Version classiqueVersion mobile

La folie dans la place

 | 
Isaac Joseph
, 
Joëlle Proust

Désordres de l’action et de l’attention

La représentation de l’action dans la schizophrénie

Hypothèses psychopathologiques et cognitives

Representation of Action in Schizophrenia

Die Vergegenwärtigung der Aktion in der Schizophrenie

Nicolas Georgieff

Résumé

In some cognitive investigations, one explains some schizophrenic symptoms in terms of an impairing of the representation or of the conscious experience of action. So verbal delusions might result from a functional dissociation between action production and intentional experience. One could also describe delirium according to such a perspective. The hypothesis of an impairing of the subjective experience of action and of the perception of reality in psychosis induces an analysis of the notion of metarepresentation, which is to be distinguished from consciousness, perception and belief.

Texte intégral

1Parmi les perspectives de recherche ouvertes par les sciences cognitives en psychopathologie, l’hypothèse d’une anomalie de la représentation de l’action dans les psychoses schizophréniques suscite un intérêt particulier. Cette problématique s’est développée à la suite de travaux consacrés à la désorganisation de la pensée, du langage ou de l’action motrice des schizophrènes. La référence aux modèles de l’action marque une étape importante dans l’intégration des diverses anomalies cognitives élémentaires étudiées par la psychologie expérimentale, la neuropsychologie et la psychologie cognitive, touchant l’organisation perceptive, l’attention sélective et les processus attentionnels, la mémoire explicite, l’apprentissage (Hardy-Bayle, 1992 ; Georgieff, 1995). Ces modèles tentent en effet d’intégrer mémoire, attention, perception, dans une interaction assurant le traitement des données sensorielles et situationnelles, l’exploitation de la mémoire, l’organisation d’un plan d’action puis son exécution. Le contrôle de l’action est fondé sur le modèle général d’une confrontation entre des informations endogènes (représentation centrale ou efférente de l’action engagée, ou de son but, c’est-à-dire anticipation des effets de l’action) et des informations exogènes (analyse des données sensorielles informant de la réalité). Selon les auteurs, ce processus relève soit d’un comparateur (Gray, 1995), soit d’un système de contrôle (monitoring) de l’action (Frith, 1992 ; Shallice, 1988), soit enfin d’un système de mémoires motrices (Jeannerod, 1995). Les troubles cognitifs décrits chez les schizophrènes ont été progressivement interprétés dans ce cadre. Les troubles de l’attention sélective par exemple, d’abord attribués à une perturbation de la sélection des informations perceptives, ont été reliés à un problème de sélection des réponses. Certaines études privilégient un trouble « central » de l’organisation ou de la planification de l’action, dont dépendraient les anomalies de représentation du contexte ou de la situation, alors que d’autres privilégient un trouble de l’analyse du contexte (Danion, 1993 ; Georgieff, 1995 ; Hardy-Bayle, 1994). Schématiquement, nous proposons de dire que les anomalies cognitives (principalement les troubles de la mémoire à long terme explicite, de l’attention sélective, et du traitement des informations contextuelles) sont corrélées à une altération du traitement des informations perceptives en fonction du plan d’action engagé.

Symptômes psychotiques et représentation de l’action : approche descriptive

2Ces recherches ont également renouvelé la description des symptômes schizophréniques. Les modèles cognitifs de l’action proposent en effet deux interprétations de cette clinique, en les référant soit à un trouble de l’organisation de l’action, soit à un trouble de sa représentation.

3L’hypothèse d’une désorganisation de l’action, exprimant une altération de sa planification et/ou de son contrôle, apparaît particulièrement féconde pour rendre compte des troubles de la pensée et du discours des schizophrènes (Hoffman, 1986). Elle permet une relecture de la dissociation, processus proposé par Bleuler à défaut d’une meilleure connaissance des mécanismes de production de la pensée, du langage et de l’action. Les anomalies de la pensée et du discours résulteraient d’un trouble de l’ajustement de cette production à la situation et aux indices contextuels, notamment en situation de communication, qui implique un ajustement aux états mentaux et aux actes d’autrui. L’hypothèse d’un trouble de la planification du discours schizophrénique va ainsi au-delà de l’analyse structurale des énoncés et relie production du discours et mécanismes de la communication (processus inférentiels, représentation du contexte, représentation des intentions et théories de l’esprit).

4Les modèles de l’action proposent également une seconde lecture, complémentaire, des symptômes schizophréniques, qui porte sur les troubles de l’expérience. L’hallucination psychotique acoustico-verbale, le contrôle de la pensée dans le syndrome d’influence sont attribués par le patient à un agent extérieur. Dans le syndrome d’influence, l’automatisme mental ou les hallucinations psychomotrices, le sujet se plaint d’être animé ou contrôlé par une action étrangère, ou par autrui, comme par une force extérieure. L’hypothèse d’un trouble de l’expérience intentionnelle de l’action, c’est-à-dire de sa reconnaissance comme action du sujet, pourrait rendre compte de ces anomalies de la représentation de soi et d’autrui : délire et hallucinations, dépersonnalisation, expérience paranoïde. L’expérience d’extranéité de la pensée ou de l’action serait alors liée à une altération de la représentation de l’action ou de l’intention.

  • 1 La théorie motrice de la perception souligne l’analogie entre production et perception de la parole (...)

5L’hypothèse d’une anomalie de l’expérience de l’action dans l’hallucination n’est cependant pas nouvelle (Lanteri-Laura, 1992). Selon Seglas, les hallucinations verbales résultaient d’une dissociation entre production et perception du langage, sur le modèle des aphasies. Pour Clérambault, l’automatisme mental provenait d’une forme d’activation spontanée et incomplète des circuits nerveux, aboutissant à une expérience anormale, dépourvue du sentiment de volition, de la pensée ou du discours intérieur ainsi produits. Clérambault comme Seglas rapprochaient, par la notion de discours intérieur, la pensée du langage, c’est-à-dire de l’action, posant le problème de l’expérience subjective dans un cadre moteur1.

6Des données récentes ont relancé l’intérêt pour ces perspectives, en donnant des arguments à l’hypothèse selon laquelle l’hallucination verbale constituerait une forme d’action. On a ainsi rapporté l’existence d’une activité musculaire, ou même d’une production de parole, chez des schizophrènes souffrant d’hallucinations verbales. Des recherches exploitant l’imagerie fonctionnelle ont montré chez certains sujets une activité cérébrale analogue à celle qui est liée à la production ou au traitement du discours intérieur et du langage (Cleghorn et al., 1992 ; McGuire, Shah & Murray, 1993). Ces travaux redonnent une actualité à l’hypothèse de Seglas. Si l’hallucination acoustico-verbale est bien un acte de langage, la question posée par la clinique des hallucinations serait celle de la conscience de l’action, c’est-à-dire de la capacité du sujet à identifier sa propre activité, à la reconnaître et à l’attribuer à lui-même plutôt qu’à une source externe. Classiquement définie comme « perception sans objet », l’hallucination deviendrait une « action sans sujet ».

7La question de la représentation de soi et de ses troubles dans les psychoses, développée par la psychiatrie, la psychanalyse et la phénoménologie, dépasse a priori le cadre de l’action. Pourtant une approche inspirée de la théorie de l’action peut s’appliquer aux syndromes d’influence ou à l’automatisme mental, c’est-à-dire à l’expérience d’une pensée incontrôlable, étrangère à la volition, imposée par autrui. Les modèles de l’action motrice en psychologie et neuropsychologie cognitive posent en effet le problème de la représentation mentale et de la perception du point de vue de l’action. Vont dans ce sens les études de l’attention sélective, qui montrent des relations étroites entre l’attention visuelle et les étapes précoces de préparation de l’action (Boussaoud & Wise, 1993). L’étude des relations entre perception et action dépasse d’ailleurs le problème de l’attention sélective et souligne que la représentation des situations et des objets dépend en partie de l’action engagée. Enfin, la découverte d’une analogie étroite, du point de vue de l’activité cérébrale observable par les méthodes d’imagerie fonctionnelle, entre les étapes de préparation, d’anticipation et d’exécution de l’action, la perception de l’action et la seule représentation mentale de l’action, apporte des arguments en faveur de cette thèse (Jeannerod, 1994 ; Rizzolatti et al., 1995).

