Version classiqueVersion mobile

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Troisième partie. La traduction comme vecteur des échanges culturels

Chapitre 11. L'évolution des échanges culturels entre la France et les Pays-Bas face à l'hégémonie de l'anglais

Johan Heilbron

Texte intégral

1Comparer les traductions du français en néerlandais avec celles du néerlandais en français permet d’analyser non seulement les échanges inégaux entre une culture supranationale longtemps dominante en Europe et un pays plus périphérique dans l’espace mondial, mais aussi d’étudier des réponses divergentes à la domination contemporaine de l’anglais et de la culture anglo-américaine.

  • 1 Peter J. Katzenstein, Small States in World Markets, Ithaca/London, Cornell University Press, 1985.

2Comme petit pays entouré de plusieurs grandes puissances, les Pays-Bas ont toujours dépendu étroitement des nations voisines, aussi bien en matière économique et politique que culturelle. Le type de relations induites par cette position dans l’espace international a engendré la contrainte de suivre de près l’évolution d’autres États, surtout celle de l’Allemagne, de l’Angleterre et de la France. Une orientation internationale forte s’est ainsi imposée aux élites nationales, et elle s’est traduite, par exemple, par une maîtrise traditionnellement assez répandue de ces langues, et notamment de l’anglais. Cette ouverture vis-à-vis de l’étranger est visible dans beaucoup de domaines dans le commerce et les échanges économiques aussi bien que dans les pratiques culturelles telles que la publication régulière de comptes rendus de livres étrangers dans les journaux, ou l’habitude de ne montrer les films qu’en version originale sous-titrée. L’ouverture vis-à-vis des grands pays voisins va de pair avec une adaptation relativement rapide aux changements des rapports de force internationaux. Cet habitus national, qu’on peut décrire comme une sorte de suivisme actif, s’observe dans des domaines très différents. Le politologue Peter Katzenstein a ainsi analysé la flexibilité adaptative des systèmes politiques des petits pays européens comme la Norvège, la Suède, les Pays-Bas, et l’Autriche. À l’inverse de ce qui se passe dans des pays plus grands, les élites de ces pays évitent de se replier sur le protectionnisme tandis que les structures de concertation locales – Katzenstein parle de « corporatisme démocratique – se chargent d’encourager de telles adaptations1.

  • 2 Frans Ruiter, « Regenbak of fontein Nederlandse literatuurhistorici over volk en buitenland », Foru (...)

3L’absence de protectionnisme et l’adaptation rapide aux rapports de force internationaux caractérisent aussi le champ culturel de la plupart des petits pays. Les historiens de la littérature néerlandaise ont ainsi constaté que l’évolution de la littérature nationale suit globalement celle des centres littéraires les plus reconnus, et ceci apparemment sans beaucoup de particularités spécifiques2. Si l’on considère l’évolution des traductions aux Pays-Bas, la même tendance générale s’observe. Pendant toute la période de l’après-guerre, on constate une croissance forte et presque continue des traductions de l’anglais, croissance qui, dans la période plus récente, va de pair avec un recul des traductions du français et de l’allemand.

  • 3 Voir les chapitres 3, 5 et 6.

4Dans le cas de la France, et probablement aussi dans les autres aires culturelles qui occupent une position analogue dans l’espace mondial, la résistance à l’hégémonie de l’anglais et de la culture anglo-américaine est, en revanche, beaucoup plus vive et communément vécue comme une défense légitime et même urgente des meilleures traditions nationales. Si une telle posture de défense peut prendre des formes très différentes, c’est en partie au nom de la grande tradition littéraire de la France que les éditeurs français ont publié un nombre croissant de traductions, y compris des traductions de petites langues et de littératures périphériques auparavant pratiquement inconnues3.

5Les traductions du néerlandais en France et les traductions du français aux Pays-Bas semblent ainsi avoir connu une évolution inverse. Si aux Pays-Bas, les traductions du français et la connaissance de la langue française sont en déclin, les traductions du néerlandais en France ont connu une croissance certaine et même une reconnaissance proprement littéraire qui est historiquement sans précédent. Pour expliquer ces tendances divergentes, on peut avancer l’hypothèse qu’elles sont liées à des orientations géopolitiques et géoculturelles elles-mêmes divergentes, notamment vis-à-vis de la domination anglo-américaine.

L’évolution du marché de la traduction aux Pays-Bas

  • 4 Les données utilisées proviennent des rapports annuels de la Stichting Speurwerk. Je renvoie sur ce (...)

6L’évolution du marché du livre et de la traduction aux Pays-Bas a connu une croissance forte tout au long du 20e siècle. Pour le montrer, je me réfère pour l’essentiel aux données qui ont été produites jusqu’en 1997 par une fondation pour la recherche du livre, la Stichting Speurwerk betreffende het Boek (1960-2006). Ces données annuelles sur l’ensemble des titres produits reposent sur une même définition du livre, définition relativement stricte puisqu’elle exclut la littérature grise et ne retient que les livres publiés et republiés par des éditeurs reconnus, c’est-à-dire l’ensemble des nouveautés, rééditions et nouvelles éditions. Pour les chiffres jusqu’en 1997, il s’agit donc d’une définition à la fois cohérente et relativement restreinte du livre4.

  • 5 Stichting Speurwerk betreffende het Boek, Een eeuw boeken, Amsterdam (sans date).

7Le marché du livre a connu une croissance forte tout au long du 20e siècle (voir Graphique 1). Cette croissance suit en gros celle de la population, de la scolarisation et de l’augmentation du pouvoir d’achat. La courbe montre que le nombre de livres produits double pendant une période de 35 à 40 ans5. Après la chute de la production pendant la Deuxième Guerre mondiale, la croissance reprend après la Libération, croissance renforcée en particulier par l’introduction du livre de poche, qui fait baisser le prix des livres. L’introduction du livre de poche a été également un facteur important dans la croissance des traductions puisque beaucoup de classiques de la littérature mondiale (Shakespeare, Balzac, etc.) sont publiés ou republiés dans de nouvelles collections de poche.

Graphique 1. Nombre total de livres néerlandais, 1900-1997 : nombre total de titres (nouveautés et réimpressions) et nombre total de réimpressions.

