Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Problématique du colloque

Texte intégral

1Le passage de l’économie de chasse à l’économie agricole dans le bassin occidental de la Méditerranée fait l’objet depuis quelques années de recherches soutenues. Dans le Midi de la France notamment plusieurs équipes du C.N.R.S. ont depuis longtemps inscrit cet axe de travail dans leur programme de recherche ; toutefois ces derniers temps une intensification des recherches a largement accentué le nombre des données. La pluridisciplinarité a ainsi permis quelques résultats spectaculaires en ne limitant plus l’approche des premières communautés paysannes aux seuls problèmes de chronologie et de culture matérielle. L’étude paléoécologique permet désormais une meilleure approche des premiers phénomènes anthropiques et de mieux tester :

  • l’impact sur le milieu des plus anciennes activités d’élevage et de mise en culture
  • une meilleure compréhension des inter-actions entre les communautés et leur milieu dans une perspective évolutive depuis les derniers groupes de prédateurs jusqu’à un stade néolithique définitif
  • les implications de ces relations dans l’évolution des sociétés rurales et de leur environnement.

2Ce renouvellement méthodologique ne s’impose pourtant que lentement et le but d’une telle réunion internationale pourrait constituer un coup d’accélérateur dans une telle direction.

3Les succès qualitatifs enregistrés ces derniers temps ne peuvent trouver leur juste résonance que s’ils s’insèrent dans une connaissance géographiquement plus vaste des phénomènes. Ainsi l’émergence des premières communautés rurales en Méditerranée de l’Ouest est un phénomène qui ne saurait être abordé dans le seul Midi français mais dans l’ensemble de la zone envisagée. C’est pourquoi ce Colloque voudrait avant tout permettre de rassembler pour la première fois l’ensemble des principaux spécialistes œuvrant en domaine italique, sud-français et ibérique. De l’Adriatique au Portugal la problématique reste d’autant plus soudée qu’un même grand complexe culturel (la civilisation à poterie imprimée) a assumé la mise en place de l’économie de production. Une telle réunion a pour mission d’assurer parallèlement une meilleure information sur l’état des connaissances dans les diverses zones respectives et, surtout, de réaliser un tour d’horizon sur des problèmes clés sur lesquels s’observent actuellement des résultats quelquefois non concordants.

4Les problèmes liés à la mise en place des premières communautés paysannes présentent aujourd’hui plusieurs aspects qui seront abordés au cours du Colloque et dont nous donnerons ici les grandes lignes.

A. QUESTIONS CHRONOLOGIQUES

5Toute démonstration sur un espace géographique quelque peu développé est étroitement conditionnée par l’obtention d’un cadre chronologique absolu. Un bilan des données actuelles devrait permettre de faire le point sur les échelles chronologiques absolues et sur leur fiabilité.

6On s’interrogera dès lors sur la part exacte du décalage chronologique dans l’implantation du Néolithique entre le bassin oriental, la Méditerranée centrale et le bassin occidental.

B. LA PALÉOÉCOLOGIE ET LES MUTATIONS DE L’ENVIRONNEMENT

7La connaissance du milieu au Néolithique ancien est essentielle à la compréhension des modes de vie de l’homme à une époque qui constitue la première « révolution » de son histoire. Elle doit permettre ipso facto une meilleure mise en situation des changements culturels.

8La paléoécologie étant par essence pluridisciplinaire, on fera une large place aux questions de méthodologie en insistant sur l’approche végétations et climats. Les apports respectifs de l’analyse sédimentologique, de l’analyse pollinique, de l’analyse anthracologique, de l’étude des graines et des disciplines faunistiques seront plus particulièrement examinés et discutés dans cette perspective. On s’attachera à confronter les données écologiques ainsi fournies avec celles provenant de l’analyse des sédiments ou des isotopes de l’oxygène.

9L’écologie du Néolithique ancien pour être comprise doit être replacée dans le contexte général de l’évolution post-wurmienne. Les étapes de l’histoire des écosystèmes méditerranéens au Postglaciaire seront étudiées en insistant plus particulièrement sur la période Préboréal, Boréal, Atlantique qui voit le développement des cultures mésolithiques et néolithiques.

