Version classiqueVersion mobile

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Deuxième partie. Littératures étrangères

Chapitre 10. Légitimation d’un genre : la traduction des polars

Anaïs Bokobza

Texte intégral

1Le polar, dont on date généralement les débuts à Double assassinat dans la rue morgue, écrit par Edgar Poe en 1841, est un genre aux facettes multiples. Roman noir, policier, d’espionnage, à suspense… les sous-genres ne manquent pas, mais respectent tous plus ou moins un certain nombre de canons. Comme l’explique un auteur français de polars :

« Dans le polar, comme dans toutes les littératures de genre, il y a la notion de contrat : tu achètes un polar, tu penses quand même qu’il va y avoir un crime, il y a toutes les chances pour qu’il y ait un crime, et tu cherches à savoir qui a tué. Même si après l’auteur te fait sentir que c’est pas le plus important, même s’il s’amuse à te décrire le calibre du type plutôt que son identité, même si à la fin tu sais même pas qui a tué, quand même c’est un genre qui a des règles et des canons, qu’on respecte plus ou moins (entretien réalisé le 15 mai 2006).

  • 1 André Vanoncini, Le Roman policier, Paris, PUF, coll. « Que sais je ? », 2003, pp. 120-124.

2Il existe même une liste des « règles du roman policier définies en 1928 par S.S. Van Dine, pseudonyme d’un auteur de roman à énigmes de l’entre-deux-guerres, Willard Huntington Wright1. Celle-ci, très souvent reproduite et commentée, constitue une étape historique dans la codification du genre. Pour comprendre la forte augmentation des traductions de polars étrangers dans les années 1990, il faut la replacer dans la perspective historique d’institutionnalisation et de diversification du genre, qui a connu un renouveau dans les années 1970. En retour, l’analyse d’un genre qui a connu un fort développement pendant la période considérée, toutes langues confondues, apporte un éclairage différent sur les mutations du marché international du livre.

  • 2 Par exemple, europolar.eu.com et noircommepolar.com

3Plusieurs sources ont été utilisées pour cette analyse. Tout d’abord, une base de données a été constituée par extraction des livres relevant de cette catégorie des bases que nous avons construites pour les traductions de l’anglais, de l’italien, de l’allemand, de l’espagnol, de l’hébreu, du néerlandais et du suédois. Pour les polars traduits des autres langues, nous avons utilisé les catalogues en-ligne de certains éditeurs (notamment Gallimard) et d’autres sources comme le catalogue de la Bibliothèque des littératures policières et les sites Internet spécialisés dans le polar2. Notons que la base obtenue n’est pas exhaustive, pour deux raisons tout d’abord, il existe des incertitudes quant au codage des genres dans les bases, un polar peut parfois être classé comme roman et donc ne pas apparaître dans la base des polars. Ensuite, il est impossible de répertorier tous les polars traduits des langues autres que celles citées. Quoi qu’il en soit, 90 % des polars étrangers étant traduits de l’anglais, la marge d’erreur de notre base de données est relativement marginale. On gardera à l’esprit que les chiffres sont des indicateurs de tendance. Ce travail quantitatif a été complété par des entretiens.

4L’évolution quantitative des traductions de polars et des publications de polars traduits entre 1985 et 2002 peut être divisée en trois périodes : une légère augmentation entre et puis une relative stagnation jusqu’en 1991 et, enfin, une nette augmentation jusqu’à la fin de la période, à l’exception des années 1997-1999.

5Après un aperçu de la situation du polar en France jusqu’aux années 1970, on s’intéressera aux années 1980, qui sont celles de la légitimation du genre, pour analyser ensuite le « boom » de la publication des polars étrangers dans les années 1990.

Graphique 1. Évolution du nombre annuel de polars traduits en français, 1985-2002.

Graphique 1. Évolution du nombre annuel de polars traduits en français, 1985-2002.

La situation du polar en France avant les années 1980

  • 3 Siegfried Kracauer, Le Roman policier : un traité philosophique, Paris, Payot, 1981, p. 31.
  • 4 Voir, par exemple, Dominique Sineux, Bibliothèque centrale de prêt d’Ille-et-Vilaine, Vous avez dit (...)

6Historiquement, le polar est un genre populaire. Il a longtemps été considéré comme du « roman de gare », faisant partie de la lecture de distraction, de loisir, mais pas considéré par le monde éditorial comme de la littérature « noble ». L’idée d’une légitimation progressive est ancienne et constitue le fil de toutes les histoires du genre. Dès 1925, le critique allemand Siegfried Kracauer affirme que le roman mettant en scène des détectives, « ouvrage extralittéraire sans valeur », conquiert « une position à laquelle on peut difficilement contester son rang et son importance »3. La création en 1948, par Maurice-Bernard Endrèbe, traducteur, chroniqueur et auteur lui-même, du Grand Prix des littératures policières, qui couronne tous les ans un auteur français et un auteur étranger, participe de cette tentative de valorisation. Plus récemment, l’intérêt des bibliothèques publiques pour ce genre est également significatif : plusieurs d’entre elles conçoivent notamment des guides afin d’en encourager la lecture4.

  • 5 Jean-François Vilar, « Noir c’est noir », préface à Ernest Mandel, Meurtres exquis. Histoire social (...)

7Si la question des antécédents du genre, contribuant à sa reconnaissance, fait l’objet de diverses analyses – certains spécialistes remontent à la Révolution française et ses « terrifiants »5 –, jusque dans les années 1970, le polar en France s’est développé sur le modèle policier classique du début du siècle. Les auteurs de référence étaient Agatha Christie outre-manche – deuxième auteure la plus traduite de tous les temps, qui a eu un grand succès populaire – et, un peu plus tard, Simenon. Les grandes collections de polars populaires, comme celle du Fleuve Noir, sortaient jusqu’à deux ou trois livres par mois. Les auteurs écrivaient à la chaîne. « On demandait aux auteurs, qui étaient à moitié des nègres, de publier quatre bouquins par mois, donc forcément, c’était formaté, tout ça. Évidemment, ils écrivaient des nullités (entretien avec une directrice de collection de polars dans une maison spécialisée dans ce genre, 23 mai 2006). Ceci a contribué à la réputation de « littérature de gare » du genre, dans le sens de littérature non légitimée par le champ littéraire.