Graphique 1. Nombre total de livres néerlandais, 1900-1997 : nombre total de titres (nouveautés et réimpressions) et nombre total de réimpressions.

Source : Stichting Speurwerk betreffende het boek

Graphique 2. Pourcentage des traductions dans la production de livres néerlandais, 1946-1997.

Graphique 2. Pourcentage des traductions dans la production de livres néerlandais, 1946-1997.

Source : Stichting Speurwerk betreffende het boek

8Dans l’ensemble des livres publiés en néerlandais, une partie de plus en plus importante concerne les traductions (Graphique 2). La proportion des traductions dans la production nationale des livres augmente d’environ 5 % après la Deuxième Guerre mondiale à presque 30 % à la fin du 20e siècle. Cette croissance a été possible grâce à l’introduction du livre de poche déjà évoquée et à l’augmentation du nombre des traducteurs professionnels, qui ont formé leur association professionnelle en 1956 et qui ont créé leurs propres écoles et instituts de formation depuis la fondation du premier institut pour la formation des traducteurs, l’Instituut voor vertaalkunde, en 1964. Les traducteurs littéraires, qui par la suite se sont séparés des traducteurs professionnels et techniques pour s’allier aux écrivains, ont établi un prix national de la traduction littéraire, le Martinus Nijhoff Prijs, en 1954, et ils bénéficient depuis 1969 de la possibilité d’obtenir un « additionnel si la qualité littéraire de leur travail le justifie. En outre, une fondation publique, la Fondation néerlandaise pour la production et la traduction littéraire (NLPVF), fondée en 1965 et restructurée en 1991, gère un ensemble de bourses (bourses de travail, bourses de voyage) et d’autres programmes de soutien destinés aux écrivains et aux traducteurs littéraires6. Parmi les initiatives plus récentes de cette fondation, une Maison des traducteurs a été établie à Amsterdam en 1991 pour héberger des traducteurs de la littérature néerlandaise, et un nouveau prix de la traduction a été introduit en 2004.

  • 7 Sandra van Voorst, Weten wat er in de wereld te koop is. Vier Nederlandse uitgeverijen en hun verta (...)
  • 8 Ces chiffres ne concernent que la catégorie des « livres généraux », c’est-à-dire les livres vendus (...)

9Dans la courbe ascendante du pourcentage des traductions, deux moments de recul sont visibles. Le premier se situe autour de 1970 et correspond à une crise de surproduction de livres suivant une longue période de hausse. La crise avait notamment touché le secteur des livres de poche, plusieurs éditeurs de ce secteur ont fait faillite et d’autres ont restructuré leurs collections, avec pour conséquence le recul temporaire de la proportion des traductions7. Le deuxième moment de recul n’est plus uniquement conjoncturel. Dans des conditions d’une crise économique générale, le nombre des livres vendus a connu un déclin de presque 20 % entre 1982 et 1988. Ce n’est que depuis 1990 que les ventes ont commencé à augmenter à nouveau, mais elles ont connu une nouvelle baisse pendant la deuxième moitié des années 1990. Cette fois la baisse n’est plus liée à la conjoncture économique, mais surtout à la concurrence d’autres médias (internet, télévision satellite et payante). Le recul du livre par rapport à d’autres médias est particulièrement net si l’on considère les ventes en 2000, le nombre total des livres vendus était 18 % plus bas que 25 ans plus tôt8.

10Regardons maintenant la répartition des traductions par langue d’origine. Les traductions de l’anglais constituent une part de plus en plus importante des traductions. En 1997 elles représentent trois quarts de tous les livres traduits (Graphique 3). Il y a donc un écart de plus en plus marqué entre les traductions de l’anglais et celles de toutes les autres langues. Mais au lieu de calculer la proportion des traductions de l’anglais dans l’ensemble des traductions, comme cela se fait habituellement, on peut aussi calculer sa proportion dans l’ensemble des livres publiés. En utilisant cette méthode de calcul, il n’y a pas seulement concurrence entre les langues étrangères, mais entre toutes les langues, y compris la langue indigène. Ce raisonnement produit une image différente de l’évolution des traductions (Graphique 4).

Graphique 3. Pourcentage des traductions de l’anglais, de l’allemand, du français et d’autres langues dans l’ensemble des traductions en néerlandais, 1946-1997.

Graphique 3. Pourcentage des traductions de l’anglais, de l’allemand, du français et d’autres langues dans l’ensemble des traductions en néerlandais, 1946-1997.

Source : Stichting Speurwerk betreffende het Boek

Graphique 4. Pourcentage des traductions de l’anglais, de l’allemand, du français et d’autres langues dans l’ensemble des livres néerlandais, 1946-1997.

Graphique 4. Pourcentage des traductions de l’anglais, de l’allemand, du français et d’autres langues dans l’ensemble des livres néerlandais, 1946-1997.

Source : Stichting Speurwerk betreffende het Boek

11Les traductions de l’anglais ont connu une croissance bien plus forte que les traductions d’autres langues (voir Graphique 4). Mais on constate aussi que les traductions de l’allemand, du français et d’autres langues ont également connu une croissance relative jusqu’à la fin des années 1970. Dans un premier temps, ce sont donc des livres néerlandais et leurs auteurs qui ont perdu une partie de leur marché. Ce n’est qu’à partir de 1980 que la proportion des traductions du français, de l’allemand et d’autres langues dans l’ensemble des livres publiés commence à baisser. À la fin des années 1980, seules les traductions de l’anglais reprennent une croissance relative.

12Une idée plus précise de ce qui est traduit peut être obtenue en croisant langues, sources et catégories de livres. La propriété dominante est la relation étroite entre domination et variété plus une langue domine les traductions, plus elle est présente dans les différentes catégories de livres distinguées dans les statistiques de la Stichting Speurwerk. Des traductions de l’anglais figurent ainsi dans chacune des 33 catégories de livres distinguées. Les traductions de l’allemand sont présentes dans 27 catégories, celles du français dans 22 catégories, celles de l’italien dans 13 catégories, de l’espagnol dans 5, et ainsi de suite (données pour l’année 1993).

