Version classiqueVersion mobile

La folie dans la place

 | 
Isaac Joseph
, 
Joëlle Proust

Troubles de la conversation

L’accomplissement interactionnel du trouble schizophrénique

The Interactional Accomplishment of Schizophrenic Troubles

Schizothymie und Sprachkompetenz in der Gesprächssituation

Alain Trognon et Michel Musiol

Résumé

The authors conceive of schizophrenic pathology as a pragmatic one, i.e. as a trouble in the use of language, the structural components of which are maintained by the patients. They define some characteristics of conversations with schizophrenic patients, from which they try to extract the main features of cognitive psychologic processes in schizophrenia. They describe also the strategies used by non schizophrenic interlocutors to deal with patients’ incoherence.

Texte intégral

1L’approche pragmatique des pathologies, en particulier celle de la schizophrénie, tient l’interlocution pour domaine d’expression « naturel » du trouble (Trognon, 1992). Tout se passe comme si celui-ci s’exprimait et s’appréhendait en premier lieu dans une relation, c’est-à-dire dans une interaction. Les propriétés de l’interaction, en particulier celles de l’interaction verbale, sont aujourd’hui l’objet de modélisations dont on ne conteste plus l’heuristique, y compris en psychologie pathologique. Aussi, nous formulons l’hypothèse que la confrontation de l’extraordinaire intrication communicationnelle du trouble schizophrénique à l’analyse conversationnelle, voire à l’analyse interlocutoire (Trognon & Brassac, 1992 ; Ghiglione & Trognon, 1993), est susceptible de révéler certaines propriétés fondamentales des dysfonctionnements cognitifs qui sont associés à la pathologie schizophrène (Musiol, 1992 ; Trognon, 1992).

L’impossible saisie du discours schizophrène

2Quelle que soit la discipline de rattachement des chercheurs qui s’intéressent depuis une vingtaine d’années au discours schizophrène, d’aucuns auront avancé que les compétences syntaxiques, phonologiques, et même sémantiques, qui s’apparentent à des aspects modulaires de la cognition, n’y sont en rien affectées (Widlöcher & Hardy-Bayle, 1989 ; Frith & Frith, 1991 ; Frith, 1992 ; Musiol, 1992, 1994b ; Trognon, 1986, 1992). Les quelques aspects défectueux qu’on a pu repérer malgré tout à cet endroit caractérisent plutôt des perturbations relatives à l’usage des référents (Rochester & Martin, 1979 ; Trognon, 1985). Par conséquent, les difficultés constatées concernent davantage la compréhension pragmatique de ces items lexicaux que leur compréhension syntaxico-sémantique.

3Périodiquement, la littérature spécialisée se propose de définir la langue schizophrénique ; puis ces tentatives sont discutées, leurs données soupçonnées, leurs méthodologies mises en pièces. La controverse qui a opposé à cet égard, il y a une vingtaine d’années, Fromkin (1975) à Chaika (1974) dans la revue Brain and Language est exemplaire. En analysant la transcription dactylographiée d’une interview (en fait un quasi-monologue) d’un seul patient plusieurs fois diagnostiqué schizophrène, Chaika avait cru pouvoir y discerner six traits caractérisant le parler schizophrénique :

  1. une incapacité intermittente d’articuler forme sémantique et traits phonétiques des items lexicaux ;

  2. une utilisation inappropriée des traits phonologiques des mots ;

  3. une production reliée moins au thème du discours qu’aux caractéristiques phonologiques ;

  4. des significations trop nombreuses accordées aux mots, par conséquent des parasitages du discours et des ruptures thématiques ;

  5. une incapacité intermittente d’appliquer les règles de syntaxe et de discours ;

  6. une inattention aux erreurs lorsqu’elles apparaissent.

4À quoi Fromkin rétorqua que, hormis les ruptures thématiques, toutes les propriétés relevées par Chaika se retrouvent dans le parler ordinaire, les locuteurs normaux ne corrigeant pas plus leurs propres erreurs que le patient étudié par Chaika. Dans le même ordre d’idées, les études sérieuses qui parviennent à des conclusions mitigées ne manquent pas. Au terme de l’une des plus importantes (Rochester & Martin, 1979), la plus systématique que nous connaissions à ce jour (Trognon, 1985, 1992), les auteurs notent que

[] la différence entre les schizophrènes avec désordre de la pensée et les autres locuteurs se situe à un niveau élevé de l’usage de la langue, et non à celui de la salade de mots, des néologismes ou du blocage de la pensée. Pour les patients étudiés ici, il y a un problème évident en ce qui concerne l’usage du langage, mais ce n’est pas un problème simple. (Rochester & Martin, 1979, p. 173)

5La « salade de mots » et les néologismes ne constituent donc pas une condition nécessaire de la langue schizophrénique. Seraient-ils une condition suffisante ? Bien qu’une réponse affirmative soit généralement admise, il est permis d’en douter : les mots-valises, ces « monstres » produits dans des jeux de langage acceptés, ne se distinguent des néologismes schizophréniques par aucun trait essentiel. Les mots-valises présentent en effet quatre propriétés régulières (Grésillon, 1983), à côté d’autres qui le sont moins. Ils ne sont pas formés par concaténation (préfixe + base lexicale, ou base lexicale + suffixe, ou chaînage de lexèmes : chou-fleur), mais par imbrication. Il existe une relation d’homophonie entre le mot-valise et, soit tous, soit certains de ses constituants initiaux ou de leurs parties. La signification du mot-valise consiste en une coprédication : étudiamante désigne une personne qui est simultanément étudiante et amante (ibid., p. 89). Enfin, la formation et l’identification d’un mot-valise reposent toujours sur une délinéarisation du signifiant : hérésistance se lit d’abord comme hérésie puis comme résistance, ce qui impose un retour en arrière, de relire une partie du segment parcouru… Certaines de ces propriétés violent des règles de la langue. C’est évident pour la délinéarisation du signifiant comme pour la découpe des unités sources que suppose la production d’un mot-valise. Cette dernière est en effet parfois erronée. Par exemple, la formation de sangsuel repose sur un découpage de sensuel, au lieu de sens-uel. Mais d’autres règles subsistent, telle celle qui gouverne « les séquences phonétiques possibles dans telle langue maternelle ». Parallèlement, « tous les mots-valises sont dotés des marques morpho-syntaxiques appropriées » (ibid., p. 102-103).

Encore plus spectaculaire est la défense, certes à un niveau inférieur, de la loi de la concaténation. Abolie, on l’a vu, par l’opération d’imbrication inhérente à toute formation de mot-valise, elle redéploie son pouvoir au niveau des constituants et de la forme que ceux-ci manifestent au sein du nouveau produit. Reprenons l’exemple de famillionnaire, coupé par les segments homophones en « fa-milli-onnaire ». La projection de ces segmentations sur chacun des constituants isole trois segments pour « fa-mili-ère », et trois pour « milli-onnaire” ». Or, quel que soit le statut de ces coupes, il reste que l’ordre des segments est toujours le même que dans la chaîne du constituant initial. Qu’on perturbe cet ordre, par exemple par la suite « aire-milli-fa-on », et il n’en subsistera qu’une séquence phonétiquement correcte, mais dépourvue de toute signification : le constituant « millionnaire » est conservé dans sa continuité (alors que “familière” est discontinu). Ce maintien de la continuité d’au moins un constituant se vérifie sur tous les mots-valises. (Ibid., p. 102)

6À tout le moins, certains télescopages schizophréniques de type phonémique (bouteille de vin : vinteille) ou morphologique (cigarettes + fumée : fumette ; primitif + final : finitif) ne maintiennent pas la continuité d’au moins un constituant et signeraient donc des séquences appartenant à la langue schizophrénique. Mais, outre que la différence n’est nullement de principe mais de degrés, on pourrait aussi soutenir que ces formes de télescopage se rencontrent dans le parler quotidien, sinon tous les lapsus sont pathologiques au même titre que les télescopages schizophréniques.

7Finalement, la conclusion paraît s’imposer que la langue schizophrénique ne diffère de la langue commune qu’en ce que certaines des règles de la seconde sont appliquées à l’excès dans la première. En outre, c’est relativement à un contexte qu’une rupture thématique sera qualifiée d’« incohérence ». Cette phrase, par exemple : « I too was invited, I went to the ball… and it rolled and rolled away », montre une rupture thématique (Rommetveit, 1979) : à l’instant de la pause, l’auditeur s’attend à ce que le locuteur raconte quelque événement en rapport avec le bal où il a été invité, il tend donc à prendre le bal pour antécédent du pronom « it », alors que celui-ci anaphorise « la balle ». Énoncé par un patient étiqueté schizophrène, ce discours ne manquerait pas d’être considéré comme symptomatique et incohérent. Mais s’il était présenté comme ceci, dans un ouvrage de poèmes :

I too was invited
I went to the ball…
and it rolled
and rolled away

8on interpréterait sûrement la rupture thématique comme signalant une cohérence « supérieure » ou « plus profonde ».

