Version classiqueVersion mobile

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Deuxième partie. Littératures étrangères

Chapitre 8. Du réalisme magique à la récupération de la mémoire historique. La littérature traduite de l'espagnol

Sandra Poupaud

Texte intégral

1L’aire hispanophone comprend, selon les différentes estimations, entre 266 et 400 millions de locuteurs dans le monde et couvre principalement l’Espagne, la plupart des pays d’Amérique latine et centrale ainsi qu’une communauté en augmentation constante aux États-Unis. L’analyse des traductions de l’espagnol implique donc de se pencher sur un corpus d’une grande hétérogénéité de par la diversité des provenances géographiques des titres traduits. Selon les données de l’UNESCO1, l’espagnol est la sixième langue la plus traduite dans le monde, après l’anglais, le français, l’allemand, le russe et l’italien.

2Les deux principaux ensembles étudiés ici sont l’Espagne et l’Amérique latine. Il faut rappeler que les œuvres traduites de l’espagnol ne représentent pas la totalité de la production littéraire dans les pays concernés. En Espagne notamment, il existe une littérature très riche dans d’autres langues de la péninsule (catalan, basque, galicien) dont la traduction et la position plus périphérique dans le champ éditorial français offrent d’intéressants points de comparaison. Enfin, les textes, comme les hommes, se déplacent au sein de l’aire hispanique et les relations éditoriales entre l’Espagne et l’Amérique latine ont favorisé cette circulation internationale.

France, Espagne, Amérique latine entre littérature et politique

  • 2 Bartolomé Bennassar, « Panorama de l’hispanisme français », dans Sagnes et al., Images et influence (...)

3L’histoire des relations culturelles entre la France et l’Espagne a connu une succession de périodes d’admiration, d’ignorance et de condescendance, de bon et de mauvais voisinage, conditionnée par les événements politiques. Jusqu’au 20e siècle, l’intérêt de la France pour l’Espagne s’est manifesté selon des tonalités différentes. Au 17e siècle, la culture espagnole du siècle d’or suscite l’admiration mais le 18e siècle ignore l’Espagne ou la méprise, elle devient pour les philosophes des Lumières un pays arriéré et violent. Durant la période romantique s’épanouit en France le thème du voyage en Espagne, notamment avec Théophile Gautier ou Mérimée. Les écrivains du 19e siècle privilégient alors souvent l’image d’une Espagne exotique, parfois archaïque et inquiétante. Cet intérêt pour la culture espagnole s’accompagne d’une hausse du nombre des traductions. Selon Bennassar, on assiste ainsi « à un grand effort de traduction des textes espagnols qui renouvelle celui du 17e siècle Viardot offre une nouvelle traduction du Quichotte et Damas-Hinard en 1844 met en français presque tout le théâtre accessible de Calderón »2.

4Au 20e siècle, la guerre civile espagnole et les années de dictature franquiste voient l’Espagne se replier sur elle-même et les échanges avec l’extérieur se tarir. Pour certains, les effets du franquisme n’ont d’ailleurs pas disparu. Selon l’écrivain Juan Marsé, les Français connaissent mal l’Espagne :

  • 3 « Barcelone sur Garonne », Le Monde, 16 juin 2006.

« C’est une conséquence du franquisme, nous avons été pendant quarante ans le trou du cul du monde. Qui pouvait s’intéresser à une écriture, un cinéma, des essais soumis à la censure ? Franco est mort, mais la méfiance persiste3. »

  • 4 Voir Sylvia Molloy, La Diffusion de la littérature hispano-américaine en France auxxe siècle, Paris (...)

5En ce qui concerne l’Amérique latine, les relations culturelles ont été tardives et ont longtemps opéré de la France vers l’Amérique. C’est surtout dans les années 1920 que la France commence à s’intéresser à l’Amérique latine, notamment par l’intermédiaire de Vicente Huidobro qui s’installe à Paris en 1916. C’est aussi grâce au travail d’écrivains comme Valéry Larbaud, Jules Supervielle, Albert Camus et surtout de Roger Caillois, créateur de la collection « Croix du Sud chez Gallimard, collection qui publiera de nombreux auteurs sud-américains à partir de 19514. La rencontre de Caillois avec Victoria Ocampo fut décisive pour la diffusion de la littérature latino-américaine en France. Elle allait connaître un nouvel essor dans les années 1960 et 1970 lors du « boom » latino-américain, dont le succès international doit beaucoup aux instances de consécration parisienne. Les événements politiques jouent alors un rôle central dans les échanges culturels entre la France, l’Espagne et l’Amérique latine.

  • 5 Voir Fernando Piedrafita Salgado,Bibliografía del Exilio Republicano Español (1936-1975), Madrid, F (...)
  • 6 Voir L’Annuaire des écrivains latino-américains en France, Paris, Indigo & Côté-femmes, 2000, qui r (...)

6L’histoire de l’aire hispanique au 20e siècle est faite de bouleversements et de conflits qui ont contraint nombre de personnes à l’exil. La guerre civile en Espagne, les dictatures franquiste ou latino-américaines et les diverses crises économiques et politiques ont créé d’importantes communautés en exil, qui ont souvent joué un rôle très actif dans la diffusion de leur culture, en France comme ailleurs. Les républicains espagnols fuient l’Espagne pour la France ou, pour les plus chanceux, les États-Unis ou l’Amérique latine, où ils vont contribuer notamment à la création et au développement de nombreuses structures éditoriales en particulier au Mexique, en Argentine5. On en vient alors à parler du roman de l’exil, autour d’écrivains comme Rosa Chacel, Ramón Sender, Francisco Ayala ou Arturo Barea. Certains écrivains, comme l’Espagnol Juan Goytisolo, choisiront par la suite de s’installer en France afin d’échapper au régime et la censure franquistes. En Amérique latine, les dictatures de Pinochet au Chili, de Videla en Argentine, de Meza en Bolivie, entraînent également l’exil de nombreux intellectuels. À Cuba, le cas Padilla en 1971 scelle la rupture de certains intellectuels avec le régime castriste. Certains dissidents quittent leur pays, notamment le cubain Reinaldo Arenas, parti aux États-Unis en 1980, lors de l’exil de Mariel. De nombreux écrivains latino-américains s’établissent en France, de façon plus ou moins durable. Julio Cortázar, Gabriel García Márquez, Carlos Fuentes, Juan José Saer, Bryce Echenique, Augusto Roa Bastos, Alicia Dujovne Ortiz choisissent l’exil pour fuir la dictature6. Certaines des œuvres majeures du « boom » latino-américain furent d’ailleurs écrites à Paris dans les années 1960. C’est le cas de Pas de lettre pour le colonel de García Márquez, de Marelle de Cortázar ou deLa Ville et les chiens de Vargas Llosa.

  • 7 Jacques Leenhardt et Pierre Kalfon,Les Amériques latines en France, Paris, Gallimard, 1992, p. 89.

7Les raisons de l’attraction alors exercée par la France sont multiples et font intervenir des facteurs tant politiques que culturels. Le prestige culturel de la France, l’héritage des Lumières et l’idéal de liberté qu’elle représente s’allient à un désir d’échapper à l’Espagne, puissance colonisatrice, déjà manifesté par Ruben Dario à la fin du 19e siècle « La rupture culturelle avec l’Espagne et le désir de s’opposer à l’esprit anglo-saxon, c’est-à-dire au “pragmatisme” qui accompagne la mise sous tutelle politique et économique, va relancer le réseau franco-hispano-américain7. » Il faut également tenir compte de la dimension proprement littéraire et de l’influence exercée par les écrivains français, particulièrement depuis la fin du 19e siècle, ainsi que l’expose Milagros Palma :

  • 8 Milagros Palma, Le Paris Latino-américain : Anthologie des écrivains latino-américains à Paris, Par (...)

