Version classiqueVersion mobile

L’enquête sur les catégories

 | 
Bernard Fradin
, 
Louis Quéré
, 
Jean Widmer

Repères

Type, typicalité, typification

La perspective phénoménologique

Type, Typicality and Typification

Typ, Typik und Typisierung

Daniel Cefaï

Résumé

Cet article présente et discute les notions de type, de typicalité et de typification telles qu’elles apparaissent dans l’œuvre de Schütz. Après avoir défini en quoi consistent la saisie de typicalité et les opérations de typification dans l’appréhension des objets d’expérience, l’auteur décrit les caractéristiques des types en usage dans le champ pratico-sensible. Et il montre comment cette problématique s’applique aux domaines de l’action et de l’interaction, ainsi qu’à la production de formes institutionnelles.

Texte intégral

  • 1 Sur le type chez Schütz, cf. Grathoff (1970), Williame (1971), Cox (1978), Natanson (1986), Srubar (...)

1Nous nous efforcerons dans ce texte de proposer une lecture critique des notions de type, de typicalité et de typification telles qu’elles apparaissent dans l’œuvre d’Alfred Schütz1. Il s’agira d’une tentative de reconstruction de son argumentation plutôt que d’un commentaire exégétique ou d’une présentation chronologique des textes où ces questions sont traitées. Nous nous appuierons cependant davantage sur des écrits posthumes (Schütz, 1966, 1970 ; Schütz & Luckmann, 1979, 1984) que sur les écrits de jeunesse. Signalons avant de commencer que Schütz, loin d’être un simple héritier de Husserl et de Weber, comme il est dépeint dans les notices biographiques, a développé une phénoménologie originale, dont la spécificité peut être résumée en quelques points. D’abord il a abandonné dès Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt (Schütz, 1932) le projet transcendantal de Husserl, s’en tenant délibérément dans ses analyses à une phénoménologie en prise sur l’attitude naturelle. Le concept de réduction est abandonné, tandis que celui de constitution est modifié, moyennant un passage de la prééminence du paradigme de la perception à celle du paradigme de l’activité pratique. Ce n’est pas à une analyse régressive en direction d’un Ego transcendantal que nous avons affaire, mais à une théorie pragmatique du monde de la vie quotidienne – thématisée comme telle dès le manuscrit Das Problem der Personalität in der Sozialwelt (Schütz, 1936-37), et confirmée par la rencontre du pragmatisme américain après l’exil. Les types ne sont pas, dans ce cadre, atteints par la méthode de la vision eidétique en régime réductif, mais réfléchis dans leur production et leur usage par des activités pratiques.

2Ce tournant pragmatique, assignant à l’activité pratique un statut prédominant, s’est accompagné d’un tournant sémiotique, centré sur la puissance de typification des langages naturels et des formes symboliques. Le monde de la vie quotidienne n’est pas seulement le domaine de l’expérience anté-prédicative, mais aussi l’horizon d’une multiplicité de provinces de sens, auxquelles donne accès l’usage de systèmes de signes (réalité primordiale du champ practico-sensible) et de systèmes de symboles (mondes du rêve, de l’art, de la science, ou de la religion). Ce train de préoccupations est exposé dans « On Multiple Realities » et « Symbol, Reality and Society » (Schütz, 1962). Typicalité et typification peuvent être alors réfléchies non seulement du point de vue d’une pragmatique, mais aussi d’une sémiotique de l’attitude naturelle. Nous avons là un second point de décrochage de la phénoménologie husserlienne.

3L’axe directeur de la pensée phénoménologique est enfin lui-même déplacé. La constitution de l’attitude naturelle a pour point d’origine une « intersubjectivité pragmatique » : la relation d’Ego et d’Alter Ego est prise dans des réseaux d’interaction et d’interlocution qui précèdent leurs existences respectives. Ce rejet de l’égologie transcendantale est parachevé par l’adoption d’une perspective ontologique (Wagner, 1983 ; Srubar, 1988), qui affleure de façon récurrente dans les derniers textes, en particulier dans la problématique de la « pertinence imposée ». Des structures de pertinence sont « imposées » au sujet qui, projetant ses visées intentionnelles vers les choses ou vers les autres, est lui-même pré-jeté dans le monde de la vie quotidienne. La pertinence est imposée à un double titre. Les donations de sens par le sujet sont dictées par l’ordre des choses, la logique des situations, la rationalité des actions, la dynamique des rencontres qui limitent sa liberté : le monde de la vie quotidienne ne laisse qu’un espace de jeu, une marge de manœuvre à ses choix. Les donations de sens par le sujet s’inscrivent dans des contextes interprétatifs et motivationnels qui sont prédéterminés socialement et historiquement : les arènes d’activités, les univers de discours, ne lui sont praticables que s’il se plie aux routines qui y sont institutionnalisées. À l’opposé du subjectivisme et de l’idéalisme husserliens, du moins jusqu’à Expérience et jugement et à la Krisis (Husserl, 1939, 1954), les types sont ici ré-enracinés dans l’horizon de pré-constitution du monde de la vie quotidienne, et sont l’enjeu d’une élaboration et d’une sélection d’ordre intersubjectif.

4C’est dans ce cadre que nous allons tenter de formuler quelques propositions sur le problème du type, de la typicalité et de la typification. Dans un premier temps, nous mettrons en place les concepts au moyen desquels Schütz a rendu compte de l’appréhension des objets d’expérience et de la construction des contextes de sens. Celles-ci ne sont pas pensées sur un mode cognitiviste, dans la mesure où elles ont affaire à la saisie d’une typicalité déjà-là, et pas plus sur un mode ontologiste, en ce qu’elles requièrent les opérations de typification d’un sujet. Dans un second temps, nous déplacerons le foyer de notre attention vers l’analyse de la structure des contextes d’action et des contextes d’interaction du monde de la vie quotidienne. Typicalité et typification deviennent alors indissociables des activités pratiques, et sont impliquées dans la dynamique du projet d’action et dans celle de l’intercompréhension entre interactants et interlocuteurs.

Synthèses d’identification et de recognition

  • 2 Pour le jeune Schütz comme pour Bergson (1922), la durée est un flux infini de qualités hétérogènes (...)

5Le mouvement de constitution de l’attitude naturelle prend son point de départ dans la temporalisation de la durée, dans le déploiement de configurations phénoménales dans le courant de conscience. L’appréhension des objets d’expérience est décrite comme un procès de réflexion2 qui, dans un retour sur la durée, opère une synthèse d’identification et de recognition des configurations phénoménales.

6Ce procès de réflexion ressaisit des phases écoulées du flux des configurations phénoménales, et thématise des moments limités et discrets du monde spatio-temporel. L’épreuve des configurations phénoménales (Erlebnisse) dans la durée précède le double mouvement de subjectivation et d’objectivation de l’expérience vécue (Erfahrung) dans l’attitude naturelle. Le courant uniforme et irréversible de la durée est découpé et ordonné par les actes de synthèse de la réflexion – relevant de la « tension de conscience » ou de l’« attention à la vie » de l’acteur. Ces actes de synthèse consistent en une remémoration, d’un seul coup, en une même unité, de configurations phénoménales déjà temporalisées. Ils sont eux-mêmes englobés par des synthèses d’identification qui, en se rapportant à des schèmes d’expérience, fixent des teneurs de signification dans la durée. Des objets d’expérience sont alors visés par la conscience intentionnelle dans ses modes perceptif, mnésique, imaginatif, pratique ou théorique.

7Le procès de réflexion ne réalise cependant pas ces hiérarchies d’actes de synthèse au hasard. L’appréhension des objets d’expérience par la conscience intentionnelle engage une clause de reproductibilité ou de répétabilité, tant sur le versant noétique – « Je peux toujours le refaire » – que sur le versant noématique – « Et ainsi de suite ». Autrement dit, les synthèses d’identification ont une épaisseur de mémoire, elles pointent vers d’autres synthèses d’identification qui ont déjà eu lieu. Elles sont des synthèses de recognition. Le découpage de la durée en objets d’expérience est un procès de renvoi des configurations phénoménales, telles qu’elles se présentent « maintenant et ainsi », à d’autres configurations phénoménales déjà rencontrées, définies et maîtrisées par le passé. La réflexion opère en se rapportant à des types déjà disponibles, organisés en schèmes d’expérience, qui se sont articulés lors d’expériences passées, et sont consignés dans les réserves d’expérience de l’acteur.