9Tout cela serait donc affaire de contexte. C’est en tout cas la conclusion à laquelle semblent aussi parvenir Rochester et Martin (1979). Encore une fois, bien qu’il soit ancien, leur ouvrage est toujours d’importance capitale. Les auteurs étudient le fonctionnement de la référence dans le discours schizophrénique et avancent que

[] une analyse de la façon dont les schizophrènes présentant un désordre de la pensée utilisent les items nominaux complexes, suggère que la complexité relève plus du contexte situationnel que de n’importe quelle aptitude particulière des locuteurs. De plus, une analyse de la façon dont cette catégorie de schizophrènes introduit les nouveaux actants du discours mène à la même remarque. Dans les deux cas, il semble que ces locuteurs évitent l’encodage dans le contexte verbal lorsqu’un contexte situationnel plus large fournit les identifications requises. (Rochester & Martin, 1979, p. 182)

10En somme, si la langue schizophrénique est affaire de contexte, n’est-il pas plus réaliste d’aller l’étudier dans des conversations ? Car c’est après tout dans la conversation que se joue et se risque l’intercompréhension et que s’élabore la co-référence ou son échec (Ghiglione & Trognon, 1993 ; Trognon & Brassac, 1992). Curieusement, les travaux qui s’inspirent de cette problématique sont rares, bien que sa nécessité soit généralement admise (Rochester & Martin, 1979 ; Trognon, 1985). Mais une difficulté surgit immédiatement. S’il est vrai qu’existe un dilemme du schizophrène, il suffirait de remarquer qu’en communiquant un schizophrène signifie qu’il ne désire pas communiquer et tout serait dit :

Si l’on observe le comportement d’un schizophrène, en mettant entre parenthèses les considérations étiologiques, on a l’impression qu’il cherche à ne pas communiquer. Mais non-sens, silence, retrait, immobilité (ou silence postural), ou toute autre forme de refus, étant encore une communication, le schizophrène se trouve aux prises avec le problème insoluble de dénier qu’il communique quoi que ce soit, et en même temps de dénier que son déni lui-même soit une communication. (Watzlawick, Helmick-Beavin & Jackson, 1972, p. 48)

11La séquence conversationnelle suivante (Ghiglione & Trognon, 1986), illustre cette thèse.

Exemple 1. (/xx./ désigne une séquence qui n’a pu être transcrite ou dont l’interprétation est douteuse)

K 1 :

bon alors ce qui

I 1 :

coffelec

K  2 :

comment ?

I  2 :

coffelec

K  3 :

c’est quoi coffelec ?

I  3 :

c’est ratatouille moderne… ça qui donne la chiasse/xx./

K  4 :

c’est à propos de ça… de quoi que vous me dites ça ?

I  4 :

un charabia que j’ai inventé à à 13 ans… c’est pas un charabia qui/xx./tête… mais c’est une langue que… même pas même pas/je t’aime ?/même pas que/xx./(soupir) : c’est un charabia que vous avez inventé ?

K  5 :

I  5 :

ouais ouais ouais c’est exact… j’ai inventé un mot… coffelec

K  6 :

le mot coffelec ?

I 6 :

ouais

K 7 :

et ça veut dire ratatouille ?

I 7 :

ratatouille chiasse

K 8 :

ratatouille chiasse

I 8 :

ouais

K 9 :

et comment vous faites pour heu… pour inventer ce charabia… pour heu

I 9 :

comment je fais ?

K 10 :

comment vous faites pour traduire coffelec en ratatouille heu chiasse ?

I 10 :

(soupir) voilà… c’est arrivé… 13ans… Nom de Dieu j’suis dans la misère… tu tu turn (chantonne)

K 11 :

bien… bon écoutez j’étais en train de

I 11 :

tout à fait heu…

K 12 :

j’étais en train de (I :/xx./) de vous parler un peu de 112 :

I 12 :

et mes trois planètes qu’est-ce que vous en faites ?

K 13 :

vos trois ?

I 13 :

trois planètes

K 14 :

planètes

I 14 :

Mars… Vénus et… encore/xx./… la la lune.

K 15 :

Mars… Vénus et la lune… ce sont vos trois planètes ?

I 15 :

et/xx./

K 16 :

du quoi ?

I 16 :

hein/xx./… il me plaît comme copain celui-là

K 17 :

bon vous ne tenez pas à ce que je vous explique un peu heu… ce que j’étais en train de vous dire ?

I 17 :

circonflexe 

K 18 :

circonflexe

I 18 :

hum

K 19 :

bon écoutez je finis

I 19 :

ambetex

K 20 :

je finis et puis… on parlera ensuite… ben ce qui m’intéresse un peu heu c’est de de voir donc les malades… et de discuter avec eux… de leur vécu à l’hôpital

12Par quatre fois I répond tellement « à côté » qu’il est manifeste qu’il ne désire pas entrer en conversation avec son interlocuteur. Cette affirmation doit cependant être nuancée car les enchaînements non pertinents apparaissent dès que l’interlocuteur veut définir le cadre de la conversation. Le plus qu’on puisse dire, par conséquent, est que I manifeste un refus répété d’entrer dans l’univers de discours que l’interlocuteur lui propose. Encore que ce genre de situation, où le refus de communiquer est manifeste, est moins fréquent qu’on pourrait le croire. Les schizophrènes parlent volontiers, et comme le remarquait déjà Chaika (1974), ils sont souvent attentifs aux réactions de leur auditoire.

13La séquence suivante empruntée à Good (1990), où conversent un psychologue B et une personne schizophrène A interrogée à propos d’une histoire qui vient de lui être racontée, illustre au contraire indubitablement un comportement conversationnel coopérant :

Exemple 2

B 1:

can you remember what was different about the two crossings?

A l:

ar:::m (7.6) no
(2.8)

B 2:

not at all

A 2:

no

B 3:

hum (.) Did and what do you think the story might be about?

A 3:

me

B 4:

in what way? (1.3)

A 4:

because I’m genesis

B 5:

mye:::h (0.9)

A 5:

so the story relates to what I’m saying, that go-whole para-all of that (hh) is me

B 6:

can you s-

A 6:

-every sentence everything there is there is me

B 7:

can you say in what way

A 7:

genesis, it speaks for itself genesis

B 8:

yehp

A 8:

=tshh ::: the smashing of glass

B 9:

yehp

A 9:

explains genesis

B 10:

yehp (3.1) n can you tell me-1 mean just because I dont (.) understand (.) how this story relates to that (1.4)

A 10:

because if you say a word like it (1.3) thats a-thats genesis you see everything relates to each other it doesnt matter if that was the story if you gave me another story or a packet a cigarettes (.) I’d just say yeh its a paxket a cigarettes. we all have that in common so we-it makes genesis coz everything is-relating to everything else

B 11:

right

A 11

atoms understand atoms

B 12

right

14Dans cette conversation, A et B élaborent ensemble, à la demande de B, une suite d’illocutions à l’issue desquelles la pertinence de A 3 va être explicitée. Cette suite débute en B 4 et se termine en B 11 quand B exprime sa satisfaction, après qu’elle a réitéré sa demande d’éclaircissement en B 7 puis en B 10. C’est ici le locuteur schizophrène qui a instancié, dans l’accomplissement de sa tâche de reconstruction de l’histoire racontée précédemment, une relation qui pose problème à l’auditeur. Le schizophrène satisfait à la demande de B en construisant avec elle ces formes conversationnelles typiques que sont les séquences réparatoires (Schegloff, Jefferson & Sacks, 1977 ; Schegloff, 1989).

Le schizophrène peut interpréter l’initialisation d’une séquence réparatoire par son interlocutrice comme l’expression de la difficulté qu’elle a avec sa contribution, et collaborer avec elle à l’élucidation de cette difficulté en élaborant une extension conversationnelle. Ce faisant, il atteste sa coopérativité parce que c’est une séquence réparatoire hétéro-initiée que la relation sociale met en œuvre. Un échec à satisfaire une demande d’accomplissement d’une réparation mettrait en danger tous les fondements de l’échange. (Good, 1990, p. 139)

15Plus généralement, cela signifie qu’il existe des procédures conversationnelles clairement reconnaissables et constructibles par les interlocuteurs dont la fonction est, parmi d’autres fonctions, d’élaborer la pertinence séquentielle d’une illocution. En l’absence de ce genre de séquence, « le stimulus ostensif (ici A 3) n’aurait aucun medium dans lequel il pourrait être articulé. Par conséquent, mis à part les conversations à un seul tour, les séquences sont la condition sine qua non de la communication. » (Ibid., p. 140). Il existe donc deux voies d’élaboration de la pertinence. La première est une voie « interne » au destinataire. La seconde est une voie conversationnelle, dont la charge cognitive est évidemment moins forte pour le destinataire (Good, 1990 ; Trognon, 1992, 1994b). La réalisation de cette séquence explicite la compétence du locuteur schizophrène à engendrer et assumer des stratégies interactionnelles complexes, donc sans incohérence fonctionnelle. Cependant, même dans ce cas, on note la difficulté de l’interlocuteur « normal » à comprendre son projet de sens, si projet de sens il y a. La coopération du schizophrène et, par conséquent, la réussite de l’échange conversationnel ne rendent pas l’énonciation qui a motivé les demandes d’éclaircissement de B plus explicite pour autant. La pertinence de l’énonciation du locuteur schizophrène, ou, dit autrement, son intention de sens, si elle existe vraiment, demeure inaccessible ou mystérieuse, y compris quand la conversation joue son rôle « naturel » de matrice de l’intercompréhension (Trognon, 1994a).

Les conversations schizophrènes

16Nous définirons la pathologie schizophrénique comme une pathologie pragmatique, donc comme une pathologie de l’usage du langage. Dans la sémiotique de Morris, le langage s’accomplit structuralement sur trois plans articulés qui sont relativement indépendants. Il s’agit des plans syntaxique, caractérisé par la relation que les signes entretiennent entre eux, sémantique, caractérisé par les relations que les signes entretiennent avec les choses et les états de choses, et pragmatique. Ce dernier renvoie aux relations que les signes entretiennent avec leurs utilisateurs. C’est le domaine de l’usage des signes dans les contextes de communication, et c’est sans doute le domaine qui garantit a priori le plus de succès aux diverses entreprises de recherche des troubles de la pensée schizophrénique.

