Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Du 8e au 4e millénaire en Méditerranée occidentale : les mutations de l'environnement

L’environnement végétal de l’homme du Néolithique à l’âge du bronze dans le nord-est de la Catalogne : analyse anthracologique de la Cova del Frare, St Llorenç del Munt (Matadepera, Barcelona)

Maria-Teresa Ros Mora et Jean-Louis Vernet

Résumé

L’analyse anthracologique d’un site préhistorique Néolithique à Bronze du nord-est de la Catalogne est conforme au modèle établi dans le sud-est de la France. La dégradation du couvert végétal est tardive et peut être maximale avec l’arrivée du Pin d’Alep au Bronze ancien.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1La montagne de St Llorenç del Munt est située dans les conglomérats tertiaires du bord méridional de la dépression de l’Ebre mais, morphologiquement, appartient à la cordillère pré-littorale (fig. 1). La Cova del Frare s’ouvre à 960 m d’altitude, elle appartient à la commune de Matadepera et à la région du Vallès occidental. Le climat actuel de la région est méditerranéen de basse montagne : Maturana (1977) a réalisé une étude approfondie de la végétation de St Llorenç ; en suivant la classification bioclimatique de l’UNESCO-FAO il a défini le climat comme tempéré-froid, avec des hivers modérés et un degré d’humidité relative élevé. Ces conditions favorisent le développement d’une exubérante flore. La végétation qui pousse autour de la Cova del Frare appartient à la chênaie méditerranéenne montagnarde (Quercetum mediterraneo montanum) avec, principalement, Quercus ilex, Erica arborea, Juniperus communis, Buxus sempervirens, etc.

Stratigraphie et chronologie

2Après un sondage en 1970, l’archéologue A. Martin commençait en 1977 la fouille systématique du gisement. Elle a dirigé six campagnes et les travaux continuent.

3Selon A. Martin (1980) et A. Martin et al. (1981), la fouille a montré une occupation au Néolithique ancien (Epicardial), Néolithique final (Vérazien), Chalcolithique et Bronze ancien. Cinq datations 14C ont été réalisées à Monaco: 3790 ± 100 BP (couche 2, Bronze ancien), 3590 ± 90 BP (base de la couche 2, Bronze ancien), 3990 + 100 BP (couche 3, Chalcolithique), 4450 ± 100 BP (couche 4, Néolithique final), 5800 ± 130 BP (couche 5, Néolithique ancien Epicardial).

4Au cours des fouilles ont été prélevés des échantillons de terre pour l’analyse sédimentologique et palynologique, et des charbons (datations au radiocarbone, analyse anthracologique).

Analyse anthracologique

5Tous les niveaux archéologiques ont livré des charbons ; nous en avons étudié un total de 528. La détermination a été rendue possible grâce à la collection de référence du laboratoire et aux données de la littérature (Metcalfe et Chalk, 1950 ; Greguss, 1955, 1959 ; Jacquiot, 1955 ; Jacquiot et al., 1973 ; Brazier et Franklin, 1961 ; Phillips, 1960; Schweingruber, 1978 etc.).

6Les résultats ont été portés sur un tableau (Tableau I). Un diagramme présente la répartition des taxons les plus caractéristiques (fig. 2). Une récente étude de méthodologie en analyse anthracologique a montré, entre autres résultats intéressants, qu’il est plus rigoureux d’utiliser le nombre de fragments que leur masse pour construire les diagrammes anthracologiques.

Figure 1 : Carte de localisation.

Tableau 1 : Répartition des charbons de bois.

Figure 2 : Cova del Frare, diagramme anthracologique.

7Notre diagramme nous conduit à distinguer deux ensembles principaux :

8Ensemble I : Il embrasse les couches 5 et 4, c’est-à-dire les niveaux Néolithique ancien et Néolithique final. Si on prend la chronologie climatique postglaciaire classique, nous pouvons situer ces deux niveaux dans la période atlantique. Nous savons qu’adopter cette chronologie, définie en Europe du Nord, peut manquer de rigueur pour la région méditerranéenne. La solution à ce problème reste fonction de l’établissement de chronologies régionales à partir des analyses paléobotaniques locales systématiques.