  • 3 Les « structures de pertinence » organisent le rapport entre thème et contexte dans le champ de con (...)

8L’appréhension des objets d’expérience met donc en œuvre des synthèses d’identification et de recognition. La singularité et la contingence des configurations phénoménales est réduite par des renvois de sens à des expériences passées, non seulement par la médiation de formes conceptuelles et propositionnelles propres à la logique de l’entendement, mais aussi par le biais de schèmes d’expérience, qui à la fois réactivent une typicalité et promeuvent une typification des configurations phénoménales. L’appréhension des objets d’expérience implique indissociablement leur inscription dans des contextes de sens, et leur ordonnancement dans des structures de pertinence3, où ils sont rendus disponibles aux activités pratiques et aux activités interprétatives des acteurs. Ils sont investis d’un sens intentionnel et, donc, polarisés par des corrélations noético-noématiques entre visées noétiques et noèmes intentionnés.

9Mais Schütz ne ré-effectue pas les analyses de Husserl, sinon brièvement, dans certains passages de l’Aufbau. Il explore par contre attentivement la structure foyer/horizon des contextes de sens. D’une part, au foyer de l’attention de l’acteur sont aperçus des objets d’expérience, qu’il thématise comme des « existants d’un type particulier », d’une « espèce » et d’un « genre » qui lui sont plus ou moins familiers, dans le flux irréversible et uniforme de la durée. D’autre part, cette thématisation s’opère sur le fond d’un horizon, externe et interne, d’expériences virtuelles et potentielles. L’horizon externe des objets d’expérience, ou la marge des configurations phénoménales co-présentes dans le champ practico-sensible, qui ne sont pas aperçues pour elles-mêmes, mais qu’un simple déplacement de cadre pourra thématiser au centre de l’« espace de visibilité » ou de la « zone de manipulation ». Leur horizon interne correspond à la double dimension d’ayant-été et d’à-venir, qui ne cesse de se temporaliser au cœur même de leur appréhension dans l’actualité et la concrétude du présent vivant, et fait la profondeur et l’épaisseur du sens vécu par les acteurs. C’est dans cet horizon d’expériences virtuelles et potentielles que s’impose une typicalité et que se déploie une typification des configurations phénoménales.

10La synthèse d’identification et de recognition met en jeu un transfert aperceptif (Apperzeptive Überträgung) des configurations phénoménales en train de se temporaliser pour l’acteur, vers d’autres configurations phénoménales rencontrées par le passé. Cette aperception se fait par « réveil » ou « rappel » d’expériences sédimentées, par le biais de synthèses passives de congruence ou de recouvrement (Deckungssynthese) – encore appelées synthèses d’association, accouplement, appariement ou apprésentation (Husserl, 1939, § 15-17, § 43-45 ; 1966). Ce n’est donc que par abus de langage que nous parlons de « subsomption » ou de « catégorisation » de l’objet d’expérience comme « exemplaire particulier » d’un « même général », et que nous utilisons les expressions de « classification anté-prédicative », d’« inférence prélogique » ou de « raisonnement pratique ». Les types ne sont pas des concepts de l’activité intellectuelle ; leurs relations ne sont pas réglées par les lois de la logique formelle. Seule l’analyse cognitiviste et logiciste, constructiviste et opérationnaliste, accrédite cette illusion a posteriori.

11L’expérience antéprédicative a une structure de typicalité qui se traduit par la récurrence de régularités dans la vie perceptive et par la récurrence de recettes dans les activités pratiques. La possibilité d’une remémoration de traits typiques dans l’expérience passée (à réfléchir comme potentialité réalisée) est corrélative de la possibilité d’une anticipation de traits typiques dans l’expérience future (à réfléchir comme réalité virtuelle). L’objet d’expérience est aperçu comme doté d’« habitudes » par Husserl dans Ideen II (Husserl, 1952) et dans la Krisis : telle texture permet de s’attendre à telle consistance et à telle température, tel aspect laisse augurer telle transformation dans telles circonstances. Il ne s’agit ni d’un procès d’induction ni d’un procès de déduction mais d’un transfert aperceptif dans le champ practico-sensible, qui à la fois permet d’éprouver la typicalité de ce qui y est donné comme connu, et d’opérer des typifications de ce qui se donne à connaître. Typicalité et typification ont leur lieu à même le matériau phénoménologique des configurations phénoménales, dans cette résonance les unes dans les autres des phases de remémoration et des phases d’anticipation de l’expérience.

12À ce titre, les schèmes d’expérience ne perdent jamais ce que Merleau-Ponty (1964) appelait l’« adhérence à la chair du sensible » : ils s’incarnent dans les activités pratiques et dans les activités interprétatives sans se réifier en « représentations mentales », en « concepts intellectuels », en « connexions logiques », en « formes propositionnelles ». Cette immédiateté de la synthèse d’identification et de recognition a été mise en évidence par la Gestalttheorie, et Wittgenstein (1961) a de même décrit l’instantanéité du « voir comme… ». Cette immédiateté et cette instantanéité semblent pourtant être contredites par la mise en évidence de modes de codification de l’expérience du monde de la vie quotidienne, par l’anthropologie interprétative, la sociologie compréhensive, l’ethno-sémiotique ou l’histoire comparée. Le problème peut être tranché en invoquant le fait de l’incarnation des schèmes d’expérience. En effet, dans l’attitude naturelle se produit un double travail d’effacement de la spatialisation et de la temporalisation des configurations phénoménales, dans la singularité et la contingence du Maintenant et Ainsi, et d’oubli de la saisie de typicalité et des opérations de typification des configurations phénoménales, par réactivation de schèmes d’expérience déjà constitués. La constitution de l’attitude naturelle est au prix de cet effacement et de ce recouvrement. Le « voir comme… », mais aussi le « sentir comme… », le « dire comme… », le « faire comme… » sont néanmoins traversés par des structures de pertinence qui focalisent et orientent leurs visées intentionnelles ; et ces structures de pertinence articulent des schèmes d’expérience moyennant lesquels sont réveillés des renvois de sens, « prégnants » au champ practico-sensible, sans que la typicalité qu’ils dessinent soit réductible intellectuellement.

Caractéristiques des schèmes d’expérience

13C’est seulement à travers cette dynamique que nous pouvons rendre compte du fait que nos activités de définition et de maîtrise des situations, quoique à chaque fois ad hoc, syntonisées avec l’actualité concrète des configurations phénoménales, sont pourtant en partie typiques, routinières, standardisées, sinon institutionnalisées. Fixons à présent quelques-unes des caractéristiques des types en usage dans le champ practico-sensible.

14Les types ne sont pas déterminables et isolables, finis et discrets. Ils sont rassemblés en constellations de types dans les réserves d’expérience, dessinant des « domaines de pertinence » plus ou moins cohérents (Schütz, 1966 passim). Ils sont reliés entre eux par des chaînes de transfert aperceptif (du genre relations de similitude et de contraste, de métaphore et de métonymie) par des faisceaux de références aprésentatives (du genre relations de marque, d’indice, de signe ou de symbole au sens de Schütz) ou encore par des rapports de classification anté-prédicative (analogues à la hiérarchisation de genres et d’espèces) et d’inférence pré-logique (analogues à la coordination entre causes et conséquences). L’exemple des « familles de métaphores » de George Lakoff (Lakoff & Johnson, 1980) ou des « dispositifs de catégorisation » de Harvey Sacks (1972) peut être cité à ce propos. Ces « domaines de pertinence » sont donnés d’avance aux acteurs, et imposent des limites à leurs activités interprétatives et à leurs activités pratiques, de façon analogue aux structures syntaxiques ou aux champs sémantiques décrits par la linguistique.

  • 4 Les « schèmes d’expérience » médiatisent l’articulation des visées intentionnelles des acteurs. Séd (...)

