Version classiqueVersion mobile

L’enquête sur les catégories

 | 
Bernard Fradin
, 
Louis Quéré
, 
Jean Widmer

Repères

Catégorisation : l’approche de Harvey Sacks

Harvey Sacks on Categorization

Sacks’ Herangehen an die Frage der Kategorienbildung

Bruno Bonu, Lorenza Mondada et Marc Relieu

Résumé

Quelle place accorder au traitement des dispositifs de catégorisation dans l’œuvre de Harvey Sacks ? Cet article s’efforce de rapprocher la conception procédurale de la catégorisation, dont les principales caractéristiques sont rappelées, du programme de recherches présenté par Sacks à la même époque, visant à produire des analyses détaillées et reproductibles des méthodes observables dans la réalisation des activités sociales. Ce projet a donné lieu à un réseau cohérent où s’articulent l’analyse de la structuration des catégories et les premières recherches sur le caractère séquentiel de la conversation.

Texte intégral

1Les travaux d’Harvey Sacks sur la catégorisation gagnent à être mis en relation à la fois avec un programme général qui entend renouveler les tâches de la sociologie et avec ses analyses détaillées des procédures observables dans les activités sociales situées. L’analyse des catégorisations étant ainsi replacée dans une démarche globale, les liens entre les différents centres d’intérêt de Sacks dans ses premiers écrits apparaissent plus clairement. En particulier, la cohérence entre sa problématique de la catégorisation, ses réflexions sur la description sociologique et son programme d’analyse conversationnelle, qui sera développé ultérieurement, devient plus évidente.

2Ces premiers écrits s’organisent autour d’un noyau central : « An Initial Investigation of the Usability of Conversational Data for Doing Sociology ». Publié en 1972, mais daté par Sacks lui-même de juin 1965, cet article, dont le titre évoque l’ampleur de la tâche que l'auteur se donne, n’est pas la porte d’entrée la plus facile dans l’univers de Sacks. Il est cependant celui qui, par sa rigueur et sa complexité, ouvre le plus de pistes de recherche. Issu du premier terrain important sur lequel Sacks a travaillé, il a pour objet un corpus d’appels téléphoniques à un centre de prévention du suicide rattaché à une clinique psychiatrique. À partir de ces données conversationnelles, Sacks fait émerger, d’une façon qui lui est propre, un certain nombre de problèmes, qu’il traite en introduisant la notion de « dispositif de catégorisation ». Les perspectives d’analyse dégagées des données sont développées pour critiquer la démarche sociologique habituelle et lui esquisser une alternative. À cet article sont explicitement liés deux autres textes : la thèse soutenue par Sacks en 1966, qui en est une version plus « discursive », et un article publié en 1968, qui reprend le texte originel en le simplifiant. Les trois versions présentent la même structure textuelle, mise en évidence par l’écriture de « An Initial Investigation… », qui est guidée par un réel souci de formalisation. Ce texte est en effet structuré au moyen d’une numérotation très détaillée des paragraphes, qui permet de développer une argumentation non linéaire, de suivre plusieurs lignes parallèles et d’explorer les possibilités multiples qui se présentent à chaque étape de l’argumentation. Cette écriture contraste, par sa syntaxe extrêmement complexe, avec le style oral des cours transcrits dans les Lectures (Sacks, 1992). Elle est emblématique de la tension animant la démarche de Sacks, prise entre la volonté d’expliciter le plus précisément possible un programme sociologique général et le souci de suivre les pistes de recherche surgies de l’analyse d’occurrences particulières.

3Afin de souligner l’imbrication et la cohérence des différentes facettes de cette œuvre, nous présenterons d’abord ses arguments en faveur d’une « science des méthodes » basée sur des observations, et leur lien avec les recherches sur la catégorisation. Ensuite, nous montrerons quelques aspects du rayonnement de ces premiers travaux dans l’analyse de conversation.

L’enchevêtrement des problématiques

4Nous mettrons en évidence dans cette première partie la convergence des différentes visées théoriques de Sacks : sa reformulation des tâches de la sociologie, son usage des données conversationnelles et sa problématique de la catégorisation.

Comment faire de la sociologie ?

5La redéfinition de la tâche de la sociologie repose sur une critique des procédures descriptives des sociologues ; formulée à partir d’une conception spécifique de la science, elle débouche sur la proposition d’une démarche alternative.

Le problème de la description

6Décrire est une des tâches constitutives de l’activité du sociologue. Sacks remarque cependant que la description des sociologues est « étrange », et que les membres eux-mêmes procèdent à des descriptions. Il réfléchit donc sur ces deux aspects et redéfinit la description sociologique comme une pratique scientifique naturelle et observationnelle. Son but est d’éclairer la façon dont les activités sociales, du fait qu’elles sont méthodiques, sont descriptibles formellement, c’est-à-dire de manière stable, généralisable et reproductible (Sacks, 1972a, 1.3.2 ; 1984).

7Le rapport du sociologue à son objet est aussi « étrange » pour un regard extérieur qu’il est naturel pour ceux qui le mettent en œuvre (Sacks, 1989). En effet, la description sociologique intègre, en se construisant sur elles, les façons de parler et de décrire des membres dont elle analyse les activités. Par exemple, Durkheim étudie le « suicide » en utilisant comme allant de soi une catégorie du langage naturel, celle dont se servent les membres pour décrire et compter certaines occurrences de mort.

  • 1 Ce principe correspond à la distinction entre « thème » et « ressource » développée par Zimmerman e (...)

8Pour Sacks cet usage est problématique, car il fait l’impasse sur une question préalable, d’intérêt sociologique : par quelles procédures les membres, confrontés à une mort, décident-ils et reconnaissent-ils qu’il s’agit bien d’un acte de suicide ? Il lui oppose un principe de base pour toute description sociologique : ce qui est pris comme objet à décrire ne doit pas faire partie du dispositif de description1. Par conséquent, les jeux de langage utilisés par les membres, bien que compris par le sociologue, ne doivent pas faire partie de son dispositif de description ; ils doivent être traités comme des objets d’étude.

  • 2 Sacks ne veut pas dire par là que la description des membres est à privilégier aux dépens de leurs (...)

