Desktop versionMobile Version

La couleur des pensées

 | 
Patricia Paperman
, 
Ruwen Ogien

Repères

La nature des contenus émotionnels

Fabien Cayla

Zusammenfassung

Häufig werden « kognitive » oder « nicht-kognitive » Emotionen gegenübergestellt, indem man sie jeweil der Wahl einer Perspektive in der ersten oder in der dritten Person zurechnet, was die intentionellen Zustände anbelangt. Wenn man jedoch den ursprünglichen Sinn beibehält, den die Termini « kognitiv » und « Kognition » in der englischen Philosophie besitzen, stellt man fest, daß eine derartige Opposition durch nichts gerechtfertigt ist. Tatsächlich besteht keine Schwierigkeit, den Standpunkt der ersten Person einzunehmen, was die Intentionalität anbelangt, und trotzdem daran festzuhalten, daß emotionale Haltungen Komponenten enthalten, die nicht gefühlsmäßiger und somit « kognitiver » Natur sind, denn die Kognition ist den Affekten ebenso entgegengesetzt wie dem Aufforderungscharakter in einem Sprechakt.

Volltext

« Il peut nous arriver de penser “Comme il est remarquable que la signification unique du mot ‘ressentir’ (ainsi que des autres verbes psychologiques) soit constituée de parties hétérogènes, les significations de la première et de la troisième personnes”. Mais que peut-il y avoir de plus différent que les vues de profil et de face du même visage ? Et pourtant les concepts de notre langage sont ainsi formés que l’une apparaît comme une simple variation de l’autre. »
Wittgenstein (1980, § 45)

1On oppose souvent les conceptions « cognitives » et « non cognitives » des émotions en les rapportant, respectivement, au choix d’une perspective à la troisième ou à la première personne sur les états intentionnels. Si, toutefois, l’on conserve aux termes « cognitif » et « cognition » le sens traditionnel qu’ils ont dans la langue philosophique anglaise, il est facile de voir que rien ne justifie une semblable opposition. Il n’y a pas, en effet, de difficulté de principe à adopter le point de vue de la première personne sur l’intentionnalité et à maintenir que les attitudes émotionnelles impliquent des composantes non émotionnelles – et donc « cognitives », puisque le cognitif s’oppose au conatif et à l’affectif.

2Dans le présent article, j’évoquerai la tradition brentanienne de l’intentionnalité, qui suggère fortement que la perspective de la première personne est la mieux placée pour fournir une analyse « cognitive » qui ne soit pas « éliminationniste » des phénomènes émotionnels. Par surcroît, le rappel de cette tradition ne devrait pas être inutile dans le présent contexte d’agnosticisme eu égard à la pertinence philosophique de l’histoire de la discipline.

Émotion et cognition

  • 1 Sans qu’elles aient, d’ailleurs, nécessairement rapport avec les « sciences » du même nom. Voir, su (...)

3Contrairement aux grandes théories rationalistes des émotions – de Descartes et Spinoza à Brentano et Moore – qui ont toujours tenu pour primitifs et non analysables certains couples d’attitudes non intellectuelles tels que joie/tristesse, amour/haine, désir/aversion, les théories contemporaines que l’on nomme « cognitives1 » présument qu’il est possible de définir les attitudes émotionnelles dans les termes du couple d’attitudes primitif désir/croyance – en supposant, par conséquent, que les états intentionnels de désir et de croyance peuvent être eux-mêmes indépendants de tout composant affectif ou émotionnel.

4C’est là assumer la perspective de la troisième personne sur les états intentionnels, ce qui revient à refuser d’envisager que, selon la formule de Colin McGinn (1991, p. 34) : « la perspective subjective crée, pour ainsi dire, un type nouveau et spécifique de contenu. » Il en résulte que l’intentionnalité et la conscience, c’est-à-dire les deux caractères ou « marques » du psychologique, sont d’ordinaire envisagées comme des questions distinctes, de sorte que l’accès perspectif n’est pas tenu pour essentiel à la nature même des contenus intentionnels, et qu’il apparaît possible de considérer des contenus « neutres » – c’est-à-dire tels qu’ils ne seraient possédés par personne en particulier. La mise entre parenthèses du subjectif comme accès perspectif implique ainsi le rejet d’une thèse brentanienne fondamentale, que Chisholm a nommée la primauté du personnel.

5Il y aurait, à vrai dire, quelque inconséquence à tenir le désir pour une attitude « cognitive » si ces conceptions ne manifestaient pas ainsi leur parenté avec les théories de la décision rationnelle, qui n’assument les attitudes de désir et de croyance comme concepts primitifs qu’à titre d’explanantia de la conduite rationnellement adaptée. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que le désir figure dans une analyse « cognitive » de l’action, si le cognitif est identifié à la rationalité instrumentale.

