Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Linguistique Translatio Chapitre 14. De la construction i...

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Troisième partie. La traduction comme vecteur des échanges culturels

Chapitre 14. De la construction identitaire à la dénationalisation : les échanges intellectuels entre la France et Israël

Gisèle Sapiro

Texte intégral

1Si les flux de traductions du français en hébreu et de l’hébreu en français relèvent, a priori, d’un rapport asymétrique entre langue centrale et langue périphérique, ce rapport a fortement évolué depuis la première moitié du 20e siècle, passant d’une traduction de l’hébreu en français pour quinze traductions du français en hébreu dans les deux premières décennies de la création de l’État d’Israël à une pour quatre dans les années 1970, puis à une pour trois dans la décennie 1980, jusqu’à s’égaliser dans les années 1990 (voir tableau 1).

2Cette évolution tient aux transformations des relations structurant l’espace des échanges culturels internationaux. Au début de la période, la culture française jouissait d’une hégémonie dans le monde, quand la culture hébraïque était en formation. La montée de l’impérialisme culturel américain et la mondialisation ont entraîné un relatif déclin de l’hégémonie française, au moment où la littérature hébraïque accédait à la reconnaissance internationale. À l’aube du 21e siècle, l’hébreu arrivait en douzième position parmi les langues les plus traduites en français, selon les données du SNE. Cette position est l’aboutissement du processus de construction historique d’une littérature nationale et de sa reconnaissance internationale, dont l’invitation au Salon du livre de Paris en 2008, l’année où Israël fête son 60e anniversaire, est la marque.

  • 1 Les données concernant les traductions du français en hébreu proviennent de deux bases constituées (...)

Tableau 1. Flux croisés de traduction du français en hébreu et de l’hébreu en français1

Date

Français-Hébreu

Hébreu-Français

1949-1959

216

14

1960-1969

369

23

1970-1979

141

34

1980-1989

182

63

1990-1999

110

108

3Les violentes critiques dont a fait l’objet l’invitation sont révélatrices de l’imbrication des enjeux littéraires et politiques dans les échanges littéraire internationaux ainsi que des transformations de cet espace. Deux types de raisons politiques ont été invoquées et parfois mélangées certaines organisations pro-palestiniennes ont appelé au boycott de l’événement comme protestation contre l’occupation des territoires de Cisjordanie, d’autres ont critiqué le fait que seuls des auteurs publiant en hébreu ont été invités, au détriment des autres langues de publication en Israël, confondant souvent langues officielles (l’hébreu et l’arabe) et langues pratiquées par les populations émigrées.

4Cette critique, nourrie pas les prises de position d’écrivains israéliens qui ont eux-mêmes contesté ce choix, est particulièrement intéressante car elle révèle un présupposé tacite sur lequel se sont établis historiquement les échanges culturels internationaux, en lien étroit avec la construction culturelle des États-nations, à savoir l’identification d’une littérature nationale à une langue, au détriment des autres langues régionales et des langues d’émigration rares sont les États comme l’Espagne où les langues régionales (le catalan) ont acquis une reconnaissance nationale, et c’est encore plus rare pour les langues des communautés immigrées. Cependant, les unités étatiques territoriales ne coïncident pas non plus toujours avec les identités culturelles et linguistiques nationales. Il suffit de citer les exemples de la Suisse, de la Belgique et du Canada, où les littératures nationales se sont définies en fonction de leur espaces linguistiques de référence, francophone, germanophone et anglophone (ou flamand pour la Belgique), tout en s’affirmant les unes contre les autres au sein de l’État.

  • 2 Voir notamment Alain Dieckhoff, L’Invention d’une nation. Israël et la modernité politique, Paris, (...)

5Le cas israélien illustre ces logiques de façon exacerbée. En effet, la création d’une unité étatique territorialisée est le fruit du projet sioniste de construction d’une identité culturelle nationale laïque fondée sur l’hébreu. Cette langue ancienne fut rénovée, ou plutôt réinventée comme langue littéraire et savante laïque dans le cadre de la Haskala, les Lumières juives, au 18e siècle, et adoptée à la fin du 19e siècle comme langue nationale dans le cadre du projet sioniste, lequel n’était encore qu’une option parmi d’autres au sein du nationalisme juif2.

6L’unification linguistique des communautés juives immigrées en Israël autour de l’hébreu a été réalisée par le biais d’une politique active de répression des langues qu’elles parlaient, y compris le yiddish, le ladino et l’arabe. Bien que l’arabe soit la seconde langue officielle et la langue de scolarisation de la population arabe israélienne, la littérature produite au sein de cette dernière s’est longtemps située dans l’espace arabophone. Sa marginalisation dans cet espace explique peut-être en partie sa revendication de reconnaissance au sein de l’espace national israélien, revendication qui s’est fait jour dans les années 1980. Elle a contribué à remettre en cause l’identification tacite entre littérature israélienne et littérature en hébreu, qui reposait sur une occultation, voire un refoulement de l’existence de la communauté arabe et plus largement du problème palestinien.

7L’amalgame entre les langues officielles et non officielles illustre les transformations de l’espace des échanges culturels internationaux sous l’effet de la mondialisation expression du multiculturalisme introduit en Israël comme en France dans les années 1990, elle participe de la remise en cause des États-nations comme constructions idéologiques et de leur rôle dans la circulation internationale des biens culturels.

  • 3 Ce chapitre synthétise les résultats des enquêtes que nous avons menées sur l’importation de la lit (...)

8On procédera dans une première partie à une mise en perspective historique des enjeux qui ont présidé aux traductions du français en hébreu et de l’hébreu en français dans le cadre du projet de fabrication d’une culture nationale. La seconde partie sera consacrée aux effets de la mondialisation sur ces échanges3.

Le rôle de la traduction dans la construction d’une littérature nationale

9La spécificité d’Israël par rapport à d’autres jeunes pays tient au lien privilégié construit par le sionisme entre origine religieuse et appartenance nationale. Israël est donc non seulement le lieu de production d’une culture nationale en langue hébraïque mais aussi le centre d’un espace international constitué par les instances sionistes, l’Organisation sioniste mondiale, et son bras exécutif, l’Agence juive, fondée en 1929 et porte-parole officiel de la communauté juive auprès de la Société des nations, qui ont leur siège en Israël. L’avènement en 1948 de l’État d’Israël, qui réalisait le projet sioniste, a renforcé la position de cet État comme centre de l’espace sioniste international.

  • 4 Zohar Shavit, « Fabriquer une culture nationale. Le rôle des traductions dans la constitution de la (...)
  • 5 Itamar Even-Zohar, « The Emergence of a Native Hebrew Culture in Palestine, 1882-1948 », Poetics To (...)

10Apparue à la fin du 18e siècle, d’abord en Allemagne puis en Europe de l’Est, dans le cadre de la Haskala, la production intellectuelle en hébreu s’est décentrée en Palestine dans les années 1920-1930, avec la formation d’un champ éditorial de publications laïques en hébreu. Dès l’origine, les traductions firent partie intégrante du projet de sécularisation des communautés juives. Elles se sont fortement développées après la Première Guerre mondiale, en lien étroit avec le succès croissant du projet de la vernacularisation de l’hébreu et le développement spectaculaire de l’édition en Palestine4. Elles jouèrent ainsi un rôle dans la construction d’une culture et d’une littérature nationales laïques5.

  • 6 Selon le comptage réalisé par Gideon Toury, Descriptive Translation Studies and Beyond, op. cit., c (...)
  • 7 Itamar Even-Zohar, « Israeli Hebrew Literature », Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990, pp. 169-170.