9Il en va de même pour les discours produits par les membres : « Même si l’on peut dire que les individus produisent des descriptions du monde social, la tâche du sociologue n’est pas de les rendre plus claires, de les enregistrer, ou de les critiquer, mais de les décrire2. » (Sacks, 1993, p. 12). Les descriptions produites par les membres se présentent comme des descriptions « possibles », reconnaissables comme telles par d’autres. Ayant un caractère ordonné et méthodique (cf. Garfinkel, 1967), elles sont reproductibles. L’objet que doit décrire le sociologue est précisément l’activité consistant à faire des descriptions de façon reconnaissable. C’est d’ailleurs là pour lui une manière de résoudre le problème de la production de ses propres descriptions (Sacks, 1972b, p. 329) : celles-ci coïncident alors avec la construction d’un dispositif génératif en mesure de rendre compte, en la reproduisant, de la façon dont « les activités, produites par les membres de manière à être reconnaissables comme telles pour eux, sont effectivement produites et le sont de façon reconnaissable » (ibid., p. 332).

La sociologie comme science naturelle et d'observation

  • 3 Lynch souligne la distinction de Sacks entre le langage dans lequel les expériences et les opératio (...)

10Le but visé par le programme scientifique de Sacks est donc d’arriver à une description formelle des « performances » des membres qui puisse être reproduite par tout un chacun. Ce programme peut être réalisé au moyen d’une démarche sociologique qui soit à la fois naturelle et observationnelle. Cette démarche existe déjà, mais pas au sein de la sociologie traditionnelle. On la rencontre plutôt dans les sciences naturelles. Sacks ne veut pas dire par là que la sociologie doit emprunter ses méthodes aux sciences naturelles : il veut plutôt attirer l’attention sur le fait qu’elle doit exploiter une propriété inhérente à la production des faits scientifiques dans ces disciplines. En effet, les scientifiques produisent de façon routinière des descriptions méthodiques d’actions humaines chaque fois qu’ils rapportent leurs observations à leurs collègues, qui cherchent ensuite à les reproduire à partir de là. Les pratiques scientifiques ne sont pas seulement des voies d’accès aux faits ; elles sont des faits sociaux en elles-mêmes. Les descriptions que les membres de la communauté scientifique font de ces pratiques sont, en ce sens, des descriptions sociologiques (Lynch, 1993, p. 206)3.

11La description que les scientifiques font de leurs activités est adéquate quand elle permet à d’autres de reproduire leurs expérimentations ; cette reproductibilité est assurée par le caractère méthodique de l’action qu’ils rapportent et de la description qu’ils en font (Sacks, 1989, 0.4.3.3). Or la science n’est qu’une activité sociale parmi d’autres à pouvoir être reproduite : par conséquent, n’importe quelle activité humaine qui peut être décrite comme méthodique, et donc reproductible, peut être dite scientifiquement descriptible. C’est ce qui permet à Sacks de dire qu’une des façons de produire des descriptions stables du comportement humain est de décrire les méthodes et les procédures pour les réaliser (Schegloff, 1989, p. 203). Donc la sociologie souhaitée par Sacks n’est pas à inventer à partir de rien : elle est en quelque sorte déjà là, dans les instructions qui assurent la reproductibilité des observations et des expériences dans les sciences naturelles. Les activités méthodiques sont descriptibles et leurs descriptions utilisables comme instructions pour générer ces activités.

12Cette perspective s’applique à l’analyse de la catégorisation. En effet, dans leurs descriptions, les membres recourent à des catégories (« c’est un homme marié », « c’est un juif », etc.). Le sociologue n’en est pas pour autant autorisé à reprendre ces catégories à son compte pour décrire le discours et les comportements des membres (par exemple en opposant les « jeunes » et les « vieux », les « hommes » et les « femmes »). Il n’a pas non plus à décider de la validité de leur usage, par exemple en invoquant un critère de correspondance, c’est-à-dire en observant si le membre catégorisé comme « noir » est effectivement « un » Noir (Sacks, 1966, p. 22-23 ; 1972a, 1.1.3.2). Sa tâche est autre : du fait que des collections de catégories sont disponibles pour classer n’importe quelle population, il a la tâche de décrire, chaque fois que les membres font une catégorisation, comment ils la font, c’est-à-dire les méthodes qu’ils utilisent pour assurer la pertinence de la collection qui contient la catégorie utilisée. C’est seulement après avoir décrit et thématisé de telles méthodes que le sociologue pourra asserter de façon non triviale qu’une personne X est un « Blanc » ou un « mâle », ou un « membre de la classe moyenne » (Sacks, 1989, 0.2).

Une façon de procéder

13Comme les catégories sont utilisées de façon méthodique, la tâche du sociologue est, selon Sacks, de concevoir un dispositif qui rende cet usage reproductible, plus précisément de construire un appareil formel qui reproduise à la fois le problème de catégorisation qui se pose aux membres et les données qui rendent manifeste la façon dont ils le traitent. Cette construction part de l’étude des méthodes utilisées par les membres pour catégoriser d’autres membres, une tâche qui est à la fois « générale » et pertinente (Sacks, 1972a, p. 32). Voici comment Sacks présentait ce programme lors des débats qui eurent lieu à Purdue autour de l’ethnométhodologie :

Une des choses qui est évidente à partir du type d’analyse que je vous ai présenté est qu’il peut y avoir une série de règles en mesure de reproduire les problèmes posés par les données dont vous êtes partis […] J’ai une série de règles qui me « redonnent » (« give me back ») mes données. (in Hill & Stones Crittenden, 1968, p. 41-42)

14Cette idée de reproductibilité est explicitement rapprochée par Sacks du programme de Chomsky :

Dans la même tradition que celle de la linguistique moderne qui vise à construire une grammaire générative d’une langue, la tâche que je me donne est de présenter les bases d’une grammaire générative, dont l’usage permet aux membres d’une société de s’engager de façon appropriée dans des activités telles que décrire, converser, rapporter, questionner, etc. (Sacks, 1966, p. 14)

15Cicourel (in Hill & Stones Crittenden, 1968, p. 47) explicite ce projet en disant qu’il vise à générer des paroles que les membres peuvent reconnaître comme naturelles, mais il distingue cette proposition de celle qui consiste à vouloir prévoir les phrases grammaticalement correctes des locuteurs. Traitant un récit produit par des enfants, Sacks (1972b, p. 332) dit lui-même qu’il vise un appareil qui rende compte de la façon dont une activité peut être reconnue par les membres pour ce qu’elle est. Pareillement, dans l’analyse du corpus d’appels de suicidaires, la question principale est de décrire comment la conclusion du suicidaire, « Je n’ai personne vers qui me tourner », est reproductible (Sacks, 1972a, 5.0).

