Version classiqueVersion mobile

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Troisième partie. La traduction comme vecteur des échanges culturels

Chapitre 12. Entre littérature populaire et belles-lettres : asymétrie des rapports franco-finlandais (1951-2000)

Yves Gambier

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l'édition » art. cité ; Anne (...)
  • 2 Itamar Even-Zohar, « Studies Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990.

1Pour approcher des rapports littéraires entre deux communautés linguistiques différentes, il y a plusieurs possibilités on peut se concentrer sur la politique éditoriale et la stratégie des maisons d'édition selon leur chiffre d'affaire1 ; on peut ne considérer que les données de l’importation et de l’exportation on peut aussi choisir la perspective polysystémique2. C’est cette dernière qui imprègne notre analyse. Le polysystème perçoit la littérature dans un ensemble social, culturel, historique. Le système littéraire est un réseau de relations s’interpénétrant, avec des agents, des institutions, des textes. La production textuelle prend sens dans un contexte donné et selon un certain répertoire (concept qui n’est pas sans analogie avec celui d’habitus de Bourdieu). Les maisons d’édition se positionnent d’après les diverses hiérarchies relationnelles. D’où les oppositions entre le centre et la périphérie du système, entre les modèles canoniques et les modèles novateurs, entre les positions primaire et secondaire (conservatrice). Les systèmes en présence forment un ensemble hétérogène ; ils évoluent grâce à leurs interactions concurrentielles. Ainsi, à telle époque, l’avant-garde peut occuper la position la plus haute et à une autre être reléguée à la périphérie. La théorie du polysystème intègre toutes les formes littéraires (prestigieuse, populaire, paralittéraire), y compris la traduction qui forme système dans les façons dont on sélectionne les ouvrages à traduire, dans les normes suivies par les traducteurs et marquées par d’autres co-systèmes. Parfois, la littérature traduite occupe une position novatrice, participant alors à la formation du centre du polysystème (c’est le cas de la traduction en Finlande au 19e À d’autres moments, cette littérature traduite est en position secondaire (périphérique) les éditeurs ne prennent aucun risque dans leur sélection et les traducteurs reproduisent plutôt les normes et conventions établies, domestiquant, naturalisant les œuvres étrangères.

2Quelques remarques s’imposent avant de présenter la nature et le volume des échanges littéraires franco-finlandais, entre 1951 et 2000. La Finlande n’a pas une tradition littéraire aussi ancienne que la France, en partie parce que le finnois écrit ne s’est développé et stabilisé qu’à partir de la seconde moitié du 19e siècle, tout en ayant des traces anciennes, avec notamment la traduction de la Bible vers les années 1550. C’est dire que ces échanges ne sont pas traversés par des stéréotypes aussi ancrés que, par exemple, les relations littéraires entre la France et l’Italie.

3Les données qui suivent portent sur la réception des livres traduits et retraduits, objets matériels, comptables, douaniers, et non sur la réception au second degré qui englobe lectures critiques, comptes rendus, analyses de textes à proprement parler. Ces données nationales ne sont pas sans poser de problèmes de définition : un auteur français n’est pas forcément né en France mais il y est édité un auteur finlandais n’écrit pas nécessairement en finnois mais aussi en suédois.

4Par ailleurs, la « littérature française » considérée ici comprend la prose dans son ensemble (romans, nouvelles, biographies romancées, etc.) – qu’elle soit canonique ou populaire elle exclut la poésie (plutôt diffusée dans des revues), les pièces de théâtre (souvent jouées mais pas obligatoirement publiées), les essais (en sciences humaines), la littérature pour enfants (longtemps peu ou mal répertoriée), les bandes dessinées, les anthologies. Par contre, la « littérature finlandaise » englobe romans, nouvelles, poésie et théâtre.

  • 3 Yves Gambier, La Littérature finlandaise en français. Bibliographie 1842-1997, Turku, Université de (...)
  • 4 Historiallinen sanomalehtikirjasto 1771-1890 (Bibliothèque historique de la presse). http://digi. l (...)
  • 5 Le Réalismefrançais en Scandinavie (RFS) (projet de recherche nordique lancé en 2000) : http://www. (...)