13En comparant les traductions par catégorie et par langue, on constate d’abord qu’on traduit le plus dans les catégories « prose » et « jeunesse ». Dans la catégorie « prose », la majorité des ouvrages sont des traductions (70 % en 2002), dans la catégorie « jeunesse », la proportion des traductions est de 38 %. D’autres catégories où la proportion des traductions est relativement élevée sont « religion » (30 %), « histoire » (20 %) et « technologie » (20 %). Certains genres, par contre, sont imperméables aux auteurs étrangers les livres scolaires, les livres juridiques, ou encore les essais politiques.

14Les traductions de l’anglais dans la rubrique « prose » concernent beaucoup moins les belles-lettres que la littérature de « divertissement » (best-sellers de genres divers, policiers, espionnage, science-fiction, etc.). De l’allemand on traduit, en revanche, relativement peu de « prose », mais plus de livres de « philosophie » de « religion » de science, et un nombre particulièrement élevé de livres technologiques et pratiques (agriculture, technologie, ménages, sports/jeux). La production allemande traduite est relativement peu littéraire et étant surtout scientifique, technologique et pratique, elle n’est pas étrangère aux affinités protestantes. Du français on traduit plus d’ouvrages littéraires, de jeunesse (y compris les bandes dessinées) et d’histoire. Parmi les traductions du français, il y a aussi une proportion relativement élevée de livres littéraires autres que la prose (poésie, théâtre, histoire et critique littéraire). Si l’on ajoute la grande proportion de « haute » littérature dans la catégorie « prose », on constate que l’importation des ouvrages français est toujours fortement marquée par un intérêt littéraire.

  • 9 Cf. Michel Geenen, Het aandeel van vertalingen binnen het geheel van verhalende prozateksten die in (...)

15Des pays culturellement dominés, on traduit très peu et uniquement dans certaines catégories, notamment les catégories « prose » et « jeunesse ». Certains pays ont néanmoins réussi à imposer une spécialité particulière. Du suédois, on traduit beaucoup de livres pour enfants (43 %) et, chose très rare, même quelques livres classés comme des livres pédagogiques. En règle générale, la non-fiction est presque exclusivement traduite des trois langues dominantes, alors que la fiction provient de beaucoup plus d’aires linguistiques. Les éditeurs proprement littéraires traduisent aussi souvent d’autres langues que les trois principales, tandis que cela est très rare pour les éditeurs non-littéraires9.

16En analysant de plus près la catégorie « prose », Michel Geenen avait observé que les titres néerlandais sont un peu moins chers que les traductions et ont plus de chance d’être réimprimés. Les traductions d’autres langues que les trois principales sont donc relativement spécialisées et souvent concentrées chez certains éditeurs (Bert Bakker pour l’italien, Van Oorschot pour le russe, Meulenhoff pour l’espagnol). Pour les langues exotiques (japonais, chinois, langues scandinaves, finnois, portugais, etc.), un éditeur, Meulenhoff, domine le marché. Ce n’est pas un hasard si cette maison d’édition, très importante dans le monde de la traduction, a été fondée en 1895 comme une entreprise d’importation de livres.

  • 10 La fondation pour la recherche sur le livre, qui était financée et contrôlée par le syndicat nation (...)
  • 11 Sur ces données, voir Renske van Rees, Vertalingen in transnationaal perspectief, Doctoraalscriptie (...)

17Afin de considérer les années les plus récentes, il faut consulter une autre source, qui est moins sélective que la précédente10. D’autres sources pour l’évolution des traductions sont les bibliographies produites par la Bibliothèque royale à La Haye, qui étaient la source des données de la Stichting Speurwerk. Elles sont beaucoup moins sélectives que les données précédemment utilisées et sont comparables aux données du dépôt légal en France. Suivant un usage sélectif de ces données, en retenant uniquement les publications qui ont un numéro ISBN et en considérant uniquement le nombre absolu des traductions par langue, ces chiffres confirment sans ambiguïté la progression de l’anglais, à la fois en nombre absolu et en proportion, pendant la période allant de 1990 à 200211. Le déclin du français est, selon ces données, encore plus marqué, à la fois en nombre absolu et en pourcentage. L’allemand reste relativement stable en valeur absolue, mais recule aussi en proportion. Quant au nombre des traductions dans la catégorie « langues il est caractérisé par une croissance en valeur absolue, tout en restant stable proportionnellement (autour de 2 % de l’ensemble des livres publiés). (Graphique 5 et 6).

Graphique 5. Nombre total de traductions en néerlandais (tous genres confondus) de l’anglais, de l’allemand, du français, et d’autres langues, 1990-2002.

Graphique 5. Nombre total de traductions en néerlandais (tous genres confondus) de l’anglais, de l’allemand, du français, et d’autres langues, 1990-2002.

Source : Brinkmans Cumulatieve catalogus – Koninklijke bibliotheek. Renske van Rees, Vertalingen in transnationaal perspectief, Rotterdam, Université Erasme, 2004.

Graphique 6. Nombre total de traductions (tous genres confondus) de l’allemand, du français et d’autres langues, 1990-2002.

Graphique 6. Nombre total de traductions (tous genres confondus) de l’allemand, du français et d’autres langues, 1990-2002.

Source : Brinkmans Cumulatieve catalogus – Koninklijke bibliotheek. Renske van Rees, Vertalingen in transnationaal perspectief, Rotterdam, Université Erasme, 2004.

18Si l’on devait les résumer brièvement, quatre conclusions se dégagent.

19L’intensification des échanges internationaux dans le domaine éditorial s’est traduite depuis la Deuxième Guerre mondiale par une augmentation forte des traductions, passant de 5 % à presque 30 % de la production nationale des livres. À côté des traductions, 13 % des livres publiés aux Pays-Bas (2258 en 1997) sont des ouvrages en langue étrangère, presque tous des ouvrages scientifiques en anglais publiés par des éditeurs scientifiques (Brill, Elsevier, Kluwer, etc.). Le monde éditorial aux Pays-Bas est donc très fortement encastré dans l’économie internationale du livre.