Problématique

17Les pathologies pragmatiques sont des pathologies des principes qui gouvernent l’usage du langage, et de ce qui est au cœur de l’usage du langage, l’intentionnalité (Trognon, 1992). La pathologie schizophrène est donc en ce sens supposée s’accomplir, c’est-à-dire s’observer et se décrire, préférentiellement dans les situations naturelles où l’on use du langage. La situation la plus naturelle d’usage du langage est la conversation (Trognon, 1994a). C’est donc au sein des conversations que nous avons tenté de mettre en évidence une symptomatologie typique du comportement schizophrénique. Plus précisément, le recours à la conversation comme domaine empirique privilégié d’étude de la schizophrénie est motivé par deux types d’arguments. Premièrement, c’est dans le diagnostic clinique qu’est appréhendée généralement la symptomatologie schizophrénique (Trognon, 1992). Deuxièmement, ce sont les échecs des travaux syntaxiques et sémantiques consacrés au discours schizophrénique qui conduisent à l’idée d’une pathologie de l’usage du langage. Rochester et Martin (1979) appelaient d’ailleurs ce genre de travaux de leurs vœux, tout en s’y soustrayant (Trognon, 1985) et, plus récemment, Frith (1992) fait de même. Ainsi, c’est au niveau des principes gouvernant la communicabilité des illocutions qu’il faudrait chercher l’une des clés principales des comportements schizophréniques qui, selon nous, se caractérisent par une communication défaillante plutôt que par une absence de communication ou un refus (paradoxal, selon l’école de Palo Alto) de communiquer.

18Notre corpus d’investigation empirique regroupe une quarantaine de conversations réalisées auprès d’adultes diagnostiqués « schizophrènes ». Les conversants non schizophrènes avaient pour consigne de s’en tenir aux thématiques abordées par le locuteur schizophrène ou d’en apporter eux-mêmes, sans autre forme de procès. Ils pouvaient aussi lancer la discussion de façon anodine à partir de l’un ou l’autre des deux thèmes généraux suivants : « l’argent » et « l’occupation du temps quotidien ». Les patients faisaient l’objet d’un suivi psychiatrique régulier ; ils étaient pour les deux tiers d’entre eux hospitalisés de longue date, alors que les autres étaient suivis en milieu ouvert tout en ayant l’habitude de séjours intermittents. Ils étaient tous étiquetés « schizophrènes » selon les critères diagnostiques définis par le DSM-3-R.

19Les conversations ont été traitées soit extensivement, quand une question précise faisait l’objet d’un examen systématique, soit « cliniquement », quand il s’agissait d’approfondir l’analyse de tel phénomène ou de telle propriété circonscrits statistiquement dans un premier temps. Si notre méthodologie peut s’enorgueillir d’un certain « naturalisme » contrôlé, elle n’est pas exempte de toute critique. En l’occurrence, les données recueillies reposent sur des enregistrements qui pourraient soit changer le « but » de la communication avec le patient, soit entrer en résonance avec la pathologie, interférer avec elle et, de ce fait, altérer la conversation qui en résulte au niveau de sa thématique, voire au niveau de ses processus. Mais la possibilité même d’une interférence avec la pathologie, en ce qu’elle pèserait sur les processus conversationnels, ne manquerait pas d’intérêt puisqu’elle serait révélatrice de propriétés distinctives. Reconnaissons cependant que s’il est actuellement possible d’observer, de décrire et de définir à peu près clairement le trouble schizophrénique à un niveau pragmatique, on ne peut en déduire que ce niveau est le seul en cause. Toujours est-il que l’approche pragmatique de la schizophrénie vise à définir, aussi précisément que possible, la « structure formelle spécifique » du trouble associé à la pathologie. Ceci revient d’une part à le formuler, d’autre part à circonscrire ses contextes d’accomplissement.

20On qualifiera cette approche à la fois d’interactionniste, parce qu’elle tient l’interlocution pour le domaine « naturel » d’accomplissement du trouble, et de fonctionnaliste, parce qu’elle admet, à l’instar des cognitivistes, qu’on ne peut pas faire l’économie d’un niveau d’explication causal situé « au-dessus » du niveau physique. Il faut alors

[] faire référence à des calculs effectués sur un système de représentations conformément à des lois abstraites. Le but est alors de mettre au jour un tel « langage de l’esprit » pour les opérations qui sous-tendent certaines aptitudes. Ainsi, de même que l’existence d’un code génétique valide l’autonomie d’une discipline comme la biologie, par rapport à la physique atomique ou la chimie, ce « langage de l’esprit » conférerait aux explications psychologiques un niveau de description opératoire et, par là même, une certaine indépendance vis-à-vis de la biologie. (Mehler & Dupoux, 1987)

21Nous montrerons d’ailleurs plus loin que ce niveau d’explication, pour lequel nous formulons des hypothèses, est susceptible, dans le cas de la schizophrénie, de confirmer ou discuter certaines des thèses qui sont avancées au niveau biologique.

Le comportement interlocutoire des schizophrènes

Le débrayage conversationnel

22Les séquences conversationnelles dans lesquelles on reconnaît un débrayage sont très typiques. Elles sont formées par trois interventions successives, mais pas nécessairement adjacentes. Un schizophrène accomplit la première intervention, qui a pour propriété d’initier un schéma d’action. Sa réalisation par les interlocuteurs impose des sous-actions qui exigent généralement plusieurs tours de parole, normalement dominés par l’intervention initiale. L’interlocuteur poursuit avec une seconde intervention, qui présente cette particularité d’être interprétable comme une action qui réalise une part du cours d’action initié par l’intervention initiale, et comme une action initiant un nouveau cours d’action. Le schizophrène enchaîne alors avec une troisième intervention. La plupart du temps, son intervention réactive respecte les contraintes inter-interventions, dites encore interactionnelles (Roulet et al., 1985 ; Moeschler, 1985). Cependant, dans le cas du débrayage, il enchaîne sur ce nouveau cours d’action. Les deux exemples qui suivent illustrent cette notion. Dans le premier, le schizophrène débraye en revenant à un thème abordé initialement dans la conversation, mais qui en avait alors été exclu par les interlocuteurs. Dans le second exemple, la patiente débraye en initialisant un nouveau thème conversationnel.

Exemple 3

K 1 :

pourquoi vous êtes ici ?

I 1 :

d’accord (ton concédant)… parce que je sais pas (accentué) quoi faire tout

seul… et il faut tout le temps un qui m’aide…

K 2 :

oui… et ici alors?

I 2 :

Mmm (respire fort)… je sais pas moi pour-quoi (détaché) (…) oh je sais

pas… la la la Tania elle m’a dit… (soupir)

K 3 :

Tania ?

I 3 :

oui la la… l’infirmière madame Tania (K: oui)… elle m’a dit comme ça…

allez voir ici… y’a pt’être quelque chose qui vous…

K 4 :

y’a quelque chose?

I 4 :

qui vous intéresse

K 5 :

Ah… elle vous a dit ça?

I 5 :

Mmm

K 6 :

et alors ?

I 6 :

…Mm cinq minutes (marmonne)… je sais pas à quoi ça sert

K 7 :

enfin je vous avais vu lundi dernier pour vous expliquer un peu… lundi dernier… j’étais venu au pavillon pour vous demander s’il était possible de vous voir aujourd’hui

I 7 :

l’année dernière?

K 8 :

lundi dernier

I 8 :

Ah lundi (accentué) dernier OK

K 9 :

donc heu aujourd’hui quand heu… Tania vous a dit de venir ici… vous ne

vous souveniez plus de…

I 9 :

Mmmmm (chantonne) de quoi il s’agissait ?

K 10 :

comment?

I 10 :

de quoi il s’agissait

K 11 :

oui

I 11 :

ah je m’en rappelle plus bien

K 12 :

ah bon

I 12 :

vous fumez ?

K 13 :

je ne fume pas… non

113 :

oh c’est dommage… ça fait déjà quatre fois

K 14 :

ça fait déjà quatre fois ?

I 14 :

/xx./ah je sais je sais je sais… moi qu’est-ce qui m’intéresse… pourquoi je suis venu ici… ou bien pourquoi que… pourquoi que… pourquoi que… on m’a envoyé ici… parce que (respire fort)… bon

K 15 :

on vous a envoyé ici ?

I 15 :

comment ?

K 16

on vous a envoyé ici ?

I 16 :

oui… depuis le premier jour que je suis arrivé… de l’année dernière le deux février

23Considérons la question K 15 (ou K 16, puisqu’elle en est simplement la reformulation). C’est une demande d’information (appelant une réponse en oui/non) ou de confirmation que le patient n’est pas venu de lui-même à l’entretien mais qu’il a été invité à s’y rendre, sinon obligé de le faire. Cette interprétation, selon laquelle l’indexical ici s’entend comme l’entretien ou la conversation actuelle, est d’ailleurs la seule qui soit pratiquement compatible avec le contexte d’ensemble de l’échange rapporté et avec le contexte local du couple (I 14, K 15). En ce qui concerne le premier aspect, d’une part, I vient de rapporter qu’une infirmière lui a rappelé son rendez-vous mais qu’il ne se souvient plus de l’intérêt qu’il y avait. D’autre part, I a déjà corrigé en K 2 une interprétation de ici au sens de l’hôpital. Cette seconde interprétation n’a donc plus aucune actualité dans l’entretien. En ce qui concerne le second aspect, I étant en train d’exprimer qu’il se souvient de ce qui l’intéressait quand son rendez-vous lui a été rappelé, c’est manifestement à ce rendez-vous que K 15 se réfère.

24Or ce n’est pas sur cette interprétation qu’enchaîne I 16, qui prend ici comme se référant à l’hôpital. Tout se passe comme si I n’interprétait plus K 15-16 dans son contexte actuel, mais hors de ce contexte, de sorte que si K 15-16, selon l’interprétation accomplie en I 16 (Trognon, 1991 ; Trognon & Brassac, 1992 ; Ghiglione & Trognon, 1993 ; Trognon, 1994a), n’est pas incohérent, le triplet (I 14, K 15-16, I 16), où ici est interprété comme l’entretien, présente une discontinuité. C’est cette discontinuité que nous appelons un débrayage conversationnel. L’exemple ci-dessous permet d’en préciser l’économie.

Exemple 4

G 40 :

quand je travaillais chez T j’étais mieux

A 41 :

et votre fille vous l’avez eue quand vous étiez déjà malade ou avant ?

