Version classiqueVersion mobile

La couleur des pensées

 | 
Patricia Paperman
, 
Ruwen Ogien

Recherches

Émotions et évaluations dans les coordinations publiques

Laurent Thévenot

Résumé

Can we acknowledge the role played by emotions in social relations, particularly in the pragmatics of the public sphere, without reducing them to a social code and loosing the specificity of affective movements ? Connecting the notions of emotion, evaluation and coordination, the article proposes an articulation between collective regimes of coordination and elementary structures of evaluation which are based on the expression of affects. The framework is used to analyse the dynamics of an arena of public discussion and decision-making.

Texte intégral

1Que les émotions aient une portée évaluative constitue une hypothèse assez largement partagée. Elle est même présente dans les théories structuralistes supposant des émotions de base, telle que celle élaborée par Plutchik à partir de huit émotions fondamentales pouvant faire l’objet de combinaisons multiples ; l’échelle de valeur est alors envisagée dans sa forme la plus rudimentaire, par des couplages d’émotions négatives et positives (Plutchik, 1980a). Toutefois l’approche fonctionnaliste des émotions en tant que moyens de défense face à des conditions adverses de l’environnement, tend à biaiser ces structures évaluatives en sous-estimant la place et le rôle d’émotions positives (positively-toned emotions ; Lazarus, Kanner & Folkman, 1980, p. 202). Une évaluation est également impliquée dans les théories qui cherchent à saisir une intégration entre émotion et jugement. Que des évaluations soient intriquées dans des processus émotionnels avait déjà été mis en avant par Dewey dans sa critique de l’approche dite James-Lange attachant les émotions à la sensation de changements d’état corporel. L’intégration émotion-jugement oriente un courant important de travaux qui plongent la sensation physique dans un mouvement d’interprétation et d’évaluation, arguant du caractère ambigu de la base physique de l’affect. Un tel argument est soutenu par les travaux classiques de Schachter et Singer puis par la théorie de Schachter, qui pose que des traits pertinents de la situation déterminent l’émotion ressentie à partir d’un même symptôme physique.

2L’articulation entre sensation physique et appréciation cognitive (physiological arousal and cognitive appraisal) est particulièrement centrale dans la théorie développée autour de Lazarus. Elle prend appui sur des travaux expérimentaux manipulant les états cognitifs pour observer les différences qui en résultent dans les stratégies d’affrontement à la situation (coping strategies) et dans les niveaux d’excitation émotionnelle. Ces auteurs sont attentifs aux élaborations des émotions correspondant à différents niveaux d’appréciation, élaborations qui se développent dans la dynamique d’interaction avec la situation. Un niveau d’« appréciation primaire » immédiate est distingué d’un niveau d’« appréciation secondaire » qui prend en compte les ressources et les options disponibles pour l’acteur, ainsi que d’un niveau de « ré-appréciation » qui intègre les retours et conséquences des appréciations de niveaux inférieurs. Au niveau de l’« appréciation primaire », trois valeurs sont distinguées à partir de l’évaluation de la transaction – ou de la rencontre – pour le bien-être du sujet : une valeur insignifiante ou indifférente (irrelevant) si la rencontre n’a pas de pertinence personnelle et peut être ignorée ; une valeur « bénigne-positive » dans le cas où la rencontre implique un état de choses bienheureux ou désirable ; une valeur stressante (stressful) dans le cas où la rencontre revêt une des trois formes, douleur/perte, menace, défi (challenge) (ibid., p. 193).

3Solomon (1976) définit également les émotions en termes de jugements évaluatifs et centre son attention sur des émotions évaluatives (judgmental emotion) telle que la colère, dont Aristote soulignait déjà, dans la Rhétorique, qu’elle inclut la perception de l’offense. Les concepts de légitimité, de blâme ou de responsabilité font ainsi partie du questionnement sur l’émotion. La colère est une interprétation non d’une sensation (feeling) mais du monde, et rend pertinente une interrogation sur la juste colère (Solomon, 1984, p. 249-250).

4L’ordre d’évaluation pris en compte dans toutes ces approches « cognitives » se situe à un niveau bien plus collectif que celui des émotions de base à la Plutchik. Les démarches s’opposent même profondément en ce que l’articulation émotion/jugement tend à tirer l’émotion vers un ancrage culturel. De l’évaluation, on passe à des catégories cognitives communes. Ainsi Levy prend appui sur des travaux qui montrent l’inégale présence dans des cultures différentes d’émotions telles que la tristesse et la colère, pour introduire la distinction entre des affects « hypocognized » et « hypercognized » (Levy, 1984, p. 218). Cette position, bien que soucieuse de différenciations culturelles, peut cependant rester compatible avec la recherche d’universaux, comme dans la perspective de Ekman (1980), à condition que le rattachement à des catégories cognitives soit vu comme une étape d’élaboration de ces affects universaux qui participe de leur mise en « visibilité culturelle » (Levy, 1984).

  • 1 Luc Boltanski critique à la fois le constructivisme social et la réduction rationaliste des émotion (...)

5La prise en compte de l’évaluation prend un tour particulièrement constructiviste dans l’approche de Averill. Considérant que l’émotion inclut l’appréciation posée par l’individu sur la situation, il traite la notion d’émotion ainsi étendue sur le modèle de celle de rôle élaborée dans le constructivisme social de Berger et Luckman. L’émotion est un « rôle social transitoire », interprété comme une passion plutôt qu’une action (Averill, 1980, p. 312). Averill admet toutefois que cette orientation vers des jeux de rôle ne convient pas à toutes les émotions, notamment à la surprise ou à l’anxiété1.

  • 2 Patricia Paperman souligne le risque qui peut en résulter, celui d’une dissociation entre affect na (...)

6Or le programme qu’il nous importe de mener à bien suppose de ne pas perdre de vue la spécificité d’un ébranlement affectif corporel fort éloigné d’une connaissance ou d’un ordre général d’évaluation. Nous serons donc attentifs aux différents niveaux d’élaboration des affects, selon les régimes pragmatiques d’ajustement à l’environnement dans lesquels ils trouvent place, depuis une adaptation « écologique » à un environnement de proximité jusqu’à des régimes collectifs conventionnalisés2. Il s’agit de développer une approche des jugements de valeur et des régimes de coordination qui ne soit pas dépendante d’hypothèses trop lourdes sur des normes et des êtres collectifs, mais qui s’intéresse à la dynamique de ces coordinations et à l’articulation des différents niveaux (Livet & Thévenot, 1994). Dans une telle perspective, on cherchera à suivre l’intrication entre émotion et évaluation, depuis des valuations positives et négatives d’affects primaires jusqu’à des régimes comportant des exigences pragmatiques de publicité dans l’évaluation (Livet & Thévenot, 1993).

7Puisque les émotions s’apprennent à l’occasion d’échanges d’expressions, il semble assez naturel que ces émotions aient un rôle dans l’établissement de liens collectifs. On peut considérer que les émotions et leurs expressions sont liées à des structures préconceptuelles de valuation qui sont diverses (la structure « affective » qui place l’indétermination au point neutre, la structure « informative » qui la place avant toute détermination positive ou négative, la structure « appréciative » qui la place hors catégorie, au-delà du positif et du négatif. Parmi les émotions appréciatives, on distinguera les émotions « conatives » qui sont dirigées vers d’autres humains dans une interaction, et non pas dans une simple contemplation ; on a ainsi le désir, la colère, ou encore exceptionnellement la haine (cf. Livet, supra, p. 119-143). On peut donc penser que la diversité des « structures de valuation » des émotions devrait se répercuter dans la variété des régimes de coordination collective, si les émotions y jouent un rôle. Par ailleurs, ces échanges d’expressions permettent de confirmer une attribution d’intentionnalité, et le fait que les expressions d’autrui évaluent mon comportement (ibid.). La condition de cette confirmation est double. Il faut que les expressions soient coordonnées, de façon que, par exemple, mon changement de comportement et d’expression puisse engendrer un changement favorable d’expression, mais aussi qu’elles ne s’enchaînent pas par pure similitude ou résonance, de façon à certifier que l’ajustement n’est pas purement comportemental, mais bien intentionnel. La structure valuée des expressions rend possible la coordination des sens de variation des expressions, la diversité de ces structures de valuation permet de conjuguer des variations dans un même sens avec une différence de type d’expression, satisfaisant ainsi les deux conditions. Si les émotions et leurs expressions ont aussi un rôle important dans le domaine collectif, elles doivent permettre d’accorder les intentions qui sont en débat dans ce collectif, tout comme elles peuvent confirmer la coordination des intentions dans l’échange d’expressions que nous venons de rappeler. Il semble donc que les émotions et leurs expressions aient aussi un rôle à jouer dans toutes les situations collectives où il s’agit de coordonner des intentions, en particulier dans les discussions collectives, les actions mobilisatrices collectives, ou encore les conflits collectifs.

Régime de justification et engagement émotif

8Dans ce texte, on se centrera sur des régimes pragmatiques liés aux exigences d’un espace public. Dans De la justification (Boltanski & Thévenot, 1991), nous avons identifié des ordres de grandeur légitimes utilisés pour encadrer critiques et justifications publiques. Nous avons souligné la façon dont chacun d’eux relie une exigence cognitive de généralisation à une visée de justice. En outre, nous avons montré que les dynamiques critiques n’étaient pas seulement argumentatives mais qu’elles engageaient des objets communément qualifiés et prolongeant les discussions dans des épreuves de réalité.