  • 6 Claude Mesplède, « Préface » à Jacques Breton, Les Collections policières en France au tournant des (...)

8Cette réputation était renforcée par le fait qu’un grand nombre de ces polars étaient publiés directement en poche, rendant ces livres invisibles pour la critique et les libraires. Ceci jusqu’en 1979, l’année où Albin Michel fit le pari, réussi, de sortir La Nuit du renard de Mary Higgins Clark en grand format. Pour un spécialiste du roman policier, il s’agit d’un moment clé car « le succès commercial de cette formule a sans doute permis à la littérature policière d’accéder à un nouveau statut : bénéficier d’un format et d’un prix identiques à la littérature considérée comme noble »6. Ce changement de perspective a mis un certain temps à s’imposer à tous les acteurs. Ainsi, le Fleuve noir n’a créé sa collection grand format qu’à la toute fin des années 1990. Auparavant, il proposait essentiellement des livres de poche, à un prix si bas que les frais de traduction étaient difficilement amortissables. Les auteurs étrangers étaient donc marginaux, bien que les pseudonymes anglophones soient courants.

9Cependant, le policier populaire en poche ne constituait pas l’ensemble de la publication française de polars. Il faut ici distinguer entre les sous-genres : le policier et l’espionnage, dans la tradition d’Agatha Christie et de Simenon, pain quotidien des collections populaires, diffèrent beaucoup du roman noir, dans la tradition américaine des années 1940-1950. Comme l’explique un auteur et traducteur :

« En France, le roman noir a toujours eu… une bonne partie des décideurs intellectuels, des gens qui comptaient, qu’ils soient écrivains, journalistes, etc., estimaient cette branche de la littérature, du fait qu’il y a pas mal d’auteurs importants, de Gide à Sartre, qui ont exprimé leur intérêt pour le genre… Du fait aussi qu’il y a eu quelqu’un comme Simenon, avec le succès qu’on sait… Et puis, la Série Noire a été créée par quelqu’un qui était un intellectuel… [Marcel] Duhamel. Donc, il y a toujours eu quand même un intérêt, même s’il y avait une partie des gens de culture qui affichaient un certain désintérêt, ou un certain mépris, c’était pas une attitude très répandue ».

  • 7 Annie Collovald, Érik Neveu, Lire le noir, Paris, éditions de la BPI, 2004, pp. 55-56.
  • 8 Sur ces collections, voir Jacques Breton, Les Collections policières en France au tournant des anné (...)

10En effet, le champ du polar n’a jamais été unifié. Selon Érik Neveu et Annie Collovald7, jusqu’à la fin des années 1970 on pouvait distinguer trois pôles de production un pôle traditionnel, avec « Masque fondé en 1927 à la Librairie des Champs Elysées, un pôle dit « populaire », avec le « Fleuve Noir », un pôle intellectuel, représenté notamment par la « Série Noire » de Gallimard, créée en 19458. Cette configuration s’était stabilisée dans les années 1950.

11Ces trois maisons avaient chacune un créneau bien défini. Leurs politiques étaient très différentes en termes de traduction : le Fleuve Noir, éditeur entre autres de San Antonio, traduisait très peu ; « Le Masque » s’intéressait essentiellement aux auteurs de policiers au sens classique du terme, comme Agatha Christie dont la maison a été et reste l’éditeur. Enfin, les titres de la « Série Noire » étaient en immense majorité des traductions, pour la plupart de l’américain (voir encadré infra). Notons qu’avant les années 1970-1980, les classiques du policier étaient essentiellement britanniques, alors que la production américaine était constituée en majorité de romans noirs, dont les règles allaient à l’encontre du policier, et qui touchaient moins le grand public que les anglais.

Marcel Duhamel, le créateur et directeur de la Série Noire, avait dès le départ souhaité faire découvrir au public français un genre inédit, qui passait nécessairement par la traduction9. Dans son Manifeste de la Série Noire, il revendiquait clairement l’aspect dérangeant de ces romans, qui sont bien loin du politiquement correct : « Que le lecteur non prévenu se méfie : les volumes de la “Série Noire” ne peuvent pas sans danger être mis entre toutes les mains. L’amateur d’énigmes à la Sherlock Holmes n’y trouvera pas souvent son compte. L’optimiste systématique non plus. L’immoralité admise en général dans ce genre d’ouvrages uniquement pour servir de repoussoir à la moralité conventionnelle, y est chez elle tout autant que les beaux sentiments, voire de l’amoralité tout court. L’esprit en est rarement conformiste. On y voit des policiers plus corrompus que les malfaiteurs qu’ils poursuivent. Le détective sympathique ne résout pas toujours le mystère. Parfois il n’y a pas de mystère. Et quelquefois même, pas de détective du tout. Mais alors ?. Alors il reste de l’action, de l’angoisse, de la violence – sous toutes ses formes et particulièrement les plus honnies – du tabassage et du massacre. Comme dans les bons films, les états d’âmes se traduisent par des gestes, et les lecteurs friands de littérature introspective devront se livrer à la gymnastique inverse. Il y a aussi de l’amour – préférablement bestial – de la passion désordonnée, de la haine sans merci. Bref, notre but est fort simple vous empêcher de dormir10. »
Après la guerre, la réputation de la « Série Noire » se construit sur les romans noirs américains de Dashiell Hammett, Raymond Chandler, Peter Cheney ou encore James Hadley Chase, en partie grâce aux films hollywoodiens qu’ils inspirent souvent. « L’attention de l’auteur et du lecteur n’est plus portée sur l’intrigue, mais sur les personnages qui dessinent cette énigme [...]. La brutalité et l’érotisme ont remplacé les savantes déductions. Le détective ne ramasse plus de cendres de cigarette, mais écrase le nez des témoins à coups de talon. Les bandits sont parfaitement immondes, sadiques et lâches, et toutes les femmes ont des jambes splendides ; elles sont perfides et traîtresses et non moins cruelles que les messieurs », note Raymond Queneau lui-même11. Dans les années 1950, la collection a désormais ses adeptes et un fonds conséquent, que Marcel Duhamel n’aura de cesse d’enrichir, à commencer par les traductions des livres de Jim Thompson ou Chester Himes. Il est intéressant de noter que le premier Français de la collection, Serge Arcouët, publiait sous le pseudonyme anglais de Terry Stewart. Un auteur comme Jean Amila, devenu par la suite une icône des milieux du polar, y signe encore au début des années 1950, John Amila. La reconnaissance des auteurs français s’amorce lentement avec le succès de Touchez pas au grisbi d’Albert Simonin (1953)12. Dans les années 1960, il sera rejoint par d’autres noms, comme Pierre Simonin ou Ange Bastioni. À la fin des années 1970, la production américaine susceptible d’intéresser la Série Noire est un peu en perte de vitesse, notamment parce que la mode outre-atlantique est en train de passer aux thrillers. En même temps, la vague du néo-polar, principalement publiée par la « Série Noire » (éditeur de Jean-Patrick Manchette et Didier Daenincks) bouleverse le monde du polar français et commence déjà à perturber l’équilibre construit depuis les années 1950.