5Le travail sur lequel s’appuie une partie de cette présentation a démarré dès 1976, pour aboutir à une bibliographie systématique en 1992, en même temps que la célébration du 150e anniversaire du Kalevala (épopée nationale élaborée à partir de 1842), bibliographie complétée et rééditée en 19973. Depuis, l’informatisation des bibliothèques finlandaises et celle des journaux4 ont changé la donne ainsi par exemple, il est apparu que Maupassant, dont deux ouvrages avaient été traduits en finnois et un en suédois (en Finlande), avait vu nombre de ses nouvelles publiées en finnois dans le magazine Päivälehti. Par ailleurs, la crise économique des années 1990 (après la chute du mur de Berlin et surtout l’effondrement du système soviétique) a transformé le marché, même si le recul est encore insuffisant pour en mesurer la profondeur (les « grandes » maisons d’édition perdurent). Enfin, il faut signaler un projet scandinave en cours, portant sur le réalisme français traduit en Scandinavie (1830-1900), et qui a abouti jusqu’à présent à la collecte de 3 600 références dont 200 pour la Finlande5.

La littérature française en finnois

6C’est en 1834 que paraît le premier roman traduit en finnois (Kultala du Suisse alémanique Zschokle) et en 1849 que sort le premier roman français traduit en finnois (Guillaume Tell d’Alexandre Dumas père). Auparavant, une élite cultivée lisait directement en langue étrangère. On trouve ainsi nombre d’ouvrages en français dans les manoirs qui longent la route entre Stockholm et Saint-Petersbourg.

  • 6 Hannu Riikonen, Urpo Kovala, Outi Paloposki & Pekka Kujämäki (eds), Suomennoskirjallisuuden histori (...)

7Entre 1850 et 1880, divers efforts sont réalisés sous la pression du mouvement nationaliste fennomane pour fixer le finnois écrit en dépit d’une russification rampante – le Grand duché de Finlande faisant partie de la Russie entre 1809 et 1917. Le rôle des traducteurs ne semble pas du tout négligeable dans le développement lexical et grammatical de la langue ni dans le développement littéraire à partir de modèles étrangers6 la traduction sert alors à établir, à enrichir la littérature nationale, plutôt qu’à faire connaître les littératures étrangères. Après 1917, année de l’indépendance, les traductions sont publiées par des associations universitaires – les dimensions politique et linguistique prédominant sur l’aspect commercial. Vers 1940, la littérature en finnois dépasse désormais en volume les traductions.

8Au début des années 1950, le bouleversement du marché de l’édition après la guerre, l’urbanisation (qui va s’accélérer après les années 1980), les nouvelles formes de marketing, et une certaine ouverture culturelle (en contradiction avec la finlandisation politique) favorisent l’importation de romans et de nouvelles traduits du français en Finlande. L’ouverture vers l’étranger suscite à cette époque la création de collections de traductions, à un point tel que vers 1955 le nombre de traductions l’emporte sur le nombre de romans publié en finnois. La lecture est alors une activité privilégiée, grâce notamment au réseau de bibliothèques municipales et aux bibliobus. Parallèlement, de nouvelles tendances littéraires émergent en France, comme par exemple le nouveau roman. À partir de 1975, la littérature anglo-saxonne tend à l’emporter sur celle des autres langues ; par ailleurs, la « littérature » est traduite pour elle-même, loin de toute tension avec une littérature nationale à constituer.

9Qui ont été les éditeurs et les traducteurs de littérature de langue française ? Peut-on parler à la fois d’une politique éditoriale globale et spécifique pour chaque maison d’édition Quels ont été les facteurs de décision pour sélectionner tel auteur, tel ouvrage ? Quels sont les types d’auteurs et d’ouvrages qui ont été alors les plus fréquemment traduits ? Les prix littéraires ont-ils influé sur l’importation et les décisions de traduire ? Le présupposé de certains universitaires et historiens de la littérature selon lequel on traduit la littérature française canonique, plutôt que légère, divertissante (les romans policiers étant rattachés à la littérature anglo-saxonne) résiste-t-il aux données disponibles ?

  • 7 Fennica/Suomen Kansallisbiblio grafia (Bibliographie nationale de Finlande) : http://fennica.linnea (...)
  • 8 Simo Sjöblom, Rikoskirjallisuuden bibliografia 1864-1984, Hämeenlinna, Karisto, 1985.

