Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Du 8e au 4e millénaire en Méditerranée occidentale : les mutations de l'environnement

L’environnement végétal de l’homme au Néolithique dans le sud-est de l’Espagne (Valence, Alicante) : première synthèse d’après l’analyse anthracologique

Jean-Louis Vernet, Ernestina Badal-Garcia et Elena Grau Almero

Résumé

Quatre sites préhistoriques néolithiques du sud-est de l’Espagne (Cova de l’Or, Llop, Recambra et Ampla) ont fourni de nombreux charbons de bois. Les étapes de la régression de la végétation sont précisées. Quercus ilex, Quercus faginea spp. valentina, Olea europaea var. sylvestris et Pinus halepensis jouent un rôle important dans la flore néolithique.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1Les recherches anthracoanalytiques que nous avons initiées en Espagne du sud-est visent à comprendre à partir d’un modèle régional plus complet que la France méditerranéenne, bien étudiée jusqu’alors, et incluant notamment l’étage thermoméditerranéen, les relations homme-milieu. La présente synthèse concerne quatre sites néolithiques d’une même région, le « Pais valenciano », que sont la Cova de l’Or dans la Sierra de Benicadell, la Cova Recambra, la Cova de Llop dans la Safor et la Cova Ampla sur le Mongo (fig. 1) près de la mer. Une note préliminaire a résumé les premiers résultats (Vernet et al., 1983).

2La végétation actuelle relevée à partir d’une coupe du niveau de la mer à la Sierra Mariola montre, de 0 à 600 m d’altitude (Folch i Guillen, 1981), des garrigues littorales de l’étage thermoméditerranéen (Oleo-Ceratonion) avec Quercus coccifera, Pistacia lentiscus, Olea europaea var. sylvestris, Chamaerops humilis, Ceratonia siliqua etc. Le Pin d’Alep y est assez exceptionnel. Lorsque les conditions deviennent plus continentales, l’Oléastre disparaît. Entre 600 et 1 000 m se développe la chênaie mésoméditerranéenne à Quercus ilex ssp. rotundifolia souvent dégradée en pineraies de Pins d’Alep et garrigues à Romarin et Bruyères (Rosmarino-Ericion), puis celui de Quercus ilex et Fraxi-nus omus. Les Chênes à feuillage caduc sont très rares. Quercus faginea ssp. valentina occupe quelques stations d’altitude vers 1 000 m près d’Alcoy (Font Roja) avec Acer opalus ssp. granatense et Pinus nigra ssp. salzmannii matérialisant l’étage supraméditerranéen (Violo-Quercetum fagineae pinetosum).

La Cova de l’Or

Situation

3La Cova de l’Or s’ouvre en exposition Sud à 650 m d’altitude sur la Sierra de Benicadell dans des conditions climatiques de type méditerranéen subhumide à semiaride. La stratigraphie des niveaux archéologiques fait apparaître un ensemble appartenant en totalité au Néolithique : Néolithique ancien Cardial ou Néolithique I, Néolithique de transition puis Néolithique II ou de type Fosca, non Cardial. Deux dates 14C ont été obtenues pour le Cardial, 6630 et 6720 BP alors que les couches de transition ont donné 5980 BP (Marti Oliver et al., 1980). L’étude anthracologique a porté sur près de 2 000 échantillons.

Figure 1 : Carte de situation.

Zonation anthracologique

4La flore néolithique de la Cova de l’Or diffère de l’actuelle par différents taxons au premier rang desquels l’on placera Quercus faginea ssp. valentina dont la représentation quoique peu importante mais continue (entre 10 et 20 %) paraît significative de conditions différentes de l’actuel. Quercus ilex est lui aussi bien représenté, surtout dans les niveaux antérieurs à 7000 BP. L’Olivier sauvage (Olea europea var. sylvestris) et le Pin d’Alep (Pinus halepensis) vont abonder dans les niveaux postérieurs. La zonation suivante a pu être établie (fig. 2) :

  • phase 1 : Elle est dominée par les Chênes à feuillage persistant avec un peu de Quercus coccifera, Olea et Quercus faginea ssp. valentina (7000-7500 à 8000 BP) ;

  • phase 2 : Les Chênes sempervirents dominent toujours, Olea devenant plus important (jusqu’à 6700 BP) ;

  • phase 3 : Elle correspond à la période 6700-6000 BP, au cours de la fin du Cardial et pendant la plus grande partie de la phase de transition du Cardial au Néolithique récent. Elle est caractérisée par les Pins, Pinus halepensis surtout et quelques rares Pinus pinea. Autres éléments remarquables intervenant à ce moment-là : Juniperus sp., Anthyllis cytisoides, Erica multiflora et Erica arborea, Rosmarinus officinalis, Arbutus unedo. Les Chênes sont moins bien représentés ;

  • phase 4 : Elle est postérieure à 5500-6000 BP. Les Chênes régressent ainsi que les Pins. Olea europaea var. sylvestris et Erica arborea sont bien représentés.

