Version classiqueVersion mobile

La couleur des pensées

 | 
Patricia Paperman
, 
Ruwen Ogien

Recherches

Évaluation et apprentissage des émotions

Pierre Livet

Résumé

As emotions are unstable notions, we try to analyze them starting from elementary properties that they must inevitably have: a pattern with three values (positive, negative, indifference), and the possibility to exhibit emotions by expressions of face or to ascribe them from such expressions. We can then bind affective emotions to a first three values pattern, informative emotions to a second and appreciative emotions to a third. As we can perceive variations of emotions according to these three patterns of value, and even to superpose these three patterns, we are sensitive to second order relationships, so that by checking if variations of others’ expressions are bound to an aspect of our behavior by another relationship than mimesis or association, we can ground our ascriptions of intentionality when we ascribe evaluations of our own behavior to others.

Texte intégral

1L’analyse psychologique et philosophique des émotions les aborde non pour elles-mêmes, mais à partir d’autres terrains : le terrain cognitif, le domaine du normatif, ou encore celui des « conatifs » (désirs, volontés, impulsions). On se demande alors si les émotions sont proprement cognitives, se réduisant à la combinaison d’une croyance et d’un désir, ou si ce sont essentiellement des jugements de valeur (Solomon, 1988) en fonction d’une propriété qui est vraiment présente dans la situation (cette propriété peut être soit le facteur intentionnel qui justifie le désir et la croyance, soit la simple cause de cette croyance). Au contraire on peut penser qu’on doit fonder les jugements éthiques dans l’affectivité pure des émotions (Ayer, 1936 ; Stevenson, 1937, 1990 ; Gibbard, 1990). Les psychologues tentent de montrer que la part cognitive est la plus importante, ou qu’il faut une part appréciative (un « appraisal »), voire une part « conative », une tendance vers, pour rendre compte des émotions. Enfin un De Sousa (1987) veut récuser la réputation d’irrationalité faite aux émotions, et leur trouve une fonction nécessaire pour des êtres dotés d’une rationalité limitée, celle de nous focaliser sur des traits saillants de la situation. D’autres théories plus anciennes, telle celle de Darwin, ont lié les émotions à leurs expressions, et donc aux interactions entre individus d’une même espèce ou d’espèces différentes, comme à des fonctions éthologiques (maternage, nutrition, rivalité sexuelle, prédation, défense, etc.).

2Le problème de toutes ces approches est que, même prises une à une, aucune n’est en elle-même unifiée. Si on part des fonctions biologiques, on va définir un certain nombre de fonctions primitives et on ne pourra analyser leur sophistication et leur détournement par des êtres plus évolués et dotés d’une culture qu’au prix de contorsions intellectuelles. Si on part des simples expressions, on ne sait pas comment les relier aux expériences affectives et aux évaluations, et on doit pour cela soit supposer de manière simpliste des dispositions innées à associer telle mimique à tel type d’affect, soit admettre un arbitraire culturel des mimiques. Mais cela laisse entier le problème de savoir comment les affects sont eux-mêmes structurés et différenciés. Reléguer la fondation des énoncés éthiques dans l’affectif se heurte à cette même objection : comment sont organisés les affects ? Insister sur la part cognitive des émotions exige de rechercher les propriétés dispositionnelles des situations à déclencher telle ou telle émotion, voire tel jugement de valeur. Mais qu’est-ce que les valeurs, qu’est-ce qu’une valuation, cela n’est pas dit. Enfin la rationalité, même limitée, des émotions comme focalisation apparaît bien précaire, puisque cette focalisation nous fait souvent négliger des aspects importants, voire vitaux, d’une situation.

  • 1 Les changements à court terme ont une fonction informative : ils permettent à nos neurones de deven (...)
  • 2 Les tentatives de trouver des profils hormonaux et neurophysiologiques pour des émotions de base co (...)

3Nous avons tenté une approche unifiée de toutes ces questions, en opérant un double décalage par rapport aux différentes théories : nous partons de leur point aveugle, qui est la question de savoir comment s’organisent nos valuations, et nous ne séparons pas les émotions de l’apprentissage des catégories émotionnelles. L’hypothèse, qui ne fait que développer le sens commun, est que les émotions sont des modes de valuation des situations, mais aussi que nous apprenons à raffiner ces évaluations dans des interactions expressives, des dialogues d’expressions. Nos concepts d’émotion naissent de cet apprentissage, qui nous permet d’attribuer de l’intentionnalité – dirigée vers des traits de la situation, mais aussi et surtout vers nous – à des expressions et de confirmer cette attribution. Les émotions exprimées introduisent donc l’intentionnalité dans notre monde intersubjectif. Avant cet apprentissage intersubjectif, nous n’avons pas accès à des catégories émotionnelles bien spécifiées. Nous disposons seulement de structures de valuation possibles, qui ordonnent les rapports entre trois valeurs (0, indéterminé, 1, par exemple). Pourquoi trois valeurs ? C’est la structure de valuation minimale nécessaire si l’on doit admettre que les états émotionnels passent par l’indifférence. En passant de 2 à 3 valeurs, nous avons déjà plus qu’un embryon de classification, nous avons aussi un embryon de modalisation. Les émotions seraient ainsi liées à nos classifications et modalisations les plus embryonnaires, et nos catégorisations des émotions se développeraient ensuite à partir de cette matrice. Cette hypothèse en est à peine une : toute théorie des émotions devra utiliser des modes de valuation, et la possibilité d’une indifférence. Nous nous plaçons simplement au point de passage obligé de toutes les théories. Ce passage obligé, la logique le décrit, et les fonctions psychologiques des émotions l’imposent. Nous souhaitons seulement, au lieu de devoir analyser des émotions plus ou moins dépendantes d’une culture, construire une sorte de processus, de petite machine à différencier des émotions, quel que soit leur niveau de raffinement, et dans toute culture. Notons enfin que si ces trivaluations sont préconceptuelles (on pourrait parler de mode de présentation affectif, comme on parle de mode de présentation perceptuel, par opposition au mode conceptuel), elles vont servir de base à des constructions de catégories d’émotions, qui peuvent donc être fort riches en concepts. Les proto-émotions sont donc des changements à moyen terme de nos concentrations d’hormones et de neuro-transmetteurs, liées à des valuations de situations1. Ces valuations ne sont pas des croyances axiologiques : elles sont préconceptuelles, elles se bornent à organiser très primitivement l’indétermination, la valuation positive ou négative. On sait qu’il n’est pas possible d’identifier telle catégorie émotionnelle avec tel changement neuro-hormonal (expérience de Schachter-Singer2), – même si toute émotion exige un changement neuro-hormonal. La structure de valuation et le dialogue expressif doivent entrer en jeu pour typifier les émotions. Les émotions exprimées ont alors pour fonction de nous permettre d’anticiper les réactions d’autrui dans une interaction (c’est la thèse de Darwin). Mais elles nous servent aussi à gérer nos coordinations collectives. Là aussi, elles nous permettent de régler les échanges d’intentionnalité, et en particulier de développer et de résoudre les conflits collectifs.

4Nous disposons donc d’une contrainte structurelle : quoi que soient les émotions, quelles que soient les expressions qu’elles prennent dans telle ou telle culture, de quelque façon qu’on les nomme dans tel ou tel lexique, elles doivent révéler des structures de valuation. Par la suite, un apprentissage par l’échange d’expressions qui mettent en jeu ces structures de valuation nous permet de construire des catégories émotionnelles, qui sont des acquis culturels. L’hypothèse la plus directe est donc de partir des structures de valeurs que nous propose la logique, de choisir les structures minimales nécessaires à l’expression de valuations, et de voir si les émotions et leurs expressions ne se laissent pas reconstruire et catégoriser à partir de ces structures. Nous échapperons ainsi aux débats sur les émotions innées ou culturelles. Quelles que soient les variantes des lexiques émotionnels et des répertoires d’expressions différenciées, ces différenciations doivent satisfaire les contraintes des structures de valuation. Et la communication de ces valuations dans un dialogue expressif, donc l’apprentissage culturel des émotions et de leurs expressions, doit les respecter aussi.