10Le corpus est constitué de 621 titres écrits en français, édités en France, d’où l’inclusion d’écrivains comme Mohammeb Dib, Elie Wiesel, etc. Ces titres ont été recensés à partir de sources fiables. On a en effet consulté la bibliographie nationale Fennica7, disponible sous forme de livre et de Cédérom avant 2000, puis en ligne après 2000, les bibliothèques universitaires (celle de Helsinki servant de dépôt légal pour tout ce qui est publié dans le pays), des bibliographies spécialisées comme par exemple sur les romans policiers et d’espionnage (1864-1984)8, les catalogues des dix plus grands éditeurs (les petits souvent disparaissant sans laisser de traces ni d’archives), quelques histoires des littératures, souvent canoniques. Parmi les problèmes à signaler pour cette collecte, on mentionnera l’absence de l’origine du titre traduit en finnois, l’absence parfois de date de l’original, et enfin l’absence d’indication permettant de savoir s’il s’agit d’une retraduction ou d’une réédition pure et simple. Ont été incluses les traductions indirectes, c’est-à-dire traduites du français par l’intermédiaire d’une autre langue (26 cas sur 621, soit environ 4 % du total). Par contre, les ouvrages d’auteurs non édités en France mais traduits via le français (par exemple le Roumain Gheorgiu) et les traductions vers le suédois n’ont pas été relevés.

11Entre 1950 et 1970, le nombre de traductions du français et le nombre d’auteurs français concernés ont régulièrement augmenté, atteignant leur apogée dans les années 1966-1970. Entre 1970 et 1980, la situation connait un certain tassement, même si en 1970 est signé le premier accord culturel bilatéral entre la Finlande et la France. Par contre, il y a croissance de la littérature finlandaise et de toutes les traductions littéraires prises globalement. Vers 1985, on note un léger fléchissement du nombre de traductions français-finnois, avec cependant une augmentation du nombre d’auteurs traduits, alors qu’auparavant on publiait davantage du même écrivain (Tableau 1).

Tableau 1. Nombre de traductions français-finnois (569) / nombre d’auteurs traduits

1951-55

1956-60

1961-65

1966-70

1971-75

1976-80

1981-85

1986-90

45/37

72/37

78/58

87/51

66/53

72/44

75/40

74/56

12La moyenne sur les quatre décennies s’établit à un roman et demi par auteur. À titre d’exemples, on remarquera qu’on traduit 28 romans de Simenon (y compris les Maigret) entre 1956 et 1960, qu’entre 1966 et 1970, c’est le cas de 17 autres romans de Simenon et de 11 ouvrages de Jean Bruce (agent OSS 117), qu’entre 1976 et 1980, on traduit 10 romans de Frédéric Dard et entre 1981 et 1985, 20 romans de Gérard de Villiers (série des SAS).

13Ce qui advient avec la littérature traduite du français arrive aussi avec d’autres langues (nordiques, italienne, hongroise, etc.), sauf l’anglais (voir tableau 2) : la traduction littéraire du français qui représentait 11 % des traductions en 1968 égale aujourd’hui environ 5 % du total pour l’allemand, la part de 7 % en 1953 est tombée à 3 % à l’heure actuelle. À l’opposé, la littérature de langue anglaise qui était de 56 % de toutes les traductions littéraires en 1953, est passée à 61 % en 1961, puis à 63 % en 1978, enfin à 70 % dans les années 1990 (il s’agit surtout de littérature populaire, de gare), parallèlement à l’augmentation des importations de films et programmes télévisés.

Tableau 2. Part des ouvrages littéraires traduits en finnois selon les pays d’origine

années

France

Paysnordiques

Grande-Bretagne & USA

Allemagne

URSS

Autres

1953

4,9 %

11,8 %

56,4 %

7,4 %

2,5 %

16,7 %

1958

6,7 %

6,8 %

59,5 %

6,7 %

5,2 %

15,1 %

1963

7,5 %

6,4 %

61,5 %

5,5 %

4,9 %

14,1 %

1968

11,3 %

8,7 %

61,7 %

4,3 %

4,8 %

9,1 %

1973

7,7 %

11,4 %

62,3 %

1,6 %

5,6 %

10,4 %

1978

8,0 %

5,4 %

63,1 %

3,4 %

6,3 %

13,3 %

14Considérons maintenant les importations de la littérature française en Finlande, selon trois types d’agents les auteurs, les éditeurs et les traducteurs.

