Version classiqueVersion mobile

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Conclusion

Gisèle Sapiro

Texte intégral

1Les effets de la mondialisation sur la circulation des biens culturels peuvent être étudiés concrètement à travers l’évolution des modalités de transfert et des catégories de biens échangés, comme nous l’avons montré pour le cas des traductions d’ouvrages de littérature et de sciences sociales. Les logiques qui déterminent les échanges culturels sont diverses : politiques, économiques, spécifiquement culturelles. Si la logique marchande joue un rôle de plus en plus central dans le domaine du livre, à la faveur du processus de rationalisation et concentration de cette industrie, de l’encastrement croissant des marchés nationaux dans un marché international et de l’unification progressive d’un marché mondial de la traduction, les logiques politiques et culturelles continuent à y avoir un poids, variable selon les secteurs et les langues. Les effets spécifiques des crises politiques sur la circulation transnationale des œuvres sont ainsi observables pour les littératures des pays d’Europe de l’Est, même si la chute du mur de Berlin en 1989 semble avoir eu un impact moindre que les événements de 1956 en Hongrie ou ceux de 1968 en Tchécoslovaquie dans la reconfiguration de leur réception en Europe de l’Ouest. Par ailleurs, certaines des évolutions de ce marché sont l’expression de processus socioculturels plus globaux et inscrits dans la longue durée, comme la féminisation (des auteurs et des médiateurs), mais qui s’opèrent de manière différenciée et décalée selon les traditions nationales, les catégories de livres et les genres.

2Le marché mondial de la traduction se présente selon la structure de l’oligopole à frange, qui se superpose à l’opposition centre-périphérie : concentration élevée autour d’un petit nombre de pays centraux qui forment des pôles éditoriaux importants, forte dispersion dans la périphérie. Cette structure se retrouve au niveau national, où elle correspond à la structure du marché éditorial : d’un côté, une concentration des traductions autour des grandes maisons d’édition littéraires et quelques petits ou moyens éditeurs de création plus récente qui ont réussi à s’imposer en jouant un rôle actif dans l’introduction de littératures de langues semi-périphériques ou périphériques, le cas d’Actes Sud étant exemplaire ; de l’autre, une grande dispersion des titres, le nombre total d’éditeurs s’élevant, comme on l’a vu, à près de 500 pour les traductions de l’anglais, environ 250 pour l’allemand, l’espagnol et l’italien, une centaine pour l’arabe, une soixantaine pour les langues périphériques comme le néerlandais, le suédois et l’hébreu, environ vingt-cinq pour le finnois. Si le marché de la traduction présente logiquement les caractéristiques structurelles du marché national, il ne le recoupe pas complètement, l’investissement des éditeurs dans la traduction requérant des conditions et des dispositions spécifiques. C’est ce qui explique le fait qu’il n’en épouse pas directement les fluctuations. Celles-ci sont en effet l’expression non seulement de la conjoncture du marché national, mais aussi des logiques qui lui sont propres (compétences linguistiques, enjeux culturels, politiques, identitaires, etc.) et de son encastrement de plus en plus affirmé dans le marché mondial de la traduction.

3L’intensification des échanges internationaux dans le domaine du livre, attestée par l’augmentation du nombre de traductions et la diversification des langues traduites, est avant tout une conséquence du développement du marché international du livre. Elle s’accompagne d’une domination croissante de l’anglais et d’un essor des genres de livres à rotation rapide, jeunesse, polar, roman rose, best-sellers, parmi lesquels les traductions de l’anglais sont surreprésentées par rapport aux autres langues. Loin de l’image enchantée d’un dialogue des cultures, on assiste à l’émergence d’une littérature mondialisée, qui relève souvent du mode de production industriel plutôt qu’artisanal, les échanges dans le secteur du livre étant de plus en plus marqués par la quête de la rentabilité à court terme.

4Parallèlement à cette domination croissante, qui s’est faite notamment au détriment des autres langues centrales, et en premier lieu le russe, mais aussi, dans une moindre mesure, le français et l’allemand, on observe néanmoins une diversification des échanges, avec la présence de langues de plus en plus nombreuses et l’essor de quelques pôles éditoriaux autrefois marginaux. C’est le cas notamment du pôle asiatique, avec la participation croissante de la Chine et de la Corée à ces échanges. Ce phénomène justifie en soi qu’on parle de mondialisation. A fortiori si l’on considère que les échanges avec les pays asiatiques prennent le pas sur les flux de traduction intra-européens. Ces derniers se caractérisent par un affaiblissement de la position du français dans les pays nordiques (Suède, Norvège, Pays-Bas), dont les productions continuent néanmoins à être présentes sur le marché français. En revanche, les échanges avec les pays du Sud de l’Europe (Espagne, Portugal, Italie) se sont intensifiés pendant la période étudiée. Les pays d’Europe de l’Est semblent se relever progressivement de la baisse d’intérêt qu’ils ont subie au milieu des années 1990.