16La démarche de Sacks s’oppose cependant à l’orientation hypothéticodéductive de la linguistique chomskienne : tout en recherchant un dispositif général, il s’arrête sur des cas précis, sur des occurrences rencontrées par hasard, et explore les pistes de recherche qu’elles suscitent.

Je ne construis que des problèmes qui ont leur solution dans les actions que j’observe. Les actions que j’ai sous les yeux peuvent être analysées comme manifestant l’usage de méthodes ; leur caractère méthodique est lié au fait qu’elles produisent des solutions à ces problèmes. Je ne prends en compte que des problèmes de cette sorte, conformément à mon engagement scientifique, qui veut que la définition de méthodes soit la seule façon acceptable de décrire des comportements observés. Cet engagement requiert que les problèmes soient construits de telle façon que les actions puissent être vues comme des accomplissements rationnels de leur solution. (Sacks, 1970, cité par Jayyusi, 1984, p. 86)

Comment travailler sur des données conversationnelles en milieu naturel ?

17Cette façon de problématiser la description sociologique, et de rapporter les données à des problèmes dont elles sont la solution, introduit un rapport particulier au matériau conversationnel. Cette originalité est revendiquée, dans l’incompréhension générale, par Sacks (in Hill & Stones Crittenden, 1968, p. 43) lui-même lors du colloque de Purdue : « Le fait est que personne n’a jamais été en mesure de traiter des données comme les miennes. » Et il ajoute face aux contestations : « Je ne considère pas comme des données celles que vous traitez comme telles. » Les données considérées par Sacks sont saisies dans leur environnement naturel, et non pas recueillies en réponse à des questions – il refuse donc la procédure de l’entretien, à moins de la considérer comme une activité sociale à traiter comme thème et non comme ressource pour l’analyse.

  • 4 Il reste que par rapport aux analyses conversationnelles qui viendront par la suite, les observatio (...)

18La primauté des données conversationnelles est affirmée dès la thèse de 1966. Se référant à la littérature ethnographique, Sacks remarque que, bien que les ténors de cette tradition, comme Firth ou Malinowski, aient recommandé de recourir à des données conversationnelles, ce conseil n’a été suivi ni par eux-mêmes, ni par leurs successeurs. Il reconnaît par contre les efforts de l’« ethnographie de la parole » de Hymes et de l’« ethnographie de la communication » de Gumperz (Sacks, 1966, p. 5-6). Toutefois le problème qui se pose à leur endroit est le même que pour les sociologues : ils se basent sur des informateurs à qui ils posent des questions (l’informateur pouvant être le chercheur lui-même – l’enquête rejoint alors l’introspection). Par conséquent, ils étudient les catégories que les informateurs sélectionnent dans l’activité particulière qu’est l’enquête, et non pas celles qu’ils utilisent dans leurs activités sociales ordinaires (Sacks, 1992, vol. 1, p. 27). Prendre au sérieux la conversation signifie donc pour Sacks la considérer comme une activité sociale de plein droit (et non pas comme une source d’informations utiles pour décrire des activités sociales)4.

Comment redéfinir le problème de la catégorisation ?

19Le point de départ des analyses sur la catégorisation est explicitement trouvé par Sacks dans l’œuvre de l’anthropologue Goodenough. Celui-ci a bien formulé le problème de la catégorisation mais n’en a pas, aux yeux de Sacks, développé systématiquement les implications. Sacks se penche sur ce problème en voulant en tirer toutes les conséquences, à la fois pour critiquer la démarche sociologique et pour proposer une autre façon de travailler.

  • 5 Cette sémantique formelle est appliquée canoniquement à l’analyse des lignages et des systèmes de p (...)

20Sacks fait souvent référence à la sémantique componentielle des anthropologues, dont Goodenough est l’un des fondateurs. Il en retient la référence à une méthode formelle (d’ailleurs souvent associée à celle de la grammaire générative), mais pas l’aspect différentiel et proprement componentiel5 (Sacks, 1966, p. 8). Outre qu'il reprend le traitement des catégories proposé par Goodenough, il se sert de nombreux exemples tirés de corpus anthropologiques (voir par exemple Sacks, 1972a, p. 52).

21Le point de départ de Goodenough (1965) est la définition par Linton (1936, p. 113-114) du statut comme ensemble de droits et d’obligations : tout en s’exprimant dynamiquement dans le rôle joué par un individu, le statut ne se confond pas avec lui. Goodenough (1965, p. 2) reproche à Linton d’avoir considéré les statuts comme des catégories de personnes, de les avoir traités comme des unités d’analyse indivisibles et de ne pas avoir développé l’idée de « collections de droits et d’obligations ». Pour éviter cette confusion, il propose de distinguer statut et identité sociale : le statut correspond à des combinaisons de droits et d’obligations, distribués de façon ordonnée dans des relations d’identité. L’identité sociale, quant à elle, « est un aspect du self qui fait une différence dans la façon dont se fait la distribution mutuelle des droits et des devoirs » (ibid., p. 3). Reprenant de Linton l’opposition entre statuts « prescrits » et statuts « accomplis », Goodenough l’applique aux identités sociales et se demande comment se fait la sélection de ces dernières. Pour Goodenough, le problème de la catégorisation est celui de la sélection des identités sociales. Plusieurs considérations interviennent dans ce processus, que Goodenough énumère dans un long passage cité par Sacks (1966, p. 7 sq.) dans sa thèse : les qualifications particulières faisant que l’on peut ou que l’on ne peut pas prétendre à telle ou telle identité, les occasions émergeant au cours d’une interaction, le contexte, etc.

22En outre, Goodenough pense la catégorisation comme un système ayant une dimension lexicale (le répertoire de catégories) et une dimension syntaxique (les règles de composition et d’actualisation). Les contraintes de composition sont exprimées par le fait qu’il n’y a qu’un nombre limité de catégories ou d’identités appariables dans une relation entre deux personnes. Si ces catégories ne correspondent pas, les personnes échouent dans l’établissement d’une relation ; le résultat de leur combinaison est un appariement agrammatical. En effet, au sein d’une culture il n'y a qu'un nombre limité de relations d’identité grammaticalement possibles (Goodenough, 1965, p. 7). Par exemple, les couples « médecin/infirmière » ou « médecin/patient » sont grammaticaux, alors que le couple « médecin/épouse » ne l’est pas (ibid., p. 6-7). Ces relations ne sont pas uniques, chaque individu pouvant assumer plusieurs identités selon les interactions ; mais la composition de ces identités doit obéir aux contraintes imposées par la combinatoire syntaxique. Alors que Goodenough traite le problème de la sélection des catégories en épuisant les possibilités combinatoires du système, représentées de façon abstraite dans des tableaux à entrées multiples, Sacks l’ancre dans l’organisation des activités sociales et lui donne une solution procédurale.