« Cette irrésistible attirance exercée par Paris s’explique sans aucun doute par les perspectives presque illimitées d’adaptation et de rénovation qu’offrirent successivement les modèles français, notamment en poésie à travers l’école parnassienne, le symbolisme, le dadaïsme et surtout le surréalisme. [...] Pour mieux s’intégrer, certains décidèrent, non seulement de vivre à Paris, mais d’écrire une partie de leur œuvre en français8. »

8Paris a joué un rôle central dans la diffusion de la littérature latino-américaine, en particulier à l’époque du « boom » des années et un rôle qui, selon une traductrice interrogée, perdure aujourd’hui dans l’esprit des écrivains hispanophones, surtout latino-américains :

  • 9 Entretien du 28 novembre 2006.

« Et puis c’est vrai aussi que les auteurs latino-américains, enfin même les espagnols mais surtout les latino-américains sont vraiment très très contents d’être traduits en France. C’est pas tellement sur le plan commercial parce qu’à la limite pour eux l’anglais serait “plus intéressant” parce que plus rentable, mais ils me disent tous, là comme Wendy Guerra hier, que le français, enfin une publication en France, c’est une sorte de, pas de consécration, mais enfin c’est vraiment très symbolique, donc très important9. »

  • 10 Milagros Palma, El Mito de París : Entrevistas con escritores latinoamericanos en París, Paris, Ind (...)
  • 11 Jean-Claude Villegas, La Littérature hispano-américaine publiée en France, 1900-1984 : répertoire b (...)

9Ce jugement est relayé par Milagros Palma qui remarque que « dans les dernières années du 20e siècle, le mythe de Paris est plus actif que jamais car il continue à être le lieu de la consécration du créateur latino-américain »10. Les années 1960 marquent le début du succès de la littérature latino-américaine en France, succès que l’on peut attribuer en partie au contexte politique. Pour Jean-Claude Villegas, les Français s’intéressent alors à l’Amérique latine « pour des raisons plus politiques (le triomphe de la révolution castriste, le développement des mouvements de guerilla, les interventions avortées ou “réussies” des États-Unis, l’impact de la théologie de la libération ou de la doctrine de la Sécurité Nationale, dont se sont nourries – et se nourrissent encore – les dictatures militaires actuelles) que proprement littéraires ou culturelles »11. Les facteurs plus strictement littéraires ne sont pas pour autant à écarter :

  • 12 Jacques Leenhardt et Pierre Kalfon,Les Amériques latines en France,op. cit. p. 109.

« Ces écrivains ont été lus par des millions de Français, en quête sans doute de cette ardeur qui avait quitté notre littérature. Peut-être cette littérature latino-américaine a-t-elle rempli pour eux une fonction de substitution à l’égard d’un besoin de valeurs que les écrivains français, repliés sur l’hexagone, ne se sentaient plus capables d’exprimer.[…] La percée de cette littérature latino-américaine en France, qui coïncide avec nos années soixante à quatre-vingt, trahit probablement une soif inassouvie d’aventure héroïque et du mystère de l’homme dans sa diversité12. »

10Notons que ce succès de la littérature latino-américaine semble faire de l’ombre à la littérature espagnole :

  • 13 Laurence Malingret, Stratégies de traduction : Les Lettres hispaniques en langue française, Arras, (...)

« En bref, le changement le plus notoire est, sans conteste, la vague latino-américaine qui relègue la littérature espagnole contemporaine traduite (exception faite des auteurs classiques, peu influents sur le système littéraire et tenus à bout de bras par l’enseignement) à un second plan et, même si quelques auteurs sont défendus par la critique, leur succès est plutôt un succès d’estime13. »

11Ainsi que nous allons le voir, la littérature espagnole contemporaine ne prendra en effet son essor en France que dans les années 1980 et 1990.

La multiplication des traductions littéraires de l’espagnol en français

12Les données utilisées dans l’analyse qui suit proviennent de deux sources. Les tendances générales ont été établies à l’aide de l’Index Translationum qui, comme cela a été rappelé au chapitre 2, présente certains problèmes de fiabilité, mais peut néanmoins être utilisé pour étudier les tendances générales. L’Index Translationum, s’il a l’avantage de recenser la totalité des titres traduits par année, rééditions et réimpressions comprises, présente l’inconvénient de ne pas permettre un tri en fonction du pays d’origine des textes traduits, ce qui est problématique dans le cas d’une langue internationale comme l’espagnol. Ainsi que nous le verrons par la suite, les tendances globales masquent en effet certains phénomènes spécifiques à un pays particulier et il est logique d’affiner l’analyse en fonction du pays d’origine des titres traduits.

13La deuxième source utilisée ici est une base constituée à partir des données extraites de la base Electre, et comportant les nouveautés et les poches. En ont été exclus les livres pour la jeunesse qui correspondent à des logiques et des structures éditoriales distinctes, évoquées au chapitre 5, et que nous n’analyserons pas ici. Nous avons d’autre part codé nous-même le pays d’origine des titres traduits lorsqu’il n’était pas indiqué. Il faut préciser que le pays d’origine renvoie à la nationalité (ou le lieu de résidence) de l’auteur, et non au lieu d’édition du livre : nombre des écrivains latino-américains, notamment les plus célèbres, comme le Chilien Robert Bolaño, sont en effet publiés par des maisons d’édition espagnoles, qui exercent depuis les années 1980 une domination culturelle croissante sur le continent latino-américain.

14D’après les données de l’Index Translationum, les traductions de l’espagnol vers le français, tous domaines confondus, passent de 124 en 1980 à 395 en 2002 (voir tableau 1). Toujours selon l’Index, les traductions littéraires de l’espagnol vers le français triplent au cours de la période, de 66 en 1980 à 183 en 2002.

15Les traductions littéraires de l’espagnol en français représentent 3,5 % du total des traductions littéraires en français, une proportion égale à celle de l’italien, mais plus faible que celles de l’allemand (6,3 %) et surtout de l’anglais (64,9 %). La part de l’espagnol se maintient si l’on considère les traductions en français tous domaines confondus. L’espagnol représente toujours en moyenne 3,5 % des traductions, mais l’italien augmente à 5 %, l’allemand à 10,4 % et l’anglais baisse très légèrement à 63,7 %. Notons que la part de l’espagnol augmente au cours de la période, mais est en dessous de 3 % jusqu’en 1988 et supérieure à 3,5 % à partir de 1990.

Tableau 1. Part de l’espagnol dans les traductions en français, tous domaines confondus, 1980-2002.

Année

Nombre totalde traductionsen français

Nombre totalde traductionsde l'espagnol

%

1980

4 955

124

2,5 %

1985

3 910

85

2,2 %

1990

5 993

283

4,7 %

1995

7 407

293

4 %

1999

9 779

388

4 %

2000

9 502

345

3,6 %

2001

9 947

397

4 %

2002

9 792

395

4 %

Total sur toutela période

149 105

5 155

3,5 %

Source : Index Translationum

Tableau 2. Traductions de l’espagnol, 1980-2002, répartition par catégories.

