Version classiqueVersion mobile

La folie dans la place

 | 
Isaac Joseph
, 
Joëlle Proust

Désordres de l’action et de l’attention

Identité personnelle et pathologie de l’action1

Personal Identity and Pathology of Action

Persönliche Identität und Pathologie der Handlung

Joëlle Proust

Résumé

Some difficulties in Shoemaker’s definition of personal identity in terms of a memory-based psychological continuity suggest to approach the problem in terms of appropriating intentions and actions as one’s own. The concept of quasi-intention allows to construct psychological continuity, and to obtain on this basis a non-circular definition of personal identity. Such a concept is illustrated with the case of first psychotic episodes, in which a modification of personal identity is experienced as a consequence of appropriating other people’s intentions. This case is distinguished from other pathologies of intentional action.

Texte intégral

  • 1 Je remercie Roberto Casati, Jérôme Dokic, Henri Grivois, Isaac Joseph, Gloria Origgi et Élisabeth P (...)

« If that happened to me, would I survive ? »
Colin McGinn (1982)

  • 1 L’identité numérique s’applique quand diverses descriptions font référence à un seul et même objet.

1Edwige, de l’avis de tous, est une infirmière entièrement dévouée aux malades. Un soir elle tue l’une de ses patientes avec une violence sauvage. Edwige était-elle « elle-même » au moment de son crime ? Ce n’est pas parce qu’un individu présente un changement radical dans ses façons d’agir et de sentir, ce n’est pas parce que sa personnalité change, même radicalement, qu’il cesse ipso facto d’être la même personne. Ce dernier terme renvoie non à un ensemble particulier de propriétés, qui pourraient éventuellement être partagées par des individus distincts, mais à l’individu – ou, pour éviter toute pétition de principe, à l’entité quelconque – qui a traversé une certaine histoire (Williams, 1973, p. 2 ; Parfit, 1984, p. 201). En d’autres termes, le concept de personne renvoie non pas à l’identité qualitative entre des objets ou des propriétés, mais à l’identité numérique1 d’un objet qui persiste dans le temps. Mais quel est le critère qui détermine une certaine personne comme la même ?

  • 2 Sur cette tripartition, voir Mackie (1976, p. 189).
  • 3 Par exemple, Quine observe : « Rechercher ce qui est “logiquement requis” pour l’identité personnel (...)

2Les philosophes qui se sont intéressés à la question, à commencer par Locke, ont imaginé des expériences de pensée à l’occasion desquelles se trouvaient dissociées l’appartenance à un seul et unique corps et la capacité de se souvenir de l’expérience passée, par exemple par fusion de plusieurs expériences mémorielles totales en une seule, ou par fission de ces expériences en plusieurs. Ces expériences de pensée visent à livrer une analyse conceptuelle de ce qu’il faut entendre par « une même personne » en soumettant le concept à des conditions inhabituelles, mais qui sont censées respecter ses conditions générales d’application. Il faut distinguer cette analyse conceptuelle à la fois des données épistémiques (cliniques, introspectives) qui permettent, dans un cas particulier, de savoir s’il s’agit bien d’une même personne, et de l’analyse factuelle qui cherche à déterminer la réalité – par exemple cérébrale ou fonctionnelle – dont dépend l’usage ordinaire du concept2. Or, comme en témoignent les nombreux travaux sur le sujet, ces trois types d’analyse interagissent dans l’établissement d’un critère de la personne : l’analyse factuelle conduit à modifier l’analyse conceptuelle en allégeant la pression exercée sur cette dernière par les données du sens commun. Les expériences de pensée, non factuelles, tendent aussi à dissoudre les intuitions de sens commun et à en montrer les limites. Toutefois ces expériences de pensée donnent souvent l’impression de créer des conditions d’examen tellement éloignées du réel, qu’elles semblent convertir la question de l’identité personnelle dans celle de savoir à quel degré deux individus sont la même personne. En outre, elles risquent de laisser indéterminée la réponse à apporter dans des circonstances auxquelles le concept n’est pas destiné à s’appliquer3.

3Plutôt que de recourir à de nouvelles expériences de pensée, nous proposerons ici de confronter l’application du concept de personne au cas du psychotique. Un premier avantage de cette stratégie est que l’on est devant une « espèce naturelle », qui peut contribuer à enrichir les expériences de pensée de fusion ou de fission de la conscience subjective imaginées par les philosophes pour préciser le concept d’identité personnelle dans des conditions qui, quoique modifiées, restent écologiquement valides. Un second avantage est que le progrès des connaissances en matière de psychopathologie permet de tenter de préciser les hypothèses empiriques concernant les structures impliquées dans la construction de l’identité personnelle, et d’approfondir ainsi l’analyse factuelle du concept.

Personne et quasi-souvenirs

4Les philosophes considèrent généralement qu’être une personne numériquement identique – à la différence des conditions d’unicité organique (être un seul et même homme) et des conditions d’unicité psychologique (avoir une certaine personnalité) – dépend d’une condition de « continuité mémorielle », qu’on peut en première analyse décomposer comme suit :

  1. on a l’impression de se souvenir « de l’intérieur » d’avoir fait telle ou telle chose,

    • 4 L’événement en question peut être externe (comme un accident de voiture) ou interne et simplement r (...)

    le contenu de ce souvenir apparent correspond à un événement passé E4, et

  2. le souvenir apparent lui-même est produit de la manière appropriée par l’expérience de E fou la participation à E] quand E s’est produit (Shoemaker, 1984, p. 83 sq.).

5L’énoncé de ces trois conditions de continuité mémorielle étant destiné à entrer dans la définition du concept de personne, le souvenir n’est pas attribué à une personne particulière : l’indéterminé on (dans la condition I) reflète cette non-attribution de l’état psychologique « se souvenir de l’intérieur ». Cet état psychologique est celui que l’on a lorsqu’on se souvient avoir été le témoin ou l’acteur d’un épisode antérieurement vécu, par opposition au cas des souvenirs qui n’impliquent pas celui qui se souvient : par exemple, on peut se souvenir « de l’intérieur » du couronnement de la reine Élisabeth II, mais on ne peut pas se souvenir de l’intérieur du couronnement de Charlemagne.

6Les conditions 2 et 3 sont destinées à écarter les souvenirs illusoires. Il se peut que l’on croie se souvenir d’avoir fait E – qu’on ait le souvenir apparent de E –, alors que l’on n’a aucunement pris part à E ; il se peut aussi que l’on ait oublié E, et que l’on ait été persuadé par un tiers de la part qu’on a prise à E ; mais comme ce n’est pas l’implication dans l’événement lui-même qui est cause du souvenir, mais l’acte de persuasion d’un tiers, on ne peut dire, dans ce cas précis, que l’on ait le souvenir de E : celui-ci n’aura pas été causé de la manière appropriée par l’événement. Cette définition, ainsi posée, paraît fournir un critère d’identité personnelle : l’ensemble des souvenirs qui ont été produits « de l’intérieur » et de la façon appropriée définissent l’identité personnelle de chacun. Ainsi, selon Locke, si la conscience mémorielle d’un prince est mise dans le corps d’un savetier et réciproquement, le prince aura l’identité personnelle du savetier, tandis que le savetier aura celle du prince.