L’exploration des régimes pragmatiques et de leurs soubassements

9Si l’on souhaite aborder ces ordres de grandeur non pas seulement par référence à des constructions du bien commun élaborées dans des philosophies politiques, mais dans une perspective pragmatique, comme autant de constructions humaines répondant à des exigences pratiques de coordination, il y a lieu de poursuivre le programme de recherche dans de nouvelles directions. Il faut s’interroger sur la construction de ces régimes du collectif, pas seulement en termes historiques, mais à partir des possibilités et des limites d’autres régimes pragmatiques plus élémentaires qui régissent les rapports des humains à leur environnement humain et non humain plus immédiat.

10Pour faire ressortir cette différentiation de modes de coordination répondant à des exigences pragmatiques diverses, notre stratégie de recherche a été de faire ressortir d’emblée une architecture comportant des modalités de coordination ou d’ajustement très différenciées (Thévenot, 1990). La place du régime de justification et de ses conventions collectives doit être située par rapport à celle d’un régime d’action intentionnelle qui donne toute sa consistance à la catégorie d’individu comme à celle d’objet instrumental, mais dont le vocabulaire tend à s’étendre démesurément à toutes les appréhensions de l’activité humaine (notamment dans la philosophie de l’action). Cependant ce régime d’ajustement qui passe par une saisie des activités en termes d’action doit lui-même être situé par rapport à un régime de familiarité qui ne passe pas par une agence intentionnelle et une agence instrumentale mais dont la dynamique requiert une capacité distribuée (Thévenot, 1994). Cette pragmatique de la familiarité rencontre divers courants : les orientations des sciences sociales sur la pratique (à condition de ne pas voir ces pratiques comme d’emblée collectives), la phénoménologie des formes d’engagement dans le monde (à condition d’étendre la thématique du corps aux prolongements de la personne dans un environnement de choses), plus récemment, les travaux de psychologie et d’anthropologie cognitive portant sur l’activité située (à condition de ne pas ignorer le rapport à d’autres modes de coordination, notamment le recours à des plans).

11Dans l’appréhension du caractère « conventionnel » des qualifications à l’appui des justifications – que nous avons rapportées, dans les Économies de la grandeur, à une visée de généralité et à un détachement à l’égard des personnes – l’analyse en termes de limitations dans l’imputation d’intentions (Livet, 1987a, 1987b, 1994) est très éclairante. Pour bien situer le régime de justification, il faut voir les limites d’une extension collective du régime de l’action intentionnelle, en dépit du soutien apporté à ce dernier par le langage de l’action et par les artefacts fonctionnels traités comme objets communs. Les régimes conventionnalisés propices à la justification apparaissent comme des réponses à des difficultés rencontrées dans l’extension à de larges collectifs de ce régime de l’action intentionnelle, loin d’un régime de familiarité qui requiert intimité, durée de fréquentation et apprentissage des repères locaux. Une convention régit un large ensemble d’actions coordonnées et ne présuppose que quelques repères marquant la transgression du cadre commun, laissant aux acteurs une capacité et un intérêt à la coordination. Les différents ordres de grandeur correspondent à des réponses différentes apportées à ces limitations, et donc à des constructions différentes de l’instance de jugement. Il en résulte des configurations diverses du collectif, ou encore du « supérieur commun » pour faire le lien avec une approche en termes de bien commun.

Les émotions dans la dynamique de coordination

  • 3 Nous reviendrons un peu plus longuement sur la question de l’expression des émotions en public dans (...)

12L’appui sur des conventions dans des régimes collectifs encadrés par des exigences de justification ne doit pas laisser conclure à un caractère « convenu » de leur climat émotionnel3. Certes, ces régimes du public requièrent de ne pas glisser dans la critique ad hominem et dans le rapport agonistique qui l’accompagne : s’orienter vers des formes générales d’évaluation vise à suspendre l’inquiétude sur les mauvaises intentions d’autres agents. Mais ces contraintes pragmatiques n’interdisent pas tout mouvement émotionnel, et il y a lieu d’examiner de plus près la dynamique émotionnelle de ces évaluations et réévaluations publiques. Un « refroidissement » émotionnel n’intervient qu’à la fin de l’épreuve critique, en sanctionnant l’installation de nouveaux repères du collectif qui doivent pouvoir être détachés du contexte de l’épreuve pour qu’il en soit fait état ultérieurement. Pendant la dynamique de l’épreuve, il en est tout autrement. Un simple jugement ne peut en effet suffire pour déclencher l’épreuve, ni pour faire fonctionner le régime de justification dans sa dynamique. L’arrêt du jugement conclut différents mouvements investis d’émotions qui participent à la dynamique de ce jugement :

  • des mouvements internes à un ordre de grandeur, qu’il s’agisse de découverte de nouveaux êtres, de leur qualification ou de la révision des qualifications antérieures ;

  • des mouvements de glissement ou de basculement critique d’un ordre de grandeur à l’autre ;

  • un mouvement de clôture de l’interrogation critique.

13Sans revenir ici sur l’examen des différents modes d’engagement des choses, examen nécessaire à l’analyse des différents régimes pragmatiques (Thévenot, 1993, 1994), soulignons que cet engagement est loin d’impliquer la neutralité objective qu’on lui prête souvent. L’investissement émotionnel dans le commerce avec les choses est pour une grande part dans la dynamique des régimes pragmatiques. L’objet est « refroidissant » en ce qu’il se tient avec des propriétés, une fonctionnalité ou une qualification conventionnelle transportées d’une situation à l’autre et favorables à un traitement à distance ; mais il est également susceptible d’être investi émotionnellement comme on le voit lors des changements de repères.

14À un niveau plus élémentaire que celui des qualifications conventionnelles, l’engagement local de l’objet opère selon plusieurs modalités et se trouve mu par des émotions diverses. Ces modes d’engagement servent d’appui à des qualifications différentes : une saisie pour s’emparer de l’objet dans l’émotion du désir d’appropriation, émotion qui jouera un rôle principal dans la dynamique marchande ; une découverte du nouveau, une émotion d’exploration dans la manipulation et l’utilisation (Breviglieri, 1994), qui sera au cœur du retentissement dans l’opinion ; un accommodement, une affection à retrouver dans un processus d’habituation, qui sera mise en valeur dans une grandeur domestique de la confiance. Notons que l’on retrouve ici trois grandes catégories d’émotions proposées par Livet pour leurs structures de valuation différentes : émotion « appréciative », « informative », « affective ».

Structures comparées des ordres de grandeur et des structures de valuation des différentes catégories d’émotions

15L’examen des différents ordres de grandeur à partir des exposés synthétiques qu’en offrent des philosophes moraux et politiques ou des praticiens, de même que l’observation de leur mise en œuvre quotidienne, ont montré la place occupée par les émotions dans plusieurs d’entre eux, notamment dans les « grands moments » de mise en valeur de ces grandeurs. Dans la grandeur de l’inspiration, cette place est particulièrement manifeste puisque l’épreuve de qualification repose sur la manifestation du corps ému. C’est le caractère radicalement subjectif de l’émotion qui, dans cet ordre, répond aux problèmes d’indécidabilité. Le supérieur commun est une instance d’évaluation construite à partir de la suspension du contrôle de soi. Dans la grandeur domestique de la confiance, l’état de grand est également étroitement associé à une émotion, à une « chaleur humaine » associée à la convivialité. Dans la grandeur de l’opinion, l’excitation devant l’événement est aussi très caractéristique du grand moment.

16Une autre voie de rapprochement entre des ordres de grandeur et des catégories d’émotions distinguées par leurs structures de valuation respectives prolonge des observations antérieures sur leurs structures formelles d’ordre. Les grandeurs diffèrent en effet, au-delà de la spécification substantielle des qualifications qu’elles engagent, par leur structure d’ordre.

17Dans l’ordre domestique de la confiance, les états de grandeur sont positionnés par degrés, comme selon un gradient, et cette structure d’ordre classique permet des correspondances entre les traitements de l’espace, du temps (en termes de plus ou moins « proche »), et d’une autorité hiérarchisée. C’est dans un « espace » intermédiaire, ni grand ni petit, que se joue l’indétermination la plus grande.

  • 4 La distinction radicale entre la « persuasion » (qui a ses degrés) et le « ravissement ». développé (...)
  • 5 S’il est humain, peut passer pour esthétiquement sublime l’être souffrant et Luc Boltanski a examin (...)

18Si on compare à cette structure d’ordre celle de la grandeur inspirée, les différences sont flagrantes. Alors que la structure précédente s’ajuste aussi bien à une échelle de bienséance qu’à une échelle de beauté, la structure d’ordre de la grandeur inspirée est tout autre : l’indétermination est cette fois du côté du plus grand dans ce qu’il a d’exceptionnel et de toujours incertain quant à sa grandeur. Dans le registre esthétique, on retrouve une différence comparable séparant le sublime du beau4. Cependant, la valeur esthétique du sublime ne peut être rendue collective en satisfaisant les exigences de commune humanité partagées par les ordres de justification5.