9Ce premier ensemble est caractérisé par la dominance des Chênes à feuillage caduc (dont Quercus pubescens) qui, à côté d’Acer, peut évoquer une végétation forestière de type supraméditerranéen. Des études paléobotaniques réalisées dans la région méditerranéenne (Bernard, 1971 ; Vernet, 1973, 1980; Planchais, 1973 ; Triat, 1973, 1979 ; Bottema, 1974 ; Jalut, 1974 ; Krauss-Marguet, 1980 etc.) rendent évidente une forte extension des chênaies à feuillage caduc à l’Atlantique en réponse à l’amélioration climatique postglaciaire.

10Concernant la Catalogne, le même phénomène a pu être constaté dans la région de la Cova del Toll (Moia, Barcelona) où ont été réalisées (fig. 1) des analyses palynologiques (Donner et Kurten, 1958 ; Menendez Amor et Florschutz, 1962 ; Butzer et Freeman, 1968) et anthracologiques (Vernet in Guilaine et al., 1982). La palynologie concernant des périodes anciennes, c’est l’analyse anthracologique qui démontre le phénomène.

11Ensemble II : Il recouvre les couches 3 et 2, c’est-à-dire les niveaux Chalcolithique et Bronze ancien. Les datations au radiocarbone les situent dans la période climatique subboréale. Une baisse du pourcentage des Chênes à feuillage caduc se manifeste devant la forte extension de ceux du Chêne vert et, probablement, du Chêne kermès, deux espèces présentes déjà dans le Néolithique ancien. Le Chêne vert est accompagné d’espèces thermophiles comme Phillyrea sp., Rhamnus alaternus, Ficus carica.

12Ces résultats sont en accord avec la transition de la chênaie caducifoliée à la chênaie d’yeuse à la limite Atlantique-Subboréal (entre le Néolithique final et le Chalcolithique, 4450 à 3990 BP). La signification de ce changement doit être considérée dans une perspective géographique plus large ; il a été mis en évidence dans la région méditerranéenne française et la Grèce (Bernard, Vernet, Planchais, Triat, Bottema, op. cit.). Ce fait témoigne en partie de conditions climatiques favorables à la nouvelle végétation (Letolle et al., 1971, de Lumley et al., 1976 ; Vernet, 1974), mais on n’exclut pas la possibilité que, dans certains cas, l’action anthropique sur les chênaies caducifoliées ait joué un rôle important dans le développement de la chênaie sempervirente (Triat, 1979).

13Nous voyons donc que les données de l’analyse anthracologique montrent pour la région de St Llorenç une évolution de la végétation semblable à celle de la région méditerranéenne française. C’est à partir du Néolithique que, classiquement, l’impact de l’homme sur l’évolution de la végétation devient potentiellement important, en relation avec les pratiques agricoles et l’élevage. Dans le cas de la Cova del Frare, l’analyse anthracologique ne livre aucun indice certain d’action anthropique sur la végétation antérieurement au développement de la chênaie sempervirente ; seul le Buis pourrait être ce marqueur mais il est sous-représenté par rapport aux sites languedociens (La Poujade, Unang, Font-Juvénal, etc.). On ne peut donc parler alors d’une dégradation de la végétation par les communautés néolithiques qui ont utilisé la grotte. Concernant le Chalcolithique et l’Age du Bronze le problème est différent. On peut formuler deux hypothèses en faveur d’une dégradation de la chênaie sempervirente : d’un côté, la présence de Pinus halepensis, espèce colonisatrice d’espaces ouverts, peut indiquer un éclaircissement de la forêt de Chênes verts ; d’autre part, il est possible que la plus grande partie des charbons identifiés comme Quercus ilex-coccifera dans ces niveaux appartiennent en fait à Quercus coccifera.

14En tout cas, ce qui est certain c’est l’absence d’une dégradation du milieu par les groupes épicardiaux. Cette attitude s’oppose à celle d’autres groupes du Néolithique ancien européen. En Catalogne, nous avons le cas de la Cova del Toll ; elle a une complète stratigraphie du Néolithique ancien à l’âge du Bronze (Villalta et al., 1957) ; on a pu y mettre en évidence (Vernet in Guilaine et al., op.cit.) une importante action anthropique dès le Néolithique ancien (dégradation de la chênaie caducifoliée). La présence des Céréales dès le niveau Cardial - daté du 6e millénaire BP - confirme une intense activité agricole.

