Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Chronologie

Révision de la chronologie absolue des débuts du Néolithique en Provence et Languedoc

Jacques Evin

Résumé

Après un bref rappel de l’existence d’un écart variable entre les dates 14 C et les dates réelles et de ses conséquences pour l’archéologie, l’auteur donne la synthèse de tous les résultats 14 C obtenus en Provence et Languedoc pour le Chasséen et le Néolithique ancien. Ainsi est mis en évidence le caractère discordant de certaines datations dont quelques unes sont par ailleurs suspectes pour des raisons méthodologiques. Ceci conduit à une plus grande certitude quant à la date du début du Cardial en Provence vers 6800 B.P.
Le bilan des données disponibles dans les pays méditerranéens avoisinants ne permet par contre aucune conclusion faute d’un nombre suffisant d’analyses.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

Introduction

1L’établissement d’une chronologie absolue des diverses phases culturelles qui se sont succédées en Méditerranée Occidentale au début du Néolithique repose exclusivement, actuellement, sur l’utilisation de la méthode de datation par le radiocarbone. Même si les résultats de cette méthode ne sont pas toujours acceptés, et s’il est raisonnable qu’ils ne le soient pas tous inconsidérément, on a cependant pu accumuler suffisamment de données pour que la synthèse de grands ensembles de résultats conduise à une idée générale de la succession chronologique qui peut être maintenant considérée comme bien établie.

2Mais cela n’est possible sans une sévère critique des moyens de mise en œuvre de la méthode, de l’opportunité de son utilisation à certains sites ou types d’échantillons et d’une attitude très ouverte devant les résultats parfois inattendus que les datages peuvent donner. Il faut se garder aussi bien d’admettre tout résultat chiffré au mépris des évidences archéologiques ou stratigraphiques, que de refuser tout ensemble de dates pour la seule raison inavouée ou non qu’il va à l’encontre de ce qu’on pouvait attendre.

3Une attitude de rejet systématique soit de la méthode elle-même, qui a maintenant fait ses preuves, soit de groupes de résultats, peut devenir très préjudiciable et obérer localement la recherche en archéologie. Il semble que ce fut un moment le cas pour la Provence Occidentale pendant une dizaine d’années, mais si on analyse les causes de ces difficultés, à la lumière du plus grand nombre de résultats obtenus ultérieurement et des progrès de méthodologie radiocarbone, on se rend compte que les responsabilités peuvent se partager entre les laboratoires de mesures et les archéologues, un manque de concertation ayant peut-être aggravé les choses.

4Pour opérer maintenant une bonne synthèse de l’ensemble des données acquises et avant même de faire toute analyse archéologique, il importe d’abord d’examiner l’applicabilité de la méthode sous deux de ses aspects. L’un, la correction des dates 14 C en années réelles, permettra de mieux utiliser les résultats considérés comme fiables et fixera les idées sur les durées réelles des diverses phases culturelles ; l’autre, la critique de l’échantillonnage, permettra de mieux réaliser les synthèses culturelles, régionales ou locales de résultats en écartant ceux pour lesquels les conditions de mesures restent douteuses. C’est seulement ensuite qu’on pourra tenter de faire le point sur les données disponibles en France et dans les pays méditerranéens voisins, pour constater qu’hélas dans ceux-ci, on ne peut faire la synthèse que d’un bien petit nombre de données.

Calendrier radiocarbone et calendrier en années réelles.

5Il est bien connu maintenant que, du fait des variations de la teneur en radiocarbone de l’atmosphère dans le temps passé, les âges obtenus par la méthode du carbone 14 ne correspondent pas souvent aux âges réels, ou que pour certaines périodes les « années » 14C » sont plus courtes ou plus longues que les années solaires. L’existence d’un écart variable entre le calendrier 14C et le calendrier réel a été depuis longtemps démontrée par le datage d’objet très rigoureusement daté par d’autres moyens que le radiocarbone. Le problème qui se pose aux physiciens est de calculer avec suffisamment de précisions ces écarts pour pouvoir effectuer les corrections. Une partie de ce travail vient d’être mené à bien et concrétisé par la publication de tables de corrections qui peuvent être utilisées jusqu’à l’année 7240 B.P., (1) soit à peu près les débuts du Néolithique en Europe Occidentale.