15La définition et la maîtrise d’une situation mettent toujours en branle des schèmes d’expérience. La simple qualification d’un objet d’expérience se traduit par la composition d’une multiplicité de propriétés eidétiques (forme, couleur, taille, poids, matière, résistance), ou de relations contextuelles (appartenance à un champ spatio-temporel, réaction aux transformations du milieu, inscription dans des chaînes d’outils, appréhension par les discours d’autrui). C’est à chaque fois un ensemble de schèmes interprétatifs (qu’est-ce que c’est ? à quoi ça ressemble ? d’où ça vient ? à quoi ça sert ? comment ça s’appelle ? pourquoi ça se trouve là ? combien ça vaut ? qui en a besoin ?) et de schèmes motivationnels (comment ça fonctionne ? comment ça se consomme ? qui a le droit de s’en servir ? à cause de quoi je le transforme ? en vue de quoi je l’utilise ? avec et contre qui je me l’approprie ?) qui permettent de qualifier un objet d’expérience dans un contexte de sens4. La plupart de ces caractérisations ne sont pas formulables en formes conceptuelles et propositionnelles, et sont seulement éprouvées et pratiquées dans l’expérience anté-prédicative et souvent pré-langagière.

16Les schèmes d’expérience ne sont pas fixés une fois pour toutes. Ils restent ouverts sur le mouvement de leur genèse dans le parcours biographique de l’acteur, bruissant d’expériences passées, où ils ont été inventés ou appris pour résoudre des problèmes pratiques, fécondant des expériences futures, où ils seront ré-activés pour proposer de nouvelles solutions. Schütz réélabore le schème phénoménologique de l’attente et du remplissement de la visée perceptive en le reliant au schème pragmatiste du problème et de sa résolution dans l’activité pratique. Il y a problème lorsque l’acteur ne sait pas quoi dire ou quoi faire, ne parvient pas à comprendre ce qui lui arrive, ne trouve pas d’accord et d’entente avec les autres, échoue à inscrire un thème dans les structures de pertinence jusque-là adoptées ou se heurte à un conflit entre structures de pertinence adéquates simultanément. En d’autres termes, il fait l’expérience de l’inadéquation de sa « pré-structure de compréhension » (Gadamer) : son champ d’anticipations interprétatives et motivationnelles n’est pas approprié pour définir et maîtriser la situation à laquelle il a affaire.

17La tension entre l’épreuve du problème et la recherche de la solution dans un contexte de sens définit une situation problématique (Dewey, 1938), une situation dramatique (Strauss, 1959), ou une situation critique de litige ou de dispute (Boltanski & Thévenot, 1991). Certains problèmes relèvent de la confrontation à la naissance et à la mort, à l’amour et à la liberté, et restent entiers malgré les ritualisations et les rationalisations qui cherchent à les réduire. Mais la plupart des problèmes trouvent simplement une solution à travers l’invention ou la découverte par les acteurs de schèmes d’expérience sous lesquels les inscrire. S’il s’agit de problèmes déjà familiers, ils sont résolus par l’application quasi irréfléchie de types répertoriés ou de recettes avérées. S’il s’agit de problèmes encore inédits, ils requièrent de la part des acteurs un effort d’imagination interprétative et pratique pour y mettre un terme. Il n’y a plus alors de coïncidence automatique entre une façon de voir, une tournure de pensée, une manière de décrire, une procédure d’action, et les configurations phénoménales auxquelles elles s’appliquent. Une démarche réflexive, qui se temporalise à travers les procès d’une « parole vivante » (Merleau-Ponty, 1969) ou d’une « praxis opérante » (Richir, 1988b), et qui s’indexe sur ce qui se donne à dire et à faire dans le champ practico-sensible, devient alors nécessaire.

18Outre cette prise réflexive des schèmes d’expérience sur l’indexicalité et la temporalité des contextes de sens, doit être mentionnée la dimension intersubjective des contextes de sens. Cette difficulté a été décrite par la notion d’« effet de miroir » (looking-glass effect) (Cooley), et analysée sous le titre de « structure triadique de la pertinence sociale » (Grathoff, 1970, p. 20 et p. 50). La qualification d’un objet ou d’une personne, d’une action ou d’un événement, passe par la typification du thème par l’acteur, mais aussi par la typification croisée du thème par les différents partenaires ou contemporains de l’acteur, et par la typification réciproque des différents acteurs les uns par les autres au cours de leurs procès d’interaction et d’interlocution. Le surgissement d’un problème à résoudre est alors un enjeu de luttes dans un contexte intersubjectif. Les schèmes d’expérience opérants dans la définition et la maîtrise de la situation ne sont pas partagés par les acteurs, qui mettent en action des formes de rationalité et de légitimité divergentes, ou habitent des provinces de réalité et de moralité incompatibles. Là encore, une démarche réflexive est requise, à travers le jeu des conflits et des négociations, des disputes et des compromis entre acteurs.

19Les schèmes d’expérience peuvent être exprimés en propositions langagières. Ils participent à la composition des formats descriptifs, des tableaux interprétatifs, des modèles explicatifs, des intrigues narratives. Ainsi la construction du contexte d’action appelle-t-elle une mise en récit qui distribue des rôles et des statuts, assigne des prérogatives et des responsabilités, qualifie des objets et spécifie des relations, apprécie des motifs et évalue des circonstances, énonce des raisons et calcule des risques, présentifie ce qui est encore à venir et ce qui a déjà été. Cette configuration narrative de Faction a été étudiée tant par la rhétorique (Burke, 1969) que par la sémantique (Ricœur, 1977), qui ont montré comment des « réseaux conceptuels » articulent les discours qui rendent compte des actions. Ces réseaux conceptuels que mobilise la configuration narrative ne sont opératoires que s’ils sont ancrés dans les constellations de types des schèmes d’expérience et, donc, si les acteurs sont capables de repérer une structure de typicalité et de risquer des typifications pour mettre en forme et en sens leur contexte d’action.

20Mais ce serait une erreur de réduire les schèmes d’expérience à des formes discursives. Ils sont tout autant immanents aux activités pratiques, et comme nous l’ont appris les approches ethnométhodologique et dramaturgique (Goffman), se fondent sur l’observabilité et la descriptibilité des configurations phénoménales. En deçà même de la conscience des acteurs opèrent des procédures, lisibles à même la configuration dramatique de leurs actions, de déchiffrement d’indices corporels ou écologiques : les motifs « à cause de » et les motifs « en vue de », par exemple, qui encadrent leurs visées intentionnelles et s’encastrent dans le déroulement de leurs interactions, sont compris implicitement parce que incarnés dans des gestes ou des mimiques typiques, ou dans des dimensions typiques de la situation. C’est sur cette structure de typicalité, tenue pour allant de soi, frappée au sceau de l’attitude naturelle, que s’accrochent les recettes, ces procédures usuelles ou habituelles, automatisées et standardisées, routinisées et ritualisées, dont l’application dans nombre d’activités interprétatives et pratiques permet de résoudre la plupart des problèmes de la vie quotidienne.

21Les schèmes d’expérience, enfin, sont acquis par l’acteur au cours de son parcours biographique. Pour une grande part, ils ne résultent pas d’un procès d’invention ou de découverte dans son flux d’expérience, mais d’un procès d’acquisition de savoirs « construits intersubjectivement, conservés historiquement, transmis socialement ». Les « systèmes de typifications pertinentes, de solutions typiques à des problèmes pratiques et théoriques typiques, de préceptes typiques pour un comportement typique » (Schütz & Luckmann, 1984, p. 153) qui médiatisent les activités automatisées et standardisées, routinisées ou ritualisées, sont le plus souvent « dérivés et sanctionnés socialement ». Schütz sur ce point peut être mis en regard des tentatives du dernier Husserl, en ce qu’il affirme la socialité et l’historicité des réserves d’expérience, et en ce qu’il rompt définitivement avec l’idéalisme transcendantal et le subjectivisme transcendantal qui commandaient chez celui-ci la problématique de l’eidos. Mais Schütz doit également être préservé d’une lecture qui, trop attentive à la réflexivité, à la temporalité et à l’indexicalité des opérations de typification, oublierait de prendre en compte cette dimension d’institution sociale et historique, transcendant les contextes d’interaction et d’interlocution eux-mêmes. Les « schèmes d’expérience » médiatisent l’articulation des visées intentionnelles des acteurs. Sédimentés dans les réserves d’expérience comme des empreintes d’expériences passées, ils sont ré-activés dans le travail de configuration des situations comme des matrices d’expériences nouvelles. Schütz distingue entre schèmes interprétatifs et schèmes motivationnels : cette distinction analytique recoupe celle entre pertinence interprétative et pertinence motivationnelle.