5L’interprétation, au plan des végétations anciennes, doit tenir compte du fait que les charbons proviennent d’une sélection par l’homme ou mieux d’un échantillonnage finalisé. Les travaux déjà nombreux réalisés depuis 1973 (Vernet, 1973, 1980, Krauss-Marguet, 1981, Thiébault, 1983, par exemple) montrent, en fait, qu’à condition de prendre en compte des séries stratifiées et de nombreux échantillons, il y a une bonne relation charbons-végétation. Dans cette perspective, on peut considérer deux parties principales, l’une antérieure à 6720 BP (date 14C), correspondant aux phases 1 et 2. Les résultats seraient en rapport avec une végétation de type forestier sous climat méditerranéen subhumide, peut-être plus humide que de nos jours (étage mésoméditerranéen ?), probablement une chênaie mélangée de Chênes verts avec Quercus faginea ssp. valentina. Cette forêt correspond à l’installation des néolithiques à la Cova de l’Or, elle n’est pas encore marquée par l’activité pastorale et agricole. La phase 2 se distingue par l’extension d’Olea qui pourrait traduire soit une amélioration thermique (passage au thermoméditerranéen ?), soit une faible action humaine. Mais, c’est à partir de 7000 BP que nous voyons démarrer le processus d’anthropisation : les Chênes diminuent et surtout, avec le Pin d’Alep, essence bouche-trou qui arrive, on voit augmenter l’Olivier et arriver les nombreux taxons indicateurs de la dégradation de la chênaie (fig. 3). Cependant, la permanence de la courbe de Quercus faginea superposable à celle du Frêne pourrait montrer que ce Chêne marcescent persistait dans des refuges, vraisemblablement à proximité des thalwegs. La phase 4 se caractérise par une accentuation du processus d’anthropisation.

Gisements de la Safor et Marina Alta

Situation

6Les grottes de Recambra et Llop sont situées dans la Marxuguera, dans la Safor (province de Valencia). La Cova de Llop (Aparicio et al., 1977,1979-a et 1979-b) s’ouvre en exposition sud dans le ravin du même nom à 250 m d’altitude. La Cova de Recambra (Aparicio et al., 1977,1979-b) est localisée dans la sierra Falconera à 3 km de la précédente et à la même altitude. La Cova Ampla du Cap Gros (Aparicio et al., 1979-b) est située dans la région de la Marina Alta, sur le versant sud du Mongo à proximité de la mer, à l’altitude de 150 m.

Figure 2 : Diagrammes anthracologiques comparatifs de la Cova de l’Or (carrés J5, J5T et J4), Recambra, Llop et Ampla. Les résultats sont exprimés en pourcentages par rapport au nombre de fragments par couche. Les valeurs absolues sont les suivantes : Cova de l’Or. J5 = 8(100), 9(80), 10(62), 11(80), 12(100), 13(95), 14(85), 15(76), 17(111), 19(104), 20(83), 21(95), 22(70), 23(100). Cova de l’Or J5T = 3(44), 4(40), 5(43), 6(27), 7(25), 7N(30), 8(53), 9(66). Cova de l’Or J4 = 3(100), 7A(37), 8A(62), 9A(50), 12b(63), 13b(26), 18b(l). Cova Ampla = 2(302). Cova de Llop = 4(57), 5(180). Cova de Recambra = 4b(137), 5(77), 6(184), 7(182), 8a(153), 8b(140), 8c(35), 9(33)

Figure 3 : Diagramme simplifié de la Cova de l’Or montrant la progression de la dégradation de la forêt. La dégradation est estimée par les taxons suivants : Pinus halepensis, Juniperus sp., Anthyllis cytisoides, Erica multiflora et Erica arborea, Rosmari-nus officinalis, Prunus spinosa, Arbutus unedo et Quercus coccifera (phases 3 et 4). (N.B. : Quercus coccifera, Prunus spinosa et Erica multiflora, faiblement présents au cours des phases 1 et 2, n’ont pas été représentés).

