Version classiqueVersion mobile

L’enquête sur les catégories

 | 
Bernard Fradin
, 
Louis Quéré
, 
Jean Widmer

Recherches

Les propriétés sociologiques du concept

The Sociological Properties of Concepts

Sociologischen Eigenschaften des Konzept

Albert Ogien

Résumé

Le lien entre catégories et concepts est traditionnellement conçu comme un rapport d’engendrement. Durkheim a cherché à y introduire une dimension socio-pragmatique. Mais sa tentative a fait long feu, la postérité ayant réduit la notion de catégorie à celle de classe. L’ethnométhodologie (à travers Sacks) a repris le projet de Durkheim, mais en fin de compte elle a opéré la même réduction. On trouve chez Cassirer une approche du phénomène de la connaissance en général et de l’activité de conceptualisation en particulier qui permet de prévenir cette réduction et d’expliciter le contenu pratique des concepts, et donc leurs propriétés sociologiques.

Texte intégral

1La notion de catégorie recouvre les significations les plus antinomiques : elle nomme tout à la fois la modalité la plus générale de classement des choses, des attitudes et des êtres ; ou le principe qui permet de procéder à toute forme de classement ; ou encore l’élément minimal de définition des entités physiques, sémantiques ou perceptuelles ; ou, finalement, un simple synonyme des mots de la langue ordinaire.

  • 1 Indétermination bien circonscrite par Fernando Gil : « Chez Aristote, les catégories découpent les (...)
  • 2 Comme Granger : « Cependant une équivoque essentielle et féconde ne cesse de peser sur la notion. C (...)

2Chercher à clarifier la signification de la notion de catégorie paraît être une tâche bien inutile : les philosophes, tout en admettant que cette notion soit liée à la question de la connaissance, s’accommodent parfaitement de son indétermination1 ; et certains affirment même que c’est précisément le flou qui la caractérise qui lui donne tout son charme2.

3Il est pourtant des circonstances dans lesquelles une telle clarification s’impose. C’est typiquement le cas lorsqu’une discipline scientifique qui entend rendre compte de l’activité cognitive s’en empare. Ainsi, lorsque le mot « catégorie » apparaît dans la sociologie, ses significations sont au moins aussi disparates qu’elles peuvent l’être en philosophie : en règle générale, il indique ces entités ordinaires de la classification sociale dans lesquelles Durkheim (1963) voyait l’expression de « représentations collectives » ; souvent, il qualifie des classements de type statistique, comme les fameuses « catégories socio-professionnelles » ; plus exceptionnellement, il évoque, à la suite de Simmel (1984) ou Weber (1965), ces formes a priori de la connaissance que sont les « catégories » de raisonnement propres à un univers d’activité pratique spécifique ; enfin il peut, comme dans certaines recherches en ethnométhodologie s’inspirant des travaux de Sacks (1972) à propos de ce qu’il a appelé la « catégorisation », renvoyer à la genèse des manières ordinaires de produire du sens pour mener l’action.

4Existe-t-il un usage précis que la sociologie devrait faire de la notion de catégorie ? En se mesurant à cette interrogation, cet article indiquera tout d’abord comment, depuis Durkheim, deux manières d’appréhender la question des catégories s’opposent : une première la réduit à une doctrine de l’arbitraire des classements, quand l’autre soutient qu’elle permet une analyse sociologique du processus même d’émergence de la connaissance. Si la première de ces deux manières semble vouée à dominer le travail sociologique, on constatera qu’elle le fait en ignorant un problème capital pour toute théorie de la connaissance : celui du rapport entre catégorie et concept. Or, l’intérêt pour ce problème n’est pas forcément étranger à la sociologie : Durkheim en traite dans sa tentative de définition des « conditions sociologiques de la connaissance ». Cet article suggère donc de le remettre au programme de l’analyse sociologique, en faisant valoir comment le recours à quelques éléments de la théorie réflexive du concept élaborée par E. Cassirer pourrait donner l’occasion de reprendre le projet inachevé de Durkheim.

Catégorie et concept

  • 3 Il faut, comme de bien entendu, admettre que cette tradition ne se bâtit pas toujours sur une inter (...)
  • 4 Cette description peut être tenue pour la thèse forte de la définition. Il a été montré que, toute (...)

5Les catégories nomment, dans une tradition que l’on aime généralement faire remonter à Aristote3, les principes généraux de définition des entités : elles permettent d’en fixer la nature en raison de modalités de séparation strictes, et de procéder à une distribution en classes guidant, sans ambiguïté, la reconnaissance des objets du monde. Ici, les concepts sont des termes qualifiant l’essence d’une chose : ils se déduisent simplement de l’application méthodique des règles gouvernant la détermination scientifique de l’objectivité4.

6Dans la théorie qu’en propose Kant, les catégories figurent un ensemble fini de « concepts-souches de l’entendement pur » qui façonnent immédiatement l’acte de penser, donc celui de juger. Les catégories ne visent aucun objet particulier : elles sont des concepts d’ordre supérieur qui imposent la forme sous laquelle tous les contenus peuvent se fixer dans l’esprit. En ce sens, elles constituent à la fois la structure et l’instrument de l’entendement, puisque ce sont elles qui ordonnent l’« acquisition directe du concept » des objets qui s’offrent à l’intuition.

7Pour ces deux traditions, catégories et concepts forment un couple dans lequel les unes ne peuvent prendre existence que dans le rapport d’engendrement qui les lie aux autres. Mais ce rapport est envisagé sous un angle différent dans chacune d’entre elles. Pour la première, il recouvre la construction d’une classification : il suppose donc l’existence d’une réalité extérieure et la possibilité de comprendre les lois qui la régissent ; pour la seconde, le rapport se confond avec l’engendrement lui-même : les catégories sont ces éléments premiers de l’acte de pensée qui permettent de doter le concept d’un contenu empirique.

8L’ambiguïté des notions de catégorie et de concept s’estompe difficilement. C’est que leur définition varie non seulement selon la perspective théorique adoptée, mais également avec l’idée que l’on se fait à propos de ce à quoi correspond l’acte même de connaître : s’agit-il d’atteindre à l’objectivité des choses, de mettre en œuvre les moyens permettant de s’en donner une représentation ou d’exprimer la compréhension que l’on en a en en faisant un usage correct ?

  • 5 La construction de cette liste peut être diversement analysée : selon que l’on admet l’existence ou (...)

9Pour échapper aux embarras de l’imprécision, il est possible d’adopter une position réaliste. Une question suffit en ce cas : à quelle différence entre les contenus qui leur sont usuellement attribués correspond la persistance d’une distinction lexicale entre ces deux notions ? On constate alors que, de la façon la plus courante, le concept qualifie une liste d’éléments empiriques qui, sous diverses compositions, constituent le spectre de significations qu’il est possible de conférer à un mot de la langue naturelle, sans que son emploi en contexte ne manifeste ni absurdité ni contradiction insurmontable5 ; et que la catégorie rapporte, plus volontiers, à une suite de procédures cognitives opérant les mises en relation qui façonnent les diverses modalités de la connaissance. Telle est la définition, minimale et pratique, des notions de concept et de catégorie à laquelle on se tiendra pour l’instant.

10Lorsqu’elle s’est occupée de la notion de catégorie, la sociologie lui a directement octroyé un contenu socialement déterminé ; et c’est celui-ci qu’elle a cherché à appréhender. C’est ainsi que la tradition sociologique a imposé une réduction de la question des catégories à celle de la formation des classements dans l’esprit des membres d’une société. Le problème du rapport entre catégorie et concept intéresse-t-il cette tradition ? Voilà ce que l’on s’attachera maintenant à saisir.

La sociologie et la question des catégories

  • 6 Ce principe est formulé, dans son style caractéristique, par Gurvitch : « Qu’entendons-nous exactem (...)

11La sociologie de la connaissance respecte habituellement un principe d’explication : l’asservissement des formes de la connaissance aux cadres sociaux de leur émergence6. Bien qu’elle n’y ait pas laissé une trace durable, la question de la nature de la connaissance, c’est-à-dire celle de son élaboration même dans l’acte de penser, n’en est cependant pas totalement absente. On se rappelle, par exemple, que Simmel (1984) se propose, avec sa notion de « forme », d’appliquer les thèses de l’apriorisme kantien aux conditions de production de tout savoir ; et que lorsque Durkheim introduit la notion de « représentations collectives », il le fait en prétendant réviser la théorie des catégories de Kant, pour en donner une version à son sens plus correcte.

12L’argument de Durkheim est célèbre : si les classifications qui ordonnent la conception que les individus se font du monde résultent effectivement de l’opération de catégories de pensée, celles-ci ne possèdent aucun caractère transcendantal, puisque leur contenu prescriptif n’est jamais dégagé de la contingence.

La nécessité avec laquelle les catégories s’imposent à nous n’est donc pas l’effet de simples habitudes dont nous pourrions secouer le joug avec un peu d’effort ; ce n’est pas davantage une nécessité physique ni métaphysique, puisque les catégories changent suivant les lieux et les temps ; c’est une sorte particulière de nécessité morale qui est à la vie intellectuelle ce que l’obligation morale est à la volonté. (Durkheim, 1985, p. 25)

13Loin de refléter l’ordre de la logique pure, les catégories devraient donc être appréhendées en tant que constructions sociales puisque :

  • 7 Il n’est pas question de faire la critique de la théorie de la causalité à laquelle Durkheim recour (...)