6La tendance de l’écart entre les deux calendriers est bien connue jusque vers 6000 avant J.C. et peut être décrite en simplifiant en quatre périodes. Il y a à peu près concordance (écart faible ou nul) dans les deux millénaires de notre ère ; l’écart était décroissant dans les quatre millénaires précédents ; il était fort mais stable au 5e et 6e millénaire avant J.C. (et peut-être au 7e) et la courbe commence au moment où semble se terminer une période où l’écart était en augmentation.

7Pour l’interprétation archéologique il faut bient noter que les conséquences de ces écarts et leur variation ne sont pas les mêmes. Durant notre ère il n’y a pas de problème, évidemment. Autour du 6e millénaire les inconvénients pour l’archéologie sont réduits car la différence entre deux dates 14 C de cette période est la même que celle des deux dates correspondant au temps réel. Les durées sont les mêmes dans les deux calendriers.

8Par contre avant et après et spécialement autour de 2500 avant J.C. (âges réels) ou 4000 B.P. (2000 B.C.) (âges 14C), la variation de l’écart a une importante conséquence : les durées en temps 14C définies par les différences entre les dates 14C (avant correction) ne sont pas les mêmes que les durées correspondantes en temps réel, obtenues par les différences entre les dates après correction.

9Le temps « 14C » est considérablement réduit par rapport au temps réel avec un maximum autour de 3500 B.P. (= 1800 B.C.) = environ 1790 avant J.C. et 4500 B.P. (2500 B.C.) = environ 3245 avant J.C. ; soit une différence de 1455 ans pour un millénaire I4C.

10C’est ainsi à la période correspondant à la fin du Néolithique et au début de l’âge du Bronze que le raccourcissement apparent du temps par le 14C est le plus sensible, tandis qu’il paraît se produire un allongement au Mésolithique et au début du Néolithique Ancien. Ceci a d’évidentes conséquences sur l’interprétation archéologique.

11Si telles sont les lignes générales des écarts entre calendriers, c’est l’utilisation d’une courbe établie, point par point de 10 années en 10 années sur les anneaux de croissance de vieux arbres, qui permet d’effectuer la correction d’une date 14C. Comme toute date 14C mesurée est affectée d’une marge statistique on obtiendra par la lecture des tableaux de correction non pas une date une année réelle mais deux dates sur le calendrier qui définissent un intervalle d’autant plus long que la marge statistique de la date 14C est plus grande.

12Cette manière de procéder par intervalle d’âges réels veut traduire le côté incertain de la correction et ne pas donner une illusion de précision.

13Est-ce-à dire que la datation par la radiocarbone pert en précisions ? Bien au contraire la situation des diverses phases culturelles sera sûrement beaucoup mieux située dans le temps, à la condition qu’on ne se contente pas de les situer par un ou quelques résultats isolés mais que l’on fasse pour cela la synthèse d’un plus grand nombre d’analyses. Un exemple très suggestif de ceci est donné par les figures 1 et 2 qui font la somme graphique de toutes les datations obtenues pour le Chasséen dans les régions de Provence et Languedoc. La durée de cette industrie dans la région peut être située par la zone de recouvrement maximale toutes les barres d’erreur ou intervalles. On constate que pour les dates non corrigées avec un seul sigma de marge statistique, elles se situent entre 4600 et 5600 B.P., entre 2650 et 3650 B.C. (c’est-à-dire 1000 ans 14C) et pour les dates corrigées, donc avec des intervalles individuellement beaucoup plus long, entre 3300 et 4400 avant J.C. (c’est-à-dire 1100 ans réels environ). Il n’y a donc pas de perte de précisions pourvu que le nombre de résultats soit statistiquement significatif.

