Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Géologie et lignes de rivage

Gramari : paléoclimatologie et chronologie

Relations avec d’autres sites du Midi de la France

Jacques-Elie Brochier

Résumé

L’analyse sédimentologique du gisement de Gramari permet de dater de la première partie du Boréal les épisodes VAUCLUSE XV à XVII caractérisés par un climat excessivement sec. La seconde partie du Boréal voit le développement de la végétation dans les vallées (régularisation des écoulements). Le Sauveterrien hypermicrolithique du Vaucluse est daté de la première moitié du Boréal.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1Peu de gisements dans le Midi de la France ont livré une stratigraphie épaisse de la première moitié de l’holocène. Gramari est de ceux-là. Dans un contexte sauveterroïde dont l’évolution a été décrite par Livache et Dumas (1971), le mouton apparaîtrait, si l’on s’en tient aux données de la chronologie absolue, dès le Dryas récent (dates de Gif-sur-Yvette) ou dès le Préboréal (dates de Cologne). Son statut domestique paraît probable au Boréal (Poulain 1971). Dans les deux cas, c’est un argument très fort en faveur de l’existence d’un mouton indigène dans le Sud-Est de la France.

2Malheureusement, la datation de cette séquence exceptionnelle pose de très gros problèmes restés pour l’instant sans réponse (Livache et Paccard 1980). Rappelons les dates proposées par les différents laboratoires.

Niveau 2b Gif 754 7390 ± 220 BC.

Gif 4890 5850 ± 140 BC

Niveau 3a1 Gif 262 1470 ± 200 BC

Gif 752 5790 ± 190 BC

Niveau 3b1 Gif 263 3140 ± 300 BC

Gif 753 6050 ± 190 BC

Niveau 3b2 Kn 387 6880 ± 65 BC

Niveau 3c Gif 264 4270 ± 300 BC

Niveau 5 Gif 755 8120 ± 230 BC

Kn 386 6780 + 55 BC

Kn 389 7160 ± 150 BC

Niveau 7 Kn 390 7360 ± 60 BC

3Toutes ces dates ne sont évidemment pas compatibles entre elles. Faut-il choisir les dates de Gif-sur-Yvette 1965, 1967, 1979, ou les dates de Cologne 1967 ? Seule la série de Gif-sur-Yvette 1965 peut-être écartée sans aucune hésitation. Les dates restantes permettent, tout de même, de faire quelques remarques :

  • la sédimentation débute au moins au Dryas récent, probablement même à la fin de l’Alleröd,

  • l’alluvionnement cesse dans la seconde partie du Boréal,

  • les couches 2 et 3 sont d’âge boréal,

  • le mouton rencontré dans la couche 7 ne peut avoir un âge plus récent que le Préboréal.

4L’étude sédimentologique du site effectuée par Miskovky (1971) est restreinte à la seule fraction fine. La chronologie proposée est incompatible avec les données archéologiques.

5Pour notre part, nous nous sommes attachés à décrire l’évolution de la fraction grossière, très abondante à tous les niveaux, dans l’espoir de replacer Gramari dans la séquence paléoclimatique définie en Vaucluse (Brochier 1977).

I. - Les méthodes d’étude

6Nous avons déjà montré à propos de l’abri de Charasse II dans la vallée de l’Ouvèze, la liaison qui existe entre l’abondance des éboulis dans un abri sous roche et l’aplatissement des galets qui y sont apportés par les crues de la rivière (Brochier 1977). Les galets sont d’autant plus plats que l’écaillage des parois est fort. A quelques dizaines de mètres de Gramari, nous avons également observé, dans le remplissage de l’abri Gauthier, une bonne corrélation entre l’abondance de la fraction grossière et l’aplatissement des galets.

7Il semble donc bien que la mesure de l’aplatissement des galets transportés par la rivière soit, dans ce contexte géomorphologique, une bonne méthode d’évaluation de l’intensité des phénomènes cryoclastiques. Dans un gisement constitué de la base au sommet de couches de galets, on peut espérer retrouver les principales phases d’écaillage des parois calcaires et, par là même, proposer une corrélation avec les gisements en abri sous roche de la région.

8La Nesque, au niveau de Gramari, coule au fond de gorges profondes. Pendant les phases froides, les débris issus de la gélivation des abrupts rocheux rejoignent nécessairement très vite le lit de la rivière. Rapidement transformés en galets, ils modifient instantanément (à l’échelle de temps qui nous intéresse) la distribution des indices d’aplatissement. C’est un des résultats les plus nets apportés par l’analyse du remplissage de l’abri Gauthier.