5Cependant cette étude des émotions restera partielle, parce qu’elle se centre sur ce qui a été jusqu’à présent négligé, l’étude de la structure de valuation pré-axiologique des émotions, au lieu de développer ce qu’un De Sousa (1987), par exemple, a analysé, à savoir le contenu intentionnel de l’émotion (quelles cibles elle vise, sous quel aspect, etc.). Nous ne tenterons pas ici d’articuler l’aspect évaluatif et l’aspect intentionnel, sinon en montrant que les expressions évaluatives permettent d’introduire la reconnaissance de visées intentionnelles chez autrui (ainsi, les valuations pré-axiologiques pourraient-elles constituer une sorte de pré-intentionnalité).

6S’il fallait préciser sur quoi portent les émotions, nous dirions qu’elles portent sur des situations (qui comprennent des choses, des événements et des agents), et que les propriétés de ces situations, qui sont des dispositions à déclencher les émotions, peuvent être saisies de façon pré-conceptuelle. Par exemple une simple variation continue d’un paramètre qui ne joue ce rôle de paramètre que dans le contexte d’une situation donnée peut les déclencher, ou même encore une distribution non catégorisable de variations de paramètres. Ce ne sont donc pas seulement les propriétés conceptualisables de la situation qui définissent l’émotion. Les émotions ne se construisent et ne se conceptualisent que les unes par rapport aux autres, en s’appuyant sur l’architecture des structures de valuation. Les proto-émotions sont donc préconceptuelles, puisque nous pouvons mettre en œuvre les structures de valuation dès qu’interviennent des variations de paramètres sensibles dans une situation, donc avant même que nous ayons pu organiser ces variations selon des groupes de variation différenciés, ou selon des invariants stables au cours de ces variations, c’est-à-dire avant que nous n’ayons pu les catégoriser.

Les trois structures de valuation

7Les logiciens considèrent souvent les valeurs de vérité comme des « tokens », des jetons noir et blanc (1 ou 0) sur lesquels on envoie les fonctions prédicatives. Mais en fait ce qui compte, ce sont les structures d’ordre (de préférence) sur ces valeurs. Dans la bivalence, la structure est simple, le vrai est préféré au faux. Mais nous ne pouvons pas nous satisfaire de cette structure ultra-minimale, puisque nous devons maintenir la possibilité d’une indifférence, d’un état où l’émotion est au point zéro. Il nous faut donc au moins la trivalence, et cela devrait nous suffire. Notons d’abord que nous n’avons pas besoin de définir une échelle continue de degrés, par exemple de 0 à 1. Il nous suffit de savoir si la variation des paramètres proto-émotionnels se fait vers le 0, ou vers le 1, ou s’il n’y a pas de variation. Exiger une échelle continue de degrés poserait des problèmes redoutables quant à la transitivité de son ordre, des problèmes de mesure d’une distance entre deux valeurs, que nous pouvons tout à fait éluder pour décrire les émotions, ou du moins leur catégorisation. Notons ensuite que pour donner une approximation non continue des degrés, nous pouvons utiliser des passages entre structures de valuation.

  • 3 V et F sont simplement les noms d’une valeur, et ne correspondent pas forcément au vrai ou au faux. (...)

8Car nous avons trois structures trivalentes possibles, selon la place de la valeur indéterminée : 1) F<I<V ; 2) I<F<V ; 3) F<V<I3. La première a été proposée par Lukasiewicz (1920), la seconde par Bochvar (1930) ; la troisième a été récemment utilisée par Calabrese (1987) et par Dubois et Prade (1994). L’intérêt de la première est de considérer l’indéterminé comme un intervalle entre deux extrêmes, le vrai et le faux. L’intérêt de la seconde est de considérer l’indéterminé comme une sorte de poubelle, et donc de se satisfaire comme connecteurs logiques des connecteurs classiques, qui donneront la valeur I dès qu’un de leurs facteurs aura la valeur I. L’intérêt de la troisième structure n’est pas directement évident, mais le devient si on songe à des raisonnements en environnement incertain. Dès lors, il peut être utile de déclencher des règles de décision et d’action alors même que leurs conditions de déclenchement ne sont pas toutes vraies, mais comportent des facteurs encore indéterminés. Donc V*I doit donner V, et comme on choisit toujours la valeur minimale des deux facteurs, cela revient à dire que V est inférieur à I. Dans tous les cas, la négation de I donne I, la négation de V donne F.

9Nous allons légèrement enrichir ces structures en les interprétant. La structure F<I<V peut être prise telle quelle. Elle suppose simplement qu’entre deux valeurs, l’une inférieure et l’autre supérieure, nous pouvons avoir une zone d’indifférence. Il nous semble que c’est le cas du beau et du laid : une chose peut n’être ni belle, ni laide. En la déformant, on peut la rendre soit laide, soit belle. De même les expressions dont nous disposons, par exemple la position de la bouche, nous permettent de passer d’une position neutre (bouche à peu près horizontale) à une position positive (coins de la bouche relevés) ou négative (coins de la bouche abaissés). Nous pouvons nommer cette structure soit esthétique, soit affective. Nous nous en tiendrons ici à l’affectif, c’est-à-dire à un bon qui admet le « ni bon ni mauvais », un bon en minuscules.

10La structure I<F<V, pour être interprétée, doit être conçue de façon dynamique. Nous étions dans un état incertain et indéterminé, sans pouvoir marquer de valeurs, et nous obtenons des informations qui nous permettent de choisir une valeur parmi deux valeurs opposées. Quand nous combinons des informations vraies ou fausses et cet état indéterminé, notre conclusion ne peut être qu’indéterminée. Il nous semble donc que cette structure correspond fort bien à la démarche épistémique et que nous pouvons définir la structure comme une structure informative. Ajoutons que, puisque la valeur « indéterminé » précède la division en vrai ou faux, on peut considérer que l’indéterminé est un intervalle qui contient en lui les deux sous-intervalles du vrai et du faux. Notre structure linéairement ordonnée s’est donc transformée en une structure d’emboîtements, qu’il faut épeler en deux temps : d’abord l’intervalle englobant indéterminé ; ensuite, au sein de cet intervalle, la détermination de deux sous-intervalles disjoints, vrai et faux.

11La structure F<V<I semble plus énigmatique, mais elle a des interprétations très naturelles. Elle permet en effet, quand nous avons un couple de valeurs V*I, de lui donner la valeur minimale V. Cela veut dire, par exemple, que si nous avons une règle d’action qui se déclenche quand deux conditions sont réunies, et que l’une des conditions est vérifiée tandis que l’autre reste indéterminée, nous pourrons déclencher cependant la règle, puisque nous pouvons rabattre la valeur « indéterminé » sur la valeur « vrai », qui est plus faible. Ce faisant, nous révélons ainsi notre préférence pour la règle d’action en question (nous admettons de courir le risque de la déclencher dans l’incertitude).

12Pour mieux comprendre le comportement de F<V<I, considérons plusieurs propriétés. Par exemple, le bon cadre normal est sérieux, créatif, respectueux de la hiérarchie, capable de rayonnement dans ses relations (à en juger par les critères demandés à l’embauche). Or un cadre sérieux est « normalement » marié et propriétaire, un cadre créatif est « normalement » célibataire et locataire, un cadre respectueux de la hiérarchie est « normalement » réservé, un cadre « rayonnant » est « normalement » expansif, etc. Comme ces propriétés sont incompatibles, il est très possible que le sous-ensemble des bons cadres normaux se réduise à un seul individu ; et il se peut aussi que pour chacun des « gros » sous-ensembles normaux définis par des propriétés allant de pair avec une des propriétés que cet individu est le seul à posséder en totalité, l’individu en question ne possède pas cette propriété : il sera sérieux mais pas marié, créatif mais pas locataire, rayonnant mais peu disert, respectueux de la hiérarchie mais pas réservé. Si donc, en partant de chaque sous-ensemble normal, je pense pouvoir conclure du sérieux au mariage, de la créativité à la location, etc., je devrai réviser ces conclusions pourtant « normales » dans le cas de mon individu non moins « normal », et qui pourtant se révèle exceptionnel sur chacun de ces points. Ainsi, un individu qui appartient à l’intervalle du Bon normal peut se révéler un individu exceptionnel, en ce qui concerne des propriétés pourtant normalement liées à chacune des qualités qu’il possède en tant que Bon normal. Cet unique individu qui est normal parce qu’il possède toutes les propriétés de premier rang a de fortes chances d’être anormal sur la plupart des propriétés qui découlent normalement de chaque propriété de premier rang. Il nous semble qu’une telle situation le fait passer de l’intervalle du Bon normal à celui de l’Indéterminé exceptionnel. En effet, il n’est pas simplement anormal et Mauvais sur les propriétés de second rang. Il ne l’est que parce qu’il est Bon et unique sur les propriétés de premier rang, et qu’il nous force à suspendre les conclusions habituelles que nous tirons de chacune de ces propriétés. Supposons que nous sachions seulement de notre individu qu’il est l’unique Bon cadre normal, nos conclusions sur ses propriétés de second rang sont alors indéterminées. L’intervalle qui correspond à cette situation nous semble donc bien désigner un Indéterminé exceptionnel, au-delà du Bon normal. Nous rejoignons ainsi la situation de notre valeur « Indéterminé » comme valeur maximale. Elle peut être rabattue sur la valeur « Vrai », mais elle la dépasse éventuellement ; l’intervalle de la valeur « Indéterminé » peut pour une partie recouvrir celui de la valeur positive, mais il va bien au-delà. Notre Indéterminé peut donc couvrir à la fois les cas de normalité « moyenne », « modale », ceux qui permettent de confondre la valeur positive et la valeur « Indéterminé » (les « gros » ensembles modaux), et les cas d’exception, les cas singuliers qui croisent des propriétés caractéristiques différentes, mais ne les possèdent pas de façon limite, et qui vont au-delà de la valeur positive. On comprend mieux alors pourquoi l’Indéterminé peut être placé au-dessus de la valeur positive. Notre être singulier possède toutes ces propriétés normales sur un mode marginal, et il faut « renormaliser » les qualités de cet être hors catégorie pour qu’on puisse vérifier chez lui la présence de ces propriétés. Il faut le rabattre de l’indéterminé sur le vrai.

