Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Du 8e au 4e millénaire en Méditerranée occidentale : les mutations de l'environnement

La transition tardiglaciaire - postglaciaire dans les Pyrénées méditerranéennes et atlantiques

Guy Jalut

Résumé

La comparaison des données palynologiques obtenues d’Ouest en Est le long du versant nord des Pyrénées montre que dans les secteurs de la chaîne appartenant aux domaines climatiques atlantique et méditerranéen la mise en place de la végétation ne s’est pas toujours effectuée de façon synchrone. Des différences chronologiques importantes existent. Elles sont particulièrement nettes lors de la transition Tardiglaciaire-Postglaciaire et concernent principalement le Pin, le Chêne et le Noisetier.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

Introduction

1La limite Pléistocène-Holocène fixée à 10.000 B.P. est marquée au niveau de l’environnement par des changements importants. Le climat, la faune, la couverture végétale évoluent, imposant à l’Homme une modification profonde de son cadre de vie. Dans la terminologie des palynologues cette période correspond à la transition entre le Tardiglaciaire dont la dernière phase froide et courte correspond au Dryas récent, et le Postglaciaire.

2Il est logique de penser qu’en fonction des régions considérées, la date et les caractéristiques de ce phénomène ont pu varier. Une approche de ce problème peut être réalisée en prenant l’exemple du versant français des Pyrénées. Celui-ci représente en effet un axe d’orientation générale ouest-est le long duquel on passe progressivement du domaine climatique atlantique au domaine méditerranéen. A partir de sites répartis le long de ce massif montagneux et en prenant l’exemple du Pin, du Chêne et du Noisetier, taxons essentiels de la couverture forestière de cette époque, nous allons voir comment s’est effectuée cette transition.

Les Pyrénées méditerranéennes

3La région étudiée englobe les parties montagnardes des bassins de l’Aude, de la Têt et du Tech. Seuls quelques gisements bien datés (fig. 1) permettent l’établissement d’une chronologie sûre de l’évolution de la végétation pendant la période considérée. A partir des gisements de la Moulinasse et de Pinet (fig.2) l’histoire du Pin, du Chêne et du Noisetier dans le bassin de l’Aude peut se résumer ainsi :

  • Après une phase de recul très net synchronisable avec le Dryas récent (La Moulinasse ; Jalut 1974, 1977), le Pin se développe et devient l’arbre dominant durant la période assimilable au Préboréal (10.000 - 8500 BP environ). Vers 9000 - 9200 B.P., le Noisetier et le Chêne commencent à se développer. Ils s’étendent fortement vers 8500 B.P. tandis que le Pin régresse. L’optimum de développement de ces feuillus ne se produit pas avant 7500 B.P. environ.

Figure 1 : Localisation des sites évoqués.

4Dans le bassin de la Têt, au niveau de Nohèdes (fig. 1) (Jalut, 1974, 1977), le démarrage des courbes du Noisetier et du Chêne est légèrement antérieur à 9800 ± 100 et donc contemporain de la transition Tardiglaciaire-Postglaciaire. Cependant leur phase de développement optimum ne peut être située avec précision. Celle du Noisetier se place entre 9800 ± 100 Gif 2986 et 7920 ± 500 Gif 2985 et celle du Chêne entre 7920 ± 500 et 4540 + 130 Gif 2984.

5Ainsi, dans tous les cas considérés, après le Dryas récent, une phase à Pin dominant précède le démarrage du Chêne et du Noisetier. Celui-ci peut être très précoce et contemporain du début du Postglaciaire mais lorsque ces deux feuillus se développent fortement le Pin régresse. La période de développement optimum du Noisetier et du Chêne est postérieure à la phase de recul du Pin.

Les Pyrénées ariégeoises

6La chronologie du développement des arbres considérés diffère sensiblement par rapport à la région précédente (fig. 3) (Jalut et al. 1982). Le Pin qui s’était développé entre 13150 et 11200 recule vers 10650 B.P. tandis que le Chêne commence à s’étendre marquant ainsi le début du Postglaciaire. Postérieurement, le Pin connaît un second maximum vers 10100-10200 B.P. puis il recule définitivement tandis que le Noisetier devient abondant. L’optimum de son développement se produit vers 9200 B.P.

7Par rapport aux Pyrénées méditerranéennes, on n’observe pas ici de phase durant laquelle le Pin domine totalement tous les autres arbres. Au contraire, l’essor du Chêne qui marque le début du Postglaciaire correspond à un recul du Pin. L’extension du Noisetier est légèrement décalée mais elle s’effectue néanmoins vers 10100-10200 B.P. Enfin, le Chêne et le Noisetier ont un optimum de développement entre 10000 et 9200 B.P. environ, donc bien plus tôt que dans les Pyrénées méditerranéennes.

Les Pyrénées occidentales

8Dans cette région, à la transition Tardiglaciaire- Postglaciaire, la dynamique du peuplement végétal s’apparente à celle des Pyrénées ariégeoises (fig. 4).

PYRÉNÉES MÉDITERRANÉENNES

PYRÉNÉES MÉDITERRANÉENNES

Figure 2 : Diagrammes des Pyrénées méditerranéennes.

