Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Du 8e au 4e millénaire en Méditerranée occidentale : les mutations de l'environnement

Annexe 2. Étude des impressions végétales d’un plat à pain chasséen du gisement des Rivaux I, Espaly-Saint-Marcel (Haute-Loire)

Philippe Marinval

Texte intégral

  • * Laboratoire de Paléobotanique (U.A. 275 du C.N.R.S.), Musée de l’Homme, 75116 Paris.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Direction des Antiquités préhistoriques d’Auvergne, 20 rue Saint-Genès, 63000 - CLERMONT-FERRAND e (...)

2Monsieur J. P. Daugas1 nous a confié en 1982 pour l’analyse paléocarpologique, le « plat à pain » chasséen de l’ensemble 5 (G.C. 13) du site des Rivaux I dont une face est intégralement couverte d’empreintes végétales.

A) Le site et le contexte archéologique

3Le gisement des Rivaux, situé dans le bassin tectonique du Puy en Velay, présente une importante stratigraphie néolithique. Le « plat à pain » provient d’un contexte chasséen du Velay daté vers 4000 B.C. (en plein optimum atlantique). Il est à remarquer que ce Chasséen est fort ancien et qu’il comprend déjà des « plats à pain » ou disques de terre cuite (Daugas et coll., 1980).

B) Méthode d’étude

4Nous avons procédé, avant l’analyse, à un moulage de la face comportant les empreintes, car nous désirions disposer d’une empreinte en relief (fig. 1 a). Pour ce faire, nous avons employé un élastomère silicone : le Rhodorsil RTVS 335 à rétraction négligeable (de l’ordre du 1/100e de mm).

5L’étude fut effectuée sous une loupe binoculaire au grossissement x 10. Les mensurations ainsi que les documents photographiques furent réalisés à partir du moulage.

C) Analyse

6Nous avons relevé :

  • les empreintes de plus de 50 épillets ou bases d’épillets (furca) de Triticum monococcum (l’Engrain) (fig. 1 b et c).
  • une « furca » de Triticum dicoccum (Amidonnier) (fig. 1d)
  • l’impression d’une graine de Linum cf. usitatissi-mum (Lin), (fig. 2 a).

7Nous n’avons pu mesurer, selon les critères établis par Helbaek en 1952 (fig. 2B), que 40 bases d’épillets de Triticum monococcum :

  • 32 largeurs de « furca » (A)
  • 8 largeurs de glume (B).

8Nous avons également mesuré la largeur de la « furca » de Triticum dicoccum, ainsi que les « furca » et bases de glume d’Engrain provenant de notre collection de référence. Toutes ces mesures sont regroupées dans le tableau 1.

9Les empreintes fossiles présentent des dimensions assez proches de celles de l’échantillon récent. Toutefois, les mesures « A » sont légèrement inférieures à celles des « furca » actuelles.

10Cette différence traduit certainement le fait que les semences de référence ne proviennent pas de culture biologique. Elles ont bénéficié de l’apport d’engrais et sont donc mieux développées.

D) Commentaires et discussions

a) L’Engrain (Triticum monococcum) au Néolithique moyen

  • 2 L’ensemble 4 des Rivaux (C.14 5020 + 200 B.P.) a livré des caryopses de Triticum aestivo-compactum(...)

11Les paléo-semences de seize gisements chasséens (fig. 3) ont été étudiées. Ils montrent que les Orges polystiques nues et vêtues (Hordeum vulgare) étaient cultivées ainsi que les trois espèces de Blés (Triticum aestivo-compactum, T. dicoccum et T. monococcum2.

12L’Engrain n’est mentionné que sur trois sites seulement : l’un est situé dans la zone méridionale : la Baume Fontbrégoua (n° 15) analyse Erroux (Courtin et Erroux 1974), les deux autres en Alsace Rosheim (n° 2) (détermination Geissert) (Thévenin 1970) et Entzheim (n° 1) (étude Hopf) (Schmitt 1975). Il n’est présent qu’en petite quantité (3 caryopses à Entzheim et 15 % du total à Fontbrégoua), sauf à Rosheim où c’est la seule céréale mentionnée. Il est, d’ailleurs, souvent considéré durant la Protohistoire comme une céréale mineure (Erroux 1976, Van Zeist 1980, Marinval 1983).

