Version classiqueVersion mobile

La couleur des pensées

 | 
Patricia Paperman
, 
Ruwen Ogien

Repères

Le spectre de l’affect inversé et l’espace des émotions

Kevin Mulligan
Traduction de Juan Gonzalez et Olivier Fontaine

Résumé

Sensory impressions, like emotions and feelings, are qualia if anything is. A spectre haunts the philosopher of perceptual qualia, the possibility of the inverted spectrum. Might I seem to see something red where you seem to see something green, although I behave just the way you do, although we are both looking at something that is green, in optimal circumstances? An analogous possibility arises in the case of emotions. Might I feel intense pleasure where you feel intense pain, intense erotic jealousy where you just feel a pleasant frisson, although I behave just as you do? One response to the possibility of colour reversal or transposition, due to Hayek and Harrison, is to point to the fact that sensory impressions are not mere atoms, they exhibit a certain order, an order which would not survive inversion. Thus, the suggestion goes, inversions of the sorts described would not preserve the fact that some sensory impressions, such as orange, are binary impressions or the fact that blue is darker than yellow. The author proposes to explore a similar strategy with respect to the possibility of inverted emotions. This involves, in the first place, providing some account of the order exhibited by emotions. As we shall see, the analogies and connexions between visual and affective qualia turn out to be important to such an enterprise.

Texte intégral

1S’il y a des choses qui méritent d’être appelées qualia, ce sont les impressions sensorielles ainsi que les émotions et les sentiments. Un spectre hante le philosophe qui s’occupe des qualia perceptibles : la possibilité du spectre inversé. Se pourrait-il qu’il me semble voir du rouge là où il vous semble voir du vert, bien que je me comporte de la même manière que vous, et que nous regardions tous les deux quelque chose de vert, dans des circonstances optimales ? Une possibilité analogue apparaît dans le cas des émotions. Se pourrait-il que je ressente un plaisir intense là où vous, vous éprouvez une douleur intense une jalousie érotique intense là où vous éprouvez seulement un frisson agréable, bien que nous nous comportions de la même façon ?

2Une réponse à la possibilité de renversement ou de transposition de la couleur a été donnée par Hayek et Harrison : elle consiste à souligner que les impressions sensorielles ne sont pas simplement des atomes, mais manifestent un certain ordre, un ordre qui ne survivrait pas à l’inversion. Comme le suggèrent ces auteurs, les types d’inversion décrits ci-dessus ne conserveraient pas le fait que certaines impressions sensorielles – comme la couleur orange – sont des impressions binaires, ou le fait que le bleu est plus sombre que le jaune. Je ne connais aucune démonstration définitive du bien-fondé d’une telle stratégie. Mais je me propose d’explorer une stratégie similaire, concernant la possibilité d’émotions inversées. Ceci implique, tout d’abord, que l’on rende compte de l’ordre manifesté par les émotions. Comme on le verra les analogies et les connexions entre les qualia visuelles et les qualia affectives s’avèrent importantes pour une telle entreprise.

Décrire les émotions

3Ces cent dernières années, les philosophes ont analysé les émotions dans deux traditions philosophiques distinctes. La première, celle de la psychologie descriptive de Brentano et Stumpf, à travers ses diverses transformations – y compris la phénoménologie réaliste et la psychologie de la forme –, s’est développée jusqu’aux alentours de la Seconde Guerre mondiale. La deuxième est celle de la philosophie analytique de l’esprit. La principale liaison des deux traditions se trouve dans l’œuvre de Wittgenstein où l’on trouve plusieurs distinctions de la psychologie descriptive, et qui a stimulé de nombreux travaux de philosophie analytique. Broad et Ryle semblent avoir été les seuls philosophes analytiques à avoir une certaine familiarité avec la tradition descriptive antérieure. Les deux traditions attachent beaucoup d’importance à une description soigneuse. En philosophie, on met rarement l’accent sur la description. Pourtant elle cède souvent la place à l’argumentation. La philosophie du langage ordinaire, dans sa variété oxfordienne, représente peut-être le summum du descriptivisme en philosophie analytique tout en étant, à vrai dire, en partie responsable de sa mauvaise réputation.

4Même si le descriptivisme est un élément clé dans une bonne partie de la philosophie du langage et de la sémantique formelle – pour des raisons évidentes – il n’est pas particulièrement développé dans la philosophie de l’esprit d’aujourd’hui. C’est, peut-être, à cause des conceptions de la psychologie populaire qui ont cours. Mais le fonctionnaliste ou le naturaliste contemporain, à moins qu’il ne soit éliminativiste, devrait s’intéresser à l’analyse de la psychologie populaire des émotions et des désirs – ne serait-ce que parce que les résultats d’une telle analyse fournissent quelques-unes des données qu’un naturalisme accompli doit expliquer.

  • 1 Ces deux programmes descriptifs du vingtième siècle doivent beaucoup à Aristote et, pour quelques é (...)

5Pour ce qui suit, je présente une sélection personnelle de quelques distinctions centrales et affirmations qu’on rencontre dans les deux traditions évoquées. C’est un choix personnel et j’ai simplifié et modifié chaque fois que je l’ai jugé convenable. Presque tous les points de ma sélection prêtent controverse et ils ont été attaqués dans ces mêmes traditions. Mais, pris ensemble, ils constituent, je crois, une carte intéressante des émotions. Pour ce qui est de la première tradition descriptive (celle de Felix Austria), ils se trouvent disséminés dans les écrits de Bolzano, Brentano, Ehrenfels, Pfänder, Stumpf, Meinong, Witasek, Baley, Husserl, Orestano, Geiger, Bühler, Musil, Kolnai, Katkov, Köhler, Kunz, Duncker et, spécialement, dans ceux de Scheler (pour ne pas mentionner des figures mineures qui se sont nourries largement de cette tradition, comme Heidegger et Sartre) ; pour ce qui est de la seconde tradition, on les trouve dans les œuvres de Moore, Broad, Wittgenstein, Ryle, Anscombe, Murdoch, Geach, Kenny, Davidson, Lyons, Scruton, Thalberg. Gordon, Gibbard, Greenspan, Elster, Baier, et tout spécialement Sousa1.