6Si, au contraire, les états intentionnels sont envisagés sous leur aspect expérientiel, il devient évident que les attitudes émotionnelles ne peuvent plus être définies dans les termes du couple primitif désir/croyance, dans la mesure où ces derniers sont considérés comme subjectivement neutres et intrinsèquement dépourvus de toute perspective à la première personne. Comme le remarque justement Robert Kraut (1986, p. 642), « il devrait y avoir des alternatives viables à ces stratégies cognitivistes. Il y a – du moins dans des circonstances normales – quelque chose de spécifiquement éprouvé dans le fait d’être amoureux, d’être indigné ou d’être envieux. »

7Kraut a naturellement raison de contester la pertinence d’une analyse de l’émotion qui en omettrait le trait essentiel, c’est-à-dire le sentiment ou l’affect. Il va toutefois trop loin lorsqu’il entend nier « que les émotions requièrent, à titre de nécessité analytique, certains jugements et évaluations » (ibid.). Il semble, en effet, que Kraut outrepasse les limites de l’objectif qu’il s’était fixé, puisqu’il invalide par là, outre les théories « cognitivistes » des émotions, toutes les conceptions rationalistes qui définissent la variété des émotions en termes d’attitudes émotionnelles primitives et d’attitudes intellectuelles ou « doxatiques ». Comme l’indique Robert Solomon en réponse à Kraut (1986, p. 653), une théorie cognitive des émotions entend nier « l’antagonisme injustifié de la raison et des passions » et vise à « comprendre la raison et les passions dans leur solidarité et à apprécier leurs similitudes et leur complémentarité tout autant que leurs différences et oppositions manifestes ».

8Comprendre la solidarité des attitudes rationnelles et passionnelles implique certainement de prendre en compte les premières dans l’analyse des dernières. On peut, en effet, considérer que la nature même des contenus émotionnels renvoie à des couches stratifiées de l’histoire personnelle du sujet d’attitudes – formées d’attitudes doxatiques et judicatives autant que d’émotions antérieures. Annette Baier (1990, p. 4) a récemment développé ce point de vue concernant l’« objet intentionnel profond des émotions » :

Les émotions peuvent avoir des objets intentionnels historiquement stratifiés et donc profonds, alors que les objets des autres états mentaux sont en général identiques à leur objet apparent […] Ce caractère de profondeur intentionnelle rend compte d’un trait manifeste des émotions, à savoir qu’elles forment, dans leur diversité, une pluralité classifiée. Nous avons des noms, relativement intraduisibles, pour désigner les types d’émotion, alors que ce n’est pas le cas pour ce qui concerne les types de croyance ou les types d’intention.

9Dans les sections suivantes, nous allons considérer quelques aspects de ces « objets intentionnels profonds » des attitudes émotionnelles, en rappelant certaines distinctions de la tradition de psychologie descriptive inaugurée par Brentano.

L’intentionnel et l’auto-présentant

10Conformément à l’approche intentionnelle de l’ontologie, nous définissons les états intentionnels comme étant les états subjectifs ayant une relation à un contenu et une direction vers un objet. Nos états intentionnels peuvent être rationnels ou passionnels – intellectuels ou émotionnels. Dans les deux cas, ils ont une direction vers un objet en vertu de leur contenu. La structure du contenu est donc ce qui fait que nos états mentaux soient dirigés vers un objet, c’est-à-dire qu’ils soient « de re ».

11Nos états mentaux sont intentionnels pour autant qu’ils ont un contenu, par lequel ils peuvent éventuellement se rapporter à un objet. Chisholm (1990, p. 158) définit ainsi cette caractéristique de l’intentionnalité : « La thèse a deux parties : a. c’est en vertu de leur structure que nos propriétés intentionnelles strictes nous permettent de faire référence à des entités autres que nous-mêmes ; b. nous pouvons découvrir ce qu’est cette structure en faisant réflexion sur nos propriétés intentionnelles strictes propres. »

12Cette thèse suppose que nous puissions faire réflexion sur nos propriétés intentionnelles propres, et donc que nos propriétés intentionnelles soient auto-présentantes. Le concept d’auto-présentant (Selbstpräsentation) a été introduit par Alexius Meinong (1968), et il correspond à la notion brentanienne de perception interne : chaque acte psychologique est accompagné par une représentation de ce même acte. Cette perception interne de nos propres phénomènes psychologiques est, pour la tradition brentanienne, une condition nécessaire de toute recherche psychologique :

Ce qui caractérise la pensée c’est qu’elle se réfère toujours à un objet […] Mais il faut ajouter que la pensée porte en même temps sur plusieurs objets ; au moment où je vois, je vois d’une part une couleur, d’autre part je me perçois moi-même en tant que je vois cette couleur. La relation de la pensée à la couleur se rapporte à l’objet premier, la relation à moi-même se rapporte à l’objet second. (Brentano, 1944)

Tout acte psychique est conscient ; il contient en lui-même la conscience de soi. Tout acte psychique, si simple soit-il, a donc un double objet, un objet premier et un objet second. L’acte le plus simple, par exemple celui par lequel nous entendons, a comme objet premier le son : il est à lui-même son objet second, en tant que phénomène psychique par lequel le son est entendu. (Ibid. p. 162)