  • 1 Nous remercions bien vivement Monsieur Jacques EVIN de l’Université de Lyon I qui a bien voulu date (...)

7La séquence archéologique de la Cova Ampla présente des niveaux de l’Enéolithique, Néolithique avec Cardial et du Solutréo-Gravettien. Le niveau néolithique correspond à la couche 2 qui vient d’être datée par le 14C Ly-2850 = 6550 ± 180 BP1. Archéologiquement, il y a une grande similitude entre Llop et Recambra. Tous les deux possèdent un niveau énéolithique puis du Néolithique II ou Néolithique récent. Au dessous apparaît le Néolithique ancien. A Llop, au dessous encore, se trouve un niveau solutréen sans apparente solution de continuité. Des dates 14C ont été réalisées sur les niveaux néolithiques de Recambra1. Le niveau VII, Néolithique ancien, a donné Ly-2849 = 5790 ± 220 BP., ce qui est compatible avec les données archéologiques. Par contre, le niveau IV-b rapporté au Néolithique récent est daté de Ly-2848 = 3850 ± 160 BP., date paraissant un peu jeune pour du Néolithique récent. L’étude anthracologique a été réalisée sur près de 2 000 charbons de bois.

Recambra

8L’analyse anthracologique de la Cova de Recambra permet de distinguer deux étapes (fig. 2).

9La première étape (phase A) correspond au Néolithique ancien (niveaux IX, VIII, VII et VI). Antérieurement à 5790 BP on observe Quercus ilex ou coccifera, Olea europaea var. sylvestris, ce dernier attesté par la présence de petits noyaux, et en moindre proportions, Pinus halepensis. A 5790 BP les Quercus ilex ou coccifera diminuent alors que Pinus halepensis augmente considérablement. Avec Olea, le Pin est l’espèce dominante. A côté de ces ligneux, mais en plus faible proportion, apparaissent Fraxinus omus, Quercus faginea ssp. valentina ainsi que Erica arborea, Erica multiflora, Rhamnus lycioides et des Légumineuses, en faveur pour ces derniers d’une végétation postforestière et une forte action anthropique, plus importante qu’au début de la période.

10La seconde étape (phase B) est dans le Néolithique récent, niveaux V et IV-b. Cette phase est caractérisée par un fort pourcentage d’Olea europaea var. sylvestris et la diminution du Pin d’Alep. Les espèces de garrigues se maintiennent : Erica arborea, Erica multiflora, Rhamnus lycioides, Légumineuses, signalant que la dégradation de la forêt est très importante à la fin du Néolithique ; elle semble se continuer jusqu’à l’âge du Bronze au moins (Grau Almero, inédit).

Llop

11Dans les deux couches représentées (fig. 2), 4 et 5, la composition floristique est très similaire de celle de Recambra avec une majorité A’Olea europaea, peu de Quercus ilex ou coccifera, Quercus faginea ssp. valentina et Quercus à feuillage caduc. Le Frêne le mieux représenté est Fraxinus ornus. Pinus apparaît seulement en deux exemplaires, l’un dans la couche 5 se rapporte à Pinus nigra, l’autre dans la couche 4 est Pinus halepensis. Dans les deux couches, les Bruyères atteignent des pourcentages élevés, indication de l’anthropisation.

12La flore de Llop proviendrait d’une végétation de forêt ouverte avec prédominance d’arbustes. C’est un phénomène anthropique plutôt que climatique. Pour toutes ces raisons, la datation de Llop doit être postérieure à celle de la Cova Ampla. Les deux niveaux de Llop paraissent plus précisément se rapporter à la phase B de Recambra. Ceci est justifié par la faible représentation des Pins, les forts pourcentages d’Olea, la présence d’Erica arborea et le peu d’importance des Chênes.