11Langue de communication du Levant, le français occupait, sous l’Empire ottoman, une position dominante au sein de la communauté juive immigrée, tant en raison du rôle de l’Alliance israélite universelle et de l’administration du Baron de Rotschild, que de sa valeur symbolique pour les élites cultivées venues d’Europe de l’Est, malgré la forte concurrence de l’allemand. Après l’instauration du régime militaire britannique à l’issue de la Première Guerre mondiale, le français disparut progressivement comme langue de l’administration au profit de l’anglais et de l’hébreu, reconnu comme langue officielle avec l’arabe. La culture française subit alors un relatif déclin. Les traductions littéraires de l’anglais et de l’allemand prédominaient : elles représentaient respectivement 29 % et 26,5 % de l’ensemble des traductions faites entre 1930 et 19456. Moins représenté du point de vue du pourcentage d’œuvres traduites (14 %), le russe jouait cependant un rôle central de médiation pour l’accès aux autres cultures et pour les normes d’écriture littéraire7. Nombre de traductions du français en hébreu ont néanmoins paru dans l’entre-deux-guerres, de littérature contemporaine (Jean-Christophe de Romain Rolland, La Condition humaine de Malraux), de classiques (Madame Bovary) et de philosophie (La Science et l’hypothèse d’Henri Poincaré).

  • 8 Voir Elie Barnavi, « Israël et la France : des relations en dent de scie » in Alain Dieckhoff (dir. (...)
  • 9 Eliezer Ben Raphaël, « Le français au-delà de la francophonie », France culture. Arts, sciences et (...)

12Les traductions du français s’intensifient après la création de l’État d’Israël. Après avoir mis un certain temps à le reconnaître, le gouvernement français engage dans les années 1950 une étroite coopération avec le jeune État, notamment dans le domaine nucléaire8. L’alliance privilégiée, qui se manifeste lors de l’opération militaire menée contre l’Égypte au sujet du canal de Suez à l’automne 1956, durera jusqu’en 1967. Elle semble avoir bénéficié à l’exportation de la culture dominante vers la culture dominée les traductions du français en hébreu atteignent un pic pendant cette période, alors qu’elles sont encore rares en sens inverse. Cette asymétrie s’explique avant tout par les différences entre les circuits d’exportation et les conditions de réception. Alors que la diplomatie culturelle française trouve des relais auprès de la bourgeoisie immigrée d’Europe centrale et orientale ou des Balkans, pour qui la maîtrise du français constitue un capital symbolique et une marque de statut social9, la littérature hébraïque est exportée par l’agence juive et relayée par les instances communautaires, qui cherchent à gommer sa différence, pourtant revendiquée, par rapport à la culture juive ; en outre, l’enseignement de l’hébreu n’étant pas institutionnalisé, le vivier des traducteurs est limité, et contrôlé par le circuit d’exportation.

13Mais plus qu’aux relations diplomatiques, cet écart tient à des facteurs socio-culturels, à savoir l’inégalité des positions respectives des deux cultures sur le marché mondial de la traduction – le français, langue centrale, profitant en outre du rejet de l’allemand par les rescapés de la Shoah –, l’essor de l’édition en hébreu, l’élargissement du public potentiel avec les vagues d’immigration en Israël, le développement du système scolaire, et les initiatives qu’ont pu prendre des intermédiaires du champ littéraire férus de culture française.

  • 10 Sur la notion de répertoire, voir Itamar Even-Zohar, « The ‘Literary System’ » Poetics Today, vol. (...)
  • 11 Voir Shlomo Sand, Les Mots et la terre. Les intellectuels en Israël, Paris, Fayard, 2006, p. 163 sq(...)

14Les deux décennies qui suivent la création de l’État d’Israël se caractérisent en effet par une intense activité de « rattrapage » dans la traduction de classiques de la littérature, y compris pour la jeunesse (environ 230 classiques traduits du français, soit quatre fois plus que les titres de littérature contemporaine). Ils participent de la construction de la culture nationale du jeune État d’Israël et de l’établissement d’un répertoire de modèles d’écriture en hébreu10. En cette période de construction nationale, la littérature se voit assigner la tâche de narrer le combat pour l’indépendance et l’épopée de l’édification de la société israélienne11. Introduit par la médiation de la culture russe, le roman réaliste du 19e (Balzac, Hugo, Maupassant, Zola), est proposé comme trame narrative. Cependant, dès le milieu des années 1950, les évolutions du champ littéraire français sont répercutées de manière plus directe, avec la traduction des auteurs phares de l’existentialisme, Sartre, Camus, Beauvoir, ainsi que des auteurs qui émergent alors, Gary, Yourcenar, Sagan.

15Dans les années 1960, les traductions du français atteignent un pic avec 369 titres, soit près du double de leur nombre dans la décennie précédente. Alors que les traductions étaient jusque-là principalement l’apanage des maisons d’édition liées au mouvement ouvrier sioniste, la hausse est principalement due à l’activité débordante des éditions Mizrahi, fondées en 1955 par un autodidacte émigré de Turquie, qui se lance dans les genres populaires (romans policier, suspense, roman rose), les best-sellers, les séries pour enfant et la vulgarisation scientifique (comme les « Que sais-je ? »). Mais, les traductions des nouveaux courants de la littérature française, l’existentialisme notamment, servent aussi de modèle à la génération d’écrivains qui émerge dans les années 1960, Amos Oz, A. B. Yehoshua, Yehoshua Kenaz (un des principaux importateurs de la littérature française), favorisant l’autonomisation de la littérature hébraïque par rapport au projet de construction de la nation. Leur œuvre traite entre autres du thème de l’individu face à la collectivité.

16La création en 1962 de l’Institut de traduction de la littérature hébraïque, chargé de promouvoir cette littérature à l’étranger, marque parallèlement l’autonomisation de la culture israélienne par rapport à l’internationale sioniste. Jusque-là, sa diffusion était prise en charge, dans une perspective idéologique et pédagogique, par les instances sionistes chargées d’assurer le lien entre Israël et la diaspora : l’Organisation sioniste mondiale, l’Agence juive ou encore le département de l’Éducation et de la culture en Diaspora, qui s’occupait les traductions d’ouvrages pour la jeunesse. Ces instances disposaient d’un ensemble de moyens de diffusion, revues, éditions, en différentes langues.

  • 12 Entretien avec Francine Kaufman, 26 juin 2004.

