Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Du 8e au 4e millénaire en Méditerranée occidentale : les mutations de l'environnement

Paléomilieux et comportements humains de la fin des temps glaciaires à l’Atlantique dans le sud du Massif central

Jean-Pierre Daugas et Jean-Paul Raynal

Résumé

Les auteurs proposent de reconsidérer la valeur et l’enchaînement des données archéologiques actuellement disponibles dans le Sud du massif Central, de la fin des temps glaciaires à l’Atlantique, en les corrélant avec l’évolution du cadre paléosylvatique. Le rapprochement de ces éléments avec le modèle ethnographique du techno-système des groupes de chasseurs-cueilleurs-stockeurs les conduit à proposer une redéfinition du concept de néolithisation et à dégager de nouvelles voies de recherches interdisciplinaires.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Texte intégral

1. L’unité biogéographique

1La bordure méridionale du massif Central français constitue une unité qui englobe plusieurs petites régions naturelles dont le Velay marque la limite orientale et constitue d’ailleurs la ligne de partage des eaux entre méditerranée et Atlantique (Cf. carte).

2C’est une zone de moyenne montagne (le département de la Haute-Loire possède la plus forte altitutde moyenne de France !) limitée à l’Est par les monts du Vivarais qui culminent à 1 753 mètres au mézenc. Vers l’Ouest, les plateaux et monts du Velay s’étagent entre 800 et 1 200 mètres, puis la margeride culmine à 1 551 mètres. A l’extrême Sud-Ouest, les plateaux et monts d’Aubrac dépassent 1 200 mètres et atteignent 1 469 mètres au Signal de mailhebiau. Enfin, à l’extrême Ouest, le vaste massif du Cantal culmine à 1885 mètres au Plomb du Cantal et descend ensuite lentement vers le Nord-Ouest (plateau de millevaches) jusqu’à 800-1 000 mètres et vers l’Ouest jusqu’à 600 mètres.

3Vers le Sud, au-delà de l’Aubrac et du Gévaudan, s’étendent les hautes terres de la Lozère (1699 mètres) et des Cévennes tandis qu’au Sud-Ouest se développent les plateaux des Causses méjean, de Sauveterre, de Séverac, Comptai, qui rejoignent le Quercy.

4Ce domaine, sans conteste montagnard, est coupé de profondes vallées dont les principales sont celles de la Loire et de l’Allier, d’axe sensiblement Nord-Sud, et de petits bassins tectoniques qui constituent autant de secteurs protégés et propices à l’habitat.

5Le climat y est rude, avec de forts enneigements d’hiver et de printemps. En avril, tous les espaces au-dessus de 1250-1300 mètres sont enneigés. Tout l’Ouest est sous dominante océanique. Le vent y joue un rôle considérable et favorise les accumulations neigeuses en congères. Les traits océaniques s’estompent vers l’Est, la margeride et le Forez offrant déjà des caractères plus continentaux. Les massifs du Sud-Est sont marqués par un climat nettement plus méditerranéen. Les précipitations sont abondantes, grosses averses de printemps et d’automne (tableau 1).

Carte 1 : Les régions naturelles du massif Central. En gris, altitudes supérieures à 900 mètres.

6En conclusion, nous retiendrons la définition d’un domaine ingrat, plus hospitalier à l’Est, largement ouvert au Nord mais assez aisément pénétrable par les autres marges en belle saison.

2. Analyse paléochorologique

7Le développement des recherches dans la région considérée a livré depuis quelques années une masse appréciable de documents chronostratigraphiques, paléoécologiques, archéologiques, anthropologiques, dont l’analyse permet d’aborder l’étude des interrelations actives Homme-Milieu dans une perspective diachronique. L’examen du processus de néolithisation et, en particulier, sa définition élargie (Cf infra) demande un examen préalable des phases de mutation du Paléolithique final (azilianisation) et de l’Epipaléolithique (mésolithisation).

2.1. L’Epipaléolithique du Sud du massif Central

8En Velay et en Haute-Auvergne, la fin du Paléolithique supérieur voit le développement du magdalénien. Dès l’Alleröd, intervient le processus d’azilianisation, sous la pression de courants périphériques au massif Central. Un simple coup d’œil à la carte de distribution des provinces artistiques aziliennes (Thévenin, 1982) montre bien que la zone considérée a un statut de carrefour d’influences.

2.1.1. Bases chronostratigraphiques et archéologiques

9Un rapide examen des sites est nécessaire. Dans le Sud du massif Central (Haute-Loire, Cantal) on connaît actuellement les gisements suivants :

Longetraye

10Ce site de Haute-Loire a livré, dans la couche 4, du magdalénien terminal daté a 12720 B.P. (Ly 512), soit la fin du Bölling (Philibert, 1982). A côté d’un grand nombre de lamelles à dos, on y note déjà une tendance à la miniaturisation des pièces à dos avec l’apparition de troncatures très obliques à base retouchée. Les grattoirs et burins, en proportions équivalentes, sont de bonne facture. Deux pointes à dos courbe témoignent de l’amorce du processus d’azilianisation.