Figure 1 : a. face inférieure du « plat à pain » b. épillets de Triticum monococcum. c. base d'épillet de Triticum monococcum. d. base d epillet de Triticum dicoccum.

Figure 2 : a. Linum cf. usitatissimum (Lin), b. localisation des dimensions « A » et « B » (d’après Helbaek 1952 et Van Zeist 1970).

Figure 3 : Carte de répartition des sites chasséens dont les paléosemences sont étudiées.
— Carrés noirs : gisements sans Triticum monococcum
— Ronds noirs : sites où Triticum monococcum est mentionné
— Etoile : les Rivaux
1. Entzheim (Bas-Rhin). 2. Rosheim (Bas-Rhin). 3. Le Camp, Chassey le Camp (Saône-et-Loire). 4. Station de la Perte du Cros, Saillac (Lot). 5. Abri de la Poujade, Millau (Aveyron). 6. Moulin sur Garonne (Haute-Garonne). 7. Abri de Font Juvénal, Carcassonne (Aude). 8. Grotte de l’Abeurador, Félines-Minervois (Hérault). 9. Grotte d’Antonnaire, Mont-maur en Diois (Drôme). 10. Trou Arnaud, Saint Nazaire le Désert (Drôme). 11. Grotte d’Adaouste, Jouques (Bouches-du-Rhône). 12. Grotte Murée, Montpezat (Alpes de Haute-Provence). 13. Grotte G, Baudinard (Var). 14. Grotte C, Baudinard (Var). 15. Baume Fontbrégoua, Saler-nes (Var). R. Les Rivaux Espaly-Saint-Marcel (Haute-Loire).

Tableau 1 : Mesures et indices
I, II, et III : empreintes archéologiques.
IV : Triticum monococcum actuel.
A : largeur de base d’épillet
B : largeur de base de glume.

13La découverte des Rivaux atteste sa culture réelle au Néolithique moyen dans la partie méridionale du Centre de la France.

b) La réalisation du « plat à pain »

14La présence de ces empreintes sur l’une des faces du « plat à pain » nous laisse envisager que celui-ci fut réalisé sur une surface plane sur laquelle était disposée de la menue paille d’Engrain.

15Le potier a réalisé le disque de terre par enroulement en spires concentriques d’un long colombin : cette technique est décelable par l’examen des trois cercles concentriques visibles sur le moulage en lumière rasante (fig. 2a), seule la face supérieure a été lissée, l’autre gardant la marque de la paille et des grains.

E) Conclusions

16Les études d’empreintes de semences dans la céramique protohistorique sont assez rares en France. Quatre seulement ont, jusqu’à présent, été analysées.

17Or, les empreintes permettent dans leur ensemble une identification assez précise (espèce) lorsque les parties caractéristiques de l’individu sont visibles. En outre, elles apportent de précieuses indications morphologiques (mensurations) sur les semences puisqu’elles subissent peu de déformations pendant la calcination par rapport aux éléments eux-mêmes, seule une légère rétraction de l’argile lors du séchage et de la cuisson se produit.

18Le gisement des Rivaux est un nouvel exemple de l’importance relative de l’Engrain dans l’agriculture au Chasséen, en raison du grand nombre d’éléments de ce Blé présents sous forme d’empreintes.

19En conséquence, l’attention particulière portée sur les céramiques offrant des empreintes végétales n’est pas à négliger.

Illustration originale réalisée à l’occasion du colloque U.I.S.P.P.
« Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale »
par † P. LAURENT.

Bibliographie

F) Bibliographie

Courtin (J.) et Erroux (J.), 1974. Aperçu sur l’agriculture préhistorique dans le Sud-Est de la France. Bull. Soc. Préhistorique Française, 71 (1), p. 321-334.

Daugas (J.P.), Raynal (J.P.), Paquereau (M.M.), Courty (M.A.) et la collaboration de Caillat (B.), Chaix (L.), Evin (J.), Kerguelen (M.), Puis-segur (J.J.), Vernet (J.L.), Vital (J.), 1980. Chronostratigraphie, trait culturel et paléo-milieux du Chasséen du Velay, d’après l’étude du gisement des Rivaux I, Espaly Saint Marcel (Haute-Loire), in. Le Néolithique de l’Est de la France. Acte du colloque de Sens 27-27 septembre 1980., 1, p. 95-111.

