Version classiqueVersion mobile

L’enquête sur les catégories

 | 
Bernard Fradin
, 
Louis Quéré
, 
Jean Widmer

Recherches

Catégories, séquentialité et ordre social

Un nouveau regard sur l’œuvre de Sacks

Categories, Sequentiality and Social Order. A New Outlook on Sacks’ Work

Kategorien, Sequenzanalyse und soziale Rolle

D. Rod Watson
Traduction de Annick Zappalà, Louis Quéré et Jean Widmer

Résumé

L’auteur montre comment, dans les recherches de Sacks, et contrairement aux interprétations habituelles, analyse séquentielle et analyse de la catégorisation s’articulent l’une à l’autre. Reprenant la notion proposée par Sacks de “catégories produites par les tours”, l’auteur l’applique à l’analyse des files d’attente comme formes d’organisation tour par tour. La référence aux catégories permet ainsi d’éclairer la dimension normative des arrangements sériels.

Texte intégral

1L’opinion tacitement admise par les analystes de la conversation est que, à partir de 1969, Harvey Sacks s’est désintéressé de l’analyse des catégories d’appartenance en faveur de celle de l’organisation sérielle des énoncés dans l’échange verbal. Cette opinion s’appuie sur l’argument que les catégories d’appartenance ne constituent pas des objets séquentiels (ou tout au plus partiellement), et donc qu’elles ne relèvent pas de l’analyse séquentielle. Ceux qui défendent ce point de vue essaient de le justifier en relevant que Sacks abandonne un certain éclectisme dans ses sources – il se servait aussi bien d’articles de journaux et de romans que de textes bibliques ou ethnographiques, etc. – et se concentre de plus en plus exclusivement sur des données conversationnelles enregistrées, qu’il traite, pour les besoins pratiques de l’analyse, comme un phénomène en soi (self-contained). Ce changement d’intérêt analytique est considéré comme l’acte de naissance de l’analyse de conversation tout court, c’est-à-dire d’une analyse qui n’est ni limitée ni encombrée par d’autres préoccupations.

2Je n’ai pas l’intention de réfuter systématiquement cette opinion. Je ne veux pas non plus nier que les analyses de Sacks aient été constamment retravaillées, ni qu’une direction et un changement d’accent puissent être constatés dans ce qui forme en fait un ensemble complexe de transformation dans son œuvre. Certes l’insistance initiale de Sacks sur la catégorisation et son intérêt pour elle ont changé. Cependant je tempérerai les affirmations qui opposent fortement l’analyse des catégories d’appartenance à celle de l’organisation sérielle. En particulier, j’émettrai quelques réserves sur l’utilité de cette opposition pour caractériser les changements dans l’intérêt analytique de Sacks, particulièrement les changements génériques. Je montrerai en quoi le travail de Sacks après 1969 comporte, entre autres, une respécification des catégories et de leur analyse. De la sorte, j’espère faire apparaître combien est simpliste l’affirmation selon laquelle les travaux de Sacks concernant les catégories d’appartenance seraient maintenant désuets et que sa « véritable œuvre d’analyste de conversations » commencerait après 1968 avec les analyses séquentielles. De plus, je soutiendrai que ceux qui ne mettent l’accent que sur son travail d’avant 1969 passent à côté de certaines ressources analytiques centrales, qu’il a rendues disponibles pour l’ethnométhodologie et l’analyse de conversation.

3Sacks lui-même s’est méfié des caractérisations analytiques fondées sur l’intuition spontanée, dépourvue d’appuis et d’explications. Il a toujours préféré examiner en détail des cas réels plutôt que d’accepter leur caractérisation par la profession. Nous pourrions peut-être étendre utilement cette attitude sceptique à l’opinion conventionnelle des analystes de la conversation eux-mêmes, particulièrement lorsqu’elle sert de base à une orthodoxie qui ferme certaines options intra-méthodologiques.

4Fondamentalement, l’argument selon lequel Sacks est passé de l’étude des catégorisations à celle des séquences d’énoncés révèle une attention sélective, retenant les sujets spécifiques et les thèmes empiriques de son travail plutôt que ses engagements conceptuels génériques. Sacks a maintenu ces engagements durant toute sa carrière, comme en témoignent clairement les deux volumes de cours récemment édités par Gail Jefferson (Sacks, 1992). Je consacrerai une grande partie de cet article à l’élucidation des préoccupations qui, chez Sacks, lient analyse des catégories et analyse des énoncés.

L’approche procédurale de Sacks

5Une première observation à faire est que Sacks s’intéressait d’abord, tout simplement, aux activités sociales. Il a cherché à montrer que la catégorisation devait être analysée comme une activité culturelle méthodique (procédurale) plutôt que comme l’application d’une grille culturelle/sémantique inerte. Bien sûr, cet intérêt se manifeste aussi dans l’analyse des énoncés en tant qu’objets séquentiels (cf. Coulter, 1976) : pour Sacks, les énoncés constituent des activités sociales. Sacks visait une analyse formelle des méthodes culturelles qui permettent aux interlocuteurs de convertir des énoncés en activités : ce qui est fait par ce qui est dit. Étant donné que la préoccupation pour les activités sociales et leurs interrelations traverse toute l’œuvre de Sacks, toute division apparente entre analyse de la catégorisation et analyse séquentielle ne peut être que superficielle. Les deux témoignent de l’intérêt durable de Sacks pour les activités : son approche fut, sans relâche, praxéologique. La catégorisation elle-même était, pour lui, avant tout une activité effectuée par les interlocuteurs eux-mêmes.

6Deuxièmement, tout au long de sa carrière, Sacks a défendu, dans son travail, ce que nous pourrions appeler une position anti-cognitiviste. Il a de plus en plus mis l’accent sur les questions de contexte dans les activités de catégorisation. Il ne voyait pas les catégories comme des « dépôts » de significations décontextualisées, ou comme des significations intégrées à une grille sémantique supra-contextuelle dont elles feraient partie indépendamment des occasions de leur emploi. De même, l’intérêt de Sacks pour l’analyse séquentielle des énoncés portait sur le fait que ceux-ci forment le contexte tout en étant formés par lui – la séquentialisation étant une dimension du contexte.

7Cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas trouver des propriétés formelles dans les séquences d’action, mais que les réalisations spécifiques de ces propriétés sont toujours contextuelles. En effet, on pourrait prétendre que, avec l’évolution de ses intérêts analytiques, Sacks en vint de plus en plus à traiter les propriétés formelles du travail de catégorisation comme contextualisées ou formées par le contexte. Ce qui éloigna progressivement son approche de l’analyse componentielle et de l’anthropologie cognitive de Frake, Conklin, Goodenough, etc.

8Troisièmement, et ce point est étroitement lié au précédent, le travail de Sacks sur la catégorisation visait à éviter les pièges du mentalisme. Les catégories ne devaient pas être traitées comme situées « dans la tête », comme faisant partie (par exemple) du traitement de l’information ou d’autres opérations psychologiques ou cognitives. Au contraire, les catégories correspondent à des ressources culturelles utilisables par tous les membres d’une société : ces ressources sont publiques, partagées et transparentes ; elles constituent une sorte de « boîte à outils » utilisable pour donner un sens culturellement standardisé aux situations. De ce fait, les activités engendrées par la production et le contrôle méthodiques des énoncés sont considérées par Sacks comme intersubjectivement accessibles. Il traite les « prédicats mentaux », tels que la « compréhension » (Schegloff & Sacks, 1973) et la « préférence », comme des phénomènes publics, accessibles à des méthodes culturelles de contrôle et d’évaluation, et soumis à celles-ci à travers des structures séquentielles comme les paires adjacentes d’énoncés. Bien sûr, les membres de la société peuvent, à l’occasion, être des « mentalistes pratiques », mais cela constitue, pour Sacks, une donnée à analyser plutôt qu’une justification pour adopter, en tant qu’analyste, des présuppositions mentalistes.

9Finalement, l’importance donnée par Sacks à la connaissance procédurale plutôt qu’à la connaissance propositionnelle ou substantive est liée à son insistance sur l’analyse formelle. Son analyse des propriétés formelles des activités est, en effet, une étude de leur caractère procédural. De cette façon, Sacks évitait l’essentialisme qui caractérise les types de sociologie qui se présentent comme provenant directement des réductions eidétiques de la phénoménologie classique.

10L’analyse formelle et procédurale de Sacks contraste vivement avec celle de Jerry Jacobs, par exemple, dans son analyse phénoménologique de journaux intimes et de lettres de suicidés (Jacobs, 1967). L’analyse de Jacobs porte sur le contenu des lettres en tant qu’elles expriment la motivation du suicide ainsi que les idées, les expériences et les processus de pensée qui y ont conduit ; elle s’intéresse particulièrement à ce qui s’y manifeste comme tentatives pour dépasser les contraintes morales, implicitement ou explicitement présentes dans les normes sociales et les interdits religieux. Jacobs identifie un processus expérientiel ou idéationnel lié au suicide et classe les lettres, d’après leur contenu, en six catégories générales. Ces catégories sont dérivées des explications substantielles que les auteurs des lettres (ou des journaux) donnent de leurs actes. Le premier type est caractérisé par dix items relatifs au contenu – par exemple, « solliciter le pardon ou l’indulgence » – et les cinq autres types ajoutent des éléments substantiels ou des conditions au premier.

11L’approche de Jacobs vise clairement à « condenser » le contenu des textes, alors que Sacks laisse tomber tout intérêt exclusif pour le contenu au profit de la procédure ; du moins ne traite-t-il pas le contenu comme s’il était détaché des procédures. La différence apparaît dans les résultats de la recherche, lorsque l’on compare l’accent mis par Sacks sur la méthodicité culturelle avec l’exercice de catégorisation analytique de Jacobs, basé essentiellement sur une décontextualisation et donc sur une réification du contenu (pour d’autres approches « essentialistes », cf. Glassner, 1980 ; Douglas, 1967).

Positions ironiques et non ironiques

12Le travail de Sacks est fondé sur une position analytique qui a toujours été relativement marginale en sociologie. Son point de vue, largement dérivé de celui d’Alfred Schütz, était que le monde social se présente au sociologue professionnel comme pré-constitué, pré-défini, pré-interprété. Les profanes ont déjà fait pour lui une grande part du travail sociologique. Ils possèdent une immense réserve de connaissances de sens commun pour définir leur monde – un savoir socialement partagé, tiré de la société. Ce stock de connaissances en action comprend des typifications de personnes, de situations et d’actions, des moyens typiques pour atteindre des fins typiques, etc., le langage étant le médium principal de ces typifications. La nature pré-interprétée du monde social façonne en profondeur le caractère du raisonnement sociologique. Toutes les analyses sociologiques professionnelles sont faites à l’aide de questionnaires, d’interviews, d’opérations de comptage, d’observations sur le terrain, etc., dans un langage naturel ou un autre. De même, les résultats de ces analyses sont bien sûr présentés, oralement ou par écrit, en langage naturel. À toutes les étapes de l’activité sociologique, les ressources descriptives du langage sont ainsi inévitablement utilisées. Les sociologues eux-mêmes décrivent les structures sociales de façon routinière, mais leur capacité de le faire procède des ressources du langage naturel dont ils disposent. Ils possèdent ces ressources, non pas en vertu de leur compétence professionnelle, mais en vertu de leur position de membres profanes, culturellement et linguistiquement compétents, de la société.