Baume-Loire I

11Cet autre abri de Haute-Loire a également livré une industrie épimagdalénienne dont la position par rapport au stade d’azilianisation reste imprécise (Crémil-lieux, 1969, 1974). Elle pourrait se situer au début de l’Alleröd si on considère la composition de la faune : Cerf, Sanglier, mais aussi Renne, Chamois et Bouquetin.

Blassac

12A l’Ouest de la Haute-Loire, dans la vallée de l’Allier, le site de Blassac a livré, au-dessus d’un magdalénien terminal auvergnat classique, des pointes aziliennes, des pointes à dos et troncatures, dans un contexte lithique encore très magdalénien (Sonneville-Bordes, 1955. Alaux, 1972. Carré, 1977). Cette tendance à l’azilianisation est sans doute comparable à celle de Longetraye et de peu antérieure à celle de la grotte Béraud (Cf. infra). La faune associée, Cerf et Bouquetin, plaide en faveur d’une attribution à l’Alleröd (Bouchud, 1955).

Béraud

13Dans cette grotte de la commune de Saint-Privat d’Allier, a été découvert un épimagdalénien fortement azilianisé (Virmont, 1977). Les résultats des datages par le radiocarbone sont aberrants et il ne paraît pas raisonnable, en accord avec A. Thévenin (1982), de rajeunir cette industrie au-delà du Dryas III.

Le Cuze de Neussargues

14Les fouilles récentes de cet abri situé dans le massif cantalien ont révélé un puissant remplissage du Dryas récent avec plusieurs occupations d’un épipaléolithique apparenté aux faciès occidentaux du Laborien et de l’Epilaborien (Delpuech et Fernandès, 1983). Au-dessus, on trouve une industrie de dimensions plus réduites, épipaléolithique en voie de mésolithisation, que les datations absolues et la palynologie permettent de situer dans le Préboréal.

15Ces industries s’insèrent donc dans la lacune séparant les faciès épi-magdaléniens plus ou moins azilianisés (Longetraye, Béraud, Blassac, La Bade, Le Cheix...) et le mésolithique affirmé (Sauveterrien de Longetraye, Arlempdes, Baume-Loire...) (Delpuech et al, 1983).

La Bade

16Cette grotte de la commune de Collandre est située au cœur du massif cantalien (Maury, 1911). Elle a livré un outillage largement façonné dans une roche locale que l’analyse de H. Pelletier sur la série Daugas définit comme un « jaspe » riche en fer et aluminium. L’industrie la plus ancienne est un « Epipaléolithique de tradition magdalénienne influencé par l’Azilién » (Mazière, 1982). La présence d’une pointe à pédoncule (Cf. pointe de Teyjat) et de pointes aziliennes accrédite l’attribution de ces niveaux à l’Epimagdalénien. L’occupation la plus récente représente sans doute un stade postérieur, plus franchement engagé dans la mésolithisation, peut-être comparable à celui défini au Cuze de Neussargues. L’ensemble de cette séquence se situerait donc de l’Alleröd au Préboréal.

17Citons pour mémoire les gisements septentrionaux de :

Le Cheix

18Découvert en 1939 à Saint-Diéry (Puy-de-Dôme), il a livré, associée à une faune comprenant le Sanglier, le Cheval et le Bouquetin, une industrie dans laquelle les pointes aziliennes sont nombreuses et dont l’équilibre typologique est très proche de celui de la couche B de l’abri Villepin (Daugas, 1977) et surtout des niveaux F, G et H de la grotte Béraud (Virmont, op.cit.). Ici aussi, une attribution chronologique à l’Alleröd semble la plus probable. L’originalité du site est d’avoir livré une sépulture d’adolescent de sexe féminin, en position repliée, ocrée (Desrut et Deret, 1939). L’étude anthropologique souligne les caractères magdaléniens de ce fossile (Valois, 1940).

Thiel sur Acolin

19Cette station de plein air septentrionale a livré une abondante série dans laquelle existent des pointes aziliennes, des troncatures obliques, des trapèzes, des triangles, des lamelles à dos, des grattoirs et de rares burins (Genty, 1977). Plusieurs stades y paraissent confondus : épimagdalénien fortement azilianisé, épipaléolithique en voie de mésolithisation, mais l’absence de stratigraphie oblige à la prudence.