G 41 :

oui quand j’étais malade après… c’était en rencontrant à la pépinière ou en allant dans les bois de Brabois et en me promenant… on se promenait avec papa… je me… je chahutais avec papa… puis le bonhomme m’a rencontrée plus loin… et c’est comme ça… j’ai chahuté… j’ai sorti avec lui… il m’a emmenée en voiture et puis le reste… hein vous savez… et c’est comme ça que j’ai eu ma petite fille… elle a 15 ans maintenant

A 4 :

humm

G 42 :

alors vous vous rend compte… c’est quelque chose hein… avoir une fille puis être… être (balbutie) vierge pis être dépucelée et tout… abandonnée hein… je suis comme vous… je suis p(l)u(s) celle maintenant… je suis vierge… j’ai une gamine… j’ai… comme vous… mais comme vous… mais j’aurais dû… dû jamais… fréquenter… j’aurais toujours été vierge… je m’aurais mariée en grand blanc… en grande cérémonie… je devais faire un mariage de 3 000 invités… ça vous dit rien ?

A 43 :

3 000 ?

G 4 :

3 000 invités… alors vous voyez que j’en ai

A 44 :

mon dieu en effet… et un mariage avec qui ?

G 44 :

celui qui voudra de moi… si c’est Luc c’est Luc… si c’est pas Luc… cela sera un autre… un autre Américain… ah je m’en fais plus maintenant

25La patiente schizophrène G initie en G 42 une narration du mariage qu’elle aurait dû faire (première intervention, dite initiatrice), narration à laquelle son interlocutrice accepte de participer. Le constituant directif « et un mariage avec qui ? » (deuxième intervention : A 44) participe également de cette narration. L’univers de référence de cette question correspond en effet au mariage « imaginaire» que G raconte. Pourtant, cette seconde intervention peut aussi s’interpréter comme une question relative aux projets de mariage de G, et c’est sur cette interprétation que G enchaîne au cours d’une troisième intervention directrice en G 44. Mais ses propos paraissent pour le moins inattendus. On dira que G débraye conversationnellement au troisième temps de l’interaction.

Structure du débrayage conversationnel

26Un débrayage conversationnel se présente selon la structure suivante. Soit trois interventions qui se suivent dans une conversation, pas nécessairement adjacentes : I1, I2, I3. Des trois couples composant cette séquence, (I1, I2), (I1, I3), (I2, I3), deux sont continus et un est discontinu. Les couples continus sont (I1, I2) et (I2, I3). Intuitivement, ils sont continus en ce sens que leurs composants (par exemple I1 et I2 pour le couple (I1, I2) appartiennent au même univers de discours. Cependant, les univers thématiques de (I1, I2) et de (I2, I3) sont disjoints, bien que non contradictoires. D’ailleurs, abstraitement, la signification de I2 est l’union des significations en jeu dans (I1, I2) et dans (I2, I3). Tout se passe donc comme si la séquence des trois interventions successives formait deux séries thématiques parallèles, I2 permettant de basculer d’une série dans l’autre. C’est précisément cela qui rend le couple (I1, I3) discontinu. On ne manquera pas de noter que le mot-valise présente exactement la même structure formelle.

27En passant de la première série dans la seconde série, I 2 perd une partie de ses propriétés. Deux ensembles de propriétés caractérisent en effet un composant conversationnel. Le premier ensemble rassemble les propriétés sémantico-pragmatiques attachées à la signification littérale des composants ; la force illocutoire en fait donc partie. Le second ensemble contient des propriétés décrivant la situation du composant dans l’organisation conversationnelle ; le composant est directeur ou subordonné par exemple (Roulet et al., 1985 ; Ghiglione & Trognon, 1993). La signification de I2 dans la seconde série ne retient plus que les propriétés sémantico-pragmatiques de cet élément, comme si I2 était en quelque sorte extrait de l’organisation conversationnelle à laquelle il appartient pour être traité abstraitement et littéralement.

Signification fonctionnelle du débrayage conversationnel

28Alors qu’une rupture conversationnelle, comme le fait de ne pas répondre à une question ou de répondre à côté, peut s’interpréter comme un refus de communiquer, le débrayage conversationnel ne peut pas s’interpréter ainsi. En effet, au troisième tour de parole, le premier locuteur respecte parfaitement les contraintes inter-interventions d’un couple interlocutoire alors même qu’il débraye. Si nous voulons situer ces comportements dans l’opposition des symptômes positifs et négatifs de la schizophrénie, nous proposons de considérer que les ruptures appartiennent aux symptômes négatifs mais que les débrayages appartiennent aux symptômes positifs. Le débrayage manifesterait donc une sorte d’inaptitude non pas à communiquer, mais à communiquer de manière complexe, c’est-à-dire en respectant les propriétés conversationnelles des composants mis en œuvre dans l’échange. Le locuteur schizophrène qui débraye ne refuse pas de communiquer, il adopte des comportements coopératifs plus élémentaires, plus rituels, reposant sur la signification sémanticopragmatique des composants, voire sur leur sonorité.

29Il nous faut rappeler que la manifestation de troubles et d’incohérence n’est en aucun cas omniprésente dans les conversations schizophrènes. Le comportement du schizophrène n’est en effet pas toujours défaillant dans l’interaction conversationnelle. La micro-analyse de certaines séquences conduit même à penser que le locuteur schizophrène est parfois capable d’une gestion très élaborée de l’échange communicationnel (Musiol, 1992 ; Trognon & Musiol, 1994). Ainsi la définition du débrayage conversationnel que nous avons présentée plus haut explicite-t-elle, de façon forte, les notions d’incohérence discursive et d’incohérence conversationnelle, ainsi que, de façon dérivée, leur équivalent cognitif en termes de désordre de la pensée. Mais on se doit de souligner que les cas d’incohérence qui prennent la forme de débrayages conversationnels, ou même de ruptures fortement marquées pragmatiquement, comme quand l’interlocuteur ne prend pas son tour de parole alors qu’il est conversationnellement tenu de le faire, ne sont pas les plus fréquents dans les interactions schizophréniques. On n’en dénombre guère plus d’une quinzaine au sein d’un corpus de quarante conversations dûment retranscrites.

30Pour autant, confronté à un corpus témoin de conversations enregistrées avec des sujets « normaux » dans des conditions globalement similaires (Musiol, 1994a), ce phénomène n’en reste pas moins tout à fait significatif. Le comportement réactif qu’adoptent l’interlocuteur « normal » et l’interlocuteur schizophrène au troisième temps de l’interaction, quand ils accomplissent tous deux des actes de langage assertifs au premier temps, est différent. L’analyse statistique par « Khi-2 » tient compte de quatre modalités : l’enchaînement à l’hypothèse de l’auditeur, la confirmation, et la discontinuité conversationnelle manifeste que l’on divise ici en deux catégories. Nous obtenons une différence nettement significative (p<.01, cf. Tableau 1), qui tient principalement à la répartition des données correspondant aux discontinuités. À dire vrai, la rupture fortement marquée, et plus encore le débrayage conversationnel sont rarissimes chez les conversants « normaux ».

31On dénombre dans les conversations schizophrènes un nombre considérable de ruptures locales et une moindre fréquence des débrayages. Par ailleurs, les stratégies d’ajustement qu’adoptent les interlocuteurs respectivement au quatrième temps de l’interaction, quand il y a débrayage conversationnel et au deuxième temps, quand il y a rupture locale (nous dirons encore : proximale), varient sensiblement.

32À l’inverse du débrayage conversationnel, les ruptures s’apparentent à un phénomène sans doute moins fréquent mais cependant occurrent dans les conversations non schizophrènes.

Tableau 1. – Comparaison des réactions au troisième tour de parole du locuteur « normal » et du locuteur schizophrène lorsque le deuxième tour accomplit une interprétation de l’assertion énoncée au premier tour.

Schizophrènes

Normaux

Total

Enchaînements

08

16

24

Confirmations

62

45

107

Ruptures (tpf ; cf. p. 208)

08

02

10

Débrayages

07

00

07

Total

85

63

148

Incohérences, défectuosités et stratégies d’ajustement de l’interlocuteur

Les ruptures locales

33Confronté à un débrayage conversationnel, l’interlocuteur du schizophrène a plutôt tendance à adopter une stratégie « minimaliste » qui consiste à profiter de la continuité du couple (I 2, I 3) afin d’enchaîner, séquentiellement et le plus conventionnellement possible, sur I 3. Le comportement qu’adopte cet auditeur dans le cas des ruptures, c’est-à-dire précisément quand il n’y a pas continuité entre I 2 et I 3 est tout autre. En voici deux exemples.

Exemple 5

A 1 :

y’en a qui se plaisaient en déplacement, moi j’préférais rester à l’atelier

B 1 :

oui, mais y’en a qui se plaisaient en déplacement peut-être aussi parce qu’ils gagnaient un peu plus d’argent

A 2 :

(silence)

B 2 :

et là, en déplacement, de toute façon, vous partiez à plusieurs ?

A 3 :

oui (silence)

34A est schizophrène. La tentative de relance et en même temps d’interprétation de l’auditeur est sanctionnée par un silence. De fait, le locuteur schizophrène ne fournit explicitement aucune indication à cet auditeur quant à la pertinence de son hypothèse. Sur le plan conversationnel, le locuteur schizophrène commet une infraction en ignorant à la fois la proposition de l’auditeur et son contenant, c’est-à-dire l’illocution qui la supporte.

Exemple 6

A l

… on m’a dit de rester au lit le matin pour être plus calme

B 1 :

vous faites la grasse matinée alors

A 2 :

oui, le matin je me lève, je prends mes médicaments, je me lave tout ça

B 2 :

en somme, vous prenez votre temps, mais sinon qu’est-ce que vous aimez faire ?