13Par conséquent, les analyses des sociologues professionnels sont génériquement, inévitablement et solidement informées par l’usage ordinaire ou, plus précisément, par les propriétés conventionnelles du langage naturel, quel que soit celui qui est utilisé dans l’analyse, beaucoup plus que par les considérations techniques de l’enquête ou de l’observation participante. Dans les sociologies orthodoxes, ce processus de façonnement opère tacitement, comme une « main invisible ». La manière dont l’analyse sociologique est façonnée par le langage n’est généralement pas reconnue, ni admise, parce que les propriétés conventionnelles du langage naturel utilisé sont elles-mêmes largement méconnues.

14En fait, ce point est exactement celui que Sacks reprochait au Suicide de Durkheim. Considérant le « suicide » comme une catégorie descriptive du langage ordinaire, Sacks affirme :

La difficulté essentielle avec Le suicide de Durkheim n’est pas qu’il utilise des statistiques officielles, mais qu’il adopte pour la sociologie le problème de la théorie pratique. “Suicide” est une catégorie du langage naturel. Cela conduit à une série de problèmes pratiques tels que, par exemple, expliquer des suicides particuliers ou expliquer la variation des taux de suicide. Dire que l’erreur de Durkheim a été d’utiliser des données officielles plutôt, par exemple, que d’étudier les variations dans les rapports sur les suicides, c’est supposer qu’il est évident qu’il y a des événements qui surviennent que les sociologues devraient considérer comme « vraiment des suicides » […] Analyser comment est prise la décision qu’il s’agit bien d’un suicide et comment un acte doit être conçu de telle sorte qu’on puisse en parler comme « commettre un suicide », tels sont les problèmes préliminaires de la sociologie. Après avoir décrit les procédures utilisées pour construire la classification « suicide », il se peut que ce soit la catégorie et la méthodologie pour l’appliquer, qui constituent les problèmes sociologiques intéressants. On peut ne pas choisir de concevoir les personnes comme des « suicidaires potentiels ». On peut préférer examiner comment la notion de personne est utilisée dans les évaluations des comportements de chacun. En tout cas, tant qu’on n’a pas défini la catégorie « suicide », c’est-à-dire décrit les procédures utilisées pour recenser les cas de suicide, la catégorie ne peut même pas potentiellement faire partie du dispositif sociologique. Employer une catégorie non décrite, c’est comme écrire les descriptions qui figurent dans les livres pour enfants []. (Sacks, 1993, note 12 ; notre traduction, NdT.)

15En fait, cette critique sape les bases de la sociologie de Durkheim et de celle de ses héritiers. C’était là clairement l’intention de Sacks, puisqu’il soutenait que rien n’a été plus tragique pour la sociologie que le fait que Le suicide ait été considéré comme un modèle méthodologique classique pour la sociologie. Parlant d’autres études ethnométhodologiques et proto-ethnométhodologiques, Bernard Conein (1993, p. 87) a formulé ce point avec justesse : « L’application de la catégorie “suicide” est donc un résultat et non un point de départ. »

16La citation de Sacks contient plusieurs revendications et prises de position importantes, dont la moindre n’est pas le lien entre les catégories (dans ce cas, les catégories d’action, non pas de personne) et un savoir de sens commun de type procédural. C’est la conception des catégories-en-usage de Sacks qui apparaît ici. L’approche procédurale de l’organisation sociale est manifeste à travers ses analyses de toutes sortes de catégories du langage naturel et elle trouve son expression, entre autres, dans ses préoccupations formelles, en particulier dans son intérêt pour les propriétés formelles de la réalisation méthodique de l’échange organisé de parole (l’organisation des catégories incluse).

17Tout aussi centrale est la caractérisation que Sacks fait de la démarche de Durkheim : celui-ci se fie, sans y prêter attention, à des catégories qu’il n’a pas du tout décrites lui-même, encore moins en termes procéduraux. Ce faisant, Durkheim fait le premier pas vers une sociologie ironique : il détourne sans explication une catégorie descriptive profane sur laquelle il ne cesse de s’appuyer, mais tacitement. Cette méconnaissance analytique et ce manque d’attention aux catégories descriptives du discours ordinaire sont à l’origine de l’attitude compétitive de la sociologie professionnelle envers le raisonnement de sens commun.

18Même quand les catégories profanes sont caractérisées de manière analytique dans les sociologies ou les anthropologies orthodoxes, cette attitude compétitive est évidente. Les catégories profanes, et la connaissance culturelle dont elles font partie, sont typiquement traitées comme des versions défectueuses, inadéquates ou fausses, de la connaissance professionnelle, elle-même garantie comme scientifique à l’aide de standards scientifiques idéalisés. Qu’il me soit permis de rapporter ici une autre citation relativement longue de Sacks – ne serait-ce que parce que la source originale est maintenant presque impossible à obtenir. Il me semble que le pas suivant dans le processus d’ironisation y est présenté de manière excellente. Parlant, entre autres, des catégories de couleurs et de la connaissance culturelle dont elles font partie, Sacks dit :

Des disciplines comme l’ethnobotanique, l’ethno-astronomie, etc., se consacrent fondamentalement à des comparaisons interculturelles dans lesquelles il s’agit de rapporter à une grille universelle les différentes conceptions de la botanique que l’on va trouver dans des cultures données, où ce que l’on trouve est traité comme une version de la botanique scientifique. On représentera, par exemple, les conceptions de la couleur à partir de notre organisation scientifique des [couleurs] possibles et ainsi vous pourrez comparer les différentes sociétés.
Notre rapport à une telle entreprise est peut-être mieux clarifié par un autre type de considération. Un fait curieux devient apparent – il peut apparaître dans le troisième paragraphe – dans les traités prétendument révolutionnaires, de l’époque pré-socratique jusqu’à Freud au moins. Vous verrez qu’ils commencent tous en disant quelque chose comme : « Ce dont je vais vous parler, les gens pensent le connaître mais ce n’est pas le cas. De plus, si vous le leur dites, cela ne change rien. Ils continuent à vivre comme ils savent le faire, même s’ils vivent dans un monde de rêve. » Darwin commence comme cela, Freud commence de manière similaire et je pourrais allonger la liste. Ce qui nous intéresse c’est ce que les gens paraissent savoir et pratiquer. Il ne s’agit pas alors de rapporter ce que les gens savent et utilisent aux différents domaines que la science prétend connaître mais de l’examiner pour lui-même. Comment fonctionne « ce que les gens savent et utilisent » ? Comment cela peut-il être appliqué ? Quelles en sont les propriétés ? […]
Le problème est que puisque chaque traité majeur qui a développé un champ scientifique commence en disant que ce que les gens savent et utilisent est faux, évidemment, ce n’est pas en considérant les propos de la « science » que l’on peut trouver ce que les gens savent et utilisent ; ce que nous voulons faire, c’est voir s’il est possible d’examiner les procédures applicables et utilisables, pour n’importe quel savoir que possèdent les gens. Quelles procédures utilisent-ils pour connaître le monde ? De cette façon, le but n’est pas de rapporter ce que nous apprenons à quelque grille prédéterminée […] Cela ne dépend pas de… l’existence d’une science sociologique par rapport à laquelle une ethnosociologie de l’Amérique ou du Burundi pourrait être esquissée. (Hill & Stones Crittenden, 1968, p. 12-14)

19Dans cette citation, nous avons, en résumé, la formulation, par Sacks, d’un aspect majeur, fréquemment rencontré, du projet ironique en sociologie et en anthropologie orthodoxes. Ces disciplines se fient, sans y prêter attention, aux ressources de la connaissance de sens commun, même lorsqu’elles cherchent à dévaloriser cette connaissance en la situant dans une hiérarchie d’autorité, de validité ou de scientificité. En fait, l’exercice de dévalorisation puise lui-même à ces mêmes ressources. Le dispositif de dévalorisation est bien exprimé dans la citation de Sacks : il consiste à éviter d’expliciter, par une description praxéologique formalisée ou procéduralisée, les catégories en elles-mêmes. À la place, les approches orthodoxes soumettent les catégories à une caractérisation qui leur impose un standard externe, typiquement utilisé comme instrument à la fois de mesure et de correction. En d’autres termes, la citation de Sacks caractérise deux projets sociologiques opposés de façon irréconciliable, le premier, non ironique et explicatif, le second, ironique.

20L’alternative non ironique choisie par Sacks consiste à expliciter formellement le phénomène de la catégorisation, comme une activité (procédurale) méthodique du point de vue de la culture, une activité qui doit être considérée pour elle-même, au sens où il ne s’agit pas de « mesurer » les catégories et les distinctions sémantiques ordinaires en les confrontant à celles de la science, ou, plus précisément, aux idéalisations qui constituent le scientisme des sociologues orthodoxes. De même, lorsqu’il analyse les énoncés et les bribes de conversation, son approche consiste à les traiter comme des productions endogènes, avec leurs propres procédures internes, administrées par les parties en présence pour établir leur caractère approprié et effectuer les réparations. Bref, cette alternative a été conçue pour préserver ce que Howard Schwartz appelle l’« intégrité phénoménologique » des activités des membres. Une telle approche des énoncés et des bribes de conversation contraste également avec une grande partie de la linguistique structurale, qui traite souvent ces items comme des « détritus linguistiques » ou comme des formes dégénérées.

21C’est devenu une mode aujourd’hui, chez quelques post-modernistes et post-structuralistes, de qualifier le travail ethnométhodologique (incluant celui de Sacks) d’anti-fondationnaliste (même s’il ne l’est que partiellement). Comme nous l’avons vu, le travail de Sacks peut être vu comme anti-fondationnaliste au sens minimal où il ne cherche pas à « mesurer » les catégories et les distinctions sémantiques ordinaires à l’aune d’une science qui fait autorité, ou, plus précisément, d’idéalisations de la science. Sacks en voulait au scientisme et non à la science elle-même : bien qu’il n’insistât pas sur ce point, il regardait sa propre façon de travailler comme apparentée à une « science naturelle primitive », une approche « de bas en haut » qui tire les catégories analytiques de l’observation empirique des phénomènes sociaux, tels qu’ils se produisent naturellement.

22On pourrait trouver un autre élément anti-fondationnaliste dans la tentative de Sacks de faire une distinction entre dispositifs de catégorisation « naturels » et « occasionnés ». Sacks proposa cette distinction lorsqu’il commença à séparer l’étude des catégories de l’ethnoscience et de l’analyse componentielle. Cette distinction de Sacks a récemment été prise à parti par Hester et Eglin (à par.).

23La distinction entre « naturel » et « occasionné » est la suivante : dans les collections naturelles (données par convention), où un dispositif entier est donné, par exemple « famille », les locuteurs peuvent énumérer les catégories qui « vont ensemble » dans cette collection, avec un minimum d’information contextuelle. Par contre, dans les dispositifs de catégorisation occasionnés (un dispositif « occasionné » par un thème par exemple), le fait que deux catégories ou plus sont traitées comme « allant ensemble » d’une certaine manière pourrait être énigmatique si l’on ne connaissait pas le thème à l’avance ou si l’on ne disposait pas de nombreuses autres informations contextuelles. John Lee donne en exemple les catégories « éclaireuse » et « Hell’s Angel » ; elles ne vont ensemble que lorsque plus d’informations contextuelles sont données, comme dans le titre d’un journal : « Une éclaireuse de 14 ans violée à l’assemblée des “Hell’s Angel”. » (Lee, 1984). La collection occasionnée « participants à un viol » devient alors pertinente. Mais même ainsi, certains éléments dérivés restent énigmatiques, par exemple pourquoi ces deux catégories de personnes se sont trouvées ensemble dans des circonstances telles qu’un viol a pu avoir lieu. Ici, l’article fournit lui-même les informations contextuelles appropriées (la jeune fille a été enlevée). Ces énigmes, loin de compromettre la lecture, sont des motifs incorporés dans le texte qui poussent le lecteur à poursuivre.