7Une première objection, due à Reid, s’appuie sur le caractère non transitif de la conscience mémorielle qui contredit le caractère nécessairement transitif de l’identité personnelle. Reid objecte en effet qu’un être humain n’est généralement pas en mesure de se souvenir de tous les épisodes de sa vie. Le vieux général se souvient du brave officier qu’il était, le brave officier se souvient du fouet que lui a valu un vol de pommes, alors que le vieux général ne se souvient pas d’avoir été fouetté. Il s’ensuit, selon la théorie de Locke, que le vieux général est et n’est pas la même personne que le jeune voleur de pommes. À cela, on peut répondre avec Shoemaker (1984) que l’on peut sauver la théorie en l’amendant légèrement : l’identité personnelle ne repose pas directement sur le souvenir de l’ensemble des épisodes, mais sur l’existence d’une relation ordonnée entre des étapes de remémoration telles que chacune soit dans le lien mémoriel requis avec la précédente. Toute série qui est en ce sens mémoriellement continue constitue une personne.

8Cependant, une autre objection plus grave peut être adressée à la première version de la théorie mémorielle. La condition portant sur « la manière appropriée » dont l’événement doit être relié au porteur du souvenir n’introduit-elle pas une circularité, en exigeant que la personne qui se souvient soit identique à la personne qui a été à l’origine témoin ou agent de l’événement ?

9Cette circularité semble également impliquée dans l’expression « avoir l’impression de se souvenir de l’intérieur ». Pour que X soit dit avoir apparemment le souvenir de l’intérieur de E (perception ou action), il faut que X soit identique à celui qui a antérieurement perçu ou produit E, c’est-à-dire, semble-t-il, que X qui a l’impression de se souvenir soit la personne qui a perçu ou produit E.

10Toutefois, comme l’a encore montré Sydney Shoemaker (1970), cette circularité n’est pas irrémédiable. On peut en effet reformuler les trois conditions de la continuité mémorielle de manière à écarter toute implication d’identité personnelle. Pour cela, il faut faire appel à un concept plus faible que celui de souvenir, soit celui de quasi-souvenir. Ce dernier concept n’implique plus a priori la condition d’identité entre celui qui se souvient et celui qui a été témoin de l’événement E. On peut en effet admettre que ce soit un fait contingent que l’on n’ait l’impression de se souvenir de l’intérieur que d’actions que l’on a faites ou perçues soi-même. On peut imaginer un monde où l’on pourrait avoir l’impression de se souvenir de l’intérieur d’actions que l’on n’a pas faites ou d’expériences que l’on n’a pas eues. Que, dans un tel monde, j’aie un quasi-souvenir de douleur ne garantit pas que ce soit moi (i.e. l’individu qui possède ce corps) qui aie souffert. Dans un tel monde, contrairement au nôtre, il y aurait une possibilité de se tromper dans l’identification de quasi-souvenirs en première personne : me quasi souvenant d’avoir assisté au couronnement de la reine, je peux confondre le souvenir de ma propre présence avec celui de la présence de quelqu’un d’autre. Je peux, réciproquement, considérer comme mon propre souvenir un épisode qui fait intervenir le quasi-souvenir de l’action ou de la perception passée de quelqu’un d’autre.

11La révision de la définition du souvenir conduit ainsi aux trois propositions suivantes :

  1. on a l’impression de se souvenir « de l’intérieur » d’avoir fait telle ou telle chose,

  2. le contenu de ce souvenir correspond à un événement passé E, et

  3. le souvenir apparent lui-même est produit de la manière appropriée par l’expérience que quelqu’un a faite de E [ou par la participation de quelqu’un à E] quand E s’est produit (Shoemaker, 1984, p. 83 sq.).

12En faisant intervenir cette distinction conceptuelle entre souvenir et quasi souvenir, Sydney Shoemaker vise à résoudre le problème de la circularité d’une définition de l’identité personnelle qui s’appuierait sur le concept de mémoire personnelle, en supprimant la condition causale selon laquelle le souvenir de l’événement passé doit être produit de la manière appropriée par la participation à l’événement passé du sujet qui s’en souvient. Sa stratégie consiste donc à reconstruire la définition lockienne de l’identité personnelle avec des concepts plus faibles qui, du fait qu’ils ne comportent pas d’indexicaux personnels (moi, le souvenir de moi-même assistant au couronnement), ne la présupposent plus. Dans la définition amendée, il y aura identité personnelle si les trois conditions assurant la continuité mémorielle sont assurées et si, de plus, une condition supplémentaire est remplie portant sur l’unicité de la chaîne mémorielle. En effet, supposons que le contenu mémoriel de l’individu ayant le corps A soit transféré à deux individus avant les corps B et C, et que A disparaisse. Dès lors, B et C se souviendraient tous deux d’avoir été présents au couronnement de la reine avec les caractéristiques du « souvenir de l’intérieur » de A. Mais s’ils sont deux à se souvenir des épisodes vécus par un seul, les conditions de l’identité personnelle numérique sont compromises. Non pas, comme on pourrait le croire, simplement du fait qu’ils sont deux. Car on pourrait admettre après tout que, dans certaines conditions, deux individus puissent former une seule et même personne. Mais parce qu’ils ne coïncident pas dans leurs faits et gestes après la fission de A, ils cessent d’avoir les mêmes souvenirs, et donc cessent d’avoir une même identité personnelle. Ce cas de science-fiction se réaliserait si le sujet S pourvu d’un souvenir se scindait par fission en deux nouveaux sujets S’ et S” partageant tous leurs souvenirs d’événements antérieurs à la fission. S’il y a deux cas de quasi-souvenirs identiques dissociés l’un de l’autre (i.e. relevant de deux chaînes de contiguïté mémorielle distinctes), on ne pourra pas dire que c’est la même personne qui se souvient. C’est pour cette raison qu’il faut ajouter aux trois conditions ci-dessus la condition qu’aucun branchement ne se produira dans la relation entre un événement et la chaîne de ses remémorations consécutives.

  • 5 On trouvera une version de cette objection dans Ricœur, 1990, appliquée au réductionnisme de Parfit (...)
  • 6 Je rappelle aux lecteurs que l’analyse conceptuelle permet de libérer les concepts des conditions d (...)
  • 7 Dire que celui qui pense les pensées en ego constitue une seule et même personne ne résout évidemme (...)

13Une première objection à l’amendement de Shoemaker réside dans la difficulté du concept de « souvenir de l’intérieur sans point de vue personnel ». Comment admettre, en effet, que l’« on » puisse avoir un souvenir « de l’intérieur» sans avoir un souvenir de soi-même en train de faire une expérience ou une action ? Comment admettre que l’on puisse se tromper sur l’identité du sujet de l’expérience ? N’y a-t-il pas là une situation contradictoire, et donc inimaginable5 ? Pour répondre à cette objection, il suffit de trouver l’exemple d’un cas (métaphysiquement) possible6. L’exemple auquel songe Shoemaker est celui d’un individu A qui, par exemple, revivrait dans un individu vivant ultérieurement, B. B a des souvenirs qui procèdent de A, qu’il possède « sur le mode de la première personne » comme s’ils étaient le fruit de sa propre expérience7. Il suffit que l’on puisse comprendre cette expérience de pensée pour saisir la différence entre la perspective qui appartient à l’état psychologique « se souvenir de l’intérieur » et la perspective d’un seul et unique ego sur sa propre vie. Si l’on admet ce raisonnement, le point de vue « de l’intérieur » peut légitimement être distingué du point de vue d’un sujet indexicalement identifié.