Épisodes et dispositions

6Les attributions d’émotions portent tantôt sur des épisodes ou des états transitoires, et tantôt sur des dispositions à de tels épisodes ou états. Il n’est pas évident que toutes les émotions puissent avoir, à la fois, un statut d’épisode et de disposition. L’amour, par exemple, et en particulier l’état d’être amoureux – c’est-à-dire, ce qui peut être mis à l’épreuve – est une disposition. S’il y a un sentiment amoureux, il est une manifestation d’une telle disposition. Mais ce n’est est qu’une parmi d’autres, et peut-être pas la plus importante.

7Je laisserai de côté les dispositions au profit des épisodes. Ces épisodes sont indéniablement liés, de façon complexe, au comportement – linguistique et non linguistique –, à l’expression et aux structures qu’ils forment. Mais la philosophie est affaire d’abstraction aux deux sens du terme. Et je ne tiendrai pas compte, par la suite, des multiples relations internes et externes que les émotions épisodiques entretiennent avec tout ce qui ne relève pas d’un épisode psychologique ou d’un de ses objets, sans cependant faire abstraction du déroulement (ou Verlauf) caractéristique de certaines émotions.

La base des émotions

8Max sent une douleur au pied gauche et il a peur du gros chien qui est en face de lui. S’il n’avait pas une perception du chien, une représentation quelconque de l’animal qui se trouve en face de lui, il ne serait pas effrayé par lui. Mais aucune perception, dans tous les sens ordinaires du terme, de son pied gauche, ni aucune pensée n’est requise pour qu’il ressente la douleur. Appelons les perceptions ou les pensées sur lesquelles sa peur est basée, la base de sa peur.

9Appelons sentiments ou sensations corporelles, émotionnelles et alghedonic (Gefühlsempfindungen) une douleur comme celle de Max et d’autres états semblables qui ne sont pas basés sur un contenu cognitif, perceptuel ou autre ; et appelons émotions la peur et d’autres épisodes ou états qui requièrent une telle base.

Contraintes de la base

10Une base se présente sous plusieurs formes. Elle peut être propositionnelle ou non propositionnelle, liée à différents modes ou attitudes (perceptuel, mnémonique, judicatif, etc.). À son tour elle peut, par exemple, se fonder sur un témoignage.

11La peur de Max peut être basée sur un jugement qu’il y a un gros chien salivant devant lui, jugement qui peut se fonder sur la perception de l’animal. Mais la perception à elle seule fera l’affaire aussi bien. Son regret de s’être comporté si épouvantablement à l’égard de sa première femme peut reposer sur une croyance – elle-même fondée sur des souvenirs – ou sur les souvenirs seuls, ou bien sur ce que des amis proches lui ont dit de son comportement.

12Les philosophes qui pensent que les perceptions sont des formes de croyance ou de jugement pourraient être tentés de nier que certaines sortes d’émotion puissent être basées sur des représentations perceptuelles qui n’impliquent pas l’usage de concepts – des émotions ressenties à la fois par les humains et les autres animaux. Cette erreur kantienne est moins répandue qu’elle ne l’a été.

13Ces bases que sont les perceptions et les pensées donnent aux émotions l’intentionnalité qui leur est propre. Les objets des perceptions et des pensées sont les objets des émotions basées sur ces mêmes perceptions et pensées. Il se peut que les impulsions, les appétits et les instincts révèlent une forme sui generis de proto-intentionnalité. Mais les pensées, les perceptions et les souvenirs médiatisent les émotions. Cela n’entraîne pas, bien sûr, que le sujet soit conscient des contenus en vertu desquels il a les émotions qu’il a, ni qu’il puisse les appréhender. Dans la mesure où nous avons un accès affectif au monde, cet accès, qui est ou semble direct et non médiatisé se fait en vertu de sentiments, d’impulsions et d’émotions dont les bases nous sont inaccessibles.

14Quoique toutes les émotions fondées sur des pensées vraies ou des perceptions véridiques soient des relations entre un sujet et des objets ou des états de choses, il y a un type d’émotion qui est relationnel en un sens large : la préférence. Mme de Lespinasse avait cette différence présente à l’esprit lorsqu’elle disait que les femmes veulent être préférées plutôt qu’aimées. Les préférences sont des relations à trois places entre un sujet, un objet ou un état de choses préféré, et un objet ou un état de choses qui est délaissé en faveur du premier.

15Les préférences, dans cette acception du terme, ne doivent être confondues ni avec des choix épisodiques dont les objets doivent être des états de choses qui n’appartiennent pas au passé ni avec les préférences hypothétiques ou dispositionnelles dont traitent les économistes.

16Même si les émotions requièrent des bases, il n’est pas nécessaire que leurs objets coïncident entièrement avec les objets de la base pertinente. Si la désapprobation d’Alexandre est fondée sur la croyance que Mary ment, il se pourrait tout aussi bien que l’objet de sa désapprobation soit son mensonge plutôt que Mary. En d’autre termes, les émotions sont sélectives : elles sont en rapport avec la totalité ou une partie seulement de leurs bases. Leur plasticité est un trait qu’elles partagent avec les perceptions, que celles-ci portent sur des événements, des processus, des états ou des choses.