24Bien que l’insistance formelle de Sacks sur les collections occasionnées de catégories puisse être vue comme un pas vers l’anti-fondationnalisme, nous pouvons aussi mettre en question futilité même de la distinction entre fondationnalisme et anti-fondationnalisme pour caractériser et élucider la position de Sacks, et ses changements de position.

  • 1 Pour une analyse de l’« épistémologie pratique » de la vie quotidienne avec un regard sur la produc (...)

25Cette opposition est bien entendu « chargée de théorie », et la position de Sacks n’est pas bien caractérisée dans les termes d’une telle théorie. Ses changements de position ne sont pas non plus facilement caractérisés ou élucidés par une telle opposition brute. En fait, on pourrait, beaucoup plus utilement, traiter la question du fondationnalisme dans ses déterminations à la fois analytiques et ordinaires, comme un sujet pour l’ethnométhodologie plutôt que comme une façon analytique de la caractériser1. Ceci d’autant plus que Sacks (1986) se méfiait de toute caractérisation théorique d’un phénomène social, lui préférant un examen empirique détaillé du phénomène.

26En résumé, on peut caractériser l’approche de Sacks par les traits suivants : un intérêt précis pour les propriétés formelles de l’action sociale, une position anti-cognitiviste et anti-mentaliste et, finalement, une approche non ironique. Ces traits définissent son orientation méthodologique dans l’approche des catégorisations et dans l’analyse des liens entre catégorisation et séquentialisation des énoncés. Sur cette base, tout argument qui soutient qu’il y a un tournant radical dans son analyse ou que ses premiers travaux sont dépassés au regard de son œuvre ultérieure, perd de son poids. Critiquer cet argument a un sens : il a sans doute influencé l’analyse de conversation contemporaine et il est manifeste dans ses silences et ses omissions. Nous pouvons maintenant aborder quelques-uns des aspects plus spécifiques et plus substantiels de l’argument conventionnel concernant les changements dans le travail de Sacks.

Catégorisations externes et catégorisations endogènes : la respécification de Sacks

27Comme indiqué plus haut, l’argument conventionnel prétend que, du fait de ses préoccupations analytiques, Sacks s’est désintéressé des activités de catégorisation au profit de la séquentialisation des énoncés. J’avancerai que, bien qu’il y ait eu indéniablement une réorientation de ce type, il serait simpliste de la considérer comme absolue, c’est-à-dire comme un déplacement entre deux intérêts qui s’excluent mutuellement.

28En particulier, l’idée d’un changement méthodologique radical dans l’œuvre de Sacks donne l’impression qu’il ne serait pas possible, par exemple, de procéder à une analyse réellement séquentielle, détaillée et formelle, des catégorisations, ou que les catégorisations n’ont pas d’implications séquentielles spécifiques. Mon argument sera qu’on exagère lorsqu’on conçoit la catégorisation et la séquentialité comme des affaires radicalement différentes et irréconciliables – c’est voir un changement comme une opposition entre deux pôles.

29Supposer, comme le font, semble-t-il, quelques héritiers contemporains de Sacks, que l’analyse séquentielle est la seule forme authentique et mûre d’analyse de conversation et qu’un intérêt pour la catégorisation est, d’une manière ou d’une autre, à la fois ingénu et désuet, revient, à mes yeux, à « jeter le bébé avec l’eau du bain ». C’est présenter un changement dans le travail de Sacks comme s’il s’agissait d’un « changement de Gestalt », où l’on peut voir quelque chose d’une façon ou d’une autre mais pas des deux manières simultanément.

  • 1 [NdT. : Turn-generated : terme que nous traduirons parfois par endogène.]

30Mon premier pas sera de montrer que le travail de Sacks en analyse séquentielle incorpore, de manière très fructueuse, un intérêt formel pour les activités de catégorisation, et que la référence analytique à ces activités peut nous aider à clarifier quelques-unes des affirmations principales de l’analyse de conversation – en particulier celle qui consiste à caractériser l’interaction conversationnelle ordinaire comme à la fois sensible au contexte et indépendante du contexte. Pour présenter cet argument, je me tournerai d’abord vers ce que j’appellerai les catégories « produites dans les tours de parole » (turn-generated1) en conversation (un terme que Sacks n’a pas utilisé). La plus évidente, parmi ces catégorisations, est celle d’« appelant »/« appelé » dans les conversations téléphoniques. Sacks a passé du temps durant sa période « séquentielle » à analyser les propriétés formelles de telles paires de catégories et d’autres (cf. Sacks, 1992). J’espère pouvoir montrer que le dernier travail de Sacks présente une version réduite de quelques aspects du « dispositif de catégorisation » qu’il avait précédemment formalisé, lorsqu’il portait un intérêt conjoint à la catégorisation et à l’analyse séquentielle. Il apparaîtra alors clairement que tous les intérêts génériques et généraux qui sous-tendaient les premières analyses de la catégorisation sont maintenus dans son œuvre ultérieure sur l’organisation catégorielle intrinsèque à l’organisation des tours de parole dans les conversations.

  • 2 Cependant, on observera que la conception de Sacks des propriétés formelles du discours et d’autres (...)

31Pour commencer, la préoccupation de Sacks est rigoureusement formelle : il se concentre sur les propriétés organisationnelles, formelles et sociales, de la conversation plutôt que sur ses contenus2. À titre d’exemple, les dernières analyses de Sacks sont encore clairement menées dans le cadre d’une position non ironique : au lieu d’adopter une attitude compétitive envers les orientations intersubjectives des interlocuteurs à l’égard de cette organisation catégorielle, Sacks cherche à les expliciter tout en préservant leur intégrité phénoménologique. À cet égard, les catégories produites dans les tours de parole, telles les catégories « appelant » et « appelé » (il en existe d’autres de ce type, comme on le verra) font partie intégrante de la descriptibilité ordinaire de la conversation, avec ses aspects « observables et rapportables ». Ceci concorde bien sûr avec l’intérêt générique de Sacks pour l’accessibilité ordinaire ou la descriptibilité mondaine des phénomènes sociaux. Il s’agissait d’un intérêt analytique pour la vie et les activités quotidiennes telles qu’elles sont connues des personnes elles-mêmes.

32Dans un de ses cours sur la paire de catégories « appelant »/« appelé », Sacks (1992, vol. 2, p. 360-366) fait une distinction entre les identités qui sont inhérentes à l’organisation des tours dans la conversation, et générées par elles, et celles qui lui sont extrinsèques. « Appelant » et « appelé » appartiennent à la première catégorie, tandis que l’âge, le sexe, l’emploi et d’autres identités semblables appartiennent à la seconde. Comme Sacks le dit, la paire « appelant »/« appelé » constitue des « identités pour la conversation » ou des « identités que la conversation elle-même rend pertinentes » ; il dit de l’identité « répondeur » qu’elle est produite par les tours de parole, c’est-à-dire qu’elle est intrinsèque à l’organisation de l’échange verbal dans les conversations téléphoniques : « [dans cette tâche] il y a une série de termes qui s’appliquent aux gens, et qui les spécifient comme catégories et pas simplement comme les personnes qu’elles sont, c’est-à-dire quelqu’un avec un nom » (ibid., p. 544 ; souligné par Sacks).

  • 3 Cela ne veut pas dire que Sacks propose que la conversation est « autonome » ou « indépendante », d (...)

33Sacks suggère que si la classe « extrinsèque » de catégorisations ou d’identités – une très grande classe au demeurant – était indispensable à l’organisation sociale de la conversation, alors on ne pourrait en aucune façon considérer la conversation comme un système indépendant. Nous pourrions supposer que si l’organisation des tours de parole dépendait totalement, disons, des catégories d’âge – ce serait en fonction de celles-ci que serait décidé qui prend la parole, comment les gens se parlent les uns aux autres, etc. – nous ne pourrions pas dire que la conversation possède une organisation autonome, réglée de manière interne, telle qu’un système de tours de parole3.

34En fait, Sacks présente un cas réel proche de ce que pourrait être une conversation dépendant de telles catégories ; il l’a tiré de l’étude célèbre d’Ethel Albert (1964) sur le comportement langagier des Burundais. Dans leurs échanges rhétoriques, ceux-ci suivent un ordre des tours de parole déterminé par les catégories : la personne catégorisée comme la plus âgée parle la première, suivie de la suivante dans l’ordre des âges et ainsi de suite. Cependant, les catégories de statut social prévalent typiquement sur les catégories d’âge : ainsi, les princes parlent-ils d’abord, même s’ils sont plus jeunes que l’aîné si celui-ci est un roturier, et les servantes et les femmes ne parlent que quand on leur a adressé la parole. Cela non seulement crée un ordre des tours de parole, mais aussi structure, dans une certaine mesure, ce qui est dit et fait. Par exemple, une personne plus jeune peut introduire son discours en référence à l’ancienneté de l’orateur immédiatement précédent, en déclarant : « Je suis d’accord avec ce qu’a dit mon oncle, il est plus vieux et plus sage que moi… », et ainsi de suite. Une personne qui parle à une certaine place dans la séquence peut alors être perçue comme parlant en tant que membre d’une catégorie donnée (neveu, par exemple). Nous pourrions dire que les catégories fournissent ici un ensemble de règles de réception. Cette organisation catégorielle opère relativement indépendamment du contenu de ce qui est discuté (bien qu’on pourrait également dire que cela donne un élément d’autonomie à la conversation) ; de même, les catégories produites par les tours de parole, telles que « initiateur de thème » ou, de manière plus évidente, « narrateur »/« destinataire », peuvent faire partie de l’organisation thématique, indépendamment du thème ou de l’histoire.

  • 4 Plus précisément, pour les histoires introduites par un narrateur, « initiateur » ou « volontaire » (...)

35Les tours de parole produits par des catégories (comme nous pourrions les appeler) s’opposent aux catégories produites par les tours de parole ou aux identités telles que « appelant »/« appelé », « appelant »/« répondeur », etc.4. Dans ce dernier cas, les tours « produisent » les catégories et celles-ci sont attribuées et distribuées à travers l’ordre séquentiel des tours (c’est-à-dire qui commence, qui fait quoi, etc.).

  • 5 Il est intéressant de considérer le travail d’interprétation fait par Schegloff lorsqu’il indique d (...)

36On peut trouver une conception analogue dans un article pionnier d’Emanuel A. Schegloff (1968), lorsqu’il présente la distribution et l’alignement de ce qu’il appelle les « rôles » d’« appelant » et d’« appelé » (summoner-summoned), en considérant les séquences d’appel (summons-answer) comme un type de paire adjacente5. Il n’est pas surprenant que Schegloff (1992) mentionne que la Lecture 3 de Sacks de 1972, sur « appelant »/« appelé » (Sacks, 1992, vol. 2, p. 533-534), illustre le mieux, parmi tous les cours de Sacks, le dialogue entre Sacks et lui-même.

