Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Du 8e au 4e millénaire en Méditerranée occidentale : les mutations de l'environnement

Premiers résultats des analyses polliniques préliminaires des abris de Font-Juvénal et de la Baume de Ronze

Comparaisons avec le site de plein air de Saint-Michel-du-Touch et quelques stations néolithiques de la vallée de l’Aisne

Gérard Firmin

Résumé

Les premiers résultats des analyses polliniques portant sur les séquences néolithiques des abris de Font-Juvénal (Aude) et de la Baume de Ronze (Ardèche) sont confrontés à ceux issus des stations de plein air de Saint-Michel-du-Touch (Haute-Garonne) et de la vallée de l’Aisne.
Ils mettent en évidence des taux de pollens arboréens très faibles qui occultent l’évolution naturelle de la végétation dès l’installation des premiers agriculteurs-éleveurs. Les données de l’archéologie expérimentale proposent peut-être une solution simple à l’irritant problème de l’envahissement de la strate herbacée par les composées liguliflores.

Texte intégral

1Les analyses préliminaires de ces quelques échantillons, provenant des longues séquences stratigraphiques des abris de Font-Juvénal (près de Carcassonne dans l’Aude) et de la Baume de Ronze (près d’Orgnac, Ardèche), ne prétendent pas refléter de façon exhaustive l’évolution de la couverture végétale à proximité de zones fortement anthropisées.

2Elles ne présentent qu’une période relativement courte d’une longue histoire. Elles ne concernent que le Néolithique ancien français - cardial en particulier -et le Chasséen. Elle demandent à être affinées. Tous les prélèvements n’ont pas encore été traités. Toutefois, ces analyses permettent de se faire une idée de l’impact de l’homme sur la végétation naturelle proche d’habitats sous abri. Elles seront le point de départ d’une étude comparative avec une station de plein air du midi de la France, le village chasséen de Saint-Michel-du-Touch, et d’autres exemples archéologiques concernant des faciès culturels néolithiques différents, situés au Nord de la Loire. Il s’agit des sites fouillés par l’URA 12 dans la vallée de l’Aisne, à environ 130 km au Nord Est de Paris.

I. - Les deux abris sous roche

3La Baume de Ronze et Font-Juvénal

4D’un point de vue paléo-écologique, leur étude offre un grand intérêt du fait qu’ils se situent tous deux à la périphérie du domaine méditerranéen proprement dit.

5La Baume de Ronze s’ouvre dans une dépression située non loin de l’Aven d’Orgnac. Cette partie de l’Ardèche présente déjà des caractères climato-floristiques qui témoignent d’une influence méditerranéenne relativement sensible dans un contexte de basse montagne, à savoir le Massif Central. Quant à l’abri de Font-Juvénal, il se situe dans une zone de transition entre la plaine de l’Aude et la partie la plus méridionale du même massif, la Montagne Noire. Non loin de là, plus au Sud, se dressent les premiers contreforts des Pyrénées.

A - L’Abri de la Baume de Ronze (Ardèche) diagramme 1

6Les vingt-deux premiers échantillons de la colonne, rapportés à l’épi-Paléolithique et au Mésolithique, se sont révélés stériles.

7Le diagramme ne présente que 3 prélèvements appartenant au Cardial final (nos 30 - 31 - 32) et un seul de la longue série postérieure, datant vraisemblablement du Chasséen (n° 41). Le numéro 37 est à positionner entre ces deux périodes.

8La dépression de la Baume de Ronze est -et a été- certainement très défavorable à l’installation d’un couvert forestier conséquent proche de l’abri.

9La représentation très faible -de 0,74 % à 11,54 %-des pollens arboréens traduit ce handicap. Toutefois, la majeure partie des arbres ayant une fécondation anémogame, on pouvait espérer un meilleur score de la pluie pollinique des individus installés sur le plateau. Les nombreux travaux d’Arl. LEROI-GOURHAN concernant ce type de station ont mis en évidence la fiabilité des analyses palynologiques pratiquées dans ces milieux. Les variations climato-floristiques apparaissent, en fait et assez souvent, comme amorties par rapport aux sites de tourbières.

10Toutefois, les parallèles établis entre ces deux sources de renseignements ne révèlent pas de différences fondamentales. Seul, le mode de transport des pollens et spores est différent. Ces derniers, dans le cas de grottes et d’abris, sont en général véhiculés par les habitants des lieux, puis abandonnés sur place, de façon très involontaire, dans le sédiment de surface. Ce système tendrait à privilégier les pollens d’herbacées. Dans le cas particulier de la Baume de Ronze, il est fort probable que la couverture arboréenne est sous représentée, malgré la forte présomption d’une déforestation due à l’action anthropique. Le diagramme ne reflète, pour une part importante, que la représentation de la végétation existant dans la dépression, donc juste à portée de l’abri. Le noisetier est l’une des rares espèces d’arbre à pouvoir trouver là des conditions qui ne sont pas trop défavorables à son développement. Les influences méditerranéennes se traduisent par la présence de rares pollens de chêne yeuse ou vert (Quercus ilex et/ou coccifera). Quelques vestiges de la chênaie mixte traditionnelle se manifestent sporadiquement : chêne à feuilles caduques (probablement Quercus robur) et tilleul (Tilia cordata).