13Il est possible de définir la conscience par référence à l’auto-présentant, dans la mesure où une chose est consciente si et seulement si elle possède une propriété auto-présentante. Nous devons toutefois distinguer l’auto-présentant et l’auto-présente : nous pouvons alors admettre que la conscience ne nous fait pas connaître toutes nos propriétés auto-présentantes, mais seulement celles qui nous sont auto-présentées. Pour qu’une propriété mentale soit auto-présentée à une personne, il faut que celle-ci y prête attention, c’est-à-dire qu’elle considère la propriété en question ; mais considérer une propriété comme auto-présentante, c’est ipso facto se considérer soi-même comme ayant cette propriété : « Nous supposerons que toute propriété auto-présentante est nécessairement telle que, si un individu la possède, et s’il considère qu’il la possède (c’est-à-dire, s’il pense à lui-même comme la possédant) alors, ipso facto, il l’attribuera directement à lui-même. » (Chisholm, 1982).

14Nous dirons ainsi qu’une propriété est « cartésienne » au sens où le sujet peut la considérer, ce qui revient à dire qu’une propriété cartésienne est « transparente » pour le sujet qui la possède.

15Nous pouvons alors assumer que la conscience est « transparente », non pas au sens où elle nous ferait connaître toutes nos propriétés auto-présentantes, mais au sens plus modeste suivant : toute propriété auto-présentante accessible à une personne peut lui être auto-présentée ; c’est-à-dire être connue d’elle comme lui appartenant. La conscience définie par l’auto-présentant recouvre ainsi ce que Descartes (Principia Philosophiae) nomme pensée : « Par le terme de pensée, j’entends tout ce qui se fait en nous de telle façon que nous en soyons conscients. Et c’est pourquoi non seulement comprendre, vouloir, imaginer, mais aussi sentir sont la même chose ici que penser. »

16Les propriétés cartésiennes sont donc les propriétés accessibles à la conscience ; mais toute propriété accessible à la conscience, ou « transparente », n’est pas pour autant connue de la personne qui la possède. De plus, notre critère de la conscience n’implique rien concernant les propriétés « cognitives » du cerveau, lesquelles ne sont pas supposées accessibles à la conscience du sujet. De telles propriétés cognitives ne sont tout simplement pas des propriétés auto-présentantes.

Émotion, jugement et couleur

17Dans sa classification des phénomènes psychologiques, Brentano (1944) distingue entre représentation (Vorstellung), jugement (Urteil) et émotion (Gemütsbewegung) :

On doit distinguer d’après leur mode de relation avec l’objet, trois classes principales d’actes psychiques […] Nous donnons à la première le nom de représentation, à la seconde le nom de jugement à la troisième le nom d’attitude émotive, d’intérêt ou d’amour.

18Aimer doit s’entendre ici au sens de désirer quelque chose en tant que bon :

Tout acte qui appartient à cette troisième classe comporte un objet aimé, ou plutôt soit aimé soit haï. De même que tout jugement tient un objet pour vrai ou pour faux, tout phénomène qui appartient à la troisième classe tient, de façon analogue, un objet pour bon ou pour mauvais. (Ibid., p. 205)

19Dans les Remarques complémentaires de 1911 (p. 280, trad. modifiée), Brentano précise que :

L’opposition émotionnelle entre l’amour et la haine correspond à l’opposition, sur le plan du jugement entre l’affirmation et la négation […] Les jugements peuvent être vrais ou faux : à la vérité et à la fausseté du jugement correspondent, pour l’amour et la haine, l’opposition du correct (richtig) et de l’incorrect.

20Toutefois, ni l’amour ni la haine ne sont un jugement sur ce qui est bon ou mauvais :

Un phénomène de cette classe n’est pas un jugement tel que : ceci est aimable ou cela est haïssable (ce qui serait en effet juger du bien ou du mal) ; c’est un acte d’amour ou de haine. (Ibid., p. 239)

21Jugement et émotion ne se correspondent pas rigoureusement :

Dans le domaine du jugement, il y a un vrai et un faux. Il n’existe pas ici de moyen terme, pas plus qu’entre l’être et le non-être […] Dans le domaine de l’amour, au contraire, il y a non seulement un « bien » et un « mal », mais encore un « mieux » et un « moins bien », un « plus mal » et un « moins mal ». Cela tient au caractère particulier de la préférence, qui constitue une catégorie émotionnelle distincte des autres et à laquelle […] rien ne correspond dans le domaine du jugement. En ajoutant du bien au bien, l’on obtient le mieux ; et même en se mélangeant au mal, le bien forme avec lui un tout que nous préférons peut-être avec raison à un certain autre bien pur considéré isolément. (Ibid., p. 281)

22Jugement et émotion sont toujours fondés sur une représentation qui présente l’objet d’une référence mentale. Ces objets de référence mentale, qu’ils soient des entia irrealia ou des entia realia, sont toujours « immanents », c’est-à-dire mentaux.