12À la fin des années 1970, l’espace éditorial du polar est en pleine recomposition. Une grande partie de la production s’apparente à la littérature de gare elle paraît directement en poche et se caractérise par un faible nombre de traductions, l’amortissement des coûts de traduction étant plus difficile. Le Fleuve Noir est emblématique de cette tendance. Les classiques anglais, eux, sont plutôt l’apanage de collections intermédiaires en termes de prestige symbolique, comme « Le Masque ». La « Série Noire », collection plus prestigieuse, traduit plus, surtout les auteurs américains contemporains. S’ils ont parfois une dimension de critique raciale ou sociale, la dimension politique n’y est pas encore directement abordée.

13Le début de la période qui nous intéresse, les années 1980, correspond à une reconfiguration du champ éditorial du polar, qui va s’opérer d’abord par le biais d’une reconnaissance du polar français comme littérature sociale.

Les années 1980 : la légitimation du polar comme roman social

14Au milieu des années 1980, le nombre de nouvelles traductions de polars augmente légèrement, passant d’environ 150 en 1985 à près de 200 en 1988. Ceci correspond à une évolution générale du nombre de publications de polars, qui a fortement augmenté entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1980.

  • 13 Annie Collovald, Érik Neveu, Lire le noir, op. cit., pp. 55-56.
  • 14 Qui n’est pas sans rappeler celui décrit par Boltanski à propos du champ de la bande dessinée Luc B (...)
  • 15 Sur la formation de ce label et son succès, voir Jean-Patrick Manchette, « ta salive petite tête !  (...)

15À partir du milieu des années 1970, on l’a vu, le champ éditorial change. Annie Collovald et Érik Neveu13 expliquent cette reconfiguration par plusieurs facteurs tout d’abord, l’érosion des collections du Fleuve Noir. La crise affecte les collections d’espionnage dès les années 1960 et s’étend aux collections policières dix ans plus tard. Ensuite, on peut parler d’un double processus de légitimation et d’invention14 : d’un côté, certains auteurs sont réédités et érigés en classiques. De l’autre, des genres nouveaux apparaissent, comme le « néo-polar »15, impulsé par Patrick Manchette dans les années 1980, et qui se situe dans la lignée du « noir » américain des années 1950-1960, ainsi que dans le sillage de Jean Amila, inspirateur d’une vision faisant la part belle à la critique sociale.

  • 16 Il s’agit d’un entretien paru dans Les Temps Modernes (1997, n° 595). Voir Elfriede Muller, Alexand (...)

16Comme nous l’a expliqué une directrice de collection de polars, « ça s’est fait dans les années 1980, quand le polar est devenu en plus un vecteur politique… plus une prise de parti… Quand au lieu d’être simplement les histoires qu’il était avant, il s’est mis à refléter plus l’évolution d’une société et à servir aussi de témoin, de miroir de la société. Et j’aurais tendance à dire que c’est là qu’on s’est dit qu’on pouvait l’utiliser pour autre chose que simplement raconter des jolies histoires », L’éditrice conclut en affirmant que le polar a ainsi réussi à se distinguer du roman de gare. C’est donc la dimension politique qui a été distinctive. Cet aspect de la reconnaissance d’un genre, au côté, voire à l’avant-garde de la littérature reconnue comme telle, suscite de nombreuses analyses. Ainsi, il existe une « manière noire d’écrire l’histoire », suggère Patrick Raynal dans un article significativement titré « Le roman noir est l’avenir de la fiction ». Selon lui, dans les années qui suivent la Deuxième Guerre mondiale, la littérature a été prise de vitesse par les analyses des sciences humaines et sociales. Depuis, le polar a émancipé la littérature d’une vision élitiste16.

17Dès le milieu des années 1980, l’essor du néo-polar français favorise la publication de textes étrangers, généralement américains, mêlant violence et critique politique, sociale et raciale, qui n’auraient pas forcément trouvé écho plus tôt. Évoquons par exemple la collection Rivages-Noir, qui a publié Jim Thompson ou encore James Ellroy en 1986 et 1987.

  • 17 Annie Collovald, Érik Neveu, Lire le noir, op.cit., pp. 57 et suivantes.

18Cet enthousiasme se traduit à la fois par un renouvellement de l’offre dans les collections existantes (comme la « Série Noire »), notamment avec l’apparition d’auteurs sensibles à l’humeur critique et anti-institutionnelle issue de 196817, et par la création de nouvelles collections (« Sanguine » chez Albin Michel, « Engrenage » au Fleuve noir). En même temps, le thriller fait également son apparition, avec par exemple la collection « Spécial Suspense » créée chez Albin Michel en 1979, ou encore, l’apparition en 1983 du « Livre de poche/Thriller ». L’offre se modifie et se diversifie. On sort de la dichotomie littérature de gare/littérature provocatrice américaine.

