Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Catherine Jeandel
, 
Rémy Mosseri

Quatrième partie. Usages de l'eau

7. L’eau et les exploitations minières : d’une contrainte à une richesse

Georges Vigneron

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les activités liées aux mines et aux carrières ont toujours été en conflit avec la gestion de l’eau (cf. IV.19). Quand l’exploitation souterraine se situe sous le niveau de la nappe, le pompage et l’évacuation de l’eau sont indispensables. Les quantités pompées peuvent devenir très importantes. Ainsi, de 1970 à 1995, 80 millions de m3 d’eau par an (la consommation de 1,5 million d’habitants) étaient pompés dans le bassin houiller lorrain, et seulement 35 % du total de ces eaux d’exhaure* étaient réutilisés pour la production d’eau potable ou industrielle. Le reste était directement rejeté dans le milieu naturel, soutenant ainsi l’étiage* du réseau hydrographique et compensant les pertes dues aux vides miniers*.

L’eau de mine, une nouvelle ressource

Après l’arrêt des exploitations souterraines et des pompages, la phase d’ennoyage des vides miniers correspond souvent à une période de déficit en eau. En effet, l’eau souterraine est d’abord mobilisée pour le remplissage ...

Auteur

Géologue, Chef du Département Prévention et Sécurité Minière, BRGM, Orléans, p. 172.
vigneron@brgm.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540