13Il nous semble qu’une telle structure correspond assez bien à notre structure de valeur normative ou appréciative, qui met l’exceptionnel au-delà du bon et du mauvais, et qui n’admet pas de valeur intermédiaire entre bon et mauvais. Si vous dégradez les propriétés d’un être bon, vous finissez par le changer en un être mauvais. Dire qu’il n’est ni bon ni mauvais, ce serait dire qu’il est hors du champ d’appréciation normatif, que le jugement normatif n’est pas pertinent à son égard. On retrouve alors une autre structure, la structure où la valeur « Indéterminé » est englobante. Mais vous pouvez dire qu’il est au-delà des normes, hors catégorie. Ainsi la structure F<V<I correspond au Bon en majuscules, un Bon qui ne peut pas être ni Bon ni Mauvais, mais qui peut être hors catégorie.

  • 4 Il semble en revanche que le personnage de Don Juan corresponde bien à ce mauvais « hors catégorie  (...)

14Nous avons déjà parlé des individus qui exhibent la négation d’une propriété caractéristique. Si nous revenons à l’interprétation qui se fixe sur un singleton hors catégorie, et si nous voulons maintenir la compatibilité de cette interprétation avec l’interprétation « la plupart des x, les x normaux majoritaires », nous devrons admettre que, s’il existe un individu hors catégorie possédant telle propriété, il n’existe pas d’individu hors catégorie possédant la négation de cette propriété. Autrement dit, s’il existe un individu hors catégorie quant au Bon, alors il n’existe pas d’individu hors catégorie quant au Mauvais. On peut discuter cette thèse. Elle semble nécessaire pour pouvoir lier normalité et indétermination, ce qui semble indispensable quand on raisonne en incertitude. Quand on dit qu’une situation est normale, cela ne veut pas dire qu’on sait exactement quelles propriétés sont vraies de cette situation, mais bien plutôt qu’on va pouvoir risquer des inférences qui partent de l’indéterminé pour aller vers le vrai. Nous pourrions savoir qu’un x appartient aux individus « normaux », sans savoir quelle propriété caractéristique il exhibe. Nous saurions cependant déjà que les individus qui exhiberaient la négation de cette propriété ne seraient pas normaux. Par ailleurs, pour ce qui est du mauvais, il nous semble que les individus jugés les plus mauvais ne sont pas hors catégorie. Cela voudrait dire qu’ils possèdent des propriétés éventuellement à un degré limite et marginal par rapport aux autres individus appartenant aux différents ensembles « normalement » mauvais. Le Mauvais hors catégorie pourrait donc être très proche d’être Bon sur bien des propriétés. Ce n’est sûrement pas ce que nous voulons dire quand nous disons qu’Hitler est exceptionnellement mauvais4. Dans ce cas, nous affirmons qu’il est mauvais, sans indétermination aucune.

Les grandes catégories d’émotions

  • 5 Nous disposons en fait de trois façons de définir un degré inférieur du mauvais, par des passages d (...)

15Nous avons donc relié les trois structures de trivaluation possibles au domaine esthétique et affectif, au domaine aléthique et informatif, et au domaine normatif et évaluatif, donc aux valeurs du beau et du laid, du vrai et du faux, et du bien et du mal. Bien entendu il serait possible d’augmenter le nombre de valeurs (ainsi les logiques de la « relevance » utilisent quatre valeurs, ce qui revient à distinguer l’indéterminé épistémique, valeur la plus basse, et l’indéterminé exceptionnel, valeur la plus haute, donc à superposer la structure normative et la structure informative ; on aurait cinq valeurs si on superposait la structure esthétique avec son indéterminé intermédiaire). Mais cela ne semble pas nécessaire, puisque nous allons pouvoir jouer sur des passages ou des transformations entre les trois structures. En effet on voit que la structure qui pose l’indéterminé comme intervalle englobant permet des passages avec les autres structures. Si cet indéterminé déborde les deux intervalles juxtaposés vrai et faux, son débord peut s’interpréter dans la structure du bien et du mal comme correspondant à l’exceptionnel. De même, partant de l’indéterminé intermédiaire de la structure du beau et du laid, nous pouvons passer à cet indéterminé englobant, puis revenir par sa détermination à la division du vrai et du faux5.

16Et puisque les émotions, qui prennent sens par les valuations qu’elles permettent, sont contraintes par ces structures de valuation, nous devrions avoir trois sortes d’émotions, les émotions affectives, les émotions informatives, les émotions appréciatives. À l’intérieur des émotions appréciatives, une sous-catégorie va se révéler importante, et former comme une quatrième catégorie, selon la règle bien connue des mousquetaires : ce sera celle des émotions « conatives ». Il va sans dire que cette présentation qui apparaît a priori ne fait que rejoindre et organiser pour les justifier des analyses qui sont parties de données empiriques et ont tenté de les mettre en ordre.

17Les émotions affectives sont des émotions qui permettent de passer par un stade intermédiaire indéterminé, pour suivre une évolution soit positive, soit négative. Du côté positif, nous aurons le contentement, la joie, l’enthousiasme. Au centre, nous aurons l’indifférence. Du côté négatif, nous aurons l’insatisfaction, la tristesse, la douleur profonde. Les émotions informatives, elles, partent d’une indétermination globale pour la spécifier. Elles vont de pair avec des états épistémiques, qui rendent vraie ou fausse telle proposition. Mais l’aspect émotionnel de cette dimension informative ne tient pas au vrai et au faux, il tient au passage du vrai au faux, au passage de l’indéterminé au vrai ou au faux, ou encore, au passage entre l’indéterminé du vrai et du faux à celui des autres structures (l’exceptionnel ou l’intermédiaire). On a ainsi l’émerveillement, l’étonnement, la surprise, l’intérêt, l’ennui, la peur, la terreur, l’angoisse. Dans les émotions appréciatives, nous allons aussi trouver les émotions qui sont dirigées vers d’autres humains dans une interaction, et non pas dans une simple contemplation. Ce sont les émotions conatives. On a ainsi le désir (en tant qu’émotion), l’indifférence (relationnelle), la colère, ou encore exceptionnellement la haine. Dans les émotions appréciatives qui ont certes pour cibles des situations et des individus, mais qui sont plus inactives, nous trouvons bien entendu la désapprobation, le mépris, le dégoût ou, inversement, l’approbation, l’admiration, la répulsion. Ces listes ne prétendent évidemment pas être exhaustives. Nous pouvons toujours déterminer de nouvelles catégories d’émotions. Il suffit que nous puissions toujours les obtenir en croisant les structures de valuation que nous avons mises au jour. Et c’est d’ailleurs déjà le cas des différents degrés d’émotions affectives, informatives ou appréciatives, que l’on considère souvent comme des variations d’intensité. Nous ne pensons pas qu’il soit nécessaire d’introduire dans les émotions une dimension intensive, du moins quand nous voulons non pas définir la qualité d’une émotion particulière à un moment déterminé, mais catégoriser les émotions. On obtient un équivalent suffisant de ces degrés, et plus précis, plus signifiant, en partant d’une structure affective de valuation, par exemple, et en utilisant ensuite un passage à une autre structure, via l’indéterminé. Ce qui nous montre au passage que les catégories d’émotions impliquent toujours une dynamique, une transition d’un état psychologique à un autre.

