Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Catherine Jeandel
, 
Rémy Mosseri

Troisième partie. Eau et milieu

3. La Crise messinienne

Christian Gorini, Jean-Pierre Suc et Marina Rabineau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Crise messinienne (de la ville de Messine, en Italie) débuta il y a 5,971 Millions d’années (Ma) pour s’achever 500 000 ans plus tard. L’eau, qu’elle soit salée, saumâtre ou douce, y a tenu un rôle déterminant. La fin de crise s’est soldée par un déluge d’une violence inouïe tirant sa source dans l’ampleur même de la crise, à savoir l’évaporation quasi-totale de la Mer Méditerranée.

Depuis 14 Ma, la Méditerranée est un appendice de l’Océan Atlantique. La tectonique a fermé successivement trois corridors pour n’en laisser qu’un seul au sud du Rif (figure 1a-b). Les stades de la Crise messinienne sont bien datés par les microfossiles marins*, le paléomagnétisme*, la cyclostratigraphie*.

L’isolement progressif de la Méditerranée

Il y a 6 Ma, sous un climat subtropical très sec, la Méditerranée devait sa survie aux échanges superficiels avec l’Océan Atlantique par le corridor sud-rifain, peu profond. Chaque baisse d’environ 30 m du niveau marin global a causé l’assèche...

Auteurs

Océanographe, Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie, ISTEP, Paris, p. 98.
christian.gorini@upmc.fr

Stratigraphe palynologiste, Directeur de recherche émérite au CNRS, ISTEP, Paris, p. 98.
jean-pierre.suc@upmc.fr

Océanographe sédimentologue, Chargée de recherche au CNRS, IUEM, Plouzané, p. 98.
marina.rabineau@univ-brest.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540