Version classiqueVersion mobile

La folie dans la place

 | 
Isaac Joseph
, 
Joëlle Proust

Troubles de la conversation

Les troubles de la compétence interactionnelle dans la schizophrénie

Interactional Competence Impaired in Schizophrenia

Die Störung der Kompetenz in bezug auf Interdependenz der Aktion in der Schizophrenie

Bernard Pachoud

Résumé

The author proposes to explain the impairing of interactional competence in schizophrenia within the framework of a general theory of action, which describes the coordination constraints having to be satisfied in order that a complex action, a conversation for example, may be accomplished. It is because the patient does succeed neither in maintaining the prospect of a stable meaning, nor in keeping the thread of cooperation, that he displays an incapability of conversing in a coherent and relevant way.

Texte intégral

1Une vaste tradition sociologique, qui s’appuie sur weber, l’interactionnisme symbolique et l’ethnométhodologie, voit dans les interactions interindividuelles la matrice des faits sociaux, ce qui peut suggérer au psychologue l’idée que la compétence à s’engager dans des interactions conditionne la compétence sociale. La question se pose alors, pour des troubles psychopathologiques associant une altération de l’aptitude à s’engager dans des interactions et un déficit de la compétence sociale, comme c’est typiquement le cas des troubles schizophréniques, de savoir si le premier déficit, interactionnel, ne suffit pas à rendre compte du second, affectant la compétence sociale. Cette question très générale en recouvre en réalité plusieurs, et on distinguera au moins les deux suivantes : peut-on parler d’un trouble de compétence interactionnelle dans la schizophrénie, en quoi consiste-t-il et peut-il être ramené à un déficit plus élémentaire ? Ce trouble de la compétence interactionnelle peut-il suffire à rendre compte de l’altération de la compétence sociale des schizophrènes ?

2Le présent travail vise à apporter des éléments de réponse à la première question : nous soutiendrons qu’il existe en effet un trouble schizophrénique de la compétence interactionnelle, que nous tenterons de spécifier. Quant à la seconde question, nous la laisserons ouverte ; elle est, à notre connaissance, assez peu documentée.

Du discours à l’action

3Peut-on parler d’un trouble de la compétence interactionnelle dans la schizophrénie ? La question étant ainsi posée, il paraît naturel de considérer que l’approche interactionnelle telle qu’elle a été développée par des courants de la microsociologie (l’interactionnisme symbolique, l’ethnométhodologie) devrait constituer un outil intéressant et approprié pour rendre compte des troubles schizophréniques tels qu’ils se manifestent en situation d’interlocution, ce qui est le cas des situations d’évaluation clinique.

4En pratique cependant, ce n’est pas ainsi que la question s’est posée, du moins jusqu’à récemment, en psychopathologie, et l’approche interactionnelle reste étonnamment méconnue des cliniciens. Le cloisonnement disciplinaire n’est sans doute pas la seule explication. La sémiologie de la schizophrénie, en particulier la sémiologie traditionnelle qui remonte au début du siècle, sous l’influence d’une très classique psychologie des facultés, catégorise les manifestations psychopathologiques en registres nettement distincts, séparant les troubles du langage, de la pensée, de la motricité et de la perception. C’est ainsi que les troubles de la communication sont rapportés essentiellement aux troubles du langage, éventuellement aux troubles de la pensée, et qu’aujourd’hui encore l’étude des schizophrènes en situation d’interaction est essentiellement envisagée à partir de l’étude des troubles du langage (ou du discours) schizophrénique.

5Une telle approche, essentiellement linguistique, rencontre cependant la difficulté d’avoir à spécifier ce qui distingue ces troubles schizophréniques des troubles du langage liés à d’autres pathologies, troubles éventuellement plus sévères que ceux des schizophrènes – que l’on songe aux aphasies ou simplement à la surdi-mutité – sans que ces déficits n’altèrent à proprement parler l’aptitude de ces patients à s’engager dans des interactions, même si cela impose des ajustements à leur déficit. À l’extrême, ces patients conservent l’aptitude à s’engager dans des interactions non verbales avec autrui et, en dépit de leur handicap, on ne considère pas qu’ils présentent un trouble de la compétence sociale au sens où l’on emploie ce terme pour les psychotiques. Cette comparaison suffit à faire apparaître que le langage ne joue pas nécessairement un rôle primordial dans le déroulement d’une interaction, pas plus qu’il n’est indispensable. Il s’ensuit qu’une étude des interactions centrée sur le langage (ou le discours) risque de laisser dans l’ombre des aspects essentiels du déroulement des interactions. C’est précisément ce qui fait l’intérêt de l’approche interactionnelle (nous désignons ainsi les analyses microsociologiques ayant pour objet premier les interactions) pour l’étude des troubles schizophréniques en situation d’interaction ; elle fait apparaître que ces troubles ne relèvent pas prioritairement d’un trouble de la compétence linguistique, mais plus essentiellement d’un trouble de la coordination de l’action, trouble rendu spécialement manifeste dans les situations exigeant un haut degré de coordination, telles les interactions verbales.

6Il n’y a pourtant pas, à strictement parler, d’antinomie entre une approche linguistique des troubles de la communication, à condition qu’elle soit élargie à la pragmatique, et les approches descriptives de tradition sociologique (telle que l’analyse conversationnelle) ; elles diffèrent cependant par une hiérarchisation différente des dimensions prises en compte. Le langage, les indices linguistiques sont naturellement privilégiés par les approches linguistiques, alors que l’approche interactionnelle tend à réintégrer les échanges verbaux dans le cadre plus général des actions finalisées, et plus précisément des actions collectives dont les conditions de possibilité, notamment les modes de coordination, ne sont pas prioritairement langagiers. Ainsi sont amenés au premier plan, dans une perspective interactionnelle, la dimension de l’action et les processus nécessaires à sa coordination. C’est finalement ce déplacement – dans l’étude des interactions des schizophrènes – d’une approche centrée sur le discours (et sa cohérence) à une approche centrée sur l’action (et sa coordination) que nous voudrions thématiser dans ce qui suit.