18Ainsi dans l’indifférence, nous en restons à l’état intermédiaire. Dans le contentement, nous partons d’un état indéterminé affectivement, et donc intermédiaire, et la variation de valuation se fait dans le sens positif. Dans la joie, nous ne passons pas de l’état indéterminé à l’état positif, nous restons dans l’état positif, ou bien notre variation vers le positif se renforce. Le seul indéterminé que nous pouvons côtoyer, ce serait donc le hors-catégorie de la structure du Bon. Mais nous n’arrivons pas encore à ce stade, nous en sommes seulement à cette part du hors-catégorie qui est commune avec le bon « normal ». Dans l’extase, nous avons fait ce dernier pas, et notre sentiment affectif positif passe à l’indéterminé hors catégorie du Bon. On voit que nous pouvons obtenir les degrés supérieurs des sentiments affectifs en oubliant l’indéterminé intermédiaire de l’affectif pour en arriver à côtoyer l’indéterminé hors catégorie du Bon. L’indéterminé global du vrai (il est vrai que la situation a telles et telles propriétés) nous permet ce transfert.

19Nous pouvons descendre aussi de l’indifférence vers le négatif. L’ennui consiste à ne pas pouvoir sortir de cette indétermination de l’indifférence vers le positif : les tentatives de passer par l’indéterminé du vrai nous renvoient à l’indéterminé affectif au lieu de nous propulser vers l’indéterminé du Bon. L’insatisfaction est bien entendu le symétrique négatif du contentement. La tristesse, le symétrique négatif de la joie. Dans la douleur profonde, on pourrait voir le symétrique négatif de l’enthousiasme. Mais, c’est un point à discuter, car, on l’a vu, s’il y a du Bon hors catégorie, il ne semble pas y avoir de Mal hors catégorie. Ce qui est Mauvais possède bien les propriétés mauvaises et pas de façon marginale. Comment donc introduire une différence de degré dans le Mauvais ? Il nous suffit en fait de procéder à un décalage de la structure affective du bon, de l’indifférent, et du mal par rapport à la structure évaluative du Bon et du Mal. Si nous mettons l’indifférent en face du Mal, alors le mal de la structure affective devient pire que le Mal. Le degré le plus négatif de nos émotions affectives ne tiendrait donc pas à une évolution vers le Mauvais, mais à une sorte de décalage vers le bas de toute la structure affective. L’indéterminé affectif, le point zéro, est maintenant calé sur le Mauvais, par référence à la structure évaluative (ce qui peut se faire toujours en passant par l’indéterminé englobant de la structure informative), et le mal de la structure affective est donc au tréfonds du Mauvais. Ce qui expliquerait que la douleur profonde à la fois nous rende indifférents à des maux mineurs, et traite les choses indifférentes ou positives comme toujours désespérément négatives. Ce ne serait pas l’effet de quelque drogue mentale sécrétée par la douleur, mais simplement une position évaluative cohérente avec la position de douleur profonde.

20Venons-en aux émotions informatives. La surprise semble couvrir des émotions à structures différentes selon les circonstances. Il y a la surprise vraiment cognitive qui tient à ce que ce qui était cru vrai se révèle faux, ou inversement. Mais il y a aussi la surprise qui ne contredit pas vraiment des croyances, la surprise perceptive d’un mouvement brusque, par exemple. Celui qui est surpris n’était pas alors dans une « humeur » informative, mais dans une humeur affective qui pouvait tout simplement correspondre à l’indéterminé. Il passe à un indéterminé informatif qui se révèle un indéterminé hors catégorie, puis est réintégré dans le cours des événements et enregistré comme vrai, tandis qu’on revient à l’indéterminé affectif. On a alors la surprise soudaine. L’étonnement peut suivre ce même scénario, mais être soit positif soit négatif, c’est-à-dire revenir à des états affectifs positifs ou négatifs, et non pas indifférents. L’émerveillement présuppose une surprise qui est déjà revenue à l’enregistrement du vrai, puis à un état affectif positif, mais il revient encore au hors-catégorie, pour revenir au vrai, etc. Il exige qu’il reste toujours de l’indéterminé à consommer dans ces va-et-vient, alors que la surprise a consommé son indéterminé quand elle en revient au vrai. L’intérêt consiste à utiliser l’indéterminé englobant de la structure informative comme équivalent à l’indifférence de la structure affective, ce qui fait que le passage vers le vrai, vers la détermination, devient équivalent à un passage vers le bon. L’ennui est l’opération inverse, qui consiste à passer de la détermination du vrai à l’indéterminé englobant qui se révèle indifférent : il y a donc dégradation relative, puisqu’on est passé de la valeur supérieure de la structure informative à la valeur intermédiaire de la structure affective.

21Si on passe aux émotions informatives négatives, on trouvera la peur. On est dans une indétermination informative, et la variation va vers une détermination affective (ou appréciative) négative. Pour avoir peur d’un chien, il faut ne pas savoir ce qu’il va faire, et cependant s’attendre à ce qu’il nous crée des ennuis. Dès que nous sommes certains de ce qui nous arrive (le chien nous a mordu) nous ne nommons plus cela de la peur. Le fait de savoir que le chien est dangereux ne suffit donc pas pour en avoir peur, il faut encore, par exemple, que nous ne sachions pas quand il attaquera et que nous nous mettions cependant déjà dans une situation affective négative. L’angoisse est la saisie d’une situation informative indéterminée comme situation affectivement négative en tant que situation indéterminée. La terreur n’est pas l’attente d’une situation négative affective hors catégorie. Elle ne procède pas non plus d’un décalage de l’échelle du mal affectif par rapport au mauvais appréciatif, comme la douleur. Elle utilise plutôt la superposition du mal effectif, de l’indéterminé informatif, et du hors-catégorie appréciatif. Nous sommes dans une situation mauvaise affectivement, en même temps qu’indéterminée (nous ne pouvons pas clairement déterminer ce qui est vrai ou faux) et, de plus, cette indétermination est hors catégorie. Être terrorisé, ce n’est pas considérer une situation déterminée comme mauvaise hors-catégorie. C’est ici seulement, par le biais de l’indétermination informative, que nous pouvons retrouver le hors-catégorie de la structure appréciative. Une fois de plus nous voyons que les émotions négatives intenses ne consistent pas à retourner le Bon hors catégorie en Mauvais hors catégorie. Dans quelle mesure ces brèves descriptions d’émotions (ainsi que les descriptions d’expressions qui vont suivre) valident-elles notre hypothèse ? Notre but, on l’a vu, est simplement de construire une sorte de petite machine à produire des catégorisations quelconques d’émotions, à partir de ce point de passage obligé pour les émotions que sont les valuations. Il nous suffit donc de pouvoir produire les catégorisations des émotions connues, et qu’on ne puisse pas trouver de contre-exemple qui ne pourrait se reconstruire ainsi. Démontrer ce dernier point semble inaccessible. Nous pouvons seulement corroborer notre thèse (qui est en fait proche d’une tautologie) en montrant que les expressions peuvent aussi se construire de cette manière et se relier aux émotions déjà construites.

La structuration des expressions

22On voit sur ces exemples comment nous construisons nos catégories émotionnelles en jouant sur les passages entre les structures de valuation. Pour ne pas être trop long, nous allons passer directement à l’étude des expressions, et c’est par elles que nous aborderons les émotions appréciatives et conatives. Si nous restons en cohérence avec notre hypothèse que les émotions sont simplement les développements des structures de valuation possibles, et que ces structures de valuation s’incarnent dans les réalisations physiologiques des émotions, ces structures doivent aussi et avant tout s’incarner dans les expressions, qui sont les moyens par lesquels nous pouvons transmettre nos valuations aux autres, et interpréter celles des autres.

