfantin. J’aimerais maintenant donner quelques exemples de ces indices.

Types de mouvements

61Enfant, dona Jurema marque sa déférence en s’adressant à sa mère, comme nous avons pu le voir dans les extraits (11) et (72) et cette déférence établit une relation asymétrique. Dans l’extrait qui suit, elle tente également d’apaiser la figure autoritaire de sa mère.

62Dona Jurema, faisant l’enfant, introduit une série de questions visant à obtenir l’approbation de sa mère (lignes 4-6). Elle répète (avec des variantes) trois fois sa demande, utilisant le morphème portugais -inho pour signaler son affection :

tà certo, mãe ?...
tá tudo bonzinho ?...
tá tudo certinho ?...
d’accord, maman ?...
est-ce que tout va bien ?...
est-ce que tout va au mieux ?..

63Ce type de demande attribue à la mère une position de juge et d’évaluateur : la mère est celle qui sait. Par conséquent, elle sait distinguer le vrai du faux, et sait dire si les choses vont comme il faut.

64Lorsque dona Jurema tente d’attirer l’attention de sa mère, elle utilise le marqueur viu, « vois » pour souligner son effort :

(15)

La patiente :
(parler enfantin)
ela tão sim :pes, viu !
viu mã
e: !

(16)

La patiente :
a senhora
dododododododdod-
a senhora- viu,
viu-viu-viu, viu-viu.
(gémissant)
tá vendo, mae: (3.1)

(17)

La patiente :
viu....
viu tanta curiosidade a-toa,
tá vendo, mãe....
viu mãe....
(enfile ses chaussons, les retire)
porque que não podia,
mãe ?

65L’insistance avec laquelle dona Jurema attire l’attention de sa mère (avec le marqueur viu) sur certains événements, ne permet pas de comprendre clairement à quoi elle se réfère. Comme une enfant, elle n’introduit pas ses thèmes, et ne propose aucun antécédent à ses références, se contentant d’utiliser des formes pronominales et des verbes impersonnels.

66Nous venons d’insister sur les mouvements de dona Jurema dans le cadre de la crise psychotique et sur la manière dont ils confirment l’asymétrie de la relation mère/fille. J’en viens aux jeux verbaux comme indices de ce cadre conversationnel.

Les jeux verbaux

67Tout au long de la consultation, les jeux verbaux rappellent le rythme des couplets enfantins et permettent, semble-t-il, à la patiente d’aborder indirectement des thèmes pénibles. Kirshenblatt-Gimblett (1976, p. 73), reprenant les travaux de Bernstein (1960) et Wolfenstein (1954), remarque que « le caractère ready-made des rimes, des plaisanteries, des railleries et des insultes rend les énoncés impersonnels et contribue ainsi à protéger l’enfant de la responsabilité de ses propos ». Il n’est donc pas étonnant que la patiente ait recours à des rengaines ou à des rimes lorsqu’elle s’adresse à sa mère. Nous avons déjà vu comment dona Jurema marque sa déférence. Dans l’exemple suivant, elle se sert d’un jeu verbal (speech play) pour défier sa mère indirectement, tout en se référant à un « secret » :

68Dona Jurema ignore les injonctions de la psychiatre (ou de sa mère) et poursuit sa propre activité. Dans ce cadre de parole, elle joue sur le thème du secret et déclame sur le fait d’avoir dit quelque chose :

(19)

eu já disse !
eu já disse !
eu já disse !
Je l’ai déjà dit !
Je l’ai déjà dit !
Je l’ai déjà dit !
déjà dit !, déjà dit !, déjà dit !

69Elle défie aussi son destinataire en lui disant qu’elle ne lui donnera pas l’information, qui demeurera secrète :

(20)

num vou contá !
num vou contá !
num vou contá !
num vou contá !
Je ne dirai jamais !
Je ne dirai jamais !
Je ne dirai jamais !
Je ne dirai jamais !

70Ainsi, lorsqu’elle s’adresse à sa mère, dona Jurema parsème son propos de déclamations et de chants enfantins. Le contexte est familial et, dans ce contexte, l’enfant peut jouer à des jeux de rythmes et de rimes « indépendants de tout besoin objectif » et présenter une série d’activités sujettes « à des arrêts et des reprises, à des répétitions et des pauses, ainsi qu’à des combinaisons avec d’autres séquences d’activités » (Goffman, 1991, p. 50).