15Entre 1951 et 1990, 235 auteurs français ont été traduits dont 147 une seule fois. Parmi les 16 plus traduits, certains peuvent être considérés comme canoniques ou « légitimes », notamment du 19e siècle : Simenon (premier auteur avec 91 traductions), Jules Verne (second avec 23 traductions), Françoise Sagan (quatrième avec 16 traductions), Henri Troyat (sixième avec 15 traductions), Alexandre Dumas père, Simone de Beauvoir, Balzac, Maupassant, Proust, Michel Tournier (quinzième avec 8 traductions), Marguerite Duras (seizième avec 7 traductions), etc.

16D’autres relèvent de la littérature populaire et du roman de gare : Gérard de Villiers (troisième avec 22 traductions dont 6 du français, 3 de l’anglais et 11 de l’allemand – 20 de ces traductions ayant été publiées chez Harlequin Enterprises, filiale de la maison d’édition de Toronto, et deux à partir du français chez Otava, maison prestigieuse et ancienne) Juliette Benzoni, auteure des séries « Marianne » et « Juliette » (quatrième avec 16 traductions, vite parues après les sorties en français, dans les années 1960-1970) ; Sergeanne Golon, fameuse pour ses aventures d’Angélique (huitième avec 12 traductions) Jean Bruce et Frédéric Dard (neuvième ex-aequo avec Simone de Beauvoir) avec 11 traductions et une collection propre en finnois Agentti 0SS 117 Malko Antonio).

17La littérature française servie aux lecteurs finlandais ne relève donc pas exclusivement de la production « haut de gamme ». En outre, les traductions ne collent pas aux tendances de la littérature en France à la même époque (existentialisme, nouveau roman). Sur les 16 auteurs de langue française les plus traduits en Finlande, six sont répertoriés dans l’Index Translationum : il s’agit de Simenon, Jules Verne, Balzac, Dumas (père), Maupassant et Gérard de Villiers. S’il y a un décalage entre les originaux canoniques et les dates de leur traduction, par contre ce décalage se réduit fortement entre les originaux non canoniques et leurs dates de traduction.

18De ces 16 auteurs les plus traduits, trois seulement ont reçu un des prix littéraires attribués en France – le Goncourt9 pour Simone de Beauvoir en 1954, pour Michel Tournier en 1979 (auquel il faut ajouter le Grand Prix de l’Académie française en 1967) et pour Marguerite Duras en 1984. Tous les Prix Nobel ont été traduits en finnois après l’obtention de ce Prix (Mauriac 1952, Camus 1957, Perse 1960, Sartre 1964), sauf Claude Simon dont trois livres avaient déjà été traduits avant 1985. En fait, sur les 155 auteurs primés par le Nobel, le Goncourt, le Femina, le Médicis, le Grand Prix de l’Académie, 34 seulement ont été traduits en finnois.

Tableau 3 Lauréats de prix littéraires (en italique auteurs dont des ouvrages ont été traduits après la remise du prix mais dont l’œuvre primée elle-même n’a pas été traduite).

Année

Goncourt (maison d’édition)

Nobel

1952

Mauriac

1954

De Beauvoir (Kirjayhtymä)

1956

Gary (Otava)

1957

Vailland (Gummerus)

Camus

1959

Schwarzbart (Otava)

1960

Horia (Gummerus)

Saint-John Perse

1962

Langfus (WSOY)

1964

Conchon (WSOY)

Sartre

1966

Charles-Roux (WSOY)

1967

De Mandiargues (WSOY)

1969

Marceau (WSOY)

1970

Tournier (Otava)

1975

Ajar (Otava)

1978

Modiano (WSOY)

1983

Tristan (Gummerus)

1984

Duras (Otava)

1985

Quéffelec (Otava)

Simon

1987

Ben Jelloun (Gummerus)

1990

Rouaud (Tammi)

19Ainsi, les romans valorisés en France ne sont pas toujours appréciés par les éditeurs finlandais (en termes d’affaires) puisqu’un ouvrage traduit sur quatre a été récompensé. Les prix n’aident qu’en partie à la promotion de leurs auteurs, en Finlande au moins. Sans doute parce que les droits d’auteur sont alors plus élevés.