20Dans cet espace international, la domination de l’anglais est de plus en plus marquée. Trois quart des traductions néerlandaises sont actuellement des traductions de l’anglais un livre néerlandais sur cinq est une traduction de l’anglais. Les traductions de l’anglais ne sont pas seulement beaucoup plus nombreuses que les traductions d’autres langues, elles sont aussi plus variées les traductions de l’anglais sont présentes dans toutes les 33 catégories des statistiques du livre, ce qui est une propriété unique des traductions de l’anglais. Les traductions de l’allemand sont présentes dans 27 catégories, celles du français dans 22 catégories, celles de l’italien dans 13 catégories, de l’espagnol dans 5, et ainsi de suite. Les traductions des petites langues ou des langues les plus exotiques ne concernent souvent qu’une ou deux catégories, celles de la prose et des livres pour enfants.

21Sur l’ensemble des traductions, il y a eu une certaine diminution de la diversité linguistique. Jusqu’aux années de la crise du monde de l’édition des années 1980, les traductions de l’allemand, du français et d’autres langues ont connu une croissance beaucoup moins importante que celles de l’anglais, mais une croissance tout de même, à la fois absolue et relative. Depuis les années 1980, la proportion des traductions du français et de l’allemand dans l’ensemble des livres publiés est en baisse, tandis que celle de l’anglais continue d’augmenter. Cette divergence indique une réorientation culturelle au profit de l’anglais auprès des nouvelles générations de lecteurs, au détriment du français et de l’allemand.

  • 12 Johan Goudsblom, « Le miroir sans tain », Liber, numéro 2, juin 1990. Voir aussi Johan Goudsblom, T (...)

22Le niveau élevé d’importation va de pair avec une faible exportation. Pour six livres traduits en néerlandais, un livre néerlandais est traduit dans une autre langue. Étant peu connus en dehors de leur propre pays, la position des écrivains et intellectuels néerlandais ressemble à celle d’observateurs placés derrière un « miroir sans tain », ce subterfuge utilisé par les psychologues12 : à l’abri du miroir, ils observent, sans être vus, ce qui se déroule de l’autre côté. Le verre n’est transparent que pour eux. Les écrivains et les intellectuels hollandais sont, pour ainsi dire, des cosmopolites isolés ils sont voués à lire sans être lus et, habitués à ce sens unique, ils emboîtent le pas aux centres internationaux et n’osent que très rarement en prendre la tête ou dévier des courants en vogue. On s’informe sur ce qui se passe à l’étranger, on « suit » les débats, mais moins comme participants que comme observateurs qui restent hors jeu.

Les traductions du Néerlandais en France

  • 13 Pour une esquisse historique des traductions du néerlandais, voir notre chapitre cité plus haut (no (...)
  • 14 Cf. Paul Delsemme, « Découverte des lettres néerlandaises par les français à la fin du xixe siècle  (...)

23Considérant, dans l’autre sens, le cas des traductions du néerlandais en français, on observe une tendance inverse au cours de la même période à peu près, c’est-à-dire depuis les années 1980. Traditionnellement, le nombre des traductions du néerlandais vers d’autres langues est extrêmement faible13. En dépit de la position de force des Provinces-Unies dans l’Europe pré-moderne et la forte présence d’éditeurs internationaux, les écrivains néerlandais ont été très rarement traduits et n’ont pas eu de véritable reconnaissance littéraire internationale. À la différence des peintres, il n’y a pas d’école néerlandaise en littérature, et aucun écrivain néerlandais n’a réussi à entrer dans le canon littéraire international. Les commentaires des spécialistes et quelques bibliographies indiquent que, tout au long du 19e, le nombre de traductions du néerlandais vers d’autres langues a été extrêmement faible. Le premier changement date de la fin du 19e siècle. Au moment où la littérature russe et la littérature scandinave ont été découvertes dans les centres littéraires, plusieurs écrivains néerlandais ont été traduits en allemand, dans des langues scandinaves, et aussi en français14.

  • 15 Leendert Brummel, « Voorrede » in Vertalingen van Nederlandsche letterkunde na 1880 aanwezig in de (...)

24Cette première vague de traductions n’est pas passée inaperçue aux Pays-Bas. En 1939, la Bibliothèque royale à La Haye organisait une exposition des ouvrages néerlandais traduits. À cette occasion, les responsables constataient que les conditions de réception avaient « complètement changé » : la littérature néerlandaise n’était plus considérée comme intraduisible et avait trouvé un public en dehors des frontières. Le bibliothécaire Brummel expliquait le changement non pas par la reconnaissance tardive de qualités littéraires longtemps méconnues, mais par le fait que la demande des ouvrages littéraires ou semi-littéraires dans les pays voisins était apparemment devenue si grande que la production nationale n’était plus suffisante pour la satisfaire15.

25Prolongeant l’expérience de la première vague de traductions, une politique culturelle de promotion des traductions littéraires s’est développée après la Deuxième Guerre mondiale. De nouvelles traductions littéraires sont publiées par l’intermédiaire de la Fondation pour la promotion de la traduction des œuvres littéraires néerlandaises, la Stichting ter bevordering van de vertaling van Nederlands letterkundig werk. Cette fondation, créée en 1954, collabore avec des instances flamandes et entretient des relations avec les traducteurs, les agents littéraires et les maisons d’édition aussi bien néerlandaises qu’étrangères. Elle essaie d’intéresser les éditeurs étrangers en proposant des livres à traduire et en subventionnant les traductions. Mais en dépit des possibilités de subvention et des activités de promotion, le nombre de traductions reste relativement faible et leur qualité est contestée.

  • 16 Willem Frederik Hermans, « Het lijden der vertaalde schrijvers » (La souffrance des écrivains tradu (...)

26Les difficultés de l’exportation sont bien illustrées par les critiques de certains écrivains. L’un des plus grands écrivains néerlandais de l’après-guerre, Willem Frederik Hermans, avait vivement critiqué les pratiques de traduction et de publication cautionnées par la Fondation. Dans un essai sur « la souffrance des écrivains traduits » il rappelait la qualité douteuse des traductions en ajoutant que les maisons d’édition étrangères étaient très souvent marginales, voire obscures. Il aurait mieux valu, selon lui, faire preuve de patience que de s’arranger avec une maison d’édition plus intéressée par les subventions publiques que par l’œuvre de l’écrivain à traduire16.

  • 17 Maria Schenkeveld, Dutch Literature in the Age of Rembrandt, Amsterdam, John Benjamins, 1991.