14En conclusion sur la transformation des âges radiocarbone en âge réel, on peut dire que dans les périodes où actuellement le radiocarbone constitue le principal moyen de datage, cette opération de correction n’est pas urgente, mais il est bon d’en connaître la mise en œuvre afin de pouvoir l’utiliser, soit pour des comparaisons avec des résultats obtenus par d’autres méthodes, soit pour apprécier les durées exactes des phases culturelles. Pour le Néolithique, pour l’instant on peut se contenter de raisonner en âges radio-carbones en évitant seulement les confusions de langage. Il serait bon, par exemple, de garder la terminologie BP ou BC pour les âges radiocarbones et de parler en millénaires avant J.C. ou avant notre ètre pour les âges en années réelles.

Figure 1 : Dates 14C non corrigées du Chasséen en Provence et Languedoc.

Figure 2 : Dates réelles du Chasséen en Provence et en Languedoc.

Figure 3 : Datations 14C du Néolithique ancien (Cardial et autres) en Provence et Languedoc.

Révision de la chronologie absolue des débuts du Néolithique en Provence - Languedoc par une critique des échantillons datés.

15Les tableaux synthétiques faits pour le Chasséen de Provence-Languedoc ne peuvent être réalisés actuellement pour les industries du Néolithique ancien tant il y a eu de discordances entre plusieurs séries de résultats obtenues depuis dix ans. La figure 3 fait graphiquement la somme de toutes les données obtenues en 1983. Là où les précisions fournies par les archéologues étaient suffisantes on a marqué les indices E, M, A ou P se référant aux dénominations de Epicardial, Cardial moyen, Cardial ancien. La répartition très anarchique sur l’ensemble du tableau ne traduit sûrement pas un fait archéologique. Il faut donc essayer de trier les résultats en fonction de divers critères propres à l’application de la méthode de radiocarbone pour après laisser le champ plus libre à l’interprétation archéologique.

16Alors que le schéma d’ensemble de données disponibles actuellement (3) est assez semblable à celui obtenu pour le Chasséen, c’est-à-dire une durée d’environ un millénaire, en France, pour les cultures du Néolithique ancien et principalement le Cardial, la figure 4, présente la somme des données qui étaient disponibles il y a une dizaine d’années (2). La répartition des résultats paraît beaucoup plus large et porter sur presque deux millénaires. Il convient donc de choisir entre ces deux synthèses. En fait, toute la différence porte sur les résultats de certains sites et sur tous ceux indiquant des dates antérieures de 6800 BP (4800 BC). La liste signalée par J. Guilaine en 1976 (4) est donnée dans la figure 5. Elle comprend 10 résultats pour la France et n’a été augmentée que de cinq résultats pour la Corse, le site de la Poujade, Caucade et Jean Cros, alors que l’on obtenait encore une quarantaine de dates plus récentes depuis une dizaine d’années et que les nouvelles séries d’analyses sur le site clef de Châteauneuf lès Martigues infirmaient les tous premiers résultats obtenus par M. Escalon de Fonton dès 1965.

Figure 4 : Datations 14C du Cardial en Provence et en Languedoc disponibles en 1974 environ.

Figure 5 : Dates 14C antérieures à 7000 B.P. (5000 B.C.) couvrant le Néolithique ancien en Provence et Languedoc.

Figure 6 : Fiabilité des divers matériaux de datation.