[…] [la société] seule peut fournir à l’esprit des cadres qui s’appliquent à la totalité des êtres et qui permettent de les penser. Ces cadres, elle ne les crée pas artificiellement ; elle les trouve en elle ; elle ne fait qu’en prendre conscience. Ils traduisent des manières d’être qui se rencontrent à tous les degrés du réel mais qui n’apparaissent en pleine clarté qu’au sommet, parce que l’extrême complexité de la vie psychique qui s’y déroule nécessite un plus grand développement de la conscience. Attribuer à la pensée logique des origines sociales, ce n’est donc pas la rabaisser, en diminuer la valeur, la réduire à n’être qu’un système de combinaisons artificielles ; c’est, au contraire, la rapporter à une cause qui l’implique naturellement.7 (Ibid., p. 634)

14La thèse durkheimienne de l’origine sociale des catégories en contient donc deux autres : l’universalité des catégories ne peut simplement pas être d’origine logique ; et seule la différence entre formes d’organisation de la société permet de rendre compte de leur variabilité. Ces trois thèses reposent sur un principe explicatif essentiel : rien de ce qui constitue la pensée, donc l’action, d’un individu ne peut être conçu comme procédant d’une intention libre de toute contrainte sociale. Étendant le point de vue déterministe, Durkheim assure que ce principe vaut également pour l’activité classificatoire, car :

[…] classer, ce n’est pas seulement constituer des groupes : c’est disposer ces groupes suivant des relations très spéciales. Nous nous les représentons comme coordonnés ou subordonnés les uns aux autres, nous disons que ceux-ci (les espèces) sont inclus dans ceux-là (les genres), que les seconds subsument les premiers. Il en est qui dominent, d’autres qui sont dominés, d’autres qui sont indépendants les uns des autres. Toute classification implique un ordre hiérarchique dont ni le monde sensible ni notre conscience ne nous offrent le modèle. Il y a donc lieu de nous demander où nous sommes allés le chercher. (Durkheim & Mauss, 1971, p. 166)

15Et pour le sociologue, la réponse à cette question ne souffre aucun doute.

La société n’a pas simplement été un modèle d’après lequel la pensée classificatrice aurait travaillé ; ce sont ses propres cadres qui ont servi de cadres au système. Les premières catégories logiques ont été des catégories sociales ; les premières classes de choses ont été des classes d’hommes dans lesquelles ces choses ont été intégrées. C’est parce que les hommes étaient groupés et se pensaient sous forme de groupes qu’ils ont groupé idéalement les autres êtres, et les deux modes de groupement ont commencé par se confondre au point d’être indistincts […] Ainsi la hiérarchie logique n’est qu’un autre aspect de la hiérarchie sociale et l’unité de la connaissance n’est autre chose que l’unité même de la collectivité, étendue à l’univers. (Ibid., p. 224-225)

  • 8 « Les aprioristes sont des rationalistes ; ils croient que le monde a un aspect logique que la rais (...)

16La critique que Durkheim adresse à Kant engage un raisonnement un peu trivial : si les critères de jugement qui peuplent les esprits individuels sont de nature sociale, c’est parce qu’ils reproduisent, dans l’ordre de la pensée, les structures de l’organisation de la vie collective et des conditions matérielles d’existence. Mais n’est-ce pas là commettre la même erreur qu’il accuse les aprioristes de commettre8 : peut-on vraiment expliquer le fait de concevoir l’idée de regroupement par le fait même d’être groupés, sauf à supposer une certaine nature de l’intelligence humaine ?

17La sociologie peine à se débarrasser de cette inclination qui conduit à tenir la thèse de l’origine sociale des catégories pour une doctrine de l’arbitraire des classements. C’est ainsi, pour prendre cette illustration exemplaire, que Mary Douglas, dans sa tentative de repenser la conception de l’institution afin de rompre avec un déterminisme radical, ne parvient pas à se défaire des termes du raisonnement de Durkheim.

Les individus, quand ils sélectionnent parmi les analogies naturelles celles auxquelles ils vont donner foi, sélectionnent en même temps leurs alliés et leurs ennemis, ainsi que le schéma de leurs relations sociales futures. En construisant leur interprétation de la nature, ils contraignent également la construction de leur société. En bref, ils construisent une machine qui pense et qui prend des décisions en leur nom […] Même les simples activités de classement et de mémoire sont institutionnalisées […] Observer comment s’établissent les critères qui mettent en lumière certains types d’événements et en obscurcissent d’autres revient à examiner l’ordre social à l’œuvre dans les pensées individuelles. (Douglas, 1989, p. 56, 60-61)

  • 9 C’est d’ailleurs cette explication que Durkheim donne de la modification du contenu des concepts (c (...)

18Dès lors que les catégories sont tenues pour des constructions reflétant l’organisation sociale de nos manières de classer les objets du monde, rien n’interdit de penser qu’elles sont susceptibles de changer au rythme des transformations qui affectent la société. Et quoi de plus raisonnable, alors, que d’aller chercher la genèse de ces transformations dans les altérations de l’expérience qui naissent dans le cours du mouvement social plutôt que dans des formes de conceptualisation qui n’auraient été suscitées par aucun rapport à l’expérience9 ?

19Le rejet de la thèse de l’origine logique des catégories conduit souvent le sociologue à apparenter celles-ci à des institutions, c’est-à-dire à les considérer comme des classes d’objets dont l’existence et la stabilité s’imposent aux individus, en contraignant leur façon de percevoir le monde. Et c’est ce que, de façon involontaire, Douglas met en lumière : malgré les efforts qu’elle déploie pour établir que la force de contrainte de l’institution est de nature essentiellement cognitive, et donc nécessairement fluctuante, elle ne peut renoncer à doter l’institution d’une intentionnalité propre qui continue à déterminer les procédures mêmes qui sont censées la constituer. Les avancées de Douglas ne sont pas minces : elle ruine la thèse fonctionnaliste selon laquelle la contrainte sociale procède de la mécanique de l’intériorisation des normes, en imposant l’idée selon laquelle elle se manifeste dans l’activité conceptuelle d’individus qui ajustent leur action à cet ensemble d’exigences logiques que résume la notion d’institution. Mais cette redéfinition de la contrainte ne brise cependant pas la circularité d’une explication qui fait reposer nos manières de juger sur des principes de classement arbitraires, donc socialement déterminés.

20Durkheim n’a pas manqué d’essayer de rompre cette circularité. Dans la conclusion des Formes élémentaires de la vie religieuse, il pose que seule une partie de la question de la connaissance est résolue en traitant les catégories dans le cadre d’une théorie de la classification. Il s’y attache donc à compléter la réponse, en s’engageant dans l’analyse de ce qu’il nomme les « conditions sociologiques de la connaissance », projet dont il annonce ainsi l’ambition :

Chercher comment la société peut avoir joué un rôle dans la genèse de la pensée logique revient […] à se demander comment elle peut avoir pris part à la formation des concepts. (Durkheim, 1985, p. 625)

  • 10 Dont il n’entend pas rendre compte et dont il suppose que tout un chacun la fait de façon adéquate.

21Dans la construction théorique que Durkheim propose, la connaissance se bâtit, à un niveau élémentaire, sur l’acquisition10 du « système de concepts avec lequel nous pensons dans la vie courante [et qui] est celui qu’exprime le vocabulaire de notre langue maternelle ; car chaque mot traduit un concept » (ibid., p. 619). À un niveau supérieur, les catégories organisent l’élaboration des concepts. Curieusement, les notions auxquelles il attribue ce statut ne correspondent pas à celles que la philosophie a consacrées : les cinq catégories fondamentales que Durkheim retient sont celles de genre, de temps, d’espace, de causalité et de totalité, avec une mention spéciale pour la dernière :

Il n’est peut-être pas de catégorie plus essentielle ; car comme le rôle des catégories est d’envelopper tous les autres concepts, la catégorie par excellence paraît bien devoir être le concept même de totalité. Les théoriciens de la connaissance le postulent d’ordinaire comme s’il allait de soi, alors qu’il dépasse infiniment le contenu de chaque conscience individuelle prise à part. (Ibid., p. 629)

22Ici, les catégories tiennent la place qui leur est généralement accordée dans l’édifice de la connaissance : ce sont elles qui permettent d’engendrer les concepts. Mais Durkheim entend définir la nature de cet engendrement de manière non transcendantale : pour lui, les catégories guident l’adaptation des concepts aux exigences des conditions sociales et matérielles qui déterminent les formes de la vie en société. Cette définition appelle un déplacement : lorsque les catégories sont appréhendées en tant qu’opérateurs de l’inscription de la contrainte sociale dans la langue, les concepts peuvent être considérés autrement que comme des éléments amorphes de la connaissance. Et c’est précisément ce que Durkheim entend faire.

  • 11 Le concept ne doit pas varier avec la sensibilité : c’est pourquoi il peut être tenu pour une « man (...)
  • 12 Durkheim préfère dire que les concepts sont moins universels qu’universalisables. Cette propriété d (...)

23Au moment de s’engager dans l’analyse des conditions de la connaissance, il cherche à définir la nature du concept. Il le dote de deux propriétés : l’immuabilité11 et l’universabilité12. Et ces propriétés sont sociologiques, dans la mesure où, pour Durkheim, ce sont elles qui donnent un sens suffisamment stable et partagé aux termes de la langue pour garantir la compréhension mutuelle en laquelle il voit le gage de la cohésion sociale. Dans cette esquisse de théorie du concept, le rapport d’engendrement qui le lie aux catégories cesse, d’une certaine manière, d’être décisif : le concept dispose de propriétés inhérentes qui lui permettent de jouer, de façon autonome, un rôle déterminant dans la production de la connaissance. Cette théorie contient donc les prémisses d’un doute : la notion de catégorie est-elle vraiment utile pour l’analyse ?