8L’extension de l’action au langage et à la pensée pose le problème d’une assimilation de l’activité mentale à la motricité. Pour le clinicien, la pensée ou le langage sont en effet distingués de l’action, voire opposés à elle, la représentation mentale étant censée dépendre d’un empêchement ou d’un renoncement à l’exécution motrice. Il est donc nécessaire de distinguer nettement la notion d’action de l’acte moteur. L’approche cognitive souligne l’ambiguïté du terme de représentation, qui désigne à la fois l’activité de représentation et le produit de cette activité, c’est-à-dire le contenu représenté. La psychopathologie a privilégié cette dernière acception au détriment de l’acte de représentation. Si la psychanalyse s’est en partie orientée vers l’analyse du sens, la métapsychologie s’éloignant, pour certains, du projet d’une compréhension des opérations mentales inconscientes, les sciences cognitives en revanche remettent en question l’activité de représentation elle-même. Elles supposent des mécanismes de production dépendant d’une succession d’événements mentaux, s’organisant en fonction de déterminants internes et externes, obéissant à une causalité (au sens physique) et impliquant des structures cérébrales définies.

9La perspective cognitive soulève ainsi la question de la représentation de l’activité de représentation elle-même et pose implicitement le problème de l’expérience d’agir, de la représentation par l’agent de l’activité mentale ou de l’action, laquelle relève de la métaconnaissance. Il s’agit d’une notion intéressante pour la compréhension des troubles psychotiques de l’expérience de soi et de l’identité. La différence entre hallucination et représentation mentale tiendrait en effet à l’expérience de l’activité de représentation mentale, inhérente à toute activité de pensée mais manquant à l’hallucination. Les hallucinations non sensorielles ou « psychiques » (syndrome d’influence), touchant la pensée, peuvent, au même titre que les hallucinations verbales, être reliées à une altération de la représentation de l’action, si l’activité de représentation mentale sous ses différentes formes (pensée, jugement, croyance) est elle-même conçue comme une forme d’action.

10Ces hypothèses renouvellent l’approche d’une question largement débattue en psychiatrie et en phénoménologie. On connaît la formulation qu’en propose Wittgenstein : que reste-t-il du fait que je lève le bras, une fois ôté le fait que mon bras se lève ? Jeannerod a proposé une revue des théories neurophysiologiques et neuropsychologiques de la représentation centrale de l’action, qui tentent de définir les mécanismes du sentiment d’agir (Jeannerod, 1993). Par ailleurs, on sait que cette question n’est pas étrangère à la psychanalyse. La théorie freudienne de la psychose pourrait être lue comme une théorie de l’altération de la subjectivité de la pensée et de l’action. Le mécanisme de la projection (sous-jacent, selon Freud, au délire) rend compte d’une altération de la conscience et de l’attribution de certains désirs ou fantasmes que l’on pourrait décrire comme des plans d’action spécifiques. D’un certain point de vue, la théorie psychanalytique propose une description des mécanismes inconscients assurant la représentation subjective des états mentaux, et définit différents modes de représentation, inconscients, c’est-à-dire hallucinatoires, ou secondaires et subjectivés, de l’activité mentale et de l’action. Freud développera, dans le cadre de la théorie de l’identification et du narcissisme, la question de la représentation de soi, abordée aujourd’hui par les sciences cognitives du point de vue de la conscience de l’action. Freud ne fait cependant pas explicitement référence à la notion de subjectivité (Cahn, 1991). Il s’appuie en revanche sur le concept d’action, selon lui à l’origine de la représentation de soi, de la distinction entre monde extérieur et représentation mentale. On pourrait alors suggérer un rapprochement entre la théorie freudienne du narcissisme et de l’identification, et une théorie cognitive décrivant les mécanismes de la conscience subjective de l’action. Widlöcher notamment (1986) a proposé une interprétation originale de la théorie freudienne, inspirée par la théorie de l’action et compatible avec l’approche cognitive. L’hypothèse d’un trouble de la représentation de l’action chez les schizophrènes permet d’esquisser deux problématiques complémentaires. La première concerne la définition de la conscience ou de la représentation normale de l’action. La seconde porte sur la nature de son altération possible dans la psychose.

Approche cognitive du trouble de représentation de l’action dans la schizophrénie

11La représentation de l’action et de l’activité mentale est souvent analysée comme métareprésentation ou métacognition (Baron-Cohen, Leslie & Frith, 1985 ; Frith, 1992 ; Leslie, 1987). L’hypothèse d’une altération de ce niveau a été proposée pour l’autisme infantile puis pour la schizophrénie. La métareprésentation est elle-même reliée à la représentation des états mentaux et intentionnels de soi et d’autrui, aussi appelée « théorie de l’esprit ». L’hypothèse d’un trouble de la représentation des intentions permet une relecture des symptômes psychotiques (hallucination et délire), et des troubles de la communication et du langage des schizophrènes (Pachoud, 1992). Il reste à déterminer le sens de cette altération : explication causale ou mécanisme dépendant lui-même d’autres perturbations ? Dans ce cas, le niveau d’explication cognitif peut être articulé avec les autres approches, biologique, clinique et psychanalytique. On doit alors distinguer différents plans d’analyse et de causalité, l’approche cognitive proposant une des lectures possibles du fait psychopathologique.

12Deux approches « cognitives » sont possibles. Le trouble des métareprésentations peut être considéré comme une explication de la pathologie psychotique : une altération causale résultant d’un dysfonctionnement modulaire. Il s’agit alors moins de chercher les mécanismes psychologiques qui aboutissent à l’anomalie clinique que de relier celle-ci à un « déficit cognitif », et ce dernier à un dysfonctionnement cérébral. Cette approche assimile la cognition aux niveaux complexes de représentation, et fait du déficit de la capacité à former des théories de l’esprit (« fonction cognitive ») à la fois une description et une explication de la pathologie (autistique, par exemple).

13Mais d’un second point de vue, l’altération du niveau métareprésentationnel doit elle-même être expliquée. L’explication doit recourir à un autre plan d’analyse que celui de la clinique, pour atteindre celui des opérations mentales ou cognitives élémentaires, non conscientes et non observables, sous-jacentes aux comportements et aux états mentaux. La notion de métareprésentation désigne alors une fonction qui dépend des mécanismes élémentaires de production, d’organisation et de régulation de l’action étudiés par la neuropsychologie cognitive. Celle-ci relie en effet fonctionnellement les deux niveaux de l’organisation et de la représentation consciente ou intentionnelle de l’action. Elle propose des modèles de la prise de conscience, reliant celle-ci au contrôle de l’action, et décrit certains mécanismes de la représentation mentale, de l’anticipation et de la perception de l’action (Jeannerod, 1994 ; Rizzolatti et al., 1995). L’étude de la représentation de l’action rejoint ainsi l’étude de l’action elle-même et de ses mécanismes de production.

Un trouble du traitement des intentions ?

14La schizophrénie met ainsi à l’épreuve différentes conceptions des rapports entre organisation et représentation de l’action. À quelles opérations cognitives relier la représentation intentionnelle, et à quelles altérations de ces opérations relier les troubles schizophréniques ? Le trouble de la représentation de l’action est-il une cause, un mécanisme ou une conséquence de ces altérations ?

15Chris Frith (1992) a proposé récemment un modèle explicatif et étiologique intégrant données neurobiologiques, cognitives, neuropsychologiques et cliniques. La symptomatologie déficitaire correspondrait à une altération de l’initiation intentionnelle de l’action volontaire. La symptomatologie positive (hallucinations et délire) correspondrait à une désorganisation de l’action intentionnelle, due à un trouble du contrôle de l’action. Ce dernier dépendrait lui-même d’une anomalie de la métareprésentation par le sujet de ses propres actes. Les modèles de l’action motrice supposent en effet que le générateur d’actions produit, lors de l’initiation de chaque acte et avant son exécution, une représentation endogène ou centrale de l’acte engagé, une « copie d’efférence » ou « décharge corollaire » (voir Jeannerod, 1993). Le contrôle de l’action reposerait sur le traitement de ces représentations efférentes de l’action, permettant d’anticiper la réalisation de celle-ci. Le système de contrôle est ainsi informé sur les actions engagées et sur leurs buts, indépendamment de toute information sensorielle. Les données perceptives issues du milieu sont elles-mêmes corrigées en fonction de ces anticipations et des plans d’action. Ceci explique que les perceptions visuelles soient corrigées en fonction de nos mouvements oculaires, de telle sorte que malgré ceux-ci, nous ne voyons pas bouger les objets quand nous bougeons activement les yeux.