5Face à la concurrence de plus en plus agressive des éditeurs anglo-américains, l’édition française a redéployé une stratégie de conquête de nouveaux marchés, épaulée par l’État. Cette stratégie semble avoir porté ses fruits à en juger par les évolutions les plus récentes.

6Si l’on considère à présent le type de produits échangés, on constate que, loin de disparaître, les livres à rotation lente, notamment les « belles-lettres » et les sciences humaines et sociales, ont également bénéficié de l’accélération de la circulation des produits culturels, mais dans une proportion moindre que les genres les plus commerciaux. Or, dans ces secteurs, l’anglais est sous-représenté au profit d’autres langues. En littérature, le pôle de production restreinte se caractérise par la diversification des langues traduites pendant la période considérée. Ce phénomène s’observe non seulement dans les collections de littérature étrangère, mais aussi dans un genre plus codifié, le polar, évolution toutefois limitée à son pôle intellectuel, dont la circulation est plus restreinte. Face à l’écrasante domination de l’anglais sur le marché mondial de la traduction, et à la concentration des traductions de cette langue chez les éditeurs les mieux dotés en capital économique, l’investissement dans des langues semi-périphériques ou périphériques constitue une ressource pour les petits éditeurs, qui se constituent ainsi un créneau de spécialisation, selon la stratégie de « niche ».

7Les effets spécifiques de l’accentuation des contraintes commerciales dans ces secteurs de moins en moins protégés se font pourtant ressentir. Ce sont les genres à diffusion la plus restreinte, comme la poésie et le théâtre, qui sont les premiers touchés. Néanmoins, comme on l’a vu, leur part reste significative parmi les traductions littéraires des langues semi-périphériques et périphériques, alors qu’elle tend à se réduire dans la production littéraire en français.

8L’investissement dans la traduction d’ouvrages de littérature et de sciences humaines et sociales apparaît ainsi comme une des stratégies de résistance du pôle intellectuel de l’édition française (en particulier des petits éditeurs) face à la marchandisation croissante des biens culturels. Sous ce rapport, l’étude de la circulation internationale des livres par voie de traduction montre que le processus de la mondialisation est un processus complexe, qui n’est pas le simple reflet d’un impérialisme économique, mais implique aussi des modes de résistance à cette domination. Le livre demeure un des vecteurs privilégiés de cette résistance, par le maintien de critères intellectuels, par la préservation d’une diversité culturelle lisible dans le nombre de langues traduites, et en se faisant le véhicule de discours ouvertement critiques qui peuvent connaître une diffusion mondiale, à l’instar de No Logo de Mélanie Klein (traduit en français chez Actes Sud en 2001). Langue de médiation, en français joue ainsi un rôle dans le maintien de la diversité culturelle sur le marché mondial de la traduction.

9La circulation des littératures de langues périphériques comme le néerlandais ou l’hébreu, ou même de langues semi-périphériques comme l’espagnol, n’est en effet ni le simple reflet de l’intensification des échanges culturels internationaux, ni le résultat direct des relations culturelles officielles entre les pays. Si le capital symbolique accumulé par une langue dans un domaine ou un genre particulier (comme la poésie pour l’espagnol ou la nouvelle pour l’italien) entre en ligne de compte, il n’est une condition ni nécessaire (voir le cas du néerlandais), ni suffisante. Il faut prendre en compte le rôle joué par un groupe d’importateurs ou de médiateurs, qui se spécialisent, dans une conjoncture d’élargissement de la demande des éditeurs (qui n’implique pas la demande du public) et de leur volonté de diversifier leur catalogue. L’apparition d’un tel groupe doit être mis en relation avec les conditions d’acquisition de la langue, associée à un certain capital culturel d’un côté, l’enseignement de la langue dans le pays d’accueil de l’autre, les trajectoires migratoires, dont les facteurs sont variables (raisons économiques, études, attraction culturelle, quête identitaire, exil politique).