23Dans notre étude des expressions (nous nous bornerons ici aux expressions faciales), nous n’avons pas besoin de supposer que tel ensemble d’expression de la face marque telle émotion dans toutes les cultures. En effet, comme on peut créer les catégories d’émotions que l’on veut, à condition de les construire en cohérence par rapport aux structures de valuation, il n’y a pas de raison pour que les différentes cultures aient toutes les mêmes catégories d’émotions, et donc les mêmes expressions. Ce qui compte, c’est que nous utilisions notre panoplie de variations des traits de la face de manière cohérente avec les structures de valuation, et donc de manière cohérente avec les catégories émotionnelles que nous avons décrites. Mais nous verrons, dans notre étude de la reconnaissance de l’intentionnalité à partir des expressions d’autrui, que nous pouvons en quelque sorte superposer des expressions, puisque les expressions sont des variations dynamiques, et qu’une configuration de traits peut donc prendre des sens différents si on fait varier la configuration de traits qui la précédait. Il reste que même des « masques » statiques ont des expressions, déterminées par leurs variations par rapport à des positions du visage au repos.

24Les structures de valuation imposent leurs contraintes : à la structure de valuation affective doit correspondre la possibilité de partir d’une expression indifférente pour la modifier positivement ou négativement. Les émotions informatives, on l’a vu, exigent de disposer d’une marque de passage entre l’indéterminé affectif, l’indéterminé informatif et l’indéterminé hors catégorie. Les émotions appréciatives récusent la possibilité d’un indéterminé affectif, et doivent marquer l’indéterminé hors catégorie. Au sein des émotions appréciatives, les émotions conatives, qui marquent une impulsion motrice, parfois réfrénée, vers autrui, doivent donc marquer cette particularité motrice. Et bien entendu toutes les émotions (qu’elles soient affectives, informatives, appréciatives) doivent pouvoir marquer la différence entre positif et négatif. Comme les trois structures peuvent se superposer via l’indéterminé de la structure informative, redéfini selon les autres indéterminés, il est de plus probable que les modes d’expression de l’indéterminé seront communs entre l’indéterminé informatif et l’indéterminé affectif – avec une différenciation pour l’indéterminé exceptionnel qui devrait être commune aux différentes expressions affectives, appréciatives et informatives, quand elles s’étendent à l’indéterminé exceptionnel par superposition avec cet indéterminé de la structure appréciative.

25Pour les émotions affectives, nous disposons bien sûr de la différence entre une position à peu près horizontale des lèvres et des sourcils, et les variations qui consistent à en lever ou en abaisser les extrémités externes. Pour les émotions informatives, nous disposons de l’ouverture des yeux, du relèvement des sourcils, qui indique la sortie d’un état indéterminé, et peut être précédé d’une tentative de détermination, qui va au contraire avec des sourcils légèrement froncés et le rétrécissement des yeux. Selon que l’on passe à une attente vérifiée ou une attente falsifiée, le plissement du front va cesser ou s’accentuer, les sourcils se rapprochant quand il y a falsification. L’ouverture de la bouche nous fait passer à l’indéterminé hors catégorie, et on la retrouve bien sûr dans les émotions appréciatives, ce qui montre bien que l’indéterminé informatif permet de passer à l’indéterminé exceptionnel.

  • 6 Pour le repérage des traits liés aux différentes expressions, nous nous référons aux travaux de Ekm (...)

26Pour les émotions appréciatives, nous disposons de la moue qui fait avancer les lèvres, ainsi que de la différence entre des paupières qui se lèvent et se détendent, et des paupières qui se tendent et se rapprochent l’une de l’autre verticalement ; ainsi que de la modification des plis partant des ailes du nez, qui deviennent plus tendus et plus verticaux, dans le cas d’appréciations négatives. Dans les émotions conatives, dans la colère et le désir, les narines sont plus ouvertes. Pour la colère, nous disposons du serrement des mâchoires, du rétrécissement des yeux (commun aux mimiques d’attention et de focalisation), du rapprochement des sourcils froncés, de la tension des paupières ; pour le désir d’une moue qui se centre vers l’objet du désir, des yeux qui s’élargissent, alors même que les paupières restent tendues. Bien entendu nous pouvons combiner ces différents traits, de même que nous combinions les différentes structures de valuation pour rendre positives ou négatives les émotions informatives ou appréciatives6.

27Ainsi le contentement va bien sûr se traduire par le relèvement des coins de la bouche, la tristesse par leur abaissement, accompagné de celui des sourcils. L’extase, qui utilise aussi l’indéterminé hors catégorie de la structure appréciative, va donc agrandir les yeux. La douleur profonde, en revanche, ne peut pas utiliser les expressions dévolues à ce hors catégorie ; et, puisqu’elle suppose que l’indifférent affectif s’est décalé vers le bas de l’appréciatif, on va avoir une moue appréciative avec les coins de la bouche abaissés, les sourcils pouvant rester indifférents ou s’abaisser comme dans la tristesse. La surprise se traduit par l’ouverture des yeux (qui marque le passage de l’indéterminé affectif à l’indéterminé informatif), puis par le haussement des sourcils, qui va avec l’agrandissement des yeux ; elle se réfère enfin, par l’ouverture de la bouche, à l’indéterminé hors catégorie, du sein de l’indéterminé informatif. L’étonnement va pouvoir introduire des nuances positives ou négatives en se mixant avec les signes de joie ou de tristesse ; l’émerveillement se manifeste simplement par les mêmes signes qu’un étonnement positif, mais l’expression dure bien plus longtemps. Nous pouvons d’ailleurs marquer les alternances entre l’attitude qui tranche un indéterminé informatif, et celle qui reconnaît la situation comme hors catégorie, par le passage des sourcils plus froncés et des yeux plus rétrécis, indiquant une concentration dans l’identification, aux sourcils relevés et aux yeux élargis, puis à la bouche ouverte, qui indique le hors catégorie. La peur commence à abaisser ou à rétracter les coins de la bouche ouverte, selon que c’est une peur affective ou appréciative (c’est-à-dire plus proche du dégoût). Les sourcils et le front sont froncés vers le haut comme dans la surprise. L’angoisse ne semble pas avoir d’expressions différentes de la peur, sinon qu’elle peut crisper les traits (les sourcils en particulier), ce qui est un signe d’indétermination informative – on cherche encore à inspecter l’environnement-, et laisser alors la bouche fermée. La terreur agrandit les yeux et ouvre la bouche (manifestant que l’indétermination est hors catégorie) mais en crispant les sourcils (indéterminé informatif) ; elle reprend en plus accentués les signes de la peur (situation mauvaise affectivement, mais dans le domaine de l’informatif).

28Les émotions appréciatives (désapprobation, dégoût, approbation, enthousiasme) exigent de récuser l’état d’indifférence et de marquer une position vis-à-vis d’une situation, soit pour le Bon, soit pour le Mauvais. De plus, nous pouvons, dans l’enthousiasme, considérer que nous sommes passés du Bon à l’indéterminé hors catégorie. En revanche notre dégoût pour le Mauvais exige de passer par l’indéterminé informatif (nous ne savons pas comment le classer) pour transformer ce hors-catégorie, devenu inversable parce que indéterminé général, en mauvais affectif. Aussi dans le dégoût notre moue va-t-elle non seulement rétracter les coins des lèvres (signe d’évaluation négative) tout en agrandissant les yeux (signe d’indétermination informative), mais aussi abaisser les coins rétractés (signe du mauvais affectif), et ouvrir légèrement la bouche (signe d’indétermination appréciative).

29Cette analyse pourrait donner à penser qu’à chaque type d’indéterminé, de bon ou de mauvais, correspond un signe expressif, et qu’on a donc affaire à une sorte de code assurant une correspondance terme à terme. Il n’en est rien : les signes d’expressions sont toujours relatifs. Si on prend comme signe d’indifférence affective la position neutre de la bouche, et comme signe positif le relèvement du coin des lèvres, alors il est possible de prendre l’ouverture de la bouche comme passage à l’indéterminé informatif et la rétractation des coins de la bouche comme indice négatif appréciatif, etc. Mais on aurait pu prendre un autre point de départ et suivre un autre cheminement. L’hypothèse à tester est que les systèmes d’expressions, quand ils diffèrent d’une culture à l’autre, satisfont cependant les contraintes des structures d’évaluation (soit les émotions sont déterminées de la même façon, et seules les expressions diffèrent ; soit les catégories d’émotions et les expressions sont différentes, auquel cas on doit pouvoir relier telle nouvelle catégorie d’émotion à telles contraintes d’évaluation et donc à telles contraintes de répartition des expressions).