37Nous pourrions considérer les paires catégorielles dérivées d’autres types de séquences comme également produites par les tours de parole : « challenger »/« défié », « questionneur »/« questionné », etc., sont peut-être dans ce cas. À ce sujet, nous pourrions analyser de telles catégories comme constituant des objets séquentiels, dans la mesure où les actions conversationnelles auxquelles elles sont liées peuvent être analysées ainsi. Ce n’est pas là pure tautologie, ce qui, comme, je l’espère, deviendra plus clair lorsque j’en viendrai au commentaire sur les obligations conventionnellement liées à ces catégories.

38L’analyse par Sacks des catégories sociales « appelant »/« appelé » conserve clairement une grande partie de sa conceptualisation des catégories d’appartenance. Pour commencer, ces catégories sont des identités pour des personnes. Ensuite, il conçoit ces identités comme le lieu d’un ensemble de droits et d’obligations ; certes ces droits et devoirs proviennent de l’organisation en tours de la conversation et la concernent sous d’autres aspects ; il s’agit néanmoins de droits et d’obligations liés à des catégories. Ces droits et obligations donnent diverses formes organisationnelles à la conversation, que nous pourrions caractériser en termes d’activités liées à des catégories (Sacks, 1974, p. 221-224 ; 1992, vol. 1, p. 175-181, 223-231, 333-340, 568-589) et de co-sélection de catégories en tant que « paires relationnelles » (Sacks, 1972) ou « dispositifs de catégorisation » (Sacks, 1974, p. 218-21 ; 1992, vol. 1, p. 40-48, 135-137, 169-174, 236-267, 306-332, 396-403, 417-426, 441-442, 456-460, 549-566, 568-596). La paire relationnelle « appelant »/« appelé » est l’exemple par excellence du caractère standardisé auquel Sacks (1972, § 2.2.1 sq.) donne une telle importance analytique. Elle est aussi standardisée selon (entre autres) le principe d’économie : ses éléments sont distribués simplement d’après l’ordre des tours et non pas en fonction de considérations liées à des catégories extrinsèques ou au contexte.

  • 6 Il ne m’est pas possible, dans les limites du présent article, de considérer la relation entre caté (...)

39Il faut dire que les analyses de Sacks sur les catégories produites par les tours de parole sont plus minimalistes et, ce, bien qu’il traite empiriquement de la prédiction catégorielle des droits et des obligations, et des activités qui en découlent ; à ce propos, il n’a plus trouvé nécessaire, à ce stade, de répéter tout l’appareil procédural de catégorisation qu’il avait mis au point dans son travail d’avant 1967. On pourrait cependant défendre l’idée que son analyse praxéologique des catégories endogènes est organisée de manière à concrétiser l’opération de cet appareil culturel, comme l’illustrent les exemples ci-après sur la distribution des identités dans la conversation : les termes de Sacks, « identités pour la conversation », sont en effet justifiés ici6.

Obligations et droits liés aux catégories endogènes

  • 7 Les commentaires qui suivent sur les catégories « appelant »/« appelé » doivent beaucoup aux cours (...)

40Considérons maintenant les commentaires de Sacks sur les droits et les obligations conversationnels spécifiques qui sont attribués sur la base de la distribution catégorielle « appelant »/« appelé ». Cette distribution catégorielle produite par les tours de parole opère, à certains égards, au niveau d’organisation sérielle que Schegloff et Sacks (1973) ont ailleurs qualifié de « conversation dans son ensemble » (c’est-à-dire la conversation vue comme une unité globale). Dans le cas de « appelant »/« appelé », la paire de catégories atteint sa saillance maximale au début et à la fin de la conversation. Par « saillance », je veux dire que les droits et les obligations conventionnellement liés aux identités « appelant »/« appelé » apparaissent manifestement au premier plan dans les orientations conjointes des interlocuteurs à ces moments de la conversation envisagée dans son ensemble. Par conséquent, nous pouvons, comme le fait Sacks (1992, vol. 2, p. 361) considérer les catégories endogènes de parole « appelant »/« appelé » comme opérant sur des « distances conversationnelles » considérables, et cela de façon connexe7.

41Sacks observe que l’on peut formuler une règle procédurale sur la base de la catégorisation « appelant »/« appelé » : l’appelé parle d’abord. La nature procédurale de cette règle est particulièrement manifeste dans la manière dont elle est traitée, étant donné l’intrusion d’autres considérations, que nous pouvons qualifier de « contextuelles », comme nous le verrons plus loin.

42D’ailleurs, Schegloff (1968) a reformulé le dispositif procédural correspondant à cette règle, bien que d’une façon qui retient comme forme normale : « Celui qui répond parle d’abord. » La règle est procédurale en un autre sens encore, en ce qu’elle s’appuie sur une procédure plus générale : celle qui consiste à inférer une obligation, ou une activité obligatoire, d’une catégorie. C’est ce que Sacks avait qualifié précédemment de lien avec une catégorie. Sacks note que la catégorisation « appelant »/« appelé » sert typiquement à « placer hors champ » d’autres identités éventuellement pertinentes, par exemple les identités ethniques, professionnelles et autres. Cette remarque évoque ses commentaires précédents sur la règle d’économie dans l’usage des catégories dans la conversation.

  • 8 Sacks observe aussi que l’appartenance spécifique aux catégories « appelant »/« appelé » peut alter (...)

43Sacks observe que, dans les clôtures de conversation, ce que nous pourrions appeler une obligation liée à la catégorie d’« appelant » est de chercher et de trouver des places possibles pour initier une séquence de pré-clôture, c’est-à-dire pour se diriger vers la clôture de la conversation. Sacks appelle cela une affaire « spécifique à l’appelant ». L’obligation de l’appelant n’est pas nécessairement une obligation facile puisque une fois que la conversation a été initiée, un ensemble de règles récursives sont mobilisées en vue de son expansion potentiellement infinie (Sacks, Schegloff & Jefferson, 1974) ; par conséquent, les clôtures – la suspension de l’opérativité de cet ensemble de règles – ont à être construites de façon interactionnelle et d’un commun accord, et il revient à l’appelant de placer une offre de clôture de la conversation, qui peut déboucher sur une séquence finale telle que « au revoir »/« au revoir », servant à fermer un « état de parole », à suspendre une co-orientation des interlocuteurs vers une conversation donnée8. La tâche pratique de l’appelant est alors de proposer une clôture de la conversation de manière telle qu’il soit manifeste, pour les interlocuteurs, que la clôture qui a eu lieu est de son fait.

44Une méthode culturelle utilisée pour résoudre ce problème consiste pour l’appelant à proposer une pré-clôture du genre « Bon, je vous laisse retourner à vos occupations ». Cet énoncé manifeste, entre autres choses, une attention au fait que, en tant qu’occupant la catégorie « appelant », c’est moi qui vous ai fait venir au téléphone, vous faisant ainsi occuper la catégorie « appelé », et que par conséquent, je peux vous présenter une offre de clôture ou de pré-clôture, en utilisant les prérogatives liées à cette catégorie. On rencontre souvent des cas de ce genre : je vous mets, en tant qu’appelé, dans l’obligation de vous occuper de notre conversation, vous empêchant, de ce fait, de suivre un programme de télévision ou de vaquer à vos occupations, ce dont, en tant qu’appelé, vous m’avez parlé au cours de la conversation. À tout le moins, l’appelant doit tenir compte du fait que, en tant qu’appelant, il a pris du temps à l’appelé. Il s’agit là d’une affaire dont on peut rendre compte en termes moraux sur la base de catégories. On peut trouver une autre indication de l’attention accordée par l’appelant aux intérêts qui peuvent être inférés de la catégorie « appelé », ou liés à elle, dans l’obligation dont il témoigne de finir la conversation de telle sorte qu’y apparaissent des places où l’appelé manifeste qu’il est disposé à clore. De telles offres de clôture prennent typiquement une forme séquentielle en particulier celle de paires d’énoncés du type offre/acceptation ou refus (où, par exemple, un refus peut être : « Non, ne vous inquiétez pas, je n’étais pas vraiment intéressé par le programme. »)

45Ici, on voit que, tandis que dans les conversations ordinaires, chaque participant peut introduire une offre, dans le cas des offres de clôture des appels téléphoniques, l’appelant émet la première partie de la paire – l’offre – et l’appelé accepte ou refuse, produisant ainsi la seconde partie appariée de la séquence. Les catégories « appelant »/« appelé » distribuent par conséquent un ordre de prise de parole dans cette paire d’énoncés.

46Évidemment, les occupants de la catégorie « appelé » peuvent utiliser la place créée par le second segment de la paire pour poursuivre la conversation au-delà du premier thème, ou du thème principal, initié par l’appelant. L’appelé peut, par exemple, émettre un énoncé tel que : « Êtes-vous occupé ? », « Puis-je vous parler un moment d’un autre problème ? », etc. (Sacks, 1992, vol. 2, p. 209). Cela montre aussi que l’appelé prend en compte l’intérêt de l’appelant en ce qui concerne la « raison de l’appel » et que l’appelant est obligé, sur la base de sa catégorie, de chercher un moment approprié pour la pré-clôture. Toutes ces questions concernent l’aspect distributif de la conversation (la distribution d’identités et d’activités) et donc la conversation en tant que réalité descriptible pour les interlocuteurs eux-mêmes : bien plus, nous pouvons voir, à partir des observations ci-dessus, que la conversation est une affaire moralement descriptible.

47En effet, quelqu’un qui appelle peut explicitement en tenir compte et chercher à atténuer les exigences morales qu’il impose à celui qu’il appelle en lui demandant : « Êtes-vous occupé ? », espérant ainsi obtenir la « permission » de prendre de son temps. En outre, comme le dit Sacks, la formulation des activités et des tâches conversationnelles en termes de paire de catégories « appelant »/« appelé » explique pourquoi celui qui appelle est « mal à l’aise » lorsque l’appelé initie la phase de clôture de la conversation, et pourquoi les appelés hésitent à le faire. Toutes ces questions attestent la préoccupation continue de Sacks pour la description sociologique profane – une préoccupation fondamentale qui a toujours nourri son intérêt pour les activités de catégorisation.

48Sacks accorde aussi une attention particulière aux éléments contextuels qui différencient la catégorie « répondeur » de celle d’appelé, en tant que catégories produites par les tours de parole. Les « répondeurs » peuvent ne pas être des « appelés ». L’exemple que donne Sacks est celui d’un maître d’hôtel qui répond au téléphone sans qu’il soit la personne appelée. Il donne aussi l’exemple des secrétaires, qui se trouvent dans le même cas. On peut trouver d’autres exemples – des standardistes, des invités à la maison (bien que les invités puissent se considérer comme non habilités à répondre au téléphone), etc. Lorsque les standardistes répondent au téléphone, les appelants peuvent ne pas répondre « allô » à leur « allô ». Nous sommes ici dans un domaine où les catégories peuvent être défaites : celle d’« appelé » peut, par exemple, être défaite en faveur d’une catégorie plus minimale, à savoir celle de « répondeur ». Comme le dit Sacks (1992, vol. 2, p. 543) le « répondeur » n’a pas besoin de répondre par des salutations s’il ne correspond pas à l’« appelé ».