L’usage du langage enfantin

71C’est la troisième manière d’exprimer la relation asymétrique mère/enfant. Dona Jurema utilise au cours de l’entretien certaines variantes phonétiques typiques des jeunes enfants. Les plus communes sont la substitution de l’alvéolaire latéral (1) à l’alvéolaire flap (r) à la troisième personne du singulier de l’imparfait de ser « être » (era/ela) ; le « vous » formel (senhora/senhola) ; et la forme « à cause de » (por isso/pol isso), que nous avons transcrite parfois en polisso. La fricative vélaire (x) (à Rio) ou l’alvéolaire roulée (r) (à São Paulo) se transforme en (1), dans des mots comme Terra/Tela (Terre), morrê/molê (meurt). Autre changement de consonnance, l’avancement (fronting) : la fricative alvéolaire (s) est remplacée par la fricative dentale (s) dans des mots comme chegá/segá (arrive), chove/sove (pluie) ; l’occlusive vélaire (k) est parfois remplacée par l’occlusive alvéolaire (t) dans les mots comme casa/tasa (maison), aqui/ati (ici). Toutes ces variantes, comme les précédentes, surviennent de manière asymétrique tout au long de l’entretien. Elles constituent un indice de plus de la position de dona Jurema enfant.

72Tel est le cadre de la crise psychotique. La patiente y construit deux figures : l’enfant et la mère, et ses affirmations comme ses demandes finissent souvent par une forme d’adresse gémissante et plaintive que nous avons transcrite par mãe : « man :man : : ». Le terme d’adresse (mãe) et le marqueur viu (vois), destiné à attirer l’attention de sa mère, traduisent en même temps la déférence de l’enfant vis-à-vis de sa mère, sa demande d’approbation et son défi taquin à l’autorité maternelle.

73Au cours de la consultation, nous avons vu la patiente parler comme dans une conversation avec sa mère et traiter la psychiatre comme si elle était sa mère. Dans les paragraphes suivants, nous la verrons s’adresser à sa grand-mère ou à sa sœur, passant d’une figure à l’autre et devenant la mère ou la grand-mère s’adressant à Jurema enfant.

L’émergence de textes cohérents dans la fabrication psychotique

74Dans le cadre de la crise psychotique, dona Jurema passe d’un rôle à un autre et construit de nouveaux contextes de communication. Les différents personnages qu’elle introduit dans son discours accomplissent des choses et des actions différentes. C’est là que prennent place les recadrages majeurs, par lesquels la patiente se présente elle-même sous une figure différente. Il est important néanmoins de garder à l’esprit que les changements de position de dona Jurema « consistent moins à mettre un terme à telle position antérieure qu’à la suspendre, étant entendu qu’on la reprendra presque aussitôt » (Goffman, 1987, p. 165).

75Ainsi, dans le cadre psychotique, l’alignement mère/enfant peut être temporairement suspendu et rétabli soudainement. De plus, dans le cadre de la fabrication psychotique, nous verrons qu’il y a plusieurs changements de cadre que le tableau suivant tente de présenter :

La mère à l’enfant : « Demande des excuses, mon enfant »

76Dans le cadre mère/enfant, dona Jurema échange les rôles avec sa propre mère. Ce contexte de parole constitue la réaction de la mère aux demandes anxieuses de l’enfant, comme le montre l’exemple suivant :

77On peut distinguer deux parties dans le passage qui précède. Dans la première (lignes 3-9), dona Jurema s’adresse à sa mère. À la ligne 3, elle signale le cadre avec le marqueur « oh », comme une injonction anxieuse à sa mère qu’elle appelle trois fois (lignes 5 et 7). Puis (lignes 8-9), s’adressant à sa mère, elle fait référence à la psychiatre comme à une spectatrice (bystander) (Goffman, 1987) : elle lui dit qu’elle « a » quelque chose, et qu’elle les autorise (elle et sa mère) à partir (ligne 9). Dona Jurema introduit deux schémas donc : elle reconnaît la présence de la psychiatre et signale qu’elle est consciente du rôle de docteur Edna. En tant que médecin, c’est à elle de lui accorder la permission de partir. De plus, en disant : « nous pouvons partir », elle indique que son identité recouvre deux personnes (une mère et un enfant). Son comportement non verbal correspond à ses énoncés : tout en parlant, elle tente de chausser ses chaussons pour se lever et partir. À la ligne 9, elle marque une pause, change de rôle et après avoir été l’enfant, devient la mère.