La structuration interactionnelle des catégories

  • 6 À rapprocher de la définition que donne Sacks (1966, p. 16) dans sa thèse : « La spécification des (...)

23Sacks (1966, p. 13) se propose de « développer systématiquement un ensemble rigoureux de procédures méthodiques afin de comprendre comment l’acteur interprète, considère, et entend les commentaires de tiers sur l’environnement, auxquels il fait face et dont il discute ». Ce projet, esquissé dès 1963, prend forme, sous l’influence de l’analyse componentielle, dans la spécification des catégories d’appartenance (e.g. ami, vieux, femme, etc.) que les membres de la société utilisent pour se classer les uns les autres, et des règles d’utilisation de ces catégories. Sacks note que ces catégories d’appartenance sont organisées dans des groupements naturels, qu’il nomme « collections » (e.g. « sexe », « âge », « joueurs de football », etc.). Selon lui, ce regroupement des catégories en collections n’est pas une propriété logique des catégories, mais une caractéristique du raisonnement pratique : les membres de la société considèrent que certaines catégories « vont ensemble ». Dès lors, « la question de savoir si une catégorie particulière est membre d’une collection particulière de catégories a un statut empirique, vis-à-vis duquel toute affirmation particulière que nous pouvons formuler peut se révéler erronée » (Sacks, 1972a, note 5)6. Ces collections de catégories, ainsi que les règles d’utilisation pour les appliquer à des ensembles de personnes, forment des « dispositifs de catégorisation ».

Dispositifs et règles

24L’élaboration la plus poussée que Sacks a donnée de « l’appareil » de catégorisation se trouve dans sa thèse de doctorat, et dans les deux articles publiés qui en sont directement issus (cf. supra p. 129-130). Il semble qu’elle s’effectue sous une double exigence : montrer la généralité et l’importance du problème de la catégorisation pour l’organisation de l’interaction et en tirer les conséquences pour l’analyse sociologique ; analyser un corpus d’appels téléphoniques de suicidaires au service d’aide d’une clinique psychiatrique d’urgence. La question posée est la suivante : comment les membres parviennent-ils à la conclusion « Je n’ai personne vers qui me tourner », qui est souvent donnée comme la raison de l’appel ? Cet énoncé semble formuler le résultat d’une recherche, dont la description requiert de développer les dispositifs de catégorisation (Dc), qui sont les termes dans lesquels cette recherche a été conduite. L’analyse se concentre donc sur l’intrication entre la recherche d’aide conduite par les suicidaires, et la structuration des catégories (Sacks, 1966, p. 17). En effet, le suicidaire conçoit son problème en relation directe avec la façon dont les personnes vers qui il se tourne sont catégorisées, et le catégorisent. La relation entre les deux niveaux de l’analyse réside dans deux « problèmes », dont la résolution est centrale pour toute interaction, et en particulier dans le corpus étudié : le problème de la sélection d’un Dc particulier, que Sacks nomme « problème de la pertinence » (ibid., p. 18) ; le problème de la congruence des catégorisations de tiers par deux personnes, ou celui de leur catégorisation mutuelle, appelé « problème de la convergence ».

Le problème de la pertinence

25En effet, chaque fois qu’il y a à catégoriser une population quelconque, il existe toujours plusieurs Dc, que Sacks nomme « Pn adéquats » (tels que « âge » ou « sexe ») : leurs catégories ne se recoupent pas, et ils sont simultanément disponibles. Ceci, dit Sacks (1992, vol. 1, p. 116) dans un de ses cours, « nous pose une tâche absolument centrale dans nos descriptions : parvenir à identifier quel est l’ensemble de catégories qui opère dans une scène quelconque – dans le compte rendu de cette scène, ou bien dans le cours de sa réalisation ».

  • 7 Comme l’écrit Sacks (1966, p. 20 ; 1992, vol. 1, p. 40), le problème de la catégorisation se présen (...)

26Dans le cas des appels de suicidaires, deux Dc « Pn adéquats » sont utilisés : le premier regroupe des paires relationnelles standardisées, telles que « mari/femme » ou « ami/ami » (le Dc R) ; le second est constitué de paires de catégories profanes/professionnels (le Dc K), comme « patient/médecin ». Puisque plusieurs Dc sont toujours virtuellement disponibles pour catégoriser de façon appropriée une population quelconque (e.g. R et K, qui sont mutuellement exclusifs dans le cas d’une recherche d’aide), se pose le problème de la sélection7 du Dc effectivement utilisé : « La tâche de la catégorisation devient continuellement problématique. » (Sacks, 1966, p. 20). Il faut donc disposer de procédures de sélection, de « moyens spéciaux pour décider de la pertinence de ce Dc à l’encontre de celui-là » (ibid., p. 19 ; souligné par nous).

Le problème de la convergence

27Du fait de la nécessité d’une sélection du Dc approprié, un problème général de convergence se pose dans toute interaction : « Si deux personnes, par exemple, se sont engagées dans la catégorisation d’un tiers, et s’il ne leur est pas indifférent de parler de la même chose, alors des solutions devront être mises au point pour sélectionner le Dc qu’ils utilisent, étant donné que chacun d’entre eux pourrait utiliser un Dc différent. Ainsi, je l’appelle un “soldat” et vous l’appelez un “adolescent”, ou je l’appelle un “Noir” et vous l’appelez un “botaniste”. Ou bien, si deux personnes se prêtent une attention mutuelle, comment se regarderont-elles mutuellement de façon similaire, i.e. selon les termes du même dispositif ? » (Ibid., p. 21). Sacks donne l’exemple de la pratique psychiatrique où une personne peut, en utilisant une catégorie de la collection R, traiter un psychiatre comme un étranger, alors que ce dernier désire être considéré comme un « professionnel », en référence à la collection K.

Deux principes généraux de catégorisation

28Deux principes de catégorisation sont alors avancés, qui constituent une résolution formelle de ces deux problèmes, et des maximes effectivement utilisées dans le processus de catégorisation.

29Une première règle est appelée règle de cohérence (consistency rule). Elle établit que « si, en une occasion donnée, un DcPn est approprié pour catégoriser une portion d’une population, alors il peut être utilisé comme dispositif pour catégoriser la totalité de cette population » (ibid., p. 24).

