Version classiqueVersion mobile

L'eau à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Catherine Jeandel
, 
Rémy Mosseri

Troisième partie. Eau et milieu

7. Les masses d’eau superficielle continentales

Hervé Piégay

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des environnements jeunes et dynamiques

Les masses d’eau superficielle continentales, principalement les lacs et les rivières, constituent des milieux de vie bien souvent jeunes et en pleine évolution. Beaucoup d’entre eux sont apparus par exemple dans les Alpes et leurs piémonts il y a moins de 10 000 ans. Les lacs sont des étendues d’eau douce dont la taille et la profondeur sont importantes, ce qui les distingue des étangs ou des mares. Ils se différencient également des fleuves et des rivières qui concentrent l’eau dans des chenaux et la drainent alors vers l’aval. Dans certains cas, la rivière peut avoir sur son cours, un lac. C’est le cas du lac de Constance pour le Rhin ou encore des lacs Saint-François, Saint-Louis ou Saint-Pierre pour le Saint-Laurent. La distinction entre fleuve et lac (fluvial) devient alors très subtile.

Un lit fluvial présente un style, un certain tracé en plan. L’écoulement peut s’exprimer dans un seul lit ou dans plusieurs, les lits pe...

Auteur

Géomorphologue fluvial, Directeur de recherche au CNRS, Directeur de l’OHM Vallée du Rhône, ENS, Lyon, p. 106.
herve.piegay@ens-lyon.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search