Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Géologie et lignes de rivage

Les lignes de rivage holocènes en Languedoc méditerranéen

Frédéric Bazile

Résumé

Les étapes de la remontée de la Méditerranée sont présentées à travers l’exemple du Golfe d’Aigues-Mortes (Gard-France) où un système complexe de cordons littoraux, remarquablement bien conservés, permet de tracer une courbe des variations du niveau de la Méditerranée de 8 000 BP à l’actuel.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1La remontée du niveau de la mer au Pleistocène terminal et surtout à l’Holocène est sans doute un des traits paléogéographiques essentiels de la période où se réalise le passage de l’économie de prédation à l’économie de production.

2Indépendamment de l’aspect biogéographique et paléoclimatique, un tel phénomène ne saurait être négligé dans la compréhension du processus de néolithisation de la Méditerranée occidentale, pour lequel la voie littorale a dû jouer un rôle primordial (courants des idées, navigation...).

3Le Languedoc méditerranéen (fig. 1), et plus particulièrement sa partie orientale, vient de faire l’objet de recherches récentes dans le cadre de la Cartographie Géologique du delta du Rhône, qui permettent une approche très satisfaisante des variations du niveau marin de 8 000 BP à nos jours (Bazile, 1976 ; Bazile et al., 1981 ; L’Homer et al. 1981). De plus, cette région, nonobstant une légère subsidence au droit du delta, jouit d’une stabilité tectonique remarquable depuis au moins la fin du Pleistocène moyen, facilitant ainsi l’obtention d’une première courbe des niveaux de la mer pour l’Holocène en Méditerranée Nord occidentale.

1) Les étapes de la remontée de la Méditerranée (fig. 2).

4La grande régression würmienne ayant abaissé la ligne de rivage jusqu’à — 120 m, l’amorce de la remontée s’effectue dès le Tardiglaciaire ancien (Lumley, 1976). Vers 10 000 BP, la ligne de rivage est encore au-dessous de —30 m pour atteindre —20 m vers 8 000 BP. Postérieurement, durant le Boréal, on va assister à une remontée très rapide du niveau de la mer pour aboutir à une côte sensiblement inférieure à l’actuel (2 m) dès le début de la période atlantique.

5— Un premier haut-niveau est connu vers 7 100 — 7 200 BP, constituant le cordon le plus interne du système complexe du Golfe d’Aigues-Mortes. Ce cordon, constitué de gros galets, s’observe à l’Est du Grand-Travers et dans la région de St Laurent-d’Aigouze à Port-Viel et aux Dix Portes (Bazile, 1974).

6Une datation absolue de 6 800 BP, obtenue aux Dix Portes Sud (Bazile, 1976), pourrait appartenir à un autre cordon masqué, moins important, dont l’édification pourrait se trouver suivie d’un abaissement notable du niveau marin (B.N. vers 6 700 à 6 650 BP).

7Cette phase régressive pourrait expliquer la position très basse du niveau du Néolithique Cardial du nouveau port de plaisance de Leucate entre —6 m et —7 m, N.G.F., sans sous-estimer d’éventuels phénomènes de subsidence.

Figure 1 : Localisation et représentation simplifiée des principaux cordons du Golfe d’Aigues-Mortes.

8Postérieurement, vont se succéder une série de mouvements rapides et d’assez grandes amplitudes (5-6 m) selon une alternance haut-niveau/bas-niveau.

9— Haut niveau vers 6 500 BP.

10Constitué de galets émoussés, très évolués, et de nombreux tests coquilliers roulés (Pétoncles en particulier), il est présent à la Bergerie de Haute-Plage, à la Villa des Sables et probablement aussi au Mas de Solan.

11A la suite de ce haut niveau, il semble qu’il y ait une période relativement stable avec tendance générale régressive durant laquelle se serait édifié le grand appareil de barres d’embouchure du Rhône de Saint-Ferréol.

12— Haut niveau entre 6 000 et 5 850 BP.

13Une brusque transgression contrarie l’équilibre fragile précédent et l’extrémité pointue de l’embouchure du Rhône de Saint-Ferréol est détruite. Ses matériaux repris par les courants littoraux, à dérive occidentale dominante dans ce secteur, viennent s’accumuler suivant les flèches de Fourcat, de même type que celles de Beauduc mais de dimensions plus vastes.

14Dans le delta du Rhône, cette phase de haut niveau est propice aux ruptures du cours principal : une diramation du Rhône se fraie un passage à travers les cordons, exploitant le point faible que constitue la zone de raccord avec les barres d’embouchure (= débouché du Rhône de Daladel).