10Les végétations des périodes Préboréal à Boréal des régions méditerranéennes ne sont pas encore bien connues. Au moins localement, elles témoigneraient de conditions d’aridité relativement importantes. L’extension géographique des végétations steppiques à Pins et Génévriers qui caractérisent une grande partie de notre domaine devra être précisée, en particulier vers la péninsule ibérique et vers l’Italie sans préjuger du rôle d’autres groupements steppiques ou non que le Colloque devrait contribuer à éclaircir. On précisera comment et à quelle époque se fait le passage des végétations à Pins et Génévriers avec la forêt mixte de Chênes à feuillage caduc et de Chênes verts ou avec tout groupement homologue. On montrera quelles sont alors les ressources potentielles de la forêt.

11La transition vers la forêt est-elle en rapport dans tous les cas avec un changement climatique important vers plus d’humidité ? Si c’est le cas, le changement socio-culturel Mésolithique-Néolithique ancien doit-il être, même indirectement, une conséquence de ce changement ?

12La sédentarisation néolithique est la condition indispensable à d’importantes modifications du milieu. L’analyse pollinique et l’anthracoanalyse ont montré la progressivité de l’action de l’homme sur le milieu. On s’attachera à déterminer à partir de quand cette action a pu interférer avec l’évolution naturelle, voire la bloquer.

C. LES DÉBUTS DE L’ÉCONOMIE DE PRODUCTION

13Un des points importants dont le Colloque aura à débattre est celui du rôle éventuel des substrats locaux dans les premières cultures. Des graminées indigènes, des légumineuses, étaient-elles susceptibles d’être domestiquées, même sporadiquement, avant l’influence grandissante et bientôt déterminante venue du Proche-Orient ? On évoquera les questions touchant aux premières céréales cultivées (variétés, typologie, pourcentage, conservation).

14Le passage des faunes sauvages aux faunes domestiques (de la chasse à l’élevage) sera spécialement étudié. On envisagera les activités de chasse et leur perduration. On s’attachera notamment au problème discuté des bases anatomiques de la domestication ainsi qu’aux moyens indirects qui peuvent les suppléer. Les dates d’apparition des espèces domestiques (ovicapridés, bovidés, suidés) seront évoquées de même que leur insertion dans les systèmes économiques. On se trouve ici au cœur du problème de la constitution et de l’évolution du troupeau et de sa place dans l’économie humaine.

D. LA CULTURE MATÉRIELLE ET SES ARTISANS

15On brossera en ce domaine un état de nos connaissances sur la fin des temps mésolithiques : identité des cultures, isolement et/ou interprétation, problèmes liés à la navigation, évaluation d’une possible évolution vers l’économie de production.

16Pour ce qui concerne les premières civilisations néolithiques plusieurs problèmes pourront être débattus. Que représentent exactement certaines traditions ou innovations dans l’outillage de pierre et d’os dans le cadre des nouvelles perspectives économiques ? La typologie céramique (technique, cuisson, morphologie, compositions décoratives) sera évoquée comme traceur chronologique et culturel. A cet effet l’évolution des groupes selon des phases bien typées pourra faire l’objet d’un bilan portant sur l’ensemble de l’aire géographique envisagée. On abordera aussi accessoirement la transition au Néolithique moyen : divergences dans le temps et dans l’espace.

17Les caractères de l’habitat (implantation, taille, structures domestiques) seront évoqués dans leur rapport à l’espace et à son aménagement. On tentera de définir les critères de la sédentarisation en Méditerranée de l’Ouest et d’en préciser les étapes.

18L’homme, dans ses aspects physiques et ses mentalités, sera aussi l’objet d’étude. On mettra en évidence les caractères anthropologiques des populations du Néolithique ancien en essayant de mesurer les différences qui les séparent des populations mésolithiques. Les types de sépultures et les rites funéraires pourront déboucher sur des perspectives touchant aux structures sociales.

***

19Parvenus à un stade des connaissances où tout progrès passe désormais par l’éclatement des frontières et des archéologies nationales, les chercheurs réunis à Montpellier ont donc une mission claire : dresser un bilan précis des acquis et dégager collectivement, pour la prochaine décennie, les orientations de la recherche dans l’approche des premières communautés rurales de la Méditerranée.

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search