30Pour terminer, notons que l’approbation va se traduire par une moue aux coins plutôt relevés, que l’enthousiasme va accompagner cette moue de l’élargissement des yeux et de l’ouverture de la bouche. Les émotions conatives, la colère et le désir, vont se manifester par des narines ouvertes, puis par l’opposition entre une centration de la moue, qui pointe vers l’objet du désir et un serrement des mâchoires les rendant plus larges, ainsi que par l’opposition entre des sourcils détendus et des sourcils froncés. La moue serrée est retirée par rapport à l’objet de notre colère, mais la mâchoire est plus pointée vers lui. Les sourcils sont de plus froncés dans la colère, accentuant l’effort d’identification. Ils ne sont pas pour autant détendus dans le désir, car il est aussi centré sur un objet bien identifié. Toute indétermination affective est exclue : la bouche ne peut plus être indifférente, puisque la position neutre de ses coins est oblitérée par sa tension (moue ou lèvres serrées) ; il en est de même pour les sourcils. Seule peut subsister l’indétermination du hors-catégorie, qui pourra se traduire par l’élargissement des yeux aussi bien que par l’ouverture de la bouche dans le cas du désir. La colère, elle, lie ouverture de la bouche et rétrécissement des yeux. Comme l’ouverture de la bouche, qui marque l’exceptionnel, marque aussi la communauté entre indéterminé informatif et appréciatif, on voit que pour pouvoir marquer l’exceptionnellement mauvais (dans la colère), il faut utiliser une expression qui est aussi informative. C’est donc toujours en passant par l’indéterminé informatif que le mal peut devenir exceptionnel. Mais notre jeu d’expression a pratiqué ici une économie, car c’est aussi le cas pour l’exceptionnel positif !

Reconnaissance d’intentionnalité et apprentissage des catégories d’émotions

31Si un chien vous montre les dents, vous pensez qu’il a peur de vous ou qu’il est en colère, mais que dans tous les cas son émotion vous vise. Il se pourrait cependant que cette mimique n’ait pas de contenu intentionnel. Pour qu’elle en ait un, il faudrait qu’elle se rapporte à vous (ou à un objet, ou à une situation) à travers un certain mode de présentation, et que changer le référent ou le mode de présentation change le contenu. Or il est possible que le chien sente une odeur étrangère, et qu’il ne se réfère à rien de précis par cette odeur, ou encore qu’il se réfère bien à vous comme source de l’odeur, mais qu’elle ne lui suggère aucun aspect (de danger) particulier. Si bien qu’il aurait une réaction réflexe, mais sans contenu intentionnel. Il pourrait même « vouloir » montrer les dents, cela n’impliquerait pas forcément un contenu intentionnel, si son impulsion n’est pas dépendante de tel aspect qu’il vous prête.

32Pour démontrer la présence d’un contenu intentionnel, il faut donc non seulement montrer qu’un animal est sensible à un référent, à des termes, mais qu’il est sensible à ces termes sous une certaine relation entre eux (ici, un mode de présentation qu’il nous prête). Pour cela une stratégie a été mise au point par Premack et Woodruff (1978), et développée par Thompson (1993), à propos des chimpanzés. Il faut que la relation (ou le mode de présentation) soit reconnue non seulement quand elle est lisible sur les formes de signaux de surface, mais quand les similitudes dont sont porteurs les signaux de surface vont à l’inverse de la relation. Ainsi quand un chimpanzé apparie les deux lettres A et A, la mise en relation peut se réduire simplement à une similitude, une mise en correspondance physique. Mais pour être capable de mettre ensemble EF et CD, par exemple, il faut qu’il parte de non-similitudes, qu’il conclue que E et F sont différents, tout comme C et D sont différents, donc qu’il établisse une relation de second ordre, un appariement entre différentes paires hétérogènes. De même pour mettre ensemble AA et EE, il faut qu’il ne s’arrête pas à la non-similitude entre A et E, mais découvre une relation de second ordre, un appariement des paires homogènes différentes. Nous aurons alors toutes les raisons de penser que notre chimpanzé est capable de se représenter des relations. Nous pourrons dire qu’il se représente les référents que constituent les paires EF et CD sous le mode de présentation : « relation d’appariement de différentes paires hétérogènes ». En règle générale, pour démontrer la saisie de relations, donc de modes de présentation, il faut tester la saisie de relations de second degré, qui exigent une réponse en sens inverse d’une relation de similitude obtenue par simple superposition de patterns perceptifs, et dans le même sens qu’une relation de second degré.

33Supposons donc qu’autrui arbore une certaine expression A, et nous aussi. Maintenant autrui change et adopte l’expression B, alors que nous engageons un certain comportement C. Nous maintenons l’expression A, qui devrait, par similitude de premier rang, restaurer l’expression A chez autrui. Mais autrui maintient son expression B. Il résiste donc à un simple appariement des expressions par similitude, par simple résonance entre expressions. Nous pouvons en faire la contre-épreuve, si nous tentons, nous, d’aller dans le sens de l’expression nouvelle d’autrui, d’aller de A vers B par similitude, et qu’il accentue alors sa différence, allant de B vers B’. Comme l’hypothèse : « à expressions semblables, expressions semblables » ne marche pas, nous envisageons l’hypothèse : « à comportements différents, expressions différentes ». Nous pouvons alors faire l’hypothèse qu’il apparie l’expression B et notre entrée dans le comportement C. Comment tester cette hypothèse ? En proposant un comportement D différent qui devrait entraîner aussi un changement d’expression.

34Quelles sont les contraintes de cette nouvelle épreuve ? Il faut que nous nous montrions capables tous les deux d’apparier deux paires homogènes différentes et d’apparier deux paires hétérogènes différentes, cela en jouant sur les changements d’expression et les changements de comportement. Il nous faut en fait pouvoir lier un des appariements au non-changement de comportement, et l’autre au changement de comportement. Mais il faut aussi que, dans chaque appariement, nous puissions respecter la contrainte qui est que cet appariement ne se fait pas selon une résonance immédiate entre expressions. Dès lors nous pourrons rétrospectivement apparier les paires qui correspondent au non-changement de comportement, à savoir deux similitudes (homogènes) différentes : la similitude que notre expression B prétend avoir avec l’expression B d’autrui, la similitude que présente l’expression B’ d’autrui avec son expression B préalable, malgré le changement. Ces deux similitudes sont différentes, puisque mon expression B résulte d’un changement de modalité d’expression (par exemple un passage d’un type d’émotion à un autre) alors que l’expression B’ d’autrui résulte simplement d’un renforcement d’une expression demeurant dans le même style. Il faut de même que nous puissions, en les reliant au changement de comportement, apparier deux paires hétérogènes différentes, en l’occurrence un changement de mon expression, et un changement d’expression d’autrui. Là encore, il faut respecter la contrainte de non-résonance immédiate. Ainsi, supposons que mon changement de comportement fasse que l’expression d’autrui devienne positive au lieu de négative, tout en demeurant dans un type d’expression, le type appréciatif ; il faudra alors que mon changement d’expression ne mime pas ce changement-là, donc ne passe pas de l’appréciatif négatif à l’appréciatif positif, mais revienne par exemple de l’appréciatif négatif à l’affectif positif.

35Nous aurons pu ainsi non seulement réaliser un appariement de second ordre des différentes paires homogènes et un appariement de second ordre des différentes paires hétérogènes, mais aussi un appariement de troisième ordre entre ces deux appariements, puisque nous aurons relié ces deux appariements au changement de comportement. Une fois toutes ces conditions réunies, la relation de troisième ordre – « à comportement qui change, expression qui change » – est donc bien établie, et avec elle le fait que l’expression d’autrui visait notre comportement initial, et que son changement est corrélé à notre changement de comportement, donc que ce comportement était le référent visé à travers le mode de présentation évaluatif que constitue cette expression, ce qui est une preuve d’intentionnalité. La preuve que l’expression d’autrui visait quelque chose, nous la trouvons dans le fait qu’elle ne se laisse pas modifier par résonance, et qu’elle s’inscrit dans des appariements de second ordre. La preuve que c’était notre comportement qu’elle visait nous est donnée par la possibilité de corréler par ce changement de comportement, dans une relation de troisième ordre, les deux appariements de second ordre.