23Meinong (1968) distingue de même entre présentations intellectuelles et émotionnelles. Ces présentations présentent quelque chose comme objet : elles sont intentionnelles ; mais elles se présentent également elles-mêmes : elles sont des présentations d’actes. La distinction entre Fremdpräsentation et Selbstpräsentation correspond donc à celle de l’objet (nous dirions, du contenu) et de l’acte. Ainsi, une présentation émotionnelle peut être une présentation d’acte ou Selbstpräsentation, ou une présentation de contenu ou Fremdpräsentation.

24Les présentations émotionnelles de contenu présentent les valeurs – ce sont les sentiments moraux et esthétiques – : elles ont donc un objet intentionnel. Les présentations émotionnelles d’actes n’ont pas d’objet intentionnel – ce sont les sentiments sensuels. Une distinction nette n’est toutefois pas toujours envisageable :

Les sentiments de contenu présentent des valeurs, ce sont des « allo »-présentations (other-presentations). Les sentiments d’acte se présentent eux-mêmes. Chaque fois qu’un sentiment de contenu se présente lui-même, il devient un sentiment d’acte dont le contenu devient un quasi-contenu. (Schubert Kalsi, 1987, p. 81)

25Les deux sous-classes de présentations émotionnelles correspondent aux deux sous-classes de présentations intellectuelles : aux représentations intellectuelles correspondent les sentiments qui présentent les valeurs (dignitativa), aux jugements et assomptions correspondent les désirs qui présentent les obligations (desiderativa). Considérons ainsi l’exemple suivant (Meinong, 1968, p. 315 ; Schubert Kalsi, 1987, p. 81) : l’énoncé « Je suis heureux des succès militaires germano-autrichiens de l’année 1915, tandis que dans le même temps mon souhait est dirigé vers le rétablissement de relations pacifiques entre les nations de culture et de civilisation » exprime un sentiment de contenu (Inhalt-Gefühl) éthique ayant pour objet un « dignitatif » (le succès militaire a la valeur de bien), et un désir ayant pour objet un « désidératif » (l’obligation de paix).

26La troisième classe brentanienne d’actes intentionnels inclut sentiment et volonté, ainsi que toutes les gradations de l’un à l’autre, sous la catégorie de l’amour et de la haine :

Considérons comme exemple la série suivante : tristesse – envie du bien absent – espoir qu’il sera nôtre – désir de nous le procurer – courage d’oser entreprendre – décision d’agir. L’un des extrêmes est un sentiment, l’autre un acte de volonté ; et ils paraissent être très éloignés l’un de l’autre. Mais si l’on ne considère que les termes intermédiaires et que l’on ne compare que les termes contigus, l’on trouve partout les liaisons les plus intimes et des transitions quasi imperceptibles. (Brentano, 1944, p. 236, trad. modifiée)

27Comment peut-on rendre compte, à partir des seules émotions primitives de l’amour et de la haine (pro-et anti-émotions), de la variété des émotions ? La réponse tient au fait que la troisième classe suppose toujours, outre la première (les représentations), la seconde (les jugements) :

L’idée d’un être qui unirait la faculté de la représentation à celle du jugement, mais sans aucune émotion d’amour ou de haine n’est aucunement contradictoire […] Mais il en va tout autrement quand on considère ces phénomènes (d’amour et de haine) dans leur relation avec les jugements. Celui qui aime quelque chose n’a certainement pas besoin de croire que cette chose existe ou puisse exister ; mais aimer, c’est toujours aimer que quelque chose soit, et quand un amour en produit un autre, quand une chose est aimée à cause d’une autre, la raison en est toujours que l’on croit à certaines relations entre les deux. Suivant le jugement relatif à l’être ou au non-être, à la vraisemblance ou l’invraisemblance de ce que l’on aime, l’acte d’amour est joie, tristesse, espoir, crainte, et revêt encore bien d’autres formes. Il semble donc inconcevable qu’un être soit capable d’aimer ou de haïr, sans avoir en même temps la faculté du jugement. (Ibid., p. 263)

28Nous pouvons donc définir les différents types d’émotion comme actes d’amour ou de haine – comme pro-ou anti-attitudes – à partir des représentations et des jugements qui les sous-tendent sans, naturellement, que de semblables définitions puissent jamais supplanter la couleur spécifique de chacune d’elles :

Car chacune d’elles, suivant une expression de Lotze, présente une coloration particulière. À qui n’aurait éprouvé que des sentiments de joie ou de tristesse, aucune définition de l’espoir ou de la crainte ne pourrait faire saisir complètement les caractères distinctifs de ces derniers sentiments. (Ibid., p. 247-248)

29Mais justement parce que les émotions sont comme les couleurs des pensées, elles ont entre elles les mêmes affinités que le spectre des couleurs : « Comme entre des couleurs qualitativement différentes, il existe entre des phénomènes d’amour qualitativement différents une affinité et une concordance essentielles. » (Ibid., p. 248).