19L’effervescence française favorise la traduction d’auteurs espagnols et italiens, introduits par leurs homologues français, à la faveur du succès rencontré par Manuel Vázquez Montalbán, lauréat en 1981 du Grand Prix de la littérature policière pour les romans étrangers, habituellement décerné à un auteur de langue anglaise (à quelques rares exceptions près comme l’Italien Giorgio Scerbanenco en 1968). Montalbán est l’invité d’honneur, avec Westlake, du festival du polar qui se tient à Reims dans les années 1986-1987. Les auteurs de polars forment une véritable famille, par-delà les frontières. En hommage à l’écrivain espagnol, qui constitue un modèle pour ses émules italiens, Camilleri créera un personnage qui s’appelle Montalbano.

20Notons que, malgré ces changements, les éditeurs publiant des polars étrangers au milieu des années 1980 sont sensiblement les mêmes que dans les années 1970. En effet, Le Seuil, Albin Michel ou encore Fleuve Noir n’augmentent réellement le nombre de polars traduits qu’à partir de la toute fin des années 1980 (Albin Michel), voire dans les années 1990 (Le Seuil, Fleuve Noir). Le marché des polars traduits reste dominé par Gallimard avec la « Série Noire » et la Librairie des Champs Elysées avec « le Masque ». Seule la collection « Rivages noir » s’impose réellement en se créant une place unique dans le champ. De petits ou moyens éditeurs comme Bourgois (éditeur de Montalbán) et Métailié commencent cependant à investir dans ce genre, en se tournant vers les langues semi-périphériques, l’espagnol et l’italien. C’est un auteur de polars, Serge Quadruppani, qui dirige la « Bibliothèque italienne » chez Métailié, où il va développer le genre avec des écrivains comme Andrea Camilleri ou Laura Grimaldi.

  • 18 Jacques Breton, Les Collections policières en France, op.cit., p. 13. Concernant l’accroissement de (...)

21Ainsi, la hausse des traductions au milieu des années 1980 correspond à une augmentation générale des publications de polars, traduits ou francophones. À titre indicatif, mentionnons que de 1979 à 1987, la hausse de la production dans ce secteur serait de 38 % (contre 16 % pour l’édition, 18 % pour la littérature en poche)18. Elle est également le produit d’une évolution dont les racines se situent dans les années 1970. Il y a alors en France un intérêt nouveau pour le genre, dont il semble que la légitimation se soit opérée par le biais du polar français.

22La configuration des langues d’origine des polars traduits en français depuis les années 1980 est marquée par la suprématie absolue de l’anglais autour de 92 % des titres traduits et des livres publiés, soit respectivement environ 4 000 sur 4 300 et 5 sur les 5 500 que nous avons repérés. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte pour expliquer cette suprématie.

23En premier lieu intervient, bien sûr, la taille du marché du livre, beaucoup plus importante pour l’anglais que pour les autres langues. Mais cet argument ne suffit pas à expliquer la surreprésentation des polars traduits de l’anglais, dont la proportion est bien supérieure à la moyenne de l’ensemble des traductions littéraires de l’anglais en français, qui s’élève à deux tiers environ (rééditions comprises) selon l’Index Translationum.

24Un second facteur est que la Grande-Bretagne, et surtout les États-Unis, sont historiquement de gros producteurs de polars. Certains sous-genres, comme le thriller ou les serial killers, sont exclusivement américains, du moins jusqu’aux années 1990. Il s’agit le plus souvent de sous-genres s’adressant à un grand public, et donc à visée commerciale. Qui plus est, la fin des années 1970 et les années 1980 sont marquées par une explosion de ces genres aux États-Unis. Le fait qu’on traduise presque seulement de l’anglais s’explique dès lors par la situation de monopole de cette langue dans certains sous-genres.

25En outre, et cela vaut spécialement pour ce genre, mais aussi, de plus en plus, pour la littérature en général, le monde éditorial français est davantage tourné vers la littérature anglo-saxonne que vers les autres littératures étrangères pour des raisons d’accessibilité en effet, la compétence linguistique dans d’autres langues que l’anglais est une ressource plus rare au sein du monde éditorial (ce qui fait aussi que les tarifs de traduction sont plus élevés pour d’autres langues). Cet argument a été avancé par la directrice de collection de polars d’une maison spécialisée lors d’un entretien :

« Je lis parfaitement l’anglais, mais je lis pas l’allemand. Et moi j’ai beaucoup plus de mal, psychologiquement, à acheter un livre que j’ai pas réussi à lire. C’est pas vraiment qu’on veut pas le faire, c’est qu’on est un peu handicapés par tout ça. Donc, la solution, évidemment, c’est d’avoir un lecteur qui lit le bouquin, mais c’est quand même jamais la même chose de l’avoir lu soi-même. Donc, l’année prochaine, dans le même ordre d’idées, il y a une fille de [l’éditeur X] qui est russe. Et donc, elle m’a apporté des bouquins d’une femme russe en me disant, c’est absolument génial, elle me raconte l’histoire, ça avait l’air sympa… Je l’ai aussi fait relire par une lectrice russe, et on en a acheté deux, ils sont en traduction. J’ai hâte de voir la traduction mi-juin, parce que moi, pour l’instant, je me retrouve dans la situation de quelqu’un qui a acheté sur la bonne foi… ou sur la recommandation d’untel ou d’une telle, mais qui ne sait pas du tout ce qu’elle a acheté. Il y a des éditeurs qui sont plus ou moins à l’aise avec ça. Moi, c’est vrai que ça me dérange beaucoup, et donc par la force des choses, je me cantonne aux polars français et anglo-saxons. »

26En dernier lieu intervient également la demande (réelle ou supposée) – le public français serait plus familier du polar anglo-saxon, ce qui crée un « vicieux » :

« C’est vrai que bon, un polar allemand, un polar autrichien, c’est pas très sexy. C’est un public plus curieux, plus ouvert, c’est pas la même chose que ceux qui lisent des Patricia Cornwell ou des Mary Higgins Clark. Donc c’est des petites ventes. Après, c’est le cercle vicieux c’est des petites ventes donc on s’y intéresse moins, et si à ça vous ajoutez le problème de la lecture et de la traduction… il faut trouver des traducteurs autrichiens, en l’occurrence, plus un relecteur pour être sûrs que ça correspond, donc c’est beaucoup plus de boulot, il y a le handicap de la langue. Sauf les rares fois où vous avez dans une maison d’édition quelqu’un de langue maternelle plus originale que l’anglais. » (ibid.)