20Qui sont les éditeurs qui publient des traductions du français ? La publication de la littérature traduite est de fait très concentrée en Finlande. Ainsi, par exemple, entre 1967 et 1978, 90 % de tous les titres littéraires dont une proportion oscillant entre 53 % et 61 % pour les traductions, ont été produits par sept maisons d’édition. En plus, on peut noter une assez forte stabilité des éditeurs finlandais envers les traductions du français : Otava (maison fondée en 1890)10 en a offert 214, WSOY (depuis 1878) 112 et Tammi (lancée en 1943) 71 – soit à eux trois 65 % des romans mis en finnois ; Gummerus (depuis 1872) suit avec seulement 50 traductions tandis que quinze éditeurs n’ont sorti qu’un seul roman traduit.

21Par ailleurs, il faut remarquer l’essor rapide du nombre de titres publiés puisque ce nombre a été multiplié par quatre entre 1945 et 1981, avec néanmoins une baisse des ventes, en rapport avec la multiplication des titres et le changement dans les pratiques de la lecture (années 1980-1990), laquelle est de plus en plus concurrencée par la télévision et la vidéo. Toutefois, quelle qu’ait été la conjoncture depuis les années 1950, six œuvres de prose sur dix ont été des traductions. L’évolution s’est faite au profit surtout de la littérature de gare, en lien étroit avec l’accroissement du nombre des points de vente, de la distribution en kiosque.

22Dans ce paysage éditorial, l’écart entre la date de parution de l’original et celle de la traduction a tendu à se réduire : 260 ouvrages sur 569 (621) sont sortis dans les 5 ans, 75 sont sortis entre 6 et 10 ans après l’original, 29 entre 11 et 20 ans – soit un total de 364 titres. Mais 57 ouvrages ont mis plus de 100 ans à être traduits !

Tableau 4. Écart (de 0 à 5 ans à plus de 101 années) entre la date de sortie de l’original en français et la date de parution de la traduction en finnois

Années

0-5

6-10

11-20

21-30

31-50

51-100

101-

Total

1951-55

14

7

1

5

1

5

12

45

1956-60

38

13

1

4

2

6

8

72

1961-65

53

6

1

6

3

2

7

78

1966-70

39

17

4

7

5

4

11

87

1971-75

39

4

7

3

7

6

3

66

1976-80

34

10

7

8

2

6

5

72

1981-85

33

11

7

4

7

6

7

75

1986-90

40

7

1

10

4

8

4

74

Total

260

75

29

47

31

43

57

569

23Il faut admettre que les traducteurs à partir du français ont été très nombreux, sans doute maints d’entre eux n’étant qu’occasionnels. En effet, on compte 198 traducteurs pour 621 ouvrages traduits (soit 3 romans par traducteur, en moyenne). En réalité, 57 seulement ont traduit plus de deux ouvrages – deux traducteurs ayant réalisé 36 traductions chacun ; un ayant 32 traductions à son actif, un autre 27, un autre encore 20, etc. 115 n’ont fait qu’une seule traduction !

  • 11 Livre sur les écrivains finlandais de l’après-guerre, édité en 1985 par M. Hirvonen, H. Launonen, A (...)

24Sans en dresser ici un profil détaillé, on peut distinguer quatre groupes de traducteurs les traducteurs salariés mais non comme traducteurs littéraires ; les indépendants qui ont traduit à partir de plusieurs langues, le français étant une de ces langues secondes ; les écrivains-traducteurs (sans doute, une vingtaine) ; les traducteurs de littérature, vivant de ce travail. C’est une situation devenue viable à partir des années 1970 grâce au système de bourses et de subventions de l’État finlandais, mis alors en place. De 1951 à 1990, le traducteur typique de la littérature française est une traductrice de un à deux romans du français, à côté d’un autre travail rémunéré. Sur les dix traducteurs les plus productifs, trois (hommes) sont mentionnés dans Suomen kirjailijat 1945-198011. Souvent diplômés de l’Université, ces auteurs ont aussi souvent composé leurs propres œuvres littéraires, et poursuivent une autre activité rémunérée. Pendant les quatre décennies observées, seule Anniki Suni a pu vivre exclusivement de ses traductions littéraires, après avoir travaillé à la chaîne publique de télévision jusqu’à la fin des années 1970. De 1978 à 1990, elle a traduit du français 36 livres dont 26 dans la seule décennie des années 1980 – entre autres, Émile Ajar, Simone de Beauvoir, Tahar Ben Jelloun, Marguerite Duras, Gustave Flaubert, Marcel Proust, Danièle Sallenave, Françoise Sagan, Michel Tournier. Soit en douze ans, trois livres par an.