35A est schizophrène. L’auditeur enchaîne en B 2 sur une hypothèse dont il est lui-même l’instigateur ; elle correspond à une implicitation de sa question initiale. Cette stratégie d’ajustement a pour effet de nier l’apparente incohérence du locuteur schizophrène, qui confirme en A 2 la proposition indirecte de l’auditeur (B 1) pour l’infirmer immédiatement après dans l’argumentation. Dans ce cas, le sujet schizophrène est mis en position de locuteur, sommé de fournir dans un troisième temps un complément d’information ou bien une justification quant à la signification de son assertion initiale, assertion que l’auditeur aura traitée au second temps comme un énoncé assertif complexe (Wilson & Sperber, 1990), donc potentiellement interprétatif.

36On admettra qu’une absence de réaction manifeste, une attitude mutique donc, qu’elle soit un refus délibéré d’interagir ou non, ne satisfait aucune contrainte inter-interventions (Roulet et al., 1985). Il y a donc rupture pour ce qui concerne l’exemple 5. Dans le cas de l’exemple 6, la rupture est obtenue par l’absence de continuité entre B 1 et A 2 : le contenu propositionnel du deuxième constituant a pour caractéristique de ne pas être en relation d’implication sémantique avec le contenu propositionnel de B 1. Notons que le sens de A 2 est par ailleurs en discontinuité avec le sens de A 1, mais ce phénomène n’est pas une condition nécessaire de la rupture.

Définition

37Une rupture consiste discursivement en un couple interlocutoire d’interventions adjacentes (I 1, I 2) dont le second élément, (I 2), n’est pas en continuité avec l’intervention qui le précède immédiatement dans la conversation, c’est-à-dire (I 1). Comme le premier élément impose des contraintes au second (Roulet et al., 1985 ; Moeschler, 1985) – une contrainte thématique selon laquelle le second élément doit posséder le même thème discursif que le premier élément ; une contrainte de contenu propositionnel qui impose au second élément d’être en relation sémantique implicative, antonymique ou paraphrastique avec le premier ; une contrainte illocutoire, enfin, selon laquelle la fonction illocutoire du second élément doit être compatible avec celle du premier –, on pourrait préciser la définition précédente en écrivant que le second élément du couple ne satisfait pas en totalité ou en partie les trois contraintes imposées par le premier élément. Dans cette acception, le second élément n’est pas non plus une négation propositionnelle d’une présupposition du premier élément interprété directement ou indirectement.

Réactions d’ajustement

38On s’intéresse maintenant à la stratégie d’ajustement qu’adopte l’auditeur au quatrième tour de parole. Lorsque le locuteur schizophrène ne donne aucune indication relative quant à la pertinence de l’hypothèse que l’auditeur avait manifestée au deuxième temps de l’interaction (exemple 5), la réaction de l’interlocuteur « normal » consiste en général, au quatrième tour de parole, à s’éloigner le moins possible de la signification littérale ou implicite de l’énonciation du locuteur. Il adopte une stratégie de gestion de la signification que l’on qualifiera de proximale (relance), ou bien il exploite un fait propositionnel d’origine cotextuelle distale, mais qui appartient toujours au discours antérieur du sujet schizophrène. Il évite toute réaction susceptible de rendre l’incongruité du locuteur apparente. L’auditeur se montre en définitive coopératif en choisissant de modifier sensiblement la progression de l’interaction sur le plan de sa thématique, par exemple en réitérant un acte subordonné accompli antérieurement par le schizophrène, afin de relancer la conversation. Il ne prend aucun risque pouvant aboutir à une éventuelle rupture de la conversation.

39Lorsque le schizophrène adopte un comportement tout à fait inattendu en contexte (exemple 6), voire délirant, l’auditeur colle dans la mesure du possible à l’énoncé du locuteur. Mais plus l’écart entre une réponse attendue et la réponse réellement fournie s’accroît, plus l’auditeur a tendance à éviter toute sollicitation directe du locuteur schizophrène. Il adopte une stratégie d’évitement qui consiste à simuler un comportement adapté à une progression « normale » de l’interlocution, donc à rapporter le comportement aberrant du schizophrène à une mauvaise compréhension de sa propre intervention. Ceci l’amène dans la plupart des cas à réagir au quatrième tour de parole en s’appuyant sur son propre discours. Il réitère l’un de ses propres énoncés antérieurs, ou bien ouvre un nouveau thème en faisant fi de l’incohérence. Bref, là encore, l’auditeur ne prend aucun risque, ni en confrontation (explicitation), ni en tentative d’interprétation.

Une coopération exacerbée en substitut d’un défaut de charité

40Lorsque le locuteur schizophrène adopte effectivement un comportement incongru ou incohérent en T 3, son auditeur prend très peu de risques interprétatifs. Il en prend d’ailleurs d’autant moins que le comportement discursif du schizophrène apparaît désorganisé. Les modalités d’ajustement de son dire aux propos du schizophrène semblent satisfaire un compromis qui n’a pour but que de faire fonctionner la machine conversationnelle, c’est-à-dire l’alternance des tours de parole, au détriment du contenu et de l’enrichissement des représentations.

41Il se montre par conséquent assez peu charitable envers son interlocuteur et n’assume pas, dans le cadre de ces séquences particulières, le caractère « contrefactuel » du discours schizophrène. À chaque fois, l’auditeur s’ajuste au trouble en le niant, ce qui a pour effet de garantir la progression de l’interlocution tout en évacuant l’intentionnalité du schizophrène. Selon Davidson (1991), « nous ne pouvons pas donner sens aux croyances d’un agent si nous ne le supposons pas minimalement rationnel et logique, en appliquant un principe de charité d’après lequel ses croyances sont pour la plupart vraies et non contradictoires autant que peuvent l’être les nôtres ». L’auditeur du schizophrène se comporte donc en interaction conversationnelle au fil de telles séquences comme s’il ne lui attribuait aucune rationalité a priori. Le schizophrène n’est jamais mis en position de devoir assumer son énonciation. Cet interlocuteur ne se montre en aucun cas charitable, mais il est exagérément coopératif.

42Nous avons procédé à l’analyse systématique d’environ 150 cas de rupture, identifiés en corpus selon l’application des critères de la définition présentée plus haut. Nous rendons compte ci-dessous plus techniquement des stratégies d’ajustement qu’adoptent les auditeurs quand ils sont confrontés à l’un ou l’autre cas spécifique de rupture.

La rupture comme discontinuité de l’interaction

Un cas de rupture par suspension de la pertinence séquentielle

43Si les auditeurs d’un comportement langagier qui en suit un autre contribuent à sa pertinence en confirmant la manifesteté du lien, en demandant son explicitation ou en l’injectant d’eux-mêmes (ce qui n’est pas toujours couronné de succès), il arrive aussi qu’ils ne cherchent pas ou qu’ils ne cherchent plus à le faire. Cela se produit en particulier quand le discours schizophrène apparaît, ne serait-ce qu’intuitivement, relativement ambigu. Nous dirons dans ce cas qu’il y a rupture de cohésion potentielle, ou mieux, rupture proximale, et nous nous intéresserons aux stratégies de compensation qui sont déployées par les auditeurs afin de garantir, malgré l’indécidabilité des items qui ressortent du discours schizophrène, la poursuite du dialogue.

44Une séquence conversationnelle dont la cohésion est a priori mise à mal est une illocution dont la pertinence est problématique, c’est-à-dire qu’on voit mal comment cette illocution se relie à l’illocution qui la précède, interprétée soit littéralement (le contenu du second tour enchaîne littéralement ou non littéralement à l’interprétation littérale), soit non littéralement. Dans ce dernier cas, si l’on se réfère à Dascal (1992, p. 45), pour qui « toute énonciation est ajustée à la demande conversationnelle à laquelle elle réagit » (voir également Trognon & Brassac, 1992 ; Ghiglione & Trognon, 1993), le destinataire ne parvient pas, ou très mal, à circonscrire une demande accessible à partir de ce qu’il a dit et à laquelle le locuteur articulerait son énonciation. Grâce à la théorie des actes de langage, il est possible de préciser quelque peu cette notion.

45Une illocution en conversation est une force qui s’applique sur un contenu propositionnel relativement à un propos. C’est donc un triplet (f, p, t), où f représente la force, p le contenu propositionnel et t le propos de la conversation. Théoriquement, sauf t peut-être, ces composants ne sont pas indépendants. Cependant, méthodologiquement, ils permettent de distinguer divers types d’ambiguïté selon le composant qui gêne en premier l’auditeur dans son travail inférentiel. On distinguera donc des ruptures sur f (l’auditeur ne parvient pas à relier la force de son illocution à l’énonciation du locuteur et saisit avec beaucoup de difficultés, ou ne comprend pas, la force de l’illocution à laquelle le locuteur réagit), sur p (l’auditeur ne parvient pas à relier le contenu propositionnel de son illocution à l’énonciation du locuteur), sur t (le locuteur ne parvient pas à relier le propos dans lequel s’inscrit son illocution à l’énonciation du locuteur) ou sur différentes combinaisons de ces variables, en particulier sur les trois.

Méthodologie

46Vingt conversations parmi les quarante initiales ont été retenues. Elles correspondent à la presque totalité de celles qui ont été enregistrées en hôpital psychiatrique auprès de patients schizophrènes, qui comptent donc parmi ceux qui souffrent le plus. Elles ont été examinées du point de vue des ruptures qu’elles contiennent, de la relation qu’il est possible d’établir entre l’illocution discursive dont la cohésion pose problème et l’énonciation qui la précède, et du point de vue des comportements interlocutoires effectifs adoptés in situ dans ces conversations par les interlocuteurs « normaux » quand ils furent confrontés à ces illocutions.

47Pour identifier les ruptures, les conversations ont été soumises à un groupe de huit juges. Avec un accord inter-juges de 98,9 %, il en résulte une distribution de plus d’une centaine de cas. Presque la moitié de ces illocutions, 42,53 %, est en relation avec la conjonction de la force, du contenu propositionnel et du propos de la conversation. Les illocutions à rupture de cohésion potentielle en relation avec la conjonction de la force et du contenu propositionnel viennent ensuite (32,18 %), puis celles en relation avec la force, puis celles en relation avec le contenu propositionnel. Les ruptures potentielles en relation avec le propos sont les moins fréquentes. De sorte que, d’une moindre fréquence à une plus grande fréquence, nous obtenons la relation suivante : p < f < pf < tpf.