14Une seconde objection se présente à la définition de Shoemaker. Considéré comme définition nominale de l’identité personnelle, il n’y a rien à redire à ce critère puisqu’il est alors loisible de choisir de définir comme on l’entend le concept de personne. Toutefois, on peut faire valoir que cette définition a le désavantage de manquer ce qui en constitue l’essence réelle. On peut en effet objecter à l’explication mémorielle de l’identité personnelle qu’un sujet complètement amnésique ne cesserait pas pour autant, à ses propres yeux, et pour la communauté à laquelle il appartient, d’être une personne dont l’existence se poursuit dans l’espace et le temps. Somme toute, comme l’observe Bernard Williams (1973, p. 14), l’amnésique est incapable de toute activité d’identification ; il ne reconnaît pas son entourage, ni ses objets familiers. Pourquoi considérer que l’amnésie produit sélectivement la perte de son identité personnelle ?

15Encouragé par ce premier succès, l’objecteur peut être tenté de continuer de la manière suivante. L’amnésique n’apporte-t-il pas au contraire la preuve que toute identité personnelle n’est pas balayée par la ruine de sa mémoire ? Ne reste-t-il pas en lui suffisamment de tours de caractère, d’apprentissages tacites, pour maintenir une forme de continuité psychologique suffisant à assurer l’identité personnelle ? Il peut avoir perdu toute forme de mémoire épisodique tout en conservant des capacités acquises, des préférences, un ensemble original de désirs et de croyances, et enfin des manières d’être qui n’appartiennent qu’à lui. Ces traits sont irréductibles à un contenu biographique particulier, mais paraissent pouvoir former la base d’une continuité psychologique dans le temps d’où procède l’identité personnelle. Une fois que l’on prend conscience de cette possibilité, il devient tentant d’abandonner la voie de la connectivité des états mémoriels, pour s’intéresser uniquement à une conception « substantielle » de la personne.

  • 8 Au cas où l’individu se convertirait subitement à un nouvel ensemble de croyances modifiant de faço (...)

16En dépit de l’intérêt que l’on peut trouver dans ce sauvetage de l’identité personnelle de l’amnésique, on peut remarquer que la critique est plus facile que la contribution positive. La proposition, offerte en alternative, de définir l’identité par un ensemble original de traits de personnalité et de croyances désirs a pour résultat de ruiner l’identité. Comme cette relation est, par définition, réflexive et transitive, un particulier ne peut l’avoir qu’avec lui-même. Or, si le critère de l’identité personnelle est un certain ensemble de propriétés, il y aura autant de personnes que d’ensembles distincts de traits et de dispositions ; toute disposition nouvellement acquise engendrera une personne nouvelle, en sorte que rien ne viendra assurer la poursuite dans le temps et l’espace, de l’identité personnelle8. En outre, la possibilité sera toujours ouverte de tomber sur deux systèmes combinant les mêmes traits de caractère et de savoir-faire ; ils constituent alors par définition une seule et même personne.

17La question de l’amnésique pose une difficulté plus intéressante à la théorie de type lockien, si elle prétend que la mémoire révèle à chacun quelle personne il est, indépendamment du témoignage d’autrui. On aboutit alors, comme l’a montré Bernard Williams, à un raisonnement absurde (Williams, 1973, p. 13). Qu’est-ce qu’être « soi pour soi » selon l’expression de Locke ? Cela ne peut pas vouloir dire que l’on s’appuie sur la mémoire que l’on a de ses vécus antérieurs. Car on ne peut pas, sur la base de ses seuls souvenirs « privés », douter de son identité. Si en effet un sujet a des souvenirs incompatibles entre eux, mais en des temps différents, il ne peut pas s’apercevoir de la contradiction, et donc il ne doute pas, en chaque point du temps, de son identité. Mais s’il a la capacité de confronter ses souvenirs contradictoires à un certain moment du temps, il ne peut résoudre la contradiction à l’aide de ses seuls souvenirs. Ainsi, conclut Williams, le sujet n’a pas les moyens, à l’aide de ses seuls souvenirs, de décider de son identité.

18Il est effectivement intéressant de constater que l’amnésie peut s’accompagner de confabulation, comme c’est parfois le cas chez des patients atteints du syndrome de Korsakoff ou de lésion cérébrale frontale (Baddeley & Wilson, 1986 ; Sachs, 1987, ch. 12, p. 303 ; Seron & Jeannerod, 1994). Le confabulateur remplace les souvenirs absents par des représentations qui, aussitôt évoquées, sont acceptées, faute de procédure de contrôle. Un cas très sévère d’amnésie avec confabulation, comme celui que décrit Sachs (1987), peut conduire à conclure, comme le fait l’auteur, que le patient privé du récit de la continuité de sa vie, a perdu avec son histoire le soubassement de sa personne (self). Le patient, « Mr. Thompson », ne cesse d’improviser des souvenirs, de multiplier les hypothèses sur l’identité de chacun de ceux qu’il rencontre. Mais dans le récit qu’en fait Sachs, le problème qui semble affecter le plus la construction de sa personne semble moins lié à l’amnésie autobiographique proprement dite – ce qui est pourtant l’hypothèse de l’auteur –, qu’à la rapidité et à l’instabilité de ses essais d’interprétation, et à l’absence totale de correction des hypothèses produites face à la réalité.

19Il est vrai que l’amnésique n’a pas d’accès à sa biographie sur le mode de la reconnaissance « de l’intérieur » de souvenirs en première personne. Des cas moins extrêmes d’amnésie permettent au patient de reconstruire sa biographie par d’autres moyens, au moins d’y conserver un accès intermittent (par le témoignage d’autrui, ou par des documents qu’il peut consulter).

20À la lumière de ces observations, il semble que l’identité personnelle soit finalement moins menacée par la perte du souvenir de l’histoire individuelle que par la perte de la capacité de maîtriser rationnellement l’action, qui survient chez le confabulateur lorsque est perdue la faculté d’agir de manière stable dans le temps relativement à des objectifs propres. Ce qui paraît ici manquer, c’est moins la capacité de se souvenir des états antérieurs de son existence que l’orientation vers le futur et l’organisation planifiée de l’action. Sans doute la disposition à agir de manière rationnelle implique-t-elle à son tour une forme de mémoire de ses projets antérieurs, une poursuite des intentions au fil du temps, un souvenir des motivations précédentes. Mais l’accent change si l’on s’intéresse non pas au fil d’un récit (d’où procéderait le sens de soi), mais à la trame d’un projet où le soi se construit par des actes ayant entre eux une continuité intentionnelle et motivationnelle.

  • 9 Cette idée de la connexion entre les états psychologiques permettant de déterminer l’identité perso (...)

21La définition de l’identité personnelle chez Locke donnait d’ailleurs une part importante à l’auto-attribution des actions passées par un sujet. Dire qui je suis, c’est dire ce que j’ai fait, et, accessoirement, à quelles informations j’ai été exposé. Le souvenir de ce que j’ai fait permet de constituer la trame du récit complet de l’identité personnelle. Mais on peut peut-être défendre une thèse plus modeste quant aux conditions de cette identité, analysées dans la dimension de l’« agentivité » qui préside à la construction du souvenir. L’idée n’est plus de chercher la continuité psychologique dans le contenu biographique, ou dans la capacité mémorielle d’accéder à diverses séquences connectées de cette trame, mais dans le projet d’agir conformément à des fins « propres »9.

22Afin de mieux cerner ce type d’identité personnelle, on peut évoquer les cas où elle est détériorée ou détruite dans des pathologies mentales variées. Le patient frontal qui n’a pas la capacité d’inhiber l’effet incitateur des actes d’autrui, et présente donc le syndrome d’imitation, le persévérateur qui ne peut pas mettre un terme à une action une fois commencée, le psychotique halluciné qui se sent téléguidé semblent à des titres divers affectés dans leurs capacités d’être des agents, avec des intentions, des moyens d’action appropriés, et des buts à atteindre.