27Les années 1980 correspondent donc à une augmentation des traductions de polars, de l’anglais principalement. En plus des classiques anglo-saxons, publiés notamment au « Masque », et des romans noirs américains type « Série Noire », de nouvelles collections proposent désormais des genres plus variés, avec l’apparition des romans à suspense, dits thrillers, en particulier. Cet intérêt a été suscité en partie par le néo-polar français, lequel a contribué à la légitimation de ce genre, qui était auparavant cantonné dans les représentations à de la littérature de gare. L’investissement d’intermédiaires, auteurs de polars, traducteurs et éditeurs, a peu à peu permis la découverte de types de romans jamais traduits auparavant, qui ont conquis une frange plus large du public français. En même temps, les années 1980 sont celles de la traduction de sous-genres émergents aux États-Unis, comme les thrillers, commerciaux mais innovants.

28Entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, on assiste à une relative stagnation du nombre de titres traduits, mais aussi du nombre de rééditions. Le nombre de titres (environ 200 par an) est le même en 1988 qu’en 1993, alors que l’ensemble des nouveautés littéraires traduites augmente dans toutes les langues, et surtout en anglais, jusque vers 1991 au moins (c’est vrai en particulier des romans). En revanche, la part du polar se stabilise autour de 9-10 % de la production littéraire française, après une chute dans la deuxième moitié des années 1980, comme on l’a vu au chapitre 5. Témoin d’une relative autonomie de ce genre, c’est un signe de la stabilisation du type d’offre éditoriale qui s’était dessinée depuis les années 1970.

L’essor des années 1990 et la diversification des langues traduites

29La période 1992-2002 est celle d’une croissance sans précédent des traductions et publications de romans policiers le nombre annuel de nouveautés double largement, passant de 150 à 350 titres, et le nombre total de publications (nouveautés et rééditions) est multiplié par trois, de 180 à 540 environ. On peut parler d’un fort développement du genre policier en général, qui se traduit à la fois par une multiplication des sous-genres, des langues originales et des maisons d’édition concernées. Le graphique 1 indique une légère baisse à la fin des années 1990, qui correspond à la chute de la production globale de ce genre en français.

30Cette vague de traductions peut s’expliquer tout d’abord par l’anniversaire des 50 ans de la « Série Noire », et surtout par le mouvement du Poulpe, qui ont donné une visibilité nouvelle au polar français à partir du milieu des années 1990. Un auteur témoigne :

« Il y a eu une deuxième vague, à laquelle j’ai participé, qui a été celle de l’anniversaire de la Série Noire (50 ans) et de la naissance du Poulpe, qui a aussi participé à ce moment-là… C’était assez drôle, on circulait dans toute la France. Si on avait voulu, on aurait pu aller tous les week-ends à une fête du livre ou à une rencontre autour du polar, dans des bibliothèques, invités par des gens qui souvent découvraient à quel point le polar, c’était bien. »

31Mais si ce renouveau du polar français a pu réveiller l’intérêt pour le genre, il a été victime de son succès. En effet, il semble que des querelles internes aient essoufflé le mouvement. Selon une directrice de collection, l’intérêt pour le polar étranger est aussi né d’une certaine tension dans le milieu du polar français. Ce facteur s’ajoutait au développement du genre dans d’autres pays, sous l’effet de la globalisation du marché du livre. Les éditeurs ont donc naturellement cherché à découvrir des auteurs étrangers susceptibles de plaire au public français :

« Je crois que tout le monde était à la recherche d’auteurs étrangers qui allaient avoir du succès… Il y a quand même l’exemple phare de la collection Rivages qui a réussi à dénicher des bouquins… bon, des Ellroy, tout le monde rêvait de découvrir des Ellroy et d’aller dénicher ailleurs d’autres auteurs. C’est vrai que moi, j’avais vraiment envie de trouver des auteurs. […] la vague de fond, c’est l’intérêt pour le polar, et en conséquence la recherche d’auteurs étrangers. »

  • 19 Parmi les 50 meilleures ventes françaises du genre pour la période d’avril 2005-mars 2006, on relèv (...)

32Sans précédent, la vague de traductions du milieu des années 1990 se caractérise aussi par la diversification des langues d’origine. Le pourcentage des traductions de l’anglais a légèrement baissé depuis 1990, malgré une petite remontée en 1994-1995. Depuis 1997, la baisse est continue : le pourcentage de titres anglophones traduits est passé de 93 % à 88 %. En ce qui concerne l’ensemble des publications (nouveautés et rééditions), l’évolution et les pourcentages sont sensiblement les mêmes. Notons cependant qu’en 2001-2002, les traductions de l’anglais représentaient 90 % du nombre total de l’ensemble des traductions de polars, rééditions comprises, soit une part légèrement supérieure à celle des nouveautés traduites ces mêmes années. Le nombre élevé de rééditions de polars anglophones s’explique par l’importance des best-sellers (d’auteurs comme Mary Higgins Clark ou Patricia Cornwell) 19.

33Les publications de polars traduits non anglophones sont, en revanche, en constante augmentation le nombre de nouveautés a été multiplié au moins par quatre entre 1985 et 2002, passant de 10 à 40, par plus de cinq si l’on inclut les rééditions, passant de 10 à 53. Rappelons que ces chiffres, surtout pour la période récente, sont des estimations minimales, on retiendra donc seulement que le taux d’augmentation est élevé. En effet, comme le montre le graphique 2, l’augmentation est quasi-constante et surtout exponentielle depuis le tout début des années 1990.