Catégorie

Nombre de titres traduits

Part au sein des traductions de l'espagnol (en %)

Généralités, bibliographie

20

0,4 %

Sciences appliquées

148

2,9 %

Arts, jeux, sports

714

14,2 %

Histoires, géographie, biographies

651

13,0 %

Droit, sciences sociales, éducation

276

5,5 %

Littérature

2 713

54,0 %

Sciences naturelles et exactes

45

0,9 %

Philosophie, psychologie

149

3,0 %

Religion, théologie

307

6,1 %

Total

5 023

100 %

Source : Index Translationum

16La part de la littérature dans le nombre total des traductions de l’espagnol en français oscille entre 44,3 % et 67,2 %, avec une moyenne de 54 % (voir tableau 2), qui est proche de celle des traductions de l’anglais (52,51 %) et supérieure à celle de l’italien (36,8 %) et de l’allemand (31 %). Avec 14 %, la catégorie « Arts, jeux, sports » arrive en deuxième position, ce qui s’explique, comme pour l’italien, par le nombre important de traductions dans le domaine de l’art. Elle est suivie de près par l’histoire et la géographie, qui totalisent 13 % des titres traduits. Les domaines scientifiques ont un poids nettement plus faible.

  • 14 Valérie Ganne et Marc Minon, « Géographies de la traduction »in Françoise Barret-Ducrocq (dir.), Tr (...)

17Notons que, dans le même temps, les traductions littéraires du français en espagnol représentent 9318 titres entre 1984 et soit quatre fois plus que celles de l’espagnol en français, et que la grande majorité de ces traductions sont effectuées en Espagne (8459, soit 90 %). L’Espagne a en effet un taux d’intraduction très élevé (25 %)14 et c’est le pays au monde qui traduit le plus d’ouvrages du français.

18Le corpus extrait de la base de données Electre pour les années 1985 à 2002 contient 1408 nouveaux titres dans la catégorie littérature (1524 avec les livres pour la jeunesse), qui regroupe la poésie, le théâtre, le roman, les essais, la critique, le roman noir et la science fiction. Les poches sont au nombre de 285, ou 325 si l’on inclut la jeunesse. Nous étudierons les tendances générales pour l’ensemble des pays concernés, mais l’analyse détaillée du corpus sera centrée sur l’Espagne, car le nombre de traductions qui en proviennent a fortement augmenté pendant cette période. Rappelons que l’analyse porte sur les nouveautés et non sur les poches et que la catégorie jeunesse est exclue de cette analyse.

19L’évolution générale montre une forte augmentation du nombre de nouveaux titres traduits entre 1985 et 1991 (voir graphique 1). On passe de 33 titres en 1985 à 93 titres en 1991. Le nombre de titres est donc pratiquement multiplié par trois. Il chute à 67 en 1993 avant de remonter de façon régulière jusqu’en 2001, puis plus fortement de 2001 à 2002.

Graphique 1. Nombre de nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, 1985-2002

Graphique 1. Nombre de nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, 1985-2002

Source : Electre

  • 15 Communication de Claude Bleton, 11 février 2005.

20L’augmentation globale du nombre de nouveaux titres traduits de l’espagnol en France entre 1985 et 2002 s’explique par la conjonction de plusieurs facteurs : le contexte général favorable à la traduction de littérature étrangère, la poursuite des effets du « boom » latino-américain, un regain d’intérêt pour l’Espagne avec l’effondrement final de la dictature franquiste et la transition démocratique, l’arrivée d’une nouvelle génération d’écrivains espagnols, le succès rencontré par les premières traductions de Vázquez Montalban et enfin l’entrée de l’Espagne dans l’Union européenne en 1986. Pour Claude Bleton, l’un des plus prolifiques traducteurs de littérature espagnole en France, l’année 1986 constitue en fait une année charnière pour la traduction de la littérature espagnole. Sa diffusion en France a bénéficié à l’époque de droits de publication très faibles demandés par des auteurs tels que Torrente Ballester ou Muñoz Molina, qui équivalaient alors à « une bouchée de pain »15. Pour Annie Morvan, responsable de la littérature hispanique au Seuil, c’est principalement l’émergence d’une nouvelle génération fascinante d’écrivains espagnols qui explique la hausse des traductions.

21La littérature espagnole devient plus visible en France au cours de cette période. Le Salon du livre de 1995 a l’Espagne comme pays invité, deux numéros du Magazine Littéraire lui sont consacrés, les écrivains espagnols se voient récompenser par des prix littéraires : Prix Femina à Javier Marías en 1996 et à Antonio Muñoz Molina en 1998, Prix du Meilleur livre étranger à Eduardo Mendoza en 1998.

  • 16 Rafaël Conte, « Ombres et lumières »,Le Magazine littéraire, n° 330, mars 1995, p. 21.

22Le succès de cette « nueva narrativa española » a été souvent souligné ainsi que son rôle dans la diffusion internationale de l’espagnol. Pour Rafaël Conte, même si elle demeure une invention éditoriale, cette nouvelle génération témoigne d’un regain de vitalité de la littérature espagnole : « elle permit même de multiplier les traductions vers l’extérieur, qui ont été alors plus nombreuses qu’à aucun moment de l’histoire espagnole de notre siècle » 16. Cette période coïncide d’ailleurs avec lamovida madrilène, mouvement socioculturel qui a exprimé la nouvelle liberté artistique de l’Espagne post-franquiste, représentée notamment par les films d’Almodóvar. On voit donc que le critère générationnel et l’idée de rupture jouent un rôle essentiel dans la diffusion de la littérature espagnole contemporaine. C’est ce que souligne Costantino Bertolo au sujet de la « nueva narrativa española » :

  • 17 Constantino Bertolo, « Le Nouveau pacte narratif »,Le Magazine littéraire, n° 330, mars 1995, p. 33

« En synthèse, ce phénomène présente deux aspects : d’une part, l’apparition, au début des années 80, d’un groupe de romanciers qui offrent un langage narratif nouveau, c’est-à-dire différent de celui de la littérature immédiatement antérieure d’autre part, l’accueil très favorable que cette nouvelle littérature rencontre sur le marché17. »

23La littérature se fait alors témoin des bouleversements de la société espagnole, en ayant souvent recours au genre du roman policier, alors en plein essor en Espagne. Mais, comme le montrera l’analyse du corpus, le succès de cette nouvelle génération d’écrivains ne doit pas occulter le fait que l’on traduit aussi au cours de la période plusieurs auteurs espagnols établis qui n’avaient pas ou peu été traduits jusqu’alors, la génération dite des « anciens » nés autour des années 1920.

24D’autre part, si, comme le constatent les critiques, les années 1980 voient s’essouffler le « boom » latino-américain, et si la littérature contemporaine espagnole prend son essor par rapport aux décennies précédentes, les auteurs qui ont participé à ce boom continuent à être traduits en français, et se voient relayés par les générations suivantes. L’une des traductrices interrogées souligne d’ailleurs que les éditeurs français ont mis du temps à voir dans la littérature latino-américaine autre chose que le réalisme magique, et dans l’espagnole autre chose que la littérature de l’après-guerre :

« justement moi j’ai commencé à prospecter disons auprès des éditeurs français il y a 20 ans et on posait deux questions au départ, c’était, si l’auteur était latino-américain, il devait nécessairement s’inscrire dans le courant du réalisme magique, parce que, en fait, c’était ce que connaissaient les éditeurs français, alors s’il était espagnol, c’était la posguerra. Et en fait, il y a vingt ans, c’était déjà ni l’un, ni l’autre, parce que les auteurs latino-américains étaient passés à autre chose et les Espagnols, heureusement, aussi. Donc en fait déjà il fallait resituer, enfin situer dans un contexte qui avait changé aussi bien par rapport à l’Espagne qu’à l’Amérique latine et c’est vrai que souvent les éditeurs étaient un peu enfin perdus parce que voilà un latino-américain ne pouvait écrire que du réalisme magique, alors du fait qu’il écrivait autre chose, est-ce que c’était intéressant. »

  • 18 Rappelons que nous avons précisé manuellement le pays d’origine pour certains titres ou corrigé cer (...)