30McTaggart (1927, p. 145), sous l’influence de Moore, a également envisagé les attitudes émotionnelles comme couleurs des pensées : « Chaque émotion est dirigée vers quelque chose […] Et je ne puis avoir une émotion, à moins d’avoir quelque cogitation de ce vers quoi l’émotion est dirigée. »

31Les « cogitations » au sens de McTaggart ne doivent pas être confondues avec ce qu’il nomme les cognitions, qui sont les cogitations capables d’être correctes ou erronées : une assomption ou une imagination (imaging) ne sont ni vraies ni fausses, ni correctes ni incorrectes ; ce sont là des cogitations, mais non des cognitions. Au contraire, un jugement ou une perception sont corrects ou erronés.

32Volitions et émotions ne sont pas des attitudes mentales indépendantes, qui n’auraient qu’une relation externe à une appréhension (ou « cogitation ») préalable ou simultanée d’un objet intentionnel : ce sont au contraire des colorations (émotionnelles ou volitionnelles) des cogitations. L’argument de McTaggart consiste à soutenir qu’il n’est pas possible qu’une attitude émotionnelle ou volitionnelle présuppose deux états mentaux, « un état de cogitation qui n’est pas un état d’émotion, suivi ou accompagné d’un état d’émotion qui n’est pas un état de cogitation. Car, s’il en était ainsi, il n’y aurait, dans l’état d’émotion, aucune cogitation de ce à l’égard de quoi l’émotion était ressentie. Et comment alors serait-ce une émotion à l’égard d’une chose plutôt que d’une autre ? » (Ibid.).

  • 2 Dans un compte rendu de Empfindug und Denken de Messer paru dans Mind (1910).

33La cogitation et l’émotion doivent donc être en relation interne l’une à l’autre. McTaggart reprend de Moore une distinction que ce dernier emprunte à Messer2, et qui était au cœur des Recherches logiques de Husserl : celle de l’acte fondé et de l’acte fondement. Nous pouvons alors dire que :

L’acte cognitif fondement est toujours non seulement simultané avec l’acte fondé sur lui, mais il en est également un constituant et de plus […] l’autre constituant de l’acte fondé n’(est) pas un autre acte complet, dirigé d’une manière spécifiquement différente vers l’objet, mais simplement une qualité de l’acte cognitif. (Moore, ibid., p. 400 ; McTaggart, ibid., p. 134)

34Un acte émotionnel serait de la sorte fondé sur un acte intellectuel – un jugement, une appréhension, une perception, une assomption, une imagination ; un contenu émotionnel aurait donc deux constituants : un contenu intellectuel ou « cogitatif » et une couleur spécifique.

35Peter Geach (1979, p. 111) présente l’analogie suivante :

La « couleur » des pensées, leur qualité volitionnelle ou émotionnelle, peut être représentée graphiquement comme suit. Imaginons un grand livre dans lequel les pensées successives d’une personne sont inscrites sous forme de phrases ; le contenu de la pensée (ce à quoi renvoie la pensée) serait représenté par les mots imprimés ; l’attitude émotionnelle ou volitionnelle accompagnant la pensée serait représentée par la couleur de l’encre avec laquelle les mots sont imprimés, et la simple encre noire serait employée si la pensée est dépourvue de coloration émotionnelle.

36Selon Geach (ibid., p. 121), « ce que McTaggart a tenté de faire, c’est de réduire l’intentionnalité du désir et de l’émotion à l’intentionnalité du jugement et de la perception ».

Le consensus sensoriel et le plaisir propositionnel

37Dans un manuscrit de 1907, Brentano propose de distinguer actes émotionnels sensoriels et actes émotionnels non sensoriels de la manière suivante :

Il y a deux sens dans lesquels un homme peut être dit avoir plaisir à un objet ou prendre plaisir à celui-ci, et deux sens dans lesquels il peut être dit avoir du déplaisir à un objet ou prendre du déplaisir à celui-ci. Dans le premier cas, il peut simplement trouver l’objet agréable ou désagréable. Dans le second cas, il trouve l’objet agréable ou désagréable et, en raison de ce fait, il prend plaisir ou déplaisir à un autre objet. Résultant du fait d’avoir du plaisir ou du déplaisir au premier objet, il se surajoute un plaisir ou déplaisir sensoriel. (Brentano, 1969, p. 161)

38Selon cette thèse de la redondance sensorielle (sinnliche Retundanzen), « les plaisirs supérieurs – ceux qui peuvent être conçus comme objets d’attitudes propositionnelles – sont tels qu’ils causent l’expérience de certains plaisirs sensoriels » (Chisholm, 1986, p. 29).

39Nous pouvons généraliser la théorie brentanienne de l’affect sensoriel comme résultante d’une présentation émotionnelle. La composante affective de toute attitude émotionnelle en constitue un trait crucial, et James (1927) y a même vu l’essence de l’émotion.