15Dans la région méditerranéenne française il y a aussi des exemples de dégradation concernant ce Néolithique ancien. Nous en citerons deux : le village de Courthézon (Vaucluse) et le Plateau de Donezan dominant la vallée de l’Aude. Concernant le premier, Triat (1979, p. 296) a réalisé des analyses palynologiques dans la zone et elle conclut : « Dès l’Atlantique, l’impact humain devient localement très important, comme le montre le site de Courthézon, où, en correspondance avec des sédiments marno-sableux, un creux de la courbe de Quercus pubescens, l’augmentation des pollens d’herbacées (...) indiquent des pratiques d’essartage et des cultures précoces jouxtant un site cardial tout proche, avec vraisemblablement déjà la présence des cultures fixées telle que céréales ». Sur le Plateau de Donezan, Jalut observe, d’après l’analyse palynologique, des traces très nettes de défrichements accompagnés de cultures et datées du 7e millénaire BP (Jalut, 1974).

16Nous voyons ainsi que l’action humaine sur le milieu a eu une incidence variable d’un point à un autre dans le Néolithique occidental. Quand on voit se développer les phénomènes de néolithisation, ces diachronismes doivent être reliés à l’intensité d’implantation des nouveaux systèmes de production de nourriture (agriculture, élevage). Les différentes prédispositions des groupes à les adopter doivent répondre à divers facteurs : densité démographique, préférences diététiques, générosité de la nature en faune et fruits sauvages etc. On peut penser avec Nathan Cohen (1981, p. 22) que « el hombre no necesitaba tanto la educacion como la motivacion ».

17Dans le cas de la Cova del Frare, nous pouvons mettre en relation la faible incidence anthropique sur l’évolution de la végétation avec les activités économiques des habitants, concernant l’obtention de nourriture. Une étude préliminaire des restes faunistiques livrés par le niveau de l’Epicardial révèle la pratique d’activités traditionnelles comme la chasse (cerf, chevreuil) et la pêche. Bœuf, porc, brebis et chèvre étaient, en outre, domestiqués (Estevez in Martin, 1980). L’importance de cette nouvelle activité au cours de cette période est, pour le moment, difficile à apprécier. Elle n’aurait pas été, en tout cas, un facteur de dégradation de la couverture végétale. Nous n’avons aucune preuve archéologique concernant les pratiques agricoles.

18Après l’Epicardial, la grotte est restée inutilisée jusqu’au Vérazien. A partir de là, les études faunistiques révèlent des pratiques d’élevage accompagnées d’une importante activité de chasse. Quant aux indices d’agriculture, on a trouvé un seul témoignage, une dent de faucille dans le niveau de l’âge du Bronze. Ceci est conforme aux hypothèses d’extension de Pinus halepensis et de Quercus coccifera que nous avons formulées pour cette période.

Bibliographie

Bibliographie

Bernard (J.), 1971. Première contribution de l’analyse pollinique de sédiments marins à la connaissance de l’histoire quaternaire de la végétation provençale. Thèse 3e cycle, Marseille, 111p.

Bottema (S.), 1974. Late Quatemary Vegetation History of Northwestern Greece. Thèse Groningen, 190 p.

Brazier (J.D.) et Franklin (G.L.), 1961. Identification of Hardwoods. A microscope key. Forest Products Research Bulletin, 46, p. 1-83.

Butzer (K.W.), Freeman (L.G.), 1968. Pollen analysis at the Cueva del Toll, Catalonia : a critical re-appraisal. Geologie in Mijnbouw, 47, 2, p. 116-120.

Chabal (L.), 1982. Méthodes de prélèvement de bois carbonisés protohistoriques pour l’étude des relations homme-végétation. DEA Ecologie, non publié, Montpellier, 54 p.

Donner (J.J.), Kurten (B.), 1958. The floral and faunal succession of « Cueva del Toll », Spain. Eiszeitalter und Gegenwarl, 9, p. 72-82.

Greguss (P.). 1955. Identification of Living Gymnosperms on the basis of xylotomy. Budapest, 263 p.

Greguss (P.). 1959. Holzanatomie der Europäischen Laubhölzer und Straiicher. Budapest, 330 p.

Guilaine (J.), Barbaza (M.), Geddes (D.), Vernet (J.-L.), Llongueras (M.) and Hopf (M.), 1982. Prehistoric Human Adaptations in Catalonia (Spain). Journal of Field Archaeology, 9, p. 407-416.

Jacquiot (C), 1955. Atlas d’anatomie des bois des Conifères. Centre technique du Bois, Paris, 2 vol., 135 p.