25Du point de vue de la répartition des nouveaux titres traduits par pays18, l’Espagne arrive en tête, avec 582 titres, soit 41 % de l’ensemble (voir graphique 2). Les nouveautés d’Espagne totalisent deux fois plus de titres que le pays qui arrive en deuxième position, à savoir l’Argentine, dont 255 titres ont été traduits (18%). Viennent ensuite le Mexique avec 137 titres (10 %), Cuba avec 104 titres (7 %), le Chili avec 88 titres (6 %), le Pérou avec 59 titres (4 %), l’Uruguay avec 50 titres (4 %), la Colombie avec 48 titres (3 %), le Guatemala avec 17 titres (1 %), le Venezuela avec 16 titres (1 %), le Nicaragua avec 14 titres (1 %) et le Paraguay avec 11 titres (1 %). Les pays ayant moins de dix titres traduits sont la Bolivie, l’Equateur, le Costa-Rica, Porto-Rico, la République dominicaine, le Salvador, la Guinée équatoriale et le Honduras.

Graphique 2. Nombre de nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, 1985-2002, répartition par pays d’origine.

Graphique 2. Nombre de nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, 1985-2002, répartition par pays d’origine.

Source : Electre

26Une analyse de l’évolution du nombre de nouveaux titres traduits affinée par pays montre que la tendance pour l’Espagne épouse globalement l’évolution générale, à l’exception des années 1989 à 1991 (voir graphique 3). Elle permet toutefois de souligner davantage la hausse du nombre de titres traduits en 1992, qu’il est possible d’attribuer à la visibilité acquise par l’Espagne au moment des Jeux olympiques de Barcelone, de l’Exposition universelle de Séville et du 500e anniversaire de la découverte de l’Amérique. Elle met également en relief la hausse du nombre de titres traduits en 1995, quand l’Espagne était le pays invité d’honneur du Salon du livre de Paris.

27Pour Cuba, la hausse intervient nettement à la fin des années 1990. On passe de 5 titres en 1998 à 12 titres en 1999 et 2001 et 11 titres en 2000 et 2002. Cette augmentation s’explique par le succès de l’écrivain Zoé Valdès, dont 7 titres sont publiés entre 2000 et 2002. Elle est peut-être également liée à la mode cubaine créée par des films comme Buena Vista Social Club ou Avant la nuit, l’adaptation cinématographique de l’autobiographie de Reinaldo Arenas, dont la publication française en 1992 précéda d’ailleurs la publication en espagnol.

Graphique 3. Nombre de nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, d’Espagne, 1985-2002.

Graphique 3. Nombre de nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, d’Espagne, 1985-2002.

Source : Electre

28L’impact de la manifestation « Les Belles Étrangères », organisée par le Centre national du livre, est mis en évidence par l’augmentation du nombre de nouveaux titres traduits pour les pays concernés l’année pendant laquelle est organisée la manifestation (ou l’année précédente si elle est organisée en début d’année). Tel est le cas pour l’Argentine en 1987-1988 (les Belles Étrangères consacrée à l’Argentine ont eu lieu en février 1988), pour le Mexique en 1990-1991 (Belles Étrangères en mars 1991), pour le Chili en 1992 et pour l’Amérique centrale en 1997 (Guatemala, Honduras, Salvador, Nicaragua, Costa-Rica, qui sont les pays d’Amérique centrale figurant dans la base). L’effet de cette manifestation est toutefois moins net dans le cas de l’Espagne en 1998, année qui n’enregistre pas une augmentation notoire du nombre de titres traduits : après le pic d’une quarantaine de nouveaux titres atteint en 1995 en raison du Salon du livre, on passe de 31 titres en 1997 à 34 titres en 1998 et 35 en 1999.

29La classification par genre est à manier avec précaution car la catégorisation n’est pas toujours fiable, des romans noirs ayant par exemple été enregistrés comme romans. Il s’agit toutefois ici d’indiquer des tendances générales (voir graphique 4).

Graphique 4. Nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, répartition par genres, 1985-2002.

Graphique 4. Nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, répartition par genres, 1985-2002.

Source : Electre

30Le roman reste le genre de prédilection avec 916 titres, soit 65 % des titres traduits, suivi de la poésie avec 206 titres (15 %), des essais avec 87 titres (6 %), du théâtre avec 74 titres (5 %), du roman policier avec 74 titres (5 %), de la critique avec 50 titres (4 %) et enfin de la science-fiction, genre totalement marginal, qui ne compte qu’un seul titre sur toute la période. L’évolution des traductions romanesques est la même que l’évolution globale des traductions littéraires, qu’elle contribue à rythmer au gré de l’actualité culturelle et éditoriale. Le roman est le genre dominant pour l’ensemble des pays concernés (67,4 % des titres traduits pour l’Espagne, 58 % pour l’Argentine, 69,3 % pour le Chili, 58,4 % pour le Mexique, 73,8 % pour Cuba). L’Argentine, avec 22 titres sur 50 titres dans cette catégorie, acquiert une importance particulière dans la catégorie critique, qui s’explique par la présence de 11 titres de Borges.

31Le nombre de romans policiers augmente au cours de la période, reflétant le développement de ce genre dans l’aire hispanophone. L’absence de traductions de 1985 à 1988 est suivie d’une forte hausse entre 1993 et 1996 (de 2 à 8 titres), avant de retomber à 3 titres en 1997, puis de remonter à 9 titres en 1998.

32La poésie connaît une évolution assez irrégulière. De 1985 à 1990, le nombre de titres traduits augmente, passant de 6 en 1985 à 16 en 1990. Cette progression est suivie d’une baisse entre 1991 et 1994, puis d’une forte hausse entre 1994 (5 titres) et 1997 (22 titres), évolution inverse à celle du roman, dont le nombre de titres traduits croît entre 1990 et 1991, et diminue entre 1995 et 1997. Le corpus de nouveaux titres poétiques traduits se distingue par son ampleur et son hétérogénéité. De 1985 à 2002, on traduit plus de poésie de l’espagnol (209 nouveautés) que de l’allemand (136 nouveautés) ou de l’italien (113). Cette ampleur reflète l’importance de la poésie dans le monde hispanique, qui a pris une coloration particulière au 20e siècle avec l’engagement politique de certaines des figures les plus célèbres de la poésie hispanique, dont Federico Garcia Lorca, Rafael Alberti, Pablo Neruda (Prix Nobel en 1971) ou Octavio Paz (Prix Nobel en 1990). On a traduit au cours de la période des poètes classiques et contemporains, d’Espagne et d’Amérique latine, de styles très variés, les éditeurs français ne semblant pas avoir privilégié un mouvement particulier. Les poètes les plus traduits sont les grandes figures de la poésie hispanique du 20e siècle, tels que José Angel Valente (1929), Juan Ramón Jiménez (prix Nobel en 1956), Octavio Paz ou Roberto Juarroz. On note également la présence d’auteurs classiques comme Saint-Jean de la Croix, Luis de Gongora ou Francisco de Quevedo. Nombre de ces auteurs ont été publiés par les Éditions Corti.

33Le théâtre suit une évolution constante entre 1987 et 1997, avec entre 3 et 5 titres traduits par an. Une première augmentation entre 1997 et 1999 est suivie d’une hausse très forte entre 2001 et 2002, de 3 à 15 titres. Notons que dans ces deux catégories, les auteurs les plus traduits sont également des auteurs reconnus (Borges, Paz, Vargas Llosa, Goytisolo, Vázquez Montalbán). La catégorie essai (4,8 titres par an en moyenne) évolue irrégulièrement, mais reflète les deux pics de 1992 et 1995. La critique (2,7 titres par an) évolue irrégulièrement aussi, avec un pic en 1992.