24Mais la place nouvelle que Durkheim semble faire au concept retrouve un éternel problème : celui de l’aporie de la définition. Car, ici pas plus qu’ailleurs, rien n’explique d’où proviennent les concepts qui pré-existent à cette saisie du réel qu’ils permettent :

Penser par concepts, ce n’est pas simplement voir le réel par le côté le plus général ; c’est projeter sur la sensation une lumière qui l’éclaire, la pénètre et la transforme. Concevoir une chose, c’est en même temps qu’en mieux appréhender les éléments essentiels, la situer dans un ensemble ; car chaque civilisation a son système organisé de concepts qui la caractérise. (Ibid., p. 622)

25Durkheim ne conteste pas le fait que l’être humain possède, en règle générale, des capacités logiques. Mais il prend soin d’ajouter que si la faculté de concevoir – le fait que le cerveau remplisse sa fonction biologique – peut être tenue pour neutre, le contenu de la conceptualisation reste tributaire d’indices et de bribes de signification qui lui proviennent d’un monde extérieur dont tout porte à croire qu’il est déjà organisé. En sorte que les opérations cognitives qui constituent l’acte de pensée doivent être considérées comme secondes, et non pas premières. Et de fait, l’explication que Durkheim donne de ce qu’il nomme la vie logique néglige les modalités psychologiques ou neuronales de sa réalisation, en recourant au principe en vertu duquel « pour bien comprendre les origines de la fonction, il faut la rapporter aux conditions sociales dont elle dépend ».

  • 13 Ambiguïté déjà relevée par Gurvitch, lorsqu’il dénonce la tendance de Durkheim « à voir dans la con (...)

26Toute l’ambiguïté de la position de Durkheim réside en cela que, s’il récuse l’origine logique des catégories, il admet l’existence de l’a priori comme condition de possibilité de la connaissance. Et c’est à cet a priori qu’il entend attribuer une origine sociale, à partir de l’analogie qu’il établit entre les formes de la pensée et les structures du monde social façonnées par les contraintes de la solidarité13. En somme, si Durkheim accorde une « réalité objective » et une autonomie relative à la vie logique, il inscrit cette réalité et cette autonomie dans un cadre qui permet de rendre compte de leur dimension pratique. Et celle-ci est toujours fixée, pour Durkheim, par l’obligation de soutenir le commerce entre individus de manière à ce que la cohésion sociale se reproduise. Tel est sans doute le sens que l’on peut donner à la réponse qu’il donne à une critique anticipée :

  • 14 Pour ceux qu’étonneraient les atours pragmatistes de cette citation, il faut rappeler que, contrair (...)

On objectera que nous ne montrons le concept que par un de ses aspects, qu’il n’a pas uniquement pour rôle d’assurer l’accord des esprits les uns avec les autres, mais aussi, et plus encore, leur accord avec la nature des choses. Il semble qu’il n’ait toute sa raison d’être qu’à condition d’être vrai, c’est-à-dire objectif et que son impersonnalité doive n’être qu’une conséquence de son objectivité.14 (Ibid., p. 617)

  • 15 C’est ce que Gellner rappelle : « Ce qui distingue la solution de Durkheim de celle de Kant est le (...)

27La théorie de la connaissance proposée par Durkheim se construit ainsi sur une question qui paraîtra étrange au contemporain : comment rendre compte du passage des concepts que la société construit dans la pensée des individus ? Et sa réponse ne dépareille pas : un lent processus d’individualisation de la faculté de concevoir aurait conduit la société à inscrire ses volontés en l’homme, en s’introduisant dans son esprit au moyen des catégories et des concepts qui s’y forment. Au-delà de son caractère suranné, cette explication recèle une idée toujours stimulante. C’est que pour Durkheim, ce processus s’accomplit dans l’activité rituelle15, car, comme le dit Gellner, le phénomène que Les formes élémentaires de la vie religieuse entend expliquer n’est pas la religion, mais la « nature compulsive » de certains de nos concepts généraux.

Il me semble qu’il a réussi à montrer comment notre capacité à appréhender les catégories dépendait de la société. Mais il n’est cependant pas parvenu à expliquer pourquoi, une fois que nous les possédons, nous ne pouvons plus leur échapper. Cette distinction est importante. C’est exactement la même lacune que l’on retrouve chez l’héritier et le successeur (tout à fait involontaire) de Durkheim, Wittgenstein, qui considérait lui aussi que les catégories sont validées par leur appartenance à une “forme de vie” et qui, incidemment, comme Durkheim, hésitait entre supposer que tous les concepts peuvent être validés de cette manière ou restreindre cette confirmation aux seules catégories. (Gellner, 1970, p. 23, n. 1)

  • 16 Bien que certains, à la suite de Gellner, n’aient pas manqué de le faire, voir l’article de Collins (...)

28Lorsqu’il récuse l’idée d’origine logique des catégories, Durkheim s’oppose à la fois à la tradition aristotélicienne, qui tient le concept pour une forme abstraite qui figure la seule connaissance objective possible – celle de l’essence des choses – et à la tradition kantienne, dans laquelle il est déduit à partir de principes de conceptualisation relevant de l’entendement pur. Mais, bien que l’analyse des conditions sociologiques de la connaissance que Durkheim élabore sur la base de cette double opposition ne se limite pas à la thèse de l’origine sociale des catégories, la postérité semble n’en avoir retenu que ce seul aspect. C’est peut-être pourquoi elle l’a réduit à une doctrine de l’arbitraire des classifications, assignant à la sociologie la tâche d’opérer une « dénaturalisation » des formes du jugement ordinaire. Quant à la théorie du concept que Durkheim a esquissée, elle est restée, comme on va le vérifier à présent, largement inexplorée16.

Classification et catégorisation

  • 17 « Par le terme méthode de catégorisation nous entendons cette collection de catégories d’appartenan (...)
  • 18 Un point de vue qui est admis par Jeff Coulter (1991).

29Le plus généralement, la notion de catégorie renvoie, lorsqu’elle est employée dans le cadre d’une sociologie de la connaissance, aux formes sociales de classification. C’est encore cet emploi que l’on retrouve dans la théorie de la catégorisation proposée par Harvey Sacks. On sait que ce qu’il entend par « catégories » ce sont des « méthodes » qui permettent à un « membre » d’identifier, au moyen de certaines règles d’application, les éléments suffisants à une détermination d’objet localement et temporellement située17. Sous cet angle, les pratiques de la « catégorisation » ne s’apparentent ni à la déduction des concepts, ni à la nomination : elles se confondent intégralement avec l’usage, c’est-à-dire avec l’attribution d’une signification acceptable à un énoncé en situation18.

  • 19 « Être socialisé à produire des références adéquates n’implique pas d’avoir à apprendre les possibi (...)
  • 20 Cette conception de la catégorisation rappelle celle que défendent Lakoff et Johnson (1985, p. 172) (...)

30Il faut dire que Sacks (1972, p. 39) n’inscrit pas son travail dans la perspective du problème de la définition. « Catégoriser » est, pour lui, une activité classificatoire de second degré : elle ne recouvre pas les procédures qui constituent la connaissance ou le classement, mais celles qui permettent la « reconnaissance de la pertinence d’une description possible d’un objet ». Il n’est dès lors pas surprenant de noter que, sous cette acception, catégoriser consiste à sélectionner, parmi l’ensemble des détails observables dans une circonstance sociale particulière, ceux qui s’apparient de façon apparemment adéquate. Il semble que, pour Sacks, les possibilités d’opérer de tels appariements sont socialement circonscrites : l’individu prélève des associations préconstruites dans un stock disponible de « collections » (des classes de classes d’objets) qui sont toujours déjà présentes à l’esprit des individus, comme des séquelles inévitables de la socialisation19, et qui contiennent des principes de classement auxquels est accordée une sorte de naturalité20. Sacks paraît donc admettre que différents blocs de signification sont rivés aux mots de la langue et qu’ils possèdent la caractéristique de se manifester directement dans l’ordre des interactions.

31Une thèse de ce genre repose sur un double postulat : tout locuteur connaît les divers lexiques auxquels il recourt dans sa vie pratique et sait s’en servir correctement afin d’agir ; et cette connaissance et ce savoir sont unanimement partagés. Si Sacks tient que la catégorisation s’accomplit en respectant un ensemble de conventions et de normes d’usage qui pré-existent à sa mise en œuvre, il n’attribue pourtant de fonction classificatrice qu’aux seules contraintes de la langue et de l’organisation séquentielle des échanges.

32Ce choix possède une logique, clairement annoncée : Sacks entend ne traiter que de la connaissance ordinaire et des pratiques de l’inférence pour l’action. De ce point de vue, les thèses qu’il défend s’apparentent sans peine à celles que développent les théories de la catégorisation qui se bâtissent sur l’idée de « prototype », dont Lakoff et Johnson (1985, p. 132) ont bien résumé le principe :

[…] L’approche objectiviste de la définition ne parvient pas à expliquer notre compréhension des concepts : pour elle, une catégorie se définit en termes de théorie des ensembles ; elle se caractérise par un ensemble de propriétés inhérentes aux entités de la catégorie. Tous les objets de l’univers sont soit à l’intérieur, soit à l’extérieur de la catégorie. Les objets situés dans la catégorie sont ceux qui ont toutes les propriétés inhérentes requises. S’il manque à un objet une ou plusieurs propriétés inhérentes, il est situé en dehors de la catégorie. Cette analyse ensembliste ne correspond pas à la façon dont nous catégorisons les objets et les expériences. Pour les êtres humains, la catégorisation est principalement un moyen de comprendre le monde.