30Si la catégorisation d’une population d’au moins deux membres donne lieu à deux actes distincts, et donc requiert deux Dc distincts, on a alors besoin, pour assurer la convergence des catégorisations, d’une règle de cohérence, qui permet de parvenir à une classification « reproductible » par un tiers. « Elle dit : une fois un dispositif choisi, restez-lui fidèle, et si deux personnes ont un intérêt à classer un ensemble d’autres personnes de façon similaire […] alors une forme d’une telle règle de cohérence est nécessaire. » (Ibid., p. 26).

31Cependant une règle de « cohérence » n’est pas suffisante, même si elle est nécessaire. En effet, dans le cas où deux personnes catégorisent des tiers, chacun pourrait utiliser un ou plusieurs dispositifs tout en suivant une telle règle : chacun utiliserait plusieurs Dc de manière répétable, sans changer de collection. Le premier interactant pourrait utiliser plusieurs dispositifs, alors que le second se limiterait par exemple à un seul dispositif. Une règle d’économie est donc nécessaire : elle prévoit qu’une catégorie unique peut être référentiellement adéquate, c’est-à-dire adéquate dans la tâche de se référer à une personne. « Du point de vue des membres, pour une population N, lorsqu’il y a à catégoriser ses membres, la tâche peut être complète si chaque membre de la population a fait l’objet d’une catégorisation unique. » (Ibid., p. 27). Cette règle peut conférer à un dispositif un caractère exclusivement adéquat : il est suffisant d’utiliser un seul Dc pour catégoriser une population. Dans le cas contraire, si des catégories pouvaient tenir lieu de références partielles, alors des combinaisons de catégories seraient toujours requises, et aucun Dc ne pourrait convenir à lui seul (ibid., p. 30).

32Les deux règles réussissent à résoudre le problème de la convergence : « Si les buts de la catégorisation sont tels qu’ils rendent spécialement approprié un dispositif donné, et si les catégories de ce dispositif sont référentiellement adéquates, et si ce dispositif est utilisé de manière répétable, alors, et alors seulement, la convergence est systématiquement possible. » (Ibid., p. 32).

Les paires relationnelles standardisées

33Les paires relationnelles, telles que mari/femme, mère/fille, etc., permettent de transformer le problème de la catégorisation d’une seule personne en un problème de catégorisation impliquant deux personnes (in Hill & Stones Crittenden, 1968, p. 30). Si A présente B à C comme étant la « mère » de D, que C est sensée connaître, au lieu de sélectionner une catégorie parmi toutes les catégories correctes pour identifier B, A peut choisir de transformer le problème en identifiant B relationnellement, par rapport à D.

34Dans son analyse des appels de suicidaires, Sacks montre le lien central entre la recherche d’aide et les paires de catégories relationnelles standardisées (PRS). En effet, la notion de PRS ne vise pas seulement à souligner que certaines catégories se présentent régulièrement sous la forme de doublets qui se réfèrent à des relations entre les personnes – telles que mari/femme, cousin/cousin. Certaines paires constituent des foyers standardisés pour imputer des droits et des devoirs concernant certaines activités, comme apporter une aide (Sacks, 1972a, p. 37 ; cf. également l’article de Marc Relieu, infra p. 185-218). Sachant simplement qu’une personne suicidaire occupe une certaine position dans une paire (e.g., mari), les attentes normatives standardisées permettent d’évaluer le comportement d’aide attendu de la personne qui occupe la seconde position dans la paire.

35Les PRS offrent une solution élégante à un problème apparu à l’écoute des échanges conversationnels entre, d’une part, des suicidaires ou leurs proches, qui sont les appelants, et, d’autre part, des répondants qui sont les permanents du Centre de prévention du suicide de Los Angeles. Les conversants offrent en effet des évaluations précises du comportement de tierces personnes dont ils connaissent seulement la position dans une paire relationnelle standardisée (e.g. ils savent si c’est un voisin, un ami, etc.) par rapport au suicidaire. Ils discutent de ce que feraient, diraient, exigeraient (Sacks, 1966, p. 40) ces tiers tout en ne les connaissant pas directement, i.e., tout en ne connaissant rien de plus que leur position de paire vis-à-vis du suicidaire : « Ces droits et obligations sont organisés indépendamment de tout cas particulier d’occupation ou de non-occupation. » (Ibid., p. 49). Une fois R pertinente, la non-occupation d’une des positions de paire devient un fait observable ; il devient alors possible de relever l’absence d’un mari par exemple. Autrement dit, les catégories de R ont une « pertinence programmatique » (Sacks, 1972a, 2.2.4.), notamment pour la recherche d’aide du suicidaire : l’absence d’amis, de relations, etc., aboutit à considérer que le suicidaire n’a personne vers qui se tourner.

36Les PRS sont donc à l’origine de la recherche d’aide : « La recherche d’aide est réalisée “à cause” des obligations et des droits incarnés en R. Cela étant, la pertinence de R dépend du fait qu’elle assure, à son tour, le caractère approprié de la recherche d’aide. Il n’est pas exact de dire que le besoin d’aide conduit à la recherche d’aide, et que R devient, pour une raison quelconque, une collection pertinente avec laquelle réaliser la recherche. S’il en avait été ainsi, nous aurions dû nous pencher sur la manière dont R devient pertinente. Les choses fonctionnent dans l’autre sens ; le problème de la pertinence de R doit être abordé différemment. » (Sacks, 1966, p. 49). Les PRS, et les droits et obligations qui y sont incorporés confèrent, pour un suicidaire, une pertinence à l’activité « rechercher de l’aide ».

37Dans l’analyse de son corpus d’appels, Sacks découvre que, si un suicidaire expose ses soucis devant une personne trouvée en référence à R, celle-ci peut ou non « converger » avec son interlocuteur, selon la réception qu’elle donne à la révélation de l’état suicidaire. Pour traiter cette question, Sacks va poser le problème de la catégorisation de l’assertion.

Catégorisation, appariement et analyse de conversation

  • 8 D’autres auteurs ont souligné l’enchevêtrement chez Sacks du travail sur la catégorisation et de ce (...)
  • 9 Dans la conférence « tout le monde doit mentir », Sacks (1973, note 1) parle du travail sur « le ch (...)