15— Bas niveau entre 5 850 et 5 700 BP.

16Une phase de bas niveau relatif est sensible dans une modification de la forme du cordon de Fourcat, corrélative à de petites constructions deltaïques à l’embouchure du Rhône de Daladel au sein du futur étang de Lairan, et au comblement du « golfe de Sylvéréal ».

17— Haut niveau entre 5 600 et 5 630 BP (cordon d’Aigues-mortes).

18Ce sont les cordons compris entre le canal du Bour-guidou au Nord-Est et l’étang de la Ville au Sud-Ouest. De forme concave accusée, ils se raccordent au système de barres d’embouchure du Rhône de Peccaïs de forme convexe (région de la Plaine de l’Abbé).

19La poussée spectaculaire du Rhône de Peccaïs avec son système de barres d’embouchure fossiles, bien conservées (Caline, 1974), est due à l’abandon du Rhône de Daladel pour celui plus direct de Peccaïs. La rupture du cours qui est à l’origine de cette modification est à mettre au compte d’un retour transgressif de la mer (vers 5 600 BP). Le delta prend vraisemblablement alors un aspect plurilobé. La construction la plus accusée de ce cordon (5 500 BP environ) coïncide avec l’ancien chemin de la Pataquière semé de petits galets, de graviers et de tests coquilliers bien triés qui diminuent rapidement en taille et en nombre au Sud-Est d’Aigues-Mortes.

Figure 2 : Essai de reconstitution des variations du niveau de la Méditerranée de 8 000 à 1 000 BP, en Languedoc oriental, (d’après A. L’HOMER, F. BAZILE, J. et Y. THOMMERET, 1982).

20— Bas niveau à partir de 5 400 BP.

21Ensuite, le niveau tend à baisser lentement d’abord, puis plus nettement à partir de 5 350 BP (datation de la Marette).

22A partir de cette date, les bas niveaux vont prédominer. Les structures des cordons formés à ces stades ne sont, bien entendu, plus visibles et seraient à rechercher sous les vases de l’étang de la Ville et même plus au Sud-Est. Dépourvue de soutien morphologique, la courbe des variations du niveau marin devient imprécise (fig. 2). Plusieurs indications (niveaux de tourbe, habitats néolithiques installés à des cotes nettement négatives) inclinent à penser qu’une phase légèrement régressive s’étend de 5 400 à 4 500 BP, soit une période relativement longue qui favorise une colonisation des lagunes languedociennes au Néolithique moyen.

23Des industries du Chasséen sont fréquemment rencontrées sur le pourtour de l’étang de Mauguio à des cotes variant entre —2 m et —1 m NGF : la Grande Motte, Camp-Redon et la Rallongue I.

24A la Rallongue I (Lansargues, Hérault) les Chasséens se sont installés sur un paléosol parfaitement sec à la cote, — 1,20 m, NGF ; de nombreuses taches de rouille et des concrétions dans l’argile gris clair sous-jacente sont en faveur d’une période d’exondation (bas niveau marin). (Arnal et al., 1977).

25— Evolution postérieurement à 4 500 BP.

26Postérieurement à 4 500 BP, et après un haut niveau nettement positif entre 4 400 et 4 100 BP (+ 2 m en Roussillon, au Cap Romarin) qui peut marquer le maximum transgressif Holocène, l’amplitude des mouvements diminue nettement. On remarque cependant une certaine imprécision de la courbe, où les bas niveaux semblent prédominer, bien que cet épisode demeure assez flou, faute de données chronologiques en nombre suffisant.

27Citons l’existence d’un paléosol du Plat (Aigues-Mortes), daté de 2 600 BP environ, et formé à une cote très légèrement supérieure au 0 NGF ; ceci s’accorde bien avec un stade de bas niveau.

28Sans pouvoir l’affirmer, on peut envisager la création des premiers cordons visibles du complexe de l’Espiguette vers 2 200 BP à la faveur d’un haut niveau relatif précédant la phase de bas niveau romain (de 2 200 BP à 2 050 BP), jusque vers 1 500 BP.

29Ce haut niveau vers 2 200 BP pourrait trouver confirmation dans les travaux de N. Planchais qui note un épisode lagunaire à tendance transgressive à partir de 3 200 BP (Planchais, 1982).

30La phase du bas niveau romain est elle bien connue tant sur le littoral atlantique que sur le littoral méditerranéen.