49Le dispositif « appelant »/« appelé » est en fait plus compliqué : comme le note Sacks, il se peut qu’il n’y ait pas qu’un seul occupant de la catégorie « appelé » ; il peut y en avoir plusieurs potentiellement, comme dans le cas où l’on appelle quelqu’un à son domicile et où n’importe quel membre de la famille prenant le téléphone peut être un « appelé » pertinent. Il est bien clair ici qu’on introduit ce que l’on peut appeler des catégories et des dispositifs de catégories additionnels, qui viennent en plus des catégories produites par les tours (« appelant »/« appelé »), qui sont intrinsèques à l’organisation de la conversation en tours de parole : ce sont des catégories telles que « secrétaire », « standardiste », « maître d’hôtel », et des catégories relevant du dispositif de catégorisation « famille ».

50Ayant décrit jusqu’ici la paire de catégories « appelant »/« appelé » comme indépendante de telles catégories extrinsèques, nous pouvons maintenant voir de quelle manière elle peut aussi occasionnellement être sensible à ces catégories. L’existence de catégories telles que « secrétaire », « standardiste », « assistants personnels », etc., pose la question de la pertinence de catégories autres que celles d’« appelant »/« appelé », des catégories telles que, par exemple, « patron d’une entreprise », « recteur d’université », etc. Si l’on veut parler aux membres de telles catégories, on sait que l’on devra probablement passer par des catégories de médiateur ou de gatekeeper, par exemple des « standardistes ». Dans ce cas, l’« appelé » visé n’est jamais le premier à parler : c’est le gatekeeper qui le fait. Certes, qui doit appeler qui, qui doit attendre, qui rappelle qui, etc., tout cela peut faire l’objet de manœuvres considérables entre les appelants et les secrétaires ou entre les secrétaires elles-mêmes, en particulier là où des positions hiérarchiques ou des conflits de statut sont en jeu.

51Ce que montrent ces observations, dit Sacks, c’est que, bien que ces manœuvres concernent clairement des catégorisations extrinsèques, elles n’impliquent pas pour autant une ignorance de la règle : l’« appelant » parle le premier ; elles constituent au contraire des tentatives pour s’en accommoder méthodiquement. Dans de tels cas, la conduite qui, mutatis mutandis, préserve la règle est, de façon particulièrement manifeste, un accomplissement contingent. Les manœuvres font apparaître clairement comment les locuteurs s’orientent à travers une série de contingences qui sont extrinsèques à la distribution de la paire de catégories centrale « appelant »/« appelé » et tiennent compte du fait que cette paire est pertinente pour prendre la parole le premier, le second ou le troisième, indépendamment de toute autre considération, une fois que ces catégories ont été distribuées. Même si d’autres catégories extrinsèques font intrusion, la paire « appelant/« appelé » conserve son pouvoir d’organisation générique. Un aspect de ce pouvoir est qu’elle influence la forme spécifique de l’intrusion des catégories extrinsèques, comme on a pu le voir plus haut. Dans un autre contexte, Schegloff a employé avec à propos le terme « distal » pour désigner de tels traits contextuels extrinsèques.

52Donc, la formulation des catégories par Sacks (au sens d’identifications de personnes ou de références à des personnes), en tant qu’elles appartiennent à l’organisation conversationnelle, implique de distinguer catégories génériques ou inhérentes, produites par les tours de parole – « appelant »/« appelé » par exemple – et catégories extrinsèques ou distales – « patron »/« employé », par exemple – avec, dans des occasions particulières, une ou plusieurs catégories de médiation ou de « traduction » – par exemple, « assistant personnel », « aide-de-camp », etc. Les membres des catégories médiatrices ont, comme partie des obligations liées à leur catégorie, la tâche de « traduire », pour une conversation spécifique, les catégories extrinsèques en catégories inhérentes « appelant »/« appelé ». Cette « traduction » doit être faite de telle façon que ces catégories inhérentes contribuent de façon cohérente à la distribution de l’ordre d’entrée des partenaires pertinents dans la conversation. On pourrait traiter ce processus de conversion comme une sous-classe de ce que j’ai appelé ailleurs des procédures de « cartographie des catégories » (category-mapping procedures) (Watson, 1978, p. 108).

  • 9 Cependant, il importe de souligner que ce déplacement n’est pas absolu mais relatif. Par exemple, S (...)

53Dans cette partie de l’article, j’espère avoir réussi à justifier l’affirmation faite au début : à savoir que Sacks n’a pas complètement renié son intérêt antérieur pour les catégories ou les identités. Certes ses premières préoccupations pour les catégories ont été, dans une certaine mesure, décomposées et reformulées en termes de « schéma du destinataire » (recipient design) et d’autres procédures de particularisation dans l’organisation de la conversation ; il a cependant conservé un intérêt pour les catégories. Cette préoccupation a véritablement évolué lorsque Sacks a pris ses distances par rapport au cognitivisme résiduel de l’analyse componentielle, qui avait profondément influencé son précédent travail (Sacks, 1972). Il s’est mis à examiner les catégories produites par le contexte séquentiel, c’est-à-dire par l’ordre d’entrée dans la conversation. C’est ce qui illustre le mieux son changement de perspective : ayant d’abord considéré les catégories en termes de significations indépendantes, relativement décontextualisées, il a ensuite mis l’accent sur les catégories comme phénomènes contextualisés ou sensibles au contexte9.

54J’ai aussi soutenu que le traitement ultérieur par Sacks du phénomène de la catégorisation nous permet de formuler analytiquement, et plus clairement, la conception qu’ont Sacks, Schegloff et Jefferson (1974) de l’organisation conversationnelle comme à la fois indépendante du contexte et sensible au contexte. Une des difficultés que nous rencontrons ici est que, pour une grande part, notre compréhension est façonnée par l’usage conventionnel du langage ordinaire, où ces deux expressions pourraient être traitées comme opposées ou même mutuellement exclusives. J’espère montrer que la référence aux analyses sacksiennes des activités de catégorisation peut nous aider à saisir et à utiliser ce qui autrement aurait pu apparaître comme, au mieux, une conception gênante et, au pire, une antinomie apparente. À cette fin, j’utiliserai l’exemple, ébauché par John Lee et moi-même, d’une autre forme de prise de tour, à savoir « faire la queue » dans l’espace public. J’espère que cet exemple – peut-être devrais-je parler de « simple illustration » – montrera aussi comment l’appareil procédural que Sacks a formulé dans ses premiers travaux sur les dispositifs de catégorisation peut contribuer à expliquer le phénomène des catégories produites par les tours et que la distance perçue entre le premier et le dernier Sacks sera ainsi considérablement réduite.

Files d’attente et contextes catégoriels10

  • 10 Pour cette partie de l’article, je suis reconnaissant envers mon collègue à l’université de Manches (...)
  • 11 Je précise que je restreins mes analyses aux files d’attente organisées, laissant de côté les simpl (...)

55Dans sa forme élémentaire, la file d’attente comme système de prise de tour est un « phénomène à deux personnes » : une file comprend au minimum deux personnes (à moins qu’il y ait quelqu’un qui se trouve à côté d’un panneau : « Attendez ici », et même cela peut poser un problème d’interprétation pour les autres). Une seconde personne est essentielle en tant que « dispositif d’instruction » visible pour ceux qui voient la file, c’est-à-dire en tant que dispositif qui active un « regard instruit ». Au marché de Belleville à Paris, nous avons assisté à des scènes où un tiers vient se placer devant un étalage, à côté de la seconde personne dans la file, rendant l’ordre des tours problématique, voire compétitif, à la fois pour le vendeur et pour les autres clients attendant d’être servis. Dans une queue, donc, il y a au minimum deux personnes (en plus du vendeur). La présence d’une seconde personne est cruciale, pas seulement pour définir la queue comme une unité, mais aussi pour organiser sa direction visible, tout cela affectant bien sûr la caractéristique centrale de toute file d’attente, à savoir qu’elle doit comporter un ensemble d’indications visibles, un ordre manifeste de service. Je soutiens que l’ordre catégoriel de la file d’attente est une caractéristique centrale de ce que nous pouvons appeler, reprenant une expression de Melvin Pollner (1979), leurs « arrangements de visibilité » (cf. aussi Jayyusi, 1984). S’agissant de tels arrangements, pour les membres comme pour les analystes, la forme à deux participants constitue la forme organisationnelle minimale adéquate pour une queue. Dans cette forme à deux personnes sont constitués la direction de la file, son ordre de tours et un principe simple de prise de tour (le premier dans la file)11.

56Avec les participants à une file d’attente, nous pouvons considérer les places dans une queue (incluant l’espace physique occupé par le titulaire d’un tour) comme rares et chères ; linguistiquement elles sont considérées comme « possédées », au moins au sens où un pronom possessif peut être attaché à un tour – « mon tour », « votre tour », « notre tour », etc. –, de sorte que les tours peuvent être « volés » ou « usurpés ».

57Nous pouvons concevoir, d’un point de vue analytique, la possession d’un tour dans la file en termes de catégories produites par les tours. Ces catégories peuvent être désignées linguistiquement par les expressions « tête de file », « fin de file », « second dans la file », et ainsi de suite. Ces catégorisations sont activement attribuées, par les participants et par les autres, comme formes de la file : elles font, par conséquent, partie de sa formation. Ces catégories peuvent être vues comme produites par des tours au sens où elles sont des constituants centraux de la file plutôt que des catégories distales, telles que « homme », « Algérien », « adolescent », etc. Ces dernières catégorisations entretiennent, comme nous le verrons, une relation contingente, plutôt que centrale ou générique, avec file d’attente. Cela ne veut pas dire toutefois qu’elles ne sont jamais pertinentes pour l’activité concertée qui est « faire la queue ». Cependant, les catégories endogènes sont centrales ou inhérentes à la file d’attente considérée comme un ordre social et, comme nous le verrons plus loin, il faut qu’il y ait des occupants des catégories (endogènes) « tête de file » et « fin de file » pour que la file puisse être constituée comme telle.

58On peut aussi faire ressortir les activités liées aux catégories : ces activités sont visibles et explicables en termes de droits et d’obligations pouvant être conventionnellement imputés sur la base d’une ou plusieurs catégories données. En outre, il y a des prédicats basés sur le dispositif : un prédicat donné s’applique « d’un bout à l’autre » à toutes les catégories d’une collection donnée (cf. Watson, 1978, p. 107 sq.). Par exemple, il y a une obligation collective d’« avancer » quand l’occasion se présente, et si l’occupant d’une catégorie donnée ne le fait pas, les autres membres de la file peuvent considérer qu’il cède sa place et passe son tour. Ceci implique que les participants procèdent à une analyse proxémique de sens commun de l’espace social. Il y a une obligation, basée sur le dispositif, de maintenir visible la direction de la file et de surveiller constamment ceux qui sont devant, et en particulier ceux qui occupent le tour immédiatement précédent. Une obligation de la « tête de file », spécifique à cette catégorie, du fait que son occupant est le prochain à être servi, est de surveiller la transaction en cours, spécialement de surveiller quand elle va prendre fin ou quand elle est finie. Donc, nous avons ainsi des prédicats de la collection « file d’attente » liés à la fois aux catégories et au dispositif.