16Comme Feinberg (1975), Frith suppose que le traitement de ces signaux efférents permet à la fois le contrôle de l’acte – il guiderait l’action au cours de son exécution-, et la distinction entre les effets d’une action sur la réalité et les événements externes indépendants du sujet – il informerait de l’initiation « intentionnelle » de l’acte. Ce serait là le mécanisme de la prise de conscience intentionnelle de l’action, et par là de la conscience de soi. La cause principale des symptômes schizophréniques serait par conséquent un trouble du monitoring central de l’action, c’est-à-dire du traitement de sa représentation efférente. La schizophrénie montrerait une dissociation fonctionnelle entre les actes et les intentions. Privé d’information sur ses actions intentionnelles, le sujet attribuerait à la réalité externe ce qui relève de celles-ci, par exemple l’hallucination verbale qu’il produit. Le défaut de traitement des intentions provoquerait aussi des anomalies dans l’attribution d’intentions à autrui, ces anomalies étant les causes des idées délirantes de persécution (le sujet attribue à autrui le contrôle de sa pensée) et des troubles de la communication. Les métareprésentations des intentions de soi et d’autrui correspondent en effet aux capacités « métacognitives », à l’exploitation d’une théorie de l’esprit nécessaire aux interactions.

17Ce modèle appelle différentes remarques. Les premières sont cliniques et portent sur l’hypothèse centrale, selon laquelle l’hallucination ou le délire résultent d’un déficit de la conscience des intentions. Les troubles délirants montrent en effet plus une altération des relations entre l’expérience intentionnelle et les événements ou les actions, de soi et d’autrui, qu’un simple déficit d’intentions. Un sujet peut ainsi faire l’expérience que sa pensée contrôle la pensée et les actes d’autrui, que les événements externes obéissent à ses intentions. On observe alors une pathologie symétrique du syndrome d’influence, qui ne peut pas être décrite comme expérience de l’action sans l’intention. Ces deux versants de la clinique montrent le caractère fondamental du trouble de la distinction entre soi et autrui ou soi et le monde. Ce trouble se laisse effectivement décrire du point de vue de la conscience intentionnelle de l’action. Cependant il correspond plus à une altération qu’à un déficit de l’expérience de l’intention ou de son attribution. L’intention est bien présente, mais comme intention d’autrui qui contrôle le sujet, alors qu’inversement ses intentions propres contrôlent autrui et le monde. Plutôt qu’un déficit d’intention, on peut dire que cette anomalie touche l’attribution causale d’intention, le repérage de l’agent et la différenciation des pôles sujet-objet de l’action.

18Un second point concerne la nature de l’expérience hallucinatoire et délirante. Ce même modèle suppose que l’hallucination résulte d’un trouble du traitement des représentations centrales et endogènes de l’action. L’expérience hallucinatoire ou délirante serait analogue à celle d’un acte involontaire (réflexe), provoqué par la situation sans intention d’agir. Il s’agit d’une perception (afférente) de l’action, sans représentation centrale (efférente), perception comparable à celle d’un mouvement subi passivement : celle du seul fait que le bras se lève, pour revenir à l’exemple de Wittgenstein, sans représentation « centrale » du fait que le sujet ait activement levé son bras. On peut pourtant objecter que l’expérience hallucinatoire ne semble pas réductible à la perception d’un automatisme moteur ou d’un mouvement passif. D’une part, si l’acte involontaire est étranger à l’intention ou à la volonté, il n’est pas étranger au sujet et ne suscite pas l’expérience essentielle de l’extranéité, cette attribution à autrui qui caractérise les troubles psychotiques et les distingue d’autres altérations de la conscience, comme celles qui sont dues aux toxiques, et des troubles névrotiques (idées obsédantes, tics, phobies) où la représentation de soi n’est pas altérée. D’autre part, l’hallucination est caractérisée par une conviction particulière, par exemple l’existence de « voix ». Il s’agit d’un trouble du jugement de réalité, dans la mesure où cette conviction résiste à toute évidence contraire. Ceci est encore plus clair dans le cas de la conviction délirante, que les données de la réalité ne peuvent mettre en doute. La perception d’un acte involontaire, comme l’obsession de la névrose obsessionnelle, ne suscite ni l’expérience d’extranéité, qui caractérise l’hallucination ou le délire de persécution, ni la conviction délirante ou l’évidence du phénomène hallucinatoire, qui expriment une altération de la notion de réalité elle-même.

19L’hypothèse d’un déficit de représentation centrale de l’action aurait donc plus un intérêt clinique qu’explicatif. Elle rend mal compte de la spécificité de l’expérience hallucinatoire et délirante, difficilement réductible à l’effet d’un déficit d’intention. Au contraire, les caractères de l’expérience hallucinatoire et de la conviction délirante s’expliquent mieux en inversant l’hypothèse, c’est-à-dire en considérant que ces symptômes témoignent d’une expérience purement centrale ou endogène de l’action, indépendamment de la perception et des informations sensorielles. Le délire ou l’hallucination consisteraient alors dans la seule représentation centrale de l’action volontaire, dans l’expérience de l’intention elle-même (ce qui reste du fait de lever le bras, ôté le fait que le bras se lève). Comme dans le rêve, où la représentation prend la place de la perception, l’intention prend la place de l’action.

20Ces points de discussion esquissent un débat plus fondamental sur les mécanismes de la métaconnaissance ou conscience intentionnelle. Selon le modèle neurophysiologique de la motricité, le système de contrôle de l’action reçoit des informations de deux sources, l’une efférente, centrale ou endogène (la commande motrice et l’anticipation des plans d’action), l’autre afférente, périphérique ou exogène, dépendant de l’exécution réelle de l’action (les informations perceptives issues du milieu et des effecteurs). Ce modèle relie l’expérience d’agir et la conscience intentionnelle au seul traitement des informations centrales. Si l’on peut concevoir que l’hallucination verbale résulte d’un défaut de traitement des signaux centraux de l’acte moteur, on peut se demander si ce principe s’applique à l’acte mental, qui ne consiste précisément que dans la composante centrale ou endogène du traitement. Précisément, si une expérience hallucinatoire de la pensée, processus pourtant strictement central ou endogène, est possible, c’est que l’expérience intentionnelle ne tient pas seulement à la source endogène, à la nature centrale de la représentation. En ce sens, l’hallucination psychique et le délire interrogent en retour les modèles de l’action. La distinction entre soi et non-soi tient-elle seulement à la source, interne ou externe, des signaux, ou à des traitements plus complexes opérant sur des informations de différentes origines ? En d’autres termes, une action est-elle dès l’origine identifiée comme intentionnelle, accessible à une expérience subjective ? Ou bien la conscience intentionnelle est-elle le produit d’une construction plus tardive ? Cette question relève du débat sur l’unité, a priori ou a posteriori, du sujet, et sur les relations entre cause, ou origine, de l’action et origine du soi.

Intention préalable, intention en action

21L’hypothèse d’un trouble du monitoring des intentions, au sens d’un défaut de perception des décharges corollaires, tend à expliquer l’expérience intentionnelle par la conscience du signal endogène, la commande volontaire de l’action. Elle suppose que l’intention accessible à la conscience précède et cause l’action. Un modèle explicatif reposant sur la notion d’intention préalable ouvre cependant une série de récurrences logiques : former une intention d’agir constitue déjà, du point de vue de l’activité mentale, une action supposant elle-même une intention préalable, etc. En fait, les actes mentaux dont on suppose ici un trouble de l’intentionnalité constituent eux-mêmes à la fois des actions et des intentions. Le problème est donc à nouveau celui de l’application à l’acte mental d’un schéma valable pour l’action motrice. La notion d’une intention de l’intention constitue un paradoxe, au même titre que celle d’une représentation de la représentation.