  • 21 Il faudrait presque s’interroger au point de savoir si l’emploi de la racine « catégorie » ne relèv (...)

33En cette dernière affirmation se tient tout l’esprit de la démarche, car rendre compte du comprendre ne veut pas nécessairement dire appréhender le connaître. II n’est, de ce point de vue, pas surprenant de constater que la notion de concept apparaisse toujours redondante dans les théories de la catégorisation21 : c’est que l’« essence » ou la « nature » qu’elle est supposée subsumer, voire la chose qu’elle est censée nommer, sont totalement absorbées dans la procédure au moyen de laquelle l’individu reconnaît un objet et fait usage des termes par lequel il entend le qualifier.

  • 22 Ce qui se produit de façon non délibérée sous diverses formules : « niveau de base » et « typificat (...)

34Bien que la notion de prototype n’exige aucune référence au rapport entre catégorie et concept, il paraît cependant difficile à ceux qui l’adoptent d’ignorer le phénomène que ce rapport évoque. C’est qu’une description des modalités du comprendre semble toujours réclamer une conception du connaître, même lorsque cette conception est tenue pour subordonnée. Ainsi, le recours à la notion de prototype ne dispense pas de spécifier le genre de relation, vague ou élaboré, que l’on établit entre ces trois éléments nécessaires de l’acte de connaître : les objets, les manières de les appréhender et d’en parler, et les règles à suivre afin de le faire de façon adéquate. Et comme d’autres l’ont déjà relevé (Rastier, 1991 ; Pacherie, 1991), il semble que l’on ne puisse renoncer à assigner à certaines notions le contenu traditionnellement attribué à celles de concept et de catégorie22. Les diverses explications de la connaissance ou de la compréhension ne se différencient qu’ensuite : lorsqu’elles précisent la nature du rapport qui unit ces contenus.

  • 23 Il faut toujours rappeler la distinction entre une version individualiste et psychologique de l’int (...)

35En ramenant le cognitif au social, la doctrine sociologique de l’arbitraire des classifications écrase le couple catégorie-concept, qui ne se laisse plus saisir que par la détermination sociale. Mais en réduisant le cognitif au langagier, sans rendre compte de la conventionnalité des choses, la théorie de la catégorisation, parce qu’elle tient la compréhension pour l’essentiel de la connaissance, l’ignore délibérément. Pour sortir de cette double réduction de l’acte de connaître, on peut essayer de river le cognitif au pratique, tout en s’écartant de l’essentialisme (même sous la variante sociologique que présente la thèse de la socialisation des catégories) comme du rabattement du social sur l’interactionnel pur23. Telle est la voie étroite qu’il est possible de tracer en s’inspirant des principes que l’on peut déduire des thèses d’E. Cassirer.

Une théorie réflexive du concept

36On admet généralement que la connaissance se forme à partir de deux sources : l’intuition et le concept. Cette division, consacrée par la tradition, fonde une distinction : quand l’intuition relèverait de l’impression, la connaissance par concept réclamerait la mise en œuvre de la pensée ; autrement dit, elle seule peut accéder au statut de connaissance vraie. Dans le projet général de sa « philosophie des formes symboliques », Cassirer conteste la valeur de cette distinction : il essaie d’établir que l’intuition est, à l’instar de la connaissance par concept, une construction qui réclame un acte de pensée (1972, vol. 1, p. 13-58).

  • 24 Substance et fonction est publié en 1910 ; les trois tomes composant la Philosophie des formes symb (...)

37Dans le moment initial de ce projet, Substance et fonction24, il formule ce que l’on pourrait nommer une théorie réflexive du concept, en présentant une théorie de la conceptualisation dégagée des fondements essentialistes dans lesquels, à son sens, la théorie aristotélicienne des catégories l’a coulée. Au moment où s’imposent les thèses de la relativité et du déterminisme statistique (Kojève, 1990), qui remettent en cause la souveraineté de l’objectivité dans la pratique scientifique, le caractère absolu des notions de réalité et de vérité s’estompe. Mais, pour Cassirer, cette conjoncture n’interdit pas de poursuivre la quête de critères de rationalité permettant une description des faits qui reste contenue dans un cadre d’intelligibilité à vocation d’objectivité. Or un tel effort implique un renouvellement des cadres de la pensée scientifique qu’il n’est pas toujours aisé d’opérer. Ce qu’il constate, en considérant les obstacles qu’il faut lever pour réviser la théorie du concept :

Sans doute la logique, en se raffinant et en s’étoffant, voit-elle peu à peu se détendre les attaches qui font d’elle une forme spéciale de l’ontologie aristotélicienne ; mais le contact n’en demeure pas moins maintenu avec ses traits les plus fondamentaux. C’est ce qui ressort régulièrement, et avec un éclat particulier, à l’occasion de certaines inflexions qui scandent le développement historique. Il suffit, pour s’en assurer, de souligner l’importance décisive que revêt la théorie du concept dans l’édifice des connaissances logiques. Les efforts, faits par les Modernes, pour promouvoir la réforme de la logique ont, il est vrai, tenté de renverser sur ce point la hiérarchie des problèmes, telle que l’avait léguée la tradition, en faisant précéder la théorie du concept par une théorie du jugement. (Cassirer, 1977, p. 14)

38Dans le souci d’établir comment la théorie du jugement précède la théorie du concept, Cassirer entreprend donc de détailler le mécanisme pratique qui constitue l’opération d’où naît toute forme de connaissance : l’abstraction.

La convergence de fait entre les traces « inconscientes » laissées en nous par une image perceptive antérieure et une impression nouvelle est sans signification pour le processus dont il est question aussi longtemps que la similitude des deux éléments nous échappe en tant que telle. Ce qui revient à reconnaître, au fondement de toute abstraction, « un acte d’identification ». La pensée se voit ainsi concéder une fonction irremplaçable, celle de rapporter un contenu présent à un contenu passé et d’appréhender l’identité de l’un et de l’autre. Cette synthèse qui relie les deux états séparés dans le temps, en posant leur unité de principe, n’a pas de corrélat sensible immédiatement présent dans les contenus soumis à la comparaison. (Ibid., p. 26)

39La décomposition ne peut s’arrêter à ce stade du processus. Si l’acte d’abstraire repose sur la capacité à réaliser une comparaison, il importe donc de rendre compte de l’opération qui permet l’identification : la mise en série.

[…] Toute conceptualisation implique une forme définie de sériation. D’une multiplicité offerte à l’intuition, nous disons qu’elle est l’objet d’une saisie et d’une ordination conceptuelles, lorsque ses éléments, au lieu de simplement coexister sans lien entre eux, procèdent l’un de l’autre et s’engendrent nécessairement, en fonction d’un schéma de génération, à partir d’un élément initial. C’est l’identité de cette relation génératrice, maintenue envers et contre tous les changements affectant les contenus particuliers, qui constitue la forme spécifique du concept. (Ibid., p. 28)

40La théorie de l’abstraction que construit Cassirer s’écarte délibérément de la conception aristotélicienne de la substance, qui semble loger le mécanisme d’engendrement de la connaissance dans une adéquation à l’essence de la chose. Mais elle modifie également la conception du schématisme léguée par Kant, qui tient ce mécanisme pour une sorte de disposition à l’autonomie inhérente à la Raison et qui serait, comme par nécessité, logée dans l’esprit individuel et sa faculté de juger (Rotenstreich, 1974 ; et Longuenesse, 1993, p. 131-146). Le phénomène que Cassirer vise à décrire correspond plus pratiquement à une activité obéissant aux exigences d’une forme d’ordonnancement logique. Ainsi, il précise que :

Expliquer l’enchaînement des membres d’une série, en faisant appel à la possession d’une « propriété » commune, c’est ne retenir qu’un cas très particulier dans l’ensemble possible des enchaînements logiques. Ce qui assure la conjonction des membres de la série, c’est en chaque cas l’opération propre d’une loi de correspondance pourvue d’une valeur générale et instituant une règle ininterrompue de succession. L’instance qui confère leur cohésion aux éléments de la série a, b c, … n’est pas elle-même un nouvel élément qui leur est intimement conjoint, c’est la règle qui détermine de façon invariable la progression de la série, règle qui n’est pas elle-même impliquée par les éléments qui la révèlent. (1977, p. 28)

41Ce qui le conduit à formuler une proposition radicale au sujet de la place qu’occupe le concept dans l’élaboration de la connaissance :

  • 25 C’est nous qui soulignons.

Si la théorie de l’abstraction présente une certaine consistance, elle le doit en réalité au fait que les contenus porteurs des virtualités du concept sont soustraits au statut de particularités amorphes et sont déjà tacitement pensés sous la forme d’une multiplicité ordonnée. Ce qui signifie que le concept n’est pas dérivé, mais présumé25. Car attribuer à une multiplicité donnée un ordre et un enchaînement des éléments qui la composent, c’est déjà présupposer le concept, sinon sous sa forme achevée, du moins selon sa fonction fondamentale. (Ibid., p. 28)

  • 26 Thèse que l’on peut comparer à celle de Putnam (1984, p. 156) : « Vouloir qu’une description soit a (...)

42En présentant sa thèse de la « présomption logique » Cassirer détruit encore un peu plus l’édifice de la pensée classique : non seulement l’intuition et la connaissance par concepts réclament la mise en œuvre de procédures équivalentes, mais il ajoute maintenant que le concept doit pré-exister à l’intuition pour qu’un objet ait quelque chance d’être saisi26. Cette inversion bouleverse évidemment la conception que l’on peut se faire des catégories.