36Pour que tout cela soit possible, il faut que nous puissions définir ce que signifie la modification d’une expression en sens inverse d’une autre expression, et que nous puissions faire la différence entre une modification de simple degré dans un même type d’expression, et une modification par changement de type d’expression ; que nous puissions prétendre que l’expression est appréciative ; et que nous puissions identifier comme similaires (parallèles et de même sens ou de sens contraire) les expressions d’autrui et les nôtres. Sur ce dernier point, la neurophysiologie nous donne quelques lumières. Rizzolati et son équipe (1992) ont montré que le même neurone qui s’active quand un singe prend un petit objet entre le pouce et l’index s’active de la même façon quand ce singe voit un expérimentateur ou un autre singe accomplir le même mouvement de pince. Nous pouvons donc penser que les neurones moteurs ont un double rôle : ils sont activés dans le mouvement du sujet, ils sont aussi activés pour interpréter la perception des autres sujets. Dès lors il est naturel qu’en voyant des expressions et des changements d’expression chez autrui nous puissions les interpréter en activant les neurones moteurs qui nous permettent de déclencher les mêmes expressions. Quant aux deux premiers points, il nous suffit de renvoyer à notre analyse des expressions et des structures de valuation. Nous savons que certaines expressions (en particulier celles qui impliquent une moue) sont appréciatives (au sens simplement où elles sont en cohérence avec la structure qui a cette fonction, par rapport aux deux autres structures, ce qui ne présuppose pas l’intentionnalité d’une évaluation au sens propre). Nous savons aussi comment définir l’orientation de l’évolution d’une expression, par exemple de l’indifférence vers le positif, ou vers le négatif, de l’indéterminé affectif vers l’indéterminé informatif ou vers l’indéterminé hors catégorie, etc., et nous disposons de trois structures de valuation, affective, informative, appréciative, qui permettent la différenciation entre trois types d’expressions.

37Il ne nous reste plus qu’à donner quelque contenu concret à notre scénario précédent. Imaginons qu’un enfant soit engagé dans un comportement : il mange sa bouillie. Expression bienveillante de la mère : un sourire de contentement. L’enfant se met à taper avec sa cuiller dans la bouillie, éclaboussant son alentour. L’expression de la mère se mue en désapprobation : moue avec rétraction du coin des lèvres et froncement des sourcils. L’enfant peut tenter de tester si cette expression est accessible par simple similitude : il modifie sa propre expression précédente, qui était de contentement, en l’orientant vers l’expression de la mère. Il ne change pas de comportement, mais passe à la moue dite de « bouderie », qui est un mixte entre une expression affective passée à l’indifférence et une expression appréciative qui va vers la désapprobation. L’enfant a donc fait la moitié du chemin vers l’expression de la mère, tentant ainsi une similitude. La mère renforce alors son expression de désapprobation, s’orientant même vers l’expression de colère ou de dégoût, et donc refusant de faire, elle aussi, la moitié du chemin. L’enfant change de comportement, il cesse de taper avec sa cuiller. En même temps, il change son expression. Au lieu de bouder, il prend une mine « contrite », qui consiste à réorienter son expression en la tirant vers la tristesse affective (c’est une moue avec les coins de la bouche baissés, et, contrairement à la moue de bouderie, on lève les yeux vers le partenaire au lieu de systématiquement éviter son regard). La mère modifie alors son expression de désapprobation non pas en suivant cette réorientation vers l’affectif, mais en passant à une expression d’approbation, donc en restant dans l’appréciatif. Et c’est seulement alors qu’on peut revenir au contentement mutuel initial.

38Une fois que l’enfant a changé de comportement, il peut donc interpréter rétrospectivement ce qui précédait comme un appariement entre différentes paires reliées par similitude. Son expression changeait du registre affectif au registre appréciatif, et il tendait à imiter autrui. L’expression de sa mère se renforce, mais elle reste dans le même registre. Ainsi le comportement maintenu apparie bien deux similitudes. Et la contrainte de non-résonance est évidemment vérifiée, puisqu’à un changement d’expression de l’enfant qui va dans le sens de l’expression de la mère, la mère répond par un changement d’expression (dans le même registre), au lieu soit de maintenir la même expression, soit de changer en allant vers l’expression de l’enfant. Le comportement changé, au contraire, apparie deux différentes paires hétérogènes : l’expression appréciative de la mère s’inverse du positif au négatif, et l’expression de l’enfant passe de sa tentative appréciative négative au registre affectif négatif. La contrainte de non-résonance est cependant toujours satisfaite. Et bien entendu, la relation de changement de comportement permet d’établir la relation de troisième ordre entre ces deux appariements.

39On peut éprouver ce scénario en imaginant les pannes, les fausses manœuvres qui peuvent se produire, et qui feraient échec à l’introduction et à la reconnaissance de l’intentionnalité des expressions. L’enfant peut se mettre tout de suite à pleurer, donc rester dans le registre affectif, sans jamais atteindre le registre appréciatif. Il peut aussi se mettre en colère, donc imiter la colère de sa mère, et il revient là encore à un comportement fondé sur la similitude. Enfin la mère peut dès le premier signe de contrition revenir à la tendresse. Elle ne fait là encore que se mettre en résonance avec la nouvelle tendance de l’expression de l’enfant, qui revient de l’appréciatif vers l’affectif. Mais alors la reconnaissance de l’intentionnalité n’est pas confirmée.

40Notons au passage que l’étude de ce scénario nous montre que nous sommes capables d’expressions « superposées », ou encore d’expressions de transition entre une expression appréciative et une expression affective, par exemple. Il ne faudrait pas en conclure que les expressions peuvent se composer, qu’on peut construire une expression complexe en prenant un trait d’une expression appréciative, un trait d’une expression affective et un trait d’une expression informative. Les expressions pas plus que les émotions ne sont compositionnelles. Leur sens est contextuel. Une variation infime d’abaissement du coin des lèvres et nous voilà repartis vers l’affectif négatif, mais cela n’est valable que si nous partions de l’indifférence. La même inclinaison du coin des lèvres jointe à une forte moue peut simplement manifester la colère et le dégoût au lieu de manifester la tristesse. Ainsi des variations marginales prennent des effets très différents selon les valeurs déjà en cours. Il en est un peu comme dans un système connexionniste où une variation des poids sur les connexions entre les unités peut avoir un sens et un effet très différents selon ce que valent déjà les autres connexions, et où précisément on peut « superposer » les différentes valeurs correspondant à différents traitements des informations.

41On peut se demander pourquoi nous ne nous satisfaisons pas d’une simple « contagion » des émotions par mimétisme des expressions, alors qu’elle semble universellement avérée. On peut déjà catégoriser les émotions simplement en apprenant à imiter les expressions des autres. Mais si nous en restions là, nous ne pourrions pas différencier la communication par mimétisme de la communication intentionnelle. Nous nous priverions donc de la possibilité de transformer les simples structures de valuation des expressions en véritable évaluation intentionnelle. Nous ne pourrions plus comprendre comment les expressions émotionnelles nous permettent de distinguer un simple geste « expressif », au sens où il ne vise personne, d’un geste « ostensif » et communicationnel, et nous ne pourrions pas comprendre comment les valuations des proto-émotions et des émotions peuvent donner à des jugements leur dimension évaluative, comment on peut passer des émotions aux valeurs.

42On voit ainsi qu’en apprenant à catégoriser les émotions dans ces dialogues d’expression, on apprend aussi à repérer les intentionnalités, et à construire des évaluations. Cet apprentissage comporte donc plusieurs strates. D’une part, nous apprenons à différencier les expressions émotionnelles selon les trois structures de valuation. D’autre part, au fur et à mesure que cette différenciation devient plus précise, nous pouvons l’utiliser pour développer le dialogue évaluatif que nous venons d’analyser, et donc pour identifier les intentionnalités d’autrui à notre égard. Nous pouvons donc échapper à ce qui semble une circularité entre la notion d’intentionnalité et la notion d’apprentissage. On suppose en effet habituellement que l’apprentissage présuppose l’intentionnalité, puisqu’il faut pouvoir identifier un objet sous un aspect pour apprendre quelque chose sur cet objet (il faut pouvoir distinguer l’aspect pertinent d’un autre aspect non pertinent). Mais pour apprendre des structures de valuation, nous devons simplement pouvoir édifier des classifications ou des partitions, puis devenir capables, sur les mêmes situations, de produire des types de partition différents. Cela n’implique pas encore l’identification d’un aspect, d’un mode de présentation au plein sens du terme. Les structures de valuation en question n’ont pas encore de « sens ». Mais une fois dégagées, elles permettent de confirmer l’intentionnalité évaluative des expressions, et de les faire porter sur tel comportement. La conjonction de l’intentionnalité encore très diffuse des expressions et d’un comportement précis permet donc de parvenir à une véritable notion d’aspect ou de mode de présentation, puisque c’est maintenant le comportement qui est visé, et qu’on va pouvoir encore raffiner sur les propriétés de ce comportement qui suscitent l’évaluation, tout simplement en tentant différents changements de comportement.