11Le pin sylvestre, le sapin (un seul pollen), rappellent que nous sommes encore dans la zone d’influence des hauteurs du Massif Central. Il faut noter l’apparition fugitive d’un pollen de noyer (Juglans regia) dans le prélèvement 37.

12La strate herbacée est dominée par les composées, en particulier les liguliflores (Cichoriées). L’exiguité de l’espace disponible tout près de l’abri et les nombreux piétinements ont dû favoriser le développement des plantains (Plantago sp.).

13Le taux important de caryophyllées dans l’échantillon 41 traduit peut-être, et en attendant l’analyse des prélèvements encadrants, un apport d’origine anthropique. Enfin, la topographie du site permet mal d’envisager la pratique d’une agriculture au voisinage de l’abri. Ceci explique probablement l’unique pollen de céréale de l’échantillon 30 du Néolithique ancien.

B - L’abri de Font-Juvénal (près de Carcassonne - Aude) diagramme 2.

14Une partie infime de la grande séquence d’échantillonnage FJI de Font-Juvénal est présentée dans le diagramme. Les échantillons 6 à 16 sont à positionner dans la partie médiane du néolithique ancien. Le numéro 24 fait partie de la phase de transition qui nous conduit vers le Chasséen. Enfin, les prélèvements 34 et 36 entrent dans le cœur de cette dernière phase.

15Mis à part l’intermède des numéros 8 à 12 (Néolithique ancien) où les pollens arboréens sont en courbe ascendante, avec une nette progression en dominante du pin sylvestre (Pinus silvestris), l’environnement proche de l’abri semble avoir été affecté aussi très tôt par les déforestations et l’action anthropique. Cette parenthèse pourrait éventuellement traduire un abandon temporaire du site ou bien un changement dans les activités. Elle est à mettre en parallèle avec l’augmentation des taux des spores de fougères. Conjointement, on enregistre une chute très nette du noisetier (Corylus avelland), après une pointe de 10,34 %, au moment du maximum de Pinus 28,38 %, et son remplacement par l’un des composants de la chênaie mixte, le tilleul (Tilia cordata). Il semblerait donc que la courte expansion du noisetier ait précédé de peu une phase de reconquête forestière limitée. Toutefois, l’autre composant principal, le chêne, ne semble guère profiter de la situation.

16La strate herbacée, envahie comme à la Baume de Ronze par les composées, avec toujours les liguliflores en dominance, confirme bien l’emprise de l’homme sur l’environnement, même si le seul témoignage certain de plantes cultivées réside dans le 1,47 % de céréales de l’échantillon 36 (Chasséen moyen de la séquence). La quasi-permanence des plantains (Plantago sp.) nous conforte dans cette impression.

17Nous noterons ici que l’influence méditerranéenne ne se manifeste cette fois de façon très discrète que par la présence de rares pollens de pin maritime (Pinus pinaster) et d’Alep (Pinus halepensis probable).

Diagramme 1 : Analyse pollinique préliminaire de 5 échantillons de l’abri de la Baume de Ronze (Ardèche). Cardial et Chasséen.

Diagramme 2 : Analyse pollinique préliminaire partielle de l’abri de Font-Juvénal. Néolithique ancien et Chasséen.

Diagramme 3 : Saint-Michel-du-Touch (Hte Garonne). Structure A 240. Analyse pollinique.

II. - La station de plein air chasséenne de Saint-Michel-du-Touch (près de Toulouse - Haute Garonne) diagramme 3.

18Les deux échantillons traités ici proviennent de la grande fosse A 240 (cf. Méroc L. et Simonnet - 1976 et 1980) du village chasséen de Saint-Michel-du-Touch.

19Il demeure évident que l’analyse pollinique de deux prélèvements uniques ne prétend pas refléter de façon absolument fiable l’environnement floristique. On ne peut guère non plus en tirer de renseignements indiscutables concernant l’évolution du climat.

20Les prélèvements peuvent toutefois donner quelques indications générales sur la physionomie du paysage chasséen. L’absence de taxons autres que ceux présentés dans le diagramme ne signifie d’ailleurs pas qu’ils aient été absents de l’aire concernée (Barthélémy L. 1976).