Personne et quasi-intentions

23L’idée de changer d’orientation sur l’axe temporel, et de regarder vers le futur et non vers le passé, a déjà porté ses fruits en matière de compréhension des fonctions biologiques. Les théories dites propensionnistes (qui s’intéressent aux fonctions comme dispositions ayant dans le futur certaines conséquences favorables à la sélection des éléments qui les possèdent) dament le pion aux théories dites étiologiques (qui identifient une fonction par l’histoire de sa sélection) (Proust, 1995c). Ce changement d’orientation semble s’appliquer aussi dans le domaine psychologique (et éthico-juridique) de l’identité personnelle. La continuité psychologique semble en effet pouvoir être abordée non seulement dans la perspective rétroactive de la mémoire, par l’appropriation du souvenir, mais dans l’orientation vers le futur de la planification de l’action, par l’appropriation du projet. À côté de la continuité mémorielle qui se trouve affectée dans le cas de l’amnésie, il semble que la liaison qui unit l’intention d’agir et l’acte subséquent dans le cadre d’un projet, accompagnée de la persistance de croyances et de désirs servant d’arrière-plan à l’action rationnelle, peut fournir une forme de continuité psychologique également propre à servir de soubassement à l’identité personnelle.

24Dans ce cas, c’est le souci du futur qui détermine l’horizon de l’identité de la personne, conceptualisée à partir du domaine des intentions d’agir et non plus du domaine des souvenirs. Ce qui garantit la continuité proprement dite entre les diverses étapes d’un soi, c’est le lien hiérarchisé moyens-fins présent entre les segments d’action orientés par un projet. Nous pouvons, en première analyse, proposer la description suivante de la continuité psychologique fondée sur l’« agentivité », c’est-à-dire sur la capacité réflexive associée à l’action planifiée :

  1. on a l’intention de produire E dans le cadre d’un projet P,

  2. l’action résultante correspond à l’intention préalable ou l’intention dans l’action de produire E,

  3. l’action en vue de produire E est produite de la manière appropriée par l’intention de faire E.

25La première condition est exprimée avec un pronom indéfini, « on », qui reflète l’absence en ce point d’agent identifié de l’intention et de l’action. Cette condition correspond à l’expérience de base dont dépend la définition mémorielle de l’identité personnelle : « avoir l’intention de faire E pour P » est l’analogue d’« avoir l’impression de se souvenir de l’intérieur d’avoir fait ou perçu E ». Plutôt que de parler d’« impression d’avoir une intention », on parle ici d’« intention », car « avoir l’impression d’avoir une intention » équivaut à « avoir une intention ». (Si l’on n’admet pas cette dernière équivalence, on peut rétablir « l’impression d’avoir une intention » dans la clause 1, sans que cela change la portée du concept de quasi-intention dans ses rapports avec l’identité personnelle).

26Le projet P est le but ultime pour lequel le résultat de l’action envisagée constitue un moyen. Le caractère hiérarchisé des intentions, ainsi que la distance temporelle qui sépare généralement E de P, est ce qui doit permettre d’obtenir la continuité requise pour la construction d’un agent dont les intentions sont stables et cohérentes. De même que dans la définition mémorielle, l’identité personnelle dépend ici de l’existence d’un grand nombre d’intentions connectées et hiérarchisées, même si la définition n’en mentionne qu’une pour les facilités de l’exposition. Les deux autres conditions sont également analogues à celles de la définition précédente, et remplissent les mêmes fonctions. Il est conceptuellement requis de l’action qui suit une certaine intention qu’elle en partage les conditions de satisfaction, et que le mouvement ou l’état en quoi elle consiste aient été produits par l’intention en question.

  • 10 Je suis ici Williams (1973, p. 7).

27Comme précédemment, toutefois, le problème est d’identifier l’action sans identifier d’emblée l’agent, afin de pouvoir utiliser l’action pour définir la personne comme agent. Cette dernière tâche paraît ne pas poser de difficulté insurmontable, dans la mesure où plusieurs facteurs d’identification semblent garantir l’existence d’une solution unique10. Tout d’abord, l’existence d’une action implique nécessairement l’existence d’un agent (en revanche la survenue d’un événement n’implique pas la présence d’un observateur). Ensuite, une action n’est faite que par un seul agent (à l’exception possible des actions partagées, sur lesquelles nous reviendrons plus loin). Enfin, la connaissance d’une action fournit des conditions identifiantes sur l’agent (ses coordonnées spatio-temporelles, certaines caractéristiques intentionnelles ou motivationnelles).

  • 11 Parfit (1984, p. 261) fait allusion à cette possibilité sans la développer.

28Cependant, il reste à formuler une définition de l’action planifiée qui ne présuppose pas l’identité de l’agent. Pour ce faire, il faut appliquer au cas de l’analyse de l’action un concept analogue à celui de quasi-souvenir. Locke avait déjà remarqué que, s’agissant de l’appropriation des actions passées, il est difficile de déterminer « jusqu’où le sentiment des actions passées est attaché à quelque agent individuel, en sorte qu’un autre agent ne puisse l’avoir », et conclu que le seul moyen de s’en assurer était de s’en remettre à la bonté divine (1994). On peut maintenant proposer de relâcher de manière analogue le lien entre l’intention de faire une action et l’action qui se réalise, en sorte qu’il ne soit plus assuré que le fait d’avoir l’intention de faire E et le fait que E se réalise permettent de conclure que le même individu a eu l’intention de faire E et l’a fait. Le concept dont nous avons ici besoin peut être nommé « quasi-intention », par analogie avec le « quasi-souvenir » défini par Shoemaker11. Ce concept doit permettre d’affaiblir la condition portant sur l’identité de celui qui a l’intention de faire l’action, et de celui qui la fait en réalité, et de supprimer ainsi toute supposition antérieure à l’action de la coïncidence entre celui qui a l’intention d’agir et celui qui fait l’action.

29De même que le concept de quasi-souvenir lève la condition causale selon laquelle le souvenir devait être produit de la manière typiquement appropriée à son contenu – que le sujet qui se souvient de E soit celui qui a eu l’expérience de E, et se souvienne de E en vertu de l’impact causal de l’expérience de E sur sa mémoire – de même le concept de quasi-intention relaxe la condition causale portant sur la manière typiquement appropriée dont l’intention du sujet doit produire l’action correspondante.

30Prenons par exemple le cas où quelqu’un a l’intention préalable de chanter, et où l’intention est suivie par le chant de quelqu’un. On ne parle normalement d’intention que si le chant s’est produit en vertu de l’intention antérieure de chanter qu’avait le chanteur lui-même. Le contenu intentionnel de l’intention est de causer la vibration des cordes vocales du chanteur en vertu de son intention même de chanter (Searle, 1983, p. 107-108). Le contenu quasi-intentionnel (de la quasi-intention) est « qu’il y ait du chant en vertu d’une intention », sans poser de condition indexicale sur qui – ou quel processus – doit assurer le suivi causal de l’intention à l’action correspondante. La différence de contenu, respectivement, entre l’intention de chanter et la quasi-intention de chanter est que, dans le premier cas, il fait partie des conditions de satisfaction de l’intention que ce soit l’agent formant l’intention qui accomplisse l’action, tandis que dans le second cas, il n’est plus précisé quel est le type de lien causal approprié entre la quasi-intention et le mouvement qui forme la composante exécutive de l’action.