2.1.2. Dynamique des transformations

20Dès l’Alleröd (11800-10800 BP), l’azilianisation est attestée dans plusieurs sites. Elle conduit à l’émergence d’un Epipaléolithique ancien de tradition magdalénienne dans lequel les outils typiques de l’Azilien restent peu nombreux (pointes aziliennes, grattoirs courts). C’est le cas des occupations de Longetraye, Baume-Loire, Blassac, la Bade. Pendant l’Allerôd, cette transformation peut donner un véritable Azilien comme à la grotte Béraud et au Cheix. Au Dryas III (10800-10000 BP), se constitue l’Epipaléolithique récent. Les témoins en sont plus rares : Le Cuze, Béraud (?), La Bade (?), Thiel (?). On note alors une nette influence du Sud-Ouest rendue possible par la disparition du glacier cantalien et par l’absence de boisement dense sur les planèzes.

21Au Préboréal, une nette tendance à la miniaturisation se marque dans les outillages et caractérise l’amorce du processus de mésolithisation (Le Cuze, La Bade ?).

2.1.3. Sitologie

22Dès l’Alleröd, on observe une nouvelle répartition des gisements qui gagnent les vallées secondaires (Daugas et Raynal, 1977). Dans un premier temps, il faut peut-être y voir un mouvement de poursuite du Renne vers des zones où un biotope favorable à sa survie subsiste temporairement. L’occupation du territoire s’étend alors aux espaces depuis peu délaissés par la glace : la disparition des langues de vallées permet ainsi une pénétration radiale du massif cantalien par les cours de la Santoire, la Véronne, l’Alagnon. On assiste à la conquête d’un nouveau milieu qui, conjuguée à l’installation de la faune tempérée, favorise le processus d’azilianisation. La brève crise climatique froide du Dryas III affecte ensuite les populations de chasseurs épipaléolithiques dont la montée en altitude est attestée jusqu’à 1200 mètres au moins (Le Cuze, La Bade). Hors des zones de plaine où prévalent les habitats de plein air, les installations d’altitude sont alors confinées à de petites grottes facilement obturables et bien protégées des vents dominants. Les sites ne sont plus liés à la proximité des grands points d’eau mais choisis en position dominante, au revers de vastes plateaux. La main-mise sur ce nouveau milieu va générer une diversification des activités de subsistance et, dès le Préboréal, les petites communautés éclatées de l’Epipaléolithique final en font une aire d’expérimentation pour la recherche d’un nouvel équilibre économique (processus de mésolithisation). Leur persistance tardive (Le Cuze, La Bade) montre que la bonne réponse fut donnée à la périphérie du massif, dans des contrées de relief et de climat moins contraignants.

2.2. Le mésolithique affirmé

23L’arrivée du Sauveterrien dans l’Est de la région considérée paraît bien représenter l’intrusion de groupes allochtones et coïncide assez nettement avec le développement de la Corylaie, puis de la Chénaie. L’existence d’un mésolithique local, stratigraphiquement possible si l’on considère les strates stériles des différents sites, n’est pas avérée. C’est le Sauveterrien récent qui investit peu à peu le Sud et le Sud-Est du massif en suivant la progression sylvatique, par les Causses, les Cévennes et le Vivarais. Au Nord, par la Loire et ses tributaires, les groupes mésolithiques dépendent du Tardenoisien et ne paraissent pas avoir dépassé la Grande Limagne, peut-être à cause des grandes éruptions dômitiques à nuées ardentes dont l’impact sur l’environnement physique et biotique immédiat est considérable. Le massif Central est désormais largement ouvert aux influences extérieures (tableau 2).

24Le problème est bien connu de l’apparition brutale du « mésolithique à trapèzes » vers la fin du Boréal. Il s’étend sur l’ensemble du territoire considéré et consacre la main-mise sur les hautes terres amorcée à l’Epipaléolithique. Il pose le problème de la néolithisation.

2.3. La néolithisation ?

2.3.1. Le choix des critères

25Les préhistoriens définissent désormais la néolithisation et les civilisations néolithiques suivant des critères de trois ordres :

  • économique : agriculture, élevage,

  • sitologique : recherche de terroirs agricoles, permanence des habitats principaux complémentaires d’installations temporaires spécialisées.

  • technologie : céramique et outils à vocation agricole spécifique (Guilaine, 1972 ; Roussot-Larroque et Thévenin, 1981).

26Les anthropologues pensent que ces nouvelles pratiques sont susceptibles d’avoir modifié les caractères biologiques même si les relations de cause à effet sont difficilement identifiables (Duday, 1974, Riquet, 1970, 1979).

27De même, ces critères qui peuvent s’acquérir de façon :

  • passive : rupture due à l’apport d’idées, de techniques et/ou de populations nouvelles,

  • active : processus de développement interne d’un substrat local,

28résultent en fait d’une combinaison de ces deux modes (Roussot-Larroque, 1980). L’accent a d’ailleurs été mis sur la part des initiatives locales dans le midi de la France (Guilaine et alii, 1979).