Une émotion humaine sans rapport avec un corps humain est un pur non-être […] Plus je scrute mes états intérieurs, plus je me convaincs que les modifications organiques, dont on veut faire les simples conséquences et l’expression de nos affections et passions « fortes », en sont au contraire le tissu profond, l’essence réelle.

40Mais James voit dans l’émotion la résultante de l’affect sensoriel, au lieu, comme Brentano, de concevoir ce dernier comme se surajoutant à celle-là. Selon James (1890, p. 449) donc, « les changements corporels (bodily) résultent directement de la perception du fait provoquant l’excitation, et […] notre sensation (feeling), pendant qu’ils se produisent, de ces changements mêmes EST l’émotion ».

41Au contraire, pour Brentano, les actes d’amour et de haine que sont le plaisir et le déplaisir sensoriels peuvent être causés par de actes d’amour et de haine envers des objets intentionnels et, se surajoutant ainsi à ces derniers, constituent le plaisir et le déplaisir propositionnels (Feldman, 1988, p. 67-69). Les présentations émotionnelles sont donc des actes d’amour ou de haine auxquels se surajoute un plaisir ou un déplaisir sensoriel causé par la considération de l’état de choses envers lequel le sujet a une pro-ou une anti-attitude.

42En quoi consistent le plaisir et le déplaisir sensoriels ? Ce sont des affects émotionnels ou des sentiments sensoriels (sinnliche Gefühle) :

Les émotions d’ordre sensoriel constituent ce qu’on nomme des affects (Affekte). Parmi ces affects, il faut ranger déjà le plaisir et la douleur où l’on a vu souvent des qualités sensibles – plutôt que des émotions, imaginant qu’on éprouve le plaisir et la douleur comme on voit les couleurs et comme on entend les sons […] Il ne s’agit pas là de pures qualités sensibles, ni d’ailleurs de relations mentales qui auraient pour objet direct (in modo recto) des qualités sensibles. Elles ont une relation à quelque chose de mental en tant qu’objet : la sensation de certaines qualités sensibles comme agréable ou désagréable. En elle-même cette sensation n’est pas une simple représentation ou affirmation sensorielle mais également une relation émotionnelle sensorielle dirigée vers elle-même en tant qu’objet. (Brentano, 1944, p. 412)

43Plaisir et déplaisir sensoriels sont des actes émotionnels dirigés vers des actes de sensation. Le contenu du plaisir sensoriel est donc l’acte de sentir, et non la qualité sensible qui est le contenu de cet acte : « Certains actes de sensation, outre l’affirmation de l’existence d’un objet de sensation, se présentent eux-mêmes comme l’objet d’une émotion. » (Pasquerella, 1992-93, p. 241).

44Les actes émotionnels de plaisir et de déplaisir sensoriels sont des attitudes d’amour et de haine (des pro- et anti-attitudes) dirigées vers l’apparence de certaines qualités, mais non vers ces qualités elles-mêmes. Plaisir et déplaisir sensoriels « sont l’objet d’une relation émotionnelle d’amour ou de haine, laquelle porte sur l’apparence (Erscheinung) de certaines qualités, nullement sur ces qualités elles-mêmes » (Brentano, ibid., p. 270).

45Comme le remarque Brentano (ibid.), « Le plaisir que nous éprouvons à entendre un chœur à trois voix est unique, il ne peut donc être donné en lui-même dans les trois sensations qui composent notre audition ».

46Certains actes de sensation sont ainsi le contenu d’une présentation émotionnelle : les actes émotionnels de plaisir et de déplaisir sensoriels sont dirigés vers un contenu qui est un acte de sensation.

47Les présentations émotionnelles ont donc pour contenu l’expérience conjointe consistant à envisager un certain état de choses et à éprouver, en conséquence de cette considération, un plaisir ou un déplaisir sensoriel se surajoutant à l’acte d’amour ou de haine envers l’objet de présentation :

Lorsque nous en venons à croire à l’existence de quelque chose que nous aimons ou approuvons, ce fait nous incite à prendre plaisir à l’expérience de certaines qualités sensibles […] La croyance, conjointement à l’amour ou à l’approbation non sensorielle, nous incite à avoir les sensations impliquant le plaisir sensoriel. (Chisholm, 1986, p. 30)

48Ainsi, « lorsque quelque chose qui est pris comme objet de présentation est également pris comme objet d’amour, nous éprouvons comme effet secondaire certaines qualités sensibles qui deviennent alors aussi objets d’amour » (Pasquerella, 1992-93, p. 243).