Résultats

48Pour examiner les relations qu’il est possible d’établir entre l’illocution qui pose problème et l’énonciation qui la précède, on a soumis à un second groupe de huit juges les conversations précédentes (mais sans transcrire les interlocutions qui suivent les illocutions dont la cohésion pose problème), en leur demandant de trouver des relations ou de constater leur échec en cas d’impossibilité. Cela revenait à leur demander d’interpréter les ruptures comme des actes indirects ou des implicatures, c’est-à-dire comme des comportements intentionnels.

49Alors, toutes ruptures confondues, il est significativement plus facile de trouver des relations que de ne pas en trouver (selon nos analyses statistiques). Mais c’est l’inverse qui se passe pour les illocutions en relation avec (tpf). Dans ce cas, en effet, il est significativement moins fréquent d’en trouver que de ne pas en trouver. Ainsi, les juges ont tendance à ne pas trouver de relation s’ils sont confrontés à une illocution en relation avec (tpf). Et réciproquement, s’ils ne trouvent pas une relation, c’est qu’ils sont confrontés à une illocution en relation avec (tpf). Et de fait, la relation d’ordre entre les fréquences de découvertes reproduit plus ou moins la relation d’ordre entre les fréquences d’il locutions dont la cohésion pose problème.

50Maintenant, sur quels composants de l’illocution à laquelle l’illocution incohérente succède les juges s’appuient-ils pour donner un contenu aux relations qu’ils ont le cas échéant découvertes ? C’est principalement sur le contenu propositionnel de l’illocution. Ainsi, une illocution ne respectant pas f, ou bien ne respectant pas fp, ou bien ne respectant pas p de l’illocution qui précède, sera interprétée à partir du contenu propositionnel de l’illocution initiale.

51Inversement, si une interprétation de l’illocution incohérente se fait à partir de son contenu propositionnel, c’est le plus souvent lorsque l’illocution précédente ne respecte pas le contenu propositionnel et la force de l’illocution initiale.

52En revanche, lorsque l’illocution posant problème ne peut être mise en relation ni avec la force, ni avec le contenu propositionnel, ni avec le propos de l’illocution qui la précède, c’est la force de l’illocution posant problème qui fait l’objet de l’interprétation des juges.

53Comment les interlocuteurs effectifs des schizophrènes se sont-ils comportés in situ lorsqu’ils étaient confrontés aux illocutions posant problème ? L’examen des tours de parole qui suivent immédiatement celles-ci révèle qu’ils adoptent trois types de conduite interlocutoire. Parfois, ils demandent des explications en ouvrant un échange réparateur du genre de celui qu’a décrit Good et que nous avons présenté précédemment. Mais c’est dans une proportion très faible (moins de 5 %). Plus souvent, ils accomplissent des illocutions interprétant en action les illocutions incohérentes comme des indirections (plus de 15 %). Mais plus fréquemment encore, ils se contentent d’enchaîner sur les illocutions incohérentes sans tenter de les articuler aux illocutions qu’elles suivent dans la conversation (environ 60 %). Les interlocuteurs effectifs adoptent d’autant plus volontiers cette dernière conduite que les juges ne sont pas parvenus à trouver une relation entre l’illocution posant problème et l’illocution qu’elle suit.

54Les interlocuteurs « normaux » des schizophrènes ne se conduisent donc pas au hasard. Alors que les deux premiers types de conduite, et plus encore les enchaînements sur les indirections, supposent que les illocutions à rupture de cohésion potentielle constituent des ostensions, le troisième signifie que les interlocuteurs ont révisé à la baisse leurs attributions de présomption de pertinence (Sperber & Wilson, 1989). Dans ce cas, les interlocuteurs ne tissent plus une conversation, ils « sautent du coq à l’âne ».

La dialectique conversation-Schizophrénie

La signification cognitive des discontinuités conversationnelles

55Les analyses que nous avons proposées du débrayage et de la rupture conversationnels sont d’inspiration pragmatique ; elles décrivent donc à un niveau général des troubles de la gestion de l’interaction conversationnelle, troubles qui s’étayent a priori sur des troubles de la pensée inhérents aux processus cognitifs psychologiques. Ceux-ci sont à distinguer des troubles cognitifs psychophysiologiques (Frith, 1992), qui relèvent davantage de l’investigation des neurobiologistes. Il est toutefois possible d’imaginer un rapprochement des descriptions que nous proposons, en termes de dysfonctionnement de la pensée en action sur le plan psychologique, de celles qui sont formulées en termes de dysfonctionnement de la pensée au niveau psychophysiologique.

56Au niveau psychologique, les troubles décrits relèvent en théorie d’une perturbation des processus « centraux » plutôt que « modulaires », dans la terminologie de Fodor (1986). Il se trouve en effet que les compétences syntaxiques, phonologiques, et même sémantiques, qui s’apparentent à des aspects modulaires de la cognition semblent largement préservées. Nous avons en partie étayé cette hypothèse au début de cet article. Elle est par ailleurs très largement défendue dans la littérature (Widlöcher & Hardy-Bayle, 1989 ; Frith & Frith, 1991 ; Frith, 1992 ; Musiol, 1992 ; Trognon, 1992).

57Sur le plan pragmatique en tout cas, le débrayage traduit quant à lui l’incapacité du schizophrène d’intégrer les buts de l’interlocuteur à ses propres buts initiaux. Ceux-ci seront dits représentés, ou bien latents, dès le premier temps de l’interaction, étant donné la forme logique de l’énoncé du locuteur et la structure illocutoire de l’énonciation qui véhicule cet énoncé en contexte. Tout se passe donc comme si le schizophrène ne parvenait pas à associer de façon dialectique ses propres buts à ceux de l’autre. Le débrayage conversationnel explicite en cela une certaine difficulté de sa part à assumer dans la dynamique de l’interaction l’une des fonctions du sujet communiquant qui compte sans doute parmi les plus élaborées, celle de maintien de l’intersubjectivité au cours d’un schéma d’action.

58D’une certaine manière, l’interaction peut être vue comme un processus de dialectisation où l’interlocuteur confronte ses propres buts intentionnels à ceux de son partenaire. Autrement dit, si l’interaction renvoie à l’idée d’un « autre » comme moyen de gérer ses propres buts (Livet, 1994), alors le schizophrène gère mal l’interaction. Il est capable de s’ajuster à l’interlocuteur, mais faiblement. Le débrayage conversationnel constitue sans doute une dimension exacerbée de cette difficulté. En somme, et au moins dans les cas extrêmes, le schizophrène est mis en situation paradoxale de coopérer tout en s’oubliant (Trognon, 1992), comme si, en conséquence, il perdait le sens de sa pensée initiale, mieux, la « force » des assomptions qui la constituent dans le cours du schéma d’action (Musiol, 1992). Le débrayage conversationnel traduit une incompétence proprement pragmatique à gérer le phénomène de l’inter-intentionnalité.

59Frith (1992) distingue deux modalités d’accomplissement des schémas d’action. La première renvoie aux processus qui sont activés automatiquement en réponse à un stimulus externe provenant de l’environnement. Elle définit les actions « stimulus-induites ». La seconde renvoie à une compétence intentionnelle, d’origine centrale, « auto-induite ». Elle correspond à une activité volontaire. Le déficit cognitif que nous tentons de circonscrire s’apparenterait précisément à ce type d’attitude propositionnelle. Ces hypothèses confortent d’une certaine manière la plupart des thèses avancées en psychopathologie cognitive de la schizophrénie. Ainsi,

[] la désorganisation du discours des schizophrènes peut être interprétée comme un déficit de la coordination de cette action complexe qu’est l’échange verbal, tant de l’auto-coordination du discours (la planification) que de l’hétéro-coordination avec l’interlocuteur, trouble qui s’intègre bien dans les hypothèses cognitives d’un déficit du contrôle et de la planification de l’action dans cette pathologie. (Pachoud, 1995)

Débrayage et planification de l’action

60Dans le champ neurobiologique, la littérature consacre une large part de ses descriptions à l’explication du déficit schizophrénique, notamment en termes de troubles de la planification de l’action. Si l’on admet d’une façon générale que les actions automatiques ou dirigées par les stimuli ne sont pas altérées chez les schizophrènes, on considère en revanche que les fonctions qui président aux actions auto-générées (non automatisées) le sont. Pour Frith, seules les actions auto-générées, dites encore volontaires, sont atteintes chez le schizophrène (Frith, 1992 ; Hardy-Bayle, 1995). Parmi les actions auto-générées, dites encore auto-initiées, on fait la distinction entre celles qui sont inhérentes à l’activité communicationnelle, et qui présupposent un sujet capable de se représenter les états mentaux d’autrui, et celles qui relèvent de l’action volontaire, pour lesquelles le sujet est supposé pouvoir se représenter ses propres états mentaux (Frith & Frith, 1991). La plupart des actions proviennent de la combinaison de stimuli perçus et d’actions volontaires (Frith, 1987). Pour McKay (1978), dont Frith s’inspire largement, l’action volontaire consiste en une anticipation ; elle est la conséquence de changements à l’intérieur de l’organisme. Le système contrôle ses propres actions au moyen d’un opérateur central. Ainsi, de nombreux symptômes positifs chez les schizophrènes relèveraient d’un dysfonctionnement du contrôle de l’action volontaire ou intentionnelle, de sorte que le patient confond ses propres actions avec celles d’autrui, et ne les conçoit plus comme une conséquence de sa propre volonté (Frith, 1987, 1992). Dans cette conception, les schémas d’action agis intentionnellement s’étayent sur les processus centraux et supposent la représentation de buts, de choix de stratégies adaptées pour les atteindre ainsi qu’un mécanisme de contrôle de l’effectuation de l’action autorisant au besoin des réajustements, en comparant, en cours d’action, les effets obtenus avec les effets anticipés.