17L’examen de ces résultats antérieurs à 7000 BP est une bonne occasion de réviser les critères de validité des différents types d’échantillons sur lesquels des dates peuvent être faites. La figure 6 résume ces fiabilités pour tous les matériaux possibles (5). Ces considérations méthodologiques permettent d’éliminer (ou tout au moins d’émettre de sérieuses réserves) sur 5 des 15 résultats en litige. En effet, les deux dates de Cap Ragnon et Riou ont été faites sur coquilles marines. On sait les réserves de prudence qu’avait faites déjà J. Thommeret dès (6) 1976. A l’occasion du colloque de Vauvert les très nombreuses analyses sur le delta du Rhône par J. Archambault-Guezou, F, Bazile et A. L’Homer ont confirmé le caractère aléatoire des résultats sur coquilles marines (7). Il est regrettable, finalement que l’on ait continué à utiliser ce matériel pour les sites archéologiques car l’accumulation de dates peu fiables ne peut amener une certitude. Pour la même raison méthodologique, il convient d’éliminer les résultats sur coquilles d’escargots qui, comme l’ont montré les analyses que nous avons faites sur les sites du Poeymaü ou sur des ensembles de micro faune de gastéropes obtenus en Bourgogne par J.J. Puissegur (8), sont le plus souvent trop anciens de quelque 500 à 1500 ans 14C. Il faut donc éliminer les datations faites sur coquilles d’escargots à Jean Cros et au Roc de Dourgne.

18Restent les datations effectuées sur charbons de bois. A priori, ce matériel est fiable, du point de vue laboratoire et il n’est pas le lieu ici de détailler les multiples causes possibles de pollution ou remaniement qui du meilleur échantillon d’os ou charbon de bois peuvent donner un résultat de datage abérrant. Il convient seulement de remarquer qu’à l’expérience on a constaté que les datations sur charbons de bois très fins (dénommés terres charbonneuses), ou sur les matières organiques de sols (paléosols) sont très souvent pollués par des radicelles ou des migrations d’humus qui ne sont pas totalement éliminés par le traitement au laboratoire (5). Pour les périodes néolithiques et mésolithiques de la région étudiée, de telles analyses ont été effectuées par notre laboratoire sur les sites de Montclus et l’Abri Cornille. Il conviendrait de ne plus les prendre en considération car ils ont toutes chances de se trouver trop récents.

19Dans l’examen entrepris il ne reste donc plus que la date Kn-182 de la couche 5 de Châteauneuf, souvent citée par M. Escalon de Fonton, et celles des sites de Corse et de Caucade, toutes analyses effectuées sur charbon de bois. Il n’y a aucune raison méthodologique de suspecter ces dernières. Juger de la représentativité des échantillons dans les sites, ou apprécier l’attribution culturelle des industries associées sont du ressort des Archéologues. Par contre pour la date Kn-182 (et Kn-208) il serait suffisant d’examiner la figure 7 récapitulant tous les résultats 14C obtenus par divers laboratoires à partir des fouilles de M. Escalon et J. Courtin. On voit la position discordante de ces deux seuls résultats pour lesquels le laboratoire de Cologne a fait connaître qu’ils devaient être rajeunis de 360 (Kn-182) et 560 (Kn-208) années 14C (9). Ce site de Châteauneuf est somme toute, avec ceux de Fontbrégoua et, dans une moindre mesure, Camprafaud et La Poujade celui où la succession de nombreuses dates en stratigraphie permet d’établir avec le plus de précision la chronologie des débuts du Néolithique en Provence et Languedoc.

20Il n’en demeure pas moins un problème mis en évidence par la comparaison de la figure 3 et la figure 8 donnant tous les résultats disponibles pour la même région pour le Mésolithique. Ceux-ci sont évidemment bien moins nombreux que pour les civilisations ultérieures, mais on constate, sans trouver à cela d’explication, qu’il existe finalement très peu de dates entre 7800 et 6800 BP (5800-4800 BC), une fois éliminées celles précédemment critiquées. Cette lacune est peut-être fortuite, elle a peut-être une cause archéologique pas encore mise en évidence. Elle n’a pas d’explication méthodologique radiocarbone et devait, de toutes manières, être signalée dans une étude comme celle-ci faisant la synthèse de multiples résultats.

Les résultats disponibles pour les autres pays de Méditerranée occidentale.