9Nous avons utilisé de nombreux critères pour décrire la morphologie et l’état de surface de ces galets. L’aplatissement a été mesuré par l’indice de Cailleux (1959) : Ap = L+ l/2e, par l’indice de sphéricité de Folk (1958) : psi = (e2/Lx1)1/3, et par la fréquence des quatre classes de forme définies par Zingg (1935) à savoir : sphérique (S), en forme de disque (DS), laminaire (B) et cylindrique (RL).

10Les mesures ont été effectuées sur des galets de petite taille (10-35 mm, 1,8 unités phi) car ce sont les seuls qui sont abondants à la fois dans toutes les couches du remplissage et dans les niveaux d’inondation des abris sous roches riverains. On sait que l’aplatissement des galets est fortement lié à leur taille. Nous avons donc vérifié que dans l’intervalle de 1,8 phi choisi nous n’avions pas de corrélation entre la largeur moyenne des galets et l’aplatissement moyen. D’autre part, nous avons vérifié que l’évolution dans la stratigraphie de l’aplatissement des plus petits et des plus grands galets de chaque échantillon était parallèle.

11Les galets cassés ont également fait l’objet d’un décompte. Il est cependant difficile de déterminer la cause des fractures qui peuvent être tout aussi bien dues au gel, à la turbulence des écoulements qu’à la présence de l’homme. Les seuls fréquences supérieures à la moyenne se rencontrent dans les différents niveaux de la couche 3 qui sont précisément les plus riches du gisement. C’est donc la troisième hypothèse qui semble devoir être retenue. Les variations de la fréquence des galets cassés ne sont cependant pas suffisamment importantes pour être significatives (test du Khi2).

  • 1 Le verbe couler est peut-être un peu fort vu la durée des crues. Les habitants de Méthamis se conte (...)

12Nous avons enfin décompté les galets portant à leur surface des perforations dues à des lichens. Une faible fréquence de galets perforés (environ 10 %) nous indique que la Nesque coulait aussi souvent que de nos jours, c’est-à-dire au grand maximum une fois par an1. Les galets sont alors retournés et usés trop souvent pour que des colonies de lichens s’installent profondément. Dans ce type d’échantillon, les lichens sont en général conservés sur de petites plages protégées dans les dépressions du galet. Une forte fréquence de lichens est la preuve d’un régime de la Nesque beaucoup plus épisodique. L’évolution de la fréquence des galets portant des perforations nous renseigne donc sur les modifications du régime de la rivière.

II. - Les résultats

13Les distributions des indices d’aplatissement des galets sont, dans toutes les couches, asymétriques (fig. 1). Nous les avons ajustées, soit analytiquement soit graphiquement (droite de Henri), à des distributions log-normales.

14Lorsque l’aplatissement moyen croît, les histogrammes deviennent de plus en plus plats. Les galets sphériques se raréfient, le mode se déplace vers les fortes valeurs de l’aplatissement et de rares galets remarquablement plats (Ap supérieur à 5) apparaissent.

15Cette liaison très nette entre l’aplatissement moyen et l’écart-type des distributions est illustré par la figure 2. Elle pourrait nous indiquer que nous sommes en présence de distributions bimodales résultant du mélange de deux populations de galets, l’une à faible indice d’aplatissement, l’autre à fort indice d’aplatissement. Ceci n’apparaît cependant pas clairement sur tous les histogrammes. On remarque en outre sur cette figure que les galets de Gramari, dans leur ensemble, se différencient nettement des galets d’âge historique et actuel par un aplatissement moyen beaucoup plus fort. La corrélation est tout aussi évidente entre l’écart-type des distributions et la proportion des galets ayant un aplatissement supérieur à 3,0.

16En stratigraphie, l’évolution de cet indice est tout à fait parallèle à celle de la sphéricité de Folk. Les variations des classes de Zingg ne sont présentées qu’à titre documentaire. Elles sont trop faibles et non significatives pour être interprétées avec quelque certitude.

Figure 1 : Gramari - Étude des galets. Histogrammes des indices d’aplatissement ordonnés, de haut en bas, par indice moyen croissant.