22Il s’agit en définitive de savoir si l’intention, définie du point de vue clinique comme expérience consciente de l’action, est assimilable à un signal neurophysiologique, la commande motrice. C’est ce que suppose la théorie de l’intention préalable, selon laquelle l’intention d’agir (du point de vue clinique) est à l’origine de la production de l’action. Ce point de vue est conforme à la psychologie du sens commun, pour laquelle la production de l’action est causée (au sens physique d’une relation de cause à effet) par l’intention. Au niveau « personnel », l’action semble bien résulter de l’intention d’agir : elle s’explique par son sens, lui-même assimilé à la représentation de son but. Mais la neuropsychologie cognitive invite au contraire à dissocier l’intention clinique, c’est-à-dire le sens de l’action, et les mécanismes de production de l’action, c’est-à-dire l’intention au sens de la préparation et de la commande de l’action. La notion d’intention recouvre manifestement des contenus différents selon que l’on se situe au niveau personnel ou subjectif, ou à celui des opérations de production.

23À l’intention préalable consciente, précédant l’action, semblent correspondre des mécanismes de préparation et d’anticipation de l’action analogues, pour l’imagerie cérébrale fonctionnelle, aux mécanismes de l’exécution de l’action elle-même (Jeannerod, 1994). D’autres travaux montrent que les différentes étapes (intentionnelles, attentionnelles et d’exécution de l’action) mettent en jeu, à des degrés divers, des régions cérébrales identiques (Boussaoud & Wise, 1993). Cette analogie entre préparation, représentation consciente et exécution de l’action laisse supposer que l’intention, plutôt qu’un événement précédant l’action est une étape de l’action, qu’elle appartient à l’action elle-même. La neuropsychologie cognitive tend à confirmer que vouloir agir, ou se représenter l’action, c’est déjà agir, que l’intention est action. De ce point de vue, l’intention appartient à l’action elle-même, correspond à une étape de celle-ci, susceptible dans certains cas (difficultés d’exécution et correction) d’accéder à la conscience. La question est alors de savoir ce qui détermine l’accès à cette représentation consciente. Jeannerod (1994) interprète ces résultats en suggérant que l’intention préalable et l’intention en action (selon J. R. Searle) correspondent à un même phénomène, observé dans des conditions différentes mais impliquant les mêmes processus cognitifs. Des faits différents pour l’observation clinique correspondraient, pour le niveau élémentaire, à un même phénomène fonctionnel, inhérent à l’organisation de l’action.

Organisation de l’action et mécanismes de la métareprésentation

24Ces données invitent à distinguer nettement les niveaux d’explication cognitif et clinique, et à éviter un parallélisme étroit entre eux. En d’autres termes, la causalité intentionnelle dégagée par la clinique serait distincte de la causalité de la production de l’action et de l’activité mentale (Widlöcher, 1993). L’intention préalable, fait clinique, ne serait pas un mécanisme de production de l’action mais un produit de ces mécanismes, et correspondrait à une étape de l’action. Les termes de la description opérée du point de vue « personnel » ou clinique ne pourraient être employés pour un modèle des opérations de production. L’application des sciences cognitives à la psychopathologie risque alors de se réduire à une traduction de l’explication clinique dans des termes cognitifs, confondant les niveaux d’explication. Les termes changent en effet de sens selon que l’on se situe à l’un ou l’autre plan. Ce qui est mécanisme élémentaire pour la lecture clinique (intention d’agir, conscience) devient, pour l’approche cognitive, une fonction complexe, elle-même décomposée en différents mécanismes. Le traitement d’informations ne désigne pas la pensée, mais un modèle des opérations élémentaires assurant sa production. De même l’intention définie au niveau personnel ne peut être réduite à un événement défini au niveau sub-personnel, la décharge corollaire, mais correspondrait à une étape fonctionnelle de l’organisation de l’action. Cette dissociation entre le niveau clinique de la subjectivité et celui des opérations de production (par exemple le traitement des signaux émis par le générateur d’action) prévient une possible confusion entre les mécanismes de production de l’activité cognitive et ses produits. Il ne s’agit pas alors d’expliquer la schizophrénie, de manière causale, par un déficit de la volonté ou de l’intention, mais plutôt de considérer que les conditions de production de celles-ci y sont altérées. La représentation intentionnelle est alors considérée comme un produit des opérations cognitives, non comme un mécanisme de production de l’action.

25La question de la conscience illustre ce débat sur la portée de l’analyse cognitive. L’hypothèse d’un défaut de conscience des signaux endogènes de l’action (son programme) dans la schizophrénie considère implicitement la prise de conscience comme un mécanisme explicatif, et s’expose à ce titre au risque d’une confusion entre mécanismes de production et fonctions complexes. Selon une autre perspective, visant à définir les mécanismes de production de la représentation de l’action et sa possible altération, l’hypothétique trouble de la conscience de l’action chez le schizophrène constitue un domaine de recherche plutôt qu’une explication. La question serait alors de savoir ce qui détermine la prise de conscience de l’action et de l’intention, et ce qui pourrait en être altéré dans la psychose.

Représentation et contrôle de l’action

26Les mécanismes de production de la conscience sont l’objet des recherches neuropsychologiques qui ébauchent un modèle de la prise de conscience de l’action (Milner & Rugg, 1991 ; Jeannerod, 1995). Celle-ci tend à être considérée comme un phénomène facultatif, postérieur à l’engagement de l’action, constituant le produit de traitements cognitifs. Selon Libet (1985), la prise de conscience de l’intention d’agir est postérieure à l’initiation de l’acte. Cet accès dépendrait de la mise en jeu de procédures de correction de l’action, permettant son ajustement à la situation lorsque celle-ci n’est pas conforme aux anticipations incluses dans le plan. La prise en compte d’une inadéquation entre les anticipations endogènes (représentation attendue de l’action) et les informations perceptives, situationnelles et contextuelles, serait un mécanisme possible de la conscience (Jeannerod, 1990). Rétrospective, la prise de conscience surviendrait lorsque l’action ne peut être exécutée conformément au plan (Gray, 1995 ; Jeannerod, 1995). Les processus explicites dépendraient du traitement d’informations contextuelles (Jacoby & Kelley, 1991).

27Les conditions d’exécution de l’action détermineraient donc, dans certaines circonstances, la prise de conscience d’étapes habituellement inconscientes de son organisation. Jeannerod (1994) interprète dans ce sens l’analogie entre représentation consciente, préparation et exécution de l’action motrice, évoquée plus haut. Des études d’imagerie fonctionnelle montrent en effet que les processus neurophysiologiques corrélés à la représentation consciente d’un acte ne diffèrent pas qualitativement de ceux qui sont impliqués par sa préparation, son anticipation et son exécution (Jeannerod, 1994). La conscience résulterait notamment de la non-exécution de l’action, alors que des procédures de contrôle et de correction, impliquant une interruption du plan en cours, sont mises en jeu (Jeannerod, 1995). La prise de conscience aurait à son tour pour fonction de permettre une représentation plus étendue de la situation, de sa nouveauté, et une modification de l’action en conséquence. Pour Gray (1995), de manière analogue, le fonctionnement du comparateur entre perceptions et attentes (ou anticipations), mis en jeu par le contrôle de l’action, serait un mécanisme de la prise de conscience.

28La métaconnaissance de l’action dépendrait de ses conditions de production, et notamment de son ajustement au contexte. Son hypothétique altération dans la schizophrénie pourrait être liée à une altération des processus de planification, de contrôle et de contextualisation de l’action, reposant sur un monitoring, un « comparateur » (Gray et al., 1991), ou des processus de « réentrée » (Edelman, 1992).

29Selon Gray, par exemple, l’altération de l’expérience subjective dépendrait chez les schizophrènes d’un trouble du « comparateur » qui met en relation les anticipations générées à partir des expériences en mémoire, et les perceptions actuelles issues de la réalité (situation et effets de l’action engagée). La situation n’est alors pas traitée en fonction de l’expérience en mémoire (sélection des informations pertinentes dans l’environnement), elle reste source de nouveauté et d’incongruence cognitive. Il en résulte un trouble du traitement des informations perceptives pertinentes et une désorganisation de l’action. L’intrusion de contenus en mémoire (souvenirs, plans d’action) non congruents avec l’action engagée serait à l’origine des hallucinations et du délire.