21Les considérations précédentes ont volontairment été limitées à la France continentale et la Corse. En effet, nous limitant à une critique méthodologique d’application du carbone 14, l’utilisation des résultats seulement limités à ce pays nous a paru plus démonstrative. Il est bien évident qu’on pourrait étendre les tableaux de synthèse aux dates provenant de site d’au delà des Pyrénées et des Alpes, mais il est plus difficile d’être exhaustif des résultats de tous les laboratoires étrangers dans la mesure où nombre d’entre eux ne publient pas intégralement leurs analyses dans le journal Radiocarbon tandis que nombre d’archéologues ne donnent pas toujours les résultats de tous les datages qu’ils ont demandé ni, sur ceux-ci, des renseignements suffisants pour permettre une critique aussi approfondie que celle qui a pu être faite sur les sites français.

Figure 7 : Les datations 14C du gisement de Châteauneuf-lès-Martigues.

22La figure 9 montre le nombre et la figure 10 la répartition des sites des pays riverains de la Méditerranée de l’Ouest et du Nord d’où ont été obtenues des dates entre 9000 et 6000 BP soit pour le Mésolithique, le Néolithique pré-céramique ou le Néolithique ancien. Il est évident qu’il y a une surreprésentation du littoral français due bien sûr non pas à un plus grand nombre de sites existant en fait dans le sous-sol de ces régions, mais, soit au plus grand nombre de fouilles, soit au nombre et à l’ancienneté des laboratoires de radiocarbone soit enfin aux moyens d’investigations préférés par les archéologues des diverses contrées. La figure 11 donne l’ensemble des résultats dont nous avons pu avoir connaissance à partir du journal Radiocarbon, de la synthèse des dates espagnoles parues en 1978, et des informations données par divers auteurs et particulièrement J. Guilaine (10). On constate que pour tous les pays on est très loin de la grande richesse en documents signalée pour la France. Pourtant, si l’on voulait comparer les civilisations entre elles d’un point à l’autre de la Méditerranée, ou en fonction de l’éloignement de la source géographique parfois supposée de la Néolithisation, à savoir le Proche Orient, il faudrait pouvoir disposer d’un bien plus grand nombre d’analyses. Sinon on s’expose aux mêmes hésitations qui ont prévalu en France il y a une dizaine d’années. Il est en effet généralement vérifié que pour un problème archéologique donné, les problèmes de chronologie absolue ne surgissent pas dès l’obtention de quelques dates isolées ou concentrées sur un seul titre, mais quelques temps plus tard, lorsqu’un nombre déjà important de résultats sont publiés sans toutefois que l’on possède une statistique suffisante pour effectuer des synthèses comme celles que nous venons de voir pour le Chasséen ou le Néolithique ancien français. Voilà pourquoi la mise en évidence des limites des données actuellement disponibles pour l’Espagne, l’Italie, la Yougoslavie ou la Grèce est très utile.

Figure 8 : Les datations 14C du Mésolithique en Provence et Languedoc.

Figure 9 : Sites des pays de Méditerranée occidentale ayant fourni des dates 14C entre 6000 et 9000 B.P.

Figure 10 : Répartition des sites avec des industries du Néolithique ancien datés par le 14C.

Conclusion

23Ainsi utilisant la région où les données sont les plus nombreuses, nous avons montré qu’un tri préalable des résultats doit d’abord être fait si l’on n’est pas sûr que seulement des matériaux de datage fiables ont été soumis à l’analyse 14C. Alors une critique archéologique de chaque site ou niveau peut être effectuée, si l’on veut faire de valables synthèses chronologiques sur telle région ou telle civilisation. Ces synthèses sont évidemment valables quel que soit le type de calendrier adopté, celui en 14C, ou, après correction, en années réelles. On a constaté que ces dernières sont aussi précises malgré la plus grande incertitude entraînée sur chaque date en particulier par la réalisation de la correction. Il faut espérer que la multiplication des analyses permettra de telles opérations de synthèse dans les meilleures conditions. Alors seulement l’apport de la chronomètrie absolue sera de la plus grande utilité à la Préhistoire qui, il faut le dire, pour l’instant se passe souvent dans ses conclusions d’un cadre chronologique bien précis, alors que l’échelonnement dans le temps de toute l’évolution des activités humaines devrait être l’un de ses buts principaux.