17Aplatissement, sphéricité, abondance des perforations de lichens nous permettent d’isoler, dans cette séquence, sans doute très discontinue, les épisodes suivants :

  1. base de la couche 12 : aplatissement faible, cailloux sphériques abondants (classe S de Zingg), perforations de lichens rares caractérisent des écoulements de type actuel sous un climat tempéré.

  2. couche 12 sup. à 5 : l’aplatissement moyen très fort et l’abondance des perforations de lichens caractérisent une phase froide et des écoulements très épisodiques.

  3. couche 5 et 4 : épisode tempéré à écoulements d’abord rares puis de type actuel.

  4. couche 3 : épisode caractérisé par une grande sécheresse (maximum de fréquence des galets perforés par les lichens). Deux phases d’écaillage marquent son début (3c) et sa fin (3a 1).

  5. couche 2 : épisode tempéré, écoulements de type actuel.

18Nous avons déjà décrit l’évolution du régime des cours d’eau vauclusiens (Brochier 1976, 1977). L’analogie entre la séquence de Gramari et nos résultats antérieurs est évidente. En particulier, la phase d’écoulements très turbulents associés à un paysage très découvert (VAUCLUSE XV à XVII) se retrouve dans les différents niveaux de la couche 3. La phase de gélivation qui marque son début a été observée dans l’abri Soubeyras, dans l’abri d’Eden-Roc et dans l’abri Charasse II. Le très fort aplatissement des galets du niveau 3c peut lui être rapporté. La timide reprise de l’écaillage qui caractérise la fin de la séquence du Bois Sauvage trouve son équivalent en 3a1.

Figure 2 : Gramari - Étude des galets.

Figure 3 : Gramari - Étude des galets Les courbes en tireté représentent la variation des fréquences brutes. Les courbes en trait fort (colonnes 4, 5, 6, 7 et 8) représentent les variations lissées (test du Khi2) des mêmes fréquences. Les triangles pointe en bas indiquent la valeur des paramètres relatifs aux galets actuels. 1. Variation de l’indice moyen d’aplatissement de Cailleux. 2. Variation de l’écart-type des distributions des indices d’aplatissement. 3. Variation de l’indice moyen de sphéricité (Psi) de Folk. 4. Variation de la fréquence des classes DS et B de Zingg. 5. Variation de la fréquence de la classe S de Zingg. 6. Variation de la fréquence des galets ayant un aplatissement supérieur à 3. 7. Variation de la fréquence des galets portant des perforations de lichens. 8. Variation de la fréquence des galets cassés. 9. Proposition d’intégration de la séquence de Gramari dans la succession paléoclimatique vauclusienne.

Tableau 1 : Gramari - Étude des galets

1-couche, 2-indice moyen d’aplatissement de Cailleux, 3-écart-type de la distribution des indices d’aplatissement, 4-coefficient de variation, 5-moyenne géométrique des indices d’aplatissement, 6-fréquence des galets ayant un indice d’aplatissement supérieur à 3, 7-fréquence des galets perforés par les lichens, 8-fréquence des galets cassés, 9-indice moyen de sphéricité de Folk (Psi), 10-écart-type de la distribution de Psi, 11-coefficient de variation, 12-moyenne géométrique des indices de sphéricité, 13-fréquence de la classe DS de Zingg, 14-fréquence de la classe B de Zingg, 15-fréquence de la classe S de Zingg, 16-fréquence de la classe RL de Zingg, 17-aplatissement moyen (distribution log-normale ajustée), 18-écart-type des aplatissements (distribution log-normale ajustée), 19-médiane des aplatissements (valeur ajustée), 20-effectif des échantillons.

19Les épisodes XV à XVII, froids et arides, ont, dans le Vaucluse, toujours laissé une profonde empreinte dans les sédiments d’abri sous roche. C’est sans doute le meilleur repère chronologique que nous puissions retrouver dans la séquence fluviatile de Gramari.

  • 2 Pour nous, phase froide signifie uniquement phase pendant laquelle les phénomènes de gélivation son (...)

20Les autres phases climatiques définies en Vaucluse se déduisent ensuite sans problème à partir de cet événement majeur : phase XIV plus tempérée, phase XIII particulièrement froide2, et, peut-être, phase XII plus tempérée.

21La dernière phase d’alluvionnement avant l’enfoncement de la Nesque (couche 2), nous permet de prolonger cette échelle climatique par VAUCLUSE XVIII au climat doux et plus humide (écoulements de type actuels).