Praxis opérante et parole vivante

22Définissons plus précisément les réserves d’expérience (Erfahrungsvorrat, stock of knowledge). Celles-ci sont acquises par l’acteur au cours de son parcours biographique, à travers la découverte de solutions aux problèmes qu’il rencontre dans le monde de la vie quotidienne. Elles se constituent par sédimentation des expériences passées, s’accroissent à travers les performances de l’acteur qui a appris à définir des situations et à construire des contextes où il peut comprendre avec validité et agir avec efficacité. En retour, les réserves d’expérience contribuent à la détermination des expériences à venir, qu’elles pré-articulent et qu’elles pré-orientent à la façon d’une grammaire générative (Cicourel, 1973). Elles fournissent des matrices de compétences pratiques à énoncer des phrases en langage ou à produire des phrases d’action qui soient correctes et sensées. Elles sont prises dans la tension entre réception des configurations phénoménales qui se donnent à typifier à l’acteur, et projection par l’acteur de ses schèmes d’expérience sur les configurations phénoménales ; et dans la tension entre un passé qui continue à être opérant comme un champ de potentialités que le présent vient réactiver, et un avenir qui se déploie comme un champ de virtualités vers lequel s’élance le présent par anticipation. La situation biographique de l’acteur est la charnière de cette dynamique.

23Les schèmes d’expérience qui forment ces réserves d’expérience n’apparaissent pas comme tels, pas plus que les saisies de typicalité et les opérations de typification à travers lesquelles sont appréhendés les objets d’expérience. C’est le propre de l’attitude naturelle d’occulter la phénoménalité des configurations phénoménales, et d’occulter le travail de découpage et de codification dont résultent les objets d’expérience. Ceux-ci sont comme « donnés en nature » : leur production temporelle par des activités practico-sensibles, leur inscription dans des contextes interprétatifs et motivationnels sont oubliées comme telles. De telles questions ne se posent pas, sinon dans des situations critiques, dramatiques ou problématiques. L’épreuve du doute face à l’incompréhensible ou à l’inconnu, le désarroi quand l’outil est hors d’usage ou le signe non disponible, ébranlent la modalité doxique de la certitude et le caractère doxique de l’évidence. Les synthèses d’identification et de recognition peuvent être alors thématisées pour elles-mêmes – et les breaching experiments de Harold Garfinkel (1967), qui détraquent les procédures d’interaction et d’interlocution routinières ou habituelles en vue de rendre sensibles les attentes réciproques entre acteurs, peuvent être réfléchies comme des opérations de rupture de l’attitude naturelle.

24Hors de telles situations expérimentales, les acteurs confrontés à l’émergence d’un sens indéterminé doivent y répondre ou y riposter sans disposer à l’avance de types appropriés ou de recettes adéquates. Le surgissement d’un problème se résout par l’invention ou la découverte de solutions, à travers des procédures à l’œuvre dans ce que nous avons qualifié de parole vivante et de praxis opérante. La praxis opérante réfléchit sans cesse le parcours d’action déjà accompli, plein de promesses et d’opportunités d’agir, pour le mesurer à des procès d’agir encore à accomplir, anticipables comme des virtualités pourtant imprévisibles et indéductibles. La praxis opérante est tendue vers des pôles d’orientation téléologique, qu’elle projette au-devant d’elle-même comme les objectifs qu’elle veut atteindre au futur antérieur, mais qui se modifient dans le déroulement de l’action qu’ils unifient et qu’ils motivent. La parole vivante s’élance vers un encore à dire, que déjà elle pressent et dont elle est pourtant encore ignorante, à l’épreuve de sa réflexion d’un déjà dit, qui loin de se refermer en soi ne cesse de ré-impulser l’activité de parler. La parole vivante est tendue vers des pôles d’orientation téléologique, qu’elle anticipe comme les significations qu’elle veut exprimer au futur antérieur sans pouvoir les définir au présent, et qui se rectifient dans le déploiement du discours qu’elles inspirent et qu’elles provoquent.

25La référence à la Critique de la faculté de juger de Kant est ici extrêmement pertinente. La parole vivante et la praxis opérante s’autoréfléchissent en s’autodéployant, composant un logos où elles se configurent, sans que celui-ci soit subsumable sous des stéréotypes discursifs ou sous des recettes pratiques, et visant intentionnellement un telos, qu’elles anticipent, sans que celui-ci soit réductible à des significations prédéterminées ou à des objectifs préétablis. Elles se déploient avec la « régularité sans règle » d’un logos, en vue de la « finalité sans fin » d’un telos – l’un comme l’autre n’étant pas appréhendables moyennant des schèmes d’expérience disponibles dans les réserves d’expérience (Richir, 1988a). Elles requièrent un travail de l’« imagination productrice », qui invente et découvre ce telos et ce logos, dans l’enchevêtrement des horizons de remémoration et des horizons de projection du dire et du faire. La parole vivante et la praxis opérante, à la différence des activités standardisées et automatisées, routinisées ou ritualisées, impliquent une schématisation de la structure téléologique de leur contexte de sens. Schématisation : l’invention ou la découverte de manières de voir et de façons de sentir, d’arts de dire et d’arts de faire, est en même temps invention ou découverte de la configuration incarnée de ce qui est vu et senti, dit et fait. Structure téléologique : le contexte de sens de l’acteur s’articule à travers l’orientation de ses visées intentionnelles vers des telos qui le finalisent, et la composition des configurations phénoménales qu’il rencontre en un logos. Ce cheminement à la fois projectif et rétroactif se fraye à même le matériau phénoménologique sur lequel les acteurs-locuteurs sont en prise, et met en jeu une sagesse pratique (phronesis) dans les registres du savoir et du pouvoir, du vouloir et du devoir. L’improvisation d’un enchaînement argumentatif ou d’un échange dialogique, d’un bricolage technique ou d’une action politique, permet de dégager pour « une première fois » un dire et un dit, un taire et un fait jusque-là inédits. Cette solution heureuse à un problème est inhérente à la rationalité pratique et contextuelle des « accomplissements continus » des acteurs, dont la réflexivité opère temporellement et indexicalement, sans détour analytique ou intellectuel. Corrélativement se produit une sédimentation de ces expériences neuves (Erlebnisse) : elles sont incorporées à des réserves d’expérience (Erfahrung), où elles pourront être éventuellement mobilisées pour définir et maîtriser des situations ultérieures. Elles se transforment alors en solutions typiques à des problèmes typiques, et s’intègrent à des matrices de types et de recettes dont l’usage aura une efficacité et une légitimité bien au-delà du contexte de leur élaboration.