25Toutes les données réunies concourent à mettre en évidence la corrélation entre « grande » maison d’édition, nombre de traductions et nombre élevé de traductions par traducteurs, selon une sorte de fidélisation réciproque. Le prestige d’un éditeur fait que le traducteur va lui rester plutôt attaché ; parallèlement, il va souvent traduire les travaux d’un même auteur. Par exemple, Jules Verne a huit traducteurs pour 22 traductions (l’un d’entre eux ayant traduit onze titres, deux ayant traduit trois titres chacun, et cinq ayant traduit un seul titre). De ces huit, un seul a traduit d’autres auteurs.

26Deux tendances marquent donc l’importation de la littérature française en Finlande pour cette période qui s’étend de 1951 à 1990 : d’abord, l’image dominante est celle d’une littérature populaire, plutôt que canonique, surtout dans les années 1960-1970, l’espace éditorial étant néanmoins partagé entre un pôle commercial et un pôle légitime ; ensuite, le nombre d’ouvrages traduits est resté assez élevé.

La littérature finlandaise en France entre 1980 et 2000

27Les traductions du finnois en français sont moins nombreuses que celles du français en finnois et s’étalent sur une plus courte durée : il y a relativement peu de traductions littéraires à partir du finnois avant 1980. Comme déjà indiqué, sont ici pris en compte roman, poésie et théâtre. Sont exclus les anthologies, les récits publiés dans des revues, les essais, les livres historiques. Notre objectif est également un peu différent : il s’agit maintenant de saisir ce qui amène à traduire une littérature périphérique. L’étude des 116 ouvrages, dispersés entre 45 éditeurs, devrait nous permettre de répondre aux questions suivantes : existe-t-il des stratégies déclarées de la part des maisons d’édition ? Comment celles-ci sélectionnent-elles, distribuent-elles, promeuvent-elles une littérature relativement récente, écrite en grande partie dans une langue méconnue ? Y a-t-il des traits communs aux ouvrages finlandais traduits du finnois ou du suédois ?

  • 12 Suomalaisen Kirjallisuuden Seura (SKS) (Centre d’information sur la littérature finlandaise) http:/ (...)

28Pour obtenir des réponses, nous avons mené une recherche bibliographique et réalisé des entretiens plutôt qu’élaboré des statistiques, afin de faire apparaître les critères qualitatifs mis en avant par les acteurs. Ces démarches n’ont pas exclu un regard critique sur la position des maisons d’édition sur le marché. Ont été interviewés deux spécialistes de littérature finlandaise (novembre 2001, par courriels) et cinq éditeurs (sur place, en France). Les deux personnalités en question sont Tarmo Kunnas, professeur d’Université en littérature comparée, et Iris Schwanck, directrice du Centre d’information sur la littérature finlandaise12, la fonction de ce Centre qui relève de la politique culturelle de l’État étant de faire connaître la littérature finlandaise à l’étranger et d’aider à prendre des risques pour éditer sans pour autant déterminer les choix des éditeurs. Les cinq éditeurs étaient les représentants de deux grandes maisons d’édition : Gallimard et Denoël (rachetée entre-temps par le premier), d’une moyenne Actes Sud, et deux petites L’Élan/Nantes et les éditions Riveneuve/Marseille. Les questions posées ont porté sur les fonctions de l’enquêté, sa perception de la littérature finlandaise en France, ses opinions sur le comportement du lecteur dans l’Hexagone, ses réactions à propos de la liste des 116 titres répertoriés et sur la pratique éditoriale en général. D’évidence, l’analyse de ces métadiscours, avec leurs ruses, leurs projections, leurs non dits, leurs ambiguïtés, leurs affirmations convenues, n’est pas facile.