17La sélectivité et la plasticité des émotions apparaissent également quand nous tenons compte de la variété des bases possibles. Certaines émotions, comme l’amour et l’admiration exigent des bases non propositionnelles, lesquelles auront normalement des relations diverses avec des croyances complexes ; d’autres, comme le regret, requièrent des bases propositionnelles. De nombreuses émotions exigent que leurs bases contiennent des types de contenu assez déterminés. Le regret, par exemple, est fondé sur des croyances relatives au passé. L’orgueil est basé sur des contenus comportant une référence au sujet. Le dégoût est plus étroitement lié à des bases perceptuelles qu’à des pensées purement descriptives, et il est plus intimement attaché aux modalités visuelles et tactiles qu’aux modalités auditives. Autrement dit, les émotions peuvent exiger des contenus de types déterminés ainsi que des attitudes ou des modes de types déterminés.

18Les bases des émotions qui sont propositionnelles doivent-elles contenir des prédicats de valeur ? Si Aurel admire une action de Sam, doit-il croire que celle-ci est bonne ? La peur de Max, due au chien, doit-elle être fondée sur une croyance telle que celle que les gros chiens sont méchants ? C’est une question difficile sur laquelle nous devrons revenir.

19C’est, premièrement, à cause de leurs bases que les émotions peuvent être caractérisées comme rationnelles ou irrationnelles, comme plus ou moins justifiées. Une pensée est vraie ou fausse, une perception véridique ou non véridique. Mais, de plus, chacune peut être plus ou moins justifiée. Les émotions peuvent être classées en fonction des propriétés de leurs bases. Mais les émotions sont également appropriées ou non appropriées par rapport à leurs bases et à leurs objets. La pensée vraie et justifiée qu’un enfant souffre peut, par exemple, fournir une base à une réponse émotionnelle complètement injustifiée, telle que l’amusement. Finalement, une émotion peut être plus ou moins appropriée suivant la séquence et la structure d’émotions auxquelles elle appartient.

20Les sentiments ou les sensations émotionnelles ne peuvent être justifiées en aucun des deux premiers sens. Les humeurs, comme l’angoisse et la jubilation, sont souvent présentées comme dépourvues d’objet. Mais quand celles-ci ne sont pas des sentiments complexes (des sensations) elles ont des bases ou des contenus. Si Martin se sent angoissé en marchant dans une forêt allemande, il éprouve un certain nombre de contenus perceptuels qui sont colorés par son humeur, de la même manière que les émotions colorent leurs bases. Le trait central des humeurs par opposition aux émotions, est qu’elles ne sont ni justifiées ni motivées par les contenus ou bases.

21La supposition que l’intentionnalité des émotions dépend de celle de leurs bases pourrait suggérer que, si une base donnée est étroite ou large, il en sera de même pour l’émotion. Mais les choses sont plus complexes et le phénomène des émotions « vraies » en fait partie.

22Au lieu de dire simplement que « espérer que p », par exemple, requiert de croire que p n’est pas le cas, nous pouvons adopter une conception « large » de l’espoir et dire que si p est le cas, alors, quelle que soit la croyance du sujet à propos de p, il n’espère pas que p. Que ce soit du point de vue fort ou faible, une personne qui espère que p ne saura pas que p. Mais les attributions de nombreuses émotions sont « factives » (factive) et véridiques. Ces émotions sont des « sentiments-savoirs » (Wissensgefühle). Si Max regrette que p, alors p. S’il s’amuse des singeries de Martin, c’est qu’il y en a eu. Il sait que p et il connaît les singeries ; il a des preuves de l’un et de l’autre.

23Ici encore on trouve, un parallèle étroit entre les émotions et la perception. Car les comptes rendus (reports) de perception attribuant des perceptions de choses, d’événements (comptes rendus à complément infinitif nu « naked infinitives ») et d’états, sont véridiques ; et les comptes rendus de vision épistémique (« voir que ») sont factifs (factives).

24Selon la position défendue ici, il y a une distinction nette entre les sentiments ou les sensations émotionnelles, qui ne réclament pas des perceptions ou des pensées, et les émotions qui, elles, en exigent. Mais il existe un cas intermédiaire intéressant, dans lequel un type de sentiment nécessite une base déterminée qui n’a pas de contenu représentatif. Le plaisir pris à une activité (Funktionsfreude, Schaffenslust) est fondé sur une activité : c’est le plaisir dans l’activité. Mais l’activité en question, jouer au tennis par exemple, n’est pas représentée et ne représente rien.

25Si l’intérêt et l’attention sont des phénomènes affectifs, ils sont alors, eux aussi, des traits dépendants, mais en un sens différent de ceux distingués jusqu’à présent. Edmund, par exemple, voit et observe plus ou moins attentivement. Son attention modifie d’autres états et événements mentaux, mais pas en vertu d’une quelconque capacité représentative de ces derniers.

26On dit souvent que des bases cognitives et perceptuelles provoquent des épisodes émotionnels. La vue du chien cause la peur. Cette opinion est certainement vraie d’un certain nombre de situations. Elle est compatible avec l’affirmation qu’il existe une relation interne entre les termes mêmes de la relation causale. Mais c’est une simplification excessive. En premier lieu, parce que nombre de perceptions et de pensées qui deviennent des bases pour les émotions sont elles-mêmes déterminées par d’autres émotions et sensations émotionnelles. En second lieu, et plus généralement, parce que les bases et les émotions fondées sur elles ont souvent des causes communes. En dernier lieu, parce qu’il y a des relations d’interdépendance, causales et non causales, entre les traits affectifs et traits perceptuels/cognitifs d’une personne. Les sentiments d’Ulrich, à un moment donné, pour et à propos de sa sœur, sont basés sur des pensées qui elles-mêmes doivent leur existence à d’anciennes réactions émotionnelles. Ses sentiments rendent plus saillants qu’ils ne le seraient autrement certains traits de sa sœur. La passion, comme Reid l’a souligné, peut nous rendre à la fois perspicaces ou aveugles.