26Il ne faudrait cependant pas trop forcer l’opposition entre activités originales et inventives d’une part, activités routinières et habituelles d’autre part. Tandis que ces dernières n’engageraient qu’une subsomption sous des types répertoriés ou une application de recettes avérées, recourant à des procédures analogues à celles du « jugement déterminant » et du « raisonnement déductif », les premières useraient de procédures analogues à celles du « jugement réfléchissant » (Kant) et du « raisonnement abductif » (Peirce), et ne disposeraient pas à l’avance de types à saisir et de recettes à suivre. Mais c’est là une illusion de l’esprit. Imaginons-nous dans la situation de l’étranger qui ignore une langue et une culture, et évitons de recourir à l’argument d’une typicalité translinguistique et transculturelle. L’étranger empruntera tout d’abord au répertoire de ses schèmes d’expérience déjà éprouvés pour tenter de se repérer, de déchiffrer des expressions, d’identifier des lieux, de reconnaître des pratiques, d’appréhender un sens des gestes et des mots et de distinguer des relations de pouvoir et de sociabilité. L’inefficacité et l’illégitimité des manifestations sensibles et publiques de ce qu’il dit et fait aux yeux de ses interactants et de ses interlocuteurs le conduiront alors à « rectifier le tir », sans nécessairement se formuler des règles ou des normes. Il est enclin à comprendre en pratique dans quelles structures de typicalité des objets d’expérience, des relations sociales, des raisonnements ordinaires, des situations quotidiennes se meuvent ses nouveaux partenaires. Il tâtonne, il hésite, se trompe et recommence, et ce n’est que petit à petit qu’il saura trouver les bons schèmes expressifs, interprétatifs et motivationnels, qui lui permettront de trouver sa place de façon cohérente et conséquente dans des contextes sociaux. La définition et la maîtrise des situations de la vie quotidienne, et celles des cadres de pertinence, des formes de rationalité, des ordres de motivation, des provinces de réalité qui les articulent, passent par un apprentissage des structures de typicalité qui font sens dans un monde social. Dans cet exemple, parole vivante et praxis opérante se déploient dans l’entre-deux d’une typicalité de sens commun, indiquée à l’acteur dans ses échanges avec ses partenaires, et d’une typicalité d’ordre personnel, constituée dans la trajectoire biographique de l’acteur (Schütz, [1944] 1964). Inversement, imaginons-nous dans la situation la plus usuelle qui soit, d’où les procédures de la parole vivante ou de la praxis opérante seraient en apparence absentes. Les activités standardisées et automatisées, routinisées ou ritualisées, si calibrées et répétitives soient-elles, sont malgré tout travaillées par l’indéterminabilité relative des thèmes auxquels elles ont affaire, i.e. par l’irréductibilité des thèmes qu’elles visent à du déjà-connu et à du déjà-maîtrisé. Une part d’« imagination productrice » est toujours requise par les synthèses d’identification et de recognition, ne serait-ce que pour « sélectionner » les types et les recettes adéquats à la situation, et pour « configurer » la situation de façon à la rendre interprétable et praticable. L’arc stimulus-réponse du behaviorisme ignore le travail d’assimilation et d’accommodation à travers lequel l’acteur, jusque dans ses routines, s’installe dans le monde. Schütz invoque, à la suite de William James, la question du « vague des structures de pertinence » (Schütz, 1970, p. 131) pour souligner l’imprévisibilité et l’indéductibilité relatives des définitions et des maîtrises de situation. Les schèmes d’expérience, qui ordonnent des matrices de types et de recettes, restent ouverts par réflexivité, via des expressions occasionnelles et des opérations indexicales, sur la temporalisation des contextes de sens dont ils proposent une mise en forme et une mise en sens. Sans quoi les mêmes opérations de typification reproduiraient à l’infini les mêmes structures de typicalité et, tels des automatismes de répétition, interdiraient toute émergence de sens dans le monde de la vie quotidienne, tout remaniement des cadres de pertinence et toute maturation des réserves d’expérience des acteurs.

Contextes d’action

27Selon Schütz, le déploiement des structures de pertinence est surdéterminé par des « intérêts pratiques ». C’est par leur relation à un pouvoir-faire, à un vouloir-faire, à un devoir-faire, et à un faire effectif, que la thématisation et l’interprétation du monde social sont en fin de compte motivées. Tout contexte de sens peut être pensé comme un contexte d’activités pratiques. Le problème de l’action animée par un projet conscient et volontaire a particulièrement retenu Schütz. Il distingue, conformément à ses hypothèses de base, entre l’agir (Handeln) en cours, en train de se dérouler, tel qu’il est vécu par le sujet immergé dans le flux de l’expérience vivante – expérience selon lui pré-phénoménale et insignifiante de la temporalisation de l’« action s’accomplissant » ; et l’action (Handlung) une fois achevée, telle qu’elle est ressaisie après coup par un retour réflexif sur le flux de l’expérience vécue, totalisée et objectivée en « action accomplie » (Schütz, 1932, p. 89). Ce doublet de la Handeln et de la Handlung recoupe les autres couples de l’actio et de l’actum, de l’energeia et de l’ergon, du modus operandi et de l’opus operatum. Cette différenciation entre expérience vivante de l’agir modo præsenti, et expérience vécue de l’action modo præterito, est cruciale quant à l’analyse de la structure de l’action. Quelles sont selon Schütz les caractéristiques de l’agir ? En quoi impliquent-elles le recours à des opérations de typification ?

28« Tout projet consiste en une anticipation du futur sur le mode de l’imagination ». Le premier pas de l’agir est la visualisation de la situation désirée, une fois que l’action anticipée aura été accomplie et sera révolue. L’agir prend sa source dans la pré-vision de l’action achevée, il se pro-jette dans un à-venir-déjà-passé, qui s’indique au futur antérieur (modo futuri exacti) comme le pôle téléologique vers lequel vont s’unifier et s’orienter les phases de l’agir. La détermination des objectifs précède le passage à l’acte. Cette anticipation se distingue de la protention en ce qu’elle n’est pas en relation immédiate avec le présent vivant : elle en est une représentation (Vergegenwärtigung) qui implique une activité d’irréalisation. Schütz se démarque sur ce point de Husserl pour qui l’anticipation du futur apparaissait vide et indéterminée. L’attente de remplissement, que partagent toutes les visées intentionnelles, est distincte du projet (Entwurf) d’agir. Le projet d’agir propose des « représentations intuitives » (anschauliche Vorstellungen) de l’action « comme si » elle était déjà-accomplie, il suppose l’imagination (Phantasierung) d’un déroulement d’action avant le passage à l’acte, et n’est pas impliqué dans le cours même de l’agir. Le projet d’agir est une remémoration « avant coup » (Vorerinnerung) de l’action réalisée après coup. Le projet se porte par anticipation vers une réalisation virtuelle (au futur) et se tourne par réflexion vers une potentialité réalisée (au passé). Il instaure la structure téléologique de l’horizon de sens où s’unifie et s’oriente, où se configure progressivement l’action, dans le double mouvement de temporalisation de son déjà-passé et de son à-venir.

29L’action s’inscrit dans un cadre interprétatif qui rend intelligibles les coordonnées de la situation, et décèle un horizon des développements certains, probables, plausibles, ou impensables de cette situation. Elle s’inscrit aussi dans un cadre motivationnel où sont énoncés les motifs « à cause de » et les motifs « en vue de » du projet d’action, par où l’acteur donne sens à ce qu’il va dire et va faire en le reliant à des chaînes de causes et à des séries d’objectifs. L’acteur construit son contexte de sens en élaborant des stratégies et des tactiques d’action, en relation à des ressources et à des circonstances, où ses visées intentionnelles viennent s’inscrire de façon cohérente et conséquente.

30Toute élaboration de projet, toute entreprise de délibération, toute effectuation de choix, toute prise de décision présupposent des réserves d’expérience, où l’acteur puise des schèmes d’expérience déjà éprouvés, qui le guident dans son appréhension et son appréciation du déroulement de l’action. Une « rationalité » des événements et des comportements est postulée : à circonstances similaires et à interventions similaires, conséquences similaires. Cette rationalité peut être implicite, enfouie dans l’expérience anté-prédicative de la vie quotidienne, ou explicite, codifiée dans un modèle d’action rationnelle. Elle est de toute façon partie prenante des attentes subjectives (Erwartungen) de l’acteur, qui estime les chances (Chancen) de voir se réaliser telles ou telles anticipations (Schütz, 1932, p. 354). Toute relation à un sens visé engage une appréhension et une appréciation des virtualités de réalisation de ce sens visé, qui sont indexées sur l’appréhension et l’appréciation des potentialités de sens qui se sont réalisées par le passé. Quand l’acteur ne dispose pas d’une forme de combinatoire logique ou de computation statistique, ses attentes subjectives sont réglées en fonction des schèmes interprétatifs et des schèmes motivationnels qu’il a mobilisés pour mettre en ordre son contexte de sens. Le procès de conception, de délibération, de choix, de décision, si rationnel soit-il, est pré-articulé par la configuration de moyens typiques, d’objectifs typiques, d’actes typiques, de partenaires typiques, de causes typiques, d’effets typiques, et de relations typiques entre ces éléments typiques. Qu’il s’agisse de qualifier des objets et des enjeux, de catégoriser des personnes et leurs relations, d’attribuer des motifs aux acteurs, de repérer des causes et des conséquences, d’assigner des prédicats de moralité et de légitimité, de porter des jugements de probabilité et de plausibilité, le double travail de saisie d’une typicalité et de projection d’une typification, dans un entrelacs de réceptivité et de spontanéité, d’activité et de passivité, est requis.