Jacquiot (C), Trenard (Y.) et Dirol (D.), 1973. Atlas d’anatomie des bois des Angiospermes. Centre technique du Bois, Paris, 2 vol., 175 p.

Jalut (G.), 1974. Evolution de la végétation et variations climatiques durant les quinze derniers millénaires dans l’extrémité orientale des Pyrénées. Thèse, Toulouse, 181p.

Krauss-Marguet (L), 1980. Contribution à l’histoire de la végétation postglaciaire des Grands Causses d’après l’analyse anthracologique du gisement préhistorique de La Poujade (commune de Millau, Aveyron). D.E.S. Montpellier, 79 p.

Letolle (R.), Lumley (H.) de, Vergnaud Grazzini (C), 1971. Composition isotopique de carbonates organogènes quaternaires de Méditerranée occidentale, essai d’interprétation climatique. C.R. Acad. Sc. Paris, 273, D, p. 2225-2228.

Lumley (H.) de, Renault-Miskovsky (J.), Miskovsky (J.-C.) et Guilaine (J.), 1976. Le cadre chronologique et paléoclimatique du Postglaciaire in La Préhistoire française, CNRS, t. II, p. 3-16.

Martin (A.), 1980. Avance de los resultados obtenidos en las excavacio-nes de la Cova del Frare (Matadepera, Barcelona). Arrahona, Saba-dell, p. 37-54.

Martin (A.), Guilaine (J.), Thommeret (J.) et (Y.), 1981. Estratigrafia y dataciones C14 del yacimiento de la « Cova del Frare » de St Llorenç del Munt (Matadepera, Barcelona). Zephyrus, XXXII-XXXIII, p. 101-111.

Maturana (C), 1977. Estudio de la flora y vegetation natural de la vertiente noroccidental de Montserrat y de Sant Llorenç del Munt. Tesis doctoral, Santiago, 725 p.

Menendez Amor (J.), Florschutz (F.), 1962. Analisis polinico de sedimenti tardi-glaciares en la Cueva del Toll (Moya, Barcelona). Estudios Geologicos, 18, p. 93-95.

Metcalfe (C.R.), Chalk (L.), 1950. Anatomy of the Dicotyledons. Oxford, 2 vol., 1 500 p.

Nathan Cohen (M.), 1981. La crisis alimentaria de la prehistoria. Madrid, 328 p.

Phillips (E.W.), 1960. Identification of Softwoods by their microsco-pic structure. Forest Products Research Bulletin, 22, p. 1-56.

Planchais (N.), 1973. Premiers résultats d’analyse pollinique de sédiments versiliens en Languedoc. Bulletin Association française Étude du Quaternaire, 36, suppl., p. 146-152.

Schweingruber (F.H.), 1978. Mikroskopische Holzanatomie. Zug, 226 p.

Triat (H.), 1973. Analyse pollinique de sédiments versiliens en Provence. Bulletin Association française Etude du Quaternaire, 36, suppl., p. 142-145.

Triat (H.), 1979. Contribution pollenanalytique à l’histoire tardi et postglaciaire de la végétation de la basse vallée du Rhône. Thèse, Aix-Marseille III, 349 p.

Vernet (J.-L.), 1973. Etude sur l’histoire de la végétation du sud-est de la France au Quaternaire, d’après les charbons de bois principalement. Paléobiologie continentale, IV, 1, 93 p.

Vernet (J.-L.), 1974. Précisions sur l’évolution de la végétation dans la région méditerranéenne depuis le Tardiglaciaire d’après les charbons de bois de l’Arma du Nasino (Savone, Italie). Bulletin Association française Etude du Quaternaire, 39, p. 65-72.

Vernet (J.-L.), 1980. La végétation du bassin de l’Aude, entre Pyrénées et Massif central, au Tardiglaciaire et au Postglaciaire d’après l’analyse anthracologique. Review of Palaeobotany and Palynology, 30, p. 33-55.

Villalta (J.F.), Thomas (J.E.), Serra Rafols, 1957. Alentours de Barcelone et Moya. La grotte del Toll. Livret-guide des excursions B2-B3, INQUA, Ve congrès international, Barcelone-Madrid, 35 p.

Notes de fin

1 Paléobotanique, Institut des Sciences de l’Évolution, Université des Sciences et Techniques du Languedoc, 34060 Montpellier Cedex.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte de localisation.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Tableau 1 : Répartition des charbons de bois.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/995/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Figure 2 : Cova del Frare, diagramme anthracologique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/995/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 307k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search