17Ce circuit d’exportation conditionne la réception de la littérature hébraïque à l’étranger. Dans les années 1950-1960, en effet, elle n’est pas perçue en France comme distincte de l’identité ou de la culture « juive », alors même qu’elle s’est construite contre cette identité diasporique. Les traductions de l’hébreu en français sont rares, malgré une production littéraire déjà abondante en cette langue. Si le réalisme socialiste prédomine, Convoi de minuit de S. Yizhar, œuvre très controversée lors de sa publication en 1950 du fait de l’évocation de l’expulsion de la population arabe vers les camps de réfugiés, devra attendre cinquante ans pour paraître en français (chez Actes sud). Outre les ouvrages exportés par l’Organisation sioniste mondiale à destination du public juif, les rares traductions de l’hébreu en français parues à cette époque s’inscrivent soit dans la littérature de témoignage sur les camps de concentration, soit dans la culture et la pensée juive. Les circuits d’importation se répartissent entre d’un côté les instances communautaires juives françaises, encore largement dominantes, et quelques acteurs du champ littéraire français, qui soulignent eux aussi la dimension spiritualiste de l’identité juive. Côté communautaire, le Fonds social juif unifié de France finance une collection intitulée « Présence du judaïsme chez Albin Michel où paraissent indifféremment des ouvrages sur les fêtes juives et des œuvres littéraires écrites en français (André Spire, Edmond Fleg) ou traduites du yiddish ou de l’hébreu. Dans cette collection paraît en 1959 un recueil de contes d’Agnon, écrivain de l’entre-deux-guerres qui a décrit la vie de la communauté juive en Palestine, traduit pour la première fois sept ans avant qu’il n’accède à la consécration internationale avec l’obtention du prix Nobel. De manière générale, la sélection des œuvres traduites, qui privilégie les auteurs tournant en dérision le modèle épique, sur le mode satirique comme Ephraïm Kishon ou Amos Kenan, ou sur le mode contestataire comme Aharon Amir, est en total décalage avec l’état du champ littéraire israélien, où dominent la veine réaliste des récits héroïques de la guerre d’Indépendance et la geste de la construction du pays (Moshe Shamir, Aharon Megged, Nathan Shaham, Hanokh Bartov). La parution aux Éditions du Seuil en 1961 du roman très critique d’Aharon Amir sur la guerre d’Indépendance, Les Soldats du matin, n’a presque pas d’écho. Au-delà du processus d’autonomisation de la littérature hébraïque, cette situation va évoluer sous l’effet de facteurs à la fois politiques et culturels. Le premier est la spécialisation et la professionnalisation de médiateurs qui accompagnent l’accession de cette littérature à une reconnaissance internationale : Institut de traduction de la littérature hébraïque, agents littéraires privés, traducteurs. L’admission de l’hébreu comme première ou deuxième langue au baccalauréat, ou comme langue facultative, dans le cadre des accords signés entre la France et Israël en 1962, déclenche une dynamique de spécialisation dans l’hébreu moderne qui favorise la traduction (le CAPES d’hébreu sera créé en 1973, l’agrégation en 1977) 12. Le prix Nobel décerné en 1966 à Agnon, s’il ne peut que confirmer l’identification de la littérature hébraïque à la culture juive, a sans doute contribué à éveiller l’intérêt des éditeurs pour la littérature d’un pays que la guerre des Six jours place à la « une » de l’actualité.

18Ainsi, l’importation de la littérature hébraïque en France prend son essor au moment même où se rompt l’alliance entre les deux pays, à la suite de la phrase du général de Gaulle qualifiant Israël en 1967 de « peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur » et du revirement proarabe de la politique étrangère de la France. Cette rupture contribue, en revanche, au déclin de la place de la littérature et de la culture françaises en Israël. À la différence des traductions de l’hébreu en français, qui augmentent de 50 %, le nombre d’ouvrages traduits dans l’autre sens se voit divisé par 2,5 (141). Le rapport entre les flux dans les deux sens passe ainsi de 1/15 dans les décennies précédentes à 1/4.

  • 13 La base de l’Index ne donne que 66 traductions, alors que nous en comptons 141 d’après la base de l (...)

19Par-delà la conjoncture diplomatique défavorable, plusieurs facteurs d’ordre socio-culturel peuvent contribuer à expliquer la chute des traductions du français en hébreu. D’une part, le processus de « rattrapage » nécessaire à la constitution d’une culture nationale et de programmes scolaires est arrivé à son terme. C’est en effet surtout le nombre de classiques et de livres pour la jeunesse qui diminue. D’autre part, la quasi-disparition de la littérature populaire, des livres pour la jeunesse et des ouvrages de vulgarisation parmi les traductions du français tient à la fois au développement de la production autochtone dans ces domaines, avec l’élargissement d’un public né et scolarisé en Israël, dont l’hébreu est la première langue, à la diversification des loisirs, avec l’apparition de la télévision, et à l’intensification des échanges politico-culturels avec les États-Unis, qui deviennent le principal pourvoyeur de produits de culture populaire. Parmi les traductions en hébreu publiées en 1970 et 1979, selon l’Index Translationum, 58 % proviennent de l’anglais (54 % pour la littérature), soit un pourcentage beaucoup plus élevé que la moyenne dans le monde, qui s’établit à cette époque à 40 %, 11 % de l’allemand (10 % pour la littérature), taux qui correspond à la moyenne mondiale, tandis qu’avec moins de 7 % (mais plus de 8 % pour la littérature), le français semble stagner en-deça de sa part sur le marché mondial de la traduction (qui se situe entre 10 % et 12 %). Le nombre de traductions du français recensées par l’Index pour cette période étant cependant deux fois moins élevé que celui dont nous disposons, il se peut que sa part soit plus proche des 10-12 %13.

  • 14 Selon une distinction établie par Eliezer Ben Raphaël, « Le français au-delà de la francophonie », (...)
  • 15 À l’inverse, en 1986, moins de 10 % des enfants des communautés francophones émigrées du Maghreb ap (...)

20Qui plus est, en Israël les rapports avec les autres cultures sont de plus en plus médiatisés par la culture américaine, qui devient hégémonique dans le monde. Or, aux États-Unis, le français est la langue des élites intellectuelles, et les ouvrages importés de France relèvent généralement de la littérature classée par les agents du marché « haut de gamme ». Le statut du français en Israël est plus ambigu pour les émigrés issus de la bourgeoisie d’Europe centrale et orientale comme des Balkans, c’est une langue de culture dont la maîtrise constitue un capital symbolique et signifie un statut social, par lequel elles se démarquent des populations d’origine plus modestes émigrées des pays de langue arabe, y compris les communautés francophones venues du Maghreb, dont le rapport au français est d’ordre ethnoculturel14. Dans le système scolaire hébréophone, le français, deuxième langue optionnelle avec l’arabe, jouit également d’une image élitiste, comme en témoigne la surreprésentation des élèves issus de fractions sociales favorisées parmi ceux ayant opté pour cette matière15. Or l’arrivée du Likoud au pouvoir en 1977 avec l’appui des communautés juives issues des pays de langue arabe, qui met un terme au règne du Parti travailliste, et l’ascension de nouvelles élites dépourvues de capital culturel, légitime une idéologie populiste qui donne forme au ressentiment de ces communautés contre la domination de la culture européenne, dont la culture française devient le symbole. À ces facteurs qui articulent des enjeux socio-culturels et géopolitiques, s’ajoute la relative clôture du champ littéraire israélien corrélative de l’intensification de la production autochtone, ajustée au public que compose la nouvelle génération des lecteurs nés en Israël.

  • 16 Jean Pache, « S. J. Agnon, A. B. Yehoshoua, A. Spiraux. Des Prix Nobel, de la Terre promise et du j (...)

21L’augmentation du nombre des traductions de l’hébreu en français (44 nouveaux titres de 1971 à 1981) dans les années 1970 témoigne de la reconnaissance qu’acquiert la littérature hébraïque sur la scène internationale. La différenciation de l’espace de réception entre un pôle « communautaire » et/ou spiritualiste et un pôle de consécration « universelle » en est également le signe. Les traductions des auteurs de la génération de l’État, Amos Oz, Yoram Kaniuk, A.B. Yehoshua, dans des collections de littérature étrangères chez Calmann-Lévy, Stock et Denoël, contribuent à dégager cette littérature du cadre communautaire. Elles ont été proposées par l’intermédiaire d’agents littéraires privés – donc par le marché du livre – ou par d’autres types de médiateurs, comme la traductrice Madeleine Neige, ce qui reflète l’autonomisation relative du champ littéraire israélien par rapport au champ politique. Si la presse francophone reconnaît à travers ces auteurs l’existence d’une « littérature israélienne autonome et d’une belle vigueur », comme l’écrit un commentateur en 197416, la réception à tonalité spiritualiste se maintient cependant à travers les commentaires consacrés aux œuvres des deux figures tutélaires que sont Agnon et David Shahar, son cadet et émule.