21L’importance des déforestations d’origine anthropique au voisinage des stations d’habitat paraît de nouveau trouver sa confirmation ici dans les très faibles taux d’espèces arboréennes : 8,58 % - niveau 100 et 4,97 % - niveau 105. Le nombre de variétés représentées est très maigre. Le pin semble constituer l’essentiel du restant du couvert. Il faut cependant tenir compte du fait que ses pollens peuvent, voyager sur de très grandes distances du fait de la présence de deux ballonnets adhérents au grain lui-même. Les composées liguliflores sont toujours majoritaires dans la strate herbacée. La présence de nitrophiles comme les chénopodiacées et de rudérales comme les plantains traduit la permanence d’activités humaines sur le site. Le point le plus intéressant à noter est l’existence de taux conséquents : 14,34 % et 15,38 %, de céréales. Cette constatation est confortée par la présence de composées tubuliflores, de crucifères et de caryophyllées. Parmi ces familles, il existe de nombreuses espèces messicoles. Le pouvoir de dispersion des pollens de céréales étant extrêmement faible, il semble bien que nous puissions voir là un témoignage certain d’une agriculture liée aux avantages d’une station de plein air.

III. - Les stations de plein air de la vallée de l’Aisne diagrammes 4, 5 et 6.

22Le diagramme 4 présente une synthèse simplifiée de quelques analyses polliniques allant du Rubané récent au Bronze moyen, provenant du site de Cuiry-les-Chaudardes, connu surtout pour ses villages de tradition danubienne.

23Les diagrammes 5 et 6 concernent deux autres stations : la fosse 19 du Rubané récent du Bassin Parisien de Menneville et les fosses 139 et 138, respectivement du Néolithique final et de la Tène finale de Villeneuve-Saint-Germain.

24Nous serons surtout intéressés ici par les prélèvements les plus anciens c’est-à-dire ceux se rapportant au Néolithique.

25Les faibles taux de pollens arboréens, de 10 à 20 % environ, traduisent là encore l’importance des déforestations aux alentours des sites d’habitat ou d’activité dès l’installation des premiers agriculteurs-éleveurs. Des espèces constituant la chênaie mixte, le tilleul (Tilia cordata en général) reste le mieux représenté dans les forêts atlantiques (cf. H. Godwin 1977). Il pourrait même constituer l’espèce dominante au Nord de la Loire.

Diagramme 4 : Cuiry-les-Chaudardes (Pommelles et champ Tortu). Diagrammes polliniques simplifiés. Néolithique à l’Age du Bronze.

26Le noisetier, espèce de lisière et de reconquête, semble là aussi ne pas trop souffrir des déboisements, et probablement même en profiter dans une certaine mesure.

27L’aune peut continuer à subsister, même de façon modeste, grâce à la proximité de la rivière. Quant au pin sylvestre, il figure assez souvent en faibles pourcentages. Il est raisonnable d’envisager que nombre de ses pollens peuvent avoir parcouru de longues distances. La strate herbacée, très abondante, est à nouveau envahie par les composées liguliflores (cichoriées), et non par les graminées. Nombre de ses constituants voient leur développement favorisé par les activités humaines : caryophyllées, crucifères, chénopodiacées, papilionacées, ombellifères et plantains. Les pratiques agricoles ne sont attestées qu’une fois et dans un seul niveau de la fosse 19 de Menneville.

Diagramme 5 : Menneville 1977. Diagramme pollinique. Structure 19 (R.R.B.P.).

Diagramme 6 : Villeneuve Saint Germain. Diagrammes polliniques simplifiés.

28Enfin, l’évolution de la courbe des fougères (Filicales) semble bien correspondre à celle des espèces arboréennes.

IV. - Conclusions

29Mises à part quelques différences minimes, les diagrammes établis à partir de l’analyse d’échantillons prélevés dans 6 stations néolithiques situées dans des contextes morphologiques, géographiques et culturels différents, présentent de nombreux points de similitude.

30L’installation d’habitats ou d’aires d’activité permanents se traduit par la présence de très faibles taux de pollens arboréens et une grande pauvreté dans le spectre des espèces représentées, ceci dès les phases les plus anciennes. L’impact de l’homme sur la végétation locale occulte son évolution naturelle. Les modifications et les zones climatiques n’apparaissent guère que de façon très atténuée et sont voire même impondérables. Seuls, le maintien de pourcentages relativements conséquents de tilleul au Nord de la Loire et l’apparition de quelques rares taxons méditerranéens au Sud (sauf à Saint-Michel-du-Touch) permettraient de faire une discrimination sur les plans climatiques et géographiques. Dans les phases néolithiques les plus anciennes, la culture des céréales n’est pas toujours attestée de façon évidente à travers les analyses polliniques, que ce soit à proximité de secteurs peu favorables à l’établissement de parcelles cultivées comme les abris sous roche, ou bien dans des aires plus propices comme les habitats en plein air.