7Cette priorité accordée à la dimension de l’action apparaît d’autant plus pertinente que les recherches contemporaines sur les troubles cognitifs susceptibles d’expliquer les manifestations schizophréniques mettent en cause la sphère motrice : il y aurait un déficit schizophrénique de la planification de l’action et du discours, responsable de la désorganisation de ces derniers (Hoffman, 1986), un déficit de l’initiation de l’action, responsable de son appauvrissement ainsi que des formes déficitaires de la maladie (Frith, 1992), et surtout un trouble de l’agentivité, c’est-à-dire du sentiment d’être l’initiateur ou le sujet de ses actes. Ce dernier trouble expliquerait des phénomènes pathologiques tels que le syndrome de l’influence, où le patient a l’impression d’agir sous l’influence de forces externes, et l’automatisme mental caractérisé par le sentiment d’autonomisation mécanique et de désubjectivation de la pensée (Frith, 1992). Cette hypothèse d’un trouble de monitoring de l’action, c’est-à-dire à la fois de la prise de conscience de l’action en cours et du contrôle exercé sur elle, doit son actuel succès à son pouvoir d’explication des symptômes, à une série de validations expérimentales (les schizophrènes s’avèrent en effet déficients dans des tâches de contrôle moteur, notamment de correction précoce d’erreurs motrices), et, enfin, à sa mise en rapport avec un mécanisme neurophysiologique assez précisément connu (le mécanisme de la copie différence qui informe les structures centrales, intégratrices, des commandes motrices efférentes). Cette fonction de monitoring de l’action recouvre notamment les processus de prise de conscience de ses propres intentions. Sa déficience explique à la fois le trouble de l’agentivité et les difficultés de planification.

8Le recours à la notion d’intention ne va cependant pas sans soulever un problème théorique et conceptuel. Schématiquement, on peut défendre une conception réaliste de l’intention et considérer alors que toute action volontaire est « causée » par une intention préalable, ou, au contraire, proposer une conception « anti-réaliste » où l’intention n’est qu’un simple mode de description de l’action volontaire. Sans entrer ici dans ce débat conceptuel (et donc philosophique), observons simplement que la notion d’intention joue un rôle essentiel dans la communication : la compréhension équivaut en effet à l’appréhension d’un vouloir-dire, donc d’une intention signifiante, du locuteur – conformément aux thèses de Grice (1957) – tandis que la coordination exige d’appréhender les intentions du partenaire. Les interactions verbales constituent donc des situations privilégiées pour l’étude de la gestion des intentions. En effet, s’il est vrai que le déficit cognitif que présentent les schizophrènes concerne la prise de conscience de leurs propres intentions et, par la suite, la gestion de leurs actions complexes, alors un tel déficit devrait retentir sur leur compétence pragmatique à coordonner leur discours, voire à appréhender les intentions signifiantes d’autrui et, par conséquent, à se coordonner avec autrui dans les interactions verbales. Or c’est exactement ce qu’on observe.

9Nous nous proposons donc de montrer que les troubles du discours schizophrénique, dont la description et la spécification relèvent essentiellement d’une analyse pragmatique, peuvent être également analysés dans le cadre plus général d’une théorie des interactions privilégiant l’étude des modes de coordination. Nous commencerons par exposer les principaux acquis de l’étude pragmatique du discours des schizophrènes et proposerons ensuite une réinterprétation de ces troubles en termes de troubles de la coordination de l’interlocution.

L’éclairage de la pragmatique formelle

10Les recherches psycholinguistiques contemporaines concernant les altérations du langage des schizophrènes, aboutissent à la conclusion que celles-ci ne peuvent être ramenées à un trouble de la compétence linguistique, c’est-à-dire de la maîtrise des règles syntaxiques et sémantiques du langage (Schwartz, 1982), mais relèvent essentiellement de la dimension pragmatique, c’est-à-dire de l’usage du langage. Le seul trouble schizophrénique proprement linguistique concerne la dimension sémantique : les néologismes et les paraphasies sémantiques. Mais ces derniers ne suffisent évidemment pas pour rendre compte de la désorganisation du discours schizophrénique, qui est souvent manifeste en l’absence de trouble sémantique patent. Il est en revanche assez facile de montrer que la désorganisation du discours des schizophrènes relève de la dimension pragmatique, les principes de l’usage du langage comportant ceux qui assurent la cohérence du discours, et, par conséquent, son interprétabilité ou, si l’on préfère, son sens (Rochester & Martin, 1979 ; Schwartz, 1982 ; Trognon, 1987, 1988 ; Widlöcher & Hardy-Bayle, 1989 ; Frith, 1992).

11D’un point de vue pragmatique, ce qui confère au discours schizophrénique son caractère fréquemment discontinu, « difficile à suivre », voire incohérent ou hermétique, c’est essentiellement qu’il n’est pas possible à l’auditeur d’établir les inférences nécessaires à la détermination du sens des énoncés ou à l’appréhension de leur cohérence. Rochester et Martin (1979), qui, parmi les premiers, ont montré la prévalence des troubles pragmatiques du discours schizophrénique, ont mis l’accent sur cette dimension inférentielle, soulignant par là que n’est pas en cause la compétence proprement linguistique, mais bien le lien entre le discours et son monde référentiel ainsi que le lien entre le discours et son destinataire. En effet, diverses tâches inférentielles nécessaires à la compréhension des énoncés ne peuvent pas être effectuées normalement par l’auditeur, faute de disposer des informations (extra-linguistiques, contextuelles) requises. En résultent des difficultés d’interprétation dont le locuteur schizophrène ne semble ni soucieux ni conscient. Sont ainsi très caractéristiques du discours schizophrénique :

121) L’indéterminabilité des référents des termes indexicaux. Il n’est pas rare que les schizophrènes mentionnent à l’aide de termes indexicaux, un pronom, par exemple, des personnes qu’ils n’ont pas introduites dans leurs discours antérieurs et qui n’appartiennent pas au contexte partagé avec l’interlocuteur. Il est alors impossible à l’auditeur de comprendre à qui il est fait référence. Un tel emploi inapproprié des termes indexicaux est selon Rochester et Martin (1979) un des traits spécifiques du discours schizophrénique.

132) L’emploi de termes polysémiques dont la désambiguïsation est indécidable. Il provoque le même type d’indétermination du sens des énonciations schizophréniques (Schwartz, 1982 ; Cohen et al, 1992). Ce trouble, comme le précédent, est en général rapporté à la difficulté du schizophrène de tenir compte du contexte, comme cela a été bien mis en évidence par diverses tâches expérimentales en psychologie cognitive. Mais en déterminant expérimentalement le contexte, qui se trouve en général défini par la tâche, ces travaux ne spécifient pas ce qui constitue le contexte en situation naturelle, et encore moins comment se forme progressivement un contexte partagé au cours de l’échange.