78Dans la seconde partie (lignes 10-22), dona Jurema parle comme une mère, utilise la forme « mon enfant » et introduit un schéma correspondant à l’action de « s’en aller », donnant des directives sur la manière de faire lorsqu’on doit partir (lignes 10-12 : « Eh bien, demande des excuses mon enfant », « c’est comme ça qu’on demande »). En fait la mère apprend à l’enfant un schéma de conduite sociale. Puis (lignes 13-22), elle fait une série de remarques évaluatives sur les réactions des gens devant un enfant pieds nus. Elle affiche sa sympathie à l’enfant en se plaignant des réactions disproportionnées des gens (« ils sont tellement curieux ») devant un événement mineur (« tout ça parce qu’ils t’ont vue pieds nus »). Ces remarques sur les conduites socialement inconvenantes (marcher pieds nus), qui attirent l’attention et la curiosité des gens, sont peut-être une référence indirecte à l’incorrection de dona Jurema lors de sa crise psychotique. En ce point la mère adopte une attitude de sympathie à l’égard de l’enfant.

79Dans le cadre que je viens de décrire, dona Jurema introduit deux schémas de conduite sociale. Le schéma de la « mère éducatrice » qui montre à son enfant comment se conduire correctement en public et demander des excuses. Dans ce schéma, la mère parle par directives. Dans le schéma de la « mère sympathique », elle se plaint des réactions sociales des gens face aux conduites inconvenantes de l’enfant. Finalement, dona Jurema adopte un mode de communication non verbal, pointe du doigt et hoche la tête comme s’il était temps de se taire.

L’enfant et sa grand-mère Lena : « Puis-je parler, grand-mère ? »

L’enfant :

« Puis-je parler, grand-mère ? »

Grand-mère :

« Vas-y, Jurema, vas-y.
C’est pour ton bien, mon enfant. »

80Dona Jurema s’adresse à sa grand-mère, Lena, bien qu’elle sache que celle-ci est morte, comme le passage qui suit le montre.

  • 3 Le dossier médical de la patiente indique qu’au cours de ses crises, dona Jurema s’adressait à ses (...)

81La séquence qui précède introduit le cadre de parole dans lequel Jurema enfant s’adresse à sa grand-mère. Elle commence par évoquer le passé (« en ce temps-là ») et, tout en reconnaissant que sa grand-mère est au paradis, décide de lui parler quand même. Grand-mère Lena doit savoir quelque chose (lignes 3-4). Dona Jurema lui pose donc une question et demande à lui parler (lignes 5-6, 11)3. Puis, après avoir marqué une pause, elle change de rôle et devient la grand-mère s’adressant à Jurema enfant :

82

83La forme d’adresse « Jurema » montre que la patiente parle au nom de quelqu’un d’autre. Grand-mère Lena donne des directives à Jurema enfant. Elle lui dit « d’y aller », « pour son bien ». Elle répète cette formule neuf fois, avec quelques variantes, soulignant sa requête. Elle se réfère également à « la jeune dame » comme à une spectatrice et rapporte les propos du médecin (« la jeune dame aussi te dit que c’est pour ton bien »). En paraphrasant la psychiatre, grand-mère Lena endosse sa position et signale qu’elle est du côté du médecin. Puis, grand-mère Lena dit à Jurema : « Écoute. » En fin de séquence, il y a un autre changement de personne, précédé du marqueur « bien ». Dona Jurema – la patiente/enfant – conclut en acceptant le conseil de sa grand-mère et dit : « Bien, j’écoute. »

84La deuxième séquence conversationnelle dans ce cadre prend place un peu plus tard dans l’entretien, après un échange au cours duquel dona Jurema fait preuve d’agitation et d’anxiété. Elle vient de se référer à son fils et a déclaré qu’elle n’a pas voulu faire appel à la police (il s’agit d’une référence à sa crise et à la réaction de sa famille). Dona Jurema s’adresse alors à grand-mère Lena :

(24)

Le médecin :

La patiente :

(respire fort)

1. oh !!! [hhh]

2. oh comme c’est fatigant

3. grand-mère Lena !...