34Le nombre de langues autres que l’anglais dont on a traduit des polars en français est passé de quatre en 1985 à douze en 2001. Dans l’ordre décroissant du nombre total de traductions de polars sur la période 1985-2002, arrivent l’italien, l’espagnol, l’allemand, le japonais, le suédois, le russe, le norvégien, l’hébreu, le danois et le chinois. Viennent ensuite toutes les langues dont on a traduit un ou deux polars, généralement après 1995 : le finnois, le catalan, le néerlandais, le portugais, l’albanais, le coréen, le grec ou encore le pakistanais.

Graphique 2. Évolution du nombre de polars traduits en français sans l’anglais (nouveautés et rééditions), 1985-2002.

Graphique 2. Évolution du nombre de polars traduits en français sans l’anglais (nouveautés et rééditions), 1985-2002.

35Cependant, les auteurs non anglophones qui se sont fait une réputation en France sont encore peu nombreux. On peut citer, entre autres, le Suédois Mankell, l’Espagnol Perez Reverte, qui remporte en 1993 le Grand Prix des littératures policières pour les romans étrangers, l’Italien Camilleri. La directrice de collection que nous avons rencontrée affirme qu’aucun auteur non anglophone n’a détrôné les incontournables américains, mais elle pense cependant que la curiosité des éditeurs envers les autres langues pourrait être due à un manque d’inspiration outre-atlantique :

« Je pense que c’est parce que les Anglo-saxons manquent d’inspiration. Il y a plein de choses qu’ils font très bien, mais bon, le truc, c’est que quand quelque chose marche, ils le répètent trop. Du coup, les serial killers, on en a par-dessus la tête, à cause, ou grâce à, je sais pas, à cause peut-être du succès du Silence des agneaux, j’imagine. Ça a installé la mode du serial killer, ça fait dix ans qu’on mange du serial killer. Maintenant ils vont nous faire du Da vinci code veux-tu en voilà. Au niveau inspiration, il y a régulièrement un gros phénomène qui sort de chez eux, et après plein de copies conformes, si on peut dire. Et quand on a beaucoup lu, on cherche du frais, si on peut dire, et chez les autres il y a des inspirations très différentes. Et donc, du coup, ça nous tente de publier du serbo-croate ou du je ne sais quoi, parce que les thèmes sont différents, c’est nouveau, et en même temps on n’arrive pas à les vendre, donc économiquement ça tient pas la route. Donc on essaye, on essaye, et puis, bon, quand on a un Mankell on est content, sinon on arrête, c’est difficile. C’est insoluble, comme truc. »

36L’éditrice met donc en évidence le dilemme propre à l’édition contemporaine, souligné dans toute la littérature sociologique sur la question, celui de composer entre recherche de profit économique et recherche de reconnaissance symbolique.

37La vague de traductions des années 1990 a aussi correspondu à une recomposition du champ éditorial du polar français, qui avait commencé dès les années 1980 avec l’apparition des nouvelles maisons et collections. Désormais, ces collections ont trouvé leur place et leur catalogue est conséquent. Quelques-unes d’entre elles, dont Rivages noir est l’exemple phare, se sont construit une réputation qui les positionne directement par rapport aux collections historiques. Les extraits suivants d’entretiens le confirment :

« Bon, il y a l’effet genre, mais il y a aussi l’effet collection. Quand tu achetais un Rivages, tu savais… moi j’en ai acheté sans connaître l’auteur. Entre Rivages et la Série Noire, après il y avait plus grand-chose à publier. » (entretien avec un auteur et traducteur).
« Donc c’est pas Gallimard, c’est pas non plus Rivages. Normalement c’est pas censé être trop trop violent, parce que c’est grand public… Le lecteur qui veut des polars plus violents, il va chez Rivages. Le lecteur qui achète un livre au Fleuve Noir, il a pas forcément envie d’être choqué, d’être agressé par des scènes trop violentes, donc on fait un petit peu attention à ça. Et puis, c’est quand même le plaisir de la lecture avant tout, donc une histoire, un rythme, des personnages. Donc c’est pas forcément le style qui est privilégié. Il y a des maisons où il faut que ça soit important, il faut qu’il y ait un vrai style. Au Fleuve Noir, il faut que ça soit efficace. Le style, la traduction le lisse… Si c’est mauvais, on remonte le style à la traduction. Si c’est très bon, tant mieux. On le baisse pas non plus, faut pas exagérer, mais c’est pas forcément un critère. » (entretien avec une directrice de collection de polars).

38Il existe donc une tension dans le champ du polar étranger entre d’un côté, les best-sellers américains, généralement des thrillers (Patricia Cornwell) ou des policiers plus classiques (Mary Higgins Clark), de l’autre les romans noirs, américains ou autres, dont les éditeurs revendiquent la légitimité symbolique. On voit aussi émerger l’idée d’un lectorat spécialisé pour qui l’éditeur peut être un garant d’une certaine « comme le suggère la directrice de collection :

« Bon, je sais pas, il faudrait leur demander [aux lecteurs], mais quand on achète un Rivages, on est sûr de la qualité. Il y a énormément de polars donc on est blasé par le polar de base, genre Mary Higgins Clark, on l’aura compris, donc on veut quelque chose de différent. Et on est prêt aussi à être choqué par certaines choses… je parle pas juste du côté gore, je veux dire choqué moralement, il y a plus choquant que les étalages de sang. Donc je pense que quand on lit un Rivages, c’est cette démarche-là qu’on a. Mais c’est aussi qu’on a beaucoup lu de polars et on a envie d’être surpris. Et Le Seuil, c’est un petit peu moins déstabilisant, mais en général c’est de très bonnes histoires. Moi qui adore les polars, je ferais attention à ce genre de maison-là. J’aurais confiance, ça m’inspire confiance. Les Presses de la Cité, aussi, ils sont bons, même s’ils font moins de pub. Ils le revendiquent moins, ils en parlent moins, c’est dommage. […] Sauf ceux qui lisent Gallimard, bon… mais le Fleuve Noir s’adresse pas à ce public-là. Bon, après, en vrais fans de polars, on fait gaffe à ce qu’on achète. Moi, j’achète Rivages et Le Seuil, en gros, j’achèterais pas Fleuve Noir. Mais c’est pas mon public. Je me positionne pas comme… j’aimerais, mais pour l’instant on s’est pas mis sur ce créneau. »

39Les sept éditeurs les plus actifs en termes de publication de nouveautés traduites sont, dans l’ordre décroissant : Gallimard, Librairie des Champs Élysées, Rivages, Albin Michel, Presses de la Cité, Seuil et Fleuve noir. La configuration reste exactement la même pour toute la période 1993-2002.