143) Enfin, les troubles de la cohérence et de la continuité du discours. Ils sont certainement les plus fréquents et les plus typiques. De nouveau, c’est inférentiellement qu’on en juge, lorsqu’aucune interprétation n’est facilement accessible, permettant de rétablir, à un niveau implicite, cette cohérence. Qu’y a-t-il en effet de plus typique du discours schizophrénique que son caractère discontinu, avec des changements inopinés de thème, des phrases inachevées brutalement interrompues (qualifiées de « barrages » par la sémiologie), bref toutes sortes de ruptures, qu’on peut catégoriser comme monologales ou dialogales. Elles sont monogales lorsqu’elles surviennent dans le flux des propos du locuteur et dialogales lorsque son intervention ne s’enchaîne pas (et fait donc rupture) avec l’intervention du locuteur précédent. Ces discontinuités n’ont pas échappé aux descriptions sémiologiques traditionnelles de la schizophrénie, qui parlent de « réponses à côté », de digressions thématiques, voire de « diffluence », et elles ont été classiquement interprétées comme des expressions d’un trouble du cours de la pensée, avec discontinuité idéïque, qualifié depuis Bleuler (1917) de dissociation de la pensée.

15Il est utile, pour spécifier ces ruptures de cohérence, de distinguer celles qui apparaissent au sein des énonciations du patient et celles qui concernent l’enchaînement interlocutif. Les premières peuvent être identifiées à la transgression des contraintes de cohérence textuelle, qui assurent la linéarité du discours (c’est-à-dire les connexions entre propositions adjacentes) ainsi que sa progression événementielle et sa rationalité thématique – autrement dit des contraintes qui garantissent la cohérence logique du propos et sa hiérarchisation permettant d’en saisir l’unité (Blanchet, 1994). Les travaux des linguistes ont principalement porté sur le déficit de cohésion entre propositions adjacentes dans le discours schizophrénique, marqué par une raréfaction des conjonctions, et surtout par un mésusage de l’anaphore pragmatique, les patients employant des termes indexicaux dont la référence est incertaine (Rochester & Martin, 1979). L’analyse de la cohérence textuelle du discours schizophrénique a pu mettre également en évidence une perte de la hiérarchisation des propositions qui le composent. Témoignant d’un trouble de la planification du discours, cette perte induirait pour l’auditeur des difficultés d’interprétation : il ne peut pas distinguer les énoncés centraux qui déterminent la signification globale des énoncés subordonnés qui ne font que compléter cette signification (Hoffman, 1986). En psychologie cognitive, ce trouble de la cohérence monologale est en général considéré comme la conséquence d’un trouble de la planification discursive.

16Au niveau dialogal, c’est-à-dire en situation d’interlocution, les ruptures de cohérence se manifestent par le caractère inattendu, inadéquat ou apparemment incongru, des interventions du patient dans l’échange : il ne respecte pas les contraintes qui président normalement à l’enchaînement des tours de parole et en assurent la cohérence. Alain Trognon a défini formellement ces ruptures en spécifiant les contraintes d’enchaînement dont elles constituent la transgression. Initialement, il qualifiait toutes ces ruptures dialogales de « débrayages conversationnels » (Trognon, 1987). Actuellement il distingue (cf. supra, p. 179-209) les « ruptures inter-interventions » qui correspondent à la transgression de l’une ou l’autre des contraintes d’enchaînement, et les « débrayages conversationnels » qui désignent un type très particulier de rupture dialogale. Ces derniers satisfont les contraintes d’enchaînement ; ils se caractérisent surtout par un changement de contexte référentiel, qui fait qu’en dépit d’une continuité apparente dans l’enchaînement des interventions, le patient ne parle en réalité plus de la même chose qu’auparavant. Comme le dit Trognon, il s’est engagé dans une autre action.

17L’approche pragmatique présentée jusqu’ici est une approche descriptive, issue de la linguistique et de la pragmatique formelle (philosophique) : elle spécifie les indéterminations du sens du discours schizophrénique par un mésusage des fonctions pragmatiques et rend compte des ruptures énonciatives de façon systématique en termes de violation des contraintes d’enchaînement.

Exigences de cohérence et contraintes de coordination

18Ce que nous venons de décrire comme ruptures de cohérence se présente comme tel pour l’auditeur ; celui-ci se trouve interrompu dans son activité d’interprétation, de sorte qu’il ne saisit pas la continuité du sens. Mais si l’on veut aller au-delà de ces descriptions formelles et, dans une perspective psychopathologique, expliquer le trouble schizophrénique, il convient d’envisager le trouble moins du point de vue de l’auditeur que de celui du patient locuteur, et par conséquent, de privilégier la production discursive.

19L’adoption d’un tel point de vue et la prise en compte de l’hypothèse cognitive d’un trouble de la « gestion » de l’action suggèrent de substituer le vocabulaire de l’action au vocabulaire normatif ou descriptif de la « linguistique », et de considérer les exigences de cohérence, qui s’exercent à la fois sur le discours propre et sur la succession des tours de parole, comme des exigences de coordination : de coordination à la fois de son propre discours (auto-coordination) et avec le discours de son partenaire (hétéro-coordination).

20Le concept de coordination que nous empruntons à la sociologie contemporaine de l’action, notamment à Thévenot (1990), a plusieurs avantages. Il met d’abord l’accent sur un rapport de dérivation entre la structuration de l’échange verbal et la structuration d’une action collective. Les contraintes de coordination correspondent en effet aux contraintes qui président à l’organisation d’une action complexe (contraintes d’auto-coordination) et aux contraintes qui régissent l’organisation d’une action collective (contraintes d’hétéro-coordination), dont l’interaction verbale n’est finalement qu’un cas particulier. Cette notion renvoie donc clairement au registre de l’action, voire de l’action collective. Ensuite, le concept de coordination se présente comme une catégorie englobante subsumant les contraintes de cohésion textuelle (ou discursive) et les contraintes d’enchaînement interlocutif. Enfin, l’idée de coordination avec autrui recouvre au moins deux aspects : d’une part, un ajustement mutuel des comportements pour obtenir les effets voulus, d’autre part, un accord, fût-il tacite, sur les effets voulus ou, au moins, sur la direction de l’échange, et même un accord préalable sur l’opportunité de l’interaction. Toute action collective suppose donc des phases de négociation, qui font partie de la coordination et en sont aussi la condition. Il en va ainsi notamment des interactions verbales dont le commencement et la fin sont négociés, de même que le choix des thèmes qui contraignent ensuite les interventions des locuteurs. Goffman (1974) a qualifié d’échanges confirmatifs ces séquences où les interactants se confirment leur intention partagée de coordonner leurs contributions dans une certaine direction.