19La structure d’ordre de la grandeur du renom dans l’opinion est à nouveau différente. L’indétermination n’est plus ni du côté des états intermédiaires, ni de celui des grands, mais du côté de l’état de petit qui, en l’occurrence, est celui d’ignoré. Ce qui reste dans l’ombre est potentiellement à mettre au jour et donc à porter au plus haut, dans la découverte. Ce qui est, à un niveau plus élémentaire, émotion de découverte et d’exploration, est érigé en qualification générale. La qualification conventionnelle des objets prend appui sur leur capacité à servir de marques dans l’opinion et le façonnement de l’objet peut être entièrement orienté vers cette qualité de signe.

20On voit donc se dessiner un parallèle entre les structures d’évaluation correspondant à ces trois ordres de grandeur et les trois structures de valuation formelles qui peuvent servir à identifier trois catégories d’émotions. Les trois autres ordres de grandeur ne paraissent pas présenter un soubassement émotionnel aussi spécifique. Ainsi, dans l’ordre civique, la structure « affective », avec l’indétermination en position centrale, correspond à la tolérance collective qu’ouvre le caractère formel des objets qui servent de repères, la lettre de la loi. En revanche, c’est une structure « appréciative » qui est impliquée dans le moment d’expression publique de la solidarité précédant le déplacement de la règle, moment dont nous avons noté, dans De la justification, qu’il permet des compromis avec une grandeur de l’inspiration adossée principalement à cette catégorie d’émotion. L’ordre de grandeur marchand met en valeur une émotion de base « conative », un désir qui meut vers l’objet. Mais l’émotion « informative » de la découverte y est également valorisée et l’évaluation dans l’achat peut aussi engager une émotion de structure « appréciative » qui met en valeur le bien unique, tellement ajusté qu’il n’est comparable à aucun autre, dans le « coup de foudre » ressenti par l’acheteur. Quant à la grandeur d’ordre industriel qui prend également fortement appui sur des objets, engagés cette fois dans une utilisation fonctionnelle, elle peut être mue par les trois catégories d’émotions qui correspondent d’ailleurs à des façons différentes de mettre en valeur cette utilisation. L’émotion de structure affective est présente, avec l’indéterminé en position intermédiaire, lorsque les êtres sont envisagés dans leur incertitude de fiabilité. L’émotion de structure informative est bien sûr à l’œuvre dans la mise au point d’un nouveau procédé ou le face à face avec un nouvel équipement. Mais l’émotion appréciative peut également être impliquée dans la prouesse exceptionnelle de mise en œuvre d’un objet technique (Dodier, 1993), avec une virtuosité qui conduit au dépassement du simple bon fonctionnement et peut faciliter un compromis avec la grandeur d’inspiration et son émotion principale (Auray, 1992).

Dynamiques d’accord public et mouvements expressifs

21Nous voudrions maintenant prolonger les analyses précédentes à partir d’observations sur les dynamiques de coordination et la place que tiennent des émotions dans ces mouvements. Nous rapporterons quelques scénarios se déroulant dans un dispositif conçu pour une discussion publique argumentée. Il s’agit en l’occurrence d’un comité européen de normalisation réunissant des délégations des pays concernés, pendant plusieurs années, afin d’élaborer un projet de norme de sécurité sur des produits de puériculture. Les délégations sont elles-mêmes de compositions variables selon les pays ; elles sont par construction hétérogènes puisque rassemblant des industriels, des fonctionnaires chargés de questions de sécurité ou de fraude, des techniciens de laboratoires de test, des représentants d’associations de consommateurs.

Quelles exigences pragmatiques pour un dispositif public de coordination ?

Espaces publics localisés : des dispositifs composites de coordination

  • 6 La perte d’une visée d’extension que suppose la qualité de représentant, et la clôture de l’évaluat (...)

22La dynamique des régimes collectifs et les mouvements émotionnels qui les accompagnent sont particulièrement visibles dans le fonctionnement de tels dispositifs composites de coordination. Conçus pour l’avancement d’un projet commun entre des partenaires réunis à intervalles réguliers, ces dispositifs donnent lieu à des ajustements qui dépassent le format d’une action commune, les partenaires étant désignés pour représenter des orientations générales aussi bien que des capacités d’expertise différentes6.

23Il ne s’agit pas de « négociation », au sens strict d’une recherche d’accord entre des parties adverses constituées sur des intérêts en conflit et bien identifiés, comme dans une négociation salariale. Nous préférerons réserver le langage marchand de la négociation, si largement déployé dans les sciences politiques qu’il en vient à couvrir toute espèce d’interaction, aux dispositifs ou aux moments effectivement soumis à un régime pragmatique d’échange, et qui supposent notamment que l’on puisse s’accorder sur des enjeux et les mettre en équivalence dans une procédure de donnant-donnant.

24Le comité observé, bien que dénommé officiellement « technique », n’est pas dépourvu de ces moments de négociation, d’échange, de bargaining, ce qui lui vaut d’être désigné comme « politique » par un de ses membres (au cours d’un entretien) et ainsi opposé à l’organe de niveau inférieur, le « groupe de travail ». Dans le comité dit « politique », tous les membres de la même délégation nationale sont supposés, sur des questions clés, avoir un intérêt commun et ne pas manifester de désaccord. En revanche, le même individu, qui doit s’aligner sur les délégués de même nationalité dans le premier comité, aura le loisir, dans le « groupe de travail », de s’opposer en tant que représentant d’associations de consommateurs à un industriel de la même délégation nationale. Autre indice d’un caractère « politique », marqué par des moments de négociation entre des intérêts constitués collectivement par délégation, cette observation, toujours en entretien, d’un autre membre, disant regretter qu’au sein de ce groupe, « la culture de la discussion fasse défaut » : « Il faut pouvoir lancer des signaux pour dire “Sur ce point, nous ne reculerons pas” et pouvoir dire au retour de la réunion aux gens avec qui vous l’aviez préparée, “Vous m’aviez donné neuf points à défendre et j’en ai perdu quatre !” » Dans ce dernier cas, la négociation au sens propre est clairement visible.

25En dépit de ces moments de véritable négociation, dans le cours de la réunion ou lors de vues en surplomb posées avant et après la réunion d’un point de vue plus stratégique (ou « machiavélien » selon l’élaboration dessinée par Corcuff, 1994), la dynamique de ces réunions ne peut se réduire à un « bargaining » et oblige à considérer d’autres modes de coordination. L’appréhension de ces « dispositifs composites de coordination », constitués plutôt autour de projets, devrait permettre d’éclairer tout un ensemble de procédures qui se développent aujourd’hui dans des domaines très divers : gestion locale des politiques publiques ; développement local ; confection de marques communes, labels ou normes de qualité, etc. Ils supposent la confection d’un bien commun local qui ne se clôt pas sur les membres d’un groupe et sur la réussite d’une action commune, mais comporte des exigences de généralisation et de justification. La « localité » du bien commun est à l’origine de compromis dont elle fixe des limites. Ces limites dessinent souvent un territoire mais peuvent aussi se caler sur un projet ou un objet qui en constitue la cristallisation, comme dans l’organisation par conduite de projet dans les entreprises. La coordination n’est pas assurée par la structure hiérarchique d’une organisation, publique ou privée, mais doit s’opérer transversalement entre des acteurs soumis à un espace de discussion publique. On dispose avec ces lieux d’une entrée pratique dans la question des espaces publics, trop souvent abstraite de la prise en compte des dispositifs de soutien.

Expressions d’émotions en public

26Le dispositif considéré étant public, comment les expressions d’émotions s’en trouveront-elles modifiées ? Un tel lieu n’est-il pas celui de la neutralisation des expressions d’émotions ?

  • 7 C’est encore plus nettement un code de bonne conduite des sentiments que réclame le « management » (...)
  • 8 Paperman note fort justement que la conception de Goffman n’est pas unifiée, entre une perspective (...)
  • 9 Voir notamment son analyse comparée de deux meurtres par des policiers, et de l’invocation de légit (...)

27Considérant les différentes façons d’envisager les rapports entre émotion et espace public, Paperman (1992) distingue trois conceptions : 1) une conception de l’espace public en termes de codes, dont les émotions sont écartées pour leurs effets disruptifs grâce à des processus de civilisation (Elias) et des sanctions sociales en cas de débordement (Goffman)7 ; 2) une conception d’orientation pragmatique, soucieuse de rendre compte des ajustements réciproques et des coordinations de l’action ; 3) une conception de l’espace public comme lieu de la valeur, de la louange et du blâme, les émotions étant alors une modalité spécifique de jugement et participant d’une évaluation morale8. Paperman opte pour la troisième conception qui donne toute son importance à l’expression d’émotions en public en les reliant à des évaluations morales9. Nous la suivons dans ce sens parce que nous entendons le caractère « public » des espaces que nous considérons non seulement en terme de visibilité et de contrôle de soi, mais en relation avec des exigences de justification. Cette orientation ne nous semble pas dévaluer pour autant la deuxième conception dans laquelle nous nous reconnaîtrons volontiers, car la lisibilité et la compréhension mutuelle des émotions ne sont pas aussi évidemment « garanties » que le suppose la démarche ethnométhodologique (ibid., p. 102). L’identification d’émotions sociales ne saurait aboutir à leur traitement en terme de langage public qui laisserait de côté la spécificité de leur mouvement, de leur ancrage corporel, et donc de leur contribution à des dynamiques du collectif. Il nous faut prendre en compte le travail d’élaboration qui, à partir de malaises physiques, se fonde sur l’inquiétude à l’égard d’une évaluation par les autres pour conduire à la caractérisation d’émotions sociales.