27Une fois de plus, l’analogie avec la perception est pertinente. Le pendant de la thèse disant qu’il y a une relation causale simple entre les bases et les émotions est que les indices perceptuels déterminent clairement les différentes constances perceptuelles. En fait, il y a une interaction entre les indices et les effets de constance.

Polarité

28Beaucoup de sentiments et d’émotions semblent advenir par pôles opposés : plaire/déplaire ; plaisir/douleur ; heureux/malheureux ; admirer/mépriser ; espérer/craindre ; amour/haine ; béatitude/désespoir.

29Désirer et vouloir leur ressemblent de ce point de vue, et diffèrent du jugement, qui n’a pas d’opposé. Nier que p c’est juger que non-p, bien que le phénomène pragmatique du déni polémique et la négligence du contenu propositionnel aient égaré les philosophes à ce sujet pendant longtemps.

30Les modes et les attitudes à pôles opposés admettent des degrés et sont corrélés au phénomène syntaxique de la « montée de la négation » (Neg Raising). Le vouloir et le désir se présentent comme des types opposés polairement, qui admettent des degrés. La plupart du temps, le vouloir négatif n’est pas marqué comme tel (quoique Dante utilise « disvoglio » [Inferno, II, 37-38]) mais ses dérivés, comme « éviter », le sont. La croyance et la non-croyance admettent des degrés ; et dire qu’Adolphe ne croit pas que p c’est dire soit que ce n’est pas le cas qu’il croit que p, soit qu’il croit que non-p. Bien que l’opposition soit lexicalement marquée par les termes croyance et non-croyance (Glaube et Unglaube), elle n’est pas très importante psychologiquement, tout simplement parce que la croyance est une disposition. Cependant, l’opposition est psychologiquement réelle dans le cas des émotions épisodiques. Dire que Max n’aime pas Martin c’est dire ou bien que ce n’est pas le cas que Martin lui plaît, ou bien que Martin lui déplaît.

31Mais les émotions ne se présentent pas toutes en types opposés polairement. L’« enjoyment » par exemple, semble ne pas avoir de pôle opposé. Le fait que la langue française n’ait pas de mot pour « enjoy », « godere » ou « gemessen », est malheureux – « jouir » et « jouissance » ayant acquis des connotations orgasmiques. (Comment un Français peut-il dire qu’il a « enjoyed » une symphonie plutôt que d’avoir seulement pris plaisir à l’écouter ?). Ceci pourrait être lié à la tendance de la philosophie française à sexualiser l’esprit et la vie en général – à parler d’« écriture libidinale », par exemple.

32La honte et l’« embarrassment » sont deux autres candidats au rôle d’émotions sans pôle opposé. L’orgueil n’est pas l’opposé de la honte car, bien que Max puisse être fier d’une personne qu’il connaît, il ne peut pas être fier « pour » elle de la même façon qu’il peut avoir honte pour elle. Dans une certaine tradition, l’« embarrassment » est vu comme un phénomène particulièrement anglo-celtique et ignoré des Français ; ceux qui qualifient les Français de sans-gêne ou d’impudents pourraient en être les représentants. Mais on ne devrait peut-être pas faire trop cas du fait que la distinction entre « blushing » et « flushing » (tous deux traduits par « rougir ») manque au français.

33Enfin, il se peut que le ressentiment n’ait pas d’opposé. Son caractère complexe et étendu illustre pourquoi la simple distinction entre émotions de signe opposé est si souvent inapplicable. Le ressentiment implique, typiquement, un certain déroulement : les jugements de valeur positifs ou les préférences sont suivis par des émotions telles que l’envie et la jalousie, lesquelles, associées à une impuissance ou à une incapacité éprouvées, mènent à un renversement de l’évaluation initiale et à des émotions négatives dirigées vers l’objet de la nouvelle estimation. Les raisins sont vus, désormais, comme n’étant pas mûrs et dépourvus d’intérêt.

34Il semble qu’il y ait des preuves du fait que notre vocabulaire émotionnel est plus riche en termes négatifs qu’en termes positifs. Si c’est vrai, cela peut refléter une asymétrie bien connue au niveau du comportement. Alors qu’il n’existe qu’un type de comportement positif – l’animal se meut vers sa nourriture par exemple ou est attiré par elle – il y a deux sortes distinctes de comportement négatif : la fuite et l’agression.

35Les concepts d’opposition et de degrés soulèvent un certain nombre de questions. Y a-t-il toujours un point zéro ? Les transitions sont-elles continues ? À quoi équivaut l’opposition contraire ? On dit parfois que quelqu’un ne peut pas ressentir simultanément une émotion positive et son opposé, par rapport à un seul et même trait du même objet. Que l’ambivalence et les phénomènes apparentés indiquent que cela soit faux ou non, l’idée que de tels états de choses – à l’instar des préférences intransitives – ne doivent pas se produire, peut être fort utile lorsqu’il s’agit de rendre compte de la rationalité des émotions.