Cova Ampla

13Les charbons étudiés proviennent de la couche 2 (fig. 2). Ils montrent une prédominance de Quercus ilex ou coccifera et, en moindres proportions, des Chênes à feuillage caduc. Les Frênes sont très bien représentés. Avec ces espèces de l’étage mésoméditerranéen coexistent des végétaux de l’étage thermoméditerranéen comme Olea europaea var. sylvestris (charbons + petits noyaux), voire Pinus halepensis. L’abondance de Quercus et Fraxinus fait penser à des conditions d’humidité beaucoup plus grandes qu’aujourd’hui, ceci est dû en partie à la position en escarpement exposé aux vents marins du site et pouvant se traduire par des circulations d’eau plus importantes. Des charbons d’Ephe-dra distachya ont été rencontrés dans le gisement. Compte tenu de la situation de la grotte et des exigences écologiques de cette plante, ils démontrent que l’échantillonnage procède pour une large part de la végétation locale. Ce spectre anthracologique montre beaucoup d’affinités avec la base de la phase A de Recambra, importance des Quercus ilex ou coccifera, Olea et faible représentation du Pin. Ceci est compatible avec la date 14C.

Comparaison avec la Cova de l’Or

14Les phases A et B de Recambra sont respectivement homologues, du point de vue anthracologique, des phases 3 et 4 de la Cova de l’Or. En effet, l’abondance des Pins montre que l’on se situe à Recambra postérieurement à la phase 2 de l’Or comme l’atteste aussi la datation 14C (5790 BP). La date obtenue pour la phase A peut paraître un peu jeune si l’on admet que la phase 3 de la Cova de l’Or est comprise entre 7000 et 6000 BP. On peut considérer qu’à Recambra nous avons la fin de la phase 3 et le passage à la 4, moins caractérisé à la Cova de l’Or. Les deux niveaux néolithiques supérieurs de Recambra se rapportent à la phase 4 par la diminution des Pins et la présence de marqueurs de l’anthropisation. De ce fait, les niveaux de Llop sont eux aussi à rattacher à la phase 4. Les proportions de Pinus et Olea sont plus faibles à la Cova de l’Or, en liaison avec l’étagement. Le spectre anthracologique de la Cova Ampla, enfin, nous paraît se situer dans la phase 3. En effet, il est caractérisé par l’existence, bien qu’en faibles proportions, de Pinus halepensis et de taux importants de Quercus ilex ou coccifera. La date 14C (6550 BP) va dans le sens de notre argumentation.

Conclusions

15La synthèse que nous présentons éclaire pour la première fois et sur la base de l’analyse anthracologique, la végétation préhistorique du sud-est de l’Espagne. Un des points ressortant le mieux de cette étude est le rôle joué jusqu’à une période très récente par les chênaies mésoméditerranéennes à Quercus ilex et la persistance dans des refuges de Quercus valentina. Dès le début du Néolithique, ce dernier Chêne est confiné à des stations particulières, en bord de rivière voire en versant humide ou près de suintements permanents. Ces refuges sont mieux perçus à altitude moyenne alors que, inversement, les groupements à Olea sont mieux représentés à basse altitude. Pendant le premier millénaire de leur installation, les groupes cardiaux ne modifient guère de façon perceptible leur environnement ou, plus exactement, aucun marqueur botanique ne permet d’affirmer le contraire. Une date importante est celle de 7000 BP qui voit une transformation radicale des végétations néolithiques. Il est possible qu’un seuil d’anthropisation des milieux soit passé à cette date. En dehors de la courbe de Quercus ilex qui baisse, c’est surtout l’arrivée du Pin d’Alep accompagné d’espèces de garrigues et maquis qui traduit le mieux ce changement dont l’amplification est très rapide et qui culmine bien après 6000 BP. avec la fin de l’occupation du site de la Cova de l’Or. La sédimentologie (Fumanal Garcia et Calvo Cases, 1981) est conforme à ce modèle : l’érosion est, en effet, maximale à la fin du Néolithique. Nous ne pouvons comparer pour le moment qu’avec le Nord de l’Espagne ou la France du Sud. En Catalogne, aucun marqueur de la dégradation n’est visible avant 4000 BP à la Cova del Frare (Ros Mora et Vernet, présent ouvrage) alors qu’à la Cova del Toll (Vernet in Guilaine et al., 1982) celle-ci est manifeste à 6000 BP. En France du Sud, si des défrichements sont visibles en différents secteurs et à des époques précoces du Néolithique (Triat-Laval, 1979, Vernet, 1980-a), ce sont des analyses anthracologiques récentes qui nous montrent un début de modélisation. En effet, à La Poujade (Krauss-Marguet, 1981) dans le sud du Massif Central, comme à Unang dans le sud des Préalpes (Thiébault, 1983), les néolithiques s’installent dans une forêt de Chênes caducifoliés dont le développement commence avec la fin du Mésolithique. Il semble qu’au moins un millénaire soit nécessaire (La Poujade) avant de voir progresser à partir de 6000 BP la dégradation. Tous ces résultats sont encore partiels ou isolés mais il n’en demeure pas moins que, si décalage il y a réellement, il peut s’expliquer peut-être par des causes écologiques.