De la génération des « anciens au polar contemporain

  • 19 118 auteurs ont eu deux titres traduits, 48 en ont eu trois, 22 auteurs en ont eu quatre, 16 en ont (...)

34La base contient 652 auteurs pour la période 1985-2002, soit une moyenne de 2,1 titres traduits par auteur, ce qui indique un degré de dispersion élevé (il est supérieur à celui de l’allemand et de l’italien). Près de deux tiers des auteurs (61,8 %), soit 443, n’ont eu qu’un seul titre traduit, et près d’un tiers (31 %, soit 204) ont eu entre deux et cinq titres traduits19. La très grande majorité des écrivains (607, soit 92,7 %) ont donc entre un et cinq titres traduits. Restent 46 auteurs qui concentrent un tiers (466) de l’ensemble des titres traduits pendant la période : 32 ont eu entre six et dix titres traduits, 9 entre onze et quinze, quatre entre quinze et dix-huit, un seul auteur dépassant les vingt titres…

35À l’exception de Cervantès dont neuf titres ont été publiés pendant la période, le corpus contient peu d’auteurs classiques espagnols parmi les auteurs les plus traduits. Tous les écrivains dont dix titres ou plus ont été publiés sont des auteurs nés au 20e siècle, ou juste avant le début du siècle, notamment Borges, né en 1899, et Ramón Gómez de la Serna, né en 1888. Les auteurs les plus traduits sont en général des romanciers avant tout. En tête arrive Manuel Vázquez Montalbán (1939-2003) avec 34 nouveaux titres. Viennent ensuite Juan Goytisolo (1931-) et Paco Ignacio Taibo II (1949-) avec 18 titres, Mario Vargas Llosa (1936-) avec 17 titres, Octavio Paz (1914-1998) avec 15 titres, José Luis Borges (18991986), Julio Cortázar (1914-1984) et Javier Tomeo (1932-) avec 13 titres, Gonzalo Torrente Ballester (1910-1999) et Zoé Valdès (1959-) avec 12 titres, Reinaldo Arenas (1943-1990), José Camilo Cela (1916-2002), Carlos Fuentes (1928-) et Francisco González Ledesma (1927-) avec 11 titres. Notons que l’on trouve trois auteurs de romans policiers (Vázquez Montalbán, Paco Ignacio Taibo II, Francisco Gonzalez Ledesma) parmi les auteurs ayant plus de dix titres traduits, ce qui vient confirmer ici l’intérêt de l’édition française pour le roman policier traduit d’autres langues que l’anglais (voir chapitre 10). Dans le cas de l’Espagne, le roman policier s’affirme d’ailleurs au moment de la transition démocratique et l’on peut imaginer que le portrait qu’il dresse des transformations de la société de l’époque n’est pas étranger à l’intérêt qu’il suscite.

36En ce qui concerne les nouveaux titres traduits en provenance d’Espagne, on peut observer deux tendances principales. La première est la traduction d’auteurs espagnols dont les œuvres, pourtant publiées en général à partir des années 1940, n’avaient été jusqu’alors que peu traduites. Il s’agit de la génération parfois dite des « anciens », qui comprend des écrivains nés avant la guerre civile espagnole, tels que José Camilo Cela (1916-2002), Miguel Delibes (1920-), Gonzalo Torrente Ballester (19101999) ou encore Juan Benet (1927-1993). Il existe alors souvent un décalage temporel important entre la publication originale en espagnol et la traduction française. Pour José Camilo Cela, tous les titres ont été publiés dans un intervalle très court, entre 1989 et 1993, dont sept titres (sur onze) en 1989, conséquence du Prix Nobel de littérature qui lui fut décerné cette année-là. Il a d’ailleurs l’écart type le plus élevé (2,9).

  • 20 Entretien du 28 novembre 2006.

37Juan Benet a huit titres publiés sur la période, notammentTu reviendras à Región, dont l’original en espagnol date de 1967. Son écriture a souvent été rapprochée du nouveau roman français et ce sont d’ailleurs les Éditions de Minuit qui le publient en France. Gonzalo Torrente Ballester a douze titres traduits sur la période, dont onze chez Actes Sud. D’après la Bibliographie nationale française, il ne semble pas avoir été traduit auparavant, alors qu’il a commencé à publier à la fin des années 1930. Parmi ses titres traduits,Don Juan date de 1963, Les Délices et les ombres de 1957. Peut-être faut-il voir ici l’effet du prix Cervantès qui lui fut attribué en 1985 et du prix Planeta qu’il reçut en 1988. L’effet des prix littéraires sur les décisions de publication des éditeurs n’a cependant rien d’automatique, notamment dans le cas de la littérature espagnole. C’est ce que souligne l’une des traductrices interrogées : « Il y a énormément de prix en Espagne et du coup ça… Bon il y a deux choses qui desservent les éditeurs, enfin les auteurs auprès des éditeurs français, c’est la multiplicité des prix littéraires et la multiplicité des éditions. »20

38De même, l’une des œuvres les plus célèbres de Miguel Delibes,Las Ratas, publiée en Espagne en 1962 ne fut traduite en français qu’en 1990. On voit donc qu’au cours de cette période, si l’intérêt pour la littérature espagnole a été déclenché par les écrivains contemporains, l’attention des éditeurs français s’est tournée vers cette génération d’auteurs qui ont publié en Espagne pendant la période franquiste mais qui n’avaient été que très peu traduits jusqu’alors.

  • 21 Entretien réalisé par Gisèle Sapiro le 14 février 2007.

39Juan Marsé (10 titres) et Juan Goytisolo (18 titres) appartiennent à la génération dite du demi-siècle. Juan Marsé (1933-) présente une vision désenchantée de la société barcelonaise, empreinte de nostalgie. Seul un titre de lui a paru en français avant la période considérée, Enfermés avec un seul jouet, traduit par Maurice Edgar-Coindreau chez Gallimard en 1967. Redécouvert par Michèle Gazier, traductrice de Montalbán, il a pu être publié grâce au début de succès que rencontrait ce dernier : L’Obscure histoire de ma cousine Montse paraît ainsi en 1981 au Sycomore, où Michèle Gazier avec déjà fait paraître deux romans de Vázquez Montalbán. Après la faillite de cet éditeur, son œuvre a été reprise par Christian Bourgois21.

40La deuxième tendance que l’on observe dans le corpus est la traduction d’une génération d’auteurs pour la plupart nés après la guerre civile, et qui souvent brossent un portrait sans complaisance de la société espagnole post-franquiste, parfois en ayant recours au genre du roman noir. Ils ont souvent commencé à publier dans les années 1970.

  • 22 Ibid.

41L’auteur le plus traduit sur la période (34 titres) est en effet un auteur célèbre notamment pour ses romans policiers, le catalan Manuel Vázquez Montalbán (1939-2003), figure emblématique de cette génération de romanciers. Le héros de ses romans policiers, Pepe Carvalho, détective désabusé, gastronome et anarchiste, arpente les rues de Barcelone et dresse un portrait sans merci de la société barcelonaise post-franquiste. On a déjà évoqué au chapitre 4 les difficultés rencontrées par Michèle Gazier pour publier les traductions qu’elle avait faites de Vásquez Montalbán à la fin des années 1970 : il lui a fallu sept ans pour trouver un éditeur, le Sycomore, qui a fait faillite après avoir publié trois de ses titres entre 1980 et 1982 (Marquises, si vos rivages, La Solitude du manager et Meurtre au Comité central). Ayant rencontré un certain succès, Montalbán fut alors repris par Le Seuil (qui l’avait initialement refusé) et par Bourgois, le premier pour les romans, le second pour les polars22. C’est une des raisons pour lesquelles on constate parfois un décalage temporel important entre certaines traductions et le titre original (Recordando a Dardé, son premier roman, publié en espagnol en 1969, fut traduit en 1996).