  • 10 Hochschild (1983, p. 64) souligne les critiques qui peuvent résulter d’un excès ou d’une insuffisan (...)

28Les théories intégrant les émotions dans des mouvements d’appréciation et d’ajustement à la situation sont supportées par des expériences qui mettent bien en évidence cette élaboration. Les conduites « intrapsychiques » d’évitement, de déni ou de détachement intellectuel, tout en étant des formes de pensée, modifient sensiblement l’émotion (Lazarus, Kanner & Folkman 1980, p. 194) et peuvent la réélaborer et non simplement la refouler. Le travail de maîtrise n’implique pas l’anéantissement des émotions, qu’elles se manifestent inintentionnellement (comme lorsqu’elles « trahissent » la personne ou qu’on « lit » les sentiments, même en public, sur un visage) ou délibérément, par un travail d’engagement mesuré dans l’émotion. Averill souligne que des expressions maîtrisées ne sont pas nécessairement dévaluées pour manque de sincérité mais qu’elles conviennent généralement bien à des situations dans lesquelles une personne trop impliquée risque d’être taxée d’affectation (Averill, 1980, p. 316)10. Il observe qu’une telle maîtrise laisse ouverte l’interprétation en terme de passion plutôt que d’action, et qu’elle offre aussi la possibilité de bascule entre violence et coopération que l’on observe dans des rencontres publiques telles que celles que nous avons suivies. Si la désapprobation signifiée à une personne se révèle blessante, la personne qui l’a exprimée peut la mettre sur le compte de la colère et abdiquer sa responsabilité ; si elle se révèle bénéfique, elle peut interpréter la réponse en terme d’action et assumer le bénéfice de l’honnêteté et de la franchise (ibid., p. 318).

  • 11 Cette démonstration conduit souvent à relativiser la place de l’intériorité dans les « topographies (...)
  • 12 L’expression de la douleur extraite de l’ouvrage de l’acteur Borée. Les Expressions de la physionom (...)

29Les approches culturalistes contribuent également à démontrer le travail d’élaboration d’expressions spécifiquement publiques des émotions11 qui sont théâtralisées au sens propre dans les techniques du corps de la danse balinaise, ou indienne, une gamme d’émotions étant transmise par des gestes publiquement intelligibles (Appadurai, 1990, p. 106). Mais il n’est pas sûr que de telles élaborations publiques également observables dans les cultures occidentales qui connaissent leurs mimiques, celles du théâtre comme celles d’expressions façonnées pour le comportement en public, interdisent à l’analyste, et surtout aux personnes impliquées, de distinguer entre ces élaborations et des expressions non maîtrisées. Un physiologiste des émotions du début du siècle a photographié des expressions d’émotions non maîtrisées, notamment par électrisation des muscles faciaux, ainsi que des expressions d’aliénés : il souligne les différences avec celles enregistrées dans des répertoires d’émotions confectionnés à partir de photographies d’expressions d’acteurs (Dumas, 1937). Non seulement il est des gestes expressifs que l’on ne fait qu’au théâtre, comme le geste de dégrafer son col de chemise à la suite d’une émotion violente, non seulement le théâtre implique l’exagération des expressions mais, en outre, l’imitation volontaire suppose souvent une transformation d’expressions émotionnelles qui ne sont pas directement imitables parce qu’elles correspondent à des diminutions du tonus musculaire, tel l’abattement ou la crainte (ibid., p. 70)12.

30Dans les réunions du comité que nous avons pu suivre, bien des ajustements s’opèrent à partir d’expressions émotionnelles maîtrisées, voire théâtralisées, qui ne visent pas l’authenticité13. Ce travail de maîtrise peut même aboutir à une mise en langage de l’émotion – et c’est un signe supplémentaire du fait que les émotions ne sont pas de simples codes – qui en atténue considérablement la force : « nous regrettons beaucoup... », « nous serions fâchés d’apprendre que... ». Cependant, d’autres expressions non maîtrisées peuvent aussi émailler les échanges, expression de surprise devant un coup qu’on n’attendait pas, d’embarras parce que le soupçon porte juste, d’horripilation devant l’obstination d’un interlocuteur (mais, dans ce dernier cas, on peut glisser vers une expression arrangée pour le public). Dans ces espaces publics, le participant, de même que l’observateur, ne se trouvent donc pas démunis d’expressions émotionnelles pour guider des interprétations, même si la différence est frappante avec d’autres moments plus expressifs parce que soumis à des exigences pragmatiques différentes. Ainsi les très nombreux apartés sont presque toujours l’occasion d’expressions d’émotions aux proches, de même que les relâchements au moment des pauses ou, plus nettement encore, dans des situations où les délégations nationales se retrouvent, entre elles, à l’issue de la séance ou pour préparer la suivante.

La variété des grandeurs encadrant la coordination

31Même s’ils sont inégalement mis à profit dans le dispositif considéré, les ordres de grandeur orientant des évaluations générales sont multiples, donnant au dispositif son caractère composite et entraînant des dynamiques variées et des tonalités émotionnelles diverses.

32Le comité est avant tout un « comité technique » qui doit aboutir à un projet de norme. Il produit donc principalement des objets qualifiés dans une grandeur industrielle : propriété physique ou chimique à identifier, critère pertinent de mesure, seuil, méthode et équipement de test, etc. Toutefois, le comité n’est pas un collège d’experts non plus qu’une réunion de chercheurs. Par sa visée (un projet de norme) et sa configuration, il est conçu pour composer avec une pluralité d’orientations justificatives.

33Si l’épreuve industrielle domine, la grandeur civique est rarement absente pour longtemps puisque les normes en discussion ne sont pas des normes fonctionnelles, telles des normes de compatibilité établissant un standard de transmission de données, mais des normes de sécurité touchant à une exigence fondamentale de protection du citoyen. Les représentants des consommateurs sont particulièrement enclins à s’engager dans cette grandeur civique et à mettre l’accent sur un droit également distribué à la protection et à la santé. Toutefois, à l’intérieur d’un même ordre de grandeur, les modalités d’intervention diffèrent sensiblement selon les dispositifs de représentation de ces droits. Les différences institutionnelles d’un pays à l’autre seront volontiers condensées sous le chef de « caractères nationaux » ou de « cultures » embrassant plus largement « pays nordiques » et « pays latins ». Un membre du comité nous explique ainsi que « les Scandinaves ne comptent pas, et conçoivent plutôt la norme comme un texte de loi alors que, nous, nous considérons la norme comme un produit d’utilisation au quotidien par des industriels ». De même, un expert français d’un laboratoire d’essai souligne à la pause, commentant un long échange en réunion : « Les Nordiques travaillent sur les principes, pas sur les spécifications. » Une représentante française d’association de consommateur dénonce même, à la pause, l’étatisation du contrôle de sécurité dans les pays nordiques, qui « induit des coûts et se traduit dans les impôts ».

34Ajoutons que la grandeur civique est également mobilisée pour évaluer et encadrer le fonctionnement même du comité, mettant en valeur l’égalité de statut des pays membres, les procédures de représentation, le vote, l’exigence de « transparence » des débats. Cette dernière exigence – qui suppose notamment de consigner par écrit – est visée, en même temps que celle d’efficacité, par le compromis des « méthodes de qualité ». L’intervention d’une « quality manager » attachée à la direction du Comité européen de normalisation vient ainsi rappeler la nécessité d’une « transparence » dans le fonctionnement du comité et d’une « claire définition des rôles et des responsabilités ». Le bouclage de l’épreuve de qualification sur le fonctionnement même du groupe se concrétise par la proposition d’un « modèle standard » de procédure de standardisation, déclenchant un petit rire chez l’intervenante et des réactions diverses (embarras et intérêt) parmi l’assemblée.

  • 13 Dans la réunion française où sont préparées les réactions au document qui sera discuté au niveau eu (...)

35La grandeur marchande n’est jamais loin non plus. À la différence d’un dispositif réglementaire pris en charge par la puissance publique, le dispositif de normalisation mis en place au niveau européen accorde une place importante aux chefs d’entreprise. En outre, étant donné la place occupée par la justification marchande dans la construction européenne, l’impératif de concurrence est parfaitement légitime au sein du dispositif de normalisation. La tension n’en reste pas moins vive avec l’impératif civique, puisque la prise en compte d’exigences de sécurité tend à élever le prix du produit en le rendant moins concurrentiel (mais elle peut aussi élever une barrière à l’entrée excluant des produits « bas de gamme » d’origine asiatique). Portant sur le fonctionnement même du groupe, une dénonciation à partir de la grandeur marchande pointera vers la perte de temps, le coût d’une discussion technique qui s’éternise, la recherche dispendieuse de nouveaux critères « superflus ». Un industriel membre du comité s’emploie, à la suite d’un tel échange, à évaluer avec sa calculette le prix de revient d’une minute de discussion et en informe son voisin, membre de la même délégation nationale, en exprimant clairement sa désapprobation : « Dix-neuf écus à la minute ! » La tension est également forte entre cette grandeur marchande et la grandeur d’ordre industriel. Les normes, les critères et les méthodes établis pour les tests sont des investissements durables reposant nécessairement sur des produits existants et des choix techniques antérieurs ; ils risquent donc de freiner la diversification des produits et les innovations13.