10Cette condition nécessaire n’est pas à elle seule suffisante non plus. Le travail spécifique de ces importateurs doit être relayé par des médiateurs professionnels du monde de l’édition : agents littéraires, éditeurs, lecteurs. Le rôle des agents littéraires (étatiques ou privés), que nous avons pu observer dans le cas de la littérature hébraïque, reste encore à étudier. En outre, si l’on trouve parmi eux, notamment du côté des petits éditeurs, des importateurs culturels qui reconvertissent leur compétence linguistique dans une entreprise éditoriale, comme dans le cas des éditions de La Différence, dont le fondateur est d’origine portugaise, ou les éditions Noir sur Blanc, dont le directeur est d’origine polonaise (cette compétence pouvant bien sûr être aussi acquise), la disposition de ces médiateurs cardinaux que sont les grands éditeurs littéraires à traduire une œuvre d’une langue périphérique tient également à l’actualité éditoriale et médiatique.

11L’actualité éditoriale peut être déterminée par des événements au niveau national (Salon du livre, Belles étrangères, prix aux littératures étrangères, succès d’un auteur comme dans le cas de Montalbán) ou international (prix Nobel, invitation à la foire de Francfort, etc.), les événements nationaux faisant eux-mêmes de plus en plus écho aux événements internationaux, à la faveur du rôle prescripteur de certaines instances, comme la foire de Francfort : ainsi, comme on l’a vu, l’invitation des Pays-Bas en 1993 a entraîné son invitation aux Belles Étrangères la même année par ailleurs, un succès mondial comme celui du Nom de la Rose d’Umberto Eco a pu favoriser l’intérêt pour la littérature italienne en France.

12Les espaces de réception nationaux conservent cependant leurs spécificités : la réussite commerciale ne se transpose pas automatiquement d’un pays à l’autre, loin de là. Le succès d’estime fondé sur des critères culturels relativement autonomes a plus de chances de se répercuter ailleurs, une fois la frontière franchie, même si l’on observe des décalages dans certains cas (comme ceux de Paul Auster et de David Shahar, qui jouissent d’un plus grand prestige en France que dans leurs pays).

13Cependant, lorsque le nom propre de l’auteur n’enferme pas déjà un capital symbolique, la réception d’un ouvrage traduit dépend de son aptitude à traverser précisément les frontières culturelles, c’est-à-dire à apparaître comme étant d’intérêt universel malgré ou grâce à ses spécificités. Les stratégies d’universalisation opèrent au moins à deux niveaux : celui de l’écriture, les auteurs pouvant par exemple choisir d’accentuer ou de gommer l’ancrage spatio-temporel, s’inscrire plutôt dans l’espace de la littérature universelle que dans la tradition nationale ou vice-versa ; celui de la réception, qui nous intéresse ici.

14Sous ce rapport, il faut distinguer deux modes d’universalisation : l’assignation identitaire, qui tend, parfois de manière abusive, à faire de la littérature l’expression d’une tradition culturelle nationale ou locale, lui conférant ainsi une valeur quasi ethnographique la stratégie relevant de la logique autonome, qui consiste à « dénationaliser » la littérature, selon l’expression de Sartre, pour l’inscrire dans la tradition spécifiquement littéraire de la République mondiale des lettres.

15Dans le domaine des sciences humaines et sociales, le caractère « dénationalisé » de la production est un présupposé qui masque au contraire l’inscription, variable selon les disciplines, dans des traditions nationales bien réelles. Or, associée au fait que les textes circulent – dans l’espace comme dans le temps – sans leur contexte, cette logique de dénégation peut favoriser les malentendus dans la réception internationale de certaines œuvres.

16Comme pour la littérature, il faut distinguer ici deux modes d’universalisation pour les ouvrages dont les auteurs n’ont pas encore accumulé de capital symbolique sur la scène internationale : d’un côté, la généralisation qui caractérise bien sûr les écrits les plus théoriques, mais aussi les études empiriques qui parviennent à dégager leur exemplarité (comme celle de Norbert Elias sur la société de cour), de l’autre, la valeur informative d’une recherche sur une réalité donnée, qui suscitera l’intérêt, au-delà des spécialistes, en fonction de l’actualité notamment.

17À la différence des transferts littéraires, pour lesquelles on commence à disposer de solides enquêtes quantitatives et qualitatives, les échanges internationaux dans le domaine des sciences humaines et sociales ont été peu étudiés, et nécessiteraient la mise en place d’un vaste programme de recherche. Qui plus est, l’analyse des relations entre ces deux domaines et de la façon dont ils s’articulent dans les champs intellectuels nationaux contribuerait à une étude plus générale de la circulation internationale des idées.

© CNRS Éditions, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search