  • 17 Yves Thoraval, « David Shahar, L’Agent de sa majesté », Europe, n° 164 octobre 1983.Voir aussi *** (...)

22La réception de l’œuvre de ce dernier illustre à la fois le processus d’universalisation par lequel s’opère la réception de cette littérature et les contresens qu’elle peut engendrer sur l’œuvre ou sur son auteur. Traduite chez Gallimard, l’œuvre de Shahar évoque la cohabitation pacifique entre les différentes communautés religieuses qui peuplent Jérusalem sous le mandat britannique, la narration suivant le cours de la mémoire. Consacré par la critique comme le « Proust oriental », il obtient en 1981 le prestigieux prix Médicis de littérature étrangère. Si le processus d’universalisation se teinte d’une note d’exotisme, la consécration n’est pas exempte d’enjeux politiques : le couronnement du Jour de la Comtesse, qui évoque l’émeute de l’année 1936 mettant un terme à la cohabitation pacifique entre les communautés, intervient deux ans après la signature du traité de paix entre Israël et l’Égypte et dans le contexte de l’assassinat du président Sadate. Sa lecture comme un message pacifiste par la presse française de gauche, qui y voit un « Guerre et Paix oriental » 17, se fait au prix d’un contresens sur les positions de l’auteur.

23Les échanges s’intensifient dans les années 1980, le rapport entre nombre de titres traduits passant à 1 pour 3 (183 contre 63). La forte hausse du nombre de traductions de l’hébreu en français, qui double pendant cette période, avec 80 nouveaux titres traduits de 1982 à 1992, est liée à la diversification et à la spécialisation des médiateurs : à côté de l’Institut de traduction de la littérature hébraïque, dirigé par Nilli Cohen, qui développe ses activités, apparaît l’agence littéraire privée de Deborah Harris, tandis que les traducteurs, plus nombreux, se professionnalisent. La réception de la littérature hébraïque en France est alors marquée par la politisation du champ littéraire israélien.

24Les années qui suivent la guerre du Liban voient en effet la première remise en cause du consensus national sioniste, renforcée en 1987 par l’Intifada. À la différence de l’esthétisme détaché d’un Shahar, les écrivains de la « génération de l’État », engagés auprès du mouvement « Paix Maintenant », comme Amos Oz ou A.B. Yehoshua, ou dans des groupements plus radicaux, comme le comité des écrivains juifs et arabes fondé en 1987 par Yoram Kaniuk et Émile Habibi, sont devenus des voix de la mauvaise conscience nationale, tout en veillant à dissocier clairement leur engagement de leur œuvre.

25Le questionnement de l’identité nationale, mené par des intellectuels, se manifeste aussi dans la transformation des frontières et des hiérarchies du champ littéraire. Les écrivains émigrés comme Aharon Appelfeld, dont l’œuvre traite de la période de la Shoah, accèdent à la consécration. Émile Habibi, écrivain issu de la minorité arabe, est quant à lui traduit en hébreu et reconnu comme écrivain israélien (il obtiendra le prix Israël pour les lettres en 1992 plusieurs de ses livres ont paru chez Gallimard), remettant en cause l’identification tacite qui prévalait jusque-là entre littérature israélienne et littérature en hébreu (l’arabe est, rappelons-le, la deuxième langue officielle du pays et la langue de scolarisation de la communauté arabe). En choisissant d’écrire en hébreu sa propre œuvre, son traducteur, l’écrivain Anton Shammas, vient bousculer un autre présupposé sioniste : l’identification entre littérature hébraïque et identité juive.

26Dans la presse nationale française, l’engagement politique des écrivains israéliens, qui évoque le modèle des intellectuels français, est salué par la critique on n’hésite pas à appeler Amos Oz « le Sartre israélien » alors même que l’émergence d’une gauche radicale postsioniste le fait apparaître comme modéré sur la scène politique nationale. Tout en soulignant qu’il ne s’agit pas de « littérature engagée » et en rappelant la dimension universelle de leurs œuvres, la critique française met l’accent sur la peinture de la société israélienne qui en forme la toile de fond et sur les implications politiques des thèmes traités (combat contre le fanatisme, humanisme, dialogue, etc.). Elle n’a pas relevé l’absence des Palestiniens dans les univers fictionnels, qui leur est reprochée par des critiques israéliens de la nouvelle génération (notons qu’à part L’Amant d’A.B. Yehoshua, dont la traduction est sortie en 1979, deux ans après la publication originale, les rares romans où apparaît un personnage palestinien, Les Confessions d’un bon arabe de Kaniuk – paru sous pseudonyme en 1983 – et Le Sourire de l’agneau de David Grossman, n’ont vu le jour en français que dix ans plus tard ou plus le roman de Yehoshua a également été réédité en 1994, au lendemain des accord d’Oslo).

27Sans doute est-ce dû en partie au fait que la question palestinienne est traitée dans les essais de ces auteurs, à l’instar du Vent jaune de David Grossman, reportage sur les territoires occupés réalisé en pleine Intifada, dont la traduction sort au Seuil en 1988, un an après sa parution. Dû à l’actualité, le lancement de ce nouveau venu sur le marché français par la traduction d’un essai, alors que ses aînés se sont d’abord fait connaître en France par leurs œuvres de fiction, accentue la politisation de la réception. Cependant, Le Seuil, a également veillé à dissocier l’œuvre littéraire de l’engagement politique de son auteur.

28L’intérêt pour les prises de position politiques de ces écrivains s’est accentué depuis l’Intifada, puis les accords d’Oslo, quand le camp pacifiste est apparu représentatif d’une large part de la population israélienne. Lauréat du prix Femina étranger en 1988, année de la Première Intifada, Amos Oz a obtenu en 1992 le prix de la Paix de la foire de Francfort. Depuis ce moment, la presse française du centre gauche (Le Monde, Libération, Le Nouvel Observateur) invite des intellectuels israéliens à s’exprimer dans ses colonnes, demande qui s’est accrue dans la dernière période.

  • 18 Une quinzaine d’œuvres traduites du français en bénéficieront jusqu’au début des années 2000. Ce so (...)

29Côté israélien, si la critique française de l’occupation des territoires de Cisjordanie et de la guerre du Liban alimente des sentiments francophobes largement entretenus dans la presse, les années 1980 voient le nombre de titres traduits du français remonter (182). La création, en 1974, du Conseil de traduction des Belles-Lettres israélien (Mif’al Targoume Mofet), destiné à soutenir et orienter les traductions en hébreu de chefs d’œuvres de la littérature mondiale, a relancé l’activité de traduction de classiques18. Cependant, la hausse est principalement due à la littérature contemporaine, le rapport entre romans classiques et contemporains se renversant au profit de ces derniers : 75 contre 14. Ceci correspond au développement de l’édition israélienne dans cette décennie et à la médiation exercée par la culture américaine dans le rapport à la littérature française. Patrick Modiano et Romain Gary sont les auteurs les plus traduits. Ce sont les auteurs phare de deux maisons en plein essor, qui deviennent les principales importatrices de la littérature française, avec une vingtaine de titres chacune Zemora Bitan et Maariv. Sont également traduits Albert Cohen, Émile Ajar, Marguerite Yourcenar, Marguerite Duras, Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute, Tahar Ben Jelloun. Mais la part du français dans les traductions en hébreu n’a remonté qu’à 8 % (8,8 % pour la littérature), alors que les traductions de l’anglais passent de 58 % à 74 % en une décennie (un peu moins pour la littérature : 72 %), l’allemand étant retombé à 6,5 %, selon l’Index Translationum.