Figure 11 : Les datations de Méditerranée occid. entre 6000 et 9000 B.P.

Bibliographie

Références

1. – Klein (J.), Lerman (J.C), Damon (P.E.) & Ralph (E.K.). 1982. — Calibration of radiocarbon dates : tables based on the consensus data of the Workshop on Calibrating The Radiocarbon Time Scale. Radiocarbon, v. 24 N° 2, p. 103-150.

2. – Delibrias (G.) & Evin (J.), 1975. — Sommaire des datations 14C concernant la préhistoire en France, I. Dates parues de 1955 à 1974 (suite : chapitre III : Néolithique : de environ 7000 BP à environ 4000 BP - Bull. Soc. Préhist. française, v. 72, n° 9, p. 277-288.

3. – Delibrias (G.), Evin (J.) & Thommeret (Y.), 1982 — Sommaire des datations 14C concernant la préhistoire en France, II. Dates parues de 1974 à 1982 : chapitre VI Néolithique : de environ 700 BP à environ 4000 BP. Bull. Soc. Préhist. française, v. 79, n° 6, p. 175-192.

4. – Guilaine (J.), 1976 : La Néolithisation des côtes méditerranéennes de la France et de l’Espagne. Actes du colloque n° XXI du IXem congrès de l’UISPP, Nice 1976, p. 25-27.

5. – Evin (J.), 1983 — Les matériaux d’origine terrestre utilisés pour les datations par le radiocarbone - Actes du Ier Congrès International de 14C et Archéologie, Journal du P.A.C.T. vol 8.

6. – Thommeret (J.), 1976 — Difficultés d’interprétation des dates C14 mesurées à partir des coquilles marines. Actes du colloque n° 1 du IXem congrès de l’UISPP, Nice 1976, p. 160-169.

7. – Archambault-Guezou (J.), Bazile (F.) & L’Homer (A.), 1980. — Revue des datations 14C obtenues sur les cordons de la région d’Aigues-Mortes : apport des études de test de lamellibranches par microscopie analytique à l’interprétation des mesures de radiocarbone - Comptes-Rendus de la 8em réunion annuelle des Sciences de la Terre, Marseille, 1980, p. 12.

8. – Evin (J.), Maréchal (J.), Pachiaudi (C.) & Puisségur (J.J.). 1980. — Conditions involved in dating terrestrial shells : Actes de la 10em conférence internationale radiocarbone - Radiocarbon, v. 22 N° 2, p. 545-555.

9. – Freundlich (J.), 1983. — Communication personnelle du 15.4.1983.

10. – Guilaine (J.), 1979. — L’Abri Jean-Cros et la chronologie absolue - L’abri Jean-Cros, p. 207-215.

Notes de fin

1 Laboratoire Radiocarbone, Université de Lyon, 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Dates 14C non corrigées du Chasséen en Provence et Languedoc.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/962/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 2 : Dates réelles du Chasséen en Provence et en Languedoc.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/962/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 3 : Datations 14C du Néolithique ancien (Cardial et autres) en Provence et Languedoc.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/962/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 4 : Datations 14C du Cardial en Provence et en Languedoc disponibles en 1974 environ.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/962/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 5 : Dates 14C antérieures à 7000 B.P. (5000 B.C.) couvrant le Néolithique ancien en Provence et Languedoc.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/962/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Figure 6 : Fiabilité des divers matériaux de datation.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/962/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Figure 7 : Les datations 14C du gisement de Châteauneuf-lès-Martigues.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/962/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Figure 8 : Les datations 14C du Mésolithique en Provence et Languedoc.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/962/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 9 : Sites des pays de Méditerranée occidentale ayant fourni des dates 14C entre 6000 et 9000 B.P.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/962/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Figure 10 : Répartition des sites avec des industries du Néolithique ancien datés par le 14C.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/962/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 11 : Les datations de Méditerranée occid. entre 6000 et 9000 B.P.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/962/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 430k

Auteur

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search