61La structure du débrayage conversationnel apporte une précision au modèle psychophysiologique en décrivant, en corollaire des déficits invoqués, la progression du déficit intentionnel du locuteur schizophrène. En l’occurrence, la rupture du lien qui associe le premier et le troisième temps de l’interaction, autrement dit la rupture du schéma d’action engagé par le schizophrène, expliciterait d’une autre façon son incapacité à contrôler l’effectuation de l’action, donc à comparer les effets obtenus – c’est-à-dire l’hypothèse réactive de l’auditeur – avec les effets anticipés – c’est-à-dire son intention de communiquer initiale. De même, ce qui en résulte sur le plan de l’interaction verbale, c’est-à-dire une rupture du lien entre l’hypothèse de l’auditeur et la réponse inadéquate du schizophrène, expliquerait d’une autre façon que le patient confond ses propres actions avec celles d’autrui et ne les conçoit plus comme une conséquence de sa propre volonté.

62La voie vers laquelle cette recherche nous conduit nous semble d’autant plus heuristique, y compris dans le cadre d’un débat interdisciplinaire, qu’elle est complètement indépendante méthodologiquement, et même théoriquement, des stratégies qu’emploient les neurobiologistes et les psychiatres. En effet,

[] l’hypothèse d’un déficit du monitoring de l’action, largement reprise dans la littérature, s’appuie sur les résultats obtenus à une tâche de correction d’erreurs. En l’absence d’indices externes de son action, le schizophrène ne parvient pas à corriger ses erreurs, à l’inverse du sujet normal chez lequel on peut postuler l’existence d’une représentation interne de l’action réalisée qui agirait comme un guide à la correction. Il existerait donc chez les schizophrènes un déficit dans l’élaboration de cette image interne de l’action voulue, un trouble de la représentation mentale de l’action. En réalité, la question de la représentation mentale de l’action est extrêmement complexe et son étude n’en est qu’à ses débuts. (Hardy-Bayle, 1995)

La conversation comme aide

63Nous avons largement insisté pour montrer combien l’analyse des conversations contribue à expliciter le trouble schizophrénique tout en aidant à le comprendre. Mais il semble que la relation que la conversation entretient avec la schizophrénie ne se limite pas à un simple rôle de révélateur du trouble. Bien au contraire.

64Elle semble avoir encore pour fonction de le contenir. Par exemple, elle met l’auditeur au défi de travailler le « sens » du discours en s’ajustant du mieux qu’il peut dans presque toutes les situations où le comportement schizophrène enfreint le principe de coopération (Grice, 1979). Elle semble même avoir pour fonction, en vertu de certaines de ses propriétés spécifiques générales, d’aider l’interlocuteur schizophrène à user du discours de façon élaborée.

65En totale harmonie avec l’hypothèse défendue par les neurobiologistes et les psychiatres quant à la question de la gestion des intentions chez le schizophrène, nous défendons également la nécessité de distinguer entre deux types de processus cognitifs psychologiques impliqués dans le traitement de l’information verbale. Seuls les premiers seraient liés à la manifestation d’un trouble en englobant à la fois les débrayages et les ruptures. Les seconds expliciteraient la notion de processus réactifs du type « stimulus-induits » qui sont, selon les neurobiologistes et les psychiatres, supposés préservés chez le schizophrène, mais qui ne sont apparemment pas explicités par leurs modèles descriptifs.

66Afin d’étayer cette hypothèse, nous rendrons compte brièvement d’une recherche comparative destinée à décrire l’activité inférentielle des sujets schizophrènes et celle de sujets « normaux », quand ils sont en position d’auditeurs (deuxième temps de l’interaction) confrontés à des illocutions initiatrices de type assertif. Les schizophrènes ont significativement moins tendance que les auditeurs « normaux » à recourir à des opérations inférentielles déductives en interaction conversationnelle (Musiol, 1994a). Mais il arrive qu’ils le fassent. Quelles sont alors les caractéristiques cognitives de leurs productions déductives quand on les compare à celles des sujets « normaux » dans la même situation ? Une recherche est actuellement en cours. Pourtant, les caractéristiques dialogiques de l’intervention réactive du schizophrène sont assez précisément équivalentes à celles de l’auditeur « normal » constatées dans les mêmes conditions. L’intervention réactive est en effet presque toujours composée d’un seul constituant de rang « acte » dans les deux cas, et elle fait immédiatement suite à l’intervention initiatrice qui comporte l’acte qu’elle interprète ; il n’y a médiation d’aucun échange subordonné dans les deux cas. L’énoncé accompli réactivement est par ailleurs supposé véhiculer la trace de la déduction opérée par l’interlocuteur.

67Si le déroulement de la conversation facilite effectivement l’ajustement des processus de compréhension des interlocuteurs et leur déclenchement, alors la conversation a sans doute aussi pour fonction de « manager » le trouble schizophrénique en facilitant le travail déductif de l’opérateur « cognitif-inférentiel » du patient. En effet, le déroulement de la conversation facilite l’intercompréhension en articulant, selon une certaine logique, le déclenchement du comportement inférentiel de chaque locuteur à des schémas d’action qu’il est possible de circonscrire. Plus précisément, ce déroulement articule des régimes d’inférence déductive, sur le plan de l’interaction, et des régimes d’inférence non démonstrative, relatifs à chaque interlocuteur (Trognon & Musiol, 1994). Ainsi, certaines propositions qu’on dira représentées cognitivement, par exemple celles d’origine encyclopédique, sont susceptibles d’assumer une double fonction en matière de dynamique inférentielle. D’une part, elles confèrent au régime d’inférence non démonstrative une structure et une dynamique spécifiques. D’autre part, elles activent et nourrissent le format du régime conversationnel-logique qui associe les interlocuteurs.

68Sur le plan de l’interprétation, lorsqu’un interlocuteur est amené à satisfaire interprétativement un certain acte illocutoire en contexte et s’il est relativement indécis, par exemple parce qu’il le trouve incompréhensible ou ambigu, il est amené à pallier cette défaillance en mobilisant ses ressources cognitives. On reconnaît cette attitude à la fois chez l’interlocuteur « normal » et chez le schizophrène. Sur le plan de l’interaction, il existe un lien de cause à effet entre les deux dispositifs : le dispositif conversationnel-logique a pour fonction, en l’instant clé, de déclencher le dispositif non démonstratif (Trognon & Musiol, 1994).

Conclusion

69C’est peut-être grâce à la conversation que les schizophrènes sont susceptibles de faire un usage « tout à fait normal » de leurs compétences déductives, en tout cas quand ils s’en servent. Mais il nous semble que les opérations inférentielles de type complexe dont les schizophrènes sont capables, si elles sont réactives, ne correspondent pas seulement à des processus activés en réponse à des stimuli externes. Leur déclenchement, et du même coup, la prise en charge des énonciateurs dans l’action, sont facilités par le déroulement séquentiel. L’interlocuteur schizophrène assumera alors de facto, au moins dans certains cas, à la fois une activité de raisonnement des plus sophistiquées, qui l’amène à produire notamment des inférences pragmatiques, et une activité de planification et d’hétéro-coordination complexe.

70À l’inverse, peut-être est-ce en raison des ruptures et, plus encore, des débrayages qu’elle comporte, que la conversation schizophrène est perçue comme erratique et déroutante par la plupart des interlocuteurs « normaux ». Une comparaison succincte de la structure du débrayage et de la structure du mécanisme normal d’accomplissement de l’intercompréhension en conversation devrait apporter quelques éclaircissements. On a pu montrer dans d’autres travaux, et en accord avec de nombreux auteurs (Schegloff, 1991 ; Trognon, 1991, et toutes les références ci-dessous), que le troisième temps de l’interlocution constituait le pivot du mécanisme conversationnel d’accomplissement de l’intercompréhension (voir encore Trognon & Saint-Dizier, à par.), en ce sens qu’il fonctionne comme une sorte de preuve empirique vérifiant, autant que faire se peut (cf. Livet, 1994 ; Trognon & Brassac, 1992), le bien-fondé des attributions intentionnelles croisées du premier et du second locuteurs. Or c’est cette fonction-là du troisième temps qui fait défaut dans un débrayage conversationnel. De sorte que le second locuteur, même s’il ne l’affiche pas toujours sciemment, perd les repères lui permettant normalement de se coordonner avec son interlocuteur. Il ne sait plus, comme on dit si joliment, « sur quel pied danser ».

71Tout se passerait donc comme si la conversation assumait à l’égard du trouble schizophrénique un double rôle de contenant et de révélateur de ses propriétés. En cela l’analyse conversationnelle est déterminante en matière de psychopathologie scientifique : elle contribue à expliciter certains des processus mentaux, pour partie infra-intentionnels, qui sont activés par les sujets communiquants. En ce sens,

[] aussi bien pour la dépression que pour les états schizophréniques, les études expérimentales ne permettent pas de trancher entre les deux explications, soit que le défaut des opérations automatiques entraîne le recours à des opérations contrôlées plus coûteuses, soit que ces dernières fassent défaut, contrôlées plus ou moins bien par les opérations automatiques. (Widlöcher, 1993)

72La réponse à une telle question n’est bien évidemment pas encore donnée. Cette question rejoint aussi le problème de l’élaboration d’heuristiques en matière d’explicitation de la représentation mentale de l’action, et suppose sans doute des analyses plus fines encore de protocoles verbaux empruntés notamment au champ de la psychopathologie.