Deux directions s’offrent dès l’abord à nous pour manifester immédiatement en toute netteté la présence de cette présomption logique. C’est d’une part la catégorie du tout et de ses parties ; c’est, d’autre part, la catégorie de la chose et de ses propriétés, catégories dont l’usage a consacré le rôle pour expliquer l’origine des concepts génériques […] Les actes catégoriaux que nous désignons au moyen du concept de tout et de partie, de chose et de ses propriétés, n’ont pas d’existence séparée et appartiennent à un système de catégories logiques dont ils sont fort loin d’épuiser l’inventaire. (Ibid., p. 29)

  • 27 Au sens mathématique du terme.

43Pour Cassirer, les catégories tendent donc à se confondre avec les capacités cognitives d’un individu, rapportées à quelques principes de logique informelle qui reflètent l’apparente organisation de la faculté d’abstraire : le tout et les parties ou les choses et leurs propriétés n’en sont que deux spécimens. Le rapport d’engendrement entre catégorie et concept, dont on a dit qu’il était au cœur de la question de la connaissance, en devient si général qu’il en perd presque toute spécificité. Or, c’est précisément ce qui semble s’affirmer ici : en envisageant le concept non pas comme référant à une substance, mais en tant qu’il remplit une fonction27 dans la réalisation de l’abstraction, Cassirer soumet une nouvelle définition :

  • 28 L’idée selon laquelle le concept est une règle se trouve dans l’œuvre de Kant, mais elle s’y appliq (...)

Ce que [le concept véritable] nous propose, c’est une règle universelle28 nous permettant de composer et de combiner l’élément particulier en personne […] Le concept se caractérise, non par la « généralité » d’une image représentative, mais par la validité générale d’un principe sériel. Au lieu de prélever des parties quelconques sur la multiplicité qui nous est offerte, nous engendrons, pour les éléments qui la composent, une relation univoque définie par la prégnance d’une loi. (Ibid., p. 31 et 32)

  • 29 La mise en série n’en est pas une libre production de l’opérateur, puisqu’elle doit respecter les e (...)

44En somme, si le concept possède des propriétés originaires, elles ne peuvent être celles d’abstraction et d’universalité que, d’habitude, on lui confère (Ladrière, 1985), puisque ces propriétés sont elles-mêmes engendrées. Cassirer soutient en effet qu’il est difficile d’admettre que les éléments empiriques subsumés sous un concept puissent y être associés sans qu’ils ne se présentent immédiatement accompagnés de quelques principes d’enchaînement conditionnant la pertinence de leur mise en série29.

Pour un état donné de notre connaissance, il n’y a ni éléments absolument constants de l’expérience ni non plus d’éléments absolument variables. Un contenu ne peut être reconnu comme variable que par rapport à un autre qui lui fait face et qui revendique pour son propre compte le bénéfice de la durée ; ce qui, pour autant, ne supprimera pas la possibilité que ce second contenu trouve sa rectification dans un troisième et présumera même que, cessant alors d’exprimer l’objectivité dans sa vérité et sa plénitude, un tel contenu est une expression purement partielle de l’être. On n’a donc pas affaire ici à une délimitation rigide isolant deux régions éternellement disjointes de la réalité, mais à une limite mobile qui se déplace en même temps que la connaissance elle-même. La phase actuelle affiche, face à la phase passée, une « objectivité » qui n’a d’égale que la « subjectivité » qu’elle manifeste à l’égard de la phase à venir. Seul subsiste l’acte mutuel de rectification, seule demeure la fonction incombant à l’affrontement lui-même, le contenu matériel de chacune des deux régions étant emporté dans un flux incessant. (Cassirer, 1977, p. 309-310)

45Dès lors que l’on tient le contenu pratique d’un concept pour une élaboration qui se réalise dans un mouvement d’ajustement permanent, il faut considérer qu’employer un concept oblige celui qui le fait à conduire une activité qui consiste à instaurer un certain rapport entre particularités et généralité, tout en respectant les limites d’un acceptable en perpétuel remaniement. Et cette activité répond à une certaine raison logique.

Connaître un contenu, c’est le réinvestir pour lui donner valeur d’objet en le détachant de la simple phase du donné immédiat et en lui conférant une certaine constance et une certaine nécessité logiques. Ce faisant, nous ne connaissons pas « les objets » – au sens où on atteindrait leur détermination telle qu’elle leur est donnée à l’origine et à l’exclusion de toute autre – ; nous construisons une connaissance de l’objet, en opérant certaines délimitations à l’intérieur du cours uniforme des contenus d’expérience et en retenant tels éléments et tels enchaînements invariants destinés à opérer la liaison de l’expérience. Pris en ce sens, le concept d’objet n’est plus un obstacle au savoir ; c’est même exactement l’inverse, puisqu’il devient le moyen par excellence permettant d’exprimer et de garantir l’ensemble des traits dont la propriété lui est désormais acquise. Il désigne l’avoir logique du savoir lui-même, et non un au-delà obscur qui lui échapperait à jamais. Ainsi la « chose » est-elle, non plus la référence inconnue, la substance massive qui s’impose à nous, mais une expression pour désigner la forme et le mode de l’acte même du concept. (Ibid., p. 343)

46En somme, il faudrait convenir que si l’on peut attribuer des propriétés essentielles au concept, ce sont celles qui lui permettent de maintenir une certaine stabilité, lexicale et sémantique, en dépit des incessantes transformations qui affectent son contenu. C’est en ce sens qu’il est possible d’affirmer de ces propriétés qu’elles sont de nature réflexive.

  • 30 Cette proposition semble assimiler Cassirer au Wittgenstein des Investigations philosophiques. La p (...)

47Le problème du lien entre concept et catégorie est ainsi vidé de toute substance par la théorie réflexive de Cassirer. En effet, le concept s’y présente comme une notion qui concentre en elle les conditions nécessaires à l’émergence de la connaissance : les éléments empiriques qui participent d’une définition possible des entités et les modalités de leur association selon les circonstances. De ce fait, les catégories sont délestées du rôle que la tradition leur reconnaissait : guider l’appréhension en proposant les règles de la bonne déduction du concept. Si Cassirer ne fait pas droit à l’idée selon laquelle un rapport d’engendrement unirait concept et catégorie, c’est parce qu’il admet qu’abstraire est à la fois une faculté et une pratique : si la faculté résulte instrumentalement des capacités cognitives de l’être humain, la pratique est, elle, l’empire du concept ; ou, en menant Cassirer un peu au-delà de ses propres assertions, celui des dispositions de l’individu à saisir un concept en en faisant un usage acceptable30.

48Le rejet de l’idée de rapport d’engendrement ouvre donc sur un autre questionnement : le concept reflète-t-il ou organise-t-il la formation des propositions dans lesquelles il prend place ? Autrement dit : le concept est-il normatif ou descriptif ?

  • 31 Pour un bon aperçu sur cette querelle, cf. Woodfield (1991).

49Face à cette question, qui alimente encore le débat31, Cassirer opte pour le premier terme de l’alternative : admettre que l’appréhension d’un concept est une affaire normative découle strictement, selon lui, de l’analyse de la constitution même de la connaissance. Sans doute ce choix explique-t-il incomplètement la thèse de la « présomption logique », car il n’indique pas d’où proviennent ces concepts qui pré-existent à la conceptualisation et la rendent possible. On se souvient que Kant et Durkheim, avec leurs notions d’a priori et d’origine sociale des catégories, s’étaient efforcés d’apporter des réponses à cette question. Mais celles-ci ne rendaient compte, à leur tour, ni des procédures pratiques engagées dans l’activité de conceptualisation, ni des transformations qui affectent le contenu des concepts. Or, ce sont précisément ces deux problèmes qui ont attiré l’attention de Cassirer. C’est peut-être pourquoi il en arrive à attribuer une sorte d’irréductible dualité au concept :

[…] Tout savoir recèle, en quelque sorte, un thème statique et un thème dynamique dont l’union seule accomplit son concept. Il ne se réalise que dans une suite continue d’actes logiques, dans une série qui doit être parcourue, étape par étape, si nous voulons pénétrer la règle de sa progression. Mais, pour que cette série elle-même puisse affirmer son unité et exprimer l’identité d’un état qu’elle contribue à dessiner et à préciser toujours plus fortement à mesure que nous progressons en elle, il est nécessaire que nous posions par la pensée sa convergence vers une limite théorique. Cette limite « présente » une détermination univoque, tout en n’étant accessible pour nous qu’au moyen des différents éléments de la série et de leur loi de variation. Selon que nous choisissons de nous situer du côté de la valeur-limite posée par la pensée ou à l’intérieur de la série et de la progression, nous obtenons des perspectives différentes, mais telles que chacun de ces deux aspects exige et appelle l’autre pour se compléter. La variation tend à une constante, et de son côté, la constante a besoin de la variation pour être perçue. Il n’est pas un seul acte du savoir qui ne soit orienté vers l’établissement d’un réseau de relations dont il fait son objet ; et de son côté, un tel réseau de relations ne saurait trouver son lieu propre et recevoir son intelligibilité ailleurs que dans les opérations du savoir. (Cassirer, 1977, p. 356)

  • 32 Cette thèse se résume ainsi : « Le concept est à la fois acte de pensée et objet de pensée (comme p (...)

50Si la thèse de la dualité constitutive du concept32 appelle à saisir l’émergence de la connaissance dans la temporalité de l’acte de pensée, elle ne surmonte cependant pas l’aporie traditionnelle de la définition : pourrait-on identifier un objet si l’on ne disposait au préalable d’une certaine idée de son identité ? Mais si elle ne le fait pas, c’est que, en affirmant qu’il est inacceptable d’isoler le particulier – les éléments que le concept est censé subsumer sous une classe d’objets – de l’acte d’abstraction qui en fait une généralité, elle en prononce tout simplement l’inanité. En effet, pour qui tient qu’un interminable travail de constitution du concept a lieu dans lequel et le mot et les objets qu’il peut nommer et les usages acceptables qu’il admet se présentent à l’esprit de façon inextricablement liée, la découverte de l’aporie de la connaissance ne résulte que de l’adoption d’une idée irrecevable : celle d’une séparation radicale entre la langue, le monde et la pensée.