27Parmi les obstacles à l’exportation, il y a sans doute eu aussi l’absence d’un exemple antérieur reconnu. La littérature néerlandaise et flamande n’avait pas d’auteur internationalement connu : ni écrivain classique, ni auteur moderne, pas de Cervantes ou de Dante, et pas non plus d’Ibsen ou Strindberg, qui ont joué un rôle important pour rendre visible la littérature scandinave. Ce manque de capital symbolique, illustré par le fait que le prix Nobel n’a jamais été décerné à un écrivain de langue néerlandaise, a fait que la littérature néerlandaise n’a pas attiré de bons traducteurs. Or, faute de traducteurs de haut niveau, qui sont aussi des informateurs et des critiques, pas de chance d’obtenir une reconnaissance internationale proprement littéraire. Sans accumulation primitive, sans exemple ou modèle antérieur reconnu, il est très difficile de briser le cercle vicieux. Les stratégies internationales des peintres hollandais montrent bien l’atout d’une tradition reconnue. À la différence des écrivains, ils se réfèrent régulièrement à la tradition nationale, qu’ils commentent et qu’ils citent comme source de comparaison ou d’inspiration, même si ce n’est que pour mieux s’en défaire. Il n’est par conséquent pas exceptionnel que les écrivains comparent leur œuvre à celle des peintres. Hugo Claus avait ainsi comparé Le Chagrin des Belges à la peinture de Pieter Bruegel ; une histoire de la littérature néerlandaise en anglais s’intitule Dutch literature in the Age of Rembrandt17.

  • 18 Voir par exemple Ria Vanderauwera, Dutch Novels Translated into English, Amsterdam, Rodopi, 1985 ; (...)

28Au cours des années 1980, plusieurs études dressent un bilan sévère des activités de traduction et de promotion de la Fondation concernée18. Par rapport aux efforts déployés, les résultats sont considérés comme décevants. À propos de la situation en France, on pourrait par exemple citer le témoignage de l’écrivain Cees Nooteboom lors d’un colloque franco-néerlandais en 1987 sur « Le livre traduit ». Nooteboom, auteur de récits de voyages et à l’époque l’un des rares auteurs néerlandophones traduits, n’était pourtant pas encore reconnu comme un auteur européen de premier ordre. L’inexistence de la littérature néerlandaise comme catégorie dans les librairies et les bibliothèques l’avait énervé :

  • 19 Cees Nooteboom cité dans Table ronde : Le livre traduit, 27-28 avril 1987, Amsterdam : Maison Desca (...)

« Vous savez que les auteurs sont des êtres vains. Alors, du moment que leur livre est publié en France, ils vont par exemple à cette librairie où ils sont toujours allés, la Hune. Et ils cherchent ils cherchent et ils voient “littérature italienne”, “littérature russe”, “littérature japonaise”. Ils cherchent, et ils cherchent et ils ne trouvent pas la littérature néerlandaise. Alors, ils demandent “Madame ou mademoiselle, où est-ce que je trouve la littérature…” “Ah… c’est chez les divers”. Alors ils cherchent là, ils trouvent quatre livres [...], si je suis heureux, je trouve mon livre, mais plutôt pas… Et alors, déconcerté, je vais au “Divan” qui est à côté, tout près de Saint-Germain. Alors je demande “Madame, où sont vos livres néerlandais ?” “Ah, les livres néerlandais, oui, oui, ben, euh, peut-être chez les Nordiques” »19.

29Cependant, déjà au moment du colloque, plusieurs changements indiquaient que la situation n’était plus ce qu’elle était. Des traductions de qualité avaient été publiées, elles paraissaient chez des maisons d’éditions réputées, avaient obtenu une réception favorable, et quelques-unes avaient reçu des prix de traduction. Ainsi, en 1980, Philippe Noble publie chez Gallimard, dans la collection « monde entier la traduction »française du roman Le Pays d’origine (sorti en 1935 aux Pays-Bas) d’Edgar du Perron. Le roman de l’ancien ami de Malraux, qui lui avait dédicacé La Condition humaine, a eu une réception positive en France, et le traducteur recevra le prix Martinus Nijhoff en 1981. La traduction américaine d’Adrienne Dixon du roman Rituals (orig. 1980/traduc. 1983) de Cees Nooteboom est couronnée par un prix international, le prix Pegasus, ce qui produit une publicité considérable. D’autres romans, comme Le Chagrin des Belges (orig. 1983) d’Hugo Claus et L’Attentat (orig. 1982) de Harry Mulisch, qui sont de véritables best-sellers aux Pays-Bas, paraissent en traduction chez des éditeurs importants en Allemagne (Hanser, Klett-Cotta) et en France (Julliard, Calmann-Lévy) ; ils seront adaptés pour le cinéma et le film L’Attentat recevra l’Oscar du meilleur film étranger.

30Lors du colloque franco-néerlandais sur « Livre Traduit », Philippe Noble constate que le cercle vicieux du manque de traductions et de la méconnaissance de la littérature néerlandaise est rompu :

« La petite nouveauté de ces dix ou quinze dernières années, c’est que ce cercle vicieux est un peu rompu, mais tout doucement, très timidement : nous sommes là aujourd’hui pour montrer que ça continue, que ça va continuer, mais, il faut bien le dire, ne crions pas victoire trop tôt non plus ».

31La base de données de la Fondation néerlandaise pour la production et la traduction littéraires (NLPVF), qui contient essentiellement des traductions littéraires, indique une croissance lente au cours du 20e siècle et une accélération pendant les années 1980 et 1990 (Tableau 1).

Tableau 1. Nombre de traductions littéraires du néerlandais en français, 1900-2005.

Avant 1900

36

1900-1939

47

1940-1949

48

1950-1959

84

1960-1969

68

1970-1979

112

1980-1989

265

1990-1999

226

2000-2005

22

Source : Fondation néerlandaise pour la production et la traduction littéraires (NLPVF).

  • 20 Suzanne Kelderman, Sinds Frankfurt zwemmen we in de schrijvers, Doctoraalscriptie Faculteit der His (...)