36Enfin, l’ordre marchand pose un problème particulier de « représentation » au sein d’un tel dispositif, qui touche plus directement encore aux expressions d’émotions. Nous avons pu dire, au vu du modèle commun aux ordres de grandeur, que le grand « comprend » les plus petits et « voit grand », le « sage » qui dispose d’une large confiance, voire l’homme d’affaire qui agit sur un marché très large. Toutefois, la question de la représentativité n’est réglée rigoureusement que dans une grandeur civique avec la sanction du vote à l’appui. Dans le cas de la grandeur marchande, l’état de grand est si près du particulier, via la notion d’intérêt, qu’il est particulièrement problématique d’envisager un état de représentant bien différencié de celui d’individu intéressé. Il pourra être question d’intérêt élargi à un groupe, d’intérêt corporatiste, mais on s’éloigne alors de l’épreuve de la concurrence. Pour que la concurrence soit « représentée » il faut que, par-delà une représentation en personne, un jeu concurrentiel puisse s’instaurer entre plusieurs membres et rappeler ainsi les exigences propres à cette grandeur, avec le risque de transformer le dispositif en arène marchande alors ajustée spécifiquement au « bargaining ». La coordination marchande prend fortement appui sur une structure conative d’émotion, pas seulement dans le désir d’appropriation du bien mais aussi dans les orientations agonistiques entre des êtres humains fortement individualisés.

37Dans le cadre du fonctionnement interne du comité, la grandeur domestique de la confiance est souvent mobilisée pour évaluer le rapport des nouveaux aux anciens, la pertinence des placements spatiaux des membres, l’autorité d’un président ou d’autres personnalités influentes. Elle se déploie dans une ambiance émotionnelle affective. Mais cet ordre de grandeur peut aussi marquer la prise en compte des objets soumis à discussion. Comme on a eu l’occasion de l’observer sur d’autres terrains, cette grandeur n’a toutefois pas la même légitimité que les précédentes. Moins bien équipée pour offrir une forme d’évaluation générale, elle soulève également des difficultés quant à une possible représentation par des membres patentés. On ne devra pas en sous-estimer pour autant les capacités de généralisation, non plus qu’ignorer la façon dont des ancrages dans des territoires ou des passés peuvent être mis en valeur ; les figures du collectif ainsi constituées sont toutefois inégalement justifiables. Nous verrons plus loin un exemple de cette mise en valeur, opposée à celle – civique – qui soutient un droit à la sécurité, dans un modèle de prise en charge du risque et d’apprentissage du danger sous la protection d’une personne d’autorité. La mise en valeur d’un ancrage temporel et spatial, ainsi que de la qualité des liens personnels mobilisés, se fait souvent par l’intermédiaire d’une catégorie que les sciences sociales ont largement contribué à asseoir dans son usage ordinaire, celle de « culture ». Cette catégorie ne se prête cependant pas à la généralisation du jugement ni aux dynamiques critiques que les ordres de grandeur ont en commun dans leur pragmatique. Le fonctionnement du comité observé, comme plus généralement des dispositifs à représentation nationale, emprunte souvent la figure d’une clôture communautaire, par un « nous » opposé aux « autres » qui ne se prête guère à des dynamiques de coordination dépassant les limites de communautés restreintes. Même si le vocabulaire de la « culture » ou celui des « coutumes » servent souvent un projet relativiste, ils peuvent aussi ébaucher une mise en valeur et des équivalences plus générales dépassant celles autorisées par une culture particulière.

38La grandeur du renom dans l’opinion est mobilisée pour qualifier les questions débattues au sein du comité lorsqu’il est fait référence à l’impact, sur l’opinion, d’accidents corporels. Cet impact et sa dramatisation émotionnelle sont des ressorts puissants d’engagement des chefs d’entreprise dans des procédures de normalisation (Kessous, 1992). L’opinion apparaît également dans une autre perspective pragmatique, celle d’une intervention stratégique sur des leaders d’opinion par des procédures désignées du terme de lobbying. La proposition de mettre en place de telles procédures de lobbying, bien que défendue par un des membres du groupe (industriel) qui fait état de sa légitimité, est accompagnée d’expressions ironiques et suscite un certain embarras. Elle est renvoyée par le président à une mise en place effective lors de la pause « pour se distribuer les tâches de contacts personnels », marquant ainsi les limites d’un traitement public de ces manœuvres.

Mouvements de l’épreuve critique

39Loin de constituer des répertoires clos de ressources mobilisables dans des argumentations, les ordres de grandeur offrent, pour autant qu’ils ne sont pas rigidifiés par des abus de pouvoir, des cadres coordonnant des dynamiques de création, de réexamen et de remise en cause critique, ou encore de dénonciation d’autres ordres de grandeur.

Découverte de nouveaux êtres qualifiés

40La première source de dynamique interne à chacun des modes de coordination gouvernés par une grandeur réside dans la possibilité d’identifier de nouveaux êtres qualifiés. Dans le cas du comité, ces nouveaux êtres mis en discussion sont de divers types : des biens de consommation à inclure dans le champ des produits pris en compte dans la norme, un facteur de risque tel un composé chimique dont on vient de démontrer le danger qu’il fait peser sur l’utilisation de produits, ou encore des caractères du produit ou de l’usager qui devront désormais être pris en considération dans les tests. L’identification de ces nouveaux êtres et le débat sur leur pertinence sont au cœur de la dynamique critique de l’épreuve de justification. Les membres du comité coopèrent à une tâche commune selon des modalités dont ne rend pas compte la lecture en termes de stratégies et d’intérêts individuels. Dans ces moments, le désaccord n’est pas affrontement d’intérêts particuliers. Cette dynamique repose largement sur des évaluations émotionnelles de structure informative par lesquelles s’expriment une indifférence ou une attention excitée, sans que soit d’emblée tranchée la question de la validité de la proposition, ce qui caractérise bien cette structure. L’émotion joue un rôle important dans la poursuite de l’épreuve, c’est-à-dire l’exploration du nouvel objet.

41Dans le sens où Plutchik avait attiré l’attention sur le rapport entre émotion agréable et réponses en termes d’« approche » (reproduction, incorporation, exploration, orientation), Lazarus, Kanner et Folkman (1980, p. 207) envisagent la façon dont la curiosité, la surprise et l’étonnement, « émotions exploratoires par nature », renferment en elles-mêmes un certain degré d’« ajustement anticipé » (anticipatory coping). Pour décrire le processus de réélaboration de l’émotion que nous avons identifiée comme « informative » et son inscription dans une évaluation plus large, les auteurs emploient le terme de challenge qui exprime nettement le passage de l’excitation du nouveau à l’épreuve, et dont l’extension en américain manifeste bien la transformation d’une sensation personnelle dans une mise en valeur publique. L’évaluation dans le sens d’un challenge produit, selon les auteurs, une « mobilisation physiologique et psychologique importante » accompagnée d’émotions de tonalités positives comme l’excitation, l’espoir, l’impatience, et même la joie de l’affrontement (ibid., p. 206).

42Le contrepoint émotionnel de l’échange discursif a un rôle si important dans la dynamique de poursuite de l’exploration qu’il en résulte un problème bien repéré dans ce genre de comité, avec une surenchère dans la relance de l’épreuve vers la découverte de nouveaux êtres (accompagnée éventuellement du genre de dénonciation mentionné plus haut sur le temps perdu).

43À la différence de l’excitation qui engage dans l’examen du nouvel objet, une expression d’indifférence affective oriente vers son rejet, tranchant avec l’expression d’un « intérêt poli » qui relève typiquement des engagements mesurés développés en propre dans l’espace public. Mais l’indifférence ne suffisant pas pour enrayer la prise en considération du nouvel objet, l’expression passera à celle de la désapprobation appréciative. Une telle désapprobation, qui trouve aussi sa place au cours d’un engagement excité dans la discussion sur le nouvel être, peut ne pas empêcher la discussion de se poursuivre dans un régime de justification, avec développement des arguments pour et contre la prise en compte du nouvel objet. Toutefois, elle conduit fréquemment à un changement de régime qui s’accompagne du glissement des expressions émotionnelles vers la colère. Au lieu de rester focalisée sur les objets et les qualifications, la discussion prend un tour plus agonistique. Ce tournant va de pair avec une interrogation sur les intentions cachées des acteurs.

Critique des qualifications en cours

44Une deuxième source majeure de mouvement repose, non sur la création ou la qualification de nouveaux êtres, mais sur la réévaluation de leur qualification antérieure. Cette réévaluation ne se fait pas sans effort puisqu’elle suppose la remise en question du statu quo. Là encore, les émotions jouent un rôle important dans la dynamique.

  • 14 Sur le rassemblement des preuves visant au procès, dans une dénonciation et une construction d’affa (...)

45À la différence du mouvement précédent qui prend place dans une dynamique exploratoire de discussion et d’ajustement, l’ébranlement des qualifications antérieures passe souvent par la constitution d’un dossier devant contribuer à un « procès », au sens large14. Dans ce cas, l’expression orale ne saurait suffire et doit se prolonger par une forme écrite destinée à offrir l’assise d’un jugement transportable. Au cours d’une séance observée, une représentante de l’Institut de normalisation autrichien présente un exposé lourdement équipé de transparents et destiné à déqualifier une série de productions antérieures du comité. Une source majeure de déqualification tient à l’absence d’uniformité (de standardisation) dans les mesures de référence. Pourquoi retenir comme seuil, pour des forces de traction, tantôt vingt-cinq newtons, tantôt quinze newtons, tantôt dix-neuf newtons ? Pourquoi retenir comme valeur de référence pour le diamètre des orifices (afin d’éviter que des doigts d’enfant puissent s’y coincer) tantôt cinq millimètres et tantôt sept millimètres ? Pourquoi utiliser des noms différents pour désigner les enfants : « infant », « baby », « child » ?