4. vous êtes fatiguée

5. /dona Jurema?/

6. oh, grand-mère Lena !

7. oh, grand-mère Lena,

8. ici sur terre, si=

9. = on fait-
(regarde en bas, se penche en avant, bouge les jambes) [acc] 10. vous voulez savoir ?

11. je je ne sais rien..

12. t’vois, grand-mère Lena ?

85Dans cette séquence, dona Jurema exprime une série de plaintes fortes. Le marqueur « oh », suivi de la forme d’adresse « grand-mère Lena » (lignes 1-2 et 6-7), traduit son anxiété et sa lassitude. Elle signale que Lena est ailleurs (et pas « ici sur terre »), répète une formule qu’elle utilise aussi avec sa mère (lignes 10-11), qui témoigne de sa déférence et, une fois de plus, se présente (ligne 11) comme une enfant qui ne sait rien, réactivant le schéma de relation asymétrique que nous avons déjà analysé dans la relation mère/enfant.

86Le troisième exemple de ce type de cadre est emprunté à la fin de la consultation. Dona Jurema clôture l’entretien en reconnaissant grand-mère Lena comme étant la seule auprès de qui elle demandera des excuses.

87Dona Jurema choisit grand-mère Lena comme la personne à qui elle s’adresse au terme de la consultation (lignes 4-5), la seule dont elle prend congé (lignes 6-7). C’est aussi à elle qu’elle se plaint (voir la séquence 23) ; elle est enfin celle dont elle accepte les directives (voir la séquence 22). Dans ce cadre de parole, la patiente ne défie jamais son destinataire. Dans son esprit, les grand-mères doivent être « écoutées » et c’est bien ce que fait dona Jurema (séquence 22).

L’enfant et sa sœur Idete : « Je te l’avais bien dit, Deta »

88Jurema enfant s’adresse aussi à sa sœur Idete à quatre reprises au cours de la consultation. Je décrirai deux de ces séquences. Dans la première, la patiente semble vouloir prouver quelque chose à sa sœur :

(26)

1. oh, ohohohohohohoh.
[acc]
2. doucement,
3. doucement,
4. doucement,
5. ‘parce que c’était, c’était, c’était-
6. est-ce que je ne t’avais pas dit, Deta.
7. je ne t’avais pas dit Deta=
8. =que ça avait– [‘hhh]
9. popopopopopopopopopopo=

89Dona Jurema était en train d’évoquer sa mère. C’est alors (ligne 1), qu’elle se penche, regarde vers le bas et joue avec ses chaussons tout en émettant un son expressif continu. Puis, contrôlant ses gestes pour chausser ses chaussons (lignes 2-4), elle s’adresse par deux fois à sa sœur (lignes 6-7), s’interrompt (ligne 8) et se lance dans un discours incohérent (ligne 9).

90À un autre moment, après avoir parlé avec grand-mère Lena, dona Jurema s’adresse à nouveau à sa sœur.

(27)

c’est ça, sœu....
sœurette....

91On peut remarquer l’utilisation des diminutifs affectifs. La patiente explique ensuite comment elle avait l’habitude d’appeler sa sœur (séquence 28). Le propos, cette fois, n’a pas de destinataire particulier. Il peut s’agir aussi bien de grand-mère Lena, de la psychiatre, que de la mère, qui est le destinataire principal de dona Jurema.

92Dona Jurema donne des informations factuelles sur sa sœur Idete qui est à la fois la personne qui s’est occupée d’elle et sa plus proche parente. Son comportement non verbal laisse entendre qu’elle veut que ces informations soient enregistrées. Lorsqu’elle parle avec sa sœur Idete, la patiente traduit son affection par différentes formes d’adresse. Au début de la consultation, par exemple, il y a une rupture de cadre (du contexte mère/enfant au contexte sœur/sœur) : la patiente regarde en direction du coin gauche de la salle, comme si quelqu’un était là, et crie « Dete ! Deti : :nha ! » Tout au long de l’entretien, et lorsqu’elle est en conversation avec sa sœur, elle l’appelle Dete ou Deta, Idetinha ou Detinha, mana ou maninha (sœurette).

Sœur Idete et la psychiatre : « Grâce à Dieu ! C’est fini ! »

93De tous les membres de la famille qu’évoque dona Jurema, sa sœur Idete, qui est aussi sa garde-malade, est la seule à interagir avec la psychiatre, à avoir maintenu le contact avec elle, et ce sont ses déclarations qu’on trouve dans les dossiers de l’hôpital.