Fusion

36Supposons que Max ressente une douleur de même intensité et de même type au coude et à la main, mais pas entre les deux. Puis, la douleur s’étend de sorte qu’il ressent une douleur du même type tout au long du bras. C’est le phénomène de la fusion, analogue à celui de la fusion perceptuelle. Un autre exemple pourrait être la fusion entre la tristesse et la mélancolie.

37Toutes les émotions négatives peuvent-elles fusionner ? Et toutes les émotions positives ? L’exemple suivant suggère que tel n’est pas le cas.

38Max ressent une douleur au bras, il se sent en même temps vigoureux et en bonne santé. Il est aussi très malheureux parce que la dame qu’il aime le méprise. D’autre part, il est fermement persuadé que son Dieu l’aime : Max est aussi loin que possible d’un état de désespoir, en fait il est dans un état de béatitude.

39Il semble plausible que Max puisse simultanément éprouver ces deux états négatifs ainsi que les deux états positifs. Ni les deux états positifs, ni les deux négatifs ne fusionnent. Il peut avoir des sentiments mixtes.

Assujetti à la volonté

40Les états dans lesquels Max se trouve appartiennent à quatre catégories distinctes : les sentiments localisés, les sentiments non localisés, et deux sortes d’émotions. Un argument supplémentaire en faveur du fait qu’il s’agit d’états distincts est que les membres de ces catégories entretiennent des relations différentes à la volonté.

41Il se peut qu’il y ait une distinction absolue entre ce qui est et ce qui n’est pas assujetti à la volonté. Les mouvements corporels et les exercices de l’imagination sont des exemples du premier cas. La première règle de la Déduction Naturelle nous dit que nous pouvons supposer que p pour tout p. De même, il est possible d’imaginer des scènes visuelles d’une variété illimitée. Juger, vouloir, voir sont des exemples de la deuxième catégorie. Même Descartes n’était pas réellement capable de juger n’importe quel p. Ceci dit, même s’il est vrai que la capacité de juger n’est pas assujettie à la volonté, il se peut qu’elle soit l’objet de l’exercice de la volonté, un saut comme Frege a suggéré. Bien sûr, s’il est vrai, comme le dit Cicéron, qu’il n’y a pas de proposition si absurde qu’elle n’ait été affirmée par quelque philosophe, alors on pourra toujours imaginer des circonstances dans lesquelles, pour n’importe quel p, une personne donnée pourrait affirmer p. Mais la personne en question ne pourrait pas décider de juger que p, et les impératifs à cette intention seraient malformés.

42Qu’il y ait ou non une distinction absolue entre ce qui est et ce qui n’est pas assujetti à la volonté, il semble qu’il y ait une distinction relative entre ce qui est plus ou moins indirectement objet de la volonté. Pascal pensait que la croyance religieuse pouvait être indirectement induite et maintenue par la fréquentation de l’église, et par la récitation des prières. Sartre pensait que c’était vrai, en gros, aussi de l’amour – il suffit, probablement, de prononcer les paroles qui conviennent, d’offrir des cadeaux, etc. On pourrait, en leur honneur, appeler les différents types d’exemples de connexion indirecte, « the French Connexion ».

43Les plaisirs et les douleurs sensoriels localisés, et leurs semblables, sont relativement aisés à induire, à maintenir, à modifier et à éliminer, quoique indirectement. Un bon bordeaux ou une épingle pointue font souvent l’affaire. Le sentiment d’être en bonne santé et vigoureux est habituellement plus difficile à produire. Un certain nombre de démarches le rendent plus ou moins probable. Aujourd’hui, diverses drogues feront l’affaire. Mais remarquons que les sentiments véridiques de bonne santé ou de maladie sont encore plus difficiles à contrôler que les sentiments localisés. Dans plusieurs cas, nous contrôlons seulement les conditions qui rendent de tels sentiments plus ou moins probables.

44Le malheur dont Max souffre à cause du mépris de sa dame est beaucoup moins facile à contrôler que ses sentiments. Son état de béatitude existentielle ou religieuse semble être encore plus hors de portée de sa volonté.

45Bien sûr, toute tentative de développer et d’étendre cette suggestion devrait considérer non seulement les épisodes émotionnels dont une personne est l’objet à un moment donné, mais aussi ses dispositions et leurs manifestations à travers le temps. Il arrive souvent que les émotions les plus profondément enracinées soient celles qui sont ancrées dans les dispositions les plus permanentes.

Les objets sui generis

46La question posée et différée dans la section « Contraintes de la base » était : les pensées sur lesquelles certaines émotions sont basées doivent-elles contenir des prédicats de valeur ? De nombreux philosophes (et les psychologues qui parlent d’« estimations ») ont donné une réponse positive à cette question. Mais, puisque certaines émotions ne sont fondées que sur des contenus perceptuels, nous pourrions penser que la réponse devrait être négative. Il suffit peut-être que les prédicats des bases cognitives des émotions soient purement naturels. Mais, quoi qu’il en soit, une explication de la relation entre les émotions et les valeurs est requise.

47Pré-théoriquement, la multiplicité des émotions correspond à celle des valeurs, ce qui est bon, mauvais, axiologiquement indifférent, meilleur, pire, plus ou moins beau et à celle de leurs nombreuses spécifications (ce qui est élégant, courageux, etc.). De manière similaire, la monotonie du désir s’assortit avec la petite famille des opérateurs déontiques. Les prédicats axiologiques s’appliquent à des objets de toutes sortes, tandis que les opérateurs déontiques ne concernent que des actions ou des types d’action. Ce qui est bon ou mauvais n’est pas toujours obligatoire ou interdit, les actes surérogatoires en sont un exemple. Il y a des concepts axiologiques relationnels mais pas d’obligations relationnelles – pour de bonnes raisons pratiques. Ce qui est bon est ce qui doit exister : les choses, les événements et les états doivent exister, durer, se produire. Ce qui est obligatoire est ce qui doit être fait : des événements contrôlés par des agents.