46Le résultat de la démonstration est d’abord de « jeter un froid », c’est-à-dire de transformer des émotions informatives ou affectives favorables à la continuation de l’échange d’arguments en émotions conatives négatives, en raison de la sortie de jeu coopératif qu’implique le procès. Le changement d’ambiance émotionnelle qui en résulte n’est pas d’emblée favorable à la discussion. Un membre d’un laboratoire d’essais français réagit en aparté avec mauvaise humeur, sans porter pour autant au débat public son observation qui apporterait une information utile sur les raisons des irrégularités observées : « Les trous de sept millimètres sont prévus pour des écrous de cinq millimètres lorsque le matériau est du bois. C’est une concession aux industriels du bois qui ont fait remarquer que le diamètre de cinq millimètres entraînerait un orifice trop petit pour la solidité des fixations. »

Sortie par rapport à une grandeur externe et compromis

47Un autre scénario implique une forme d’évaluation inscrite dans un ordre de grandeur différent de celui qui régit principalement le débat. La discussion s’engage dans une logique d’épreuve purement industrielle en portant sur l’utilisation des statistiques. Des critiques sont adressées à la prise en compte de valeurs moyennes. Plusieurs intervenants réclament d’aller plus loin dans les exigences et de prendre en compte la dispersion autour de la moyenne qui tient à la diversité des êtres humains, en l’occurrence des enfants. Après une discussion technique sur l’influence de la taille des échantillons sur les distributions (discussion qui rend particulièrement visible la capacité des acteurs à s’absorber dans une tâche commune, une fois le problème délimité, en se détachant d’intérêts individuels ou d’enjeux de négociation), la question porte sur le quartile à retenir. Doit-on retenir un seuil qui couvrirait 90 % des enfants, ou bien aller jusqu’à 95 % ? Un délégué suédois trouve cette proportion de 95 % encore insuffisante : en dépit des apparences de continuité offertes par une variable quantitative, l’élévation de la proportion fait glisser d’un ordre de justification à un autre, ce qui se manifeste dans les expressions émotionnelles. Avec les moyennes ou les distributions, c’est une logique de la fréquence, et donc de l’assurance, qui est en jeu. Dans le passage à la limite vers 100 %, c’est une tout autre logique qui est convoquée, celle d’un droit général qui doit prendre en considération toute différence, y compris celle relevant de l’extraordinaire ou de l’anormal dans la logique précédente.

48Une personne intervient alors pour arrêter ce qu’elle tient pour une surenchère hors de propos. Après l’excitation d’une émotion « informative » dans la discussion animée sur les seuils, après l’émotion qui accompagne l’évocation du risque encouru par un individu exceptionnel, de structure « appréciative », l’intervenant entend « calmer le jeu ». Glissant dans une logique autre que celle d’un droit général, l’intervenant fait valoir le rôle des parents qui est de « faire attention » et de prendre en charge la régulation de conduites extravagantes. À d’autres reprises (comme dans le cas d’une marche très précoce chez un bébé, qui pourrait entraîner des usages imprévus des objets considérés et faire encourir des risques), cette personne intervient dans le même sens en avançant que « les différences dans les capacités de marche des jeunes enfants sont très grandes et nécessitent de se reposer sur les parents pour évaluer les risques ». On pourrait voir dans cette orientation une tentative de renvoi de la gestion du risque à une sphère privée, par opposition à un traitement public. Cependant, l’argument ne se referme pas nécessairement dans le particulier comme on pourrait le croire à première vue. Il peut soutenir une autre forme de généralisation prenant appui sur un ordre de grandeur domestique de la confiance et encadrant une autre façon de gérer l’incertitude et le risque. De fait, l’intervenante citée s’est trouvée à plusieurs reprises qualifiée dans cet ordre de grandeur et considérée, au sein du groupe, comme une personne d’autorité, une « ancienne », une « sage », « raisonnable » dans ses jugements et dotée d’une grande expérience (elle est membre du DIN, institut allemand de normalisation, national mais non public, à la différence de son homologue suédois). En l’occurrence, il s’agit moins de basculer dans cet ordre domestique que de ménager un compromis dans la gestion du risque. Une tension critique entre les deux formes d’évaluation et les modalités de gestion de l’incertain qui les accompagnent apparaît dans une autre scène rapportée en entretien par un membre du comité. Cette personne mentionne l’intervention d’un représentant grec à la suite d’une longue discussion sur la sécurité des aires de jeu : « Je ne peux pas m’empêcher de rire en vous entendant car, en Grèce, un enfant qui se blesserait dans une aire de jeu, on dirait que c’est un bon à rien ! » Le risque doit ici non seulement être pris en charge de proche en proche mais traité comme élément d’une propédeutique destinée à aguerrir l’enfant. La personne qui nous rapporte la scène, une femme antérieurement rattachée au National Swedish Board for Consumer Policies, oppose à cette appréhension du risque une approche toute différente : « Pour nous, nous ne pouvons nous reposer sur la mère qui travaille. L’enfant doit pouvoir jouer de manière indépendante. »

Dialogue expressif et clôture

49Pour finir, considérons un scénario qui conduit à une interrogation sur la clôture des échanges. Le personnage principal, N., est un nouveau venu dans le comité. Il n’est donc pas rompu aux modes de fonctionnement du groupe. Privé des indices multiples acquis en familiarité, il se trouvera également peu qualifié a priori si l’évaluation vient à s’instaurer selon une grandeur domestique. N. se trouve d’ailleurs, de par sa profession de chercheur, plus volontiers orienté selon une grandeur industrielle et s’emploie à plusieurs reprises, au cours de la réunion, à épurer l’épreuve dans un registre d’efficacité industrielle. Outre sa profession de chercheur, il dispose pour cela des atouts qu’apporte son laboratoire de rattachement. De nombreux travaux en matière de sécurité ont permis notamment d’y mettre au point un mannequin techniquement très avancé et destiné aux tests de sécurité, mannequin plus élaboré que ceux habituellement en usage dans les tests.

50A priori, il n’y a là que des ressources qualifiant une relance critique de l’épreuve en termes d’efficacité industrielle. Toutefois les démarches répétées de N. sont loin de susciter l’enthousiasme et l’excitation d’autres membres, à la découverte de faits nouveaux et de suggestions d’amélioration de méthode et de technique. « En privé », c’est-à-dire dans des apartés ou dans le cadre d’entretiens, d’autres membres du groupe de travail déplorent le manque d’une capacité de compromis de N., capacité pourtant requise pour prendre en compte d’autres orientations et s’éloigner de la scène de la recherche scientifique. Ils dénoncent la perte de temps et l’alourdissement des réunions qui en résultent. En public, les expressions sont plutôt d’indifférence, voire d’ennui. Que s’ensuit-il pour l’intéressé ?

Émotion intentionnelle, humeur, malaise

51Pour l’observateur extérieur qui n’a pas de connaissance familière du personnage, l’expression de N. évoque de prime abord la tristesse et trouve place dans une valuation affective négative. Toutefois, à la longue, son visage apparaît comme exprimant « naturellement » cette émotion, c’est-à-dire dans ce qui devra être finalement tenu comme une position d’indétermination. On rencontre là une difficulté d’interprétation des expressions d’émotion qui tient à leur valeur relative, dans une dynamique, par rapport à des traits diversement configurés d’un visage à l’autre. La question est cependant compliquée par le fait que sont imprimés dans les traits du visage, de manière permanente, des expressions récurrentes, de sorte que cette rémanence s’inscrit comme une mémoire d’une disposition favorable à certaines expressions d’émotions, telle la pierre d’imprimerie dont le lithographe dit qu’elle a « un passé » parce qu’elle ne peut revenir au neutre pour subir une nouvelle impression et qu’elle garde l’empreinte indélébile d’une précédente expression (Ponge, 1948, p. 101 « Matière et mémoire »).

52Ce partage parfois difficile entre une expression d’émotion à laquelle on attribue une portée intentionnelle et une expression rémanente qui a perdu cette intentionnalité ouvre sur une question plus large quant à l’intentionnalité de l’expression par rapport à un trait de comportement qu’elle vient évaluer. Le « dialogue expressif » (cf. Livet supra p. 119-143) ne s’instaure que dans un présupposé d’intentionnalité, ce qui suppose de faire le partage avec les émotions non intentionnelles que sont les humeurs, ou avec les expressions d’émotions dirigées vers un symptôme corporel comme une douleur ou un effort. Ainsi devra-t-on faire le partage entre des expressions de valuation affective négative, à rapporter à un trait de comportement d’un autre acteur, et l’expression d’un désagrément rapporté à un malaise du corps.

53Cette interrogation est menée individuellement, cas par cas, mais elle est aussi encadrée, collectivement, par des spécifications culturelles du partage entre ce qui est malaise corporel et ce qui est malaise rattaché aux actions des autres. Levy (1984, p. 219) donne ainsi à voir des Tahitiens dont le trouble serait à nos yeux traité en termes de tristesse, et dont l’émotion serait clairement imputée à un événement antérieur comme l’abandon par une épouse qui a fui avec l’enfant ou un deuil, alors que ce trouble est traité par la personne concernée et par les membres de la même culture hors du registre de l’émotion, comme un malaise ou une maladie.