31La présence d’un cordon transgressif remaniant des matériaux d’âge romain au Mas d’Icard, à l’embouchure du petit Rhône, daté de 1 500 BP marque sans doute la première velléité de la remontée post-romaine du niveau marin ; cette dernière donnée est bien en accord avec les observations réalisées en Languedoc occidental (Ambert et al., 1980).

2) Remarques sur la courbe

32Les grands cordons sont constitués de faisceaux de cordons élémentaires ; c’est généralement l’un de ceux-ci, lié à une phase de paroxysme propice à l’accumulation de tests coquilliers, qui est daté (Haut de Plage). Pour préciser la période de temps pendant laquelle se sont édifiés ces groupes de cordons, il faut disposer de valeurs de bas niveaux qui encadrent celles liées aux hauts niveaux. Pour y parvenir, nous avons fait appel aux informations complémentaires sur les bas niveaux existant dans la région : sondages dans les étangs et marais (Planchais et al., 1977 ; Planchais, 1982 ; Triat, 1979). Présence de niveaux de tourbe, de preuves d’émersion de vestiges préhistoriques.

33Au premier coup d’œil, on remarquera qu’entre 7 200 et 5 400 BP la courbe présente un graphisme très détaillé. Cela tient au fait que les datations absolues bénéficient, pour cette période, du support de l’analyse morphologique et dynamique sédimentaire ; ce n’est plus le cas pour les étapes suivantes pour lesquelles la courbe présente une allure beaucoup plus imprécise.

34En particulier, la faiblesse des données entre 3 500 et 2 200 BP ne permet pas d’exclure l’existence, durant cet intervalle, d’un stade de haut niveau qui serait passé inaperçu.

35L’extrémité droite de la courbe qui correspond aux âges les plus jeunes manque de précision par absence de données chronologiques pour les derniers cordons édifiés.

Conclusion

36Ce bref résumé des variations du niveau marin en Méditerranée nord-occidentale s’appuie sur l’exemple, encore unique, du Golfe d’Aigues-Mortes où les cordons littoraux se sont trouvés relativement préservés du système deltaïque dans un contexte à faible coefficient de marée. De tels secteurs paraissent des lieux de prédilection pour ce type de reconstitution.

37En effet, si l’on considère que les constructions littorales résultent de rapports de force variable entre les processus dynamiques en présence, on peut voir dans les formes qu’épousent successivement les cordons et les étangs qui les séparent une sorte d’enregistrement des réactions du système deltaïque aux variations des paramètres dynamiques dont le plus déterminant est la hauteur atteinte par le niveau marin au moment considéré.

38Ainsi, en combinant l’analyse des formes et les données des datations absolues, on obtient une courbe très fouillée des oscillations du niveau marin entre 7 200 et 5 400 BP contrastant avec l’imprécision du reste de la courbe où ce type d’analyse n’a pu être opéré en l’absence de traits morphologiques bien conservés.

39Pour confirmer ou infirmer cette première approche, il conviendrait que des études comparables soient tentées dans d’autres régions.

40Il ne nous appartient pas, n’étant pas néolithiciens, d’envisager seuls, les implications des mouvements holocènes de la Méditerranée en matière de peuplement et de paléogéographie humaine ; au contraire, nous pensons qu’il y a là un terrain de rencontre et de recherche commune entre les Préhistoriens et les Géologues spécialisés dans le domaine littoral. Nous avons voulu dans le cadre du Colloque de Montpellier, apporter des données brutes susceptibles de favoriser la discussion et éventuellement un programme de recherches concertées. Nous soulignerons pour terminer un certain nombre de constatations, pour aiguiller de telles recherches.

  • Une frange importante du domaine littoral au début de l’Holocène nous échappe sur la côte du Languedoc et une bonne partie des terres alors disponibles est actuellement submergée.

  • La côte languedocienne a toujours été une côte basse, d’abord facile par la mer mais de pénétration difficile en raison d’un système lagunaire dont la pérennité dépasse largement le cadre du Néolithique.

41Les voies de communication longitudinales naturelles à travers les lagunes sont les cordons de Haut de plage qui ont pu conserver des traces de passage éventuel, voire d’installations temporaires ; un substrat dur (sable et galets) et sain a pu faciliter de tels établissements dans un environnment marécageux plus défavorable. C’est le cas en partie au Néolithique moyen (la Grande Motte) au Chalcolithique (la Grande Motte) et à l’âge du Fer (Port-Viel).