31La construction du contexte de sens est aussi un procès de configuration dramatique et narrative des visées intentionnelles de l’acteur. Mise en scène : l’acteur articule son projet d’action en extériorisant une façade publique où il donne à voir ce qu’il fait, ou ce qu’il veut faire croire qu’il est en train de faire – usant de tactiques de présentation et d’accentuation, de simulation et de dissimulation ; et chacune de ses phases d’action conduit à une redistribution des agencements spatio-temporels, à un re-positionnement des postures corporelles, à une modification des espaces de visibilité et des zones de manipulation des acteurs dans le contexte d’interaction. Mise en récit : l’acteur énonce des descriptions, des interprétations, des explications, des justifications de ce qu’il fait, et exprime en formes discursives ses anticipations du cours de l’action, les raisons qui le poussent à agir, les moyens qu’il utilise et les objectifs qu’il poursuit, les normes qu’il respecte et les valeurs qu’il réalise – usant d’arguments pour négocier des relations de collaboration et de concurrence, et pour produire de la rationalité et de la légitimité dans le contexte d’interaction. Chaque phase d’action se temporalise dans une mise en scène et une mise en récit, et se configure comme porteuse d’une structure de typicalité et thème d’opérations de typification. Les interactants et les interlocuteurs sont en prise sur les manifestations sensibles et publiques de l’action qui se dévoile à eux comme une série ordonnée d’indices de visées intentionnelles, de signes d’entités réelles et de symboles d’entités idéales. Ils construisent des contextes objectifs de sens où ils typifient ce qui se donne à voir et à entendre des visées intentionnelles de l’acteur, et où ils proposent des réponses et des ripostes typiques, conformes à leurs anticipations interprétatives et motivationnelles de l’action. L’acteur lui-même s’auto-typifie à travers les hétéro-typifications qui lui sont adressées par ses interactants et ses interlocuteurs, et ne cesse de remanier l’appréhension et l’appréciation de ce qu’il voit et de ce qu’il sent, de ce qu’il dit et de ce qu’il fait, de ce qu’il peut, veut et doit dire et faire dans telle ou telle situation, en prenant en compte dans son contexte subjectif de sens les réponses et les ripostes de ses partenaires ou de ses contemporains.

32Le point important est la réflexivité de ces mises en scène et de ces mises en récit de l’action. La réflexivité est intra-subjective, quand elle concerne les auto-typifications par où l’acteur sélectionne et élabore les schèmes d’expérience à travers lesquels il compose son contexte subjectif de sens. La réflexivité est inter-subjective, quand elle concerne les hétéro-typifications du contexte subjectif de sens de l’acteur par ses interactants et ses interlocuteurs : ceux-ci élaborent leurs propres schèmes d’expérience, et contribuent au déroulement des activités pratiques, en mobilisant leurs schèmes interprétatifs de la situation et en enchaînant leurs schèmes motivationnels à ceux de l’acteur. Le contexte d’action s’instaure dans une dialectique entre le contexte subjectif de sens de l’acteur et les contextes objectifs de sens des interactants et des interlocuteurs. Dit autrement, les typifications croisées de la situation par les acteurs, et les typifications réciproques des acteurs entre eux, sont constitutives du contexte subjectif de sens de l’acteur. Tout contexte d’action est un contexte d’interaction, conformément au principe de la « structure triadique de la pertinence sociale » (Grathoff, 1970).

Contextes d’interaction

33L’acteur n’est jamais isolé, mais fait partie de réseaux d’interaction et d’interlocution, dans lesquels il est à la fois agent et patient. Weber avait déjà défini l’action sociale comme un comportement qui, « suivant le sens subjectif visé par l’agent, est relatif au comportement d’autrui, se trouve co-conditionné au cours de son développement par cette relation sensée, est explicable de manière compréhensible à partir de ce sens visé » (Weber, 1956). Schütz (1932, p. 209-212) approfondit cette définition avec son concept d’interaction sociale (Wirkensbeziehung), qui est une combinaison d’actions : l’action A’ d’Ego (fremdbewirktes Handeln) est affectée par l’action A d’Alter Ego, et elle est à son tour affectante d’Alter Ego (fremdbewirkendes Handeln), chez qui elle suscite l’action A”. L’interaction sociale est, dès l’Aufbau, pensée comme une combinaison entre comportements orientés réciproquement les uns vers les autres, et motivés par le projet d’Ego de provoquer une modification du flux d’expérience d’Alter Ego (motif « en vue de »), en réponse à une modification du flux d’expérience d’Ego par une provocation d’Alter Ego (motif « à cause de »). L’interaction sociale implique à la fois une orientation réciproque (Fremdeinstellen) et une affection réciproque (Fremdwirken) entre les acteurs. Elle met en jeu à chaque fois une typification par Ego de la façon dont telle de ses questions ou de ses provocations sera perçue par Alter Ego (appréhension des schèmes interprétatifs d’Alter Ego), et une typification par Ego de la façon dont Alter Ego y répondra ou y ripostera (appréhension des schèmes motivationnels d’Alter Ego) (et réciproquement). Cette typification réciproque signifie plus largement l’attribution réciproque d’un monde ambiant et l’imputation réciproque de structures de pertinence – à la fois sur le mode de représentations explicites, exprimées dans des savoirs langagiers, et sur le mode d’opérations implicites, ancrées dans des savoirs incorporés. Les schématisations de la structure téléologique des contextes de sens des acteurs doivent se mettre en phase l’une avec l’autre pour que soient possibles la construction d’un champ d’interaction et d’interlocution pertinent socialement, et l’instauration d’une réalité commune, partagée et sanctionnée intersubjectivement.

34Chaque acteur se tourne vers ses partenaires ou vers ses contemporains en projetant vers eux un champ d’anticipations interprétatives et un champ d’anticipations motivationnelles : il opère une évaluation ou une estimation de la « suite des événements » depuis son point de vue d’acteur dans son contexte subjectif de sens, en fonction des chances subjectives par lui présumées de voir se réaliser ses attentes subjectives d’un certain déroulement du comportement de ses interactants ou interlocuteurs. Ces chances subjectives ne doivent pas être confondues, comme le fait parfois Weber, avec les chances objectives de voir se produire tel ou tel phénomène : les chances objectives sont construites par l’observateur dans un contexte objectif de sens, où des propositions prospectives sur des états-de-fait et des états-de-conscience sont énoncées, qui doivent être conformes, comme toutes les constructions idéal-typiques, au double principe d’adéquation causale (aux processus observables et descriptibles en extériorité) et d’adéquation significative (aux motifs des visées de sens des acteurs). Les chances subjectives d’une inter-compréhension entre acteurs sont d’autant plus élevées qu’elles peuvent être confirmées ou infirmées, corroborées ou falsifiées par la temporalisation de l’interaction ou de l’interlocution. C’est au cœur même du jeu des questions et des réponses, des provocations et des ripostes qu’il devient possible de s’assurer de la pertinence de ces chances subjectives, sur la base de séries indicielles ou de traits expressifs. Les modes de typification réciproque varient ainsi selon que la relation sociale entre acteurs présente un plus ou moins grand degré de proximité ou d’éloignement, d’intimité ou d’anonymat, de concrétude ou d’abstraction, de contemporanéité ou d’antériorité.

35Le modèle des relations sociales de Schütz combine une analyse de la dimension d’idéalité propre à la structure d’horizon du champ des interactions et des interlocutions, et une analyse de la rationalité procédurale à l’œuvre dans leur constitution à travers les typifications réciproques des acteurs.