9Comme à Freychinède en Ariège, le Pin qui avait pris une place prépondérante à la fin du Tardiglaciaire régresse fortement lorsque le Chêne et le Noisetier se développent. Il connaît cependant une dernière phase d’extension après le début du développement de la chênaie. Le remplacement du Pin par le Chêne et le Noisetier se produit vers 10860 B.P. (Biscaye, Mardonès 1982 ; Mardonès et Jalut, 1983). A Biscaye le Chêne atteint son optimum de développement vers 9500 B.P. (9560 ± 100 Grn 1889 ; Alimen et al. 1965) et le Noisetier entre 9560 et 7920 ± 85 Grn 1677 (Alimen et al., 1965).

Conclusions

10Au niveau de la chronologie des événements on observe entre les Pyrénées ariégeoises et occidentales une similitude nette. Le démarrage du Noisetier et du Chêne est antérieur à 10.000 B.P. et caractéristique du début du Postglaciaire. Le Pin n’est pas, durant cette époque et par comparaison avec les Pyrénées méditerranéennes, l’essence forestière dominante. Il semble au contraire, à la lumière des résultats actuels, nettement subordonné aux feuillus. Il connaît cependant un pic net, non encore daté, postérieur à l’extension du Chêne et du Noisetier.

11Si dans l’ensemble de la chaîne le point de départ des courbes continues du Chêne et du Noisetier se situe entre 10000 et 10860 B. en revanche, la période de développement optimum de ces arbres varie d’une région à l’autre. Située vers 8500 B.P. dans les Pyrénées méditerranéennes, elle se place entre 10860 et 9000 B.P. dans les Pyrénées ariégeoises et occidentales. Il est probable que cette différence chronologique est liée à l’existence dès cette époque d’une pluviométrie différente dans chacun des domaines climatiques. On retrouve ainsi, au niveau de l’évolution de la végétation, les différences constatées de nos jours tant au plan climatique que floristique. Entre les domaines climatiques atlantique et méditerranéen, les Pyrénées ariégeoises apparaissent, au niveau de l’histoire climatique et du peuplement végétal comme une zone charnière entre les deux domaines. Ceci s’accorde parfaitement avec les conclusions tirées des études de la couverture végétale (Gaussen, 1926 ; Claustres 1965 ; Gruber, 1978).

PYRÉNÉES ARIÉGEOISES

PYRÉNÉES ARIÉGEOISES

Figure 3 : Diagrammes des Pyrénées ariégeoises.

PYRENEES OCCIDENTALES

PYRENEES OCCIDENTALES

Figure 4 : Diagrammes des Pyrénées occidentales.

Bibliographie

Bibliographie

Alimen (H.), Florschûtz (F.) et Menendez Amor (J.). 1965. — Etude géologique et palynologique sur le Quaternaire des environs de Lourdes. Actes 4e Congr. Int. Etud. Pyrénées, Pau-Lourdes, 1962, 1, S. 1 : 7-26.

Claustres (G.). 1965. — Les glumales des Pyrénées ariégeoises centrales. Recherches d’écologie descriptive et d’écologie causale. Inst. L. Daniel, Rennes, 493 pp.

Gaussen (G.). 1926. — Végétation de la moitié orientale des Pyrénées. Thèse, Paris, 559 pp.

Gruber(M.). 1978. — La végétation des Pyrénées ariégeoises et catalanes occidentales, Thèse Université Aix-Marseille III, 365 pp.

Jalut (G.). 1973. — Analyse pollinique de la tourbière de La Moulinasse : versant nord oriental des Pyrénées. Pollen et Spores, 15, 3 : 473-509.

Jalut (G.). 1977. — Végétation et climat des Pyrénées méditerranéennes depuis quinze mille ans. Archives d’Ecologie Préhistorique, E.H.E.S.S., Toulouse, 141 pp.

Jalut (G.), Delibrias (G.), Dagnac (J.), Mardonès (M.) et Bouhours (M.). 1982. — A palaeoecological approach to the last 21000 years in the Pyrénées : the peat bog of Freychinède (ait. 1350 m. Ariège, South France). Palaeogeogr., Palaeoclimatol, Palaeoecol, 40, 321-359.

Mardonèse (M.). 1982. — Le Pléistocène supérieur et l’Holocène du pié-mont de Lourdes : le gisement de Biscaye (Hautes Pyrénées, France). Etude palynologique, sédimentologique et géomorphologique. Thèse 3e Cycle, Univ. Toulouse le Mirail, 100 pp.

Mardonès (N.) et Jalut (G.). 1983. — La tourbière de Biscaye (alt. 409 m, Hautes-Pyrénées) : approche paléoécologique des 45 000 dernières années. Pollen et Spores, 25, 2 : 163-212.

Notes de fin

1 Laboratoire de Botanique et Biogéographie, Université Paul Sabatier, 31067 Toulouse Cedex.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Localisation des sites évoqués.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre PYRÉNÉES MÉDITERRANÉENNES
Légende Figure 2 : Diagrammes des Pyrénées méditerranéennes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/984/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre PYRÉNÉES ARIÉGEOISES
Légende Figure 3 : Diagrammes des Pyrénées ariégeoises.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/984/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre PYRENEES OCCIDENTALES
Légende Figure 4 : Diagrammes des Pyrénées occidentales.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/984/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search