21Il est indispensable de prendre en compte cette dimension « confirmative » pour juger du caractère pathologique des ruptures. Il n’y a en effet pas que les schizophrènes qui ne répondent pas aux questions posées, qui perdent le fil de leur discours ou qui changent brusquement de sujet. Ce qui confère un caractère pathologique à de telles infractions à la coordination interlocutive, si courantes et si communes, c’est d’abord la fréquence nettement accrue de leur occurrence dans le discours des schizophrènes et surtout le fait que ces patients ne marquent jamais, verbalement ou vocalement, ces ruptures, ni ne les réparent : tout se passe comme s’ils n’en avaient même pas conscience.

22En résumé, nous proposons de rassembler, sous une même catégorie générale de contraintes de coordination interlocutives, deux types de contraintes : les contraintes d’enchaînement, qui garantissent la cohérence des énoncés successifs, tant au niveau monologal qu’au niveau dialogal ; les contraintes régulatrices, qui garantissent la permanence de la coopération des interactants. Ces contraintes peuvent être brièvement spécifiées de la manière suivante :

1. Les contraintes d’enchaînement

23a) Contraintes d’enchaînement inter-interventions (hétéro-coordination). Ces contraintes, qui garantissent la cohésion des séquences conversationnelles, s’exercent localement, entre interventions adjacentes, mais aussi à distance. On doit donc distinguer :

24les contraintes d’hétéro-coordination locales : il s’agit de la triple contrainte, rappelée par Trognon et Musiol (cf. supra, p. 179-209) imposant à la seconde intervention de conserver le thème de la précédente, de tenir compte de son contenu propositionnel, et de s’articuler avec sa force illocutoire.

25les contraintes d’hétéro-coordination globales : les contraintes qui s’appliquent à des interventions contiguës peuvent aussi s’exercer à distance, en vertu de la structuration hiérarchique de l’échange. Une séquence interlocutive peut être en effet « suspendue » par une séquence enchâssée ou subordonnée, à l’issue de laquelle on revient au thème principal. Il est ainsi possible de différer la satisfaction d’une contrainte illocutoire (par exemple, répondre à une question après avoir clarifié un préalable). C’est en ce sens que la contrainte illocutoire ne s’exerce pas seulement localement, mais aussi à distance et qu’elle contribue à la structuration globale de l’échange. Ces contraintes globales sont donc liées à la structuration hiérarchique du discours et à la logique illocutoire (Vanderveken, 1988 ; Trognon & Brassac, 1992).

26b) Contraintes d’enchaînement intra-intervention (auto-coordination). Il s’agit de contraintes de planification du discours. Cette planification intervient à plusieurs niveaux selon la complexité du discours. On distingue habituellement : la micro-planification qui préside à l’élaboration des propositions, et la macro-planification, qui structure les interventions composées de plusieurs actes de parole.

2. Les contraintes régulatrices

27L’engagement mutuel dans l’action coopérative qu’est, le plus souvent, l’échange verbal présuppose un accord des partenaires et, par conséquent, des séquences de négociation, aussi brèves, ritualisées ou conventionnalisées soient-elles. Ce qui est ainsi négocié c’est une intention partagée, celle d’avoir un échange, et même, plus précisément un échange sur tel ou tel sujet. S’assurer d’un accord sur l’ouverture et la clôture de l’échange constitue donc une contrainte, qui s’exprime dans ce que Goffman a appelé les « échanges confirmatifs », qu’il s’agisse de séquences (ou de rituels) d’ouverture ou de clôture, ou de séquences de négociation de changements de thème. La transgression de ce qui est ainsi négocié, par exemple un changement inopiné de focus, donne normalement lieu, à défaut de renégociation, à une séquence de réparation, visant à préserver le cadre coopératif de l’échange.

28Une fonction similaire est assurée par une activité plus large, non limitée aux interventions verbales, que les linguistes nomment l’activité régulatrice. Il s’agit de tous les signes que se donnent les partenaires pour s’informer mutuellement qu’ils sont bien engagés dans l’échange. Ainsi sont appelés phatiques les procédés par lesquels le locuteur s’assure de l’écoute de son destinataire ; et régulateurs les signaux d’attention ou d’écoute que doit produire l’auditeur pour indiquer au locuteur qu’il lui accorde son attention et indirectement qu’il le comprend. Nous qualifions de régulatrice cette activité visant à maintenir la relation et, dans ce cadre, nous retenons comme contraintes s’exerçant sur les productions verbales les contraintes confirmatives (ouverture et clôture de l’échange, changement de focus) et les contraintes de réparation.

29Rappelons l’hypothèse motivant cette tentative de systématisation des contraintes de coordination : l’essentiel des troubles du langage et de la communication chez les schizophrènes peut être décrit en termes de déficit quant à la satisfaction des contraintes de coordination gouvernant l’échange verbal. En voici une série d’illustrations.

Les ruptures énonciatives comme troubles de la coordination

30Les fragments d’interaction présentés sont extraits d’une série d’entretiens cliniques avec un même patient schizophrène.

31Commençons par considérer des ruptures intra-interventions, révélatrices d’une désorganisation de la production discursive et donc d’un trouble de l’auto-coordination du discours.

Extrait 1

A 25 :

ma mère Sophie

M 26 :

=oui :

A 26 :

= ma mère adoptive, heu :

M 27 :

c’est pas votre mère adoptive :

A 27 :

(2.) j’la prends pour une mère adoptive, je sais pas pourquoi

M 28 :

qui-qui serait votre vraie mère ?