30Hoffman (1986) a proposé une relation entre désorganisation de l’action schizophrénique et expérience hallucinatoire. L’expérience intentionnelle de l’action dépendrait de sa planification, c’est-à-dire du fait que le sujet est engagé dans un plan d’action et qu’il anticipe son action dans une situation donnée. Dans la schizophrénie, le trouble de la planification du discours serait la cause des hallucinations verbales, certains actes de langage étant produits hors du plan d’action engagé. La planification est une fonction intégratrice assurant la préparation (à partir de schèmes d’action en mémoire), l’organisation temporelle et le contrôle de l’action. Elle implique une sélection des informations situationnelles pertinentes pour l’exécution de l’action et une inhibition des informations non pertinentes, une représentation du contexte et une comparaison entre action planifiée (anticipation) et action réalisée.

Métareprésentation et expérience de l’action

Représentation de l’action et situation

31L’hypothèse d’une relation fonctionnelle entre planification de l’action et métareprésentation laisse persister une ambiguïté. L’intentionnalité subjective du discours peut être reliée à son contrôle intentionnel ou volontaire, guidé par un plan ou une intention préalable (au sens de but) (Hoffman, 1986). Mais elle peut aussi être liée à l’ajustement à la situation, donc à la prise en compte du contexte, liée à la planification. Réciproquement, la représentation du contexte, l’interprétation de la situation dépendraient de l’action engagée. Le plan d’action guide en effet l’évaluation de la pertinence des informations perceptives et la représentation du contexte situationnel. De ce point de vue, le trouble de la planification perturberait le traitement de la situation au regard de l’action, la représentation du contexte en même temps que l’organisation de l’action. L’alteration de la métaconnaissance dépendrait alors d’un trouble de la contextualisation de l’action, plutôt que d’un défaut de traitement de l’intention préalable.

32Si un premier débat porte sur la nature de la relation entre organisation et représentation de l’action, un second porte donc sur le contenu de la prise de conscience. Les troubles schizophréniques ouvrent un débat sur la nature de la représentation intentionnelle consciente (ou accessible à la conscience) de l’action : consiste-t-elle en une représentation du but à l’origine de l’action, du programme initial, ou en une construction intégrant des éléments situationnels, dépendant de traitements plus complexes et de l’ajustement de l’action au contexte ? Certains travaux proposent que l’attribution, par le sujet, d’intentions à ses actes s’opère rétrospectivement, sur la base d’indices contextuels, et consiste en une interprétation de l’action exécutée, dépendant du contexte situationnel (Nisbett & Wilson, 1977).

33Ces données semblent conforter l’hypothèse selon laquelle la conscience de l’action dépendrait de sa contextualisation, et non seulement du traitement de signaux centraux ou efférents. Or, de nombreux travaux montrent des anomalies dans les stratégies d’ajustement au contexte chez les schizophrènes (Cohen & Servan-Schreiber, 1993). Elles s’expriment dans le traitement des ambiguïtés sémantiques, qui ne sont généralement pas interprétées en fonction du contexte. Les troubles de la représentation de l’action comme les anomalies plus élémentaires, les troubles de la mémoire par exemple (Danion, 1993), tendent à confirmer l’existence d’une altération des processus explicites (supposés dépendre de traitements contextuels) chez les schizophrènes, alors que les processus implicites (qui n’impliquent pas d’ajustement au contexte) sont préservés. Cette dissociation, comme l’altération des mécanismes de la prise de conscience, pourrait dépendre d’un trouble du traitement des informations contextuelles (Hardy-Bayle, 1994).

34On voit ainsi se dégager deux interprétations, peut-être complémentaires, du trouble de la représentation subjective de l’action dans l’hallucination et le délire. L’une, plus centraliste, insiste sur une éventuelle perturbation de l’accès aux représentations centrales de l’action (dont dépendrait le trouble du contrôle). L’autre, inversement, insiste sur les troubles de l’ajustement de l’action à la situation (au contexte), inhérent à son contrôle (et dont dépendrait le niveau des représentations).

35La seconde perspective, reliant l’expérience subjective à la correction de l’action et au traitement de la situation, aboutit à un renversement de la compréhension du trouble de la métaconnaissance de l’action dans la psychose. Si on suppose que la métaconnaissance n’est pas la conscience de l’intention préalable mais une construction qui dépend de la planification de l’action, de son ajustement à la situation actuelle et d’un traitement du contexte, l’expérience hallucinatoire serait celle d’une action non planifiée et décontextualisée. Cette perspective pose le problème de la relation avec la réalité, et de la représentation de celle-ci par l’action. Elle suppose, dans la psychose, une altération de la représentation de la situation en même temps que de la conscience de l’action. L’hallucination peut alors être reliée à une forme spécifique de représentation centrale de l’action, sans interaction avec la situation ni représentation de celle-ci comme contexte pragmatique.

36Ce point de vue, reliant la conscience intentionnelle à la relation avec la situation actuelle (c’est-à-dire à la planification de l’action), autorise un rapprochement entre hallucinations psychotiques et hallucinations oniriques. Le rêve est un paradigme de l’hallucination. L’hypothèse d’un défaut de représentation centrale de l’action en rend cependant difficilement compte, le rêve étant un modèle de représentation de l’action, un mode spécifique d’expérience de celle-ci précisément. Ce qui le caractérise est, avec la disparition de l’éveil, la perte de contact avec la réalité. L’hallucination du rêve est une action sans contexte situationnel et pragmatique. Ce qui fait défaut n’est pas l’expérience endogène de l’action mais plutôt celle de la situation où elle s’actualise (Widlöcher, 1991).

37On objectera que l’expérience de l’action dans le rêve n’est pas le syndrome d’influence, l’extranéité de l’action de l’hallucination schizophrénique. Mais précisément on peut trouver ici un argument pour aborder de manière plus nuancée le problème de l’expérience intentionnelle, normale ou pathologique. Le rêve montre une expérience spécifique de l’action, distincte de l’expérience subjective de l’état de veille. La conscience de l’action dans le rêve n’est pas une conscience intentionnelle, mais une expérience hallucinatoire. La notion de représentation de l’action recouvrirait donc deux formes d’expérience ou deux modes de représentation, l’un conscient et subjectif (la métaconnaissance), l’autre hallucinatoire, de l’action et de l’intention. Dans les deux cas, il s’agit de représentations centrales. L’hallucination révélerait une dissociation entre conscience et subjectivité, plutôt qu’entre action et intention, ou entre action et représentation. L’approche psychopathologique ne s’appuie pas sur une opposition du conscient et du non-conscient, de l’afférent et de l’efférent, mais considère plutôt la conscience subjective et l’hallucination comme deux modes différents de pensée et de représentation de l’action.

Métaconnaissance et expérience subjective

38Ceci conduit à définir la notion de conscience de l’action qualitativement, par le repérage du sujet de l’action, plutôt que comme métareprésentation, c’est-à-dire par son objet (représentation de l’activité elle-même). L’hallucination serait une représentation d’action sans subjectivation. Le délire et l’hallucination n’exprimeraient pas une dissociation fonctionnelle entre action et représentation consciente de celle-ci, ni entre action et conscience de l’intention, mais plutôt entre expérience de l’action et subjectivation ou conscience intentionnelle de celle-ci. La question posée par la clinique schizophrénique serait celle de l’émergence d’une position subjective, s’exprimant par la capacité d’auto-attribution de l’activité mentale et des actes. En dépendent la différenciation de soi et d’autrui, la distinction entre l’activité mentale et la perception d’événements externes, perturbées dans les psychoses.

39Différents indices cliniques témoignent de l’altération de cette position subjective. Pour Widlöcher (1991), le mode spécifique de représentation ou d’expérience hallucinatoire de l’action (dans le rêve comme dans l’hallucination psychotique) est dépourvu d’attitudes propositionnelles, de représentations verbales déclaratives, ou de modalisations (croyance, désir), habituellement présentes dans la pensée consciente. L’action ne serait représentée dans l’hallucination que par son accomplissement. Dans le rêve, le sujet est seulement acteur de son action. En revanche, la métaconnaissance liée à la veille ou à la conscience tiendrait au fait que le sujet est alors à la fois acteur et témoin de ses actes. La notion de métareprésentation prend alors un autre sens que celui d’une représentation de la représentation. L’accent est mis sur l’acte de représentation, et sur la distinction des positions de sujet et d’objet qu’il suppose. Toute action impliquerait ces deux positions fonctionnelles, la conscience intentionnelle naissant de leur repérage, de leur distinction et de l’identification du sujet par rapport à l’objet. Certes, de ce point de vue, la conscience de l’action implique une forme de métaconnaissance. Cependant celle-ci n’est pas seulement représentation de l’acte de représentation, mais plutôt mode de relation à une représentation de soi. Il s’agirait plutôt de l’instauration d’un mode spécifique de relation, réflexif ou spéculaire, dans lequel le sujet se prend lui-même (dans son action) pour objet de l’activité de représentation. La distinction fonctionnelle des deux pôles, objectai et subjectif, assurerait à la fois la distinction soi/autrui ou soi/objet, et la capacité d’une représentation réflexive de soi en tant qu’objet, d’une relation avec la représentation de soi. Ce mode de représentation subjective serait lié au langage et au mode déclaratif.