Les effets de la mondialisation

30Les effets de la mondialisation se font ressentir dans les années 1990, avec d’un côté le déclin relatif du français sur la scène internationale face à la domination croissante de l’anglais, de l’autre le renforcement de la position de l’hébreu, avec l’entrée de l’édition israélienne au cœur de la compétition éditoriale internationale. Selon l’Index Translationum, entre 1990 et 1999, parmi l’ensemble des traductions en hébreu, celles du français représentent, comme l’allemand, moins de 5 % (soit deux fois moins que la part des traductions du français dans le monde, qui est de 10 % dans cette décennie), quand la part des traductions de l’anglais atteint 83 %. En revanche, parmi les traductions littéraires (qui constituent près de trois quarts de l’ensemble des traductions), la part de toutes les langues centrales a fortement reculé, au profit des langues semi-périphériques et périphériques : celles de l’anglais ne représentent plus que 43 % (contre 72 % dans la décennie précédente), de l’allemand environ 5 %, du français 3 %. Notons aussi que le nombre global de traductions a diminué par rapport à la décennie précédente, au profit de la production en hébreu.

  • 19 Nous nous appuyons sur l’enquête réalisée par Amit Rotbard et Galia Uri-Asseo, Le Livre français en (...)

31Dans la première moitié des années 1990, il n’y avait plus qu’une vingtaine de titres littéraires traduits du français en hébreu. L’édition israélienne, qui répercute plus vite les transformations du marché international que l’édition française, connaît alors de grandes mutations sous l’effet de l’introduction des politiques néolibérales et de la déréglementation concentration autour de grands groupes, marchandisation, tandis que la production originale en hébreu s’accroît. La particularité de ce marché est l’intégration verticale autour d’un duopole de chaînes de distribution qui détiennent près de 60 % de parts du marché, l’ancienne librairie Steimatsky, qui s’est développée à la fin des années 1980 sur le modèle américain, passant de quatre points de vente à 120 dès 1994 (elle atteint aujourd’hui 150), et la chaîne Tsomet Sefarim qui a émergé dans la seconde moitié des années 199019. Les fusions et regroupements suivent : en 2001 se constitue le puissant groupe Kinneret-Zemora Bitan, qui s’associe l’année suivante à la chaîne Tsomet Sefarim, tandis que les éditions Keter s’associent à Steimatsky et que les deux vieilles maisons HaKib-butz HaMeuhad et Sifryiat HaPoalim s’unissent, les groupes Maariv et Yediot, qui publient les quotidiens éponymes, ayant aussi leur propre maison d’édition. Si les années 1990 ont vu émerger de nouveaux éditeurs, certains (comme Babel et Hargol) ont été rachetés par un de ces grands pôles dans la décennie suivante, tout en conservant leur autonomie.

  • 20 Asher Weill, Jerusalem : city of the Book. 40 years of the Jerusalem International Book Fair, Israe (...)
  • 21 Pikarski représente les groupes Random House, Penguin, Harper Collins, Bloomsbury, l’agence William (...)
  • 22 Voir Gisèle Sapiro, « Entre volontarisme et mondialisation : les échanges culturels entre la France (...)
  • 23 Le nombre global des traductions passe de 1752 à 3819 pour les livres et supports périodiques confo (...)

32Les échanges intellectuels internationaux sont pris en charge par des agents qui se professionnalisent. La Foire du livre de Jérusalem, fondée en 1961, est devenue, après l’arrivée de Zeev Burger à sa tête en 1981, une des rencontres internationales importantes (elle propose notamment un stage pour agents littéraires et jeunes éditeurs) 20. L’Institut de traduction de la littérature hébraïque, fondé en 1962, et qui a redéfini ses activités dans les années 1980, joue un rôle très actif dans l’exportation de la littérature hébraïque dans le monde, parallèlement à l’agent littéraire privé Deborah Harris, qui s’occupe aussi d’achat de droits de traduction en hébreu, tout comme les agences Pikarski et Hamol (cette dernière appartenant à l’association des éditeurs israéliens) 21. La conjoncture politique des accords d’Oslo contribue aussi au renforcement de la position de la littérature hébraïque sur la scène internationale22. Entre les années 1984-1985 et 1996-1997, le nombre de livres traduits de l’hébreu en d’autres langues est multiplié par 2,523.

33Les traductions de l’hébreu en français dépassent la centaine dans les années 1990 (soit autant que les traductions du français en hébreu). On peut parler d’une « normalisation » de la réception de la littérature hébraïque, au sens où la diversification des importateurs et leur spécialisation permettent de faire écho de manière presque directe aux transformations du champ littéraire israélien, les délais entre la parution de l’original et la traduction s’étant fortement réduits.

  • 24 Sauf dans des anthologies comme celle de Nilly Mirsky (dir.), Anthologie de nouvelles israéliennes (...)
  • 25 Selon les données établies par l’Institut de traduction : « Female Authors/Male Authors in Hebrew L (...)

34La féminisation de la littérature traduite de l’hébreu est le premier signe de cette « normalisation ». Sur près de 100 titres traduits de 1993 à 2001, un quart sont écrits par des femmes, contre 6 % dans la période précédente. La dispersion est en outre moins grande depuis cette date que pour la période précédente – 25 titres pour treize auteures depuis 1993 (dont trois ont déjà été traduites avant 1993) contre 8 pour sept de 1982 à 1992 –, ce qui témoigne d’une véritable politique d’auteures. Si cette féminisation reflète en partie les transformations de la littérature hébraïque elle-même, en particulier l’augmentation significative du nombre d’écrivaines en Israël, ceci ne peut expliquer l’absence d’auteures reconnues des générations précédentes comme Amalia Cahana-Carmon ou Ruth Almog parmi les auteurs traduits en français24. Révélateur de l’hypersélectivité des circuits internationaux et surtout du champ littéraire français à l’égard des femmes jusque-là, ce changement est donc aussi l’expression de l’évolution de la place des femmes sur le marché international du livre. En effet, le pourcentage de titres d’écrivaines sur l’ensemble des livres traduits de l’hébreu pour toutes les langues confondues est passé de moins de 15 % à près de 40 %25. Bien qu’ayant tenté de rattraper le mouvement, les éditeurs français sont restés en retrait par rapport à la tendance de ce marché.

35La féminisation est également manifeste chez les traducteurs/rices de l’hébreu en français : 70 sur les 98 livres de littérature hébraïque traduits de 1993 à 2001 soit plus de deux tiers, l’ont été par des femmes, (vingt pour quatorze traducteurs masculins, et cinq non réponses), contre la moitié dans la décennie précédente. Elle va de pair avec la féminisation des auteures, puisque sur les 35 livres de femmes traduits au total, seulement 6 l’ont été par un homme, alors que la production masculine est traduite à peu près également par des hommes et par des femmes. La spécialisation et la professionnalisation de ces traductrices est visible dans la concentration de près de deux tiers des titres parus (60) aux mains de dix d’entre elles, dont la plupart avaient commencé à traduire dans la période antérieure. Elles sont cinq à avoir traduit entre 12 et 20 titres publiés, sans compter les ouvrages parus en 2002.