94Dans la séquence qui suit, on peut voir un phénomène de recadrage au cours duquel dona Jurema change de rôle et se met à la place de sa sœur. Elle s’adresse à la psychiatre, déclare que dona Jurema a été un peu malade mais qu’elle va mieux et termine en félicitant docteur Edna.

95Dans la première partie de cette séquence, dona Jurema demande au médecin de rester silencieux et indique le coin droit de la salle. Elle se tourne alors vers la droite, se cale dans son fauteuil en s’éloignant de docteur Edna. Puis elle regarde vers le bas. Ce mouvement (entre les lignes 3 et 7) est suivi d’un autre, où elle lève la tête, se tourne vers la gauche et regarde en direction du médecin. En même temps qu’elle change de mouvement, elle change de rôle : sur un ton plus aigu et avec un débit plus lent, elle parle comme Idete, sa sœur. Elle exprime son soulagement et remercie Dieu (ligne 9). Docteur Edna demande à être informée sur ce qui s’est passé ou ce qui se passe encore. Dona Jurema, parlant pour sa sœur, sourit au médecin (ligne 11) et dit : « C’est fini. » « Qu’est-ce qui est fini ? » demande la psychiatre (ligne 12). Parlant d’elle à la troisième personne, la patiente déclare alors que dona Jurema va bien. Elle a simplement la tête qui tourne (lignes 13-14), réclame un verre d’eau pour sa sœur, dona Jurema, informe le médecin en lui disant qu’elle ne savait pas vraiment que « ça » allait arriver, c’est-à-dire, semble-t-il, sa crise psychotique. Elle conclut en félicitant le médecin (ligne 20).

96Lorsque c’est sa sœur qui s’adresse au médecin, la patiente accomplit une série de mouvements séquentiels : elle exprime son soulagement parce que Jurema va mieux, explique au médecin ce qui s’est passé, lui demande d’agir, s’excuse de ce qui est arrivé, fournit une explication et conclut en félicitant le médecin. Tous ces mouvements s’intègrent au schéma de dona Jurema concernant sa sœur et son comportement à l’égard de docteur Edna ou des médecins en général. Dans les termes proposés par Tannen & Wallat (1993, p. 60), le schéma cognitif renvoie aux « attentes des participants concernant les gens, les objets, les événements et les situations dans le monde ». Il semble que dona Jurema se souvienne de crises antérieures et qu’elle se rappelle les mouvements séquentiels que sa sœur accomplissait et qu’elle décrit ici.

Conclusion

97La notion de cadre (Bateson, 1972 ; Goffman ; 1991 ; Tannen 1985, 1986) fournit un critère naturel pour découvrir des « morceaux » (chunks) de discours cohérent dans le propos d’un locuteur malade mental. Dans la consultation que nous venons d’analyser, les interventions du patient, en crise psychotique grave, n’ont le plus souvent aucun sens. Elle ne répond guère aux questions du médecin, passe d’un thème à un autre et s’engage dans des activités qui n’ont rien d’interactionnel (chanter, déclamer). Pourtant, l’analyse de son discours permet d’isoler plusieurs contextes de communication qui font sens par eux-mêmes.

98J’ai voulu montrer qu’en examinant les différents cadres de parole que dona Jurema construit sans cesse, on peut voir émerger plusieurs textes qui ont chacun leur cohérence. Dans chacune de ces performances, deux choses semblent se produire. D’une part, dona Jurema change de rôle, abandonne le rôle de patient pour se faire enfant, s’adresser à sa mère, sa grand-mère, sa sœur Idete. D’autre part, il lui arrive de parler comme sa propre mère, sa grand-mère ou sa sœur. Chacun de ces recadrages contient différents types de contribution du patient.

99J’ai montré qu’il y a deux cadres principaux en jeu : le cadre de la consultation psychiatrique et celui de la crise psychotique, ce dernier étant inscrit dans le premier. Goffman (1991) affirme que c’est la « frange » du cadre qui définit une activité et son statut dans le monde réel, alors que le « noyau » du cadre définit la nature de l’activité dramatique « transformée ». Il semble que dans les « fabrications psychotiques », le « noyau » du cadre soit encore plus éloigné de sa « frange ».