51En somme, du point de vue d’une théorie réflexive du concept, l’utilité de la notion de catégorie, envisagée comme matrice du concept, s’efface. C’est que catégorie et concept ne peuvent en aucun cas être distingués puisqu’ils sont, en pratique, les deux faces irrémédiablement liées de la « fonction de relation » qui organise la constitution même de la connaissance. Le travail sociologique peut-il reprendre quelques éléments de cette théorie ?

Les propriétés sociologiques du concept

52L’abondante littérature spécialisée consacrée à la notion de concept ne manque pas d’explications sur sa véritable nature. Suivant la perspective théorique adoptée (essentialiste, empiriste, transcendantale ou pragmatiste), le type de concept considéré (concepts de qualité première ou seconde ; d’espèces naturelles ou de noms propres ; démonstratifs, perceptifs, grammaticaux ou théoriques ; singuliers ou à large spectre, etc.) et la fonction qui lui est reconnue (dans la langue, dans la pensée ou dans la description du monde), le concept est doté de propriétés différentes : philosophiques (définition ; abstraction et universalité ; conditions de possession) ; sémantiques (signification, inférence) ; logiques (identité, individuation) ; ou cognitives (acquisition, représentation, mémorisation, reconnaissance). Mais peut-on lui trouver des propriétés sociologiques ?

53L’idée, on l’a vu, n’est pas scandaleuse aux yeux de Durkheim : il tient l’immuabilité et l’universabilité pour deux propriétés du concept dont la nature sociologique provient de ce qu’elles garantissent la pérennité de la cohésion sociale. Gellner n’a d’ailleurs pas manqué de tirer la conséquence de cette position :

Les concepts et les croyances sont eux-mêmes, en un certain sens, des institutions parmi les autres : c’est qu’ils offrent une sorte de cadre relativement permanent, comme le font toutes les institutions, indépendant de n’importe quel individu, et à l’intérieur duquel les conduites individuelles s’inscrivent. En un autre sens, ils sont les produits de toutes les institutions d’une société ; et comprendre le fonctionnement des concepts d’une société c’est comprendre ses institutions. (Gellner, 1970, p. 18)

  • 33 Fodor situe cet enjeu dans une perspective plus large : « Une tentative interdisciplinaire de premi (...)

54En quoi le concept s’apparente-t-il à une institution ? Lorsqu’il prend cette interrogation au sérieux, le sociologue peut se surprendre à constater qu’elle recouvre un enjeu théorique loin d’être insignifiant, puisqu’elle renvoie immédiatement à une question essentielle : comment la normativité du concept oblige-t-elle ? Autrement dit : quels sont les principes de rationalité que l’acte d’appréhension d’un concept contraint à mettre en œuvre33 ?

  • 34 Il faut préciser que cette interrogation se bâtit sur un a priori qu’elle ne prétend pas élucider. (...)

55Cette interrogation définit le cadre à l’intérieur duquel on entend ici tirer parti du travail de Cassirer. En effet, si l’on retient la thèse selon laquelle le concept est simultanément la liste des éléments empiriques susceptibles de constituer son contenu et les règles organisant leur mise en série, il est aisé de conclure que, parce qu’il recèle le principe d’une obligation, le concept opère à la manière d’une institution. Mais cette conclusion reste incomplète tant que n’est pas spécifié le genre de contrainte qu’exerce le concept et comment elle s’exerce34. C’est ce point que, pour finir, l’on cherchera à éclaicir.

  • 35 Pour reprendre la tri-partition proposée par Peacocke (1991).
  • 36 La « dépendance » du concept par rapport à sa réception par l’agent, c’est-à-dire au contexte d’usa (...)

56Qu’il réfère à un objet, à une propriété ou à une fonction35, le concept a pour caractéristique essentielle d’être « toujours le concept de quelque chose » (Pettit, 1991, p. 595). On peut donner une dimension pratique à cette affirmation théorique : il suffit de rappeler que l’appréhension de ce « quelque chose » que le concept vient figurer est un acte immanquablement associé à la formation d’une description. Or, pour qui admet que toute description s’élabore, en règle générale, dans le cadre et dans le cours d’une action, une proposition semble s’imposer : chaque forme d’activité pratique fournit son lot de méthodes appropriées pour saisir un concept et organise le spectre des significations d’usage qu’il est raisonnable de lui attribuer36. La première des propriétés sociologiques du concept se dégage ici, car si l’on admet que le concept est une abstraction, il faut préciser qu’il est toujours une abstraction construite par le raisonnement indissociablement impliqué dans la réalisation d’une forme d’activité pratique. Autrement dit, tout concept devrait être envisagé en tant que terme appartenant à une langue particulière qui ordonne les variations de son contenu en raison de principes d’acceptabilité propres à une situation d’action.

57Reconnaître que le contenu pratique d’un concept est susceptible de réaménagements dans le cours des échanges sociaux n’implique pas de considérer que des réaménagements de cette espèce soient sans bornes : s’il était réellement possible de signifier ce que l’on veut en se servant de n’importe quel terme, on se trouverait rapidement dans un monde que nous n’avons simplement pas l’habitude de fréquenter. On sait qu’il est devenu embarrassant de tenir que les mots disposent d’une signification arrêtée. Pourtant, rien ne laisse croire que les différents usages qui sont faits d’un même mot varient de façon inconséquente : comment pourraient-ils ne pas s’ordonner dans la gamme du pensable que circonscrit le jeu permanent qui unit le général (le concept sous sa forme abstraite) au particulier (les éléments empiriques qu’il est possible d’inclure dans son contenu pratique) ? Bref, l’existence de variations ne prouve pas l’absence de contrainte.

58Cette observation n’est pas originale. Dans la conception philosophique traditionnelle, l’appréhension spontanée du monde est tenue pour un phénomène qui se construit dans un cadre qui l’organise et au moyen de règles qui la mettent en forme. Ce cadre et ces règles, par lesquels la rationalité impose ses exigences à l’acte de connaître, contiennent le rapport entre général et particulier inhérent à la détermination du concept. Or, si l’on tient que cette détermination ne procède pas de la stricte application de conditions nécessaires et suffisantes, mais résulte de façon approximative de l’utilisation des critères d’acceptabilité définis par une situation d’action, on se trouve fondé à dire que la nature de ce cadre et de ces règles est irrémédiablement sociale. Une affirmation qui viendrait, en quelque sorte, affermir la validité de la proposition selon laquelle le concept possède des propriétés sociologiques. C’est à un affermissement de ce type que ce texte a voulu apporter une courte contribution.

Conclusion

  • 37 Au sens que donne Goffman (1992) à cette notion.

59Soutenir que le concept possède des propriétés sociologiques, c’est défendre une théorie de la connaissance fondée sur un postulat : si le concept fixe, par son existence même, un registre de descriptions qu’il est possible de former à son sujet, les variations de son contenu pratique – celles de sa signification en contexte – résultent exclusivement des circonstances de l’action. Une telle théorie présenterait, pour autant qu’elle soit valide, l’intérêt de lier, au niveau élémentaire où elles s’élaborent en s’affrontant, la permanence de nos manières de concevoir le monde (par la contrainte que renferme le concept sous l’aspect de sa généralité) à l’inconstance, l’incohérence et l’indétermination qui caractérisent invariablement nos manières d’agir (dont témoigne le jeu de transformations37 dans lequel se forme le contenu particulier du concept en situation d’usage).

  • 38 L’application de cette recommandation se heurte à bien des écueils. C’est qu’il est difficile d’avo (...)

60En se plaçant dans cette perspective théorique, une sociologie de la connaissance ne devrait donc chercher à rendre compte ni de la classification et de son arbitraire, ni de la définition et de son objectivité, mais plus simplement d’un phénomène susceptible d’être observé : le changement dans le contenu pratique des concepts, tel qu’il s’élabore et s’accomplit dans le temps de l’action38.

  • 39 Une telle démarche permettrait d’accorder à l’examen des faits langagiers dans la description et l’ (...)

61Durkheim voulait saisir les « conditions sociologiques de la connaissance ». En s’en tenant à une conception trop étroite de la détermination sociale, ses héritiers ont ignoré son projet. Si l’adoption de quelques éléments de la théorie réflexive du concept conduit à le reprendre, c’est parce qu’elle permet d’affirmer que l’étude des propriétés sociologiques du concept, en s’attachant à montrer comment ces propriétés informent les conduites39, offre un moyen d’analyser, de façon empirique, la première des modalités sous lesquelles la normativité se manifeste.

62En d’autres termes, s’intéresser aux propriétés sociologiques du concept, ce serait chercher à comprendre ce qui fait que l’allant-de-soi va précisément de soi, donc s’engager dans une analyse d’un élément d’interprétation dont le sociologue admet souvent l’existence, bien que son contenu lui reste mystérieux : le sens commun.

Bibliographie

Berggren Douglas (1961), « Language Games and Symbolic Forms », The Journal of Philosophy, LVIII, p. 708-709.

Cassirer Ernst (1972), La philosophie des formes symboliques, Paris, Minuit, 3 vol. [1923, 1925, 1929].

Cassirer Ernst (1977), Substance et fonction, Paris, Minuit [1910].

