Version classiqueVersion mobile

L'eau à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Catherine Jeandel
, 
Rémy Mosseri

Troisième partie. Eau et milieu

10. Les eaux souterraines : cachées mais fondamentales

Virginie Vergnaud-Ayraud et Luc Aquilina

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les eaux souterraines ne constituent que 0,3 % du volume de l’eau sur la Terre et, pourtant, en France, elles représentent plus de 65,6 % du volume de l’eau destinée à l’alimentation en eau potable (Ministère de la Santé). Ce réservoir souterrain est invisible, sauf lorsque l’eau s’en échappe pour constituer une source. Longtemps ignorées ou réduites à l’image des sources (leur seule manifestation visible), les eaux souterraines sont pourtant un maillon essentiel du cycle de l’eau (cf. I.4) et leur fonctionnement influe sur celui des écosystèmes qui y sont connectés.

Aquifères : des roches « porteuses » d’eau

Généralement, le grand public imagine uniquement les eaux souterraines sous forme de « nappes phréatiques* », celles qui sont les plus proches de la surface, accessibles à partir d’un puits. De même, les rivières et les lacs souterrains s’écoulant dans les milieux calcaires (dont la dissolution amène à la création de galeries et de gouffres appelés « karsts* ») ...

Auteurs

Hydrogéologue hydrochimiste, Ingénieure de Recherche, Géosciences, Rennes, p. 112.
virginie.vergnaud@laposte.net

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search