36Cette professionnalisation a été rendue possible par l’accroissement de la demande éditoriale pour cette littérature, qui continue à se diversifier. Avec 14 titres traduits au cours de ces années, Fayard devient, auprès d’Actes Sud (14), le premier éditeur de littérature hébraïque en France. Il est suivi par Gallimard (8) et Calmann-Lévy (7), puis Le Seuil (5), une maison de création récente Metropolis (5), Albin Michel (2), Flammarion (2), Denoël (2), Grasset (2), Hachette Jeunesse (2), 32 autres titres se répartissant entre des petites maisons ou des filiales comme le Mercure de France. Quatre titres ont paru chez un nouvel éditeur, Stavit, spécialisé dans le domaine de la culture juive.

37La diversification s’observe également du point de vue des genres traduits : roman policier (Batya Gour, chez Fayard), littérature pour la jeunesse (Uri Orlev, chez Actes sud et Flammarion), essais (Yehoshua, Oz, Grossman, Kaniuk/Habibi), théâtre (Hanokh Levin, Éditions théâtrales/Maison Antoine Vitez) s’ajoutent au roman. Cette diversification reflète le développement du marché du livre israélien. Si l’actualité peut favoriser l’intérêt pour cette littérature, et si l’engagement pacifiste des auteurs est toujours célébré dans les portraits qu’en publie la presse nationale française, le choix et la réception des œuvres apparaît comme autonomisé tant des enjeux politiques que des enjeux économiques.

38La nouvelle génération se démarque de ses aînés par sa tentative de distanciation par rapport aux réalités de la société israélienne et son inscription dans un espace de la littérature mondiale. Les œuvres romanesques des écrivains de la génération de l’État, qui continuent de paraître, restent en effet marquées par une tension entre la description de la société israélienne (Amos Oz, A.B. Yehoshua et Meir Shalev, chez Calmann-Lévy, Amos Oz étant passé chez Gallimard Yaakov Shabtaï, Yehoshua Kenaz, chez Actes Sud) et la question de ses liens avec l’histoire et la mémoire juive (Yoram Kaniuk, chez Fayard, Aharon Appelfeld, passé de Gallimard au Seuil, Sami Michaël dont la description de la vie des juifs d’Irak est parue chez Denoël) – tension qui se retrouve dans l’œuvre de leur cadet David Grossman (Seuil). Plus orientée vers le marché international, la nouvelle génération d’écrivain(e)s apparue dans les années 1990 tend au contraire à gommer les spécificités spatio-temporelles, à les réinscrire dans l’expérience individuelle, la subjectivité, l’intimité (Zeruya Shalev et Alona Kimhi chez Gallimard, Judith Katzir chez Losfeld, Eleonora Lev au Seuil), ou encore à opérer une mise à distance par la dépersonnalisation, l’humour noir, le fantastique (Orly Castel-Bloom et Edgar Keret chez Actes Sud), autant de stratégies d’écriture visant à rendre les œuvres « traduisibles » et à les inscrire d’emblée dans l’espace de la littérature mondialisée. La vogue de multiculturalisme a en outre favorisé l’apparition d’écrivains issus de familles juives en provenance du Maghreb et du Moyen Orient, qui revendiquent une identité longtemps opprimée (Yossi Sucary, traduit chez Actes Sud), ainsi que d’écrivains appartenant à la communauté religieuse orthodoxe.

  • 26 Catalogue de l’Ambassade de France en Israël, Le Programme d’Aide à la Publication (P.A.P.) Eliezer (...)

39L’activité de traduction du français en hébreu reprend au milieu des années 1990, en bonne partie grâce au système d’aides publiques françaises qui s’organise au début des années 1990 avec le développement du soutien du Centre national du livre à la traduction et le lancement du Programme d’aide à la publication par le ministère des Affaires étrangères. En Israël, le PAP Ben Eliezer est mis en place par l’Ambassade de France en 1995. De 1995 à 2000, une centaine de traductions du français voient le jour. Le rythme de publication s’accélère à partir de 2000, passant d’une moyenne annuelle de vingt titres par an à la fin des années 1990 à une cinquantaine : 443 titres ont ainsi été traduits entre 2000-2008, par une vingtaine de maisons d’édition26. Cependant, cette hausse semble inférieure à la croissance de la production de livres en français et même des traductions en hébreu, dont elle ne représente toujours qu’environ 5 %, soit deux fois moins que la moyenne des traductions du français dans le monde, proche de 9 % pour la période 2000-2005.

40Ce sont les essais qui ont contribué à cette augmentation. Alors qu’ils ne représentaient jusque-là qu’un quart des traductions, ils atteignent désormais 40 %, la part de la littérature s’étant réduite de 7-8 %. Ils se répartissent pour moitié (environ 20 % pour chaque catégorie) entre les sciences humaines et sociales d’un côté et les essais, documents, biographies de l’autre. Les sciences humaines et sociales incluent quelques classiques de la philosophie (Diderot) et de la sociologie (Durkheim, Mauss), mais surtout des penseurs de la deuxième moitié du 20e siècle, Barthes, Lévi-Strauss, Foucault, Derrida, Bourdieu, Lévinas. Notons que cette importation est médiatisée par la réception de ces auteurs aux États-Unis (la construction de la French Theory). Dans la catégorie des essais se trouvent aussi bien des biographies que des essais d’écrivains comme Baudelaire, Bataille et des essais contemporains.

41Environ 59 % des titres relèvent de la fiction, dont un tiers seulement (20 % de l’ensemble) de la littérature classique (de Balzac à Sartre et Camus en passant par Flaubert, Maupassant, Mérimée, Zola, Huysmans, Apollinaire), et 17 titres spécifiques pour la jeunesse (6 %). Les auteurs contemporains incluent majoritairement des lauréats de prix littéraires comme Andréï Makine, Jean-Christophe Rufin, Jean Echenoz, et des auteurs à succès comme Daniel Pennac, Frédéric Beigbeder, Amélie Nothomb ou Michel Houellebecq, plus rarement, des écrivains exigeants à diffusion plus restreinte comme Christian Oster ou Marie Ndiaye.

42Bien que la volonté de diversification et les effets de concurrence et d’imitation conduisent à rapprocher les catalogues (et à disperser les auteurs entre plusieurs maisons), on peut distinguer trois groupes d’éditeurs traduisant du français. Le premier, lié aux chaînes et illustrant la tendance à la rationalisation, est tourné vers la littérature contemporaine à succès. Mis à part Gargantua de Rabelais, Kinneret-Zmora-Bitan, dont le catalogue se compose pour les trois quarts de traductions, en avait publié une cinquantaine entre 1995 et 2005, dont des romans de Jean-Christophe Rufin, Marc Lévy, Anne Gavalda, Amélie Nothomb, ainsi que quelques biographies d’écrivains. Il a acquis les droits de traduction des Bienveillantes de Jonathan Littel. Keter n’en avait sorti que sept dont Jacques Werber, Philippe Claudel, Andreï Makine. Il a publié plus récemment Suite française d’Irène Nemirovsky.

  • 27 Entretien avec Uzzi Shavit et Avram Kantor, 7 juin 2006.