31Il n’est évidemment pas légitime de considérer que tout lien causal sera approprié. Comme dans le cas du quasi-souvenir, relaxer la condition indexicale ne revient pas à renoncer à s’appuyer sur un type de lien causal qui garantisse que ce soit l’intention qui ait bien produit l’action correspondante. On peut imaginer par exemple que grâce à un savant câblage de mes neurones prémoteurs à ceux de votre cortex moteur, mon intention d’éteindre la radio soit satisfaite par votre action.

32Nous aboutissons donc à la révision suivante de la troisième condition de l’intention, qui définit le concept de quasi-intention :

3’) l’action de X en vue de produire E est produite de la manière appropriée par l’intention de Y de faire E (X est le support de l’action, Y est le support de l’intention, X et Y peuvent ne pas être des états simultanés ou successifs du même corps ou du même particulier).

33Étant plus général que le concept d’intention, et ne présupposant pas l’identité de X et de Y, le concept de quasi-intention permet, de manière non circulaire, d’obtenir une définition du concept de personne. Une personne est l’élément identique qui forme des intentions et accomplit les actions correspondantes dans une planification stable et cohérente. L’élément crucial à la formation de l’identité personnelle est l’existence de hiérarchies d’intentions dans des plans englobants où se manifeste le pouvoir d’agir d’une entité unique. Ce sont les invariants motivationnels (un souci unique de tel futur) du dispositif agissant qui constituent l’identité personnelle et non l’inverse. Comme précédemment dans le cas de la mémoire, on n’exigera pas que le souci du futur reste identique d’un point à l’autre de la dynamique de l’action considérée, mais seulement qu’il existe une relation ordonnée entre les étapes de la planification de l’action.

34Si tous les couples intention/action d’une même planification sont instanciés par une structure non contiguë dans l’espace – par exemple, un individu A qui forme l’intention et un individu B qui exécute l’intention –, on dira que le couple A & B forme une personne unique. Le fait qu’une personne comme A ou, dans le dernier cas, comme A & B, soit dotée de mémoire est peut-être une condition importante de l’agentivité rationnelle, mais cela ne fait pas de la mémoire l’aspect constitutif de la personne. La personne se définit par l’autonomie d’actions intentionnelles stables et cohérentes.

35On pourrait objecter ici que l’action collective pose des intentions qui paraissent remplir les conditions 1-3’de la quasi-intention sans pour autant permettre de définir un concept de personne correspondant aux frontières intuitives de l’agentivité. Prenons par exemple deux individus A et B qui ont l’intention de peindre ensemble un mur. Comme le montre Bratman (1996), on peut admettre que A ait l’intention [que A et B peignent ce mur], ce qui implique que A a l’intention que B peigne ce mur. Une mère A peut aussi avoir l’intention que son fils B range sa chambre (tout seul !). Dans ces deux cas, il semble que les trois conditions sont réunies pour qu’on ait production d’un événement par B en vertu de l’intention de A. Toutefois, ce qui distingue l’intention partagée de la quasi-intention, c’est que le lien entre l’intention de A et l’action de B n’a pas dans ces derniers cas l’immédiateté (i.e. le caractère non médié) requise par la clause de la « production appropriée » qui figure dans 3’. En fait, pour que A puisse avoir l’intention que B peigne le mur, ou range sa chambre, il faut non seulement que A puisse en partie influencer l’action de B, mais que B ait à son tour formé l’intention de faire E. Ce n’est pas l’intention de A qui cause directement d’une manière appropriée l’action de B, mais l’intention de B, soumise à l’influence de l’intention de A. Cette remarque revient à dire que, dans l’action partagée comme dans l’action obéissante, l’agent qui se conforme à l’intention d’autrui dans une planification conjointe ne cesse de disposer de la capacité de refuser d’agir ou de former des intentions différentes. Cette capacité d’autonomie intentionnelle est absente dans le cas de B qui agit selon la quasi-intention de A. A ne peut alors se passer de B pour agir et, réciproquement, B ne peut se passer de A pour former une intention d’agir ; B n’a pas non plus le moyen de résister à l’intention de A.

36On objectera peut-être enfin que le concept de quasi-intention est contradictoire, dans la mesure où l’identification de l’action comporte déjà les conditions spatio-temporelles qui contraignent à identifier l’agent causal responsable de l’action. Si, par exemple, je forme ici, dans cette pièce, la quasi-intention de chanter, et si une voix mélodieuse s’élève dans une autre pièce, on ne pourra compter ce chant comme la réalisation de ma quasi-intention parce que le mouvement intentionnel ne sera pas dans le bon rapport spatio-temporel avec cette quasi-intention. Mais l’objecteur oublie que le concept de quasi-intention est affranchi des conditions causales habituelles en vertu desquelles une intention cause un mouvement de la manière appropriée dans le cadre d’une action intentionnelle. La description de la quasi-intention en termes de « je » et de « ici » viole la règle d’expression des quasi-intentions. En revanche, l’identité des contenus de satisfaction de l’action et de l’intention est garantie par la condition 2, et la condition 3’ assure qu’il existe un lien causal approprié entre l’intention et l’action.

37Afin de montrer que le concept n’est pas contradictoire, on peut proposer d’imaginer toutes sortes de circonstances exceptionnelles, fictives, qui font que l’intention formée par un corps X cause le déclenchement du mouvement dans un corps Y, ce que j’appellerai des cas d’exo-intention. (On se souvient que, dans le cas de la quasi-intention, X peut être distinct de Y ; l’exo-intention est un cas particulier de quasi-intention où X est distinct de Y.) Dans un tel cas de continuité quasi intentionnelle, et à la condition, de nouveau, qu’aucun branchement n’existe entre plusieurs pistes quasi intentionnelles parallèles – par exemple plusieurs réalisations de la même intention-action selon les conditions 1-3’ –, on pourrait dire que les états pertinents de X et de Y appartiennent à la même personne, dont le substrat est fait de deux corps différents. Mais plutôt que d’évoquer des cas de science-fiction, je proposerai dans ce qui suit des cas d’exo-intention tirés de la clinique des bouffées délirantes.

La réalité clinique des quasi-intentions

38Typiquement, un patient qui traverse un épisode de bouffée délirante – dont on peut faire l’hypothèse qu’il prélude à une psychose durable (schizophrénie, délire chronique ou psychose hallucinatoire) – est confronté à des impressions entièrement nouvelles et bouleversantes. Dans une première phase, dite du « concernement » (Grivois, 1995), le patient a une impression croissante que ceux qui l’entourent, parents, amis, mais aussi inconnus, ainsi que les événements dont il est le témoin, même les plus familiers (la circulation des voitures, la démarche des passants), communiquent des intentions ou charrient des significations qui lui prescrivent un comportement approprié. Au terme de cette phase, le patient parvenu en « centralité » a l’impression forte et indubitable de disposer d’un immense domaine d’action où s’exercera à travers lui l’intention unanime le concernant.

39Ce type d’expérience paraît susceptible d’être éclairé par le concept de quasi-intention, circonstance heureuse pour la convergence entre l’analyse conceptuelle et l’analyse factuelle de l’identité personnelle. En effet, si l’on examine de près la phénoménologie des comportements intentionnels des patients dans cette phase, on rencontre trois types de cas. Dans certains cas, le patient forme banalement des intentions qu’il accomplit dans des actions ordinaires. Mais deux autres types de cas se présentent aussi. Tantôt le patient éprouve des intentions d’agir comme provenant d’autrui tout en commandant sa propre action. Tel patient, Luis, « forme/reçoit » l’intention collective le concernant : il doit s’émasculer. Edwige « forme/reçoit » l’intention d’assassiner une malade. Tantôt, il éprouve comme siennes des intentions d’agir qui gouvernent le comportement d’autrui. Philippe, au moment où il voit un passant se diriger vers une voiture « forme/reçoit » l’intention de se mettre lui-même au volant de cette voiture – et le fait d’ailleurs effectivement. Plutôt que de parler d’une intention formée/reçue, il est plus clair de parler de quasi-intention. La clarification provient du fait que la disparition intermittente de la frontière entre « moi » et « les autres » est mise en évidence au lieu d’être masquée par une description qui s’appuie sur le sentiment d’un soi bien délimité par son propre corps. Le patient semble adhérer à une intention supposée, dont il ne peut dire si elle provient d’autrui ou de lui-même, ce qui revient à dire que les frontières entre les instances de formation des intentions sont, provisoirement, perdues.