29La littérature finlandaise en France a connu une évolution certaine ces dernières années. En effet, si dans les années 1980, on trouve 25 éditeurs pour 44 ouvrages finlandais traduits, dans les années 1990, il y en a 26 pour 72 ouvrages traduits, grâce en partie à des aides françaises du CNL (Centre national du livre)13 et à des fonds finlandais d’aide à la traduction, une communauté nationale pouvant se donner les moyens non seulement pour importer des littératures (intraductions) mais aussi pour exporter la sienne (extraductions), de sa littérature classique à la contemporaine.

30Il faut noter que certains auteurs ont été traduits ailleurs avant de l’être en français (par exemple Monika Fagerholm : Femmes merveilleuses au bord de l’eau qui a été traduit en norvégien, danois, allemand… avant de paraître chez Gallimard en 1998). D’autres auteurs n’ont été traduits qu’en France (par exemple Bo Carpelan, suédophone, et nombre d’auteurs édités chez l’Élan). Enfin, quelques écrivains avaient déjà été traduits en français plus tôt, avec d’autres textes (c’est le cas par exemple de Mika Waltari).

  • 14 Festival Les Boréales (littérature, danse, concerts, cinéma, expositions), 16e édition en 2007. www (...)

31Dans cette importation des textes étrangers, divers intervenants ont un poids déterminant le directeur de collection, par exemple chez Actes Sud, sans forcément que ses critères de décision soient purement subjectifs ; les membres du comité de lecture (par exemple chez Gallimard), qui se décident sur des extraits en français ou en anglais. Parfois, une note ou une recommandation des traducteurs peut influer (ce fut le cas par exemple d’Anne Papart qui a su imposer Rosa Liksom à la Découverte, en 1990, 1992 et 1995, les trois seuls ouvrages finlandais chez cet éditeur). On ne saurait négliger non plus le rôle de promotion joué par le festival Les Boréales qui a lieu à Caen, en novembre de chaque année, avec des invitations d’auteurs et des lancements de traductions14.

32Malgré tout, la diffusion de la littérature finlandaise en France reste modeste, avec des tirages compris entre 200 et 1 500 exemplaires (en moyenne) – les éditeurs rentrant ainsi rarement dans leurs frais. Ainsi, par exemple, le Chaperon rouge (300 pages) de Märtä Tikkanen (suédois-français) a été tiré en 1999 par les éditions de l’Élan à 500 exemplaires. L’achat des droits s’est élevé à 5 000 Frs, les frais de traduction à 25 200 Frs la composition et la mise en page à 6 000 Frs le montage et la photogravure à 6700 Frs, l’impression à 10 500 Frs, le façonnage à 4 600 Frs, le papier à 3 500 Frs, la publicité et le service de presse à 1 500 Frs, soit un total de 63 000 Frs dont 40 % pour la traduction.

33Pourquoi publie-t-on de la littérature finlandaise Les raisons sont assez hétéroclites et ne peuvent être ici hiérarchisées : on justifie le choix tantôt par la thématique plutôt que par le style (en se référant à la mythologie, à l’exotisme, au monde arctique, à la proximité de la nature, etc. – vendant de la sorte un livre un peu comme on vend le tourisme en Laponie, selon certains stéréotypes sur le Nord), tantôt par le souci d’assurer la continuité de l’œuvre d’un auteur ou encore par la volonté de diversifier les offres de lecture. Au final, la liste des auteurs traduits du finnois vers le français est assez diversifiée. Parmi les classiques, on citera Alexis Kivi (1834-1872), Juhani Aho (1861-1921), Franz Emil Sillanpää (1888-1964), prix Nobel de littérature en 1939, Mika Waltari (1908-1979), Tove Jansson (1914-2001). Parmi les contemporains, le plus connu est sans doute Arto Paasilina (1942-) : le succès de librairie du Lièvre de Vatanen, sorti en français en 1989, a conduit à sa réévaluation en Finlande. On mentionnera aussi Bo Carpelan, de langue suédoise (1926-), Pentti Holapaa (1927-), Paavo Haavikko (1931-), Märtä Tikkanen (1935-), Daniel Katz (1938-), Antti Tuuri (1944-), Matti Joensuu (1948-), auteur de romans policiers, Leena Lander (1955-), Rosa Liksom (1958-), et la suédophone Monika Fägerholm (1961-). On notera que les femmes sont aussi présentes que les hommes parmi les écrivains récemment traduits.