38Lorsqu’on oppose trop vigoureusement un « premier Sacks », celui de l’analyse des catégorisations, à un « second Sacks », celui des études séquentielles de la conversation, l’intrication des deux pistes de recherche, qui est très visible dans le début de son œuvre, a tendance à disparaître. Or, l’approche des catégorisations concerne, dès l’origine, aussi bien l’identification des personnes que le traitement d’énoncés particuliers, comme les assertions produites par les appelants suicidaires (Sacks, 1972a, p. 41)8. De plus, elle se greffe sur l’examen des procédures de liaison et de traitement des énoncés. Dans les deux cas, une identique posture analytique vise à étudier « les collections d’objets sociaux […] que les individus assemblent pour mener à bien leurs activités » (Sacks, 1984, p. 24)9.

Catégorisation de l’assertion et convergence

39Sacks (1972a, p. 43) remarque que l’annonce de l’intention suicidaire est parfois suivie d’un rire : « Elle exprima des sentiments de découragement […] et affirma : “Je suis tellement dégoûtée parfois que je pense au suicide.” Ses amis pensèrent qu’elle plaisantait, ils burent un peu et oublièrent. » Certaines déclarations font problème, du point de vue du traitement à leur réserver, en raison de leur ambiguïté potentielle : « … et je ne lui ai pas parlé d’appeler quelqu’un d’autre et, vous savez, plus j’y pense, plus j’ai peur parce que vraiment, je me sentirais mal si elle se supprimait après m’avoir dit tout ça, et je ne veux pas créer de problème si elle est seulement en train de plaisanter. » (Ibid., p. 44).

40La question posée par Sacks (1992, vol. 1, p. 13) est la suivante : « Quel genre de relation existe-t-il ici entre l’affirmation “Je vais me tuer” et le rire qui suit ? » L’analyse de cette relation conduit à lier le problème de la catégorisation de l’assertion et le choix d’un dispositif de catégorisation des personnes : tout d’abord les membres, trouvés par l’intermédiaire de R, ont le choix, pour construire leur réponse, de recourir à un Dc de type R ou à un autre. La catégorisation de l’assertion actualise la pertinence du Dc R ou celle d’un autre Dc. Autrement dit, le traitement réservé à une assertion comme « Je vais me tuer » détermine la suite de la recherche d’aide, qui se poursuit parfois bien au-delà de l’échange en cours. La réponse par le rire bloque l’obligation pour les membres appartenant à R de donner de l’aide ; elle enlève donc sa pertinence au Dc et par là empêche la convergence des catégorisations (Sacks, 1972a, p. 35).

L’appariement des énoncés

41À partir de là, Sacks se demande comment un individu peut écarter ses obligations potentielles et, plus généralement, quel est l’ensemble des possibilités qui suivent une assertion de ce type. En effet, l’analyse se situe, dès le départ, du point de vue des tâches réellement accomplies par le membre qui se trouve confronté soit à la production, soit à la réception et au traitement de certains énoncés. Sacks privilégie donc, dans toute son œuvre, la dimension opératoire de la construction du sens en situation.

  • 10 De même, dans le cas d’appels à un centre d’assistance psychologique on peut éviter de donner son p (...)

42Pour mettre en lumière ces possibilités, il analyse différentes expressions, que, dans un premier temps, il appellera « cérémonielles », et qui permettent d’explorer à la fois les classes d’interlocuteurs possibles et les classes d’énoncés appariés à chacune de ces expressions (Sacks, 1992, vol. 1, p. 14). L’étude de cet appariement est développée notamment à propos de formules telles que « Comment ça va ? » Tout comme lors de l’annonce d’intentions suicidaires, le destinataire peut chercher comment « refuser sans refuser ». Dans un cas, tout en répondant « Ça va », il peut ne pas faire part de son état réel (santé, sommeil, etc.) ; dans l’autre, le rire lui procure le moyen d’éviter d’apporter une aide au suicidaire potentiel sans la refuser10. Comment s’effectue l’appariement entre l’énoncé-origine et cette forme curieuse de réponse ?

Les classes d’énoncés appariés

  • 11 Il ne faut peut-être pas oublier que le questionnement de l’auteur sur ce type d’énoncés porte auss (...)

43En répliquant à « Comment ça va ? », le destinataire opère la sélection d’un sous-ensemble (positif, neutre ou négatif). Par la suite, à l’intérieur de ce sous-ensemble, il choisit un terme X (par ex. dans le domaine neutre : « Ça va », « Bien », etc.). À ce moment-là, le questionneur peut contrôler si le choix du sous-ensemble est adéquat à l’aspect de son interlocuteur : il a donc la possibilité de mettre en doute son affirmation11. Or les conséquences de chacune des options peuvent être prises en considération dès la sélection du sous-ensemble, car les domaines neutre et positif conduisent à conclure cette partie de l’échange. En revanche, le choix négatif (« Mal, très mal ») déclenche une procédure de diagnostic (« Pourquoi ? ») et la production d’un récit expliquant le problème en question.

44Le choix du sous-ensemble neutre ou positif, ainsi que l’adoption du rire en réponse à l’annonce de l’intention suicidaire, permettent donc d’éviter, dans le premier cas, le trouble généré par l’enquête sur l’état de l’interlocuteur et, dans le second, la prise en compte de la possibilité que celui-ci soit réellement suicidaire.

Le choix d’un type du destinataire

  • 12 Sacks soutient que cette possibilité est complexe, parce que le Dc pertinent dépend alors du type d (...)

45D’un autre point de vue, la production de la réponse à la demande de nouvelles introduit des éléments (ennuis personnels) qui prennent en compte la catégorisation du questionneur. Car certains thèmes peuvent faire l’objet d’un échange avec un ami, mais pas du tout d’un bavardage avec un voisin. De surcroît, on annonce ses problèmes selon un ordre particulier, d’abord à sa propre femme et ensuite à un ami par exemple. De même, en traitant l’annonce du suicidaire par le rire, le destinataire se positionne comme auditeur d’une blague. Il sélectionne ainsi un dispositif de catégorisation constitué par les deux catégories « auteur » (performer) et « membre du public » (audience). Cela permet de clore la séquence déclenchée par l’assertion, car le suicide est thématiquement évacué de la conversation. L’autre possibilité12 – traiter l’annonce sérieusement – enclenche l’obligation d’aide et la reconnaissance de l’état suicidaire.