A 28 :

quand je dis mère adoptive c’était pour me rassurer : c’est pour me : : :heu (2.) comment dirais-je… heu je suis ; heu. je suis heureux de la voir ((rire)) j’enlève mes lunettes, je vois flou monsieur Pachoud (…)

32Il s’agit ici d’une rupture monologale, intra-intervention : le patient change inopinément de focus, en A 28, alors qu’il est embarrassé pour répondre à la demande de précision concernant ses doutes quant à sa filiation. Tout se passe comme si, échouant à justifier ces doutes, il passait à autre chose. Ce qui fait rupture, c’est-à-dire ce qui surprend les attentes de l’auditeur et distingue ce mode d’enchaînement d’une banale stratégie d’évitement, c’est que le locuteur ne donne aucun indice du changement de sujet et qu’il ne marque pas l’abandon de son projet initial d’expression. Du point de vue des contraintes de coordination, le patient change de focus non seulement sans le négocier mais même sans le marquer (il aurait pourtant suffi d’une conjonction comme « en tout cas… »). C’est pourquoi on peut parler de rupture, une rupture interprétable comme violation de la contrainte d’enchaînement thématique ou de la contrainte de négociation du focus.

33On peut aussi remarquer que cette rupture est presque immédiatement suivie d’une autre – ce qui est fréquemment le cas chez ce patient-, comme si après la transgression d’une contrainte de coordination, le patient ne parvenait pas à « rattraper » la planification de son discours, et se mettait à enchaîner « au hasard », ou plutôt de proche en proche, ou par contiguïté, en s’appuyant sur le dernier mot prononcé (voir), comme le suggère la séquence : « je suis heureux de la voir (rire) j’enlève mes lunettes, je vois flou ».

34Les extraits suivants illustrent la fréquence de ce mode d’enchaînement par contiguïté, faisant toujours suite à des ruptures dans lesquelles le patient perd le fil de son discours, c’est-à-dire échoue à maintenir la représentation de ce qu’il voulait dire, ou, si l’on préfère, échoue à garder à l’esprit son intention signifiante.

Extrait 2

M 44 :

(4.) vous évoquiez votre mère et madame Lecadre

A 44 :

oui oui (3.) je-je-(4.8) je reconnais pas ma mère… on m’a traumaté

M 45 :

on vous a ?

A 45 :

traumaté… on m’a traumaté (l 1.) vous pourrez jeter un coup d’oeil à l’appendicite… j’ai mal

M 46 :

vous avez mal où ?

35Alors que le patient est à nouveau sollicité sur son interrogation délirante quant à sa filiation, à laquelle il vient encore de faire allusion, se pose une nouvelle rupture intra-intervention : il abandonne sa tentative d’explicitation de sa préoccupation (« je reconnais pas ma mère ») et enchaîne par ce qui apparaît comme un changement de focus, ni marqué ni réparé (« on m’a traumaté »). Outre le néologisme, qui semble procéder d’un télescopage (de « traumatisé » ou bien de « trop maté »), ce qui fait rupture c’est que n’est pas immédiatement accessible à l’auditeur le lien entre cette assertion et la proposition précédente, même s’il est assez facile après coup de faire des hypothèses sur ce qui relie les deux assertions (il pourrait s’agir par exemple d’une justification de son doute quant à sa filiation). La difficulté d’interprétation tient donc ici : 1) au néologisme, 2) à l’indétermination de l’indexical « on » et 3) au lien de cohérence qui n’est pas immédiatement inférable. Témoigne de cette difficulté la réaction interrogative de l’interlocuteur (M 45 : « on vous a ? »), qui peut être interprétée comme une demande indirecte d’explicitation. Significativement, le patient répond toujours de la même façon à ce type d’interrogation : il se contente de répéter. Il semble qu’il s’en tienne à une interprétation minimale de ce type d’expression interrogative : il la traite comme demande de répétition et non comme demande indirecte d’explication. Ce comportement est compatible avec l’hypothèse d’un déficit pragmatique du patient : est déficiente l’activité inférentielle d’interprétation, requise pour accéder à l’implicite du discours de l’autre.

36Après un silence de 11 secondes, le patient poursuit en changeant de thème – ce changement n’est, de nouveau, ni négocié, ni « réparé », ni même marqué (il aurait suffi d’un simple « au fait… »). Il demande subitement : « vous pourrez jeter un coup d’œil à l’appendicite… j’ai mal ». De nouveau, il est facile après coup de conjecturer des liens sémantiques entre ces actes de parole (entre « je reconnais pas ma mère », « on m’a traumaté » et « j’ai mal à l’appendicite »). Il n’en demeure pas moins que l’intentionnalité signifiante du patient (son « vouloir dire ») s’avère discontinue : à une tentative de justification de sa préoccupation délirante succèdent une assertion dont il est incertain qu’elle s’inscrit encore dans ce projet de justification, puis une demande de soins somatiques. C’est bien cette discontinuité de la visée de sens (i.e. du « vouloir dire ») qui laisse indéterminée l’interprétation et crée une impression de rupture. Le caractère présomptif de l’interprétation de chaque énoncé suscite une attente de confirmation par la suite du discours, attente qui repose sur la supposition d’une stabilité du « vouloir dire ». C’est précisément cette stabilité de l’intention signifiante qui fait ici défaut, ce qui compromet non seulement l’appréhension de la cohérence du discours, mais aussi la fixation du sens de chaque énoncé.

37Ce que nous avons identifié comme ruptures énonciatives, interprétables comme transgressions de contraintes de coordination, correspond finalement à des discontinuités de l’intention signifiante que l’auditeur s’applique à appréhender, discontinuités qui accentuent l’indétermination du sens en empêchant sa confirmation par la suite du discours.

38Considérons maintenant un exemple de rupture inter-interventions.

Extrait 3

A 47 :

quand on entend une mère… à la première seconde… on est le plus… heureux sur terre :

M 48 :

c’est ce que vous éprouvez quand votre mère vient vous voir ?

A 48 :

ouais, (je suis) réjoui () réjoui

M 49 :

vous êtes réjoui

A 49 :

ouais

M 50 :

mais vous dites à la première seconde ? comme si après… ça ça ne restait pas… pourquoi vous dites à la première seconde ?

A 50 :

… heu… parce que c’est :… je la considère comme ma mère ((à voix très basse))

M 51 :

parce que ?