40On peut ainsi faire l’hypothèse qu’il existe deux modes fonctionnels de représentation de l’action, l’hallucination (ou la pensée hallucinatoire) et la conscience : ils diffèrent par la modalisation ou la subjectivation. La métaconnaissance correspondrait à l’adoption d’une attitude propositionnelle, à une modalisation de l’état mental ou de l’action. L’hallucination ne serait pas une expérience afférente de l’action, mais une expérience centrale (efférente). En reprenant la question posée par Wittgenstein, l’hallucination serait non pas l’expérience du fait que le bras se lève, ôtée la représentation du fait que le sujet a levé son bras (hypothèse du trouble de monitoring des intentions), mais inversement le fait qu’il lève son bras, ôté celui que le bras se lève. L’hallucination serait de la même nature que la représentation de l’action : elle serait l’expérience de l’intention en action (Widlöcher, 1991).

  • 2 La psychose serait alors considérée comme une pathologie déficitaire de l’interaction ou de la volo (...)

41La notion d’une intention motrice ou d’une commande persécutant le sujet, vécue comme étrangère à sa volonté ou comme intention d’autrui, peut sembler paradoxale. Mais le paradoxe tient au postulat selon lequel l’expérience volitionnelle ou l’intention du sujet seraient à l’origine des actions2. Il disparaît si l’on considère l’expérience subjective, intentionnelle ou volitionnelle, comme une construction produite à partir du programme moteur, et non comme le programme lui-même ou l’intention au sens cognitif élémentaire. L’hallucination pose alors le problème d’une expérience qualitativement spécifique et anormale de la commande motrice ou de l’intention. C’est en ce sens qu’elle exprimerait un trouble de la subjectivation de l’action et de l’intention elle-même.

  • 3 Selon Freud le délire paranoïaque témoigne d’un désir dont l’expression est modifiée (inversée), et (...)

42Les troubles psychotiques s’expriment particulièrement par une altération de la représentation de l’agent de l’action. Ils soulignent ainsi que celle-ci, et la distinction soi/autrui qui lui est liée, sont inhérentes à la conscience subjective d’agir. La métaconnaissance correspondrait à une expérience spécifique de l’action, identifiant le sujet à l’agent, qui se trouve altérée dans la psychose. L’hallucination constitue une expérience passive, où le sujet subit l’action sous forme soit de commentaires d’actes le désignant en troisième personne, soit d’interpellations ou d’insultes, d’ordres ou d’injonctions. Il en va de même dans le délire si on fait un lien entre l’hypothèse cognitive d’un trouble de métaconnaissance de l’acte mental (celui-ci perdant sa qualité d’événement interne) et la théorie freudienne de la projection3. L’attribution délirante d’un état mental à autrui et la perte de la différenciation soi/autrui résulteraient, de ce point de vue, d’une perte de la représentation subjective. Plus qu’une perception ou une représentation des actions comme actions propres d’autrui, un renversement de l’expérience subjective en expérience d’objet de l’action serait sous-jacent au délire persécutif, à l’hallucination verbale, aux syndromes d’influence et d’automatisme mental (être parlé ou pensé, et non parler ou penser), aux hallucinations psychomotrices (être agi et non agir). D’agent de ses actions, le sujet devient agi par elles, la position de l’agent étant prise par autrui, un persécuteur imaginaire (une machine ou Dieu dans l’hallucination, l’action étant seulement subie passivement) ou une personne réelle (dans certains délires). La perturbation du mode subjectif de représentation des états mentaux dans la schizophrénie entraînerait à la fois une altération de la position subjective (métaconnaissance) et de la représentation objectale, c’est-à-dire de la représentation de la réalité et de la relation avec autrui.

Soi et l’autre : spécularité et identification

43On peut se demander si le syndrome d’influence et l’expérience hallucinatoire, caractérisés par l’extranéité de l’action et de l’intention, ne révèlent pas une forme particulière de représentation de l’action, peut-être sous-jacente ou préalable, dans l’ontogenèse, à la conscience normale. L’hypothèse d’une ontogenèse de la subjectivité et de l’intentionnalité rejoint les recherches sur le développement de la conscience de l’action et des intentions, et de la capacité à former des théories de l’esprit (Perner, 1991). Jaynes (1982) propose une hypothèse anthropologique proche.

  • 4 Ces données vont dans le sens de la théorie motrice de la perception du langage. Elles rejoignent u (...)

44On pourrait proposer que l’expérience hallucinatoire et le syndrome d’influence témoignent d’un retour à une expérience initiale de l’action, a-subjective et non intentionnelle. Cette hypothèse ne conteste pas le fait que le comportement soit dès l’origine doté d’une forme d’intentionnalité, de buts par lesquels l’action interrogerait le monde (Jeannerod, 1994). L’hallucination et l’automatisme mental témoigneraient d’une expérience non subjectivée de l’action, dont la conscience intentionnelle ne peut se construire, s’accompagnant d’une désorganisation de la représentation de soi mais aussi d’autrui et de leur différenciation. Elle pourrait être fonctionnellement analogue à une forme primitive d’expérience de l’action pour laquelle soi et autrui ne sont pas distingués, expérience qui caractériserait un mode d’organisation de l’action lié à une relation spéculaire et transitive avec autrui. Des données récentes confirment l’importance de la relation avec autrui dans l’organisation et la représentation du comportement. Des travaux en imagerie fonctionnelle montrent que chez l’animal l’activité cérébrale (d’une zone corticale prémotrice) mise en jeu par la seule « perception » d’une action motrice chez autrui (saisir un aliment) est analogue à celle qui est mise en jeu par la préparation et l’exécution volontaire de l’action (Rizzolatti et al., 1995). On peut voir là les conditions d’un mécanisme d’imitation précoce, fondé sur l’analogie entre perception de l’action et action. Il faut rapprocher ces données de l’analogie entre les mécanismes cérébraux de l’action (de son exécution) et de sa seule représentation mentale (Jeannerod, 1994). Se dégage alors une relation entre perception de l’action chez autrui, représentation (conscience et mémoire) et exécution de l’action du sujet, qui apparaissent étroitement liées du point de vue des mécanismes cognitifs sous-jacents. Ces mécanismes pourraient assurer une précoce mise en relation fonctionnelle du sujet et d’autrui, reposant sur l’action. La perception de l’action d’autrui entraînerait une forme d’imitation primitive, le spectateur étant ainsi littéralement agi par l’autre, son intention se confondant avec celle d’autrui4.

45Si on relie ces données, les études du développement de l’expérience intentionnelle de l’action, du sujet et d’autrui (l’acquisition d’une théorie de l’esprit supposant une distinction de soi et d’autrui) (Gopnik, 1993 ; Perner, 1991), et l’accent mis sur le rôle des phénomènes d’imitation précoce dans ce développement de la métaconnaissance ou théorie de l’esprit (Leslie, 1987), on peut spéculer sur l’existence d’un mode précoce d’organisation de l’action, dépourvu d’une expérience intentionnelle subjective et d’une distinction soi/autrui. À partir de cette indifférenciation, s’opérerait une construction progressive de l’expérience intentionnelle, d’un mode de représentation subjectivé caractérisé par la représentation de soi comme agent, différencié d’autrui (ce à quoi correspond l’acquisition d’une théorie de l’esprit). L’hallucination, le syndrome d’influence indiqueraient la fragilité de ce mode de représentation, laissant place à une expérience plus primitive et indifférenciée de l’action. Des conduites d’imitation involontaire sont parfois observées lors de la phase aiguë des psychoses schizophréniques de l’adolescent ou de l’adulte, s’accompagnant d’une désorganisation de l’expérience de soi, et de celle de la relation avec le monde et autrui (syndrome d’influence, paranoïa, « concernement » selon Grivois, 1995). L’hallucination et le délire (syndrome d’influence) seraient l’expression d’une perte de l’expérience subjective de l’action mais aussi d’une expérience indifférenciée de la relation avec l’autre, d’une expérience spéculaire de l’action, que le sujet ne peut s’approprier en tant qu’agent intentionnel.