La maturation de la notion d’appariement

46La problématique de la catégorisation des énoncés constitue l’un des affluents qui ont donné lieu à l’élaboration de plusieurs notions centrales de l’analyse de conversation. En effet la recherche sur l’appariement des items produits par deux locuteurs différents apparaît comme l’une des sources d’un format primitif de liaison des énoncés, qui est à la base de toutes les études ultérieures de la conversation : la « paire adjacente » (Sacks, 1992, vol. 2, p. 521-575). Cette notion « renvoie au fait que certains types d’activité (tels que les salutations, les adieux, les questions et les réponses) sont conventionnellement organisés en paires, de telle façon que la production du premier membre de cette paire projette et exige à la fois que le destinataire de ce premier élément produise “par la suite” une seconde action complémentaire » (Heritage, 1987).

  • 13 Cette étude a été réalisée avec Sacks.
  • 14 À la même époque. Sacks conduisait aussi une analyse sur l’ordre dans la prise de parole en partant (...)
  • 15 Pour des développements sur la préférence voir entre autres : Levinson (1983), Pomerantz (1984), Bi (...)

47Ainsi, Schegloff (1968, p. 1083) rendra compte d’une propriété fondamentale des paires adjacentes, la « pertinence conditionnelle », qui permet d’expliquer d’une part pourquoi deux énoncés forment une même unité au lieu de deux items séparés et, d’autre part, comment l’absence d’un élément peut être remarquée13. La « pertinence conditionnelle » signifie alors que, une fois apparu un premier élément, le second est attendu (par exemple une réponse après une question). Or le premier élément de cette unité ouvre un espace d’obligations pour le locuteur suivant qui doit produire un deuxième élément adapté, montrant par là une compréhension active du premier item et de l’échange en cours14. Le premier locuteur est en droit d’exiger la satisfaction de ces obligations, par exemple de réclamer des justifications si le second élément est absent. D’autre part, la problématique de la sélection (dans un domaine et dans des sous-ensembles) esquissée dans le travail sur la catégorisation, a trouvé un prolongement dans l’étude de la « préférence ». Celle-ci montre (Sacks, 1987) que, après une question qui prévoit une réponse par « oui » ou par « non », il existe une préférence structurale (qui n’est pas d’ordre psychologique) concernant les deux dimensions de l’accord et de la contiguïté : le désaccord est structurellement lié à un retard qui éloigne la réponse. Il existe donc non seulement une attente pour la deuxième partie de la paire adjacente, mais aussi une structuration hiérarchique de l’éventail des possibilités de ce deuxième item attendu15.

48La position analytique originale qui a été adoptée par Sacks dès les premières années de son enseignement universitaire, dans sa thèse et dans les rares articles publiés, fait de son œuvre une source immense de questions, de recherches et de résultats analytiques. Son travail est un creuset où d’innombrables voies se recoupent, dans une dynamique d’abandon et de reprise de thèmes qui n’ont nullement perdu, à quelque vingt ans de sa mort, leur intérêt pour les sciences sociales.

Bibliographie

Albert Ethel (1964), « Rhetoric, Logic, and Poetics in Burundi : Culture Patterning of Speech Behavior », American Anthropologist, 66 (6), p. 33-54.

Bilmes Jack (1988), « The Concept of Preference in Conversation Analysis », Language in Society, 17, p. 161-181.

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall.

Goodenough Ward H. (1965), « Rethinking “Status” and “Role”. Toward a General Model of the Cultural Organization of Social Relationships », in M. Banton (ed.), The Relevance of Models for Social Anthropology, Londres, Tavistock, p. 1-24.

Heritage John C. (1987), « Ethnomethodology », in A. Giddens & J. Turner (eds), Social Theory Today, Cambridge, Polity Press (trad. fr., Réseaux, 50, 1991, p. 89-130).

Hill Richard J. & Kathleen Stones Crittenden (eds) (1968), Proceedings of the Purdue Symposium on Ethnomethodology, Purdue, Institute for the Study of Social Change, Department of Sociology, Purdue University.

Jayyusi Lena (1984), Categorization and the Moral Order, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Levinson Steven C. (1983), Pragmatics, Cambridge, Cambridge University Press.

Linton Ralph (1936), The Study of Man. An Introduction, New York, Appleton-Century-Crofts.

Lounsbury Floyd G. (1965), « Another View of the Trobriand Kinship Categories », American Anthropologist, 67 (5), p. 142-185.

Lynch Michael (1993), Scientific Practice and Ordinary Action, Cambridge, Cambridge University Press.

McHoul Alex W. (1982), Telling how Texts Talk, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Pomerantz Anita (1984), « Agreeing and Disagreeing with Assessment: some Features of Preferred/Dispreferred Turn Shapes », in J. M. Atkinson & J. Heritage (eds), Structures of Social Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Sacks Harvey (1966), The Search for Help : No One to Turn To, Berkeley, CA, University of California, PhD.

Sacks Harvey (1968), « The Search for Help : No One to Turn to », in E. S. Shneidman (ed.), Essays in Self-Destruction, New York, Science House Publishers, p. 203-223.

Sacks Harvey (1970), Aspects of the Sequential Organization of Conversation, Irvine, University of California, ms.

Sacks Harvey (1972a), « An Initial Investigation of the Usability of Conversational Data for Doing Sociology », in D. Sudnow (ed.), Studies in Social Interaction, New York, The Free Press, p. 31-74.

Sacks Harvey (1972b), « On the Analyzability of Stories by Children », in J. J. Gumperz & D. Hymes (eds), Direction in Sociolinguistics : The Ethnography of Communication, New York, Holt, Rinehart & Winston, p. 325-345.

Sacks Harvey (1973), « Tout le monde doit mentir », Communications, 20, p. 182-202.

Sacks Harvey (1984), « Notes on Methodology », in J. M. Atkinson & J. Heritage (eds), Structures of Social Action, Cambridge, Cambridge University Press, p. 21-27.

Sacks Harvey (1987), « On the Preference for Agreement and Contiguity in Sequences in Conversation », in G. Button & J. R. Lee (eds), Talk and Social Organisation, Clevedon, Multilingual Matters, p. 54-69.

Sacks Harvey (1989), « Introduction », Human Studies, 12, p. 3-4.

Sacks Harvey (1992), Lectures on Conversation, Oxford, Basil Blackwell, 2 vol.

Sacks Harvey (1993), « La description sociologique », Cahiers de recherche ethnométhodologique, 1, p. 7-23 [1963].

Sacks Harvey & Emanuel A. Schegloff (1979), « Two Preferences in the Organization of Reference to Persons in Conversation and their Interaction », in G. Psathas (ed.), Everyday Language, New York, Irvingtone Press, p. 15-21.

Sacks Harvey, Schegloff Emanuel A. & Gail Jefferson (1974), « A Simplest Systematics for the Organization of Turn-taking for Conversation », Language, 50 (4), p. 696-735.