29Il n’en demeure pas moins que la néolithisation est le plus souvent identifiée à une rupture nette avec le stade antérieur, consacrant l’avènement d’une économie de production nécessairement liée, dans l’esprit des auteurs, à la pratique de l’agriculture, voire de la céréaliculture. Le binôme antagoniste prédation/production reste le fondement de cette conception, même si la plupart des chercheurs prennent soin de distinguer une proto-agriculture ou un proto-élevage, basés sur une récolte ou sur une chasse spécialisée d’espèces sauvages. Le caractère proto-néolithique de telles pratiques étant établi par le fait qu’elles produisent plus de nourriture que l’une seule des trois techniques de prédation : collecte, chasse, pêche (Murdock, 1968).

30Cependant, il y a lieu de se demander si cette alternative ne constitue pas un faux dilemne, fondé sur des postulats considérés à tort comme nécessairement réciproques mais ne relevant en fait pas du même niveau sémantique. En effet, un même système socio-économique peut être induit par des techno-systèmes différents. La relation

31techno-système → système socio-économique

32n’est pas bijective.

33De même, si un techno-système implique le mise en œuvre d’une ou plusieurs techniques, la pratique de celle(s)-ci n’entraine pas le recours obligatoire à une (des) technologie(s) spécifique(s) et réciproquement, la reconnaissance d’une (ou de plusieurs) technologie(s) n’implique en rien l’existence obligatoire d’une (ou de plusieurs) technique(s) précise(s), encore moins celle d’un techno-système particulier. La relation :

34technique(s) → technologie(s)

35n’est pas bijective.

36La relation si souvent utilisée :

37technologie → système socio-économique

38apparaît quant à elle pour le moins illégitime.

39De récents travaux ont montré l’existence de systèmes fondés sur la pratique du stockage intensif à l’occasion d’une ressource saisonnière (Testait, 1982). Comme pour la céréaliculture, il s’agit de la collecte en masse d’une base alimentaire abondante pendant une courte saison (graines, fruits à coque dure, poissons, etc) suivie d’un stockage pour le reste de l’année. Cette dernière pratique (= technique) implique la sédentarisation comprise comme un pseudo-nomadisme au sein d’une unité écologique et entraîne la division du travail. Elle est développée à partir du moment où elle devient une nécessité sous la pression mésologique. Selon Testart (op. cit.), le même type de système économique régit donc les activités des sédentaires, agriculteurs ou chasseurs-cueilleurs-stockeurs, et chez ces derniers, les études quantitatives sur l’alimentation et le temps de travail révèlent la possibilité du surplus.

Tableau 2 : Évolution paléosylvatique dans les régions considérées. Comparer avec le tableau 3.

40L’essentiel des caractéristiques attribuées au stade (= système socio-économique) néolithique par les archéologues peut donc se rencontrer dans des sociétés utilisant un autre techno-système, c’est-à-dire n’ayant pas (encore) adopté la céréaliculture (tout ou partie du mésolithique).

2.3.2. Une révolution verte ?

41L’examen des données paléobotaniques disponibles concernant le Boréal et l’Atlantique d’Est en Ouest, du Velay au Limousin (travaux de Lemee, Lang et Trautmann, De Beaulieu) révèle les caractères suivants ;

  • Le Boréal se marque par un développement foudroyant du Noisetier, avec Chêne et Orme dans l’Aubrac, Pin dans le Velay.

  • Le début de l’Atlantique correspond au maximum de la Corylaie (> 50 %) et au développement de la Chênaie. C’est dans la partie orientale que le Noisetier recule le plus tôt (vers 6800 B.P. dans le massif du mézenc) alors qu’il maintient sa suprématie jusque vers 6000-5800 B.P. dans le Cantal et le Limousin. Ce recul s’opère alors dans tous les cas au profit de la Chênaie mixte avec Orme.

42La ligne isopollinique correspondant à 50 % de Noisetier (Lemee, 1953) montre bien que l’Aubrac et le Cantal sont le domaine de la Corylaie jusqu’à l’altitude de 1 200 mètres. Par contre, le Velay et le mézenc sont moins marqués par cette extension et leurs versants orientés au Sud (Adret) portent un couvert forestier clairsemé.

43Le milieu naturel actuel présente un caractère saisonnier accusé qui limite étroitement dans le temps la période favorable à l’activité de cueillette. Durant le Boréal, cette contrainte fut sans doute au moins égale, sinon plus forte. même si l’on considère la première partie de l’Atlantique comme plus clémente, il convient de souligner le rôle de l’enneigement qui interdit l’accès aux hauts plateaux pendant plusieurs mois.