59À partir de l’observation précédente, j’espère montrer l’utilité qu’il y a d’un point de vue analytique à reprendre l’appareil procédural que Sacks (1968, 1972 et 1974) a construit dans ses premiers travaux, pour analyser les catégories produites par les tours dans une file d’attente. Mes commentaires précédents sur ce qui est lié aux catégories sont un cas d’espèce. En ce sens, je combine le dernier travail de Sacks, qui met l’accent sur le caractère séquentiel, hautement contextualisé, de quelques catégorisations ou identités, avec l’appareil qu’il a présenté dans ses premiers travaux. Ce faisant, je suggère que l’attribution à Sacks d’une bifurcation dans ses travaux est non seulement artificielle mais aussi dommageable, car elle nous empêche de mettre un ensemble de considérations, apparemment diverses, en relation les unes avec les autres. Il est sûr qu’analyser les files d’attente comme des ordres catégoriels et séquentiels ne pourrait pas se faire de manière adéquate sans les deux termes de cette prétendue opposition. Par exemple, quelques aspects de la file comme « formation d’ensemble » visible ne peuvent pas être expliqués totalement sans faire référence au travail de Sacks sur les deux parties de cette prétendue division.

60Pour avancer dans cette perspective, nous pourrions commencer par relever qu’une file d’attente « minimalement adéquate » peut être traitée comme une collection naturelle (c’est-à-dire conventionnelle) de catégories d’appartenance : pas seulement comme une « paire relationnelle standardisée », mais aussi comme un dispositif de catégorisation. Ce dispositif, avec une tête et une fin, constitue donc la forme minimale, irréductible, de la file d’attente. C’est aussi, bien sûr, une forme extensible : elle peut être étendue à trois personnes ou plus, et les tours peuvent y être désignés par une numérotation – « troisième dans la queue », etc. Il s’agit là de catégories produites par les tours, par l’ordre d’arrivée dans la queue par exemple (bien que d’autres possibilités existent).

61Selon la « règle d’économie » (Sacks, 1974), les catégories produites dans les tours seront normalement traitées par les membres de la file (ainsi que par les badauds, les passants, etc.) comme référentiellement adéquates à toutes fins pratiques pour « faire la queue » et s’aligner sur la queue. Selon la « règle de continuité » (consistency rule) pour la co-sélection des catégories, les deux catégories (ou plus) de la queue peuvent être vues comme « allant ensemble », comme des catégories relevant de la même collection, du même dispositif. Donc les personnes qui suivent dans la file seront, du fait d’une préférence normative, catégorisées selon la même collection que celle dont provient la catégorie « tête de file ». Il y a là cependant quelque chose comme un cercle herméneutique : l’arrivée d’une deuxième personne catégorisable comme « seconde dans la file », sert, via la règle de continuité, à confirmer la première comme occupant de la catégorie « premier de la file ».

62En effet, c’est en partie à travers l’action combinée des règles d’économie et des règles de continuité que les catégories de la file d’attente sont constituées comme catégories inhérentes ou de premier plan et que les autres catégories (« femme », « Marocain », « pensionné », etc.) sont reléguées à un statut périphérique, distal, contingent ou d’arrière-plan, « externe », comme dit Sacks. C’est essentiellement à travers l’action de ces règles, relevant des procédures de catégorisation, que la queue est constituée comme ayant une marge significative d’indépendance par rapport au contexte, une autonomie relative et une organisation interne qui lui est propre. Ces règles ne nous montrent pas seulement que certaines catégorisations sont externes ou sont des traits scéniques, etc. (la dernière conceptualisation de Sacks se prête elle-même à une telle interprétation), mais aussi de quelle manière elles le sont. À ce sujet, l’analyse des files d’attente, et d’autres ordres sociaux séquentiels, en termes de règles d’économie et de continuité correspond à l’intérêt de Sacks pour les descriptions procéduralisées autant qu’à l’intérêt générique de l’ethnométhodologie pour l’étude des méthodes intersubjectives de production d’ordre par les membres – un intérêt pour le savoir procédural (knowledge-how) plutôt que simplement pour le savoir propositionnel (knowledge-that).

63Une analyse en termes de savoir procédural nous révèle une caractéristique inhérente de la file d’attente qui est occultée par une analyse en termes de savoir propositionnel : l’appareil de production et de reconnaissance de la queue (cf. Garfinkel & Sacks, 1970, p. 358). Cet appareil est incorporé dans la file comme phénomène, et est peut-être spécialement apparent dans ses arrangements de visibilité. De cet appareil procède l’aspect « vu mais pas noté » des catégories externes : non pas qu’elles disparaissent de la vue, mais elles sont alignées sur une partie de la texture de pertinences d’arrière-plan concernant la (ou plutôt cette) file d’attente.

64Revenons aux catégories de premier plan. Cet ensemble peut, comme nous l’avons dit, être vu comme constituant un dispositif de catégorisation tel que, par exemple, deux ou plusieurs catégories proches peuvent être vues, via la règle de continuité, comme appartenant à la même collection (ou dispositif) naturelle. Pour étendre cette conception formelle, nous pouvons aussi constater que la file d’attente peut être vue comme un dispositif doublement organisé. Par « double organisation » (duplicative organization), j’entends, suivant Sacks (1974), souligner le fait que, dans une perspective de membre, les collectivités identifiables sous l’égide du dispositif de catégorisation « file » ou « queue » sont habituellement vues, d’un point de vue de sens commun, comme organisées en unités de type équipe. Être membre (occupant de la catégorie) d’une queue c’est, typiquement, appartenir à cette queue particulière comme on appartiendrait à une équipe donnée plutôt qu’à une autre, ou à quelque autre queue. Les catégories qui composent la file d’attente peuvent être vues comme conventionnellement liées, à la façon de l’unité propre à une équipe : en effet les attributs catégoriels des participants et les droits et obligations liés au dispositif sont limités à cette file particulière ; les membres n’ont pas normalement à honorer simultanément des obligations équivalentes, quelle que soit la file à laquelle ils se trouvent participer à un moment donné. De nouveau, la nature d’équipe de la file d’attente fait partie de ses arrangements de visibilité : une file donnée est visible comme une unité, comme une formation semblable à une équipe ; ses membres « appartiennent » de façon visible à cette file, même si ce n’est qu’en passant.

65De plus, pour chaque file d’attente qui, en un sens visible, constitue un dispositif de catégorisation doublement organisé, son organisation sur le modèle d’une équipe fournit certaines pertinences pratiques qui peuvent être incorporées dans le discours des membres de la file : « Faites la queue », « Êtes-vous dans la queue ou pas ? », etc.

66Grâce à la propriété de double organisation, nous pouvons, par exemple, voir les occupants des catégories « tête de file » et « fin de file » comme deux membres de la même file, comme dans l’exemple de Sacks (1974) « Le bébé criait, la maman le prit dans les bras », où « bébé » et « maman » sont compris comme membres de la même unité familiale, et non pas de deux unités différentes.

67Il y a, cependant, une complication dans l’appareil ci-dessus, lorsqu’on l’applique aux files d’attente : elle concerne la structure de « poupée russe » des dispositifs de catégorisation (cf. Watson, 1978). Faire la queue peut être vu, par les membres autant que par les analystes, comme faisant partie d’un autre dispositif de catégorisation, qu’on peut appeler « participants à une transaction de service » (la catégorie « serveur » en est alors une composante). Savoir quelle est l’appellation du dispositif appropriée pour les participants est bien sûr une affaire occasionnée. Alors que l’ensemble de catégories minimalement complet pour le dispositif « queue » est la paire relationnelle « tête » et « fin de queue », l’ensemble de catégories minimalement complet pour le dispositif « participants à une transaction de service » est la paire relationnelle « serveur » et « servi ».

  • 12 En plus des autres caractéristiques de la conception praxéologique que Sacks a des prises de tour, (...)

68Chacun de ces dispositifs est extensible, sur la base de sa forme minimalement complète, et, de plus, cette extension fait partie intégrante de l’organisation dynamique de la file d’attente12. En ce qui concerne le dispositif de catégorisation « queue », on peut ajouter aux catégories « tête » et « fin de queue », les catégories ordinales endogènes : « second dans la file », « troisième dans la file », etc. Pour ce qui est du dispositif « participants à une transaction de service », on peut ajouter « second serveur », bref des catégories de serveurs non ordinales, aussi bien que des catégories de files non ordinales.

Les catégorisations contextuelles

69Une partie centrale de cette analyse minimaliste concerne ce que l’on pourrait appeler les « unités de construction d’une file d’attente ». Ces dernières appellent des considérations concernant ce qui entre en jeu dans la construction (et la mise en visibilité) de l’appartenance à une catégorie particulière produite par les tours dans une file. Ce n’est pas une affaire nettement tranchée. Il se peut qu’à un moment ou à un autre une personne quitte temporairement la file, demandant à celle qui suit immédiatement de lui garder sa place. Cette place peut encore être vue comme une place dans la file – à travers un travail proxémique, marqué comme tel – bien qu’il n’y ait pas d’occupation en cours. Normalement cependant, une place dans la file peut être constituée comme telle du seul fait qu’il y a, au minimum, une personne qui l’occupe. Cependant, cela aussi est extensible, et beaucoup de files comportent des tours occupés par plus d’une personne, ces personnes étant des occupants de la catégorie produite par les tours, désignée, disons, par l’expression « second dans la file ».

70Il n’est pas nécessaire que toutes les personnes qui se trouvent proches les unes des autres occupent une même catégorie dans la queue, ni qu’elles apparaissent comme partageant une même place. Cela arrive peut-être plus fréquemment quand il y a de la foule. Nous pourrions alors nous demander : comment plusieurs personnes en viennent-elles à être constituées comme occupant une catégorie donnée dans une queue (« troisième dans la file », par exemple) ? C’est ici qu’interviennent les catégorisations externes d’arrière-plan.

71Si, par exemple, on voit une personne que l’on peut catégoriser comme « femme » avec une personne que l’on peut catégoriser comme « enfant », alors on peut les co-catégoriser selon la paire relationnelle standardisée « mère »/« fille » – ou peut-être simplement « adulte »/« enfant » – et les traiter comme « étant ensemble », comme occupant un seul tour dans la queue. Il en va de même pour les co-catégorisations « amis » – quand, deux ou plusieurs adolescents sont vus l’un près de l’autre – « époux » et « épouse », « copain » et « copine », etc. Il s’agit là de paires catégorielles extrinsèques, d’« arrière-plan », « distales », ou « contextuelles », qui, en certaines circonstances, peuvent avoir des conséquences sur l’organisation « interne » de la queue, c’est-à-dire sur ses catégories endogènes.

  • 13 Sur l’ordre catégoriel de la locomotion dans l’espace public, voir Lee & Watson (1993). Cet article (...)