Représentation de l’action et jugement de réalité

46Les troubles psychotiques montrent une confusion entre l’expérience d’une action ou d’une pensée et l’expérience perceptive de la réalité. Le sujet halluciné semble expérimenter ses « voix » comme des perceptions, dans une confusion de la réalité interne et de la réalité perceptive externe, du soi et du non-soi. Sous-jacente à la perte de l’expérience d’agir, se pose la question de la perte du jugement de réalité assurant la discrimination entre la perception de la réalité et l’expérience du monde interne, c’est-à-dire des produits de l’activité psychique.

47Le délire souligne le lien entre représentation de l’action et jugement de réalité. S’exprimant par une conviction inébranlable, le délire ne semble pourtant pas reposer sur l’expérience perceptive anormale d’une action, mais plutôt sur une expérience anormale du monde. Il est cependant possible de le relier à un trouble de la représentation de l’action. Le délire résulterait d’une confusion entre réalité interne (représentation) et réalité externe, cette perte du jugement de réalité étant elle-même liée à un trouble de l’expérience subjective. Le délirant convaincu d’être épié ferait l’expérience d’un état mental dépourvu de la modalisation (souvent implicite) liée au « je crois » ou « je redoute » (être épié), de la même manière que le sujet halluciné ferait l’expérience d’un acte de langage ou de pensée (au sens du discours intérieur) dépourvu de l’expérience d’agir. La métareprésentation s’exprime ici par l’attitude propositionnelle, marquant la position du sujet dans l’énonciation. Sa disparition s’exprimerait par une attribution délirante de l’action, une projection ou une identification projective au sens psychanalytique. Le délire souligne ainsi que la représentation subjective (ou métaconnaissance) de l’action implique un jugement de réalité sur l’objet ou la scène représentés, et une capacité de distinguer entre états mentaux et réalité externe. De ce point de vue, la métaconnaissance combine jugement de réalité (discrimination du vrai et du faux en fonction du critère de réalité de l’objet) et expérience de l’action. On peut se demander s’il existe une relation de cause à effet entre l’altération de la subjectivation et celle du jugement de réalité, concomitantes dans la psychose. L’une et l’autre peuvent également constituer deux expressions corrélées d’une désorganisation sous-jacente de l’action. On peut aussi considérer qu’au trouble de métaconnaissance s’associent une confusion entre produits de l’activité mentale et représentation de l’objet ou d’autrui, et une altération du jugement de réalité assurant leur identification dans le registre de la perception.

48À ce titre, l’hallucination ne serait pas une perception de l’action, ni le délire une croyance fausse ou un jugement erroné. Perception et croyance supposent précisément une métaconnaissance ou une qualification subjective, un jugement sur les représentations mentales discriminant le vrai et le faux en fonction de la réalité. Si ces catégories disparaissent dans la psychose, les expériences hallucinatoire et délirante relèveraient d’une forme particulière d’évidence, irréfutable, non référée à une distinction soi/monde (critère de vérité de la représentation), échappant donc au jugement de réalité et à toute confirmation ou infirmation par les faits, contrairement à la perception. Alors qu’il se donne comme un trouble de la relation avec le monde, le délire poserait (comme l’hallucination) la question de l’expérience subjective. La position du sujet s’y effondrerait au même titre que la réalité de l’objet. La conviction délirante se définirait qualitativement comme un trouble de subjectivation de l’état mental, distinct de la croyance (Widlöcher, 1994). Elle aurait la nature d’une évidence dépourvue de la qualité intentionnelle qui caractérise les formes normales de la pensée, de la croyance et du jugement, référés à des faits de la réalité. De même, l’expérience hallucinatoire n’est pas de la nature d’une perception normale ; elle implique une conviction qualitativement différente. Ce point de vue suppose que l’indistinction entre soi (action, état mental) et non-soi s’accompagne d’une perte conjointe de l’expérience subjective et de celle de la réalité, d’une altération des deux registres conférant leur spécificité aux expériences hallucinatoire ou délirante.

49Cette perspective relie le délire et les expériences anormales de la pensée (hallucinations psychiques) que certains auteurs, au contraire, considèrent comme de nature différente (Spitzer, 1990). En effet, le sujet évoquant un syndrome d’influence ou d’automatisme mental ne rapporterait pas une expérience interne anormale, comme s’il s’agissait de la perception normale d’un contenu anormal. Il subirait une altération de l’expérience subjective et consciente de son activité mentale, de sa réalité interne. La distinction entre contenu de l’expérience pathologique (hallucinatoire ou délirante) et nature de l’expérience elle-même est dès lors moins pertinente. Ce qui se donne comme contenu anormal (le syndrome d’influence, la perte de l’initiative volontaire de la vie mentale ou de l’activité de pensée et du langage intérieur) serait en fait l’expression d’une altération de l’expérience de la vie mentale.

Conclusion

50Les sciences cognitives suscitent un nouvel intérêt pour l’hypothèse d’un trouble de la représentation subjective et intentionnelle de l’action dans les psychoses, et ouvrent ainsi différentes perspectives de recherche en psychopathologie. Ces recherches portent notamment sur les relations fonctionnelles entre représentation, ou conscience de l’action, et mécanismes élémentaires de son contrôle et de son organisation (impliquant la prise en compte et la représentation de la situation et de la réalité). Il faut cependant distinguer dans la notion de représentation de l’action différents phénomènes : la prise de conscience de l’action, la représentation du but ou du plan, l’expérience subjective intentionnelle, l’expérience de la volition et de l’« agentivité ». L’hallucination verbale, le syndrome d’influence et le délire semblent se caractériser par l’altération des deux dernières formes d’expérience. Bien que distincts, ces différents symptômes s’inscriraient dans un cadre de recherche commun sur la métareprésentation de l’action.

51La clinique schizophrénique invite à préciser cette notion, en soulignant que hallucinations et délire exprimeraient une altération de la subjectivation de l’action. Ce mode de conscience semble lié à une modalisation ou à une forme propositionnelle. Dégager la spécificité qualitative du mode de représentation propre aux symptômes psychotiques (qui ne seraient donc définis ni par leur seul contenu, ni par un défaut de conscience) suppose que conviction délirante et hallucination soient distinguées de la croyance et de la perception. Enfin, la notion de représentation de l’action permet une analyse du jugement de réalité, et de la différenciation entre soi et autrui. L’un et l’autre, perturbés dans la psychose, pourraient être reliés aux modes de représentation ou d’expérience de l’action.

52Dans ce cadre, le trouble de métaconnaissance n’explique pas les symptômes schizophréniques, mais est lui-même à expliquer. Il faut pour cela définir les altérations élémentaires du traitement de l’information et de l’organisation de l’action, qui peuvent être corrélées au trouble de sa représentation. Les modèles cognitifs de l’action supposent, pour un niveau sub-personnel, l’existence d’un codage ou d’une représentation de l’action, notamment de son but ou programme, en tant que processus nécessaire à sa régulation. La mise en relation des notions cliniques d’intention et de conscience de soi avec ce niveau cognitif, constitué d’opérations mentales élémentaires, pose alors des problèmes fondamentaux. Les données de la neuropsychologie cognitive tendent à réintégrer l’intention dans l’action elle-même, et à considérer la conscience comme le produit d’opérations cognitives. Elles inscrivent donc l’étude des processus de représentation dans le cadre des processus d’organisation de l’action. Elles soulignent également ainsi l’intérêt d’une distinction entre produits de l’activité cognitive et mécanismes de production, donc entre les logiques correspondantes, évitant la projection de notions cliniques (représentation unifiée de soi, intention préalable) au niveau d’opérations de production.