44Dans ce milieu végétal dense, la chasse (considérée comme technique alimentaire de base) devient plus accaparante, principalement en raison de la dispersion du gibier, et l’on observe dans d’autres régions, dès l’Allerôd (Azilien) le recours parfois massif à la trappe des petites espèces (Lapin en particulier). Les contraintes saisonnières évoquées précédemment provoquent le recours à des activités complémentaires dans les biotopes spécifiques (semi-nomadisme). Le caractère montagnard (enneigement) implique les pratiques de stockage. Certains gisements (en particulier Longetraye, couche 2, fin du Boréal, Sauveterrien) livrent des noisettes et des glands, peu de restes fauniques, et témoignent à notre sens de l’exploitation saisonnière maximale de niches écologiques d’altitude (Guilaine, 1979. Daugas et Raynal, 1980). Dans le domaine des ressources végétales existent sans nul doute d’importantes potentialités. Nous n’en prendrons pour exemple que l’Orobe, légumineuse tubéreuse encore récemment consommée par des populations montagnardes d’Ecosse, précisément rencontrée dans l’aire de répartition des espèces atlantico-montagnardes (Lemée, 1956) qui inclut la partie orientale du massif Central.

45Dès le Boréal, il existe donc dans le massif Central un milieu végétal exceptionnellement dense et monotone qui limite les bases traditionnelles de la chasse du gros gibier mais autorise, par ses caractéristiques (abondance du Noisetier, présence du Chêne et de légumineuses) le développement de groupes chasseurs-cueilleurs-stockeurs. même si ce modèle n’est pas encore archéologiquement totalement établi, il n’est pas contredit et conserve toute sa valeur d’hypothèse heuristique.

46Des preuves de l’existence du techno-système chasse-cueillette-stockage peuvent être recherchées dans les stratigraphies des gisements archéologiques actuellement connues dans le Sud du massif Central. Ces données, rassemblées dans le tableau 3, montrent à partir de 8000 B.P. le remplacement du Sauveterrien récent par des industries à trapèzes. Au sommet des niveaux concernés apparaissent des armatures à retouches envahissantes et les premières céramiques. Certains préhistoriens considèrent aujourd’hui ces cultures comme appartenant à un Pré-Néolithique, voire au Néolithique ancien (Roussot-Larroque, 1977, 1980. Thévenin et Roussot-Larroque, 1981. Roussot-Larroque et Thévenin, 1984). Cette différenciation typologique pourrait bien être une conséquence de la mise en œuvre du techno-système chasse-cueillette-stockage qui favorise alors la pratique de nouvelles activités (horticulture, tentatives d’élevage...) et permet de faire face pendant un millénaire aux conditions mésologiques et démographiques.

47Aux environs de 7000 B.P., la modification du couvert végétal précédemment décrite (et la pression démographique ?) provoque la recherche de substituts aux ressources végétales spontanées raréfiées ou disparues. Dans ces conditions, les stimuli issus de sociétés agropastorales du monde méditerranéen déterminent le recours à la céréaliculture puis à la pratique de la domestication animale. De telles influences sont attestées par les découvertes de céramique cardiale dans le massif du mézenc (Les Estables, versant sud, altitude 1 400 m, datation : Cler. TL 16 = 6892 + - 970 av. 1980) et dans le Bassin du Puy (le Brunelet).

Tableau 3 : Tableau de comparaison des successions culturelles régionales dans la terminologie classique. Les axes de diffusion culturelle sont indiqués par des flèches.

48Vers 6200 B.P., apparaissent dans certains gisements du Velay comme Longetraye (couche lb base, Ly-6210 +− 170 B.P.), les Rivaux (ensemble 7), des tessons de céramique lisse et, au Rond du Barry (hors stratigraphie), les fragments d’une poterie ovalaire montée au colombin (Houdré et Vital, 1981). Ces objets semblent bien relever d’une production locale dont les caractères typologiques et les affinités culturelles restent encore indéterminés.

49En Basse-Auvergne, l’étude anthropologique en cours de deux sépultures ocrées en position de décubitus latéral contracté, sans mobilier associé (le Creux-Rouge à Clermont-Ferrand, Ly = 1944 = 6010 + − 140 B.P., et la madeleine à Pont-du-Château, Ly–2677 = 6590 +− 1J20 B.P.), permettra peut-être d’orienter les recherches vers l’aire continentale. (Tableau n° 4).

2.4. Le Néolithique affirmé

50Nous avons déjà défini les groupes humains de ce stade comme ceux qui se donnent les structures socio-économiques propres à permettre une exploitation intensive du milieu (Daugas et Raynal, 1980). Une telle mutation nécessite des effectifs humains conséquents et entraîne une transformation profonde des modes d’exploitation. On peut esquisser une reconnaissance de cette nouvelle organisation de la façon suivante :

  • recherche de terroirs exploitables par l’agriculture : les terrasses alluviales et les versants bien exposés des micro-bassins sont recherchés tant pour leur altitude que pour leurs caractères mésoclimatiques (vent, nébulosité) et pédologiques.

  • organisation villageoise : les regroupements humains nécessaires à de telles exploitations, les contraintes liées à la céréaliculture, le développement indispensable de technologies nouvelles suscitent des comportements humains plus proches du modèle néolithique tel qu’il est traditionnellement perçu.