40Le graphique 3 montre que le nombre de publications est relativement stable pour Albin Michel, Presses de la Cité, Seuil et Fleuve noir. Par contre, pour Gallimard et la Librairie des Champs Élysées (collections du Masque), il augmente jusqu’en 1997, puis chute nettement. L’évolution est contraire pour Rivages, diminution jusqu’en 1996, puis remontée du nombre de titres publiés vers la fin de la période.

41Ceci s’explique par le fait que les deux grandes collections historiques que sont la « Série Noire et « le Masque », qui ont toujours publié quasi exclusivement des romans anglo-américains, sont victimes du manque d’enthousiasme actuel pour les polars anglophones, et ne mettent pas en œuvre de stratégie de reconversion vers les petites langues. En revanche, Rivages, qui a fondé sa réputation sur l’originalité, s’est trouvé en perte de vitesse un peu plus tôt, dès 1994, mais commence à se redresser en publiant des auteurs allemands, espagnols et italiens.

Graphique 3. Les sept éditeurs de polars les plus actifs entre 1993 et 2002 : évolution du nombe de polars traduits.

Graphique 3. Les sept éditeurs de polars les plus actifs entre 1993 et 2002 : évolution du nombe de polars traduits.

42Ainsi, l’explosion des publications dans les années 1990 ne concerne pas les collections établies. Fayard lance une collection centrée sur des auteur(e)s étranger(e)s comme la Britannique P. D. James, mais aussi les Israéliennes Batya Gour et Shulamit Lapid, qui décrivent des univers particuliers milieux psychanalytique, universitaire ou du kibbutz pour la première, milieu de la ville du Néguev Beer Sheva pour la seconde. Parallèlement, on voit plutôt se multiplier les polars proposés par des petits éditeurs, qui se spécialisent parfois dans des domaines linguistiques, comme Philippe Picquier pour le japonais et les langues asiatiques en général. Comme si les machines rodées qu’étaient notamment la « Série Noire » et le « Masque », chacune dans son créneau, se trouvaient enrayées par l’explosion des traductions de polar d’une part, le relatif déclin de l’enthousiasme pour les polars anglophones de l’autre.

43Cette question est liée à la tension entre les pôles symbolique et commercial évoquée dans les chapitres précédents et également suggérée par la directrice de collection qui rappelle qu’en France, le succès de vente tend à discréditer un livre sur le plan de sa reconnaissance symbolique :

« Il y a aussi cette idée bien française que tout ce qui se vend bien, en culture au sens large, tout ce qui est grand public, c’est nul. La culture doit être réservée à une élite. Si on en vend 2000, c’est prestigieux. Si on en vend 200 000, c’est forcément commercial. Il y a un peu de ça, quand même. »

44Et de fait, il existe d’énormes disparités de vente entre les auteurs de polars.

« — Mais par exemple, Lehane, il est considéré comme prestigieux, et il se vend bien, non ?
— Je connais pas les chiffres. Mais est-ce que ça se vend bien, finalement ? Moi j’adore, et tout, mais est-ce que ça fait du chiffre, je suis pas si sûre. Peut-être Mystic River, parce qu’il y a eu le film, mais les autres je pense pas. Même quelqu’un comme Mankell, il fait quoi, 10 ou 15000, pas plus. Mary Higgins Clark elle fait dans les 300000, Cornwell elle doit être dans les 100 ou 150000. Donc, les lecteurs de polars, ceux qui savent, pensent que ça se vend bien, mais le grand public pas du tout. Donc à partir du moment où un auteur est grand public, à mon avis il perd beaucoup en estime. Mais bon, c’est pas grave, il faut le savoir. […]
Soit vous voulez faire du chiffre, vous faites du Higgins Clark et vous vous posez pas de question. Soit vous voulez vous amuser, vous faire plaisir, vous faites du serbo-croate à 2000 exemplaires et vous mangez pas. Je suis un peu caricaturale mais c’est le problème de l’édition en général. Ça vaut pour le polar, mais c’est comme pour tous les autres genres, c’est que les livres faciles touchent un plus large public que les œuvres exigeantes, c’est une évidence. Après, moi je suis dans un grand groupe commercial dont l’idée est de faire de l’argent, j’ai pas d’états d’âme, je lis ce que j’ai envie de lire moi et je publie ce qui se vend. Bon, en général j’essaye d’ouvrir une case populaire, je fais pas non plus l’impasse sur la qualité mais je veille à ce que ce soit grand public. »

45Le dilemme soulevé ici est celui de l’édition littéraire généraliste, il n’est pas propre au polar, et on peut même dire qu’il est apparu tardivement pour ce genre. En effet, de par son identification à une littérature de gare, le polar a longtemps été en France associé à une littérature de pur divertissement, publiée à des fins essentiellement commerciales. Certes, la création de la « noire puis surtout le néo-polar, ont contribué à la légitimation progressive du genre, mais il a fallu attendre les années 1990 pour que la découverte d’auteurs méconnus et innovants, de préférence de pays autres que la Grande-Bretagne ou les États-Unis, devienne une stratégie possible de distinction et de positionnement dans le champ pour des petits éditeurs à faible capital économique mais fort capital symbolique. Cette évolution a également vu la naissance d’un type de public averti, sans doute en partie le même que celui du néo-polar, qui recherche dans le polar la même forme d’exotisme qu’en littérature générale. Ce public peut donc apprécier un auteur écrivant dans une langue périphérique non seulement pour la qualité de l’intrigue policière mais aussi – et surtout – pour le témoignage qu’il apporte sur une société autre. Un directeur de collection résume ainsi cette idée : « bon, l’Islandais qu’on publie chez Métailié, le fait que ce soit un Islandais, ça a plu ». Cet auteur, Arnaldur Indridason, remportera le Grand Prix de la littérature policière en 2007.