43Le pôle de l’édition traditionnelle privilégie les classiques ou les œuvres ayant acquis une reconnaissance littéraire il est représenté par HaKibbutz HaMeuhad-Sifryiat HaPoalim, Am Oved, auxquels il faut ajouter un éditeur apparu en 1987, Carmel, qui se distingue cependant par l’édition d’essais politiques résonant avec l’actualité comme Le Portrait du colonisé de Memmi. On trouve aussi au catalogue de ces maisons de la littérature contemporaine, mais plus exigeante et consacrée au pôle de production restreinte pour HaKibbutz HaMeuhad, (Claude Simon, Le Clézio, Jean Rouaud), dont la prestigieuse collection « HaSifria HaHadasha » publie à la fois des traductions de chefs d’œuvre de la littérature universelle dans différentes langues avec l’aide de Mif’al Targoume Mofet (Balzac, Maupassant, Gogol, Proust, Borges, Thomas Mann, Beckett…), et des auteurs contemporains, notamment des lauréats du prix Nobel comme José Sarramago, Toni Morrison. « Nous ne courons pas après le dernier best-seller en France ou après le dernier Goncourt », explique le directeur de maison27.

44Enfin, le troisième groupe est composé de petites maisons d’édition de création récente (certaines indépendantes, d’autres ayant été rachetées), qui revendiquent une ligne avant-gardiste et postmoderne. Les éditions Babel, désormais affiliées au groupe Kinneret-Zemora Bitan-Dvir, ont introduit en Israël Sade, Bataille, Artaud et l’œuvre de Pérec, dont seul W était traduit jusque-là. En littérature contemporaine, Michel Houellebecq est l’auteur phare de la maison, à côté de Virginie Despentes, Frédéric Beigbeder ou Valère Novarina. Visant à combler les lacunes quant aux traductions des classiques de la modernité, Babel a également publié des essais de Barthes, Debord et Fanon. Mais l’essor des traductions des essais de sciences humaines de la deuxième moitié du 20e siècle est surtout dû à la création, en marge de l’édition universitaire traditionnelle, qui traduit peu et privilégie les classiques, de nouvelles maisons d’édition savantes indépendantes, en particulier Resling. Cette maison se distingue par le nombre élevé de traductions du français (une trentaine de titres dans les cinq années qui ont suivi sa création en 2000, et au moins autant depuis), sur un catalogue qui se compose de plus de deux tiers de traductions. Mis à part quelques classiques (Durkheim, Mauss, Saussure), elle se rattache à la mouvance du postmodernisme et du poststructuralisme, avec des textes de Bataille, Barthes, Derrida, Lacan, Foucault, Deleuze, Althusser, Lévi-Strauss, Bourdieu, Kristeva, Irigaray et Badiou. Si l’introduction de ces auteurs en Israël est médiatisée, comme on l’a suggéré plus haut, par la construction américaine de la French Theory, elle est mise chez ces éditeurs au service d’un regard critique sur l’impérialisme culturel américain et sur la société israélienne, qui a contribué à renouveler le débat intellectuel, sans échapper aux critiques à connotation populiste discréditant en bloc la pensée française comme élitiste et jargonneuse.

45Les traductions d’ouvrages ne représentent pas l’intégralité des échanges intellectuels entre deux cultures, mais elles en constituent un bon indicateur. L’étude comparée de l’évolution des traductions du français en hébreu et de l’hébreu en français reflète le développement de la production culturelle d’un petit pays de création récente, qui est parvenue à s’imposer sur la scène internationale, quand la culture française déclinait. Cette évolution n’est pas le fruit d’un ajustement mécanique entre les marchés mais d’un travail spécifique réalisé par les intermédiaires pour faire reconnaître la littérature hébraïque contemporaine sur la scène internationale. Si le déclin relatif de la place de la culture française en Israël résulte en partie de facteurs politiques et socio-culturels spécifiques, il tient aussi à des facteurs géopolitiques plus généraux, ainsi qu’à l’évolution des rapports de force sur le marché mondial de la traduction. Cependant, après un recul au milieu des années 1990, la position du français sur ce marché a regagné du terrain, grâce à la mise en place d’une politique culturelle spécifique en France et une meilleure coordination des actions d’agents publics et privés.

46Il faut en outre préciser que la description de cette évolution croisée est surtout valable pour le secteur littéraire, qui a longtemps été le principal secteur d’échanges et celui où sont apparus des intermédiaires spécialisés. En effet, la part de la littérature demeure plus importante dans les traductions de l’hébreu en français que du français en hébreu. Les sciences humaines françaises ont connu une diffusion mondiale, médiatisée par leur réception aux États-Unis, et sont de plus en plus traduites en hébreu, grâce aux aides publiques. Or elles jouent un rôle beaucoup plus important dans le débat intellectuel israélien que la littérature française contemporaine, dont la réception demeure limitée à l’heure actuelle.

  • 28 Parmi ces 11 titres, 5 relevaient de la catégorie littérature, 3 de la bande dessinée, un des scien (...)
  • 29 de sciences humaines, 16 de littérature, 7 livres de jeunesse, 2 bandes dessinées, 2 religion, un d (...)

47À l’orée du deuxième millénaire, l’écart des flux de traduction entre la France et Israël semblait s’être creusé à nouveau : en 2004, le nombre de titres de livres acquis par les éditeurs pour être traduits de l’hébreu en français, s’élevait, selon les données du Syndicat national de l’édition, à 11, ce qui plaçait l’hébreu en onzième position, derrière l’anglais, le japonais, l’allemand, l’italien, l’espagnol, le russe, le néerlandais, le suédois, le norvégien et le chinois28. Dans l’autre sens, 45 titres étaient cédés cette année-là pour être traduits du français en hébreu (dont un tiers de littérature et un tiers de sciences humaines). En 2005, année où le français arrivait en quatrième position des langues les plus traduites en hébreu, derrière l’anglais, l’allemand et l’italien, le Syndicat national de l’édition recensait 60 cessions contre 4 acquisitions, et l’année suivante 54 (dont la moitié de littérature et un quart de sciences humaines29) contre 5. Ces données, qui n’incluent pas les livres qui sont dans le domaine public (et dont l’importation en hébreu continue à être significative, en particulier dans les sciences humaines), semblent témoigner d’une évolution du rapport de force favorable au français, fruit du renforcement de sa position sur le marché mondial de la traduction dans la dernière décennie, après la chute du milieu des années 1990. Mais l’écart a sans doute été compensé par les acquisitions de droits de l’hébreu en 2007, en vue du Salon du livre 2008. Au final, ces évolutions récentes montrent surtout ce que l’intensification des échanges doit aux intermédiaires et aux instances de l’intermédiation.

Notes

1 Les données concernant les traductions du français en hébreu proviennent de deux bases constituées par l’Ambassade de France en Israël, l’une, sans doute lacunaire, pour la période antérieure à 1995, l’autre pour la décennie 1995-2005. La base de données des traductions de l’hébreu en français a été constituée d’après les bibliographies périodiques de l’Institut de traduction de la littérature hébraïque et complétée par une vérification systématique dans les catalogues de la BNF et de la bibliothèque de l’Alliance israélite universelle, avec le concours de Dorrit Shilo, dans le cadre du programme de coopération « Arc-en-ciel » entre le Centre de sociologie européenne (CNRS-EHESS) et The Unit for Culture Research de l’Université de Tel-Aviv. Ces données ne prennent pas en compte les traductions d’ouvrages de l’hébreu ayant trait à la religion. En outre, du fait de la source, elle ne comprend que les ouvrages littéraires ou les essais écrits par des écrivains (y compris la littérature pour enfants). Cependant, cette dissymétrie entre les deux bases n’est pas significative quantitativement, car très peu de livres d’autres catégories ont été traduits de l’hébreu en français les livres pratiques ou scientifiques ne circulent pas en ce sens, et les traductions d’essais sont rares et se sont développées surtout à la toute fin de la période considérée.