100Dans le cadre de la consultation psychiatrique, les réponses de dona Jurema sont chargées de plaintes sur son état de santé ou sur les demandes déraisonnables du médecin (lui imposer un entretien) ; elle formule également des demandes qui défient l’autorité du médecin comme organisateur de la consultation.

101Dans le cadre de la crise psychotique, dona Jurema se sert de figures familiales (mère, grand-mère, sœur) pour construire différents contextes de parole et, dans chacun d’eux, elle accomplit une série de mouvements qui traduisent le contexte de parole qu’elle a construit. En même temps elle donne à voir des schémas associés à des référents. Elle sait, comme patiente, qu’on ne doit pas faire de bruit à l’hôpital et qu’il faut aller ailleurs si on veut faire du bruit. À l’égard de sa mère, elle marque sa déférence et, parlant à la place de sa mère, elle fait la différence entre l’éducatrice et la mère « sympathique » qui prend son parti. Parlant pour sa sœur, elle agit aussi conformément à un schéma et remercie Dieu pour l’amélioration de l’état de santé de Jurema, explique au médecin ce qui s’est passé, demande un verre d’eau pour Jurema, s’excuse et félicite le médecin.

102Lorsqu’elle fait l’enfant, dona Jurema ne s’adresse pas de la même manière à sa mère et à sa grand-mère. Grand-mère Lena est celle que l’enfant choisit lorsqu’il veut partir, et, lorsque le médecin lui demande qui est Lena, dona Jurema lui répond que c’est sa grand-mère et qu’elle est au paradis. La patiente peut se plaindre auprès d’elle ou lui faire part d’une opinion. Mais il lui arrive rarement de lui marquer sa déférence. En s’adressant à sa mère, en revanche, elle se montre déférente et réaffirme la connaissance qu’elle détient.

  • 2 Les conventions de transcription sont celles de Tannen (1984).

103En somme, dona Jurema utilise le langage pour refléter les différentes fonctions sociales de chacun des participants dans son discours. À ce niveau d’analyse, elle ne connaît aucun « insuccès » (Austin, 1962), ce qui est une réussite inattendue pour un « patient-malade mental »2.

Bibliographie

Austin John Langshaw (1962), How to Do Things with Words, Oxford, Oxford University Press (trad. fr., Paris, Seuil, 1970).

Bateson Gregory (1972), « A Theory of Play and Fantasy », in Id., Steps to an Ecology of Mind, New York, Chandler, p. 177-193.

Becker Alton L. (1979), « Text-building, Epistemology and Aesthetics in Javanese Shadow Theatre », in A. L. Becker & A. Yendoyan (eds), The Imagination of Reality, Norwood, NJ, Ablex.

Becker Alton L. (1981), « On Emerson on Language », in D. Tannen (ed.), Analyzing Discourse. Text and Talk, Washington, DC, Georgetown University Press, p. 1-11.

Becker Alton L. (1982), « Beyond Translation: Aesthetics and Language Description », in H. Byrnes (ed.), Contemporary Perceptions of Language. Interdisciplinary Dimensions, Washington, DC, Georgetown University Press, p. 124-138.

Bernstein Basil (1960), « Review of the Lore and Language of School Children by Iona and Peter Opie », British Journal of Sociology, 11, p. 178-181.

Goffman Erving (1974), Les rites d’interaction, Paris, Minuit [1967].

Goffman Erving (1987), Façons de parler, Paris, Minuit [1981].

Goffman Erving (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit [1974].

Gumperz John J. (1982), Discourse Strategies, Cambridge, Cambridge University Press.

Gumperz John J. (1992), « Contextualization and Understanding », in A. Duranti & C. Goodwin (eds), Rethinking Context, Cambridge, Cambridge University Press, p. 229-252.

Halliday Michael Alexander Kirkwood & Rouba Hassan (1976), Cohesion in English, Londres, Longman.

Kirshenblatt-Gimblett Barbara (1976), Speech Play, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Labov William (1972), « The Transformation of Experience in Narrative Syntax », in Id., Language in the Inner City, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, p. 354-396.

Labov William & David Fanshel (1977), Therapeutic Discourse, New York, Academic Press.

Ribeiro Telles Branca (1988), Coherence in Psychotic Discourse. Frame and Topic, Washington, DC, Georgetown University, Ph. D. dissertation.