53Différentes hypothèses doivent alors être étudiées. La représentation intentionnelle peut dépendre du traitement d’informations sur la commande motrice, issues du générateur d’action. Mais elle peut également correspondre à une représentation de l’action s’organisant au cours de son exécution en fonction du contexte. Le trouble de métaconnaissance de l’action, dans la schizophrénie, serait alors lié à un trouble de son contrôle et de son ajustement à la situation. S’ouvre ainsi un programme de recherches neuropsychologiques et psychopathologiques sur la conscience de l’action et ses altérations.

Bibliographie

Baron-Cohen Simon, Leslie Alan M. & Uta Frith (1985), « Does the Autistic Child Have a Theory of Mind ? », Cognition, 21, p. 37-46.

Boussaoud Driss & Steven P. Wise (1993), « Primate Premotor Cortex : Effects of Stimulus and Movement », Experimental Brain Research, 95, p. 28-40.

Cahn Raymond (1991), « Du sujet », Bulletin de la Société psychanalytique de Paris, janvier, p. 1-102.

Cleghorn John M., Franco Sheryl, Szechtman Barbara, Kaplan Ronald D., Szechtman Henry, Brown Gregory M., Nahmias Claude & E. Stephen Gamett (1992), « Towards a Brain Map of Auditory Hallucinations », American Journal of Psychiatry, 149, p. 1062-1069.

Cohen Jonathan D. & David Servan-Schreiber (1992), « Context, Cortex and Dopamine : A Connexionnist Approach to Behavior and Biology in Schizophrenia », Psychological Review, 99 (1), p. 45-77.

Danion Jean-Marie (1993), « Les troubles de la mémoire dans la schizophrénie », in Congrès de psychiatrie et de neurologie de langue française. Rapport de psychiatrie, III, p. 173-207.

Edelman Gerald M. (1992), Biologie de la conscience, Paris, Odile Jacob.

Feinberg Irwin (1975), « Efference Copy and Corollary Discharge : Implications for Thinking and its Disorders », Schizophrenia Bulletin, 4 (4), p. 636-640.

Frith Chris D. (1992), The Cognitive Neuropsychology of Schizophrenia, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum (trad. fr., Paris. Presses universitaires de France, 1996).

Georgieff Nicolas (1995), « Recherches cognitives et schizophrénie », in J. Dalery & T. D’Amato (eds), Schizophrénie. Recherches actuelles et perspectives, Paris, Masson, p. 207-255.

Gopnik Alison (1993), « How we Know our Minds : The Illusion of First-Person Knowledge of Intentionality », Behavioral and Brain Sciences, 16, p. 1-14.

Gray Jeffrey A. (1995), « The Contents of Consciousness : A Neuropsychological Conjecture », Behavioral and Brain Sciences, 18, p. 659-722.

Gray Jeffrey A., Feldon Joram, Rawlins John Nick P., Jones Steven & David R. Hemsley (1991), « The Neuropsychology of Schizophrenia », Behavior and Brain Sciences, 14, p. 1-84.

Grivois Henri (1995), Le fou et le mouvement du monde, Paris, Grasset.

Hardy-Bayle Marie-Christine (1992), « Planification de l’action et communication schizophrénique », Psychologie française, 37 (3-4), p. 235-244.

Hardy-Bayle Marie-Christine (1994), « Organisation de l’action, phénomènes de conscience et représentation mentale de l’action chez des schizophrènes », Actualités psychiatriques, 1, p. 9-15.

Hoffman Ralph E. (1986), « Verbal Hallucinations and Language Production Processes in Schizophrenia », Behavioral and Brain Sciences, 9, p. 503-548.

Jacoby Larry L. & Colleen Kelley (1991), « Unconscious Influences of Memory: Dissociations and Automaticity », in A. D. Milner & M. D. Rugg (eds), The Neuropsychology of Consciousness, p. 201-233.

Jaynes Jesse M. (1982), The Bicameral Mind, Boston, Houghton Mifflin Company.

Jeannerod Marc (1990), « Traitement conscient et inconscient de l’information perceptive », Revue internationale de Psychopathologie, 1, p. 13-34.

Jeannerod Marc (1993), « Représentation, intention, action », Revue internationale de Psychopathologie, 10, p. 167-191.

Jeannerod Marc (1994), « The Representing Brain : Neural Correlates of Motor Intention and Imagery», Behavioral and Brain Sciences, 17, p. 187-245.

Jeannerod Marc (1995), « Mental Imagery in the Motor Cortext », Neuropsychologia, 33 (11), p. 1419-1423.

Lanteri-Laura Georges (1992), Les hallucinations, Paris, Masson.

Leslie Alan M. (1987), « Pretense and Representation : The Origins of “Theory of Mind” », Psychological Review, 94 (4), p. 412-426.

Libet Benjamin (1985), « Unconscious Cerebral Initiative and the Role of Conscious Will in Voluntary Action », Behavioral and Brain Sciences, 6, p. 529-566.

McGuire Philip K., Shah Govindlal Madhaval S. & Robin M. Murray (1993), « Increased Blood Flow in Broca’s Area during Auditory Hallucinations in Schizophrenia », Lancet, 342 (18), p. 703-706.

Milner A. David & Michael D. Rugg (eds) (1991), The Neuropsychology of Consciousness, Londres, Academic Press.

Nisbett Richard E. & Timothy D. Wilson (1977), « Telling More than we Can Know: Verbal Reports on Mental Processes », Psychological Review, 84 (3), p. 231-259.

Pachoud Bernard (1992), « Pour une théorie unifiée des troubles de la communication, de la pensée et de l’action des schizophrènes en termes de troubles du traitement des intentions », Psychologie française, 17 (3-4), p. 267-275.

Perner Josef (1991), Understanding the Representational Mind, Cambridge, MIT Press.

Rizzolatti Giacomo, Fadiga Luciano, Gallese Vittorio & Leonardo Fogassi (1995), « Premotor Cortex and the Recognition of Motor Actions », Cognitive Brain Research.

Shallice Tim (1988), From Neuropsychology to Mental Structure, Cambridge, Cambridge University Press.

Spitzer Manfred (1990), « On Defining Delusions », Comprehensive Psychiatry, 31 (5), p. 377-397.

Widlöcher Daniel (1986), Métapsychologie du sens, Paris, Presses universitaires de France.

Widlöcher Daniel (1991), « L’autisme du rêve », Revue internationale de Psychopathologie, 3, p. 31-50.

Widlöcher Daniel (1993), « Intentionnalité et psychopathologie », Revue internationale de Psychopathologie, 10, p. 193-224.

Widlöcher Daniel (1994), « À propos de la croyance délirante », Revue internationale de Psychopathologie, 14, p. 249-267.

Notes

1 La théorie motrice de la perception souligne l’analogie entre production et perception de la parole, et conforte ce point de vue en faisant du sujet percevant un agent de l’action perceptive. On retrouve, dans des cadres théoriques différents, chez Lagache, Sartre et Lacan, une mise en question des notions d’action et de subjectivité de l’action en psychologie et psychanalyse.

2 La psychose serait alors considérée comme une pathologie déficitaire de l’interaction ou de la volonté, ce qui rabattrait l’explication cognitive sur l’explication clinique en renonçant à une compréhension de la production du trouble clinique.

3 Selon Freud le délire paranoïaque témoigne d’un désir dont l’expression est modifiée (inversée), et qui est attribué à autrui (« je l’aime » devenant « il me hait »). Au renversement des positions de sujet et d’objet, et donc à la transformation de la voix active en voix passive, s’ajoute une transformation (de l’amour en haine). Mais l’expression du désir dans ce qui est nommé un « fantasme inconscient » peut être rapprochée de la représentation d’une action dans une scène. L’attribution délirante résulterait d’une permutation des positions du sujet et de l’objet, puisque selon Freud le persécuteur, qui poursuit le sujet de sa haine dans le délire, est en fait l’objet d’amour inconscient du délirant.

4 Ces données vont dans le sens de la théorie motrice de la perception du langage. Elles rejoignent une perspective psychopathologique classique. Percevant le langage, le bébé serait « parlé » par son entourage avant qu’il puisse adopter une position subjective et faire l’expérience d’une différenciation de soi et de l’autre que nous relierons ici à une métaconnaissance, au sens d’une appropriation subjective de l’action.

Auteur

Médecin psychiatrique au CHS Le Vinatier, Lyon.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search