  • 2 Sauf en Provence littorale, Châteauneuf-les-Martigues, qui offre des conditions proches du Sud-Est (...)

16En France méditerranéenne ou au Nord de la Catalogne, le processus régressif débute dans la chênaie méditerranéenne ou supraméditerranéenne de Chênes à feuillage caduc2 et s’achève dans des groupements plus typiquement mésoméditerranéens dominés par Quercus ilex (début vers 6000 BP, maximum à la fin du Néolithique et au Chalcolithique). Dans le Sud-Est de l’Espagne, la régression débuterait 1 000 ans plus tôt dans une végétation proche des chênaies mésoméditerranéennes à Quercus ilex, le maximum de la dégradation surtout à basse altitude étant atteint avec un ensemble proche de l’Oleo-Ceratonion de l’étage thermoméditerranéen dès 6000 BP. On peut penser que si la dégradation est plus tardive en France méditerranéenne ou même dans le Nord de l’Espagne, c’est certainement dû à une meilleure faculté de « cicatrisation » de la végétation devant les premières atteintes anthropiques. L’humidité étant alors meilleure avec le maximum des chênaies caducifoliées. Il n’en va pas de même dans le Sud-Est de l’Espagne où, passé un certain seuil, le Chêne vert ne se régénère plus du tout, l’érosion l’emporte et des formations à ligneux bas dominent alors le paysage, l’Oleo-Ceratonion étant pour une large part l’aboutissement de la série régressive. Soulignons toutefois que la trop grande simplicité de ce schéma cache sans doute des implications plus complexes que seules des études plus nombreuses feront certainement apparaître.

Bibliographie

Bibliographie

Aparicio Perez (J.), San Valero Aparisi (J.), 1977. Nuevas excavaciones y prospecciones arqueologicas en Valencia. Departamento de Historia antigua, Universidad de Valencia, sér. arq. n° 5, p. 27-41.

Aparicio Perez (J.), San Valero Aparisi (j.), Sancho (A.), 1979a. Mate-riales neoliticos de la Cova del Forat de l’Aire Calent y de la Cova del Llop (Gandia, Valencia). Departamento de Historia antigua, Universidad de Valencia, sér. arq. N° 6, p. 85-122.

Aparicio Perez (J.), San Valero Aparisi (j.), Martinez (J.V.), 1979. Acti-vidades arqueologicas durante el bienio 1977-78. Departamento de Historia antigua, Universidad de Valencia, sér. arq. n° 6, p. 205-257.

Florschütz (F.), Menendez Amor (J.) and Wijmstra (T.A.), 1971, Palyno-logy of a thick Quaternary succession in Southern Spain. Palaeo-geography, Palaeoclimatol, Palaeoecol, 10, p. 233-264.

Fumanal Garcia (M.P.), Calvo Cases (A.), 1981. Estudio de la Tasa de Retroceso de una vertiente mediterranea en los ultimos 5 000 años. Cuademos de Geografia, 29, p. 133-150, 5 fig., 2 pl.

Folch i Guillen (R.), 1981. La Vegetacio dels Paisos Catalans. Jnstitucio Catalana d’Historia natural, 10, 513 p. 293 fig., 1 carte, Ketres édit., Barcelona.

Guilaine (J.), Barbaza (M.), Geddes (D.), Vernet (J.-L.), Llongueras (M.), Hopf (M.), 1982. Prehistoric Human Adaptations in Catalonia (Spain). Journal of Field Archaeology, vol. 9, p. 407-416.

Krauss-Marguet (I.), 1981. Analyse anthracologique du gisement postglaciaire de La Poujade. Paléobiologie continentale, Montpellier, 12, 1, p. 93-110, 1 pl.