49Le plaisir non sensoriel ou propositionnel consiste alors en la pro-attitude que l’on a envers l’objet de présentation conjointement avec le plaisir sensoriel ; et c’est la pro-attitude, ou amour envers un certain objet, qui cause l’acte de sensation de certaines qualités sensibles qui deviennent ainsi indirectement objets d’un acte d’amour. Comme nous avons vu, ce qui est objet de plaisir ou de déplaisir sensoriel, ce n’est pas la qualité sensible comme telle, mais son apparence, c’est-à-dire le fait d’éprouver cette qualité : la qualité sensible, objet premier de la sensation, n’est qu’objet indirect du plaisir ou du déplaisir sensoriel. Le plaisir non sensoriel ou propositionnel résulte alors du fait qu’un plaisir sensoriel se surajoute à l’amour envers un état de choses, et le déplaisir propositionnel du fait qu’un déplaisir sensoriel se surajoute à la haine envers un état de choses. Enfin, l’intensité du plaisir ou du déplaisir propositionnel envers un état de choses est fonction de l’intensité du plaisir ou du déplaisir sensoriel qui se surajoute à l’amour ou à la haine envers l’état de choses en question. En effet, l’intensif suppose le continu spatial, et seul l’objet (indirect) du plaisir ou du déplaisir sensoriel – c’est-à-dire la qualité sensible – possède ce caractère (Pasquerella, 1992-93, p. 244 ; Feldman, 1988, p. 68). Le plaisir non sensoriel ou propositionnel n’est donc pas « le plaisir sensoriel lui-même, ni l’amour ou l’approbation dirigé vers l’objet de croyance. Le plaisir non sensoriel réside dans l’amour ou approbation que l’on a envers l’expérience combinée – la contemplation de l’objet intentionnel de la croyance et la jouissance du plaisir sensoriel résultant. » (Chisholm, 1986, p. 30).

50Parce que l’émotion implique toujours un objet intentionnel et une qualité affective du sujet, il est correct de considérer que sa « couleur » spécifique peut s’attribuer à la fois au sujet et à l’objet intentionnel. Husserl a bien indiqué en quoi l’émotion n’est pas seulement perception interne d’un état subjectif mais aussi essentiellement coloration de l’objet intentionnel – état de choses ou événement – que vise l’attitude émotionnelle.

51Envisageons une présentation émotionnelle de la joie : le contenu serait la présentation de l’événement joyeux ; à ce contenu s’attache

[…] une sensation de plaisir qui est appréhendée et localisée d’une part, comme une excitation affective du sujet psychophysique qui l’éprouve et, d’autre part, comme une qualité objective : l’événement nous apparaît comme nimbé de rose. L’événement comme tel, teinté ainsi par le plaisir, devient alors seulement le fondement de l’attitude joyeuse […] Pareillement, on ne se représente pas seulement un événement triste d’après son contenu et son contexte réels, d’après ce qui lui appartient en lui-même en tant qu’événement ; mais il nous apparaît revêtu de la coloration de la tristesse. Ces mêmes sensations de déplaisir, que le moi empirique rapporte à lui-même […] et localise ainsi, sont rapportées, dans l’appréhension affectivement déterminée de l’événement, à cet événement lui-même. (Husserl, 1962, p. 199)

52Ainsi, nous attribuons à l’objet – « de re » – d’une présentation émotionnelle les propriétés de plaisir ou de déplaisir propositionnel qui en constituent le contenu.

Nota Bene

53Dans des remarques – dont je le remercie – concernant le présent article, Jean-Luc Petit indique que la confusion de l’objet et du contenu caractérise tant la tradition brentanienne que la philosophie cognitiviste actuelle, raison pour laquelle l’une comme l’autre, malgré leurs oppositions philosophiques sur presque tous les autres points en question, échouent à assurer ce que Husserl a rendu possible, à savoir la relation au monde et à l’objet extra-mental.

54Je me réjouis de ce que Petit reconnaisse au moins l’existence d’une conception « spiritualiste, dualiste, anti-naturaliste […] et introspectionniste » de l’intentionnalité, ce qui, par les temps qui courent, n’est pas mauvais à rappeler. Qu’elle confonde contenu et objet n’est toutefois vrai que pour Brentano lui-même – ce qui, à vrai dire, n’a guère d’importance pour ce dernier, puisqu’il tient l’objet intentionnel pour immanent à l’acte mental, ce qui est précisément la définition du contenu. Au contraire, tous les élèves de Brentano ont admis cette distinction, développée comme on sait par Twardowski et, semble-t-il, anticipée dès le début des années 1890 par Meinong. Naturellement, cette distinction ne préjuge en rien de l’ontologie assumée, tant du contenu que de l’objet.

55Comme le notait Putnam (1988, chap. 1) « Brentano lui-même n’a jamais employé le terme “intentionnalité” ni celui d’“inexistence intentionnelle” […] pour désigner la relation de l’esprit au monde, ainsi que les philosophes en sont venus à employer le terme “intentionnalité” après Husserl. C’est Husserl, non Brentano, qui a vu dans l’intentionnalité du mental un moyen de comprendre comment l’esprit et le monde sont reliés. » C’est une question disputée que de savoir si Husserl a réalisé un tel programme. De l’avis autorisé de Heidegger, ce n’est pas le cas – et Hubert Dreyfus a récemment développé ce point de vue, en comparant la théorie des noemata à celle des représentations mentales de Jerry Fodor. Chisholm lui-même qualifie ces deux dernières conceptions de « théories de la non-réponse » (« non answer theory »).