36En effet, le postulat de la réciprocité des perspectives se laisse analyser en termes de combinaison de l’idéalité de l’« interchangeabilité des points de vue » et de l’idéalité de la « congruence des structures de pertinence » (Schütz, [1954] 1962, p. 315). D’une part, le problème est posé à partir de la dimension de spatialité qui joue dans l’intervalle de l’intersubjectivité. La tension entre Ici et Là, entre l’Hic et l’Illic de nos positions corporelles, est annulée par l’idéalité de l’interchangeabilité des points de vue de Ego et Alter Ego. Ce procès ne saurait toutefois être mené à son terme, car il s’agit là d’une idéalisation, et non d’un fait : l’interchangeabilité des points de vue n’est jamais réalisée comme telle ; elle est seulement assumée comme une présupposition qui indexe les interactions et les interlocutions empiriques. Sans elle, les discours se croiseraient sans dialoguer ni même se rencontrer, les actions échoueraient à coopérer ou à se confronter, les acteurs seraient semblables à des monades enfermées dans des univers solipsistes. Le Là, foyer du système de coordonnées d’autrui, peut devenir mon Ici, et réciproquement, l’Ici actuel est voué à devenir un Là, et peut être l’Ici d’autrui. D’autre part, ma réserve d’expérience et ta réserve d’expérience nous permettent de rectifier certaines « déformations perspectives », de disposer par exemple dans le champ practico-sensible d’une « taille étalon » et d’une « forme standard » des objets d’expérience. Cette capacité à recouper ou à assortir nos points de vue n’est pas seulement d’ordre perceptif, elle vaut pour tous les types de relation sociale et pour tous les types d’activité sociale dans l’horizon de la réalité objective et du sens commun. La congruence entre nos structures de pertinence ne se limite pas à la formation d’une spatialité et d’une temporalité qui transcendent nos positions corporelles. Elle concerne tous les schèmes d’expérience qui sont mobilisés dans la construction des contextes d’interaction, où s’effectuent une coordination des actions et une communication des discours. La dimension d’idéalité des interactions et des interlocutions, trop étroitement pensée par Schütz à partir de la vie perceptive, s’appuie sur la présupposition d’un accès partagé à la même structure de typicalité du monde social.

  • 5 Schütz relie le problème de la typification réciproque à celui de la dialectique du Soi, du Je et d (...)

37Mais cette description de la dimension d’idéalité des interactions et des interlocutions ne suffit pas à rendre compte de leur dynamique. L’analyse de Schütz balance alors entre deux limites. Il semble rejoindre parfois la thèse de T. Parsons, selon laquelle le partage préalable des mêmes réserves d’expérience suffit à expliquer la coordination des actions. Les acteurs ont intériorisé les mêmes codes culturels, sont orientés vers les mêmes ordres de valeurs, et se retrouvent en phase les uns avec les autres et en prise sur le même monde, en raison de l’homologie structurale et de l’ajustement automatique entre leurs dispositifs cognitifs et normatifs. Mais il semble aussi le plus souvent anticiper les thèses de l’ethnométhodologie et de l’interactionnisme symbolique, et insister sur la réflexivité inhérente aux activités interprétatives et aux activités pratiques. Les acteurs ne cessent d’instaurer et de restaurer une cohérence standardisée et un enchaînement routinier de leurs interactions et de leurs interlocutions, à travers l’application improvisée et l’élaboration continuée d’une rationalité procédurale. Cette rationalité procédurale se constitue dans un procès de typifications réciproques entre acteurs. Ceux-ci éprouvent la pertinence de leurs schèmes d’expérience du fait qu’ils leur permettent de se comprendre et de s’orienter de façon cohérente et conséquente les uns vis-à-vis des autres. Ils sont réceptifs à leurs défaillances mutuelles, thématisent les manifestations de surprise, de méfiance, de désaccord, de rupture qu’ils s’adressent les uns aux autres. Ils réparent ces accrocs par le biais d’expressions occasionnelles et d’opérations indexicales, constitutives de la temporalisation même de l’interaction. L’interaction est réussie quand, à toutes fins pratiques, les acteurs ont le sentiment d’être parvenus à une forme d’accord et d’entente sur ce qu’ils disent et font. Cette réussite est, pour le sociologue, l’indice de la congruence entre leurs structures de pertinence, ou de la compatibilité entre leurs schèmes d’expérience5.

38Ce modèle d’interaction a un prolongement dans la modélisation des institutions proposée par Peter Berger et Thomas Luckmann, comme « typification réciproque d’actions habitualisées par des types d’acteurs » (Berger & Luckmann, 1967, p. 54). Les institutions sont bien entendu établies par des agencements de contraintes spatio-temporelles, par des dispositifs réglementaires et coercitifs, par des organigrammes de statuts et de fonctions, par des codifications d’opérations sur des objets et de relations entre acteurs. Corrélativement, elles fixent des systèmes de types concrets et de recettes pratiques des acteurs, qui commandent à leurs activités interprétatives et à leurs activités pratiques, en tant qu’elles sont automatisées et standardisées, routinisées ou ritualisées. Mais les institutions sont tout autant des accomplissements pratiques où les acteurs dressent un monde social comme « univers de réponses réciproques régularisées » (Strauss, 1992), ou construisent un ordre social, à travers des coordinations d’interactions régulières et ordonnées (Garfinkel, 1967). Nous retrouvons dans cette modélisation des institutions la tension entre déterminité et réflexivité déjà rencontrée dans la caractérisation des schèmes d’expérience. D’une part, les institutions peuvent être pensées comme des systèmes de relations sociales, qui s’auto-reproduisent à travers l’intériorisation par leurs membres de connaissances « socialement dérivées et sanctionnées », et l’extériorisation d’activités interprétatives et d’activités pratiques harmonisées les unes avec les autres et adéquates à leur monde social. D’autre part, les institutions sont produites par leurs membres, qui ne cessent de s’auto-typifier et de s’hétéro-typifier à travers leurs procès d’interaction et d’interlocution, et de modifier du même coup les schèmes d’expérience à travers lesquels ils comprennent le monde social où ils agissent, et à travers lesquels ils interviennent dans le monde social qu’ils interprètent. C’est alors davantage sur le procès d’institutionnalisation par les acteurs que l’accent pourrait être porté. Pourquoi et comment sont élaborées des identités en situation intersubjective, catégorisées des relations entre membres et entre groupes, expérimentées des formes de collaboration et de concurrence, disputés des rapports de prestige et de pouvoir, allouées des ressources matérielles et symboliques, établies des zones de secret et de publicité, gérées la circulation et la distribution des informations, inventées des solutions à des problèmes d’organisation, énoncés des discours de rationalisation et de légitimation, définis des enjeux et des objectifs, maîtrisées des connaissances et des activités, construits des contextes de sens compatibles les uns avec les autres et complémentaires les uns des autres ?

39La problématique du type, de la typicalité et de la typification peut être ainsi mobilisée depuis le moment élémentaire de l’articulation des visées intentionnelles jusqu’à celui de la dynamique complexe de la production de formes institutionnelles.

Bibliographie

Berger Peter & Thomas Luckmann (1967), The Social Construction of Reality, New York, Doubleday (trad. fr., Paris, Méridiens/Klincksieck, 1986).

Bergson Henri (1922), Durée et simultanéité, Paris, Félix Alcan.

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Burke Kenneth (1969), A Rhetoric of Motives, Berkeley, University of California Press.

Cicourel Aaron (1973), Cognitive Sociology. Language and Meaning in Social Interaction, Londres, Penguin Books (trad. fr., Paris, Presses universitaires de France, 1979).

Cox Ronald R. (1978), Schütz’s Theory of Relevance, La Haye, Nijhoff.

Dewey John (1938), Logic, Theory of Inquiry, New York, H. Holt (trad. fr., Paris, Presses universitaires de France, 1967).

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall.

Goffman Erving (1974), Frame Analysis. An Essay on the Organization of the Experience, New York, Harper Row (trad. fr., Paris, Minuit, 1991).

Grathoff Richard (1970) The Structure of Social Inconsistencies, La Haye, Nijhoff.

Grathoff Richard (1989), « Über Typik und Normalität im alltäglichen Milieu », in Id., Milieu und Lebenswelt. Einführung in die phänomenologische Soziologie und die sozial-phänomenologische Forschung, Francfort, Suhrkamp.

Husserl Edmund (1929) Formale und Transzendentale Logik, [Husserliana 17], Halle, Max Niemeyer (trad. fr., Paris, Presses universitaires de France, 1965).