A 51 :

je la considère comme ma mère (4.) il y a un mur entre nous (je crois). (8.) c’est grave c’que j’ai (5.) c’est pas grave ? ((rictus))

M 52 :

qu’est-ce que vous pensez qu’vous avez ?…

A 52 :

heu (12. 5) en réalité j’avais de l’argent en : :en banque : :(7.5) (…)

39La rupture la plus remarquable survient dans le dernier énoncé de cet extrait, et consiste en une « rupture inter-interventions » (ou dialogale). Dans son intervention précédente (en A 51), le patient a initié une interrogation sur son état « c’est grave ce que j’ai ? » – cette interrogation fait elle-même rupture avec le thème et le contexte référentiel des énoncés précédents concernant ses rapports avec sa mère. Invité par le clinicien à préciser sa préoccupation sur son état, le patient s’avère dans l’incapacité de répondre (« heu : : » +12 secondes de silence) puis il enchaîne, et là se produit la rupture : « en réalité j’avais de l’argent en : :en banque ». Certes se trouve ainsi satisfaite la contrainte illocutoire (répondre à une question) mais pas la contrainte de coordination sur le contenu propositionnel. La question « qu’est-ce que vous pensez que vous avez ? » fait référence à la propre interrogation du patient « c’est grave c’que j’ai » alors qu’il répond en A 52 : « en réalité j’avais de l’argent en : : en banque ». Cet énoncé obéit donc bien à une forme de coordination mais strictement locale, qui s’appuie sur le dernier mot de la question posée (en l’occurrence le verbe avoir), dont le contexte référentiel semble perdu. On retrouve ce mode de coordination par contiguïté, qui, prenant appui sur le dernier mot de l’énoncé précédent, fait fi des contraintes de coordination plus globales ou contextuelles et donc de la cohérence globale de l’échange.

40Dans ces exemples on observe que la rupture survient après une difficulté d’expression et même un silence, comme si l’intention d’expression était non seulement abandonnée mais effacée ou « évaporée ». Ce qui pourrait correspondre à l’hypothèse cognitiviste d’un trouble schizophrénique de la représentation des intentions. Un tel déficit permettrait d’expliquer les changements inopinés de focus, le patient perdant tout simplement de vue ce qu’il voulait dire. C’est ce type d’hypothèse que nous allons maintenant développer en suggérant que la représentation des intentions, des siennes propres comme de celles de l’interlocuteur, est nécessaire à la coordination tant de son propre discours que de l’interlocution.

41Mais avant de considérer cette hypothèse, on peut aussi remarquer dans les trois exemples exposés que les ruptures surviennent alors qu’est abordée une interrogation cruciale pour le patient, et même de nature délirante, sur un thème (celui de sa filiation) sans doute extrêmement chargé émotionnellement et angoissant, voire insupportable. On pourrait faire à ce sujet l’hypothèse d’une sorte de « blanc » de la pensée sur ce thème, d’un « blanc » susceptible d’entraver l’enchaînement du discours. Une telle explication, proche de celles développées dans une perspective psychanalytique, porte non sur l’organisation de l’activité (discursive) du patient mais sur celle de ses contenus mentaux (de ses représentations). La question est alors de savoir si ces deux types d’explication l’une en termes d’organisation du comportement, l’autre en termes d’organisation des représentations-, qui correspondent respectivement aux perspectives cognitiviste et psychanalytique, sont compatibles, articulables, éventuellement complémentaires, ou, au contraire, concurrents et mutuellement exclusifs. Sans développer ici une réponse, il semble, si l’on considère notre exemple, que ces deux types d’explication soient justifiés, la question étant plutôt de savoir si l’un est réductible à l’autre. L’existence d’un trouble de la coordination du discours est patente, mais son caractère inconstant et son lien à certains thèmes rendent nécessaire un type d’explication tenant compte des contenus, ce qui est le cas des explications psychanalytiques. Réciproquement, une explication par les contenus qui rendrait compte de la désorganisation du discours par des altérations de l’organisation de la pensée suffirait-elle à expliquer le déficit de coordination interlocutive ? Si elle peut rendre compte des ruptures de continuité thématique, on voit mal en revanche comment elle pourrait expliquer les déficits d’hétéro-coordination, telles les transgressions de contraintes régulatrices (absence de négociation ou de réparation des changements de focus.) Si l’on considère l’altération schizophrénique de la compétence interactionnelle, que nous assimilons à un trouble de la coordination, il est certainement plus facile d’en rendre compte à partir de l’hypothèse d’un trouble de la représentation d’intentions qu’à partir d’un type d’explication par le contenu.

Le rôle des intentions dans la coordination interlocutive

42Si l’on veut aller au-delà d’une simple spécification des ruptures discursives des schizophrènes en termes de transgression des contraintes de coordination, et si, dans une perspective psychopathologique, on cherche à expliquer ces troubles, il est intéressant de considérer l’hypothèse, empruntée aux modèles cognitifs actuels de la schizophrénie (Frith, 1992), que ces troubles pourraient être l’expression d’un déficit de la représentation de l’action sous forme d’intention, ce déficit retentissant sur l’aptitude à coordonner l’action (la coordination du discours en situation d’interlocution n’ayant de particulier que la complexité des exigences de coordination).

43Coordonner son discours avec autrui dans une conversation est une tâche étonnamment subtile, qui exige non seulement de planifier son discours (la linéarité du langage imposant de séquentialiser ce qu’on veut dire), mais également, à chaque tour de parole, de s’ajuster à ce qui vient d’être dit, et donc d’improviser une intervention en fonction de la situation, qu’il faut pouvoir réévaluer à chaque moment. Il y a donc, en situation d’interaction et du point de vue de la production discursive, un étroit mélange d’improvisation et de planification (il faut réagencer son plan à chaque tour de parole). Il importe en particulier, du fait de la linéarité du discours, de posséder la faculté de différer certains actes de parole, le tout étant de ne pas perdre le fil de ce qu’on veut dire, de ne pas perdre de vue le thème général de l’échange, voire certaines contraintes illocutoires dont on a décidé de différer la satisfaction. Or cette aptitude à ne pas perdre le fil (c’est-à-dire ses objectifs), cette aptitude à différer certains actes, c’est précisément ce que permet la représentation de l’action sous forme d’intention. Finalement qu’est-ce que coordonner son discours avec l’autre dans la conversation, sinon réagencer ses intentions, et donc son plan, à chaque tour de parole ?

44L’aptitude à se représenter les intentions (les siennes propres comme celles d’autrui) s’avère donc jouer un rôle central dans les interactions verbales. Elle commande aussi bien la compréhension que la coordination interlocutive.

1) La compréhension

45Comme nous l’avons déjà indiqué, il est admis à la suite de Grice (1957) que comprendre une énonciation c’est appréhender ce que le locuteur a voulu dire, et par conséquent son intention de signifier (i.e. son intention informative). Quant à ce dernier, il s’efforce de rendre manifeste son intention informative, en quoi consiste son intention de communiquer (Sperber & Wilson, 1986).