56Quoi qu’il en soit, la relation « contextuelle, holistique et non contentuelle » qu’avance Jean-Luc Petit évoque plus les idées récentes de Davidson et de Tyler Burge – voire celles de Dreyfus – que la phénoménologie husserlienne stricto sensu. Mais peut-être finira-t-on par juger que l’inspiration de Burge et de Davidson n’était pas tant Frege que Husserl, tant il est vrai qu’en philosophie il ne faut s’étonner de rien. Pour ma part, je persiste à croire que la « terminologie anté-phénoménologique » n’est pas encore à bout d’argument, et que c’est la nature du contenu qui doit nous permettre de comprendre comment nos pensées sont dirigées vers le monde. À cet égard, il est erroné de considérer que toutes les conceptions du contenu sont « représentationnelles ». Dans la théorie de Chisholm, les contenus sont des propriétés que le sujet s’attribue directement – c’est-à-dire des entia irrealia – et ces propriétés ne « représentent » rien, mais elles sont ce par quoi nous pouvons diriger nos pensées vers des objets. Ce point de vue présente l’avantage d’assurer immédiatement la primauté du personnel – c’est-à-dire de ne pas omettre, dans l’intentionnalité, le sujet pensant – dans la mesure où la personne est toujours l’objet direct de ses propres attitudes intentionnelles. De cette manière, la théorie de l’intentionnalité peut être considérée comme inséparable d’une théorie de la conscience de soi, pour autant qu’elle assume comme terme primitif la locution fameuse de Castaneda – le quasi-indicateur « il, lui-même ».

57Pour finir, on pourrait soutenir que les théories « naturalistes » des contenus intentionnels sont plus husserliennes que brentaniennes, dans la mesure où elles conçoivent l’intentionnalité comme une relation du sujet au monde naturel, à la façon de Husserl, plutôt que comme la relation du sujet au contenu, comme l’entendait Brentano. Mais ces théories, parce qu’elles sont « représentationnelles », s’exposent au reproche que Heidegger adressait à Husserl, c’est-à-dire de méconnaître la structure directionnelle de la conscience – reproche que Husserl formulait lui-même à l’égard de Brentano.

Literaturverzeichnis

Baier Annette (1990), « What Emotions Are About ? », in J. Tomberlin (ed.), Philosophical Perspectives, 4, p. 3-33.

Brentano Franz (1944), Psychologie du point de vue empirique, trad. fr. M. de Gandillac, Paris, Aubier.

Chisholm Roderick (1982), The First Person, Harvester Press, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Chisholm Roderick (1984), « The Intentional Approach to Ontology », in K. Cho (ed.), Philosophy and Science in Phenomenological Perspective, La Haye, M. Nijhoff, p. 1-8.

Chisholm Roderick (1986), Brentano and Intrinsic Value, Cambridge, Cambridge University Press.

Chisholm Roderick (1990), « How We Refer to Things », Philosophical Studies, 58, p. 115-164.

Descartes René (1957-74), Principia Philosophiae, in C. Adam & J. Tannery (eds), Œuvres de Descartes, Paris, Vrin, vol. VIII.

Descombes Vincent (1995), La denrée mentale, Paris, Minuit.

Feldman Fred (1988), « Two Questions About Pleasure », in D. Austin (ed.), Philosophical Analysis, Dordrecht, Kluwer, p. 57-69.

Kraut Robert (1986), « Feelings in Contexts », Journal of Philosophy, 83, p. 642-652.

McGin Colin (1991), The Problem of Consciousness, Oxford, Blackwell.

McTaggart Ellis McTaggart John (1921-27), The Nature of Existence, Cambridge, The University Press, 2 vol.

Meinong Alexius (1968), Über emotionale Präsentation, in Id., Gesamtausgabe Graz, Akademische Druck – und Verlagsant, vol. III.

Pasquerella Lynn (1992-23), « Brentano and Aesthetic Intentions », Brentano Studien, 4, p. 235-249.

Putnam Hilary (1988), Representation and Reality, Cambridge, MA, MIT Press (trad. fr. Paris, Gallimard, 1990).

Schubert Kalsi Marie-Louise (1987), Meinong’s Theory of Knowledge, La Haye, M. Nijhoff.

Solomon Robert (1986), « Emotions, Feelings and Contexts », Journal of Philosophy, 83, p. 653-54.

Wittgenstein Ludwig (1980), Bemerkungen über die Philosophie der Psychologie, Oxford, Blackwell, vol. 1. (trad. fr., Mauvezin, T.E.R., 1989).

Anmerkungen

1 Sans qu’elles aient, d’ailleurs, nécessairement rapport avec les « sciences » du même nom. Voir, sur ce point, les remarques de Vincent Descombes (1995, p. 95 sq.).

2 Dans un compte rendu de Empfindug und Denken de Messer paru dans Mind (1910).

Autor

Professeur de philosophie.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1995

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search