Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Catherine Jeandel
, 
Rémy Mosseri

Quatrième partie. Usages de l'eau

13. Eau lourde et énergie nucléaire de fission

Alexis Nuttin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Découvert en 1931 juste avant le neutron*, le deutérium (noté D ou 2H) est le premier isotope* lourd de l'hydrogène (1H), le second étant le tritium (T ou 3H). Dans l'eau naturelle, il est présent sous forme d'HDO surtout (une molécule pour 3 200 d'H2O environ). L'eau est dite lourde lorsqu'elle contient une proportion non négligeable d’oxyde de deutérium D2O. Un procédé d'échange H/D entre de l'eau H2O/HDO et un gaz H2S/HDS permet d'atteindre une teneur en D2O de 20 %. Cette dernière est, pour obtenir une qualité dite nucléaire, augmentée jusqu'à 99.8 % par distillation* sous vide. De l'eau lourde d'une telle pureté ne devient toxique qu'après plusieurs jours d'ingestion, lorsqu'elle remplace plus de 20 % de l'eau dans l'organisme. L'eau lourde commence alors à bloquer le mécanisme de régénération des tissus, affectant d'abord les cellules à renouvellement rapide. Certaines algues et bactéries peuvent néanmoins vivre dans de l’eau lourde pure et sont utilisées pour produire un larg...

Auteur

Physicien, Enseignant-chercheur à l’École nationale supérieure de physique, électronique et matériaux, LPSC, Grenoble, p. 184.
nuttin@lpsc.in2p3.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540