  • conservation et adaptation des activités complémentaires ancestrales. La contemporanéité des installations correspondant à chacune d’elles peut alors rendre compte de l’apparente diversité des gisements reconnus.

  • développement d’un réseau économique structuré permettant la circulation des innovations qui lui sont propres et contribuant à maintenir la cohésion culturelle (« monolithisme » apparent et très large extension géographique du Chasséen par exemple).

51L’existence des communautés chasséennes est assurée en Velay dès 5800 B.P. environ. Elles pratiquent la céréaliculture de l’engrain, de l’amidonnier (ensemble 5 des Rivaux) (Marinval, 1984), puis du blé tendre (ensemble 4 des Rivaux, le Pirou) (Daugas et alii. 1980. Houdré et Vital, 1981). Nous avons noté antérieurement qu’au début du sixième millénaire, le Velay fait partie intégrante d’une aire centrale d’innovation au sein de laquelle se constitue le Chasséen. Il est très vraisemblable que cette émergence soit génétiquement liée à l’effet de stimuli extérieurs, voire à l’apport de nouvelles populations, issues d’Italie du Nord et diffusant à diverses latitudes - du Haut Rhône à la Provence - à travers le massif alpin. Les découvertes de l’Oradou (Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme, Étude en cours) doivent sans doute être considérées comme un jalon de cette diffusion dont l’équivalent vellave reste à mettre au jour.

52Les renseignements paléobotaniques font défaut dans le Quercy, le Périgord et l’Agenais. mais, dans deux de ces contrées, se remarque une permanence des faciès du Néolithique ancien autochtone. Dans tout le Sud et l’Ouest du plateau central, le Néolithique affirmé ne s’implantera qu’à partir de 5500 B.P. environ, sous la forme d’un Chasséen classique récent.

53La dynamique du peuplement post-glaciaire du massif Central trouve ses origines dans la période de mutation socio-économique provoquée par la grande réadaptation écologique amorcée irréversiblement dès l’Alleröd malgré la brève crise climatique du Dryas III. Dans ce milieu de moyenne montagne, aux caractères accusés, les petites communautés éclatées de l’Epipaléolithique trouvent une aire d’expérimentation idéale à la recherche d’un nouvel équilibre économique dont la découverte se fera toutefois à la périphérie du massif, dans des contrées de relief et de climat moins contraignants (phénomène de mésolithisation). Il en résulte très vraisemblablement, sur le plan anthropologique, un phénomène de brassage génétique qui, conjugué à l’évolution propre de chaque groupe, contribue peut-être à dynamiser la définition des types postérieurs.

54Au Boréal, l’apparition soudaine des industries qualifiées de mésolithique à trapèzes pourrait s’expliquer par la mise en œuvre du techno-système Chasse-Cueillette-Stockage décrit par Testart (op. cit.). Un tel. modèle présente bien des aspects séduisants car il permettrait de rendre compte d’un bon nombre d’indices archéologiques apparemment paradoxaux répartis dans le Sud et l’Ouest du massif Central. En outre, il coïnciderait remarquablement bien avec les mutations mésologiques de cette zone. Il autorise en tout cas à dégager le concept de néolithisation du contexte céramique-céréaliculture et à le lier étroitement, pour nos latitudes, aux notions d’appropriation et de manipulation du règne végétal.

55De récentes études réalisées dans le Roussillon (Ged-des, 1980) et divers indices répartis dans le domaine méditerranéen permettraient de reconnaître, sous ces latitudes, les preuves d’une domestication animale dès le Boréal, vers 8000-7500 B.P., parallèlement à la culture d’espèces végétales (Vaquer et Barbaza, 1983).

56Cette question de la date d’apparition de l’élevage n’intervient pas fondamentalement pour la validation du modèle proposé dans la mesure où elle indépendante du techno-système basé sur l’exploitation des ressources végétales. mais cet intérêt précoce accordé par l’homme au contrôle du monde animal dans le midi pourrait peut-être conduire à distinguer une aire méditerranéenne et une aire centrale de zones de moyenne montagne tempérées ou s’exerce un primat du monde végétal.

57Il reste aujourd’hui difficile d’apporter des preuves irréfutables de la validité de ce modèle en raison de la ténuité et de l’inégale valeur des documents disponibles. Dans ces conditions, il se dégage la perspective de recherche et d’identification des éventuelles structures de stockage ou des indices indirects de leur existence. Leur situation probable hors des sites d’habitat proprement-dit risque d’accroître la difficulté d’une telle entreprise qui se devra d’être fondamentalement et très largement interdisciplinaire.

Bibliographie

Bibliographie

Alaux (J.F.). 1972. L’industrie magdalénienne de l’abri de Blassac II, commune de Blassac, (Haute-Loire). Bulletin de la Société préhistorique française, p. 69, Etudes et Travaux, fascicule 2, p. 499-507.