42À rapprocher de Montalbán, on trouve parmi les écrivains ayant plus de 10 titres traduits deux autres auteurs espagnols de romans policiers ou d’aventures, Francisco González Ledesma (11 titres) et Arturo Pérez-Reverte (10 titres). Bien que dans un autre registre, Enrique Vila-Matas (1948-), Eduardo Mendoza (1943-) et Javier Tomeo (1932-) appartiennent aussi à cette génération d’écrivains qui ont commencé à publier en Espagne dans les années 1970, alors que la société espagnole connaissait de profonds bouleversements avec la fin du franquisme, la transition démocratique et la période dite du « désenchantement ».

43Les auteurs latino-américains les plus traduits sont Borges (13 titres, ou 18 si l’on compte les titres écrits en collaboration) et les représentants du « boom », dont la réputation est bien établie internationalement : Mario Vargas Llosa (1936-) avec 17 titres, Julio Cortázar (1914-1984) avec 13 titres, Carlos Fuentes (1928-) avec 10 titres. Le poète Octavio Paz a 16 titres traduits, dont 4 en 1990, année où il reçut le prix Nobel. Notons que ces auteurs ont déjà été traduits au cours des décennies précédentes et qu’ils ont accédé à une reconnaissance internationale. L’importance du roman policier est soulignée par le Mexicain Paco Ignacio Taibo II, troisième auteur le plus traduit avec 18 titres. Enfin, on trouve deux écrivains cubains, tous deux dissidents : Zoé Valdès (12 titres) et Reinaldo Arenas (11).

44Parmi les auteurs ayant eu plus de cinq titres traduits, il n’y a que trois femmes : Zoé Valdès avec douze titres, Soledad Puertolas avec neuf titres et Isabel Allende avec sept titres. Sur l’ensemble, on compte environ cinq fois plus d’auteurs hommes que de femmes (511 hommes et 106 femmes). 176 titres traduits ont été écrits par des femmes et 1191 par des hommes (la différence avec le nombre total de titres traduits correspond au nombre de titres écrits conjointement par plusieurs auteurs). Sur ces 1367 titres, 12,9 % ont donc été écrits par des femmes.

45Pour l’Espagne, on compte 40 femmes et 204 hommes, pour l’Argentine, 12 femmes et 86 hommes, pour le Chili, 4 femmes et 38 hommes, et pour le Mexique 12 femmes pour 45 hommes, ce qui constitue la proportion la plus importante (21 %). Une traductrice de l’espagnol, explique que la littérature féminine hispanique n’est pas spécifiquement recherchée. Selon elle, on traduit plus de femmes actuellement car les femmes publient plus, notamment en Espagne, mais il n’y a pas un intérêt marqué envers la littérature écrite par les femmes. Elle cite cependant une exception, Alicia Gimenez-Bartlett, qui suscite un intérêt particulier en tant que femme auteure de romans policiers. On peut toutefois signaler la présence de femmes dans un genre très sélectif comme la poésie, avec les traductions d’Amparo Amorós par Laurence Breysse chez Corti.

La diversification des éditeurs

46Les éditeurs publiant des ouvrages de littérature traduite de l’espagnol sont au nombre de 248. Il existe une forte concentration chez certains éditeurs, comme Gallimard, Le Seuil, ou Actes Sud. Gallimard a publié 154 titres, soit 11 %, Le Seuil 86 titres, soit 6 %, et Actes Sud 83 titres, soit 6 % également. Ces trois éditeurs publient donc près du quart des nouveaux titres traduits de l’espagnol. Si l’on ajoute Christian Bourgois, qui a publié 69 titres au cours de la période, on voit que quatre éditeurs publient 28 % des titres traduits. Il est possible de distinguer les grands éditeurs de littérature qui consacrent une place à la littérature étrangère en général (Gallimard, Le Seuil), les éditeurs spécialisés en littérature étrangère (Christian Bourgois) et enfin ceux spécialisés en littérature hispanique, notamment Anne-Marie Métailié ou Indigo et Côté femmes. Pour les grands éditeurs, la littérature hispanique est intégrée au sein de collections générales de littérature étrangère. C’est le cas de Gallimard et du Seuil.

47Le nombre d’éditeurs va croissant de 23 éditeurs en 1984 à 62 en 2002. L’augmentation est nette à partir de 1986, qui est le point de départ du renouveau de la traduction de la littérature espagnole : 22 éditeurs en 1986, 32 en 1987, 41 en 1988.

4816 éditeurs ont publié plus de vingt titres sur la période (voir tableau 3), 12 éditeurs plus de dix titres, 27 éditeurs entre cinq et neuf titres. La moitié des éditeurs présents dans le corpus (126), n’ont publié qu’un seul titre.

49Gallimard, avec 154 traductions et une moyenne de 8,6 titres par an (la moyenne est de 8,5 pour l’italien), est l’éditeur le plus prolifique. Les titres en provenance d’Espagne sont au nombre de 27, soit 17,5 % de l’ensemble. Sur 66 auteurs traduits de l’espagnol cependant, plus de la moitié, 38, n’ont publié qu’un seul titre, 11 deux titres. On relève donc ici le même faible suivi des auteurs que pour l’italien.

50Le catalogue de Gallimard reste marqué, pour des raisons historiques, par les auteurs du « boom » latino-américain qui bénéficient d’un suivi plus marqué. Gallimard fut en effet l’un des premiers éditeurs en France à s’intéresser à ces auteurs dans le cadre de sa célèbre collection « Croix du Sud » créée par Roger Caillois en 1951 et dont le premier titre publié futFictions de Borges en 1951. On retrouve ici Julio Cortázar (7 titres), Carlos Fuentes (10 titres), Mario Vargas Llosa (17 titres), Octavio Paz (12 titres), Alejo Carpentier (4 titres) et également la figure emblématique de Borges (6 titres). Les auteurs espagnols présents sont des auteurs consacrés, tels que José Camilo Cela (3 titres), prix Nobel en 1989, Juan Goytisolo (4) et Juan Marsé (2). La « Série Noire » a par ailleurs accueilli deux auteurs espagnols, Andreu Martín (4 titres) et Francisco González Ledesma (4 titres), et l’argentin Rolo Diez avec 6 titres.

51Gallimard a employé 52 traducteurs différents, avec une moyenne de 2,9 titres par traducteur, mais 26 n’ont traduit qu’un seul titre. On trouve ici des traducteurs spécialisés dans un auteur particulier, dont Bensoussan pour Vargas Llosa (qui a traduit l’ensemble des 17 titres de Vargas Llosa publiés au cours de la période).

52Le Seuil a publié un total de 86 traductions de l’espagnol, soit une moyenne de 4,7 titres par an, le nombre de titres publiés par an allant de 3 à 7, avec une baisse en 1993 (1 seul titre) et une hausse en 1991, 2001 et 2002 (7 titres par an). 48 titres, soit 55 %, proviennent d’Espagne. À la différence de Gallimard, c’est l’Espagne qui prime dans cette maison.

