Version classiqueVersion mobile

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Troisième partie. La traduction comme vecteur des échanges culturels

Avant-propos

Gisèle Sapiro

Texte intégral

1Les flux de traduction constituent, comme on l'a vu, un indicateur de l'évolution des échanges culturels internationaux. Dans cette partie seront examinés les échanges asymétriques entre la France et des langues périphériques sur le marché de la traduction pour des raisons diverses, à savoir la création relativement récente des identités nationales et la taille restreinte de la communauté linguistique dans les cas du néerlandais, du finnois et de l'hébreu, le moindre développement de l'édition dans le cas de l'arabe (qui comme l'hébreu a un pôle d'édition religieuse important).

2Pourtant, avec ces quatre langues, le rapport asymétrique s’est significativement réduit depuis les années 1980. Les littératures contemporaines en néerlandais, en hébreu, en arabe et, dans une moindre mesure, en finnois, sont parvenues à percer sur le marché français, en s’appuyant sur des aides publiques des pays d’origine et sur les subventions du CNL. Le néerlandais arrive en sixième position des langues dont les éditeurs français ont acquis le plus de titres pour la traduction entre 1997 et 2005 (on passe d’une moyenne de 8 titres par an entre 1997 et 2000 et une moyenne de 29 entre 2001 et 2005), l’arabe et l’hébreu sont situés entre la onzième et la quatorzième (on passe respectivement de 5 à 8 titres et de 4 à 12 titres par an en moyenne). La littérature néerlandaise, consacrée par la Foire de Francfort, et la littérature hébraïque, qui a bénéficié du contexte politique des accords d’Oslo, ont été accueillies par les Belles Étrangères en 1993 et 1994 respectivement, tout comme les littératures égyptienne (1994), palestinienne (1997), algérienne (2003) et libanaise (2007). Les Pays-Bas ont été l’invité d’honneur du Salon du livre en 2003, Israël en 2008.

3À l’opposé, la position de la littérature française dans ces pays connaît un relatif déclin face à l’hégémonie croissante de l’anglais. L’analyse à la fois quantitative et qualitative de l’évolution des traductions du français en finnois et en hébreu révèle, en dépit de contextes socio-culturels très différents, nombre de similitudes l’importance des classiques (notamment pour la jeunesse) dans les années 1950 ; l’introduction de la littérature populaire dans les années 1960 et 1970, période où les traductions du français atteignent un pic ; puis le recentrage sur la littérature contemporaine « haut de gamme », l’anglais dominant désormais dans les genres les plus commerciaux. Le maintien de la présence de la littérature française dans ces pays tient en partie à la politique de soutien à l’extraduction du ministère de la Culture et au programme d’aide à la publication du ministère des Affaires étrangères, sans toujours y trouver de véritable écho. Également adossées à ces aides, largement médiatisées par leur réception aux États-Unis, les traductions d’ouvrages de sciences humaines et sociales du français nourrissent en revanche le débat d’idées, comme l’illustre le cas israélien.

4On note aussi une baisse du nombre de traductions du français en arabe. C’est le secteur des sciences humaines et sociales qui semble en avoir le plus pâti, le nombre de traductions littéraires s’étant maintenu. Toutefois, la situation varie fortement entre d’un côté les anciennes colonies du Maghreb où le français continue à dominer comme langue des élites cultivées et première langue traduite, et de l’autre les pays du Mashrek et l’Égypte, où c’est l’anglais qui prévaut, la position du français étant en net déclin.

© CNRS Éditions, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search