32L’évènement souvent décrit comme décisif pour la percée internationale de la littérature néerlandaise est la foire de Francfort de 1993, où les Pays-Bas étaient l’invité d’honneur, le Schwerpunkt. Un grand nombre d’auteurs sont publiés en allemand, avec l’aide de la Fondation publique, qui a pris en 1991 le relais de l’ancienne Fondation pour la promotion de la littérature néerlandaise traduite. Beaucoup d’écrivains sont présents à la foire et font ensuite des tournées en Allemagne. Le nombre de comptes rendus dans la presse allemande atteint en 1993 un niveau inégalé et reste à un niveau très élevé au moins pendant les quatre années suivantes20.

33Étant donné les liens de plus en plus étroits entre les mondes de l’édition allemand et français, ce n’est pas un hasard si en France, dans la même année que la Foire de Francfort, « les Belles Étrangères » sont consacrées à la littérature néerlandaise et flamande. Onze écrivains se présentent à Paris et participent à des tables rondes et des séances de lecture et de signature. Les « Belles Étrangères » sont un évènement tout à fait significatif pour comprendre l’augmentation et la diversification des traductions en France, ainsi que la stratégie qui sous-tend cette politique culturelle portée par une alliance entre des instances culturelles publiques et des acteurs du monde de l’édition. Créées en 1987 par le ministère de la Culture, les « belles étrangères » désignent un ensemble de manifestations publiques qui « à la découverte des littératures étrangères encore mal connues du grand public » et qui accompagnent la politique d’aide à la traduction, la publication et la diffusion menée par le Centre national du livre (voir chapitre 3).

  • 21 Annemoon van Hemel, Hans Mommaas et Cas Smithuijsen (éd.), Trading Culture. GATT, European Cultural (...)

34Cette politique de soutien public à la production culturelle a été réactivée dans la deuxième moitié des années 1980 dans le cadre des négociations du nouveau traité du GATT. La France était l’un des partisans les plus actifs et les plus consistants du maintien du principe de « l’exception culturelle » qui faisait partie du premier traité du GATT de 1947. Le principe permettait le soutien public pour les biens culturels, afin de les protéger d’une logique purement commerciale21. Même si la politique française concernait d’abord la production audiovisuelle et cinématographique, le secteur littéraire, y compris celui des traductions, a aussi profité de la réactivation de la politique culturelle.

  • 22 Gisèle Sapiro, « L’importation de la littérature hébraïque en France : entre universalisme et commu (...)

35Les statistiques des traductions pour la France devraient donc être considérées dans ce contexte d’une alliance politique et culturelle large pour la défense des logiques culturelles contre la commercialisation. Écrivains, traducteurs, éditeurs et enseignants des langues étaient impliqués dans ce mouvement à des degrés et des formes différentes. Selon la base Electre qu’on a pu consulter, la croissance du nombre des traductions du néerlandais, comme celles de l’hébreu ou de l’italien22, s’est confirmée. Il ne s’agit pas de très grands nombres, quelques dizaines d’ouvrages par an, ce qui est loin des centaines d’ouvrages traduits annuellement du français vers le néerlandais. Mais l’augmentation est régulière, et, en ce qui concerne les traductions proprement littéraires, la croissance des nombres va de pair avec une attention critique et une reconnaissance littéraire, qui sont historiquement sans précédent. Aujourd’hui, des dizaines d’auteurs néerlandais sont traduits en France, leurs ouvrages paraissent en général dans de bonnes traductions et ils sont publiés par des maisons d’édition reconnues. Cette tendance a atteint son sommet provisoire en 2003 lorsque, dix ans après la Foire de Francfort, les Pays-Bas ont été l’invité d’honneur du Salon du livre. Cinquante-cinq auteurs néerlandais traduits ont fait acte de présence et beaucoup d’articles dans la presse ont été consacrés à cette littérature pratiquement inconnue et ignorée vingt ans plus tôt. Comme le montre le graphique suivant, le nombre des traductions du néerlandais est en hausse depuis 1985.

Graphique 7. Évolution des traductions du néerlandais en français, 1985-2002.

Graphique 7. Évolution des traductions du néerlandais en français, 1985-2002.

Source Electre

36La catégorie la plus traduite est la littérature. Selon la base Electre, 40 % des traductions sont des traductions littéraires et 20 % des traductions de livres pour la jeunesse ; les autres catégories sont beaucoup moins importantes et, en général, fortement dispersées. La catégorie « sciences humaines » par exemple, qui représente 10 % du nombre total des traductions, est extrêmement hétérogène : elle regroupe des essais politiques, des ouvrages pratiques concernant la fiscalité avec des travaux historiques, qui d’ailleurs sont eux-mêmes très variés. En comparant la base Electre avec l’Index translationum de l’UNESCO, on constate que la dernière signale presque deux fois plus de traductions du néerlandais vers le français pour les mêmes années (presque mille titres). La différence s’explique par le fait que la source de l’Index translationum, le Dépôt légal, est beaucoup moins sélective. La répartition des traductions selon les catégories de livres est tout de même comparable au moins la moitié des ouvrages traduits sont des ouvrages littéraires ; les autres catégories étant beaucoup moins importantes.

37Si l’on considère le domaine littéraire au sens large selon Electre, on observe la répartition suivante (Graphique 8) : 64 % sont des romans, 18 % sont des ouvrages de jeunesse, les autres genres étant très minoritaires (poésie, théâtre, critique littéraire, science fiction, polars, etc.)

Graphique 8. Répartition par genre des nouveautés littéraires traduites du néerlandais, 1985-2002.

Graphique 8. Répartition par genre des nouveautés littéraires traduites du néerlandais, 1985-2002.

Source : Electre

38Les statistiques présentées ne sont évidemment que le résultat général d’un processus qu’il faudrait analyser en détail. La base Electre, contenant plus d’informations que les bases néerlandaises, permet en effet d’analyser aussi le rôle des maisons d’édition et des traducteurs. Et dans les deux cas, éditeurs et traducteurs, on constate la même structure de marché : une concentration très forte chez quelques maisons d’édition et quelques traducteurs, et, en même temps, une très grande dispersion pour celles et ceux qui restent.