46Cette identification d’intentions est nécessairement affectée d’une incertitude ou d’une indétermination qui la rend dépendante de la poursuite de l’échange. Toutefois, la structure séquentielle de l’enchaînement conversationnel, où alternent les tours de parole, offre pour l’analyse des intentions une ressource précieuse, puisque chaque prise de parole témoigne d’une interprétation du tour de parole précédent et s’offre en tant que telle à l’assentiment de l’interlocuteur (Levinson, 1983). L’interprétation des intentions est effectuée par les protagonistes eux-mêmes dans le cours de l’échange, et leurs interventions réactives témoignent de leurs interprétations. Celles-ci sont des attributions d’intentions, que le locuteur initial devra, au tour de parole suivant, accepter (au moins tacitement) ou corriger. Ces interprétations, rendues manifestes par l’intervention qu’elles suscitent (les « interprétations en acte » comme les nomment Trognon & Brassac, 1992), se trouveront confirmées par défaut si le premier locuteur n’effectue pas de correction ou de réajustement.

2) La coordination interlocutive

47La représentation de l’action sous forme d’intention, c’est-à-dire par son but, est requise pour planifier l’action : choisir les moyens, satisfaire les conditions préparatoires, décomposer l’action globale en sous-tâches (ces différentes composantes devant être ordonnées à une même fin qu’il importe de ne pas perdre de vue et qu’il faut se représenter). En ce sens, la représentation de l’intention est requise pour la planification : celle-ci peut être conçue comme l’agencement hiérarchisé des intentions, voire des sous-intentions qui les spécifient (auto-coordination). En outre, se coordonner avec autrui exige d’identifier le type d’action dans lequel celui-ci est engagé, autrement dit d’identifier son intention. Le degré de coordination peut varier en fonction de la précision avec laquelle sont appréhendées les intentions d’autrui (notamment les sous intentions qui spécifient l’action en cours) et sont rendues manifestes nos propres intentions (Livet, 1990).

48Enfin, ce rôle de l’appréhension des intentions n’est nullement propre à l’activité verbale. Il peut même être plus apparent dans les interactions non verbales où l’interprétation des intentions d’autrui est plus incertaine et vient donc au premier plan.

L’hypothèse d’un déficit de la représentation de l’intention

49Nous avons souligné dans les fragments d’interaction commentés précédemment que les ruptures énonciatives peuvent être interprétées comme l’abandon d’une intention signifiante que le patient échoue non seulement à accomplir, mais aussi à garder à l’esprit. Dans les extraits 1 et 2, le patient abandonne l’intention de justifier sa préoccupation concernant sa filiation, l’absence d’indice (de marque linguistique) de cet abandon donnant l’impression qu’il n’en a même pas conscience, comme si s’était « évanouie » son intention énonciative. L’enchaînement du discours procède alors d’une coordination de proche en proche, voire par contiguïté.

50Le présent extrait illustre l’abandon d’une initiative venant du patient lui-même, celle de négocier le report de l’entretien pour ne pas être en retard au repas : le patient n’attend pas la satisfaction de l’intention manifestée, et il ne semble pas en maintenir la représentation. Il serait sans doute plus juste de parler d’une amorce d’intention, qui n’est ni accomplie ni maintenue précisément comme intention.

Extrait 4

Μ 10 :

=vous pouvez tout à fait aller au cinéma tout seul

A 10 :

= on m’a jamais dit que c’était ouvert

M 11 :

(1.5) on vous a ?

A 11 :

j’suis très ouvert… de caractère ()

M 12 :

hm

A 12 :

heu je : :je profite pas m’sieur Pachoud :…j’sais pas profiter’/on s’voit après :quoi monsieur… (on prend un p’tit moment pour manger un p’tit peu puis on r’vient après. y-a notre café puis (…) ((inaudible)) ben moi j’suis pas un garçon à aller au café.

M 13 :

hm

A 13 :

j’ai été à la cafétéria c’matin, j’ai bu deux cafés (…) y avait Olivier, une fille là. qui=s’appelle Carine… moi et : : Gérard… et Nicolas… et je : : je-je m’en veux de fumer hein’m’sieur Pachoud…

M 14 :

pourquoi ?

A 14 :

parce que j’ai des : :des vomissements, des étourdissements et j’ai peur de manger-non j’ai peur de grossir (4.)

M 15 :

OK : :

51Il est question, dans cet extrait, des permissions du patient hors de l’hôpital, et des activités lors de ces permissions qui ont lieu chez sa mère. Le patient se plaint occasionnellement d’un manque d’autonomie, autonomie à laquelle l’encourage son interlocuteur si l’on en croit sa remarque « =vous pouvez tout à fait aller au cinéma tout seul ». À cette sollicitation indirecte, le patient répond d’une façon qui fait rupture du point de vue argumentatif (cela n’a rien à voir avec les obstacles jusque-là envisagés à une telle initiative), rupture dont témoigne la réaction du clinicien, qui demande indirectement de préciser : « on vous a ? » La réponse du patient (A 11) constitue cette fois un cas remarquable de rupture inter-interventions : elle satisfait partiellement, par son allure de réponse, la contrainte illocutoire imposée par le tour de parole précédent, mais viole la contrainte thématique. Il est assez manifeste que ce brusque changement de focus résulte d’un enchaînement par contiguïté sémantique à partir du mot « ouvert », qui intervenait déjà de façon incongrue dans l’énonciation précédente.

52Se produit alors ce que nous avons déjà observé : une rupture de coordination interlocutive en induit d’autres en série, comme si le patient adoptait un régime de coordination de son discours, strictement local, « de proche en proche », au mépris des contraintes d’auto-coordination plus globales et a fortiori des contraintes d’hétéro-coordination. Cela est manifeste à partir de A 11. Alors que le clinicien invite simplement le patient à poursuivre par la production d’un simple « hm » régulateur (le changement inopiné de focus laisse attendre ici des explications), celui-ci poursuit en effet mais en changeant encore de focus. Ainsi l’énoncé A 12 (« j’profite pas… j’sais pas profiter ») est d’autant plus difficile à interpréter qu’on ne sait plus à quel contexte il faut le référer : s’agit-il des permissions, de l’assistance au cinéma ou des traits de caractère qu’il vient de s’attribuer ? Puis, sans laisser la parole à son interlocuteur, A enchaîne en changeant encore de focus, ce qui, cette fois, est marqué par une modification de l’intonation (« on s’voit après : quoi monsieur… on prend un p’tit moment pour manger un p’tit peu puis on r’vient après… y-a notre café puis »). Le contexte de l’entretien aide à comprendre ces propos. En effet, l’entretien a lieu à l’hôpital en fin de matinée et déborde sur l’horaire du repas au réfectoire, d’où cette négociation de clôture initiée par le patient qui propose de reporter l’entretien après le déjeuner.