42A l’inverse les périodes de bas niveau ont pu favoriser une occupation provisoire de la zone lagunaire exondée ; c’est sans doute le cas au Néolithique moyen autour de l’étang de l’Or mais vraisemblablement plus difficilement vérifiable à Leucate pour le Néolithique ancien.

Bibliographie

Bibliographie

Arnal (J.), Arnal (H.), Prades (H.) 1977. L’implantation de terramares ou ports lagunaires sur la rive nord de l’étang de Mauguio, Hérault. In « Approche écologique de l’Homme fossile ». Bull. Assoc. Fr. Et. Quat., Suppi, pp. 377-382, 2 fig.

Ambert (P.), Ambert (M.), Maurin (G.), 1980. Littoraux quaternaires du Languedoc occidental : implications tectoniques, Actes du Colloque Niveaux marins et tectoniques quaternaires dans l’aire méditerranéenne. Paris, 29.11.80, pp. 305-311, 3 fig.

Aloisi (J.C), Monaco (A.), Planchais (N.), Thommeret (J.) et (Y.). 1978. Holocène transgression in the golfe du Lion (Southwestern France) : paleogeographic and paleobotanic evolution. Phys. Quat., vol. XXXII, n° 2, pp. 145-162.

Bazile (F.), 1975. Nouvelles données sur l’âge des cordons littoraux du Golfe d’Aigues-Mortes. Bull. Soc. de Géogr. t.8, fasc. 5-4, pp. 199-206, 2 fig.

Bazile (F.), 1976. Les lignes de rivage quaternaire du Languedoc méditerranéen. La Préhistoire Française, Edit. CNRS, Paris, 1, 1, pp. 326-329.

Bazile (F.), Bazile-Robert (E.), 1974. Premier point de datation absolue sur les formations littorales récentes du Golfe d’Aigues-Mortes, Bull. Soc. Et. Se. Nat., Nîmes, T. 54, pp. 67-69.

Bazile (F.), L’Homer (A.), Thommeret (J. et Y.), 1981. Etapes de l’édification des cordons de la région d’Aigues-Mortes. « Le Quaternaire de la Méditerranée au Grand Causse ». Livre guide excursion de l’A.F.E.Q., pp. 71-83.

Caline (B.) 1978. Étude sédimentologique d’un appareil sableux du delta du Rhône (région d’Aigues-Mortes). Rapport D.E.A., Université Paris-Sud, Orsay.

L’Homer (A.), Bazile (F.), Thommeret (J.), 1981. Principales étapes de l’édification du delta du Rhône de 7 000 BP à nos jours : variations du niveau marin, Oceanis, vol 7, fasc 4, pp. 389-408, 10 fig.

Lumley (H.) de. 1976. Les lignes de rivages postglaciaires des côtes méditerranéennes de la France. La Préhistoire Française, t. II, pp. 24-26, 2 fig.

Planchais (N.) et Duzer (D.), 1978. Les pollens indicateurs de l’action anthropique aux alentours de l’étang de Maugio (Hérault). C.R. acad. Sc., Paris, t. 287, série D, pp. 931-933, 1 fig.

Planchais (N.), Quet-Pasquier (L.), Cour (P.), Thommeret (J.) et (Y.). 1971. Essai de palynologie côtière appliquée au remplissage flandrien de Palavas (Héralt). C.R. Acad. Sc. Paris, t. 284, série D., pp. 159-162, 1 fig.

Planchais (N.). 1982. Palynologie lagunaire de l’étang de Mauguio. Paléo-environnement végétal et évolution anthropique. Pollen et Spores, XXIV, 1, pp. 93-118, 4 fig.

Triat (H.). 1979. Contribution pollenanalytique à l’histoire tardi et postglaciaire de la végétation de la basse vallée du Rhône. Thèse de Doctorat ès Sciences, Aix-Marseille III, 434 p., 29 diag. h.t.

Notes

1 Laboratoire de Préhistoire Méditerranéenne et Rhodanienne, E.R. n° 46 du C.N.R.S. et Laboratoire de Préhistoire de Vauvert, 14, avenue R. Gourdon, 30600 VAUVERT.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Localisation et représentation simplifiée des principaux cordons du Golfe d’Aigues-Mortes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Figure 2 : Essai de reconstitution des variations du niveau de la Méditerranée de 8 000 à 1 000 BP, en Languedoc oriental, (d’après A. L’HOMER, F. BAZILE, J. et Y. THOMMERET, 1982).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 772k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search