G. a l’absolue certitude que la foule des gens partout l’influence, le dirige, l’inspire, mais qu’en même temps c’est lui qui gouverne le système, lui qui a commencé. (Grivois, 1990)

  • 12 Entretien avec Henri Grivois, non publié.

40Ce type de données cliniques conduit à distinguer la quasi-intention du fantasme obsédant ; dans ce dernier cas, l’action ne se produit généralement pas ou, si elle se produit, c’est au terme d’un combat épuisant au cours duquel le patient finit par tenter de se libérer de l’obsession en choisissant d’agir. Or, tous les cas rapportés plus haut sont des cas où le patient tout au contraire ne peut pas inhiber le passage de l’intention à l’action. T. illustre bien cette situation, lorsqu’il rapporte qu’il « pense comme une machine ». « C’est devenu instantané, pas même une fraction de seconde entre mon désir et mon geste. Ils sont identiques. Je suis une machine automatique12. Il semble qu’il existe dans ce type de cas un lien sinon, comme dans le cas de T., instantané, du moins inéluctable, entre la formation/réception de l’intention et le mouvement caractéristique de l’action, même si ce lien n’est pas le lien causal habituel et approprié.

41Comme le montrent les exemples donnés plus haut, la perturbation du lien entre intention et action se manifeste de diverses manières, parfois chez un seul et même patient. Le patient peut s’approprier une intention d’agir au moment même où il est le témoin de l’action effectuée par autrui soit en poursuivant l’action, soit en l’imitant, soit encore en ayant l’impression que l’action accomplie est faite sous son propre contrôle. Réciproquement, le patient peut agir sous l’empire de ce qui lui paraît être l’intention d’autrui soit après avoir reçu l’ordre d’agir, soit immédiatement et sans réflexion particulière.

42Tous ces cas ne se distinguent que par le caractère préalable ou non de la formation de la quasi-intention relativement à l’action. John Searle (1983, p. 84) distingue le cas où l’agent forme l’intention d’accomplir une action avant de l’accomplir, du cas où il agit intentionnellement, mais sans intention préalable, ce que l’auteur appelle « l’intention dans l’action ». De même, on parlera de quasi-intention dans l’action quand le sujet agit conformément à l’intention occurrente (non préalable) qu’il agisse ainsi, l’individu qui forme l’intention étant éventuellement distinct de l’individu qui accomplit l’action (lequel agit alors « comme une machine »). Il semble que les sujets en bouffée délirante fassent l’expérience des deux types de quasi-intention, avec toutefois une prédominance des quasi-intentions dans l’action, comme c’est le cas de T.

43L’analyse précédente de la continuité psychologique en termes de couples hiérarchisés d’intention/action, ainsi dépourvue de la condition sur l’identité de l’agent, permet d’interpréter la structure de l’identité personnelle par le biais de l’« agentivité ». Pour un sujet normal, l’intention produite par l’esprit/corps de A préside à l’action de A. La continuité psychologique entre les étapes intention-causation-action (dans les séquences hiérarchisées d’un projet) permet à A de réidentifier comme lui-même l’élément intentionnel causal qui organise et maintient l’orientation de la séquence jusqu’à son achèvement. Chez un sujet en bouffée délirante, toutefois, la continuité agentielle passe désormais par d’autres hommes, qui interviennent crucialement dans la séquence intentionnelle, soit parce qu’ils semblent dicter « de l’intérieur » au patient son comportement, soit parce qu’ils agissent d’une manière directement incitative. Il en résulte que la personne du patient englobe désormais à ses propres yeux tous ceux qui ont eu un rôle causal dans l’incitation à l’action.

44Évidemment, on peut objecter que même si le patient a l’impression d’être agi de l’extérieur, même s’il croit pouvoir agir sur d’autres volontés, et contrôler les actes d’autrui, il se trompe. L’objecteur peut insister sur le fait qu’il n’existe pas en réalité de causalité appropriée qui passe directement de l’intention de A à l’exécution par B de l’action destinée à produire E. Le patient halluciné peut croire que sa personne a subi une modification profonde et englober d’autres individus ; cela ne change rien au fait que sa personne reste confinée dans les limites de ses propres intentions et actions.

45Répondre à cette objection suppose que l’on précise le type de lien causal qui est responsable de l’impression particulière du patient d’être incité à l’action. Quelles sont les raisons empiriques que l’on peut avoir de défendre la définition conceptuelle de la personne en termes de quasi-intentions ? Ces raisons empiriques doivent permettre finalement de dire si, et dans quelle mesure, le patient « déraisonne » lorsqu’il évoque des changements monstrueux dans les limites de sa personne.

  • 13 « P. a le sentiment de devenir tout le monde, de se perdre comme sujet, de revêtir la personnalité (...)

46Rappelons d’abord la distinction qui, dans les faits, oppose la perte par l’amnésique de son autobiographie et l’altération, chez le psychotique, de l’identité personnelle. La clinique psychiatrique abonde en témoignages dans lesquels le patient rapporte non une perte totale, mais une modification de son identité personnelle, qui paraît inclure désormais d’autres individus. Un patient, C., dit par exemple aux trois individus qui l’entourent : « Je suis vous, vous, et vous. » Un autre patient, Hugues, hospitalisé, passe de chambre en chambre, le matin, en disant : « Hugues, lève-toi ! » Il est même courant que le patient rapporte la fusion de sa personne dans tous les autres perçus comme unanimes et solidaires13.

47Or le patient n’en continue pas moins à se souvenir de son état civil, de sa profession, et de l’ensemble de sa biographie. Sa mémoire est sans défaut. Néanmoins, les limites de sa personne ne coïncident plus, à ses propres yeux, avec les limites de l’individu pourvu d’une histoire qui porte le même nom, ce qui entraîne d’ailleurs une dissonance considérable que le patient s’applique à réduire en cherchant dans sa biographie des signes précurseurs de sa condition nouvelle (Proust, 1995a et b).

  • 14 Par exemple, un patient se plaint d’être malade. À la question qu’on lui adresse : « Qu’est-ce que (...)
  • 15 Bernard Pachoud (travail non publié) a relevé l’exemple suivant dans lequel aucun des pronoms perso (...)

48L’analyse conversationnelle du discours de schizophrènes présente aussi les traces d’une modification du « rapport à soi » de ces patients. Une observation commune consiste dans le fait que les patients semblent tenir pour acquis que leur savoir est partagé par l’auditeur ; ils omettent couramment d’expliciter les traits contextuels permettant de désambiguïser leur discours ou de faire comprendre la nature d’une tâche ; ils ont en revanche tendance à désambiguïser un mot en adoptant le sens le plus courant, en négligeant le contexte de la conversation14. Une autre caractéristique classique liée à la précédente consiste dans une utilisation des déictiques et des pronoms personnels qui ne permet pas à l’auditeur de saisir leur référence15. Il est évidemment légitime d’envisager ces difficultés comme étant l’expression d’une difficulté globale dans la représentation des états mentaux d’autrui, qui entraînerait une mauvaise gestion des inférences nécessaires à la saisie des conditions de pertinence d’un énoncé. Cette explication n’entre pas toutefois en conflit avec l’hypothèse défendue ici selon laquelle ce sont les conditions de la référence personnelle qui sont mises en jeu, et non pas les conditions de la référence individuelle ou biographique.