53Ce qui est frappant, et s’intègre bien dans l’hypothèse d’un trouble du traitement des intentions dans la schizophrénie, c’est que le patient qui vient d’initier une préséquence de clôture n’attend pas la réponse du clinicien, pourtant indispensable pour que la négociation aboutisse. Il enchaîne sur autre chose, comme si l’intention préalablement exprimée (de différer l’entretien) ne lui était déjà plus accessible, ou, plus exactement, comme s’il n’avait pu inhiber un enchaînement local qui déjà recouvre l’intention précédente. Il est en effet manifeste que l’énoncé « ben moi j’suis pas un garçon à aller au café » qui fait rupture en violant les contraintes régulatrices, résulte d’un enchaînement par contiguïté à partir du mot « café ». On ne peut faire ici que des conjectures, mais il est remarquable que ces discontinuités discursives chez les schizophrènes sont parfaitement compatibles avec l’hypothèse cognitive d’un déficit de la prise de conscience (i.e. du monitoring) de ses propres intentions (Frith, 1992).

54Les énoncés suivants du patient procèdent manifestement du même mode de construction de proche en proche et par conséquent d’une coordination strictement locale, par contiguïté sémantique. Ainsi s’enchaînent :

  • la proposition de différer l’entretien après le déjeuner et le café,

  • « ben moi j’suis pas un garçon à aller au café. »

  • « j’ai été à la cafétéria c’matin, j’ai bu deux cafés »

  • l’énumération des patients qui l’accompagnaient à la cafétéria,

  • la mention du conflit intérieur que suscite en lui le fait de fumer (il s’est mis à fumer à l’hôpital, comme les autres malades, ce que réprouve sa mère). Quant aux explications qu’il en donne, elles paraissent également construites « à mesure » (A 14 : « parce que j’ai des : :des vomissements, des étourdissements et j’ai peur de manger – non j’ai peur de grossir » ; « j’ai des vomissements » induisant « j’ai peur de manger » qui induit « non j’ai peur de grossir »).

55Il demeure que ce type d’enchaînement de proche en proche, par contiguïté, s’il ruine la cohérence globale du discours ou de l’interlocution, constitue bien néanmoins une forme de coordination. Si elle est minimale et insuffisante, elle témoigne cependant de la volonté du patient de poursuivre l’échange. On peut donc parler d’un trouble de la compétence interactionnelle : le patient reste engagé dans l’interaction, mais ne peut pas assurer la coordination interlocutive. Les modes d’enchaînement par contiguïté sémantique ou par libre association peuvent alors être considérés comme une forme palliative de coordination.

Conclusion

56Nous nous limiterons, pour conclure, à rappeler la thèse qui nous semble rendre compte, dans une large mesure, des troubles de la communication des schizophrènes : l’altération schizophrénique de la compétence interactionnelle dépend essentiellement d’un déficit de la coordination interlocutive. Ce déficit paraît lui-même pouvoir être rapporté à une inaptitude à former ou se représenter des intentions, comme le suggère l’un des principaux modèles neurophysiologiques et cognitifs de la schizophrénie.

57Les analyses descriptives que nous avons proposées, en nous inspirant de l’analyse conversationnelle et de la pragmatique, permettent de spécifier les troubles présentés par les patients en situation d’interlocution. Cette spécification peut susciter des hypothèses explicatives, ou être mise en rapport avec des hypothèses existantes qui sont illustrées par ces troubles mais non établies ou démontrées. Ces hypothèses explicatives, qui ont par ailleurs un étayage expérimental, sont non seulement compatibles avec les troubles observables dans l’interlocution, mais aussi dotées d’une fécondité explicative encore inégalée, à notre connaissance, pour les troubles décrits.

Bibliographie

Blanchet Alain (1994), « Pragmatique et psychopathologie », in D. Widlöcher (ed.), Précis de psychopathologie, Paris, Presses universitaires de France.

Bleuler Eugen (1911), Dementia praecox, oder Gruppe der Schizophrenien, Leipzig-Vienne, Deuticke (trad. fr., Paris, EPEL, 1993).

Frith Christopher D. (1992), The Cognitive Neuropsychology of Schizophrenia, Hove-Hilsdale, Lawrence Erlbaum (trad. fr., Paris, Presses universitaires de France, 1996).

Goffman Erwin (1974), Les rites d’interaction, Paris, Minuit.

Grice Paul (1957), « Meaning », in Id., Studies in the Way of Words, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Hoffman Ralph E. (1986), « Verbal Hallucinations and Language Production Processes in Schizophrenia », Behavioral and Brain Sciences, 9, p. 503-548.

Levinson Stephen C. (1983), Pragmatics, Cambridge, Cambridge University Press.

Livet Pierre (1990), Les catégories de l’action collective, Paris, CREA, Rapport no 9001 A, multigr.

Rochester Sherry & James R. Martin (1979), Crazy Talk : A Study of the Discourse of Schizophrenic Speakers, New York, Plenum Press.

Schwartz Steven (1982), « Is There a Schizophrenic Language ? », Behavioral and Brain Sciences, 5, p. 579-626.

Sperber Dan & Deirdre Wilson (1986), Relevance : Communication and Cognition, Oxford, Blackwell (trad. fr., Paris, Minuit, 1989).

Thévenot Laurent (1990), « L’action qui convient », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 1), p. 39-65.

Trognon Alain (1987), « Débrayages conversationnels », DRLAV, 36-37, p. 105-122.

Trognon Alain (1988), « L’utopie du schizophrène », Autrement Dire, 3-4, p. 67-82.

Trognon Alain & Christian Brassac (1992), « L’enchaînement conversationnel », Cahiers de Linguistique française, 13, p. 76-107.

Vanderveken Daniel (1988), Les actes de discours, Liège, Mardaga.

Widlöcher Daniel & Marie-Christine Hardy-Bayle (1989), « Cognition and Control of Action in Psychopathology », Cahiers de Psychologie cognitive, 9 (6), p. 583-615.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search