Ribeiro Telles Branca (1993), « Framing in Psychotic Discourse », in D. Tannen (ed.), Framing in Discourse, Oxford, Oxford University Press, p. 77-113.

Ribeiro Telles Branca (1994), Coherence in Psychotic Discourse, Oxford, Oxford University Press.

Rochester Sherry & James R. Martin (1979), Crazy Talk. A Study of the Discourse of Schizophrenic Speakers, New York, Plenum Press.

Schiffrin Deborah (1985), « Conversational Coherence : The Role of “Well” », Language, 61, p. 640-657.

Schiffrin Deborah (1987), Discourse Markers, Cambridge, Cambridge University Press.

Tannen Deborah (1985), « Conversational Coherence : the Role of “Well” », Language, 61, p.

Tannen Deborah (1984), Conversational Style. Analyzing Talk among Friends, Norwood, NJ, Ablex.

Tannen Deborah (1985), «Frames and Schemas in the Discourse Analysis of Interaction», Quaderni di Semantica, 6, p. 313-321.

Tannen Deborah (1986), That’s not What I Meant !, New York, William Morrow.

Tannen Deborah (1993), Framing in Discourse, Oxford, Oxford University Press.

Tannen Deborah & Cynthia Wallat (1993), « Interactive Frames and Knowledge Schemes in Interaction », in D. Tannen (ed.), Framing in Discourse, p. 57-74.

Wolfenstein Martha (1954), Children’s Humor. A Psychological Analysis, Glencœ, IL, Free Press.

Notes

1 Cette consultation a été enregistrée lors d’un programme de formation de l’Institut de psychiatrie à l’École de médecine de l’Université fédérale de Rio de Janeiro, Brésil. L’hôpital mit à ma disposition le dossier clinique de la patiente, son histoire médicale, ainsi que des lettres de la sœur de dona Jurema, Idete, au docteur Edna. Le diagnostic du patient était incertain : d’abord classée comme maniaco-dépressive, son psychiatre pencha plus tard pour un épisode psychotique organique-transitionnel. La description initiale du médecin indiquait que la patiente « refusait de coopérer à l’examen clinique, montrant une baisse d’attention, de l’hypo-ténacité, de l’hypo-vigilance, un affect instable, une indifférence à l’environnement, un comportement enfantin, un débit de parole rapide, du bavardage et de la persévération ». Elle ajoutait que la patiente était dans un état « délirant » tout au long de l’entretien.

2 En visionnant les bandes enregistrées avec elle, le médecin me dit que dona Jurema était consciente de la situation d’entretien et qu’à plusieurs reprises elle s’était engagée dans une conversation : « Elle savait bien que j’étais là, qu’il s’agissait d’une consultation, elle attendait de moi que je lui dise qu’elle était terminée et que je la reconduise à son pavillon. »

3 Le dossier médical de la patiente indique qu’au cours de ses crises, dona Jurema s’adressait à ses parents, aussi bien aux vivants qu’aux morts. Ce sont des rituels religieux assez fréquents dans la culture brésilienne que de parler aux morts ou de les écouter. Ces rituels (umbanda et quimbanda) sont d’origine africaine et sont pratiqués dans tous les milieux, sans distinction de classe ou d’ethnie. Le dossier de la patiente indique que dona Jurema a été initiée à ces rituels par un de ses compagnons. C’est donc pour elle un « texte antérieur » (Becker, 1979). C’est également un des schémas dont elle dispose dans ce cadre.

Notes de fin

1 Cet article est paru pour la première fois dans l’ouvrage collectif, publié sous la direction de Deborah Tannen, Framing in Discourse, Oxford University Press, 1993. Je remercie Cynthia Read et les éditions d’Oxford University Press de m’avoir autorisée à faire paraître cette version modifiée pour la présente publication. La recherche dont cet article rend compte a été soutenue par le Conselho Nacional de Pesquisa (CNPq), qui a financé mes études doctorales aux États-Unis. Je remercie les docteurs Eustaquio Portella et Jeremias Ferraz Lima pour l’enregistrement vidéo des données. Je remercie également le médecin consultant pour sa disponibilité et l’intérêt qu’il a porté à mon travail. Enfin, même si je n’ai jamais rencontré la patiente, je tiens à dire ici tout ce que je lui dois.

2 Les conventions de transcription sont celles de Tannen (1984).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/10320/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search