Schegloff Emanuel A. (1968), « Sequencing in Conversational Openings », American Anthropologist, 70 (6), p. 1075-1095.

Schegloff Emanuel A. (1988), « On an Actual Virtual Servo-mechanism for Guessing Bad News : A Single Case Conjecture », Social Problems, 35 (4), p. 442-457.

Schegloff Emanuel A. (1989), « Harvey Sacks – Lectures 1964-65. An Introduction/Memoir », Human Studies, 12, p. 3-4.

Schegloff Emanuel A. (1992), «Introduction», in H. Sacks, Lectures on Conversation, vol. 1, p. ix-lxii, et vol. 2, p. ix-lii.

Schegloff Emanuel A. & Harvey Sacks (1973), «Opening up Closings», Semiotica, 8 (4), p. 289-327.

Sharrock Wes & Rod Watson (1990), « L’unité du faire et du dire », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 1), p. 227-253.

Watson Rod (à par.), « Harvey Sacks’ Sociology of Mind in Action », Theory, Culture and Society.

Zimmerman Don H. & Melvin Pollner (1971), « The Everyday World as a Phenomenon », in J. Douglas (ed.), Understanding Everyday Language, Londres, Routledge & Kegan Paul, p. 80-104.

Notes

1 Ce principe correspond à la distinction entre « thème » et « ressource » développée par Zimmerman et Pollner (1971). Cette distinction a un caractère avant tout heuristique : si elle est radicalisée, elle aboutit à l’utopie d’un métalangage complètement distinct du langage analysé. Bien que l’ethnométhodologie utilise inévitablement comme ressources certains présupposés du monde social, elle demande que ces ressources soient thématisées comme objet d’analyse (sur l’imbrication thèmes/ressources, voir McHoul, 1982).

2 Sacks ne veut pas dire par là que la description des membres est à privilégier aux dépens de leurs activités. Il souligne, dans le même sens, le travers qui consiste à utiliser les descriptions des membres pour expliquer leurs comportements et donc à fonder la validité du discours sociologique sur un critère de correspondance entre les deux. La problématisation du rapport entre le « dire » et le « faire » des membres est illustrée par la métaphore d’une machine qui commente ce qu'elle fait au fur et à mesure qu’elle agit (Sacks, 1993). Au lieu de décrire la machine en essayant de trouver des correspondances entre les deux parties, on peut s’interroger sur leur rapport organisationnel, sur le schéma opératoire qui assure leur coordination. Ainsi, au lieu d’opposer les descriptions et les actions, on conçoit le discours comme une activité sociale et on observe la façon dont ce qui est fait est organisé de sorte à pouvoir être rapporté, la descriptibilité étant alors partie intégrante de l’organisation de l’activité qui est rapportée (cf. Garfinkel, 1967 ; Sharrock & Watson, 1990).

3 Lynch souligne la distinction de Sacks entre le langage dans lequel les expériences et les opérations sont décrites, qui est le langage ordinaire, vernaculaire, et qui permet de les reproduire, et le langage dans lequel les phénomènes sont décrits, qui est par contre un langage spécialisé. Les deux ne sont pas à confondre : ainsi, pour décrire une observation ou le déroulement d’une expérience, je n’ai pas besoin d’utiliser une terminologie relevant de la physiologie de la perception ou de la neuropsychologie (Sacks, 1973).

4 Il reste que par rapport aux analyses conversationnelles qui viendront par la suite, les observations faites à partir des données n’exploitent pas l’organisation de la conversation dans ses détails, et la traitent plutôt comme un lieu du raisonnement pratique. En effet, bien que son programme conversationnel soit déjà clairement énoncé, les transcriptions d’appels téléphoniques sur lesquels Sacks travaille à cette époque n’ont pas la précision technique des transcriptions qu’il analysera plus tard.

5 Cette sémantique formelle est appliquée canoniquement à l’analyse des lignages et des systèmes de parenté, à propos de laquelle une controverse oppose Lounsbury, qui défend une vision généalogique et familiale de la structure sociale issue de Malinowski, et Leach, qui par contre traite les termes de parenté comme des catégories sociales où interviennent d’autres critères que la généalogie, comme l’âge, la localisation ou l’appartenance à des groupes (Lounsbury, 1965).

6 À rapprocher de la définition que donne Sacks (1966, p. 16) dans sa thèse : « La spécification des catégories qui constituent une collection donnée dépend de la collection particulière en jeu, de la société en cause, et des buts concrets de la catégorisation en question. »

7 Comme l’écrit Sacks (1966, p. 20 ; 1992, vol. 1, p. 40), le problème de la catégorisation se présente alors sous la forme d’une question : « Lequel ? »

8 D’autres auteurs ont souligné l’enchevêtrement chez Sacks du travail sur la catégorisation et de celui sur l’organisation séquentielle de la conversation (Schegloff, 1992 ; Watson, infra, p. 151-184).

9 Dans la conférence « tout le monde doit mentir », Sacks (1973, note 1) parle du travail sur « le choix de l’identification » comme d’un domaine qu’il aurait abandonné.

10 De même, dans le cas d’appels à un centre d’assistance psychologique on peut éviter de donner son propre nom (Sacks, 1992, vol. 1, p. 3-11).

11 Il ne faut peut-être pas oublier que le questionnement de l’auteur sur ce type d’énoncés porte aussi sur l’intérêt sociologique de poser le problème de la « vérité » d’un « énoncé formulé par les Membres au sujet du monde social » (Sacks, 1973).

12 Sacks soutient que cette possibilité est complexe, parce que le Dc pertinent dépend alors du type d’assertion en cause, par ex. « Je vous offre un emploi », « Marions-nous. »

13 Cette étude a été réalisée avec Sacks.

14 À la même époque. Sacks conduisait aussi une analyse sur l’ordre dans la prise de parole en partant des observations anthropologiques de Albert (1964), qui aboutiront à une présentation systématique de l’organisation des tours de parole (Sacks, Schegloff & Jefferson, 1974).

15 Pour des développements sur la préférence voir entre autres : Levinson (1983), Pomerantz (1984), Bilmes (1988), Schegloff (1988), et tout particulièrement Sacks & Schegloff (1979). Deux notions sont particulièrement importantes : les réponses possibles sont ordonnées ; l’absence d’une réponse est rapportée non seulement au premier item, mais à l’ensemble des seconds possibles (Sacks, 1992, vol. 2, p. 307-375 et p. 410-418).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search