III. - Corrélation de l’échelle paléoclimatique Vaucluse XIII à XVIII avec la zonation pollinique.

22Compte tenu des dates 14C et des résultats sédimen-tologiques, nous pouvons placer VAUCLUSE XIII dans le Dryas récent. L’alluvionnement semble cesser au cours de la deuxième partie du Boréal (Gif. 754 5850 + 140 BC). Les dates de la couche 3, malgré leur grande dispersion, indiquent toutes un âge Boréal. VAUCLUSE XV à XVIII pourrait alors prendre place dans le Boréal. Ces phases climatiques ne représentent certainement pas la totalité du Boréal. Les dates de la couche 5 pourraient indiquer le Préboréal qui correspondrait alors à notre phase VAUCLUSE XIV.

23Le maximum d’aridité se placerait dans la première partie du Boréal. Il fait suite à une longue évolution vers la sécheresse qui commence très probablement dès l’Alleröd (Brochier 1976). La seconde partie du Boréal (VAUCLUSE XVIII) verrait déjà une nette reprise de la végétation (régulation des écoulements).

24Ces résultats montrent bien la complexité de l’évolution des climats et des paysages du début du Postglaciaire. Ils sont compatibles avec ce que l’on sait depuis peu, grâce à l’anthracologie, de l’évolution de la végétation pendant le Préboréal et le Boréal. Krauss-Marguet a en effet décrit à la Poujade (Aveyron) une très intéressante séquence dans laquelle le genévrier, le pin sylvestre et l’amandier constituent le fond de la végétation arborescente durant le Préboréal et la première partie du Boréal. Ce n’est que dans la seconde du Boréal que se développe vraiment la chênaie caducifoliée. Remarquons que, dans ce site, la seconde partie du Boréal et la première partie de l’Atlantique n’offrent aucune différence.

25L’évolution de la végétation, telle que l’on peut la déduire des analyses polliniques semble au premier abord, différente (Triat-Laval 1978). Dans la Basse Vallée du Rhône, le paysage très découvert des phases XV à XVII correspondrait au Préboréal et non au Boréal qui, dès son début, verrait le développement de la chênaie caducifoliée. Une lacune affecte cependant le plus souvent la fin du Préboréal et le début du Boréal. Cette période de transition demeure encore mal connue dans ce secteur. La lacune pourrait être due au caractère très sec du climat peu favorable au développement de la tourbe. Compte tenu de la morphologie des sites de prélèvement, cette période n’est pas forcément favorable à une abondante sédimentation détritique. Seul le diagramme des Baux, au pied des Alpilles, nous montre le passage Préboréal-Boréal grâce à une activité colluviale due à la proximité des reliefs. L’extension de la chênaie caducifoliée y est tardive et timide (fin Boréal). Le début du Boréal y présente les caractères d’une végétation ouverte.

26L’étude des remblaiements de vallées, plaines et piémonts de Haute Provence a fourni à Jorda (1980) le même enchaînement d’événements : Préboréal et Boréal sont caractérisés par des dépôts torrentiels et colluviaux, un sol enterré clôt le cycle. Il est date de 7500 BP.

27Ces quelques exemples nous montrent que Gramari en particulier et les gisements du Vaucluse en général ne sont pas des cas isolés. Les indicatioqns sur l’évolution du climat et des paysages que l’on en a tiré ont une portée au moins régionale.

IV. - Conséquences archéologiques

28Si les corrélations proposées sont correctes, les niveaux sauveterriens hypermicrolithiques de Soubeyras et du Bois Sauvage, dans la vallée du Coulon, sont synchrones des couches 3c et 3a1 (complexe sauveterroïde à denticulés) de Gramari. L’évolution de ces deux complexes très différents se poursuit en effet au cours des mêmes trois phases climatiques VAUCLUSE XV à XVII.

29On peut affirmer que les complexes hypermicrolithiques du Vaucluse sont récents, d’âge Boréal. Il n’est pour l’instant pas possible de prouver qu’ils évoluent jusqu’à la fin du Boréal voire même jusqu’au début de l’Atlantique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Brochier (JE.). 1976. Le passage du Paléolithique supérieur au Mésolithique dans le Vaucluse. Les changements du milieu. Actes du Coloquio international de Préhistoria de Morella. Anna Mir Ed. 1980, pp. 181-188.

Brochier (J.E.), 1977. Evolution des climats et des paysages vauclusiens au cours du Wurmien récent et du Postglaciaire. Ed. du CNRS, 180 p.