La chute : une proposition qu’on laisse tomber

  • 15 Louis Quéré fait remarquer que la notion de dialogue expressif soulève des questions, lorsqu’on l’é (...)

54Revenons à notre scénario qui débute par une relance de l’épreuve mais débouche sur la question de la reconnaissance de l’intentionnalité par des expressions d’émotions. Après une suite de propositions visant à ajouter des mesures et des caractéristiques au « bébé européen » (standard), propositions qui n’ont pas été relevées, même dans un dialogue expressif, N. surenchérit par une proposition beaucoup plus radicale encore. Il ne s’agit de rien de moins que de changer complètement de stratégie et de repartir d’une directive européenne établie en matière de jouet pour tenter de la transformer en directive de puériculture. On reconnaît là une figure qui émerge souvent dans le cours de discussions présentant tous les signes de l’embourbement : celle du « méthodologue ». Ce personnage se fait fort de sortir la discussion des ornières dans lesquelles elle s’est enlisée, à partir d’une rationalisation radicale de la méthode employée. Il propose de faire table rase des acquis antérieurs de la négociation pour repartir de zéro sur des fondations rigoureuses. N. a les sourcils froncés, une focalisation du regard fixe droit devant lui et, sans reconnaître de retour expressif dirigé vers des traits de son comportement, il devient plus véhément15. C’est le président de séance qui prend alors la parole. Il annonce, avec un ton de la plus grande neutralité : « Profitons de la pause pour considérer la proposition de Monsieur N. »

Émotion et clôture de l’épreuve

55Nous avons eu souvent l’occasion de souligner ce que la relance de l’épreuve critique avait d’interminable. On l’observe dans le déploiement des affaires (Boltanski, 1990 ; Chateauraynaud, 1991), riches de rebondissements, au cours desquelles ce qui semblait acquis est à nouveau remis en question. La difficulté de clore tient notamment à la visée de généralité que comporte la référence à des ordres de grandeur, alors même que le débat et l’épreuve se réalisent toujours dans une enceinte restreinte. L’extension hors de cette enceinte porte toujours en elle-même la menace de changer les données de l’épreuve, la relance constituant une exigence centrale dans la matrice du sens de la justice. Le défaut de remise en question des évaluations est un motif profond du sentiment d’injustice.

56On a souligné aussi l’arbitraire de l’arrêt dans les disputes ordinaires en justice, celles qui se déroulent dans une enceinte judiciaire ayant en revanche le privilège d’une clôture assurée, tout du moins en droit (Thévenot, 1992). L’examen plus précis des dynamiques d’ajustement, et notamment de la place qu’y occupent des expressions d’émotion, doit permettre d’aller plus avant dans la compréhension de cette clôture. Lorsque le dispositif de coordination vient en quelque sorte représenter une communauté générale de jugement, il limite pratiquement les possibilités d’extension des êtres convoqués et donc de relance de la discussion. C’est le cas de communautés restreintes traversées de conflits, la réunion d’une table de négociation offrant un dispositif propre à reconstituer, temporairement, des repères collectifs dans cette communauté particulière.

57Le scénario précédent fait ressortir, a contrario, la place d’un dialogue expressif dans la clôture de l’épreuve. Un tel dialogue aurait pu s’achever sous des formes diverses. Le président aurait pu mettre en cause la proposition selon différents ordres de grandeur. Il aurait pu exprimer une consternation devant les coûts de la prise en compte de la proposition. Il aurait pu, dans une expression affective, enregistrer la bonne volonté du nouveau venu mais signifier l’irréalisme de sa proposition au vu de l’expérience accumulée dans le groupe. Il aurait pu marquer le manque de reprise collective de la proposition et passer, dans un registre informatif, à la question suivante. Le déroulement observé correspond à un autre genre de « sortie ». « Sortie » du président, si l’on entend son propos comme une expression sarcastique déboutant la requête sans même la relever ouvertement. Sortie physique également, comme une fuite, un abandon, par interruption de séance. La réaction du président qui ne « donne pas suite » n’est que de sous-entendu et ne manifeste donc pas ouvertement une intention réprobatrice qui pourrait faire retour sur N. Certes, on pourrait aussi voir se profiler un rappel à l’ordre du nouveau, sous l’autorité domestique du président. Mais il ne semble pas que l’épreuve domestique soit jugée concluante par les participants. À la pause, les conversations vont bon train et certains membres trouvent que le président « est allé fort », dénonçant ainsi un abus de pouvoir. De son côté, N. continue à s’efforcer de convaincre de la justesse de sa proposition. La sortie n’a pas été clôture de l’épreuve et la résolution de la dispute s’est faite par exclusion.

Conclusion

58L’étude des dynamiques que favorisent des dispositifs de coordination publics et composites doit donc se prolonger par l’analyse des expressions d’émotion « appropriées », au sens où elles sont liées au maintien de l’intentionnalité de la discussion, de la négociation, du conflit. Pourront donc être appropriées des émotions qui dérangent le cadre conventionnel de l’ajustement et qui affectent les rituels venant le surcharger en réorientant l’ajustement. Ce rôle moteur des émotions doit être envisagé en particulier dans une perspective de clôture. La clôture du conflit ou de la dispute passe par un scénario qui connaît une tension paroxystique suivie par sa résolution. Au lieu d’arrêter la compréhension de ces scénarios sur une dramaturgie littéraire, on peut avoir intérêt à examiner la dynamique émotionnelle qui fonde cette dramaturgie.

59Le paroxysme de la dispute ne se limite pas à la mise en avant d’un ordre de grandeur principal : il se déroule dans l’horizon critique d’une pluralité d’ordres qui sont convoqués à l’appui de dénonciations où, à l’inverse, soupçonnés d’infiltration là où ils ne seraient pas pertinents. Les émotions mettent en branle les débats internes à un ordre mais aussi entre une pluralité d’ordres. L’apaisement émotionnel dans un moment de détente va d’ailleurs souvent jouer sur cette pluralité en ne s’inscrivant pas dans la pureté d’un jugement de grandeur cohérent. Si les mouvements émotifs participent à la terminaison de la dispute, ils ne sont pas suffisants. La clôture doit s’effectuer sur des valeurs réaffirmées, par l’adjonction d’une mesure, d’une règle, d’un objet qualifié conventionnellement en rapport avec cette valeur. Cette résolution peut d’ailleurs dépendre d’émotions favorables à la focalisation sur des repères mis en valeur. L’étude des contraintes qui pèsent sur des scénarios émotionnels dans des collectifs doit ainsi contribuer à l’approfondissement des jugements de valeur.

Bibliographie

Abu-Lughod Lila & Catherine A. Lutz (1990), « Introduction : Emotion, Discourse, and the Politics of Everyday Life », in Id. (eds), Language and the Politics of Emotion, Cambridge, Cambridge University Press/Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 1-23.

Appadurai Arjun (1990), « Topographies of the Self : Praise and Emotion in Hindu India », in C. A. Lutz & L. Abu-Lughod (eds), Language and the Politics of Emotion, p. 92-112.

Auray Nicolas (1992), Les démêlés avec l’ordinateur. Sociologie de la convivialité informatique, Paris, École des hautes études en sciences sociales, mémoire de DEA, 140 p., multigr.

Averill James R. (1980), « A Constructivist View of Emotion », in R. Plutchik & H. Kellerman (eds), Emotion. Theory, Research and Experience, p. 305-339.

Boltanski Luc (1990), L’amour et la justice comme compétences, Paris, Éditions Métailié.

Boltanski Luc (1993), La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Éditions Métailié.

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Borée Albert (1900), Les expressions de la physionomie humaine, Paris, Laurens.

Breviglieri Marc (1994), L’usage au quotidien. Les relations familières avec les objets, Paris, École des hautes études en sciences sociales, mémoire de DEA, 149 p., multigr.

Chateauraynaud Francis (1991), La faute professionnelle, Paris, Éditions Métailié.

Conein Bernard (1992), « Éthologie et sociologie. Contribution de l’éthologie à la théorie de l’interaction sociale », Revue française de Sociologie, XXXIII, p. 87-104.

Corcuff Philippe (1994), Le régime d’action machiavélien ou tactique-stratégique ; premier essai de modélisation, Université de Lyon 11, CERIEP-IEP, multigr.

De Souza Ronald (1987), The Rationality of Emotion, Cambridge, MA, MIT Press.

Dewey John (1929), The Quest for Certainty, New York, Minton, Balch & Co.

Dodier Nicolas (1993), « Les arènes des habiletés », in B. Conein, N. Dodier & L. Thévenot (eds), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 4), p. 115-139.

Dumas Georges (1937), « L’expression des émotions », in Id., Nouveau traité de psychologie, Paris, Librairie Félix Alcan, t. 3, fasc. 2.

Ekman Paul (1980), The Face of Man. Expressions of Universal Emotions in a New Guinea Village, New York, Garland STPM Press.

Foucauld Jean-Baptiste de & Laurent Thévenot (1995), « Évolution des politiques sociales et transformation de l’action publique », Cahiers du Centre d’Études de l’Emploi, 34.

Goffman Erving (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit [1974].

Hochschild Arlie (1983), The Managed Heart. Commercialization of Human Feeling, Berkeley, CA, University of California Press.