  • 16 Cf. entre autres : Frith (1992), et Hemsley (1994).

49L’explication causale du rapport direct que le patient établit entre l’intention d’autrui et son action n’est pas encore connue dans le détail des processus neurophysiologiques. Seule une telle explication fournira la justification faisant de notre définition de la personne et de ses aléas une définition réelle. Toutefois, diverses hypothèses sont plausibles, et actuellement mises à l’épreuve16. Deux questions principales doivent dans ce contexte être soulevées.

  • 17 Cf. le modèle présenté par Frith (1992) et les travaux de Jeannerod & Fourneret (à par.).

501) Comment un individu normal s’attribue-t-il à lui-même une intention et l’action correspondante ? On suppose que cette attribution dépend, d’une part, d’un ensemble de facteurs d’arrière-plan et de feedback perceptifs, d’autre part de la production d’un signal neuronal qui accompagne centralement toute effection motrice et qui en spécifie le contenu, enfin de l’accès de l’individu à l’information que porte ce signal. Cette « décharge corollaire » – ou copie d’efférence – permet à l’individu de contrôler le bon déroulement de l’action et de comparer le but atteint au but attendu. Privé des facteurs d’arrière-plan et de feedback visuel, un schizophrène paraît incapable de rectifier une action mal engagée (Malenka et al., 1982). Il est plausible de faire l’hypothèse que le signal donnant l’identité « motrice » de l’action est chez lui insuffisant ou absent, ou encore qu’il n’a pas accès à l’information du signal pour agir adéquatement17.

  • 18 Lhermitte (1986) a décrit le syndrome de perte d’autonomie, qui se traduit par un comportement d’im (...)

512) On peut toutefois remonter en amont de l’attribution intentionnelle de l’action, et se demander ce qui permet à un individu d’effectuer une action autonome, en entendant par là une action qui réponde à une intention « interne », et non à une exo-intention. Le cas du syndrome d’imitation présente ici l’intérêt de fournir un contraste intéressant avec le cas du psychotique. Le sujet imitant est incapable d’inhiber l’effet incitateur de la vue d’un autre sujet en train de faire une action donnée18. Mais ses actes sont réflexes et dépourvus de conscience. Pour cette raison même, à la différence du psychotique, il ne sait pas qu’il imite, ne croit pas non plus que c’est l’autre qui l’imite, et il ne forme pas d’hypothèse quant aux intentions qu’autrui pourrait nourrir sur lui. Le sujet imitant de Lhermitte est en deçà de l’intentionnel. En revanche, le psychotique qui fait un acte – demander une cigarette – le fait avec l’impression que c’est l’acte attendu par autrui. Mais pourquoi le fait-il ? On peut penser qu’il le fait parce qu’il y est incité, et qu’il ne parvient pas à inhiber cette incitation. Comme le lésé frontal du syndrome d’imitation, son mouvement est déclenché par des associations ou des automatismes dits « provoqués par le stimulus » (Widlöcher & Hardy-Bayle, 1989 ; Frith, 1992). Cependant, à la différence du frontal, il « confabule » de l’intentionnalité : il revendique l’action comme sienne ou comme l’action que l’autre a voulu qu’il fasse.

52Le patient se trompe-t-il dans cette attribution intentionnelle ? Sans doute faut-il bien distinguer l’impression qu’a le patient d’être la cible des intentions d’autrui de la banale réalité où il n’est qu’un homme quelconque aux yeux d’autrui. En ce sens, il est victime d’une « illusion intentionnelle ». L’intention à laquelle il croit obéir en agissant n’est qu’une hallucination d’intention. Ce n’est pas celle d’autrui, ce n’est pas non plus la sienne.

53Mais remarquons les difficultés de cette réponse. D’une part, il paraît conceptuellement impossible que quiconque s’attribue une (quasi-)intention se voie interdire la caractérisation intentionnelle d’un acte comme sien. On ne peut pas détromper aussi facilement une auto-attribution d’intention qu’une attribution d’action. Sans doute peut-on penser en soi-même, face à un délirant, que, contrairement à ce qu’il croit, ce n’est pas lui qui a tué Kennedy. Mais on ne peut pas en conclure qu’il n’en a pas eu l’intention – encore moins la quasi-intention. En outre, en ce qui concerne l’attribution d’intentions à autrui, un autre problème se pose : objecter qu’autrui n’avait aucune intention que Luis s’émascule, ou qu’Edwige tue sa patiente, serait manquer à la grammaire des quasi-intentions. Quand le soi fusionne avec les autres, on ne peut plus démentir l’exo-intention par une distinction des individus. On peut penser, par-devers soi, que le patient se trompe, mais on ne peut pas le lui prouver, du moins aussi longtemps que les quasi-intentions continuent à affluer.

Bibliographie

Baddeley Alan D. & Barbara Wilson (1986), « Amnesia, Autobiographical Memory and Confabulation », in D. C. Rubin (ed.), Autobiographical Memory, Cambridge, Cambridge University Press.

Bratman Michael E. (1996), « Intention partagée et obligation mutuelle », in J.-P. Dupuy, P. Livet & B. Reynaud (eds), Les limites de la rationalité et la constitution du collectif, Paris, La Découverte.

Campbell John (1994), Past, Space and Self, Cambridge, MA, MIT Press.

Cohen Bertram D. (1978), « Referent Communication Disturbances in Schizophrenia », in S. Schwartz (ed.), Language and Cognition in Schizophrenia, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum.

Dalery Jean & Thierry D’Amato (eds) (1995), La schizophrénie. Recherches actuelles et perspectives, Paris, Masson.

Engel Pascal (1994), Introduction à la philosophie de l’esprit, Paris, La Découverte.

Frith Chris D. (1992), The Cognitive Neuropsychology of Schizophrenia, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum (trad. fr., Paris, Presses universitaires de France, 1996).

Georgieff Nicolas (1995), « Recherches cognitives et schizophrénie », in J. Dalery, & T. D’Amato (eds), La schizophrénie. Recherches actuelles et perspectives, p. 207-255.

Grivois Henri (1990), Rapports cliniques, ms.

Grivois Henri (1991), Naître à la folie, [Chilly-Mazarin], Laboratoires Delagrange (« Les empêcheurs de penser en rond »).

Grivois Henri (1995), Le fou et le mouvement du monde, Paris, Grasset.

Hemsley David (1994), « Cognitive Disturbance as the Link between Schizophrenic Symptoms and their Biological Bases », Neurology, Psychiatry and Brain Research, 2, p. 163-170.

Jeannerod Marc (1993), « Intention, représentation, action », Revue internationale de Psychopathologie, 10, p. 167-191.

Jeannerod Μarc & Pierre Fourneret (à par.), « Être agent ou être agi ? Sur les critères d’auto-attribution d’une action », in H. Grivois & J. Proust (eds), Subjectivité et conscience d’agir dans la psychose, Paris, Presses universitaires de France.

Lhermitte François, Pillon Bernard & Michel Serdaru (1986), « Human Autonomy and the Frontal Lobes Imitation and Utilization Behavior : A Neuropsychological Study of 76 Patients », Annals of Neurology, 19, p. 326-334.