Beaulieu (J.L.) de. 1976. La végétation pendant le Post-glaciaire dans le massif-central et les Alpes méridionales. La Préhistoire Française, t. II, Paris, CNRS, p. 59-66.

Bouchud (J.). 1955. La faune de Blassac. Bulletin de la Société préhistorique française, t. LII, fasc. 7, p. 364-370.

Carre (F.). 1977. Le site des Battants, Blassac (Haute-Loire), in La fin des Temps Glaciaires en Europe, t.2, Paris, CNRS, p. 531-534.

Cremillieux (A.). 1969. L’abri de Baume-Loire n° 1, commune de Solignac-sur-Loire (Haute-Loire). Congrès préhistorique de France, XIXe session, Paris, S.P.F. (1972), p. 172-176. 1974. Stratigraphie, typologie et palethnologie de quelques remplissages d’abris sous-basaltiques en Haute-Vallée de la Loire (Velay). Documents des laboratoires de Géologie de la Fac. des Sc., Lyon, n° 62, 127 p., 41 fig., L29 pl.

Daugas (J.P.). 1977. Les gisements préhistoriques de la Grotte du Cheix à Saint-Diéry et de Neschers (Puy-de-Dôme), in La fin des Temps Glaciaires en Europe, t.2, Paris, CNRS p. 537-543.

Daugas (J.P.) et Raynal (J.P.). 1977. Remarques sur le milieu physique et le peuplement humain en Auvergne à la fin des temps glaciaires, in La fin des Temps Glaciaires en Europe, t. 2, Paris, CNRS, p. 545-562.

Daugas (J.P.) et Raynal (J.P.). 1980. Essai sur la néolithisation dans le Sud du massif-central. Actes du colloque interrégional sur le Néolithique, Société archéologique de Sens, Cahier n° 1, p. 85-93.

Daugas (J.P), Raynal (J.P.) et ali. 1980. Chronostratigraphie, traits culturels et paléomilieux du Chasséen du Velay d’après l’étude du gisement des Rivaux I (Espaly-Saint-Marcel, Haute-Loire). Actes du colloque interrégional sur le Néolithique, Société archéologique de Sens, Cahier n° 1, p. 95-111.

Delpuech (A.) et Fernandès (P.). 1983. Préhistoire du massif cantalien : données récentes et essai sur la dynamique du peuplement. Bulletin de la Société d’Anthropologie du Sud-Ouest, t. XVIII, fasc. 1, p. 1-44.

Delpuech (A.) et alii. 1983. Eléments de chronostratigraphie pour les niveaux épipaléolithiques du Cuze de Neussargues (Cantal). Bulletin de la Société préhistorique française, t. 80, n° 4, p. 100-102.

Desrut (G.). 1939. Découverte d’une grotte et d’un squelette magdalénien au Cheix, près Besse-en-Chandesse (Puy-de-Dôme). Bulletin de la Société préhistorique française, t. XXXVI, fasc. 2, p. 132-142.

Desrut (G.). 1949. La station azilienne du Cheix, près de Besse-en-Chandesse. Congrès de l’A.F.A.S. 68e session, Clermont-Ferrand, p. 147.

Duday (H.). 1974. Difficulté d’une approche anthropologique de la néolithisation. in Approche écologique de l’Homme fossile, suppl. bull. A.F.E.Q. n° 47, 1977, p. 367-370.

Geddes (D.). 1980. De la chasse au troupeau en méditerranée occidentale. Les débuts de l’élevage dans le bassin de l’Aude. Archives d’Écologie préhistorique, Toulouse, vol. 5, 145 p.

Genty (P.Y.). 1977. Stations du Paléolithique récent et de l’époque tardiglaciaire de la Sologne Bourbonnaise, in La fin des Temps glaciaires en Europe, Paris, CNRS, t. 2, p. 587-600.

Guilaine (J.). 1972. Problèmes de la néolithisation en méditerranée occidentale, in L’Epipaléolithique méditerranéen, Paris, CNRS, 1975, p. 189-196.

Guilaine (J.) et alii. 1979. L’abri Jean Cros, essai d’approche d’un groupe humain du Néolithique ancien dans son environnement. Toulouse, Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, 460 p.

Houdré (J.J.) et Vital (J.). 1981. Le Néolithique ancien du Velay. Colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy, Cahiers du Centre de Recherches et d’Etudes préhistoriques d’Auvergne (1984), n° 1, p. 49-56.

Lang (G.) et Trautmann (W.). 1961. Zur spät und nacheszeitlichen Vegetations-geschichte der Auvergne. Flora, Band 150, II, 1, p. 11-42.

Lemée (G.). 1953. Observations sur la végétation actuelle et son évolution post-glaciaire dans le massif du mézenc. Bulletin de la Société Botanique de France, t. 100, p. 67-77.

Lemée (G.). 1956. Le peuplement végétal de l’Auvergne. Revue des Sciences naturelles de l’Auvergne, t. 22, p. 73-89.