Kessous Emmanuel (1992), Le rôle de la norme de sécurité dans la coordination des actions. Étude sur un produit de puériculture, Paris, Université Paris X-EHESS, mémoire de DEA, multigr.

Lazarus Richard S., Kanner Allen D. & Susan Folkman (1980), « Emotions : A Cognitive-Phenomenological Analysis », in R. Plutchik & H. Kellerman (eds), Emotion. Theory, Research and Experience, p. 189-217.

Levy Robert I. (1984), « Emotion, Knowing, and Culture », in R. A. Shweder & R. A. LeVine (eds), Culture Theory. Essays on Mind, Self and Emotion, Cambridge, Cambridge University Press, p. 214-237.

Livet Pierre (1987a), « Les limitations de la communication », Les Études philosophiques, 2-3, p. 255-275.

Livet Pierre (1987b), « La communication et ses indécidabilités », Cahiers du CREA, 10, p. 137- 228.

Livet Pierre (1994), La communauté virtuelle. Action et communication, Combas, Éditions de l’Éclat.

Livet Pierre & Laurent Thévenot (1993), « Modes d’action collective et construction éthique ; les émotions dans l’évaluation », Colloque Limites de la rationalité et constitution du collectif, Cerisy, 6-12 juin (à par., La Découverte).

Livet Pierre & Laurent Thévenot (1994), « L’action collective », in A. Orléan (ed.), Analyse économique des conventions, Paris, Presses universitaires de France, p. 139-167.

Paperman Patricia (1992), « Les émotions et l’espace public », Quaderni, 18, p. 93-107.

Paperman Patricia (1994), « Le paradoxe de l’émotion », Paris, École des hautes études en sciences sociales, CEMS, 22 p., multigr.

Plutchik Robert (1980a), « A General Psychoevolutionary Theory of Emotion », in R. Plutchik & H. Kellerman (eds), Emotion, Theory, Research and Experience, p. 3-33.

Plutchik Robert (1980b), Emotion. A Psychoevolutionary Synthesis, New York, Harper & Row.

Plutchik Robert & Henri Kellerman (eds) (1980), Emotion. Theory, Research and Experience, Londres-San Diego, Academic Press, vol. 1.

Ponge Francis (1948), Le peintre à l’étude, Paris, Gallimard.

Sennett Richard (1979), Les tyrannies de l’intimité, Paris, Seuil [1974].

Shweder Richard A. & Robert A. LeVine (eds) (1984), Culture Theory. Essays on Mind, Self and Emotion, Cambridge, Cambridge University Press.

Solomon Robert C. (1976), The Passions, New York, Doubleday.

Solomon Robert C. (1984), « Getting Angry : The Jamesian Theory of Emotion in Anthropology », in R. A. Shweder & R. A. LeVine (eds), Culture Theory. Essays on Mind, Self and Emotion, p. 238-256.

Thévenot Laurent (1990), « L’action qui convient », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 1), p. 39-69.

Thévenot Laurent (1992), « Jugements ordinaires et jugement de droit », Annales ESC, 6, p. 1279-1299.

Thévenot Laurent (1993), « Essai sur les objets usuels : propriétés, fonctions, usages », in B. Conein, N. Dodier & L. Thévenot, (eds), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 4), p. 85-111.

Thévenot Laurent (1994), « Le régime de familiarité ; des choses en personnes », Genèses, 17, p. 72-101.

Notes

1 Luc Boltanski critique à la fois le constructivisme social et la réduction rationaliste des émotions pour ce qu’ils supposent de manipulable dans les signes de l’émotion (Boltanski, 1993, p. 126-128). Pour rompre avec ces orientations trop proches d’une thématique de l’illusion, il examine les contraintes que font subir la publicité et la distance à l’attendrissement suscité par la souffrance d’autrui.

2 Patricia Paperman souligne le risque qui peut en résulter, celui d’une dissociation entre affect naturel et évaluation sociale. Notre souci est toutefois de proposer des articulations qui mettent en relief les élaborations des émotions dans le cadre de régimes collectifs sans ignorer la spécificité du mouvement affectif. Une telle spécificité nous semble perdue lorsque Goffman (1991, p. 565), renvoyant ironiquement dos à dos « l’héritage de notre nature animale ou divine », traite des émotions et notamment des limites de la maîtrise que nous avons sur leur expression corporelle comme une question de cadre.

3 Nous reviendrons un peu plus longuement sur la question de l’expression des émotions en public dans la seconde partie, à propos de l’observation d’un dispositif de coordination.

4 La distinction radicale entre la « persuasion » (qui a ses degrés) et le « ravissement ». développée dans l’ouvrage de référence du Pseudo-Longin, Du Sublime, écrit au premier siècle contre la correction de l’atticisme, sera reprise aussi bien par les philosophes des Lumières que par leurs opposants : Helvétius, dans De l’homme, oppose au « sentiment du respect, la terreur » ; dans sa Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau, Burke construit le sublime sur l’étonnement, « état de l’âme dans lequel tous ses mouvements sont suspendus par quelque degré d’horreur », l’opposant au respect, à l’admiration, à la proportion, à la convenance.

5 S’il est humain, peut passer pour esthétiquement sublime l’être souffrant et Luc Boltanski a examiné l’aménagement de la tension qui en résulte dans son exploration systématique des « topiques de la souffrance », identifiant la construction d’une « topique esthétique » au xixe siècle autour de la position du « peintre de l’horreur » campée exemplairement par Baudelaire (Boltanski, 1993, chap. 7). La transformation de la surprise et de l’étonnement en valeur esthétique collective tend, en outre, à reposer sur une communauté restreinte de « connaisseurs » et ce monopole d’une classe d’experts, dans l’appréciation des valeurs, est dénonçable comme abus de pouvoir dans un régime de justification.

6 La perte d’une visée d’extension que suppose la qualité de représentant, et la clôture de l’évaluation sur des participants en particulier qui ramène l’ajustement à un régime d’action commune, sont des risques majeurs pour des comités qui ont une durée de vie de plusieurs années. Organisateurs et participants se méfient des « professionnels de la normalisation », des « idiosyncrasies », des avis de personnes qui « n’agiraient qu’en leur nom propre » et transporteraient leur personnalité d’une réunion à l’autre, voire d’un comité à l’autre.

7 C’est encore plus nettement un code de bonne conduite des sentiments que réclame le « management » des sentiments réclamé par des services commerciaux. S’inspirant à la fois des critiques de Wright Mills sur le « management » de certaines zones de la personnalité dans les activités du secteur de la distribution, et des analyses de Goffman sur le contrôle des apparences, Hochschild a mis en évidence le travail des hôtesses de l’air destiné à produire une expression du visage et du corps publiquement observable, et elle a mis en cause le « marché du travail émotionnel » qui en résulte (Hochschild, 1983, p. 7, 91).

8 Paperman note fort justement que la conception de Goffman n’est pas unifiée, entre une perspective rituelle dans laquelle les émotions sont des manifestations d’incompétence [1], et une perspective qui met en lumière des ajustements réciproques [2], Sur l’ambiguïté dans son usage de « rite », entre ethnographie et éthologie, voir Conein (1992).

9 Voir notamment son analyse comparée de deux meurtres par des policiers, et de l’invocation de légitime défense en relation avec une expression de « sang-froid » jugée excessive dans un cas, et une « crise de nerf » dans l’autre (Paperman, 1994).

10 Hochschild (1983, p. 64) souligne les critiques qui peuvent résulter d’un excès ou d’une insuffisance de maîtrise de la peine (« when we overmanage or undermanage grief »).

11 Cette démonstration conduit souvent à relativiser la place de l’intériorité dans les « topographies de la personne » occidentales qui soutiendraient notamment notre modèle de l’action intentionnelle et notre appréhension des émotions en termes de sentiments authentiques (Appadurai, 1990 ; Abu-Lughod & Lutz, 1990). Plutôt que de reprendre la thèse d’un apprentissage social de la maîtrise publique des émotions, Geertz met en balance la thèse inverse d’une accentuation de la sincérité et de l’authenticité sur fond d’une situation où nous porterions continuellement des masques (Shweder & LeVine, 1984, p. 15).

12 L’expression de la douleur extraite de l’ouvrage de l’acteur Borée. Les Expressions de la physionomie humaine (1900), peut ainsi passer plutôt pour celle d’un effort actif. Dumas ironise en notant que l’acteur a « manifestement l’air de faire un effort pour déboucher une bouteille ».

13 Dans la réunion française où sont préparées les réactions au document qui sera discuté au niveau européen, la colère des industriels s’exprime plus ouvertement (quoique cependant théâtralement) à l’égard de spécifications qui gênent l’innovation ou, à l’inverse, favorisent celle d’un concurrent en suivant de trop près un produit existant ou une solution technique déjà éprouvée. Ces expressions d’émotion agonistique peuvent être intégrées dans une critique d’ordre marchand contre une menace de frein à la concurrence.

14 Sur le rassemblement des preuves visant au procès, dans une dénonciation et une construction d’affaire, voir Boltanski (1990).

15 Louis Quéré fait remarquer que la notion de dialogue expressif soulève des questions, lorsqu’on l’étend à une scène publique, dans la mesure où l’adresse à un ou des interactants n’est pas aussi nette que dans le cas d’une interaction à deux partenaires. Il serait intéressant de comparer cette difficulté pragmatique avec celle soulevée par les expressions langagières.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search