48Plus controversée encore est la thèse – soutenue par ceux qui ont un tour d’esprit anti-kantien – disant que les propositions déontiques sont justifiées en référence aux propositions axiologiques. Les concepts axiologiques, le courage par exemple, semblent avoir une relation interne avec des concepts naturels, tels que la peur d’une façon qui n’a pas ou très peu, de parallèle dans la sphère déontique. Ces relations entre les valeurs et les normes correspondent, pour les mêmes anti-kantiens, à des liens variés entre les émotions et le désir : ils soutiennent, par exemple, que désirer que aRb équivaut à avoir une attitude émotionnelle positive envers cet état de choses, ou envers quelque chose en rapport avec lui. Ou bien ils affirment que l’acratique souffre non pas de faiblesse de la volonté mais de faiblesse au cœur. Ou encore, ils prétendent que l’objet immédiat de la thérapie, ce sont les émotions plutôt que le désir.

49Mais les prédicats axiologiques ont-ils des valeurs sémantiques ? L’analogie avec la question des valeurs des prédicats de qualités secondes est bien connue. Devrait-on dire seulement que les prédicats axiologiques et les prédicats de couleur correspondent à des propriétés monadiques, indépendantes de l’esprit ? Peut-être que non. Les propriétés chromatiques et axiologiques ressemblent peu aux véritables propriétés monadiques. Les prédicats portant sur des propriétés fondamentales naturelles introduisent souvent une quantification sur des états et des événements individuels. Dire la même chose des prédicats de valeur serait plus que contestable.

50Peut-être devrions-nous dire que les valeurs et les couleurs sont des objets immanents ou des objets qui viennent à être lorsque certains prédicats sont utilisés. Ou bien que les prédicats axiologiques et les prédicats de couleur ont comme valeurs les objets qui viendraient à être s’il y avait des occurrences d’impressions de couleur ou d’émotions.

51Un type de réponse plus minimaliste à notre question, dont les variantes ont eu un certain succès depuis Brentano jusqu’à Chisholm, Wiggins et De Sousa, a l’allure suivante. Avoir de la valeur, c’est être l’objet possible d’une pro-émotion appropriée. Ceci est un pur schéma, qu’on peut déterminer davantage en employant différents types spécifiques de termes d’émotions positifs et négatifs, et de termes de valeur (par exemple, l’indignation et l’injustice, le dégoût et les valeurs vitales négatives).

52Ce schéma peut être également enrichi au moyen d’une étape intermédiaire. Être un objet de valeur, c’est être l’objet possible d’un éloge approprié ; et être l’objet possible d’un éloge approprié, c’est être l’objet possible d’une pro-émotion appropriée. Cette stratégie utilise le concept déjà introduit de convenance (appropriateness). On trouve parfois cette notion dans les analyses dispositionnelles de prédication de couleur, et dans les clauses spécifiant des circonstances et des sujets normaux ou standard, où la « normalité » n’est pas analysée en termes entièrement naturalistes. Mais c’est aussi une notion que toute analyse de la perception exige : une perspective visuelle sur un objet peut être plus, ou moins, optimale qu’une autre ; une figure perçue peut être plus proche qu’une autre du prototype optimal ; les apparences visuelles qui contribuent à la justification d’un jugement perceptuel sont appropriées à l’objet du jugement.

53Comme on l’a vu, il y a plusieurs types de relations de convenance liant les émotions, leurs objets et leurs bases. C’est la différence principale entre les explications dispositionnelles de la prédication de couleur et l’explication présente de la prédication de valeur. Supposons qu’Alexius possède une certaine information, visuelle et conceptuelle, à propos d’une action de Max. Cette information est vraie, véridique et justifiée ; elle dit que Max a vu un enfant qui se noyait, a formé l’intention de le sauver, a vaincu sa peur, et a sauvé l’enfant. L’information ne contient pas de prédicat de valeur. Alexius admire l’acte de Max sur la base de cette information.

54Mais qu’est-ce que cela pourrait signifier de dire que l’acte de Max était courageux, vertueux, bon ? Peut-être tout simplement qu’une émotion comme celle d’Alexius serait appropriée. Remarquons que Max est en contact cognitif avec des objets naturels, des événements et leurs propriétés. Le trait de la situation décrite qui introduit des propriétés de valeur c’est la présence de relations de convenance. Cette sorte de contact direct avec des entités réelles fait souvent défaut aux explications dispositionnelles portant sur les couleurs. Il suffit de penser au cas où on nous dit que voir la rougeur d’un objet – quelque chose qui semble réel – est voir une pure possibilité ou bien une possibilité plus une base catégorielle, laquelle se trouve au-delà de la portée perceptuelle du sujet (telles que les propriétés de réflectance).

55Le cas décrit ci-dessus, Max est courageux, est celui d’une prédication de valeur qui est une proposition contingente, dans laquelle le terme de valeur est utilisé prédicativement. Mais on sait évoquer deux autres cas. Premièrement, il y a des propositions de valeur contingentes et conditionnelles (instrumentales), ainsi que des usages attributifs de termes de valeur (si vous êtes affamé, cette pomme est bonne ; ce couteau est bon). Dans de tels cas, ce qui rend vraies les propositions axiologiques impliquera plusieurs faits naturels complexes. C’est seulement en raison de ces faits que les pro-émotions seront appropriées et que quelque chose aura une valeur d’utilité.