Marti Oliver (B.), Pascual Perez (V.), Gallart Marti (M.D.), Lopez Garcia (P.), Perez Ripoll (M.), Alcuna Hernandez (J.D.), Robles Cuenca (F.), 1980. Cova de l’Or (Beniarrès-Alicante), vol. II. Servicio de Investigacion prehistorica, Diputacion provincial de Valencia, Trabajos varios, 65, 300 p., 29 pl.

Ros Mora (M.T.) et Vernet (J.-L.), 1983. L’environnement végétal de l’homme du Néolithique à l’âge du Bronze dans le nord-est de la Catalogne : Analyse anthracologique de la Cova del Frare, St Llorenç del Munt (Matadepera, Barcelona). Actes Colloque international CNRS « Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale », Montpellier, 26-29 avril 1983.

Thiebault (S.), 1983. L’homme et le milieu végétal à la fin du Tardiglaciaire et au Postglaciaire dans la région des Préalpes, analyse anthracologique de gisements provençaux et du Vercors. Thèse 3e cycle, Université de Paris I, cet. 1983.

Vernet (J.L.), 1971. Analyse de charbons de bois de niveaux Boréal et Atlantique de l’Abri de Châteauneuf-les-Martigues. Bulletin Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille, 31, p. 97-103.

Vernet (J.L.), 1973. Étude sur l’histoire de la végétation du Sud-est de la France au Quaternaire d’après les charbons de bois principalement, Paléobiologie continentale, Montpellier, 4, 1, 90 p., 13 pl.

Vernet (J.L.), 1980a. La végétation du bassin de l’Aude, entre Pyrénées et Massif Central, au Tardiglaciaire et au Postglaciaire, d’après l’analyse anthracologique. Review of Palaeobotany and Palynology, Amsterdam, 30, p. 33-55.

Vernet (J.L.), 1980b. Premières données sur l’histoire de la végétation postglaciaire de la Provence centrale d’après l’analyse anthracologique. C.R. Acad. Sc. Paris, 291, D, p. 853-855.

Vernet (J.L.), Badal Garcia (E.), Grau Almero (E.), 1983. La végétation néolithique du sud-est de l’Espagne (Valencia, Alicante) d’après l’analyse anthracologique. C.R. Acad. Sc. Paris, 296, III, p. 669-672.

Notes

1 Nous remercions bien vivement Monsieur Jacques EVIN de l’Université de Lyon I qui a bien voulu dater ces échantillons.

2 Sauf en Provence littorale, Châteauneuf-les-Martigues, qui offre des conditions proches du Sud-Est de l’Espagne (Vernet, 1971) et en Provence centrale où le Pin d’Alep a un rôle très important dès 7000 BP avec les Chênes à feuillage caduc (Vernet, 1980-b).

Notes de fin

1 Paléobotanique, Institut des Sciences de l’Évolution, Université des Sciences et Techniques du Languedoc, 34060 Montpellier cedex.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte de situation.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 2 : Diagrammes anthracologiques comparatifs de la Cova de l’Or (carrés J5, J5T et J4), Recambra, Llop et Ampla. Les résultats sont exprimés en pourcentages par rapport au nombre de fragments par couche. Les valeurs absolues sont les suivantes : Cova de l’Or. J5 = 8(100), 9(80), 10(62), 11(80), 12(100), 13(95), 14(85), 15(76), 17(111), 19(104), 20(83), 21(95), 22(70), 23(100). Cova de l’Or J5T = 3(44), 4(40), 5(43), 6(27), 7(25), 7N(30), 8(53), 9(66). Cova de l’Or J4 = 3(100), 7A(37), 8A(62), 9A(50), 12b(63), 13b(26), 18b(l). Cova Ampla = 2(302). Cova de Llop = 4(57), 5(180). Cova de Recambra = 4b(137), 5(77), 6(184), 7(182), 8a(153), 8b(140), 8c(35), 9(33)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/997/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Figure 3 : Diagramme simplifié de la Cova de l’Or montrant la progression de la dégradation de la forêt. La dégradation est estimée par les taxons suivants : Pinus halepensis, Juniperus sp., Anthyllis cytisoides, Erica multiflora et Erica arborea, Rosmari-nus officinalis, Prunus spinosa, Arbutus unedo et Quercus coccifera (phases 3 et 4). (N.B. : Quercus coccifera, Prunus spinosa et Erica multiflora, faiblement présents au cours des phases 1 et 2, n’ont pas été représentés).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/997/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search