46L’analyse de l’évolution des traductions de polars en France entre 1985 et 2002 met en évidence des tendances du marché international du livre tout en présentant des spécificités qui tiennent à la fois au genre et à l’espace de réception. Tout d’abord, les années 1980 ont été celles de la légitimation du genre en France, légitimation qui s’est faite par le biais du polar français et qui s’est étendue petit à petit à un certain nombre de polars étrangers, notamment ceux publiés par la « Série Noire » et Rivages noir, mais aussi à des auteurs de langues autres que l’anglais, même si, à cette époque encore, plus de 90 % des polars traduits l’étaient de l’anglais. Dans les années 1990, le nombre de traduction a littéralement explosé, au détriment (relatif) de l’anglais et au profit des petites langues. La recherche de nouveaux auteurs d’horizons différents a témoigné, notamment pour les éditeurs à faible capital économique, d’une volonté de trouver un créneau nouveau dans le champ du polar, et dans le champ éditorial en général, celui de découvreurs. En ce sens, la problématique du rapport entre légitimité symbolique et capital économique a progressivement concerné le polar, qui était au départ perçu comme un genre presque exclusivement commercial. Le développement d’un pôle de légitimité symbolique a donc favorisé la diversification des langues traduites. Cette transformation distingue le polar des autres genres commerciaux que sont le roman rose et la science-fiction (laquelle a également connu des évolutions comparables dans la période récente).

Notes

1 André Vanoncini, Le Roman policier, Paris, PUF, coll. « Que sais je ? », 2003, pp. 120-124.

2 Par exemple, europolar.eu.com et noircommepolar.com

3 Siegfried Kracauer, Le Roman policier : un traité philosophique, Paris, Payot, 1981, p. 31.

4 Voir, par exemple, Dominique Sineux, Bibliothèque centrale de prêt d’Ille-et-Vilaine, Vous avez dit : « roman policier » ? Rennes, 1988.

5 Jean-François Vilar, « Noir c’est noir », préface à Ernest Mandel, Meurtres exquis. Histoire sociale du roman policier, Montreuil, La Brèche, 1986, p. 10. Pour Francis Lacassin, c’est Zadig, de Voltaire, qui inaugure le genre en mettant en scène un personnage de détective (Mythologie du roman policier, Paris, Bourgeois, 1993, p. 11.)

6 Claude Mesplède, « Préface » à Jacques Breton, Les Collections policières en France au tournant des années 1990, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, p. 7. Voir aussi Jacques Dubois, Le Roman policier ou la modernité, Paris, Nathan, 1996, pp. 13-30 et 67-84.

7 Annie Collovald, Érik Neveu, Lire le noir, Paris, éditions de la BPI, 2004, pp. 55-56.

8 Sur ces collections, voir Jacques Breton, Les Collections policières en France au tournant des années 1990, op. cit., p. 23 sq et 39 sq.

9 Sur sa trajectoire, voir Jean-Marc Gouanvic, Pratique sociale de la traduction, op. cit., p. 156 sq.

10 http://www. gallimard. fr/catalog/Html/actu/serienoire_cit.htm

11 http://www. gallimard.fr/catalog/html/event/index/index_SerieNoire.html

12 Ibid, p. 45.

13 Annie Collovald, Érik Neveu, Lire le noir, op. cit., pp. 55-56.

14 Qui n’est pas sans rappeler celui décrit par Boltanski à propos du champ de la bande dessinée Luc Boltanski, « La construction du champ de la bande dessinée » Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, 1975, pp. 37-59. Voir aussi, plus récemment, les analyses d’un acteur central de ce milieu : Jean-Claude Menu, Plates-Bandes, Paris, L’Association, 2005, et aussi Thierry Groensteen, Un objet culturel non identifié, Paris, Éditions L’an 2, 2006.

15 Sur la formation de ce label et son succès, voir Jean-Patrick Manchette, « ta salive petite tête ! » Le Matin, 24 février 1981 repris dans Chroniques, Paris, Rivages, 1996, p. 199-201.

16 Il s’agit d’un entretien paru dans Les Temps Modernes (1997, n° 595). Voir Elfriede Muller, Alexander Ruoff, Le Polar français : crime et histoire, Paris, La Fabrique, 2002 et « Le polar, entre critique sociale et désenchantement », Mouvements, n° 15-16, mai-août 2001.

17 Annie Collovald, Érik Neveu, Lire le noir, op.cit., pp. 57 et suivantes.

18 Jacques Breton, Les Collections policières en France, op.cit., p. 13. Concernant l’accroissement des ventes, voir notamment Christine Ferniot, « La folie du polar », Lire, octobre 2001.

19 Parmi les 50 meilleures ventes françaises du genre pour la période d’avril 2005-mars 2006, on relève 1 titre traduit de l’espagnol, 2 du suédois, 14 titres écrits en français et, enfin, 33 traduits de l’anglais ou de l’américain. Livres hebdo, n° 645, 12 mai 2006, p. 96. Le dossier « Le polar français sort du noir », sous la direction de Claude Combet, indique, d’un point de vue créatif (et de ventes), une émancipation des auteurs français, autant des grands aînés (Manchette) que des auteurs américains ou britanniques.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution du nombre annuel de polars traduits en français, 1985-2002.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Graphique 2. Évolution du nombre de polars traduits en français sans l’anglais (nouveautés et rééditions), 1985-2002.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Graphique 3. Les sept éditeurs de polars les plus actifs entre 1993 et 2002 : évolution du nombe de polars traduits.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9484/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search