43Les expressions émotionnelles permettent donc de faire par degrés l’apprentissage de l’intentionnalité, en éliminant l’apparente circularité entre ces deux termes. Ce faisant, nous apprenons aussi les catégories culturelles des émotions : nous commençons par repérer les expressions qui sont liées à des structures de valuation différentes, puis nous apprenons à passer d’une structure de valuation à une autre, et à réaliser ainsi des mélanges expressifs qui sont identifiés comme autant de catégories émotionnelles différentes. Mais notre vocabulaire de catégories émotionnelles est évidemment dépendant de ces dialogues où les expressions deviennent le véhicule d’intentionnalités et d’évaluations. Si bien qu’en apprenant les catégories émotionnelles d’une culture, nous apprenons aussi ses modes d’évaluation, et finalement ses valeurs.

Bibliographie

Ayer Albert J. (1936), Language, Truth and Logic, Londres, Victor Gollanz.

Bochvar Dmitri A. (1930), « On a Three-Valued Logical Calculus and its Application to the Analysis of Contradictories », Mathematiceskij sbornil, 4.

Calabrese Paul (1987), « An Algebraic Synthesis of the Foundations of Logic and Probability », Information Sciences, 42, p. 187-237.

Darwin Charles (1986), The Expression of the Emotions in Man and Animals, New York, Appleton Press [1872],

De Sousa Ronald (1987), The Rationality of Emotion, Cambridge, MA, MIT Press.

Dubois Didier & Henri Prade (à par.), « Conditional Objects, Possibility Theory and Default Rules », in G. Crocco, L. Farinas & A. Herzig (eds), Conditional and Artificial Intelligence, Oxford, Oxford University Press.

Eibl-Eibesfeldt Irenatis (1977), Éthologie. Biologie du comportement, Paris, Éditions scientifiques.

Ekman Paul & William V. Friesen (1984), Unmasking the Face. A Guide to Recognizing Emotions from Facial Cues, Englewood Cliffs, Prentice Hall.

Gibbard Allan (1990), Wise Choices, Apt Feelings, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Gordon Robert M. (1987), The Structure of Emotions, Cambridge, MA, Cambridge University Press.

Izard Caroll E., Kagan Jerome & Robert B. Zajonc (eds) (1984), Emotion, Cognition and Behavior, Cambridge, Cambridge University Press.

Kearney Garezt D. & Sati McKenzie (1993), « Machine Interpretation of Emotion : Design of a Memory-based Expert System for Interpreting Facial Expressions in Terms of Signaled Emotions », Cognitive Science, 17, p. 589-622.

Kleene Stephen C. (1952), Introduction to Metamathematics, Amsterdam, North Holland & Van Borstrand.

Lubinski David & Travis Thompson (1993), « Species and Individual Differences in Communication Based on Private States », Behavioral and Brain Sciences, 16, p. 627-680.

Lukasiewiscz Jan (1920), « On a Three-Valued Logic », in S. McCall (ed.), Polish Logic, Oxford, Oxford University Press.

Lyons William (1980), Emotion, Cambridge, Cambridge University Press.

Oakley Justin (1992), Morality and the Emotions, Londres, Routledge.

Ogien Ruwen (1993), Un portrait logique et moral de la haine, Combas, Éditions de l’Éclat.

Ortony Andrew, Clore Gerald & Allan Collins (1988), The Cognitive Structure of Emotions, Cambridge, Cambridge University Press.

Premack David (1976), Intelligence in Ape and Man, Hillsdale, NJ, Erlbaum.

Premack David & Guy Woodruff (1978), « Does the Chimpanzee Have a Theory of Mind ? », Behavioral and Brain Sciences, 3, p. 615-636.

Rizzolati Giacomo, Fadiga Luciano, Gallese Vittorio & Giuseppe Di Pellegrino (1992), « Understanding Motor Events : a Neurophysiological Study », Experimental Brain Research, 91, p. 176-180.

Rorty Amelie O. (1980), Explaining Emotions, Berkeley, CA, University of California Press.

Schachter Stanley & Jérôme Singer (1962), « Cognitive, Social, and Physiological Determinants of Emotional State », Psychological Review, 69, p. 379-399.

Solomon Robert (1988), « On Emotions as Judgments », American Philosophical Quaterly, 25 (2), p. 183-191.

Stevenson Charles (1937), « The Emotive Theory of Ethical Terms », Mind, 46, p. 14-31.

Notes

1 Les changements à court terme ont une fonction informative : ils permettent à nos neurones de devenir les substrats de représentations ; les changements à long terme définissent des « humeurs », selon par exemple des cycles maniaco-dépressifs.

2 Les tentatives de trouver des profils hormonaux et neurophysiologiques pour des émotions de base comme la peur et la colère restent intéressantes. Mais quels que soient ces profils physiologiques, ils doivent être compatibles avec cette contrainte logique et psychologique d’un minimum de trois valuations.

3 V et F sont simplement les noms d’une valeur, et ne correspondent pas forcément au vrai ou au faux. Nos valeurs pourraient être 0, 1 et 1/2.

4 Il semble en revanche que le personnage de Don Juan corresponde bien à ce mauvais « hors catégorie » puisque, par bien des côtés, il est sympathique, malgré la condamnation divine. Molière en fait même un homme qui fait parler sa nature normale plutôt que de se soumettre à des règles hypocrites. Mais nous voyons alors que ce « hors catégorie » a bien le statut de l’Indéterminé supérieur au Bon, et non pas de l’individu supérieurement mauvais. On pourrait dire que le personnage de Don Juan implique le bouclage de notre structure : l’individu hors catégorie, supérieur au bon par certains traits, est un individu mauvais par d’autres. Mais il n’est toujours pas exceptionnellement mauvais, au sens d’un individu qui n’aurait pas un trait de bon.

5 Nous disposons en fait de trois façons de définir un degré inférieur du mauvais, par des passages d’une structure à l’autre : 1) entre structure affective et structure évaluative : nous décalons la structure affective (F<I<V) en mettant son indéterminé en correspondance avec le mauvais de la structure évaluative (F<V<1) ; 2) entre structure informative et structure affective : nous assimilons l’indéterminé englobant informatif (I<F<V), mais dans sa partie qui se spécifie en mauvais, avec l’indéterminé intermédiaire affectif (F<I<V), ce qui revient en pratique à un décalage semblable au précédent, mais cette fois en passant de la structure informative à la structure affective ; 3) entre structure évaluative et structure informative : nous assimilons l’indéterminé hors catégorie (F<V<I) avec l’indéterminé englobant (1<F<V), et en maintenant cette assimilation, nous nous portons vers la région de cet indéterminé qui peut se spécifier en mauvais.

6 Pour le repérage des traits liés aux différentes expressions, nous nous référons aux travaux de Ekman et Friesen (1984). On y voit qu’aucun trait n’est propre strictement à une expression d’émotion, mais que ce sont des regroupements à chaque fois différents de traits qui permettent de reconnaître les émotions. Ce « coarse coding » ou codage distribué est tout à fait compatible avec les structures de valuation. Ce que ces structures exigent, c’est simplement de pouvoir déterminer l’orientation de variations (de mauvais à indéterminé, ou de mauvais à bon, ou d’indéterminé à faux ou vrai, etc.). Ces variations peuvent être codées de façon distribuées par l’atténuation de l’importance de tel trait au profit d’un autre dans un groupe de traits. Un tel codage distribué peut d’ailleurs utiliser l’économie d’expressions que permet la superposition des trois structures via l’indéterminé, ce qui permet d’utiliser des traits semblables pour l’exceptionnel (emprunté à la structure appréciative) dans les trois types d’émotions, à savoir l’ouverture des yeux et de la bouche.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search