31Les activités humaines se traduisent partout dans la strate herbacée par des pourcentages conséquents de plantes en général entomogames : nitrophiles comme les chénopodiacées, rudérales comme les plantains, messicoles comme certaines composées, crucifères, ou caryophyllées.

32Le plus surprenant est le fantastique développement de composées comme les liguliflores (cichoriées). Nombre de paléobotanistes et de paléoécologistes ont tenté de trouver une explication à cet irritant problème encore mal perçu. L’identification de ce type de pollen à exine echinulée, très caractéristique, ne pose guère de problème, en effet, au palynologue, même débutant. On peut donc admettre une tendance à la suridentification et au gonflement des pourcentages de cette tribu.

33Les uns ont alors évoqué le rôle de certaines espèces d’hyménoptères plus ou moins fouisseurs qui seraient responsables de l’enrichissement involontaire des sédiments archéologiques au retour de leurs expéditions butineuses. D’autres incriminent les troupeaux qui broutent de façon préférentielle les tiges de graminées et dédaignent les plantes à rosette. La pluie pollinique des premières serait d’autant diminuée que le cheptel les consommerait avant floraison. D’autres chercheurs accusent les premiers sédentaires de provoquer une usure et un tassement des sols superficiels, suivis d’un enrichissement en matières azotées provenant de la dégradation des déjections et des rejets, qui favorise la prolifération des liguliflores.

34La solution est peut-être à rechercher dans la combinaison de ces facteurs et l’action des brûlis. Lors de nos travaux concernant l’agriculture expérimentale de type primitif sur essartage, nous avons pu constater l’installation d’une véritable pelouse de ces plantes au cours de notre seconde tentative de semis de printemps (G. Firmin 1982). Notre terrain est, à l’heure actuelle, littéralement envahi par des composées liguliflores de type laiteron (Sonchus sp.) alors que seuls quelques individus surgissent ici et là dans les coupes à proximité. Il serait bon, par ailleurs, de voir si ce phénomène perdure pendant plusieurs années.

35Abattre des arbres, faire brûler les branchages inutilisables, les rejets, les mauvaises herbes et la paille restée en place, puis semer sur les parcelles ainsi préparées sont des opérations vraisemblablement pratiquées par les premiers agriculteurs néolithiques.

36En dépit de conditions édaphiques et climatiques différentes, il ne paraît donc pas déraisonnable de supposer que l’utilisation de modes opératoires très ressemblants puisse déclencher également une évolution homomorphe de la strate herbacée.

Bibliographie

Bibliographie

Barthélémy (L.). 1976. Recherches sur les relations entre les pluies polliniques stationnelles et les paysages végétaux avoisinants. Thèse de 3e cycle, Université de Paris V. Nanterre.

Firmin (G.). 1981. Agriculture néolithique dans l’Aisne. Supplément aux Fouilles Protohistoriques dans l’Aisne n° 8. Université de Paris I.

Firmin (G.).1982. Paléobotanique in Vallée de l’Aisne. Cinq années de Fouilles Protohistoriques. Revue archéologique de Picardie. N° Spécial.

Guilaine (J.), Vaquer (J.), Gasco (J.), Barrié (P.). 1976. L’Abri de Font-Juvénal. Labor. de Préhist. et de paleoethnolog. Carcassonne.

Godwin (H.). 1975. History of the British flora. Cambridge University Press.

Méroc (L.) et Simonnet (G.). 1980. Les sépultures chasséennes de Saint-Michel-du-Touch, à Toulouse (Haute-Garonne). Bull. Soc. Préhist. Franc. Tome 77 n° 5.

Table des illustrations

Légende Diagramme 1 : Analyse pollinique préliminaire de 5 échantillons de l’abri de la Baume de Ronze (Ardèche). Cardial et Chasséen.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Diagramme 2 : Analyse pollinique préliminaire partielle de l’abri de Font-Juvénal. Néolithique ancien et Chasséen.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Légende Diagramme 3 : Saint-Michel-du-Touch (Hte Garonne). Structure A 240. Analyse pollinique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/982/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Diagramme 4 : Cuiry-les-Chaudardes (Pommelles et champ Tortu). Diagrammes polliniques simplifiés. Néolithique à l’Age du Bronze.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/982/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Diagramme 5 : Menneville 1977. Diagramme pollinique. Structure 19 (R.R.B.P.).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/982/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Diagramme 6 : Villeneuve Saint Germain. Diagrammes polliniques simplifiés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/982/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search