34L’évolution croisée des littératures entre la France et la Finlande et entre la Finlande et la France est divergente pour différentes raisons : il y a d’abord les différences des systèmes littéraires de départ, le français étant plus ancien que le finlandais en train de se construire. Il y a en outre des différences dans les maisons d’édition (grandes, moyennes, petites en France ; seulement grandes en Finlande), sans oublier les différences dans les aides à la traduction, peut-être plus systématiques en Finlande qu’en France. Enfin, on ne saurait négliger de mettre en rapport cette évolution avec les politiques traductionnelles prises dans un sens plus large, pour ne pas les réduire à un face-à-face littéraire entre deux pays : la traduction est quasi omniprésente dans le quotidien finlandais alors qu’elle est plus discrète ou moins visible en France. En outre, cette évolution est marquée par d’autres enjeux tels que celui de la place du livre (littéraire ou pas), celui de la lecture et celui de la place de l’apprentissage des langues, nous confrontant à un paradoxe si l’anglais est devenu quasiment langue seconde en Finlande, cela n’empêche pas qu’on traduise toujours plus à partir de cette langue.

Notes

1 Voir par exemple Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l'édition » art. cité ; Anne Brunila & Liisa Uusitalo, The Dual Structure Hypothesis and the Book Industry, Helsinki School of Economics 1989 Françoise Benhamou, « Le marché du livre : un état des travaux », Revue française de sociologie, n° 27, 1986, pp. 545-558 ; Lewis Coser, Charles Kadushin & Walter W. Powell, Books the Culture and Commerce of Publishing, New Haven, The University of Chicago, 1982.

2 Itamar Even-Zohar, « Studies Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990.

3 Yves Gambier, La Littérature finlandaise en français. Bibliographie 1842-1997, Turku, Université de Turku, Centre de traduction et d’interprétation, 1997.

4 Historiallinen sanomalehtikirjasto 1771-1890 (Bibliothèque historique de la presse). http://digi. lib.helsinki. fi/index.html

5 Le Réalismefrançais en Scandinavie (RFS) (projet de recherche nordique lancé en 2000) : http://www.realisme.net ; Bibliographie RFS des traductions scandinaves de la littérature française (BREFS) http://www.hf.uio.no/ilos/forskning/brefs

6 Hannu Riikonen, Urpo Kovala, Outi Paloposki & Pekka Kujämäki (eds), Suomennoskirjallisuuden historia (Histoire de la traduction littéraire en Finlande), 2 volumes, Helsinki, Suomalaisen Kirjallisuuden Seura (SKS), 2007.

7 Fennica/Suomen Kansallisbiblio grafia (Bibliographie nationale de Finlande) : http://fennica.linneanet.fi

8 Simo Sjöblom, Rikoskirjallisuuden bibliografia 1864-1984, Hämeenlinna, Karisto, 1985.

9 Prix Goncourt : http://www.academie-goncourt.fr.

10 Voir les pages en anglais des éditeurs suivants. Otava : http://www.otava.fi/en_GB ; WSOY http://www.wsoy.fi/index.jsp ?c=/page&id=89&chapter=71 ; Tammi : http://www.tammi/fi/sivut/4

11 Livre sur les écrivains finlandais de l’après-guerre, édité en 1985 par M. Hirvonen, H. Launonen, A. Nybondes & I. Bäksbacka.

12 Suomalaisen Kirjallisuuden Seura (SKS) (Centre d’information sur la littérature finlandaise) http://www.finlit.fi (cliquez sur Fili puis sur Translation data base : traductions de la littérature finlandaise depuis 1853).

13 http://www.centrenationaldulivre.fr/(voir en particulier les « ouvrages soutenus »).

14 Festival Les Boréales (littérature, danse, concerts, cinéma, expositions), 16e édition en 2007. www.crl.basse-normandie.com.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search