39Pour les traductions littéraires (à l’exclusion des livres pour la jeunesse), par exemple, on compte entre 1985 et 2002 presque 200 traductions nouvelles (parfois en co-traduction). Ces traductions sont produites par un ensemble de non moins de 80 traducteurs, mais dix d’entre eux ont traduit à eux seuls la moitié des titres. À côté de ce petit groupe très productif et réputé, dont chacun a au moins traduit cinq titres, il y a 55 traducteurs qui n’ont traduit qu’un seul titre et qui sont donc des traducteurs nouveaux ou occasionnels. Une structure tout à fait analogue s’observe pour les éditeurs : l’ensemble de 177 titres littéraires a été publié par 56 éditeurs. Et là aussi, un petit nombre d’éditeurs domine le marché. Les cinq à six éditeurs qui ont publié la moitié des titres (Gallimard, Seuil, Calmann-Lévy, Lansman, Longue vue, Actes Sud) coexistent avec un sous-ensemble de 27 éditeurs qui n’ont publié qu’un seul titre. Ce qui confirme l’image d’une forte concentration allant de pair avec une grande dispersion.

  • 23 Bénédicte Reynaud, « La dynamique d’un oligopole avec frange : le cas de la branche d’édition de li (...)

40Le marché des traductions du néerlandais apparaît donc comme un oligopole à frange, pour reprendre l’expression des économistes23, c’est-à-dire comme un marché oligopolistique qui a des propriétés d’un marché très compétitif parce que les barrières d’entrée sont relativement faibles. Ceci vaut en général pour le marché du livre, mais dans le cas des traductions du néerlandais, il y a une raison spécifique à la faiblesse de la barrière d’entrée, à savoir la disponibilité des traducteurs et des éditeurs belges qui – traditionnellement – jouent le rôle d’intermédiaire entre la France et les Pays-Bas. Grâce à leur compétence linguistique et leur familiarité avec l’édition néerlandaise et flamande, ils fonctionnent comme une armée de réserve des intermédiaires entre la production néerlandophone et francophone. Au moment où la demande en France augmente, ils sont capables d’y répondre immédiatement. Le phénomène inverse a traditionnellement aussi existé, mais, comme j’ai essayé de le montrer dans la première partie de ce chapitre, il est de moins en moins fréquent à cause de l’affaiblissement de la demande des traductions du français aux Pays-Bas.

  • 24 Ulrike Kloos, Niederlandbild und deutsche Germanistik 1800-1933, Rodopi, Amsterdam, 1992.
  • 25 Luc Korpel, Over het nut en de wijze der vertalingen. Nederlandse vertaalreflectie (1750-1820) in e (...)

41Si l’intérêt pour les traductions du néerlandais et du flamand a augmenté en France, ce n’est pas uniquement grâce au rôle intermédiaire des Belges. S’y ajoutent deux autres mécanismes dont il faudrait rendre compte. Le premier a été déjà évoqué rapidement, c’est la croissance des interactions entre les centres européens les plus importants, en particulier entre la France et l’Allemagne. Pour des raisons géo-politiques et géo-culturelles, les éditeurs allemands ont publié de loin la plus grande partie des traductions du néerlandais depuis le début du 19e siècle. Contre l’hégémonie française et, secondairement, contre la puissance anglaise, des intellectuels allemands, en particulier les germanistes, avaient réussi à construire une alliance culturelle contre les deux grandes puissances en Europe24. Les données disponibles sur les traductions littéraires aux Pays-Bas montrent bien qu’au début du 19e siècle, il y a eu un tournant allemand très marqué au détriment de la littérature française25. Les traductions allemandes des auteurs néerlandais ont pendant longtemps eu très peu d’effet sur la politique éditoriale des éditeurs français. Mais, lorsqu’au cours des années 1980 des auteurs néerlandais ont eu un certain succès en Allemagne, cela n’a plus échappé aux éditeurs français, et a ainsi renforcé l’intérêt émergent qui s’est aussi manifesté en France. L’intégration européenne peut donc favoriser le processus de traduction.

42Cependant, comme l’avait montré le cas des traductions aux Pays-Bas, l’intégration européenne ne favorise les traductions d’autres langues que l’anglais que sous certaines conditions. La plus importante est l’existence d’une alliance politico-culturelle prête à s’opposer à la « globalisation » à l’américaine et à investir dans des secteurs et des projets dont la rentabilité économique n’est pas assurée. À la différence des Pays-Bas, une telle volonté et une telle alliance existe en France. La stratégie de défendre la culture et la tradition françaises passe désormais, en partie au moins, pour certains agents, par l’étranger, c’est-à-dire par des efforts pour établir plus de liens et d’échanges avec des pays et des cultures en dehors du monde anglo-saxon, y compris des cultures relativement petites et apparemment sans beaucoup de poids sur la scène internationale. L’évènement « Les Belles Étrangères » n’est qu’un exemple parmi d’autres de cette volonté politique.

Notes

1 Peter J. Katzenstein, Small States in World Markets, Ithaca/London, Cornell University Press, 1985.

2 Frans Ruiter, « Regenbak of fontein Nederlandse literatuurhistorici over volk en buitenland », Forum der letteren, n° 1993, pp. 29-51 ; Ernst H. « Hoe Nederlands is de Nederlandse literatuur ? » Literatuur, n° 1, 1994, pp. 2-10.

3 Voir les chapitres 3, 5 et 6.

4 Les données utilisées proviennent des rapports annuels de la Stichting Speurwerk. Je renvoie sur ce point à un travail antérieur Johan Heilbron, « Nerderlandse vertalingen wereldwijd. Kleine landen en culturele mondialisering », in Johan Heilbron, Wouter de Nooy, Wilma Tichelaar (éd.), Waarin een klein land. Nederlandse cultuur in internationaal verband, Amsterdam, Prometheus, 1995, pp. 206-252. Les données publiées dans ce texte ont été actualisées pour ce chapitre.

5 Stichting Speurwerk betreffende het Boek, Een eeuw boeken, Amsterdam (sans date).

6 Pour les activités de cette Fondation voir, par exemple, http://www.nlpvf.nl/.

7 Sandra van Voorst, Weten wat er in de wereld te koop is. Vier Nederlandse uitgeverijen en hun vertaalde fondsen (1945-1970), Den Haag, Sdu Uitgevers, 1997.