Collins Steven (1985), « Categories, Concepts or Predicaments? Remarks on Mauss’s Use of Philosophical Terminology », in M. Carrithers, S. Collins & S. Lukes (eds), The Category of the Person, Cambridge, Cambridge University Press, p. 46-82 (trad. fr. supra, p. 43-76).

Coulter Jeff (1991), «Logic : Ethnomethodology and the Logic of Language», in G. Button (ed.), Ethnomethodology and the Human Sciences, Cambridge, Cambridge University Press, p. 20-50.

Douglas Mary (1989), Ainsi pensent les institutions, Paris, Usher.

Durkheim Émile (1963) Sociologie et philosophie, Paris, Presses universitaires de France [1925]

Durkheim Émile (1981) Pragmatisme et sociologie, Paris, Vrin [1955].

Durkheim Émile (1985), Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses universitaires de France (« Quadrige ») [1912].

Durkheim Émile & Marcel Mauss (1971), « De quelques formes primitives de classification », in M. Mauss, Essais de sociologie, Paris, Éditions du Seuil [1903], p. 162-230.

Encylopædia of Philosophy(1967), The Encylopædia of Philosophy, Londres, Mac Millan, vol. 2.

Fodor Jerry (1993), « Unpacking a Dog », London Review of Books, 7 oct., p. 14-15.

Gellner Ernest (1970), « Concepts and Society », in B. Wilson (ed.), Rationality, Oxford, Basil Blackwell, p. 18-50.

Gil Fernando (1985), « Catégories », Encyclopædia universalis, Paris, vol. 4, p. 88-91.

Goffman Erving (1992), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Granger Gilles Gaston (1989), « Catégories et raison », in A. Jacob (ed.), L’univers philosophique, Paris, Presses universitaires de France, p. 528-541.

Gurvitch Georges (1966), Les cadres sociaux de la connaissance, Paris, Presses universitaires de France.

Joas Hans (1984), « Durkheim et le pragmatisme. La psychologie de la conscience et la constitution sociale des catégories », Revue française de sociologie, 25 (4), p. 560-581.

Kojève Alexandre (1990), L’idée du déterminisme dans la physique classique et la physique moderne, Paris, Le Livre de poche.

Ladrière Jean (1985), « Concept », Encyclopædia universalis, Paris, vol. 5, p. 258-260.

Lakoff George & Mark Johnson (1985), Les métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Minuit.

Lalande André (1956), Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, Presses universitaires de France.

Longuenesse Béatrice (1993), Kant et le pouvoir de juger, Paris, Presses universitaires de France.

Ogien Albert (1989), « La décomposition du sujet », in Le parler frais d’E. Goffman, Paris, Minuit, p. 100-109.

Ogien Ruwen (1993), La faiblesse de la volonté, Paris, Presses universitaires de France.

Pacherie Élisabeth (1993), « Aristote et Rosch : un air de famille », in D. Dubois (ed.), Sémantique et cognition, Paris, Éditions du CNRS, p. 279-294.

Peacocke Christopher (1991), « The Metaphysics of Concepts », Mind, C (4), p. 524-545.

Pettit Philip (1991), « Realism and Response-Dependence », Mind, C (4), p. 587-626.

Putnam Hilary (1984), Raison, vérité et histoire, Paris, Minuit.

Rajan R. Sundara (1967), « Cassirer and Wittgenstein », International Philosophical Quarterly, VII (4), p. 591-610.

Rastier François (1991), « Catégorisation, typicalité et lexicologie », in D. Dubois (ed.), Sémantique et cognition, Paris, Éd. du CNRS, p. 259-278.

Rotenstreich Nathan (1974), « Schematism and Freedom », Revue internationale de philosophie, 110 (4), p. 465-474.

Sacks Harvey (1972), « An Initial Investigation of the Usability of Conversational Data for Doing Sociology », in D. Sudnow (ed.). Studies in Social Interaction, New York, The Free Press, p. 31-75.

Sacks Harvey (1974), « On the Analysability of Stories by Children », in R. Turner (ed.), Ethnomethodology, Harmondsworth, Penguin, p. 216-232.

Seidegart Jean (ed.) (1990), Ernst Cassirer, Paris, Le Cerf.

Simmel Georg (1984), Les problèmes de la philosophie de l’histoire, Paris, Presses universitaires de France.

Strawson Peter (1974), Freedom and Resentment, Londres, Methuen, p. 109-132.

Weber Max (1965), Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon.

Wittgenstein Ludwig (1961), Investigations philosophiques, Paris, Gallimard.

Woodfield Andrew (1991), « Conceptions », Mind, C (4), p. 547-571.

Woodfield Andrew (1992), « Un modèle à deux étapes de la formation des concepts », in D. Andler (ed.), Introduction aux sciences cognitives, Paris, Gallimard, p. 274-290.

Notes

1 Indétermination bien circonscrite par Fernando Gil : « Chez Aristote, les catégories découpent les summa genera de l’être, en même temps qu’elles expriment les modes de la prédication. Leur fonction est éminemment épistémologique dans Critique de la raison pure ; et la philosophie analytique du langage les associe surtout aux problèmes de la signification. » (Gil, 1985, p. 374). On peut aussi se reporter à d’autres entrées « catégorie » des encyclopédies pour le constater, comme : Vocabulaire technique et critique de la philosophie (Lalande, 1956, p. 125-126) ; ou The Encyclopœdia of Philosophy (1967, p. 46-54). Pour une analyse plus fondamentale des théories modernes des catégories, on se reportera à Strawson, 1974 (chapitre 6 : « Categories »).

2 Comme Granger : « Cependant une équivoque essentielle et féconde ne cesse de peser sur la notion. Car si les catégories se manifestent bien toujours comme cadres d’un discours sur le réel, quelle que soit du reste l’idée que l’on ait de celui-ci, tantôt on insistera sur leur nature et leur portée discursive, tantôt sur leur valeur comme genres de l’être et termes ultimes d’une ontologie. » (Granger, 1989, p. 528).

3 Il faut, comme de bien entendu, admettre que cette tradition ne se bâtit pas toujours sur une interprétation correcte de la définition des catégories que propose Aristote (Ruwen Ogien, 1993).

4 Cette description peut être tenue pour la thèse forte de la définition. Il a été montré que, toute essentialiste qu’elle soit, la théorie aristotélicienne des catégories repose sur une élaboration qui n’est pas simplement ontologique (cf. Pacherie, 1993).

5 La construction de cette liste peut être diversement analysée : selon que l’on admet l’existence ou pas d’une essence des choses, cette liste sera considérée comme finie – en raison de conditions nécessaires et suffisantes objectivement déterminables – ou ouverte – dans des limites de pertinence dépendant d’une situation. Une autre manière d’aborder ce problème est celle que propose l’étude psychologique, qui l’envisage sous l’angle des mécanismes d’acquisition et de stockage (cf. Woodfield, 1992).

6 Ce principe est formulé, dans son style caractéristique, par Gurvitch : « Qu’entendons-nous exactement sous le terme de sociologie de la connaissance ? C’est tout d’abord l’étude des corrélations fonctionnelles qui peuvent être établies entre les différents genres, les différentes accentuations des formes à l’intérieur de ces genres, les différents systèmes (hiérarchie de ces genres) de connaissances d’une part, et les cadres sociaux d’autre part, c’est-à-dire les sociétés globales, les classes sociales, groupements particuliers et manifestations diverses de la sociabilité (éléments microsociaux). » (Gurvitch, 1966, p. 17).

7 Il n’est pas question de faire la critique de la théorie de la causalité à laquelle Durkheim recourt dans ses analyses. Une telle critique, comme celle du déterminisme en général, a déjà été faite : il est inutile d’y revenir une nouvelle fois ici.

8 « Les aprioristes sont des rationalistes ; ils croient que le monde a un aspect logique que la raison exprime éminemment. Mais pour cela, il leur faut attribuer à l’esprit un certain pouvoir de dépasser l’expérience, d’ajouter à ce qui lui est immédiatement donné ; or, de ce pouvoir singulier, ils ne donnent ni explication ni justification. Car ce n’est pas l’expliquer que se borner à dire qu’il est inhérent à la nature de l’intelligence humaine. » (Durkheim, 1985, p. 20).

9 C’est d’ailleurs cette explication que Durkheim donne de la modification du contenu des concepts (cf. Durkheim, 1985, p. 618-619) et des catégories (ibid., p. 628-631).

10 Dont il n’entend pas rendre compte et dont il suppose que tout un chacun la fait de façon adéquate.

11 Le concept ne doit pas varier avec la sensibilité : c’est pourquoi il peut être tenu pour une « manière de penser qui, à chaque moment du temps, est fixée et cristallisée » (ibid., p. 618).

12 Durkheim préfère dire que les concepts sont moins universels qu’universalisables. Cette propriété du concept le conduit à poser que celui-ci « est une représentation essentiellement impersonnelle : c’est par lui que les intelligences humaines communient » (ibid., p. 619).

13 Ambiguïté déjà relevée par Gurvitch, lorsqu’il dénonce la tendance de Durkheim « à voir dans la conscience collective l’incarnation de la raison, et à passer de la sociologie de la connaissance à une épistémologie à base sociologique, qui concilierait l’empirisme et un apriorisme de nuance kantienne. En réalité, il ne retrouvait dans la réalité sociale que les préconceptions philosophiques qu’il y avait auparavant introduites. » (Gurvitch, 1966, p. 5).

14 Pour ceux qu’étonneraient les atours pragmatistes de cette citation, il faut rappeler que, contrairement à ce que l’idée commune assure, Durkheim n’était pas un farouche opposant au pragmatisme, cf. Durkheim (1981) ; Joas (1984).