Lemée (G.). 1956. Sur l’évolution de la végétation dans le massif Central au Tardiglaciaire et au Postglaciaire. Bulletin de la Société Botanique de France, t. 103, p. 89-94.

Marinval (P.). 1984. Etude des impressions végétales d’un plat à pain chasséen du gisement des Rivaux I, Espaly-Saint-Marcel (Haute-Loire), (dans cet ouvrage).

Maury (P.). 1911. Quelques considérations sur la formation des abris sous-roche et des grottes sous-basaltiques. La grotte des Fées de la Bade, commune de Collandres, (Cantal). La feuille des jeunes naturalistes, n° 484, V° série, p. 56-61.

Mazière (G). 1982. Informations archéologiques. Circonscription d’Auvergne. Gallia-préhistoire, t. 25, 2, p. 368-369.

Murdock (G.P.). 1968. The current status of the world’s hunting and gathering peoples. in man the hunter, Chicago, Lee R.B. et I. De Vore ed.

Philibert (D.). 1982. Le gisement préhistorique de Longetraye (Haute-Loire) (Étude de l’outillage). Revue Archéologique du Centre, t. 21, fasc. 1, p. 3-45 et fasc. 2, p. 82-98.

Riquet (R.). 1970. Anthropologie du Néolithique et du Bronze ancien. Poitiers, Tixier, 279 p.

Riquet (R.). 1979. migration et acculturation. Archives suisses d’anthropologie générale, Genève, t. 43, fasc. 2, p. 305-318.

Roussot-Larroque (J.). 1977. Néolithisation et Néolithique ancien d’Aquitaine. Bulletin de la Société préhistorique française, t. 74, p. 559-582.

Roussot-Larroque (J.). 1980. La néolithisation en Europe occidentale : substrat mésolithique ou groupes de mutation ? in Problèmes de la néolithisation dans certaines régions de l’Europe, Cracovie, p. 175-193.

Roussot-Larroque (J.) et Thévenin (A.). 1984. Composantes méridionales et centre-européennes dans la dynamique de la néolithisation en France. Actes du Colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy (1981), Cahiers du Centre de recherches et d’études préhistoriques d’Auvergne, n° 1, p. 109-147.

Sonneville-Bordes (D.) de. 1955. L’industrie de l’abri sous roche de Blassac. Bulletin de la Société préhistorique française, t. LII, fasc. 7, p. 371-377.

Testart (A.). 1982. Les Chasseurs Cueilleurs ou l’origine des inégalités. Nanterre, Société française d’ethnographie, 254 p.

Thévenin (A.). 1982. Rochedane. L’Azilien, l’Epipaléolithique de l’Est de la France et les civilisations épipaléolithiques de l’Europe occidentale. Strasbourg, mémoires de la Faculté des Sciences sociales, Ethnologie, 2 tomes, 845 p.

Thévenin (A.) et Roussot-Larroque (J.). 1981. Processus de néolithisation et évolution du Néolithique ancien. Colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy, Rapports préliminaires, p. 5-22.

Vallois (H.V.). 1940. Conclusions sur le squelette fossile du Cheix. Revue des Sciences naturelles de l’Auvergne, t.6 (nouvelle série), fasc. 1-2, p. 36-37.

Vallois (H.V.). 1970. Le squelette mésolithique du Cheix (Puy-de-Dôme). L’Anthropologie, t. 74, fasc. 3, p. 3-20.

Vaquer (J.) et Barbaza (M.) 1983. La Balma de l’Abeurador et les débuts de l’horticulture dans le midi méditerranéen français. Colloque international UISPP Premières communautés paysannes en méditerranée occidentale, montpellier, Résumés des communications, p. 57.

Virmont (J.) et Quinqueton (A.). 1977. La grotte Béraud à Saint-Privat d’Allier (Haute-Loire), in La fin des Temps glaciaires en Europe, Paris, CNRS, t. 2, p. 571-572.

Notes de fin

1 J.P. Daugas, Direction des Antiquités Préhistoriques d’Auvergne, Hôtel de Chazerat, 4, rue Pascal, 63000 Clermont-Ferrand, et Institut du Quaternaire, Centre François Bordes, U.A. 133 CNRS.

2 J.P. Raynal, Institut du Quaternaire, Centre François Bordes, U.A. 133 CNRS, Avenue des Facultés, Université de Bordeaux I, 33405 Talence Cedex.

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Les régions naturelles du massif Central. En gris, altitudes supérieures à 900 mètres.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Tableau 1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/986/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Tableau 2 : Évolution paléosylvatique dans les régions considérées. Comparer avec le tableau 3.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/986/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Tableau 3 : Tableau de comparaison des successions culturelles régionales dans la terminologie classique. Les axes de diffusion culturelle sont indiqués par des flèches.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/986/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/986/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 613k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search