56Deuxièmement, il y a les propositions axiologiques a priori et non contingentes : le plaisir est meilleur que la douleur, la santé est meilleure que le plaisir, etc. Il y a peu de candidats à des platitudes de ce genre et ils posent moins de problèmes à l’analyse de la valeur en termes de convenance que ne le font les propositions axiologiques contingentes dans lesquelles des termes de valeur sont utilisés comme prédicats, bien que ces dernières impliquent toujours de telles propositions non contingentes. Ainsi, pour que le plaisir soit meilleur que la douleur il suffit qu’il soit vrai que préférer le plaisir à la douleur soit approprié et que préférer la douleur au plaisir soit non approprié. Que l’injustice soit une valeur négative signifie seulement que l’indignation est appropriée, etc. À la différence des deux catégories de propositions axiologiques contingentes énoncées plus haut, la saisie des platitudes axiologiques exige seulement de pures présentations d’entités psychologiques et vitales et aucune présentation d’un autre genre.

57L’explication la plus minimaliste des platitudes axiologiques non contingentes dit que tout ce qui possède une valeur intrinsèque est une entité psychologique et vitale, c’est-à-dire, une entité naturelle. Si l’on combine cette thèse avec l’explication qui lie la valeur aux relations de convenance entre ces épisodes qui ont lieu naturellement – les émotions de niveau supérieur et d’autres entités naturelles – le résultat sera une explication cognitiviste des propositions éthiques, laquelle s’approche peut-être, aussi près que possible, des positions anti-cognitivistes, émotivistes et expressivistes décrites originalement par Hagerstrom et Scheler.

Inversion

58Nous sommes maintenant en mesure de répondre à la question de départ. Des stratégies comme celle de Harrison, face à la possibilité de transposition des couleurs, font appel à certains traits de l’espace des couleurs, en particulier aux relations internes entre les impressions de couleur. L’orange se trouve entre le rouge et le jaune, le bleu est plus sombre que le jaune. Ces propositions sont des relations internes en ce sens que, étant donné les termes de la relation, la relation elle-même doit exister.

59Si le tableau général des émotions esquissé ci-dessus est correct, alors un grand nombre de relations internes impliquant des émotions, à l’intérieur et à l’extérieur de l’espace émotionnel, a été trouvé.

60Les émotions épisodiques et les sentiments peuvent être classés selon leur degré d’intensité, selon le degré auquel ils sont assujettis à la volonté et, dans de nombreux cas, en termes de relations d’opposition et de possibilités ou d’impossibilités de fusion. Le défenseur de la possibilité des affects transposés nous doit une explication de la transposition qui respecte ces conditions.

61Supposons que toutes les émotions et tous les sentiments manifestent des oppositions polaires. Nous pourrions alors imaginer des créatures qui éprouvent du plaisir, de l’amour et de la béatitude dans les situations mêmes où nous éprouvons de la douleur, de la haine et du désespoir. Une telle transposition devrait respecter les deux relations internes de degré d’intensité et de degré d’assujettissement à la volonté. Mais nous avons aussi l’expérience d’émotions qui n’ont pas d’opposés. Aussi, les transpositions de notre espace émotionnel devraient respecter les relations de distance entre ces points singuliers et les émotions qui ont des pôles opposés, en même temps que leurs signes respectifs.

62Mais ce ne sont là que les premiers problèmes auxquels le défenseur de la transposition devrait se mesurer. Les émotions dépendent des bases perceptuelles et cognitives, et cette dépendance est elle-même une relation interne. Les types d’émotion et les types de base se trouvent dans des relations de convenance, de non-convenance (inappropriateness), et de convenance relative, les uns par rapport aux autres. Les bases elles-mêmes sont véridiques ou vraies, non véridiques ou fausses, et plus ou moins justifiées. Les émotions sont appropriées et non appropriées dans la mesure aussi où elles sont des parties, plus ou moins inappropriées, de séquences émotionnelles plus complexes. Enfin, comme nous l’avons vu, la correspondance entre émotions et valeurs – qu’elle soit ou non analysée en termes de relations de convenance entre les émotions de niveau supérieur et celles de niveau inférieur et les entités vitales – pose encore un autre problème au défenseur de la transposition. On dit parfois que les faits témoignent pour ce défenseur dans le cas des émotions de niveau supérieur. On dit ainsi que le masochiste préfère la douleur au plaisir. Avant d’objecter qu’une telle préférence ne serait pas « réellement » appropriée, une question doit être résolue au préalable. Est-ce que le masochiste préfère réellement la douleur tout court au plaisir, ou plutôt un ensemble contenant de la douleur et du plaisir ? L’autre élément dans cet ensemble pourrait être, par exemple, la soumission. Mais le thème des unités organiques, pour chacune des trois différentes classes de propositions axiologiques, est très difficile à traiter.

  • 1 Cet article est une communication présentée en 1995 à Genève, aux « Journées d’études sur l’émotion (...)

63Les nombreuses boucles fermées, que nous avons rencontrées dans notre exploration des émotions, suggèrent qu’une défense de la réversibilité affective est une tâche probablement plus difficile encore que la défense de la réversibilité perceptuelle. Mais, comme nous l’avons vu, les deux problèmes sont aussi liés de façons diverses et variées. En effet, si les couleurs possèdent parfois des valences émotionnelles de manière non accidentelle, les deux problèmes devront être étudiés ensemble1.

Bibliographie

Bollnow Otto (1956), Das Wesen der Stimmungen, Frankfurt, Klostermann (trad. fr., Neuchâtel, La Baconnière, 1953).

Broad Charlie (1954), « Emotion and Sentiment », Journal of Aesthetics and Art Criticism, XIII.