15 C’est ce que Gellner rappelle : « Ce qui distingue la solution de Durkheim de celle de Kant est le fait que premièrement la nature compulsive de nos concepts catégoriels est tenue pour collective et observable, plutôt que cachée dans les limbes de l’esprit individuel ; et deuxièmement, qu’elle réclame un entraînement quotidien : c’est précisément ce dont rend compte la théorie durkheimienne du rituel, qui est pour lui la méthode par laquelle l’intelligibilité et la compulsivité des catégories cruciales sont maintenues dans les esprits des membres d’une société donnée. Le rituel et la religion réalisent publiquement ce que l’ego transcendantal de Kant accomplit à l’abri de l’impassible rideau de fer du nouménal. » (Gellner, 1970, p. 23).

16 Bien que certains, à la suite de Gellner, n’aient pas manqué de le faire, voir l’article de Collins, supra, p. 43.

17 « Par le terme méthode de catégorisation nous entendons cette collection de catégories d’appartenance, contenant au moins une catégorie, qui peut être appliquée à une population quelconque, contenant au moins un Membre, de façon à permettre, en utilisant quelques règles d’application, le couplage d’au moins un Membre de cette population et d’une méthode de catégorisation. Une méthode est donc une collection plus des règles d’application. » (Sacks, 1972, p. 32.)

18 Un point de vue qui est admis par Jeff Coulter (1991).

19 « Être socialisé à produire des références adéquates n’implique pas d’avoir à apprendre les possibilités de combiner chaque paire, triplet, etc., de catégories comme prérequis pour réaliser des références adéquates. Les problèmes de combinatoires se posent entre classes de collections de catégories d’appartenance dont (Maman, Papa, Bébé, etc.) est un prototype ; et une fois appris les prototypes et leurs combinatoires, les tâches de base ont été accomplies. » (Sacks, 1972, p. 35).

20 Cette conception de la catégorisation rappelle celle que défendent Lakoff et Johnson (1985, p. 172), pour lesquels « la catégorisation est une manière naturelle d’identifier un type d’objet ou d’expérience ».

21 Il faudrait presque s’interroger au point de savoir si l’emploi de la racine « catégorie » ne relèverait pas, ici, d’un simple abus de langage.

22 Ce qui se produit de façon non délibérée sous diverses formules : « niveau de base » et « typification » (Rosch) ; « collections » et « règles d’application des méthodes de catégorisation des membres » (Sacks) ; ou « propriétés interactionnelles des protypes » et « gestalts expérientielles » (Lakoff & Johnson).

23 Il faut toujours rappeler la distinction entre une version individualiste et psychologique de l’interaction et la version « situationnelle » qu’en propose Goffman (cf. Albert Ogien, 1989).

24 Substance et fonction est publié en 1910 ; les trois tomes composant la Philosophie des formes symboliques le sont en 1923, 1925 et 1929. Mais la théorie du concept posée en 1910 ne subit guère de modification dans la formulation qu’en donne l’ouvrage de 1929 (Cassirer, 1972, vol. 3, p. 315-362). La place accordée ici à la théorie du concept de Cassirer ne doit pas faire penser qu’elle est la seule à être née des avancées de la logique. Mais on verra que son intérêt est de s’être développée sur un autre terrain que celui de la logique des propositions ou celle des prédicats.

25 C’est nous qui soulignons.

26 Thèse que l’on peut comparer à celle de Putnam (1984, p. 156) : « Vouloir qu’une description soit adéquate exige que celui qui fasse la description dispose d’un certain ensemble de concepts. Nous nous attendons à ce que l’individu rationnel qui fait une description soit capable d’acquérir certains concepts et de comprendre pourquoi il faut les utiliser. Le fait que l’individu n’ait pas utilisé un certain concept peut être une raison de le critiquer, lui et sa description. »

27 Au sens mathématique du terme.

28 L’idée selon laquelle le concept est une règle se trouve dans l’œuvre de Kant, mais elle s’y applique à la généralité. « On sait qu’il arrive à Kant de dire du concept qu’il est “règle pour notre connaissance des phénomènes extérieurs”. Il serait plus juste de dire qu’il est, en tant que représentation allgemeingültig, valant universellement, condition possible d’une règle. La généralité même du concept lui donne en effet vocation à être la condition qu’exige une règle. Tout concept est, comme tel, condition de la règle qui permet d’attribuer ses caractères à l’objet “reconnu sous” lui. » (Longuenesse, 1993, p. 105-106).

29 La mise en série n’en est pas une libre production de l’opérateur, puisqu’elle doit respecter les exigences d’un ordre logique de nature publique, donc sous contrôle d’autrui.

30 Cette proposition semble assimiler Cassirer au Wittgenstein des Investigations philosophiques. La proximité de ces deux philosophes a déjà été évoquée (cf. Rajan, 1967 ; Berggren, 1961). Mais, en décrivant la théorie réflexive du concept que propose Cassirer, il s’agit moins de le transformer en un philosophe analytique qui s’ignorerait (ce que toute son œuvre dément), que de suggérer que rien n’interdit d’appliquer cette théorie (qui vaut uniquement chez lui pour la seule connaissance qu’il tienne pour digne de ce nom : la connaissance scientifique) aux procédures en œuvre dans la connaissance ordinaire. Ce transfert est, d’une certaine manière, celui que l’ethnométhodologie a cherché à réaliser à ses origines. Il nous paraît fournir l’assise théorique nécessaire au sociologue pour appréhender les modifications qui affectent le contenu pratique des concepts dans le cours des échanges sociaux à l’aide d’un cadre d’interprétation qui ne dissolve pas l’analyse dans l’insignifiance.

31 Pour un bon aperçu sur cette querelle, cf. Woodfield (1991).

32 Cette thèse se résume ainsi : « Le concept est à la fois acte de pensée et objet de pensée (comme peut l’être une sensation ou un sentiment) […] En tant qu’“objet de pensée”, il est essentiellement caractérisé par son aptitude à la dissociation en éléments ou parties, et par conséquent à l’application de procédures réglées d’analyse et de composition. En tant qu’“acte de pensée”, il est la règle même de ces procédures. » (Granger, 1989, p. 530).

33 Fodor situe cet enjeu dans une perspective plus large : « Une tentative interdisciplinaire de première importance nous occupe aujourd’hui dont l’objet est de comprendre les processus mentaux par lesquels la conduite humaine répond aux sollicitations du monde ; tentative qui vise, en somme, à comprendre la rationalité humaine. Les concepts sont le pivot autour duquel ce projet s’articule dans la mesure où ils sont ce qui relie l’esprit au monde. Les concepts sont en rapport avec le monde parce qu’ils le représentent, et en rapport avec l’esprit parce qu’ils sont les constituants de nos croyances. Si vous vous trompez au sujet de ce que sont les concepts, il y a toutes les chances pour que vous vous trompiez également surtout le reste. » (Fodor, 1993, p. 15).

34 Il faut préciser que cette interrogation se bâtit sur un a priori qu’elle ne prétend pas élucider. Elle ne se prononce en effet ni sur l’origine, ni sur la formation, ni sur l’acquisition des concepts : elle postule simplement que toute personne qui sait parler les possède de façon suffisante au bon déroulement des échanges sociaux.

35 Pour reprendre la tri-partition proposée par Peacocke (1991).

36 La « dépendance » du concept par rapport à sa réception par l’agent, c’est-à-dire au contexte d’usage, est un phénomène que l’on peut tenir pour constitutif et général. Pour prendre deux exemples, dans la phrase : « Regarde la pierre », la liste des éléments empiriques auxquels il s’agit de faire immédiatement référence en utilisant le concept « pierre » diffère selon que la phrase est prononcée dans un jardin public (par un parent à son enfant) ou dans un laboratoire de géologie (entre deux collègues qui viennent de conduire une expérience). Et dans la phrase : « Regarde la pierre et la branche », le concept « et » est utilisé comme une conjonction dans le premier cas, mais signale l’hypothèse d’un rapport de causalité dans le second (si l’on admet que le mot « branche » y renvoie à un élément du dispositif de mesure mis en place pour réaliser l’expérience). Sur l’universalité du phénomène de dépendance, cf. Pettit (1991).

37 Au sens que donne Goffman (1992) à cette notion.

38 L’application de cette recommandation se heurte à bien des écueils. C’est qu’il est difficile d’avoir constamment à l’esprit une idée très précise de ce que figure un concept, tant cette notion recouvre d’espèces dissemblables. Parmi tous les concepts, certains se distinguent par l’étendue des domaines de référence qu’ils ouvrent : que l’on songe à l’amour, au mal, à l’engagement, à la foi, à la communication, et l’on concevra vite combien le contenu pratique de concepts de ce type est susceptible d’un nombre de variations plus inépuisable que celles propres à des concepts comme ceux de chaise, de montagne ou de course à pied. Et l’on pourrait en dire tout autant pour ces concepts, que l’on pourrait nommer « génériques » qui rapportent à un univers d’action (politique, folie, drogue, art, école, débat public, etc.) dont les définitions possibles regroupent toutes celles que les individus pris dans cet univers tiennent pour valides. Certains concepts présentent, en revanche, une détermination rigoureusement codifiée (concepts d’objets scientifiques notamment), qui donne lieu à des usages qui ne débordent généralement pas un cercle confidentiel d’initiés.

39 Une telle démarche permettrait d’accorder à l’examen des faits langagiers dans la description et l’explication sociologiques une place différente de celle que lui reconnaissent soit l’analyse de conversation, soit la narration (recours à la citation ou illustration en gage d’authenticité).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search