Brochier (J.E.). 1980. L’abri de la Baume d’Arlempdes du Bronze final à l’époque historique. Aperçu des variations climatiques, in l’Abri sous roche de la Baume d’Arlempdes, Cahiers de la Haute-loire, pp. 165-175.

Cailleux (A.), Tricart (J.). 1959. Initiation à l’étude des sables et galets. CDU Ed., Paris.

Jorda (M.), Vaudour (J.). 1980. Sols, morphogénèse et actions anthropiques à l’époque historique s.1. sur les rives nord de la Méditerranée. Colloque « la mise en place, l’évolution et la caractérisation de la flore et de la végétation circumméditerranéenne ». Montpellier, pp. 12/1-12.

Krauss-Marguet (I.) 1980. Analyse anthracologique du gisement postglaciaire de la Poujade (commune de Millau, Aveyron). Premiers résultats. Archéologie en Languedoc, n° 3, pp. 22-24.

Livache (M.) 1976. Les civilisations de l’Epipaléolithique et du Mésolithique en Haute Provence et dans le Vaucluse. La Préhistoire Française, t.1.2, pp. 1379-1381, 2 fig.

Livache (M.), Paccard (M.). 1980. A propos des datations 14C de Gramari (Méthamis, Vaucluse) B.S.P.F., t. 77, n° 5, pp. 141-143.

Livache (M.). 1980. Les diagrammes de dynamique évolutive testée. Dia-lektikê Cahiers de typologie analytique, 1979-1980, pp. 41-47.

Paccard (M.), Livache (M.), Dumas (C), Poulain (T.), Miskovsky (J.C), 1971. Le camp mésolithique de Gramari (Méthamis, Vaucluse). Gallia Préhistoire, t. XIV, fasc. 1, pp. 47-137.

Pouquet (J.). 1950. Aplatissement des cailloux calcaires fluviatiles. Revue de Géomorphologie dynamique, vol. 1, n° 3, pp. 123-127.

Sneed (E.D.), Folk (R.L.). 1958. Pebbles in the lower Colorado River, Texas. A study in particule morphogenesis. J. Geol, 66, pp. 114-150.

Triat-Laval (H.). 1978. Contribution pollenanalytique à l’histoire tardi et postglaciaire de la végétation de la Basse vallée du Rhône. Thèse Aix-Marseille III, 343 p., 29 diag.

Zingg (T.). 1935. Beitrage zur Schotteranalyse. Schweizer Min. Pet. Mitt., vol. 15, pp. 39-140.

Notes

1 Le verbe couler est peut-être un peu fort vu la durée des crues. Les habitants de Méthamis se contentent de dire que la Nesque passe !

2 Pour nous, phase froide signifie uniquement phase pendant laquelle les phénomènes de gélivation sont efficaces. Ce terme ne préjuge en rien des températures estivales ou moyennes. Pour plus de détails sur ce sujet voir Brochier 1980.

Notes de fin

1 LA 184 du CNRS, Laboratoire de Préhistoire, Faculté des Sciences, Centre St Charles, 13331 Marseille Cedex 3.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Gramari - Étude des galets. Histogrammes des indices d’aplatissement ordonnés, de haut en bas, par indice moyen croissant.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Figure 2 : Gramari - Étude des galets.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/973/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/973/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Figure 3 : Gramari - Étude des galets Les courbes en tireté représentent la variation des fréquences brutes. Les courbes en trait fort (colonnes 4, 5, 6, 7 et 8) représentent les variations lissées (test du Khi2) des mêmes fréquences. Les triangles pointe en bas indiquent la valeur des paramètres relatifs aux galets actuels. 1. Variation de l’indice moyen d’aplatissement de Cailleux. 2. Variation de l’écart-type des distributions des indices d’aplatissement. 3. Variation de l’indice moyen de sphéricité (Psi) de Folk. 4. Variation de la fréquence des classes DS et B de Zingg. 5. Variation de la fréquence de la classe S de Zingg. 6. Variation de la fréquence des galets ayant un aplatissement supérieur à 3. 7. Variation de la fréquence des galets portant des perforations de lichens. 8. Variation de la fréquence des galets cassés. 9. Proposition d’intégration de la séquence de Gramari dans la succession paléoclimatique vauclusienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/973/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Tableau 1 : Gramari - Étude des galets
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/973/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 746k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search