Erroux (J.), 1976. Les débuts de l’agriculture en France : les céréales, in : La Préhistoire Française 2, sous la dir. de J. Guilaine. C.N.R.S. Paris, p. 186-191.

Helbaek H., 1952. Early Crops in Southern England. Proc. Préhist. Society, 18, p. 194-233.

Marinval (P.), 1983. Approche de l’alimentation végétale en France, du Néolithique au Second Age du Fer d’après les macro-restes végétaux. Mémoire de diplôme de l’E.H.E.S.S. Paris, 284 p., 51 fig., 8 Tabl.

Schmitt (G.), (1975). La transition entre le Néolithique moyen et le Néolithique final en Basse-Alsace. Revue Archéol. de l’Est. 26 (1) n° 99, p. 69-117. appendice M.Hopf. Fosses Néolithiques d’Entzheim (Bas-Rhin).

Thévenin (A.), 1970. Informations Archéologiques région d’Alsace, Gai-lia Préhistoire, 13 (2), p. 393-410.

Van Zeist (W.), 1970. Prehistoric and early historié food plants in the Netherlands. Palaeohistoria, 14, p. 41-173.

Van Zeist (W.), 1980. Aperçu sur la diffusion des végétaux cultivés dans la région méditerranéenne, in : Colloque de la Fondation L. Ember-ger. « La mise en place, l’évolution et la caractérisation de la flore et de la végétation circum-méditerranéenne » Montpellier, avril 1980, Naturalia Monspeliensia, n° hors série 1980, p. 129-145.

Notes

1 Direction des Antiquités préhistoriques d’Auvergne, 20 rue Saint-Genès, 63000 - CLERMONT-FERRAND et ERA 423 CNRS, URA 11 du CRA.

2 L’ensemble 4 des Rivaux (C.14 5020 + 200 B.P.) a livré des caryopses de Triticum aestivo-compactum (identification Kerguelen) (Daugas et coll. 1980).

Notes de fin

* Laboratoire de Paléobotanique (U.A. 275 du C.N.R.S.), Musée de l’Homme, 75116 Paris.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : a. face inférieure du « plat à pain » b. épillets de Triticum monococcum. c. base d'épillet de Triticum monococcum. d. base d epillet de Triticum dicoccum.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Légende Figure 2 : a. Linum cf. usitatissimum (Lin), b. localisation des dimensions « A » et « B » (d’après Helbaek 1952 et Van Zeist 1970).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Figure 3 : Carte de répartition des sites chasséens dont les paléosemences sont étudiées.— Carrés noirs : gisements sans Triticum monococcum— Ronds noirs : sites où Triticum monococcum est mentionné— Etoile : les Rivaux1. Entzheim (Bas-Rhin). 2. Rosheim (Bas-Rhin). 3. Le Camp, Chassey le Camp (Saône-et-Loire). 4. Station de la Perte du Cros, Saillac (Lot). 5. Abri de la Poujade, Millau (Aveyron). 6. Moulin sur Garonne (Haute-Garonne). 7. Abri de Font Juvénal, Carcassonne (Aude). 8. Grotte de l’Abeurador, Félines-Minervois (Hérault). 9. Grotte d’Antonnaire, Mont-maur en Diois (Drôme). 10. Trou Arnaud, Saint Nazaire le Désert (Drôme). 11. Grotte d’Adaouste, Jouques (Bouches-du-Rhône). 12. Grotte Murée, Montpezat (Alpes de Haute-Provence). 13. Grotte G, Baudinard (Var). 14. Grotte C, Baudinard (Var). 15. Baume Fontbrégoua, Saler-nes (Var). R. Les Rivaux Espaly-Saint-Marcel (Haute-Loire).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/993/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Tableau 1 : Mesures et indicesI, II, et III : empreintes archéologiques.IV : Triticum monococcum actuel.A : largeur de base d’épilletB : largeur de base de glume.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/993/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Illustration originale réalisée à l’occasion du colloque U.I.S.P.P.« Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale »par † P. LAURENT.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/993/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search