53Le Seuil a publié 39 auteurs différents, dont 21 n’ont eu qu’un seul titre traduit. Parmi ces derniers, il y a, en 1997, la nouvelle traduction par Aline Schulman de Don Quichotte, l’un des rares classiques à être retraduits au cours de cette période. Du point de vue de l’origine des auteurs, le catalogue du Seuil est assez diversifié, avec notamment seize auteurs espagnols contemporains, quatre argentins, trois chiliens, sept cubains. Avec 11 titres, l’auteur le plus traduit est Manuel Vázquez Montalbán. Viennent ensuite les Espagnols Arturo Pérez-Reverte (7 titres), Eduardo Mendoza (6 titres), Antonio Muñoz Molina (5 titres) et Juan Manuel de Prada (5 titres), qui ont tous commencé à publier à partir des années 1970. Le Seuil publie également des auteurs sud-américains réputés plus difficiles, tels que l’Argentin Juan José Saer, mais dans le cas des auteurs latino-américains, à l’exception de l’Argentin Ernesto Sabato et du Paraguayen Augusto Roa Bastos (4 titres chacun), il ne semble pas y avoir de réelle politique de suivi des auteurs.

54Le nombre de traducteurs employés par le Seuil au cours de la période s’élève à 40. 25 n’ont traduit qu’un seul titre. Trois traducteurs travaillent régulièrement avec la maison d’édition : François Maspero (13 titres), Gabriel Iaculli (9 titres) et Philippe Bataillon (7 titres).

55On note donc deux orientations différentes pour ces maisons d’édition. Le Seuil est plus tourné vers l’Espagne contemporaine, tandis que Gallimard associe une spécialisation en littérature sud-américaine, avec notamment les auteurs du « boom », et un certain éclectisme.

Tableau 3. Éditeurs ayant publié plus de 20 nouveaux titres littéraires traduits de l’espagnol, 1985-2002.

Éditeur

Nombre de titres traduits

Gallimard

154

Le Seuil

86

Actes Sud

83

Christian Bourgois

69

Métailié

53

José Corti

42

La Différence

34

L’Harmattan

34

Indigo et Côté-Femmes

31

Fayard

26

Phébus

26

Grasset

25

Belfond

24

Verdier

22

Flammarion

21

Source : Electre

56Parmi les éditeurs les plus actifs dans la publication de la littérature hispanique, on retrouve ensuite plusieurs logiques distinctes. Certains éditeurs se spécialisent dans une aire géographique, spécialisation parfois doublée d’une spécialisation dans une génération d’auteurs. C’est le cas de Christian Bourgois qui, après avoir été le premier à publier Gabriel García Márquez en français, chez Julliard en 1963, s’est orienté vers la littérature espagnole contemporaine, laquelle représente 54 titres sur les 69 titres traduits de l’espagnol qu’il publie (78,2 %). Le suivi des auteurs est très marqué : 8 titres pour Juan Marsé, 8 pour Javier Tomeo, 19 pour Vázquez Montalbán, 8 pour Vila-Matas.

57Pour Actes Sud, la tendance espagnole est moins marquée, mais les titres en provenance d’Espagne sont au nombre de 40 sur un total de 83. On retrouve ici une logique mixte associant la fidélité à certains auteurs (Torrente Ballester avec 12 titres, Antonio Muñoz Molina avec 5 titres, l’argentin Arnaldo Calveyra avec 7 titres, la cubaine Zoé Valdès avec 6 titres) et de l’autre côté une grande dispersion, 32 auteurs n’ayant qu’un seul titre traduit. Actes Sud a publié l’un des plus grands succès récents de la littérature contemporaine espagnole, Les Soldats de Salamine, de Javier Cercas, grand succès critique et public en Espagne, qui traite de la guerre civile et de la problématisation de la mémoire historique, thème que l’on retrouve chez plusieurs romanciers contemporains (citons notamment à ce propos Les Exilés de la mémoire de Jordi Soler).

58Parmi les collections spécialisées dans la littérature hispanophone, on trouve la collection « Ibériques », créée chez Corti en 1988 par Bertrand Fillaudeau. La base recense pour cette collection 42 titres traduits de l’espagnol, dont 29 en provenance d’Espagne. La poésie est bien représentée, avec 17 titres, parfois bilingues. La collection publie deux des plus grands poètes espagnols, Juan Ramon Jiménez et José Angel Valente et l’Argentin Roberto Juarroz. Pour le roman espagnol, Corti a publié pratiquement toute l’œuvre traduite en français du romancier espagnol Julian Rios (6 titres sur 7), ainsi qu’une traduction de Cervantès, son dernier romanLes Travaux de Persille et Sigismonde, jusqu’alors inédit.

59Les éditions Anne-Marie Métailié sont clairement spécialisées en littérature sud-américaine : la collection « Bibliothèque hispano-américaine » comprend 48 titres sur la période, tandis que la « Bibliothèque hispanique » ne comprend que 5 titres. Certains auteurs sont suivis, comme Luis Sepulveda avec 5 titres, Jesús Díaz, Horacio Quiroga ou Afredo Bryce Echenique avec 4 titres. Indigo et Côté femmes privilégient également les littératures d’Amérique du Sud, dont sont originaires 30 titres sur 31, mais le catalogue est très dispersé en termes d’auteurs : 18 sur 24 n’ont publié qu’un seul titre.

60Outre la spécialisation géographique, qui peut se doubler d’une spécialisation générationnelle, comme c’est le cas pour Christian Bourgois, certains éditeurs mènent une politique de concentration autour de quelques auteurs-phares. Rivages a publié ainsi 12 titres de l’auteur mexicain de romans policiers Paco Ignacio Taibo II et 8 titres de Javier Marías. Fayard, sur un total de 26 titres, a publié 13 titres de Juan Goyti-solo, auteur qu’il dispute à Gallimard, et 5 titres d’Isabel Allende. Tel est aussi le cas de Flammarion avec 5 titres de Carmen Martín Gaite et 4 de Juan José Saer, de Phébus avec 7 titres de Francisco Coloane sur 26 titres, et de Grasset avec 6 titres de García Márquez et 6 titres d’Alvaro Mutis. Les Éditions de Minuit, qui traduisent peu de littérature de manière générale, poussent la spécialisation à l’extrême, en ne publiant qu’un seul auteur traduit de l’espagnol, l’atypique Juan Benet, l’un des plus célèbres auteurs espagnols contemporains, dont elles comptent à leur catalogue 6 des 8 titres traduits en français.

61À l’opposé, La Différence, plus spécialisée dans le portugais, montre une très grande dispersion, avec peu de suivi des auteurs et une grande variété dans la provenance géographique des titres. C’est aussi le cas de Belfond avec 24 titres publiés pour 18 auteurs provenant de 8 pays différents.

62La publication en France d’ouvrages traduits de l’espagnol semble donc correspondre à des logiques hétérogènes. Alors que certains éditeurs s’orientent vers une aire géographique, la distinction principale se faisant dans ce cas entre l’Espagne et l’Amérique latine, orientation parfois doublée d’une spécialisation dans une période historique (Gallimard, Bourgois), d’autres, plus nombreux, semblent privilégier la diversification au prix d’un certain éclectisme.

Les traducteurs : une spécialisation et une féminisation limitées

63Sur un total de 452 traducteurs de l’espagnol, 200 sont des femmes et 243 des hommes, le genre n’étant pas renseigné pour 9 traducteurs. Cependant, les hommes traduisent plus sur 1 408 titres, 868, soit 61,6 ont été traduits par des hommes et 526 par des femmes (14 titres ne sont pas renseignés). De plus, parmi les traducteurs ayant traduit 20 titres ou plus, on ne trouve qu’une seule femme (Denise Laroutis). La prépondérance des femmes dans la traduction littéraire a été plusieurs fois soulignée, mais l’on remarque ici que cette féminisation de la profession doit être nuancée. Les traducteurs les plus prolifiques et les plus célèbres sont en effet des hommes.