8 Ces chiffres ne concernent que la catégorie des « livres généraux », c’est-à-dire les livres vendus dans les librairies générales. Il s’agit d’un chiffre de vente qui est indépendant des ventes des livres scolaires et des livres scientifiques ou professionnels. Rapport de la Stichting Speurwerk, Het aantal gekochte algemene boeken 1975-2000, Amsterdam 2001.

9 Cf. Michel Geenen, Het aandeel van vertalingen binnen het geheel van verhalende prozateksten die in 1986 door de Nederlandse uitgeverijen op de markt werden gebracht, Amsterdam (doctoraalscriptie vertaalwetenschap), 1988.

10 La fondation pour la recherche sur le livre, qui était financée et contrôlée par le syndicat national des libraires et des éditeurs, a subi des réductions de budget et des réorganisations au cours des années 1990, avant d’être supprimée en 2006. Les données les plus récentes qu’elle a produites ne concernent plus l’ensemble de la production, mais sont focalisées sur les ventes et les autres aspects de la demande (listes des best-sellers, l’image du livre auprès des jeunes, etc.).

11 Sur ces données, voir Renske van Rees, Vertalingen in transnationaal perspectief, Doctoraalscriptie Faculteit Historische en Kunstwetenschappen, Erasmus Universiteit Rotterdam, 2004.

12 Johan Goudsblom, « Le miroir sans tain », Liber, numéro 2, juin 1990. Voir aussi Johan Goudsblom, Taal en sociale werkelijkheid, Amsterdam, Meulenhoff, 1988.

13 Pour une esquisse historique des traductions du néerlandais, voir notre chapitre cité plus haut (note 4), notamment pp. 225-241.

14 Cf. Paul Delsemme, « Découverte des lettres néerlandaises par les français à la fin du xixe siècle », De Nieuwe Taalgids, n° 55, 1962, pp. 10-20.

15 Leendert Brummel, « Voorrede » in Vertalingen van Nederlandsche letterkunde na 1880 aanwezig in de Koninklijke Bibliotheek, Catalogus, 11-19 Juli 1939, p. 3.

16 Willem Frederik Hermans, « Het lijden der vertaalde schrijvers » (La souffrance des écrivains traduits), dans Klaas kwam niet, Amsterdam, De Bezige Bij, 1983, 05-116.

17 Maria Schenkeveld, Dutch Literature in the Age of Rembrandt, Amsterdam, John Benjamins, 1991.

18 Voir par exemple Ria Vanderauwera, Dutch Novels Translated into English, Amsterdam, Rodopi, 1985 ; Anthony Paul, « Dutch Literature and the Translation Barrier », in Bart Westerweel & Theo D’haen (eds.), Something Understood. Studies in Anglo-Dutch Translation, Rodopi, Amsterdam, 1990, pp. 65-81 Marion van Noesel et Ans Jansen, De Nederlandse Literatuur in Franse vertaling, Frans en Occitaans Instituut, Utrecht, 1985 Herbert van Uffelen, « Nederlandse literatuur in Duitsland », Dietsche Warande & Belfort, n° 135 (2) 1990, pp. 202-208.

19 Cees Nooteboom cité dans Table ronde : Le livre traduit, 27-28 avril 1987, Amsterdam : Maison Descartes, 1987.

20 Suzanne Kelderman, Sinds Frankfurt zwemmen we in de schrijvers, Doctoraalscriptie Faculteit der Historische en kunstwetenschappen, Erasmus Universiteit Rotterdam 2000.

21 Annemoon van Hemel, Hans Mommaas et Cas Smithuijsen (éd.), Trading Culture. GATT, European Cultural Policies and the Transatlantic Market, Amsterdam, Boekman Fundation, 1996.

22 Gisèle Sapiro, « L’importation de la littérature hébraïque en France : entre universalisme et communautarisme » art. cité, et Anaïs Bokobza, Translating Literature, op. cit. Voir aussi chapitres 7 et 14.

23 Bénédicte Reynaud, « La dynamique d’un oligopole avec frange : le cas de la branche d’édition de livres en France », Revue d’économie industrielle, n° 22, 1982, pp. 61-71.

24 Ulrike Kloos, Niederlandbild und deutsche Germanistik 1800-1933, Rodopi, Amsterdam, 1992.

25 Luc Korpel, Over het nut en de wijze der vertalingen. Nederlandse vertaalreflectie (1750-1820) in een Westeuropees kader, Rodopi, Amsterdam, 1992.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Nombre total de livres néerlandais, 1900-1997 : nombre total de titres (nouveautés et réimpressions) et nombre total de réimpressions.
Légende Source : Stichting Speurwerk betreffende het boek
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Graphique 2. Pourcentage des traductions dans la production de livres néerlandais, 1946-1997.
Légende Source : Stichting Speurwerk betreffende het boek
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Graphique 3. Pourcentage des traductions de l’anglais, de l’allemand, du français et d’autres langues dans l’ensemble des traductions en néerlandais, 1946-1997.
Légende Source : Stichting Speurwerk betreffende het Boek
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Graphique 4. Pourcentage des traductions de l’anglais, de l’allemand, du français et d’autres langues dans l’ensemble des livres néerlandais, 1946-1997.
Légende Source : Stichting Speurwerk betreffende het Boek
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9487/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Graphique 5. Nombre total de traductions en néerlandais (tous genres confondus) de l’anglais, de l’allemand, du français, et d’autres langues, 1990-2002.
Légende Source : Brinkmans Cumulatieve catalogus – Koninklijke bibliotheek. Renske van Rees, Vertalingen in transnationaal perspectief, Rotterdam, Université Erasme, 2004.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9487/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 6. Nombre total de traductions (tous genres confondus) de l’allemand, du français et d’autres langues, 1990-2002.
Légende Source : Brinkmans Cumulatieve catalogus – Koninklijke bibliotheek. Renske van Rees, Vertalingen in transnationaal perspectief, Rotterdam, Université Erasme, 2004.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9487/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Graphique 7. Évolution des traductions du néerlandais en français, 1985-2002.
Légende Source Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9487/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Graphique 8. Répartition par genre des nouveautés littéraires traduites du néerlandais, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9487/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search