72Ces catégorisations ou ces co-catégorisations « contextuelles » peuvent alors figurer dans l’organisation interne de la file d’attente. Elles peuvent être évoquées, pour des raisons pratiques, dans leurs manifestations visibles ou autres, par les occupants de la file et par les badauds, afin de résoudre le « problème de l’occupation » : les deux personnes (ou toutes) font-elles réellement partie de la queue ? Et, si oui, occupent-elles une seule place dans la queue, c’est-à-dire, une seule catégorie ordinale produite par les tours ? Plusieurs indications peuvent servir de ressources pour résoudre ce problème. Par exemple, comme le note Garfinkel, un membre d’un groupe d’adolescents peut rappeler aux copains dans la file : « Nous sommes ensemble », accompagnant cette énonciation d’un geste iconique, un geste inclusif de la main. Ou bien deux ou plusieurs personnes peuvent, lorsqu’elles arrivent dans la queue, être vues comme « étant ensemble », où le fait qu’elles sont ensemble peut, en partie, être établi à travers une co-catégorisation comme « mère » et « enfants », « mari » et « femme », etc.13. Une fois de plus, nous voyons ici à l’œuvre les règles d’économie et (de façon particulièrement claire) de continuité. De telles catégorisations et co-catégorisations, même si elles sont un phénomène simplement « externe » ou d’arrière-plan eu égard à l’ordre interne de la queue, forment encore des points de référence ou de consultation importants à la disposition des occupants de la queue pour constituer cet ordre interne. Personne ne dit que les catégories endogènes fonctionnent de façon totalement isolée. Ce qu’on peut dire plutôt c’est que l’ordre interne de la queue est un peu comme une plante avec une membrane semi-perméable, qui filtre des substances extérieures utiles sans perdre sa propre composition.

73Nous pouvons voir alors que les files d’attente peuvent, entre autres, fonctionner comme contextes pour une série d’activités de co-catégorisation (à la fois internes et externes à la file) et qu’elles peuvent aussi illustrer la façon dont une co-catégorisation donnée peut être considérée, pour reprendre l’expression de Hester et Eglin, comme un objet occasionné. Nous pouvons peut-être aussi maintenant remettre à sa place un phénomène comme celui de la politesse. Nous pouvons non seulement éviter de réifier la politesse ou le « maintien de la face » comme un « système », ou comme un « ordre cérémoniel », etc. ; nous pouvons aussi relativiser l’importance d’un tel phénomène, considéré comme ensemble de règles constitutives, dans la production de l’ordre social. À ce propos, je cherche à me distancer du travail d’analystes tels que Goffman (1974), Brown et Levinson (1978), Strong (1982). Nous avons observé empiriquement que les phénomènes de politesse du genre « les femmes, les personnes âgées, les enfants, ceux qui sont pressés, d’abord » ont tout au plus une relation contingente, ad hoc, avec les processus constitutifs de la formation d’une file d’attente. En effet ils entretiennent cette relation parce qu’ils tendent à être organisés autour de catégorisations externes, qui ont elles-mêmes une portée contingente, ad hoc, sur l’organisation interne de la file.

74Examinons un autre exemple où une appartenance catégorielle « externe » pèse sur l’occupation de catégories internes produites par des tours. Voici une citation d’un jeune pompier provençal concernant son statut élevé dans sa communauté ; elle est tirée d’une émission télévisée de « Channel 4 » (Angleterre) sur les controverses autour des feux de forêt en Provence : « Les pompiers sont bien respectés dans le Var. Si je vais à la banque en uniforme, je passe directement en tête de queue. Si j’y vais en vêtements ordinaires, on me traite comme un autre mec. » (« Provence enflammée », diffusion de Channel 4, 3 avril 1994). Cette citation constitue une donnée précieuse, qui nous permet de modifier, de façon critique, la formulation de Sacks sur les catégorisations inhérentes ou internes, versus les catégorisations externes, dans une organisation donnée de prise de tour. Dans cette citation, ce qui est intéressant ce n’est pas tant qu’un système « externe », celui des statuts sociaux en général, acquiert une pertinence ad hoc pour la queue (s’agissant de la catégorie endogène « tête de queue »). C’est plutôt qu’un exemple de ce système statutaire « externe » est actualisé à travers la neutralisation de la procédure interne « premier arrivé, premier servi », qui est au principe de l’ordonnancement des catégories produites par la queue.

75Il faut souligner que ce système statutaire est constitué, d’un point de vue de sens commun, comme un « ordre différent » de celui de la file d’attente et comme un ordre qui lui est rendu « externe » à travers la neutralisation manifeste de la procédure de distribution des tours dans la file et des appartenances catégorielles. En faisant référence aux catégories internes (endogènes), j’insiste sur le fait que j’utilise simplement ces catégories comme des formes abrégées qui schématisent des procédures beaucoup plus complexes, qui sous-tendent la constitution réciproque des ordres catégoriels « interne » et « externe », ainsi que leur accomplissement et leur réalisation.

76Entre parenthèses, c’est de cette façon que ce que quelques analystes postmodernistes et d’autres appellent « différence » est établi en tant que pratique située, comme l’est, bien sûr, la « similitude » ou l’« identité ». L’avantage de l’ethnométhodologie et de l’analyse de conversation est que leur approche rigoureusement naturaliste permet une description analytique de la façon dont sont établies différence et similitude dans un discours situé, cette description analytique étant fondée, comme on peut le montrer, dans les menus détails de l’organisation des pratiques des membres, telles qu’ils les connaissent. Les approches de l’ethnométhodologie et de l’analyse de conversation s’opposent en cela aux descriptions analytiques qui sont dirigées par une position « théoriciste » hermétiquement scellée (selon les termes de Crews, 1986) – ces descriptions risquant, en vertu de leur provenance exclusivement théorique, d’être à la fois ironiques et exagérées.

77Cette remarque faite en passant nous permet de faire ressortir un point plus central, concernant les catégorisations « internes » et « externes » s’agissant d’un ordre sériel donné, un point qu’illustre bien notre citation du pompier provençal.

78Le fait que, dans cet exemple du pompier, les membres accomplissent un ordre catégorie ! (un ordre statutaire) en référence à un autre (l’ordonnancement sériel de la file d’attente) nous permet de situer analytiquement ce que les sociologues, professionnels ou non, ont conventionnellement appelé « différences culturelles ». Conduisant cette recherche en France et en Angleterre, j’ai occasionnellement été interpellé par des chercheurs en sciences sociales – particulièrement des ethnographes – qui insistaient a priori sur le fait que l’organisation sociale des queues doit varier en fonction des « différences culturelles » qui sont supposées exister entre ces deux pays.

  • 14 Cf. par exemple, sur la question du droit à entrer dans une queue donnée en Afrique du Sud durant l (...)

79Cependant, dans notre recherche, John Lee et moi-même avons trouvé que la formation endogène et l’ordonnancement des files d’attente se passaient de la même façon dans chaque pays, avec les mêmes types de structure et d’activité. Cela peut bien sûr passer pour une « découverte », tout comme le repérage d’une différence culturelle le ferait. Cependant, alors que, selon nous, les « différences culturelles » ne figurent pas dans l’ordonnancement sériel et catégoriel de l’activité « faire la queue » dans les deux pays, elles peuvent cependant relever, quoique d’une manière purement contingente et occasionnelle, de la façon dont les catégories externes en viennent à peser sur l’occupation des catégories endogènes (celle de « tête de queue » par exemple). L’émission de télévision évoquée faisait ressortir le statut élevé des pompiers en Provence au regard du cas anglais où ils ne bénéficient pas d’un statut similaire. Personne, du seul fait d’être un pompier professionnel en uniforme, n’aurait normalement le droit de se placer en tête de queue en Angleterre. Ici, donc, nous avons une différence culturelle, mais c’est un phénomène circonscrit, restreint à l’influence des « catégories externes » sur la formation des queues ; elles n’y jouent qu’un rôle ad hoc. Bien sûr, dans quelques pays et dans certaines circonstances, ce rôle contingent et occasionnel peut être plus remarquable, plus extensif et plus sévèrement sanctionné14.

  • 15 Comme quand, par exemple, les habitués de la « plus fameuse file d’attente du monde », celle pour a (...)

80Nous pouvons trouver dans la relation phénoménale entre catégories endogènes et catégories externes ou d’arrière-plan une définition tout à fait claire de ce qui est pour beaucoup une formulation énigmatique de l’analyse de conversation : le fait que la conversation ainsi que d’autres systèmes de prise de tour sont simultanément « indépendants du contexte » et « sensibles au contexte ». Les catégories endogènes qui sont inhérentes à la file d’attente et la constituent ne sont pas, disons, étanches mais « semi-poreuses ». Leur usage permet, à l’occasion, d’invoquer, voire d’employer comme ressources significatives, des catégorisations « extrinsèques », d’« arrière-plan » ou « contextuelles ». Disons non pas que l’ordre interne des queues est composé à travers un ensemble de contingences contextuelles mais plutôt que, dans la composition de cet ordre, ces contingences fournissent une série de ressources d’arrière-plan qui, entre autres, sont utilisables pour produire cet ordre et qui, par conséquent, l’affectent. Quand la relation phénoménale entre les catégories de « premier plan » et celles d’« arrière-plan » se modifie de manière visible et que la file d’attente perd une partie de l’anonymat qui caractérise ses catégories endogènes, cela devient un problème tangible dont on peut rendre compte15.

Conclusion

81De quoi disposons-nous après avoir reproduit une conception de l’ordre social telle que celle de Sacks ? À mon avis, s’il y a une chose que nous n’avons absolument pas, c’est une « micro-sociologie ». Sacks nous présente un appareil d’engendrement pour la production d’un ordre social (dans toutes ses déterminations) comme un état de choses reconnaissable. Dire que son analyse ne s’applique qu’à un domaine de l’ordre social – celui des « microphénomènes » – c’est introduire un cadre empirique de référence débilitant : il dégrade certains phénomènes en leur appliquant des standards externes, en les rapportant à une réalité plus large, qui prédomine sur le « microscopique ».

82En un sens, la notion de « micro-sociologie » évoque encore le type de modèle ou de peinture appelé « diorama », où une scène miniaturisée est observée à travers une fenêtre qui l’encadre, la « met en perspective », lui impose ses limites, lui assigne sa clôture et la détache d’une « réalité plus large ». Simmel (1994) fait la même observation en se référant aux anciens encadrements de tableaux, lourds, richement ornés, qui « entrent dans une compétition dévalorisante » avec leur propre existence comme simples cadres (et par implication, avec ce qui est représenté).

83Ce que le travail de Sacks nous donne c’est un refus de l’opposition micro-macro, et du cadre d’expérience qu’elle introduit ; il traite au contraire cette opposition comme un instrument du raisonnement de sens commun (cf. à ce sujet, Sharrock & Watson, 1988). Comme il le montre dans ses Lectures on Conversation, Sacks considérait tout cas d’ordre social comme une affaire familière et reconnaissable dont il est possible de rendre compte. Le travail de Sacks constitue une description sociologique de l’« appareil » culturel et des pratiques à travers lesquels tout ordre social, quelle que soit son étendue, est constitué comme tel.

Bibliographie

Albert Ethel (1964), « Rhetoric, Logic and Poetics Amongst the Burundi», American Anthropologist, 66 (6), p. 40-41.

Brown Penelope & Sephen C. Levinson (1978), «Universals in Language Use: Politeness Phenomena», in E. Goody (ed.), Questions and Politeness. Strategies in Social Interaction, Cambridge, Cambridge University Press, p. 56-289.

Conein Bernard (1993), « L’ethnométhodologie comme sociologie descriptive », Cahiers de recherche ethnométhodologique, 1, p. 73-88.

Coulter Jeff (1976), « On the Notion of a Sequential Object », communication à la Conference on Ethnomethodology, Conversation Analysis and Social Action, Buffalo, State University College at Buffalo, multigr.

Crews Frederick C. (1986), Skeptical Engagements, New York, Oxford University Press.

Cuff Edward Charles (1994), Problems of Versions in Everyday Situations, Londres, University Press of America.