2 Voir notamment Alain Dieckhoff, L’Invention d’une nation. Israël et la modernité politique, Paris, Gallimard, 1993.

3 Ce chapitre synthétise les résultats des enquêtes que nous avons menées sur l’importation de la littérature hébraïque en France et sur les traductions du français en hébreu et qui ont donné lieu à des analyses plus détaillées voir Gisèle Sapiro, « L’importation de la littérature hébraïque en France : entre communautarisme et universalisme », art. cité ; « Les enjeux politiques de la réception de la littérature hébraïque en France », in Isabelle Charpentier et Lynn Thomas (dir.), Comment sont lues les œuvres ? Actualités des recherches en sociologie de la réception et des publics, Paris, Creaphis, 2006, pp. 217-228 ; « Entre volontarisme et mondialisation : les échanges culturels entre la France et Israël », in Pascal Ory (dir.), Les Relations culturelles internationales, actes du colloque mai 2006 (BNF), sous presse ; « De la construction d’une culture nationale à la mondialisation : les traductions du français en hébreu », in Anna Boschetti (dir.), Pour un comparatisme réflexif, à paraître.

4 Zohar Shavit, « Fabriquer une culture nationale. Le rôle des traductions dans la constitution de la littérature hébraïque », art. cité.

5 Itamar Even-Zohar, « The Emergence of a Native Hebrew Culture in Palestine, 1882-1948 », Poetics Today, vol. 11, n° 1, spring 1990, pp. 175-191 ; « The Position of Translated Literature within the Literary Polysystem », Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990, pp. 45-52.

6 Selon le comptage réalisé par Gideon Toury, Descriptive Translation Studies and Beyond, op. cit., chap. 7.

7 Itamar Even-Zohar, « Israeli Hebrew Literature », Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990, pp. 169-170.

8 Voir Elie Barnavi, « Israël et la France : des relations en dent de scie » in Alain Dieckhoff (dir.), L’État d’Israël, Paris, Fayard, 2008, pp. 349-360.

9 Eliezer Ben Raphaël, « Le français au-delà de la francophonie », France culture. Arts, sciences et techniques, 7, mars-avril 1999, pp. 31-35.

10 Sur la notion de répertoire, voir Itamar Even-Zohar, « The ‘Literary System’ » Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990, pp. 27-44.

11 Voir Shlomo Sand, Les Mots et la terre. Les intellectuels en Israël, Paris, Fayard, 2006, p. 163 sq.

12 Entretien avec Francine Kaufman, 26 juin 2004.

13 La base de l’Index ne donne que 66 traductions, alors que nous en comptons 141 d’après la base de l’Ambassade de France.

14 Selon une distinction établie par Eliezer Ben Raphaël, « Le français au-delà de la francophonie », France culture, art. cité.

15 À l’inverse, en 1986, moins de 10 % des enfants des communautés francophones émigrées du Maghreb apprenaient le français à l’école. Cf. Eliezer Ben Raphaël, « Symbole d’identité ou capital symbolique : le parcours social du français en Israël », Revue française de sociologie, vol. 31, n° 2, 1990, pp. 315-329.

16 Jean Pache, « S. J. Agnon, A. B. Yehoshoua, A. Spiraux. Des Prix Nobel, de la Terre promise et du jardin à la française », 24h. Le Grand Quotidien suisse, 25 février 1974. Voir aussi l’article de Guy Le Clec’h consacré à Amos Oz et David Shahar dans Le Figaro du 24 septembre 1971, qui conclut à la « vitalité de la littérature israélienne actuelle ».

17 Yves Thoraval, « David Shahar, L’Agent de sa majesté », Europe, n° 164 octobre 1983.Voir aussi *** « Traductions : l’école de la vertu », La Montagne, Clermont-Ferrand, 8 janvier 1984. Dans Libération, Bernard Genies le présente comme un « militant de la réconciliation des différentes communautés religieuses et raciales qui vivent sur ce baril de poudre qu’est le Proche Orient » (« Le Médicis à deux têtes », Libération, 24 novembre 1981).

18 Une quinzaine d’œuvres traduites du français en bénéficieront jusqu’au début des années 2000. Ce sont des œuvres de Camus, Flaubert, Anatole France, Alain Fournier, Michel Leiris, Laclos, Nerval, Proust, Rousseau, Rabelais, Sartre, Margueritte de Navarre. Une vingtaine d’autres titres sont en projet.

19 Nous nous appuyons sur l’enquête réalisée par Amit Rotbard et Galia Uri-Asseo, Le Livre français en Israël, pour le Service culturel de l’Ambassade de France en Israël, 1994, polycopié (archives de l’Ambassade de France en Israël), et sur celle plus récente effectuée par Moshe Sakal sur l’Édition en Israël pour le BIEF (une synthèse a paru sous le titre « Le marché du livre en Israël », dans le numéro spécial « Salon du livre de Paris mars 2008 » de La Lettre n° 75 du BIEF, mars 2008, pp. 2-24). Voir aussi Kobi Ben-Shimon, « People of the Book turn into People of the Bestseller », Haaretz, 13 décembre 2007. http://www.haaretz.com/hasen/spages/933611.html.

20 Asher Weill, Jerusalem : city of the Book. 40 years of the Jerusalem International Book Fair, Israel, Jerusalem International Book Fair, 2001, et entretien avec Zeev Birger, 26 août 2002.

21 Pikarski représente les groupes Random House, Penguin, Harper Collins, Bloomsbury, l’agence William Morris et d’autres éditeurs. Hamol représente notamment Simon & Schuster, Random House Allemagne, Kensington et New Harbinger.

22 Voir Gisèle Sapiro, « Entre volontarisme et mondialisation : les échanges culturels entre la France et Israël » in Pascal Ory (dir.), Les Relations culturelles internationales, actes du colloque mai 2006 (BNF), sous presse.

23 Le nombre global des traductions passe de 1752 à 3819 pour les livres et supports périodiques confondus, et de 146 à 343 pour les livres et anthologies, selon les données de l’Institut de traduction de la littérature hébraïque, « Number of Items Listed in the Years 1984-1997 » et « Number of Books and Anthologies entered into Data Base », in Institut de traduction de la littérature hébraïque (ITHL), « Données sur l’activité de l’Institut. Présentées pour une rencontre avec Monsieur Nahman Shaï, directeur du ministère de la science, de la culture, et du sport », 18 avril 2000. Document inédit aimablement communiqué par la directrice de l’Institut Nilli Cohen.

24 Sauf dans des anthologies comme celle de Nilly Mirsky (dir.), Anthologie de nouvelles israéliennes contemporaines, Paris, Gallimard, 1998 (dirigée par une femme, en l’occurrence).

25 Selon les données établies par l’Institut de traduction : « Female Authors/Male Authors in Hebrew Literature in Translation. Entire Books », ITHL, document cité.

26 Catalogue de l’Ambassade de France en Israël, Le Programme d’Aide à la Publication (P.A.P.) Eliezer Ben Yehuda. Ouvrages de langue française traduits en hébreu édités en Israël entre 1995 et 2005, 2006, et Institut français de Tel-Aviv, Ouvrages de langue française traduits en hébreu et édités en Israël 2000-2008, 2008.

27 Entretien avec Uzzi Shavit et Avram Kantor, 7 juin 2006.

28 Parmi ces 11 titres, 5 relevaient de la catégorie littérature, 3 de la bande dessinée, un des sciences humaines, un livre de jeunesse, un livre document. Syndicat national de l’édition, Repères statistiquesinternational, 2004, p. 10.

29 de sciences humaines, 16 de littérature, 7 livres de jeunesse, 2 bandes dessinées, 2 religion, un document. Ibid., p. 6.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search