Locke John (1994), Essai philosophique concernant l’entendement humain, Paris, Vrin [1690].

McGinn Colin (1982), The Character of Mind, Oxford, Oxford University Press.

Mackie John L. (1976), Problems from Locke, Oxford, Clarendon Press.

Maher B. A. (1983), « A Tentative Theory of Schizophrenic Utterances », Progress in Experimental Personality Research, 12, p. 1-52.

Malenka Robert C., Angel Ronald W., Hampton Bethany & Philip A. Berger (1982), « Impaired Central Error Correcting Behaviour in Schizophrenia », Archives of General Psychiatry, 39, p. 101-107.

Pachoud Bernard (1992a), « Le rôle des processus inférentiels dans l’activité narrative et dans la communication. Incidences sur l’étude du discours des schizophrènes », in Q. Debray & B. Pachoud (eds), Le récit. Aspects philosophiques, cognitifs et pychopathologiques, Paris, Masson, p. 99-114.

Pachoud Bernard (1992b), « Pour une théorie unifiée des troubles de la communication, de la pensée et de l’action des schizophrènes en termes de traitement des intentions », Psychologie française, 17 (3-4), p. 267-275.

Parfit Derek (1984), Reasons and Persons, Oxford, Clarendon Press.

Perry John (ed.) (1975), Personal Identity, Berkeley, University of California Press.

Proust Joëlle (1995a), « Raisonnement, argumentation et rationalité chez le psychotique », Hermès, 16, p. 113-130.

Proust Joëlle (1995b), « Vers une genèse cognitive de la centralité », in J.-P. Dupuy & H. Grivois (eds), Mécanismes sociaux, mécanismes mentaux, Paris, La Découverte, p. 67-95.

Proust Joëlle (1995c), « Fonction et causalité », Intellectica, 21 (2), p. 81-113.

Reid Thomas (1975), « Essays on the Intellectual Powers of Man », in J. Perry (ed.), Personal Identity.

Ricœur Paul (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.

Rochester Sherry & James R. Martin (1979), Crazy Talk: a Study of the Discourse of Schizophrenic Speakers, New York, Plenum Press.

Sachs Oliver (1987), The Man who Mistook his Wife for a Hat, New York, Harper & Row (trad. fr., Paris, Seuil, 1992).

Searle John R. (1983), Intentionality. An Essay in the Philosophy of Mind, Cambridge, Cambridge University Press (trad. fr., Paris, 1985).

Seron Xavier & Marc Jeannerod (eds) (1994), Neuropsychologie humaine, Bruxelles, Mardaga.

Shoemaker Sydney (1970), « Persons and their Past », American Philosophical Quarterly, 7 (4), p. 269-285 (reproduit in Id., Identity, Cause and Mind, Cambridge, Cambridge University Press, 1984, p. 19-47).

Shoemaker Sydney (1984), « Personal Identity. A Materialist’s Account », in S. Shoemaker & R. Swinburne, Personal Identity, Oxford, Blackwell, p. 67-132.

Trognon Alain (1987), « Débrayages conversationnels », DRLAV, 36 (7), p. 105-122.

Wiggins David (1967), Identity and Spatio-temporal Continuity, Oxford, Blackwell.

Wildlöcher Daniel & Marie-Christine Hardy-Bayle (1989), « Cognition and Control of Action in Psychopathology », Cahiers de Psychologie cognitive, 9 (6), p. 583-615.

Williams Bernard (1973), Problems of the Self, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 L’identité numérique s’applique quand diverses descriptions font référence à un seul et même objet.

2 Sur cette tripartition, voir Mackie (1976, p. 189).

3 Par exemple, Quine observe : « Rechercher ce qui est “logiquement requis” pour l’identité personnelle dans des circonstances sans précédent suppose d’admettre que les mots conservent une force logique au-delà de celle que leur ont conférée nos besoins passés. » (Cité in Parfit, 1984, p. 200).

4 L’événement en question peut être externe (comme un accident de voiture) ou interne et simplement représenté (comme une hallucination ou un rêve d’accident de voiture).

5 On trouvera une version de cette objection dans Ricœur, 1990, appliquée au réductionnisme de Parfit (cf. p. 158 : « l’élision de la mienneté »).

6 Je rappelle aux lecteurs que l’analyse conceptuelle permet de libérer les concepts des conditions de leur application habituelle en mettant à nu les contraintes les plus générales qu’ils respectent. J’espère les convaincre que ce privilège n’a rien d’exhorbitant.

7 Dire que celui qui pense les pensées en ego constitue une seule et même personne ne résout évidemment le problème des frontières personnelles qu’à la condition de postuler que le corps du penseur en ego abrite (au moins et au plus) une personne. On peut choisir cette voie, comme le fait Bernard Williams. Mais nous verrons qu’elle a peut-être moins d’intérêt théorique et descriptif qu’une théorie fondée sur une relation entre états psychologiques.

8 Au cas où l’individu se convertirait subitement à un nouvel ensemble de croyances modifiant de façon brutale un vaste ensemble de dispositions, il faudrait dire qu’il n’est plus la même personne.

9 Cette idée de la connexion entre les états psychologiques permettant de déterminer l’identité personnelle est différente de la théorie de l’identité personnelle de Paul Ricœur (Ricœur, 1990), qui donne un rôle essentiel au personnage d’une narration. Cette approche reste fondamentalement rétrospective, même si l’auteur cherche à articuler la prospection sur la rétrospection (ibid., p. 192). La présente proposition isole la dimension du souci comme élément constitutif du sens de soi

10 Je suis ici Williams (1973, p. 7).

11 Parfit (1984, p. 261) fait allusion à cette possibilité sans la développer.

12 Entretien avec Henri Grivois, non publié.

13 « P. a le sentiment de devenir tout le monde, de se perdre comme sujet, de revêtir la personnalité de tous. » (Grivois, 1990).

14 Par exemple, un patient se plaint d’être malade. À la question qu’on lui adresse : « Qu’est-ce que vous avez ? », il répond : « J’ai un peu d’argent à la banque » (extrait du corpus de Bernard Pachoud). Sur ce point, voir Cohen (1978), Maher (1983), Trognon (1987), (Pachoud (infra, p. 221-240), et Trognon & Musiol (infra, p. 189-220).

15 Bernard Pachoud (travail non publié) a relevé l’exemple suivant dans lequel aucun des pronoms personnels à la troisième personne n’était explicité : « J’ai pas aimé la Bretagne parce qu’on se faisait la gueule. Mais ils étaient très disponibles. » Cf. aussi Rochester & Martin (1979).

16 Cf. entre autres : Frith (1992), et Hemsley (1994).

17 Cf. le modèle présenté par Frith (1992) et les travaux de Jeannerod & Fourneret (à par.).

18 Lhermitte (1986) a décrit le syndrome de perte d’autonomie, qui se traduit par un comportement d’imitation, au cours duquel le patient imite les gestes de l’examinateur et répète ses énoncés, et un comportement d’utilisation, au cours duquel le patient saisit tous les objets qui lui sont présentés.

Notes de fin

1 Je remercie Roberto Casati, Jérôme Dokic, Henri Grivois, Isaac Joseph, Gloria Origgi et Élisabeth Pacherie pour leurs commentaires sur une version antérieure de ce texte. Les données cliniques relatives aux psychoses hallucinatoires sont empruntées aux observations de Henri Grivois. Bernard Pachoud a bien voulu me communiquer la transcription de discours schizophréniques. Je les remercie l’un et l’autre de m’avoir permis d’utiliser leurs travaux.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search