Cuff Edward Charles & David W. Francis (1978), « Some Features of “Invited Stories” about Marriage Breakdown », International Journal of the Sociology of Language, 18.

Douglas Jack D. (1967), The Social Meaning of Suicide, Princeton, Princeton University Press.

Garfinkel Harold & Harvey Sacks (1970), «On Formal Structures of Practical Actions», in J. C. Mckinney & E. A. Tyriakian (eds), Theoretical Sociology. Perspectives and Developments, New York, Appleton-Century-Crofts, p. 337-366.

Glassner Barry (1980), Essential Interactionism. On the Intelligibility of Prejudice, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Goffman Erving (1974), Les rites d’interaction, Paris, Minuit.

Hester Stephen & Peter Eglin (à par.), Identity, Interaction and Institutions. Studies in Membership Categorization, Cambridge, Cambridge University Press.

Hill Richard J. & Kathleen Stones Crittenden (eds) (1968), Proceedings of the Purdue Symposium on Ethnomethodology, Purdue, Institute for the Study of Social Change, Department of Sociology, Purdue University.

Jacobs Jerry (1967), « A Phenomenological Analysis of Suicide Notes », Social Problems, 15 (1), p. 60-72.

Jayyusi Lena (1984), Categorization and the Moral Order, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Lee John R. E. (1984), « Innocent Victims and Evil-Doers », Women’s Studies International Forum, 7 (1), p. 69-73.

Lee John R. E. & Rod D. Watson (1993), « Regards et habitudes des passants », Les Annales de la recherche urbaine, 57-58, p. 101-109.

Pollner Melvin (1979), « Explicative Transactions : Making and Managing Meaning in Traffic Court », in G. Psathas (ed.), Everyday Language. Studies in Ethnomethodology, New York, Irvington.

Sacks Harvey (1968), « The Search for Help : No One to Turn To », in E. S. Shneidman (ed.), Essays in Self-Destruction, New York, Science House Publishers, p. 203-223.

Sacks Harvey (1972), « On the Usability of Conversational Data for Doing Sociology », in D. Sudnow (ed.), Studies in Social Interaction, New York, The Free Press, p. 31-74.

Sacks Harvey (1974), « On the Analysability of Stories by Children », in R. Turner (ed.), Ethnomethodology, Harmondsworth, Penguin Educational Books, p. 216-232.

Sacks Harvey (1986), «Notes on Methodology», in J. M. Atkinson & J. Heritage (eds), Structures of Social Action, Cambridge, Cambridge University Press, p. 21-27.

Sacks Harvey (1992), Lectures on Conversation, Oxford, Basil Blackwell, 2 vol.

Sacks Harvey (1993), « La description sociologique », Cahiers de recherche ethnométhodologique, 1, p. 7-23, [1963].

Sacks Harvey, Schegloff Emmanuel A. & Gail Jefferson (1974), « A Simplest Systematics for the Organisation of Turn-taking for Conversation », Language, 50 (4), p. 696-735.

Schegloff Emanuel A. (1968), « Sequencing in Conversational Openings», American Anthropologist, 70 (6), p. 1075-1095.

Schegloff Emanuel A. (1992), « Introduction », in H. Sacks, Lectures on Conversation, vol. 1.

Schegloff Emanuel A. & Harvey Sacks (1973), « Opening up Closings », Semiotica, 8 (4), p. 289-327.

Sharrock Wes & Watson D. Rod (1988), « Autonomy Among Social Theories : the Incarnation of Social Structures », in N. G. Fielding (ed.), Actions and Structure. Research Methods and Social Research, Londres, Sage, p. 54-77.

Simmel Georg (1994), « The Picture Frame : an Aesthetic Study », Theory, Culture and Society, 2 (1), p. 11-17.

Strong Philip M. (1982), The Ceremonial Order of the Clinic, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Watson Rod D. (1978), « Categorization, Authorization and Blame-negociation in Conversation », Sociology, 12 (1), p. 105-113.

Watson Graham (1970), Passing for White. A Study of Racial Assimilation in a South Africa School, Londres, Tavistock.

Wilman A. (1994), « Some People just Queue and Queue », Centre Court Magazine, p. 36-38.

Notes

1 Pour une analyse de l’« épistémologie pratique » de la vie quotidienne avec un regard sur la production, la création et l’autorisation des versions ordinaires, voir Cuff (1994). On pourrait aussi observer que les études de Cuff, dans son livre, commencent par montrer comment la première formulation analytique de l’« appareil » de catégorisation peut être intimement liée à un intérêt pour la séquentialité.

2 Cependant, on observera que la conception de Sacks des propriétés formelles du discours et d’autres actions pratiques suppose la distinction « forme »/« contenu » sur laquelle est basée une grande partie de l’analyse de Georg Simmel. La différence entre Simmel et Sacks est que, pour ce dernier, ces propriétés formelles sont conçues en un sens non ironique : les membres/interlocuteurs les prennent en compte en termes ordinaires ; elles ne sont donc pas des entités accessibles au seul analyste et soumises à sa définition. À l’opposé, le statut phénoménologique des propriétés formelles de Simmel est hautement problématique.

3 Cela ne veut pas dire que Sacks propose que la conversation est « autonome » ou « indépendante », dans le sens d’être complètement isolée : dans le volume 2 de ses Lectures (p. 547), il consacre un grand nombre de cours à montrer que les tours conversationnels ou les types de tours sont façonnés individuellement et en séries pour aborder des destinataires particuliers ou des destinataires en tant que catégories ; par exemple, sélectionner des références reconnaissables pour des personnes connues à la fois par le locuteur et par le destinataire. En particulier, la Lecture 3, du printemps 1972, sur les catégories « appelant »/« appelé » aborde la question de la référence à des personnes (qui permette de les reconnaître) comme une partie de la distribution « appelant »/« appelé ».

4 Plus précisément, pour les histoires introduites par un narrateur, « initiateur » ou « volontaire » et « destinataire », et pour les histoires initiées par le destinataire, « invitant (à raconter) » et « destinataire ». Voir à ce sujet Cuff & Francis (1978).

5 Il est intéressant de considérer le travail d’interprétation fait par Schegloff lorsqu’il indique dans la colonne gauche de sa transcription les catégories produites par les tours de parole « appelant » et « appelé ». D’un point de vue de sens commun, il n’y pas lieu de faire d’objection à cette désignation. Néanmoins, cela peut être un exercice utile en analyse textuelle que de considérer les moyens textuels grâce auxquels le sens des énoncés transcrits dépend de cette pratique de transcription. La question devient même plus claire dans beaucoup de transcriptions de conversations dites « institutionnelles » ou relevant du « discours formel ». Ici, l’interprétation des énoncés, guidée par des catégories, est explicite, par exemple Dr (« docteur ») et Pt (« patient ») indiqués pour nous dans la colonne gauche, la partie de la ligne que nous lisons en premier.

6 Il ne m’est pas possible, dans les limites du présent article, de considérer la relation entre catégorisation et activité de séquentialisation dans le travail de Sacks après 1967. Il suffit de dire que, là aussi, les liens sont tout à fait clairs (cf. Sacks, 1974 ; 1992).

7 Les commentaires qui suivent sur les catégories « appelant »/« appelé » doivent beaucoup aux cours suivants de Sacks (1992, vol. 2) : Lecture du 19 avril 1971 ; Lecture 3, printemps 1972 ; Lecture 5, hiver 1970 ; Lecture 5, automne 1971. Cependant, il faut dire que les considérations de Sacks sur « appelant »/« appelé » peuvent être trouvées partout dans son œuvre, particulièrement dans les cours qui abordent des questions suscitées par ses transcriptions de 1964 d’appels téléphoniques à un centre d’intervention en cas de crise.

8 Sacks observe aussi que l’appartenance spécifique aux catégories « appelant »/« appelé » peut alterner d’une conversation à l’autre. L’appelant dans une conversation avec quelqu’un peut légitimement s’attendre à être l’appelé dans la prochaine conversation avec cette personne. Ici, nous avons un système de prise de tour supra-conversationnel, c’est-à-dire, un système qui fait partie d’un corpus d’au moins deux conversations tout en opérant sur des catégories dérivant de l’organisation interne d’une conversation singulière. Nous pourrions voir cela comme analogue au principe épistolaire, où je peux être considéré comme « redevable d’une lettre à un correspondant ».

9 Cependant, il importe de souligner que ce déplacement n’est pas absolu mais relatif. Par exemple, Sacks (1968, 1972) affirme que la collection de catégories d’appartenance impliquées dans une recherche d’aide était assemblée juste pour cette tâche, c’est-à-dire chercher et offrir de l’aide. Il s’agit là, évidemment, d’une conception de cette collection comme contextuellement assemblée et pertinente, bien que très schématique.

10 Pour cette partie de l’article, je suis reconnaissant envers mon collègue à l’université de Manchester, John Lee, pour son apport considérable à cette analyse. J’exprime aussi ma gratitude aux autres membres de l’équipe de recherche financée par le Plan urbain sur le thème « Comment trouver sa place ? » : Kenneth L. Brown, Michèle Jolé et Georges Knaebel. Isabelle Haumont a considérablement contribué au travail vidéo. Finalement, je remercie le Plan urbain pour son support, particulièrement son directeur académique, Isaac Joseph et son administrateur en chef, Jeanne Levasseur.

11 Je précise que je restreins mes analyses aux files d’attente organisées, laissant de côté les simples « rassemblements » dotés d’un ordre supposé, par exemple, les gens qui attendent d’être servis au bar d’un pub en Angleterre.

12 En plus des autres caractéristiques de la conception praxéologique que Sacks a des prises de tour, cet aspect nous aide, plus que l’analyse componentielle avec ses grilles conceptuelles statiques, à adopter une approche plus dynamique de l’ordonnancement catégoriel des files d’attente. La notion de catégorie produite par les tours garantit cet aspect dynamique, en ceci que les catégories sont reliées plus intimement au système des tours, considéré comme un ensemble d’activités, donc comme quelque chose de dynamique.

13 Sur l’ordre catégoriel de la locomotion dans l’espace public, voir Lee & Watson (1993). Cet article se réfère aussi à un autre domaine de catégories produites par des tours, par exemple, les « files de flux » et les « files de contreflux ». Il faut insister sur le fait que se déplacer dans l’espace public n’est qu’un type de locomotion ; les files d’attente en sont un autre. Les deux sont susceptibles d’une analyse séquentielle et donc catégorielle.

14 Cf. par exemple, sur la question du droit à entrer dans une queue donnée en Afrique du Sud durant le régime de l’apartheid, le travail de Graham Watson (1970), en particulier sur les queues pour le cinéma.

15 Comme quand, par exemple, les habitués de la « plus fameuse file d’attente du monde », celle pour assister au championnat de tennis de Wimbledon, deviennent amis à travers deux décennies de rencontres annuelles dans une queue – ils ont même créé la « LQA » – London Queueing Association. Cela devient un phénomène dont on peut rendre compte : les journalistes en parlent. Cependant, les catégories endogènes, économiques et anonymes, continuent à prévaloir dans une certaine mesure : « Nous sommes tous amis mais nous n’échangeons jamais les adresses, disait une personne dans la queue. Pourquoi gâcher la magie en découvrant ce que les gens sont réellement ? » (Cf. Wilman, 1994).

Notes de fin

1 [NdT. : Turn-generated : terme que nous traduirons parfois par endogène.]

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search