64Plusieurs de ces traducteurs sont (ou ont été) par ailleurs universitaires. C’est le cas de Claude Couffon, l’un des traducteurs les plus actifs avec 62 titres, d’Albert Bensoussan ou de Jean-Marie Saint-Lu. Les universitaires sont ici plus fortement représentés que pour l’italien (où l’on compte un universitaire parmi les 21 traducteurs les plus prolifiques). Claude Bleton (62 titres), après avoir enseigné, a par ailleurs travaillé chez Actes Sud et été directeur du Collège international des traducteurs littéraires d’Arles. Il se spécialise dans la littérature espagnole contemporaine et montre une grande fidélité à des auteurs comme Torrente Ballester (9 titres) ou Carmen Martin Gaite (5 titres).

  • 23 8 traducteurs ont traduit 5 titres, 8 en ont traduit 6, 4 en ont traduit 7, 7 en ont traduit 8, 4 e (...)

65278 traducteurs, soit 61,5 %, n’ont traduit qu’un seul titre, 57 traducteurs ont traduit deux titres, 38 ont traduit trois titres, et 20 ont traduit quatre titres. Sur l’ensemble de la période, 393 traducteurs, soit 86,9 %, ont donc traduit moins de cinq titres. 35 traducteurs (soit 7,7 %) ont donc traduit de cinq à dix titres23.

666 traducteurs ont traduit entre onze et quatorze titres, 10 traducteurs de quinze à dix-neuf titres et 9 traducteurs vingt titres ou plus, jusqu’à 62 titres pour les deux traducteurs les plus prolifiques. 25 traducteurs (soit 5,4 % du total) ont donc traduit plus de dix titres, concentrant un total de 579 titres, soit 40 % de l’ensemble.

67On observe que certains traducteurs sont fidèles à certains auteurs, dont ils deviennent alors le traducteur « attitré ». C’est le cas d’Annie Morvan pour García Márquez (5 titres sur 7) ou d’Albert Bensoussan pour Vargas Llosa (17 titres sur 17), de Denise Laroutis pour Javier Tomeo (12 titres sur 13), de Laure Guille-Bataillon pour Cortázar (7 titres sur 13) et de René Durand pour Alejo Carpentier (4 titres sur 4).

68Certains traducteurs se spécialisent dans la littérature d’un pays donné, mais ceci est loin d’être systématique. Les deux orientations principales sont une spécialisation dans la littérature espagnole ou dans la littérature latino-américaine. Claude Bleton, Denise Laroutis ou Jacques Ancet traduisent majoritairement des titres en provenance d’Espagne. Jean-Marie Saint-Lu est tourné vers l’Amérique latine. Lilianne Hasson se dédie principalement à la littérature cubaine (14 titres sur 15) et Laure Guille-Bataillon a surtout traduit des titres en provenance d’Argentine (16 sur 19). Jacques Ancet, lui-même poète, est par ailleurs l’un des rares traducteurs à se spécialiser dans la poésie.

69L’analyse montre donc que les traductions de l’espagnol dessinent un schéma assez complexe dans le champ éditorial français, qui correspond à des logiques hétérogènes. Pour la littérature latino-américaine, les auteurs les plus traduits demeurent les écrivains consacrés lors du « boom » mais l’on assiste également à une grande diversité dans le choix des auteurs traduits, avec notamment un intérêt marqué pour la littérature cubaine ou le roman policier. On note ainsi que certains éditeurs ont tendance à privilégier des tendances établies et à s’appuyer sur les genres qui semblent le plus susceptibles de se vendre, comme le roman policier. D’autres éditeurs, c’est le cas de Christian Bourgois, ont nettement misé sur la nouvelle génération de romanciers espagnols qui ont commencé à publier dans les années 1970. L’intérêt suscité par la littérature espagnole la plus contemporaine a aussi bénéficié aux auteurs de la génération dite des « ou de l’après-guerre qui n’avaient été que peu, voire pas du tout, traduits jusqu’alors. La fin de l’isolement culturel de l’Espagne est sans doute l’un des phénomènes les plus marquants dans cette analyse des traductions de l’espagnol dans les années 1980 et 1990.

Notes

1 En ligne sur : http://databases.unesco.org/xtrans/stat/xTransStat.a ?VL1=SL&top=50&lg=0

2 Bartolomé Bennassar, « Panorama de l’hispanisme français », dans Sagnes et al., Images et influences de l’Espagne dans la France contemporaine, Béziers, Presses universitaires de Perpignan, 1993, p. 30.

3 « Barcelone sur Garonne », Le Monde, 16 juin 2006.

4 Voir Sylvia Molloy, La Diffusion de la littérature hispano-américaine en France auxxe siècle, Paris, PUF, 1972.

5 Voir Fernando Piedrafita Salgado,Bibliografía del Exilio Republicano Español (1936-1975), Madrid, Fundacion Universitaria Española, 2003.

6 Voir L’Annuaire des écrivains latino-américains en France, Paris, Indigo & Côté-femmes, 2000, qui recense non seulement les écrivains mais également les critiques, traducteurs, écrivains.

7 Jacques Leenhardt et Pierre Kalfon,Les Amériques latines en France, Paris, Gallimard, 1992, p. 89.

8 Milagros Palma, Le Paris Latino-américain : Anthologie des écrivains latino-américains à Paris, Paris, Indigo, 2006, p. 11.

9 Entretien du 28 novembre 2006.

10 Milagros Palma, El Mito de París : Entrevistas con escritores latinoamericanos en París, Paris, Indigo, 2004, p. 24.

11 Jean-Claude Villegas, La Littérature hispano-américaine publiée en France, 1900-1984 : répertoire bibliographique, Paris, Bibliothèque nationale, 1986, p. IX.

12 Jacques Leenhardt et Pierre Kalfon,Les Amériques latines en France,op. cit. p. 109.

13 Laurence Malingret, Stratégies de traduction : Les Lettres hispaniques en langue française, Arras, Artois Presses Université, 2002, p. 48.

14 Valérie Ganne et Marc Minon, « Géographies de la traduction »in Françoise Barret-Ducrocq (dir.), Traduire l’Europe, op. cit., pp. 55-95.

15 Communication de Claude Bleton, 11 février 2005.

16 Rafaël Conte, « Ombres et lumières »,Le Magazine littéraire, n° 330, mars 1995, p. 21.

17 Constantino Bertolo, « Le Nouveau pacte narratif »,Le Magazine littéraire, n° 330, mars 1995, p. 33.

18 Rappelons que nous avons précisé manuellement le pays d’origine pour certains titres ou corrigé certaines erreurs qui nous sont apparues. L’indication du pays d’origine dans le cas d’une langue internationale comme l’espagnol n’est d’une part pas systématique et d’autre part relativement récente, les indications du type « traduit de l’espagnol étant progressivement remplacées par « traduit de l’espagnol (Argentine) À ce propos, voir Laurence Malingret, Stratégies de traduction, op.cit., p. 49.

19 118 auteurs ont eu deux titres traduits, 48 en ont eu trois, 22 auteurs en ont eu quatre, 16 en ont eu cinq.

20 Entretien du 28 novembre 2006.

21 Entretien réalisé par Gisèle Sapiro le 14 février 2007.

22 Ibid.

23 8 traducteurs ont traduit 5 titres, 8 en ont traduit 6, 4 en ont traduit 7, 7 en ont traduit 8, 4 en ont traduit 9, 4 en ont traduit 10.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Nombre de nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, 1985-2002
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Graphique 2. Nombre de nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, 1985-2002, répartition par pays d’origine.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9482/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Graphique 3. Nombre de nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, d’Espagne, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9482/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Graphique 4. Nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, répartition par genres, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9482/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© CNRS Éditions, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search