73Rappelons, quoi qu’il en soit, la possibilité qu’il y a de risquer d’ores-et-déjà des rapprochements entre des hypothèses neurobiologiques et des hypothèses relevant de la psychopathologie pragmatique pour ce qui concerne au moins des troubles caractéristiques de l’initiation de l’action. De telles hypothèses reposent à l’heure actuelle sur un programme de recherche qui ne fait que commencer. Mais il est fort d’une méthode spécifique qui repose en grande partie sur l’analyse interlocutoire (Trognon, 1991, 1994a ; Trognon & Brassac, 1992 ; Ghiglione & Trognon, 1993) ainsi que d’une épistémologie qui s’inspire très largement de bon nombre de modèles théoriques récents qui relèvent du large paradigme des sciences cognitives. Par ailleurs, il puise ses données empiriques dans le « malheureusement » très riche domaine d’application de la psychopathologie en général. Enfin, même si la psychopathologie des psychoses ne guérit toujours pas, elle fait bénéficier « ses chercheurs » d’un siècle de réflexion et de multiples tentatives de description et d’explication des symptômes.

74Pour ce qui concerne la recherche théorique en tant que telle, le domaine d’investigation de la psychopathologie offre des interrogations de nature à inspirer bien des programmes. En l’occurrence, des fondateurs de la discipline tels que Ribot voyaient déjà dans la « désorganisation pathologique un véritable substitut à la méthode expérimentale. Cette désorganisation s’installe suivant un ordre bien établi, d’après lequel le nouveau périt avant l’ancien, le complexe avant le simple… » (Reuchlin, 1991). Étant donné une telle assertion, peut-on admettre l’hypothèse selon laquelle, en fonction des données analysées, l’activité déductive, davantage préservée chez le schizophrène, serait phylogénétiquement antérieure à l’activité de planification de l’action ? Cette compétence déductive s’étaye-t-elle sur des processus cognitifs plus opaques ou plus cristallisés, à tel point qu’ils obéiraient à une tout autre logique, par exemple comparable à celle d’une faculté modulaire au sens de Fodor (1986) ? Il est encore beaucoup trop tôt pour en juger.

75Nous considérons que « l’approche pragmatique en psychopathologie cognitive » (Trognon, 1992), quand elle traite de la schizophrénie, est de nature à nourrir le débat dans le champ de la pathologie même. Elle est aussi de nature à enrichir les connaissances auxquelles on peut prétendre quant à la « cognition » en général, par exemple via l’investigation du principe d’intentionnalité (Ghiglione, 1995) et, d’une façon générale, en raison du lien organique entre le pathologique et le « normal », ou bien entre le « normal » et le pathologique. Elle est enfin de nature à retentir sur la pragmatique elle-même. En pariant en effet sur l’idée que l’interlocution est un lieu « naturel » d’expression du trouble schizophrénique, l’approche décrit fatalement aussi l’activité interprétative de l’interlocuteur « normal » et identifie, par exemple, des stratégies complexes qui sont mises en œuvre afin de préserver la conversation (Trognon, 1992 ; Musiol, 1995, 1996). Poussée dans ses retranchements, celle-ci finit par livrer au pragmaticien certains de ses secrets, en particulier certains des procédés ou certaines régularités qui assurent l’alternance des tours de parole, voire certains des procédés qui rendent possible la gestion de la signification des énoncés.

Bibliographie

Chaika Elaine (1974), « A Linguist Look at Schizophrenic Language », Brain and Language, 1, p. 257-276.

Dascal Marcelo (1992), « On the Pragmatic Structure of Conversation », in J. R. Searle et al. (eds), (On) Searle on Conversation, Amsterdam, John Benjamins, p. 35-56.

Davidson Donald (1991), Paradoxes de l’irrationalité, Combas, Éditions de l’Éclat.

Fodor Jerry A. (1986), La modularité de l’esprit, Paris, Minuit [1983].

Frith Christopher D. (1987), « The Positive and Negative Symptoms Reflect Impairments in the Perception and Initiation of Action », Psychological Medicine, 17, p. 631-648.

Frith Christopher D. (1992), The Cognitive Neuropsychology of Schizophrenia, Hove-Hillsdale, Lawrence Erlbaum (trad. fr., Paris, Presses universitaires de France, 1996).

Frith Christopher D. & Uta Frith (1991), « Elective Affinities in Schizophrenia and Childhood Autism », in P. E. Bebbington (ed.), Social Psychiatry, Londres, Transaction Publishers.

Fromkin Victoria A. (1975), « A Linguist Look at a “Linguist Look at Schizophrenic Language” », Brain and Language, 2, p. 498-503.

Ghiglione Rodolphe (1995), « Psychologie sociale et communication », Psychologie française, 40 (4), p. 347-355.

Ghiglione Rodolphe & Alain Trognon (1986), L’homme communiquant, Paris, Armand Colin.

Ghiglione Rodolphe & Alain Trognon (1993), Où va la pragmatique ? De la pragmatique à la psychologie sociale, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Good David (1990), « Repair and Cooperation in Conversation », in P. Luff, N. Gilbert & D. Frohlich (eds), Computers and Conversation, Londres, Academic Press.

Grésillon Almuth (1983), « Mi-fugue mi-raison. Dévaliser les mots-valises », DRLAV, 29, p. 83-107.

Grice H. Paul (1979), « Logique et conversation », Communications, 30, p. 57-72 [1975].

Hardy-Bayle Marie-Christine (1995), « Apports des hypothèses cognitives à la clinique de la schizophrénie », Lettre de la Schizophrénie, 1, p. 2-7.

Livet Pierre (1994), La communauté virtuelle, Combas, Éditions de l’Éclat.

McKay Donald M. (1978), « The Dynamic of Perception », in P. A. Buser & A. Rougeul-Buser (eds), Cerebral Correlates of Conscious Experience, Amsterdam, North Holland Pub. Co., p. 53-68.

Mehler Jacques & Emmanuel Dupoux (1987), « De la psychologie à la science cognitive », Le Débat, 47, p. 65-88.

Moeschler Jacques (1985), Argumentation et conversation, Paris, Hatier.

Musiol Michel (1992), « De l’incohérence du discours au désordre de la pensée chez le schizophrène », Psychologie française, 37 (3-4), p. 221-233.

Musiol Michel (1994a), La pensée interprétative en conversation schizophrène, Nancy, Université de Nancy-II, thèse de doctorat, multigr.

Musiol Michel (1994b), « Schizophrénie », Grande Encyclopédie Bordas, Paris, Bordas, vol. 9.

Musiol Michel (1995), « On “Dictionnaire Encyclopédique de Pragmatique” 1994 », Pragmatics and Cognition, 3 (2), p. 386-394.

Musiol Michel (1996), « La pragmatique en devenir », Interaction et Cognitions, 1 (1), p. 41-58.

Pachoud Bernard (1995), « Philosophie de l’esprit et psychopathologie cognitive », Halopsy, 14, p. 4-5.

Reuchlin Maurice (1991), Histoire de la psychologie, Paris, Presses universitaires de France.

Rochester Sherry & James R. Martin (1979), Crazy Talk: a Study of the Discourse of Schizophrenic Speakers, New York, Plenum Press.

Rommetveit Ragnar (1979), « On the Architecture of Intersubjectivity », in R. Rommetveit & R. M. Blakar (eds), Studies of Language, Thought and Verbal Communication, Londres-New York, Academic Press.

Roulet Eddy, Auchlin Antoine, Moeschler Jacques, Rubattel Christian & Marianne Schelling (1985), L’articulation du discours en français contemporain, Berne, Peter Lang.

Schegloff Emanuel A. (1989), «Harvey Sacks: a Memoir», Human Studies, 12, p. 3-4.

Schegloff Emanuel A. (1991), « Conversation Analysis and Socially Shared Cognition », in L. B. Resnick, J. M. Levine & S. D. Teasley (eds), Perspectives on Socially Shared Cognition, Washington, DC, American Psychological Association, p. 150-170.

Schegloff Emanuel A., Jefferson Gail & Harvey Sacks (1977), « The Preference for Self-Correction in the Organization of Repair for Conversation », Language, 53, p. 361-382.

Sperber Dan & Deirdre Wilson (1989), La pertinence, Paris, Minuit [1986].

Trognon Alain (1985), « Le schizophrène, la cohérence du discours et l’auditeur », Psychanalyse à l’Université, 10 (40), p. 637-651.

Trognon Alain (1986), « L’utopie du schizophrène », Autrement Dire, 3-4, p. 67-82.

Trognon Alain (1987), « Débrayages conversationnels », DRLA V, 36-37, p. 105-122.

Trognon Alain (1991), « L’interaction en général : sujets, groupes, cognitions et représentations sociales », Connexions, 57, p. 9-25.

Trognon Alain (1992), « L’approche pragmatique en psychopathologie cognitive », Psychologie française, 37 (3-4), p. 189-202.

Trognon Alain (1994a), « Sur la théorie de la construction interactive du quotidien », in A.  Trognon, U. Dausendschön-Gay, U. Krafft & C. Riboni (eds), La construction interactive du quotidien, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

Trognon Alain (1994b), « Les maximes conversationnelles dans les enchaînements interlocutoires effectifs », Congrès international Langage, raison et pensée, Cerisy-la-Salle, 11-21 juin 1994.

Trognon Alain & Christian Brassac (1992), « L’enchaînement conversationnel », Cahiers de Linguistique française, 13, p. 76-107.

Trognon Alain & Michel Musiol (1994), « Les régimes d’inférence en conversation », Verbum, 17(1), p. 11-32.

Trognon Alain & Valérie Saint-Dizier (à par.), « L’organisation conversationnelle des malentendus », Journal of Pragmatics.

Watzlawick Paul, Helmick-Beavin Janet & Don D. Jackson (1972), Une logique de la communication, Paris, Seuil.

Widlöcher Daniel (1993), « Intentionalité et psychopathologie », Revue internationale de Psychopathologie, 10, p. 193-224.

Widlöcher Daniel & Marie-Christine Hardy-Bayle (1989), « Cognition and Control of Action in Psychopathology », Cahiers de Psychologie cognitive, 9, (6), p. 583-615.

Wilson Deirdre & Dan Sperber (1990), « Representation and Relevances », in R. M. Kempson (ed.), Mental Representations, Cambridge, Cambridge University Press, p. 133-153.

Auteurs

Psychologue, maître de conférences à l’Université de Nancy-II.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search