Husserl Edmund (1939), Erfahrung und Urteil. Untersuchung zur Genealogie der Logik, Prag, Academia Verlagsbuchhandlung (trad. fr., Paris, Presses universitaire de France, 1970).

Husserl Edmund (1952), Phänomenologische Untersuchungen zur Konstitution, La Haye, Nijhoff (trad. fr., Paris, Presses universitaires de France, 1982).

Husserl Edmund (1954), Die Krisis der europäischen Wissenschaften und die transzendentale Phänomenologie, [Husserliana 5], La Haye, Nijhoff (trad. fr., Paris, Gallimard, 1976).

Husserl Edmund (1966), Analysen zur passiven Synthesis. 1918-1926, [Husserliana 14], La Haye, Nijhoff.

Lakoff George & Mark Johnson (1980), The Metaphors We Live By, Chicago, The University of Chicago Press (trad, fr., Paris, Minuit, 1985).

Mead George Herbert (1934), Mind, Self and Society from the Standpoint of a Social Behaviorist, Chicago, The University Press of Chicago (trad. fr., Paris, Presses universitaires de France, 1963).

Merleau-Ponty Maurice (1964), Le Visible et l’invisible, Paris, Gallimard.

Merleau-Ponty Maurice (1969), La Prose du monde, Paris, Gallimard.

Natanson Maurice (1986), Anonymity. A Study in the Philosophy of Alfred Schütz, Bloomington, Indiana University Press.

Richir Marc (1988a), Phénoménologie et institution symbolique, Grenoble, J. Millon.

Richir Marc (1988b), « Relire la Krisis de Husserl », Esprit, 7-8, p. 123-151.

Richir Marc (1989), « Synthèse passive et temporalisation/spatialisation », in E. Escoubas & M. Richir (eds), Husserl, Grenoble, J. Millon, p. 9-41.

Ricœur Paul (1977), La Sémantique de l’action, Paris, Éditions du CNRS.

Sacks Harvey (1972), «On the Usability of Conversational Data for Doing Sociology», in D. Sudnow (ed.), Studies in Social Interaction, New York, The Free Press, p. 31-74.

Schütz Alfred (1932), Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt. Eine Einleitung in die verstehende Soziologie, Vienne, Springer.

Schütz Alfred (1936-37), « Das Problem der Personalität in der Sozialwelt » et « Bruchstücke zum ersten Hauptteil », Constance, Universität Konstanz, Sozialwissenschaftliches Archiv, 7060-7101 et 7102-7211.

Schütz Alfred (1962), Collected Papers I, La Haye, Nijhoff.
Schütz Alfred (1945), « On Multiple Realities », p. 113-135.
Schütz Alfred (1954), « Symbol, Reality and Society », p. 287-356.

Schütz Alfred (1964), Collected Papers II, La Haye, Nijhoff.
Schütz Alfred (1944), « The Stranger », p. 91-105.
Schütz Alfred (1946), « The Well-Informed Citizen. An Essay on the Social Distribution of Knowledge », p. 120-134.
Schütz Alfred (1955), « Equality and the Meaning Structure of the Social World », p. 226-276.

Schütz Alfred (1966), Collected Papers III, La Haye, Nijhoff.
Schütz Alfred (1959), « Type and Eidos in Husserl’s Late Philosophy », p. 92-115.
Schütz Alfred (inéd.), « Some Structures of the Life-World », p. 116-132.

Schütz Alfred (1970), Reflections on the Problem of Relevance, New Haven-Londres, Yale University Press.

Schütz Alfred & Thomas Luckmann (1979), Strukturen der Lebenswelt I, Francfort, Suhrkamp.

Schütz Alfred & Thomas Luckmann (1984), Strukturen der Lebenswelt II, Francfort, Suhrkamp.

Srubar Ilja (1981), « Die Theorie der Typenbildung bei A. Schütz. Ihre Bedeutung und ihre Grenzen », in W. Sprondel & R. Grathoff (eds), Alfred Schütz und die Idee des Alltags in den Sozialwissenshaften, Stuttgart, Enke.

Srubar Ilja (1988), Kosmion. Die Genese der pragmatischen Lebenswelttheorie von Alfred Schütz und ihr anthropologischer Hintergrund, Francfort, Suhrkamp.

Strauss Anselm (1959), Mirrors and Masks, Glencoe, The Free Press.

Strauss Anselm (1992), « Une perspective en termes de monde social », in Id., La trame de la négociation, Paris, L’Harmattan, p. 269-282.

Wagner Helmut (1983), « Toward an Anthropology of the Life-World : A. Schütz’s Quest for the Ontological Justification of the Phenomenological Undertaking », Human Studies, 6, p. 239-246.

Weber Max (1956), Wirtschaft und Gesellschaft, J. Winckelmann (trad. fr., Paris, Plon, 1971).

Williame Robert (1971), Les Fondements phénoménologiques de la sociologie compréhensive. A. Schütz et M. Weber, La Haye, Nijhoff.

Wittgenstein Ludwig (1961), Investigations philosophiques, Paris, Gallimard.

Notes

1 Sur le type chez Schütz, cf. Grathoff (1970), Williame (1971), Cox (1978), Natanson (1986), Srubar (1981), Grathoff (1989). La saisie de typicalité renvoie à la réception de régularités thématiques, interprétatives et pratiques : celles-ci relèvent de la stabilité et de la récurrence du monde objectif, institué socialement et partagé intersubjectivement, ou de celles d’un monde subjectif, constitué à travers la genèse d’une situation biographique. Les opérations de typification consistent, en deçà de toute médiation intellectuelle, en des synthèses d’identification et de recognition qui « réduisent de l’inconnu à du déjà-connu », ou qui inventent et découvrent de nouvelles régularités : elles sont, sinon sur un mode analytique, indissociables de la saisie de typicalité.

2 Pour le jeune Schütz comme pour Bergson (1922), la durée est un flux infini de qualités hétérogènes, qui ne cesse de s’écouler, de phase en phase, de Maintenant et Ainsi en Maintenant et Ainsi (Jetzt und So), sans opposition de l’intérieur et de l’extérieur, et sans division partes extra partes. La durée est a-spatiale, tandis que le temps intra-mondain serait un « temps spatialisé », homogène et quantifiable, découpable en états-de-conscience statiques, juxtaposant des séries discrètes et homogènes de points-moments. Notons que l’expérience vivante, en train de se faire, est pour Schütz pré-phénoménale et insignifiante. Nous avons choisi pour notre part une autre voie en traduisant Erlebnisse par « configurations phénoménales ». Nous suivons en cela la critique de la temporalisation selon Husserl par Marc Richir (1988b, 1989).

3 Les « structures de pertinence » organisent le rapport entre thème et contexte dans le champ de conscience. Elles découpent le thème au foyer de l’horizon, au centre de l’attention (pertinence topique) ; elles inscrivent ce thème dans des renvois de sens compréhensif ou explicatif (pertinence interprétative) ; elles fixent des motifs pragmatiques d’agir à cause de et en vue de (pertinence motivationnelle). Ces structures de pertinence se transforment avec la temporalisation des visées intentionnelles des acteurs, mais des « domaines de pertinence » leur sont imposés, que ce soit sous la forme d’arènes d’activités, de contextes d’interaction, de provinces de sens ou de mondes de langage.

4 Les « schèmes d’expérience » médiatisent l’articulation des visées intentionnelles des acteurs. Sédimentés dans les réserves d’expérience comme des empreintes d’expériences passées, ils sont ré-activés dans le travail de configuration des situations comme des matrices d’expériences nouvelles. Schütz distingue entre schèmes interprétatifs et schèmes motivationnels : cette distinction analytique recoupe celle entre pertinence interprétative et pertinence motivationnelle.

5 Schütz relie le problème de la typification réciproque à celui de la dialectique du Soi, du Je et du Moi chez George H. Mead (1934). Nous laissons de côté le problème des modalisations et des fabrications de cadres, traité par Erving Goffman (1974), de même que le problème des contradictions ou des paradoxes internes aux contexte de sens, recensés par exemple sous les titres de « dissonance cognitive » par Léon Festinger ou de « double bind » par l’école de Palo Alto.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search