Chisholm Roderick (1982), Brentano and Meinong Studies, Amsterdam, Rodopi.

Chisholm Roderick (1986), Brentano and Intrinsic Value, Cambridge, Cambridge University Press.

De Sousa Ronald (1987), The Rationality of Emotions, Cambridge, MA, MIT Press.

Duncker Karl (1941), « On Pleasure, Emotion and Striving », Philosophy and Phenomenological Research, 1, p. 391-430.

Eaton Howard O. (1930), The Austrian Philosophy of Values, Oklahoma, University of Oklahoma Press.

Ehrenfels Christian (1982), Werttheorie. Philosophische Schriften, I, Munich, Philosophia.

Findlay John (1935), « Emotional Presentation », Australasian Journal of Psychology and Philosophy, XIII, p. 111-121.

Geiger Moritz (1911), « Das Bewusstsein von Gefühlen », Münchener philosophische Abhandlungen Th. Lipps zu seinem 60. Geburtstag, Leipzig, p. 125-162.

Geiger Moritz & Aurel Kolnai (1974), Beiträge zur Phänomenologie des ästhetischen Genusses (Geiger). Der Ekel (Kolnai), Tübingen, Niemeyer.

Gibbard Allan (1990), Wise Choices, Apt Feelings. A Theory of Normative Judgment, Oxford, Clarendon.

Gomperz Henrich (1915), Die Lebensauffassung der griechischen Philosophen und das Ideal der inneren Freiheit, Iéna, Diederichs [1904].

Gordon Robert (1987), The Structure of Emotions. Investigations in Cognitive Philosophy, Cambridge, Cambridge University Press.

Greenspan Patricia (1988), Emotions and Reasons. An Inquiry into Emotional Justification, New York, Routledge.

Harrison Bern (1973), Form and Content, Oxford, Blackwell.

Katkov George (1940), « The Pleasant and the Beautiful », Proceedings of the Aristotelian Society, p. 177-206.

Kenny Anthony (1963), Action, Emotion and Will, Londres, Routledge.

Kenny Anthony (1990), The Metaphysics of Mind, Oxford, Clarendon.

Köhler Wolfgang (1935), The Place of Value in a World of Facts, Londres, Kegan Paul.

Kolnai Aurel (1931), « Hochmut », Philosophisches Jahrbuch, 44 (2).

Kraus Oskar (1937), Die Werttheorien : Geschichte und Kritik, Brünn, Rudolf R. Röhrer.

Lyons William (1980), Emotion, Cambridge, Cambridge University Press.

Meinong Alexius (1968-78), « Über Emotionale Präsentation », in Id., Gesamtausgabe, Graz, Akademische Druck-und Verlagsanstalt, vol. III [1916].

Mulligan Kevin (1991), « Colours, Corners and Complexity, Meinong and Wittgenstein on some Internal Relations », in B. C. van Fraassen, B. Skyrms & W. Spohn (eds), Existence and Explanation : Essays in Honor of Karel Lambert, Dordrecht, Kluwer, p. 77-101.

Mulligan Kevin (à par.), « Dependence, Distance and Determination : Internal Relations and their Roles », in G. Haefliger & P. Simons (eds), Analytic Phenomenology, Dordrecht, Kluwer.

Nussbaum Martha (1994), The Therapy of Desire. Theory and Practice in Hellenistic Ethics, Princeton, Princeton University Press.

Reisenzein Rainer & Wolfgang Schönpflug (1992), « Stumpf’s Cognitive Evaluative Theory of Emotions », American Psychologist, p. 34-54.

Rorty Amelie O. (ed.) (1980), Explaining Emotions, Berkeley, CA, University of California Press.

Scheler Max (1966), Der Formalismus in der Ethik und die materiale Wertethik. Neuer Versuch der Grundlegung eines ethischen Personalismus, Berne, Francke [1913-1916].

Smith Barry (1985), « Sur la modification du sentiment : l’esthétique de l’école de Graz », Revue d’Esthétique, 9, p. 19-37.

Taylor Gabriele (1985), Pride, Shame and Guilt. Emotions of Self-Assessment, Oxford, Clarendon.

Thalberg Irving (1977), Perception, Emotion and Action. A Component Approach, Oxford, Blackwell.

Titchener Edward B. (1908), Lectures on the Elementary Psychology of Feeling and Attention, New York, Macmillan.

Wilson John R. S. (1972), Emotion and Object, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 Ces deux programmes descriptifs du vingtième siècle doivent beaucoup à Aristote et, pour quelques éléments, aux empiristes et aux rationalistes. Récemment, Martha Nussbaum (1994) a longuement insisté sur les écoles hellénistiques, aux dépens d’Aristote. Quatre-vingt-dix ans auparavant, environ, Heinrich Gomperz (1904) – un élève renégat de Brentano – a tenté de faire la même chose. Son explication de la liberté intérieure a certainement influencé Musil ; elle anticipe de nombreuses notations de Wittgenstein sur les émotions et la valeur ; elle fournit aussi des formulations claires des mysticismes athées et panthéistes qui furent si populaires en Autriche-Hongrie.

Notes de fin

1 Cet article est une communication présentée en 1995 à Genève, aux « Journées d’études sur l’émotion », et à Aix-en-Provence. Je remercie les auditeurs pour leurs critiques qui m’ont beaucoup aidé. Il a été rédigé dans le cadre du projet du Fonds national suisse pour la recherche scientifique, 10-2436.88.

Auteur

Professeur de philosophie analytique à l’université de Genève.

Juan Gonzalez (Traducteur)
Olivier Fontaine (Traducteur)

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search